« Sang pour cent : le crime, une passion ordinaire... | Accueil | Soeur Bernadette contre les esprits forts ! »

11 février 2018

Commentaires

Valerie

Je ne ululerai pas avec les chouettes... Toutefois...

@ Sieur Savonarole le 09 février 2018 à 23:59

Tardivement, je vous remercie de votre message.

J’en profite pour dire egalement mon admiration pour l’ecriture de Monsieur genau bien que n’ayant pas les references culturelles pour comprendre tous ses textes…

Sinon ces histoires d’envie et de jalousie de voisinage plus ou moins etranger m’evoquent cette sombre affaire du Grand-Bornand…

Une derniere chose qui me “traumatise” sur mon ile : le travail des personnes agees, tres agees !!
Une grande tristesse/detresse s’empare de moi a la vue de ces dames anglaises tres abimees par la vie qui s’echinent dans des supermarches a manipuler de lourds cartons a disposer dans les rayons.

Enfin, pour s’eloigner d’un total hors-sujet, je dois reconnaitre que les Anglais semblent efficaces quant a la resolution de leurs crimes : plus de pragmatisme ni d'idealisation/sanctification du lien familial, une protection bien reelle des temoins et enfin pas de delai de prescription pour “coincer” l’auteur…

@ Sieur Giuseppe le 10 février 2018 à 09:48

Merci de votre message mais bon, pour moi, pas de danger quant a ce Tournoi… Le sport me fait horreur… Aucun esprit de competition chez moi ni de sens de l’effort… La biere fait gonfler comme une outre !! Et puis l’Irlande ne me fait aucunement envie…

@ Sieur Elusen

Si je pense vous avoir decouvert au fil de mes lectures, sachez que votre ego surdimensionne risque de vous perdre… CQFD

Alex

@ breizmabro 12 février 2018 à 10:01

Merci pour votre vidéo, d'une autre (belle) époque !
Ceci dit, je ne suis pas mécontent de la mésaventure qui arrive à NH, il ne peut pas toute sa vie passer entre les gouttes!

Deviro

@ Tipaza | 12 février 2018 à 09:38
"Il y a chez les deux hommes Macron et Hulot la même part d'esbroufe dissimulée derrière une apparente sincérité, ce qui en bon français porte le nom de duplicité."

Et votre commentaire sur Fillon, sur Le Pen, et sur Mélenchon, c'est quoi ?

Jean le Cauchois

"Faut-il croire Nicolas Hulot ?"

Personnellement, je trouverai Nicolas Hulot crédible le jour où il viendra annoncer clairement aux Français la nature et la date de mise en service des nouveaux investissements de production d'énergie électrique, programmés par son ministère pour remplacer, disponibles 24 heures sur 24 et 365 jours par an, les deux réacteurs de 900 MW de Fessenheim. Vous l'imaginez répondant sur ce sujet aux questions de Jean-Jacques Bourdin ou de Gilles Bouleau ?

Il y aurait là un beau sujet - un numéro spécial ? - du nouvel Ebdo de Thierry Mandon. En cette période de Nouvel An chinois, j'ai accès à la quarantaine de chaînes de télévision chinoises, offertes gratuitement. Bien sûr, je ne connais rien de la langue et de l'écriture chinoises mais j'apprends beaucoup. J'attends de découvrir le nom de l'auteur qui écrira "Quand la France s'éveillera".

Serge Merlaud

@ Lucile
« Vous avez raison, et je prends note de votre remarque. Le seul mot que je contesterai est "méprisant", je ne méprise pas la langue française, c'était une erreur de ma part ».

Je regrette le « méprisant » que je retire illico et ipso facto tant il est difficile de nos jours d’éviter de reproduire ce qui nous est infligé à longueur de journée et notamment par les journalistes. D’aucuns diraient qu’on nous rabâche (sic) les oreilles de barbarismes.

Le « méprisant », que je retire en rougissant d’avoir été agressif, c’est le fruit de mon agacement. Circonstance atténuante ?

Pour parodier le para-français, car j’espère que ce n’est pas le néo-français, je dirai que les petites erreurs ou incorrections, les anglicismes abusifs, ne « m’indiffèrent » pas, ils « m’insupportent » ils sont “provocatifs” (provocants) pour les vieux schnocks de mon genre, ils “disruptent” (dérangent, bousculent) la parlance.

Les anglicismes inappropriés sont “déceptifs” (trompeurs), sournoiserie des faux amis, ce qui aboutit à des phrases “ludiques” (amusantes).
Je suis “dévasté” par le laisser-aller linguistique des media, grands créateurs et propagateurs d’âneries, de “devastated” qui correspond à effondré, anéanti, “dévasté” étant réservé à une contrée par exemple (et par les Huns ou Tamerlan).

Les journalistes “s’accaparent” (accaparent) à mon avis péremptoire la plus grande partie de la responsabilité de cette dévastation (là, oui) linguistique, dans leur désir de frimer : je parle presque anglais mais je ne le comprends pas car je ne sais pas le traduire, et je fais “style-genre”, et je porte la mauvaise parole, “un espèce” de mal endémique.

Bon, je ne vais pas “candidater” à la casquette (vissée sur la tête, il n’est plus de casquette qui ne soit vissée) de gardien de la correctitude (sait-on jamais ?) d’autant que mon français n’est pas impeccable, mais le caractère “pervasif” (envahissant”) de ce charabia jargonifiant des temps modernes que nous infligent des media de plus en plus “indéciphérables” (celui-là je l’invente, contrairement aux autres, je ne l’ai jamais entendu) me hérisse le clavier.

Bref, par un psittacisme incontrôlable, même des amoureux de la langue française, vivants piliers de la langue, laissent parfois sortir de confuses paroles, Lucile, du haut de ma chaire autodécernée, je vous pardonne, oserai-je un affligeant “LOL” autodérisif (oui, auto-dérisif, je vais me gêner tiens !) ?

Mmmmm. Ça soulage même si c’est très tiré par les cheveux (“far-fétché”).

Don Quichotte de la Merluche, contre les moulins à (mauvaise) parole.

gluon

Philippe Bilger – Ivan Rioufol : Macron, sauveur ou hypnotiseur ?

Monsieur Bilger qui doit chercher un maroquin devrait lire les commentaires de l'entretien de Valeurs actuelles.
Quelle bande de guignols que les macroniens, faut-il en rire ou en pleurer ?
Un ministre de plus ou de moins ? Macron devrait lui donner quelque chose pour ses vieux jours. C'est triste d'en arriver là.

breizmabro

@ boureau 12 février 2018 à 08:13

A la vérité je ne saurais dire précisément, tout dépend du montage de la ligne (poids du plomb) et d'où l'on pêche ; si l'on est sur une plage face au vent ou sur les rochers (pêche à pied).

Ceci dit, compte tenu de mon âge, si je ne lance pas très loin je lance suffisamment loin pour pêcher un ou deux bars à la taille réglementaire ;) par saison (en pêche à pied). Et ça me suffit... D'autant que crapahuter sur les rochers, en bottes, engoncée dans un caban, encombrée de la ligne et de l'épuisette (au cazou ;)) c'est déjà un exploit, alors, raisonnablement, je partage ce sport avec mon petit-fils (24 ans aux prunes) qui est le compagnon idéal. Il n'emporte qu'un téléphone basique (on ne sait jamais) d'où il ne peu recevoir ni mail ni envoyer de tweets, et SURTOUT il ne parle pas pour ne rien dire.

Le bonheur c'est quand on veut ;)

Achille

En complément à mon commentaire l’excellent dessin de Plantu.


breizmabro

@ Tipaza 12 février 2018 à 09:38
"Il y a chez les deux hommes Macron et Hulot la même part d'esbroufe dissimulée derrière une apparente sincérité"

Il était donc normal que les deux fassent la paire car "qui se ressemble s'assemble" c'est bien connu ;)

Achille

A noter que les femmes musulmanes ne sont par épargnées par les attouchements et autres frottages lors du pèlerinage à La Mecque.
Il semble que Tariq Ramadan ait fait des émules…

https://www.francetvinfo.fr/societe/harcelement-sexuel/mosquemetoo-des-musulmanes-denoncent-le-harcelement-et-les-agressions-sexuels-lors-du-pelerinage-a-la-mecque_2604056.html


Philippe Dubois

Bonjour Monsieur Bilger

Votre billet m'inspire plusieurs idées contradictoires.

D'abord, Nicolas Hulot (NH) est sujet comme tout citoyen à la présomption d'innocence.

Toutefois, le communiqué du procureur de Saint-Malo du 08/02/2018 explique bien que la plainte du 11 juillet 2008 a été classée sans suite à cause de la prescription, mais que, je cite, "les deux protagonistes avaient une vision contradictoire quant au consentement à la relation sexuelle".

Ensuite, je considère NH comme un nuisible de première bourre (ainsi que Géraid Darmanin lui aussi accusé).

Donc voir que MM. Hulot et Darmanin se reprennent en pleine figure les conséquences du politiquement correct et autres âneries qu'ils ont contribué à répandre ne peut que me réjouir.

Certes, c'est de la Schadenfreude, mais ça fait du bien quand même, surtout quant on sait que ces deux (sinistres) individus seraient les premiers à vous enfoncer s'il vous arrivait un problème : cf. l'attitude de Darmanin envers Christian Vanneste.

hameau dans les nuages

@ Patrick VERNOT | 11 février 2018 à 19:54

Je ne connais pas l'affaire Hulot mais vous sous-estimez la puissance psychologique des prédateurs sexuels sur leurs victimes. Et parmi eux nombre, comme par hasard, font de la photographie d'art voire du modelage de bustes et pubis... Croyez-vous qu'ils exercent des pressions physiques ? Bien sûr que non, ils magnifient leurs corps en leur faisant prendre des poses lascives un peu suggestives mais pas trop. Ils ne prennent pas des photos mais shootent, mitraillent, enfermant leur proie dans leur toile par touches successives. Nombre de jeunes filles encore fleurs bleues deviennent gourgandines à leur insu. Ils savent exploiter la psychologie féminine.

Je connais une jeune femme qui se remet ainsi lentement alors que des photos d'elle traînent encore sur la toile. Son beau-père était "photographe "et cherche encore actuellement des modèles... Il existe ainsi un nombre important de sites où les discussions sur les ouvertures de diaphragme, sensibilité, zooms et éclairage ne sont que des cache-sexe à leurs turpitudes.

Roger Dettwiller

Je tiens à dissiper une petite confusion dans la présentation des faits.
L'apprentie-photographe qui, disons-le, est une petite-fille de François Mitterrand, avait déposé en 2008 une plainte en Justice, sachant que le délai de prescription de dix ans était dépassé.
Le seconde dénonciation, par une employée de la Fondation Hulot, n'avait pas donné lieu à une instrumentation de la Justice.

Achille

@ Pierre-Antoine | 12 février 2018 à 09:39
« Et à ma connaissance aucun vœu n'est exigé des hommes politiques, même pas celui de fidélité, ni à leur parti ni à leurs amis :-D »

Il est clair que la fidélité est une qualité que bien peu de politiques peuvent prétendre posséder. Dans leur vie privée certains y parviennent toutefois. J’ai quelques noms en tête. Par contre concernant la fidélité à son parti, Emmanuel Macron a réussi à semer une belle pagaille au sein des partis de gauche comme de droite.
Edgar Faure avait raison quand il disait : « Ce n’est pas la girouette qui tourne c’est le vent »…

Achille

@ Tipaza | 12 février 2018 à 09:38
« Et dire qu’Achille prétend que Nicolas Hulot ne se déplace qu’en ULM, oubliant que le trajet Paris-Ushuaïa ne se fait pas en ULM, surtout avec un équipe d’une vingtaine de techniciens et que sur place il était filmé en ULM à partir d’un hélicoptère, ou pire à partir d’un autre ULM les deux filmés par un ou deux hélicoptères, pour nous donner de magnifiques images d’ailleurs, au détriment de l’empreinte carbone, mais à l’époque il n’y avait pas d’empreinte dans le ciel et on parlait plus d’ozone que de carbone. »

Je vous ferais juste remarquer que le déplacement de Nicolas Hulot et de ses équipes pour se rendre sur les lieux féériques qu’il nous décrits lors de son émission Ushuaïa est marginal pour ne pas dire fifrelinesque au regard des milliers de Boeing 757 et Airbus 380 qui sillonnent le ciel tous les jours un peu partout sur la planète.

On ne fait pas d’omelette sans casser des œufs dit un vieil adage français. J’imagine mal réaliser ce genre d’émission en se déplaçant à dos d’âne. L’important est le message qui est transmis lors de ces émissions et qui a un impact sur les comportements des humains vis-à-vis de la planète.

breizmabro

@ Alex 11 février 2018 à 22:01

MERCI pour ce grand moment qui fleure bon la vérité ! Pour vous remercier je vous joins cette vidéo que chaque Breton connaît, sauf peut-être notre ingénieur en écologie ;)

https://www.youtube.com/watch?v=Nln_l4YFyRc

Pierre-Antoine

@ Achille

La chasteté concerne tous les catholiques laïcs qui "par leur baptême" se sont engagés (sans même pouvoir encore dire maman) à vivre toute leur vie personnelle, familiale et sociale dans la chasteté (il y a du boulot).

Les prêtres diocésains ne font pas vœu de chasteté mais font promesse de célibat et d'obéissance à leur évêque. La nuance est très subtile.

Et à ma connaissance aucun vœu n'est exigé des hommes politiques, même pas celui de fidélité, ni à leur parti ni à leurs amis :-D

Tipaza

@ Savonarole

Hulot non pas au guidon, mais au manche à balai d’un Su-27.
C’est la seule situation où un homme doit prendre un manche à balai, sauf s’il est un homme tout à fait ordinaire, mais le sujet est clos, et ça vaut mieux.

Et dire qu’Achille prétend que Nicolas Hulot ne se déplace qu’en ULM, oubliant que le trajet Paris-Ushuaïa ne se fait pas en ULM, surtout avec un équipe d’une vingtaine de techniciens et que sur place il était filmé en ULM à partir d’un hélicoptère, ou pire à partir d’un autre ULM les deux filmés par un ou deux hélicoptères, pour nous donner de magnifiques images d’ailleurs, au détriment de l’empreinte carbone, mais à l’époque il n’y avait pas d’empreinte dans le ciel et on parlait plus d’ozone que de carbone.

Hulot un champion du bonneteau, cachant l’essentiel pour nous livrer le superflu.
Le superflu et l’essentiel en même temps, ça ne vous évoque rien ?
Il y a chez les deux hommes Macron et Hulot la même part d'esbroufe dissimulée derrière une apparente sincérité, ce qui en bon français porte le nom de duplicité.

Vivement que Nicolas Hulot prenne des vacances.

https://www.youtube.com/watch?v=DUWHZYMhDS4

Lucile

@ Serge Merlaud | 11 février 2018 à 21:57

Vous avez raison, et je prends note de votre remarque. Le seul mot que je contesterai est "méprisant", je ne méprise pas la langue française, c'était une erreur de ma part.

Achille

On entre en politique comme on entre dans les ordres. C’est un apostolat. Il faut faire preuve de beaucoup d’abnégation, accepter de se faire éreinter par ceux qui ne partagent pas votre idéal.
Un prêtre a fait vœu de chasteté et j’imagine que c’est dur pour lui d’entendre les péchés de ses paroissiennes. Il doit se dire en son for intérieur, « mais quelles salopes » ! » et malgré tout il leur donne l’absolution en leur disant « A bientôt ».

Un homme politique n’est pas tenu au vœu de chasteté et donc il peut se laisser tenter au gré des circonstances aux plaisirs de la chair. Enfin je devrais plutôt dire "pouvait" car désormais avec la déferlante sexiste qui fait suite à l’affaire Weinstein, un homme politique devra préalablement se voir remettre un certificat de bonne moralité, remontant sur les trente dernières années, remis par un tribunal des bonnes mœurs créé pour la circonstances afin de prétendre mener sa carrière politique en toute sérénité. Et encore ce n’est pas sûr.

Savonarole

Révélations.

Au-delà de ses nombreux crimes et délits, Nicolas Hulot est avant tout un crypto-communiste, comme le révèle la vidéo exclusive en direct live que je vous livre en exclusivité.

https://m.youtube.com/watch?v=FleU0Tpvy_E

Le voici au guidon d'un MiG-27 fonçant sur Moscou pour livrer à Poutine une caisse de shampooings anticalvitie de la marque Ushuaïa.

Robert Marchenoir conviendra avec moi que Napoléon n'aurait jamais fait ça.

boureau

@ breizmabro 11 février 2018 22:45

"Surfcasting" : à combien de mètres lancez-vous le plomb ?

Cordialement.

G.Bachasson

L’Ebdo est une publication qui n’a que quelques mois d’existence et ses fondateurs sont des spécialistes reconnus de la diffamation... Il n’est pas inutile de le souligner.

Achille

@ breizmabro | 11 février 2018 à 22:16
« L'affaire n'était pas ténébreuse et sauf preuve contraire c'est sa femme, Anne Sinclair, qui a payé. Puis a demandé le divorce. »

Si vous voulez mon avis, il avait dû un peu trop forcer sur le whisky de l’hôtel pour avoir envie de faire des galipettes avec ce « thon ». Il avait pourtant largement les moyens de s’offrir les services d’escort girls bien plus affriolantes. Allez comprendre !

A noter qu’Anne Sinclair a été très mal inspirée en relayant sut Twitter un article de Vanity Fair sur Tariq Ramadan. Cela lui a valu un flot d’insultes lui rappelant le comportement de son mari avec les femmes qui n’avait rien de vraiment différent de celui de l’islamologue.
Reste à savoir si une épouse peut être responsable des frasques de son mari. Mais les ignorait-elle vraiment ? On peut en douter…

breizmabro

@ boureau | 11 février 2018 à 21:14
"Enfin, ça occupe un week-end d'hiver !"

Exactement ! C'était ça ou aller à la pêche au(x) bar(s) en surfcasting, mais il fait trop froid :D

Cdt

breizmabro

@ stephane 11 février 2018 à 15:25
"...les émissions sur une télévision privée étaient sponsorisées par Rhône-Poulenc ?"

Et par Total... ;)

@ Achille 11 février 2018 à 13:29
"DSK a payé pour la ténébreuse affaire du Sofitel"

L'affaire n'était pas ténébreuse et sauf preuve contraire c'est sa femme, Anne Sinclair, qui a payé. Puis a demandé le divorce.

Ellen

@ boureau | 11 février 2018 à 21:14

Dans la semaine les gens travaillent, donc les seuls moments de libres sont le week-end.
A ce propos, une autre tribune vient de se créer : #WeToo - qui est un mouvement uniquement d'hommes venus rejoindre les victimes par solidarité contre les violences sexuelles faites aux femmes.

Alex

Nicolas Hulot habillé pour plusieurs hivers, pour connaître le personnage :

http://www.viapl.fr/lettre-a-un-bouffon-de-cour/

Serge Merlaud

@ Lucile

Je profite de votre commentaire pour râler.

"...ça nuira à la cause des femmes, hommes et enfants réellement abusés sexuellement..." dites-vous.

Abusés sexuellement ?
Que voulez-vous dire ?
Pour "sexual abuse" et "to abuse", on a en français (il me semble) : viol ou maltraitance sexuelle, violer, maltraiter.

Une victime n'est pas "abusée" elle est violée.
Une femme n'est donc pas abusée mais maltraitée ou violée, si je ne m'abuse...

Plain and simple ! Tant qu'à parler anglais autant parler anglais que faire des anglicismes méprisants pour la langue française.

Dire abuser c'est aussi minimiser les faits, ne pas nommer les choses, un viol est un viol, un violeur n'est pas un abuseur, c'est un criminel qui viole. C'est mal. Ce n'est pas de l'abus.

Abuser en français (Larousse en ligne) : tromper, égarer quelqu'un en faisant illusion, le duper, le leurrer : Par ces promesses on veut nous abuser. Ou : user mal de quelque chose, en user avec excès, ou en tirer un profit excessif : Ne pas abuser du tabac. Abuser de son autorité. Ou : exagérer, dépasser la mesure. Ou : profiter avec excès de la bonté de quelqu'un, de sa patience. Et à la rigueur : "abuser d'une femme" : la violer. Et encore cette dernière acception qui ne devrait pas se mettre au passif "a été abusée" est un laxisme laroussien habituel face à l'anglicisation... abusive de notre langue.

Sergio Carioca

@ Ellen
"Bizarre ? Comme c'est bizarre !... Cette histoire ancienne de 1997 et classée sans suite en 2008 ne mérite vraiment pas d'occuper la Une d'Ebdo vingt après. Pourquoi faire étalage de cette vieille affaire maintenant sortie du placard moisi ? Pour nuire à Nicolas Hulot parce qu'il a rejoint Macron ou pour faire parler des infidélités cachées de son grand-père François Mitterrand ?"

Pourquoi chercher des complots géniaux et complexes et finement ourdis ?

Toujours privilégier la médiocrité le narcissisme et l'appât du gain, et le désir mâle et le hasard des événements.

"Pascale Mitterrand avait-elle sa conscience pour elle quand elle a accepté l'infidélité d'un homme marié avec enfants, en toute connaissance de cause ? J'avoue ne pas comprendre cette femme."

J'ai regardé (merci Wiki), Hulot n'était pas à cette époque en couple présumé monogame...

stephane

Je suis impressionné par le nombre de commentateurs que Nicolas Hulot laisse indifférents...

boureau

@ breizmaro 11 février 2018 08:38
"Beaucoup de bruit pour peu de chose finalement"

Je parlais de Hulot et de personne d'autre ! Je maintiens : il est fait des tonnes sur cette affaire y compris sur ce blog, alors que personne ne sait exactement ce qui s'est passé !

Enfin, ça occupe un week-end d'hiver !

Cordialement.

Patrice Charoulet

@Trekker

Vous avez été injuste plusieurs fois avec moi. Vous avez eu tort.
Cette fois, dans un post abordant plusieurs sujets, vous dites quelque chose que j'approuve sur un sujet qui m'est cher, ayant vécu au Rwanda.
Le dénommé Patrick de Saint-Exupéry, qui travaille dans le nouveau journal qui retient l'attention, a été scandaleusement INJUSTE avec la France. Vous dites, vous, l'armée. La France n'a pas à rougir de sa politique au Rwanda, pendant et après les événements que l'on connaît tous. Edouard Balladur, auquel je conserve toute mon admiration, l'a dit et redit avec raison. Ce journaliste est un menteur effronté. J'ai eu la chance de lire sur l'admirable action française au Rwanda, le rapport de Patrice Sartre, maintenant général, sur ce que nous avons fait là-bas. Il me l'avait remis pour lecture, quand il était chef d'état-major à Djibouti. Rapport complet, limpide et sans réplique. J'invite le journaliste malhonnête à se le procurer pour compléter son information lacunaire.

Patrick VERNOT

Dans ce papier, il est question de "relation consentie". Mais alors on se demande un peu quel a été le motif de la plainte en 2008 ?

Peut-être quelque chose comme : "Monsieur le gendarme, en 1997, j'ai eu une relation consentie avec M. Hulot, mais il ne m'a fait jouir qu'une fois alors je porte plainte" ?

Robert Marchenoir

Petite précision : d'après l'article du Parisien que vous mettez en lien, ce n'est pas "la jeune femme apprentie photographe" qui "a précisé que pour elle il s'agissait 'd'une relation consentie' " -- ce qui serait contradictoire et avec son dépôt de plainte, et avec la suite de la phrase où elle indique que son but "n’était pas de faire juger [Nicolas Hulot], mais de le mettre devant sa conscience".

C'est la journaliste ayant écrit le livre où figurait, en 2010, cette allégation d'une relation impliquant le futur ministre, qui a déclaré que d'après les informations qu'elle avait recueillies à l'époque, rien ne lui avait permis de penser que le consentement était absent.

Cela étant, et sans me prononcer sur cette affaire dont je ne connais naturellement rien, il serait bon que certaines dames arrêtent de nous casser... les pieds, pour rester poli.

Depuis le début de cet étalage de stupre dû au porcinet Harvey Weinstein, j'ai décompté au moins trois femmes ayant hurlé au viol, dans la presse, dont il s'avère :

1) Pour au moins deux d'entre elles, qu'elles ont déclaré avoir été agressées sexuellement ou violées par Weinstein, tout en affirmant avoir eu par la suite des relations sexuelles consenties et régulières avec lui pendant un, voire deux ans.

2) Pour une troisième, qu'elle s'est plainte d'avoir été agressée sexuellement (et même violée) par Aziz Ansari, un célèbre humoriste américain, tout en livrant une description quasi-pornographique des faits (dûment reproduite par les médias grand public, y compris le très chic Figaro Madame) de laquelle il ressort : que cette "dame" a rencontré l'humoriste en question dans une boîte de nuit, où elle lui a fait un gringue effronté, allant jusqu'à taper son numéro de téléphone sur le portable de l'intéressé -- et ce alors qu'elle était venue dans cette boîte au bras (si l'on peut dire) d'un autre homme ; que l'humoriste en question, personnalité du spectacle connue contrairement à la dame en question, ne s'était pas montré spécialement intéressé au départ ; qu'elle a fini par lui arracher un rendez-vous au restaurant, où elle s'est rendue dans une tenue affriolante ; qu'elle l'a rejoint après à son domicile ; qu'ils se sont tous deux déshabillés, puis livrés à un certain nombre d'activités dont je vous épargne les détails (contrairement à la "violée") ; et qu'enfin, elle s'est déclarée pas spécialement comblée par l'événement, voire carrément déçue.

Cela justifiant une dénonciation publique de "son porc" en tant que criminel sexuel, tandis qu'elle restait, elle, prudemment anonyme.

Donc, petit message à ces dames, issu de la bonne vieille sagesse de grand-mère, qui jadis allait de soi, mais qu'il faut, hélas, repréciser noir sur blanc : si vous vous comportez comme des prostituées, ne vous étonnez pas d'être traitées comme des cochonnes. Et surtout, surtout, ne venez pas vous plaindre après, une fois votre carrière faite, une fois vos films tournés, une fois arrivées au faîte de la célébrité -- avec tout le bon pognon qui vient avec.

Et n'oublions pas ces féministes castratrices qui avouent tout de go que cela ne les gêne nullement de faire perdre leur emploi à des hommes suite à des accusations de viol mensongères, pourvu que cela permette de faire reculer le "patriarcat".

On reconnaîtra là aisément l'idéologie marxiste, retaillée sur mesure pour servir "la cause des femmes" après celle du "prolétariat" : peu importe le nombre de morts, et peu importe qu'ils soient innocents même au regard de notre idéologie criminelle, pourvu qu'ils permettent de hâter l'avènement du communisme.

Ayons, à cette occasion, une pensée "émue" pour Kate Millett, célèbre féministe américaine morte à 82 ans, dans sa chambre d'hôtel à Paris, en septembre dernier, dont les théories ont tellement infecté la société que ses livres sont enseignés dans les écoles en Amérique.

Sa propre soeur nous apprend qu'elle était littéralement folle à lier, tellement folle que sa famille a tenté à plusieurs reprises de la faire interner légalement ; tandis que les autorités irlandaises, pays où elle s'est échappée, l'ont de leur propre chef enfermée dans un hôpital psychiatrique ; hôpital dont ses fans locales ont réussi à la faire échapper...

Ellen

Rien d'étonnant quand on sait que chez eux c'est le mari, le père, le frère ou le fils qui a la mainmise sur l'épouse et la soeur.

Femmes voilées, paroles libérées...

#MosqueMeToo, le hashtag qui dénonce le harcèlement sexuel dans les lieux de culte musulman

Et pourquoi pas sur le #MosqueBalanceTonPorc ?

Sergio Carioca

Je ne comprends plus rien.
Philippe Bilger nous dit :
"La jeune femme apprentie photographe a précisé que pour elle il s'agissait "d'une relation consentie" et que son but "n'était pas de le faire juger mais de le mettre devant sa conscience".

Faute de frappe ? Porter plainte pour une relation consentie, quelque chose doit m'échapper.

Michelle D-LEROY

Ces affaires sont avant tout un poison. Comment séparer le vrai du faux, qui croire ?
Nous sommes dans une ambiance où l'hystérie féministe est à son comble. Tout est bon pour dénoncer la gent masculine. Si bien qu'on a juste le sentiment que ces dénonciations répétées, ces plaintes en cascade, ces calomnies malsaines ne servent qu'à régler des comptes avec les hommes d'abord qui seraient tous des porcs, surtout s'ils sont en vue ou occupent un poste qui dérange mais aussi avec les politiques.

Je suis donc tentée de dire que je ne crois pas que Nicolas Hulot soit un violeur. Mais vu les circonstances où il y a eu plainte même sans suite il en restera toujours quelque chose puisque ni la supposée victime ni le ministre ne pourront apporter la preuve du délit ou de son innocence. C'est donc très désagréable pour le ministre et pour l'opinion prise entre deux feux.

Un climat malsain qui perdure. Et cela me rappelle la vieille histoire de celui qui criait au feu et faisait sortir les habitants pour éteindre un incendie imaginaire, juste pour s'amuser. Et, lorsque ce même individu a crié au feu parce qu'un incendie faisait rage, personne ne s'est déplacé.

A force de semer la confusion, il faut donc craindre que lorsqu'un vrai viol sera commis par un personnage connu, personne n'y croira.

Hors cette affaire désagréable, je sais aussi que de nombreuses femmes qui se posent en victimes aujourd'hui, peut-être même certaines pour toucher une petite somme non négligeable de dédommagement, ont usé de leurs charmes pour la promotion canapé ou pour être pistonné pour un rôle, un emploi, une promotion. Les femmes d'aujourd'hui ne sont plus des oies blanches même à vingt ans et je pense qu'elles sont capables de se défendre contre un dragueur lourd et trop insistant. Les vrais violeurs c'est autre chose.

Bref, sauf à être informée de faits plus probants, je crois Nicolas Hulot.

Les tribunaux du Net fonctionnent à tour de bras mais là encore je vois la limite du "en même temps". Le Président Macron dit qu'il ne veut pas une société de la délation mais ajoute qu'il est normal que la parole soit déliée sur les réseaux sociaux... on ne peut pas dire tout et son contraire. Et comme parfois, la parole gouvernementale est mise en doute à juste titre par des "fake news" d'Etat pour orienter la pensée, on peut tout supposer, tout croire ou douter de tout. On a encore de quoi s'occuper.

Trekker

Un fait mérite d’être souligné au sujet d’un des trois animateurs de ce nouveau journal qu’est Ebdo : l’un deux est Patrick de Saint-Exupéry, qui depuis vingt ans n’a de cesse de colporter les pires accusations, totalement infondées, sur l’armée française et ses chefs au Rwanda entre 1990 et 1996. A savoir encouragement, complicité, aide au génocide et protection-sauvetage des génocideurs, etc., il est de fait le porte-parole zélé de Paul Kagame, qui est le pire dictateur sanglant d’Afrique.

On peut être assuré avec ce type de co-directeur de la rédaction d'Ebdo de la rigueur, de l'objectivité, et de la déontologie de ce journal. Car Patrick de Saint-Exupéry est avant tout mû par ses détestations et partis pris sans nuance !

J’observe que Pascale Mitterrand a passé près d’une semaine en 1997 dans la maison de Nicolas Hulot en Corse, et qu’elle n’a pris aucun cliché de lui et des lieux, but officiel de son séjour. Elle a attendu que la prescription pour viol soit acquise depuis près d’un an avant de déposer une main courante à la gendarmerie. Elle savait pertinemment que celle-ci ne pouvait faire l’objet d’une enquête préliminaire, et encore plus judiciaire, d’où impossibilité par la justice de fouiller cette affaire de présumé viol.

Il convient de noter qu’elle a précisé qu’il s’agissait « d'une relation consentie », et donc ne pouvant au maximum qu’être qualifiée de viol par surprise : notion pouvant prêter à interprétations diverses. Photographe méconnue et l’étant toujours, elle espérait peut-être en se donnant pendant une semaine à Hulot, que cela lui permettrait d’accéder à la notoriété. Autre hypothèse fréquente, ce dernier le lui avait promis et se déroba à son engagement. Ce n’était donc au pire qu’un « viol par duperie », dont elle ne prit conscience que dans les dix ans suivants !

Son argument actuel pour justifier la date de dépôt de sa main courante, « ce n'était pas de le faire juger mais de le mettre devant sa conscience », mais alors son but relevait de la fourberie : dans son entourage familial les avocats roués ne manquaient pas ! Une main courante est toujours archivée, et peut donc toujours ressortir des années après. En procédant ainsi à l’âge de trente ans, elle s’assurait un moyen de pression pendant des décennies vis-à-vis de Nicolas Hulot, personnage médiatique et déjà sollicité par de nombreux politiques.

Si toutes les intrigantes et ambitieuses sans scrupules, plus de dix ans après les faits, accusaient de viol les hommes avec qui elles ont couché sciemment, et cela dans l’espoir déçu de bénéficier d’une « promotion canapé », les hommes ayant un quelconque pouvoir devraient dorénavant faire dresser par-devant notaire un acte dans lequel les postulantes acceptent sans réserve d’avoir un ou des rapports sexuels avec eux !

Je précise que je n’ai pas la moindre sympathie, et notamment politique pour Nicolas Hulot : il a toujours surfé habilement sur son aura médiatique, et ne fut pas des plus scrupuleux dans ses affaires financières télévisuelles.

semtob

Cher Philippe,

Exemplarité, exemplarité.
Transparence, transparence.
Nicolas Hulot doit bénéficier de la présomption d'innocence comme chaque individu.
Les journalistes doivent respecter une certaine éthique, faut-il le rappeler ?
Nous n'avons pas à croire ou à ne pas croire votre intuition parce que cela n'est pas de notre compétence.
Par contre cet homme n'a pas à être traqué comme une bête sauvage.
Le parcours de l'oie n'est pas celui de l'autruche.
Une petite visite en fin de mandat par Hollande en dehors de l'Elysée pour Gilbert Mitterrand. Libournette, libournette. Le parcours politique des journalistes copains, copains avec Hamon, Aubry, Royal et le venin et les pelotes de réjection de ceux qui ont perdu des plumes sont prêtes.
Cela a marché avec Fillon, Bayrou, Fifi, Loulou et les autres et rebelote.
Nous avions déjà eu les boules puantes, arrivent les pelotes et les pleurotes.
2020 approche !
françoise et karell Semtob

Ellen

Plutôt que de se mordre les doigts, mieux vaut réfléchir à deux fois.

https://www.youtube.com/watch?v=lyYwofbzGAM


genau

@ Liliane Antille

Souffrir au point de quitter la France ? A cause du regard des hommes...
L'affirmation est forte, la généralisation dérangeante, l'accusation presque diabolique.
Sincèrement, je n'arrive pas à situer un tel paroxysme mais n'étant pas une femme, sans doute n'ai-je rien compris de leur vie.

Je me souviens en revanche d'une inspectrice du travail très jolie jeune femme de surcroît, qui s'était fait siffler d'admiration par des couvreurs du toit d'un immeuble. Ceux-ci, pour l'occasion, s'étaient avancés jusqu'à la sablière, sans baudrier évidemment. Elle venait inspecter le chantier, elle a eu l'intelligence d'en rire, tout en tançant sévèrement les ouvriers penauds. Je ne pense pas qu'elle ait quitté l'inspection du travail, ni a fortiori, la France.

Faut-il que vous ayez souffert.

GLW

Vu les succès du gars Hulot, c'est sûr que demain, je me précipite au supermarché du coin pour acheter le produit de douche Ushuaïa Nature. Doit y avoir un truc d'enfer là-dedans pour "pécho" facile.

Catherine JACOB

"La libération de la parole profite à la justice et à la vérité si elle s'assigne ces objectifs. Sinon elle peut accabler qui est à mille lieues d'un tel procès.
Il me semble que Nicolas Hulot mérite d'être cru. Son aura équivoque et la focalisation hostile qu'il inspire à beaucoup ne le rendent pas coupable par principe."

Il semble qu'il existe plus d’une forme possible de libération de la parole. Notamment celle de la parole accusatoire et celle de la parole rétractatoire – mot qui semble ne pas exister, contrairement au premier, ce qui me semble significatif, ainsi il n’y aurait pas dans le langage, de pendant à « accusatoire ».

J'ai pris en marche hier sur TF1, l'émission de 16h05 "Reportages Faits divers" : L'affaire Iacono".
Alors âgé de 9 ans, Gabriel Iacono avait accusé son grand-père de l'avoir violé, avant de se rétracter.

En REPLAY jusqu'au 17 février.

C’est une très curieuse affaire dans laquelle la vérité est mensonge et le mensonge vérité, mais une autre vérité ayant échappé onze ans durant aux "experts".

D’où ma question, qu’est-ce que ces experts qui ignorent le champ du possible pour se focaliser sur du déjà pré-interprété n’y discernant pas l’apparence, seulement, du réel.

L’affaire s’est terminée par un rare procès en révision (2016) et l’indemnisation du prévenu de viol sur mineur sur la base d’une accusation infondée, à hauteur de 700 000€ (2016).

Dans un contexte familial de divorce des parents, un enfant de neuf ans accuse son grand-père, à l’époque un élu de la République, Christian Iacono le maire de Vence (Alpes-Maritimes, Région Provence-Alpes-Côte d’Azur), UDF, radiologue, de l’avoir violé.

Je retiens pour ma part dans un premier temps, que le grand-père est quelqu’un d’important dans la communauté et a fortiori dans la famille, le chef du village en somme, et qu’il pratique cette magie particulière qui consiste à voir au travers des corps.

Le petit-fils du maire de Vence n’est pas un tout petit enfant dont la parole laisserait une large part à l’interprétation, et interprétation fonction des obédiences des psychiatres / analystes experts-interprètes, mais un enfant de neuf ans dont les parties intimes présentent, qui plus est, des tissus cicatriciels paraissant apporter du crédit à ses accusations.

Comme le soulignera, après-coup, le Dr Paul Bensussan, expert près la Cour de cassation, « Les psychiatres sont de piètres détecteurs de mensonge et ne peuvent pas davantage permettre d'établir la vérité historique, ce qui s'est réellement passé. » Il ouvre ainsi la question de la vérité historique, la réalité des faits donc, opposée aux faits tels que dans le réel de l’enfant qui les restitue et ne ment pas nécessairement pour autant qu’on définisse le mensonge par une altération délibérée de la, ou d’une vérité.

Que s’est-il réellement passé ? Faut-il croire la rétractation qui intervient plus d’une décennie (2011) après les faits présumés et même jugés ? Toujours est-il que Gabriel, la victime, se rétracte et le reportage en souligne la raison donnée comme suit : désirant embrasser un jour une carrière d’avocat et père à son tour d’un petit garçon de neuf mois – cet âge équivalent au temps d’une grossesse ordinaire – , il ne souhaite pas élever son fils dans un mensonge. Ce qui pose nécessairement la question non pas de « qui aurait menti », c’est lui-même, mais de « qui aurait été lui-même élevé dans le mensonge ? Quel mensonge ? et entretenu par qui ? »

Quelle est donc cette vérité nouvelle issue de la rétractation ? Il aurait bien été violé, ce qui fournit une explication au tissu annal cicatriciel identifié sur le gamin de neuf ans, et donne à penser qu’il a fait porter au chef la responsabilité d’une agression sexuelle commise par quelqu’un d’autre. En somme, « responsable quand bien même pas coupable. » On a déjà vu ça, mais dans une autre occasion.

La loi française cependant, ne connaît pas la victime expiatoire, ce qui eût pu représenter un moyen de cassation pour autant que la notion de « victime expiatoire » fut apparue dans le dossier, et ce n’était donc pas le cas. La Cour qui juge le droit et non les faits, est donc elle aussi défavorable à l’accusé.
Mais on ne peut ignorer cette rétractation tardive qui innocente le « condamné par trois fois », pour lequel comme dans la Bible, le coq aura donc chanté trois fois, et s’ouvre alors cette rarissime procédure qu’est un procès en révision, à savoir un quatrième procès par lequel se clôt onze ans de procédures mais pas seulement, vu ce qu’on sait de la façon dont ses codétenus traitent un pédophile, qui plus est un pédophile qui n’est pas n’importe qui, mais un ascendant et un élu de la République, ce qui n’a sans doute pas été sans trouver écho dans les configurations psychologiques compliquées.

Resterait en fait à apprendre quel est cet autre.

Eh bien, je ne sais pas si j’ai tout compris de ce qui a été expliqué par TF1, mais à l’époque du viol réel, "commis par quelqu’un d’autre", lui-même n’était pas né. Il n’a donc pas pu être violé. Qui donc a été violé ?

A l’âge où lui-même aurait été violé, c’est sa mère en fait qui l’a été et qui, ayant développé ce qu’on appelle un syndrome de Münchhausen par procuration (SMpP) – dénomination utilisée pour décrire une forme grave de maltraitance, souvent des sévices à enfant, au cours de laquelle un adulte qui a la responsabilité médicale d'un tiers, souvent un enfant, feint, exagère ou provoque à son égard, de manière délibérée, des problèmes de santé sérieux et répétés avant de le conduire auprès d'un médecin ou d'un service de soins médicaux –, et dont le but aura manifestement été d'attirer sur soi-même à travers la falsification de la maladie, ici l’agression sexuelle, de l'enfant, l'attention et la compassion ayant autrefois fait défaut, s'agissant d'une forme de pathomimie par procuration.

L’enfant ainsi maltraité, non pas par son grand-père paternel, Christian Iacono, mais par sa mère, la belle-fille de ce dernier, est donc une vraie victime lui aussi, ce que les experts avaient sans doute détecté mais manifestement mal interprété, d’où ces spécialistes ne devraient avoir à apprécier que ce qu’ils sont en mesure de constater par eux-mêmes, sans oblitérer la manifestation de la vérité historique, eux qui ont failli à imaginer que l’origine du traumatisme constaté pouvait avoir été déplacée du côté de la famille maternelle vers la famille paternelle et avoir glissé d’une génération à l’autre dans une confusion des générations, des liens familiaux et des traumas. Est-ce donc cela que le chef, celui qui voit à travers les corps aurait dû voir mais n’a pas vu ?
Il est sans doute bien difficile de se prononcer, mais en tout cas, ça donne sérieusement à penser.

Revenons à Nicolas Hulot. Sans doute eût-il mérité d’être cru sur parole, et le serait-il, s’il n’y avait pas ces assertions de cet autre ministre, Jérôme Cahuzac, devenues cultes, dont celle-ci : « Je démens catégoriquement les allégations contenues sur le site Mediapart. Je n'ai pas, je n'ai jamais eu de compte à l'étranger, ni maintenant, ni avant. » - Jérôme Cahuzac, le 5 décembre 2012, à l'Assemblée nationale.

D’un autre côté, comment ne pas penser que dans cette overdose accusatoire dont le bon peuple est submergé depuis quelques semaines, ne se sont pas glissées subrepticement quelques falsifications de la vérité historique histoire d’attirer aussi un peu de compassion grâce à la notoriété de l’agresseur présumé ?

Il semble que cette petite fable d’Esope qu’est Le Berger mauvais plaisant soit plus que jamais d’actualité.

stephane

Nicolas Hulot ?
Vous parlez de l'écologiste avec d'inébranlables convictions et dont les émissions sur une télévision privée étaient sponsorisées par Rhône-Poulenc ?

duvent

De Hulot je me tamponne le coquillard et de la petite-fille "untel" encore plus.
Suis-je assez ordinaire ? "Mola salsa..."

Ray

Autrement dit, vous insinuez que la petite-fille de Mitterrand est une menteuse ? Ce n'est quand même pas atavique !
Quant à la prescription, elle ne date pas d'aujourd'hui, comme votre commentaire pourrait le faire croire, mais de 2008, date du tardif dépôt de plainte.
Mais Hulot est le chouchou (et membre) des merdias, donc forcément vêtu de lin blanc.

Elusen

Eh oui !
C’est reparti pour un tour !

L’adage populaire français dit :

  • « Les gens intelligents pensent, les autres croient ! »

L’honorable honoraire se cherche un nouveau dieu, il veut croire, il veut être en dévotion, il veut avoir la foi.
Faut dire que sa robe, originellement, vient de l’épiscopat catholique, le col blanc aussi.

C’est écrit, c’est donc vrai.

Pierre-Antoine

Si Hulot n'est pas cru, il est cuit !

Euh, pendant que j'y suis, y aurait-il parmi les lecteurs de ce blog, quelqu'un qui pourrait répondre à cette question :
"Existe-t-il des journalistes harceleurs sexuels, violeurs, pédophiles, sans compte bancaire dans des paradis fiscaux ?"
Je pose la question parce que je ne vois aucun scandale parmi eux ou elles !
Pour "journaliste menteur" je ne pose même pas la question, c'est aussi improbable que de l'eau sur l'eau soleil :-D

Michel Deluré

En fait, je ne me pose pas la question de savoir s'il faut croire Nicolas Hulot.
Ai-je d'ailleurs, comme beaucoup d'entre nous, les éléments me permettant de savoir s'il dit ou non la vérité ?
Je ne le connais qu'au travers de ses activités professionnelles, je n'ai connaissance des faits qui alimentent son actualité que par des publications vis-à-vis desquelles j'éprouve les plus grandes réserves.
Dans de telles conditions, il serait présomptueux de ma part d'affirmer que ce qu'il avance pour sa défense ne peut être que la vérité. D'autres déjà n'ont-ils point soutenu avec assurance être innocents alors qu'ils mentaient effrontément ?
Ce qui me paraît choquant, c'est qu'une certaine presse s'empare de tels sujets, sur lesquels la justice a soit déjà statué, soit n'est pas passée, salissant au passage un être présumé pour l'heure innocent jusqu'à preuve du contraire et espérant ainsi soulever une affaire d'Etat.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS