« Et pendant ce temps... | Accueil | L'Elysée n'est pas la maison de tous les Français ! »

19 juillet 2017

Commentaires

Ellen

@Catherine JACOB | 20 juillet 2017 à 13:32

Je l'ai écoutée sur RMC, et rien d'anormal que Mme Alliot-Marie, ex-ministre de la Défense, ait pris à coeur l'injustice qui a été faite au plus grand chef des armées P. de Villiers par le bébé Macron en manque de maturité. Brigitte, son aînée, devrait lui enseigner l'éducation et le respect.

@luc nemeth | 20 juillet 2017 à 12:14

Votre démarche est très louable cher Monsieur. Et c'est ce qu'Emmanuel Macron aurait dû dire à Netanyahou dans les termes que vous évoquez ici.
Comme quoi, le "chef" n'a pas toujours raison. On en a eu les preuves le 1er, le 14 et 19 juillet. Le bébé Macron croit qu'il est au-dessus de tout le monde. Il se trompe. Un mandat de cinq années commencé seulement il y a deux mois et ayant déjà déçu les Français et les plus grands Généraux de l'armée et le reste du monde laisse quelque part comme un goût amer par le Jupiter Macron. A force de vouloir se rapprocher trop du soleil, il risque de se brûler. Mais bon, c'est lui le "chef" dans les mots ? mais pas dans l'expérience. A peine sorti de l'embryon comparé au Général de Villiers, EM commence à avoir la grosse tête alors qu'il n'a encore rien prouvé. C'est mauvais signe. Quand on manque de respect et d'humilité et qu'on montre ses petits bras gonflés d'air c'est qu'on craint pour sa propre crédibilité.

@Claude Luçon | 20 juillet 2017 à 09:49

Vous êtes bien trop gentil avec Elusen. Cet énergumène ne mérite pas vos explications. Vous allez vous user avant lui. Ce n'est pas la peine de lui chanter des louanges ni des berceuses puisque vous voyez bien que c'est un insomniaque très dur nourri de haine démoniaque et que ses plus beaux moments de la nuit c'est de se coller à son ordi comme un lâche et venir insulter notre hôte et d'autres intervenants une fois qu'il a pris ses hallucinogènes pour délirer. Une fois qu'il a craché son venin il va se coucher. On a tous compris que lui répondre, c'est augmenter la déficience de ses facultés mentales.

boureau

@ Robert Marchenoir 20 juillet 00:17

Qu'est-ce qui vous arrive Robert ?
Cultiveriez-vous quelques potées de cannabis sur votre balcon ?
Ou est-ce le nouveau règlement des maisons de retraite qui vous impose une extinction des feux si tardive qu'elle vous prive d'une certaine lucidité ?

Cordialement

PS : Raymond Barre s'est largement expliqué sur "les Français innocents". Pourquoi revenir sur cette phrase ?

Catherine JACOB

@Lucile | 20 juillet 2017 à 11:27
« Compliment à double tranchant ; le venin est dans la queue... Les militaires apprécieront. »

En tout cas, excellent exposé-mise au point, à mon sens, de Michèle Alliot-Marie, même si je n’ignore pas que PB ne l’aime pas, sur RMC et BFMTV : https://www.youtube.com/watch?v=3edRTlGUrPs

waa

@Catherine JACOB
"Ne faites pas semblant de ne pas savoir que la judaïté n'est pas une nationalité. L'Etat, certes théocratique, d'Israël, n'est pas recevable à défendre d'autres que des Israéliens, lesquels, comme vous ne l'ignorez sans doute pas non plus, ne sont pas tous de confession juive. "

Comme beaucoup ici, y compris M. Bilger, vous ne connaissez que le modèle d'Etat-nation français, et vous ignorez totalement la spécificité du judaïsme (que vous appelez bizarrement judaïté, mais passons)

Tout juif, où qu'il soit, quel qu'il soit, appartient au peuple juif.
Il y a un peuple juif, une nation juive.
Que ce peuple ait été pendant plusieurs siècles privé d'Etat territorialement défini ne change rien, ce peuple a continué d'exister.
Il forme la nation juive, une nation dispersée et hétéroclite, mais une nation tout de même.
C'est l'appartenance à cette nation qui définit la nationalité.
Ainsi, les documents officiels israéliens (carte d'identité et passeport) indiquent deux qualités bien distinctes : la citoyenneté, et la nationalité.
Un habitant d'un village druze de Galilée aura donc ces deux mentions sur son passeport : israélien druze.

La France, quant à elle, ne reconnait que la citoyenneté.

Vous pouvez vous en féliciter, mais j'ai des amis corses qui tueraient (c'est une figure de style) pour avoir une carte d'identité les définissant comme citoyens français de nationalité corse.

C'est pourquoi l’État d’Israël, qui n'est absolument pas théocratique (ce simple adjectif montre l'étendue de votre ignorance), est parfaitement recevable à défendre tous les juifs, où qu'ils soient.

C'est même sa raison d'être.

Et il l'a prouvé à différentes occasions, depuis l'Opération Tapis Volant jusqu'à Entebbé, où des citoyens français de nationalité juive ont été sauvés, et où le frère de l'actuel Premier ministre israélien a trouvé la mort.

Savonarole

"@calamity jane | 19 juillet 2017 à 21:31 @ très chère

Vous parlez à qui exactement ?

Rédigé par : Catherine JACOB | 20 juillet 2017 à 11:57"

On ne saura jamais, vous y perdez votre japonais et moi mon latin.
Catastrophy Jane est middle Mélenchon, Besancenot et compatible avec le PDG du Fakir, dont j'oublie le nom.
Le Familistère, l'autogestion des années 70, LIP, Boulogne-Billancourt, les autonomes, toute la crasse intellectuelle des seventies. Un monde à part,
Catastrophy Jane est un monument, il faut la garder, il faut tout de même se souvenir de cette époque glauque où une minorité d'incultes ont profité à Mitterrand.

caroff

@Robert Marchenoir
"Israël est l'Etat juif, et il défend les intérêts des Juifs dans le monde. Où est le problème ?"

Le problème c'est que vous confondez croyance religieuse, "race" (je déteste cette segmentation au sein de l'espèce humaine) et nationalité.

Un de mes amis d'origine juive, sauvé par des paysans sarthois en 1942 alors que ses parents étaient déportés, a épousé une Bretonne et s'est converti au catholicisme. S'il advenait qu'il fût menacé verbalement ou physiquement en France, il ne lui viendrait pas à l'idée de demander la protection de "Bibi", chef d'un Etat étranger, d'autant que la politique d'envahissement progressif de la Cisjordanie par les colons israéliens l'irrite au plus haut point.

luc nemeth

Avant toute chose on se doit de rappeler que la vigilance face à l'antisémitisme est l'affaire de tout citoyen français. Si Netanyahou, qui est ici loin d'être le seul, estime anormal de voir évacuée la dimension antisémite d'un crime, et qu'il souhaite faire oeuvre utile, qu'il s'adresse donc à celles et ceux des Français (juifs ou non-juifs peu importe) dont la voix pèse d'un certain poids. Mais le reste, tout le reste, n'est que vil racolage destiné à conforter la frange la plus crédule de ses partisans, dans l'idée que "la France est un pays antisémite".

PS : il se trouve que pour ma part, même si les effets ne sont pas comparables, je me suis trouvé confronté là où on s'y serait peu attendu à des comportements de puanteur dont j'ai informé notre nouvelle ministre de la Justice pas plus tard qu'il y a trois jours et en sollicitant l'ouverture d'une enquête. Mais à aucun moment cela ne me serait venu à l'idée de m'adresser à... Netanyahou.

Catherine JACOB

@ Robert Marchenoir | 20 juillet 2017 à 00:17
"Israël est l'Etat juif, et il défend les intérêts des Juifs dans le monde. Où est le problème ?
La France défend les intérêts des Français (et du français) à travers le monde, la Russie défend les intérêts des orthodoxes à travers le monde, la Chine grimpe aux rideaux quand ses touristes se font attaquer à Paris..."

Ne faites pas semblant de ne pas savoir que la judaïté n'est pas une nationalité. L'Etat, certes théocratique, d'Israël, n'est pas recevable à défendre d'autres que des Israéliens, lesquels, comme vous ne l'ignorez sans doute pas non plus, ne sont pas tous de confession juive. Sinon, alors peut-être faudra-t-il revenir à la France en tant que fille aînée de l'Eglise.

Quant à la Russie, défend-elle les intérêts des orthodoxes grecs ? Je vous le demande.
Enfin, l'Etat chinois, comme n'importe quel Etat dans le monde, défend les intérêts de ses RESSORTISSANTS ! En temps ordinaire par l'intermédiaire de ses ambassades et des consulats!

Enfin, ce sont les intérêts bien compris de la francophonie par lesquels est concernée la France.

@calamity jane | 19 juillet 2017 à 21:31 @ très chère

Vous parlez à qui exactement ?

petit soldat

Le rêve de Macron 1er.

https://www.youtube.com/watch?v=I0eExLkaVyI

@ Yves K | 19 juillet 2017 à 16:31

L’anonymat permet à toutes les vipères de se faire passer pour des couleuvres. Vous portez en vous la haine et la bêtise, mais tranquillisez-vous ce sont les qualités les plus courantes de votre univers.

duvent

@ Robert Marchenoir
"Bien sûr que le Premier ministre israélien a toute légitimité pour réclamer à la France de poursuivre les assassins antisémites, et de réduire l'antisémitisme en France.
Israël est l'Etat juif, et il défend les intérêts des Juifs dans le monde. Où est le problème ?
La France défend les intérêts des Français (et du français) à travers le monde, la Russie défend les intérêts des orthodoxes à travers le monde, la Chine grimpe aux rideaux quand ses touristes se font attaquer à Paris... "

Mais j’avais cru comprendre que la personne dont il est question était de nationalité française, ce n’est pas le cas ? A moins que la religion prime sur la nationalité ? Vivement des Etats rangés par religions, nous aurons enfin la paix !!

Il y a quelque chose de tordu dans votre raisonnement, ou peut-être quelque chose de faux, ou peut-être quelque chose de fou ??

Etes-vous un sanguinaire aventurier en manque d’hémoglobine, ou un philosophe fébrile perdu dans son délire « humaniste » ? Les humanistes veulent le bien de l’humanité, en êtes-vous de façon pudique ?

Oui, je crois que vous voulez le plus grand bien à cette planète et ses habitants… Vos conseils, vos théories, votre bonté, votre argumentation, tout chez vous révèle quelque chose de grand, de lumineux, et je dirai même mieux, il y a en vous la lumière de l’ange déchu…

« Et puis, ceux-ci ont fini par égorger un prêtre à la messe. »

Lorsque j’ai lu cette phrase vous m’aviez si bien subjugué que j’ai cru lire : « égorger des prêtres en masse »…
C’est vous dire la puissance de frappe de votre rhétorique ! Et alors, je me suis demandé où je me trouvais pour avoir échappé à cette atroce information, et la réponse est assez triviale, je n’étais pas sous l’emprise d’un discours, comment dire, « haut perché »!

Je vous admire Monsieur, vous avez un petit supplément d'âme, qui fait que vous pouvez vivre rempli de haine, un jour il faudra pourtant poser votre fardeau, car haïr, ce n'est pas une sinécure...

Lucile

@ Catherine JACOB
"Mais le général F. Lecointre a été salué par Macron en tant qu’un « héros militaire comme il y en a peu. »

Compliment à double tranchant ; le venin est dans la queue... Les militaires apprécieront.
(J'aime bien la représentation du Dieu baratineur avec des chaînes qui lui sortent de la langue)

Catherine JACOB

@ Lucile | 19 juillet 2017 à 23:41 & @ Trekker | 20 juillet 2017 à 01:01
« La baudruche l’hiver venu risque fort de se dégonfler, Jupiter se muant en roi Pétaud ! »
&
« Ce matin Macron a accepté la démission du général de Villiers. Un de perdu dix de retrouvés, le nouveau est plus jeune et c'est un héros, le Premier ministre nous a fait un peu de pédagogie là-dessus, et nous a bien fait comprendre que Macron n'entendait pas se faire refiler du deuxième choix en matière de général. Il paraît que maintenant, lui le Chef, quand il parle des militaires, il dit "mes hommes". Waaaaaaouhhhhhh. (Contrairement à ce qu'on pourrait croire, ce n'est pas une blague) »

Il a aussi dit à propos du général démissionnaire : « Le général de Villiers a servi avec dignité et responsabilité l’Etat pendant plusieurs années »

Plusieurs : « Un certain nombre, un nombre indéfini supérieur à un et le plus souvent à deux. »

En fait, très précisément de 1975 à 2017 ce qui fait 42 ans, une paille donc pour le président de 39 ans. Est-ce que dans l’intervalle le général de Villiers aurait été banquier ou serait allé planter les choux ? Mais bon, sur le plateau du vélo club de France2, il ne dit pas avec culot « mes hommes » lui qui n’a jamais même soldat de 2de classe, mais, correctement, « nos soldats ».

Il dit aussi que cette coupe budgétaire ‘provisoire’ avait été décidée par lui dans le but d’avoir une… stratégie, financière, bien évidemment, visant à atteindre 2% du PNB à l’horizon 2025.

Il insiste sur le fait que le général qui a été nommé en conseil des ministres est un héros militaire sur la carrière et les faits d’armes duquel il nous invite à nous pencher. C’est ce que pour ma part j’avais fait pour m’apercevoir que Christophe Castaner lui ne l’avait pas fait qui l’a cité en tant que général de division.

Qui peut douter qu’en France, les généraux ne soient pas tous sans exception aucune de grands soldats, de grands militaires, et lorsque l’occasion leur en est donnée, de véritables héros ?! Mais le général F. Lecointre a été salué par Macron en tant qu’un « héros militaire comme il y en a peu. »

Je me suis donc sincèrement demandé ce que pouvait un grand héros comme il y en a peu, lorsque d’aventure le carburant fait défaut aux véhicules militaires sur le terrain et j’ai trouvé.

Voici ci-dessous les images de l’avers et du revers d’une monnaie des Namnètes - Andécaves datée entre le 2d et le 1 er siècle avant J.-C.
Sur l’avers à gauche de l’écran, vous avez à ce qu’il semble, Ogmios ou Ogme ou quelle que soit la variabilité de l’orthographe de son nom. Ogmios est un dieu de la mythologie celtique gauloise que l'on retrouve en effet dans la mythologie celtique irlandaise sous le nom d'Ogme. C'est un champion à la grande force physique représentant typique de la fonction guerrière indo-européenne. C’est aussi le dieu de l'éloquence. Il terrasse ses ennemis par la parole.

« Lucien de Samosate raconte comment alors qu’il contemplait, étonné, une représentation d'Hercule à la peau de lion dont contrairement à l’Hercule qu'il connaissait avait les traits d'un vieillard souriant à la peau noircie, à demi-chauve avec de longs cheveux blancs qui lui retombaient dans le dos. Il portait outre la peau de lion, une massue, un arc et un carquois et surtout, il retenait une multitude d’hommes, par des chaînes d'or fixées à sa langue et allant aux oreilles de ceux qui le suivent volontiers.
Un druide passant par là remarque son étonnement et lui donne cette explication : « Le dieu a des chaînes d'or partant de sa langue car il enchaîne ceux qui l'écoutent par son éloquence. Il est représenté en Hercule à cause de sa puissance. »

Cette description, selon Georges Dumézil, le rend donc comparable à Varuna, dieu lieur par excellence de l'Inde védique, et ne limite pas son personnage à la seule fonction guerrière. »

Sur le revers, à droite de l’écran, vous avez la représentation de ladite fonction guerrière que la numismatique appelle « le génie à l’hippophore » de « hippos » : cheval (les guerriers de l’époque ne disposaient pas en effet de blindés) et de « phore » : porter. Il peut aussi s’agir d’appeler à la rescousse « l’armée des ombres » qui donc ne s’embarrasse pas des choses bassement matérielles. Le cheval est andro-céphale. L’Ogme hérculéen paraît être sous le cheval.
;
En fait, depuis que l’heure n’est plus aux prises de guerre et au partage du butin à la Clovis, je pense que ce dont le budget de notre Défense a besoin en attendant 2015, c’est d’un grand diplomate et j’attends de voir.

« Ce n'est pas le rôle du chef d'Etat-Major de défendre le budget des armées », ajoute en effet Macron , « mais au la ministre de la Défense» rebaptisé « ministère des Armées », autrement dit un politique, membre du gouvernement nommé par le président de la République, sur proposition du premier des ministres.

Actuellement Mme Florence Parly qui fut secrétaire d'État au Budget de Lionel Jospin et qui a siègé à partir du 14 janvier 2016 au conseil de surveillance de l’entreprise Zodiac Aerospace, comme représentante du Fonds Stratégique de Participation, géré par le groupe Edmond de Rothschild. Elle a été nommée en remplacement de Sylvie Goulard. Il semblerait que l’emploi de l’article défini « la » fasse du nouveau ministère des Armées, l’apanage des politiques femmes.

Claude Luçon

@ Elusen | 20 juillet 2017 à 03:36
"Eh bien, je prévois que vous allez continuer à dire autant de bêtises et vous cacher derrière votre amour de la liberté d’expression..."

A propos de bêtises, les vôtres, nous avions eu un moment l'espérance qu'elles n'étaient que feintes, après nous avoir cité Joan Baez sans commentaire !
Mais non !
Alors citation pour citation en voici partie d'une, plus ancienne que Joan Baez, entendue sur la BBC entre 1942 et 1944 que vous n'avez sans pas entendue, moi si, mais que Philippe connaît :
........
Sur toutes les pages lues
Sur toutes les pages blanches
Pierre sang papier ou cendre
J’écris ton nom
........
Et par le pouvoir d’un mot
Je recommence ma vie
Je suis né pour te connaître
Pour te nommer

Liberté.

Paul Eluard (1942)

"Liberté" vous avez bien dû au moins le lire sur quelque fronton de la République, même si vous n'en saisissez pas le sens.
C'est aussi ce que Philippe Bilger vous accorde, comme à nous tous, sur son blog !

Exilé

L'antisémitisme pour l'instant récusé reste en travers des consciences.

Cet antisémitisme doit obligatoirement être récusé parce qu'il va à l'encontre du dogme voulant que seule l'extrême droite ou prétendue telle soit antisémite dans ses gènes.

Dans sa contribution du 19 juillet à 16h57, boureau a rappelé ce point essentiel : alors que depuis les années 80 ce qu'il faut bien appeler un cirque monté de toutes pièces impliquant diverses associations stipendiées, une partie politisée du monde judiciaire ainsi qu'une grande partie des médias a agité l'épouvantail de la résurgence de l'antisémitisme, à grands renforts d'amalgames tordus, il s'avère que tout ce petit monde a délibérément écarté tous les éléments ayant contribué à mettre en évidence la montée d'un antisémitisme viscéral, qui lui ne reposait pas sur des petites phrases vaseuses de fin de banquet mais sur des actes physiques violents voire criminels.

Mais comme selon un autre dogme cet antisémitisme était le fait de personnes supposées appartenir à la catégorie des victimes officielle, pour cause d'exclusion, de racisme, de colonialisme etc, il n'était pas possible d'admettre qu'elles soient elles-mêmes capables de se comporter en bourreaux, en dépit des évidences.
Par exemple, les cas fréquents de racisme anti-blanc ne sont pratiquement jamais reconnus par la justice (?) même en présence de preuves accablantes, comme dans cette affaire où un jeune homme a été victime de sévices par des individus ayant par ailleurs écrit sur les murs les motivations racistes de leurs actes.

Le silence des médias à propos de cette affaire Halimi, médias si prompts par ailleurs à lancer les hypothèses les plus folles quand cela les arrange comme dans les premières heures de l'affaire Merah, pose également problème.
En aurait-il été de même si par exemple le présumé meurtrier avait été supposé être en cheville de près ou de loin avec l'extrême droite ou tout simplement s'il avait été un de ces affreux mâles blancs supposés responsables de tous les maux de la terre ?

Elusen

« Je n'ose songer au tintamarre médiatico-politique qui se serait produit si Nicolas Sarkozy avait commis la même immixtion ! » (Sa royale majesté Bilger Philippe)

Vous n’osez songer ?!
Déjà, quand on ne sait rien, il vaut bien mieux se taire en ce cas !

C’est quoi ce délire sur supposer ce qui se serait passé, un délire révisionniste, d'inventer l'histoire passée ?!

Israël, commémoration (et non anniversaire) de la rafle du Vel d’Hiv, assassinat, juif, Crif, si le noble Rom Nicolas Sarközy de Nagy-Bocsa, dont une partie des aïeuls étaient de religion hébraïque... songez, allez-y !

Comme si nous pouvions savoir ce qui se serait passé, faire de la numérologie, de l’astrologie, de la prédictibilité.

Eh bien, je prévois que vous allez continuer à dire autant de bêtises et vous cacher derrière votre amour de la liberté d’expression et votre statut de magistrat honoraire, que tous les magistrats ont dès l'instant qu'ils partent à la retraite.

Songez, si c’était des facultés cognitives qui soient parties à la retraite.

Trekker

@ caroff | 19 juillet 2017 à 23:30
"Avec en deux mois quatre démissions ministérielles et le dégagement du CEMA, on peut en effet affirmer que Macron a bien commencé !! C'est vrai que les papouilles à Trump et aux coureurs cyclistes sont de nature à faire vibrer le plus grand nombre... dont je ne fais pas partie !"

Le Paraître aussi flamboyant soit-il et même mis en scène par un habile agence de communication, ne supplée qu’un temps fort limité à l’Être. Déjà ce denier commence à devenir patent et même pour beaucoup, hormis pour tous ceux qui sont allés à la gamelle. La baudruche l’hiver venu risque fort de se dégonfler, Jupiter se muant en roi Pétaud !

semtob

Cher Philippe,

Étonnant votre titre!
Voici quelle fut notre première réaction.
Courageux le fait d'en parler, la seconde, c'est mieux qu'un silence.
Halimi, un nom meurtri pour toujours sous une autre présidence.
L'ombre d'un arbre qui ne cesse de nous parler...
Est-ce qu'il ne fallait pas réactiver cette blessure faite à tous les hommes en cette période élective?
Pourquoi ce lourd silence?
Et à présent, il serait d'après vous du domaine de l'ingérence d'oser poser la question ?
Lorsqu'il s'agit de la recherche de la vérité, il n'existe pas de frontière.
C'est l'indifférence qui est coupable.
Pour Ilan, il y a eu non assistance à personne en danger car le voisinage s'est protégé.
Pour cette femme, Sarah, le voisinage a alerté les secours, a témoigné et la justice s'est enveloppée de non-dit. Trop délicat, comme ils disent !
Il était impossible de faire plusieurs expertises de responsabilité en un temps aussi bref et chacun a compris que c'était loin d'être clair.
La confiance doit exister, mais pas la confiance aveugle que vous semblez soutenir.

Nous soutenons le principe de ne pas emprisonner les personnes ayant des désordres mentaux. Il existe cependant des possibilités de simulation de folie, ce qui est absolument indétectable. D'où la nécessité d'une vigilance de chacun.
françoise et karell Semtob

Robert Marchenoir

Bien sûr que le Premier ministre israélien a toute légitimité pour réclamer à la France de poursuivre les assassins antisémites, et de réduire l'antisémitisme en France.

Israël est l'Etat juif, et il défend les intérêts des Juifs dans le monde. Où est le problème ?

La France défend les intérêts des Français (et du français) à travers le monde, la Russie défend les intérêts des orthodoxes à travers le monde, la Chine grimpe aux rideaux quand ses touristes se font attaquer à Paris...

Vous dites : "Je n'ose imaginer ce qui se serait produit si contrairement à ses excellents principes Emmanuel Macron s'était mêlé à l'étranger, notamment en Israël, d'une procédure concernant une ressortissante française avec des conseils qui auraient pu être jugés déplacés."

Eh bien, il ne se serait strictement rien produit, pour la bonne raison que la France fait cela tous les jours, ainsi que toutes les nations de la planète. Encore heureux que chaque pays défende ses ressortissants à l'étranger : c'est même à cela que servent un passeport, une diplomatie, des consulats. Entre autres.

Il fut un temps, d'ailleurs, où c'était marqué sur les passeports : l'Etat de Duchmurtz demande à toutes les autorités civiles et militaires de bien vouloir accorder assistance et protection à son ressortissant Monsieur Alphonse Dupneu. C'était du temps où une pièce d'identité servait encore à protéger le citoyen, et non à le persécuter. Mais ne changeons pas de sujet...

Ce n'est pas cela que vous essayez de nous dire. Ce qui vous chiffonne, j'imagine, c'est que juif n'est pas une nationalité, et que Sarah Halimi était (je suppose, je n'ai pas vérifié) française, et non israélienne. En conséquence, l'Etat d'Israël n'aurait pas légitimité à s'inquiéter de son sort.

Eh bien, soyons clairs : l'Etat d'Israël a toute légitimité pour s'inquiéter du sort des Juifs persécutés dans le monde, qu'ils soient russes, américains, indiens ou français.

De même que le pape aurait toute légitimité pour intervenir auprès de l'Etat patagon, ou de l'Etat français, si les catholiques y étaient régulièrement persécutés, voire massacrés. Et d'ailleurs, je suis sûr qu'on peut retrouver trace de certaines interventions papales en direction de la France, où, sans subir le sort des Juifs et de loin, les catholiques sont tout de même en butte à une idéologie d'Etat qui leur est hostile.

N'oublions pas, d'ailleurs, que le Juif est le canari dans la mine. Il y a quelques décennies, Raymond Barre parlait malencontreusement des "Français innocents", victimes d'un attentat anti-juif perpétré par des commandos venus de l'étranger. Il y a quelques années, on a commencé à s'habituer à des Nuits de Cristal périodiques, perpétrées, sur notre propre sol, par des musulmans de nationalité française. Et puis, ceux-ci ont fini par égorger un prêtre à la messe.

Il va donc commencer à être difficile de dire que tout cela est dû à un obscur conflit territorial concernant quelques kilomètres carrés de désert, eux-mêmes disputés à un Etat-timbre-poste, fort loin de la France.

J'irai plus loin. Le chef de l'Etat juif a beaucoup plus de légitimité que le pape, ou que le président de l'Etat français, pour s'ingérer dans les affaires d'autrui en défense de son peuple. Cela est dû à un petit détail qui s'appelle la Shoah -- plus tous les pogroms qui ont précédé.

Depuis cet épisode, le monde a jugé, fort justement, que les Juifs avaient droit à leur propre Etat pour se défendre ; que les Arabes (et non les Palestiniens : les Palestiniens sont les Juifs) devaient se pousser un tout petit peu pour leur faire de la place ; cela étant un faible sacrifice au regard de l'immensité des territoires occupés par les musulmans à travers le monde, et de la taille proprement minuscule d'Israël ; et cela étant une compensation tout à fait minime pour l'immensité des biens et des terres volés aux Juifs par les musulmans depuis mille quatre cents ans, du nombre infini des villes et des pays d'où ils furent chassés par ces derniers, ainsi que des persécutions et des massacres interminables qu'ils subirent entre leurs mains. Et qu'ils continuent de subir, au nom d'une malédiction religieuse infligée par l'islam.

Bien entendu, la religion musulmane continue de prétendre, avec le culot qui est le sien, que le peuple juif n'a pas légitimité à résider en... Judée. Les non-musulmans ne sont pas obligés de se montrer aussi malhonnêtes, et de parler d'occupation, ou de colonisation, quand il s'agit simplement d'un retour au pays.

Le monde (à l'exception notable de sa partie musulmane) a aussi estimé, fort à propos, que l'antisémitisme devait être l'objet d'une préoccupation toute particulière, afin que nous ne connaissions pas à nouveau l'horreur hitlérienne. Le fait qu'une partie non micrométrique de la communauté juive ait exploité de façon éhontée la répulsion suscitée, à juste titre, par l'antisémitisme ne change rien à cela.

Même en faisant abstraction de toute justice, même en adoptant le cynisme le plus décomplexé, même en se gargarisant de realpolitik (comme disent ceux qui préfèrent la voyoucratie à la civilisation), il est manifeste que l'intérêt supérieur de la France est de lutter main dans la main avec Israël contre le totalitarisme islamique.

Ce dernier ne fait pas la différence entre l'antisémitisme et l'anti-kouffarisme, si je puis dire. Certes, pour lui, le Juif est le diable absolu, mais enfin le proverbe musulman le dit bien : d'abord nous allons nous occuper des gens du samedi, et puis nous réglerons leur compte aux gens du dimanche. L'heure de ces derniers a largement sonné, il faudrait être aveugle pour ne pas le voir. Et ne pas mettre les pieds à l'église ne protège en rien contre cette haine meurtrière, cela est manifeste.

En sorte que la seule accusation politique grave que l'on puisse porter à l'encontre de la communauté juive, d'un point de vue occidental, est aussi celle qui commande aux Européens de s'allier avec elle : il est indubitable -- et ils devront en répondre devant le tribunal de l'histoire -- que les Juifs européens et américains ont oeuvré sans relâche, et, hélas, avec succès, pour imposer l'immigration de masse et l'idéologie "anti-raciste" en Occident. Croyant, ainsi, avant-guerre, interdire le retour des pogroms russes et européens, et, après-guerre, celui de l'extermination nazie.

Cette machination a, dans un premier temps, parfaitement fonctionné -- avant d'exploser en vol et de se retourner contre ses auteurs. Qui, désormais, sont les premiers visés. On aimerait (comme avec les Russes) quelques excuses. Il est probable qu'elles tarderont à venir (euphémisme). Cela ne doit pas empêcher les Occidentaux de culture chrétienne de voir où se trouve leur intérêt. Il ne reste plus beaucoup de temps pour prendre la bonne décision.

Lucile

Eh bien où est le problème? Sarah Halimi était française "et en même temps" elle était juive, donc Macron "et en même temps" Netanyahou remontent les bretelles de la justice française, et voilà, c'est comme si c'était fait, la justice va faire diligence. L'assassin est dans un hôpital psychiatrique. Raciste, pas raciste ? Il faut peser le pour et le contre, il l'a traitée de "sale juive", de "Satan", il a parlé d'Allah, il serait quand même bien un peu raciste sur les bords, mais "en même temps" c'est un déséquilibré. On dirait aussi qu'il y a eu quelque chose comme de la non-assistance à personne en danger, mais "en même temps" etc.

Ce matin Macron a accepté la démission du général de Villiers. Un de perdu dix de retrouvés, le nouveau est plus jeune et c'est un héros, le Premier ministre nous a fait un peu de pédagogie là-dessus, et nous a bien fait comprendre que Macron n'entendait pas se faire refiler du deuxième choix en matière de général. Il paraît que maintenant, lui le Chef, quand il parle des militaires, il dit "mes hommes". Waaaaaaouhhhhhh. (Contrairement à ce qu'on pourrait croire, ce n'est pas une blague)

Bref, cet après-midi Macron était à la montagne avec le Tour de France. Et des caméras pour nous tenir au courant de ses allées et venues. C'est qu'il fait partie de nos vies maintenant. On l'a vu monter dans une voiture jaune, une petite fille trisomique s'est présentée à lui pour une bénédiction, accordée, puis comme la voiture ne démarrait pas, il a fait quelques clins d'œil et il a même envoyé des baisers, du bout des doigts. Ah cet homme-là, quand même, on comprend que le monde entier nous l'envie.

Et la pauvre Sarah Halimi, eh bien, elle n'a vraiment pas eu de chance d'avoir un voisin déséquilibré.

caroff

@Jean le Cauchois
"Je ne suis pas certain que François Fillon président, avec ses supports politiques, aurait aussi bien engagé ce quinquennat."

On ne le saura jamais...
Mais avec en deux mois quatre démissions ministérielles et le dégagement du CEMA, on peut en effet affirmer que Macron a bien commencé !!
C'est vrai que les papouilles à Trump et aux coureurs cyclistes sont de nature à faire vibrer le plus grand nombre... dont je ne fais pas partie !

duvent

@ Achille

Il est très ennuyeux de ne pas être compris, et il est encore plus ennuyeux de voir ses propos altérés...
Ce que pensent des communautés a parfaitement été expliqué par les Monty Python dans La vie de Brian !

Jean le Cauchois

@ Ellen à 17:17
"Beaucoup commencent déjà à regretter d'avoir voté pour lui par défaut"

Je fais partie de ceux qui ont voté par défaut mais j'approuve la politique menée pour tenter de diminuer les dépenses de l'Etat. Sur Wikipédia, vous pouvez lire, pour le budget 2017 voté en 2016 : recettes = 307 milliards, et dépenses = 382 milliards. Sur les affaires militaires françaises, vous pouvez lire les articles pratiquement quotidiens de Laurent Lagneau (Zone militaire / OPEX 360) : il dit clairement que Macron vient de finir de "virer" le quatrième "Fantasque" de l'Hôtel de Brienne. Le premier "viré", Jean-Yves Le Drian, maintenant au Quai d'Orsay, a apparemment comme mission diplomatique de minimiser nos dépenses militaires, en complément des actions diplomatiques beaucoup plus médiatisées d'Emmanuel Macron. Je ne suis pas certain que François Fillon président, avec ses supports politiques, aurait aussi bien engagé ce quinquennat. Ne trouvez-vous pas curieux que le poste de DGA (Délégué Général à l'Armement), vacant depuis quelque temps, ne soit toujours pas pourvu ? Ce n'est pas facile d'adapter du jour au lendemain les dépenses aux recettes de l'Etat dans un pays dont les ressortissants n'en ont pas l'habitude : en 2050, Emmanuel Macron n'aura que... 73 ans, soit vingt ans de moins que monsieur Serge Dassault qui vient de décider de prendre sa retraire de sénateur.

Achille

@ duvent | 19 juillet 2017 à 16:30

Je ne sais pas trop ce que vous avez compris de mes propos. Il est vrai qu’il nous arrive de dire parfois des choses qui vous paraissent claires et qui sont interprétées d’une façon totalement inattendue par des personnes enfermées dans leurs certitudes.

Vous faites sans doute partie de ces gens qui, dès que l’on prononce le mot de « communauté », se mettent aussitôt à faire des procès d’intention et à hurler au racisme.

Dire que certaines communautés se sentent victimes de racisme dès qu’elles font l’objet d’un contrôle d’identité, c’est donc cautionner le racisme dont elle se prévalent. Ben voyons !

Faudra-t-il désormais ne contrôler que des personnes en costard cravate et attaché-case pour ne pas heurter la bonne conscience des gens des beaux quartiers qui ne sont jamais allés au-delà du périphérique ?

calamity jane

"La baie des Anges" encore en deuil.

calamity jane

Monsieur Macron n'avait-il pas rendu visite à Philippe de Villiers en ses terres ? Certes, très chère ! Cela était pendant le chemin d'En Marche à Suivre... Que voulez-vous dire ?

Paulus

"Désormais" a dit macron. Il ne vous a pas échappé que cette sordide affaire est arrivée en période électorale, qu'elle a été mise sous le boisseau par les médias pour ne pas effaroucher l'électeur, et qu'elle ressorte aujourd'hui amplifiée n'est pas étonnant.

Noblejoué

@ Claude Luçon
"Que Netanyahou mentionne ce drame, rien de nouveau !
A chaque opportunité, comme dans les affaires Merah et Hyper Cacher, il est intervenu, incitant même les citoyens français juifs à émigrer en Israël pour y être plus en sécurité.
Drôle de sécurité d'ailleurs !"

En fait, à mon avis, sécurité veut dire autre chose... Les Juifs ne dépendront plus de non Juifs pour leur sécurité, et la minorité arabe, en Israël, si elle peut être dangereuse, est soumise.
Tandis qu'il y a des endroits en France où les Juifs sont si malmenés qu'ils doivent faire profil bas, et parfois, déménager.
En somme, on leur propose, à leur risques et périls et les risques et périls sont plus forts en Israël qu'ici, de passer de dominés à dominants. Donc, contre un risque physique pire et une possible non insertion au tissu économique, l'immigration n'est jamais un pari gagné d'avance, ils gagnent une promotion en dignité, en plus, sur une terre considérée comme sacrée par les religieux.

"Par ailleurs pourquoi s'étonner ? Nous sommes, grâce à Bernard Kouchner, pratiquement les inventeurs du Droit d'Ingérence Humanitaire, Netanyahou ne fait que suivre ce que préconise l'ONU."
En 1988, la France est le premier pays à se doter d'un « Secrétariat d'État à l'action humanitaire » et milite pour faire reconnaître un principe d'assistance en faveur des victimes de guerres civiles, persécutions, génocides ou catastrophes naturelles." Wikipédia dixit !
Persécution ? N'est-ce pas exactement ce que faisait Traoré à Sarah Halimi ?"

Tout à fait, entre le droit d'ingérence pour tous les persécutés, et le droit au retour pour les Juifs, il y a affinité. J'espère que notre ingérence sera raisonnable et le droit au retour sans offense pour les pays dont les gouvernants et la majorité de la population ne persécutent pas les Juifs, et que les deux universalismes ne se marcheront pas trop sur les pieds.
Enfin, tout ça ne vaut pas un pet de lapin par rapport à l'ingérence des Anglais contre l'esclavage, qui a beaucoup contribué à le faire disparaître... enfin, presque, il en reste un peu, mais très très peu par rapport à autrefois.

"Il est temps aussi que Bibi se souvienne qu'Israël n'existait pas avant 1948 et que les Américains refusaient l'accès de leur pays aux juifs fuyant l'Allemagne d'Hitler. Cela aussi mérite un monument et une commémoration."

Et puis quoi, vous voudriez qu'il fasse des reproches aux libérateurs de l'Europe, donc des Juifs ? Alors Israël, allié des Etats-Unis qui leur demandent de temps à autre de ne plus coloniser, leur doit le sauvetage de ce qui restait des Juifs d'Europe et un soutien continu alors qu'il n'en fait qu'à sa tête, mais il lui balancerait en plus un monument de commémoration pour ses manques dans la figure ?
Il y a des limites à l'ingratitude et à l'indécence, et à mon avis, là, elles seraient plus que franchies. Enfin... comme les Français adorent donner des leçons au monde entier et que l'anti-américanisme se porte très bien chez nous, ils auraient tort de se priver.

Après la concurrence des victimes, la concurrence des culpabilités mène à d'étranges idées.
Ne savons-nous éviter de nous culpabiliser sur le passé qu'en étant désagréables avec ceux qui nous ont délivrés et mauvais conseillers avec nos alliés ?

Avec de telles bases, comment pouvons-nous être audibles quand nous essayons de promouvoir une paix équitable dans le conflit israélo-palestinien ?

@ Ellen

J'espère que le caractère des magistrats peut compenser tout le reste, qui est beaucoup, quand même, j'espère vraiment.

Trekker

@ Claude Luçon | 19 juillet 2017 à 12:14 et 19 juillet 2017 à 15:10

Bravo pour vos deux commentaires auxquels je n’ai rien à rajouter, car je pense sur ces sujets exactement comme vous.
Ah si, une petite précision concernant votre phrase judicieuse "les Américains refusaient l'accès de leur pays aux juifs fuyant l'Allemagne d’Hitler".

Jusqu’au 11 décembre 1942, date d’entrée en guerre officielle contre eux de l’Allemagne et de l'Italie au nom du pacte tripartite, les Américains entretenaient des relations diplomatiques relativement cordiales avec le régime de Vichy. Ils pouvaient depuis leurs consulats en zone dite libre délivrer des titres de séjour, sans aucun problème, à tous les juifs résidant dans celle-ci. Mais ils habilitèrent seul celui de Marseille à le faire, et celui-ci se livra à une sélection drastique de ses bénéficiaires. Seuls les juifs utiles pour l’économie US y avaient droit : scientifiques de haut niveau, ingénieurs très connus et artistes de renom. Ceux-ci pendant toute cette période furent une infime minorité au regard de tous les juifs résidant en zone libre. A titre de comparaison le consul du Portugal de Bordeaux, de sa propre initiative délivra environ 10 000 titres de séjours à des juifs pendant cette durée ; cela lui valut d’être révoqué par son gouvernement.

On peut raisonnablement penser que Bibi Netanyahou se fera un plaisir de rappeler ces faits lors de sa prochaine visite aux USA !

@ Jean le Cauchois | 19 juillet 2017 à 13:50

Certes le nombre de généraux est excessif au regard des effectifs actuels notamment de l’Armée de Terre, mais ne pas oublier qu'il y a 30 à 35 ans, Saint-Cyr recrutait et formait des officiers répondant aux besoins d’alors de notre armée de conscription. Mécaniquement une partie de ces officiers furent nommés généraux au bout d’environ trente ans de service. La solution aurait été lors de la professionnalisation de notre armée, qui fut conjointement fort réduite en terme d’effectifs, de procéder au vote d’une loi de désengagement des cadres : ce fut le cas à la fin de la guerre d’Algérie. Mais Bercy fut toujours totalement hostile à une telle loi, celle-ci aurait coûté bien plus cher… à court terme. CQFD.

Mais il ne faut pas exagérer cette pléthore de généraux ; dans la seule Armée de Terre il y a un peu moins de 200 en activité, et un nombre non négligeable est affecté dans les diverses structures de l’OTAN : règle imposée par cette dernière. Les autres milliers de généraux dont on ne cesse de parler sont tous en position de réserve (1° ou 2° section), hormis le quart de place SNCF dont ils bénéficient, ils ne touchent que l’équivalent de leur retraite. Bien sûr on pourrait l’amputer d’une partie au nom des économies budgétaires, mais alors il faudrait au nom de l’équité faire de même pour celles de tous les hauts fonctionnaires et parlementaires !

Ne pas oublier aussi la pléthore d'administrateurs civils, en activité ou en retraite, au rang indiciaire de général dans la fonction publique qui elle pourrait éventuellement être taxée de mexicaine.

A priori il me semble quel le nombre de commissaires de police en activité soit raisonnable, hormis au sein de la PP (Préfecture de Police de Paris) qui est un quasi Etat dans l’Etat : depuis quarante ans tous les ministres de l’Intérieur successifs n’ont jamais pu la fondre dans la police nationale, et ont au mieux réussi à lui imposer des réformes cosmétiques. Conjointement à ce problème spécifique à la PP, il y a aussi celui de multiples contrôleurs généraux au sein de la police. Pour nombre d’entre eux on a beaucoup de mal à cerner leur activité réelle, voire leur utilité !… Mais cela n’est hélas pas propre qu’au ministère de l’Intérieur, nombre de ces dérives ont lieu dans certains et en premier à Bercy, chantre de la rigueur mais avant tout pour les autres !…

Noblejoué

@ Patrice Charoulet
"Une chose me surprend cependant, dans les discours des politiques français. Ils se croient toujours obligés de dire "le racisme et l'antisémitisme". Soucieux de la langue française, je fais notamment la chasse aux pléonasmes. Or, si l'on dénonce le racisme, cela implique le racisme contre les juifs. Le racisme contre les Juifs est condamnable. Le racisme contre les Noirs, les Jaunes, les Blancs, ne l'est pas moins. Inutile d'ajouter "antisémitisme" au mot "racisme" qui est très clair."

Tout le monde n'ayant pas votre niveau de culture, le pléonasme que vous déplorez est excusable voire nécessaire pour être compris par une part importante de la population.
Vous parlez d'une manière adaptée à vos amis, mais les politiques doivent s'adresser aussi bien à de fins lettrés qu'à... des illettrés, à des gens défendant une minorité toujours menacée de persécution et des gens nourrissant des préjugés contre elle.

Ce qui leur est d'autant plus difficile qu'ils ne sont guère éloquents. Je crois qu'ils s'en rendent compte et n'osent pas sortir des mots convenus, pour cette raison et parce que sur la question de l'antisémitisme et quelques autres, tout le monde a peur de passer pour être ce qu'il dénonce. Par exemple, le politicien qui, pauvre imprudent, tenterait de démonter les accusations de type complotiste contre les Juifs et qui les citerait se verrait accusé d'être antisémite par ses adversaires, par ceux qui n'écoutent pas... Finalement, ce n'est pas dénoncer l'antisémitisme qui compte, mais être vu en train de le faire, aussi les mots ne sont que l'accessoire d'une pose.
Du moins souvent, je veux bien admettre mon pessimisme, on dira donc, du moins souvent.

Quand vous, vous dénoncez l'antisémitisme, on vous sent sincère.

Caffer 21

Une observation cependant.
Il est regrettable qu'en France, la Justice soit placée sous la protection du président de la République, qui nomme (certes après avis du Conseil Supérieur de la Magistrature) les magistrats.
Le président représente le pouvoir exécutif, et le pouvoir judiciaire (en France méchamment qualifié par la Constitution de 1958 "autorité judiciaire") n'a pas l'indépendance qu'il devrait avoir.

Robert

Merci, Monsieur Bilger, pour cet excellent billet qui aborde deux points cruciaux.

Tout d'abord, l'intrusion de l'exécutif, en l'espèce le président de la République, dans le cours de la Justice. Or il est le garant du respect de la Constitution, dont il se gargarise du titre de "chef des armées" qu'elle lui confère, alors qu'il oublie qu'il n'a pas à se "prononcer sur les péripéties nationales", ainsi qu'il l'a déclaré à l'étranger en réponse à un journaliste qui l'interrogeait sur les procédures en cours concernant notamment Monsieur Ferrand.
De fait, comme citoyen, on peut s'interroger sur les raisons pour lesquelles l'antisémitisme n'a pas été ou pas encore été retenu contre Kobili Traoré, quelle que soit sa situation psychologique. En revanche, investi des plus hautes fonctions, le président de la République ne pouvait que se taire sur le sujet. Mais il est sans doute trop intelligent pour se limiter à de telles considérations si misérables pour son haut esprit !

Ensuite et enfin, son discours et la position qu'il a adoptée sur la rafle du Vel d'Hiv' sont l'expression de la piètre estime qu'il a pour son pays, ne parlons pas de sa Nation !
Tout d'abord elle est juridiquement fausse. J'en veux pour preuve deux analyses approfondies que vient de faire paraître Jacques Sapir dans ses deux derniers billets :
- le premier (http://russeurope.hypotheses.org/6148) rejoint le point de vue que j'avais exprimé dans un billet précédent en réponse à Elusen me semble-t-il ;
- le second ( http://russeurope.hypotheses.org/6150 ) développe l'aspect juridique sur la situation d'un pays occupé et le complète par un excellent rappel sur la bataille de Bir Hakeim qui a montré la valeur de nos forces françaises libres en Afrique face aux troupes italo-allemandes et l'importance stratégique que cette bataille a eue dans la suite du conflit.

Alors notre président de la République, malgré son puissant esprit, ne sait pas tout et devrait fortement réviser ses textes fondamentaux, à moins que seule la volonté personnelle doive avoir cours au mépris du Droit...

Claude Luçon

@ petit soldat | 19 juillet 2017 à 15:26

Merci, c'est gentil.
Je partirai la tête haute, pas à cause de mes exploits (?) mais parce que j'avais des parents qui étaient de ces Français lambda qui allaient prévenir leurs voisins juifs qu'ils étaient en danger et qu'ils pouvaient les aider. D'où mon commentaire précédent.

@ Jean le Cauchois | 19 juillet 2017 à 13:50

Demandez plutôt à Trekker, je ne sais pas grand-chose sur nos militaires. En fait je lis toujours Trekker qui connaît parfaitement le sujet.
Par contre j'ai l'esprit très militaire, ai un sens poussé de la discipline et de la hiérarchie et ne conçois pas qu'on humilie en public un homme de la stature du Général de Villiers.
Bien que pur produit de l'entreprise je n'admettais pas plus qu'on humilie un dirigeant qu'il soit directeur ou contremaître. Pour moi les comptes se règlent entre quatre yeux, pas devant une caméra de télévision.
Pour savoir diriger il faut d'abord savoir respecter les gens que ce soit dans les forces armées ou dans les entreprises.
C'est ce qui me trouble chez notre jeune Président, il ne semble pas avoir compris que plus un individu est modeste, plus il mérite respect et considération.

Sauf dans un cas ! Quand je vois, souvent, un homme jeune et visiblement en forme faire la manche, deux chiens à ses côtés, à la sortie de mon supermarché, je dédaigne l'homme mais achète toujours de la nourriture pour ses deux chiens.

Catherine JACOB

@Ellen | 19 juillet 2017 à 11:39
@Claude Luçon | 19 juillet 2017 à 15:10

Comme quoi, les élus connaissent bien l'armée et ses grades.

Le secrétaire d'État chargé des relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement Edouard Philippe, Christophe Castaner, annonce la démission du général de Villiers et la nomination consécutive du général de division François Lecointre, lequel a cependant été nommé le 19 janvier 2017 par décret de François Hollande à la première section d'officiers généraux pour prendre rang de général de corps d'armée le 1er mars suivant. Nous sommes le 19 juillet 2017.

Général de division = trois étoiles, général de corps d'armée = 4 étoiles.
Mais bon, une étoile, cinq étoiles, c'est comme le budget de l'armée, plus ou moins 800 millions d'euros, qu'est-ce que ça peut faire !

Catherine JACOB

« Le paradoxe est que cette affaire dont on déplorait, sans doute à juste titre, qu'on en ait trop peu parlé est devenue à force, abusivement, une affaire d'Etat qui, ne faisant pas confiance à la Justice, se mêle de ce qui pourtant la regarde seule et inscrit ce drame dans une configuration sociale et politique qui incite à négliger l'état de droit et ses règles. »

Est-ce qu'en date du 9 juillet 2017, quelqu'un n'aurait pas écrit un billet avec ce titre alléchant : « L'indépendance de la justice est acquise ! Mon titre n'est pas provocateur. J'ose formuler qu'il est pertinent. » Eh oui, vérité le 9, erreur le 19 aurait dit un certain janséniste !

« On saura dans les prochaines semaines si le mis en examen Kobili Traoré était responsable pénalement lors du crime odieux qu'il a perpétré. S'il était déclaré irresponsable, ce ne serait pas son absolution mais le respect d'un principe fondamental. »

J’ai vu que sur la liste des médecins habilités pour l’année judiciaire 2017, par le Procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance de Paris, il y avait, avantage de la diversité française, outre des experts psychiatres près la cour d’appel, agréés par la Cour de cassation et les professeurs de médecine psychiatrique, une Mme Wong Catherine, dont le patronyme paraît présenter, a priori toutefois, des garanties d’objectivité religieuse au regard de l’ensemble des parties, la défense de Kobili Traoré, comme les parties civiles représentant la victime, Mme Sarah Halimi, puisque la question paraît se poser de nos jours.

Jean le Cauchois

@ Claude Luçon à 15:10
"Il est infiniment plus facile et moins dangereux pour nos soldats de combattre les djihadistes au Sahel avec des engins possédant quarante ans d'expérience que, comme Macron, d'avoir à combattre nos armées de fonctionnaires et leurs "chefs" énarques devant leurs ordinateurs à peine sortis de fabrication en Chine."

Merci de me donner votre opinion si rapidement, qu'elle soit au premier ou au deuxième degré. Je note que les médias nous avaient annoncé le 14 juillet que le président de la République devait recevoir le chef d'Etat-Major des armées ce vendredi 21 juillet. Et, surprise pour les médias, ce mercredi matin à 9h30, le général de Villiers annonce sa démission... Mais à 12h30, ces mêmes médias nous annoncent que son successeur prendra ses fonctions... dès demain matin. Avec ce que je sais, l'affaire était réglée bien avant ce 14 juillet, et peut-être depuis 2016 justement, quand Macron était en poste à Bercy. Les arguments et les jugements entendus ce midi des représentants de l'opposition sont parfaitement démagogiques.

Je vous propose la lecture suivante de ce qui va, de ce qui doit se passer : un président de trente-neuf ans qui a pris en compte l'importance de la dette de son pays et de sa croissance continue ne peut, pour tous les Français plus jeunes que lui, rester contemplatif. Il est bien normal que tous les Français plus âgés que lui cherchent à lui faire la leçon. Or, qui écoute BFMTV dans la journée, pour s'indigner en écoutant des hauts militaires en retraite ? Je note que, sur The Guardian, il y avait un article d'une journaliste anglaise, avec le titre "President Macron... a genius in diplomacy". A chacun ses analyses pour le présent et ses espérances pour le futur, surtout le futur de nos petits-enfants : j'écoute les miens et c'est très réconfortant pour l'avenir.

boureau

@ Patrice Charoulet 19 juillet 2017 10:51

Antisémitisme et anti-sionisme.

Pourquoi voulez-vous que les antisionistes veuillent l'anéantissement d'Israël ?

Un petit rappel historique :

1948, création de l'Etat d'Israël. Fondée non sur le droit mais sur l'occupation.

Pendant les vingt ans qui ont suivi, expulsion des tribus arabes de la Cisjordanie vers la Jordanie. Des milliers d'arabes déplacés vivent encore dans des camps en Jordanie.

Dans le même temps appropriation de l'eau du Jourdain ! Cette eau dont les déplacés disent "l'eau c'est de l'or".

Après la guerre des Six Jours, début de la colonisation de la Cisjordanie par des colons israéliens.

Le sionisme des années 30, avec ses rêves "L'année prochaine à Jérusalem..." et ses illusions, s'est transformé en occupation et expulsions des Palestiniens.

Condamner ces déviances d'un Etat de droit, est-ce être antisémite ? J'aimerais à mon tour que l'on m'explique !

L'année dernière, en voyage en Israël et en Jordanie, mon épouse me rappelait les avancées territoriales des colons sur les terres palestiniennes à un rythme jamais connu !

Est-ce être antisémite que de le dire ?

Ellen

@Claude Luçon | 19 juillet 2017 à 15:10

Avoir humilié deux fois le Général de Villiers ne passe pas aux yeux des Français ni auprès de ceux qui ont déposé leur bulletin au nom de Macron. Beaucoup commencent déjà à regretter d'avoir voté pour lui par défaut.

E. Macron n'a pas envie de se prendre une deuxième dérouillée et se mettre tout le monde à dos, donc je ne pense pas qu'il tienne les mêmes propos humiliants envers la justice comme il l'a fait envers le Général de Villiers et s'immiscer dans les affaires judiciaires. Le vaniteux Macron n'osera pas affronter les magistrats et leur dire que c'est lui le chef et que s'il y a un désaccord, on change. Les hauts magistrats qui ne se laissent pas faire sauront vite le recadrer. Faut pas hésiter pour lui apprendre à vivre.

@Noblejoué | 19 juillet 2017 à 11:17

"L'indépendance de la justice est acquise !" (titre de Ph.B.)

Le premier ministre israélien Netanhyaou ne sait peut-être pas qu'en France les seuls "chefs" de nos magistrats indépendants ne sont autres que le Président de la Cour de cassation Bertrand Louvel, et le Procureur général Jean-Claude Marin. Deux très fortes personnalités, et Manuel Valls et François Hollande, recadrés par des "coups de gueule" bien mérités en décembre dernier, savent qu'il ne faut plus revenir chatouiller nos magistrats sous peine de se faire rembarrer dans sa boutique comptable. E. Macron devrait en prendre connaissance avant de commettre des erreurs et infliger à tort d'autres humiliations impardonnables.

boureau

Au-delà du cas tragique de Sarah Halimi et du contexte franco-israélien, votre billet, cher P. Bilger, soulève deux problèmes importants :

L'antisémitisme arabo-musulman et les rapports de la communauté juive de France avec l'Etat d'Israël.

L'antisémitisme arabo-musulman a toujours été nié par les autorités françaises (l'autruche toujours) comme par les intellectuels et les politiques de gauche (pour lesquels les émigrés sont le nouveau prolétariat et... leurs meilleurs électeurs). Pourtant, les "incidents" entre les deux communautés vont croissant. Et ne datent pas d'hier.

A l'occasion de l'énorme émotion suscitée par la supercherie de l'affaire Marie Leblanc en 2004, j'avais écrit au très regretté Robert Solé - alors médiateur au journal Le Monde - qui avait eu l'indulgence de publier ma communication dans l'édition du 25/26 juillet 2004 :

"L'antisémitisme musulman que vous (Le Monde) avez l'air de découvrir depuis quelques mois, existe depuis de nombreuses années, mais il était bien pratique de focaliser l'antisémitisme sur quelques fanatiques d'extrême droite. Vous parlez dans votre éditorial de signes inquiétants de repli communautaire. Vous avez la mémoire courte. Il a été développé dans vos colonnes pendant les années 80 des centaines d'articles et de prises de position nous démontrant que le communautarisme serait une richesse pour la France. On voit maintenant à quoi aboutissent de tels aveuglements."

On peut constater, à ce jour, que rien n'a changé : l'aveuglement courtisan du Président Macron à stigmatiser le FN afin de ne pas avoir à condamner les banlieues !

Les relations journalières tragiques entre Israël et la Palestine alimentent régulièrement cet antisémitisme.

Les rapports très particuliers entre la Communauté juive de France et l'Etat d'Israël ont surtout commencé avec la création de L'Express. Propriété de la famille Servan-Schreiber, très proche des mouvements sionistes, cet hebdomadaire, dont la quasi-totalité de la rédaction appartenait à la Communauté, a introduit rapidement les échos de la vie politique et économique d'Israël. Une sorte de soutien à l'Etat naissant et fragile.

La plupart des grands médias ont suivi lentement le tissage de ces liens entre une communauté et un Etat étranger.

Dans le même temps, les flous juridiques voulus entre le nouvel Etat et la France ont facilité des opérations financières ou politiques qui arrangeaient bien les uns et les autres. Il est à noter, dans cet esprit, qu'Israël n'a jamais signé le traité d'extradition vers la France.

L'arrivée massive depuis trente ans d'une forte immigration arabo-musulmane, ses liens avec les pays arabes du Moyen-Orient, ses mauvaises relations ancestrales avec la Communauté ont cristallisé cet antagonisme millénaire dans nos banlieues. Le système médiatique français informant largement et plutôt positivement des faits et positions israéliennes et Al Jazeera des positions arabes ne peuvent arranger les choses !

Voilà où nous en sommes, et comme d'habitude, les incantations des politiques ne changeront rien. La situation est explosive, mais regardons ailleurs, c'est plus convenable et surtout plus prudent... pour l'instant !

Cordialement

Yves K

Ce nom Halimi que vous connaissez parfaitement pour avoir d'une part été l'avocat général indigne dans l'affaire du jeune Ilan qui a été séquestré, torturé et assassiné par des barbares antisémites que vous avez pour autant ménagés avec soumission pour conforter et nourrir cette haine du juif et du sionisme qui vous colle à la peau souillée par cette obsession.

Et sans surprise, vous voilà récidiver pour Sarah, alors cette fois et fort heureusement pour la Justice plus sous le statut d'avocat général indigne mais celui de retraité qui vient encore tenter de semer le trouble et de créer une polémique hideuse et regrettable entre la victime qui est au demeurant juive mais aussi française.

Vous semblez stupéfait que lors de la commémoration de la rafle du Vel'd'Hiv où en 1942 pas moins de 13 000 personnes françaises mais parce que juives ont été arrêtés puis déportés, le Premier ministre israélien ait demandé à cette occasion que toute la lumière soit faite sur la mort de cette femme française assassinée en 2017 parce qu'elle aussi juive !

waa

"Sarah Halimi : une affaire française ou israélienne ?"

C'est surtout, et avant tout, une affaire anti-juive.

Vous renvoyez à un article de Marianne, que vous n'avez manifestement pas bien lu.
Les preuves de l'intention antisémite dans ce meurtre sont infinies.

"C'est une nuit de sang, mais non une nuit de silence. Les Diara, affolés lors de l'irruption de Traoré, ont appelé la police. Trois hommes arrivent à 4h28, les Diara leur jettent les clés dans la cour avant de retourner se barricader au fond de leur cuisine. Quelques minutes plus tard surgissent d'autres renforts de la brigade anticriminalité 75, la BAC. Jusqu'à 5 heures du matin, durant l'agonie et l'assassinat de Sarah, la police est donc là, les voisins sont massés aux fenêtres. Certains enregistrent les incantations de Traoré, les « Sheitan ! », « Satan ! » que lance le bourreau à la femme qu'il torture et tue. En parfaite maîtrise de lui-même, en « surstimulation », relate le rapport d'enquête, Traoré hurle à l'attention de la police qui a braqué un projecteur : « Attention, une femme va se suicider ! » avant de la jeter du haut des trois étages."

Cette non-intervention de la police est proprement hallucinante.

" Pourtant, pour être juive, la victime était française et concernait exclusivement la justice de notre pays."

Ça, c'était avant.
Avant le 14 mai 1948.
Maintenant, le meurtre de juifs parce que juifs concerne d'abord l’État du peuple juif.
Les leçons du passé ont été retenues.

"Ou bien faut-il considérer que toute victime juive en France autorise une autorité étrangère à s'en préoccuper ?"

Tant que la France sera ce pays où être juif est une cause de mortalité, alors oui, mille fois oui, une victime juive parce que juive autorise, non pas une autorité étrangère, comme vous dites, mais les représentants du peuple juif de s'en préoccuper.

C'est la vraie signification de "Plus jamais ça !"

duvent

@ Achille
"Il y a comme ça des gens qui passent leur temps à réclamer justice mais qui sont bien moins regardants sur le comportement de leur propre communauté"

Vous vous avancez monsieur, pour quelle raison allez-vous chercher ces personnes dont vous supposez qu'elles ont à voir avec le cas ici évoqué ?
Vous souffrez me semble-t-il du racisme ordinaire, celui qui rend aveugle et sourd...
J'aimerais beaucoup qu'un esprit supérieur au mien m'explique en quoi la justice sera mieux rendue lorsqu'elle se pliera aux conditions imposées par les communautés ? La justice n'a aucunement besoin que les communautés viennent lui dire en quoi consiste sa fonction, les magistrats n'ont pas besoin de M. Macron pour savoir où est leur devoir. Quant à l'agitation médiatique elle n'a pour fonction que celle de la muleta, c'est-à-dire trahir la loyauté.

Savonarole

Ainsi donc, le général François Lecointre prend la succession du général de Villiers.

Voilà un gars qu'il nous faudrait à Belleville ou Sevran.

"Sur ordre il mène deux sections à l'assaut — au corps-à-corps, baïonnette au canon —, contre les forces armées serbes de Bosnie, lors de la reprise du pont de Vrbanja à Sarajevo le 27 mai 1995" (Wikipédia)

Ah, nom de Dieu, qu'on me selle un cheval !

petit soldat

@ Claude Luçon | 19 juillet 2017 à 12:14

Vous avez encore une fois raison sur toute la ligne, mais que voulez-vous nous sommes entre les mains de ceux qui s'estiment martyrisés et qui veulent dominer et diriger le peuple sans chef que nous sommes devenus.

Cher Claude Luçon vous pourrez partir la tête haute ceux qui resteront n'en auront plus.

Claude Luçon

@ Ellen | 19 juillet 2017 à 11:39
"Pierre de Villiers, lequel a remis sa démission au petit chef vaniteux Emmanuel Macron, ce mercredi matin 19 juillet. J'ai la nausée macronite."

Ellen !!
Il faut vous mettre à la place de Macron !
Il est infiniment plus facile et moins dangereux pour nos soldats de combattre les djihadistes au Sahel avec des engins possédant quarante ans d'expérience que, comme Macron, d'avoir à combattre nos armées de fonctionnaires et leurs "chefs" énarques devant leurs ordinateurs à peine sortis de fabrication en Chine.
Il est plus facile de réduire le nombre de soldats et leurs équipements que de réduire le nombre de députés et sénateurs et tous les moyens de transport dont ils bénéficient.

Il est suggéré de réétablir une forme de service militaire.
Nous venons d'en avoir la preuve incontournable : Macron lui-même.
Il y aurait appris que le président de la République n'est pas le "chef" des armées, il en est le "Commandant en chef", Trump aurait dû lui apprendre au moins cela le 14 Juillet.
Après les Bretonnes illettrées, les Ch'tis ivrognes, les ouvriers sans cravates, nos crimes contre l'humanité, les moins que rien, c'est le tour des généraux ! Clairement, Chef Macron ne veut pas voir un képi dépasser dans les rangs.

Bon !
Soyons patients !
Nous n'en sommes toujours qu'à la répétition. La première, le 14 Juillet, était presque réussie, son véhicule militaire n'était même pas tombé en panne sur les Champs-Elysées. Seul un pan du décor, genre képi, est tombé, mauvais présage ! Espérons que la pièce de cinq années en guise d'actes que nous allons suivre, saura nous égayer.

En attendant, côté estomac essayez le citrate de bétaïne, je m'y suis mis depuis la présidentielle.
Remontez-vous le moral en pensant que Mélenchon est en train de rejoindre Fillon et MLP dans les salles d'attente des tribunaux.

duvent

Il faudra un jour que suffise aux hommes l'injustice faite aux hommes !

Jean le Cauchois

@ Claude Luçon

Merci pour avoir rappelé ce qu'étaient les connaissances des Français pendant les années d'occupation allemande, qui les conduisaient à ne pouvoir imaginer les cruautés qu'une nation civilisée était en train de commettre. Il est clair que les jeunes générations actuelles de Français ne peuvent concevoir cette époque.

Dans un autre domaine, en anticipant sur l'actualité, j'aurais plaisir à lire votre opinion sur le lobbying des hauts militaires français sur l'Exécutif (le général de Villiers était déjà très actif auprès du Président Hollande, qui avait évité d'ouvrir un conflit), ainsi que l'opinion de Trekker, par exemple sur le nombre de généraux et de commissaires en activité. Nous sommes vieux dans un vieux pays, toujours lent à s'adapter.

Savonarole

Le président chinois Xi Jinping avait manifesté son inquiétude auprès de François Hollande après moult assassinats de ses ressortissants à Belleville et autres cars de touristes chinois attaqués comme des diligences place de l'Opéra à Paris.
On n'avait pas décompté alors qui était Chinois ou Français-Chinois ou Chinois-Français.

Comme toujours, le problème c'est Netanyahou, le plouc aux gros sabots qui surfe sur la vague du néant politique israélien, il hait la France, il y a peu il appelait les juifs français à quitter notre pays et hélas, il n'y a personne pour le remplacer.

C'est le Poutine du coin, un coup président, un coup Medvedev, un coup je reviens, Medvedev s'en va, puis je reviens.
Bref, le pouvoir interruptus.

Sarkozy et Obama ne pouvaient pas l'encadrer.

Et c'est pas notre puceau qui va nous démêler l'affaire.

Ajoutez à cette pastilla le New York Times et lui, on est habillé pour 100 ans.

Marcel P.

Quel étrange commentaire que celui de Xavier NEBOUT.
Ainsi, sans rire, on y lit que c'est une "infamie [d']incriminer le gouvernement de Vichy d'avoir sciemment concouru à l'extermination des juifs".
Toute la finesse est dans le "sciemment" : parce que le concours est évident. Faut-il comprendre que le simple concours à un génocide serait peu grave s'il est inconscient ? Est-il peu grave si, en outre, il s'accompagne de lois racistes dans l'esprit du génocide ?
Dire que Vichy a sciemment concouru à l'extermination des juifs, c'est peut-être discutable par aspects : mais c'est une question légitime, elle n'a rien d'infâme. Si on en est aux jugements de valeur, la suggestion que cette question est infâme l'est elle-même.

Ensuite, on a le droit à un couplet sur la Palestine et on apprend, scoop, que "le martyr (sic) palestinien" aurait "toutes les chances d'être la cause du meurtre". Vraiment ? Une juive est tuée en France et la cause en serait "le martyr (sic) du peuple palestinien" ? Xavier NEBOUT se croit-il dans une discussion entre adhérents au PIR ou quoi, pour penser pouvoir balancer pareille énormité sans précautions oratoires ni, surtout, justifications ?

Lamentable.

Claggart

@Claude Luçon 19 juillet 12 h 14
"Les Américains refusaient l'accès de leur pays aux juifs fuyant l'Allemagne de Hitler"

A ce sujet voici de mémoire la blague célèbre dans l'armée aux USA durant la WWII :

"William Smith, une médaille pour avoir pris d’assaut un nid de mitrailleuse jap
John O'Hara, une médaille pour avoir abattu trois Zéros
David Goldenberg, trois mois de prison pour trafic de pneus"

Etc.

Claude Luçon

Que Netanyahou mentionne ce drame, rien de nouveau !
A chaque opportunité, comme dans les affaires Merah et Hyper Cacher, il est intervenu, incitant même les citoyens français juifs à émigrer en Israël pour y être plus en sécurité.
Drôle de sécurité d'ailleurs !

Par ailleurs pourquoi s'étonner ?
Nous sommes, grâce à Bernard Kouchner, pratiquement les inventeurs du Droit d'Ingérence Humanitaire, Netanyahou ne fait que suivre ce que préconise l'ONU.
"En 1988, la France est le premier pays à se doter d'un « Secrétariat d'État à l'action humanitaire » et milite pour faire reconnaître un principe d'assistance en faveur des victimes de guerres civiles, persécutions, génocides ou catastrophes naturelles." Wikipédia dixit !
Persécution ? N'est-ce pas exactement ce que faisait Traoré à Sarah Halimi ?

Que ce Traoré proclame que son crime n'était pas de nature antisémite, rien d'étonnant, il a un ou plusieurs avocats pour le lui conseiller.
Mais qui peut vraiment le croire dans la France d'aujourd'hui ? Une France où on nous dit que les musulmans n'ont rien à voir avec les djihadistes et le suggérer est les insulter, c'est de l'islamophobie !
Pendant WW2, en France, pour penser juste il fallait penser pétainisme, aujourd'hui pour penser juste il faut penser islamisme.

Dans le cas du Vel' d'Hiv' bien sûr que ce sont des policiers français qui ont arrêté leurs 13 000 concitoyens juifs, sur les quelque 300 000 vivant alors en France, (environ le double aujourd'hui) pendant que des citoyens lambdas français, policiers et gendarmes compris, cherchaient à protéger les autres !

Pour un ancien banquier les chiffres ne semblent guère avoir de sens pour notre jeune Président. Il faudrait aussi lui rappeler que 350 000 civils français sont morts sous les obus et bombes allemandes et alliées pendant la guerre, sans psychologues pour consoler les survivants et sans compensation financière pour ceux qui avaient tout perdu, y compris leur jeunesse pour nombre d'entre nous.
Bien mieux on augmente nos impôts de retraités, au titre de la CSG ! Probablement parce que nous sommes habitués à l'incompétence de nos politiciens et à prendre des bombes sur la tête.
La CSG : Contribution Sociale Généalogique sans doute !

Ce ne sont pas les policiers français de Pétain qui ont obligé les occupants nazis à expédier les juifs dans leurs camps de la mort et à les massacrer.
Jusqu'en 1945 aucun citoyen français ne savait vraiment ce que les Allemands faisaient à Birkenau, Auschwitz et autres, qui nous étaient présentés comme des camps de travail où prisonniers de guerre et jeunes du STO étaient aussi utilisés.
Il faut remettre les moyens d'information dans le cadre de ce qu'ils étaient entre 1940 et 45, c'est-à-dire des radios et des journaux totalement contrôlés par la propagande vichyssoise et nazie, les rumeurs diverses, et le peu que l'on pouvait entendre à la BBC brouillée, en s'exposant à de sérieux risques, laquelle ne parlait d'ailleurs pas de camps de la mort mais incitait les Français à la résistance.

Nous savions que les juifs comme les résistants étaient arrêtés, que les résistants étaient torturés, mais on était déjà sains d'esprit en France, même pendant la guerre, et pas plus bêtes que les Français d'aujourd'hui, nous utilisions nos cerveaux faute d'ordinateurs pour nous dicter que faire et dire, personne n'aurait imaginé alors qu'un pays civilisé, l'Allemagne, montre autant de cruauté.
On ne savait d'ailleurs pas plus ce que le Petit Père des Peuples, Staline, faisait aux Russes, nous ne l'avons même su que bien plus tard. Il a fallu attendre Soljenitsyne et BHL, avant que ce dernier s'accorde aussi hélas le droit d'ingérence autre que littéraire.

Il est temps, grand temps, d'arrêter de culpabiliser sur le passé et de laisser aux jeunes générations la possibilité de se construire une monde sans le fardeau des errements du passé, de la colonisation aux camps de la mort.
Il est temps aussi que Bibi se souvienne qu'Israël n'existait pas avant 1948 et que les Américains refusaient l'accès de leur pays aux juifs fuyant l'Allemagne d'Hitler. Cela aussi mérite un monument et une commémoration.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS