« Des coupables avant le tueur de Marseille ! | Accueil | Droite, gauche ou ailleurs ? »

05 octobre 2017

Commentaires

breizmabro

@ Jabiru | 07 octobre 2017 à 11:46

J'avais bien compris Jabiru, l'avant les ordonnances et l'après, ce qui se profile. Ce qui est pitoyable c'est que la teellllement formidable Mme Pénicaud qui a si formidablement mené la finalité des ordonnances se soit pris les pieds dans le tapis de ses propres propositions (idiotes) adoptées par FO et la CFDT.

A souligner au surplus que le salarié qui avait obtenu la juste réparation d'un licenciement injuste, était un ex-salarié de chez Free dont le dirigeant est Xavier Niel, ami de Macron l'ex-ministre de l'Economie, qui l'a aidé (subventions) à installer Free contre des promesses d'embauches. Promesses non seulement jamais tenues mais, en prime (si j'ose dire) débauchages sans cause à la pelle...

C'est bien de faire la leçon aux salariés qui foutent le bordel parce qu'ils ont été licenciés (sauf preuve contraire ce n'était pas leur projet de vie) mais il faudrait que les services de M. Macron foutent le bordel pour que les promesses des entreprises subventionnées (par l'Etat = NOUS) sous forme d'aides diverses et variées, soient tenues et qu'il soit interdit, dès le versement de ces aides (diverses et variées) de procéder à des licenciements sans cause réelle et sérieuse, bordel !

Les ordonnances Macron ont refourgué le CPE réservé aux jeunes entrant dans le monde du travail, à TOUTES les générations ! Hop, signé, pas vu, pas pris. Macron nous fait les poches.

A partir de maintenant un salarié qui signe un CDI est en période d'essai pendant deux ans ! Une honte approuvée par FO et la CFDT qui ont la trouille qu'une petite enquête soit diligentée sur le fonctionnement de leurs centrales.

Heureusement les syndicats-transports ont été plus vigilants sur les couleuvres cachées dans les ordonnances de Mme Pénicaud (ils doivent être moins illettrés que Mailly ;))

Comme dit le bon sens populaire (pas celui de notre monarque dont la femme s'est entretenue "en toute simplicité" avec Point de vue) "Quand on veut on peut". La preuve.

(Ok j'suis un peu vénère sur ce coup-là, mais pour avoir été syndicaliste plaidante longtemps, je sais de quoi je parle. Du coup ça m'énerve tellement que je vais finir dans un monastère à Ouessant, là où on ne va pas à la pêche avec trois litres de gas-oil, ni avec un yacht ;))

Adéo. )* quand même.

boureau

@ Catherine JACOB

Kazuo Ishiguro, prix Nobel de littérature 2017.

Quel livre conseilleriez-vous pour une première approche de cet écrivain ?

Cordialement.

boureau

@ Achille 06 octobre 2017 20:09

"Wauquiez et sa réactitude" (suite)

Sans avoir l'outrecuidance ou la sottise de vous donner des leçons de science politique, je vous soumets quelques remarques suite à votre non-réponse.

Encore une fois, rien dans vos propos sur "Le courant Wauquiez (qui) marche un peu trop lourdement sur les plates-bandes du FN" ! Seriez-vous prisonnier de la doxa ambiante qui répugne à raisonner et préfère l'anathème facile pour discréditer une personne ? Allons, un peu de courage : dites-moi en quoi Wauquiez pourrait être assimilé au FN. Citez-moi des déclarations, des écrits, des interviews, des actions...

"Je constate que Laurent Wauquiez est en train de procéder à la grande purge du parti LR"

Grande purge dites-vous, est-ce bien raisonnable d'utiliser de tels termes ? Vous oubliez que le secrétaire général actuel, Bernard Accoyer, sous des dehors affables, courtois et quelquefois ternes, n'admettrait jamais, ne laisserait jamais, faire une "grande purge".

"Les Constructifs" ! Quel vilain mot pour une vilaine trahison ! D'abord à cet instant, il n'a viré personne : il n'en a pas le pouvoir et il existe des instances qui décideront. Ensuite, à moins que vous ne le sachiez pas, Bruno Le Maire a été candidat LREM aux législatives et Gérald Darmanin présent sur la liste LREM aux sénatoriales, liste portée par un ex-socialiste ! Ces politiciens n'ont plus rien à faire aux LR et n'ont bien sûr pas le courage de démissionner. Qu'ils s'en aillent. Qui les regrettera ? La trahison ça se paie cash.

Vos fantasmes sur le pouvoir nocif laissé à Mélenchon sont une peur irraisonnée. Vous surestimez grandement une illusion médiatique. Regardez ses efforts désespérés pour entraîner vers la chienlit un peuple rétif. Il en sera réduit, après sa cour aux lycéens, à draguer dans les maternelles !

Quant à l'ambition personnelle de Wauquiez, en quoi ne serait-elle pas légitime ? Il est - me semble-t-il - doté d'une solide structure intellectuelle : Normale Sup, agrégé d'histoire (reçu premier), Sciences Po, DEA de droit public, ENA (major de sa promotion), député à 29 ans, secrétaire d'Etat à 32 ans, ministre à 35 ans, Président de la deuxième région de France à 40 ans !

On a connu des parcours moins formateurs dans la gent politique ! Une carrière politique se construit marche par marche : ce qu'il fait ! Voyons sa gestion de la deuxième région de France avant de le disqualifier pour des motifs inexistants ou tout le moins incertains. A moins que vous n'apportiez des réponses ?

Cordialement.

Giuseppe

@Achille | 07 octobre 2017 à 11:08

Nous sommes deux.

Jabiru

@beizmabro 06.10

S'agissant du cas exposé dans Marianne, le conseil des prud'hommes s'est basé sur l'article 1235-3 du Code du travail qui dispose qu'un salarié licencié sans cause réelle et sérieuse avec moins de deux ans d'ancienneté a droit à une indemnité non inférieure aux six derniers mois de son salaire.

Avec les nouvelles normes des ordonnances Macron, le même conseil des prud'hommes n'aurait pu attribuer qu'une indemnité variant entre un et deux mois de salaire. Mme Pénicaud s'est donc effectivement embourbée par méconnaissance du détail de ces nouvelles ordonnances. Comme quoi avant d'affronter les journalistes, il vaut mieux réviser ses classiques.

k.verne

Le gamin est très bien lorsqu’il doit réciter un texte, mais devient insupportable lorsqu’il s’exprime librement.
Il ne faut jamais donner un pouvoir à un gamin capricieux, il le détourne rapidement de sa fonction première.

Les gamins capricieux on les reconnaît car ils osent.

N’allez pas chercher les motifs et les raisons de celui qui nous dirige dans les vestiges de l’histoire de France, ni non plus dans les ateliers d’usines car il ne les connaît pas et s’en moque.

D’ailleurs, grâce à lui, on remet à la mode les « bordels » et l’on proscrit les « races ».

Giuseppe

Lui aussi est en activité encore, Emmanuel et sa sémantique plutôt que Dominique et ses équations ? Poncif quand tu nous tiens !

Le prolo du PS en partance pour le chagrin, on peut le rajouter à la liste constituée ici.

Achille

@ Aliocha | 07 octobre 2017 à 10:07
« Ne désertons pas le désert. »

Je ne voudrais pas jouer sur les mots mais un désert qui n’est pas déserté n’est plus vraiment un désert.

Peut-être n’ai-je pas compris la subtilité de vos propos, mais vu que de toute façon, je ne comprends rien à vos commentaires, c’est sans doute normal.☺

Tipaza

@ Exilé | 07 octobre 2017 à 09:41
« Et nous ne pouvons donc que souhaiter que même un aventurier comme M. Macron soit un jour touché par la grâce et rayonne enfin d'un vrai bon sens... »

Impossible !
Le jour où Macron sera touché par la grâce et atteint de bon sens il s’effondrera.

Macron est un transgresseur, un vrai, dans sa vie privée comme dans sa vie politique.

À 17 ans il tombe amoureux de sa prof de français, mère de famille, qu’il finit par épouser après l’avoir fait divorcer.
Il trahit successivement Valls et Hollande, hypnotise les électeurs, et bien que minoritaire en voix sur le corps électoral dans son ensemble, si on tient compte des abstentions et bulletins blancs, il réussit à se faire élire.

L’Histoire est pleine de ces transgresseurs qui réussissent en sortant des codes de la société dans laquelle ils vivent, et surprennent par là tout le monde ; la victoire est acquise par l’effet de sidération.

Le problème pour eux, c'est que les qualités qui leur ont permis de vaincre sont incompatibles avec celles qu’il faut pour gouverner et gérer, qui sont des qualités de conformisme par nature. On ne peut pas gérer une société en la bousculant sans cesse.

Le transgresseur est un solitaire et finit par s’effondrer sous les coups des opposants ; la difficulté de la France c’est qu’il n’y a plus, ou pas encore, d’opposants crédibles dans le moule conformiste d'une société déboussolée à la fois par la mondialisation et l’islamisme. C’est une situation transitoire qui se règlera à terme et qui verra Macron réduit rapidement à la défensive.

Au moment de la guerre entre Napoléon et l’Angleterre, il y a eu un Anglais qui a théorisé la force et la faiblesse des transgresseurs et prédit la chute de l’homme solitaire, Napoléon, face à une communauté organisée et volontaire, celle de l’Angleterre.
Je ne me souviens plus qui est l’auteur de cette théorie. C’est un papier que j’avais lu il y a bien longtemps, lorsque adolescent et fan de Napoléon je ne comprenais pas pourquoi celui que je prenais pour un génie avait été vaincu.

Cette théorie m’avait éclairé, et depuis j’ai toujours un doute sur les hommes providentiels, surtout quand ils sont seuls et qu’ils passent tels des comètes dans le ciel politique des sociétés.

Aliocha

Le blouson de cuir face à la botte fasciste, les arguments témoignent du désir d'en découdre de leurs séides. Le président a pris des engagements sur la manière de faire vivre les débats dans un esprit de dialogue, où les dissensus ont leur place dans le consensus de la controverse, définissant notre capacité à vivre ensemble, les trente dernières années d'alternance ne s'étant réduites qu'à un immobilisme des divisions profondes qui parcourent le peuple. L'exigence est complexe de tenir et conjuguer l'humanisme des valeurs de la République et les chamboulements du monde actuel, et que Macron tente de l'incarner n'est pas la cause d'un virage extrême futur, mais son retardement et, pour les raisonnables, est à saluer. Que les excités acceptent donc de se soigner, c'est en ce sens que les petites phrases sont inutiles et contre-productives. Que ce temps de centre permette la redéfinition d'un débat où chacun admette de respecter les différences, conjuguant dissensus et consensus en contemporain, nourrissant une confiance à construire où chacun se soucie de l'autre et du différent. Les paroles du président, lors de son discours à l’occasion du 500e anniversaire de la Réforme protestante, où il enjoignait son auditoire à ne rien changer de ses convictions, se concluaient sur cette citation de Jean Baubérot :
"Si notre civisme devenait conformisme, si notre tranquillité se muait en indifférence, alors nous aurions déserté le désert."
Puissent-elle, ces paroles, soigner ceux qui lourdement se trompent en avilissant l'autre au nom de sa différence.
Ne désertons pas le désert.

Exilé

Un président a-t-il droit au bon sens ?

Bien entendu un vrai chef d’État a droit au bon sens, c'est même une de ses qualités premières de concert avec l'esprit de justice et le souci de la défense du bien-être de ses sujets, comme cela a été le cas pour les rois qui ont fait la France.

Et nous ne pouvons donc que souhaiter que même un aventurier comme M. Macron soit un jour touché par la grâce et rayonne enfin d'un vrai bon sens...

Daniel Ciccia

"Un chat-huant se mit à ululer lentement, longuement... hoho-hô !... hoho-hô !... puis tout se tut. Et puis, plus près encore, contre les volets, comme un signal convenu, le cri plus frêle d'une orfraie s'éleva... ouêou !... ouêou !... ouêou !... (...) tout de suite, un soupir de hibou répondit... chut !... chut !... chut !... (Pesquidoux, Chez nous, 1921, p.186)

Tout ce vacarme à propos d'une expression si juste me fait penser à cette définition des cris d'orfraie... Mais qui donc est le hibou ?

Paulot

Sur le fond ça se discute...
Mais inadmissible sur la forme.
In-ad-mis-sible.
Un Président ne dit pas d'un groupe de citoyens mécontents et manifestant de façon classique et légale qu'ils "foutent le bordel".
Il a le droit de désapprouver, mais pas avec ces termes.
Le "casse-toi pauv'con" de Sarkozy ne m'avait pas choqué, mais le "bordel" de Macron est scandaleux. Et si Sarkozy avait tenu le même propos j'aurais autant désapprouvé.

P.A.

Quand on fait autant allégeance aux puissants crachant leur dédain à la figure de ceux et celles qu'ils ne considèrent pas de leur "monde" - mazette ! -, c'est que l'on a atteint le fond de sa propre faiblesse.
J'attends le jour où "le Tout-puissant" crachera à la figure des petits marquis et marquises qui se considèrent du même "monde", et ça viendra.
Bonne dégringolade à vous !

Elusen

« ...s'adressant en aparté au président Rousset »

Non mais ?! Vraiment ?!
Il est entouré de plus d’une vingtaine de personnes, il y a deux perches (micros), deux caméras de pool, pool embarqué par le staff de la présidence de la République, c’est eux-mêmes qui transportent le matériel et vous osez : aparté !

Il savait parfaitement ce qu’il faisait, car vingt secondes avant, il serre la main d’un des perchmans (micro sur perche tenu par un technicien).

Ce n’est que de la communication pour détourner l’attention, comme fainéant, qui s’écrit d’ailleurs de trois manières différentes : fainéant, feignant, faignant.

Du coup, les gens passent plus de temps à parler des mots qu’il a employés que des problèmes qu’il crée, que des lois, que de politique, voire de science politique, il détourne l’attention à la manière des pickpockets ; il n’y avait aucun aparté !

Tomas

@ Achille

Connaissez-vous beaucoup d'hommes politiques se souciant de l'intérêt national ? Les choses n'étant jamais ni blanches ni noires, il doit bien leur arriver par intermittence de s'en préoccuper, mais c'est avant tout la satisfaction de leur ego qui leur sert de moteur.
Je ne pense pas que Wauquiez soit particulièrement réactionnaire, mais il a fait le pari que ce créneau serait le plus porteur pour parvenir au pouvoir suprême. Il aura le parti, c'est déjà un bon début, on verra ensuite. Ce type est comme Chirac, programmé par sa mère pour atteindre l'Elysée. Dieu nous en préserve, Sarkozy dont il partage l'agressivité maladive a déjà fait assez de dégât comme ça.

Trekker

@ boureau | 06 octobre 2017 à 16:56
"A très peu d'années près, je fais partie des "autres"..."

Désolé, mais je ne vous incluais nullement dans mon « et autres ». Je pense que ceux-ci se sont reconnus, mais ils se garderont bien de faire état de leurs « connaissances » du monde ouvrier, et cela contrairement à vous !

@ Claude Luçon | 06 octobre 2017 à 11:52
"Une "arrogance" comme les SS et "des riens" comme Oradour-sur-Glane et Maillé par exemple !"

Si au lieu de nous ressasser les atrocités, certes bien réelles, commises en France par les Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale, vous nous donniez votre sentiment sur un autre massacre similaire à Oradour-sur-Glane, et plus récent ?

Je veux parler de celui de My Lai commis le 16 mars 1968 pendant la guerre du Vietnam, par 120 GI des plus ordinaires : entre 400 à 500 paisibles civils (femmes, enfants, vieillards et bébés compris), plus les viols collectifs préalables et autres atrocités du même genre. Il fera certes un peu moins de victimes qu'Oradour-sur-Glane, mais surpassera largement dans la barbarie ce que les Waffen SS firent alors !

Pour plus de détails sur ce massacre, voir ci-dessous l’article de L’Express que probablement vous ne daignerez pas lire.
http://www.lexpress.fr/actualite/monde/asie/les-fantomes-de-my-lai_492517.htmlhttp://">http://">http://www.lexpress.fr/actualite/monde/asie/les-fantomes-de-my-lai_492517.htmlhttp://

Cette compagnie d’appelés était sous les ordres d’un certain lieutenant Calley. Au final ce dernier n’écopera que de quatre ans d’assignation à résidence, et aucun de ses supérieurs - du capitaine au général - ne sera poursuivi en justice.

Mais je subodore que pour vous les Américains étant nos amis et alliés de toujours, il est pour le moins fort inconvenant d’évoquer cette affaire ancienne, et qui n’était qu’une bavure exceptionnelle. Seuls des journalistes, notamment US, en mal de scoop ont honteusement exploité cela à des fins politiciennes !...

louise

Ce jeune Macron parisien raisonne comme un tambour... A 50 ans, quand on a sa vie, sa maison, sa famille (y compris les anciens) en zone rurale, on ne va tout balancer pour aller bosser à 150 bornes de chez soi (300 A/R, et pas sur autoroute...) pour un SMIC qui ne permet pas de se loger ailleurs et une maison invendable...
C'est pas la forme qui est honteuse ("bordel"), c'est le fond...

semtob

Cher Philippe,

Le blouson noir du Touquet a encore frappé ! Il ne serait pas un petit peu sadique ce type-là ? Il ne faudrait pas se l'imaginer avec la salopette bleue de Coluche !

DSK a raison lorsqu'il affirme que la France a besoin d'une droite et d'une gauche pour que la démocratie puisse vivre.
Dans de nombreux pays, il n'est pas possible d'aider à la mise en place de la démocratie, parce qu'il n'existe pas de partis d'opposition. Et lorsque des forces extérieures tentent de détruire le régime en place, il reste le chaos ou le vide.

Nous avons cette immense chance de pouvoir conserver une alternance gauche/droite, gage d'un avenir de la démocratie.
La gauche et la droite soutiennent les mêmes principes même si elles ne partagent pas les mêmes valeurs. Cette union virtuelle et opportuniste ne peut qu'éclater et laisser un vide aux extrêmes, ce qui déboucherait sur une guerre civile ou une terrible instabilité.
Avoir tenté de tuer les bases de la démocratie, c'est de l'inconscience, de l'amateurisme.

Faut-il continuer de financer des mobilisations de 3000 policiers pour assurer la com de Seigneur Macron pour qu'il énonce trois radotages et une grossièreté, alors que la tâche demandée aux policiers est colossale ?
Il semblerait que Macron confonde l'Elysée avec une boîte de production de photos.
Les journalistes sont rangés comme des écoliers à distance, pour que la "photomacron" avance. Le choix des meilleurs photos et selfies assure le show Ken et sa coquette.

Cependant certains shows meurent et laissent place aux chômeurs et aux chauds lapins !
françoise et karell Semtob

Achille

@ boureau | 06 octobre 2017 à 14:24

Je constate que Laurent Wauquiez est en train de procéder à la grande purge du parti LR dont tout laisse à penser qu'il aura la présidence.
D’abord il vire les « constructifs » parmi lesquels figurent le Premier ministre, le ministre des Finances (B. Le Maire), le ministre du Budget (G Darmanin). Ensuite il s’en prendra aux juppéistes, fillonistes, chiraquistes, ne gardant que les sarkozistes de la « droite forte ».

Stratégie pas très intelligente car ce faisant il donne l’opportunité à J-L Mélenchon et à sa meute d’illuminés de provoquer des désordres dans le pays. Peut-être espère-t-il qu'alors EM doive se résoudre à la dissolution de l’Assemblée nationale et ainsi se positionner comme Premier ministre de cohabitation. Comportement typique d’ambition personnelle qui ne va certainement pas dans le sens de l’intérêt national.

Exilé

@Patrice Charoulet
"Après les folles péripéties que l'on sait, le candidat de mon camp, de ma famille politique, fut éliminé, et j'eus le choix entre Le Pen fille et M.Macron. Nous avons échappé à la famille Le Pen."

...Pour tomber dans les bras du gang Macron et de ses acolytes aussi nuisibles qu'incompétents, comme la triste actualité le prouve, hélas.

Trouvez-vous normal, à l'heure où notre pays aborde une période de troubles et de drames sanglants qui ne font que progresser, de satisfaire en premier votre rancune personnelle de façon quelque peu morbide avant de penser à ce qui en principe est votre pays, à ses habitants et à leur sauvegarde, en n'ayant pas soutenu la seule famille politique en France qui a été clairvoyante depuis plus de quarante ans sur les événements qui nous attendaient si nous persévérions dans notre folie migratoire ?

Ne pensez-vous pas que vous aussi vous avez, par votre choix impulsif et irraisonné, un peu de sang sur les mains ?

Claude Luçon

HTML >
@ Trekker | 06 octobre 2017 à 15:48
"Vu vos carrières professionnelles, la condition des prolos licenciés qui ont passé la quarantaine dans la France dite profonde, vous ne l’avez jamais connue, même de près !"

Cher Trekker là vous êtes en plein fantasme !
Vous semblez croire que notre vie s'est limitée à nos carrières professionnelles ?
Pensez-vous que quelques-uns d'entre nous n'ont pas connu les conséquences de 1929 ?
Croyez-vous sérieusement qu'il y avait du plein emploi de 1935, où j'ai commencé à comprendre ce qui se passait autour de moi, et entendu ce que disaient nos parents, jusqu'à 1958 quand Charles de Gaulle est revenu mettre de l'ordre dans le "bordel" d'alors, et que la France vivait dans le plein emploi ?
Pensez-vous qu'il y avait durant cette même période tous les "acquis sociaux" dont bénéficient les ouvriers d'aujourd'hui ?
Savez-vous ce que c’est que de n'avoir à 11 ans que du rutabaga au petit déjeuner, déjeuner et dîner parce que les Teutons embarquaient tout ce que produisait la France ?
Savez-vous ce que furent les tickets de rationnement ? Les queues devant les boulangeries pour vous entendre dire qu'il n'y avait plus de pain quand votre tour arrivait ?
Avez-vous vu aussi à 11 ans votre mère faire "piquer" la petite chienne fox-terrier qui avait grandi avec vous parce qu'elle ne trouvait rien à lui donner à manger ?
Calculez-vous que nous avions 30 ans quand les Trente Glorieuses ont commencé, qu'entre-temps nous avions vécu WW2, l"Indochine, Suez et l'Algérie ?

N'avez-vous jamais changé d'emploi et de technologie dans votre vie ?
Moi si, quatre fois !
N'avez-vous déménagé dans votre vie à cause de votre emploi ?
Moi si, douze fois et jamais en France, sur la moitié du globe.

Même professionnellement, croyez-vous que nous n'avons pas vu des gens au chômage venir nous implorer pour leur donner du travail pour pouvoir manger en Algérie, au Nigeria et ailleurs ?
Etes-vous allé jusqu'à embaucher des gens dont vous n'aviez pas besoin pour qu'ils aient du travail ? Mon épouse si ! Pas moins de six personnes à qui elle n'avait pas eu le courage de dire non sachant qu'ils avaient une demi-douzaine de gamins à nourrir à la maison.
Avez-vous été en Californie, à Los Angeles, à Malibu même, et vu des dizaines d'hommes sud-américains au bord des routes cherchant quelque occupation pour deux ou trois heures et quelques dollars pour survivre ?

On peut être patron, et épouse de patron, et ne pas être des salauds !
D'autres pays aussi ont leurs "profondeurs" !

Macron, (que je n'aime pas particulièrement, ayant constamment fait référence, ici, à son interview, un rien vaniteuse, par Emile, à raison), les Français sont devenus des gamins gâtés, à son image d'ailleurs !

Quand on a des problèmes on se met en grève, on négocie, on cherche des solutions même à quelques kilomètres de chez soi, on ne "fout pas le bordel", on n'empêche pas les autres travailleurs de travailler et de vivre, on n’attaque pas physiquement ses dirigeants.
Nous sommes dans un pays supposé civilisé !

Il va falloir qu'un jour au l'autre dans ce pays on s'arrête d'opposer patron et ouvrier, car beaucoup de patrons ont commencé par être ouvriers, qu'on s'arrête d'opposer riches et pauvres, car Mbappé a été pauvre avant d'être riche et beaucoup de pauvres sont devenus riches en utilisant une vieille méthode devenue obsolète en France : le Travail !
On n’utilise pas des mots qu'on ne comprend pas comme "burn out".
On ne se plaint pas de "la déprime" tout en discutant des prochaines "grandes vacances" avec un copain pendant la "pause café" !

Mon cher Trekker vous n'avez rien compris à l'histoire récente, vous ne connaissez pas ce monde.
Arrêtez de donner des conseils à des gens ayant plus d'expérience de la vie que vous !
N'écoutez pas que votre colonel de para, bien que maintenant il ne *para*de plus qu'à la télévision. Il n'a jamais construit de tunnels sous la Manche, il ne sait pas fabriquer d'Airbus, de TGV, de Rafale, d'automobiles, il ne sait pas envoyer une Rosetta sur une comète, il ne sait pas gérer un réseau ferroviaire, il ne sait pas forer et exploiter un puits de pétrole (il ne pourra pas d'ailleurs, un génie nommé Hulot vient de le lui interdire), il ne sait pas même comment fabriquer une casserole ou une bicyclette, etc., etc.
C'est ça le monde, Trekker, pas le bavardage et les élucubrations de "quelques experts" dont nous avons un bien trop grand nombre, une spécialité bien française.

Cordialement

PS pour boureau, Merci de l'appui !
C'est une vieille chamaille entre Trekker et moi, ancien para, il fait un complexe à l'égard d'un ancien marin, du jeunot à l'égard du vieux sage ! 😃

finch

@Catherine JACOB, 16:03

Ces articles sur les vendanges sont très intéressants👏même si on n'est pas amateur de vin🍷ou de champagne🥂, comme c'est mon cas.
Je retiens la phrase : "…on devrait choisir la méthode de récolte selon le vin qu’on veut faire (qualité, prix, techniques oenologiques, etc.). […] Si on cherche un maximum de qualité, il [faut] vendanger à la main."

breizmabro

Je vous invite à lire (et écouter) sur Marianne.fr, la ministre du Travail Muriel Pénicaud s'embourber face à un licenciement abusif.
https://www.marianne.net/societe/video-malaise-tv-dans-cash-investigation-la-ministre-du-travail-muriel-penicaud-s-embourbe

Un vrai bordel ! :D

Lucile

@ breizmabro | 06 octobre 2017 à 16:42

Alors là tout s'explique. (???)

Philippe Dubois

@ Xavier NEBOUT | 06 octobre 2017 à 11:17

Il y a juste une différence, mais de taille

Bordeaux Ville, c'est deux fois la population de la Creuse.
Bordeaux Métropole, ex-CUB, c'est la population totale du Limousin (Corrèze - Creuse - Haute-Vienne).

De plus, dans la Creuse, les habitants sont des ruraux qui bricolent eux-mêmes et rarement des bobos pour lesquels changer une ampoule est le maximum envisageable et planter un clou les amène directement aux urgences avec un doigt écrasé.

Jean-Baptiste Blais

Cher Monsieur,

Lorsque l'on est élu avec une assise électorale aussi faible, aussi légale l'élection soit-elle, elle ne donne pas la légitimité nécessaire à l'action... Macron en paye les frais et ce n'est qu'un début.

J'ajouterais que son action est critiquable, y compris sur cette séance qui ne brille pas par le respect formel dû à ses concitoyens (et ce qui apparaît pour beaucoup comme du mépris est largement distribué), sans que ces critiques soient nécessairement celles d'un monde pauvre...

Je vous reproche un esprit de plus en plus partisan dans vos billets... c'est bien dommage !

boureau

@ Trekker 06 octobre 2017 15:48
"A Patrice Charoulet, Claude Luçon et autres"

A très peu d'années près, je fais partie des "autres".

Détrompez-vous Trekker, les ouvriers et employés licenciés ne sont pas nés avec le siècle et leur désespérance était bien réelle !

J'ai dû moi-même procéder - dans les années quatre-vingt - à des licenciements dans une filiale. Du point de vue économique c'était une obligation. Du point de vue humain une catastrophe. Je peux dire que je suis resté longtemps marqué par les entretiens individuels de licenciements que j'ai tenu à effectuer moi-même. A cette époque, la direction ne se défaussait pas sur les DRH pour "faire le sale boulot".

Un peu de nuance ne pouvait pas nuire à votre propos.

Cordialement.

breizmabro

@ Lucile | 06 octobre 2017 à 12:45
"Je doute que ce soit le rôle du président de la République d'aller discuter du problème d'une fonderie dans la Creuse. Il ne pense tout de même pas régler les problèmes industriels de la France au cas par cas, en recasant un à un les ouvriers d'une fonderie dans une usine plus ou moins proche"

Euh Lucile je voudrais pas dire MAIS Jupiter-moi-je-Président ne discutait pas d'un problème de fonderie à l'origine, il venait dans l'entreprise GM&S.

Un mec (genre bureaucrate opportuniste pour être dans la vidéo) a dit "Mais mon bon maître, ya une fonderie à côté (150 bornes) qui peine à recruter". Du coup le bon maître de se fâcher tout rouge :

"Quoâââ ! Qu'entends-je ? Yen a qui foutent le bordel au lieu de faire 150 bornes par jour (avec les enfants à l'arrière de la voiture vu que personne ne peut les garder car la maman est infirmière et commence son service à 6h30) pour aller travailler dans une fonderie qui les recevra avec le nouveau Code du travail qui dit "si t'es viré dans l'année, sans motif réel et sérieux (en gros sur un claquement de doigts) tu seras indemnisé... d'UN mois de salaire". Wouaaah ! Champagne !

Là, du coup, ça fait envie de faire plaisir à "not' bon mait'" Macron, et de postuler à la fonderie en question :D

sbriglia

Moi. (Aliocha)
Moi aussi ! (boureau)

...Bien, nous sommes déjà trois (cumulatif en ce qui me concerne).
On fait une amicale ?

"Association amicale des authentiques amateurs actifs du blog de Bilger" ou AAAAABB.

A ne pas confondre avec l'AAAAA...

(Catherine Jacob, par pitié, pas de développements, je connais, ça sent la m... mais c'est comme la politique...)

breizmabro

"Bordel ne faites pas semblant de découvrir que Macron est le président des riches ! (Eric Verhaeghe)

Extrait :

"Emmanuel Macron, fils de la bonne bourgeoisie amiénoise, qui a courbé l’échine devant tous les puissants de ce monde pour obtenir leur soutien dans sa carrière, banquier chez Rothschild, enrichi à 30 ans par une opération de fusion-acquisition, mais qui prétend avoir tout dépensé en trois ans (soit la bagatelle de 75 SMIC dépensés chaque mois pendant trois ans), sorti de l’anonymat par Jacques Attali, soutenu par les médias les plus puissants pendant sa campagne électorale, serait, paraît-il, le président des riches. Comment y croire? C’est totalement invraisemblable.
Il faut être sacrément hypocrite pour faire croire qu’on ne savait pas, qu’on n’avait pas vu. Il suffisait de savoir combien Emmanuel Macron avait gagné d’argent chez Rothschild pour n’avoir aucun doute sur son enracinement. Il suffisait de regarder ses manières et d’entendre ses mots sur les "illettré(e)s" pour comprendre qu'il se servirait en premier. Jouer les mijaurées aujourd’hui est évidemment une imposture qui pose question.
Comment ceux qui, pendant les mois de campagne, ont appelé à voter Macron au nom du progrès et des Lumières, peuvent-ils aujourd’hui faire semblant de découvrir ce qui sautait alors aux yeux ? Cette interminable trahison des clercs parisiens, qui mentent sans vergogne avec un sourire d’enfant candide aux lèvres.
Si Macron voulait faire oeuvre utile, il ferait mieux de travailler son image de président des parvenus, qui est à sa portée."

A ce billet d'Eric Verhaeghe je n'ai qu'un mot : Bravo !

Catherine JACOB

@Xavier NEBOUT | 06 octobre 2017 à 11:28

Avantages et inconvénients des vendanges faites à la main certaines appellations interdisent l’emploi de la machine à vendanger, pour des raisons techniques. C’est le cas en Champagne et la plupart des vins les plus chers sont issus de vendanges manuelles ; On coupe les grappes une par une ce qui ne les abîme pas, mais c’est plus lent et ça coûte plus cher.

Les vendanges à la main c'est très dur, mais il reste encore des locaux pour aimer la bonne ambiance et ne pas rechigner à la peine.

Trekker

@ hameau dans les nuages | 05 octobre 2017 à 17:56
"Bientôt monsieur Macron va nous vanter la mobilité du journalier qui allait de ferme en ferme au gré des saisons, se contentant d'être nourri et logé."

Cela ne saurait tarder vu que notre Président est déjà partisan de l’ubérisation. Qui dira le bonheur incroyable des coursiers indépendants à vélo, pédalant 8 à 10 heures, et notamment en périodes d’intempéries dans les grandes agglomérations ?

PS : La société Constellium d’Ussel présentée par notre Président et celui de la région Nouvelle-Aquitaine comme une source majeure de futurs emplois, on peut s’interroger sur son potentiel réel et notamment dans l’avenir.
Certes en 2014 elle faisait 28 709 100 € de C.A., mais depuis cette année-là elle ne publie plus ses résultats. Elle employait alors entre 200 et 299 salariés, mais quid de ses effectifs réels entre 2014 et 2017 ainsi que de leurs variations ? Elle a un capital de 244 550 €, mais n’est qu’une SAS à associé unique : chose peu courante pour une ETI industrielle. De 2005 à 2014, elle a connu huit Présidents successifs.
Source : société.com

@ Patrice Charoulet, Claude Luçon, et autres

Vu vos carrières professionnelles, la condition des prolos licenciés qui ont passé la quarantaine dans la France dite profonde, vous ne l’avez jamais connue, même de près ! Pour vous ce n’est qu’une abstraction théorique, seuls des supposés gauchistes à vos yeux - tel Christophe Guilluy - se sont penchés sur ces problèmes. Mais j’ai la faiblesse de penser que pour votre confort intellectuel, vous vous êtes abstenus de le lire.

Bien sûr la CGT souffle tant qu’elle peut sur ce conflit social, comme sur tant d’autres, mais vous êtes bien incapables d’imaginer la désespérance des salariés de GM&S promis à Pôle Emploi.

Nombre de nos médias crient haro sur la CGT locale, mais ils s’abstiennent de s’interroger sur les propriétaires-dirigeants successifs de GM&S, et qui n’est que sa dénomination actuelle après de nombreuses précédentes. Tous ces multiples propriétaires-dirigeants, leur rapacité souvent n’avait d’égale que leur incompétence, ils se sont surtout gavé de subventions publiques et ce pendant plus de quarante ans !
Certes ils avaient une qualité indéniable : un entregent politique régional et « fraternel ».

Frank THOMAS

Tout a été dit sur "le bordel", grossièreté incongrue dans la bouche d'un président de la République.
Aussi n'est-ce pas l'objet de ce commentaire.
Je voudrais plutôt attirer l'attention sur un point qui rapproche Monsieur Macron de celui qu'il a trahi "avec méthode", François Hollande : le relâchement insupportable de la langue.
Je cite les paroles du président :

"Il y en a certains, au lieu de foutre le bordel, ils feraient mieux d'aller regarder s'ils ne peuvent pas avoir des postes là-bas. Parce qu'il y en a qui ont les qualifications pour le faire et c'est pas loin de chez eux". C'est du pataouète.
"Il y en a certains, ils" rappelle malheureusement les sempiternels "la France, elle" de son pauvre prédécesseur. Eprouvante faute syntaxique qui consiste à répéter deux fois le sujet.
Lamentable formule, aussi que ce "il y en a" employé pour désigner des citoyens français ainsi réduits au rang d'objets, dans la même veine, on s'en souvient, que "le kwassa-kwassa, ça ramène du Comorien".
Du coup, on peut presque oublier l'élision de "ne" dans la formule : "c'est pas" .
Est-ce pour faire peuple qu'Emmanuel Macron se croit obligé de parler ainsi ? Si c'est le cas, c'est l'injurier deux fois, par le fond et par la forme.

caroff

@Achille
"A LR je préfère de loin des personnalités comme François Baroin qui curieusement, semble avoir été mis sur la touche, alors qu’avant l’élection présidentielle, il ralliait tous les suffrages à droite. Ou encore Xavier Bertrand et son solide bon sens, voire aussi Valérie Pécresse".

Quelle différence réelle avec Macron et sa bande de galopins ?
Aucune... c'est kif-kif bourricot !!

boureau

@ Achille 06 octobre 10:35
"Wauquiez et la réactitude"

A ma demande sur ce que recouvrait la "réactitude de Wauquiez", vous répondez : "Le courant Wauquiez marche un peu lourdement sur les plates-bandes du FN".

Avouez que c'est un peu court ! Avez-vous quelques arguments réels à me proposer ?

Il se trouve que j'ai un membre de ma famille qui a été son assistant parlementaire pendant plusieurs années. D'où une certaine connaissance du personnage public et privé.
C'est un homme de droite tout simplement. Pas dur, pas mou ! De droite !
Mais peut être que pour vous, être de droite correspond au centre droit ?

Quant à Pécresse, Baroin et Bertrand, ils n'ont aucune colonne vertébrale idéologique. Ce n'est pas pour cela qu'ils n'ont pas de valeur et leur place dans le paysage politique. Ce sont des opportunistes et c'est leur droit. Mais diriger un vrai parti politique de droite ? Certainement pas ! Du centre oui.

Cordialement.

boureau

« Je serais curieux de savoir combien sont encore actifs sur ce blog et combien ont jamais travaillé en usine... »
Rédigé par : sbriglia | 06 octobre 2017 à 09:02

Moi. (Aliocha)

_______________

Moi aussi !
Quand j'ai commencé ma vie professionnelle dans les années soixante, quelle que soit la formation initiale ou le poste prévu, chaque nouveau salarié devait obligatoirement effectuer un stage de six mois dans tous les grands services de l'entreprise. Rien de mieux pour l'ouverture d'esprit.

Trente ans plus tard, j'avais à diriger des usines en France, au Portugal, au Maroc, en Tunisie.

La connaissance du milieu ouvrier m'a permis d'entretenir des relations courtoises mais fermes avec les délégués syndicaux. Et pourtant, comme dirait Macron : "c'était pas de la tarte". J'avais entre autres un délégué syndical CGT qui était aussi délégué national et un délégué CFDT qui était en même temps délégué régional.

J'en suis sorti vivant et respectueux des délégués de base. Quel que soit le syndicat.

Cordialement.

Antoine Marquet

Il semblerait que vous avez refait votre stock d'encens... Pour l'hiver ?

Lucile

Quelques remarques :

- Tout le monde ou presque dit quelquefois "foutre le bordel", mais il n'y a que quelqu'un de très haut placé pour se permettre ce niveau de langage, en situation officielle, devant les caméras, quand il s'adresse à un haut fonctionnaire. Même un ministre ne le ferait pas ; mais aucun président de la République ne s'en est privé. C'est une façon de souligner un privilège unique, dû à son rang. En plus ça bluffe toute une partie des électeurs en mal de cinéma présidentiel. Et enfin ça détourne les journalistes et les opposants des questions importantes.

- La CGT a plus d'une fois bousillé des entreprises avec ses revendications, il n'est pas illégitime de le lui faire remarquer.

- On ne règle pas le problème du chômage en culpabilisant une poignée de chômeurs, même excités, encore moins en les rabaissant. Je doute que ce soit le rôle du président de la République d'aller discuter du problème d'une fonderie dans la Creuse. Il ne pense tout de même pas régler les problèmes industriels de la France au cas par cas, en recasant un à un les ouvriers d'une fonderie dans une usine plus ou moins proche, ce qui est illusoire, et en les apostrophant pour qu'ils se bougent un peu. Mission impossible, absurde, poudre aux yeux, et il le sait bien. Du moins on l'espère.

Claude Luçon

@ Ellen | 06 octobre 2017 à 07:15
"E. Macron s'est mis à dos toute la presse allemande le qualifiant d'arrogant et que s'il continue à humilier les Français, ceux qui sont des "rien", Macron finira comme Sarkozy et Hollande. Ils ont ajouté : sur toutes les mairies, ils ont pourtant : Liberté, Egalité, Fraternité - mais c'est juste écrit..."

Il y a des Français, dont je suis, auxquels certains souvenirs douloureux persistent à se maintenir dans leur mémoire, qui trouvent que les Allemands ont un certain culot de se permettre ce genre de commentaires.
"Arrogant", "des riens", nous rappellent quelques mauvais moments durant leur dernier long séjour chez nous. Liberté, égalité, fraternité, n'avaient pas d’équivalent en allemand à l'époque. Une "arrogance" comme les SS et "des riens" comme Oradour-sur-Glane et Maillé par exemple !
Emmanuel Macron en parlait encore récemment bien que ses parents n'étaient même pas nés à l'époque. Il y a des souvenirs persistants et génétiques !

Il me semble que les Allemands, comme les Japonais d'ailleurs, devraient rester discrets encore quelques décades avant de redevenir eux-mêmes quand il ne restera plus de Français, Anglais, Hollandais, Belges, Danois... pour leur rappeler leur propre arrogance !
Pire !
Ils ont passé une maladie ravageuse à ceux qui risquent de se souvenir par le biais du médecin allemand Alois Alzheimer, un Mengele avant l'heure !
Alzheimer c'est un peu l'anti-Pasteur, lui nous guérissait de la rage, Alzheimer nous la ramène sous une autre forme.
Mais c'est juste une idée ... un peu hypocrite certes, mais à la hauteur de leurs critiques actuelles.
Qu'ils continuent, toujours avec les Japonais, de nous faire croire qu'ils sont devenus la version numérique du Paradis perdu ! Mais surtout n'y croyons pas !

Xavier NEBOUT

On rappellera que les vendanges qui ne sont pas faites à la machine le sont très majoritairement par des étrangers. Si on embauche un Français pour un CDD de 8 jours et qu'il produit un petit congé maladie au moment de commencer, l'employeur ne peut pas licencier ni même faire un commentaire "déplacé".

Alors on fait venir les hommes d'un village du Maroc ou du Portugal, et ils savent que si ça se passe mal, il n'y aura pas de prochaine fois.

Vous avez dit "travailleur détaché" ? Comme c'est bizarre...

Xavier NEBOUT

Autour de Bordeaux, et il serait étonnant qu'il n'en soit pas de même ailleurs, on court après les "Michel Morin". Tous ceux qui s'y lancent s'en sortent bien, et il suffit pour commencer d'un paquet de prospectus. Au bout de quelques années, j'en vois qui doivent mieux gagner leur vie qu'un médecin et ses dix ans d'études - problème...

Parallèlement et ceci explique cela, au fil des années, l'agent immobilier voit de plus en plus de jeunes ménages ne rechercher que des maisons où il n'y a rien à faire. On ne touche pas à une prise sans aller chercher un électricien, on ne sait rien faire, et on ne veut rien faire.
Alors lorsqu'on est au chômage, pas question de s'installer "Michel Morin". On est ceci ou cela, et pas question de faire autre chose.

Alors, je ne dirais pas qu'au lieu de foutre le bordel, ils feraient mieux d'aller se chercher du boulot à 150 km - autrement dit de plaquer famille, maison et amis pour le diable sait quoi - ce qui est effectivement révoltant, mais qu'il y a des coups de pied au c.. qui se perdent.

De plus, les agriculteurs et artisans voudraient embaucher à condition de pouvoir licencier. Il y a là un potentiel de centaines de milliers d'emplois, mais ce ne sont pas les mesurettes pour gogos ou macronades qui vont les débloquer.

breizmabro

@ sbriglia 06 octobre 2017 à 09:17

Votre ami vient de découvrir "les brèves de comptoirs". Ah ! jeunesse, jeunesse... :D

Une petite brève de comptoir pour la route ? (spéciale dédicace)
"C'est un connard, dans ses rêves tout le monde est en costume tu peux en être sûr !"

Adéo ;)

Giuseppe

E. Macron excelle dans sa façon de faire, il hypertrophie un mot, ensuite par un effet de tiroir il dit qu'il regrette le sens de celui-ci mais qu'il ne change rien sur le fond.
Ce qui permet d'occuper les médias et de déplacer les feux.

D'autre part il ne fait guère plus que ce qui se pratique dans le BTP depuis des lustres, globalement 85% des accords sont signés par les délégués, seulement il est un peu plus futé que ses prédécesseurs, il va le faire appliquer à l'industrie. Cela n'apporte pas plus d'emplois mais il est sûr que la souplesse d'action est plus grande sans détruire quoi que ce soit.

Il se forge une image de grand rénovateur, mais la literie est pratiquement la même, sacré Emmanuel. Le but me semble-t-il est surtout sa volonté d'.asseoir une autorité perdue de l'Etat plutôt que des réformes sensationnelles qui viendront quand le socle sera assuré.

On voit s'agiter autour de lui ces vieilles badernes dont les électeurs ne veulent plus, hier DSK et Cambadélis qui sent le vieux dans ses interventions et qui n'a plus rien à faire dans un environnement qui le rejette.

Le Légionnaire a tout juste, en peu de temps il ne fait sans doute pas des miracles mais il remplit les bénitiers pour les futures célébrations.

Aliocha

« Je serais curieux de savoir combien sont encore actifs sur ce blog et combien ont jamais travaillé en usine... »
Rédigé par : sbriglia | 06 octobre 2017 à 09:02

Moi.

Achille

@sbriglia

J’en vois beaucoup sur ce blog, en particulier de droite, vu que, ainsi que vous le soulignez fort justement, la grande majorité des intervenants font partie de cette obédience, qui sont sur le point de s’étouffer d’indignation suite aux propos tenus par EM. Propos qui ne seraient pas dignes d’un président de la République.
Je leur rappellerai juste quelques phrases de ses prédécesseurs qui n’étaient pas spécialement politiquement correctes.

Je commencerai par le plus grand d’entre eux, le Général à qui l’on attribue cette phrase peu amène « les Français sont des veaux ». Phrase apocryphe ou pas, toujours est-il qu’il l’a souvent pensé.

Jacques Chirac ne dédaignait pas les petites phrases bien salaces du genre « Ça m’en touche une sans faire bouger l’autre », sans compter celles qui sont restées dans le domaine du confidentiel.

Nicolas Sarkozy qui traitait les petits loubards de banlieue de racailles qu’il faut nettoyer au Kärcher (on peut regretter qu’il n’ait pas mis sa menace à exécution), sans parler des « petits pois » quand il visait des juges (avec qui il a encore quelques contentieux) et sans doute bien d’autres expressions tout aussi colorées, notamment à l’attention de ses ministres quand il était en colère, ce qui lui arrivait assez souvent.

François Hollande, à la politesse affectée devant les médias, considérait les gens de petite condition de « sans dents ». Il a fallu le bouquin de Valérie Trierweiler pour connaître son vrai visage boursouflé par l’orgueil.

Alors Emmanuel Macron ne dépare pas vraiment la galerie de portraits de nos présidents de la Ve République.
Ceci d’autant que, soit dit en passant, ses propos ne s’adressaient pas à tous les Français, mais essentiellement à ceux qui « foutent le bordel », à savoir la CGT et autres syndicats archaïques et certains de ses adversaires politiques, notamment LR mais aussi LFI, qui jouent les indignés et tiennent des propos tout aussi violents à son égard.
Ce sont souvent les gens qui se reconnaissent dans ces qualificatifs qui sont les plus réactifs. Qui se sent morveux se mouche !

@ Tipaza | 06 octobre 2017 à 09:17
« Hum, nous sommes passés d’un langage ampoulé à un langage amphigourique qui veut tout dire et son contraire, en même temps.
Et qui bien souvent dit le contraire de ce qu’il fait et inversement. »

Langage amphigourique dites-vous ? Il semblerait plutôt que certains lui reprochent d’être un peu trop direct dans ses expressions.
Rien d’amphigourique dans « ceux qui foutent le bordel ». Là tout le monde a bien compris de qui il s’agissait, sauf peut-être les principaux intéressés qui l’accusent de s’adresser à tous les Français, pensant sans doute que tous les Français sont comme eux, ce qui est loin d’être le cas et heureusement !

@ boureau | 06 octobre 2017 à 10:27
« Pourriez-vous avoir la gentillesse de m'expliquer en quoi consiste la "réactitude" de celui-ci ?
Seriez-vous un "bisounours" de droite ? Je croyais l'espèce en voie de disparition. »

Le courant Wauquiez marche un peu trop lourdement sur les plates-bandes du FN à mon goût. Je trouve même que ce leader de LR est encore plus radical que Florian Philippot qui a compris, un peu tardivement, que les militants du FN ne voulaient pas de lui, en particulier les "grognards" du père fondateur.

A LR je préfère de loin des personnalités comme François Baroin qui curieusement, semble avoir été mis sur la touche, alors qu’avant l’élection présidentielle, il ralliait tous les suffrages à droite. Ou encore Xavier Bertrand et son solide bon sens, voire aussi Valérie Pécresse, même si je lui reproche ses allers-retours entre Juppé et Fillon lors de la campagne présidentielle.

A gauche, par contre, telle sœur Anne, je ne vois rien venir. Le seul qui tenait à peu la route était Manuel Valls, mais il s’est fait sortir par les « frondeurs » qui n'avaient pas du tout la même vision du socialisme. Ils l’ont payé d'ailleurs très cher vu qu’aujourd’hui ils ont tous disparu du paysage politique, certains s’étant même convertis dans le métier de chroniqueur politique.

boureau

@ Achille 06 octobre 08:28
"Wauquiez(...)un peu trop réac à mon goût"

Ah cette propension des Français à tenter de se cacher derrière les mots !

Pourriez-vous avoir la gentillesse de m'expliquer en quoi consiste la "réactitude" de celui-ci ?

Seriez-vous un "bisounours" de droite ? Je croyais l'espèce en voie de disparition.

Cordialement.

duvent

@ Frank Thomas

Si je puis me permettre j'ajouterais à votre réflexion qu'il n'est rien de plus détestable qu'un dirigeant (ici, il s'agit seulement d'une Nation, n'est-ce pas, pas d'une Banque, entité beaucoup plus respectable !!) qui oublie qu'il a certes, les honneurs mais surtout la charge...

Il me semble peu probable et plus précisément impossible, que ce monsieur-là, avec son cursus tellement balisé, puisse appréhender d'aucune façon le quotidien.

Il me plairait assez de savoir comment il s'est débrouillé, lui, pour passer les fourches caudines que la vie installe pour tout un chacun. Voyons :

Prendre un appartement c'est tellement simple à Paris, que je m'étonne de "tout le bordel" que les hypothétiques locataires font systématiquement...

Choisir l'école des enfants c'est une telle joie que je ne comprends pas "tout le bordel" que les parents inquiets font à chaque rentrée...

Se faire hospitaliser est un plaisir dans les 2 étoiles à la cantine remarquable, mis à la disposition du tout-venant, que je m'interroge quant à "tout le bordel" que font les crevards dont le corps est Notre-Dame des douleurs.

Trouver un emploi est un tel bonheur, qui de plus ne repose que sur les qualités, jamais au grand jamais, sur XXXXX ! ce mot que je ne saurais écrire, que je me demande pourquoi "tout le bordel" est encore là ??

Ce Monsieur, grand seigneur, bel homme, compétent, à la hauteur, à qui il ne manque rien, sinon, peut-être mais je n'en suis pas certain, une expérience directe avec la vie.

Et quand je suppose qu'il s'est mis à l'abri de "tout le bordel" que vous réservent les enfants, à cet instant précis, je me dis qu'on est entre de bonnes mains !

Pour diriger, il faut être étanche à l'humanité, de cette façon, on peut la conduire sans état d'âme à sa fin, joyeusement ! Après moi...

Si on veut, on peut ! Bien entendu !

Il arrive cependant des jours où si on veut même beaucoup, même infiniment, même éperdument, eh bien, il faut se rendre à une évidence c'est que "tout le bordel" vous tombe sur le coin de la figure, et j'imagine que les bougres fouteurs de bordel se souviendront qu'ils ont reçu un jour un très bon conseil, qu’il leur a plu d'ignorer...

S'ils n'ont pas de pain, qu'ils mangent de la brioche ! Vraiment, le peuple a mauvais esprit. Avec ou sans dents le peuple ça fout "tout le bordel" ! Vivement qu'on nous dise le mot de Cambrone, merde alors ! Ah, non c'est de Zazie dans le métro aux mille senteurs !

Aliocha

Il ne faudrait pas oublier Sylvain Fort, conseiller discours et mémoire. Lui devrait pouvoir suggérer au président de maîtriser sa nervosité :
« Le sage tourne sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler. »

sbriglia@Patrice Charoulet


Un homme qui hante tous les matins un "estaminet portuaire" (superbe !) crayon et papier en mains mérite toute mon estime...

Et en prime un petit cadeau :

https://www.youtube.com/watch?v=8fRYzA_GtZE

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS