« Bayrou le voulait, Macron l'a fait ! | Accueil | Dominique de Villepin : il a suffi d'un discours ... »

25 mars 2017

Commentaires

Louisia de La Vega

@Xavier NEBOUT

Les conditions de mise à mort dans nos abattoirs sont connues pour être dignes, sans torture, rapides et propres. Quant aux divers propos de ladite Dame ainsi que de votre mentor commun, c'est évident, ce sont les juges les coupables. Bien que nous soyons dans un état de droit et qu'ils ne puissent répondre aux invectives gratuites, diffamatoires et ou insultantes, les condamnations des uns et des autres, pas d'hésitation... Le moindre voleur à l'étalage devient une plaie pour la société, mais les voleurs en col blanc, les propos qui poussent à la haine, les théories du complot ainsi que la diffamation et les insultes gratuites sont au mieux "légaux", au pire "normaux".

Mary Preud'homme

"D'ailleurs, c'est pas dans ce film que ce c.l demande à Piccoli s'il aime ses fesses ?"
Rédigé par : Garry Gaspary | 28 mars 2017 à 09:46

Si c'est tout ce que vous avez retenu, on voit le niveau où se situe votre réflexion !

Jérôme

Bonjour Philippe,

Je soupçonne votre affection d'être due à des retours de jouvence que la mémoire des jeunes années de ces dames vous provoque.
Mon propos est lamentable je vous l'accorde mais je ne peux l'empêcher.
Défense classique :-)

Garry Gaspary

@ Alex paulista

C'est justement parce que le dieu argent en était de moins en moins maître à cause de l'affaiblissement de son Eglise qu'il a créé le mythe Bardot pour reprendre le contrôle sur la beauté du féminin en la résumant à un c.l que l'on doit être ou se payer.

Et le seul Mépris dont on peut raisonnablement parler lorsqu'on traite de BB est celui qu'elle éprouve pour l'humanité en général et pour les réfugiés en particulier qui peuvent bien se noyer en Méditerranée à partir du moment où le dieu argent qui l'a créée mais qui a aussi détruit leur territoire pour en exploiter les ressources, qui a empoisonné leur climat sans jamais les faire profiter de ses richesses n'a plus besoin d'eux.

D'ailleurs, c'est pas dans ce film que ce c.l demande à Piccoli s'il aime ses fesses ?

Alex paulista

"Le dieu qui a créé B. Bardot est bien le dieu des chrétiens, c'est-à-dire l'argent".
Rédigé par : Garry Gaspary | 26 mars 2017 à 11:34

La beauté de BB ne doit rien à l'argent, c'est plutôt l'inverse.
Le Mépris, c'est d'abord celui de l'argent. Si Bardot est exceptionnelle et porte le film de Godard sur ses épaules, c'est justement parce qu'elle incarne ce mépris. Et plus tard, celui de la chirurgie esthétique...
Pour votre culture: https://www.youtube.com/watch?v=yXnRj6Q9uNs

sylvain @ Gaspinou

Il est vexé notre Gaspounet préféré ? Déçu de n'être pas aussi bien membré que notre BB nationale ? La nature est trop injuste avec notre Calimero de sacristie, je ne vous fais pas le dessin de l'endroit où sont accrochées les siennes, vous avez tous deviné, restons courtois et compatissants, par respect pour ce blog.

Garry Gaspary

@ Mary Preud'homme

Si le monde était uniquement peuplé de bébés phoques, B. Bardot serait sans conteste une sainte et vous un génie.

Mais c'est bien parce qu'il existe des femmes que B. Bardot n'est qu'un c.. et vous qu'une chaise.

@ Tipaza

Je me régale tout simplement en regardant le spectacle quotidien de la droite la plus bête du monde qui sombre définitivement dans le ridicule.

Et avec votre Poutine ultime sauveur de la France contre la mondialisation, vous êtes la cerise de mon gâteau.

Lome

La grande différence entre Brigitte Bardot et Catherine Deneuve n'est pas tant que BB sera toujours BB, mais qu'en plus, notre BB nationale, alors qu'elle était encore au sommet de sa gloire, a laissé tomber toutes les paillettes, tout le showbiz, tout le superficiel pour une grande cause : les animaux victimes des humains.

Elle n'était pas obligée de le faire et aurait encore pu tourner des films et faire la tournée des plateaux télé, mais non, elle a mis toute sa fortune et toute sa personne pour sa fondation et cette cause animale, quand la plupart des anciennes gloires du monde du spectacle ne connaissent que cette superficialité et cherchent encore à exister devant les feux de la rampe et les cérémonies d'auto-congratulations.
Brigitte Bardot est une grande dame... quand Catherine Deneuve ne reste que Belle de jour.

Pierre Blanchard

@ Mary Preud'homme | 26 mars 2017 à 09:12

Bien vu
;-)

sylvain

@Mary Preud'homme | 26 mars 2017 à 13:36

Houla du calme chère Mary, notre angelot de sacristie est jaloux de BB, elle qui "en a" alors que ce pôv' Gaspounet, comment dire...

Coucou GG, kss kss ! christianisé, gros beauf, FN... kss kss ! nonosse !

finch

@Mary Preud'homme

Merci Mary, je ne serais jamais parvenu à ce degré de perfection de réponse au troll.

Mary Preud'homme

@Garry Gaspary | 26 mars 2017 à 11:34

Ce sont les gros beaufs de votre espèce, handicapés du bulbe, qui réduisent une jolie femme à n'être qu'un sexe ambulant, sans cœur et sans cervelle !
Nous nous contenterons donc de parler à votre Q puisque votre tête est, manifestement, très malade.

Tipaza

@ Garry Gaspary | 26 mars 2017 à 11:34
« B. Bardot n'est ainsi qu'un c.. que d'autres c..., créés par le même dieu qu'elle, ont toujours rêvé soit d'être, soit de se payer. »

L’âne braie,
Le chameau blatère,
Le chien aboie et la caravane passe,
La hyène ricane,
Le chacal jappe,

Et le Garry que fait-il au fond du blog ?

Garry Gaspary

@ finch
la libération sexuelle

Il n'y a que des christianisés pour qualifier une femme qui montre son c.. de libre, pour accoler le terme "libération" à celui de (réification) "sexuelle".

Le dieu qui a créé B. Bardot est bien le dieu des chrétiens, c'est-à-dire l'argent.

B. Bardot n'est ainsi qu'un c.. que d'autres c..., créés par le même dieu qu'elle, ont toujours rêvé soit d'être, soit de se payer.

Mary Preud'homme

@ Pierre Blanchard (25 mars 2017 21:08)
"...l'actrice prit les choses très à coeur et fit couper celles de l'âne..."

Et c'est ainsi que barjot devint frigide !

Achille

@ Jabiru | 25 mars 2017 à 13:16

Certes la relève est là et le cinéma ne manquera jamais de « créatures de rêve » pour attirer le chaland dans les salles obscures, mais elles ne sauraient nous faire oublier les figures mythiques que furent, outre BB du temps de sa splendeur, des actrices magnifiques tant par le physique que par leur personnalité : Sophia Loren, Claudia Cardinale, Marlene Dietrich, Lauren Bacall, Ava Gardner, Liz Taylor et quelques autres stars des années 50-70.

Je mettrai un petit bémol concernant Marilyn Monroe qui ne m’a jamais fait vraiment fantasmer que ce soit comme actrice ou comme chanteuse et qui a joué dans nombre de navets.

Et pour en revenir à Catherine Deneuve, qui se prétend de gauche et comme Christine Angot éprouve une réelle sympathie pour François Hollande, il est parfaitement possible de l’inviter à une soirée, histoire d’épater ses amis, mais à condition d’y mettre le prix. Tarif 45 000€ (voir article ci-joint).
A noter qu’elle n’est pas la seule à monnayer sa célébrité, nombre de journalistes, sportifs, petits et grands noms du show-business, de la télé et du cinéma s’y prêtent volontiers, histoires d’améliorer leurs fins de mois. Certains même se prétendent farouchement de gauche, comme la belle Catherine. A croire qu'il n’y a pas qu’à droite qu’on aime les costumes, les montres ou tout simplement l’argent.

http://tempsreel.nouvelobs.com/rue89/rue89-economie/20091114.RUE3484/un-plus-ou-moins-people-pour-une-soiree-combien-ca-coute.html

François Fillon n’a pas de complexe à avoir il n’est pas tout seul ! 😀

semtob

Cher Philippe,

Tout de même, vous savez bien que les étoiles que nous admirons par belle nuit, sont poussière depuis des milliards d'années. Pas toutes, notre soleil a encore quelque espérance devant lui et si lorsque nous tentons de l'observer, il a déjà fui de quelques milliers de kilomètres, cela ne change pas la course des planètes mais n'explique pas pourquoi nous ne pouvons pas le regarder en face, puisqu'il n'y est plus depuis huit minutes et demie.
A défaut de trouver les solutions qui permettent de trouver l'homme invisible qui fuite tous les documents des scandales, nous nous apprêtons à suivre les mystères de la matière noire sur Arte. A chacun son cabinet noir !
françoise et karell Semtob

Pierre Blanchard

@ stephane | 25 mars 2017 à 08:18
@ xc | 25 mars 2017 à 14:34

Désolé, je n'arrive pas à trouver l'arrêt de la CA d'Aix-en-Provence, mais de bien plus érudits du site pourraient aisément le faire ??

Une simple archive du journal LE SOIR (Be) qui remet les "pendules à l'heure" en cette nuit du passage à l'heure d'été... concernant cette histoire de castration d'âne :

"1992
Le tribunal a enfin tranché. Brigitte Bardot avait le droit de faire castrer l'âne de son voisin.
Il est utile de rappeler cette douloureuse affaire pour l'édification de nos contemporains. Pendant l'été 1989, un habitant de Saint-Tropez, qui devait s'absenter pour quelque temps, confia son âne à son illustre voisine. À son retour, Jean-Pierre Manivet ne retrouva pas son âne exactement dans l'état où il l'avait laissé. Le malheureux animal avait été castré.
Le voisin de la Madrague décida de faire un procès à l'ex-actrice. Brigitte Bardot, devant le tribunal, fit valoir que sa pauvre jument, de 32 ans, risquait de perdre la vie s'il prenait fantaisie à l'âne en pension de la saillir. À ce stade du récit, il convient de rappeler que le bardot est le fruit des amours ébouriffantes du cheval et de l'ânesse. De toute façon, l'actrice prit les choses très à coeur et fit couper celles de l'âne.
L'affaire prit des proportions nationales. Partisans de l'âne et amis de l'actrice échangèrent des noms d'oiseaux. En première instance, le propriétaire de l'âne fut débouté avant de l'être définitivement par la cour d'appel d'Aix qui vient de confirmer le jugement. "

http://archives.lesoir.be/sgb-annonce-baisse-de-son-resultat-semestriel-net-mais-_t-19921007-Z05X0V.html

Noblejoué

Les acteurs.

Un bon acteur m'attire, moins quand même qu'une bonne histoire ou un bon cinéaste, gage de qualité du film. Mais d'un autre côté, il ne faut pas que l'acteur fasse oublier le personnage... Franchement, je vais voir un film pour m'immerger, pas pour me dire je reconnais untel ou untel.

Des gens disent qu'être acteur est déshonorant parce que l'on fait semblant d'être ce qu'on n'est pas ? Niaiserie, les gens font semblant d'être ce qu'ils ne sont pas, face à eux-mêmes et face aux autres... On ne critique pas cela, en général, mais on s'en prend aux acteurs, entre autres, parce que c'est une manière de s'en dédouaner en le leur reprochant.

On les condamne à être de gauche, "condamne", je ne trouve pas mal d'être de gauche, mais simplement d'y être en quelque sorte acculé parce que certains tendent encore à faire de la profession d'acteur une honte. Pour d'autres, symétriquement, c'est un honneur, ah, là là...
C'est une fonction.

Dans le cas des acteurs, le masque n'est pas mensonge mais jeu ! Et de plus, ce jeu nous tire de l'ennui et nous protège de notre violence. Parfois, les intervenants dans les médias, entre autres acteurs, me navrent à force d'agiter du rien voire d'en être... Mais là, je me devais de les remercier.
Chasser l'ennui, prévenir la violence et... parfois, atteindre l'art. Merci.

Pfeu, parler acteur et non cinéma... The Lost City of Z est un bon film, qui peut réconcilier amateurs de film d'action style découverte de cités perdues, et amateurs de films sentimentaux, et puisqu'on parle d'acteurs, l'acteur et l'actrice principaux sont dignes de leur rôle.

Pour calmer les détracteurs et les adorateurs d'acteurs, il y a de très bons dessins animés, surtout japonais, et justement, je crois que je vais voir Your Name, demain.

Jean-Dominique Reffait

Eh bien moi, je vous suis, Philippe, et je m'étonne que certains trouvent le parallèle incongru.
Je pardonne tout à Bardot, sa misanthropie latente, ses grossièretés, tout. Je ne peux m'empêcher de penser qu'une vie pareille ne peut s'être déroulée sans tant de renoncements que j'envie ceux qui peuvent encore dorloter cette vieille dame, malgré ses râleries.
Bardot et Deneuve, oui, ça me va très bien parce que bien avant que l'une soit de droite et l'autre de gauche, elles sont de ces très rarissimes personnes qui se définissent par elles-mêmes : Bardot est Bardot, Deneuve est Deneuve.

Franck Boizard

Entre Bardot et Deneuve, il n'y a effectivement pas photo. L'une a une personnalité, l'autre a... de l'argent.

Mary Preud'homme

@finch | 25 mars 2017 à 14:25

Bel hommage à Florence Arthaud.

sbriglia

@stephane | 25 mars 2017 à 08:18

Pire : celui d'un ami qui le lui avait confié.

C'était sans doute un bardot...

On ne dira jamais assez combien le croisement d'un étalon et d'une ânesse peut provoquer des troubles de la sexualité chez le bardot...

Claude Luçon

@ Patrice Charoulet | 25 mars 2017 à 18:00
"J'ai gardé l'enthousiasme ; à soixante-douze ans, j'en ai encore plus qu'à vingt ans". Il me semble que c'est aussi votre cas. Peut-être bien aussi, le cas de l'un de vos commentateurs, Claude Luçon".

Merci de la pensée !
Absolument, presque, mais pas tout à fait, 4,5 fois plus qu'à vingt ans.

sylvain

@Xavier NEBOUT | 25 mars 2017 à 12:21
"Indemnités juteuses, subventions encore plus juteuses, avec postes de permanents et dirigeants tout aussi juteux, place assurée dans un haut commissariat, centre de recherches, agence, conseil, centre d'études, comité, etc. etc. avec Légion d'honneur à la clef pour avoir sacrifié leur vie pour le bien public, et le plus souvent - pour ne pas dire presque toujours - bons à remplir un bagne."

Merci pour ces précisions que je garde sous le coude pour le jour de la Libération et la Grande Tonte de cette bande de socialopards collabos ignobles parasites sociaux qui ont dilapidé depuis des décennies des sommes astronomiques rackettées sur nos impôts, auprès desquels Fillon passe pour un ridicule pickpocket de couloir de métro.

Patrice Charoulet

A l'occasion de vos propos de ce jour, j'avais parlé ce matin de votre âge et du mien.
Cet après-midi, lisant un petit livre sur son maître Jules Lagneau, je tombe sur cette phrase du philosophe Alain :
"J'ai gardé l'enthousiasme ; à soixante-douze ans, j'en ai encore plus qu'à vingt ans".
Il me semble que c'est aussi votre cas. Peut-être bien aussi, le cas de l'un de vos commentateurs, Claude Luçon.


xc

@stephane | 25 mars 2017 à 08:18

Pire : celui d'un ami qui le lui avait confié.

finch

Rapprocher Deneuve de Bardot est pour le moins osé. Bardot, le mythe vivant de Saint-Tropez, sex-symbol des sixties-seventies, l'arrogance passée de la nudité à Pampelonne et la libération sexuelle—une attitude osée pour l'époque—a effectivement un caractère bien trempé. Elle ne connaît pas la nostalgie et continue imperturbablement de progresser sans se retourner. Ignorer la nostalgie lui confère une force d'optimisme. Si vous la voyez, Philippe Bilger, 'vulgaire', c'est que vous n'avez rien compris… Elle ne l'est pas. La force argotique des mots qu'elle emploie n'est que la traduction d'une conviction infaillible qui ne supporte pas l'à-peu-près ni la déviance. La prétendue vulgarité revêt au contraire, chez elle, la dignité et la distinction. Elle a claqué la porte du cinéma sans barguigner. Respect ! Elle se dit courageuse et, effectivement, elle l'est, très au-dessus de la norme. Son parler franc, non biaisé, est la fidèle traduction d'une pensée inexorable. Devant cela, bien des hommes, prétendument braves, peuvent toujours tenter de s'aligner. Car "elle en a", pour rester dans sa ligne.

A Saint-Tropez, même si elle fuit les rues fermées, ombrageuses et fréquentées du vieux village (pas seulement l'été…), son âme bienveillante et lumineuse continue de planer parmi les habitants, au même titre que les regrettés de Funès et Galabru (les fameux 'gendarmes'…). Elle côtoie l'image d'un Raimu à Cogolin, d'une Colette à la Treille Muscate, d'un Errol Flynn faisant escale sur Zaca, ou du bronze de Suffren (l'amiral satan des Anglais…). Nul ne sait si elle rejoindra un jour le cimetière marin, non loin d'un certain Vadim, pour y affronter les vents et embruns du Golfe.

Voici ce qu'elle disait dans le numéro récent de Valeurs actuelles : "Je trouve que [François Fillon] est un type bien. J'ai été horrifiée par ce lynchage judiciaire et médiatique. Ce type a du courage, et j'ai, comme vous le savez, beaucoup de respect pour cette vertu. Franchement ce qu'on lui a reproché, ce sont des 'conneries' que la majorité des représentants du peuple pratique. A coté des problèmes que connaît la France, ce n'est rien. Quand on voit ce que dépense l'Etat pour des emplois vraiment fictifs qui ne servent à rien et qui sont payés par nous, du coiffeur de l'un aux gardes du corps des autres… stop ! Basta ! Et puis concernant Les Républicains… tous ces rats qui quittent le navire ! …quelle lâcheté ! " Macron pourra toujours tenter de disposer de pareil avocat.

    P.S. : Deux ans après sa disparition, pourquoi ne pas renouveler un hommage à Florence Arthaud qui était aussi une femme vaillante, seule à bord d'immenses bateaux, à défier indéfiniment l'âpre dureté des océans.

    Elle tomba de son bateau le 29 octobre 2011, en mer Méditerranée, alors qu'elle naviguait en solitaire au large du Cap Corse.
    La mer ne voulut pas l'emporter ce soir-là, grâce à un téléphone portable étanche qui lui permit—depuis les flots glacés—d’appeler sa mère et lui communiquer sa position exacte relevée, par chance, juste avant sa chute. Un livre : Cette nuit, la mer est noire, sorti il y a deux ans, retraça le périple où elle fut à deux doigts d'y rester.
    Florence Arthaud, dont le monde de la voile continue de pleurer unanimement la perte, était l'équivalent féminin d'Éric Tabarly qui, lui, disparut au large du pays de Galles, suite également à une chute en la nuit - tout aussi noire - du 12 au 13 juin 1998, alors qu'il convoyait vers l'Écosse son vieux Pen Duick (un plan William Fife III de 1898) pour assister à une parade de vieux gréements. Son équipage, novice, ne put le récupérer. Sa dépouille fut retrouvée par des pêcheurs, un peu plus d’un mois plus tard, en mer d'Irlande.
    Florence Arthaud ne s'abîma pas en mer comme Tabarly. Elle décéda, il y a deux ans, dans un accident d’hélicoptère. Ses cendres ont rejoint celles de son père adoré, à l'ombre de l'île de la geôle du masque de fer, en baie de Cannes.

Jabiru

@Achille

BB c'était notre jeunesse, émoustillements compris. Deneuve pas trop.
Heureusement la relève est assurée et on peut encore contempler de jolies natures.

Xavier NEBOUT

@sylvain

Indemnités juteuses, subventions encore plus juteuses, avec postes de permanents et dirigeants tout aussi juteux, place assurée dans un haut commissariat, centre de recherches, agence, conseil, centre d'études, comité, etc. etc. avec Légion d'honneur à la clef pour avoir sacrifié leur vie pour le bien public, et le plus souvent - pour ne pas dire presque toujours - bons à remplir un bagne.

Mary Preud'homme

"On est bien peu de choses
Et mon amie la rose
Me l'a dit ce matin..."
(Cécile Caulier / Françoise Hardy)

Xavier NEBOUT

Les comédiens et acteurs ont été de gauche depuis la révolution car l'Ancien Régime tenait leur profession pour infâme.
Simuler les sentiments jusqu'à suggérer avec subtilité ou réalité qu'on s'envoie en l'air avec son partenaire est si peu honorable que bon nombre d'actrices rachètent les droits pour que leur descendance ne le voie jamais.
Je vois mal un homme être fier de voir sa mère exhibée à la télé en train de rouler une pelle à un quidam, d'autant qu'il est maintenant de bon ton qu'il soit issu de la diversité.

Patrice Charoulet

Le philosophe Jankélévitch n'a pas craint d'écrire un gros livre intitulé "Le je-ne-sais-quoi et le presque rien". Il est vrai que la concision n'était pas son fort.
Un peu lassé de la politique, et pour vous détendre un peu, vous consacrez une douzaine d'alinéas à deux actrices.
Nous avons presque le même âge, mais je suis loin d'avoir votre énergie. Il me serait totalement impossible de consacrer tant de mots à du presque-rien.
J'ai vu des films où jouaient ces deux dames. Je les ai oubliés.
Quant aux opinions politiques de ces deux personnes, peu m'en chaut.
Une chose, tout de même peut-être : j'ai assisté une fois en correctionnelle à un procès où l'on avait pu établir qu'un phoque s'était trouvé pris dans une filet placé sur le sable d'un estuaire et la Fondation Brigitte-Bardot avait chargé un avocat de demander des dommages-intérêts. Si ce genre de grief est fait partout en France, les gains doivent être substantiels pour cette Fondation.

Michel Deluré

"Je n'ai pas envie de choisir entre celle qui pense bien et celle qui pense mal".

Outre que ce jugement n'est pas très élégant pour l'une, il est de plus, me semble-t-il, plutôt trop tranchant et caricatural.
Quels critères objectifs permettent d'affirmer que l'une "pense bien" alors que l'autre "pense mal" ? Qu'est-ce que le "penser bien" ou le "penser mal" ?
Sur le plan de la pensée, C. Deneuve serait-elle l'incarnation de la perfection et par opposition, B. Bardot celle de l'imperfection si, nous référant à Spinoza, nous considérons que ces deux notions "ne sont que des modes de penser" ?
Je préfère pour ma part me situer sur un autre plan pour comparer ces deux monuments du cinéma français.

Xavier NEBOUT

@louisia de la vega

Curieux de savoir de quels propos racistes BB était accusée, j'ai vu qu'il s'agirait notamment de ce qui suit :
"Depuis 16 ans, je me bats contre le sacrifice rituel des moutons lors de cette fête. C'est peut-être une grande fête, mais pour moi c'est une horreur". Cela lui a valu une condamnation pour incitation à la discrimination raciale.
"Il y en a marre d'être menés par le bout du nez par toute cette population qui nous détruit, détruit notre pays en imposant ses actes" ce qui lui a valu là 15 000 euros d'amende pour incitation à la haine raciale.
Je vous remercie donc de votre remarque, car je ne savais que notre justice était pourrie à un tel degré.

PS : Justice doublement pourrie : le juge n'a pas en effet à limiter la liberté d'expression au prétexte d'ordre public quand il n'y a pas véritablement trouble à l'ordre public, comme si BB juchée sur une chaise comme en Angleterre, haranguait la foule pour déclencher une saint Barthélémy antimusulmane.

De plus, il ne s'agit pas de racisme, mais de dire que la culture et les moeurs musulmanes ne sont pas compatibles avec celles de notre pays, et qu'on a pas à s'y soumettre.
Le racisme eut été de s'en prendre aux gens d'origine africaine, non pas en raison de leur culture, mais de leur race au sens de caractéristiques physiques, ce que BB n'a jamais dit ou insinué, pas plus d’ailleurs que JMLP puisqu'on lui reproche d'en être une admiratrice.

sylvain

Vive la BB libre !

Entre BB et Deneuve, il n'y a pas photo : je préfère le personnage de Bardot, femme qui s'était libéré toute seule sans attendre les coups de sifflets des féministes, qui a mené sa barque sans rien attendre des autres, qui dit des vérités qualifiées de puantes comme le dit louisia de la vega, alors qu'elle n'exprime que des faits réels en toute liberté sans démagogie et qui s'arroge le droit d'être raciste, bravant ainsi avec un courage inégalé dans ce pays, les hordes et meutes puantes de la Bien Pensée constitutionnelle érigée en dogme policier avec ces procureurs nommés par les lobbys de gauche : SOS Racisme, SOS homophobie LGBT de Bergé, SOS islamophobie, joyeuses bandes de drilles gauchistes nantis avides d'indemnités juteuses ; les vrais ennemis de la France ce sont eux et non BB !

Quant à cette pauvre Deneuve qui s'est ridiculisée avec son "Hollande bashing", elle n'aura fait que suivre toute sa vie en bon toutou les modes idéologiques de gauche dans ce milieu répugnant du showbiz où avouer qu'on est de droite blanc hétéro chrétien équivaut à une mise à mort, un suicide en direct.

Jean-Yves BOUCHICOT

Une profession de foi de l'extrême centre, qu'aurait pu signer Emmanuel Mc Ron.
Ce serait comme aimer à la fois Carla Bruni et Valeria Bruni-Tedeschi...
L'une des deux a pris tous les neurones de la fratrie, l'autre a pris le carnet d'adresses.
L'une est devenue une immense actrice, et l'autre une escort-girl prête à se vendre au plus offrant.
Mais pourquoi choisir ? Quand on veut exister dans le monde médiatique, il vaut mieux ne se fâcher avec personne...

Achille

Bonjour,

Brigitte Bardot a su accompagner mon passage de l’enfance à l’adolescence en me faisant connaître mes premiers « émoustillements », en cela je lui en sais gré.
Elle s’est montrée une remarquable actrice dans des films culte, accompagnée il est vrai par des acteurs prestigieux : Gabin, Piccoli, Trintignant, Curd Jürgens…

Elle reste un des derniers monstres sacrés du cinéma français, celui des années 50-70 qui est la période que je préfère.

Elle a toujours éprouvé une certaine répulsion pour le monde narcissique du cinéma et son culte de l’idole. Ceci peut expliquer en partie sa passion pour la défense des animaux chez qui l’affection est naturelle et désintéressée.

Son penchant pour le FN (elle va voter MLP) me déçoit un peu, mais à chacun ses idées et elle a le droit de défendre les siennes.

Quant à Catherine Deneuve, je n’ai jamais éprouvé le moindre frémissement pour elle. Bonne actrice sans plus, mais totalement impersonnelle. Je préfère les actrices et les acteurs qui apportent une touche personnelle aux personnages qu’ils incarnent, comme Isabelle Adjani ou encore Gérard Depardieu chez les hommes.

Il ne me serait jamais venu à l’idée de mettre ces deux actrices sur le même plan tant elles sont différentes.

Tipaza

On ne devrait pas vieillir !

C'est tout ce que je peux dire, mais ça je le dis haut et fort.
Les cris les plus inutiles sont les plus beaux, et encore faut-il avoir la force de crier.

Ces deux photos m'ont déprimé pour la matinée au moins.
Bon je m'en remettrai en me rasant tout à l'heure !

stephane

Deux amies d'enfance discutent, l'une dit à l'autre :
"Tu te souviens, on voulait ressembler à Brigitte Bardot"
"Oui je me souviens bien"
"Et bien ça y est, on lui ressemble".

Brigitte Bardot, ce n'est pas elle qui avait fait castrer son âne ?

calamity jane

Accompagner la vie en sauvant des animaux sauvages
dans leur milieu était une attitude de combattante éloignée de la défense d'un réalisateur notamment pour une
présidence de cérémonie de congratulations.
Certaines images restent gravées dans ma mémoire de gamine qui montraient B. Bardot devant un spectacle affligeant au Pôle.

Claude Luçon

"Brigitte Bardot ET Catherine Deneuve : tout me va !"

Est-ce la conséquence de l'émission politique de France 2 sur Fillon qui nous vaut ce billet ?
Philippe ayant conclu à la fin de l'émission :
"Christine Angot ET Aurélie Filippetti : rien ne me va !"
A-t-il voulu nous remonter le moral en nous rappelant les belles du passé pour compenser les harpies du présent ?

louisia de la vega

Permettez-moi d'être très étonnée du rapprochement que vous faites entre deux femmes que tout oppose. L'une a été un phénomène de foire dont elle avait totalement conscience et qu'elle a fui, l'autre a construit une carrière en faisant des choix très souvent remarquables.
L'une était une très jolie poupée que l'on utilisait uniquement pour sa beauté tapageuse et son sex-appeal, l'autre pour son intelligence, son talent et sa beauté discrète.

Leurs parcours de vie n'a rien en commun. L'une est devenue une pasionaria de la cause animale qui a dévoyé sa démarche de départ pour relayer des idées racistes puantes, l'autre est toujours restée digne. Le parti pris de Deneuve ne regarde qu'elle concernant Polanski mais nous sommes dans une prise de position calme, posée.

Les propos hargneux, agressifs de Brigitte Bardot qui vitupère depuis pas mal d'années à présent, sont la plupart du temps hystériques, et si le "parler-vrai" la liberté d'expression passe par des propos d'harengère, alors vous devez avoir raison de tout mettre dans le même sac.

Certes, qu'elle était belle BB... et si touchante. Mais c’était il y a plus de cinquante ans.

Marc GHINSBERG

"Brigitte Bardot ET Catherine Deneuve : tout me va !"
Sacré Philippe !

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

  • Causeur
    causeur.fr du 13 octobre "Philippe Bilger, le style fait l'homme", par Thomas Morales
  • Le Point
    Philippe Bilger : « Le mur des cons a fracturé la confiance dans la justice », lepoint.fr du 11 octobre.
  • Sud Radio, "Le Grand Matin"
    Tous les vendredis de 8 h 45 à 9 h 15, débat dans la Matinale de Patrick Roger.
  • CNews, "L'Heure des Pros"
    Tous les mercredis de 9h à 10h30, animé par Pascal Praud.
  • Sud Radio "Les Vraies Voix"
    Tous les jours du lundi au vendredi de 17h à 19h, émission de débat et de divertissement animée par Christophe Bordet.

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS