« Un manifeste contre une peste... | Accueil | Blanquer, un réactionnaire comme je les aime ! »

26 avril 2018

Commentaires

Trekker

@ Patrice Charoulet | 27 avril 2018 à 15:19
"Esquisse d'un martyrologe de Robert Marchenoir..."

Ne donnez pas une aura de tortionnaire à un tel individu, vous savez fort bien que tout ce qui est excessif est insignifiant (dixit Talleyrand).

La meilleure punition à lui infliger, ce serait de l’obliger 6 à 8 heures/jour à regarder Sputnik ou Russia Today, et en faire journellement un compte rendu d’au moins trente pages !…

Michel Deluré

@ Patrice Charoulet/ Claude Luçon/ Achille...

Un de mes commentaires, faisant alors référence au général de Gaulle, avait amené Robert Marchenoir à me demander, de manière péremptoire et désagréable, dénuée de toute courtoisie, de quelle qualité je pouvais me prévaloir pour parler du général !
Je n'ai pas jugé bon de répondre à une telle injonction, estimant par ailleurs que tout dialogue avec ce commentateur ne pouvait être voué qu'à l'échec.
Il est des circonstances où l'indifférence est la plus sage des attitudes.
Les intervenants sur ce blog de qualité ne peuvent tous avoir la prétention de plaire à Robert Marchenoir. Si leurs positions ne sont pas en accord avec celle de ce commentateur, ils n'ont pas pour autant à subir les foudres de ce dernier.

Zonzon

Un de nos camarades, descendu dans sa cave, vient de se faire piquer par un méchant cancrelat qui y gîtait. Le malheureux n’y a pas prêté attention sur le coup. Voilà qu’il y a risque d’infection.

Présentement il est obnubilé par une galéjade, modèle Vermot des années 30, qu’il a lue dans son journal habituel et qu’il est le seul dans son immeuble à avoir relevée. On se doute qu’il est culturellement isolé !

Un de ses voisins lui fait même remarquer qu’il aurait pu s’abstenir de citer dans cette affaire le nom d’un capitaine d’une embarcation qui se prête admirablement à l’organisation de croisières olé olé qui ne sont pas sans rapport avec la saillie qui a retenu son attention.

On tourne en rond si je peux me permettre.

Dans le même moment un autre de ses voisins lui fait valoir, sottement, que ce fameux capitaine a exercé des responsabilités considérables dont l’aventurier des sous-sols, piqué et rieur, est coresponsable – pour peu qu’il veuille bien le reconnaître – et que de ce fait il rit de lui-même sans s’en douter, ce qui est peu glorieux.

Il y a ici, en ce bas monde, des gens qui feraient n’importe quoi pour oublier leurs erreurs. Malheur à celui qui s’autorise à leur en faire la remarque !

Giuseppe

@ Savonarole

Pour le plaisir,
https://youtu.be/qFanl3HrPvs
Il est incroyable en effet qu'aucun média n'ait relevé le "passif" sur Macron lors de l'émission de Yann Barthès me semble-t-il, mais le public dressé au reflexe Pavlov aboie bêtement quand on le lui dit.

Savonarole

@ Aliocha | 27 avril 2018 à 16:28

Désolé mais je ne vous lis jamais, question d'hygiène, mais pour une fois vous nous pondez une phrase en lieu et place de vos églogues interminables.
Vous ne semblez pas comprendre le mot "cave", lieu souterrain ou l'on range avec plus ou moins de bonheur la quincaillerie encombrante de toute une vie, un lieu sinistre.
Vous avez compris "cave à vin", libre à vous de jouer au c.., toutefois je dois vous dire que certains de vos commentaires de plus de 80 lignes transpirent l'alcool mauvais et solitaire. Ne restez pas seul Aliocha.

Lucile

@ Achille | 27 avril 2018 à 12:42

Dans l'affaire que vous citez, l'avocat était dans son rôle en alléguant le manque de preuves. La police en a trouvé, elle a fait son travail. On ne devrait pas pouvoir condamner sans preuve irréfutable, dans certains pays, ce n'est pas possible ; la police scientifique a maintenant des moyens qui lui permettent le plus souvent d'en trouver. Tout à fait d'accord avec Véronique Raffeneau.

Savonarole

@ Patrice Charoulet de 15:19

Les "martyrs de Robert Marchenoir" se portent bien, ils sont toujours vivants et actifs sur ce blog.
On a toujours plaisir à les lire, leurs contributions sont toujours intéressantes.

De quoi vous faites-vous l'avocat ? De quoi je me mêle Charoulet ?
Vous étiez professeur ou pion de préau d'école ?

Votre liste est longue :
"Aliocha, Achille, Claude Luçon, Mary Preud'homme, Noblejoué, Marc GHINSBERG, hameau dans les nuages, Michel Deluré, Mitshane, Trekker, Catherine JACOB, Xavier NEBOUT, Exilé, caroff, Elusen, Tomas, duvent, Tipaza, Pierre Blanchard, boureau, genau, Ahmed Berkani, semtob, breizmabro, calamity jane, Julien Weinzaepflen, et votre serviteur..."

Certes, Ahmed Berkani a disparu, ses cabrioles littéraires et son amour infini pour la France nous ont laissés de glace.

Julien Weinzaepflen s'est calmé, disparu depuis qu'il a montré le bout de son nez sur les juifs et qu'il s'est pris une beigne (merci Savonarole...).

Qui les regrette ? Levez le doigt...

Herman Kerhost

Je constate avec effarement que ce blog est fréquenté par un nombre croissant de chochottes.
Tout ce beau monde ne cesse de gémir "liberté d'expression !", "on n'a plus le droit de rien dire !", "mort au politiquement correct !", etc. et à la première contradiction un peu virulente se vautre dans la victimisation la plus écoeurante.
Il est tellement plus confortable de se plaindre d'insultes, ou d'agressions inexistantes, mais comment ne pas fondre de honte à pleurnicher de la sorte ?
Battez-vous ! Répondez, argumentez, mais cessez donc vos jérémiades.
Je vous assure, cela devient gênant. Surtout lorsque l'on sait votre âge.

Aliocha

Oh, l'hypocrite ça vaut n'arole, de la cave il remonte flacons et grands crus !

Savonarole

@ Patrice Charoulet | 27 avril 2018 à 15:19

Vous devriez transmettre cette liste à la Kommandantur, l'affaire est grave, ces salopards doivent être sévèrement fusillés.

Vous faisiez quoi sous l'Occupation ?

duvent

@ luc n. | 27 avril 2018 à 11:12

C'est toujours la même histoire, on commence par arrêter de croire, puis on se trouve ensuite les bonnes raisons qu'on avait de ne pas croire...

Non, je dirais plutôt, qu'on arrête de croire parce qu'on a de bonnes raisons de le faire, puis que par soumission et compromission, on feint de découvrir les raisons pour lesquelles on ne croit plus...

Il y a dans le for intérieur de chacun un imposteur, et dans le for intérieur des avocats plusieurs imposteurs.

Savonarole

@ Zonzon de 14:28
"C’est ça que c’est bon !"

Vous êtes ce que l'Almanach Vermot est à l'esprit français.
Ne me lisez plus, j'ai toujours l'impression de descendre à la cave pour vous répondre.

Patrice Charoulet

Esquisse d'un martyrologe de Robert Marchenoir

Aliocha, Achille, Claude Luçon, Mary Preud'homme, Noblejoué, Marc GHINSBERG, hameau dans les nuages, Michel Deluré, Mitshane, Trekker, Catherine JACOB, Xavier NEBOUT, Exilé, caroff, Elusen, Tomas, duvent, Tipaza, Pierre Blanchard, boureau, genau, Ahmed Berkani, semtob, breizmabro, calamity jane, Julien Weinzaepflen, et votre serviteur...

Je n'ai pas tout lu, ne me souviens pas de tout et ne suis ici que depuis un an.

Les victimes que j'ai oubliées et qui souhaitent me communiquer leur nom pour compléter cette esquisse, peuvent le faire en s'adressant directement à moi : [email protected] (N'étant ni complotiste, ni parano, ni atteint de délire obsidional, je ne crains pas, moi, de donner cette adresse mail.)

Après ces réponses, le martyrologe sera communiqué.

Zonzon

@ Savonarole 27 avril à 13 h 03
« …il avait le rôle passif… »

Vous avez un haut-le-cœur ! Mais que ressentez-vous quand on vous rappelle que le peuple français a été dirigé par Monsieur François Hollande ?

C’est ça que c’est bon !

Paul Duret

@ Savonarole

Evitez de citer le nom du capitaine de pédalo. Il est prêt à tout pour qu'on ne l'oublie pas.

vamonos

Dans le billet, un lien est disponible vers l'émission "L'heure des pros" du 21 mars 2018. L'invité principal était Eric Dupond-Moretti qui vient de sortir un livre "Le dictionnaire de ma vie".

EDM aime écouter les chansons de Serge Lama, comme c'est bizarre, comme c'est étrange et quelle coïncidence... En fait, c'est de l'humour, ils sont tous les deux dans le même registre, ils sont des lions, des chefs de meute. Quand ils ont la parole, il est difficile de les faire taire et quand ils n'ont pas la parole, ils la prennent. Sandra Buisson, autre invité de l'émission a été inaudible, pourtant elle était venue pour parler d'un sujet qui lui tenait à coeur. Philippe Bilger n'a pas disposé non plus de beaucoup de temps pour exprimer les nuances, le fruit de son analyse sur les sujets complexes abordés par le présentateur. Celui-ci aurait dû être le maître de cérémonie ; mais EDM a écrasé toute concurrence. L'heure des pros était devenue l'heure du pro.

Moi aussi, je dénonce mon pro. EDM n'est pas un manipulateur, il s'agit plutôt d'un marionnettiste de haut niveau dont les fils sont si subtils qu'ils en deviennent invisibles.

Claude Luçon

@ Achille | 27 avril 2018 à 10:01

Absolument.
Il se trouve que, m'étant introduit sur ce blog peu de temps avant Patrice Charoulet, j'avais eu la même réaction que lui.
En d'autres termes je pensais que par courtoisie nous devions à nos hôtes de commenter sous notre nom, pas sous un alias. J'ai eu par la suite l'opportunité de contacter directement certains commentateurs qui m'ont expliqué pourquoi ils utilisaient un alias, pour diverses raisons d'ailleurs que je respecte.

Patrice Charoulet et moi en avons discuté en direct, nous sommes arrivés aux même conclusions. C'est un vieil Africain comme moi, il n'a pas besoin de nous pour se défendre. Il l'a d'ailleurs démontré en un français que peu d'entre nous possèdent.

Dans ce dernier cas je n'ai pas pu résister à l'opportunité d'interpeller Robert Marchenoir, qui ne m'a jamais épargné non plus, pour lui expliquer que ses commentaires sont du genre boomerang et que ses insolences n'humilient que lui.
Je sais qu'il joue un jeu, je cherche à jouer au même jeu.
C'est un faux méchant. J'en ai la preuve.

Je pense que généralement les commentateurs de ce blog sont des Français bien élevés ce qui ne saurait nous empêcher de ferrailler verbalement entre nous le cas échéant.

Je crois ce que Pierre Daninos faisait dire, en 1954, à son Major Marmaduke Thompson sur ses Carnets :
"La France est divisée en 50 millions de Français".
Nous sommes un peu plus aujourd'hui mais c'est toujours vrai.

Exilé

Je n'aurais pas pu être avocat. Trop de relativisme, trop peu d'absolu.

Il est bien sûr plus facile et plus agréable pour certains avocats généraux - surtout chez ceux qui sont gauchis - de s'acharner contre un brave homme pour lui forger une personnalité plus noire que du charbon, avec cette joie mauvaise qui anime les cyniques pervers...
Et qui en plus sont payés pour ça.

Savonarole

Je suis déçu que Philippe Bilger n'ait pas écrit un billet sur les déclarations consternantes de François Hollande.

Relayant Russia Today et Sputnik, il a osé dire que dans "le couple Trump/Macron, ce dernier avait le rôle passif". Ces deux médias russes avaient insinué le soupçon d'homosexualité de Macron.

François Hollande confirme qu'il n'est qu'un écœurant personnage, un nul absolu.

Overdose de Hollande.

Achille

@ Zonzon | 27 avril 2018 à 07:25
« Sa réflexion sur innocent et coupable, acquitté ou condamné : du Michel Audiard plus que du Tacite ou du Juvénal ! »

EDM pratique l’art consommé de la provocation.
Quand EDM dit qu'il est "normal que la justice acquitte un innocent mais qu'acquittant un coupable elle est encore plus admirable", cela ne peut être compréhensible que par des juristes habitués à pratiquer les textes de loi. Ils font abstraction de leur côté émotionnel pour ne prendre en considération que le côté factuel.

En fait tout jugement repose sur des preuves et tant que celles-ci ne sont pas établies un coupable peut passer entre les mailles du filet.

Nous en avons un exemple avec Nordahl Lelandais qui a toujours affirmé qu’il était innocent de meurtre de la petite Maëlys, puis du caporal Noyer, avant de se résoudre à avouer suite aux éléments apportés par les enquêteurs..
L’avocat de ce tueur en série a joué à fond la carte du manque de preuves. S’indignant même que les médias « s’acharnent » sur son client et allant même jusqu’à faire la démonstration par le timing des événements que Nordahl Lelandais ne pouvait pas être le coupable.

Bien souvent cela suffit pour faire acquitter un individu très dangereux.

jlm

@ Véronique Raffeneau
"Je veux bien qu'EDM soit un super-héros de l'acquittement, mais franchement on peut aussi se dire qu'en face, l'accusation n'a simplement pas réussi à démontrer de façon décisive la culpabilité."

Voilà qui remet les choses à leur juste niveau...

Giuseppe

http://www.lejsl.com/actualite/2018/04/19/dominique-perben-arrete-de-retour-de-suisse-avec-15-000-en-liquide

J'aimerais que les médias en fassent un peu plus au bon endroit. Ce personnage n'est pas le pékin moyen... Pauvre France, répudiée, des cachottiers non des moindres qui trimbalent de la menue monnaie, pas pour aider le Bangladesh, non, rassurez-vous, pour huiler la Suisse, doux pays où le liquide adore prendre le soleil.

Je préfère respirer un autre parfum, celui de mon jardin ce matin.

Il est incroyable ce nombre d'élus qui sentent l'odeur du soufre, et dire qu'il dominait le monde de la justice, ce rattrapé par la patrouille.
Alors, qu'EDM préfère qu'un coupable soit dehors plutôt qu'un innocent dedans, le plus triste c'est qu'il n'a même pas besoin de le dire il suffit de lire la presse tous les jours et la liste des mis en cause politiques et pas pour des pétales de fleur, on le sait bien le fric qui pue n'a pas d'odeur.

Savonarole

@ Véronique Raffeneau de 7:32
"Je veux bien qu'EDM soit un super-héros de l'acquittement, mais franchement on peut aussi se dire qu'en face, l'accusation n'a simplement pas réussi à démontrer de façon décisive la culpabilité."

Il n'y avait que cela à dire et vous l'avez dit.

EDM pratique la rhétorique des avocats américains qui montent en épingle le détail qui tue et paralysent le déroulement du procès. "Les WC étaient fermés de l'intérieur, donc mon client est innocent, Monsieur le Juge !"...

Ainsi, Nafissatou Diallo avait menti il y a 25 ans pour émigrer aux USA, donc DSK est innocent.

jlm

Oui ! Plus qu'overdose, écœurement.

J'ai expérimenté cela, moi-même victime laminée par un avocat à forte gueule et sans scrupule, parvenu à ses fins grâce à une mauvaise foi monstrueuse mais convaincante, et face à qui des avocats de bonne foi sont écrasés par la duplicité de leurs adversaires qui ont toujours un temps d'avance, comme seule la perversité et le mensonge le permettent.
Qui va réagir contre cette injustice foncière : un accusé a droit au mensonge quand sa victime n'a droit qu'à sa vérité.
Honte à ces avocats qui sont des mercenaires au service du crime que l'on finit, grâce à eux, par mettre au même niveau que la vertu. Quant à leur talent surfait, avec toutes les équipes travaillant pour eux, ils n'ont plus qu'à recueillir les fruits et s'en repaître avec gourmandise.

Mais non, Maître EDM n'est pas de ceux-là. Il aime trop l'honnêteté. Mais qu'il prenne garde, son goût pour la victoire pourrait malheureusement l'entraîner vers ces routes venimeuses où le renversement des valeurs nuit plus à la victime qu'à l'agresseur.

patriote

Angela Merkel reçue par Donald Trump pour une visite express.
Ils font simplement le point sur la façon dont ils vont agir dans les prochains mois après avoir ficelé le vaniteux représentant de la France.
Préparons-nous peut-être au bombardement de l’Iran.

Tant que le Proche-Orient ne sera pas sous le contrôle permanent d’Israël il en sera ainsi.

Giuseppe

EDM ? Un procès, celui d'Outreau, un petit juge indigent pas à sa place, la corpulence de l'avocat, un huissier détruit, la voix de la défense, un huissier dévasté, je ne voyais que lui, sa fille qui le reniait alors qu'il était étranger à cette affaire pourrie et EDM dans toute sa splendeur.

luc n.

@ duvent | 27 avril 2018 à 09:26

En toute équité je me vois obligé de prendre la défense de Philippe Bilger, même si l'expérience que j'ai pu avoir de la justice ne m'incite pas à l'indulgence : en fait je crois comprendre qu'il indique les raisons pour lesquelles... lui-même n'aurait pas voulu être avocat !
Mais il y a là inévitablement une bonne part de "rationalisation a posteriori" (comme disent si bien les amateurs de pléonasme).
C'est toujours la même histoire, on commence par arrêter de croire, puis on se trouve ensuite les bonnes raisons qu'on avait de ne pas croire...

Jérôme

Bonjour Philippe,

"Voudrait-on passer à quelqu'un d'autre, à autre chose qu'on ne le pourrait pas !"

Effectivement, n'y étant jamais passé j'aurais du mal à passer à autre chose :-). Je trouve Maître Eric Dupond-Moretti globalement fat et moyennement intéressant.
Mais, car il y a un mais, je me retrouve entièrement dans cette affirmation que vous lui prêtez :

"C'est tout de même EDM qui un jour a souligné qu'il était normal que la justice acquitte un innocent mais qu'acquittant un coupable elle était encore plus admirable."

Ce en quoi il ne fait que souligner une évidence que la justice respecte trop peu souvent : le doute doit bénéficier à l'accusé.
Je ne saurais trop être d'accord avec cela.
Vous avez parfois souligné cette incohérence, par exemple quand la peine est mitigée par manque de certitude. Omar Raddad en est un exemple. Peine moyenne parce que la justice n'est pas sûre d'elle-même et que trop de doutes subsistent. On rend alors un verdict mollasson. C'est indigne. Il faut acquitter. Quitte à laisser un coupable dehors.

Il ne me semble pas possible de se situer entre les deux : nous ne sommes pas sûrs sûrs, alors au lieu de la perpète que l'accusé mérite s'il est coupable on lui colle vingt ans. C'est honteux, l'expression de la faiblesse, de la couardise des juges et des jurés.
On ne brise pas des vies de façon réfléchie par incertitude.

Achille

@ Claude Luçon | 26 avril 2018 à 23:50

Il faut bien reconnaître que même si l’on ne partage pas toutes ses idées (ce qui est mon cas), Patrice Charoulet est d’une extrême courtoisie.
Il est une proie facile pour les caractériels qui ne supportent pas d’être contredits et réservent leur amabilité à ceux qui se soumettent à l’acceptation inconditionnelle de leurs allégations.

Je reconnais avoir un peu charrié ce contributeur au début car je le trouvais un peu « décalé » dans la formulation de ses commentaires un peu trop tarabiscotés.
Mais j’ai appris à le connaître. C’est un homme profondément honnête et je trouve parfaitement injustifiées les agressions dont il est l’objet.

Aliocha

Ophélie Marchenoir (ah, la douce nymphe !) face à Hamlet Nebout (oh, le sombre prince !) :

Hamlet. - Qui porterait ces fardeaux,

Grogner et suer sous une vie exténuante

Mais c’est la peur de quelque chose après la mort

La terre inconnue dont personne ne revient, qui réduit en pièces la volonté,

Et nous fait plutôt supporter nos maux familiers
Que nous envoler vers d'autres qui nous sont inconnus.

Ainsi la conscience fait de nous tous des lâches ;

Et ainsi les couleurs vives de nos résolutions

Blêmissent à la pâleur mortuaire de nos pensées,

Et de par cette considération, les plus ardentes entreprises

Se détournent de leur cours,

Et perdent le nom d'action - calme-toi maintenant !

Voici la douce Ophélie ! Nymphe, dans tes oraisons

N'oublie aucun de mes péchés.

OPHÉLIE - My good Lord, comment s'est porté Votre Honneur tous ces jours passés ?

HAMLET - Je te remercie humblement : bien, bien, bien.

OPHÉLIE - My Lord, j'ai des souvenirs à vous

que j'attendais de vous rendre depuis longtemps,

Je vous prie, maintenant recevez-les.

HAMLET - Non, pas moi ; je ne t'ai jamais rien donné.

OPHÉLIE - My Lord, vous savez fort bien que si.

Et avec eux, des mots composés d'un si doux souffle

qu'ils n'en n'étaient que plus riches. Leur parfum perdu,

reprenez-les ; car, pour une noble âme,

les riches cadeaux se révèlent pauvres, quand celui qui donne perd sa bonté

Tenez, My Lord !

HAMLET - Ha ! ha ! Es-tu bonne (chaste) ?

OPHÉLIE - My Lord !

HAMLET - Et es-tu belle ?

OPHÉLIE - Que veut dire votre Seigneurie ?

HAMLET - Que si tu es bonne et belle, ta bonté ne devrait pas admettre de commercer avec ta beauté ;

OPHÉLIE - La beauté, My Lord, peut-elle avoir meilleure compagnie que la bonté ?

HAMLET - Oui, en vérité ; car le pouvoir de la beauté transformera plus vite

la bonté en une catin que la

force de la bonté travestira la beauté à son

image : ce fut jadis un paradoxe, mais aujourd'hui le

temps nous en donne la preuve. Je t'ai aimée autrefois.

OPHÉLIE - Si fait, My Lord, vous me l'avez fait croire.

HAMLET - Tu n'aurais pas dû me croire ; car la vertu

greffée à notre vieille souche, sentira toujours

le moisi. Je ne t’aimais pas.

OPHÉLIE - Je n'en ai été que plus dupée.

HAMLET - Va-t'en dans un couvent ! A quoi bon te faire

nourrice de pécheurs ? Je suis moi-même assez honnête homme ;

et pourtant je pourrais m'accuser de telles choses que

mieux vaudrait que ma mère ne m'eût pas mise au monde ; je suis fort

Orgueilleux, vindicatif, ambitieux ; avec plus de méfaits dans mon sac que

je n'ai de pensées pour les concevoir,

d'imagination pour leur donner forme, de temps pour les accomplir.

Que de types comme moi grouillent

entre terre et ciel ? Nous sommes de fieffés coquins,

tous ; ne te fie à aucun de nous. Va tout droit dans un couvent...

duvent

M. Bilger, à la lecture de cette phrase le trouble me saisit...
"C'est tout de même EDM qui un jour a souligné qu'il était normal que la justice acquitte un innocent mais qu'acquittant un coupable elle était encore plus admirable !"

Il n'y a rien de plus éloigné du droit qu'un pénaliste et il n'y a rien de plus proche de la tragi-comédie qu'un pénaliste...


Véronique Raffeneau

"Ce poncif apparemment si moral mériterait d'être questionné. Qu'on compare les incroyables dégâts humains et sociaux que causeraient ces cent coupables avec la détresse solitaire de cet innocent, est-il indécent de même s'interroger ?"

Entre le poncif exprimé dans les médias et la réalité de son quotidien professionnel, il y a tout lieu de penser que même Eric Dupond-Moretti s'interroge, en réalité il ne cesse pas de s'interroger.

Le critère coupable, voire très coupable n'est-il pas en amont l'élément qui va définir et structurer sa défense : là il ne s'agit plus de plaider l'innocence mais les modalités de la peine ?

Dans son livre EDM raconte cet épisode où un mis en cause, en dépit de sa protestation d'innocence, au moment de l'instruction, est confondu par un élément de preuve indiscutable. Croyez-moi, EDM ne s'est pas acharné devant le juge d'instruction à défendre l'indéfendable : il a convaincu son client de transformer son système de défense.

Le critère coupable, voire très coupable n'est-il pas en amont l'élément discriminant qui lui fait par exemple refuser un dossier ?

Il reste les instructions parfois exclusivement menées à charge et/ou bâclées, une action publique qui, quelquefois, ne compte que sur sa force et sa puissance, il reste les dogmes, les habitudes, les corporatismes judiciaires, l'importance donnée par exemple à des expertises psychologiques discutables, toutes ces choses contre lesquelles l'avocat de la défense doit rester de façon impérieuse un rempart et une protection. Ce sont autant ces faiblesses qui permettent à un EDM d'exploser à l'audience un dossier.

Peut-être qu'EDM a permis l'acquittement de coupables. Dans ce cas, ce qui interroge en premier n'est pas le dogme selon lequel "il vaut mieux cent coupables en liberté qu'un innocent en prison", ce qui interroge est également la faiblesse de l'accusation en dépit des moyens puissants et considérables dont elle dispose.

Je veux bien qu'EDM soit un super-héros de l'acquittement, mais franchement on peut aussi se dire qu'en face, l'accusation n'a simplement pas réussi à démontrer de façon décisive la culpabilité.

Zonzon

EDM c’est comme Barbelivien, sauf que je connais. Difficile de l’ignorer pour qui n’a pas encore déposé son téléviseur à la cave. Une star de la ComCom [*]. Un louque de boxeur, lourd et massif, une démarche lente, un dos voûté, une physionomie hermétique sans grâce, un regard froid.

A la sortie d’un procès il balance une phrase, un mot, étudié et répété pendant des heures avec son staff. La justice n’est-ce pas du théâtre, tragédie parfois comédie ?

Achille nous a appris que ce personnage était le fils d’une femme de ménage. Une belle réussite républicaine à faire pâlir de honte Bourdieu Grangourou.

Un homme juste, un agent économique intervenant dans le déséquilibre des ressources du justiciable, égalisateur des chances : ses clients riches payent pour ceux qui sont démunis. Une attitude exempte de démagogie !

Sa réflexion sur innocent et coupable, acquitté ou condamné : du Michel Audiard plus que du Tacite ou du Juvénal !

[*] Communication & Comédie

Robert Marchenoir

@ Claude Luçon | 26 avril 2018 à 23:50

Ce que j'ai écrit à Patrice Charoulet est parfaitement exact. Je suis absolument désolé si vous n'aimez pas mon français. Personnellement, il me convient. Je ne suis pas ici pour participer à un concours de popularité ; le seriez-vous, que vous seriez assez présomptueux de présumer du résultat.

P.S.: Vous noterez qu'il ne manque pas d'exécrables professeurs de français. Je parle en général, naturellement.
______

@ Xavier NEBOUT | 26 avril 2018 à 22:27

Votre curieuse prise à partie semble surtout motivée par mon analyse de votre antisémitisme sur le fil précédent, consacré à la pétition contre cette idéologie des faibles d'esprit. Et à ma demande d'éclaircissements sur votre sibylline et fielleuse réaction, qui n'a (bien sûr) pas reçu de réponse. C'est pourquoi je vais vous la fournir, moi-même, sous le billet consacré à ce sujet. Cela permettra aux lecteurs de suivre le fil du débat. Aucun rapport avec Dupond-Moretti.

 Claude Luçon

@ Robert Marchenoir | 26 avril 2018 à 13:30
CC. Patrice Charoulet

Dear Bob,
(between us pro-americans)

Quand Patrice Charoulet vous donne du "commentateur au long cours", superbe et élégant qualificatif avouez-le, en plus d'être vrai, réfléchissez, si vous pouvez, sinon essayez, ne lui avouez pas que le long cours sur lequel vous naviguez est celui d'un caniveau qui va finir dans une fosse septique dans laquelle vous vous complaisez en lui répondant : "...chef-d'oeuvre d'hypocrisie, de sournoiserie, de mensonge par déformation, de diffamation, de délation, de trollage, et, pour le dire en bon français, de tentative de f... de m..." !
Au passage, vous avez une étrange notion du "bon français" en vous adressant à un professeur de français !
Sur ce blog en particulier !
Personnellement je préfère le sien au vôtre.

Vous gâchez tout et nous confirmez ce que nous avions déjà suspecté sur votre environnement et votre expertise en matière fécale, pire, chez vous, clairement, c'est cela dont vous êtes en état d'overdose.

Xavier NEBOUT

Il en est dont la vie est entièrement captée par un désir irrépressible d'intervenir dans les blogs.
Ce sont des êtres nécessairement seuls, qui n'ont pas le temps d'aimer ni d'être aimés, et qui trouvent là leur raison de vivre.
S'ils se sentent parfois contestés dans leurs manifestes, le mystère de leur être est en cause, et leur inconscient ne leur permet pas de faire face sans injurier et vociférer.
On ne saurait espérer mieux pour eux qu'un retrait du monde pour leur permettre d'écouter Dieu.
Je demande donc au tribunal de les condamner au cachot monastique jusqu'à ce qu'ils soient délivrés.

Maître EDM nous vous écoutons.
"Mon client ne nie pas sa culpabilité, il est sur le chemin du repentir, et il n'y aurait pas lieu de douter qu'un temps de cachot lui serait salutaire, mais, mais, au grand mais s'exclame Me EDM toutes manches tournées vers le ciel, s'il ne devait bénéficier de la mansuétude de votre Tribunal pour une raison impérieuse.
Il s'exprime en effet sur le Blog de Philippe Bilger.
Or, Dieu est témoin que sous la férule de son impitoyable censeur, s'y forgent les âmes les plus viles vers la bonté sous le joug de la plus terrible des vérités, celle de soi.

On dit qu'à la suite de cette mémorable plaidoirie d'EDM, Robert Marchenoir ayant été acquitté, il se rendit seul au monastère pour demander à y entrer au cachot, et que lors qu'il en revint, il limita ses commentaires à trois lignes et n'injuria plus personne.

huvelin

Je ne respecterai jamais un type qui aime la corrida, cette survivance abjecte des jeux du cirque au XXIe siècle, tant pis pour ce prétendu anarchiste nanti qui d'ailleurs se moque éperdument de mon respect, et il a sans doute raison.

En revanche je pleure encore Brassens qui, lui, aimait ses chats au point de tout tolérer de son "remplaçant" post mortem, sauf la moindre maltraitance à l'égard de ses félins préférés !
C'était de l'humour sensible et jamais vulgaire.
Et quelle langue !
Rabelais, oui, mais chez lui, pas chez Dupond-Moretti !
Pas assez "classe" !

Un homme libre qui a besoin d'un hypnotiseur pour arrêter de fumer.
Un homme libre qui n'ose pas assumer son dégoût pour les terroristes.
Un homme libre qui n'ose pas trop faire crédit de peur de ne faire QUE crédit.
Un homme libre qui se sent tenu d'agresser les cathos quitte à raconter n'importe quoi (oui les cathos s'excusent. Y compris pour la pédophilie, où le pape lui-même s'en charge et prend toutes les dispositions pour éviter la récidive. On attend et de pied ferme qu'un imam s'excuse publiquement pour les crimes terroristes).

Le seul anarchisme vivable sans tuer personne ! "Mourir pour des idées, d'accord mais de mort lente" !
Brassens était bien gaulois comme Rabelais.
Pas un bobo haram du Marais !
La victimisation ou la stigmatisation, c'est tout comme pour la gauche internationaliste ; celle des porteurs de valises de toute subversion ou nationalisme mais seulement étrangers !
Les pieds-noirs survivant à la saint Barthélémy marxiste du parti unique post "indépendance de l'administration française", servent même aujourd'hui d'exemple pour justifier une invasion étrangère sur notre sol ! Après avoir été voués à la déportation par un hiérarque socialiste de Marseille ou des Harkis, nos combattants d'autodéfense de "sous-hommes" par une autre pointure de gauche à Montpellier sans sanction morale de son parti (considérer Fabius comme pas catholique lui valut seulement l'excommunication).
Lang peut créditer Castro d'avoir remplacé une caserne par une école. L'Education nationale le fit à Alger avec une caserne de janissaire dès 1830 et ce lycée Bugeaud donna deux Nobel au monde !
Moi de gauche ? Impossible. JAMAIS.

Noblejoué

"Qu'on compare les incroyables dégâts humains et sociaux que causeraient ces cent coupables avec la détresse solitaire de cet innocent, est-il indécent de même s'interroger ?"

Très indécent... On peut abolir la Justice si on va au bout : si on compare le sentiment d'insécurité qui trouble les gens quand on n'a pas ramassé un coupable à mettre un innocent en prison, on peut attraper n'importe qui, surtout quelqu'un d'impopulaire, et le balancer en prison.
Mais on n'a pas besoin de police ou de Justice pour ça, n'importe quelle foule peut le faire, et lynchage. En plus, cela reviendrait tellement moins cher... Privatisons, faisons de la démocratie participative, allons-y.

Je pense que beaucoup de gens, notamment puissants, sur qui la foudre a peu de chance de tomber, pensent ainsi. Et donc, merci d'avouer... Ce qu'on se demande en temps normal, en temps de crise et en petit comité élitiste, comment ne le ferait-on pas ?

Et pour les fair play, si la foudre leur tombe dessus, qu'importe ? La conception du monde d'autant meilleur que l'on donne de pouvoir sur lui console... Alors, on ne réclame pas son dû face aux autres pouvoirs, mais tout pouvoir sur le nom pouvoir, le cheptel des justiciables.... Bien sûr que ça me scandalise.
Si j'allais perdre de l'argent au jeu, ça choquerait la morale, mais jouer aux dés, aux probabilités sur le dos des justiciables, non... Jouer ce qui est à soi, c'est mal, jouer les autres, c'est bien. Singulière morale que d'autoriser à voler le destin de malchanceux quand on peut mettre en prison quelqu'un pour avoir volé sa voiture.

Pourquoi ne pas donner le pouvoir aux statisticiens, à un système expert ? Il faut assumer toutes les conséquences.
Statistique dans l'enquête, aussi, et pré-crime. Pour comprendre où on semble aller, ne surtout pas lire de pesantes études juridiques mais K. Dick et son pré-crime. Si on veut du plus dur à lire mais pas sur une société oppressante, un très curieux mais grouillant d'idées document, l’Exégèse... Certains méprisent la SF, mais enfin, dans des expériences de pensées, on dit si telle chose arrivait, alors... et parfois, les choses arrivent, comme la réalité physique décrite par des modèles mathématiques qui n'avait été faits que pour la recherche mathématique.

Le suspect aurait le devoir de se méfier, même et surtout innocent, puisqu'il n'a pas pensé à se trouver un alibi, qu'il peut ne pas se rappeler ce qu'il a fait tel jour, etc.
Le coupable aurait le droit de mépriser... Ce n'est pas parce que je suis coupable qu'on me frappe, c'est arbitraire. Un voleur aurait le droit de se trouver moins voleur que ceux qui volent le destin des autres. Pour la réinsertion, je ne sais pas... L'autorité morale de ceux qui jugent en transgressant ? Aucune, moi, penserais-je, je n'ai pas pris d'engagement pour aller contre eux, je vole peut-être, mais moins déloyalement, chose moins grave que la liberté et ne me permet pas d'une position morale contestable de sermonner... Et le drogué ? Dans notre monde, il n'a pas le droit de faire ce qu'il veut de son corps, et on lui dit qu'on préserve sa liberté et que le monde n'est pas si mauvais. Liberté dans un monde arbitraire ? Monde pas si mauvais où on sacrifie des innocents ?

On n'a pas besoin de se droguer, de quitter la réalité quand on la gauchit à ce point pour la rendre habitable. On a donc la position morale qu'il faut pour l'interdire.

Mitsahne

Les crapules et la crapulerie de France se portent bien :

- il y a d’abord EDM et son formidable talent (mais il n’est pas le seul), capable des pires acrobaties à la limite du soutenable pour obtenir l’acquittement de son client, autrement dit de relâcher dans la nature un délinquant ou un criminel qui, bien entendu, a tous les risques de récidiver.

- il y a ensuite les juges rouges du SM qui prônent le parti pris de l’innocence et un a priori de bienveillance et qui relâchent crapules et criminels avec une constance qui frise la complicité. Les juges d’instruction évitent la mise en prison et les juges d’application des peines les font sortir de prison bien avant la fin de la peine. Encore de la graine de récidiviste dont le nombre ne cesse d’augmenter depuis que Badinter a détruit totalement l’échelle des peines en supprimant la peine de mort, puis le bagne, puis la prison à vie (la vraie perpète). Certains crimes ne sont plus que des délits, des délits sont devenus des contraventions, des contraventions sont maintenant des incartades sanctionnées par de simples « rappels à la loi ».

Et comme l’immigration incontrôlée fait entrer des dizaines de milliers de populations à risque, il n’est pas étonnant que l’insécurité ne soit pas qu’un ‘’ressenti’’ mais bien une calamité qui enfle à la vitesse d’un TGV qui va vers le déraillement. Tous les jours, la presse nous cache les dizaines de faits sanglants (lynchages, tortures, viols, blessures avec armes) ; et quand elle relate un cas particulièrement atroce, elle ne donne jamais le nom du responsable, c’est à cela qu’on sait qu’il s’agit alors d’un délinquant « issu de la diversité des minorités visibles », nouvelle formule pieuse, ahurissante de tartufferie pour ne pas avoir à nommer telle ou telle ethnie ou religion. En revanche, si Eric Zemmour donne des pourcentages de populations dans les prisons, on lui intente immédiatement un procès pour divulgation de fausses nouvelles car cet homme est dangereux, il dit la vérité !

Pain béni pour les (trop) nombreuses associations antiracistes qui récoltent des millions de dommages et intérêts parce qu’un passant a prononcé le mot « nègre » ou a dit « y a bon » !

Comment a-t-on pu en arriver là ? Et la France n’est pas la seule dans cet état : devinez qui serait au bord de la révolte tant les exactions des immigrés sont ‘’saignantes’’ ? la Suède ! Oui, la Suède, pourtant pays réputé paisible et respectueux des lois. Oui, mais voilà, la Suède serait aussi le pays qui a le plus ouvert ses frontières dans un souci d’humanité. CQFD.

Monsieur Macron fait le beau aux States où il est applaudi. En France, il laisse se dégrader une situation où le non-droit devient la règle et où les forces de l’ordre sont harcelées de plus en plus sauvagement par des racailles armées et bien entraînées à blesser et tuer. Mais Dupond-Moretti plaidera que ce sont de jeunes résistants qui luttent contre les épouvantables inégalités de notre société. Il sera applaudi quand il affirmera que s’il n’y avait pas de gendarmes il n’y aurait pas de voleurs. Avocat à la cour…de récréation.

Noblejoué

@ Charles | 26 avril 2018 à 09:59
"Nota Bene : MIDLP = Mon Institut De La Parole... Il fut un temps ou l'élégance primait et ne pas se mettre en avant en était un exemple ; mais c'était avant."

De nos jours, l'élégance c'est de permettre à tout le monde de se mettre en avant... Notre hôte dit ses mérites comme il permet aux commentateurs d'en faire autant.
N'est-ce pas mieux qu'un monde où on s'interdisait de se vanter visiblement pour le faire hypocritement, et où on faisait payer à plus sincère de se flatter en le cassant, ce qui n'aurait jamais eu lieu si la modestie affichée avait été sincère ?

Je trouve notre monde plus franc... La modestie n'en existe pas moins, on ne la trouvera pas dans de grandes et théâtrales dénégations, à mon avis, mais dans des absentions aussi difficiles à détecter que certains corps célestes qu'on n'appréhende que par calcul gravitationnel.

breizmabro

"J'ai d'abord échauffé mon for intérieur parce qu'entre Bertrand Périer, Cicéron et EDM le tour de force des journalistes a été de ne pas faire la moindre allusion à mon Institut de la parole qui aurait eu droit - sans présomption - à sa place"

Ni Bertrand Périer, ni Cicéron, ni EDM, ni les journalistes ne s'intéressent à votre institut, ce n'est pas une raison pour nous faire un billet sur ce narcissique avocat français.

Dupond-Moretti se souhaite une fin de carrière à la Badinter.

Le jury populaire (que l'on veut exclure de certaines audiences, au nom du peuple évidemment) en décidera.

Mais pas de pot la peine de mort a été abolie par 363 voix contre 117.

Du coup il va encore falloir qu'il rame dans les cercles médiatiques :D

Patrice Charoulet

@ Robert Marchenoir 26 avril 13h30

Je vous taquinais ! Vous réagissez bien vivement. "Au long cours" est proche de "qui a du souffle". J'en suis bien incapable. Quant à savoir si vous n'avez pas une pente à vous redire, qui pourrait ici le nier ? Au moins ne pourra-t-on pas vous reprocher d'être une girouette. J'ai, comme vous, quelques thèmes de prédilection. Ici, je n'ai que dix adversaires. Vous en avez cinquante. Très vieux, je n'aurais pas l'énergie que vous avez dans ces combats quotidiens, aux cibles changeantes. Je croyais mon tour passé. Gare à moi ! Les coups vont pleuvoir sur ma tête chenue.

caroff

L'unique fois où EDM m'a agréablement titillé l'entendement c'est quand il a mis Angot KO debout (ou plutôt assise) dans l'émission de Ruquier :

https://www.youtube.com/watch?v=WYfgUEGE7pU

christophe aubert

Bonjour,

La critique est facile mais l'art est difficile. Sans avoir le verbe inclusif d'EDM, ni sa verve performative, appartenant aux non-éloquents depuis... toujours, j'ai tenté de devenir son client, réponse en 48H sur quelques pièces de dossier : une avance financière, conséquente d'abord, puis le RDV dès l'avance créditée... J'ai pas acheté le droit de RDV, je n'aime pas payer d'avance... Rançon du succès ? Du coup je me suis mis en recherche de celui qui succédera à EDM, il est plus abordable, pour l'instant... Bonne fin de journée à tous.

La mésange

Un bon avocat fonde toujours sa notoriété sur les mauvaises causes qu’il remporte.
Je conserve encore le souvenir de deux ténors qui se congratulaient sans pudeur dans les couloirs du Palais de justice de Paris pour avoir obtenu la relaxe d’un violeur, le tout devant la victime en pleurs.
Le même violeur fut interpellé un an plus tard après avoir récidivé trois fois.

Les avocats appartiennent à une profession libérale dont le seul but est de gagner le plus de fric possible, ils ne sont en rien garants de la morale ou de l’humanité…
C’est l’une des professions les plus représentées en politique, avocats élus ou élus devenant avocats : on comprend ainsi mieux l’état de nos lois, de notre justice, de notre police, de nos valeurs, de notre société.

agecanonix

Avez-vous lu la dernière de Borloo (le troisième du trio Tapie-Sarkozy-Borloo), il vient de pondre un rapport à couper le souffle :
"Rapport Borloo sur la banlieue : une « académie des leadeurs » à côté de l’ENA"

En savoir plus sur :http://www.lemonde.fr/campus/article/2018/04/26/rapport-borloo-sur-la-banlieue-une-academie-des-leadeurs-a-cote-de-l-ena_5291046_4401467.html#gBXkWvFvlgjA8AfL.99

Sacré Borloo, il décrète de ce fait que l'ENA est une école d'Ânes riches et qu'il faut créer d'autres écoles de ce type pour les casseurs et voyous des banlieues ! Ou Borloo n'est plus malade ou il est complétement timbré. "Entrée libre salaire 1700 € par mois vacances de 6 mois par an à l'étranger, avenir dans un fauteuil."

Patrick EMIN

Je préfère cent coupables en liberté plutôt qu'un innocent en prison, dit maître Éric Dupond-Moretti.
On comprend pourquoi il a choisi de défendre les criminels plutôt que les victimes, sinon, il aurait dit le contraire.

luc nemeth

Bonjour,

La conclusion de l'article ("Trop de relativisme, trop peu d'absolu") me paraît en décalage avec le contenu.
En effet c'est bien l'avocat qui a pour priorité d'obtenir l'acquittement de son client, surtout si celui-ci est coupable, qui obéit à ce qui constitue de son point de vue un absolu.

Quant au relativisme il est plutôt... du côté des magistrats, sauf à nier l'incertitude qui s'attache aux décisions de justice, même en des cas où la jurisprudence pouvait sembler constituée.

Herman Kerhost

Acquitte-à-tort contre Condamne-à-tort.
Il faudrait revoir la formation de nos avocats...

Robert Marchenoir

@ Patrice Charoulet | 26 avril 2018 à 07:37
"Vos réflexions sur Eric Dupond-Moretti sont des plus intéressantes... Un des commentateurs 'au long cours' de votre blog nous a dit qu'il n'avait pas une heure à perdre pour ça et que son temps était précieux. Il vaut mieux écouter une heure, parfois, que d'écrire un post en deux heures, surtout lorsque l'on se répète pour le dixième fois sur un sujet qui tourne à l'obsession."

Je dois vous féliciter pour ce petit chef-d'oeuvre d'hypocrisie, de sournoiserie, de mensonge par déformation, de diffamation, de délation, de trollage, et, pour le dire en bon français, de tentative de f... de m...

Pour les lecteurs qui ont autre chose à faire que mémoriser l'intégralité des commentaires de ce blog depuis la nuit des temps, le "commentateur au long cours", c'est moi.

Dans le genre, Monsieur "Je suis transparent et je n'ai rien à cacher", Monsieur "Je suis plus anti-raciste que vous et donc je suis plus vertueux que tout le monde", Monsieur "Donnez-moi votre adresse mail parce que j'y ai droit et que je vous l'ordonne", vous avez fait très fort.

Des tordus, dans ma carrière de commentateur, j'en ai vus des paquets et des wagons, mais je dois dire que là, vous grimpez à mon top 50, facile.

Je vous avais dit, il y a longtemps, que vos compliments me paraissaient trop empoisonnés pour être honnêtes. J'avais vu juste.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

  • CNews,"Face à l’info"
    Ludi 28 octobre de 19 h à 20 h, dialogue sur la Justice avec Eric Zemmour.
  • Causeur
    causeur.fr du 13 octobre "Philippe Bilger, le style fait l'homme", par Thomas Morales
  • Le Point
    Philippe Bilger : « Le mur des cons a fracturé la confiance dans la justice », lepoint.fr du 11 octobre.
  • Sud Radio, "Le Grand Matin"
    Tous les vendredis de 8 h 45 à 9 h 15, débat dans la Matinale de Patrick Roger.
  • CNews, "L'Heure des Pros"
    Tous les mercredis de 9h à 10h30, animé par Pascal Praud.
  • Sud Radio "Les Vraies Voix"
    Tous les jours du lundi au vendredi de 17h à 19h, émission de débat et de divertissement animée par Christophe Bordet.

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS