« Encore 35 heures à attendre ! | Accueil | 1881-2016 : liberté d'expression en péril »

20 novembre 2016

Commentaires

stephane

Voir commentaire du 20 novembre à 23h18...

Jabiru

@Armand Meyer

Je n'ai jamais écrit que les agents de la CPAM étaient des fonctionnaires. Merci de relire le post de Claude Luçon.
Bien à vous

Giuseppe

@fugace | 23 novembre 2016 à 02:13

Au moins je suis rassuré, quelqu'un d'attentif à mes modestes propos.
On ne louera jamais assez les bienfaits du correcteur.

Armand MEYER

@Claude Luçon

Les agents de la CPAM ne sont pas des fonctionnaires !!

sylvain

Les attaques ignobles voire nauséabondes de Juppé l'islamiste fauxcialo collabo contre Fillon démontrent bien qu'il est en pleine panique et qu'il a du mal à se remettre de la superbe claque qu'il a reçue dimanche dernier ; même scénario que celui de Clinton vs Trump ; pourvu que ça dure, le faciès de Juppé défiguré par la haine va à coup sûr décourager beaucoup d'indécis de voter pour ce socialiste islamiste déguisé en homme de droite qu'il n'a en définitive jamais été.

Garry Gaspary

La seule façon de supprimer des fonctionnaires sans augmenter le chômage est de partager le temps de travail existant, et donc de créer de la pauvreté. Mais la pauvreté crée de la criminalité, la criminalité crée de l'insécurité, et l'insécurité crée des postes de fonctionnaires. Autrement dit, ce type de politique revient à remplacer des emplois publiques utiles à la société, notamment dans l'éducation et la santé, par des occupants de nouvelles places de prison et par leurs gardiens...

Remarquons que le programme de F. Fillon propose l'exploit d'augmenter le temps de travail, de supprimer des fonctionnaires en masse et de réduire, malgré tout cela, le chômage.

Les libéraux ont toujours été des magiciens charmeurs de beaufs christianisés, c'est pourquoi ils ont immanquablement un petit côté traditionaliste essentiel pour les appâter.

Robert Marchenoir

Peut-on vraiment supprimer 500 000 postes de fonctionnaires ? ou un million ? ou davantage ?

Les fonctionnaires travaillent-ils ? - Par Eric Verhaeghe, ancien fonctionnaire.

fugace

@ Giuseppe | 22 novembre 2016 à 10:42
"Quand vous démarrez votre vie avec l'équilibre statique des forces, vous avez beaucoup de chance et peu de tomber au chômage"

Chance ou risque ?

Claude Luçon

@ Jabiru | 22 novembre 2016 à 17:53
"ils oublient que les méthodes de travail ont été améliorées par des moyens modernes et que le rond-de-cuir n'a plus à se munir de ses manchettes pour aiguiser sa plume d'oie."

Ce n'est pas qu'ils l'oublient, c'est qu'ils ne le savent pas encore.
Exemple : les circonstances de la vie m'ont amené à changer de domicile d'un département à l'autre, un transfert de 150 km par la route. Après avoir signalé le fait à la CPAM locale, j'ai attendu de voir les choses redevenir normale de ce côté-là, puis j'ai continué d'attendre, trois mois, mon dossier n'était toujours pas parvenu à la CPAM de ma nouvelle ville de résidence. Leur rendant visite et signalant à l'assez peu aimable fonctionnaire que trois mois c'était un peu long, en pointant mon doigt vers son ordinateur, je me suis entendu répondre que "ce n'était pas si simple que ça" ! Personne ne lui avait sans doute dit que l'ordinateur, avec de jolies fleurs sur l'écran, n'était pour là uniquement pour la décoration de son bureau.
Une chose qu'il faudra signaler à NKM, le cas échéant : la numérisation est une technologie merveilleuse, à condition que les fonctionnaires sachent s'en servir. C'est peut-être à cela que pense Fillon en voulant les faire travailler 39 heures, leur donner plus de temps pour apprendre, entre deux pauses café et une révision du rouge à lèvres !

@ Patrice Charoulet | 22 novembre 2016 à 17:20

Merci pour la réponse !
Mais j'ai remarqué que seul Philippe Bilger a droit à un "Cher Monsieur" et à un "Cordialement vôtre" ; quand je vous écrivais que vous nous donniez des complexes !

Ceci dit j'ai obtenu mon objectif, vous faire réagir comme nous tous.
N'y voyez pas de malice, j'aime bien vos textes et les lis avec grand plaisir.

Tipaza

@ stephane | 22 novembre 2016 à 21:39
« Il ne manque plus à Juppé que le soutien d'Eric Besson. »

Il a le soutien de Jean-Pierre Raffarin, l’homme qui a dit :

« L'avenir est une suite de quotidiens. »
Ou encore,
« Notre route est droite, mais la pente est forte. »

De quoi donner à méditer à Juppé, surtout qu’on ne sait pas si c’est une pente ascendante ou descendante.

Mais la raffarinade, de loin la plus belle à mes yeux, et sur laquelle il m’arrive de méditer intensément est la suivante :

« Il faut avoir conscience de la profondeur de la question du sens. »

Plus fort, bien plus fort que les pensées Shadok.

Avec Raffarin comme compagnon de route, Juppé peut aller loin, il peut atteindre l’horizon. C’est d’ailleurs l’objectif que lui fixera Raffarin.

Jean-Paul Ledun

Votre A.Juppé, Philippe, est imbuvable. Il l'a démontré ce soir.

Il n'a plus le niveau.
Si, le niveau du politicard revenu de toutes les combines.

Alors celui-là, ce n'est vraiment ma soupe... même pas ma tasse de thé.
Heureusement que je ne bois pas de thé aurait dit Satie...

Michelle D-LEROY

@ Patrice Charoulet
"ATTACHEZ VOS CEINTURES"

Je viens de regarder le meeting de François Fillon transmis sur BFM... c'était tellement fort que les critiques ne vont pas manquer ce qui pour autant renforcera encore son aura.
En réalité quand une dynamique s'enclenche il y a peu de choses qui peuvent l'arrêter.

stephane

Il ne manque plus à Juppé que le soutien d'Eric Besson.

Giuseppe

J'ai trouvé Juppé excellentissime à Toulouse, bon il va devoir cravacher car la monture n'est plus toute jeune.

Lucile

J'entends les journalistes s'interroger sur leurs mauvais pronostics pré-électoraux et sur ceux tout aussi décevants des instituts de sondage. J'avance une raison possible : je soupçonne que plus les moyens pour mettre en équation les comportements humains sont sophistiqués, plus les moyens des humains pour échapper à ces mises en équation sont sophistiqués, et performants.

Trekker

@ Tipaza le 22 novembre 2016 à 07:05
"Le comportement prévisible d'Alain Juppé se confirme. Une hargne évidente et une mauvaise foi qui n’arriveront pas à convaincre. Ce faisant il montre le fond de sa pensée, quand il accuse Fillon d’être rétrograde."

Diagnostic exact ; mais parler du fond de la pensée de Juppé est abusif, car ce n’est que du positionnement électoraliste.

"Le vrai fils spirituel de Chirac, capable de tout pour accéder au pouvoir et surtout capable de rien pour y rester…"

Là encore vous êtes hélas dans le vrai, comme son mentor il tient le discours correspondant au contexte du moment afin d’être élu. Et s'il arrive à l’être sa devise sera comme pour le premier : les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent !

Certes depuis qu’il est maire de Bordeaux il a changé sur un point : il écoute maintenant ses contradicteurs, mais il ne les entend toujours pas ! Comment imaginer sérieusement qu’à la soixantaine venue l’énarque arrogant, tranchant et aux idées d’une grande inconstance qu’il était, soit devenu un autre homme.

breizmabro

@ sbriglia | 22 novembre 2016 à 08:01
"Un journaliste de gôche de s'écrier : "Mais alors ceux qui à gauche vont voter à la primaire de droite vont abonder finalement à la campagne du candidat choisi ! Est-ce normal ?"

Réponse au journaliste en question : Ben oui duc** "ceux qui à gauche vont voter à la primaire de droite" n'ont qu'à ne pas y aller.

En même temps deux euros pour virer Sarko c'est pas cher payé, mais payer deux euros pour avoir Fillon dans les pattes en mai prochain, ça c'est un moins bon calcul.

Etre de gauche et c** n'est pas incompatible, il suffit d'écouter et, surtout, de lire "Hollande in the World" ! :-D

fugace

@ Patrice Charoulet | 22 novembre 2016 à 06:40
"J'imagine qu'on va avoir droit aux grandes orgues et à un déchaînement TSF (Tout sauf Fillon).

Le Prisunic, la (le) TSF, et quoi encore pour revenir en arrière avec A.J. ?

@ Achille | 22 novembre 2016 à 07:28

Oui j'avais bien compris, et comprend votre souhait.

"...des personnalités comme Bruno Le Maire ou NKM qui ont pourtant toutes les qualités requises pour reprendre le flambeau."

Hélas, il leur manque une qualité essentielle (Macron l'a peut-être) : l'art de communiquer avec un auditoire transformé en "tout un pays". Avec cette petite ou grande pointe de génie qui avec l'éloquence et la persuasion, entraîne le groupe pour affronter les difficultés quelles qu'elles soient fussent-elles mortelles. Un (une) chef tout simplement.
Ah si un vainqueur d'un "Vendée globe" pouvait prendre la barre, qui oserait suivre ?

@ Tipaza | 22 novembre 2016 à 07:05

Justement, astrologiquement parlant, A.J. est lion.

[...
Le malheureux lion, languissant, triste, et morne,
Peut à peine rugir, par l'âge estropié.
Il attend son destin, sans faire aucunes plaintes
...]
Le vieux lion a donc décidé d'aller à la confrontation projet contre projet. Il ne va pas à la rencontre d'un âne, mais d'un Poisson ascendant Balance. Mais comment donc un poisson pourrait-il venir à bout d'un lion même vieux ?

Avec une arête peut-être ! Réponse dimanche 27 novembre à 20H

@ Frank THOMAS | 22 novembre 2016 à 09:52

Bonjour,
"...que l'électorat de gauche, détenteur de la solution, qui se trouverait en face d'un duel FN-Droite aura les plus grandes réticences à choisir Fillon, et beaucoup moins à voter Juppé."

Evidemment. A tel point que Juppé est le candidat assumé et validé de la gauche (au sens large). Même FH ou E.M. n'auraient aucune chance face à Juppé dans le contexte présent.

Reste que J.L. Mélenchon pourrait bien changer la donne. Qui peut aujourd'hui exclure totalement un round MLP/JLM ?

Exilé

@Frank Thomas
...je considère que la plus élémentaire prudence est de choisir le meilleur barrage.

Barrage, barrage...
L'art de la politique appliqué au bien de la Cité ne se résume-t-il qu'à une question de barrage ?
Que savent donc faire ces purs produits du Système, à part édifier des barrages pour s'accrocher au pouvoir ?
Rien de plus passionnant en vue que des combines mesquines et négatives pour empêcher l'adversaire de montrer de quoi il est capable ?

Je croyais naïvement qu'en démocratie les électeurs devaient avant tout se prononcer sur des projets plutôt que sur des procès d'intention faisandés ne reposant sur rien de concret...

Florence

@Frank Thomas

Si vous croyez que Juppé sera un meilleur barrage à MLP, vous vous trompez complètement. Et pour que les choses soient bien claires : si c'est Fillon, je vote pour lui, si c'est Juppé, je vote MLP. Et je ne suis pas la seule. Juppé ouvre un boulevard à MLP. Même moi, je préfère MLP à Juppé.

Giuseppe

A une personne qui l'avait interpellé sur ses revenus d'élu il a répondu qu'il faisait beaucoup d'heures.
Pas très fin mais à l'image de ce qu'il est sans doute.
Faire des heures, s'il n'est pas satisfait il démissionne et s'en va sous d'autres cieux s'employer à autre chose pour lui de plus gratifiant.

Insulte à tous ceux qui travaillent sans compter, parce qu'ils se font simplement plaisir et qu'ils aiment le milieu dans lequel ils se trouvent - cela existe -, alors si c'est cela sa vision de la vie je lui souhaite d' être battu par Juppé. Il aura ainsi plus de temps libre et ne crachera pas dans la soupe. Incorrigible.
Décidément si on doit placer la grandeur de la France et notre avenir sur lui... il y a de quoi s'inquiéter.

Michelle D-LEROY

Alain Juppé se révèle, son agressivité vis-à-vis de son concurrent ne le grandit pas. Pire, il a oublié qu'il ne s'agissait pas de la présidentielle avec un rival politique mais juste avec un concurrent de sa famille politique, dont les bases solides devraient être les mêmes... enfin en principe car plus les jours passent plus on a l'impression de voir en Alain Juppé un socialiste de centre gauche. Ce qu'il se considère sûrement.

Par ailleurs je déplore que la gauche éperonnée par les médias qui entendent bien rester les "orientateurs", se croie obligée de venir ajouter son grain de sel dans ce qui reste une primaire de la famille politique "Les Républicains". Il faut dire qu'Alain Juppé depuis l'avant-premier tour déjà en appelait à un vote massif tous horizons confondus.
Est-ce qu'en 2011, les opposants au PS dont je suis sont allés semer le trouble à la primaire de gauche, laissant élire le candidat devenu Président ?

La vérité c'est que la gauche et ses affidés ne veulent pas voir dans le paysage politique une vraie personne de droite, sociologiquement parlant.

« Les conservateurs ordinaires, écrit le philosophe britannique Roger Scruton, entendent constamment que leurs idées et leurs sentiments sont réactionnaires, partiaux, sexistes ou racistes. Leurs honnêtes tentatives pour vivre selon leurs principes, en fondant une famille, en goûtant les joies de la vie locale, en vénérant leurs dieux et s'attachant à leur culture - ces tentatives sont méprisées et tournées en ridicule (…). Pour cette raison, dans les cercles intellectuels, les conservateurs évoluent en silence et avec discrétion, attrapant le regard de leurs semblables là où ils se trouvent. »

Ou encore : "Si vous n'êtes pas pour l'ouverture, c'est que vous êtes pour la fermeture, le repli sur soi. Si vous vous interrogez sur les conséquences des flux migratoires, vous êtes un xénophobe. Si vous n'êtes pas un libéral à tout crin, c'est que vous êtes partisan de l'autoritarisme, l'antichambre du fascisme..." Comité Orwell dont Natacha Polony.

Pas étonnant que Trump ait été élu, que le Brexit ait été voté, les gens qui entendent vivre à leur manière sans être taxés sans arrêt de raciste, sexiste, homophobe ou islamophobe en ont, pour être triviale, ras la casquette. Et voter Juppé, c'est voter socialiste en ce sens que son programme n'est pas si différent sociétalement de celui de la gauche idéologique.
Juppé élu, pour sûr qu'il leur fera de l'ombre aux socialistes qui se seront déplacés pour le mettre en selle. Ils seront les arroseurs arrosés.
Et de la même façon, la droite ne s'y retrouvant pas dans ce candidat qui, encore une fois, comme une suite logique depuis quarante ans, favorisera les minorités, le multiculturalisme tout en ne parlant que de rassemblement, les plus déçus se tourneront vers Marine Le Pen.

Les Français ont besoin de rupture et aujourd'hui, la gauche (la vraie, celle des ouvriers, celle qui défendait les pauvres et les sans-dents) est parfois partie vers le FN parce qu'elle a besoin de voir respecter les valeurs judéo-chrétiennes (sans être pour autant pratiquante), leur patrimoine artistique et architectural, leur langue, etc. et il reste la gauche idéologique, celle qui reste universaliste et multiculturelle. C'est cette bataille-là qui se jouera dimanche d'abord et à la présidentielle ensuite.

Et qu'on ne me parle pas de jeunes et de vieux, cela aussi est dépassé. Quand je vois l'entourage de mes enfants (champions du numérique façon NKM) aller voter Fillon, alors que certains votaient encore pour le PCF quand je les ai connus, et dont certains ne sont mariés que civilement... Une anecdote parmi d'autres car les langues se délient.
Il se passe bien quelque chose dans ce pays et les plus ringards ne sont peut-être pas ceux qu'on croit.

Jabiru

@oli71

Quand des donneurs de leçons trouvent insupportable et inimaginable le projet de F.Fillon de diminuer de 500 000 postes les effectifs de la Fonction Publique, ils devraient prendre connaissance des statistiques sur trente ans que vous affichez sur votre post 01:56.
1 550 000 fonctionnaires de plus sur trente ans ! Quand ils s'insurgent qu'aucun recrutement ne sera donc possible dans ces conditions ils oublient que les méthodes de travail ont été améliorées par des moyens modernes et que le rond-de-cuir n'a plus à se munir de ses manchettes pour aiguiser sa plume d'oie.
Le discours de la gauche c'est qu'il n'y a jamais assez de personnel.
Il est à espérer que la droite ne s'empare pas du même discours.
Et c'est là toute la différence entre une alternance apaisée et une alternance qui veut faire bouger les lignes et ainsi réformer le pays.
Quand je lis sur le projet Fillon qu'il a prévu d'investir 12 milliards d'euros dans la sécurité, la défense et la justice, je ne suis pas inquiet au motif que le Mammouth doit maigrir pour redonner des moyens aux services qui en manquent. Tout cela n'étant qu'une affaire d'organisation. Le pays a besoin contrairement à ce que déclare M. Valls d'une médication de cheval faute de se retrouver dans la situation d'un pays en faillite, ce qui l'est déjà un peu et même beaucoup.

Patrice Charoulet

@Lucile

Mille mercis.

@sbriglia

"L'insulte était rude !" était une plaisanterie, que la suite confirmait.

@Claude Luçon

1.Je n'avais pas remarqué ma politesse.
2.Je ne songe pas à vous "voler votre titre de Doyen".
3.Moins encore celui de "Filloniste en chef", pour la raison que voici : je ne l'étais nullement.
Je crois avoir expliqué par le menu comment je me suis retrouvé, à droite, parmi le gros bataillon qui a fait la décision. Auparavant, je n'en suis pas fier, j'avais été comme une foule de gens victime de la fable que l'on nous avait serinée depuis des mois, d'après laquelle nous aurions, c'était certain, un duel NS-AJ.

Tipaza

@ Jabiru | 22 novembre 2016 à 15:49

«J'entends que Juppé demande à Fillon de préciser sa position sur l'avortement.»

C’est dans l’adversité que se révèlent les caractères.

Juppé apparaît mesquin, petit, teigneux ce qui est différent de pugnace comme dirait Michael Edwards, en résumé, bête et méchant.
« Le meilleur d’entre nous » est un mauvais joueur.
Oserai-je dire que cette question sur l’avortement est un coup bas.

Souhaitons que ce comportement se termine par un hara-kiri pour lui.

Jabiru

J'entends que Juppé demande à Fillon de préciser sa position sur l'avortement. A titre de réciprocité j'espère que Fillon va demander à Juppé de préciser sa position sur l'islam en France.

Giuseppe

Il sera vite oublié le convive du Fouquet's, qui préférait les copains people à ceux qui l'avaient fait roi le jour même de l'élection.
Impardonnable et cela ne lui a jamais été pardonné.

On se prépare à la plus grande campagne des Restos du cœur, une précarité énergétique grandissante, que voulez-vous Marine n'a même plus à se baisser pour ramasser, l'aspiration est entamée.
Au lieu de se regarder dans le miroir tous les matins pour l'un, et l'autre de courir la gueuse sur un scoot, il devait sans doute y avoir un peu mieux à faire.

Ils sont tellement éloignés des préoccupations des citoyens - le yacht de Bolloré est tellement plus confortable - qu'ils sont les premiers responsables de leur propre déroute.
Je ne parle pas du Mou national qui a détenu tous les pouvoirs dont les 3/5 du congrès pour faire le ménage.

La limite de l'échec est celle de la promotion Voltaire, le monde est accessible à tous le numérique veille, et eux en sont restés encore à la criée des journaux dans la rue.
La surprise viendra de la finale, de l'ultime tour de piste, la lecture des réseaux sociaux vaut plus que tous les sondages, ils avaient prédit la victoire de FF, et désormais contre MLP pas question de refaire le Front républicain.

Trompés une fois, les électeurs, pour se retrouver avec un Président qui met à sac un pays, nostalgiques plus que jamais de Mongénéral le Politique, jamais cédant à la facilité toujours en marche avant, désormais ils se sont prononcés : plus de bling bling, plus de "ça va mieux" les électeurs ont été essorés.
C'est un général Motor qu'il nous faut pas de demi-dieux pour people, du vrai, du lutteur, de l'abnégation pour reconstruire.

Un pays qui culmine à 2200 mds de dettes et qui a 8,5 millions de citoyens qui vivent sous le seuil de pauvreté ne peut être un grand pays, il survit d'aides bancaires et vit de prêts pieds et poings liés.

Juppé juge que le plein emploi est à 6% de taux du chômage, il est bien modeste mais plus réaliste que ceux qui raisonnent en creux "supprimons des millions de fonctionnaires".
Il dit en vérité de commencer par remettre le pays à l'endroit depuis trente années tout dégringole et mon mandat servira cet objectif, pas si modeste en soi.

Florence

Sarkozy éliminé.
Maintenant, il faut éliminer Juppé.

hameau dans les nuages

@ Exilé | 22 novembre 2016 à 09:57

Il faudra que Philippe Bilger nous explique un jour pourquoi un homme disposant d'une telle intelligence ne comprend rien à rien aux attentes des Français en s'enfermant dans une attitude rigide de déni des réalités...

Parce qu'il n'a pas d'instinct croyant que l'intelligence et les petits calculs partisans suffit. Il suffit de voir la carte de son électorat. Majoritaire autour de Bordeaux et dans la Seine-Saint-Denis.

Je n'ai pas voté au premier tour de cette primaire. Je m'apprête à le faire au second tour pour éliminer Ali Juppé mais voter Fillon ne résoudra pas le problème de la France gouvernée par l'Europe.

https://lesbrindherbes.org/2016/11/21/voici-preuve-tangible-indiscutable-france-gouvernee-lue/

Frank THOMAS

@ sbriglia
"Fillon ou Juppé, ils s'en moquent dès lors qu'ils peuvent écraser l'infâme".

C'était sans doute vrai il y a 15 ans, lorsqu'il s'agissait de barrer la route à Jean-Marie Le Pen. Reste à prouver que la mobilisation sera la même contre Marine. J'en doute, et dans ce doute, je considère que la plus élémentaire prudence est de choisir le meilleur barrage.

sbriglia

"Le notable bourgeois de la Sarthe". L'insulte était rude !" (Patrice Charoulet)

Rude, l'insulte ? Diantre ! Nous ne sommes plus au temps de Flaubert et Maupassant et à tout prendre, il vaut mieux être notable "qui est digne d'être noté" que négligeable, et bourgeois que noble ou prolétaire pour gouverner la France... c'est la conséquence de 1789 !

Quant à la Sarthe : un homme qui a passé sa jeunesse face au garage Austin Healey ne peut être mauvais.

Et Juppé, "notable bourgeois des Chartrons" ?

Patrice Charoulet, vous êtes un grand...sentimental !

N'ayez pas peur... du vol des mouches et des fraises tagada.

De Solferino...

Mary Preud'homme (le prix de la trahison !)

@ sbriglia | 22 novembre 2016 à 08:01

Gé(r)onte pour eux !
Vraiment super cette primaire lalalalère !
Pour deux euros tu te paies Sarko, pour quatre Fillon et après avoir fait place nette pour ton propre parti, tu te fais même rembourser !

Lucile

@ Patrice Charoulet | 22 novembre 2016 à 11:37

Je ressens comme vous dans les media comme un frémissement de bonheur. Un air de fête. La bien-pensance de gauche aiguise ses couteaux avec délectation, la chasse au Fillon a commencé.

Le bon temps de Sarkozy est revenu pour eux, c'est juste la tête de turc qui a changé, ils vont pouvoir caricaturer, dénoncer, accuser, ameuter les foules et leur prédire une misère noire pour le peuple, l'opulence pour les riches, et la dictature pour tous, annonciatrice du retour des heures les plus sombres de notre histoire. C'est quand même plus drôle et moins terne que de patauger dans les remous boueux du gouvernement actuel, ou de disséquer les lieux communs du président. La longue et interminable descente de la gauche au pouvoir manque d'intérêt, il faut dès maintenant commencer à mettre des bâtons dans les roues du dirigeant qui aurait la prétention de redresser le pays. Les media se sentent à nouveau utiles. Libération ouvre le feu en représentant Fillon en femme (et quelle femme) pour bien le dégrader, et ce n'est qu'un début ; c'était à une époque un thème récurrent dans le journalisme américain pour déconsidérer les présidents et les pousser à être plus virils ; ils étaient caricaturés avec un sac à main (ou dans un cercueil).

Les journaux moribonds reprennent espoir, la droite arrive. Libération, Marianne vont faire ce qu'ils savent faire le mieux, crier au loup, et saper la crédibilité des hommes politiques les plus capables, quitte à bien déformer la réalité. Leur faculté d'oubli est étonnante : maintenant que Juppé est utile contre Fillon, on n'en parle plus du tout comme autrefois quand il était Premier ministre ; et on oubliera très vite les niaiseries et les énormes erreurs à répétition de la gauche au pouvoir pour grossir le moindre faux pas de la droite. Bien-pensance et dérision, c'est le cocktail douceâtre et fielleux que certains media ont à nous offrir, espérant ainsi couvrir l'échec retentissant de ceux qu'ils appelaient de tous leurs vœux. Ça commence.

Giuseppe

Ce qui m'agace toujours est que nous sommes dans un régime présidentiel, il faut tourner la page, les Allemands on l'a vu n'en sont pas moins efficaces et A. Merkel, "la femme la plus puissante du monde", rentre chez elle quand elle en a fini avec la politique.

Le régime inspiré par Mongénéral correspondait à une restauration de l'Etat et de ses valeurs morales, la Nation et sa place, l'intégrité comme code, aujourd'hui ce type de régime n'a plus de raison d'être.
Je repense à N. Brick qui pour faire genre critiquait la cantine de l'Elysée, je vois mal en Allemagne ce type de comportement digne d'un autre âge.

On veut des guerriers progressistes, le monde est ouvert et FF est à l'opposé de cette vision, il est aussi triste que la régression qu'il va nous proposer.

Supprimons tous ces professionnels de la politique et comme Macron allons à la pêche de la société civile bourrée de talents.

Claude Luçon

@ Patrice Charoulet | 22 novembre 2016 à 11:37

Arrêtez d'être si courtois et si poli vous allez nous donner des complexes.
Ce blog c'est celui de Philippe mais c'est aussi le Salon de Pascale pour les pseudo-philosophes que nous sommes, nous sommes ici pour discuter, être d'accord ou nous engueuler en toute fraternité librement, notre hôtesse est très tolérante.
Et je vous soupçonne d'être en train d'essayer de me voler mon titre de Doyen, n'y songez même pas.
En plus je suis le Filloniste en chef ici !
"Le notable bourgeois de la Sarthe" ? Pour la plupart nous sommes tous ici des notables bourgeois d'un département ou l'autre, Fadela Amara n'est que notre Marthe Richard moderne.
Amicalement.

Giuseppe

"Selon notre sondage Public Sénat/LCP réalisé par l’Institut Harris Interactive, 42% des personnes interrogées reconnaissent avoir voté au premier tour pour que Nicolas Sarkozy ne gagne pas la primaire.
Toujours d’après cette même enquête, ils ne sont que 23% à avoir voté pour faire gagner l’ancien président de la République et 35% ont mis leur bulletin dans l’urne sans rapport avec lui."

Alors on pourra dire que ce ne sont que des sondages, que la vérité va sortir des urnes. Juppé va s'accrocher, rien n'est perdu pour lui, imaginez le drop du demi-d'ouverture de l'équipe de France de rugby qui passe... Juppé le sait, il a quand même des appuis confortables, il est capable lui de mettre entre les barres.

Patrice Charoulet

Cher Monsieur,

Sur le sujet de M. Fillon, mon candidat du premier et du second tour, je me suis exprimé ce matin, ici, à 6h40. Ayant lu, depuis, "Le Parisien" et les pages qu'il consacre au futur président de la République, je tiens absolument à faire savoir à ceux qui n'ont pas lu ce journal que le portrait commence par une citation de... Fadela Amara. Elle appelait notre futur chef de l'Etat : "Le notable bourgeois de la Sarthe". L'insulte était rude ! S'en relèvera-t-il ? C'est "peanuts", en comparaison de ce qui l'attend dans les jours à venir sur France Inter, France Info, France 2, à Libé, à Marianne, à l'Obs, etc. Nous allons avoir droit à une propagande anti-Fillon digne de la Roumanie de Nicolae Ceausescu. Attachons nos ceintures !
Veuillez me croire, cher Monsieur, cordialement vôtre.

Marc GHINSBERG

@Michel Deluré

Bien sûr que les emplois ne sont pas statiques.
Mais si on supprime 500 000 emplois dans le public, il faut en créer 500 000 dans le privé avant d'espérer commencer à faire diminuer le chômage. C'est tout ce que je veux dire.
Monsieur Gattaz va pouvoir ressortir son badge !

sbriglia@Frank THOMAS

"Eh bien je prétends, moi, que l'électorat de gauche, détenteur de la solution, qui se trouverait en face d'un duel FN-Droite aura les plus grandes réticences à choisir Fillon, et beaucoup moins à voter Juppé."

Vous plaisantez, Frank ! Chez ces gens-là on se bouche le nez et on vote "contre la bête immonde au ventre... etc."

Fillon ou Juppé, ils s'en moquent dès lors qu'ils peuvent écraser l'infâme (disent-ils...)

La droite prête souvent à la gauche ses propres pudeurs de rosière... naïveté fatale.

Giuseppe

@bruno

Vous, vous êtes un cas, je comprends que votre champion, qualifié ici de "voyou", défait à plate couture, va vous manquer, mais enfin de l'air pur désormais.
Cela vous attriste et vous fait utiliser des mots que seuls les battus prononcent en somme comme ultime recours n'ayant pas d'autres arguments.

J'ai écrit ici qu'il fallait savoir rompre comme en escrime avec des personnages qui ne veulent pas entendre.
Je n'ai ni l'humeur ni l'envie d'être blessant ce serait me mettre à votre niveau, et il est bien bas me semble-t-il.

@Robert Marchenoir | 21 novembre 2016 à 21:46

Bob vous voyez des communistes partout... Bon, ce que je voulais dire c'est que les dents sont une image, deux de mes relations, une en Angleterre l'autre au Canada ont des assurances qui coûtent deux bras et quand elles reviennent en France elles font leur révision. D'ailleurs elles ont conservé ici toutes leurs cotisations.

Attention Bob, derrière vous un communiste vous épie, méfiance il pourrait vous dénoncer à la Stasi.

Cool Bob, cool sinon vous allez nous faire des cauchemars.

Giuseppe

@Savonarole | 21 novembre 2016 à 20:41

Avec un peu de mauvaise foi vous me demandez si j'étais fonctionnaire, non, par contre à tous les va-t-en-guerre qui voudraient rayer de la carte des millions de fonctionnaires, bon là j'exagère un peu, j'ai écrit "tout est équilibre".
Alors, à un certain Bruno qui m'oppose des faits ou des chiffres d'ailleurs, je voudrais quand même rappeler que le début de mes études a commencé par "l'équilibre statique des forces".

Rassurez-vous je n'ai aucune frustration, je suis bien logé, bien habillé, bien nourri et blanchi, ce qui me fait toujours bondir c'est la bêtise, l'insondable bêtise, et je maintiens que soutenir un NS qui nous a spoliés, dont ses propres partisans, est d'une crasse bêtise.
Je ne peux comprendre qu'il puisse avoir encore des partisans, mais bon.

Rassurez-vous, quand vous démarrez votre vie avec l'équilibre statique des forces, vous avez beaucoup de chance et peu de tomber au chômage.
Comme j'apprécie vos commentaires - je ne suis pas le seul ici et sans doute ailleurs - j'ai tenu à vous faire une réponse personnelle, un peu longue certes, je n'ai ni votre humour, ni votre concision mais j'apprends vite vous savez.

Giuseppe

@ Claude Luçon | 22 novembre 2016 à 05:33

Ils ont chargé la barque Fillon, Juppé caracolant en tête, ainsi ils étaient sûr d'éliminer NS qui semblait pour eux le plus dangereux pour un retour qui leur paraissait fracassant.
Nous verrons la suite.

Exilé

...les suffrages que son intelligence et son expérience auraient mérités.

Il faudra que Philippe Bilger nous explique un jour pourquoi un homme disposant d'une telle intelligence ne comprend rien à rien aux attentes des Français en s'enfermant dans une attitude rigide de déni des réalités...

Frank THOMAS

@ vamonos
"La question ultime qui mérite d'être posée est de savoir qui pourra battre Marine Le Pen l'année prochaine et je crois que Fillon a plus de bagage que Juppé pour relever ce défi."

Oui, c'est bien la question essentielle, et malheureusement la primaire tourne en rond sur elle-même et fait perdre de vue cette perspective qui seule compte.
Eh bien je prétends, moi, que l'électorat de gauche, détenteur de la solution, qui se trouverait en face d'un duel FN-Droite aura les plus grandes réticences à choisir Fillon, et beaucoup moins à voter Juppé.

Michel Deluré

@ Achille 21/11 18:46
"Je doute que les électeurs de gauche feront le déplacement pour choisir entre Juppé et Fillon..."

C'est peut-être moins évident que cela, les électeurs de gauche souhaitant privilégier celui qu'ils estimeront le moins dangereux pour leur propre candidat. Et à ce petit jeu, Fillon peut leur apparaître, à la présidentielle, moins rassembleur sur son projet que Juppé.

@ Marc GHINSBERG 21/11 22:27
"Car si on remplace un fonctionnaire, on permet à celui qui le remplace de trouver un travail".

Mais celui qui cherche un travail, a-t-il forcément besoin de le trouver dans la fonction publique ? Le véritable problème n'est-il pas en fait celui de la création d'emplois et surtout d'emplois productifs ? Nous pouvons fort bien ne pas remplacer une emploi de fonctionnaire sans augmenter pour autant le chômage si celui qui cherche un travail le trouve en dehors du service public. Ce n'est certainement pas en maintenant ou développant systématiquement un emploi public déjà pléthorique en France pour le résultat que l'on sait et qui pèse lourdement sur notre endettement et sur nos charges que nous allons dégager les moyens financiers nécessaires pour dynamiser notre économie et créer des emplois. Vous raisonnez en fait comme si le nombre d'emplois était définitivement fermé et que nous nous montrions dans l'incapacité de donner à notre économie les moyens d'en créer de nouveaux.

Jabiru

@Achille

J'entendais ce matin Juppé démolir Fillon.
Entre amis de trente ans j'ai bien l'impression que jeudi soir le climat va être à l'orage. La force tranquille va être confrontée à l'ire du maire de Bordeaux très vexé par le score de dimanche. Attendez-vous à savoir comme le disait Geneviève Tabouis que ça risque de faire des étincelles.

Marc GHINSBERG

@oli71

Comment expliquez-vous que l'Italie et l'Espagne qui ont beaucoup moins de fonctionnaires que la France aient un taux de chômage nettement supérieur ?

Le taux de chômage dépend de nombreux facteurs et en particulier de la productivité globale (publique et privée).

sbriglia

@Mary

Entendu hier soir sur Canal +.

Interrogé, Thierry Solère précise que l'excédent éventuel de la récolte des deux euros ira à la campagne du candidat choisi...

Et un journaliste de gôche de s'écrier : "Mais alors ceux qui à gauche vont voter à la primaire de droite vont abonder finalement à la campagne du candidat choisi ! Est-ce normal ?"

Sic !

Et c'est pour cela que votre fille est muette...

Je passe sur le journaleux qui conseillait à Solère de verser l'excédent aux bonnes œuvres...

Jean-Marc

@Marc GHINSBERG
"Car si on remplace un fonctionnaire on permet à celui qui le remplace de trouver un travail. Un élève de sixième, même non marxiste, est en mesure de le comprendre."

Oui l'élève de sixième peut le penser mais plus tard il étudiera les effets multiplicateurs et il comprendra que 50 000 euros investis dans le privé créent plus de richesses que dans ce fonctionnaire (peut-être même qu'il deviendra keynésien mais après il progressera encore).

Pour comparer simplement dans le seul domaine existant à l'identique : l'école. Il suffit de comparer le coût par élève du privé et du public.

calamity jane

Je me suis donc trompée : le puritanisme non seulement n'a pas de limites mais est en plus agressif et méprisant.
Sinon, de qui parlez-vous s'agissant de "nunuche" Madame la Mère du Commissaire Divisionnaire ? Votre commentaire est comment dire, vague ?!
De plus il ne cite que des pseudos...

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

  • CNews,"Face à l’info"
    Ludi 28 octobre de 19 h à 20 h, dialogue sur la Justice avec Eric Zemmour.
  • Causeur
    causeur.fr du 13 octobre "Philippe Bilger, le style fait l'homme", par Thomas Morales
  • Le Point
    Philippe Bilger : « Le mur des cons a fracturé la confiance dans la justice », lepoint.fr du 11 octobre.
  • Sud Radio, "Le Grand Matin"
    Tous les vendredis de 8 h 45 à 9 h 15, débat dans la Matinale de Patrick Roger.
  • CNews, "L'Heure des Pros"
    Tous les mercredis de 9h à 10h30, animé par Pascal Praud.
  • Sud Radio "Les Vraies Voix"
    Tous les jours du lundi au vendredi de 17h à 19h, émission de débat et de divertissement animée par Christophe Bordet.

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS