« Le président porte la parole dans la plaie... | Accueil | Les sondages : le risque de l'être ou le confort du néant ? »

20 octobre 2017

Commentaires

Savonarole

@ Tipaza | 01 novembre 2017 à 10:01

Vous avez raison.
Comme Baudelaire, je demande à ce qu'il soit inscrit dans la Constitution "le droit de se contredire"... (Fusées, prose de Baudelaire).

PS : Ce colon m'a l'air d'un sévère, je ne peux m'empêcher de l'imaginer dans son salon, défilant au pas de l'oie entre les guéridons sur tapis oriental et ses cantines. Il va se fêler le col du fémur.

Tipaza

@ Savonarole | 31 octobre 2017 à 19:38 & Lt-Cel

Petit rappel du Savonarole | 31 octobre 2017 à 23:00
"Dites donc, les deux glands, vous allez nous pomper l'air longtemps ? Hein ?"

Mutatis mutandis…!!
C’est juste pour un sourire devant un bel effet miroir !

Lieutenant D.M. vous avez choisi l’anonymat, moi aussi, mais dans ces conditions la mention du grade est de trop, surtout qu’un Lt-Cel c’est quelqu’un à qui il manque l’essentiel : le grade de Général !

D. M. Lt-Cel

Votre niveau Certificat d'Etudes Primaires ne vous permet pas de saisir la subtilité de mon intervention (cf commentaire du 31 octobre 2017 à 18h31).

Savonarole

@D. M. Lt-Cel | 31 octobre 2017 à 18:31

Mon lieutenant,

Quoi qu'il en soit ça l'a calmée la Catastrophy Jane, elle a disparu...
Mais, dites-moi, cette histoire de meule de foin semble vous avoir émoustillé, souvenirs de campagne ?

D. M. Lt-Cel

Le petit Caporal, né en 1951, qui s'imagine en train de tringler la légende Calamity Jane derrière une meule de foin, doit savoir que nous avons changé de siècle et ne sommes plus en guerre.
Nous avons bien compris que depuis des mois il attendait le moment de démolir sa proie pour balancer ses phantasmes dans un hors-sujet comme un porc aviné (cf commentaire du 24 octobre 2017 à 12h42).
Rompez conn... !

Lucile

@ Robert Marchenoir

Il y a aussi beaucoup de scientifiques. Cet article, écrit par des Suisses, explique que ce n'est pas une question d'intelligence, mais de conditions de travail.

https://www.swissinfo.ch/fre/la-suisse--p%C3%A9pini%C3%A8re-de-prix-nobel/288410
(La Suisse, pépinière de prix Nobel)

Je connais une étudiante française qui, arrivée pour faire ses études en Suisse, a raté son premier examen : on lui demandait d'exposer une question de cours ; formée à la française, elle s'est dit qu'on attendait sûrement autre chose d'elle, donc elle a brodé, essayé d'introduire une vision personnelle, changé l'ordre de présentation, bref désespérément essayé de personnaliser sa réponse. Le prof lui a expliqué qu'une question de cours était une question de cours, et qu'il s'agissait pour lui de savoir si elle connaissait les bases, rien que les bases, et toutes les bases. Leçon retenue.

Catherine JACOB

@Noblejoué | 25 octobre 2017 à 15:25
"Alors, à part ça, pour Brunehilde et Isolde ?"

Pour la musique.

Robert Marchenoir

@ Lucile | 24 octobre 2017 à 22:43
"La Suisse a peut-être inventé le coucou. Mais c'est aussi le pays du monde qui a eu le plus grand nombre de prix Nobel par habitant."

Allez ?... Sur ce coup, vous m'épatâtes. Il est vrai que pour arriver à ce chiffre, ils ajoutent les prix Nobel de littérature (subjectifs) et les prix Nobel de la paix (éminemment politiques, et souvent contestables).

Cela dit, la Suisse est une grande nation universitaire, et pas du genre qui produit des licenciés en arts du clown : des scientifiques ou des techniciens selon le goût de Claude Luçon.

Aliocha

Et la Constitution suisse, celle de la plus haute démocratie au monde, où le "peuple souverain" n'est pas un vain mot !

Noblejoué

@ Catherine JACOB
"Qui traitez-vous de ‘canasson’ borgne ?"

Vous qui savez tout sur tout et qui dites qu'il faut deviner, vous ne suivez pas trop, je vois.
Décomposons.
« Ce sont certainement les gens comme vous qui sont responsables de mon admiration passée pour une CJ qui, certes estimable, ne la méritait pas, car injuste, puisqu'au royaume des aveugles, les borgnes sont rois".

Je vous admirais pour votre culture et votre intelligence et votre magnanimité de faire des recherches pour tout le monde en ignorant les moqueries des ingrats et des imbéciles sans compter que j'aimais votre style.
Si je ne retire rien de mon appréciation sur les qualités intellectuelles et de style, j'ai découvert que vous étiez injuste. Vous m'accusiez d'être anti-vous, anti-Japon et de tant d'autres choses que cela faisait quelque peu runing gag, d'où un sbriglia qui a cru que je cherchais les coups.
L'imbécile ! L'admiration passée, que restait-il ? De l'estime... et de la curiosité.

Il est vrai qu'on dit de moi que ma curiosité est grande voire ma culture : enfin, disent les gens indulgents avec moi, je sens que je vais me prendre quelque sarcasme.
Mais comme vous êtes décrédibilisée, cela ne me fera ni chaud ni froid, juste : ah, c'est ce gag qui sort, là.

Quelle créature bizarre que Catherine JACOB, un peu comme un professeur qui arrivait toujours en retard, les étudiants parlaient, un jour, dit qu'il se tire, d'où les peu sérieux s'en vont... Finalement, non, le professeur révèle qu'il reste pour faire la morale aux non-dissipés, qui devraient empêcher les autres de l'être... Comment ? Et d'ailleurs, si quelque étudiant avait une telle autorité, il en ôterait encore plus à ce professeur, et aux autres, mais c'est un détail. Quant au pouvoir modérateur de la masse !
Bref, le professeur n'a quand même pas fait cours, châtiant les innocents... C'est-à-dire plus que les autres encore, vu que c'est l'éternel retardataire qui était la cause du désordre. Ce qui veut dire qu'il semble que le professeur ait été injuste en le sachant et en le voulant, fait le mal on ne peut plus volontairement. Il aurait été très intéressant de l'interroger, mais légèrement contre-productif, pour les notes.
Vous êtes aussi injuste, dans un autre genre... Un autre cas.

Ni provocation, ni soumission, ni masochisme, ni modestie, rien, rien que l'observation d'un cas, dont on aura ou pas, la ou les causes, toujours distrayant, très diva.

Vous êtes quand même mieux que la moyenne aveugle, donc on vous dira borgne, au royaume des aveugles, les borgnes sont rois.

Mais qui peut comprendre ma curiosité ? Certes pas sbriglia.

"Pourquoi chercher des canassons quand tant d'humains seraient à peine dignes d'être des poneys ?"

Ca c'est parce que sbriglia écrit :

"Et comme dirait Savo : qu’on me selle mon cheval !"

S'il veut partir sur la plus noble conquête de l'homme, jouant les preux chevaliers qu'il n'est pas, je réplique dégonflant les baudruches : canasson. Et de plus, je dis poney.

Il me semblait que qui me voit en soumis ou masochiste, ou les deux, ce que je ne suis certes pas, pouvait comprendre l'allusion, voire que je pense qu'il pourrait bien être du genre à servir de monture.
Que voulez-vous ? Rien ne sent le dominant dans les basses attaques du sieur, mais d'autre part, une des qualités des cavaliers, et plus généralement des dominants, est la prudence d'éviter ceux qui voudront les renverser.

https://en.wiktionary.org/wiki/ponygirl

Pour résumer, je ne vous soupçonne pas d'être quelqu'un de soumis et je dis que sans atteindre le niveau merveilleux que j'imaginais, vous valez tout de même mieux que la plupart.

Rien de nouveau pour votre image, qui, on le comprend, vous intéresse au premier chef.

Alors, à part ça, pour Brunehilde et Isolde ?

Savonarole

@ Catherine JACOB | 25 octobre 2017 à 07:51

Excellent pamphlet de Pierre Jourde.
J'avais suggéré il y a quelques mois que PB lui consacre un entretien sur sa chaîne YouTube.

Robert Marchenoir

Quel festival ! Je passe en coup de vent, pour défendre l'honneur suisse.

@ Savonarole | 23 octobre 2017 à 20:01

"Avez-vous... un avion suisse ?" Bien entendu ! Et qui font l'admiration du monde entier !

"Un TGV suisse ?..." J'ai bien mieux ! Les chemins de fer suisses ! Nationalisés, et qui marchent, suivez mon regard ! Deux cents trains à grande vitesse par jour, par le tunnel le plus long et le plus profond du monde ! Dix-sept ans de travaux, auto-financés par la petite Suisse, des délais respectés et un budget sans dépassement !

"Un fromage ou vin suisse ?..." Vous me demandez si j'ai un fromage suisse ? Vous voulez que les Suisses nous déclarent la guerre, ou quoi ? Les fromages suisses sont les meilleurs du monde ! Moi je n'ai pas de vin suisse, mais c'est parce qu'ils se le gardent ! Evidemment qu'il y a des vins suisses, et des fameux !

Ce n'est pas parce que les Suisses ne sont pas vantards comme des Français, qu'ils peignent la girafe pendant que ces derniers sont en "congé maladie" entre deux grèves !

sbriglia@Wil

"Emmanuel Macron n'a pas besoin de recevoir en permanence des intellectuels à sa table comme Nicolas Sarkozy ou François Hollande : il en est un. Il a le loisir de délibérer avec lui-même."

Wil, je pense que notre hôte a pensé à Zlatan : « Zlatan n’a pas besoin d’être comparé à Neymar ou Mbappé : Zlatan est Dieu, il a le loisir d’être une équipe à lui tout seul ».

Bon, c’est vrai Philippe que vous avez poussé là un peu loin le bouchon !

Catherine JACOB

@Noblejoué | 24 octobre 2017 à 19:27
« Ce sont certainement les gens comme vous qui sont responsables de mon admiration passée pour une CJ qui, certes estimable, ne la méritait pas, car injuste, puisqu'au royaume des aveugles, les borgnes sont rois.
Pourquoi chercher des canassons quand tant d'humains seraient à peine dignes d'être des poneys ?
»

Qui traitez-vous de ‘canasson’ borgne ?

« PMU : Bouffer du canasson = avoir un retour sur investissement »

Sinon voir définition : canasson dont extrait :
Populaire
A.− Mauvais cheval, rosse. Un vieux cocher à Carrick, qui conduisait une haridelle boiteuse, ou, pour parler plus proprement, un horrible canasson (A. France, La Vie en fleur,1922, p. 555).
− P. ext. Cheval :
À peine en selle, Angélo sentit sous lui un cheval plein d'esprit. − Qu'est-ce que vous dites du canasson, mon capitaine ? demanda le brigadier. Les nôtres sont de la même trempe. Giono, Bonheur fou,1957, p. 127.
B.− Fam. [En constr. d'apostrophe ; s'appliquant à un homme] Vieux canasson. Vieille bête (avec une nuance d'affection mêlée de légère dérision). Tu vas venir avec nous, mon vieux canasson, dit Anatole à Auguste (Huysmans, Les Sœurs Vatard,1879, p. 86).
− Arg. Vieille prostituée (cf. étymol.). Quel retour possible alors sur investissement en effet !

@Savonarole | 24 octobre 2017 à 18:53
«Du coup j'ai droit à une averse culturelle interminable de votre part. Je vais me suicider, vous aurez ma mort sur la conscience. »

Lisez cependant avant ce bouquin d'un copain de Naulleau dont la quatrième de couverture citée ci-après : « Le barbu sur l'image de la couverture, c'est la culture qu'on assassine. Mais on peut y voir aussi l'inverse : celles et ceux dont on a entrepris d'asservir l'esprit, et qui se révoltent contre l'empire de la crétinisation.
Les pouvoirs économique, politique, médiatique se conjuguent pour nous plonger dans une nouvelle barbarie : abandon de l'école publique, transformation des universités en monstres bureaucratiques, télévision avilissante, ruine des instituts culturels français, mépris affiché pour la littérature, journalistes usinant du cliché, promotion de faiseurs au rang de grands écrivains, mort de la culture populaire, disparition de l'esprit critique. Face à cette agression, tous les coups sont permis, notamment ceux de l'ironie. »

Wil

"Emmanuel Macron n'a pas besoin de recevoir en permanence des intellectuels à sa table comme Nicolas Sarkozy ou François Hollande : il en est un. Il a le loisir de délibérer avec lui-même."

HAHAHA ! OH MY GOD ! GENIAL ! Il faudra que la ressorte celle-là, elle est trop bonne !
On croirait lire un courtisan sous Louis XIV. Je le sais, j'y étais.
C'est quand même pas possible que M.Bilger ne se rende pas compte du ridicule de cette phrase ?!
OH OH, ÇA VA LÀ-HAUT ? ÇA PLANE BIEN ? C'ETAIT DE LA BONNE HEIN !
Pffff.
Dieu n'a besoin de personne pour penser puisqu'il pense avec lui-même.
Au moins, il s’embête pas tout seul, c'est pratique.
Pfff. C'est lamentable.
M.Bilger s'enfonce.

Lucile

La Suisse a peut-être inventé le coucou. Mais c'est aussi le pays du monde qui a eu le plus grand nombre de prix Nobel par habitant.

Noblejoué

@ sbriglia
"Dans ce Walpurgis où se vautrent certains commentateurs j'apercevrai peut-être un noble, jouet de ses désirs inassouvis, poursuivre de ses assiduités une Isolde fouetteuse, secrètement flattée de son harcèlement mais vaguement inquiète quant à l’atteinte à sa réputation que lui fait courir l’émoustillé.
Madame la correctrice : que l’on donne à ce manant le mail personnel de l’objet de sa flamme et qu’on en finisse enfin avec ces inconvenants émois prépubères."

Je ne suis en désir de rien et ne poursuis certainement personne de mes assiduités !
En désir de rien ? C'est vite dit, quelques coups de cravache à tous les fâcheux dans votre genre ne seraient pas de trop, puisque vous mettez le BDSM sur le tapis.

Ce sont certainement les gens comme vous qui sont responsables de mon admiration passée pour une CJ qui, certes estimable, ne la méritait pas, car injuste, puisqu'au royaume des aveugles, les borgnes sont rois.

Pourquoi chercher des canassons quand tant d'humains seraient à peine dignes d'être des poneys ?

@ Catherine JACOB

J'arrive après votre réponse sur Isolde et Brunehilde, et tout ce que vous dites est vrai et touchant, bien sûr.

Mais il me semble aussi qu'Isolde est dans l'amour et Brunehilde dans la justice, Isolde subit l'amour tandis que Brunehilde obtient d'Odin que seul le plus valeureux ait accès à elle. Brunehilde,* de plus, punit Siegfried dont elle pense qu'il l'a trahie quand en fait il l'a oubliée à cause d'un filtre et la livre à un roi pour épouser sa sœur.

Isolde : amour, abandon, fusion avec l'être aimé.
Brunehilde, amour mais à un champion sélectionné par le feu et l'aval de son père, vengeance du défaillant donc justice.

* Comme vous le savez, c'est encore plus net dans La chanson des Nibelungen où Brunehilde est la fille du soleil, dieu de justice. Le personnage repoussoir est pour moi l'épouse de Siegfried, encore plus minable que le roi qui demande à Siegfried de conquérir Brunehilde à sa place, ce qui n'est pas peu dire.
Dans ce texte et le film de Fritz Lang, j'aime bien le personnage de Hagen, loyal, quoi qu'on en dise parfois, et qui a un cerveau s'il n'est pas arrangé dans Wagner.

J'aime autant les deux héroïnes, Brunehilde, Isolde, et aussi Siegfried, nettement mieux que dans La chanson des Nibelungen.

Dans le mythe, ma sympathie va à Odin, qui essaie de sauver le monde... En plus, il aime les corbeaux.

Savonarole

@ Catherine JACOB de 17:26
"Quel rapport entre la musique de Wagner, Louis II de Bavière et l’Union soviétique ?"

Pour une fois l'Union soviétique n'y est pour rien, j'évoquais l'invasion de la Pologne par les Allemands.

Du coup j'ai droit à une averse culturelle interminable de votre part.

Je vais me suicider, vous aurez ma mort sur la conscience.

Catherine JACOB

@ Savonarole | 24 octobre 2017 à 14:50
« L'annexion de la Pologne. »

« Le 1er septembre 1939, sans déclaration de guerre formelle, l'armée allemande envahit la Pologne sous le prétexte que les troupes polonaises se sont rendues coupables de provocations le long de la frontière germano-polonaise. Ce prétexte s'ajoute au contentieux concernant les droits de l'Allemagne sur la ville libre de Dantzig et le passage entre la Prusse-Orientale et le reste de l'Allemagne à travers le corridor de Dantzig. Conformément au Pacte germano-soviétique, la Pologne est partagée entre l'Allemagne et l'Union soviétique, les troupes soviétiques attaquant à leur tour la Pologne le 17 septembre 1939 et y pénétrant par sa frontière orientale. »

1. Quel rapport entre la musique de Wagner, Louis II de Bavière et l’Union soviétique ?

2. « Die Walküre (en français La Walkyrie ou La Valkyrie) est le deuxième des quatre drames lyriques qui constituent L'Anneau du Nibelung (Der Ring des Nibelungen) de Richard Wagner. La première eut lieu au théâtre national de la Cour à Munich, à la demande de Louis II de Bavière (et contre la volonté de Wagner) le 26 juin 1870 sous la direction de Franz Wüllner. Le livret est rédigé par Richard Wagner entre 1851 et 1853 et la musique composée entre 1854 et 1856. Soit 88 ans AVANT que l’armée allemande n’envahisse la Pologne.

3. « Les Walkyries représentent dans la mythologie nordique, laquelle n’est pas restreinte à l’Allemagne, des guerrières, divinités mineures au service d’Odin/Wotan. Le rôle des Walkyries est de combattre, de diriger des batailles, de distribuer la mort parmi les guerriers et d'emmener l'âme des héros au Valhalla. » Autrement dit, elles ont un rôle psychopompe. « Dans l'opéra éponyme, on retrouve la présence de neuf Walkyries qui sont au service de Wotan, autre nom pour Odin dont Brünnhilde est la préférée (elle est entre autres douée d'invincibilité par le port d'une ceinture magique) . Elle est présente dans la Chanson des Nibelungen, une épopée médiévale allemande du XIIIe siècle qui a inspiré plus généralement Wagner pour la composition de sa Tétralogie. Les personnages de l'opéra sont tous issus de la mythologie. » Laquelle mythologie n’est pas une invention de Wagner, même s’il l’a peu ou prou adaptée.

4. Tristan et Isolde représente « la mise en musique d'un poème que Wagner avait lui-même écrit d'après la légende médiévale celtique de Tristan et Iseut. Composée entre 1857 et 1859, l'œuvre est souvent considérée comme l'une des plus importantes du théâtre lyrique occidental. Selon les interprétations, sa durée peut varier entre 3 heures 40 minutes et 4 heures 30 minutes. Inspiré en partie par l'amour de Richard Wagner pour la poétesse Mathilde Wesendonck, Tristan et Isolde est la première œuvre créée sous le patronage du roi Louis II de Bavière. » C’est donc une histoire d’amour, et d’amour tragique.

5. Quel rapport entre une légende celtique, « mythe littéraire, dont les poètes normands, auteurs des premières rédactions conservées de cette légende, ont situé l'action en Cornouailles, en Irlande et en Bretagne » et non pas en Allemagne, et l’entrée de l’armée allemande en Pologne en 1939 sans déclaration de guerre ? « Issue de la tradition orale de Bretagne, l'histoire populaire de Tristan et Iseut fait son entrée dans la littérature écrite au XIIe siècle. On peut supposer que les bardes gallois, à l'origine des premiers écrits connus sur Tristan (les triades), se sont eux-mêmes inspirés d'une légende de la littérature celtique irlandaise, qui a pour protagonistes les amoureux Diarmuid et Grainne. Nombre de motifs présents dans cette légende se retrouvent en effet dans les récits de Tristan. »

Ma psyché singulière entretient un rapport singulier avec l’une comme l’autre de ces héroïnes préexistantes à leur traitement wagnérien, mais qui fait que la musique de Wagner dans l’un comme dans l’autre cas, me touche très profondément.

Je pense que Brünnhilde appartient au mythe de la chasse fantastique ainsi qu’à celui des « banshee, banshie ou bean sí, créature féminine surnaturelle de la mythologie celtique irlandaise, considérée comme magicienne ou encore la messagère de l'Autre monde (sidh) qui commence à gémir ou crier quand quelqu'un est sur le point de mourir.»

Je pense également qu’Isolde appartient au vieux fonds du chamanisme nordique.

Pourquoi est-ce que la messagère du Sidh et la victime d’une fausse nouvelle inspirée par la jalousie me touchent tant ? On va dire que cela m’appartient et se trouve à dix mille lieux du triangle géopolitique infernal Allemagne / Pologne / Union soviétique.

NB : Entre parenthèses se trouvent divers extraits repris de...? Wiki bien sûr😉!

Savonarole

@ Catherine JACOB | 24 octobre 2017 à 12:03

L'annexion de la Pologne.

sbriglia

Noblejoué | 23 octobre 2017 à 21:15
"Puisque vous êtes wagnérienne, préférez-vous Isolde ou Brunhilde ?"

calamity jane | 23 octobre 2017 à 17:14
"Je ne suis pas blonde et ne l'ai jamais été. Mais je ne suis pas brune non plus... et rousse encore moins..."

Bon, je vais écouter la Nuit sur le mont chauve pour trouver la solution…

Dans ce Walpurgis où se vautrent certains commentateurs j'apercevrai peut-être un noble, jouet de ses désirs inassouvis, poursuivre de ses assiduités une Isolde fouetteuse, secrètement flattée de son harcèlement mais vaguement inquiète quant à l’atteinte à sa réputation que lui fait courir l’émoustillé.

Madame la correctrice : que l’on donne à ce manant le mail personnel de l’objet de sa flamme et qu’on en finisse enfin avec ces inconvenants émois prépubères.

Et comme dirait Savo : qu’on me selle mon cheval !

Savonarole

Calamity jane est pour moi une stupéfaction permanente.
Innocent que j'étais, je pensais que pour accéder à ce blog il fallait au moins avoir le Certificat d'Etudes Primaires de notre enfance, ou le BEPC, ou un diplôme d'infirmière, ou de tourneur-fraiseur, voire de coiffeur pour dames, mais pas du tout, c'est ouvert à tout le monde !
Avec Catastrophy Jane nous avons la Meuse et ses trayeuses de vaches. Le degré zéro de la rhétorique.

Catherine JACOB

@Noblejoué | 23 octobre 2017 à 21:15
"Puisque vous êtes wagnérienne, préférez-vous Isolde ou Brunhilde ?"

Comment percevez-vous vous-même pour commencer la différence entre ces deux héroïnes ?

Catherine JACOB

@calamity jane | 23 octobre 2017 à 17:14
"Je ne suis pas blonde et ne l'ai jamais été. Mais je ne suis pas brune non plus... et rousse encore moins...
Etonnant non ?
Je dirais la couleur idéale pour une carnation qui prend le soleil.
"

Dois-je comprendre que vous êtes un aigle chauve ?

Concernant les "céramiques du samouraï" je vais rechercher ce que vous avez dit exactement.

calamity jane

Y a-t-il un Suisse dans cet espace ?
Soyez rassuré, nous savons que vous n'avez pas de TGV.

Noblejoué

@ Catherine JACOB

Je ne me prononcerai pas sur ce qui irrite certaines personnes contre vous, je ne connais ni leur physique, ni leur caractère, ni leurs mobiles.

Mais il est sûr que vous, vous n'avez rien de fade. Et tant mieux ! Rien de pire que le vide, le fade et l'inexistant.
Puisque vous êtes wagnérienne, préférez-vous Isolde ou Brunhilde ?

Catherine JACOB

@ vamonos | 23 octobre 2017 à 11:44
"Qui dois-je croire ?"

A mon humble avis, plutôt que 'qui', 'que' devez-vous croire. Sans aucun doute l'inventaire, car j'imagine qu'il y a tout de même un inventaire du mobilier national ratifié par les entrants dans les lieux.

Savonarole

@ Robert Marchenoir | 23 octobre 2017 à 10:05

Bien d'accord, j'ai fait une mauvaise blague en citant Orson Welles.
C'est irrésistible chez moi.
Pour les entreprises florissantes suisses que vous citez nous avons tous les mêmes en Europe.
Avez-vous une voiture suisse ? un avion suisse ? un TGV suisse ? un fromage ou vin suisse ? des tomates suisses ?
Les Suisses ont du coffre, c'est certain, n'y voyez aucun jeu de mot.
En revanche, comme vous le soulignez, la Suisse fut comme Tanger ou Lisbonne ou Madrid un nid d'espions. Pas toujours aussi romantiques que vous le dites pour ce Suisse anonyme.

Qui sait aujourd'hui que Kim Philby fut décoré par Franco ?

En matière d'espionnage il n'y a pas de blanche colombe, vous le savez bien.

Cordialement.

Exilé

@Catherine JACOB
"...nous avons entamé "les Caprices de Nemo" qui lorsqu'Emmanuel lui dit "Assis !" comprend qu'il a le droit de se soulager sous et sur les ors de la République..."

S'il n'est pas capable de se faire obéir par son chien, comment pourra-t-il se faire entendre par cinquante millions de Français plus quelques millions d'invités ?

Savonarole

@ vamonos | 23 octobre 2017 à 11:44
"L'ex-première concubine de M. Hollande a démenti avoir détruit du mobilier national quand elle a appris l'existence de la seconde concubine.
Qui dois-je croire ?"

Rassurez-vous. C'est une vieille rengaine, on raconte aussi que Giscard au soir de sa défaite aurait cassé deux vases de Sèvres inestimables dans son bureau.

En revanche on ne compte plus les ministres qui ont quitté leurs fonctions en emportant des bibelots du Mobilier national, consoles, chandeliers, tableaux, tapis d'Aubusson, et j'en passe. Je ne peux en dire plus. Devoir de réserve.

A tel point que le Mobilier national a fait savoir qu'il épluchait la Gazette Drouot pour surveiller la revente de tels objets disparus.

breizmabro

@ Catherine JACOB | 23 octobre 2017 à 09:32

Alors là d'accord, le chien d'un président élu qui "pisse" sur nos tapis ! Non merci !

Et lui, petit c..d qui rigole. Non mais il sait qu'il n'est QUE notre locataire ?

Je crois que Ricoeur n'aurait pas aimé ce désinvolte exonéré de la protection de biens de l'Etat (de nous). Philosophiquement c'est incompréhensible.

calamity jane

@ Catherine JACOB

Je ne suis pas blonde et ne l'ai jamais été. Mais je ne suis pas brune non plus... et rousse encore moins...
Etonnant non ?
Je dirais la couleur idéale pour une carnation qui prend le soleil.
Oui, c'est le cas chère Madame JACOB ! sinon comment aurai-je pu écrire sur une chose que je n'ai pas puisque je vous avais écrit qu'il était "magnifique"... le catalogue. Mes sources ne sont pas Wikitruc.

P.S. : j'ai du temps, ce sont les vacances ; profitez donc de ma disponibilité m'sieurs dam' le pion à la bêtise. MDR.

Claude Luçon

@ Exilé | 22 octobre 2017 à 18:25
"Mais en vous focalisant sur Alexandre Soljenitsyne que je n'ai cité que par la bande vous esquivez la question de l'inculture malheureusement fréquente de trop d'ingénieurs et de scientifiques, quelle que soit leur valeur purement technique par ailleurs.
« Science sans conscience n’est que ruine de l’âme. »"

C'est un raisonnement que vous pouvez généraliser, par exemple :
- les gens de HEC, ESSEC... possèdent tellement leur science qu'ils sont incapables de vendre nos produits à l'étranger,
- ceux de l'ENA, en dépit de leurs sciences (Sciences Po, HEC, ENA), sont incapables de gouverner.

Pourtant dans ce monde ce sont nos scientifiques et nos ingénieurs qui brillent, pas les précédents.
Par ailleurs pourquoi excluez-vous sciences et mathématiques de la culture ?
Je me répéterai en vous disant, en d'autres termes qu'avant, que la culture ne s'acquiert pas seulement à l'école et l'université, qu'on peut l'acquérir par soi-même, c'est même cela la vraie culture.

Une question : dites-moi pourquoi les jeunes d'aujourd'hui se présentent de moins en moins aux concours d'entrée dans les écoles d'ingénieurs ?
Je pense avoir la réponse : il faut un QI supérieur à celui demandé pour accéder aux autres disciplines. Après, avec un bon QI, vous pouvez vous cultiver, mais avec une seule "culture universitaire" vous êtes incapable d'acquérir sciences et maths, ce dont, hélas, se vantent d'ailleurs quelques "cultivés" ! 😁

AS, adulte, opposant, a connu le goulag ; moi, gamin, innocent, l'occupation nazie et les bombes anglo-américaines, tout est relatif.
Lui n'avait qu'à ne pas s'opposer !
Un cousin de mon âge et moi, projetions d'éliminer la Wehrmacht à nous deux, nos parents n'ont pas voulu nous laisser faire ! Re 😁

L'univers, dont nous faisons partie, se conçoit selon Einstein à partir de l'espace-temps de chacun, vous n'en êtes toujours qu'à l'univers à quatre dimensions selon Newton. Re-re 😁

calamity jane

@ Noblejoué

Où vous ai-je demandé de vous justifier ?!
Se justifier d'un commentaire ! le dernier "must" à la mode ?!
Je n'ai rien contre vous puisque ce ne sont que des commentaires.
Et, si vous le permettez, je sais lire le français en dehors des qualificatifs qui dénigrent. Ce qui n'est pas votre cas.

PS : nous nous comprenons bien n'est-ce-pas ? vous n'êtes pas concerné par la facilité du dénigrement.

Noblejoué

@ Achille | 23 octobre 2017 à 08:50

Merci.

vamonos

@Catherine JACOB
"...les trois millions de mobilier national déglingués dans un mouvement d'humeur..."

L'ex-première concubine de M. Hollande a démenti avoir détruit du mobilier national quand elle a appris l'existence de la seconde concubine.
Qui dois-je croire ?

Catherine JACOB

@calamity jane | 21 octobre 2017 à 16:[email protected] Achille
"Eh non ! je ne voterai pas pour Madame Catherine JACOB !"

Tant mieux. L'unanimité est toujours suspecte d'un loup quelque part.

"Car (!) lorsque j'avais indiqué le catalogue de Hosokawa Morihiro "Au bord du ruisseau"... elle m'avait remis toutes les références en oubliant de demander si je l'avais ?!"

C'était le cas ?

@Achille | 23 octobre 2017 à 08:[email protected]é
"Je ne pensais pas que ma proposition d’élire Catherine JACOB à la présidence de la République en me référant à sa brillante érudition (et qui n’était rien d’autre qu’une réponse que je voulais amusante à sa réflexion) allait provoquer l’ire de cette commentatrice avec qui je n’ai pratiquement jamais d’échanges."

Bon. Et en même temps, difficile d'élire qui ne se présente pas.
Mais ne vous en faites pas, j'ai l'habitude d'irriter les blondes fadasses qui se prennent pour la reine d'Angleterre et font tout à leur convenance sans même se rendre compte qu'il est aussi possible, parfois, de se soucier d'autrui, mais n'ont conscience de son existence que pour l'utiliser pour se faire valoir.

PS : Je ne suis pas sans savoir que Pascale Bilger est blonde. Toutefois outre qu’elle n’a rien d’un personnage fadasse comme chacun a pu s’en rendre compte ici, elle n’a pas besoin de se prendre pour la reine d’Angleterre car elle est la reine de ce blog.

Robert Marchenoir

@ Savonarole | 23 octobre 2017 à 05:52
"En Suisse ils ont eu 500 années d'amour fraternel, de démocratie et de paix, et qu'est-ce que cela a produit ? Le coucou !"

Po-po-po-po... Ca c'est bien dans les films, et pour relancer la conversation dans les soirées. Dans la réalité, la Suisse, c'est, entre autres : Nestlé (89 milliards de francs, 335 000 salariés), ABB (équipement industriel), Lafarge Holcim (matériaux de construction)... des gens très bien, Lafarge Holcim : ils se sont portés candidats pour construire le mur de Trump, et du coup Anne Hidalgo leur a retiré le fabuleux contrat de livraison de sable pour Paris Plages (qu'ils fournissaient gratuitement...).

Les Suisses, ce fut aussi l'un des meilleurs espions de la Seconde Guerre mondiale du côté allié (il avait un informateur dans l'entourage direct d'Hitler, mais on n'a jamais su qui c'était : il est mort en emportant ses secrets). Et aussi un groupe d'officiers qui avaient prévu de faire un coup d'Etat si le gouvernement basculait du côté nazi. Yep, un coup d'Etat en Suisse, oui Madame... Et même une bataille aérienne au-dessus du territoire helvétique, où l'aviation suisse a abattu des appareils allemands. Les nazis étaient fous de rage...

@ DAUMONT | 23 octobre 2017 à 00:03
"Très franchement je suis certain que les Suisses n'aimeraient pas M. Marchenoir s'ils le connaissaient ! Parole d'Allobroge."

Il y a des abrutis en Suisse aussi, vous savez.

Catherine JACOB

@charles | 23 octobre 2017 à 09:11
"Peut-être espérez-vous tenir votre Marc Aurèle, que nous aurons une nouvelle version de "Pensées pour moi-même" et qu'une Marguerite Yourcenar écrira sa vie romancée."

En tout cas après "Merci pour ce moment" et les trois millions de mobilier national déglingués dans un mouvement d'humeur, nous avons entamé "les Caprices de Nemo" qui lorsqu'Emmanuel lui dit "Assis !" comprend qu'il a le droit de se soulager sous et sur les ors de la République...

charles

Emmanuel Macron intellectuel ?
Peut-être espérez-vous tenir votre Marc Aurèle, que nous aurons une nouvelle version de "Pensées pour moi-même" et qu'une Marguerite Yourcenar écrira sa vie romancée...

Achille

@Noblejoué | 22 octobre 2017 à 21:32
« Je n'ai rien écrit ni même pensé de tel, j'espère que vous en avez conscience... Tout est la faute d'Achille, j'en conviens, mais si son humour n'est pas anglais, il y a pire, et je ne voulais que vous réconcilier. Enfin "que", comme si c'était facile ! »

C’est ma faute, c’est ma faute, c’est ma très grande faute !
Je ne sais pas si mon humour est anglais ou pas. J’ai toutefois pu constater qu’il n’est pas toujours très bien perçu par ceux et celles qui prennent tout au premier degré, que ce soit sur ce blog ou ailleurs.

Je ne pensais pas que ma proposition d’élire Catherine JACOB à la présidence de la République en me référant à sa brillante érudition (et qui n’était rien d’autre qu’une réponse que je voulais amusante à sa réflexion) allait provoquer l’ire de cette commentatrice avec qui je n’ai pratiquement jamais d’échanges.

Si vous voulez mon avis, n’essayez pas de jouer les bons samaritains en voulant réconcilier les intervenants sur ce blog. Tout ce que vous risquez c’est que les deux belligérants vous tombent sur le poil comme c'est d’ailleurs souvent le cas ! ☺

Tipaza

@ Savonarole | 23 octobre 2017 à 05:52

Vous oubliez la Garde pontificale, la seule armée dont l'uniforme ait été dessinée par un artiste, Michel-Ange d'après la légende, qui comme chacun sait a autorité sur la réalité, fût-elle pontificale.

En fait de coucou, après plus de deux siècles de liberté, égalité, fraternité nous avons le Macron, qui a éclos dans le nid de Hollande, c'est dire s'il m'arrive d'envier le coucou suisse.

Savonarole

@Noblejoué et RM

"En Suisse ils ont eu 500 années d'amour fraternel, de démocratie et de paix, et qu'est-ce que cela a produit ? Le coucou !"
(Orson Welles dans Le Troisième Homme)

Noblejoué

@ DAUMONT

Parlez-nous des Suisses !

Trekker

@ Exilé | 22 octobre 2017 à 18:25
« Science sans conscience n’est que ruine de l’âme »

Tant que vous y êtes vous allez citer « La philosophie est la science qui nous apprend à vivre », qui est du même Montaigne.

Mais en quoi ce philosophe du XVe siècle, qui n’était ni ingénieur ni scientifique, influencé par Plutarque, Cicéron, Sénèque, etc., pourrait-il mériter l’intérêt d’un ingénieur pétri de son scientisme !

"…la question de l'inculture malheureusement fréquente de trop d'ingénieurs et de scientifiques, quelle que soit leur valeur purement technique par ailleurs..."

Vous allez avec pareil propos être classé définitivement par votre interlocuteur dans la catégorie des « bavards », qui sont pour lui le plus grand malheur de notre pays. Seuls les nouveaux Prométhée en version 2.0, qui sont persuadés de nous libérer de la vieillesse et mort, sont dignes de son attention.

L’illusion technologique, quand elle tourne à la croyance quasi mystique, n’est que la soeur jumelle du délire de la raison.

DAUMONT

Très franchement je suis certain que les Suisses n'aimeraient pas M. Marchenoir s'ils le connaissaient !
Parole d'Allobroge.

Noblejoué

@ Robert Marchenoir

Parlez-nous des Suisses !

Noblejoué

@ calamity jane

Puisqu'il faut que je me justifie, je vais vous dire TOUT ce qui a motivé ce qui vous chiffonne.
Courage, on lit !

"Je vous remercie de relire mes commentaires et me dire où et quand j'aurais semé un embryon de discorde ?! "

Je n'ai rien écrit ni même pensé de tel, j'espère que vous en avez conscience... Tout est la faute d'Achille, j'en conviens, mais si son humour n'est pas anglais, il y a pire, et je ne voulais que vous réconcilier. Enfin "que", comme si c'était facile !
Vous n'allez pas vous y mettre non plus, vous retourner contre moi à la mesure de mes bonnes intentions ? Ou plutôt si, rien de plus drôle. Quand on se moque de l'opinion des autres et de leur devenir moral. Indifférence stimulante comme le vent d'hiver !

Non, qu'on le croie ou non : je ne voulais que vous rallier au panache blanc de Lucile que j'aurais valorisé du même coup. Il le faut, elle est d'une part bien, de l'autre, des gens l'attaquent et il n'est peut-être pas nécessaire d'attendre qu'elle le soit pour lui marquer quelque soutien.
C'est-à-dire si ce que j'écris n'est pas contre-productif ! Une possibilité quand on voit ma popularité...

C'était enfin pour ne pas me prononcer sur le cas Catherine JACOB en présidente.
Si j'en avais dit du bien, on aurait pensé que je voulais à toute force me faire bien voir de qui j'avais admiré sans savoir son injustice, attitude excusable, mais point de continuer après avoir découvert cette tare fondamentale. Si j'en avais dit du mal, on aurait pensé à quelque vengeance basse, c'est-à-dire masquée, et injuste car on se demandait, à la base, les qualités souhaitables chez un Président.

On dira que j'aurais pu me prononcer quand même, et d'autant que moins sensible aux accusations confinant à la stupidité, mais un autre problème se posait ; le manque d'inspiration.
Alors se passer des muses pour le plaisir de s'imposer une corvée probablement récompensée par de l'injustice ?

Robert Marchenoir

@ Patrice Charoulet | 22 octobre 2017 à 11:28
"N'étant absolument pas intéressé par la Russie, j'ai du mal à imaginer d'où peut bien venir votre évidente passion pour ce pays. Nous avons au moins un point commun : notre anti-communisme. Auriez-vous la gentillesse de dire à l'anti-communiste que je suis pourquoi diable ce pays vous passionne à ce point ?"

Je vais vous le dire. Mais auparavant, puis-je vous recommander soit de ne pas me remercier pour ma réponse, soit de la critiquer vertement (les deux serait préférable) ? Faute de quoi, Achille risquerait de vous accuser de toutes sortes de choses.

C'est donc très simple. Tout d'abord, je suis atterré que beaucoup de personnes de "mon camp" (le réactionnariat, la vraie droite, la droite patriotique, comme vous voudrez) se laissent séduire par les mensonges manifestes du Kremlin.

Je ne comprends pas comment on peut se laisser enfler par des menteries non seulement aussi évidentes, mais aussi semblables à celles dont nous a abreuvés l'URSS pendant soixante-dix ans ; et énoncées, en partie, par les mêmes hommes qui nous avaient embobinés au nom du soviétisme ! Poutine dit, aujourd'hui, aux Occidentaux, exactement la même chose qu'il leur disait sous le drapeau de l'URSS. Et, sous prétexte que le drapeau a changé, certains regardent le drapeau au lieu d'écouter ce qu'il dit.

Rien que cela est assez désespérant quant à la nature humaine. Nous avons déjà connu les compagnons de route, et leurs salades ont déjà été réfutées il y a bien longtemps, y compris par certains de ceux qui s'y étaient laissés prendre. Je vous parle là de l'avant-guerre...

De même que la désinvolture des néo-antisémites est condamnable après les six millions de morts d'hier matin, de même la désinvolture des néo-russiens est condamnable après les cent millions de morts d'avant-hier (et d'aujourd'hui). Tant de malheurs obligent au minimum les hommes qui leur succèdent à une rigueur accrue. Le devoir à l'égard de la vérité est de tous temps, mais il est d'autant plus grand au lendemain de tels massacres.

D'autre part, c'est un objet de scandale que de nombreux poutinistes occidentaux contredisent de façon aussi grossière leurs convictions affichées en soutenant la Russie : qu'il se disent patriotes, chrétiens fervents ou même libéraux -- car hélas, il y a même des libéraux poutinistes ; mais après tout, il y a bien des féministes pro-musulmanes, et même des chrétiens traditionalistes islamo-complaisants !

En fait, ma colère vient de ce que je ne comprends que trop : pour bien des poutinistes occidentaux, l'attirance pour la Russie ne survient pas en dépit du mensonge, de la tyrannie, du mépris de la loi et de l'assassinat, mais en raison de ces pratiques en vigueur à Moscou. C'est précisément cela qui fait bicher beaucoup d'entre eux ; ce qu'ils ne vous diront jamais, bien entendu...

Ma première motivation est donc militante, si vous voulez. C'est mon côté remise des pendules à l'heure.

Ma seconde motivation vient de la nature russe. Les Russes sont à la fois proches de nous, et fondamentalement différents. Je me souviens avoir été incrédule lorsque j'ai lu, il y a bien longtemps, Samuel Huntington affirmer que la civilisation russe était différente de toutes les autres, au même titre que la civilisation islamique ou occidentale. J'avais mis cela dans un coin de ma tête, en me disant qu'il devait avoir raison, bien que sur le moment je n'en comprisse pas la raison. "Comme tout le monde", à l'époque, je pensais que les Russes étaient des Occidentaux, des Européens qui habitaient un peu plus à l'Est. La suite m'a montré que non.

J'ai souvent évoqué la proximité particulière existant entre la France et la Russie (que les poutinistes utilisent pour appuyer leurs opinions révoltantes, alors qu'elle devrait justement constituer un repoussoir). Il est tout à fait frappant de voir à quel point les traits caractéristiques qui maintiennent la Russie dans le malheur et le ressentiment se retrouvent de façon similaire chez nous. En ce sens, la Russie nous montre précisément ce qu'il ne faut pas faire.

Enfin, dans le cadre de cette seconde motivation figure une raison inavouable : les Russes sont un peuple de barges. Ils sont fous comme des lapins, ils sont vicieux et ils sont dysfonctionnels. Et pourtant, ils sont "un grand peuple", comme disent les imbéciles et les poutinistes (catégories non mutuellement exclusives).

C'est forcément plus intéressant qu'un peuple lui aussi doté d'une forte identité nationale, d'une vieille histoire et de moeurs remarquables, mais qui présente le défaut de n'embêter personne, de cultiver la sagesse, et d'avoir bâti une nation prospère et formidablement efficace ; j'ai nommé les Suisses. J'aime beaucoup la Suisse, et je l'ai aussi pas mal étudiée. Mais je vous en parle moins ; ce sont les tyrans, les fous et les criminels qui attirent tout le monde, telle est la loi de l'humanité.

Tomas

@ caroff

Acquis bien sûr, c'est à force de vous lire !

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

  • CNews,"Face à l’info"
    Ludi 28 octobre de 19 h à 20 h, dialogue sur la Justice avec Eric Zemmour.
  • Causeur
    causeur.fr du 13 octobre "Philippe Bilger, le style fait l'homme", par Thomas Morales
  • Le Point
    Philippe Bilger : « Le mur des cons a fracturé la confiance dans la justice », lepoint.fr du 11 octobre.
  • Sud Radio, "Le Grand Matin"
    Tous les vendredis de 8 h 45 à 9 h 15, débat dans la Matinale de Patrick Roger.
  • CNews, "L'Heure des Pros"
    Tous les mercredis de 9h à 10h30, animé par Pascal Praud.
  • Sud Radio "Les Vraies Voix"
    Tous les jours du lundi au vendredi de 17h à 19h, émission de débat et de divertissement animée par Christophe Bordet.

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS