« Notre-Dame-des-Embrouilles... | Accueil | La vérité sort de la bouche des Anglais ! »

16 novembre 2016

Commentaires

azer

@sylvain
"Ce sont les métiers dits "sales", éboueurs, égoutiers... qui contribuent le plus à la propreté, alors que paradoxalement c'est dans les professions de prestige, politiques, financiers, hauts responsables... qu'on trouve le plus d'ordures..."

Brillante réflexion, qui consiste à comparer ce qui relève de la propreté au sens de l'hygiène avec la propreté au sens de la probité.
Si vous pensez qu'on trouve le plus d'ordures dans les métiers que vous citez, c'est que vous n'arrivez même pas à comprendre que c'est un simple effet d'optique dû à la visibilité médiatique de ceux-ci, ainsi que d'une plus grande visibilité des conséquences des erreurs qu'on y commet.
Il n'y a pas plus de vertu dans le peuple que dans les élites (autoproclamées, et souvent hélas adoubées par le peuple) : les vices des uns sont seulement plus visibles que ceux des autres.

On vous a menti à l'insu de votre plein gré : vous êtes major de promotion à Sup'Apéro...

Jean-Paul Ledun

Pujadas, Judas de la cause journalistique ! Dehors !


@sylvain
"Ce sont les métiers dits "sales", éboueurs, égoutiers... qui contribuent le plus à la propreté, alors que paradoxalement c'est dans les professions de prestige, politiques, financiers, hauts responsables... qu'on trouve le plus d'ordures..."

Dites donc sylvain, c'est bien quand vous faites court et sans insultes.
Bien et percutant.

Jabiru

Je viens d'entendre que MAM allait se présenter à la magistrature suprême. On aura tout vu ! A part droite dans ses bottes et au garde-à-vous, je ne vois pas bien ce qu'elle peut apporter au pays.

hameau dans les nuages

@ Savonarole | 18 novembre 2016 à 20:07

MDR ! Je me suis fait la même réflexion. En fait il y avait non pas une mais deux cornes de brume et cela change tout sur l'opacité des propositions. Je pense que cela devait passablement énerver Alain malgré qu'on lui ait dit que c'était un mal nécessaire pour créer l'ambiance.

https://www.youtube.com/watch?v=iGfHcazi3U0

Allez Alain !

sylvain

Ce sont les métiers dits "sales", éboueurs, égoutiers... qui contribuent le plus à la propreté, alors que paradoxalement c'est dans les professions de prestige, politiques, financiers, hauts responsables... qu'on trouve le plus d'ordures...

Savonarole

Ce soir, Juppé tout seul à l'écran, pas une seule vue de la salle, et un type dans les gradins qui souffle dans sa corne de brume pour nous faire croire à une ambiance folle de Stade de France.
Cela tranche avec les 7000 personnes au discours de Fillon. Eux au moins on les a vus.

breizmabro

@ stephane | 18 novembre 2016 à 18:16

Tout sauf Sarkozy ça devient une redite de vieux c... ; alors que vous, vous devez être extrêmement... (jeune).

azer

@Exilé

Je ne suis absolument pas surpris que vous sortiez encore une ânerie, étant donné votre incapacité déjà à comprendre des problèmes très simples.

Pouvez-vous nous citer vos "scientifiques parmi les plus renommés" : Claude Allègre, Benoît Rittaud, Vincent Courtillot, Laurent Cabrol (que des spécialistes...), ainsi que des noms moins connus dont on s'aperçoit que leurs travaux sont financés par des industries émettrices de GES ? Car bien entendu, on ne peut pas être à la fois juge et partie, n'est-ce pas ? Alors que les chercheurs en climatologie sont financés par l'Etat via le CNRS, l'Etat ayant bien sûr ourdi une machination destinée à faire payer des taxes aux entreprises et aux citoyens, taxes n'entravant nullement l'activité économique et générant donc des emplois, n'est-ce pas ? Car le but des Etats est de créer du chômage puisque le pouvoir de ceux qui les dirigent est conforté en proportion du nombre de chômeurs, n'est-ce pas ?

A moins que ce ne soient les fabricants d'éoliennes et de panneaux solaires qui aient ourdi la machination afin que ces mêmes taxes n'affaiblissent un marché existant en faveur d'un marché émergent ? Ils auraient donc soudoyé les chercheurs afin que ceux-ci aboutissent aux conclusions favorables au développement de leurs entreprises, le tout avec le concours d'une force infiniment supérieure : la finance internationale ! Et les chercheurs, dans les laboratoires du monde entier, travaillent d'arrache-pied afin d'établir "l'imposture du réchauffement climatique", mensonge destiné in fine à enrichir les juifs et les francs-maçons qui organisent le tout...

Ainsi parlait Exilé, Zarathoustra contemporain qui a finement compris qu'il ne ressort d'aucune volonté d'humiliation de demander à un élève de se mettre à quatre pattes pour ramasser ce qu'il a fait tomber, et dont l'alliance avec ceux qui seraient chefs d'escadrille s'ils utilisaient les engins qu'ils fabriquent constitue une force redoutable !

Non seulement le climato-sceptique est soit un ignorant, soit un menteur, soit un vieux dépassé par l'avancement des connaissances dans son domaine, mais il est dans tous ces cas un individu dépourvu du minimum d'esprit de géométrie qui lui permettrait de comprendre que, même si le réchauffement climatique était l'imposture qu'il prétend, les mesures à prendre pour lutter contre l'épuisement des ressources naturelles et des conséquences que vont avoir une population humaine de 9 mds d'humains sur les écosystèmes, et donc au final sur ces mêmes humains, sont les mêmes que celles qu'il faudrait prendre si le réchauffement climatique était bien une réalité !

@ duvent

Il est très douloureux de constater à quel point les hommes se trompent.
Il est encore plus douloureux de constater que certains ont raison. J'aimerais tant que vous ayez tort...

stephane

Sarkozy est plus performant pour critiquer le frère Bilger qui, lui, a rendu l'argent. Sarkozy se contentant de l'accepter.
Il ne répond toujours pas aux questions. Et ça marche encore. Juppé, éteint, rappelle Jospin en 2002. Pas de campagne, et il le paiera. Preuve qu'il n'a pas la lucidité requise pour le poste.
J'ai trouvé Poisson assez humaniste et son appel à la résistance du numérique est louable.
Copé je le trouve de mieux en mieux, mais n'était-il pas le président du groupe UMP qui votait les lois proposées ?
Il dit ce que les socialistes ne disent pas : la demi-part des veuves, l'augmentation exponentielle de la dette.
Pour le reste, on aurait dit Stirbois avant son accident de voiture (car après...).
Fillon jouait sur du velours, il ne s'est pas planté.
Le Maire et ses référendums...
Bref tout sauf Sarkozy, allons donc voter au deuxième tour, si Sarkozy est présent, après il ne faudra pas se plaindre.

calamity jane

Débat du 17 novembre 2016.
Je suis été fascinée par sa nullité !!
Sept mercenaires vivant et agissant (pour et dans) le même parti !

Je n'imagine pas Léa Salamé poser la question sur Z. Takieddine ; le concerné lui avait sans doute réservé un de ces adjectifs qualificatifs dont il a le secret pour les populations de banlieues.
L'accusation de "honte du service public" fait porter le chapeau à D. Pujadas et dédouane Mediapart et nous apprend qu'il préfère sévir sur les chaînes privées qui lui sont dévouées... bel exemple de considération pour un postulant à l'Elysée !
François ("le français") Fillon et ses hésitations pour essayer de s'affirmer. Ruth Elkrief l'a parfaitement rodé.
Par chance nous avions la dame qui terminait la série des débats avec une robe bleue après celles blanche et rouge. Mais qui connaît la signification du mot Egalité. Normal l'X sait former.
Avec sa visibilité pour l'à venir avec lequel(s) des mercenaires pourrait-elle la mettre en oeuvre ?
J.-F. Copé et sa magnifique BRIE-Commune dans "c'est ainsi que je compte gouverner la France avec que des croissants". Croissant ? De croître
bien sûr !
Bruno Le Maire : quelle présence tout de même... Il faut réfléchir davantage et poser assurément certains projets. Cela viendra.
J.-F. Poisson et son français impeccable et sans hésitations pour pouvoir quitter le plateau de France 3 !
Entre les deux débats nous avons eu droit à des supputations pour déstabiliser A. Juppé face à N. Sarkozy et qui se retrouve grosjean comme devant ?

fugace

@Claude Luçon | 17 novembre 2016 à 12:05
"...mais un volcan peut être "géré" avec un réseau de sismographes bien répartis"

Non, pas "géré" ! Les mots ont un sens. Le volcan "pétera" quand bon lui semblera. Tout au plus, les vulcanologues et leurs matériels pourront-ils suivre l'évolution des signes annonciateurs qui...

Pour ce qui concerne les grondements des populations (validés par nos énarques et ou élites) ici et ailleurs, qui peu dire quand les forces incontrôlées et incontrôlables entreront en résonnance ?
D'autant que si pour les volcans, nombre des signes annonciateurs sont désormais connus, pour les populations on demeure encore dans l'imprévisible.

@Jabiru | 17 novembre 2016 à 16:14

Il y a pourtant la Cour des comptes qui alerte régulièrement... sur la partie émergée de l'iceberg.
Un mal pour un bien, cet "iceberg du gaspillage" est lui aussi en train de fondre, nous apportant les preuves de ce que tous (ou presque) nous savions.

@Achille | 17 novembre 2016 à 20:26
"...disqualifier tous les hommes et femmes politiques ayant eu affaire à la Justice au cours de leurs mandats électifs..."

OUI, mais si et seulement si il y a eu condamnation. Sinon, c'est la porte ouverte à tous les possibles qui sont déjà en action, et boostés par un "état d'urgence" actuel très discutable.

@Mitsahne
"Il faudrait que l’invité ait assez de caractère pour quitter son fauteuil à partir de la deuxième agression et en disant pourquoi. Ce serait la meilleure leçon de politesse. Mais bien peu ont du courage…"
"Pour nombre d'émissions de ce type, je me force à ne pas censurer une quelconque d'entrée (une exception cependant : TPMP) ni tels ou telles invité(e)s, ni sujet. Néanmoins, je sais désormais assez facilement "zapper" et quitter définitivement l'écoute sachant que l'audimat est mesuré en temps réel."

J'ai d'innombrables lectures et replays en attente qui ne demandent que ça !

@Tipaza
"Pour autant ce ne doit pas être une préoccupation de Président de la République, c’est le domaine d’un Premier ministre et des ministres chargés des dossiers du numérique. Zemmour a raison".

Oui, le numérique c'est comme l'eau potable au robinet, ce n'est pas du niveau du président de la République !!

caroff

Hier soir, lors du débat entre les candidats de la droite et du centre, il y a eu une tentative de putsch !

Lorsque Fillon a indiqué à Pujadas et Elkabbach qu'il n'était pas utile d'initier des chamailleries entre ses petits camarades alors que la dernière partie de l'émission devait y être consacrée, une sensation étrange a saisi les spectateurs.
C'est en effet, à mon sens, la première fois que des journalistes sont mis en minorité dans une émission de télévision !!
Des journalistes qui malheureusement ont déshonoré une profession déjà mal en point : questions malvenues, interruption des interviewés, inégalité du temps de parole non corrigée...

Cela étant beaucoup ne regrettent pas d'avoir regardé ces émissions politiques, car on a pu voir que des candidats n'étaient pas à la hauteur des attentes (Le Maire, Copé), d'autres étaient surévalués (Juppé, NKM et même Sarko) tandis qu'un autre dont on faisait peu de cas jusqu'alors a brutalement émergé par sa rigueur et son absence de démagogie (Fillon !).

breizmabro

@ Exilé 17 novembre 2016 à 18:37

Chez les Daudet moi je ne connais qu'Alphonse, celui qui a écrit si joliment "Le sous-préfet aux champs" qu'aucun enfant ne lit plus à l'école. Pourtant ce conte est poétique ET écologique.

Mais ça c'était avant. Avant qu'un président de la République ne reçoive à sa table un JoeyStarr, cofondateur de Nique Ta Mère.

Autres temps autres mœurs (citation attribuée à Cicéron. C'est dire...)

Exilé

@azer
Donald Trump est un climato-sceptique assumé (...)

Trump dit ce qu'il veut, il n'en demeure par moins que de nombreux scientifiques parmi les plus réputés ont dénoncé l'imposture de la théorie du réchauffement climatique d'origine anthropique, théorie échafaudée par un cénacle de gens qui relèvent plus du monde de la politique que de celui de la science.
Parmi les contestataires de cette théorie a figuré le climatologue français Marcel Leroux.

breizmabro

@ Jean le Cauchois | 17 novembre 2016 à 20:34

Mais tonnerre de Brest ;) mon cher Jean, il faut comparer ce qui est comparable.

Les FNFL c'était avant, du temps où TOUS les hommes sains de l'île du même nom ont eu CONFIANCE en de Gaulle.

Pour le rêve ou l'espérance ils avaient quand même embarqué des aumôniers...

Tipaza

@ Claude Luçon | 17 novembre 2016 à 16:03
« C'est précisément ce qu'a fait le grand Charles : gérer la France et nous savons tous ce qu'il pensait de la politique, »

La référence aux grands hommes a ceci de bon, c’est qu’on peut leur faire dire et faire un peu ce que l’on souhaite qu’ils aient dit et fait...

Le grand Charles comme vous dites a aussi dit :

"La politique de la France ne se fait pas à la corbeille.
L’intendance suivra."
Parlant de l’ONU il qualifiait cette instance de « Machin »
Quant à l’Europe, il se moquait de ceux « qui sautaient sur leur chaise comme un cabri en disant l'Europe, l'Europe, l'Europe ».

Alors si vous voulez qu’il ait géré la France, je veux bien, mais dans le contexte international qui est celui d’un Président, un vrai de vrai, laissant le Premier ministre gérer le pays dans le contexte national.
Il faisait la différence entre le pays dans son quotidien et la France dans son histoire.

Le débat d’hier confirme à nouveau que la seule ambition des candidats de la droite, à l’exception de Poisson, consiste à renoncer encore un peu plus à la souveraineté de la France au profit d’un machin européen.

Une politique de lemmings se précipitant dans la mer du « tous ensemble » européen, pour éviter la prise de responsabilité ultime qu’implique le pouvoir.

@ caroff | 17 novembre 2016 à 14:24
« Oui, le numérique c'est comme l'eau potable au robinet, ce n'est pas du niveau du président de la République !! »

Je sais bien que les revues de vulgarisation parlent de l’électricité comme d’un fluide, mais c’est une image qu’il ne faut pas prendre au premier degré au point de confondre l’électricité qui sort des prises de courant avec l’eau du robinet.

Les barrages hydrauliques comme ceux d’Assouan ou du Lac Powell relèvent de décisions présidentielles, la distribution de l’eau comme de l’électricité qui en résulte relève du Premier ministre.

Il en est de même du numérique, il faut la différence entre le fondamental et la mise en œuvre pratique.
Hier soir NKM a balancé entre les deux positions, passant du fondamental présidentiel au pratique ministériel.

Nous avons eu droit à son numéro de fée numérique nouvel avatar de la fée électricité du début du XXe siècle.
Les siècles se suivent et se ressemblent par les fées qu’ils nous offrent !
Celle d’hier m’est particulièrement antipathique.

Jean-Paul Ledun

Pujadas de plus en plus nul. Bravo à F. Fillon pour avoir refuser son injonction de "guerroyer" avec ses collègues.
Sarko a bien fait comprendre par un regard que "moi président, Pujadas tu prends la porte"... ça fait peur.
Pujadas pour une fois ne s'est pas déplacé pour rien !
"Les pipistrelles" (Savo) m'ont vraiment fait des vacances ce soir.
La pauvre Léa privée de "bla-bla-moi-je-sais-tout" va se venger sur le premier politique venu...
NKM, tête de linotte, qui en guise de conclusion nous dit que sa candidature c'était du bluff mais qu'il fallait voter quand même en masse pour elle (?).
C'est tellement nul qu'elle a dû relire deux fois ses notes.
Une femme si intelligente. What a pity...

azer

@ calamity jane
"Il me manquait de savoir comment F. Fillon allait apprendre à ses petits-enfants à piloter un drone !"

J'ai vu cet extrait où après avoir déploré que Fillon avait les sourcils trop fournis et qu'il a répondu qu'il préférait le naturel à l'artificiel, preuve de son absence d'innovation dans la démagogie, notre aficionado montrait à la ravissante KLM sa capacité à l'envoyer en l'air : il sait piloter ! Un drone de grand magasin !
Tout le monde n'a que l'engin qu'il peut, et tout le monde n'est pas Rocco...

Sarcasmes à part, qui montrent que je ne serais pas intervieweur car il me serait trop facile de démasquer la médiocrité intellectuelle et humaine de mes invités, je vous parie ce que vous voulez que ce n'est même pas lui qui pilotait à l'aide de sa tablette tactile d'homme né vieux, et qu'on reconnaît à leur manie de paraître "vivre avec son temps". Car notre zozo pilote un drone en effleurant de son doigt un écran tactile, sans même vraiment regarder l'engin dangereux qu'il manie (si les pales des hélices vous touchent la peau, vous allez aux urgences, même avec un moteur de faible puissance comme celui des drones de supermarché), et l'engin s'arrête tout seul comme un grand à une distance de sécurité ?
Ou bien s'est-il contenté d'appuyer sur une touche qui lance un programme défini par un collaborateur averti ?

J'en profite pour faire remarquer ceci, et qui n'est pas sans rapport avec le fond de mon intervention : personne (à ma connaissance) n'a remarqué qu'outre la posture digne d'un cow-boy hollywoodien qui roule des mécaniques et auquel ne manque que le colt à la ceinture, les mains de F.Hollande ont été retouchées sur sa photo officielle, afin de donner à l'énarque grassouillet et à la mine sympathique une virilité que l'immaturité des électeurs réclame comme gage qu'il saura les protéger...

Claude Luçon

@ boureau | 17 novembre 2016 à 20:04

Vous avez plus que raison, le numérique n'est qu'une étape dans l'évolution de la technologie, les premiers robots industriels conçus par Renault travaillaient sur les chaînes de fabrication des moteurs dès 1950, je les ai vus.
NKM qui en fait son credo semble ignorer que grâce au numérique les Américains sont allés sur la lune et qu'en France et en Angleterre on mettait au point le Concorde, une merveille de technologie, en 1969, quatre ans avant sa naissance. Cela ne fut possible que grâce à l'électronique basée sur le numérique.
Si nous avions des dirigeants dignes de ce titre ils sauraient profiter de cette évolution et des possibilités qu'elle offre pour s'attaquer sérieusement à la liste des problèmes que vous soulevez.
NKM présente mal son projet, elle devrait commencer par votre liste et expliquer comment elle entend résoudre ces problèmes avec les moyens modernes que nous offre la numérisation. A commencer par un vaste programme d'aide au développement de l'Afrique francophone qui créerait des milliers d'emplois en France dans bien des domaines : transports, infrastructures, électricité, eau, santé, communication, éducation, industries... ainsi qu'un idéal pour nos jeunes, le fameux "Vivre ensemble", tout en parlant la même langue.

Michelle D-LEROY

@ Savonarole

Je vous trouve inénarrable mais par ailleurs, comme vous, après ces trois débats avec sept candidats sérieux et compétents, je reprends confiance en la politique... même si au final je voterai pour mon candidat favori.

Trekker

@ Savonarole 17 novembre 2016 à 21:23
"21h20, c'est pas le moment de téléphoner aux Bilger pour un dégâts des eaux dans la cave."

C’est certain ils doivent être rivés devant leur télévision pour regarder le… lancement de Thomas Pesquet (notre dixième astronaute) depuis Baïkonour. Ah dammed, Robert Marchenoir vient de hurler ! Ferais-je erreur ?

Mary Preud'homme

@Savonarole | 17 novembre 2016 à 22:36

Bien d'accord.
Un bémol cependant pour Copé qui avait l'air assez déçu que ce dernier round se passe sans heurts et avec une civilité (en dépit de quelques divergences) qui fait honneur à la démocratie en général et à la droite en particulier.

azer

Admirons la logique de ceux qui fustigent les élites, alors qu'ils en font partie ! L'émission de Karine Le Marchand est intéressante car elle éclaire sur la personnalité de ses invités.

L'hypothèse que ceux-ci ne cherchent qu'à donner l'image d'eux qu'ils imaginent que les électeurs apprécient est au-delà des capacités cognitives de nos fins analystes, dont les seules prédictions avérées concernent le passé...

Je prédis donc, sans le moindre risque d'erreur puisque les mêmes causes produisent les mêmes effets, que ce ne sont pas les cavaliers et cavalières qui manqueront au prochain bal des cocus.

azer

Donald Trump est un climato-sceptique assumé : « Le concept du réchauffement climatique a été créé par et pour la Chine pour rendre l'industrie américaine non compétitive », écrivait-il dans un tweet daté de 2012.

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2016/11/17/20002-20161117ARTFIG00163-petrole-charbon-pourquoi-trump-fait-trembler-les-defenseurs-de-l-environnement.php

Certains pensent qu'il est "intelligent", preuve qu'on ne peut pas juger d'une chose dont on est dépourvu.
On a peine à imaginer ce que dirait Trump s'il était idiot, mais on comprend pourquoi ceux qui protestent contre le "système" en déléguant leur pouvoir à un homme qui se vante de ne pas payer ses impôts le sont...

Savonarole

On dira ce qu'on voudra mais le spectacle ce soir de cette droite nous rassure.
Souvenez-vous de la primaire de gauche, d'où Manuel Valls, ressorti avec un 6%, est devenu ensuite Premier ministre de la France.
Une Martine Aubry, boulangère épanouie, toujours aussi nulle.
Jean-Michel Baylet préconisant le cannabis dès la maternelle.
Déjà on pouvait percevoir la catastrophe qui nous attendait.
Il fallait dès lors être un sombre abruti pour voter Hollande.

Savonarole

21h30, une demi-heure sans les pipistrelles hurleuses de BFMTV.

Savonarole

21h20, c'est pas le moment de téléphoner aux Bilger pour un dégâts des eaux dans la cave.

Jean le Cauchois

@breizmabro le 16/11 à 22:29
"...mais comme nous sommes républicains et laïques" "du rêve et de l'espérance" "nous laissons cela aux curés de nos paroisses"...

Chère breizmabro, les spécialités de votre magasin me laissent supposer que vous poursuivez votre séjour sur l'île qui vit son recteur la quitter, mais ses homards bleus rester. Alors je m'interroge sur "le rêve ou l'espérance" qui poussa vos grands anciens à rejoindre les FNFL.

Achille

@Jabiru | 17 novembre 2016 à 16:14

Première mesure pour épurer le monde politique, disqualifier tous les hommes et femmes politiques ayant eu affaire à la Justice au cours de leurs mandats électifs, ce qui élimine déjà trois des candidats en lice de la primaire de la droite et du centre.
Idem pour ceux qui n’ont pas respecté leurs promesses électorales. Un bon programme doit être pertinent et réaliste et donc être capable d'anticiper les difficultés majeures susceptibles d'intervenir en cours de mandat.

Cela inciterait ceux qui prétendent accéder à la fonction suprême à tenir un langage de vérité et non celui d’un camelot de foire.

Avec simplement ces deux mesures, je pense qu’on y verrait beaucoup plus clair et réconcilierait les citoyens désabusés avec la politique.

boureau

@Achille

Ce que je voulais exprimer c'est que le numérique est devenu, pour les politiciens, l'alpha et l'oméga, notamment pour NKM et Macron.

Il faut quand même revenir les pieds sur terre de temps en temps.
OK pour admettre volontiers l'importance du numérique dans notre vie quotidienne et pour l'avenir, mais sans oublier d'autres priorités dont en parler et chercher des solutions ne fait pas ''moderne'' du tout :

Plus de 4 000 000 de chômeurs toutes catégories confondues
9 millions de pauvres
130 000 jeunes qui sortent du système scolaire chaque année sans la moindre formation
Des formations politiques à bout de souffle
Des syndicats qui ne représentent quasiment rien
Un Etat boursouflé, impuissant et incompétent
etc. etc.
La liste est interminable.
Avoir la prétention - légitime - de devenir Président c'est surtout s'occuper de cette liste infernale !
Mais c'est plus chic de parler du numérique effectivement à chaque intermède médiatique !
Cordialement

Ellen

Premier meeting d'Emmanuel Macron à Marseille, ce soir.

Excellent orateur le jeune Emmanuel et sans jeter un seul coup d'oeil sur ses feuilles pendant son discours de 45 minutes. Tout est dans sa tête. "En marche" vers la révolution démocratique ?

Avec tous les participants à la Présidentielle, il va y avoir du sport...

A suivre dans les semaines qui viennent.

Exilé

De vrais débats politiques mettant en scène des gens en désaccord total sur des sujets de fond sont-ils encore envisageables en France, à la place de la bouillie pour chats qui semble être actuellement servie aux auditeurs qui s'en satisfont ?

Pouvons-nous rappeler que dans les années 1900 des journalistes - Léon Daudet par exemple - pouvaient solder un désaccord sur le pré, en présence de deux témoins, d'un arbitre et d'un chirurgien ?

Trekker

Totalement d’accord avec votre propos "J'avais jugé absurdes et condescendantes les attaques contre l'excellente émission de Karine Le Marchand et plus spécialement à l'encontre de celle-ci qui, profane en politique, s'était aventurée dans le domaine des spécialistes." 

Certes elle innove avec ce genre d’émission non dénuée d’intérêt, et la vouer aux gémonies dès la première est fort injuste. Nous faire découvrir l’intime de nos politiques sous un aspect a priori bienveillant, nous en apprend quand même sur leurs ressorts cachés et leurs passions. Cela permet de découvrir en partie chez eux la cohérence ou non avec l’image publique qu’ils projettent. Exemple : J-L Mélenchon n’a pu masquer son aspect rigide et fort conventionnel.

Son émission vaut bien ONPC qui n’est que complaisance la plus servile vis-à-vis des politiques, ou alors plus rarement qu’un tribunal accusatoire.

Je m’étonne que pour l’ex « procureure » vedette de ONPC, Léa Salamé, personne n’ait souligné sa promotion - plus trivialement « serveuse de soupe » - dans ces deux nouvelles émissions télé au cours de la quinzaine écoulée. Consacrer un portrait à Alain Delon - certes immense acteur dans certains de ces films - centré sur « Le Guépard » en omettant pieusement de le questionner sur l’homme qu’il a été, cela était du niveau de Drucker ou de Gala.

Le summum fut atteint avec Rocco Siffredi - acteur ou plus exactement hardeur de films X - qui n’a participé dans toute sa carrière qu’à un film « classique ». A croire que Léa Salamé lors de son interview, faisait sa promotion pour le compte de Hot Vidéo ou de Marc Dorcel TV !

Claude Luçon

@ Michelle D-LEROY | 17 novembre 2016 à 15:35

Comme précisé par ailleurs je persiste à croire que le rôle du Président est de gérer le pays et j'estime que Zemmour a tort quand il écarte la gestion du sujet qu'est l'élection présidentielle.
J'ai par ailleurs aussi mentionné de Gaulle en référence à ce propos.

Pour moi le numérique n'est pas une révolution, c'est une évolution qui s'étale sur plus d'un siècle.
Le numérique est basé sur le système binaire qui était enseigné au moins dans les écoles d'ingénieurs en 1950 et avant.

En 1960 mon employeur m'a rapatrié en France pendant six mois pour étudier la nouvelle électronique née des transistors. Nous utilisions le numérique dans l'exploration pétrolière dès 1960 et cette technologie n'a cessé d'évoluer et de se miniaturiser depuis, passant des triodes au transistor au chip au micro-chips puis aux circuits imprimés. Nous n'étions pas la seule industrie à connaître cette évolution.
On ne peut pas plus se "foutre" de la numérisation, ou de l'évolution de l'électronique, qu'on ne peut se foutre de l'évolution humaine.

NKM a raison au moins sur ce point, le monde continue d'évoluer humainement, scientifiquement et technologiquement et c'est précisément pourquoi on doit se "foutre" de la politique et se concentrer sur la gestion de la planète, numérisation et écologie comprises.

Exilé

Les écoles de journalisme(...)

Ah ! Ces ineffables écoles de journalisme françaises, derniers bastions au monde après celles de la Corée du Nord du formatage de type soviétique...

Il y a quelques années, j'ai entendu une journaliste, actuellement « free lance », expliquer qu'ayant à l'école de journalisme qu'elle fréquentait alors refusé de lire un ouvrage qui heurtait ses convictions imposé dans le cadre de ses études, elle avait été convoquée par la directrice qui lui a méchamment dit : « on vous brisera ».

Tout ça pour formater des citoyens pensant comme des soviétiques, dociles comme des veaux soviétiques, heureux de vivre en démocratie populaire, ne contestant pas l'histoire réécrite à la sauce soviétique diffusée par une pseudo-éducation nationale du même tonneau, ne trouvant rien à dire à la chape de plomb soviétique jetée sur la liberté d'expression, ne remettant pas en cause le système de santé soviétique, ne rejetant pas des syndicats d'inspiration soviétique, ne récusant pas des magistrats de type soviétique, etc.

Bref, il n'est pas surprenant que des gens qui ignorent que l'URSS s'est effondrée se soient retrouvés au bord de l'apoplexie quand ils ont appris l'élection d'un certain président...
Il n'ont d'ailleurs toujours pas compris ce qui leur arrivait.

C'est probablement ce qui est aussi arrivé aux dinosaures avant leur extinction.

Jabiru

@Achille

Ce qui serait idéal, encore que l'idéal soit bien difficile a cerner, c'est de faire la chasse aux inégalités et aux dérives financières les plus flagrantes pour que les plus nécessiteux puissent au moins vivre dans la dignité. Que d'argent public dilapidé, notamment par les élus, qui pourrait soulager une partie de ceux qui rament en permanence.
Je sais bien qu'il s'agit d'une utopie mais voir le fossé continuer à se creuser entre riches et pauvres ne peut que générer de la rancœur.
Un ministère de la Chasse aux abus serait le bienvenu, peut-être que ce soir un de ceux qui visent le poste suprême en aura l'idée ! J'en doute.

Claude Luçon

@ Tipaza | 17 novembre 2016 à 10:59

Zemmour a dit : "le numérique tout le monde s'en fout", pas particulièrement le président.
Le point était qu'il ne voulait parler que de politique et ignorer la gestion, or le job du Président que nous allons élire est de gérer le pays au-dessus de la politique. A ma connaissance tout le monde s'accorde pour regretter Charles de Gaulle, sauf les Pieds-Noirs bien sûr (un détail à ne pas ignorer quand on parle de Zemmour), tout le monde s'en inspire et c'est précisément ce qu'a fait le grand Charles : gérer la France et nous savons tous ce qu'il pensait de la politique, tout au moins ceux qui étaient nés et adultes à son époque.
La politique est du ressort du parlement qui approuve ou combat la gestion du pays par le gouvernement sous la direction du Président. C'est comme cela que je comprends notre Constitution, ayant vécu sous trois d'entre elles sans compter l'Etat français entre la troisième et la quatrième.

Michelle D-LEROY

@ Claude Luçon

Eric Zemmour a quand même raison car le numérique c'est comme l'écologie. Ce sont deux sujets incontournables et complètement nécessaires à notre époque. Sauf qu'ils ne sont pas une politique à eux seuls.
Si on prend l'écologie, elle doit faire partie de toute politique gouvernementale intégrée aux décisions à prendre quelle que soit sa couleur politique.

Idem pour le numérique. Qui envisagerait aujourd'hui de travailler sans les outils informatiques, sans les réseaux Internet, sans les développements de plus en plus pointus du numérique ? Patrons de grandes ou petites entreprises, travailleurs indépendants, recherche scientifique ou services administratifs de la Fonction publique, etc. tous les utilisent, tous cherchent à les développer ou les optimiser et les formations vont avec, même s'il existe encore quelques rares réfractaires. Mais là encore c'est un volet politique, un ministère, pas une politique à part entière.

breizmabro

@ Ellen | 17 novembre 2016 à 12:36
"@breizmabro et caroff : Votre idée est fantastique"

L'idée initiale est de Paul Duret (16 novembre 2016 11:22) mais il est vrai que c'est une idée qui devrait être appliquée. On pourrait l'intituler "qui veut gagner le droit d'interviewer des hommes/femmes politiques ?"

Mais ne rêvons pas, ces gens sont tellement imbus de leur connaissances, incontestables, qu'ils ne se prêteraient certainement pas à cette dégradante manifestation populiste (ils adôôôrent ce mot) :-D

Achille

@boureau | 17 novembre 2016 à 13:53

Qu’on le veuille ou non, le numérique a transformé en profondeur notre comportement. Les applications multiples et variées s’immiscent partout, non seulement dans notre vie professionnelle, mais également notre vie privée.
Déjà les SMS ont pris le pas sur nos communications téléphoniques, les e-mails sur les fax, la gestion de nos comptes et de nos contrats divers ne se font pratiquement plus que sous le mode informatique, même le vote est devenu informatique aux Etats-Unis et sans doute bientôt aussi chez nous.
Ne parlons même pas des applications multiples et variés pour choisir un hôtel, un lieu de vacances, un moyen de transport ou tout simplement pour télécommander à distance nos équipement ménagers à la maison et j’en oublie certainement.

En ce sens NKM et Emmanuel Macron ont parfaitement raison de souligner l’importance du numérique dans notre vie de tous les jours. Certes il a pour effet de supprimer certains métiers essentiellement manuels, mais en contrepartie il en crée d’autres qui nécessitent plus de qualification et donc sont plus motivants et mieux rémunérés.

Ce mouvement est irréversible et il nous faudra désormais vivre avec pour le pire et pour le meilleur.

fugace

@ Claude Luçon | 16 novembre 2016 à 23:46

Définition du vieux Larousse.
gérer : administrer une fortune, un bien, conformément aux intérêts de celui qui les possède. 
J'ai pour ma part longtemps pensé que l'on devrait s'inspirer de l'entreprise pour gérer un pays. Il est probable sinon certain qu'un chef d'entreprise ne fera sans doute jamais un bon président de la République. Car les tenants et les aboutissants ne sont pas similaires.

@ Exilé | 16 novembre 2016 à 20:36

Exemple, le Ca Huzac : combien d'années déjà ?

@ Jean le Cauchois | 16 novembre 2016 à 19:55
"...continuez à nous proposer de l'inédit visuel"

Voici l'œil de lynx de PB. Sur la photo choisie, ma moitié me fait remarquer qu'un événement heureux serait en préparation pour le couple de L.S.

C'est vrai qu'à y regarder de plus près...

@ Ellen | 16 novembre 2016 à 19:40

Eh ben si !!

Le revoilà ce soir : pourquoi Léa Salamé a-t-elle été zappée ?

http://www.msn.com/fr-fr/divertissement/celebrity/pourquoi-l%C3%A9a-salam%C3%A9-a-%C3%A9t%C3%A9-zapp%C3%A9e/ar-AAkozG1?li=BBwlBpb&ocid=spartandhp

Achille

@Jabiru | 17 novembre 2016 à 11:30

Il est clair que l’élection de Donald Trump, que personne n’avait vu venir, inquiète nos politiques qui depuis un demi-siècle se sont occupés des affaires de la France.

C’est Jacques Chirac qui en 1995 avait choisi comme thème de campagne la fracture sociale. Eh bien maintenant ce n’est plus un épouvantail destiné à inciter les bons citoyens à bien voter. Non la fracture sociale est là, bien réelle et après s’être manifestée aux Etats-Unis, elle est bien capable de chambouler le bel ordre moral en France également.

Déjà certains intellectuels commencent sérieusement à vouloir remettre en cause le suffrage universel. Pensez-donc, si maintenant les « sans-dents » se mettent à vouloir voter en dehors des limites soigneusement définies par le politiquement correct où va-t-on ?

Le vote censitaire, bref le retour au bon vieux régime de Louis-Philippe. Là au moins pas de surprises. Le monde des affaires, celui de la politique, sans oublier les médias stipendiés par les deux précédents peuvent continuer à faire leurs petits arrangements tranquillement.

Aujourd’hui la démocratie est vraiment devenue le pire des systèmes pour ceux à qui elle échappe.

caroff

@Tipaza
"Pour autant ce ne doit pas être une préoccupation de Président de la République, c’est le domaine d’un Premier ministre et des ministres chargés des dossiers du numérique. Zemmour a raison".

Oui, le numérique c'est comme l'eau potable au robinet, ce n'est pas du niveau du président de la République !!

Giuseppe

"Vive les émissions politiques !" (PB).

Oui et surtout qu'on mette sur la table les dessous de table.
Comment qualifier ces valises, ces porteurs, ces liquidités.

Dans toute émission politique on devrait présenter le pedigree du concerné : mises en examen, tout ce qui touche à sa vie de justiciable, là serait la transparence, pour le reste le chienchien à sa mémère je m'en moque, la vérité de la démocratie passe par le CV, on postule au plus haut de la hiérarchie politique, cela mérite l'information de tous et chacun d'en prendre ou de laisser.

Peu sont blancs comme neige, c'est la triste réalité, ils ont pour beaucoup les "doigts qui collent", sans compter les mesquineries dissimulées concernant leur patrimoine, ce côté vorace dû au fait qu'ils sont des professionnels du mandat m'exaspère au plus haut point, vivement de l'air frais et un nouveau candidat, le jour est proche et notre avenir passe par là, nos libertés aussi sûrement.

boureau

''L'horreur numérique'' ou/et ''L'intelligence collective''

Le numérique et les start-up sont les nouveaux veaux d'or de ce début du XXIe siècle devant lesquels chacun est prié de s'incliner. Nos deux jouvenceaux candidats à la présidentielle, NKM et Macron, en imprègnent leurs discours et leurs conversations : c'est tellement ''moderne'' !!

On nous prédit les pires cataclysmes si nous ne nous jetons pas tous immédiatement dans ces deux concepts. La réalité est autrement moins brillante et prometteuse. Les dirigeants d'entreprise sont beaucoup plus circonspects : selon une étude demandée par l'Observatoire social de l'entreprise, seul un dirigeant d'entreprise sur trois juge le numérique stratégique et 71% des patrons des PME ne sont pas convaincus de son importance.

Si le numérique est primordial dans certains secteurs, il n'en demeure pas moins, dans un premier temps, destructeur d'emplois.

Quant aux start-up vantées surtout par des financiers avides de spéculation, elles créent très peu d'emplois. Il n'existe aucune statistique à ce sujet et pour cause : le nombre d'emplois créés est si peu élevé que leurs partisans préfèrent ne pas en parler.

Heureusement, en face de ces deux mirages il reste un atout vieux comme le monde et que nos politiciens hors-sol oublient : c'est l'intelligence collective, sa créativité et son savoir-faire. Pas celle des bac+15 mais l'intelligence de simples citoyens et travailleurs qui créent et pérennisent le vrai tissu assurant la colonne vertébrale de l'activité économique.

Si nos élites rêveuses voulaient bien redescendre sur terre, elles se rendraient compte que l'intelligence collective de centaines de milliers de travailleurs est largement sous-utilisée en France.

Si elle était réactivée et l'objet de tous les soins de l'Etat avec notamment une profonde réforme de l'Education nationale et de la formation professionnelle (32 milliards d'€ annuels), cette intelligence collective permettrait plus sûrement que le numérique et les start-up un redressement spectaculaire de notre pays.

Cordialement

Ellen

@breizmabro et caroff

Votre idée est fantastique. Il faut les mettre pieds au mur. Interviewer certains journalistes équitablement. A chacun sa responsabilité. Seulement voilà, rêver c'est bien, mais pour que le rêve devienne réalité, il faut oeuvrer et activer cette idée sur tous les réseaux sociaux. Facebook, YouTube, blogs, tweets, presse indépendante et que sais-je.

M. Bilger, expert dans l'art de poser des bonnes questions et sachant écouter sans interrompre et eu égard à ses connaissances générales approfondies, pourrait nous y aider ?

On commence par Elkabbach ?

Claude Luçon

@ Exilé | 17 novembre 2016 à 10:17
"Nous sommes en train de danser sur un volcan et un jour la priorité ne pourra plus être donnée à la gestion mais à la simple survie."

Exact, mais un volcan peut être géré avec un réseau de sismographes bien répartis et protéger les populations. Le drame est que nos énarques n'étudient pas la géophysique humaine et n'ont pas la moindre idée du "manteau" qui gronde devant leur nez, pas sous leurs pieds comme dans le cas des volcans.

@ Robert Marchenoir | 17 novembre 2016 à 10:44

Oui pour la nunuche, encore que je l'avais qualifiée d'un peu verte en référence à la fois à son expérience et au fameux accord de Grenelle dont elle se vante. Ceci dit avec cinq ou dix années d'expérience je pense qu'elle pourrait faire un bon président, le fait qu'on ait l'esprit d'entreprise dans la famille est plutôt un bon signe.

Pour changer de sujet, il était amusant de voir Macron, hier, annoncer sa candidature à la présidentielle dans une école pour apprentis mécaniciens, en effet l'atelier avait été redécoré pour cacher les machines, en plus il n'y avait qu'un seul apprenti (président) dans le public, Emmanuel Macron soi-même.
Pourquoi ?
Il pensait peut-être à l'entretien de ses autocars.
Ou avait dû conclure, comme pour les ouvrières bretonnes illettrées, que des apprentis mécaniciens passés par l'école de Najat n'étaient pas suffisamment lettrés pour comprendre ce qu'il allait annoncer, en bons fils desdites bretonnes probablement. En plus, ces apprentis n'avaient sans doute pas les costumes adéquats, faits sur mesure à Savile Row. Des bleus de la mécanique en bleus de travail auraient été déplacés dans un meeting chic et puis, comme écrit Lucile, Macron est plutôt du genre maçon que mécanicien.
Mauvais choix en bref, digne du gouvernement auquel il a appartenu quelques jours.
Il aurait dû choisir un chantier de construction d'immeuble pour sa déclaration tant attendue (!) avec des apprentis maçons ce qui aurait été plus prometteur pour notre futur, celui des sans abris et des mal logés en particulier.

Exilé

@Robert Marchenoir
"Son insistance à prétendre qu'on va changer la politique avec des ordinateurs témoigne d'une inquiétante naïveté."

Mais d'une certaine manière, elle n'a pas tout à fait tort : il est possible d'envisager que toute cette classe politique ruineuse composée de nuisibles et d'inutiles dont elle est un exemple soit remplacée un jour par un super-ordinateur comme celui-là :

http://www.developpez.com/actu/100265/La-Chine-a-construit-un-supercalculateur-ayant-un-pic-de-performance-de-124-petaflops-Sunway-TaihuLight-est-le-plus-puissant-superordinateur-au-monde/

Il faudra que ces politiques se mettent à exercer un vrai métier pour gagner leur vie...

Jabiru

@Achille

Il est bien connu qu'il faut toujours trouver des coupables pour se dédouaner au nom de courage fuyons.

duvent

A lire partout les avis sur le fait d'être Président, et l'état de Président, il semble que tout un chacun se pense plus présidentiable que le Président, d'où l'on peut conclure que le rôle le plus important pouvant être tenu par un quidam X ou Y (parité oblige), la difficulté est donc ailleurs...

Et un constat s'impose, la monarchie n'existe plus. Bien, cela étant entendu, il faut revenir à l'essentiel qui est la machine, la Grosse Bertha, le mammouth, la nation, et voilà que le brouillard est partout...

Plus personne ne voit plus rien, il en est même qui se demandent comment en si peu de temps avec si peu d'expérience, celui-ci arrive et se propose pour faire tourner le manège ?

Tout est possible quand un Trump devient Président d'une si grande nation, et là je ne mets pas en doute ses capacités à gérer, que nenni, je m'étonne simplement de ce que les hommes recherchent en premier lieu, j'exclus bien évidemment ce qui doit l'être, c'est-à-dire : la paix ; non ils n'en veulent pas, la préservation de la planète, pas plus, le bonheur de leurs enfants, ils n'en n'ont aucune idée.
Par contre, ils veulent des biens, encore plus de biens, du temps encore plus de temps, des loisirs encore plus de loisirs, de la vacuité encore plus de vacuité, du non-sens beaucoup de non-sens.
Voilà un idéal qui fait vraiment, vraiment, rêver vivre une éternité pour rien !

Les hommes n'ont plus besoin d'idées, Dieu est mort, cela on nous en avait parlé, la pensée, qui est un bien inépuisable, universel, était malade, et aujourd'hui nous pouvons nous accorder pour dire que son pouls est faible, très très faible... Quand je pense que certains vont le prendre dans le poignet de Zemmour, je me dis que l'on vient d'entrer dans la forêt obscure et que par conséquent il est raisonnable d'abandonner tout espoir. La guerre étant l'état naturel de l'homme, tout est en ordre...

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS