« Kim Jong-un : une miraculeuse irrationalité ? | Accueil | Overdose d'Eric Dupond-Moretti ? »

24 avril 2018

Commentaires

Noblejoué

@ hameau dans les nuages | 02 mai 2018 à 09:50

Non.

Pour savoir ce qu'est l'être humain, il faut en faire la généalogie.

"Les autres c'est ce qu'il reste quand on a oublié notre mort mais il n'empêche que c'est elle qui façonne notre rapport aux autres."

Or nous avons conscience des autres, de la mère puis du père et des autres, avant la mort.
Il est vrai qu'une fois qu'on réalise que nous sommes mortels et souffrants, le rapport aux autres et à soi en est changé. Comme j'ai un fort doute sur la réalité des choses, je suppose qu'il vient de là, doute sur moi et sur les autres, aussi bien... Il se pourrait qu'il y ait quelques autres éléments en cause, mais ce serait donner des éléments biographiques que je garde pour moi. Je sais que pour d'autres, la mort aurait plutôt les effets que j'ai décrit plus bas. N'oublions pas le à quoi bon qui a aussi d'autres causes pour moi, mais passons.

"Et elle est là tapie dans l'ombre comme une piqûre de rappel."

La mort comme rappel qu'au fond, tout est inutile.
En rien un appel au bien. Un empêchement par l'inutilité ou se bourrer de plaisir avant de crever comme si se bourrer était un plaisir, chez certains, se venger sur les autres qui n'en peuvent mais, pour d'autres, le déni par l'idée de paradis et enfer produisant des maux tels que l'intolérance et des biens qui n'en sont pas car produits pour la récompense.

Tandis que quand on est dans l’amitié, l'admiration et la gratitude, et paraît-il l'amour quoique passionnel, il me semble souvent empirer encore les gens, on oublie le temps, et on est beaucoup plus capable d'écoute, de pardon, de création et de dépassement de soi par ce que dit précédemment comme de courage qu'autrement.

La mort est la mort du corps, et la mort de "l'âme" - dans tous les sens possibles.
Sauf quand on se tue, combattant le feu par le feu... Je subis le deuil de qui je ne peux vivre exilé en y pensant quelques secondes sans pleurer ? Je risque misère ou échec de ce qui me tient lieu de tout ?

Et autre.

Alors l'accélération de la mort du corps, car nous mourrons à chaque seconde, prévient toute mortification et dégradation.

Elusen

@ anne-marie marson | 30 avril 2018 à 16:35
~~ « Quelle différence y a-t-il entre les fichés S comme à surveiller pour radicalisme et les fichés S comme délinquants sexuels ? »

Les fichés S n’ont commis aucun délit, aucun crime, pas un seul !
Donc, il n’y a aucun délinquant dans les fichés S !
C’est le ministère de l’Intérieur qui en parle le mieux !
https://frama.link/dMJ9s844

Aucun délinquant sexuel dans les fichés S, car si c’est un délinquant sexuel, il est déjà fiché comme tel avec son casier judiciaire dans le fichier FIJAISV !
https://frama.link/rWg2scXj

~~ « Les victimes innocentes »
Parce qu’il y a des victimes non-innocentes, des victimes répréhensibles ?

Et le tout sur un fil qui parle d’un meurtre pour cause d’antisémitisme, mais c’est elle-même qui résume le mieux sa beauf-ʽerieʼ :

  • Je me demande si certains [...] ne sont pas responsables, par ces méta-affirmations idéologiques, du mal qui ronge la société française.

hameau dans les nuages

@ Noblejoué | 01 mai 2018 à 20:28

Les autres c'est ce qu'il reste quand on a oublié notre mort mais il n'empêche que c'est elle qui façonne notre rapport aux autres.

Et elle est là tapie dans l'ombre comme une piqûre de rappel.

Elusen

@ agecanonix | 01 mai 2018 à 10:46

Pourtant ce sont bien avec des mots, ou vos maux, que nous communiquons.
Les mots ont un sens et leur usage sert bien à véhiculer quelque chose.

Quand certains galvaudent, dénaturent la signification d’un mot, c’est uniquement parce qu’ils cherchent à manipuler.

La linguistique associée à la psychanalyse, la sociologie, la science politique, la criminologie nous le rappellent sans cesse, car tout porte sur le signifiant et le signifié.

Pour mieux comprendre, vous êtes invité à lire :
LTI est le sigle de Lingua Tertii Imperii.
- LTI la langue du IIIe Reich de Viktor Klemperer

Ou au moins à écouter ce chercheur de l’université de Montréal, Dr Samuel Tanner criminologue :
- Comment devient-on génocidaire, à 17mn et 20s :
https://www.youtube.com/watch?v=KR1XNa2xKwQ&t=1046

Un autre universitaire spécialiste des radicalisations et de la violence.
- David Morin université de Sherbrooke, sa fiche : https://frama.link/9gKeyMXf

Écoutez ce qu’il dit au bout de 15mn et 02s :
https://www.youtube.com/watch?v=MqWN0cqaYck&t=902

Et ici, un journaliste sportif qui à cause des mots a perdu son emploi :
https://www.youtube.com/watch?v=vFdD-TQe86w

Je vous donne un exemple de mot servant à organiser une délinquance.
La loi en France interdisant de fumer dans les lieux publics, des commerçants français ont cherché à détourner la loi.
Ils ont cherché à faire qu'elle ne s’applique pas à un de leurs produits : la cigarette électrique (dit cigarette électronique).

Ils avaient un site Internet professionnel, ils ont lancé un concours pour inventer un mot.
Ce mot est actuellement repris sur toute la planète, alors qu’il a été inventé par des commerçants français : il s'agit de "vapoter". L’heureux commerçant gagnant est un certain Franck95 et ses 139 votants sur 609.
Nous avons échappé à smoguer, fluver, et réel, gazer. La preuve en copie PDF ici :
https://www.petit-fichier.fr/2018/05/02/vapoter/vapoter.pdf

Ainsi, ils ont prétendu que du fait qu’ils avaient inventé un mot, la loi sur l’interdiction de fumer ne s’appliquait pas à leur produit, car le produit ne permet pas de fumer, mais de vapoter.

Comme si pour ne pas être poursuivi pour meurtre avec Philippe Bilger nous inventions un nouveau mot pour remplacer tuer ; nous prendrions les mots banane et choucroute, nous les associerions et en ferions un verbe : banachouter.

  • J’ai banachouté cette personne, la loi ne s’applique donc pas à moi.

Il faut savoir que le mot ‘vapoter’ n’est toujours pas entré dans la langue française, il n’est pas reconnu.
Commission d'enrichissement de la langue française chargée par la loi de faire entrer les mots dans la langue française, d’en inventer, etc.
http://www.culture.fr/franceterme/result?francetermeSearchTerme=vapoter

Pourtant les députés l’ont utilisé dans le Code de la santé publique !
Dans le chapitre III de la lutte contre le tabagisme : Produits du vapotage.
https://www.legifrance.gouv.fr/affichCode.do?cidTexte=LEGITEXT000006072665

De fait, des personnes voulant commettre un délit, pour se soustraire à la loi, ont inventé un mot qui après a été validé par des abrutis d’énarques, de ministres, de députés qui n’avaient même pas vérifié si le mot existait dans la langue française, voire les motivations de l’invention de ce mot.

En cela, ils ont validé le principe, il suffit d’inventer un mot pour se soustraire à la loi.

Ahmed Berkani

Je me suis servi du mot « précaire » tout à l’heure. Voici ce qu’en dit Rivarol :

« Le mot précaire signifie aujourd’hui une chose ou un état mal assuré, et prouve le peu qu’on obtient par la prière, puisque ce mot vient de là. »

N’est-ce pas remarquable ?

Petite pépite que je découvre dans un vieux volume que j’ai pris juste après avoir inséré mon commentaire ici. Gide avait parfaitement raison : les livres nous parlent. Ouvrez-en un à n’importe quelle page, et vous verrez.

Ahmed Berkani

@ Noblejoué

« Un tout grand merci », comme j’entends souvent dire aux habitants de ce pays, pour votre texte. Tout cela est vraiment passionnant. Je savais que j’étais une sorte de mouton à cinq pattes, mais là encore vous me le prouvez : car moi l’idée de ma mort, la conscience de ce fil ténu qui me relie à la vie, eh bien ça a la vertu de me « calmer », comme certaine paire de gifles de mon enfance dont j’ai gardé le souvenir cuisant, et l’humiliation.

Je suis d’accord avec vous : et peut-être que ce qui m’a écarté très tôt de l’expérience religieuse, c’est cette absence de désintéressement qui pour moi est indispensable à toute morale. Je ne peux pas, je ne parviens pas à admettre cette idée des récompenses et des punitions, toutes scrupuleusement comptées pour chacun, comme si Dieu n’avait rien de mieux à faire.

Malgré tout, certaines choses dans le christianisme me touchent, indubitablement : je crois surtout un certain genre de gravité, une qualité de silence, une forme particulière de détachement (l’influence de Pascal sans doute, que j’ai connu très tôt). Je suis ici dans la même position que Montherlant qui, sans être chrétien, était sensible malgré tout à certaines beautés de la religion chrétienne : et il a décrit cela admirablement.

Merci pour cet échange !

Noblejoué

@ Ahmed Berkani
"Il faudrait, pour tempérer les mauvais instincts de l’homme, que soit rendue présente en lui à chaque instant l’idée de la mort, de sa propre mort. Je conçois qu’une éthique puisse venir de là, s’appuyer sur ce point. Mais il y a beaucoup de gens que même l’idée de leur mort prochaine ne rend pas meilleurs. Citons aussi la maladie grave, la douleur physique qui rabattent un peu de notre arrogance toujours prompte à fanfaronner, et nous ramènent à la terrible précarité de notre condition."

Je pense le contraire. C'est quand j'oublie que je vais mourir que je considère les autres et moi-même avec le plus de générosité.
La manière de considérer les autres venant de la manière de se voir et de ce qu'ils vous font, amitié aux amis, inimitié aux ennemis.

C'est quand on ne sent pas proie, dévoré par le temps, viande, qu'on a le plus de respect pour les autres. Car trouver que nous sommes irremplaçable quand nous sommes remplacé, digne quand la nécessité de survivre peut pousser à toutes les compromissions, penser à l'avenir quand nous n'en avons pas, va si peu de soi que pour aboutir à des résultats un peu voisins, on prétend qu'il y a une vie après la mort.

Et il y aurait un gentil dieu qui nous aurait donné la vie. J'ignore s'il y a un dieu, mais il y a assurément une mort, que le créateur tout-puissant ne peut être que tout-responsable de nous infliger, comme d'ailleurs la souffrance. Mais non, le coupable, c'est le diable, l'être humain, et bientôt le chat du voisin... Le sens de la justice et la croyance font décidément deux.

Après, les religieux disent qu'il sont au-delà de la justice quand ils sont en deçà, et leur désamour de la vie leur fait trouver des charmes à la mort, sauf quand il s'agit du suicide, car il ne faut pas que l'être humain soit libre.
Or qui est libre qui peut être pris au piège ou maintenu en cage ? La liberté abolie pour ceux qui n'en ont pas condamne les malchanceux au pire, tandis qu'on dira d'être compatissant.

Il y a bien du "qui perd gagne" là-dedans, on ne peut pas s'avouer qu'on subit comme des pantins, il faut trouver sens et dignité à ce qui n'en a pas, n'étant pas choisi mais subi. Comme la mort égalise, en ce sens que tout le monde la subit, certains malchanceux, au lieu de la choisir pour échapper au pire, préfèrent se réjouir que ceux qui ont le meilleur y succombent. Comment se réjouir du malheur d'autrui sous un vernis moral...

Soit les gens pensent "après moi le déluge" et font n'importe quoi à cause de la mort, soit ils surcompensent comme si agir pour l'avenir annulait leur mort.

La mort sert aussi de carotte et bâton, paradis pour les bons, bâton pour les mauvais.
Ainsi est mise de côté l'idée de justice en ce monde comme d'agir sans désir de récompense car tout croyant féru de ce genre d'idées, entre récompense et punition infinie, ne peut plus agir de façon désintéressée.

Rien ne va moralement, parce que rien ne peut aller pour qui a conscience de souffrir et mourir. Qu'on croie ou pas, qu'on fanfaronne ou qu'on batte sa coulpe. Étonnons-nous, admirons le louable, quitte à être moqué ! Car c'est aussi rare que méritant. Si nous devons nous défendre, allons-y comme il se doit. Mais n'oublions pas que c'est le mal qui est la norme, chez les autres comme chez nous, car la souffrance et la mort, comme le fouet sur le dos, et la hache qui tranche le cou demain, ne sont pas faits pour élever moralement. Bien au contraire.

Mais comme nous nous lavons par hygiénisme et pouvons nous parfumer par goût, une grande partie de la culture, loin de nous éduquer à regarder les choses en face, n'est que lâche cosmétique.

Ahmed Berkani

@ anne-marie marson

Madame, je viens de relire une nouvelle fois votre commentaire : et j’y souscris pleinement. Je crois votre idée très juste, et même profonde car me voilà hors de mon assiette et reconsidérant mon point de vue sur certaines de ces choses.
Je comprends d’autant moins que j’aie pu me méprendre sur votre pensée, ou plutôt ne pas en avoir vu toutes les ramifications. Pardonnez-moi.

Ahmed Berkani

Une remarque générale — qui ne vise personne en particulier, pas même son auteur, puisqu’elle est générale.

A force de chercher des occasions d’inimitié, beaucoup d’occasions d’amitié se perdent. Est-ce mal d’émettre ce regret sincère, de croire qu’il y a plus de choses qui nous rapprochent — c’est-à-dire qui devraient nous rapprocher — que de choses qui nous séparent tous ? Opinions politiques, croyances religieuses, héritage sociologique, accidents de l’Histoire : sont-ce là des obstacles infranchissables, définitifs, et ayant la vertu et la force de nous dresser les uns contre les autres à la moindre occasion et à propos du propos le plus futile ?

Ma participation à quelques blogs, où j’écris peu mais observe beaucoup, et, plus généralement tout ce que je lis et vois sur Internet, me prouve que la méchanceté est le premier réflexe chez l’homme. Nous sommes restés des sauvages, au fond. Le premier élan que nous inspire l’Autre, c’est l’idée de l’attaquer, si possible de lui nuire.
Voilà qui justifie amplement la nécessité de la prudence, à laquelle tous les auteurs de l’Antiquité appellent. Ce qui, dans la vie sociale, empêche l’anarchie et l’agression universelle, c’est la peur. La peur de la loi, et la peur de prendre des coups.

Il faudrait, pour tempérer les mauvais instincts de l’homme, que soit rendue présente en lui à chaque instant l’idée de la mort, de sa propre mort. Je conçois qu’une éthique puisse venir de là, s’appuyer sur ce point. Mais il y a beaucoup de gens que même l’idée de leur mort prochaine ne rend pas meilleurs. Citons aussi la maladie grave, la douleur physique qui rabattent un peu de notre arrogance toujours prompte à fanfaronner, et nous ramènent à la terrible précarité de notre condition.

Triste ? Non.

Sans rapport avec ce qui précède : un commentateur a dit quelque part qu’il rêverait de décortiquer le moindre des écrits que nous commettons ici afin d’en montrer l’infinie bêtise, d’en exposer au grand jour tout le toc. Voilà bien une démarche salutaire à laquelle il me semble que nous devrions tous souscrire : comme le personnage de la Colonie pénitentiaire de Kafka, je me proposerai le premier, et serai plein de reconnaissance pour tout ce que cette expérience pourra me révéler de moi-même.

Ahmed Berkani

@ anne-marie marson

Je m’en veux d’avoir lu votre commentaire trop vite. Je comprends mieux ce que vous vouliez exprimer. Merci d’avoir ajouté cet éclaircissement.

@ agecanonix

Vous avez raison et tort à la fois : raison sur ce qui a motivé votre réaction : j’avais en effet lu trop vite le commentaire d'anne-marie marson, et je viens de le lui dire ; tort à propos des intentions que j’aurais eues de paraître subtil et qui sont étrangères à ma nature, qui est plutôt celle de quelqu’un qui se complaît dans l’effacement, la quasi-disparition.

Sur les auteurs et les textes, je crois au contraire que citer, et citer en abondance est une belle manière d’exprimer l’amour qu’on porte aux auteurs qu’on aime. Moi je les apprends par cœur, les récite, les écris partout, les copie, transporte, manipule, pille, lis à haute voix à autrui, envoie par la poste ou autrement, publie sur Internet, et tout cela continuellement. Disons que j’ai un rapport charnel à la littérature et à la langue.

Montaigne les copiait sur les poutres apparentes de sa « bibliothèque » où furent composés les Essais. Allez voir, sa maison est aujourd’hui un petit musée ouvert aux visites.

J’avais dans ma famille un personnage curieux, qui avait, dans son grand jardin fait une allée Rousseau, un sentier Vauvenargues, un chemin Schopenhauer, etc. C’était sa folie particulière, incomprise, mais que personne n’osait commenter en sa présence.

anne-marie marson

@ Ahmed Berkani | 30 avril 2018 à 18:28

Si les islamistes n'étaient que des "idiots utiles", on lutterait contre eux de façon plus efficace et sans états d'âme.

Mais étant religieux, ils sont placés de facto dans le camp du Bien, et on ne critique pas et on ne combat pas des gens qui sont dans le camp du BIEN.

D'ailleurs vous avez bien vu que dans certaines banlieues, on approuve les actions contre Charlie Hebdo et l'Hyper Cacher.

Et j'ajoute que les migrants, les immigrés, les violeurs récidivistes qui ont accompli leur peine sont aussi placés par les médias dans le camp du Bien, et on ne combat pas des gens qui sont dans le camp du Bien.

agecanonix

@ Ahmed Berkani | 30 avril 2018 à 18:28

Avant d'utiliser la méthode d'Elusen (qui choisit un mot dans une phrase pour la contredire), il faut essayer de comprendre la finesse d'expression d'autrui et ne pas s'imaginer que sa propre prose est subtile. Connaître des noms d'auteurs et citer quelques phrases de leurs ouvrages est du niveau de ce qu'enseignait votre ami Patrice Charoulet, qui semble désavouer un grand nombre de commentateurs de ce blog (je ne suis pas sur sa liste ouf ! surtout pas la sienne !). Quant à l'image que donne de lui Savonarole, elle correspond à ce que je pense de ce triste personnage - à chacun ses amis.

agecanonix

@ anne-marie marson | 30 avril 2018 à 16:35

Les années actuelles que nous vivons en France sont difficiles à supporter et je vous remercie pour votre engagement afin que l’on sache que la morale et la compassion existent toujours dans quelques âmes citoyennes.

Toutes ces victimes de lois stupides, d’hommes politiques veules, de criminels en liberté par bêtise nationale, nous font regretter de dire « je suis Français » ; un pays qui n’est plus que l’ombre de lui-même.

Ahmed Berkani

@ anne-marie marson (30 avril 2018 à 16:35)
« […] des islamistes contre lesquels on ne fera rien parce qu'ils sont dans le camp du BIEN. »

On n’a pas dit que les « islamistes » (quel mot ridicule !) étaient dans le camp du bien. On n’a pas été jusque-là. On a dit qu’ils faisaient « du bon travail ». Cela veut dire donc qu’ils sont utiles, qu’ils sont des idiots utiles, Bernanos aurait dit « des nigauds utiles ».

anne-marie marson

Il n'y a pas que l'antisémitisme qui soit une peste.
Il y a aussi la délinquance sexuelle et la récidive, que je range dans le même mal.

Quelle différence y a-t-il entre les fichés S comme à surveiller pour radicalisme et les fichés S comme délinquants sexuels ?
Dans les deux cas, ils passent à l'acte.
Angélique Six est la dernière victime d'un délinquant sexuel récidiviste, marié, père de famille, qui était dans le fichier mais que personne n'avait signalé parce qu'il ne faut pas les stigmatiser, les priver de logement social, bref leur montrer qu'ils sont surveillés.
Il paraît que l'obligation de se soigner conduit à la guérison.
Pauvre Angélique Six, elle paye de sa vie les errements de la justice.

Mais comme l'indignation a déjà atteint son paroxysme, il n'y aura pas de nouvelle loi.
Les victimes innocentes continueront à tomber.

Je me demande s'il est utile de donner tous les détails sur la façon dont elle a été tuée, pour donner des idées à d'autres qui reproduiront le scénario du crime.
Je me demande si certains "people" comme Laure Adler par exemple, qui parle du "racisme français", ou ceux qui parlent de "l'antisémitisme français", ne sont pas responsables, par ces méta-affirmations idéologiques, du mal qui ronge la société française.

Comme la folie qui consiste à devoir déterminer sa vie en fonction des injonctions des médias, de devoir choisir le camp du bien et le camp du mal en fonction des migrants, en fonction des immigrés, en fonction des islamistes contre lesquels on ne fera rien parce qu'ils sont dans le camp du BIEN.

Patrice Charoulet

Je salue le retour parmi nous d'Ahmed Berkani. Son blog personnel prouve surabondamment qu'il est un très grand lettré. Mais pas seulement. C'est aussi un parfait connaisseur, et très raffiné, de la langue française. Témoin son texte du 28 avril 22h23, sur ce blog. Sa langue peut déconcerter quelques lecteurs. Quand il écrit, par exemple :
"Cette religion, l’Islam, sera réformée — dans le sens ardemment souhaité par les non-musulmans — à la venue des coquecigrues."

Une information, en passant, qu'Ahmed Berkani voudra me permettre de souligner : ce commentateur n'est pas du tout musulman.
Ni le petit Larousse ni le petit Robert ne permettent de comprendre "à la venue des coquecigrues". L'expression est chez Rabelais et se comprend en consultant en ligne, soit le Littré, soit le TLF (déjà nommé). "Nous le verrons à la venue des coquecigrues", on l'aura deviné, signifie : "Nous ne le verrons jamais".

Merci, cher Monsieur, d'écrire en excellent français. Ce blog ne s'en plaindra pas.
Je remercie la très bonne amie d'ici qui avait attiré mon attention sur les textes de ce commentateur. J'espère qu'il continuera d'écrire chez nous. D'autres nous abreuvent d'insultes, de grossièretés, de vulgarités, d'agressions, de calomnies. Chacun son genre.
Le niveau monte.

Noblejoué

@ Ahmed Berkani
"De toute façon, il n’y aura pas de nouvelle réforme, parce que personne n’en soulève l’idée dans le monde musulman, qui est divisé et se trouve, à tous égards, dans un état de faiblesse et de délabrement absolument pitoyable. Puis, cette idée d’intervenir humainement sur un texte qui, pour tout musulman, est la parole authentique de Dieu, est en elle-même une chose insensée, une coquecigrue."

Je ne vois pas d'inconvénient à ce que l'Islam disparaisse. Qu'il se mette au niveau des autres monothéismes ou se vide de sa substance, périclite et disparaisse, n'a absolument aucune importance pour moi.
J'apprécie aussi votre style, notamment le mot coquecigrue... Il faut dire que si j'essaie de voir le monde tel qu'il est, les créatures magiques me font rêver, notamment quand évoquées par l'elficologue Pierre Dubois.

Ahmed Berkani

@ Noblejoué
« Les Juifs sont vraiment les boucs émissaires par excellence, ils réconcilient contre eux, si ce n'est toute le société, les extrêmes de droite et de gauche. Ils sont aussi une pierre de touche : leurs persécuteurs sont ceux qui, d'une façon plus générale, se montrent intolérants… »

Comme c’est bien écrit ! J’aime particulièrement l’idée de la pierre de touche.

Mais pour ce qui nous concerne ici, voici :

Cette religion, l’Islam, sera réformée — dans le sens ardemment souhaité par les non musulmans — à la venue des coquecigrues.
D’abord, ce désir de réforme n’émane pas des musulmans eux-mêmes, et comme tel il est pour eux nul et non avenu. Bien pis, cet appel collectif, ce cri humain, risque bien d’être vécu par eux comme une nième mise à l’index, voire comme une provocation.

Il convient de se rappeler ensuite que chaque fois qu’une réforme a été tentée par le passé, elle a abouti à la formation d’une secte nouvelle dont la violence — sous toutes ses formes — a été le credo. L’une de ces sectes, qui a pignon sur rue, est établie à l’échelle d’un État (qui est partenaire et ami de la France).

Il est à craindre que si l’expérience était tentée aujourd’hui, où les musulmans — comme tant d’autres — sont à la recherche d’une sorte de pureté à opposer à un monde perverti par les puissances d’argent, il est à craindre qu’une telle réforme n’aille pas dans le sens souhaité, mais que l’idée dominante en soit plutôt un retour aux sources bienfaisantes et inaltérées de la foi, avec les conséquences que cela implique.

De toute façon, il n’y aura pas de nouvelle réforme, parce que personne n’en soulève l’idée dans le monde musulman, qui est divisé et se trouve, à tous égards, dans un état de faiblesse et de délabrement absolument pitoyable. Puis, cette idée d’intervenir humainement sur un texte qui, pour tout musulman, est la parole authentique de Dieu, est en elle-même une chose insensée, une coquecigrue.

Robert Marchenoir

@ Lucile | 27 avril 2018 à 14:43
"Soit dit en passant, je trouve par exemple Robert Marchenoir parfois inutilement vindicatif avec 'les femmes', alors que celles du blog ne méritent pas à mon avis de telles diatribes."

Ca dépend desquelles. Mais balayons un malentendu : je ne suis pas contre les femmes ; je suis tout contre.

En revanche, je suis contre le féminisme, qui est le contraire de la féminité ; de même que la démocratie populaire est le contraire de la démocratie, que la justice sociale est en réalité l'injustice socialiste, que la solidarité, c'est le vol, que l'Etat de droit (dans la bouche de certains), c'est l'Etat de gauche, que "l'anti-racisme" est devenu, de façon quasi-généralisée, le racisme le plus virulent qui soit, et ainsi de suite.

C'est pourquoi j'utilise, parfois, le terme de "fâââmes" pour désigner ces créatures, qui n'ont rien à voir avec des femmes, bien entendu.

Chacun se bricole son vocabulaire comme il peut. Le débat public commence à devenir compliqué. Nous allons avoir besoin, de plus en plus, de dictionnaires français-français. (Note à Tipaza : je n'ai pas prononcé le nom qui fâche...)

Rions un peu : en argot anglais américain, "femme" (en français dans le texte) désigne, dans un couple de lesbiennes, celle qui n'est pas hommasse. Ce qui justifierait, à soi seul, que nous vitrifiions San Francisco avec quelques bombes atomiques ; mais, comme toujours, les anti-américains se trompent de combat...

Achille

@ Herman Kerhost | 27 avril 2018 à 17:02
« Ne me remerciez pas pour ce service supplémentaire, c'est avec plaisir que je vous livre ce que m'inspire votre comportement d'adolescent. »

Mais mon bon Herman, on ne remercie pas un domestique pour un service qu’on ne lui a pas demandé.
Ceci étant si vous considérez que mes commentaires ne vous apportent rien, vous n’êtes pas obligé de les lire et encore moins d’y répondre. Soyez persuadé que je ne m’en formaliserai pas. C’est d’ailleurs ce que je fais avec ceux de votre maître.

Lucile

@ Achille
"Je ne vous empêche pas de vous intéresser aux commentaires de RM, vu que manifestement ils semblent coïncider parfaitement avec vos convictions politiques".

Ce n'est pas ce que j'ai dit. J'aime justement lire des avis qui diffèrent des miens. Et RM et moi-même différons sur Macron par exemple, et sur l'Europe ; il est vrai que, comme lui, je suis persuadée qu'une économie libérale élève bien davantage le niveau de vie d'une population qu'une économie dirigée par l'État. Je n'aimerais pas non plus vivre sous le régime russe, et risquer de passer par la fenêtre du 6e étage parce que par exemple je m'exprime librement dans un blog politique. C'est peut-être cela que vous qualifiez de coïncidence parfaite de nos idées politiques ?

Herman Kerhost

@ Lucile | 27 avril 2018 à 14:43

Je remercie mon maître de m'apporter un peu d'aide pour le ménage de son appartement.

Bienvenue, Lucile !

Herman Kerhost

"Herman, dites à monsieur que je n’ai que faire de ses sarcasmes et encore moins de ceux de son valet de chambre" me dit le schtroumpf simplet du blog, ici nommé "Achille".

Ha ha, mais que c'est drôle !

Non, je plaisante. Je n'attendais rien d'autre venant de vous. Vous ne faites que reproduire indéfiniment les mêmes clichés.
Vous vous exprimez à chaque billet mais vous n'avez rien à dire. Vous n'êtes rien (ce qui est en dessous du domestique que je suis...) !
Pour le reste vous pouvez lire mon commentaire sur le dernier billet de Philippe, il vous est aussi adressé.
Ne me remerciez pas pour ce service supplémentaire, c'est avec plaisir que je vous livre ce que m'inspire votre comportement d'adolescent.

Robert Marchenoir

@ Lucile | 27 avril 2018 à 14:43

Je vous retournerais volontiers un compliment similaire, si je ne craignais que vous ne vous retrouviez traitée de servante à ma solde -- ou pire.

Il est des gens qui trahissent, ainsi, leur ignorance du concept même de liberté, et qui montrent les dents dès qu'ils en sentent le souffle sur la figure.

Je relève que le camarade Achille (le qualificatif n'est pas choisi entièrement au hasard) fait un pas de plus dans le trollage, avec cette tentative dont je ne me souviens pas avoir vu l'équivalent sur la blogosphère (et j'en ai vu un sacré paquet...) [27 avril 2018 à 11:00] :

"Il semble qu’une fronde soit en train de s’installer sur ce blog, contre un individu imbu de sa personne..."

dit l'individu qui tente, lui-même, avec une maladresse comique si elle n'était scélérate, d'organiser cette "fronde" qui n'existe que dans son imagination. Si cela n'est pas la définition même du trollage... Au passage, je ne m'étonne pas, Achille, que vous vous fassiez, sur ce blog, le policier politique chargé de punir toute critique envers l'Etat russe.

Car cette "fronde" que vous tentez de soulever, et qui a exactement zéro chance de se produire, c'est justement ce à quoi s'emploient les services de désinformation russes à travers l'Occident, en tentant de semer la dissenssion entre les peuples, et au sein des peuples eux-mêmes, au travers de leurs agents d'influence (rémunérés ou non), de leurs centaines de sites clandestins de désinformation, de leurs milliers de faux comptes Twitter ou Facebook, et, bien sûr, de leurs "télévisions de réinformation" RT et Sputnik.

Au fait, l'âge et les pantoufles venues, vous nous dites voter Macron, mais n'auriez-vous pas un lourd passé de communiste à votre actif ? Cela expliquerait à la fois vos malhonnêtes procédés, et votre soutien aussi inconditionnel que jamais expliqué au régime poutiniste.

L'une des caractéristiques des communistes étant d'accuser systématiquement les autres des forfaits auxquels ils se livrent eux-mêmes. Par exemple :

Achille | 27 avril 2018 à 11:00 : "...sans rechercher systématiquement à humilier celui (ou celle) qui aurait l’outrecuidance de s’opposer à ce qui ne sont même plus des idées..."

Suivi immédiatement de :

@ Achille | 27 avril 2018 à 14:47 : "Sacré Herman. Oui, je vous appelle par votre prénom car c’est ainsi que l’on s’adresse aux domestiques. Ce qu’il y a de pénible avec ces gens de maison, c’est leur servilité. Cette façon de toujours vouloir prendre la défense de leur maî-maître."

Une telle maestria dans le mensonge, la mauvaise foi et la perversion ne peut s'acquérir qu'à la suite d'un long entraînement, à moins d'avoir le vice chevillé au corps. Les deux n'étant pas incompatibles.

Vous noterez que ce bloc congelé de haine, de mépris, de diffamation et de mensonge a été déposé par son créateur sur un fil de discussion consacré à la dénonciation de l'antisémitisme, et juste après que j'ai entrepris, de mon côté, d'en analyser et d'en dénoncer une manifestation toute particulière.

Cela non plus, très vraisemblablement, n'est pas un hasard.

Achille

@ Lucile | 27 avril 2018 à 14:43
« Quand je vois la signature de Marchenoir, je suis sûre à l'avance de lire une argumentation substantielle, soutenue par des informations intéressantes, rondement menée, bien écrite, souvent drôle, vraiment drôle, tout en étant sérieuse. Il a un style et une humeur. »

Je ne vous empêche pas de vous intéresser aux commentaires de RM, vu que manifestement ils semblent coïncider parfaitement avec vos convictions politiques. Ceci étant, lire ses laïus interminables n’apporte rien de véritablement enrichissant dans la mesure où il raconte toujours la même chose. Une fois qu’on en a lu un, on les a tous lus. C’est toujours la même rengaine des méchants Russes qui ne font rien qu'embêter les gentils Américains. Vision pour le moins simpliste pour ne pas dire simplette qui ne peut convaincre que ceux qui le sont déjà.

Si vous le trouvez drôle quand il traite ceux qui n’ont pas l’heur de partager ses obsessions de tous les noms d’oiseaux, c’est que votre sens de l’humour est pour le moins sélectif. Ceci étant chacun a le sien.

J’ai décidé de ne plus échanger avec lui, car ce n’est tout simplement pas possible. Je n’ai pas l’intention de passer mon temps à faire des recherches sur Internet en vue d’emmagasiner une foule de données et les déverser sur ce blog, j'ai une autre vie que le blog, ce qui ne semble pas être son cas.

Mes commentaires me prennent cinq à dix minutes tout au plus et ne dépassent pas une vingtaine de lignes. Je donne mon avis sur le billet du jour sans chercher à revenir inlassablement sur le même thème obsessionnel.
C’est ainsi que je conçois un échange sur un blog. Certainement pas de répandre ma propagande quel que soit le thème du billet.

Achille

@ Herman Kerhost | 27 avril 2018 à 12:16
« Le ridicule n'ayant jamais fait de victimes, Achille, retraité en culottes courtes, peut nous ressortir son pistolet à eau. »

Sacré Herman. Oui, je vous appelle par votre prénom car c’est ainsi que l’on s’adresse aux domestiques.
Ce qu’il y a de pénible avec ces gens de maison, c’est leur servilité. Cette façon de toujours vouloir prendre la défense de leur maî-maître.

Herman, dites à monsieur que je n’ai que faire de ses sarcasmes et encore moins de ceux de son valet de chambre.

Lucile

@ Achille | 27 avril 2018 à 11:00

Pourquoi ne nommez-vous pas Robert Marchenoir, ce serait plus direct, et ça ne changerait rien au portrait que vous en brossez. Vous avez le droit de le trouver imbu de sa personne, mais c'est un jugement subjectif que vous portez sur lui et qui n'a pas valeur de vérité d'évangile. RM ne parle pourtant jamais de lui, il est remarquablement discret sur sa vie personnelle, n'affiche aucune complaisance envers lui-même, ne se vante pas, et discute uniquement de politique. Il n'attaque les autres contributeurs que sur leurs raisonnements.

Vous participez à cette "fronde" qui serait selon vous en train de s'installer, mais qui n'en est pas une ; plutôt quelques escarmouches, et toujours avec les mêmes. Que serait ce blog si nous n'y échangions que des propos sur lesquels tout le monde est d'accord ?

Je ne partage pas toutes les idées de Robert Marchenoir ; soit dit en passant, je le trouve par exemple parfois inutilement vindicatif avec "les femmes", alors que celles du blog ne méritent pas à mon avis de telles diatribes. Mais on est sûr avec lui de ne pas ingurgiter des platitudes, on comprend ce qu'il veut dire, il étaye solidement ses arguments. C'est un polémiste, au vocabulaire étendu et précis. Oui, il démolit l'argumentation de ses adversaires d'une façon qui peut vexer, mais il défend vigoureusement la liberté de pensée et le parler vrai. Quand je vois la signature de Marchenoir, je suis sûre à l'avance de lire une argumentation substantielle, soutenue par des informations intéressantes, rondement menée, bien écrite, souvent drôle, vraiment drôle, tout en étant sérieuse. Il a un style et une humeur.

Je ne suis pas certaine qu'un même modèle édulcoré pour tout le monde réponde à ce que nous attendons d'un site consacré au débat d'idées.

Quant à Patrice Charoulet, il sait se défendre, il sait même attaquer, il est arrivé sur le blog en nous traitant de moins que rien, nous qui ne donnons pas notre nom en toutes lettres, et en insistant lourdement plusieurs fois. Et ça n'avait rien à voir avec le sujet du débat. Son intolérance à ce sujet ne m'empêche pas de m'intéresser à ses propos quand ils apportent quelque chose au sujet débattu. Lui aussi a trouvé ici une place que personne ne lui conteste.

Les attaques personnelles entres blogueurs me paraissent mal cadrer avec l'objet du blog.

Giuseppe

Pourquoi les gens se plaignent-ils de la justice ?

Trop chère - les avocats - le résultat aléatoire et parfois incongru pour un roturier.
Un arrangement à peu près plutôt qu'un bon procès. Les bons procès sont réservés aux "très riches".

Où en est-on de l'affaire BT et de l'arbitrage vérolé ? On attend encore le "Désert des Tartares" pour vous servir, mais que font les juges depuis le temps ? Drôle de justice pour des citoyens profanes qui ne peuvent que se conforter dans l'idée d'une justice à deux vitesses.
Les époux infernaux toujours aussi flamboyants, une vie d'échappatoires, pour le bonheur du Palmipède et le malheur des contribuables.

Qui peut se payer les services d'un avocat ?

Herman Kerhost

@ Achille | 27 avril 2018 à 11:00

Le ridicule n'ayant jamais fait de victimes, Achille, retraité en culottes courtes, peut nous ressortir son pistolet à eau.
Il avait pourtant promis, à plusieurs reprises, qu'on ne le prendrait plus à s'amuser de la sorte, mais impossible pour lui de se tenir correctement en public.
Contrairement à un homme digne de ce nom, il ne peut s'empêcher.
Misère !

Achille

Il semble qu’une fronde soit en train de s’installer sur ce blog, contre un individu imbu de sa personne qui ne sait que vociférer des propos orduriers à la moindre contrariété.
Naguère encore ses propos enflammés étaient assez bien appréciés, plus sur la forme qui, soit dit en passant ressemble à du mauvais Frédéric Dard, que sur le fond qui n’est rien d’autre qu’une soupe maintes fois resservie.
Mais avec le temps, le monsieur est devenu acariâtre et même agressif. Il ne supporte plus la moindre contrariété. Il nous ressort encore et encore les mêmes poncifs éculés, essayant tant bien que mal de retourner les arguments qui lui sont opposés avec une mauvaise foi confondante.

Heureusement ce site est composé, dans sa grande majorité, de personnes intelligentes, capables d’échanger, même parfois en s’échauffant un peu, sans rechercher systématiquement à humilier celui (ou celle) qui aurait l’outrecuidance de s’opposer à ce qui ne sont même plus des idées mais carrément des obsessions.

Laissons donc ce personnage à son mal-être. Tout laisse à penser qu’il doit être très malheureux. Il y a suffisamment d'intervenants intéressants sur ce blog avec lesquels il est possible d'échanger sans avoir à subir ses diatribes de caractériel aigri.

Aliocha

Le texte que RM met en lien avoue en sa conclusion ce qui fonde la confusion, la fusion de l'antisémitisme et de l'antisionisme, se permettant de hiérarchiser les antisémitismes, osant son obsession anti-musulmane, légitime au vu de la dérive violente de certains, mais qui tord la perception historique du phénomène, considérant la déviance catholique, responsable des désastres du XXe siècle, sans comparaison possible avec la dérive islamiste :

"Comparer l’antisémitisme catholique à l’antisémitisme musulman est inepte : le catholicisme peut évoluer car il ne repose pas mot pour mot sur la parole de Dieu, l’islam ne le peut pas."

L'inepte, à mon sens, ou plutôt l'impensé, l'incompris, réside dans la non appréhension du phénomène victimaire et l'incapacité à enrayer les réciproques vengeresses qui finissent toujours par enrôler les textes en confondant les ordres politiques et religieux.
Le retrait du politique joint aux repentances catholiques depuis Jean-Paul II, offre ce qui pourrait permettre de construire l'ébauche de solutions, la pierre rejetée par les bâtisseurs fondant sur le pardon des offenses l'amour du prochain, c'est-à-dire un ordre politique viable et envisageable, Messie et Aïssa apparaissant dans les deux textes à la fin des Temps.

Il est donc essentiel, ici en France, de retrouver ce qui est révélation humaine des textes religieux, vus comme base scientifique et anthropologique, révélant l'humain à l'humain, laissant Dieu à Dieu au cœur de l'intime de chacun, et permettant l'application laïque de nos lois car là est le problème français qui engendre les dérives phobiques qui doivent, et sans concession, être éradiquées.
César et Dieu, alors, peuvent coexister, et si Israël sait accueillir son Messie, l'Islam saura accueillir le sien ; puisse la France être le terreau culturel de cette révélation, puisse-t-elle être à la hauteur de son génie ancestral, qui vit l'inverti Marcel Proust sortir sur le parvis des cathédrales pour proclamer :

"...mais on a voulu provisoirement prévenir l’erreur funeste qui consisterait, de même qu’on a encouragé un mouvement sioniste, à créer un mouvement sodomiste et à rebâtir Sodome. Or, à peine arrivés, les sodomistes quitteraient la ville pour ne pas avoir l’air d’en être, prendraient femme, entretiendraient des maîtresses dans d’autres cités, où ils trouveraient d’ailleurs toutes les distractions convenables. Ils n’iraient à Sodome que les jours de suprême nécessité, quand leur ville serait vide, par ces temps où la faim fait sortir le loup du bois, c’est-à-dire que tout se passerait en somme comme à Londres, à Berlin, à Rome, à Pétrograd ou à Paris."

Prendre conscience de ces phénomènes est de la plus haute urgence, et ils scindent le cœur de chacun d'entre nous, juifs, athées, chrétiens ou musulmans.
Si chacun d'entre nous sait faire l'effort en son for intime, effort permis et protégé par l'application de la Loi républicaine qui ne peut avoir d'autre dessein que de protéger et transmettre cette connaissance, de réunir son propre cœur apaisé par les mannes du pardon, il est possible et envisageable d'espérer une autre vision que celle des pires recommencements et que tout se passe sempiternellement, comme à Londres, à Berlin, à Rome, à Pétrograd ou à Paris, pour que la Jérusalem Céleste trouve enfin son implantation incarnée.

Exilé

@ agecanonix
« Les religions créent le malheur des peuples (...) »

L'expression « les religions », mettant tout et n'importe quoi dans le même sac, n'a pas de sens.
Et il est absurde de prétendre que toutes ne pourraient que « créer le malheur des peuples » alors que certaines les ont au contraire aidés à créer une civilisation et à tendre vers un environnement de paix, même si bien entendu, l'homme étant l'homme, tout n'est pas parfait ici-bas.

Robert Marchenoir

Nous avons donc, ici, pour la deuxième fois en quelques heures, une personne adulte et apparemment d'âge mûr, qui vient d'avoir recours au procédé le plus éculé et le plus nul de toute l'histoire du trollage.

Au XXe siècle, déjà, le boutonneux de 12 ans le plus abruti aurait été mort de honte d'être pris la main dans le sac en train d'écrire (26 avril 2018 à 22:27) :

"Il en est dont la vie est entièrement captée par un désir irrépressible d'intervenir dans les blogs. Ce sont des êtres nécessairement seuls, qui n'ont pas le temps d'aimer ni d'être aimés [...] On dit qu'à la suite de cette mémorable plaidoirie d'EDM, Robert Marchenoir ayant été acquitté, etc."

dit le sieur Xavier Nebout, qui semble être mû par un désir irrépressible d'intervenir sur le blog de Philippe Bilger, dont il possède la carte de fidélité tamponnée par tous les bouts, mais ça ne fait rien : quand lui campe ici, c'est la preuve de sa supériorité morale, mais quand d'autres en font autant, c'est la preuve de leurs tares psychiques.

Notons que le camarade Achille, qui lui aussi semble avoir passé l'âge des premiers émois, vient de se couvrir de ridicule en se livrant au même truc à mon encontre (25 avril 2018 à 12:45). Lui qui ne manquerait, pour rien au monde, à son devoir de nous faire partager sa pépite de sagesse quotidienne (voire bi- ou tri-quotidienne).

Naturellement, ce qui est intéressant, en pareil cas, c'est ce que l'on tente de cacher. Pour l'abbé Xavier Nebout, il s'agit de brouiller les pistes sur son antisémitisme, que j'ai analysé ici (25 avril 2018 à 19:36), suite à quoi Monsieur Gros Malin Nebout nous pond ce mystérieux (et donc profond) commentaire (25 avril 2018 à 23:58) :

"Merci de vous être dévoilé, car beaucoup n'avaient pas compris."

Quelle abominable tare ai-je donc avouée bien malgré moi, qui a échappé jusqu'à présent aux lecteurs de ce blog, pourtant triés sur le volet ?

Pas de réponse du saint abbé, qui envoie à la place son neveu homonyme coller la déjection sus-citée, afin de détourner l'attention.

Je vais donc avouer moi-même ma faute, ma très grande faute : puisque j'ai non seulement dénoncé l'antisémitisme flagrant du père Nebout, mais défendu sans ambiguïté le droit d'Israël à exister et à défendre ses frontières par la force militaire, c'est, forcément, que je suis juif.

Ainsi "raisonne" le véritable, l'authentique antisémite. Le Juif, d'abord, est sournois. Il vit caché. Il peut rester des années planqué sur un blog, sans avoir la décence d'annoncer qu'il s'appelle, en réalité, Marchenoirenstein (*). Etonnez-vous, après cela, que ces gens suscitent quelque agacement.

Ensuite, être juif, franchement, ça ne se fait pas. Ce n'est pas bien. C'est une tare que l'on cache, en tentant d'échapper aux chasseurs de Juifs, qui s'emploient à les "dévoiler".

Mais, surtout, l'antisémite pure laine s'imagine qu'absolument tout le monde est comme lui. Si l'on n'est pas antisémite, c'est, nécessairement, qu'on est juif. Les autres -- et ils sont nombreux ! -- n'osent pas avouer leur antisémitisme, parce que tout le monde connaît bien le pouvoir terrifiant des Juifs. Par conséquent, les Gentils sont bien obligés de se taire. Mais ils n'en pensent pas moins...

Vous noterez que si le Juif se cache, il ne faut pas, après, qu'il s'étonne d'être un tout petit peu persécuté. Mais s'il se "dévoile", eh bien ! il avoue son crime ; qu'il ne se plaigne pas, alors, qu'on lui demande des comptes...

Ainsi va la "logique" de l'antisémite. Mais celle-là, bien sûr, ce n'est pas une "obsession"...
___

(*) Et de filer son adresse mail à Charoulet.

Lucile

@ Robert Marchenoir | 26 avril 2018 à 20:34

Ce texte est intéressant, merci du lien. Je pense comme son auteur que l'idée d'un Islam de France est loufoque.

Wil

"Ce qui le constitue comme un brûlot légitime et nécessaire est que sans fard il identifie, comme responsable de la peste antisémite, la radicalisation islamiste".

"Radicalisation islamiste" est un pléonasme pour ne pas dire la radicalisation musulmane au nom du "padamalgam".
C'est de la politicaillerie d'élus pour ne pas se mettre les électeurs musulmans à dos.

Si demain des chrétiens se mettaient à égorger des musulmans vous croyez qu'ils auraient droit au même politiquement correct hypocrite ?
Vous croyez qu'on inventera un mot nouveau, par exemple, je ne sais pas, "christistes" ou "catholistes" pour ne pas les qualifier de chrétiens radicaux ou de cathos radicaux voire de terroristes chrétiens ou cathos ? Pffff. Soyons sérieux.

Vu comment la médiacratie fait passer tous les prêtres catholiques pour des pédophiles en puissance et coupables avant même d'être condamnés, il n'y a aucune illusion à se faire sur la façon dont cette même médiacratie qualifierait d'hypothétiques terroristes chrétiens. On peut être sûr que là, il n'y aurait plus de "padamalgam" et que tous les cathos seraient mis dans le même sac et que l'Eglise catholique dans son ensemble jusqu'au Pape serait sommée de se justifier chaque jour et de publiquement excommunier les tarés de Dieu... ce que ne sont bien sûr pas les musulmans faisant la même chose. Eux ne sont que des victimes de la société évidemment.
Pfff. Quelle fauxculrie !

Robert Marchenoir

Voilà ce que pense Guy Millière de cette pétition. Je ne changerais pas une ligne à son texte :

https://www.dreuz.info/2018/04/24/pourquoi-je-ne-signerai-pas-la-petition-sur-le-nouvel-antisemitisme

agecanonix

@ fugace | 26 avril 2018 à 01:17

Certains aimeraient que Macron dévoile le secret de son ascension fulgurante en politique depuis qu’il est managé par un monsieur (qui ne veut pas qu’on le nomme et qui agit pourtant comme Vautrin). Macron l’inconnu devenu président par la volonté de Dieu ! Mais qui est donc ce Dieu unique pour certains ?

Les religions créent le malheur des peuples sans distinction de races et enrichissent certains en leur sein.
Quant à l’antisémitisme, dont on accuse les uns et les autres en permanence, chaque président en rajoute une couche sur ce sujet, c‘est la leçon de morale exigée à perpétuité contre un peuple résigné. Lorsque la France sera devenue presque intégralement musulmane, parlera-t-on du racisme anti-blanc-athée qui sévissait depuis la seconde moitié du vingtième siècle en France ?

Robert Marchenoir

@ Xavier NEBOUT | 25 avril 2018 à 23:58
"@ Robert Marchenoir
Merci de vous être dévoilé, car beaucoup n'avaient pas compris."

De m'être dévoilé ? Mais d'avoir dévoilé quoi ? Votre antisémitisme ? Il se voit pourtant comme le nez au milieu de la figure...

Beaucoup n'avaient pas compris ? N'avaient pas compris quoi ? Vous êtes le président directeur-général des lecteurs de Philippe Bilger, et vous les réunissez toutes les semaines pour les interroger sur ce qu'ils ont "compris" ou non ? Il y a des notes ? Vous délivrez des diplômes, comme le professeur Charoulet ?

Il y a tout de même quelques drôles de pistolets, par ici...

sylvain

@ christophe aubert | 25 avril 2018 à 23:54
"La France était la fille aînée de l'Eglise..."

C'est fini ça, slogan relégué aux oubliettes de l'histoire, elle est devenue la péripatéticienne de l'Islam, consommable sans modération.

hameau dans les nuages

Voilà un bon résumé de cette peste et toujours l'histoire des pompiers pyromanes :

https://vk.com/video299006518_456239066

sylvain

Votre manifeste n'aura pas plus de valeur que vos marches blanches, vos bouquets de fleurs, vos bougies allumées place de la République islamique, vos élucubrations d'intellos bobos de gauche, vos coups de mentons et torses bombés.

Vous savez où ils se le mettent votre manifeste, nos chers islamistes ? Inutile de décrire l'endroit vous avez bien compris !

Nous, on a beaucoup de pétitions, de débats dits "houleux", eux ils avancent, ils détruisent, ils éliminent, ils s'installent, tranquilles comme Baptiste, sans bruit, sans gesticulations intellectuelles, ils sont efficaces, pragmatiques, nous sommes leurs guignols, leurs poupées de chiffons, ils ne nous proposent même plus le choix de la valise ou du cercueil, nous leur ouvrons les bras et nos cols de chemises, soumis, consentants, humiliés, la collaboration pétainiste tant décriée n'est plus que du pipi de chat en comparaison de la nôtre.

Exilé

Il conviendra de prendre garde à ce que la lutte sans merci contre l'antisémitisme ne noie pas la liberté d'expression dans le même bain.

Hélas, au vu de l'expérience nous pouvons craindre le pire.
Nous ne comptons plus les lois répressives dans ce domaine empilées par chaque nouvelle majorité accédant au pouvoir, afin de donner l'impression qu'elle se rend utile.

Mais en pratique, ces lois sont instrumentalisées afin de réduire au silence des gens dont la parole est trop gênante, comme celle de certains hommes politiques ou journalistes, qu'il faut faire taire en les accablant de procès.
Il n'est même pas nécessaire que les gens accusés d'antisémitisme ou de racisme soient réellement antisémites ou raciste, le seul fait de les en accuser suffit déjà à les entourer d'une aura sulfureuse qui servira de prétexte pour les priver de vie sociale ou professionnelle en les écartant comme des pestiférés.

Et derrière toute cette opération se trouvent des gens qui sont en fait des kapos staliniens qui, au lendemain des révélations sur les horreurs du communisme, ont trouvé ce prétexte du racisme pour troquer la position d'accusés contre celle plus confortable de procureurs, en accusant à tout propos le reste du monde sauf eux-mêmes.
Mais les pires sont les idiots utiles, y compris de droite, qui n'ont pas compris le mécanisme de cette machine de guerre destinée à broyer les libertés.

Et bien entendu, tout cela n'empêche en rien les vrais antisémites et les vrais racistes de commettre leurs crimes.

fugace

Macron à Washington donne à présent quelques conseils aux étudiants (24 avril 2018).

21h50 : Avec près d'un heure de retard, Emmanuel Macron fait son apparition à l'université George Washington pour répondre aux questions des étudiants. Il est applaudi et acclamé par ces derniers.

22h07 : Emmanuel Macron répond à une question sur l'antisémitisme en France :

"C'est vrai, nous devons le reconnaître : il y a deux racines de ce nouvel antisémitisme, la première racine est liée à l'importation de la lutte entre la Palestine et Israël, la deuxième cause c'est un vieil antisémitisme français qui existe depuis le début du 20e siècle et qui se relance. Il faut protéger la communauté juive, elle fait partie de la République française".

Donc,
"la deuxième cause c'est un vieil antisémitisme français qui existe depuis le début du 20e siècle et qui se relance."

A vous de juger !! Le premier qui dit la vérité sait qu'il sera exécuter, alors il biaise.

22h19 :
"Mon conseil, si je puis me permettre : écoutez d'abord vos enseignants, il faut un cadre et il faut développer votre propre sens du jugement. Ne suivez jamais quelque chose qui ressemble à du prêchi-prêcha, votre génération doit décider pour elle-même ce qu'elle veut".

Mais qu'est-ce que sa pensée complexe a voulu exprimer ?

22h08 :
"Cela va prendre du temps, il faut être dur et je serai dur. L'antisémitisme est incompatible avec la République française", ajoute Emmanuel Macron.

C'est quoi un président dur ?
One day as I read this passage, I asked the Lord about it. "Why were you so cruel to this young man?

Extrait de : https://www.francetvinfo.fr/monde/usa/presidentielle/donald-trump/direct-emmanuel-macron-capitole-congres-americain-discours-donald-trump-visite-etat-dernier-jour_2722787.html

Xavier NEBOUT

@ Robert Marchenoir

Merci de vous être dévoilé, car beaucoup n'avaient pas compris.


christophe aubert

Bonsoir à tous,

D'accord avec les apports de l'article mais interrogation sur l'opportunité du manifeste lui-même.
Ce manifeste n'est-il pas imbécile pour l'effet recherché ? L'imbécillité est une chose sérieuse, toujours mais surtout en période de crise (une crise étant le passage du monde d'avant au monde d'après).

Les points suivants m'inquiètent au plus haut point (je suis chrétien) :

1- Le manifeste est irréversible, trajectoire monodirectionnelle (options réduites à une seule trajectoire, dès le début de la lutte... pour la paix),

2- La polarisation est l'antichambre de la guerre et ce manifeste ne laisse pas de place aux neutres ni à ceux qui se situent hors du dilemme, le tétralemme, si rare en France, n'est-il pas moins... imbécile ?

3- la temporalité est-elle volontairement incendiaire pour ajouter aux micro-luttes une lutte nouvelle, imparable et source d'anxiété supplémentaire ?

4- Une stratégie en haltères n'est-elle pas plus adaptée dans une période de forte volatilité sociale et au sortir d'un état d'urgence terroriste ?

5- Si la volatilité est source d'information, alors pourquoi ne pas accepter que nous soyons déjà en "Extremistan" (période opposée au "Médiocristan"),

6- Les croyants juifs n'avaient-ils pas la préséance pour faire manifeste ?

7- Nommer le conflit frontal entre juifs et musulmans dans l'Hexagone, n'est-ce pas un peu pompier pyromane ?

8- Le monde hors de France, musulman et juif, a-t-il donné son accord préalable à ce nouveau foyer de lutte inter-religions ?

9- Les chrétiens, eux aussi croyants du Livre, ont-ils été consultés AVANT le manifeste ?

Bref, le manifeste me semble dangereux car il ferme au lieu d'ouvrir, au pire momemtum social, or en politique comme en stratégie le timing semble fatal d'après les livres d'histoire... Mes échecs se résument tous en deux mots : trop tard.

Surtout ne pas nuire dit l'adage, le manifeste laisse un goût d'interventionnisme naïf et de volonté de saboter l'ordre établi par le pouvoir en place (que j'abhorre mais respecte par citoyenneté).

300 interventionnistes naïfs se mêlent des religions monothéistes bouillantes depuis le 11 septembre 2001 dans le pays à la laïcité déjà complétement disloquée et source de tensions haineuses depuis 1905... 300 imbéciles ou 300 Spartiates sauvant la démocratie aux Thermopyles ? L'histoire tranchera (vif, hélas), à court terme voire à moyen terme.

Un manifeste sur les flux migratoires inouïs en cours (et exponentiels) aurait été plus pragmatique, en tout cas moins irréaliste, selon mon humble opinion d'habitant moyen, de la classe moyenne de France, en ville moyenne.

La France était la fille aînée de l'Eglise, elle est désormais la fille aînée de l'Imbécillité, peut-être. Dommage, j'aimais cette République, j'y suis né en 1973, avec les crises incessantes depuis... Mais je n'avais jamais vu de conflit religieux éclore depuis ma naissance, en 1973.

Christophe Aubert, inquiet devant 300 ouvreurs de boîtes de Pandore...

sylvain

Moi je ne vois qu'une différence entre la race juive et la race musulmane : au moment de la prière, celui qui se tape la tête contre le mur, c’est le juif ! Et celui qui nous montre son c.. c’est le musulman. Tout le reste n'est que de la masturbation intellectuelle raciste intello bobo.

Savonarole

Macron à Washington fait un tabac devant les étudiants !
Je sais qu'il est près de 23 heures, mais branchez-vous sur BFMTV, c'est en décalage horaire, c'est live ! Vous ferez la sieste demain.
Les étudiants américains sont plus polis que nos deux crevards décravatés qui ont défrayé la chronique et que Philippe Bilger avait trouvé pertinents...
Voyez ça, c'est vos enfants qui parlent et s'adressent à un curieux Français.
Amusant de constater qu'aucun étudiant américain ne s'est présenté comme "étudiant en sciences humaines"...
Tolbiac, 24 heures après, on n'en parle déjà plus.

On tremble à l'idée de ce que nos "intellectuels" (ce terme m'a toujours amusé) vont bien pouvoir en dire demain sur France Inter, France Culture, Libération, les Inrocks.

Robert Marchenoir

@ Xavier NEBOUT | 25 avril 2018 à 08:25
"Et puis, jamais un mot sur les Palestiniens ; juste l'armée israélienne faisant quelques morts de temps en temps en tirant à balle réelle dans des foules sans armes ; 'un détail de l'histoire' qui n'est évidemment pour rien dans les attentats islamistes."

Ah, toujours cette délicieuse islamophilie de l'extrême droite, qui fait en même temps profession de s'opposer à l'islamisation de la France... Islamiser "la fille aînée de l'Eglise", c'est abominable ; islamiser Israël, c'est non seulement un droit de l'homme musulman, mais un devoir sacré...

Contrairement à ce que vous suggérez, les médias sont bourrés de nouvelles et d'éditos pleurnicheurs sur les prétendus "Palestiniens", qui, faut-il le rappeler, n'existent pas : la Palestine a toujours été le pays des Juifs, et les seuls Palestiniens sont les Israéliens.

Mais foin de cette querelle sémantique. L'armée israélienne a parfaitement raison de tirer à balles réelles (vous en connaissez d'autres ?) sur des foules sans armes. Vous oubliez de préciser : sur des foules sans armes (avez-vous fouillé individuellement chacun de leurs membres ?) qui tentent d'envahir Israël en violant illégalement sa frontière.

C'est ce que fait un pays libre et souverain, et c'est ce que devrait faire la France, face aux "foules sans armes" d'immigrants illégaux qui violent ses frontières, avec la bénédiction des autorités.

Votre "détail de l'histoire" n'est évidemment pour rien dans les attentats islamistes. Les "Palestiniens" sont des islamistes. Chaque égorgement de bébé israélien par des "militants palestiniens", chaque jet de pierre sur un soldat par un "enfant palestinien" est un attentat islamiste, commis au nom du Coran, dans le but d'éradiquer toute présence juive en terre présumée musulmane.

Contrairement à ce que tentent de nous faire accroire les escrocs intellectuels dans votre genre, les "Palestiniens" ne sont pas équivalents, mettons, aux autonomistes jurassiens, qui, pour peu qu'on les autorise à édifier des écoles donnant des cours de langue jurassique (?) et des temples à la déesse-mère Jura, seraient tout prêts à cesser leur activité militante ridicule et surannée.

Les "Palestiniens" sont avant tout des musulmans, des islamistes, des terroristes islamistes, qui ont été entraînés par les nazis (de vrais nazis, d'anciens officiers d'Hitler réfugiés au Moyen-Orient après la guerre, pas des néo-nazis d'opérette) et activés, financés, armés, entraînés militairement, formés au terrorisme et soutenus politiquement sur la scène internationale par la Russie communiste.

Les "Palestiniens" ont systématiquement refusé les innombrables popositions de paix qui leur ont été faites, depuis des décennies, avec la médiation d'innombrables gouvernements étrangers de toutes couleurs politiques. Cette question serait réglée depuis longtemps si elle relevait de la diplomatie ordinaire.

Le "conflit israélo-palestinien" n'est pas un conflit territorial. C'est un conflit religieux, fanatique, basé sur l'antisémitisme doctrinal et obligatoire imposé par le Coran. Conflit dont le moteur est la volonté génocidaire des Arabes musulmans à l'encontre des Juifs israéliens. Et pas seulement des Arabes : le chef de l'armée iranienne, pays musulman mais non arabe, vient de réaffirmer l'intention des ayatollahs de faire disparaître Israël. Il a même fixé un délai : d'ici 25 ans.

Au passage, ce fait réduit à néant l'iranophilie de l'extrême droite, laquelle nous assure que les mollahs sont de gentils garçons puisqu'ils sont chiites, alors que les gros méchants musulmans seraient uniquement les sunnites. Le fait que l'Iran soit l'un des pays les plus antisémites du monde, et qu'il soit un allié de la Russie, n'a évidemment rien à voir dans cette curieuse "obsession" (moi aussi je peux le faire) du politiquement correct de la "vraie droite".

Votre raisonnement est aussi idiot que si vous disiez : livrons donc à Hitler les Juifs français, ainsi il cessera de s'en prendre aux Juifs polonais.

Mais on voit bien le fil conducteur de votre argument, si fréquent à l'extrême droite comme à l'extrême gauche : c'est l'antisémitisme.

Encore un truc. Vous dites :

"Si on cite les passages épouvantables du Talmud, c’est qu’on les sort de leur contexte et qu’on n'a rien compris, mais il est inutile de les enlever car ils n’existent pas."

Il y a aussi des passages épouvantables dans les contes de Grimm et dans Massacre à la tronçonneuse. Merci de nous indiquer à quel moment les autorités juives, ou les Juifs tout simplement, appliqueraient ces fameux "passages épouvantables du Talmud", que vous omettez d'ailleurs, commodément, de nous citer.

Pouvez-vous nous faire la liste des attentats juifs, commis en France contre des mosquées, des églises, des grands magasins, des écoliers catholiques ou des soldats ? Juste pour rire...

Pouvez-vous nous désigner les quartiers de non-droit juifs, où les femmes ne peuvent s'aventurer sous peine de se faire cracher dessus et de se faire traiter de p... par les rabbins orthodoxes ? Pouvez-vous nous nommer les communes (afin que les vrais Français de France les évitent soigneusement) où les adolescents juifs caillassent les pompiers, occupent les halls d'immeuble, urinent dans les ascenseurs, font des contrôles d'identité aux bornes du quartier, violent les femmes seules exerçant la profession de libraire pour s'emparer de leur boutique à vil prix, etc., etc. ?

Votre propos reprend ce vice, commun au musulmans, aux gauchistes et aux poutinistes, consistant à accuser les victimes des méfaits qu'elles subissent. Si un nombre significatif de musulmans (un nombre beaucoup trop élevé, de toutes façons) commettent des attentats contre les Français en général et les Juifs en particulier, c'est bien sûr la faute... d'Israël. Qui, lui-même, doit déployer d'incessants efforts, et risquer la vie de ses citoyens, pour se protéger du terrorisme musulman et des tentatives incessantes d'agression militaire musulmanes.

Vous êtes sûr d'être chrétien ?

Mitsahne

J’en ai un peu marre de toutes ces contorsions et précautions verbales pour essayer de dire qu’il faudrait peut-être condamner… sans toutefois vouloir insulter… tout en comprenant qu’il faut évidemment respecter… en évitant la provocation… tout en reconnaissant la gravité des propos… mais sans vouloir jeter de l’huile sur le feu…

Quelle hypocrisie ! La tartufferie est autant du côté des signataires que des non-signataires et je m’interroge sur la réelle efficacité de la pétition (comme de la plupart des autres pétitions). L’indignation a bon dos qui a été mise en relief par un vieux radoteur impuissant. La résistance aussi, qui couvre aujourd’hui n’importe quel sabotage de faculté et toutes les exactions des terroristes de Notre-Dame-des-Landes. Quant aux réactions de M. Collomb, ministre de l’Intérieur, il a mis un mois pour prendre la décision de déloger les étudiants-bloqueurs, mais il n’a mis que vingt-quatre heures pour envoyer les gendarmes à l’assaut de la poignée ‘’d’identitaires’’ qui contrôlaient un col des Alpes pour empêcher le passage des clandestins !
On n’arrête pas de se tromper d’ennemi ni de fausser l’urgence des priorités.

On balance des missiles sur Bachar el-Assad mais on courtise et on paye Erdogan qui va faire partie de l’Europe et qui martyrise les Kurdes. On lèche les babouches des roitelets arabes et pétroliers, on vend le PSG au Qatar, on soigne gratuitement le potentat algérien, à Mayotte au nom du droit du sol périmé on laisse naître des dizaines de milliers de Comoriens qui deviendront des petits Français mais on refuse de reconsidérer cette fumeuse loi du droit du sol. On laisse traîner une grève de la SNCF horriblement coûteuse pour la France plutôt que de faire une peine même légère à la CGT, et le patron de la SNCF ose prédire qu’il n’y aura pas de grève pendant l’été ! On s’entête sur la stupide limitation à 80 km/heure des routes nationales (le Pouvoir ne cède pas !) mais on ne fait strictement rien pour rétablir la sécurité dans les zones de non-droit où pompiers, médecins, sauveteurs sont caillassés, sans parler de la police et des forces de l’ordre.

On pardonne tout à Macron parce qu’il donne l’impression de bosser énormément, de répondre à tout sur tout et d’avoir un cerveau bien fait, mais on oublie de parler de l’effroyable pagaille que va provoquer le prélèvement à la source (maintenu coûte que coûte en 2019) parce que ce n’est pas le métier des entreprises de jouer les percepteurs et d’appliquer les inextricables complexités du code des impôts. Le grand bond en avant, style Mao, c’est bien, à condition de ne pas être au bord du précipice.

Michelle D-LEROY

Nos dirigeants politiques ont la grande naïveté de croire que si l'économie est florissante, le vivre ensemble s'améliorera de fait et que tous les débordements que l'on connaît s'arrangeront comme par enchantement. Et, sous le Présidence Macron, c'est encore plus remarquable puisque seule l'économie mondialisée semble sa priorité.

A titre d'exemple, je pense aujourd'hui à ceux qui emploient régulièrement les vieux poncifs comme "repli sur soi ou manque d'ouverture", en regardant Dubaï où l'argent, le gigantisme immobilier, la démesure commerciale, le shopping de luxe semblent être les maîtres dans cet émirat, supposé être libre de tout préjugé. La modernité semble être seul guide, mais semble seulement, si on en juge par cette histoire abracadabrantesque d'une princesse un peu trop occidentalisée, séquestrée par son père.

Nos féministes auraient bien à faire si elles voulaient regarder là où il le faut au lieu de se préoccuper de la féminisation des mots par exemple. Et l'islam, même si quelques imams en sont conscients, a beaucoup à faire pour réformer et être compatible avec les us et coutumes occidentaux du XXIe siècle. C'est à mon avis mission impossible puisque, justement, pour le Ramadan nous voyons un nombre importants d'imams algériens venir renforcer les rangs sans même connaître les motivations d'un tel renfort.

Dire que trop de musulmans vivent en Occident n'est pas du racisme comme veut nous l'expliquer M. Charoulet mais une réelle inquiétude de voir se développer une société à deux vitesses. Une société de plus en plus déchristianisée et déstabilisée par des bouleversements modernistes face à une société musulmane de plus en plus importante et de plus en plus radicale dans sa croyance religieuse avec en plus des coutumes archaïques, notamment vis-à-vis des femmes. Comment ne pas craindre ce choc des cultures ?

Cette radicalité a indéniablement progressé avec l'installation de la République théocratique d'Iran avec ses ayatollahs et son régime autoritaire. Malgré leur différences et leurs guéguerres entre chiites et sunnites, c'est cet islam politique qu'il nous faut redouter, les juifs d'abord mais aussi chrétiens et athées.

Espérons un peu de fermeté de la part de nos gouvernants et de responsabilité de la part d'une gauche angélique.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

  • Causeur
    causeur.fr du 13 octobre "Philippe Bilger, le style fait l'homme", par Thomas Morales
  • Le Point
    Philippe Bilger : « Le mur des cons a fracturé la confiance dans la justice », lepoint.fr du 11 octobre.
  • Sud Radio, "Le Grand Matin"
    Tous les vendredis de 8 h 45 à 9 h 15, débat dans la Matinale de Patrick Roger.
  • CNews, "L'Heure des Pros"
    Tous les mercredis de 9h à 10h30, animé par Pascal Praud.
  • Sud Radio "Les Vraies Voix"
    Tous les jours du lundi au vendredi de 17h à 19h, émission de débat et de divertissement animée par Christophe Bordet.

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS