« Le populisme est-il une maladie honteuse ? | Accueil | Nausée démocratique : trop de réformes ? »

18 mars 2018

Commentaires

Julien WEINZAEPFLEN

François Mitterrand a-t-il tué le parti communiste ? En son temps, oui, mais Hollande l'a ressuscité.

Marine est-elle vraiment différente de son père ? Son caractère à elle aussi montre une double personnalité, qui a remplacé les provocations par un surcroît d'arrogance, mais qui ambitionne surtout, en ayant tué le père dans le parti de l'honneur à rendre aux pères, de diriger, par impossible, le parti du patriotisme parricide.

Le FN partage-t-il les mêmes ambitions sociétales que la droite dite républicaine ? Oui, mais d'une part il est moins conservateur et d'autre part cela doit nous interroger sur la lutte qui a remplacé, en démocratie, le social par le sociétal et la lutte des classes par la lutte des minorités, dans ce régime de la majorité.

Le sociétalisme des socialistes est un libéralisme froid et sans vision comme le libéralisme des hommes de droite, qui ont beau opposer au Front national qu'ils sont contre la peine de mort : comme celui-ci n'envisage de proposer son rétablissement qu'éventuellement et par référendum, on ne voit pas de quoi la bourgeoisie a peur, qui craint beaucoup les assassins, sauf quand c'étaient des mauvais garçons qui donnaient de grands frissons à ces dames du temps jadis.

Le sociétalisme n'est pas le socialisme. MLP, qui n'a pas abandonné la ligne Philippot puisque c'est sa ligne, comme Mélenchon, est socialiste, et socialiste nationale, de même que Mélenchon est souverainiste. La ligne de partage devrait donc séparer les sociétalistes-libre-échangistes d'un côté (que d'aucuns appellent mondialistes) et les populistes sociaux nationaux et souverainistes de l'autre. Or Mélenchon (mais c'est aussi vrai du mouvement 5 étoiles en Italie) reste figé sur un scénario où continuent de s'opposer fascistes et anti-fascistes, sous prétexte que Marine Le Pen est xénophobe et que lui est xénophile, l'identité étant l'impensé de l'un et le trop-pensé de l'autre qui, à part cela, préconisent la même politique.

Si Mélenchon avait été cohérent, il se serait rallié à Hamon pour faire gagner la gauche qui aurait battu Macron. Mais puisqu'il ne le voulait pas, il aurait dû en toute rigueur idéologique voter au second tour pour celle qui prônait la même politique que lui, politique qu'il aurait infléchie en négociant un accord de majorité législative où il aurait pu imposer des lignes rouges. Mais je raisonne là comme si les idées menaient le monde ou comme si Jacques Sapir, dont je n'aime pas les références dictatoriales, avait de l'influence sur les stratégies de pouvoir.

Comme le dit Adrien Abauzit dont j'admire la cohérence de la pensée sans aller jusqu'à dire que ses idées sont justes, faute de les avoir suffisamment analysées, une véritable stratégie populiste ferait se rejoindre "la France périphérique et la bourgeoisie catholique" (c'était déjà le parti pris d'Henri Hude au moment de "La manif pour tous"), non pas dans la chiiennerie buissonienne qui fait du peuple le gardien des biens meubles, immeubles et symboliques de la bourgeoisie, mais dans une véritable alliance des deux. Un front des populistes atteindrait cet objectif. Mais tout se passe comme si le populisme se contentait avec gourmandise de cette friandise qu'est l'inutile fonction tribunitienne. Tout semble l'indiquer dans la stratégie solitaire de Mélenchon, et rien ne semble le démentir dans l'incapacité dont on ne voit pas comment sortira Marine Le Pen de trouver des alliances, certes souverainistes, mais sociales et non pas sociétales : c'est pourquoi l'union des droites est une chimère.

Mary Preud'homme

@ sylvain | 20 mars 2018 à 11:14

Les maghrébins (qui appartiennent "ethniquement parlant" au groupe blanc) sont réputés pour être encore plus racistes anti-noirs que les blancs caucasiens (autrement dit européens).
Ce qui fait d'eux vos alliés objectifs, lesquels maghrébins tout aussi blancs que vous et, à en croire les statistiques de la délinquance, clients archi majoritaires des prisons, bien loin devant les Caucasiens, les Noirs étant ultra minoritaires, si si. Ce que vient de me confirmer un directeur de maison d'arrêt.
Au fait, vous vous prétendez catholique mais à vous lire ça m'étonne de plus en plus ; je vous vois plutôt en bon petit musulman intégriste et compagnie.
A moins qu'une belle métisse vous ait brisé le cœur, ce qui expliquerait votre hargne et votre détestation pathologique de la population noire en général !

Claude Luçon

@ Achille | 20 mars 2018 à 09:55

J'ai toujours objecté, ici en particulier, mais ailleurs aussi, (bien que souvent ailleurs on soit "modéré") deux choses :
1- le titre d'intellectuel que se sont octroyé ceux qui ne sont que des bavards. Sciences et technologies demandent en général un intellect largement supérieur aux autres études, ce qui explique que nous n'ayons pas assez d'étudiants se dirigeant vers ces disciplines ; nous manquons de 10 000 jeunes ingénieurs en France par an, nous manquons de bosseurs, ceux qui attaquent les problèmes au lieu d'en parler.

2- le fait que les théoriciens de 68, alors âgés de vingt ans, même moins, sont arrivés au pouvoir en 1981, se sont autoproclamés intellectuels, ont mis le pays dans le pétrin actuel et que cent d'entre eux ont maintenant le culot de signer une pétition pour nous mettre en garde contre un problème dont ils sont les auteurs, un problème dont nous n'avons pas besoin qu'on nous le rappelle car nous le subissons depuis des années. Nous avons besoin de l'attaquer brutalement, de compléter ce que font nos soldats au Sahel et en Syrie/Irak.
On n'élimine pas des fanatiques avec des boulettes de papier.

patriote

@ Patrice Charoulet | 20 mars 2018 à 07:58

Pleurnicher, moucharder, dénoncer, fouiner mais quel drôle d’individu êtes-vous ?
Vous osez de plus classifier les êtres et vous confondez racisme et patrie !
Allez, du courage, mettez-nous votre photo dans votre prochain commentaire.

sylvain

@ Philippe Dubois
"Force est malgré tout de constater que les personnes qui haïssent notre civilisation et qui viennent pour profiter de nos prestations sociales en causant des incidents et incivilités dans tous les endroits où ils se trouvent, appartiennent en très grande majorité à des minorités visibles d'origine non européenne."

Mais c’est moi ça ! Et dire que pendant des années sur ce blog, j’étais le seul à poster ce genre de message sous les huées, quolibets et insultes des gauchistes qui venaient ici pour polluer, troller et salir le blog dans le but de le faire supprimer... M. Bilger avait équipé le sien d’un antivirus marxiste et toutes les horreurs haineuses reductio ad hitlerum ad nauseam n’arrivant pas à courber l’échine du maître, ce blog a tenu bon et beaucoup de résistants à la charia inquisition censure gauchiste ont rejoint ce seul endroit de liberté qui restait sur le web ; je peux m’enorgueillir du titre de celui qui a fait beaucoup de "petits sylvain" ici, à ma grande joie.

Vous dites : "je ne juge pas quelqu'un à la couleur de sa peau."

Sauf que nos prisons sont remplies à plus de 90% de ces quelqu’un envers lesquels on déclare souvent hypocritement "je ne suis pas raciste mais..." et qui comme par hasard ont tous la couleur de ces minorités majoritaires visibles non européennes non blanches.

Attention quand même si vous cliquez sur Google, vous risquez de faire apparaître ma photo : type européen, non basané, blanc de souche, chrétien, hétéro, facho, raciste islamophobe, faciès FNiste, crâne rasé, bras tendu, footing au pas de l’oie, chanteur préféré : Wagner.

Michel Deluré

@ Philippe Dubois 19/03 16:40

Si l'on part du principe que chaque parti politique peut être assimilé à un cirque, il est clair dans ces conditions que chacun a par conséquent ses clowns et LR pas plus ni moins que les autres !

Tipaza

@ Lucile | 20 mars 2018 à 09:48
"Mais les Français sont-ils prêts à le vouloir ?"

Tout le problème est là.
Le choix de la liberté n'est pas facile, c'est celui de la responsabilité, et plus que de la responsabilité, c'est l'acceptation de la différence, vécue comme une injustice de la nature que la société doit corriger.

Depuis la Révolution, la tendance à l'égalité a balayé tout autre objectif dans notre société, et des sociétés démocratiques en général, comme le signalait déjà Tocqueville.

Le tout-égalitaire est si confortable, reconnaissons-le, laisser l'État s'occuper de tout, et en même temps surveiller que le voisin n'ait pas plus que soi, par ses qualités injustes forcément puisqu'elles nous sont étrangères, ou par son travail, un comble.

C'est la vision de la société d'un certain syndicalisme outrancier et aussi de la social-démocratie dont on ne dira jamais assez le mal qu'elle a pu faire idéologiquement et matériellement.

Pensez qu'en Russie il y a encore des partisans du communisme et des thuriféraires de Staline, ce sont en général des retraités que la libéralisation de l'économie russe a conduits à l'extrême pauvreté.

Mais j'y pense, au train où Macron pressure les retraités, je me demande si je ne vais pas regretter Chirac, Hollande et consorts... non je blague... quoique !

Marc GHINSBERG

@ sbriglia

Si je vous comprends bien, pour étouffer le FN il ne faut pas hésiter à voter pour ses candidats. A force de pirouettes, je crains que vous ne vous retrouviez cul par-dessus tête.
N’est pas Néron qui veut…

Achille

@ Claude Luçon | 19 mars 2018 à 20:38
« C'était vrai mais ne l'est hélas plus depuis pas mal de temps. De Sartre à Laurent Wauquiez en passant par BHL, le monde entier ne nous envie plus aucun intellectuel ! »

En somme pour paraphraser le regretté Bernard Maris, les intellectuels sont un peu comme les économistes.
Ils sont toujours capables d'expliquer a posteriori pourquoi ils se sont, une fois de plus, trompés.
Mais manifestement cela ne les empêche pas d’être toujours aussi pontifiants…

Lucile

@ fugace | 20 mars 2018 à 01:57

Il faudrait avant tout une droite moins ringarde. Ils sont tous ausi étatistes à droite que Macron, y compris MLP qui en plus est une admiratrice de Poutine.

Peut-être est-ce d'avoir fait l'ENA qui les incite à donner tant de poids à l'administration. Que ne peut-on présenter face à Macron un candidat désireux d'apporter de la souplesse au fonctionnement de nos institutions, de laisser vivre les entrepreneurs, grands et petits, les artisans, les gens qui créent de la richesse et de l'emploi. Bref de desserrer l'étau des réglementations, de l'imposition inflationniste, et l'interventionnisme de l'Etat en général. Quelqu'un qui, au lieu de vouloir renforcer encore la bureaucratisation de l'Europe, et de soumettre chacun de ses pays à une administration centrale de type Bercy, leur permettrait de prospérer chacun à sa manière en les unissant autour d'intérêts communs. Mais les Français sont-ils prêts à le vouloir ?

Philippe Dubois

Bonjour Monsieur Bilger

@ Patrice Charoulet | 20 mars 2018 à 07:58

Il y a déjà quelque temps que j'avais signalé sur ce blog que j'écrivais sous mon vrai nom.

"...pour vous identifier, c'est à peu près aussi facile que de retrouver une aiguille dans une botte de foin"

Il suffit d'une simple recherche Google avec les mots clés adéquats, vous aurez même ma photo.

Je ne suis pas raciste dans le sens où
- je ne crois pas à une hiérarchie impérative des "races" humaines ou haplogroupes, si vous préférez.
- je ne juge pas quelqu'un à la couleur de sa peau.

Force est malgré tout de constater que les personnes qui haïssent notre civilisation et qui viennent pour profiter de nos prestations sociales en causant des incidents et incivilités dans tous les endroits où ils se trouvent, appartiennent en très grande majorité à des minorités visibles d'origine non européenne.

sbriglia@Marc Ghinsberg

« Cela étant pouvez-vous m’expliquer comment on peut être favorable à l’union des droites et ne pas voter pour le candidat FN lorsque celui-ci sera le seul représentant de la droite unie ? Votre réponse à cette question m’intéresse » (Marc GHINSBERG | 19 mars 2018 à 16:37)

« J’embrasse mon rival mais c’est pour l’étouffer. »

Savonarole, qui connaît ses classiques, l’a compris depuis longtemps…

On connaît Racine au Crédit Agricole ?...

hameau dans les nuages

@ Savonarole | 19 mars 2018 à 20:53

Détrompez-vous ! Les "nostalgiques de la trique et du maréchal Pétain" (?) auront leur victoire à la Phyrrus et cela bien avant 25 ans. Je vous souhaite une longue vie pour y assister.

Catherine JACOB

@ patriote | 19 mars 2018 à 18:12
"Nous avons été prévenus, nous savons qui il est, qui ils sont et nous ne faisons rien que de nous laisser tondre, alors que les bœufs et l’enfant de la photo continuent à se bien porter « chez eux » !"

A bien se porter c'est une opinion, si vous comparez avec les bêtes du salon de l'agriculture, ou avec cet animal là, sauvage qui se nourrit tout seul et qui supporte la comparaison avec les premiers, il faut quand même avouer que le troupeau domestique de la photo du Figaro d'hier est nettement moins flamboyant. Idem pour celui-ci

Ceci dit, je suis moi aussi d'avis qu'il faut aider les gens à pouvoir rester chez eux. Je pense à une vieille voisine de 97 ans qui vient de rentrer chez elle après avoir fait une chute dernièrement en voulant se lever la nuit pour aller aux toilettes et qui a fait un coma.
Quand on l'a trouvée elle a été bien sûr amenée aux urgences où elle a subi un scanner qui a montré qu'elle n'avait rien de sérieux, mais elle ne se réveillait toujours pas.
Je ne vous fais pas un dessin quant aux solutions qui passent de nos jours par la tête des gens dans ces cas-là. Bref elle finit par sortir du coma mais elle est confuse. Changement de programme dans les solutions envisagées. Mais bon, c'est une dure à cuire, et elle se remet.
Et alors que sa famille envisageait de la reléguer dans une EHPAD, elle a dit toute guillerette en arrivant chez elle après un court séjour en "moyen séjour" : "Ah qu'on est bien chez soi !"

On lui alloue quand même une personne pour venir la seconder trois fois par jour. Sa belle-fille lui apporte désormais son manger alors que jusqu'à présent elle faisait encore son marché et sa popote, elle se déplace le jour avec ses cannes et surtout, elle a récupéré ses esprits.
Ce qui a conservé à cette vieille dame qui est arrière-arrière grand-mère un esprit alerte, c'est sans doute pour une bonne part son goût pour la lecture.

Et c'est vrai ! Notre propre pucier, même grinçant et tout déformé est quelque part un meilleur matelas que celui du meilleur hôtel. Quand on n'a pas de problèmes de dos, bien sûr.

Patrice Charoulet

@ Philippe Dubois

Tous les gens à pseudonyme, ici, Dieu merci, ne sont pas lepenistes. En revanche, j'avais cru observer que tous les lepenistes et les racistes d'ici écrivaient courageusement masqués.
Vous nous dites que ce n'est pas votre cas. Bon. Je ne vous loue certes pas d'être lepeniste, je vous crois très volontiers quand vous ajoutez que vous n'êtes pas raciste (à la bonne heure !). Je vous loue, en tout cas, d'écrire avec votre vrai prénom et votre vrai nom.
Je ne vous reprocherai pas de ne pas vous appeler Weinzaepflen, Ghinsberg ou... Charoulet. Mais convenez qu'il y a quelques milliers de Martin, de Dupont et de Dubois en France et que, pour vous identifier, c'est à peu près aussi facile que de retrouver une aiguille dans une botte de foin.
Mais, comme dit Souchon, un vrai nom "c'est déjà ça". Bienvenue au club.

Aliocha

Peut-être Wauquiez s'est-il reconnu, et la brûlure de l'humiliation lui remonte-t-elle au front :

"Cependant la princesse de Luxembourg nous avait tendu la main et, de temps en temps, tout en causant avec la marquise, elle se détournait pour poser de doux regards sur ma grand’mère et sur moi, avec cet embryon de baiser qu’on ajoute au sourire quand celui-ci s’adresse à un bébé avec sa nounou. Même dans son désir de ne pas avoir l’air de siéger dans une sphère supérieure à la nôtre, elle avait sans doute mal calculé la distance, car, par une erreur de réglage, ses regards s’imprégnèrent d’une telle bonté que je vis approcher le moment où elle nous flatterait de la main comme deux bêtes sympathiques qui eussent passé la tête vers elle, à travers un grillage, au Jardin d’Acclimatation. Aussitôt du reste cette idée d’animaux et de Bois de Boulogne prit plus de consistance pour moi. C’était l’heure où la digue est parcourue par des marchands ambulants et criards qui vendent des gâteaux, des bonbons, des petits pains. Ne sachant que faire pour nous témoigner sa bienveillance, la princesse arrêta le premier qui passa ; il n’avait plus qu’un pain de seigle, du genre de ceux qu’on jette aux canards. La princesse le prit et me dit : « C’est pour votre grand’mère. » Pourtant, ce fut à moi qu’elle le tendit, en me disant avec un fin sourire : « Vous le lui donnerez vous-même », pensant qu’ainsi mon plaisir serait plus complet s’il n’y avait pas d’intermédiaires entre moi et les animaux. D’autres marchands s’approchèrent, elle remplit mes poches de tout ce qu’ils avaient, de paquets tout ficelés, de plaisirs, de babas et de sucres d’orge. Elle me dit : « Vous en mangerez et vous en ferez manger aussi à votre grand’mère » et elle fit payer les marchands par le petit nègre habillé en satin rouge qui la suivait partout et qui faisait l’émerveillement de la plage. Puis elle dit adieu à Mme de Villeparisis et nous tendit la main avec l’intention de nous traiter de la même manière que son amie, en intimes, et de se mettre à notre portée. Mais cette fois, elle plaça sans doute notre niveau un peu moins bas dans l’échelle des êtres, car son égalité avec nous fut signifiée par la princesse à ma grand’mère au moyen de ce tendre et maternel sourire qu’on adresse à un gamin quand on lui dit au revoir comme à une grande personne. Par un merveilleux progrès de l’évolution, ma grand’mère n’était plus un canard ou une antilope, mais déjà ce que Mme Swann eût appelé un « baby »."

La méprise du mépris n'a pas d'âge, et pour relire, faudrait-il déjà avoir lu.
Courage, M. Wauquiez, joli petit canard !

fugace

@ Lucile | 19 mars 2018 à 11:05
"L'idéal serait que les électeurs puissent voter pour un programme de gouvernement, et non une idéologie, ce qui permettrait éventuellement à certains de changer de bord au profit de l'alternance sans se sentir parjures."

Oui mais quand on sait que les promesses n'engagent que...
Alors quel autre concept ?

C'est alors que je suis tenté de partager la conclusion du billet de notre hôte de ce jour :
"Les citoyens ont compris qu'on avait changé de rythme. Il serait dommage qu'ils ne puissent pas le suivre ni l'accompagner", parlant d’Emmanuel Macron.

Claude Luçon

@ Giuseppe | 19 mars 2018 à 22:03

Je ne lui en veux pas tellement pour son coup de pied raté, il en avait réussi un superbe avec son drop en début de partie.
Son problème est qu'il est un joueur d'instinct, émotif et commet souvent des fautes par son manque de réflexion. Dans le cas de samedi son coup de botte pour une touche qui va finir hors du terrain, puis sa réception du ballon qu'il passe, en avant, à son arrière.
En particulier ce dernier, il est le demi d'ouverture, à lui de remonter le terrain et relancer le jeu !
C'est aussi lui qui, en insistant pour prendre la pénalité à 50 mètres en 2011 au lieu de la laisser à Damien Traille, nous fait perdre la coupe du monde en Nouvelle-Zélande 7 à 8.
Plus ironique va être le chambrage dont il va être sujet dans le vestiaire du RC Toulon:)
Positivement, après les Bleues et les U20, il semble que les Bleus, au cours de ce Six Nations, se soient relevés de quelques années peu glorieuses, ils méritaient mieux.

Paul Duret

@ Marc GHINSBERG

Votre réponse me va très bien ; je suis désolé d'avoir mis en doute vos convictions.

Giuseppe

@ Claude Luçon | 19 mars 2018 à 20:38

Nul n'est parfait ne l'accablons pas.

J'étais à la demi-finale Stade Toulousain/Bègles-Bordeaux à Toulouse, Lionel Beauxis a la gagne au bout du soulier à la fin du match, en face des poteaux aux 22, immanquable, vous-même Claude avec votre pied carré vous l'auriez transformé... Eh bien non, loupé ! J'imagine ce qu'a pu ressentir ce joueur.

Il faut chercher ailleurs la défaite, certes le demi d'ouverture a failli mais on joue à 15.
Pour finir je fouille dans mes souvenirs, "Le beau match, le cruel final, l'assassin dénouement ! Il restait quoi ? Une minute peut-être, deux à peine. Montferrand avait gagné. La superbe équipe auvergnate, après une mi-temps admirable, vivait sur son maigre trésor (...) C'est que Montferrand et Romeu y pleuraient trop fort". Le Monde 29 avril 1980

Marc GHINSBERG

@ Jean le Cauchois

Faut-il s’excuser d’avoir de la mémoire ?

Achille

@ Mitsahne | 19 mars 2018 à 18:45

Je ne reproche pas à Laurent Wauquiez de ne pas aimer Proust. Je m’étonne simplement de ce qu’il a dit sur cet auteur, à savoir :
« Proust, hélas. Il est sans doute insolent de trouver Proust trop sinueux, trop immobile, trop mondain. C'est le temps suspendu. C'est peut-être l'œuvre la plus exactement opposée à mon caractère. »
Il fait fi de la qualité littéraire de cet écrivain, se limitant au monde confiné qu’il décrit, entre aristocratie et bourgeoisie. Peut-être redoute-t-il qu’on le compare à Charles Swann, ce dandy fortuné très cultivé et mondain qui, comme lui, est issu d’une famille de la haute bourgeoisie.

Il veut faire « peuple », séduire l’électorat des campagnes de façon à s’opposer à Emmanuel Macron qu’il accuse d’être le président des gens des villes.
En fait il veut se créer un personnage à la Chirac qui avait une cote du tonnerre de Dieu dans les campagnes. Sa façon de jouer le petit gars qui peut donner le poids d’une vache au premier coup d’œil au salon de l’Agriculture a plutôt amusé qu’impressionné les agriculteurs présents.
Les gens de la campagne ont un solide bon sens et ils l'ont vu arriver avec ses gros sabots et sa parka rouge.

hameau dans les nuages

@ racine15

http://www.de-gaulle.info/figueras.shtml

Vous avez là le florilège de ses citations dont le "l'Algérie restera française" de Mostaganem. Personne n'a cru qu'ils allaient être lâchés, un oncle de mon épouse six mois avant de fuir avait commandé et reçu de nouvelles machines outils pour son atelier d'espadrilles où Kabyles et Espagnols travaillaient main dans la main. La photo du personnel digne d'un film de Raimu où l'on voit mon beau-père trône dans la pièce où ma belle-mère a fini sa vie.

Alors vous comprenez, monsieur Darmanin, petit-fils de Harki, ministre macronien, entouré de ceux - ou de leurs descendants - qui voulaient les rejeter à la mer... vouloir faire la leçon...

Mary Preud'homme

@ duvent
"...si je propose les crétins vaniteux et imbéciles heureusement égarés, il se pourrait que je sois moi-même cataloguée "femme folle à la messe", non ?..."

Gare aux contrepèteries, ne pas confondre en effet femmes folles de la messe et femmes molles de la fesse !
Autrement dit le spirituel et le sexuel... Bien que l'un et l'autre se retrouvent souvent au final sur le mode planplan ou vulgaire !

Savonarole

Ainsi donc, les Horaces et les Curiaces pourraient trinquer ensemble au bistrot du coin, pour le plus grand bien de la France ?

Jour après jour, on nous tresse ici des louanges émues sur Macron, et il serait idiot que la droite ne fusionne pas avec ce ramassis de nostalgiques de la trique algérienne qu'est le Front National ?

Mais on se fout de nous, ou quoi ?

Que la droite les mâche, les broie et les avale, oui certes, mais faire alliance avec eux, jamais.
De Gaulle voulait "l'Angleterre toute nue", kif kif pour le FN, on les veut à genoux, en robe de bure et hostie en bouche.
Pour ce faire, il faut attendre encore 25 ans, une génération, et que les nostalgiques de Bastien-Thiry et du Maréchal disparaissent, après on verra.

Claude Luçon

@ Achille | 19 mars 2018 à 15:31
"...lui qui fait partie de cette élite intellectuelle que le monde entier nous envie"

Cher Achille dans quel monde vivez-vous ?
C'était vrai mais ne l'est hélas plus depuis pas mal de temps. De Sartre à Laurent Wauquiez en passant par BHL, le monde entier ne nous envie plus aucun intellectuel !

----------------------------

@ Giuseppe | 19 mars 2018 à 14:08
"Quand allons-nous supprimer l'ENA ? Elevage de poulets en batterie, gavés au tout-aliment sans goût, sans saveur, sans odeur, qui ne produit que de la viande blanche qui se détache dès que l'on tire sur l'os."

Là vous êtes dur pour les poulets ! Même en batterie ! Avouez que leurs omelettes sont bien meilleures que celles que nous pondent nos énarques.

Sur un autre sujet, vous savez lequel, j'ai virtuellement assassiné Trinh-Duc trois fois samedi soir. J'ai vérifié, il n'est pourtant pas diplômé de l'ENA ?

------------------------------

@ Deviro | 19 mars 2018 à 13:36

Si je vous ai bien compris je ne connais rien aux statistiques mais vous me demandez, statistiquement, de vous dire à combien de forages j'ai participé. Réponse : trop pour m'en souvenir !

Je préfère me souvenir des pays, souvent magnifiques, 49 au total, où je suis passé. Je n'en ai d'ailleurs oublié aucun !
Je parlais de chiffres, extraits d'Internet, puis faisait un rien d'arithmétique.
Pas trous ! Forage ! Les trous, de mémoire, seraient plutôt dans votre cervelle car que Fillon vient-il faire dans votre galère ?
Lisez Michel Deluré | 19 mars 2018 à 09:00 et vous comprendrez peut-être de quoi nous parlons, avec un rien d'ironie et de sarcasme au passage.
Pour mémoire, la vôtre, le sujet du billet de Philippe était Laurent Wauquiez et LR, au cas où il serait tombé dans un de vos trous. Pas moi :) !

racine15

@ hameau dans les nuages

De Gaulle n'a jamais dit le 4 juin 1956 que l'Algérie resterait française. Il a dit exactement, avec beaucoup de subtilité :
"Je vous ai compris !... Je sais ce qu'il s'est passé ici. Je vois ce que vous avez voulu faire. Je vois que la route que vous avez ouverte en Algérie, c'est celle de la rénovation et de la fraternité..."

Ceux qui l'ont interprété autrement ont trompé les Français, et lui, en bon politique, a su en jouer car il savait déjà ce qu'il devait faire pour l'intérêt du pays. Pour le reste, je vous donne raison, les accords d'Evian ont été bâclés et non respectés. L'abandon des Harkis n'est pas digne d'un pays chrétien. Mais qui croit encore aux racines chrétiennes de la France ?

---------------------------

@ Xavier Nebout
"Là était le crime de de Gaulle."
"Le lâchage de l'Algérie dans des conditions lamentables, c'est une autre faute de de Gaulle du fait de son incompétence".

Vous y allez fort. De Gaulle n'est pas responsable du non-respect des accords, car les militaires étaient pris entre deux feux, l'OAS et le FLN, qui conduiront au massacre de la rue d'Isly (plus de 50 morts), suite à l'attentat de l'OAS trois jours avant (11 soldats tués).

Que pouvait l'armée face à la barbarie du FLN qui atteint son point culminant avec le massacre d'Oran ? De Gaulle devait-il lâcher la troupe suite au cessez-le-feu qu'il avait approuvé, et qui était pour lui le point fort des accords ?
Doit-on rappeler que c'est Joxe qui négociait les accords et qu'à cette époque, le pouvoir était réellement délégué ? c'est un lieutenant qui fait ouvrir le feu rue d'Isly. De nos jours, ce serait un colonel, en ligne directe avec un général, lequel serait en liaison satellitaire avec l'état-major du président de la République qui, lui seul, pourrait donner l'ordre de tir.

Dire que de Gaulle était incompétent peut faire du bien, mais de là à le prouver...

Pour un éclairage sur les accords d'Evian :
http://guy.perville.free.fr/spip/article.php3?id_article=30

Patrice Charoulet

Sur ce blog, "Justice au Singulier", comment ne pas signaler l'article de Marie-Aimée Peyron, bâtonnier du barreau de Paris, paru dans "Le Figaro" de ce jour ?
"Les avocats de Paris en alerte rouge"

https://www.pressreader.com/france/le-figaro/20180316/281754154847396

Mitsahne

S’il y a un droit sacré parmi d’autres, c’est bien le droit de ne pas aimer. Certes, le choix est vaste, cela va du salsifis à la « musique » de Messiaen en passant par l’homéopathie, les Parisiens z’et les Parisiennes, les adorateurs du nombril, la ripopée*, les Sarmates** ou le gongorisme*** !

On a aussi le droit de ne pas aimer Proust et c’est ce que reproche Achille à L. Wauquiez. Il est d’usage de considérer que le grand Marcel n’a écrit que des chefs-d’œuvre, même si j’ai du mal à comprendre cette affirmation : « Une minute affranchie de l’ordre du temps a recréé en nous, pour la sentir, l’ordre affranchi de l’ordre du temps ». Un tantinet alambiqué, mais reprocher à qui que ce soit de ne pas aimer Proust n’est pas très sérieux, surtout sous forme d’algarade politique.

LW n’a pas que des qualités, mais de là à lui faire grief de ses options littéraires, c’est un abus d’agressivité ou, comme on dit chez les gens de gauche, l’inflationnisation de l’excessivité !
Jusqu’où peut aller le droit de ne pas aimer, jusqu’au droit de haïr ? Oui, à condition de l’accepter chez les autres, ce qui pose bien sûr la question des limites. J’en vois, au fond de la classe, qui lèvent la main (des fascistes ?) pour dire « la c…erie n’a pas de limites donc la haine de la c…erie ne doit pas en avoir non plus ! », ce à quoi je réponds par une citation de Jorge Semprun, le chouchou de l’intelligentsia de Libé :
« …Nul futur ne recommencera à fonctionner dans un avenir réel – c’est-à-dire inclus dans l’immanence de nos systèmes de démocratie de masses et de marché, et non pas projeté dans un au-delà social, messianique – si l’on ne porte pas sur cette expérience cruciale de notre siècle le fer rouge d’une mémoire forgée d’implacable tendresse. »

On ne saurait aller plus loin dans le plaisir de dire. On se sent peu de chose. Là, on entre carrément dans la clandestinité, on est entre penseurs, ceux qui décrivent leur vide personnel par l’intériorité et leur absence d’esprit par l’intemporalité. Face à de telles enflures, il n’y a que le rire pour lutter contre le vent pédantissime des déconographes. Avec, tout de même, l’envie d’aller jusqu’au bout de mes rhumatismes en leur bottant les fesses !

*Ripopée : Mélange de récupération de fins de bouteilles de vin par les cabaretiers indélicats.
**Sarmates : peuples d’origine finnoise établis au nord de la Mer Noire.
***Gongorisme : affectation de style qui se plaît à utiliser des mots rares et savants ! Hi Hi !

Xavier NEBOUT

@ Catherine JACOB

Etes-vous sûre d'avoir bien regardé cette photo ?

On peut y voir des éleveurs riches et fiers de leur troupeau.
Ils vivent en famille et ne songent pas à renier leurs ancêtres en changeant d'activité, de pays ou de religion.

Que peut leur apporter notre civilisation du divorce, des familles recomposées et dispersées, des mouroirs des maisons de retraite, de l'homosexualité et du transgenre ?

Le mieux qu'on puisse faire est de leur fiche la paix, et de ne pas les approcher avec nos 4x4 et nos smartphones pour les traiter implicitement d'arriérés.

Jean le Cauchois

@ Marc GHINSBERG le 18 mars à 01:28

Vous me surprenez encore une fois, cher Marc Ghinsberg. Non seulement votre commentaire est le premier publié, samedi soir très tard ou dimanche matin très tôt, mais il va se référer à un billet de notre hôte remontant à plus de deux ans ! Quelle organisation, quelle disponibilité, quelle vigilance. Pour un homme se voulant de gauche c'est une démonstration d'une façon d'être, de penser, d'agir...
Je crois vous avoir qualifié, il y a bien deux ans, d'"agent traitant" de Philippe Bilger. Rien de changé : quel conservatisme, quel acharnement. Mais persévérez : dites-nous ce que nous devons penser ; c'est tellement inattendu de vous lire, de vous relire.

patriote

@ Michelle D-LEROY | 19 mars 2018 à 12:34
@ Deviro | 19 mars 2018 à 13:36

Si l’on parle d’économie politique, il faut comprendre que le quinquennat de Macron, placé sous l’égide du PS, de la franc-maçonnerie et du nouveau parti LREM (confrère du PS), se terminera sur le constat suivant :

- diminution de la liberté d’expression et censure de la presse,
- les Français considérés comme racistes par leur propre président,
- aucun changement dans la vie des institutions françaises,
- accroissement du chômage,
- accroissement des taxes et impôts,
- baisse de 10 % du montant des retraites,
- dégradation des soins par engorgement des hôpitaux du fait d’une forte demande étrangère de passage,
- accroissement entre 1 000 000 et 2 000 000 du nombre des émigrés,
- basculement du pourcentage de population d’origine chrétienne par rapport aux populations d’autres origines,
- Marine Le Pen en prison,
- accroissement de la dette, vente massive du patrimoine français,
- tribunaux immunisant les casseurs et les voleurs,
- Macron fait passer le quinquennat à un décennat,

et cela se terminera cinq ans plus tard dans une guerre civile en Europe.

------------------------------

@ Catherine JACOB | 19 mars 2018 à 13:07

L’Afrique noire a été découverte par de courageux explorateurs (Tombouctou 1828 René Caillé). Richard Francis Burton et John Speke débarquent à Zanzibar en 1857. Ils explorèrent l'Afrique de l'Est pendant six mois et découvrent le lac Tanganyika en février 1858. Etc.
Nous avons donné de la sueur et du sang pendant un siècle à ce continent et nous avons été priés de décamper dans les années 1960, alors qu‘il n‘y avait même pas 100 000 Français dans l‘ensemble des pays de l‘AEF et de l‘AOF.

En 1850 il n’y avait qu’environ 50 millions de noirs en Afrique et aujourd’hui ils dépassent le milliard grâce à la médecine européenne, à la mise en valeur des terres, à l’éducation et à tout le reste : les routes, les ponts, les ports, les aéroports, les hôpitaux. Il reste encore des anthropophages mais cela n’a rien à voir avec l’époque de la découverte où ils étaient très nombreux.

C’est un pas de géant que l’Afrique a fait vers notre civilisation grâce aux expatriés.
Et ce n’est pas avec des paroles macroniennes que l’on changera quoi que ce soit, sauf à dresser les peuples les uns contre les autres, car son fonds de commerce est basé sur cette ignominie !

Nous avons été prévenus, nous savons qui il est, qui ils sont et nous ne faisons rien que de nous laisser tondre, alors que les bœufs et l’enfant de la photo continuent à se bien porter « chez eux » !

duvent

@ Patrice Charoulet
"Autant que j'en puisse juger par ces quelques trimestres, il m'a semblé que j'étais, politiquement,sur un blog de centre-droit. J'y ai rencontré des centristes, des fillonistes, des sarkozystes, des gaullistes, des conservateurs, des libéraux conservateurs, des catholiques, des puits de science, des lettrés, des passionnés d'histoire, de japonais, des humoristes, des snipers... Belle gamme très sympathique. Quelques marginaux : un ou
deux socialistes, un ou deux musulmans égarés."

Il me semble peu judicieux de se fier aux écrits de certains intervenants pour en tirer des conclusions hâtives...

En effet, il me semble que ce mode (écrire sur un blog) de communication qui ne repose en réalité que sur des rodomontades, a surtout pour vocation de permettre à une grande quantité de "Monsieur Toulemonde" invisible et sans qualités de croire que la vérité sort directement de sa plume molle et épointée...

À vous lire par exemple, je conclus aussi hâtivement que vous sans doute à votre penchant pour le classement, ce qui paraît logique...

Je suis dès lors tentée de procéder moi aussi à un classement, deux catégories me semblent suffisantes et même une débauche de classements !

Voyons, si je propose les crétins vaniteux et imbéciles heureusement égarés, il se pourrait que je sois moi-même cataloguée "femme folle à la messe", non ?

Je n'aime pas les classements, surtout lorsqu'ils utilisent comme premier critère la très facile mise en cause de ceux que l'on exècre à juste titre, pour perpétrer on ne sait quelle folie contre d'autres qui ignorent ce qui se trame contre eux.

On ne classe ses contemporains que pour leur nuire, et c'est parfaitement détestable.

Vous pouvez si vous le souhaitez me demander dans quelle catégorie je vous classe, et je vous dirai qu'il ne m'a pas suffi de vous lire ici pour savoir quelle personne pleine de nuances vous êtes...

Noblejoué

@ Catherine JACOB

Trouver, enfin, chercher des solutions, déjà, serait bien.

Ne pas créer de nouveaux problèmes, aussi. Ainsi, tous les gouvernements et tout le monde, à commencer par les écologistes, devraient s'engager à ne pas expulser les indigènes de leurs terres :

https://www.survivalinternational.fr/sur/refugies-de-la-conservation

Un jour que je ne sais plus qui faisait toute une histoire sur les pauvres bêtes parquées dans la salon de l'agriculture en disant que ce devrait être les humains qu'on enferme, j'ai failli lui balancer ça, parce qu'en somme c'est déjà fait, on a enfermé des gens dehors, sacrifié des hommes aux animaux... Mais elle ne savait pas ce qu'elle disait.

Et puis là, cela peut être plus constructif, faire partie de l'aide au développement.
On l'oublie toujours mais il faut d'abord ne pas nuire.

----------------------

@ Patrice Charoulet

Si Monsieur Bilger commençait à exclure les uns ou les autres pour faire plaisir aux uns et aux autres, il ne resterait plus personne.
Rien qu'avec deux femmes, l'homme peut devenir chauve !

http://www.la-fontaine-ch-thierry.net/hmetress.htm

Plutôt que de montrer la sortie à ceux qui vous déplaisent, que n'encouragez-vous les puits de science à persister face à ceux qui leur reprochent de nous offrir leur eau ?
Après fontaine je ne boirai pas de ton eau, notre monde invente fontaine, ne coule pas. Ou quoi, accusation de dégât des eaux, peut-être ? Après la légende des savants fous, la vérité des savants maudits comme il y a eu et il y aura toujours des poètes maudits.

Le monde est souffrance et mort, subir et subir, et comme si cela ne suffisait pas, on ne cesse d’exclure.
Et ici ? Non. Une oasis. Alors mangez des dattes et lavez vos yeux des laideurs du monde par la contemplation des étoiles.

Dites-vous que vous faites des rencontres impossibles ailleurs, et que si vous êtes d'humeur plus batailleuse que contemplative, il n'est pas pertinent de militer pour l'exclusion, mais juste de défendre les gens bousculés par les caravaniers les moins plaisants.

Ici, on n'est pas dans une cité attendant son législateur, lequel serait dans ce cas notre hôte, mais dans une étape, ou plutôt, une série d'étapes sur le chemin de nos vies, un lieu où on débat comme dans une agora et où on se rencontre au détour d'un texte de Monsieur Bilger, en somme un lieu mal défini, comme tout ce qui est libre, un espace des possibles.
Pourquoi renfermer la liberté dans une case ? Ici, la liberté de chacun est garantie par celle de tous.

Philippe Dubois

Bonjour Monsieur Bilger

@ Mary Preud'homme | 18 mars 2018 à 15:05
"...chimères telles que sortir de l'Europe, revenir au franc, instituer l'immigration zéro et rétablir la peine de mort"

- Il faut détruire ce machin bruxellois, machine à broyer les peuples, pour restaurer une véritable Europe de nations libres coopérant entre elles sur des sujets choisis, et nous verrons que ces sujets seront nombreux et importants, tant nos pays auront conscience d'appartenir à la même civilisation.

- L'euro est une abomination, mais effectivement, une sortie unilatérale aurait des conséquences imprévisibles : il faut toutefois se préparer à une crise financière et à l'explosion ou au démantèlement concerté de cette monnaie créée uniquement pour des besoins politiques, contre l'avis de la majorité des économistes.

- Dans un pays qui compte 6 millions de chômeurs, 9 millions de pauvres et 4 millions de mal logés, l'immigration zéro n'est pas une chimère mais une nécessité. Je n'insiste pas sur les menaces identitaires et religieuses provoquées par l'importation de personnes ne partageant ni nos moeurs, ni notre culture et éprouvant le plus souvent une haine farouche de ce que nous sommes.

- Une société qui refuse par principe d'ôter la vie aux pires criminels est-elle légitime à demander à ses soldats, ses policiers et ses pompiers de sacrifier la leur pour la défendre ?

--------------------------------------

@ Michel Deluré | 18 mars 2018 à 15:12
"...les valeurs incarnant la droite et qui ne sont nullement honteuses mais dans lesquelles les électeurs pourront enfin se reconnaître, programme et valeurs que des hommes et des femmes compétents, sincères, déterminés s'engageront avec force à défendre et à appliquer scrupuleusement."

Nous sommes d'accord sur ce point ; encore faut-il trouver des hommes et des femmes dont nous puissions être sûrs qu'ils mettront en oeuvre le programme ainsi annoncé, parce que même si LW et les autres clowns de LR s'engagent avec force, croix de bois croix de fer... je continuerai à rire.

------------------------------------

@ Patrice Charoulet | 18 mars 2018 à 15:19
"Remarque préalable : tous [quelques lepénistes] écrivent sous pseudonyme"

Raté, j'écris sous mon vrai nom, comme j'ai été plusieurs fois candidat FN sous mon vrai nom.
Voyez-vous, ce blog permet un échange d'idées et d'arguments entre contributeurs ne partageant pas forcément les mêmes opinions.
Vous préférez peut-être les blogs où l'on reste entre personnes du même avis et où on se congratule d'être tous d'accord ?

Si je suis un partisan de l'immigration zéro et du retour dans leur pays des clandestins et des délinquants étrangers, ce n'est pas par racisme, parce que ces gens seraient noirs ou verts à pois roses, c'est parce qu'ils ne partagent ni nos moeurs, ni notre culture - le plus souvent ils la haïssent - et que la France n'a plus les moyens d'accueillir tous les ans des centaines de milliers de bac - 8, ayants droit sociaux quasiment analphabètes et incapables de s'intégrer (je n'ose rêver à une assimilation), le tout pendant que nos bac + 5 à 8 s'exilent à l'étranger.

Merci à notre hôte pour ce blog.

Marc GHINSBERG

@ Paul Duret
« Avez-vous protesté quand vos amis de gauche ont soutenu la dictature de Mao ? celle des Khmers rouges ? Quand François Mitterrand a soutenu René Bousquet ? Quand Martine Aubry a truandé pour être élue à la tête du PS ? Quand FM et ses successeurs socialos ont tout fait pour faire monter le FN ? »

A chacune de ces questions la réponse est oui. En précisant que pour Mao c’est seulement au moment de la révolution culturelle que j’ai pris conscience de la nature de son régime. Vous m’accorderez peut-être l’excuse de l’âge et mon peu d’expérience politique à l’époque.

Pour le reste j’ai toujours réprouvé les Khmers rouge, mon appréciation sur Mitterrand a changé après l’affaire Bousquet et le livre de Péan, pour tout vous dire ce qui m’a le plus choqué, c’est que FM ait sollicité un second mandat en se sachant plus que gravement malade (mais je ne l’ai su qu’après). Je m’oppose à Martine Aubry notamment pour le motif que vous indiquez. Je suis contre l’instrumentalisation du FN à des fins de courte vue, et en particulier j’ai désapprouvé, avec Michel Rocard, l’instauration de la proportionnelle.

Être de gauche c’est croire en certaines valeurs, notamment en matière de justice sociale. Ce n’est pas de défendre l’indéfendable au motif que ceux qui le commettent se réclament de la gauche, ni être aveuglément fidèle à telle ou telle personnalité.
Vous voyez, cher Monsieur, vous me demandez des comptes, je vous réponds. J’ai le courage de mes idées, j’assume mes erreurs et mes aveuglements, et comme vous, je ne me réfugie pas derrière un pseudo pour les exprimer et les reconnaître.
Et peu m’importe si vous me trouvez suffisant.

-----------------------------

@ sbriglia

Oui je vous l’accorde j’ai raté ma vocation, j’aurais dû être procureur.
Cela étant pouvez-vous m’expliquer comment on peut être favorable à l’union des droites et ne pas voter pour le candidat FN lorsque celui-ci sera le seul représentant de la droite unie ? Votre réponse à cette question m’intéresse comme celle de Philippe Bilger, au risque de passer pour un procureur arrogant et suffisant.

Charles

@ vamonos | 19 mars 2018 à 13:55
"Mon ennemi idéologique est celui qui n'a pas lu Marx en entier"

Un peu vantard de prendre comme ennemi la quasi-totalité de l'humanité...

Deviro

@ Giuseppe | 19 mars 2018 à 14:08
"Je n'ai jamais connu autour de moi une personne qui se serait mise en disponibilité pour réussir une création d'entreprise, elles ont toutes échoué."

Mais si, mais si, y a quelqu'un : Emmanuel Macron a démissionné de la haute fonction publique pour créer son "entreprise" et au bout d'une petite année, il semble avoir réussi son coup. Non ?

"Laurent Wauquiez est repu et le monde a changé mais il ne s'en est toujours pas rendu compte."

En revanche, lui, il n'a pas démissionné du Conseil d'Etat, en cumulant pendant 13 ans des annuités de retraite sans y avoir jamais mis les pieds. A bas l'assistanat dit-il ! C'est clever, non ?

dosimi

@ Patrice Charoulet | 18 mars 2018 à 15:19

Vous ne risquez pas d’égarer votre nombril vous au moins…

boureau

@ Exilé 19 mars 2018 09:50
"L'histoire de la grenouille dans une casserole d'eau chaude"

J'adoooooore !

Exactement l'attitude de bon nombre de Français et notamment de quelques intervenants sur ce blog.

Cordialement.

Achille

@ boureau | 19 mars 2018 à 08:54
« La bien-pensance déclare donc que ne pas aimer Proust est quasiment fasciste ? Plus stupide tu meurs !»

Est-ce que mes propos laissent à penser cela ? Vous avez décidément une interprétation très personnelle dans la lecture des commentaires.

Marcel Proust est apprécié par des gens de gauche comme de droite et même par des fascistes. Ce n'est pas une question d'orientation politique mais tout simplement le goût de la belle littérature.

Faut pas tout prendre au premier degré comme vous le faites, car ça c’est vraiment de la stupidité.

@Tipaza | 19 mars 2018 à 09:18

Je ne vous cache pas que parmi les Marcel de la littérature, je préfère Pagnol à Proust qui a un style, à mon avis, tout aussi admirable et moins alambiqué.
Mais je pensais quand même que LW n’aurait pas osé s’en prendre à ce monument de la littérature française, lui qui fait partie de cette élite intellectuelle que le monde entier nous envie.

Mais peut-être qu’en disant cela il a lancé une « bullshit ». Il est vraiment imprévisible !

Paul Duret

@ Marc GHINSBERG
"Cher Philippe, votre position après ce billet me paraît quelque peu floue..."

Quelle suffisance dans vos propos !
M. Bilger n'a pas de comptes à vous rendre. Il est libre, lui.
Avez-vous protesté quand vos amis de gauche ont soutenu la dictature de Mao ? celle des Khmers rouges ? Quand François Mitterrand a soutenu René Bousquet ? Quand Martine Aubry a truandé pour être élue à la tête du PS ? Quand FM et ses successeurs socialos ont tout fait pour faire monter le FN ?

Et sur le fond, les électeurs du FN n'appartiennent à personne et sont libres de voter pour qui bon leur semble.
Ce qui ne m'empêche pas de trouver leurs idées dangereuses ; mais également celles de Mélenchon et autres gauchistes.

Giuseppe

Quand allons-nous supprimer l'ENA ? Elevage de poulets en batterie, gavés au tout-aliment sans goût, sans saveur, sans odeur, qui ne produit que de la viande blanche qui se détache dès que l'on tire sur l'os.

Un capitaine de pédalo, une hurluberlue qui nous démonte des portiques écotaxe comme on jette à la poubelle un Kleenex, et qui croyait que la voiture électrique se fabriquait avec du filament incandescent.

Pauvres de nous, pauvres d'eux, qui ne font plus croire à personne qu'ils avaient un semblant de savoir, des professionnels de la mousse à raser dans des partis dans lesquels ils faisaient carrière.

Nous sommes fichus, les surdiplômés Bruno Le Maire, Laurent Wauquiez comme les deux précédents n'ont pas compris que le savoir-faire est un métier de longue haleine, et l'ENA n'est qu'une industrie du vent... Ministre des Pôles... quésaco ?

Ils ont été éjectés car les mécaniciens que nous sommes devenus ont compris qu'il étaient le néant, l'information circule mieux, la nullité s'évalue mieux, plus ils sont nuls plus on a envie d'être intelligents.

Un ancien PDG nous disait que les "étudiants étudient, les maçons maçonnent, les chercheurs cherchent !".
L'avenir m'a conforté, François Hollande détaché en Corrèze pour conquérir un fief n'a jamais connu la faim d'un lendemain sans emploi, il était payé, grassement, sans peur du futur, échec où réussite peu importait.
Au début beaucoup d'échecs mais la gamelle était toujours pleine.
Il a abandonné sans lutter, comment pouvait-il en être autrement ? La faim ne l'a jamais tenaillé ni la peur du lendemain, Président son premier souci était la rue du Cirque, pas les Restos du cœur.

Je n'ai jamais connu autour de moi une personne qui se serait mise en disponibilité pour réussir une création d'entreprise, elles ont toutes échoué, seule la faim chère à Chaban-Delmas repousse les limites.
Laurent Wauquiez est repu et le monde a changé mais il ne s'en est toujours pas rendu compte.

vamonos

@ Mitsahne
"L’absence de proportionnelle permet donc à un parti communiste d’avoir une trentaine de députés avec un tout petit pourcentage de voix et au FN d’avoir sept députés avec une dizaine de millions de voix."

Tout à fait, il est important de rappeler ces tripatouillages de la carte électorale. Des chiffres, des nombres et des éléments de géographie qui sont autant de preuves du pouvoir de nuisance du Parti Communiste Français.
Objectivement parlant, Le Pen et Wauquiez ont le même ennemi principal. Il s'appelle Pierre Laurent, il est le responsable actuel du Parti Communiste Français.

Avec de l'argent public des subventions, les cadres du PCF envoient dans les transports parisiens des petites mains, des jeunes avec des autocollants rouges à la gloire d'une idéologie qui a causé plus de 100 millions de morts au vingtième siècle. Ce matin, j'ai eu une discussion à bâtons rompus qui a duré l'espace de cinq stations de métro. Le jeune avait collé un de ses stickers sur une vitre. Quand je lui ai fait remarquer que son geste était interdit par le règlement de la RATP, les voyageurs autour de nous ont reculé. D'un seul coup, nous étions soudain à l'aise ! Le ton aurait pu monter, mais je suis resté calme et les deux gamins qui auraient pu être mes petits-enfants ont commencé à argumenter. Ils étaient sûrs de leur fait. Pour eux, Staline avait trahi l'idéal communiste. Avec moi, ils n'ont pas eu le dernier mot. Ils cherchaient à m'enrôler pour la manifestation de jeudi tandis que je démontrais par a plus b que l'idéologie mortifère était nihiliste.

Quand le dernier des deux communistes a fini par partir, j'ai décollé le sticker et une dame m'a dit merci. Avant de descendre à la station suivante, elle a eu le temps de m'expliquer qu'elle a vécu pendant quinze ans sous un régime totalitaire et que son père est mort dans un camp de travail socialiste.

Pour les communistes qui sont les ennemis communs de la droite et de l'extrême droite, il n'y a pas de liberté pour les détracteurs du socialisme et il n'y a de fraternité que pour les frères qui pensent comme ils le doivent, sous peine d'être tous égaux à six pieds sous terre.

Avec moi, ce n'est pas flou. Je vote dans le secret de l'isoloir et mon ennemi idéologique est celui qui n'a pas lu Marx en entier, sinon il aurait compris l'impasse et les ténèbres induites par la mise en application de cette idéologie mortifère.

Deviro

@ Claude Luçon | 18 mars 2018 à 21:51
"Des chiffres, toujours des chiffres.
Il va falloir enseigner l'arithmétique à l'ENA et ailleurs.(...)
En clair, pour les amateurs de statistiques et prévisions(...)
Des chiffres, seulement des chiffres !"

Pour l'amour du ciel, ne vous mêlez plus de commenter des statistiques !
Vous n'y avez jamais rien compris, avec votre "échantillon représentatif" de l'électorat de Fillon à la manifestation du Trocadéro.
Parlez-nous plutôt des trous que vous avez creusés dans le monde entier...
Statistiquement, combien, en tout ?

Catherine JACOB

Et comment est-ce que les uns et les autres comptent réagir face à ces situations:
???

Il s'agit de "La photo du Lundi" du Figaro premimum qui n'est pas un journal de gauche, ni macronien. Sa légende dit ceci :

« Tous les matins du monde - Comme beaucoup des siens, cette jeune fille de l'ethnie dinka, un groupe qui représente environ 36 % de la population du Soudan du Sud, soit environ 4 millions de personnes, vit encore au rythme immuable du monde pastoral. Levée aux aurores avec son frère, elle veille sur le bétail de son clan. »

Cette jeune fille qui n'est sans doute pas anorexique et son frère, ne visent sans doute qu'à trouver de l'eau pour leur bétail qui a l'air complètement sec, de l'herbe pour le nourrir ainsi que du sorgho et du riz pour se nourrir eux-mêmes.
Quelles visées à la fois plus humbles et plus légitimes que celles-là?

Sans en passer par les manipulations idéologiques à la Sylviane Agacinski avec la greffe de la jambe d'un Maure sur un receveur dit "blanc" au XVème siècle, il y certainement des moyens de prendre en compte le fait que « à l'époque coloniale, La région du Soudan était essentiellement dirigée par la France et que les pays qui la composent actuellement ont acquis leur indépendance dans la deuxième moitié du XXe siècle. » Hein, qu'ont fait les gouvernements de gauche pendant plusieurs mandatures?
Au lieu de s'excuser de ce dont on n'a pas à s'excuser, trouver des solutions et apporter de l'aide sans un faire tout un plat électoral, est-ce que ce ne serait pas l'idéal?

patriote

@ sylvain | 18 mars 2018 à 18:35

Merci pour le lien qu'il faut lire pour comprendre pourquoi notre Premier ministre et son chef Macron souhaitent se battre contre "le racisme et l'antisémitisme" (encore une fois c'est pour cacher leur incapacité à diriger une nation qu'ils s'attaquent à la liberté d'expression et au patriotisme. Leur vie est tellement belle qu'ils ne veulent pas qu'on les dérangent dans leur vie de pachas pendant que leur pays est la proie des flammes).

Cet article nous prouve, entre autres, à ce que les femmes Européennes doivent s'attendre à vivre dans cette nouvelle société multiculturelle et pourtant madame la présidente n'hésite pas à se montrer sur des photos officielles en minijupe extra courte à tel point qu'on se pose des questions...incitations, provocations, perfidie ?

Nous ne savons même plus protéger les enfants !


Michelle D-LEROY

@ Robert
"Combien se rappellent encore qu'il s'agit là de la dernière (?) guerre civile de France... Je mets un "?" à cause de la manière dont nous sommes actuellement gouvernés ; quels que soient les partis au pouvoir, du fait de leur politique de l'autruche par peur de voir la réalité et de l'affronter dans sa crudité, ils font assaut de démagogie et détournent l'opinion des vrais problèmes et des risques qu'ils nous font collectivement encourir."

Tout est dit.

Personnellement j'ai voté pour le RPR, puis l'UMP, puis LR mais aujourd'hui quel leader LR pourrait me convaincre de sa ligne politique ? Entre Pécresse, Estrosi, Juppé et tous les autres qui font l'autruche pour paraître de vrais démocrates qui ne mangent pas de ce pain-là (celui du FN), ils prennent des positions parfois hallucinantes ; et LW qui raconte n'importe quoi devant des étudiants alors qu'il n'ignore pas qu'avec les portables, il sera écouté et encore tous ceux qui trottinent derrière Macron, rien ni personne de ce groupe hétéroclite ne me rapproche plus de ce parti. Fillon ayant été mon dernier rempart.

Dans ma ville d'Orléans, le nouveau maire LR se rapproche d'Emmanuel Macron et l'ancien approuve dans l'optique "si tous les gars du monde se donnaient la main..."
Peut-être est-ce idéalement magnifique mais dans la réalité on constate que même à l'intérieur des partis, c'est à qui sera le chef. La belle entente n'étant que superficielle.
J'ai même lu que le tandem E. Macron et E. Philippe avait du plomb dans l'aile.

Et, pour ne parler que du FN (RN), je rejoins ce que vous dites, c'est le seul parti qui ose parler de la vraie vie en dénonçant des vérités, même si elles sont dures à entendre. Populistes ou réalistes, ces vérités ?
Et pourtant beaucoup d'électeurs ne se précipitent pas vers MLP par principe, préférant s'abstenir. L'abstention reste encore le premier parti de France... bien que cela ne serve à rien, c'est une contestation bien réelle et un rejet des partis.

Hier plusieurs élections législatives partielles avec des taux de participation à moins de 40 % de votants. Cela en dit long sur l'état d'esprit des Français... Et la Macronie n'en tire pas avantage non plus.

Exilé

@ Robert
« Même si nombre d'électeurs du FN ont été fort déçus de la prestation de Marine Le Pen par son attitude pendant le débat de la présidentielle... »

En fait ce fameux débat, qui était plutôt l’exécution en règle par un candidat-apparatchik d'un autre qui ne l'est pas, rejoint les nombreuses escroqueries dont ce siècle nous gratifie.

Marine Le Pen a manifestement été écrasée en terme d'image par le brillant illusionniste qu'est M.Macron, mais un autre candidat, par exemple François Fillon, l'eût été tout autant.
Des millions de Français sont tombés dans le panneau, en ayant pris l'équivalent d'un entretien d'embauche à un poste de chef de bureau à Bercy pour un débat sur deux visions de la politique générale de la France, les vraies et graves questions ayant été occultées au profit d'un vrai-faux débat « économique ».

Si un jour un inspecteur des finances fait preuve de quelque compétence en économie, il faudra nous l'indiquer et le mettre sous cloche afin que nous allions tous l'admirer.
Demandez aux chefs d'entreprise, qui sont aux prises chaque jour avec l'économie réelle, ce qu'ils en pensent.
Ils pourraient plutôt vous dire que les hommes de Bercy, qui prétendent sans rire « piloter l'économie » alors que l'économie fait ce qu'elle veut et tolère tout au plus qu'on lui facilite la tâche, ne cherchent qu'à ponctionner tout ce qui peut encore marcher en France jusqu'à la faire couler.

Mais tous ces grands contempteurs de l'approche économique défendue à l'époque par le FN sont-ils pour autant des parangons de compétence, alors que par rapport par exemple à l'Allemagne la France socialo-macroniste fait figure de cancre ?
https://www.capital.fr/economie-politique/tout-sourit-a-l-economie-allemande-beaucoup-moins-a-la-france-1199447

Et ce sont ces gens-là, qui de plus ne savent que creuser la dette pour masquer leur incompétence et qui méprisent les avis de la Cour des comptes, qui nous donnent des leçons d'économie !

Lucile

Je ne pense pas que j'apprécierais un rapprochement entre les Républicains et le FN. Des alliances électorales de dernière minute au cas par cas et localement seraient plus compréhensibles, me semble-t-il. Mais surtout pas des proclamations grandiloquentes prises au sommet des appareils. Le FN a fait beaucoup de tort à la droite, et a fait le jeu de la gauche à cet égard. Par ailleurs Marine Le Pen n'a pas le niveau pour être présidente de la République, on ne voit pas comment les électeurs de centre droit et de la droite traditionnelle auraient pu la soutenir contre Macron par exemple.

Nous traversons en France un moment exceptionnel. Hollande a réussi à démontrer que l'application du socialisme à la française ne réussit guère à un pays. Les électeurs socialistes ont assimilé cette démonstration, pour la première fois dans notre histoire. Macron leur a alors offert la possibilité d'en tirer les conséquences dans les urnes sans pour autant se renier, ce qui aurait été pour eux de voter à droite. Mais le temps passant, les limites de Macron apparaîtront, dès lors gauche et droite vont renaître. Il leur faudra éviter de se reconstituer selon des modèles anciens, sans quoi il n'auront d'autres électorats que rétrécis car figés sur des modèles périmés. L'idéal serait que les électeurs puissent voter pour un programme de gouvernement, et non une idéologie, ce qui permettrait éventuellement à certains de changer de bord au profit de l'alternance sans se sentir parjures. ils ont montré qu'ils en avaient envie. Encore faudrait-il que l'offre politique corresponde à cette aspiration.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : philippe.[email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS