« Le "porc" est à la baisse... | Accueil | Un Président rare... »

15 octobre 2017

Commentaires

Achille

@ vamonos | 18 octobre 2017 à 09:45

Le pauvre Omar Sy a voulu se mesurer à Éric Zemmour qui est un redoutable polémiste. Mal lui en a pris car il s’est fait renvoyer dans ses cordes sans ménagement.

La prochaine fois qu’il voudra défendre ses thèses anti-racistes il serait bien inspiré de choisir un adversaire à sa taille. Là il a mis la barre un peu trop haut.
Le fait qu'il ait renoncé à poursuivre la polémique est de sa part une signe de sagesse.

vamonos

Omar Sy a décidé de cesser de faire la promotion de son nouveau film.

Il fuit.

https://www.youtube.com/watch?v=67M2YsNnXSg

Elusen

@ caroff | 17 octobre 2017 à 21:05
« Et en français ça donne quoi ? »

Eh ben ça donne de l’argent, de l’esclavage sexuel, la prostitution de mineurs, l'extrême droite contre la criminalisation des personnes qui font appel à la prostitution et un parrain, dans tous les sens du terme, Henri Botey, en prison !

caroff

@ Elusen | 17 octobre 2017 à 17:51
"Et l’une des personnes, à pseudonyme, a gravité autour de la prostitution à Pigalle !"

Et en français ça donne quoi ?

Elusen

@ P.A. | 17 octobre 2017 à 02:58
« On savait qu'il aimait les femmes, comme beaucoup d'hommes ».
« C’est ce genre de personnage qui contribue à dégrader l’opinion sur sa communauté »

Déjà, son propos est bien plus long, donc ici nous assistons à un mensonge de référence.
Sans compter le propos raciste où une crapule désigne de son propre chef une communauté à une personne : « taisez-vous, moi je dis, tout seul, que vous appartenez à ça ».

____________________


@ anne-marie marson | 16 octobre 2017 à 19:43
« Il me semble qu'Omar Sy doit payer l'ISF, et qu'après s'être enrichi en France, grâce au jackpot d'Intouchables, il préfère vivre aux Etats-Unis, bien plus valorisant. »
« Il me semble aussi que Harvey Weinstein a produit les films The Artist et Intouchables version américaine, et s'en était pris à Jean-Marie Le Pen. »

Il vous semble beaucoup de choses, mais tout est faux !
- Weinstein est distributeur et non producteur des films français.

- Omar Sy joue dans des films US, c’est pour cela qu’il est installé à L.A aux USA.
L’État fédéral de Californie pose aussi des impôts sur le revenu des gens et la fortune tout comme l’État fédéré US.

http://www.imdb.com/name/nm1082477/

- Jean-Marie est un pseudonyme, ce n’est pas son identité de naissance, de l’état civil, tout comme Marine. Ce sont de fausses identités.

Cela permet d’engager des poursuites judiciaires si nous parlons des condamnations de ces personnes, de leurs casiers judiciaires en mentionnant leurs pseudonymes et non leur véritable identité ; car en droit nous sommes condamnés sous l’identité de l’état civil et non sous notre pseudonyme.

Et l’une des personnes, à pseudonyme, a gravité autour de la prostitution à Pigalle !

P.A.

Vraiment quand on voit le niveau d'Omar Sy concernant l’affaire Weinstein, je cite : « On savait qu'il aimait les femmes, comme beau­coup d'hommes ».

Omar Sy, c’est le modèle le plus basique de l’humain prêt à ramper devant n’importe quel snobisme de marché pour se faire accepter, ou du moins vouloir en donner l’impression, et tenter de trouver la grandeur dont il est totalement dépourvu.
C’est ce genre de personnage qui contribue à dégrader l’opinion sur sa communauté.
Et puis alors, son sourire en permanence bêta, c’est le final.

Noblejoué

Bof, un provocateur rencontre un provocateur, qu'est-ce qu'on raconte ? Des histoires de provocateurs.

Il se peut, est-ce une provocation ? Qu'on trouve meilleur auteur et meilleur acteur. On se pose toutes sortes de questions sur la nature du vide, on dira qu'il peut être agressif.

anne-marie marson

Je n'ai pas vu le film "Intouchables "et je n'ai pas l'intention de le regarder, mais peut-être est-ce que je manque un chef-d'oeuvre, bien que ce film me paraisse plutôt être du genre attrape-nigauds, comme toute l'oeuvre d'Omar Sy.
Il me semble qu'Omar Sy doit payer l'ISF, et qu'après s'être enrichi en France, grâce au jackpot d'Intouchables, il prefère vivre aux Etats-Unis, bien plus valorisant.

Il me semble aussi que Harvey Weinstein a produit les films The Artist et Intouchables version américaine, et s'en était pris à Jean-Marie Le Pen.
Mais silence radio de la part des réalisateurs de ces deux films, ainsi que de Marion Cotillard, qui a dénoncé en son temps le lobbying que représentait la quête d'un Oscar.
Il me semble aussi que Harvey Weinstein a engagé une avocate spécialiste des affaires de diffamation.

Robert Marchenoir

@ Alex paulista | 16 octobre 2017 à 03:46
"J'aurais préféré qu'un contradicteur possèdant les bases du raisonnement probabiliste (bayésien pour les intimes) déconstruise sur le plan logique son assertion 'Il y a plus de noirs et d'arabes dans les prisons que la moyenne' DONC 'les policiers auraient raison de faire des contrôles au faciès dans les banlieues'."

Eh bien allez-y, mon bon Alex. Déconstruisez. Eblouissez-nous donc avec votre immense connaissance du raisonnement bayésien. Expliquez-nous, à nous autres ignorants, pourquoi la police ne doit pas chercher prioritairement chez les malfaiteurs si elle veut appréhender les malfaiteurs. Vous vous préparez une plaque en marbre dans toutes les facultés de criminologie.

Je dois tout de même vous féliciter pour votre petit numéro. Nous sommes habitués à la cuistrerie des gauchos, mais là vous hissez la discipline au rang des beaux-arts. Faire du name-dropping de la sorte et vous carapater juste au moment où vous arriviez au pied du mur, vraiment, quel virtuose !

Et sinon, au Brésil, la criminalité, ça va ?

Claude Luçon


@ françoise et karell Semtob | 16 octobre 2017 à 00:35

Au poème de Kipling, qu'on nous enseignait il y a des lustres, vous pourriez ajouter celui de Paul Fort :
"Si tous les gens du monde voulaient se donner la main... "
et cette pensée de Socrate qui résume Kipling :
"La chute n’est pas un échec. L’échec c’est de rester là où on est tombé"
que le jeune boxeur Tony Yoka s'est fait tatouer sur le bras.

caroff

@Alex paulista
"Non, Zemmour est un guignol qui aurait bien du mal à réussir sur le plan académique ou gagner sa vie en dehors de nos frontières, alors que Sy et Johnny sont acteurs, danseurs, font rire et émeuvent. Johnny, au Brésil, est encore connu des grands-mères comme le mari de Sylvie Vartan."

On peut traiter Zemmour de bien des façons, mais le qualificatif de "guignol" ne lui convient certes pas. Son objectif n'est pas de faire rire mais d'alerter, sans avancer masqué, comme il l'a rappelé à Patrick Cohen qui, lui, croit en son impartialité (je suis mort de rire !!).

Il n'a jamais souhaité réussir au plan académique, au vrai est-ce vraiment le but d'un homme raisonnable aujourd'hui lorsque l'on connait l'état de l'université française ? Et pourquoi gagner sa vie "en dehors de nos frontières" alors que, lui, proclame son amour de la France, son pays !

Omar Sy a un réel talent d'acteur comique, grand bien lui fasse, mais malheureusement il tombe dans le piège tendu par les micros : se prononcer sur des sujets qu'il ne maîtrise pas ou qu'il aborde par le petit bout de son vécu de fils d'émigré.
Bref le syndrome Jamel Debbouze a encore frappé !

Jean le Cauchois

@ Alex paulista à 03:46

Cher Alex,

J'aime beaucoup vous lire, pour tous les bons souvenirs que j'ai, avec mon épouse et mes enfants, de la période passée au Brésil, dans votre "cidade grande" (d'ailleurs toujours de plus en plus grande). J'ai apprécié le multiculturalisme du Brésil, mais il est difficile de l'apprécier de la même manière en France. Et il faut se résoudre à l'exploitation qu'en font les médias, et éviter les pièges tendus aux artistes, en célébrité croissante. Il faut des Zemmour caustiques pour tempérer les excès de certains... mais pas au point d'être excédé par tous ces excès.

PS - J'ai toujours l'impression que vous écrivez pendant notre "madrugada" mais, décalage horaire pris en compte, vous vivez avec nous dans notre même monde.

sylvain

Très bonne réplique de Zemmour à ce Sy, exposé dans des médias "pipoles" pour en faire des buzz antiracistes ; Sy est loin d’arriver à la cheville de Zemmour trop brillant pour cet ostrogoth ; EZ a dû s’en amuser et même être gêné de se rabaisser au niveau de cette lamentable potiche antiraciste.

calamity jane

Et pourquoi un footballeur ne pourrait-il pas connaître Schopenhauer ?

Bien dans les baskes du prof (ancien prof) qui distille ce qu'il sait en pensant que cela suffira bien pour ce que d'autres en feront...
Les esprits préparés à la soumission...

Et cela vient nous en remontrer en musculature "liberté d'expression" ?

Le savoir est bien la seule liberté non monnayable, hors Education nationale bien entendu.

Roba

Le plus intéressant dans l'affaire Weinstein (intiée par qui ? En tous cas pas par les seules femmes vu que cela durait depuis quarante ans. Un coup très réussi des Républicains ?) c'est de constater à quel point le monde du cinéma est visqueux et misérable. Quand Eva Green fut agressée par 'The Pig' et que sa mère, Marlène Jobert, lui conseillait de porter plainte, elle aurait déclaré : 'Non, tu ne sais pas à quel point il est puissant et peut me faire du mal". Bref toutes ces actrices prétentieuses et vaines paradant à Cannes ou ailleurs ont un sort parallèle à celui des esclaves sexuelles de Boko Haram ou de Daech.

Quant à Sy, ce n'est qu'une marionnette qui s'effondrera lorsque ses fils casseront. Qu'on aime ou pas Eric Zemmour, en tout cas, il dépasse de loin cette baudruche en intelligence.

Alex paulista

@ Jean le Cauchois | 15 octobre 2017 à 21:49

Parfois l'analyse ne pâtit pas d'un peu de recul. Et, comme vous le signalez très bien, ces artistes à qui on demande leur opinion ne sont souvent là que pour promouvoir leurs productions.
Alors que Zemmour opère dans des circonstances inverses : il invite des artistes et les détourne de leurs sujets de prédilection pour s'en servir de faire-valoir. Il les utilise comme une tribune pour faire passer des propos tels que ceux qui l'ont fait condamner.
Remarquez que je regrette qu'il ait été condamné. J'aurais préféré qu'un contradicteur possèdant les bases du raisonnement probabiliste (bayésien pour les intimes) déconstruise sur le plan logique son assertion "Il y a plus de noirs et d'arabes dans les prisons que la moyenne" DONC "les policiers auraient raison de faire des contrôles au faciès dans les banlieues".

On aurait aussi pu lui répondre sur le plan du type de société que ces courts-circuits mentaux pourraient produire : les femmes changeraient de trottoir dès qu'elles croiseraient un homme, ne prendraient plus l'ascenseur qu'entre elles, les vieux auraient peur des jeunes etc. etc.

Non, Zemmour est un guignol qui aurait bien du mal à réussir sur le plan académique ou gagner sa vie en dehors de nos frontières, alors que Sy et Johnny sont acteurs, danseurs, font rire et émeuvent. Johnny, au Brésil, est encore connu des grands-mères comme le mari de Sylvie Vartan.
Mais c'est déjà pas si mal !

semtob

Cher Philippe,

La vérité est en sursis quand Zemmour s'aime à la folie,
Le mensonge est à l'agonie quand Omar Sy se replie.

Et s'ils relisaient ce poème, ils pleureraient ensemble comme deux frères l'espace d'un moment.

Rudyard Kipling
"Tu seras un homme mon fils" - "If" - 1910

"Si"

"Si tu peux voir détruit l'ouvrage de ta vie
Et sans dire un seul mot te mettre à rebâtir,
Ou perdre en un seul coup le gain de cent parties
Sans un geste et sans un soupir ;

Si tu peux être amant sans être fou d'amour,
Si tu peux être fort sans cesser d'être tendre,
Et, te sentant haï, sans haïr à ton tour,
Pourtant lutter et te défendre ;

Si tu peux supporter d'entendre tes paroles
Travesties par des gueux pour exciter des sots,
Et d'entendre mentir sur toi leurs bouches folles
Sans mentir toi-même d'un mot ;

Si tu peux rester digne en étant populaire,
Si tu peux rester peuple en conseillant les rois,
Et si tu peux aimer tous tes amis en frères,
Sans qu'aucun d'eux soit tout pour toi ;

Si tu sais méditer, observer et connaître,
Sans jamais devenir sceptique ou destructeur ;
Rêver, mais sans laisser ton rêve être ton maître,
Penser sans n'être que penseur ;

Si tu sais être dur, sans jamais être en rage,
Si tu sais être brave et jamais imprudent,
Si tu sais être bon, si tu sais être sage,
Sans être moral et pédant ;

Si tu peux rencontrer Triomphe après Défaite
Et recevoir ces deux menteurs d'un même front,
Si tu peux conserver ton courage et ta tête
Quand tous les autres les perdront,

Alors les Rois les Dieux la Chance et la Victoire
Seront à tout jamais tes esclaves soumis,
Et, ce qui vaut bien mieux que les Rois et la Gloire,
Tu seras un homme mon fils !"

Traduction : André Maurois (1918)

françoise et karell Semtob

Claude Luçon

@ Robert Marchenoir | 15 octobre 2017 à 22:13

Oui je sais, il n'y a pas que les bouchers d'ailleurs, en général toutes les professions où il faut travailler dur, maçonnerie incluse.

Mais dans le coin de France d'où je suis originaire, nous sommes très conservateurs, genre XVIIe siècle, tailler une bavette n'a rien à voir avec les bouchers.

Voici ce qu'en dit Wikipédia :
Tailler une bavette
Les lecteurs de ces lignes ne sont probablement pas bouchés. Ils sont également très peu à être bouchers. Et pourtant, comment se fait-il que tous sont susceptibles de tailler une bavette, alors que ce sont surtout les bouchers qui taillent de la bavette ?
Peut-être simplement parce qu'il n'y a aucun lien entre la pièce de boucherie et la bavette qui nous intéresse cette fois !

Cette expression date de la deuxième moitié du XVIIe siècle. Elle est issue d'un mélange entre deux choses.
Aux XVe et XVIe siècle, le mot 'bave', d'où vient 'bavette', désigne d'abord le babil des petits enfants avant de s'étendre au bavardage des adultes. Ce n'est que plus tard que l'autre sens, celui de 'salive', pourtant également connu à l'époque, viendra supplanter complètement celui de paroles, souvent futiles. Cependant les deux sens étaient bien liés, puisqu'il arrive fréquemment à celui qui parle, parfois à tort et à travers, d'asperger de gouttes de salive son heureux interlocuteur.

Elusen

En somme, vous comparez un type qui a constamment la parole, sa propre émission, un casier judiciaire, avec Omar Sy à qui des journalistes demandent de commenter les propos du type dont vous vous languissiez !

Propos qu'Omar Sy refuse de commenter et il explique pourquoi.

Ce n’est pas Omar Sy qui vient sur les plateaux de télévision ou de radio pour commenter les misères intellectuelles du type ou d’un honorable honoraire, il vient pour parler de ses œuvres, il est en promotion et ce sont les journalistes qui le lancent sur le type.

Vos interventions sont tellement pathétiques que vous allez finir sur la chaîne d'Alain Soral !

Trekker

Comme quoi on peut avoir été l’acteur vedette d’un film ayant eu un grand succès, avoir tourné depuis dans des blockbusters américains, et n’être hélas que cela. Bien sûr ce n’est pas le seul acteur qui devrait ne se cantonner qu’à son métier et à la promotion de ses films, mais surtout ne pas s’aventurer dans des débats où il n’est au mieux que grotesque.

D’ailleurs même quand il tourne le film Knock, il est pour le moins peu convaincant. Cerise sur le gâteau : sa presque défense d'Harvey Weinstein. Bien sûr Omar Sy, tout donneur de leçons qu’il est vis-à-vis d'Eric Zemmour, ne pouvait pas mordre la main qui l’avait grassement nourri !

Marc GHINSBERG

"Se permettre de telles outrances est une honte. Vilipender ainsi un adversaire qui n'a pas les mêmes opinions que vous est indigne. Offrir un plateau médiatique à de tels débordements si peu humanistes est vulgaire."

Ces mots forts cher Philippe me semblent parfaitement s'appliquer à cette séquence qu'une vieille connaissance vient de me faire découvrir.

http://www.20minutes.fr/television/2046307-20170408-eric-zemmour-gael-tchakaloff-couche-politiques

boureau

Pas un mot à retrancher cher P. Bilger.

Zemmour a eu la réponse qu'il fallait : sèche.

Sy peut dire ce qu'il veut de Zemmour. Mais si le sire Sy avait été intelligent - ce qu'il ne semble pas être - il n'aurait pas dû continuer la polémique.

Il me fait penser à Thuram qui pense - parce qu'il porte des lunettes - qu'il est devenu philosophe.

"Personnalité la plus appréciée des français". Escroquerie manifeste du Journal du Dimanche qui prépare ou fait préparer une liste de cinquante ou cent noms de gens connus et demande ensuite un classement dans cette liste. Du bidon total, mais exactement les méthodes de la discrimination positive !

Cordialement.

Robert Marchenoir

@ Claude Luçon | 15 octobre 2017 à 12:57
"Nous avons besoin de 'tailleurs de pierres', pas de 'tailleurs de bavette'."

Les bouchers seraient en désaccord avec vous : ils n'arrivent pas à recruter, et ils sont nombreux. Les tailleurs de pierre, en revanche, certes nous en avons besoin de quelques-uns, mais ce n'est pas cette respectable activité qui va résorber le chômage...

Deviro

@Patrice Charoulet | 15 octobre 2017 à 17:33
"L'avis du premier sur le second a autant d'intérêt que l'avis que pourrait avoir un footballeur sur Spinoza, ou un participant de "Secret Story" sur Schopenhauer."

Il est vrai qu'Omar Sy aurait pu être un footballeur ou un participant de "Secret Story". Mais Zemmour élevé au niveau de Spinoza ou Schopenhauer, ce truc plairait beaucoup à Michel Onfray, le "tâcheron" !

"On peut aller voir les films où joue le premier, si le film est bon, et lire et écouter le second avec intérêt."

Il n'y a qu'une seule restriction dans cette phrase, ce n'est pas équilibré, il faudrait ajouter pour Zemmour : si son discours est bon.

Enfin je trouve la phrase suivante très rigolote :
"N'étant pas le moins du monde raciste, je serais le dernier en France à lui reprocher d'avoir une peau noire."

Excellent ! vous serez le dernier...

Jean le Cauchois

@ Marc GHINSBERG à 15:05
"Rassurez-vous cher Philippe, Éric Zemmour continuera à faire son numéro, il ne pourra écrire « OMAR M’A TUER »..."

Dès que j'ai lu le titre du billet concernant Omar Sy, je me suis demandé quel commentateur, bien conditionné par les médias, aurait le souvenir assez fidèle pour ressortir l'expression super-éculée "OMAR M'A TUER". Et c'est vous qui vous êtes dévoué ! L'avantage de votre désamour pour Zemmour est de révéler l'originalité de votre pensée.

-------------------

@ Alex paulista à 19:11

"Et vous vous en prenez à Johnny Hallyday, lui, chanteur populaire, ne serait pas assez subtil ?" Pardon, j'ai transposé "Et vous vous en prenez à Omar Sy, lui, acteur populaire, ne serait pas assez subtil ? Vous êtes d'une partialité sans bornes". Ces deux artistes, populaires en France, adulés par un public jeune, ou par un public vieillissant, ont en commun leur célébrité en France, où ils passent moins de six mois par an, pour des raisons artistiques et non fiscales : c'est bien connu mais jamais rappelé par les médias. Donc une égale subtilité, non apparente pour un commentateur qui semble passer pas mal de temps à contempler la France depuis l'Avenida Paulista, ou une alameda voisine.

Tipaza

Ce soir sur TF1, nous avons un acteur qui me surprend, qui fait plus que me surprendre, il me déçoit.

Un bavard qui parle comme on parle dans une discussion de bistrot.
Un manque de profondeur, de gravité, un manque de vision de la société, nous entendons le bavardage d’un technocrate qui connaît ses dossiers, mais nous n’avons pas une vision politique de la fameuse transformation de la société souhaitée, son langage n’est pas celui d’un chef d’Etat.

Il nous noie dans une abondance inutile de détails que l’on finit par ne plus entendre.

Au bout de trois quarts d’heure d’interview, je ne retiens rien ou si peu de ce qu’il a dit.

J’ajoute, mais là c’est une question de goût, que je ne pourrais jamais travailler dans un bureau avec les œuvres d’art qui sont sur les murs.

Jean le Cauchois

Cher PB,

Vous faites bien de publier ce billet. Omar Sy et Fred Testot étaient deux excellents comédiens lorsqu'ils faisaient les guignols dans "SAV" sur Canal Plus, tout comme Jean Dujardin associé à Alexandra Lamy dans "Un gars, une fille" sur le service public. Ils étaient appréciés et suivis pour des rôles écrits pour eux, et parfaitement interprétés. J'ai vu il y a bien trois semaines Omar Sy invité sur une chaîne pour présenter son prochain film "Knock" : ce n'était plus le même acteur. Sa célébrité nouvelle largement rappelée lui valait d'être questionné un peu comme Jamel Debbouze (qui lui proposait, en principe en direct, de faire un prochain film ensemble) et il faisait déjà des réponses à la Guy Bedos. Ce n'est pas de leur faute, les medias étant ce qu'ils sont : des préparateurs à regarder la publicité, leur principale source de revenus.

sas

Tant qu'il reste strictement dans son métier d'acteur, il peut être considéré comme un bon acteur. Le problème : dès qu'il ouvre la bouche sur un autre sujet, il devient grande gueule et dit des sottises.
Les avis de Sy sont sots...

Alex paulista

Encore ?
Pourquoi se fatiguer à défendre ce Zemmour ?
Succès médiatique mais (ou parce qu') échec scolaire, imposture intellectuelle, incapable de penser contre lui-même ni d'articuler une argumentation logique.
Pendant des années cet énergumène a critiqué des invités en projetant ce qu'ils proposaient sous le prisme unique de ses marottes ridicules racistes et machistes.
Et vous vous en prennez à Omar Sy qui, lui, acteur populaire, ne serait pas assez subtil ?
Vous êtes d'une partialité sans bornes.

Patrice Charoulet

Omar Sy est un acteur de cinéma très sympathique. Il rit facilement.
Le film qui a rempli les salles doit son succès à ses grands talents et à la sympathie qu'il inspire et qu'il m'inspire. N'étant pas le moins du monde raciste, je serais le dernier en France à lui reprocher d'avoir une peau noire.

Eric Zemmour est un journaliste, écrivain, polémiste, que je suis depuis des années et dont j'approuve une foule d'opinions, sauf quand il parle des femmes, et en ce cas, il dit, à mon avis, des sottises.

L'avis du premier sur le second a autant d'intérêt que l'avis que pourrait avoir un footballeur sur Spinoza, ou un participant de "Secret Story" sur Schopenhauer.

Il n'y a pas débat. Ne mélangeons pas tout. Chacun son métier.

Je conserve toute ma sympathie au sympathique acteur Omar Sy et je conserve mon admiration à Eric Zemmour. On peut aller voir les films où joue le premier, si le film est bon, et lire et écouter le second avec intérêt.

breizmabro

"Si maman SY, si maman SY, si tu voyais ma vie, je pleure comme je ris, si maman SY (...)" (paroles de Michel Berger)

Puisqu'il vit aux States (pour ne pas utiliser sa carte Vitale si problème, of corse), posons-lui la question comme à Dany Boon ou à MONSIEUR "The Artist"

"En vrai ? saviez-vous que certaines de vos partenaires ont été victimes de ce Monsieur Weinstein ?"

C'est c.. comme question puisqu'on connaît déjà la réponse :D

"Si maman SY, si maman SY..."

Marc GHINSBERG

Si Sy n’est pas conditionnel, Bilger lui est inconditionnel. Inconditionnel de Zemmour. Chaque fois qu’Éric est attaqué, Philippe revêt son armure de chevalier blanc pour le défendre. Aujourd’hui pour Philippe Bilger c’est du billard. Omar Sy contrairement à Éric Zemmour n’a pas fait Sciences Po, la dialectique n’est pas son domaine d’excellence. Qu’a-t-il dit ? Reportons-nous à ses paroles et pas seulement à des extraits soigneusement choisis par un accusateur.
Il ne voulait pas se laisser entraîner dans une polémique qui donnerait encore plus d’audience à EZ. Mais la logique des médias qui cherchent le buzz, ses propres maladresses et excès aboutissent à l’inverse. Voilà le provocateur Zemmour installé dans son rôle préféré, celui de la victime de la pensée unique que l’on cherche à bâillonner. Tandis que l’on dit à Sy : continue de faire le clown et ne t’avise pas de penser, chacun son métier.
Rassurez-vous cher Philippe, Éric Zemmour continuera à faire son numéro, il ne pourra écrire « OMAR M’A TUER »...

http://www.europe1.fr/culture/omar-sy-a-propos-de-zemmour-je-nai-pas-envie-detre-traine-dans-la-boue-avec-les-cochons-3462269

Alain Paravagna

On tombe toujours trop vite dans la faSYlité...

Tomas

Je ne vois pas tellement ce qu'il y a de choquant dans les propos d'un acteur qui ne faisait que répondre à une question qu'on lui posait. Pseudo-intellectuel rongé par son mal-être, Eric Zemmour a fait de la provocation xénophobe son fonds de commerce, il est logique qu'il se fasse rendre la monnaie de sa pièce !

jack

Lors de l'émission C à vous, il me semble que Patrick Cohen a été au moins aussi agressif qu'Omar Sy puisqu'il a dit à Zemmour : "Je pense que le journalisme est un beau métier, mais gâché par des gens comme vous !". Ceci, venant d'un Cohen dont on connaît la permanente application à promouvoir des idées d'un bord politique, ne manque pas d'aplomb ni de toupet.

Mais au moins, Cohen n'exige pas de Zemmour qu'il se taise et qu'il arrête de publier. Omar Sy a une conception du débat un peu dans le style des pays où il n'y a que le parti au pouvoir (communiste, le plus souvent) qui a le droit à la parole.

Bien sûr qu'on peut combattre les idées de Zemmour lorsqu'on n'est pas d'accord. D'ailleurs Zemmour ne se prive pas de secouer la soi-disant bonne pensée tranquille. Et parfois il choque plus par la forme que par le fond, tant il est péremptoire, sûr de lui et véhément. Moyennant quoi il s'attire beaucoup d'inimitiés. Mais il paraît bien armé pour y faire face. Alors Omar, répliquez, mais ne l'enfermez pas dans une geôle de silence.

Yves

Non, Sy n'est pas un conditionnel !
Sy est un intouchable.
Et l'anagramme de ce qualificatif nous dit que Sy est un conhabituel.

(Sans rancune, Omar, si vous nous lisez : c'était juste pour le jeu de mots)

Lucile

La démocratie repose sur le débat et la contradiction. Et sur le respect de l'adversaire. Omar Sy penche vers le totalitarisme, sans en être conscient, ce qui aggrave son cas. Mais ce n'est qu'Omar Sy.

Que dire de la scène politique où la droite n'existe plus, remplacée par un centrisme (Giscard, Chirac, Sarkozy) qui s'est aplati devant les ukases de la gauche, même les plus grotesques, et les plus suicidaires, et qui continue à ne pas prendre nettement parti contre l'immigration massive et autres illégalités chroniques. Il est vrai que, dès que quelqu'un élève la voix contre cette politique centriste, il est représenté comme l'antéchrist ou le lieutenant en chef du diable. C'en est fini de sa réputation. Personne ne veut essuyer cela. Je trouve que Zemmour résiste plutôt bien.

Les électeurs sont complices à réclamer toujours plus de pédagogie, comme des élèves dociles, plutôt que le débat comme des adultes responsables, c'est le plus navrant. Il en résulte une absence de démocratie, pas étonnant que certains qui se prennent pour des phares de la citoyenneté en viennent à réclamer la censure intégrale de toute pensée non conforme.

Achille

Bonjour,

Je ne suis pas un fan inconditionnel d’Éric Zemmour, certaines de ses positions sont parfois un peu trop caricaturales, en particulier sa position sur la femme dans la société qui est particulièrement ringarde. Encore qu’il m’arrive quelquefois de le rejoindre quand il s’agit de défendre certaines valeurs traditionnelles françaises mises en péril par un prosélytisme islamique dangereux car de plus en plus envahissant.

Mais je ne saurais partager les propos outranciers d’Omar Sy qui vit et paie ses impôts à l’étranger et se permet de venir en France pour faire la promo de son dernier film Knock, profitant de son séjour parmi nous pour donner des leçons d’humanisme et de démocratie.

Malgré toute l'énergie qu'il déploie pour présenter son film comme un événement incontournable, Knock s’annonce comme un gros nanar, avec un scénario totalement galvaudé qui a massacré la magnifique pièce de Jules Romains. Interprétation à mille lieues de celle de Louis Jouvet absolument magistrale.

Même le journal Marianne n’est pas tendre avec cette œuvre cinématographique qui ne restera pas dans les annales. Je citerai simplement cette phrase : L'acteur « bankable » du cinéma français, abandonné à lui-même, est contraint de cabotiner pendant deux heures pour sauver ce qui peut l'être. Mission impossible !

Il semble que la popularité d’Omar Sy lui soit montée à la tête. Surtout depuis qu’il a été désigné par le JDD comme étant la personnalité préférée des Français. Palmarès au demeurant contestable car manifestement très orienté en fonction de la ligne éditoriale de ce journal qui s’adresse surtout aux bobos germanopratins.

Je pense que comme tous les comédiens un peu trop bavards qui se targuent d’être de grands humanistes en défendant un idéalisme de gauche chancelant, Omar Sy serait bien inspiré en se contentant de faire ce qu’il est censé savoir faire, à savoir son métier de comédien, rien de plus.
Omar Sy qui parle de politique c’est un peu comme si Ribéry nous parlait de philosophie. On verse carrément dans le grotesque.

caroff

Se farcir Sy est un plaisir de fin gourmet !

Le classement des personnalités préférées des Français me paraît relever de la fumisterie comme le prouve précisément la mise en tête d'un guignol par des Français qui ont sans doute salué son interprétation dans "Intouchables" plutôt que sa vraie personnalité !

Claude Luçon

Omar Sy est un pur produit de SOS Racisme.
Noir, bel homme, sexy, il a tout pour plaire. Il ne lui sert à rien d'être intelligent, ce qu'il n'est pas d'ailleurs. Il passerait tout à fait inaperçu en Afrique, éboueur peut-être. Les Africains sont des acteurs nés, par simple défense pour survivre.
Mais en France, chacun sait, depuis SOS Racisme, le Noir est bon, c'est une victime, le Blanc est méchant, c'est un esclavagiste !
Les journalistes fabriquent des célébrités à la hauteur de leur propre intelligence, c'est pourquoi tout ce monde des médias vole si bas.

Le nouveau ministre de l'Education à un énorme travail devant lui, en particulier refonder l'éducation supérieure sur la valeur, pas l'égalité, et envoyer en apprentissage ceux qui ne parviennent à s'élever qu'au niveau des écoles de journalisme. Retourner au temps où l'on dirigeait les jeunes vers des formations en fonction de leurs aptitudes, pas de leurs origines. En fonction des besoins du pays, en fonction de leur QI, pas de la facilité des moins intelligents.
Nous avons besoin de "tailleurs de pierres", pas de "tailleurs de bavette".
Le taux de chômage chez les jeunes ingénieurs est de 3,5 % dont 1% dû à une année sabbatique que s'offrent quelques-uns.
Aussi longtemps que nos médias glorifieront des Omar Sy ce pays continuera à décliner.

On parle beaucoup du Grand Remplacement, le vrai grand remplacement se prépare.
Au seul Moyen-Orient dans les universités 48% des jeunes filles étudient sciences et ingénierie, dont 51% en Iran et Arabie Saoudite contre 17% en France.
Machos de tous pays dits civilisés préparez-vous à devenir les manoeuvres de demain !
A vous les balais et les torchons !
Seul espoir : la musculation, pour concurrencer Omar Sy et devenir mannequin ou grande gueule !

Robert Marchenoir

C'est très rigolo, tous ces pipoles noirs (et forcément de gauche) qui vont s'installer aux Etats-Unis : Omar Sy, Booba... L'Amérique c'est l'abomination de la désolation, jusqu'au moment où il s'agit de récolter le bon pognon, et alors là...

De même, l'Amérique, c'est ce pays abominablement raciste où les policiers tuent des Noirs dans la rue juste pour s'amuser, ou pour vérifier que leurs armes fonctionnent. Jusqu'au moment où un Omar Sy explique aux gazettes qu'il s'est installé à Los Angeles parce qu'en tant que Noir, il y passe davantage inaperçu...

C'est quand même curieux, la façon dont tous ces gens qui ont un pedigree de gauche impeccable se précipitent vers ce pays raciste et fasciste, qui déclenche toutes les guerres dans le monde.

Cerise sur le gâteau, cela ne vous empêche nullement de passer un shampoing à Eric Zemmour à distance, confortablement installé dans votre luxueuse villa de Los Angeles -- Zemmour qui, lui, semble authentiquement anti-américain, certes à tort, mais enfin il ne bouffe pas à tous les râteliers, lui.

P.S. : croire qu'Omar Sy est la personnalité préférée des Français sous prétexte qu'un classement du JDD le dit, c'est comme croire que les Russes adorent Poutine parce qu'il a de bons scores de popularité aux sondages de l'Institut Levada.

(Hop ! Tavu ? Caser la Russie dans un fil consacré à Omar Sy et à Eric Zemmour, c'est fort, non ?)

Patrick EMIN

On a parfois envie que certains acteurs n'ouvrent pas la bouche, qu'ils se contentent de jouer un rôle et surtout de ne pas faire semblant de penser, c'est le cas avec Omar Sy. On a parfois ce sentiment d'avoir honte pour quelqu'un ; j'ai honte pour lui.

Mektoub

Je connaissais "omard'alors" mais pas celui de Sy, qui, on le voit bien, ne veut plus être traîné dans la boue avec les cochons.
Monsieur Bilger, vous êtes en plein délire !

Exilé

Malgré les apparences je ne suis pas gêné par le fait que dans le classement JDD il soit la personnalité préférée des Français.

Mais qu'est-ce que cette histoire de personnalité préférée des Français ?
Qui manigance tout cela ? Qui établit les listes de personnages qui sont parfois loin d'être recommandables et parmi lesquels « les Français » (lesquels au juste ?) sont sommés de choisir leur personnalité préférée ?

De qui se moque-t-on ?

Tipaza

« Sy n'est pas un conditionnel ! »

Alors c’est donc un imparfait ou un passé simpliste, à moins que ce ne soit un prétérit qui prête à rire.

Après les clowns blancs, voici venu le temps des clowns noirs qui pensent penser, le comble pour un clown.
Nous vivons une drôle d’époque.

Anne-Valérie Pinet

Plus l’esprit est étroit plus la vanité s’y tasse. Ce monsieur Sy devrait retourner à ses publicités Finley. Moins on l’écoute, mieux on se porte.

Niorant

Sordide provocation à des réactions racistes.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

  • Causeur
    causeur.fr du 13 octobre "Philippe Bilger, le style fait l'homme", par Thomas Morales
  • Le Point
    Philippe Bilger : « Le mur des cons a fracturé la confiance dans la justice », lepoint.fr du 11 octobre.
  • Sud Radio, "Le Grand Matin"
    Tous les vendredis de 8 h 45 à 9 h 15, débat dans la Matinale de Patrick Roger.
  • CNews, "L'Heure des Pros"
    Tous les mercredis de 9h à 10h30, animé par Pascal Praud.
  • Sud Radio "Les Vraies Voix"
    Tous les jours du lundi au vendredi de 17h à 19h, émission de débat et de divertissement animée par Christophe Bordet.

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS