« Mais à part ça, tout va très bien, Monsieur le Président ! | Accueil | Brigitte Bardot ET Catherine Deneuve : tout me va ! »

23 mars 2017

Commentaires

Jabiru

Révolte en Guyane !
Il va être intéressant de suivre la position que va prendre Mme Taubira.
Deux options, souffler sur les braises ou calmer le jeu.
Mais peut-être que son ancien patron s'en servira si la situation se gâte vraiment car là-bas ils ont le sang chaud.

Tomas

@ Tipaza

Toutes ces informations sont également disponibles en russe, il existe quelques journaux encore indépendants du pouvoir, la Russie d'aujourd'hui n'étant plus l'URSS.

Le "délitement occidental" concerne aussi la Russie, qui sur le plan culturel subit absolument les mêmes influences américaines que nous et a les mêmes taux de divorce et de pratique religieuse. Quant aux fondamentaux du pays, même s'ils s'arrangent comme le montre le recul de la mortalité infantile, ils restent quand même préoccupants : le taux de prévalence du SIDA (1,5% de la population, c'est énorme, plus que le Sénégal par exemple), la surmortalité masculine entre 15 et 64 ans (supérieure à celle d'Haïti, avais-je lu il y a quelques années dans l'hebdomadaire "Ogoniok"), le nombre de morts sur les routes (dans les 20 000 par an), le nombre de femmes mourant sous les coups de leurs maris (10 000 par an), le nombre de détenus (900 000 sur 146 millions d'habitants), tout cela montre que ce pays aura encore beaucoup à faire avant d'être un endroit où il fait bon vivre pour tout le monde.

Les rodomontades poutiniennes séduisent beaucoup chez nous et parviennent à masquer les faiblesses d'un pays qui devrait à mon humble avis chercher à régler ses problèmes internes avant de se mêler de la politique intérieure française...

Jabiru

@breizmabro 11:36

Les "emmerdes" tombent en escadrille sur F.Fillon. On peut lui reprocher ses dérives pour lesquelles il n'arrête pas de s'excuser, on peut lui reprocher sa communication qui n'est pas de la meilleure efficacité mais on oublie que certains élus de l'autre bord traînent des casseroles à n'en plus finir, dont les enquêtes sont au point mort. Si ceux de son bord voulaient bien s'en donner la peine, il ont de quoi lancer une contre-offensive en révélant quelques dossiers sulfureux gardés au chaud sous le coude qui remettraient certains compteurs à zéro. Pourquoi ne le font-ils pas ?

Pas très sympas les amis de trente ans qui n'ont même pas le réflexe de lui lancer la bouée de sauvetage, ce qui lui permettrait de souffler un peu. Comme quoi la solidarité ça n'existe pas vraiment en politique. Ils oublient que si leur candidat plonge ils plongeront avec.
Et pendant ce temps le Machiavel au sourire béat se délecte du bazar ambiant.

Giuseppe

Le berger de l'Assemblée a des remords :

http://elections2017.actu.orange.fr/news/jean-lassalle-nous-sommes-sous-l-emprise-d-une-nouvelle-dictature-CNT000000Fo9ZW.html.

Après des décennies de mandats, plus de cent années cumulées ! Il aurait peut-être pu y penser et le dire avant, non ?

A lire sans modération, grand moment de comique. Je crois que le retour à la bergerie lui remettra les pieds dans les pâturages pour le bonheur de ses brebis dont il s'est éloigné depuis bien longtemps.
Il ne lui manque plus qu'à entonner le chant contre le cumul des mandats.

Qui faut-il croire ? Pour lui le doute m'étreint, triste discours de fin de carrière politique dont les citoyens ne veulent plus entendre parler, et qui attendent du neuf.

Noblejoué

@ Lucile
"Mais comment se fait-il que nous ayons toujours traité la triche et les passe-droits avec une certaine bienveillance complice, comme s'ils rendaient la vie plus douce, alors qu'en fait ils réussissent surtout aux moins scrupuleux, et lèsent les gens honnêtes ?"

Parce que les gens voudraient tricher et qu'ils le font par procuration. Pas bon signe. Non plus que l'excès de dire "tous pourris" et de jouer les honnêtes quand on n'a pas l'occasion d'être malhonnête.
Non, il faut virer les pires, garder les moins mauvais, ne pas attendre de sauveur et modifier nos institutions qui brillent par la faiblesse des contre-pouvoirs.

Régis ANTOINE

Je pense que très peu de commentateurs de ce blog lisent régulièrement L’Obs.
C’est dommage car dans le numéro du 23 mars 2017, il y a un article très louangeur de Jérôme Garcin à propos du dernier livre de Philippe Bilger La parole, rien qu'elle.
J’ai reproduit cet article ici : http://imagizer.imageshack.us/v2/1280x1024q90/923/PBRtFR.png .

Giuseppe

Mariton à ONPC... Laminé, écrabouillé, écartelé, découpé et enfin crucifié.
On a salué son courage, il en fallait.
Petit rappel très important d'Isabelle Saporta, la journaliste écrivain, qui a remis en place Mariton sur sa volonté d'être un parlementaire mieux payé : il assure une mission de citoyen au service du public, s'il cherche de la rémunération qu'il aille donc voir ailleurs !

http://www2.assemblee-nationale.fr/decouvrir-l-assemblee/role-et-pouvoirs-de-l-assemblee-nationale/le-depute/la-situation-materielle-du-depute

Un élu est là pour servir - amusez-vous à mettre des chiffres en plus de l'IRFM sans compter les grappillages éventuels sur les attachés parlementaires. De cela ils ne parlent jamais, sans compter le scandale des cumuls des mandats dont j'ai relevé les états pour les plus connus ou le plus surprenant.

Mariton a quitté ONPC en disant que finalement il n'était pas si mal payé qu'il voulait bien le dire, Fi$$on dans ses mea culpa le reconnaissait aussi et Mélenchon avec.

S'ils trouvent le temps de cumuler c'est que la charge n'est pas si écrasante, le berger de l'Assemblée a eu le temps de faire le tour de France à pied, et sans doute aller voir ses brebis... Plus de cent années de cumul, un surhomme... Il est vrai berger de palais, le terrain est moins éreintant et l'herbe sans doute plus verte.

Comme l'a dit Saporta qu'ils arrêtent de parler "pognon" et qu'enfin ils s'occupent de la vraie vie.
Macron a tout compris, il n'est pas ma tasse de thé mais voyons s'il prendra la société civile avec lui et évitera la société des chambres d'hôtes.

En parlant d'hôte Dupont-Aignan a proposé un emploi à... notre hôte justement, il a affirmé ailleurs que lui payait son pain à la boulangère contrairement au prédécesseur, c'est un excellent début, en plus il croit à sa candidature dur comme fer, mais là c'est une autre histoire il n'est pas le seul.

breizmabro

@ Claude Luçon | 25 mars 2017 à 05:29

Le cabinet n'est peut-être pas noir mais il sent quand même la "m..."
Alors tirez sur la chevillette pour que la bobinette PS choit... (dans le trou noir évidemment ;-))

------------------

Breizmabro l'a dit le 25 mars 2017 à 15:35
Macron l'a fait le soir même à la Réunion :-D (je sais, la Bretonne est voyante extra-lucide ;-))

Toute personne qui a vu à la télé notre Macron national aura reconnu l'école du Club Med.
En fait, comme je l'ai déjà écrit, Macron c'est le G.O. du Club France qui fait, comme l'exige le contrat d'embauche, de temps en temps, l'animateur scénique.
Espérons qu'au Club Med France il y aura, comme dans l'original, des repas à volonté pour tous les G.M ("gentils membres" pour les non initiés) qui ont payé d'avance :-D

Je comprends mieux pourquoi tous les bobos de LR se précipitent au Club Macron puisque chez lui ça va être tous les jours : "dirla dirladada, faites tournez les feuilles d'impôts au-dessus des têtes" (Balkany est-il inscrit ? La famille Chirac c'est sûr, ce sont des membres honoraires à défaut d'être honorables ;-))

Du reste on le sait puisqu'il a fait la même chose avec ses propres revenus. Du coup, lui confier la cassette de l'Etat c'est pas, comment dire, risqué ? :-(

Alors, à tous ceux qui vont entrer dans le Club Macron je dis : bonnes vacances.
Aux autres je leur dis : inscrivez-vous fissa au resto du coeur, le temps va se gâter...

Catherine JACOB

@Patrice Charoulet | 25 mars 2017 à 20:02
"Je ne vois parmi les dix autres candidats personne qui ait le profil voulu et la carrure. C'est décisif à mes yeux, et les malheurs et les erreurs passent au second plan."

En effet, le décalage entre les revenus déclarés et le patrimoine déclaré d’Emmanuel Macron ainsi que le montant de ses prêts immobiliers, posent question, au moins sur le plan des économies qu’il est capable de faire ainsi que relativement à une possible explosion de son train de vie que, sur cette base, il sera susceptible de faire assumer par les redevables s’il devait entrer à l’Elysée de façon à ce que le patrimoine du président sortant permette d’écarter le soupçon d’enrichissement frauduleux du président entré, ce qui est le but en effet de la déclaration qui vise à la transparence de la vie publique, transparence qui limite les tentations.

Eu égard à ce décalage, que pèsent en effet trois costumes à 4300€ pièce et deux montres à plus de 10 000€ pièce offertes l’une par un personnage qui partage les mêmes passions privées que Fillon et lui a offert un objet soit d’abord acquis pour lui-même, soit acquis par cet homme d’affaires au titre de cadeaux d’entreprises (Victor Pablo en parle en effet comme d’une de ses montres), et l’autre par un horloger suisse qui, j’imagine, a les montres a un prix inférieur que s’il était obligé d’acheter tout autre genre de cadeaux.
Ce genre de cadeaux ne rentre manifestement pas dans la catégorie des cadeaux protocolaires ou dont on attend un retour qui supporterait la qualification de trafic d’influence.

Les Français sont radins. Par exemple il m’est arrivé d’être rémunérée par un cadeau d’entreprise parce que, allez savoir pourquoi, ma prestation n’avait pas été budgétisée par le Crédit agricole qui finançait alors une opération de communication des PME de Meurthe-et-Moselle sur le marché japonais. Mais comment faire entrer ensuite dans ma propre comptabilité un service à thé de cinq pièces en argent ? Hein ?! Dites-moi voir. Le vol du service et son non remboursement par l’assurance (la MAAF pour ne pas la nommer !!) vu que je n’en possédais bien évidemment pas la facture a finalement mis un point final à ce dilemme.

En revanche les étrangers ont une pratique du cadeau d’entreprise qui ne se substitue pas à la rémunération mais vient en sus et, la plupart du temps les cadeaux sont destinés à faire connaître, par ex. en ce qui concerne les Japonais, les arts and crafts de telle ou telle région. La France pratique elle dans ce domaine, ce qu’on appelle « la diplomatie du carré Hermès » comme s’il n’y avait pas d’autres entreprises de qualité dans notre pays. « Quel est le point commun entre un carré Hermès, une montre Bernard Richards et un stylo S.T. Dupont ? Ces trois objets de luxe sont les cadeaux « protocolaires » les plus offerts par la France aux Etats-Unis, sur ces quinze dernières années » révèle en effet le Monde.

En ce qui concerne Hollande, en « quatre ans, François Hollande a reçu 2481 cadeaux précisément, parfois jusqu'à 30 par semaine. On trouve des objets somptueux, des centaines de statuettes, comme un baobab en bronze offert par le président sénégalais, un cavalier doré du Cameroun, une vingtaine de tapis asiatiques, une grande poupée du Mexique, des portraits du président faits par des artistes du monde entier, et même des armes d'une très grande valeur.
"Le président Bouteflika fait toujours à peu près le même cadeau : un poignard, typique du pays. Il y a aussi un sabre offert par l’Arabie saoudite avec beaucoup de diamants et de petites pierres précieuses", explique à Europe 1 Luigi Ottavi, le gardien des lieux depuis 1982 » et qui, qui plus est pourrait être le petit frère du philosophe Philippe Lacoue-Labarthe , trop tôt décédé en 2007.

On reproche à Fillon d’avoir porté les costumes avant de les rendre, mais que dire de ça alors : , mais bon, en ce qui le concerne, Ouest-France ajoute que comme dit l’adage, un cadeau en dit plus sur celui qui l’offre que sur celui qui le reçoit. Ce qui en toute équité devrait valoir pour par ex. la montre offerte par l’horloger suisse à Fillon.

Le Royaume-Uni tient à disposition des Britanniques la liste des cadeaux offerts et reçus, mais ce n’est pas une tradition française disent les autorités de notre pays.

On a réussi à savoir cependant que « Helmut Kohl et François Mitterrand étaient devenus si proches que leurs derniers cadeaux avaient des valeurs très personnelles, comme ce livre de recettes de cuisine signées de la main de la femme du chancelier allemand. Hollande et Merkel se connaissant mieux, au fur et à mesure, se sont offert des cadeaux personnalisés. […] En 2009, le roi d’Arabie Saoudite envoyait à Barack Obama « une table en marbre avec des figurines miniatures de palmiers dorés et de dromadaires » estimée à 34 500 dollars, ainsi que des bijoux pour Michelle Obama dépassant 145 000 dollars… C’est l’un des cadeaux protocolaires les plus onéreux reçus par le président américain. À l’inverse, l’un des cadeaux les moins chers reçus par Obama serait une bouteille d’huile d’olive, par le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas.»

Je crois que Fillon marquerait des points en s’engageant à prendre exemple sur le gouvernement britannique en la matière, ce qui serait de plus un clin d’œil diplomatique qui dirait : « Vous nous quittez mais cela ne nous empêche pas de vous reconnaître des qualités qui nous inspirent ! »

Ainsi des émissions de jeux de massacre telle celle dont l’animateur principal engrange des rémunérations mensuelles tellement disproportionnées avec ce qu’elles sont censées rémunérer, sont moralement critiquables même s’il paie ses impôts en France, qu’il se refuse à les rendre publics, comme ONPC, ne pourraient plus se permettre de critiquer le 25/03 Fillon pour avoir reçu 50 000€ de costumes (Y. Moix) alors que depuis plusieurs jours on sait qu’il ne s’agit que de 3x 4 300€, et le reste à l’avenant.

Chapeau cependant, soit dit au passage, à Mariton, conseiller politique de Fillon, pour avoir gardé son calme et persévéré à argumenter selon la raison en face de hyènes à la fois déchaînées et cabotines qui n’étaient à l’écoute que des réactions du public à leurs sorties impudentes et n’ont absolument rien compris, intellectuellement, aux explications concernant, notamment « la fiction de la naissance », se contentant de qualifier l’ancien étudiant de maths spé à Louis-le-Grand entré à l'École polytechnique puis devenu ingénieur du Corps des instruments et ensuite ingénieur du Corps des mines, titulaire d’un DEA de gestion à l'université Paris-Dauphine et diplômé de l'IEP de Paris, parlant enfin couramment le russe (et par ailleurs lauréat du concours général en la matière en 1974) de passéiste (Lambert Wilson, né la même année que Mariton – 1958, soutien de Y. Jadot qui fait actuellement du copié-collé d’Yves Montand et ne perdrait pas son temps à regarder The Voice où les candidats s’approprient - nouveau concept à la mode -, les chansons).

Tiens à propos voici à quoi ressemblait hier le lac Symphonie à Metz dont est en charge Margaud Antoine-Fabry, la benjamine de la majorité municipale (PS, soutenu donc désormais par Jadot) et où la pêche est autorisée :

; ; ; ; et pour terminer sur une note optimiste malgré tout

Ce matin encore, un tapis de jolies fleurs printanières :

;
;
;
; mais pour le grand héron ; un sérieux problème ; explication à la portée de tous
;

Allez, petite bête à bon dieu fais en sorte que ça s’arrange demain…


Giuseppe

@Robert | 25 mars 2017 à 21:48

J'entends ce que vous dites, mais vous ne m'enlèverez pas que FH est pour moi le personnage cité dans mon lien : "Hollande, c'est... Hollande ! Joseph Prudhomme président".

Il a été élu par hasard, mais l'image de ceux qui l'ont bien connu est sans appel, le Fraise des bois de Fabius lui collera à la peau pour toujours. Je passe sur tous les autres quolibets.

Machiavel au sens de MO sans doute est un mélange de petites turpitudes et de renoncements pour parfois satisfaire de petits, vraiment petits appétits.
Il a trahi Mélenchon qui le lui fait bien payer aujourd'hui au centuple.

FH n'est pas grand, un honnête bourgeois du Cantal. Machiavel est Grand il a été élu par deux fois - il n'a pas dégouliné de naïveté devant deux journalistes retors - il a éliminé Rocard et a été jusqu'au bout de son mandat, élevant toujours la fonction.
Machiavel est une plume.

Ce n'est que mon avis.

breizmabro

@ Mary Preud'homme | 25 mars 2017 à 19:17
"Alors qu'il y a des milliers de dossiers autrement plus importants (blanchiment d'argent) en attente de traitement dans les pôles financiers, avec des délais de deux ou trois ans"

Vous avez raison. Un exemple parmi tant d'autres : Thomas Fabius qui s'est offert en 2015 un appartement de 300 m² trois millions d'euros, alors qu'il n'est pas imposable, ne suscite aucune précipitation à enquête puisque celle-ci démarrée en 2011 Thomas Fabius a été mis en examen en... janvier 2016 (par PNF ?).

Une commission rogatoire internationale été ordonnée pour connaître les conditions dans lesquelles la SBM a REMBOURSE (?) à Thomas Fabius près de 700 000 euros perdus, un soir de juin 2011, au casino.

Il a également contracté une dette estimée à 2 millions d'euros en février 2012 auprès d'établissements hexagonaux.

(En même temps ça le fait s'exonérer de l'ISF qu'il ignore. Et réciproquement ;-))

Ce qu'il y a de bien pour Thomas Fabius c'est que ni le Canard, ni Mediapart ne s'intéresse à ce fils "de" pour enquêter sur un éventuel blanchiment d'argent, aucune "fuite" ne leur parvenant.

Le fils du Président du Conseil constitutionnel est plus dangereux qu'un concurrent à la présidence de la République visiblement :-D

Claggart

J'ai appris hier que Hollande avait annulé la cérémonie de pose de la première pierre du monument à la mémoire de nos soldats morts pour la France en OPEX, prévue le 23 mars, et ce pour des raisons internes au PS en liaison avec la campagne présidentielle.

Hollande va donc dépasser Fillon dans l'échelle de la honte et du déshonneur.

Tipaza

@ Robert Marchenoir | 25 mars 2017 à 19:38

Comme d’habitude vous avez une réponse très bien argumentée et supportée par une documentation sans faille, mais une documentation d’origine anglo-saxonne, ce qui peut lui enlever un peu, beaucoup, de crédibilité.
Je vous accorde qu’on ne peut trouver la même documentation en russe, et donc que vous faites avec ce que vous avez.

Je ne conteste pas ces informations, je les modulerais simplement d’un bémol comme il est d’usage dans ce genre d’informations. Je n’opposerais pas des chiffres aux chiffres.

Mais je pose simplement la question de savoir ce qui vaut mieux, sachant que l’argent est le nerf de la guerre, vieille formule que certains attribuent à Napoléon, mais qui est éternelle depuis l’invention de la monnaie.
Voici la question, qu’est-ce qui est le mieux :

Un politique qui utilise l’argent comme arme dans son combat, en confondant parfois ses comptes et ceux de l’État, pour faire valoir et vivre son objectif politique et défendre ses valeurs ?
Ou un politique qui est au service de l’argent pour défendre et faire vivre ce que l’on appelle pudiquement le Marché, concept fourre-tout utilisé par ceux qui s’enrichissent dans la seule fin de s’enrichir ?

Dans les deux cas il y a détournement d’argent si on considère que l’argent doit aller prioritairement à ceux qui créent de la richesse et qui sont évidemment les plus pauvres.

Mais dans un cas, il y a un but politique, c’est-à-dire un projet de société et dans l’autre cas, il n’y a que l’accumulation d’argent à des fins personnelles, avec pour seul projet politique l’enrichissement comme fin ultime.

Il y a bien longtemps que les valeurs que les démocraties occidentales prétendent défendre ne sont plus mises en application. A. Merkel a fait son numéro sur ces valeurs, hier à Rome, en oubliant que l’Union européenne n’est plus une démocratie, mais une oligarchie au service de l’économie allemande via l’euro.

À ce jour je vois un Occident qui se délite et qui recule partout et pas seulement dans le domaine géopolitique mais aussi dans le domaine culturel, et je constate que la Russie tient debout avec ses valeurs, que l’on peut contester, et qu’elle ne recule pas encore sur ses fondamentaux.

Le dandysme d’Obama et l’attitude de boutiquière (je n’ai rien contre les vrais boutiquiers) d’A. Merkel qui dirige l’U.E. et donc l’Europe puisque l’une est liée à l’autre ont abouti à faire de l’Occident une banquise qui fond encore plus rapidement que la vraie banquise.

Patrice Charoulet

Mary Preud'homme, dans son post de 19h17 du 25/03 a parfaitement raison. Il y a deux sortes d'esprit, en politique et en tout : ceux qui se noient dans les détails et ceux qui voient l'essentiel. Elle appartient à l'heureux petit nombre
de ceux qui voient clair.
Les foules, matraquées du matin au soir dans la plupart des médias, trois mois durant, auront-elles une lucidité semblable ?
Deux ou trois candidats nous invitent à résister. Les seuls vrais résistants, dans cette campagne présidentielle, sont ceux qui ont su résister à une propagande anti-Fillon digne des plus grands totalitarismes.
Sur ce blog, on connaît les noms de ces résistants-là, que je salue au passage.

Lucile

@ Deviro

Je me suis mal exprimée ; votre Madame Michu et la mienne raisonnent comme nous les imaginons raisonner, plutôt que comme nous, mais foin de polémiques en effet, il me semble que ni l'une ni l'autre ne voteront avec enthousiasme. Je voulais simplement dire qu'à mon avis, les dernières révélations sur nos hommes politiques ne font que renforcer un sentiment déjà bien ancré de mépris, et peut-être de fureur comme vous le soulignez, sur "nos élites" ! Mais comment se fait-il que nous ayons toujours traité la triche et les passe-droits avec une certaine bienveillance complice, comme s'ils rendaient la vie plus douce, alors qu'en fait ils réussissent surtout aux moins scrupuleux, et lèsent les gens honnêtes ?

Robert

@ Giuseppe | 24 mars 2017 à 20:56

Comme chaque samedi, je suis passé prendre mon café matinal dans ma brasserie préférée où je passe quelques minutes à lire la presse mise à disposition. Ce matin, j'ai eu l’occasion de lire rapidement le Figaro Magazine de ce week-end.
S'y trouve un excellent entretien avec Michel Onfray. En toute fin de cet entretien, Michel Onfray ne qualifie certes pas François Hollande de joueur d’échecs. En revanche, il conclut par cette phrase qui me paraît frappée d'une vérité certaine :
"N'oubliez pas que François Hollande est un Machiavel souriant."

Cela n'est certes pas entièrement contradictoire avec les qualités de joueur d'échecs, mais me semble encore mieux caractériser la personnalité de Monsieur Hollande. Elle est en outre confirmée par ce que les journalistes auteurs du livre évoqué par F. Fillon rapportent sur la manière dont aurait été traité le propre Premier ministre de F. Hollande, Manuel Valls. Digne des « relations énamourées » entre MM. Giscard d’Estaing et Chirac en 1974-76 ! Ce qui peut expliquer pourquoi M. Valls n'a pas démissionné plus tôt de ses fonctions : assurer ses arrières...

breizmabro

@ Jabiru 25 mars 2017 à 11:55
"...l'orchestre perd chaque jour son lot de musiciens"

En même temps quand les musiciens jouent faux il vaut mieux qu'ils aillent jouer ailleurs...

Pour l'instant ils sont inscrits au "Club Macron", ouvert 7/7, sans réservation mais payable d'avance (le vote). Si les offres mentionnés dans le catalogue ne sont pas réalisées, le bureau des réclamations ouvrira de juin 2017 à mai 2022.

On vous répondra ;-))

breizmabro

@Catherine JACOB : 25 mars 2017 à 13:25
"...sous la présidence Sarkozy on aimait les montres"

Plus ou moins que Julien Dray ? Plus ce serait trop car se payer, avec la caisse noire (décidément...) de la MNEF, une montre à 54 000 euros ya pas bataille :-D

Patrice Charoulet

@Trekker

Vous m'adressez un post très sincère et très respectable, que j'ai lu avec attention.
Malgré les malheurs et ce que vous considérez comme les erreurs de FF, je ne vois parmi les dix autres candidats personne qui ait le profil voulu et la carrure.
C'est décisif à mes yeux, et les malheurs et les erreurs passent au second plan.

Robert Marchenoir

@Tipaza | 25 mars 2017 à 09:55
"À côté de cette opération de déstabilisation, les manœuvres de Poutine avec leur brutalité quasi primaire révèlent bien la distance qui existe entre le monde slave et celui anglo-saxon, maître de la perfidie doucereuse. Et si Poutine était notre dernier rempart contre la mondialisation financière ? Cool Marchenoir, c’est juste une idée en l’air, mais intéressante à débattre. Je vous « autorise » à ne pas être d’accord avec moi sur ce point ! ;-))"

Je vous remercie, Tipaza. N'aurait été votre charmante provocation, je n'aurais pas songé à relever le gant, mais puisque non seulement vous m'y incitez, mais que vous me le permettez...

Donc, je suis au regret de pulvériser votre nostalgie du sauveur slave et brutal : Poutine ne peut, naturellement, "être notre dernier rempart contre la mondialisation financière", puisque lui-même, personnellement, son régime et l'oligarchie sur laquelle il s'appuie, en tirent un immense profit.

Je vous renvoie à l'enquête internationale qui vient de sortir sur la "lessiveuse russe", un système extraordinairement complexe et étendu par lequel "Poutine", comme vous dites, exploite la mondialisation financière avec une immense maestria, pour exporter hors de Russie l'argent volé à son peuple, se goberger de villas sur la Côte d'Azur, de yachts d'un luxe insolent et d'écoles privés hors de prix dans cette Angleterre qu'il affecte tant de mépriser, tout en utilisant ces sommes qui défient l'imagination pour corrompre, subvertir et asservir à ses fins les politiciens, les hommes d'affaires et les intellectuels occidentaux.

D'après cette enquête à laquelle a participé le journal russe indépendant Novaya Gazeta, ce sont 20 milliards de dollars qui ont ainsi été blanchis entre 2011 et 2014 -- et ça, c'est pour les sommes dont on est sûr : il se pourrait que l'addition atteigne 80 milliards de dollars...

Je vous laisse imaginer combien de François Fillon, de Marine Le Pen, de Thierry Mariani, de Paul Manafort, de John Laughland, de Jacques Sapir, de Vladimir Fédorovski et d'Olivier Berruyer on peut acheter avec ce genre de petite monnaie.

Cette lessiveuse russe ne peut exister, naturellement, que grâce à la mondialisation financière, aux paradis fiscaux genre Londres ou Delaware, et avec la complicité des banques occidentales qui tirent profit de ces sommes vertigineuses. HSBC et Barclays, par exemple, qui sont impliquées dans la lessiveuse.

Mais la fameuse banque russe qui a prêté au Front national (avant d'être contrainte à la fermeture) fait aussi partie de ce réseau...

Je rappelle également le scandale des Panama Papers, grâce auquel on a appris que le violoncelliste favori de Poutine possédait 100 millions de dollars dans des comptes offshore. La Russie est vraiment un pays merveilleux : quelle culture, quel raffinement, quel amour des artistes ! Les Russes révèrent tellement la musique classique qu'un simple violoncelliste peut amasser 100 millions de dollars à la caisse d'épargne...

Vraiment, nous devrions en prendre de la graine, nous qui sommes étouffés par les valeurs matérialistes, le consumérisme de l'Occident décadent et la finance mondialisée.

Mary Preud'homme

Quand on aura fini de chercher les poux dans la tête de Fillon comme on l'a fait pour Sarkozy, on s'intéressera peut-être aux vrais problèmes de ce pays.
Que nous importe en effet le prix des costumes de tel ou tel candidat, la marque de sa montre, de ses baskets ou de sa voiture, le nombre de cadeaux qu'il aurait pu recevoir il y a X années et le nom des donateurs, la façon dont il a géré son travail de parlementaire en remontant aux calendes.
On est décidément en plein délire, en pleine confusion dans ce pays. S'attacher à des détails aussi anodins, aussi mesquins, alors que la France est au bord du gouffre. Ou faire croire au peuple à force de matraquage médiatique que voter pour un candidat catholique de droite, allergique aux tenues négligées et à la cravate de travers, conduirait irrémédiablement la France à sa perte !

Alors qu'il y a des milliers de dossiers autrement plus importants (blanchiment d'argent) en attente de traitement dans les pôles financiers, avec des délais de deux ou trois ans, détourner des centaines d'enquêteurs de leurs rôles et toutes affaires cessantes leur ordonner d'espionner Fillon et ses proches jusque dans leur chambre à coucher...
Comme on l'avait fait d'ailleurs pour Sarkozy, ce dont Hollande s'était même vanté bêtement (on se souvient des célèbres "Sarkozy, tu ne le verras plus", "Sarkozy, on le surveille, on sait tout ce qu'il fait").
Mais il y a des limites à la perfidie et au bourrage de crâne. Trop c'est trop, moi je crois que la majorité des électeurs ne sera pas dupe de cette odieuse machination orchestrée en haut lieu !
Quant à l'allusion faite par un commentateur concernant le Titanic, pas de confusion SVP. C'est Hollande qui s'y trouve et pas Fillon.

stephane

Je pense que la fusée Mélenchon est partie et que cela sera douloureux pour les autres candidats, au point de pousser Hamon au ralliement avant le premier tour et conduire avec les 2pct apportés Mélenchon à être au deuxième tour.
Fillon faisait remarquer qu'il avait un peu moins de patrimoine que Mélenchon. Bien qu'apparemment Fillon ne paye pas ses costumes, il suffit qu'il en ait payé quelques-uns pour expliquer la différence.
Ils ont commencé leur vie politique en même temps,
Par contre les charges ne sont pas les mêmes au point de se demander pourquoi Mélenchon n'a pas nettement davantage que Fillon. Une idée peut-être sur ce blog, comment en ayant des charges énormes à payer, Fillon a presque autant que Mélenchon ?

Catherine JACOB

@Xavier NEBOUT | 25 mars 2017 à 09:04

J'ai écouté l'extrait, le démenti porte donc sur le fait qu'il n'est pas dit expressément et explicitement dans le livre qu'il y a un cabinet noir qui s'occupe présentement de Fillon.

Mais ce n'est pas non plus ce que Fillon a dit avoir lu dans le livre.

Qu'on l'appelle comme on veut, une structure plus ou moins clandestine s'occupe de lui comme elle a pu en d'autres temps s'occuper d'autres personnages d'Etat, animée ou non par les mêmes "spécialistes", a pu en toute légitimité conclure Fillon à la lecture de tous les éléments qui y sont présentés.

Donc, sans plus jouer sur les mots, cabinet structuré, structure mouvante, groupe privé intervenant au cas par cas, en rose, en vert ou en couleur de l'homme invisible, on s'en moque, il semble qu'il y ait en effet des éléments dans ce livre suffisants à ce que le parquet se saisisse lui-même d'une vérification, ou alors les citoyens ne croiront plus à l'indépendance de la Justice !

Régis ANTOINE

@Claude Luçon | 24 mars 2017 à 17:20 (suite)

Dans le quotidien suisse Le Temps, j’ai trouvé cet article Les «barbouzeries», vieux refrain français.
Il y est notamment mentionné (c’est moi qui mets en gras) « L’attaque de François Fillon – qui a affirmé avoir lu les bonnes feuilles de l’ouvrage – avait un objectif : prouver aux téléspectateurs que sa mise en examen pour «détournements de fonds publics» et «abus de biens sociaux» du 14 mars, la mise en examen de son successeur Marc Joulaud hier, et la possible inculpation de son épouse, sont l’œuvre d’une exécution judiciaire, commanditée de l’Elysée. Problème: rien dans le livre ne permet d’affirmer cela. Car si les combines politico-policières y sont dénoncées à longueur de pages, l’indépendance des juges, elle, en sort plutôt grandie. ».

Autre passage savoureux de l’article « Fait aggravant dont le livre «Bienvenue Place Beauvau» parle en détail : le déjeuner du 24 juin 2014 entre François Fillon et le secrétaire général de l’Elysée, Jean-Pierre Jouyet, intime du président. Une rencontre sollicitée par Fillon, durant laquelle celui-ci aurait demandé à son interlocuteur de faire accélérer les procédures judiciaires contre Sarkozy. «A cette époque, Fillon n’avait rien contre le cabinet noir qu’il dénonce aujourd’hui», sourit notre source élyséenne. Un passage que le candidat de la droite à la présidentielle s’est bien gardé d’évoquer à la télévision. »

Rien en tout cas qui accrédite votre affirmation selon laquelle les médias étrangers accréditeraient de manière unanime la théorie d’un complot contre Fillon.

Garry Gaspary

@ Xavier NEBOUT

La gauche, c'est cogito ergo sum.
La droite, c'est credo quia absurdum.
C'est effectivement aussi simple que cela.

Trekker

@ Patrice Charoulet |e 25 mars 2017 à 07:48
"Le seul homme d'Etat, parmi les onze candidats qui nous sont proposés à cette élection présidentielle est FF…"

Votre affirmation était exacte au lendemain de la primaire de la droite, d’ailleurs je la partageais, mais depuis fin janvier ce n’est plus le cas. S'il venait par le plus grand hasard à être élu, sa crédibilité sur la scène internationale serait égale à zéro : tant dans l’Europe du Nord, qu’en Grande-Bretagne et aux USA (relire la presse de ces pays qui se gaussent de lui). Même auprès de Poutine il ne sera qu’un jouet, dont celui-ci usera tant qu’il lui sera utile.

François Fillon n’a qu’a s’en prendre à lui-même. Gagner la primaire de la droite en grande partie avec un discours basé sur la probité se référant au général de Gaulle, alors qu’il savait fort bien ses "arrangements" personnels vis-à-vis de celle-ci : certes il n’est pas le pire en ce domaine, comparé à Mitterrand et Chirac. Mais les temps ont changé, l’opinion dans sa grande majorité n’accepte plus ces pratiques qui étaient la règle chez nombre de nos responsables politiques, et entre autres les nouvelles générations biberonnées aux réseaux sociaux.

Fillon en étant candidat à la fonction suprême et quasi certain d’être élu, ne pouvait ignorer qu’alors sa vie politique et privée serait passée au scanner par les médias et ses adversaires (avoués ou semi-cachées). Ses multiples arrangements avec la morale publique seraient donc étalés dans les médias. Ne pas avoir intégré ce fait relève d’une incroyable naïveté, ou d’un sentiment de toute-puissance : adoubé par trois millions d’électeurs de droite je suis intouchable. Que ce soit l’une ou l’autre de ces deux motivations, voire les deux conjointement, de la part d’un homme vivant depuis près de 35 ans de la politique, cela traduit son incapacité à se hisser en tant qu’homme d’Etat.

Qu’il y ait des cabinets noirs voire divers complots contre Fillon c’est indéniable, mais j’insiste, le pluriel est de rigueur. Bien sûr il ne peut qu’accuser Hollande, qui fait probablement plus que profiter de sa situation - et non de l’avoir créée. Fillon, il lui est impossible électoralement, de mettre en cause ses deux adversaires venant de son camp :

A / Sarkozy le plus dangereux car d’un machiavélisme redoutable (lire ou relire Buisson), pour qui l’échec dès le premier tour de Fillon ouvrira une voie royale : il pourra alors redevenir le leader incontesté des LR après leur débâcle prévisible aux législatives, et accessoirement faire payer à Fillon ses propos le visant lors des primaires.

B / Chirac expert en trahison, toute sa carrière en est émaillée, bien que semi-grabataire il a encore semble-t-il toutes ses facultés mentales et surtout sa capacité de nuisance. Lui est mû uniquement par la vengeance, on peut compter sur sa Bernadette (groupie de Sarkozy) pour la conforter et l'exacerber : bien souvent le dernier ressort des vieillards, pour qui le pouvoir n’est que souvenir. Il considère la piteuse élimination de son fils spirituel - Alain Juppé - par Fillon, comme un affront impardonnable. Le ralliement de quasi toutes les figures de la chiraquie à Macron, cela en une huitaine/dizaine de jours, respire les bonnes vieilles méthodes éprouvées de Chirac.

Je précise que j’ai pas la moindre sympathie, et c’est un euphémisme, pour Hollande et le PS. Désolé de vous dire cela Patrice Charoulet, vous vous laissez entraîner par votre haine des socialistes, au point de reprendre tous les arguments de défense fort maladroits de François Fillon. Arguments dont il n’est pas certain qu’au fond de lui-même il en soit persuadé, mais il n’a que cela pour tenter de sauver tant que faire se peut son avenir bien assombri : si il n’est pas élu député, il risque de connaître le sort de Tiberi ou Balkany.

breizmabro

@ Catherine JACOB | 25 mars 2017 à 08:34
"Que nous dites-vous ? Les faux électeurs du 5ème arrondissement de Paris se réfugient chez Macron depuis que Fillon a demandé publiquement l'ouverture d'une information sur les cinquante nuances de noir du poulpe élyséen ?"

Dites-moi pas qu'c'est pas vrai !? Catherine :-D

Le fils de Xavière qui monte dans la barque de Macron !? Là je dis : Attention danger !

Ca me fait penser à tous ces réfugiés qui montent dans une barcasse pas trop contrôlée pour arriver vers une rive joyeuse accueillis pas un G.O, genre Emmanuel (anciennement Thierry Lhermitte) : sourire Ultrabrite, chantant "darla dirla dada, bienvenue au Club".

(en vrai, en boucle ça devient saoulant)

Bon, après ça se gâte parce qu'il faut des boules pour payer les consos (les nôtres) ;-)

Résumé ? : "En Marche !" c'est le Club Med. Rien ne peut vous arriver, tout est pris en charge par votre abonnement (= vote) MEME vos enfants (?) :-(

- Oui mais c'est qui le chef du club ? dit la bretonne méfiante (les Bretons sont méfiants. Ya pas à discuter, c'est connu, et Le Drian est d'accord ;))

- Réponse du G.O Emmanuel : y en a DEUX parce qu'on a les moyens : Pierre Bergé et Drahi.

(En aparté la Bretonne se dit : c'est bête que Thomas Fabius ne soit pas inscrit au club ! Avec tout ce qu'il gagne au poker sans être imposable il aurait pu rembourser les dettes d'Emmanuel...)

Ah oui, j'ai oublié de dire que le nom du club c'est : P.S. (Non ! ça ne veut pas dire Post Scriptum !)

Deviro

@Lucile | 25 mars 2017 à 10:26
"Je ne suis pas certaine que Madame Michu raisonne comme vous le faites."

Foin des polémiques.
Si ma Mme Michu à moi "raisonne comme je le fais", je suppose que votre Mme Michu à vous raisonne comme vous le faites.
- La vôtre semble avoir une excellente faculté d'analyse, et ponctue ses phrases avec des arguments...
- La mienne a été "hôtesse de caisse" pendant vingt ans dans un supermarché.

Mais elles disposent toutes deux d'un bout de papier - d'égale valeur - qu'on appelle "bulletin de vote".

La papesse de la communication de crise ignorait-elle que votre Mme Michu à vous, désabusée, n'avait plus guère d'illusions, mais que la mienne bouillait de rage et de colère, sans savoir comment verbaliser ou oraliser son mal-être, sinon avec son bulletin de vote ?
Façon étrange d'oraliser, c'est vrai !

Catherine JACOB

@ Tipaza | 25 mars 2017 à 09:55
« On découvre maintenant un nouveau cadeau fait à F.Fillon, une montre de 10 000 € quand il était Premier ministre, c’est-à-dire il y a plus de cinq ans. »

Pourriez-vous préciser que l’origine de l’information concernant ces cadeaux, puisqu’il y a deux montres en fait, est la déclaration de patrimoine du candidat publiée mercredi par la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique ? Les donateurs sont des personnalités que selon leurs déclarations, la vie politique française n’intéressent pas et qui n’ont rien à en attendre, selon cet article du Monde qui titre « François Fillon s’est fait offrir » ce qui en français signifie qu’il a réclamé qu’on lui offre et représente une nouvelle tentative déguisée de diffamation, au lieu de titrer, « Il a été offert à François Fillon » etc.

Personnellement, je ne porte plus de montre depuis très longtemps, j’ai développé un sens interne en fait, mais à moi aussi on a offert une montre (Lip or, vintage) qui serait collector si je l’avais encore (elle figure dans le catalogue Drouot). Ceci dit, je ne l’ai pas échangée contre deux buvards… 😉

Apparemment on a pensé que sous la présidence Sarkozy on aimait les montres.
Sous la présidence Chirac c’était les œuvres d’art ou les curiosités.

A l’occasion de l’hommage rendu à Jacques Chirac par le musée du Quai Branly en juin 2016, « l'ancien président a prêté trois objets : une dent de narval offerte par l'ancien Premier ministre canadien Jean Chrétien, un « boli du Mali offert par son cabinet pour son anniversaire et une statuette « que nous appelions tous à l'époque Kofi Annan, parce que nous trouvions que son visage ressemblait » à celui de l'ancien secrétaire général des Nations Unies, a indiqué Claude Chirac sur France Inter. »
Un boli représente la manifestation de la force vitale, de l'énergie d'un esprit divinisé. Un genre de Tiki marquisien en somme.

J’avais commencé à en dessiner un qui avait été exposé temporairement aux musées de la Cour d’or à Metz, mais qui est malheureusement reparti avant que j’ai pu achever mon croquis : . Ces objets sont très intéressants.

Bref, tout ça pour dire qu'il existe une circulaire envoyée par François Fillon (PDF) à ses ministres et secrétaires d’Etat le 18 juillet 2007.

Il y expliquait :

«Les cadeaux offerts aux membres du Gouvernement ou à leur conjoint dans le cadre de l’exercice des fonctions gouvernementales, notamment à l’occasion de visites effectuées à l’étranger ou de la réception en France de personnalités étrangères, sont, pour leurs auteurs, la manifestation de la volonté d’honorer la France.»

Et en concluait :

«C’est donc à l’Etat qu’ils s’adressent, au-delà de la personne du récipiendaire […]. Il est en conséquence normal qu’ils n’entrent pas dans le patrimoine personnel du ministre ou de sa famille.»

«François Fillon détaillait ensuite la façon dont les ministres devaient faire enregistrer par le service du mobilier national les cadeaux reçus. Les cadeaux peuvent être laissés à la disposition personnelle du ministre ou de son conjoint pendant la durée des fonctions, et remis au mobilier national à leur issue, ou bien lui être remis immédiatement.» Est-il indiqué ici

Il semblerait que les montres n'aient pas été des cadeaux diplomatiques - d'une certaine manière c'est le moins qu'on puisse dire, mais bon... - , sinon elles auraient été remises à l'Etat en 2012, comme plein d'autres cadeaux, je suppose. Ceci dit, si Fillon une fois élu président fondait un musée des mesures du temps, ce qui serait tout à fait intéressant, sans doute que les montres s'y retrouveraient en compagnie de clepsydres et de quelques Rolex.

Xavier NEBOUT

@Tipaza

Qu'ils continuent ainsi ; ils vont faire oublier les véritables erreurs de F. Fillon et réussir à l'ériger en victime pure et simple du cabinet noir.
D'ailleurs, à propos de cabinet, Poutine aurait dit que là se trouvait le trône qui convient à F. Hollande.


Giuseppe

@Tipaza | 25 mars 2017 à 09:55

Non, non, c'est deux montres ! L'horloger de la Sarthe ne devait pas être en retard !
Mélange des genres quand il était Premier ministre, amicaux ces cadeaux désintéressés, pour le plaisir tout simplement, il a des amis en or Fi$$on.
Bientôt on va découvrir quoi de plus ? Il ne reste plus que la ceinture et les escarpins en croco véritable, pas n'importe lesquels en toute amitié et simplicité.

Le "tous pourri" va rebondir toujours plus haut, qui reste-t-il pour nous dire que tout ne se ressemble pas ?
Le berger de l'Assemblée ? Quand l'heure de la retraite a sonné, après avoir bien profité du système pendant des années, retraites spéciales dorées, IRFM, voyages multiples offerts entre sa bergerie et l'Assemblée etc. Trop berger pour y croire, l'image d'Epinal de celui qui sort de ses montagnes et qui au crépuscule de sa vie s'aperçoit que le système ne tourne pas rond.
Je ne peux y croire, je ne suis pas le seul, à lire les intentions de vote pour lui.
Voter pour les moins pires, les moins corrompus, les moins déviants, quelle belle perspective pour l'avenir, nous sommes sauvés !

--------------------

Et devinez quel est le champion du monde, toutes catégories confondues, du cumul des mandats, médaille d'or ? Je vous le donne en mille, devant Fillon, il pulvérise Le Pen et Mélenchon, écrabouillant tous les autres.
Trois vies de travail n'y suffiraient, le roi de l'antisystème, le brouteur d'herbe vivant de baies et myrtilles.
Le plus frugal d'entre nous, d'entre tous, ahhh... Il nous la chante bien la complainte pastorale...

On lui aurait donné le fourrage sans confession, il dit qu'il connaît bien les Français qui eux ne le connaissent pas.
Il a failli me faire pleurer, lui il en rigole encore avec ses histoires de curés, gargantuesque cumulard.

Le Kasparov de la politique, celui gagne à travers les autres, le conquistador du futur...

https://blogs.mediapart.fr/edition/les-mots-en-campagne/article/240317/hollande-cest-hollande-joseph-prudhomme-president

Pour citer une expression chère au Palmipède, "il suffit de le croire".

kmn(jlm)

@Catherine JACOB
"Ils devraient remercier Fillon d’avoir ainsi braqué le projecteur sur leur livre et je trouve qu’il a eu parfaitement raison de demander à ce qu’une instruction soit ouverte quant à ce qui y est relaté, exposé, démontré pour conclure que finalement on n’arrive à rien, car il faut des professionnels pour enquêter sur des professionnels et non pas des amateurs"

Non mais quels retournements de perspective quand même, tantôt il faudrait que la Justice aille vite, tantôt on trouve qu'elle va trop lentement, mais là ce serait quand même aller super super vite qu'il faudrait pour satisfaire Sa seigneurie sarthoise, car il faudrait ouvrir une enquête suite à un livre que personne n'a encore lu, pas même lui puisqu'il dit n'en avoir lu que quelques pages ! Les soutiens de François Fillon seraient-ils de tels chacals pour ne pas l'aider à reprendre pied ? Ne voient-ils pas qu'il est en train de nous faire un burn-out ? Ne sont-ils pas coupables de l'encourager ? Je plains sa famille, et son épouse en particulier. J'espère qu'un jour elle sera démuselée et qu'elle pourra donner son avis sur les "amis" de son mari.

En tout cas il est obligé de faire des contorsions inimaginables. Quelqu'un disait "je ne le reconnais plus", mais c'est un peu comme si lorsqu'on atteint les sommets du pouvoir on avait encore plus besoin de garde-fous que les autres et que c'est à ce moment-là que les prédateurs remplacent les amis, alors qu'on a tant besoin des seconds pour être bien conseillé et entouré. François Fillon va peut-être finir par ouvrir les yeux sur son entourage ? On le lui souhaite en tout cas. Dans le marigot, il n'est pas le seul mais il est le seul à trinquer (avec Le Roux et deux ou trois autres). Remercier Fillon dites-vous mais de quoi ? Ils ne parlent même pas de lui dans leur livre selon les derniers commentaires...

Jabiru

@Achille 9:23

F.Fillon est manifestement mal conseillé car l'attaque n'est pas toujours la meilleure défense quoi qu'en disait Pasqua. Au point ou il en est, de moins en moins suivi par ses amis de trente ans, c'est la fuite en avant d'un candidat aux abois. Evoquer un cabinet noir alors que lui-même avait rencontré J.P Jouyet pour lui demander que les poursuites contre Sarkozy s'accélèrent relève d'une ironie du sort qui discrédite celui qui se victimise un peu plus chaque jour. Le naufrage est proche et l'orchestre perd chaque jour son lot de musiciens.

breizmabro

M. Fillon avait tort, il n'y a pas de cabinet noir il y a une officine ROUGE, rouge comme la honte !

Ce qu'il y a de jouissif dans cet épisode médiatique mal maîtrisé par France 2, c'est qu'on touche à la fameuse phrase "l"arroseur arrosé" ou plutôt "Les arroseurs arrosés" car ils s'y sont mis à trois pour décrire "les secrets inavouables d'un quinquennat".

Après "ce qu'un président ne devrait pas dire" ça charge le pédalo, non ?

Pauvre PS qui part en c...vrille... sous le choc de l'incompétence de son chef et ancien premier secrétaire du parti !

Ils ont beau jeu maintenant à crier "ya pas de cabinet noir !, ya pas de cabinet noir!" en sautant comme des cabris de chaînes radios en chaînes télés, puisqu'on se fiche de la couleur des cabinets quand il reste l'odeur. Et l'odeur, là on la sent bien...

Heureusement pour Fillon, tous les brindezingues de son parti se rallient à Macron. Ce n'est plus un "mouv' politique c'est une cathédrale où Dieu/Macron reconnaîtra les siens (en temps utiles) le jour de la distribution des pains. Pardon, des postes. Enfin, pour les deux.

Je me régale de constater comment le boomerang lancé par Hollande est en train de lui revenir en pleine figure à une vitesse non prévue...

Pour un tacticien de la tactique c'est un peu loupé, ou alors c'est le même boomerang qu'il avait lancé lorsqu'il disait qu'il "inverserait la courbe du chômage en un an" :-(

Pauvres journaleux du Canard qui croyaient faire la pige à Mediapart :-(
(En même temps ils peuvent dire merci à Fillon puisqu'ils vont pouvoir se partager des droits d'auteur qui vont sans doute être conséquents vu la pub qui leur est faite).

M. Lassalle disait sur France Inter ce matin que nous étions revenus à l'ère vichyste, tout le monde se méfiant de tout le monde.

Le journaliste lui demandant de faire attention aux comparaisons il a dit "je le maintiens !"

Et il sait de quoi il parle vu qu'il fréquente tout ce beau monde de comploteurs et de faux-culs comme son AMI Bayrou qui l'a lâché pour courir derrière "le pouvoir de l'argent" tant vomi par le même Bayrou :-D

Aliocha

@Robert

En réponse à Michéa, cet extrait d'un entretien de M.L.Martinez et R.Girard :

"...MLM : Est-ce qu'on ne pourrait pas dire, actuellement, que la véritable frontière qui permet aux rivaux de s'affronter est une frontière pour l'enjeu de l'intérêt pour sa propre culture ? Est-ce que finalement la frontière linguistique et culturelle, à ce niveau-là ne serait pas quelque chose de déterminant ? La rivalité pour cet objet de désir-là : l'influence.

RG : Je me demande si certaines choses ne sont pas déjà jouées, mais en fait je n'en sais rien. Quel est l'avenir de l'Europe ? Je pense que pour l'Europe ce qui est grave c'est qu'il y a eu, du moins on a l'impression, qu'il y a eu, l'interruption de l'effort européen. Moi je crois que les gens qui se méfient des tendances bureaucratiques, administratives, ce côté monstre froid qu'aurait l'Europe, ont de très bonnes raisons de se soucier, mais en même temps le ralentissement du progrès de la démarche européenne aussi est une perte de but qui est très frappante dans ce monde, ce qui fait que les gens s'interrogent. Il n'y a plus de projet commun, n'est-ce pas et on est à la recherche d'un projet.

MLM : nous demandons comme Salomé, dans le texte évangélique que vous avez lumineusement analysé : "que dois-je désirer ?" Mais qui pourra nous répondre ?

RG : Je crois qu'il y a de grandes choses chez Freud, mais Freud malgré tout c'est l'homme tourné vers le passé dans la mesure où il croit toujours que les hommes savent désirer qu'ils ont un objet de désir qui est inscrit chez eux, dans leur biologie même. Et à mon avis ce n'est pas vrai, l'homme est essentiellement l'être qui, une fois que ses besoins principaux sont satisfaits, ne sait pas que désirer et demande à l'autre quoi désirer. Et alors aujourd'hui les autres qui nous diraient quoi désirer ne sont plus là.
On le voit dans le tourisme. Le tourisme est un phénomène extraordinaire parce que d'une certaine façon il abolit les frontières, ce qu'on cherche dans le tourisme c'est une altérité qui ne nous ressemblerait pas et cette altérité-là n'existe plus que dans les agences, dans les affiches des agences touristiques. En réalité les hommes retrouvent partout la même chose exactement et ils ne voyagent que pour capitaliser les kilomètres et montrer à leurs rivaux qu'ils ont plus voyagé qu'eux mais en même temps, si vous voulez, les résultats sont nuls.
De toute façon les hommes voyagent toujours vers les hauts lieux. Je dirais que le tourisme est une dégénérescence du pèlerinage ancien, parce que c'est toujours vers des lieux religieux, de grandes réalisations religieuses ou de grandes réalisations humanistes, mais d'un humanisme qui reste lié au religieux (la Tour Eiffel c'est encore ça !). A partir du moment où il n'y a plus de religieux du tout et où les hommes ont tous la même chose, où leurs désirs sont satisfaits de la même manière, (et c'est le rôle de l'industrie que de dire aux hommes vous désirez tous la même chose, eh bien on va vous le donner) mais une fois qu'on nous l'a donné, nous ne savons plus que faire alors nous visitons les monuments du passé. C'est-à-dire que nous recherchons à nous ressourcer, d'une certaine manière, nous recherchons l'origine, l'origine du désir à une époque où il existait encore et nous ne le trouvons pas.

MLM : Est-ce que l'on ne pourrait pas dire qu'il y a deux forces qui opèrent finalement ? Une force qui va vers une plus grande hégémonisation, capitalisation des différences, de telle façon que finalement elles vont toujours vers une plus grande ressemblance, globalisation, uniformisation : quelque chose qui serait peut-être le modèle hégélien de l'Esprit.
Et puis une autre force qui opère dans l'histoire et qui elle, serait par contre une force d'universalisation mais qui réinstaure toujours de la différence et là ce serait peut-être l'Esprit dans le sens chrétien ?

RG : Je pense que oui, mais nous vivons une époque où cet Esprit, s'il est toujours actif (ça j'en suis persuadé) est peu visible dans le monde que nous contemplons qui est aux mains de l'industrie du même, de la série.

MLM : Ne pourrait-on pas, par là, vous ramener au texte biblique et à ces deux épisodes significatifs, l'un dans l'Ancien testament, l'autre dans le Nouveau testament qui semblent se répondre comme en écho : Babel d'un côté et Pentecôte de l'autre ?

RG : Babel, oui, ce sont les hommes qui veulent rivaliser avec Dieu et qui, en fait, veulent s'unir d'une certaine manière uniforme et se retrouvent dans des différences tout à fait inattendues qui ne sont pas celles qu'ils désiraient et qui les empêchent en fin de compte de communiquer. Alors évidemment ça a un rapport, oui, avec ce qui se passe parmi nous mais en même temps, d'un autre côté, nous vivons l'inverse de ça et le fait que nous vivons l'inverse de ça est certainement lié au rôle de l'Esprit. Mais dans un mélange inextricable qui fait que nous ne sommes pas capables de dire quels sont les aspects vraiment positifs. Et pourtant je suis sûr que ces aspects existent. L'unification du monde est une bonne chose mais ce qui me frappe c'est que les intellectuels modernes, d'une certaine manière, ne veulent pas voir ce qui se passe. Je pense, par exemple, à l'expression multiculturalisme qui s'emploie beaucoup aux Etats-Unis, elle est souvent liée à la crainte de la disparition de toute culture indépendante.
Or je crois que cette analyse est fausse, si ce qui nous investit en ce moment en Europe est perçu comme une américanisation, c'est parce que les phénomènes qu'on vit, ici, négativement on peut les rejeter sur l'Amérique, mais ils existent aussi en Amérique, et ils sont vécus de la même manière, mais là on ne peut les rejeter sur aucun autre pays, vous voyez ce que je veux dire ? On a donc davantage conscience du fait que c'est lié à des formes de vie moderne que nous ne parvenons pas à maîtriser en ce moment parce qu'on n'a pas de bouc émissaire de rechange."

http://home.nordnet.fr/~jpkornobis/Textes/frontiere2.htm

C'est à mon sens exactement cela qui se joue actuellement, et le débat de lundi pourrait suggérer que l'écoute mutuelle n'abolit pas les différences, mais les inscrit dans un esprit commun qui pourrait, dans la juste définition idéologique, éviter de tomber d'un totalitarisme à l'autre :

"MLM : Donc, il avait anticipé, en quelque sorte, sur la dérive du lobby de la victime, celle qui donnera l'autre totalitarisme.

RG : Voilà c'est ça. En fait Nietzsche est le plus grand satiriste du monde actuel, voyez, il avait vu une dérive, il avait vu l'abus du principe victimaire qui donne l'autre totalitarisme et qui est une espèce de surenchère par rapport au christianisme. On se drape dans le victimaire, dans la victime et, on en fait ainsi, par là, souvent, un moyen nouveau de persécution.
Les hommes sont pleins de ressources lorsqu'il s'agit de mal interpréter les vérités que le réel, la Révélation, met à leur disposition.
Nous vivons, aujourd'hui, dans un univers, où existent des puissants lobbies de la victime, où aujourd'hui on ne peut plus persécuter, où on ne peut plus exercer la violence que par l'intermédiaire d'un discours victimaire, d'une défense des victimes.

MLM : Le discours de la dénonciation de la violence devient violent lui-même c'est cela que vous dites ?

RG : Voilà. Le communisme par exemple, le soviétisme, prétendait ne parler qu'au nom des victimes, et faisait des victimes au nom des victimes, et l'échec du soviétisme est un échec de ce second totalitarisme qui n'a pas marqué sa fin du tout, je pense que lui va reparaître sous d'autres formes et qu'il est déjà en train de reparaître, qu'il reste bien vivant.

MLM : Ainsi que d'autres lobbies de la victime, le terrorisme n'en est-il pas un aussi ?

RG : Il parle toujours en langage victimaire, bien sûr.

MLM : Et il exerce la violence au nom de la défense de la victime.

RG : Au nom de la défense des victimes."

Là est la problématique réelle de nos temps, le tiroir du fond du tiroir qui lui-même... Quel est donc le bon critère ?

"MLM : Et quel serait le critère, alors, d'une attitude plus juste par rapport à ces extrêmes qui peuvent toujours se renverser ?

RG : Le difficile, justement, c'est qu'il n'y a pas de critères.

MLM : Quelle serait la bonne frontière ?

RG : La bonne frontière, c'est la frontière entre l'amour et le ressentiment.
Le ressentiment, le mot même de re-sentiment montre bien d'ailleurs la rivalité mimétique c'est-à-dire l'aller et le retour, la réciprocité mauvaise entre le modèle imitateur et l'imitateur modèle que nous sommes. Le ressentiment consiste à tout mettre sur le dos de cet autre, ce qui est justifié jusqu'à un certain point, puisqu'il est exactement semblable à ce que je suis, n'est-ce pas ?"

L'uniformisation que Michéa dénonce est en effet condamnable, et sa condamnation même le fait ressembler à ce qu'il condamne, le rendant lui-même condamnable. Voilà de quoi faire des nœuds en nos esprits, mais :

"Les fondements du sacré ne changent pas, le désir mimétique et l'union sont là mais leur sens change radicalement on est passé du sacré violent au sacré renouvelé et non-violent. La configuration de base d'une triangulation bonne pour l'anthropogenèse non violente se souvient du formidable modèle de la théologie trinitaire. Là chacun partage avec l'autre le souci du tiers pour et par qui ils sont mis en communication. C'est la perfection de la relation juste, celle du plus grand amour, la circumcession de la relation trinitaire comme modèle idéal où chacun intercède auprès de l'autre en faveur du tiers non plus exclu mais élu."

http://home.nordnet.fr/%7Ejpkornobis/Textes/Biblique5.html

De la définition, littéraire plus que politique, de cette bonne frontière, dépendra l'avenir de l'humanité, la réconciliation n'étant pas abolition des différences, mais leur coexistence, l'apocalypse n'étant pas destruction, mais révélation.

Autrement dit, l'enfer n'est pas le paradis, et Fillon a tort, dans sa défense désespérée, de passer à côté de ce dont il eût pu être le meilleur avocat :

http://fr.radiovaticana.va/news/2017/03/24/%C2%ABl%E2%80%99europe_retrouve_l%E2%80%99esp%C3%A9rance_lorsque_l%E2%80%99homme_est_le_centre_et_le_c%C5%93ur_de_ses_institutions%C2%BB/1301039

Solon

La gauche accuse Fillon de fausser la campagne présidentielle. Elle a raison comme le prouve la récente Emission Politique :
- d'abord Pujadas, une grosse demi-heure pour mettre en pleine lumière la turpitude supposée du candidat, afin de n'en plus parler
- puis la harpie annoncée avec une délectation gourmande par ledit Pujadas (une petite demi-heure de vomissures incontrôlées)
- enfin, une "responsable" politique qui en remet une couche sur un point déjà plus qu'abondamment traité.
Ce Fillon, il est gonflé de toujours remettre le doigt sur le même sujet !

Achille

@ Catherine JACOB | 25 mars 2017 à 00:18

Je vous rejoins sur votre interprétation des propos de François Fillon concernant la relation qu’il a faite entre le harcèlement subi par Pierre Bérégovoy et le sien.

La méthode était la même et la différence (à ce jour) est que FF n’a pas cédé au suicide.
On pourrait d’ailleurs croire chez certains commentateurs de la presse, des réseaux sociaux et même de ce blog qu’ils le regrettent.

Je pense que François Mitterrand avait raison quand il a comparé certains journalistes à des chiens. Aujourd’hui ils sont toujours là, plus déchaînés que jamais.

Ceci étant FF a encore une fois péché par maladresse en rappelant la fin tragique de Pierre Bérégovoy. Il aurait dû s’attendre à ce que ses contempteurs s’engouffrent dans la brèche et ça n’a pas raté.

Il serait grand temps qu’il change de conseiller en communication car de ce côté-là c’est vraiment un désastre.

Lucile

@ Deviro

Je ne suis pas certaine que Madame Michu raisonne comme vous le faites.

Ce n'est pas ainsi que Madame Michu fait les comptes à mon avis. Madame Michu se f. des costumes de Fillon, parce qu'elle est blindée depuis longtemps : elle n'extirpe pas Fillon du lot, elle sait qu'à l'Élysée et à Matignon, on pète dans de la soie, elle sait que que les stages ne manquent pas pour les enfants, et qu'au sommet, les avantages fiscaux pleuvent pour ceux qui savent y faire. Elle sait encore que contrairement au dicton, il arrive que les loups se mangent entre eux, et qu'au moment des élections, pour garder le pouvoir et les avantages qui vont avec, les intéressés deviennent féroces. Elle a l'habitude qu'ils se servent d'elle pour faire valoir leurs programmes, elle se préoccupe avant tout de ses fins de mois, elle tente, dans un système qui privilégie les passe-droits, d'en avoir un ou deux pour elle-même et sa famille, et elle laisse les faux-jetons se lancer des invectives et se montrer du doigt les uns les autres. Elle croit peut-être le plus populiste d'entre eux qui lui promet que ça va changer, et quand elle découvre qu'il est encore plus riche que les autres, elle hausse simplement les épaules et se dit qu'elle ne fera jamais partie des privilégiés. Elle sait qu'il faut bien que la classe politique coûte cher, mais elle trouve qu'ils en profitent vraiment, et que ce n'est pas elle qui pourrait le faire. Et elle ne voit pas pourquoi on lui demanderait d'avoir de l'esprit civique. Quand elle voit qu'un journaliste de la chaîne publique qui a fait Sciences Po et qui fréquente assidument les allées du pouvoir amène sur le plateau comme un singe savant une femme censée incarner le peuple, elle sait maintenant que c'est pour de rire, juste pour faire honte à un autre bonimenteur, et que ça ne changera rien à son sort.

@ Catherine JACOB

D'accord avec vous, je pense que Fillon était sincère en évoquant Bérégovoy, On ne voit pas pourquoi tout d'un coup, parce qu'il serait devenu un objet de dérision dont la fonction serait de porter tous les péchés de la classe politique à lui tout seul, on pourrait lui dénier tout sentiment, en particulier d'injustice ou de désespoir.

C dans l'air charrie les préjugés ambiants et la propagande à pleins torrents. L'émission de Calvi enterre moins vite les idées qui dérangent, elle me paraît bien plus honnête.

Tipaza

On découvre maintenant un nouveau cadeau fait à F.Fillon, une montre de 10 000 € quand il était Premier ministre, c’est-à-dire il y a plus de cinq ans.

À qui fera-t-on croire qu’il n’y a pas derrière toutes ces révélations lâchées lentement, comme le supplice chinois de la goutte d’eau sur la tête, à qui fera-t-on croire donc qu’il n’y a pas un cabinet noir, rose, ou de quelque couleur que ce soit, et peut-être argenté, de cet argent qui n’a pas de frontières mais seulement des intérêts.

Des dossiers soigneusement préparés, et délivrés avec le tempo qu’il faut, pour empêcher toute alternance et faire passer Macron, l’homme de la mondialisation.

Il me semble d’ailleurs qu’il y a là une convergence, et plus même une coopération entre les tenants du social-libéralisme qui jouent le rôle d’idiots utiles et la haute finance mondialisée qui a avec Macron le candidat idéal pour mettre en œuvre son projet de mondialisation financière au-dessus des peuples dont on manipule le vote.

À côté de cette opération de déstabilisation, les manœuvres de Poutine avec leur brutalité quasi primaire révèlent bien la distance qui existe entre le monde slave et celui anglo-saxon, maître de la perfidie doucereuse.

Et si Poutine était notre dernier rempart contre la mondialisation financière ?

Cool Marchenoir, c’est juste une idée en l’air, mais intéressante à débattre.
Je vous « autorise » à ne pas être d’accord avec moi sur ce point ! ;-))

PS : Quand même, quelle superbe résilience et résistance de Fillon, à comparer avec l’ectoplasme qui s’est, comment dire autrement, que dégonflé en ne se présentant pas.

hameau dans les nuages

@ caroff | 24 mars 2017 à 22:52

Pas du tout ! Régis ANTOINE a cherché dans les Pages Jaunes et sur Société. com et n'a rien trouvé. On va pas lui faire...

Xavier NEBOUT

@caroff

Merci pour ce YouTube. La preuve est faite de l'existence du "cabinet noir".

Je renouvelle votre lien pour que tous le regardent.

https://www.youtube.com/watch?v=iwne-pjmJVY

Catherine JACOB

@Trekker | 25 mars 2017 à 00:41
"Après Dominique de Villepin, Dominique Perben, Martin Chirac (petit-fils de Jacques), c’est au tour de Dominique Tiberi, qui de plus lui a demandé l’investiture pour les prochaines législatives. Cerise sur le gâteau : sa bien connue mère Xavière fait campagne pour Macron ! Mais qui sait, ce dernier lui a peut-être promis un poste de déontologue à l’Elysée !"

Que nous dites-vous ? Les faux électeurs du 5ème arrondissement de Paris se réfugient chez Macron depuis que Fillon a demandé publiquement l'ouverture d'une information sur les cinquante nuances de noir du poulpe élyséen ?

Patrice Charoulet

Tomas me reproche d'avoir dit à propos de FF "le seul homme d'Etat de cette campagne". Il m'apprend qu'il y en a bien d'autres en France... "qui s'ignorent".
Je n'en disconviens pas. Je pose la question autrement : "Qui d'autre parmi les onze candidats validés par le Conseil constitutionnel est un homme d'Etat ?". Réponse ? Personne. C'est clair. Et ce n'est pas une petite question.

Passons-les en revue.

Poutou et Arthaud sont des trotskistes venus, sans espoir, vendre leur salade.
Asselineau, Lassalle et Cheminade sont venus faire un petit tour en espérant un score d'un ou deux points, qui seraient des triomphes.
Mélenchon, ex-trotskiste et le frondeur de la gauche du PS et petit apparatchik vont s'annuler. Sont-ils des hommes d'Etat ? Pas le moins du monde.
Dupont-Aignan, constant dans son parti, son couloir, sa ville, a ses fans, mais est très isolé. Comment pourrait-il diriger notre pays et avoir une majorité parlementaire ? Il espère cinq pour cent pour être remboursé.
Le souriant jouvenceau Macron n'a eu qu'une brève expérience de ministre. L'imagine-t-on chef des armées ? L'imagine-t-on régler les grands problèmes mondiaux ? Ce tombé du nid.
MLP, fille de son père, et qui n'aurait rien été sans lui, dirige un parti important et va faire au premier comme au second tour un score important. Est-elle une femme d'Etat ? Evidemment non. Elle a failli l'emporter dans le Nord, elle a été élue au Parlement européen. C'est une expérience très insuffisante, toutes considérations politiques mises de côté.

CQFD. Le seul homme d'Etat, parmi les onze candidats qui nous sont proposés à cette élection présidentielle est FF. C'est indéniable.

Véronique Raffeneau

@ Catherine JACOB
"... mais c’est une façon de dire "Regardez jusqu’où ce que vous faites peut mener"".

L'indignité absolue de ce programme achève de brutaliser les yeux et l'esprit du téléspectateur quand Christine Angot, à la fin de son intervention, déclare : "je suis là pour dire ce qu'il (David Pujadas) ne peut pas dire".

La veulerie, la lâcheté, l'indignité de ce qu'il est convenu d'appeler les médias, quand France 2 convie une romancière dans le seul but de lui déléguer le soin de cracher à la figure du candidat qui cristallise toute leur détestation.

Peu importe alors les options des uns et des autres. Il s’agit de tout autre chose : d’une laideur capitale, d’un dégradant majuscule compactés dans cette séquence.

Il y a dans le visage de Christine Angot, à cette toute fin du "débat", comme quelque chose de sidéré où il me semble que la romancière prend conscience d'avoir été en réalité utilisée par et pour des gens qui au fond l'ont méprisée comme jamais.

Je paraphrase vos mots, Catherine :

"Regardez jusqu’où ce qu'on vous fait faire et ce qu’on fait de vous peuvent vous mener"

@ Philippe

Pardon pour le hors-sujet.
J'espérais un billet consacré à cette séquence.

calamity jane

Il a de sacrées références le bonhomme de 2F !
Jeanne et plus près de nous Pierre !
"Ne pleure pas Jeannette...
"Avec ton ami Pierre...
J'ai pas écrit qu'on pouvait remplacer ces prénoms par
Penelope et François ! Si ?
Sinon, Catherine JACOB, quel talent pour défendre l'ancien Premier ministre !

Claude Luçon

@ Trekker | 25 mars 2017 à 00:41
"Ah vous commencez à faire preuve de réalisme sur François Fillon"

J'ai toujours fait du réalisme en ce qui concerne Fillon, même avant-hier en l'entendant parler de Bérégovoy, il y a bien un homme sensible derrière sa carapace de notaire.
En 53/54 il y avait encore des épaves de cuirassés sabordés dans le port de Toulon alors je sais à quoi la chose ressemblait : à la France d'aujourd'hui.
Je pense toujours qu'il est le seul amiral qui puisse nous reconstituer une flotte moderne, si toutefois lui flotte encore après tout ce torpillage !

Hier soir à C dans l'air, un commentateur disait que Fillon devait prouver les allégations de cabinet noir à l'Elysée. Voilà comment on joue avec le téléspectateur, ce ne sont pas ses allégations, ce sont celles des journaleux du Canard et eux disent qu'ils n'ont rien trouvé, ou peut-être que si.
Du normand : "P'têt ben qu'oui, p'têt ben qu'non".
Du grand journalisme en somme.

De toute façon un cabinet noir c'est l'équivalent d'un trou noir, ça avale tout ce qui passe à proximité en raison de la forte gravité, mais ça reste un mystère. Tout ce qu'on sait est que ce trou noir élyséen appartient à la galaxie socialiste, laquelle est en cours de transformation, elle s'enjolive avec une toute nouvelle star qui brille juste au-dessus de Wall Street et attire tout un tas de satellites perdus dans l'univers politique de gauche.

Trekker

Décidément François Fillon a comme on dit trivialement la scoumoune, des figures emblématiques de la Chiraquie rallient Emmanuel Macron. Après Dominique de Villepin, Dominique Perben, Martin Chirac (petit-fils de Jacques), c’est au tour de Dominique Tiberi, qui de plus lui a demandé l’investiture pour les prochaines législatives. Cerise sur le gâteau : sa bien connue mère Xavière fait campagne pour Macron ! Mais qui sait, ce dernier lui a peut-être promis un poste de déontologue à l’Elysée !

Qui sait le cabinet noir qui obsède tant Fillon ces derniers jours n’est pas à l’Elysée mais au domicile d’un semi-grabataire dénommé Jacques Chirac ! Il n'y a pas à dire, on vit une époque formidable.

@ Claude Luçon |e 24 mars 2017 à 17:20
"J'ai eu l'impression d'un homme décidé à se battre mais indifférent au sort qui sera le sien. A croire qu'il se bat plus pour enfoncer Hollande que pour gagner la Présidentielle. Comme si le but était de finir de détruire la gauche et démolir Macron pour, au moins, ouvrir le champ des législatives à son parti…"

Ah vous commencez à faire preuve de réalisme sur François Fillon, et surtout ses chances. Mais c’est loin d’être gagné pour Les Républicains lors des futures législatives, cela vu les divisions en leur sein qui tendent à égaler celle du PS et les multiples ralliements à Macron. Il est loin d’être improbable que dans la future AN, LR et PS soient réduits - vu leur nombre de parlementaires - à n’être que des groupes d’appoint tels les radicaux et centristes des années 70 / 80.

Quant à François Fillon, il doit surtout espérer pouvoir sauver son poste de député : jouant de son immunité parlementaire il peut alors n'espérer rendre compte à la justice que dans cinq ou dix ans, et donc au plus n'écoper que d’une peine symbolique. Mais si par malchance il n’est pas réélu député, comme disait Chirac "Les em*****s volent en escadrilles", là cela risque d’être chaud pour lui. Dans ce cas et comme toujours en politique, ses amis et soutiens se feront plus que rares !

P.S. : soyez rassuré mon cher Claude, je ne voterai au premier tour ni pour Fillon ni pour Macron. Pour le deuxième tour j’hésite encore, mais j’incline fortement pour le vote blanc ou l’abstention.

Catherine JACOB

@Régis ANTOINE | 24 mars 2017 à 15:58
« Son évocation de Bérégovoy était profondément abjecte. »

Et en quoi, s’il vous plaît ? Il a simplement dit qu’il comprenait ce qu’il ne comprenait pas jusque-là, à savoir comment la mise en cause médiatique d’une image dans laquelle on ne se reconnaît pas peut amener à douter de soi, puis lorsqu’on a enfin compris dans les rets de quel(s) ennemi(s) on était pris, en tirer les conclusions.

Cela ne signifie pas qu’il soit tenté par la même solution pour échapper à la curée médiatique lancée non seulement à ses basques mais à celle de sa famille, mais c’est une façon de dire « Regardez jusqu’où ce que vous faites peut mener ». Que Mme Angot ne veuille pas se reconnaître ensuite dans le miroir tendu par Fillon, se comprend bien évidemment également.

Je crois que pour comprendre ce que Fillon tentait de dire en l’évoquant, il faut avoir été soi-même victime de harcèlement moral, il faut avoir vécu une présentation négative malveillante de soi ce que je ne souhaite à personne, pas même à ceux qui pratiquent ce type de méthodes perverses qui s’attaquent au fondement de ce qui structure la personnalité et à propos desquels on pense à cette parole : « Pardonnez-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font. » et qui, s’ils me lisent comprendront parfaitement ce que je dis par là.

C’est ce que j’ai envie de dire aussi à propos de la fausse table ronde de C dans l’air d’aujourd’hui autour de l’émission politique d’hier soir, où des gens qui ne se prennent pas pour de la m…e, prennent en revanche le public de l’émission d’hier pour des truffes d’une façon qui passe totalement les bornes. Et en ce qui me concerne, je déteste qu’on fasse ainsi insulte à mon intelligence de téléspectatrice.

Il n’y a peut-être plus de « cabinet noir » structuré stricto sensu à l’Elysée qui a dû apprendre depuis Mitterrand à le délayer dans une entité légale plus vaste, mais il existe des pratiques extrêmement condamnables et les gens qui en ont été victimes risquent d’être malheureusement les seuls à ne pas se laisser raconter d’histoires à propos de leur inexistence sur le territoire national.

En tout cas, quelle pub pour l’ouvrage sur les secrets inavouables de la place Beauvau dont la première édition risque d’être épuisée avant même d’avoir été mise sur le marché et risque également de rapporter à ses auteurs et leur éditeur des c... en or.

Ils devraient remercier Fillon d’avoir ainsi braqué le projecteur sur leur livre et je trouve qu’il a eu parfaitement raison de demander à ce qu’une instruction soit ouverte quant à ce qui y est relaté, exposé, démontré pour conclure que finalement on n’arrive à rien, car il faut des professionnels pour enquêter sur des professionnels et non pas des amateurs.

Deviro

Mon commentaire n'est pas partisan, mais insiste sur une grossière erreur de la "papesse de la communication" Anne Méaux.
Pour mémoire :
"Lorsque la clique (ou la claque) de François Fillon a applaudi à l’annonce du fait qu’il avait rendu les costumes..."
(p.c.c Régis ANTOINE | 24 mars 2017 à 15:58)

...la question que doit se poser Mme Michu, qui est évidemment très bête :
"Si l'affaire du cadeau des costumes de luxe à 13 000 € n'avait pas été rendue publique, et donc ignorée de tout le monde, est-ce que François Fillon aurait RENDU les costumes... en se disant à soi-même "j'ai fait une erreur de jugement" ?
Les applaudissements signifiaient "voyez comme il est honnête !". Mais c'est complètement à côté de la plaque. Mme Michu se tapote le menton...
Vous n'avez pas pensé à ce retour de manivelle, Mme Méaux ?

caroff

@Régis ANTOINE

La co-auteur du livre sur les manoeuvres de basse police de l'Elysée avoue devant deux journalistes :
https://www.youtube.com/watch?v=iwne-pjmJVY

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS