« Mourir à Strasbourg, s'indigner en France ! | Accueil | Je ne sais pas mais il faudrait ! »

13 mai 2018

Commentaires

Exilé

@ Véronique Raffeneau
« Cette sale et médiocre affaire, pour reprendre vos mots, est à mettre dans la gradation des abstentions institutionnelles dont les violents incidents survenus à Paris il y a quelques jours, avec la passivité du pouvoir, tiennent le haut de l'échelle. »

Pour ne pas évoquer ces manquements qui tournent à la complicité en ce qui concerne l'encouragement de certains types d'immigration susceptibles de causer des problèmes graves et de mettre en danger à la fois la vie des Français et même l'avenir de la France, les exemples ne faisant que se multiplier.
Dans ce cas, la non assistance à personne en danger est même dépassée, car ce sont bel et bien ces politiques indignes (y compris ceux des gouvernements précédents) qui mettent directement en danger les Français, soit par leur incurie, soit par leur bêtise, soit par leur entêtement idéologique.

boureau

@ Bourguignon 13 mai 2018 02:13
""Je risquais d'oublier : Robert Ménard est un ami."

On choisit ses amis pas sa famille.
Mais on peut se tromper dans ses choix ; la preuve !"

La preuve de quoi Bourguignon ? Expliquez-nous !

@ Elusen 13 mai 04:26

Toujours des scories d'extrême gauche, malgré les années ?

hameau dans les nuages

L'un des crimes de Ménard est d'être à l'écoute des Français d'origine immigrée demandant son aide et étant parfaitement assimilés. Insupportable pour la "gauchiasserie" comme dirait sylvain qui ne veut surtout pas malgré son discours cette assimilation par amour de la France. Ils ont absolument besoin pour leur idéologie que subsiste cette fracture. Ainsi ils ont besoin de l'alimenter par encore de nouveaux arrivants, toujours plus d'arrivants.Une forme d'esclavagisme politique, un sous-prolétariat ébène puisqu'ils ont perdu le monde ouvrier.

Pierre-Antoine

Mais pourquoi s'offusquer ? Nous sommes en France que diable !
Vous savez, ce grand pays patrie de la Liberté, où les minorités peuvent imposer leur loi à la majorité !
Voulez-vous remettre en cause le droit de manifester et le droit de grève ? Mais de quel droit ?
Voyons voyons, laissez donc librement le droit de limiter voire réprimer, enrayer, étouffer, noyer, écraser, juguler, mater, corriger le droit de circulation, le droit d'expression, et même, allons-y gaiement, le droit de penser.
C'est pas nouveau, c'est français, ça s'appelle le droit de "celui qui gueule le plus fort qui a raison" !

Robert

Je suis en plein accord avec ce que vous écrivez, Monsieur Bilger. Et l'on voit où se trouve l'intolérance.
Ce sont les mêmes qui interdisent l'accès des universités aux étudiants venant passer leurs examens et qui, occupant illégalement des universités qu'ils dégradent gravement, viennent se plaindre de l'action des forces de l'ordre venues légalement les déloger.

Il m'apparaît aussi anormal que les gendarmes présents ne soient pas intervenus d'initiative, encore qu'il faudrait savoir quelles étaient leurs consignes, surtout lorsque vous rapportez l'attitude du sous-préfet.

Monsieur Ménard portera sans doute plainte et l'on verra comment la Justice traitera son cas. Mais je doute de la dureté de cette Justice dans ce pays où la liberté d'expression est maintenant quasi muselée pour tout ce qui ne va pas dans le sens d'une expression publique formatée.

J'en veux pour preuve le traitement qu'elle réserve notamment à Eric Zemmour. Il suffit de lire ce billet pour s'en convaincre : https://www.causeur.fr/eric-zemmour-condamne-islamophobie-islam-151089?utm_source=Envoi+Newsletter&utm_campaign=d5764dfd61-Recap+de+la+semaine&utm_medium=email&utm_term=0_6ea50029f3-d5764dfd61-57538953
Comme le dit le titre : la France, le pays des droits de l'homme qui se tait...

Mais ce lourd silence sur les effets des politiques suivies depuis plus de quatre décennies, notamment en matière d'immigration, a été imposé dans toute l'Europe. A ce sujet, je lis en ce moment un livre excellent paru en avril 2018, écrit par un Britannique qui démonte les mécanismes qui ont muselé les réactions des peuples, tant en Grande-Bretagne que dans d'autres pays d'Europe, la France en particulier. Je ne puis qu'en conseiller la lecture : "L’étrange suicide de l’Europe - immigration, identité, islam" de Douglas Murray, aux éditions de l'Artilleur (titre original : The Strange Death of Europe - Immigration, Identity, Islam).

Yvonne Sanchez

@ Marc GHINSBERG

Dans la catégorie des crétins, vous omettez de signaler tous ces élus qui n'ont pas bronché ni fermement condamné officiellement, à ce jour, cette agression.
Personnellement, votre avis sur Ménard m'indiffère, mais surtout, je trouve qu'il n'apporte rien de pertinent à votre commentaire.

Merci M.Bilger pour ce billet. Celui, tout simple, d'une conscience qui se lève, contre des pratiques indignes.

caroff

Les nervis de l'extrême gauche bloquent les universités, cassent du flic, brûlent les voitures, défoncent les vitrines, occupent illégalement des terrains, etc.
Le nombre infime d'arrestations et de condamnations témoigne de l'indulgence de l'appareil d'Etat pour ces formes brutales de revendication. De même, on ne peut que constater la complaisance avec laquelle ces informations sont traitées par la plupart des médias.

De son côté, Ménard tente de remettre un peu d'ordre à Béziers en concevant et appliquant une politique municipale qui ne fasse pas abstraction des réalités de terrain : pourquoi ce taux de chômage, pourquoi autant d'insécurité, pourquoi autant d'immigrés en panne d'intégration, comment rendre sa ville plus attractive ?

C'est alors qu'il commet une erreur impardonnable : mettre des noms sur les réalités, compter le nombre d'enfants non-européens dans les écoles et découvrir (mais était-ce une découverte) que 65% des enfants portent des prénoms musulmans !
Quelle horreur, quel odieux racisme !!
Cela lui vaut désormais la vindicte des gens qui préfèrent se voiler la face (c'est le cas de le dire !) et les agressions cubzaguaises que Philippe Bilger nous rapporte.

Il paraît que sa cote de popularité à Béziers ne faiblit pas et c'est bien cela l'essentiel.

Catherine JACOB

« Au début de son mandat, Robert Ménard prend un arrêté municipal qui prévoit un couvre-feu pour les mineurs de moins de 13 ans de 23 heures à 6 heures en période estivale, dans l'hypercentre-ville de Béziers et la Devèze, le quartier « sensible » de la ville. Bien que des mesures similaires aient été prises précédemment dans plusieurs villes françaises, cet arrêté crée la polémique. Saisi par la Ligue des droits de l'homme, le tribunal administratif retoque la mesure en la réduisant à l'obligation pour la police de ramener les enfants non accompagnés à leur domicile, disposition qui existait déjà. La cour administrative d’appel de Marseille valide l’arrêté en mars 2017 » - rédacteur anonyme de Wikipédia.

C’est vrai que le couvre-feu est politiquement de sinistre mémoire. Initialement principe de précaution, « au Moyen Age une cloche signalait le couvre-feu à la tombée de la nuit pour indiquer qu'il était temps de recouvrir les feux d'un couvercle de fonte pour éviter tout incendie », il est réapparu sous forme d’une disposition de police mise en œuvre notamment par la Wehrmacht – l’armée allemande – dans les territoires occupés lors de la Seconde Guerre mondiale, puis réactivé lors de la guerre d’Algérie.

Toutefois, n’est-ce pas vers trois heures du matin que Maëlys de Araujo, huit ans, a disparu le 27 août 2017 ?? On dit que « l'alerte du dispositif Alerte-Enlèvement n'a pas été déclenchée car, lors de la constatation de la disparition, les forces de l'ordre n'avaient pas d’indices permettant de penser qu’il s'agissait d'un enlèvement. » Est-ce qu’en cas de couvre-feu applicable aux mineurs de 13 ans, cette disposition n’aurait pu faire l’objet d’un déclenchement automatique ?

Peut-être conviendrait-il donc de ne pas avoir de réaction épidermique à la sémantique et de considérer plus sereinement les domaines d’application de certaines mesures susceptibles de contribuer efficacement à la protection de l’enfance davantage que de permettre aux pouvoirs publics de, en l'espèce, limiter la libre circulation des personnes.

« Le 5 mai, Robert Ménard était la victime et l'idéologie imposait que surtout personne ne vînt à son secours au propre et au figuré.
C'est une sale et médiocre affaire. Le tabassage d'un élu tout seul par des énergumènes fiers d'eux. Et le silence. » (PB)

et @ Robert Marchenoir | 13 mai 2018 à 01:44 :
« Les agressions de ce type sont monnaie courante depuis des années contre les réunions du Front national. L'attaque de Robert Ménard n'en est que la continuation. »

NKM n’appartient pas au FN que je sache !

D’autre part, j’ai été moi-même l’an passé victime d’une agression, verbale seulement mais très violente, simplement pour m’être opposée à l’élection d’un secrétaire de séance lors d’une assemblée générale de copropriété en tentant de faire valoir que la loi n’autorisait pas le syndic à tenir ce rôle et encore moins à usurper la fonction de président dans la gestion du déroulement de l’assemblée.

Certaines personnes influençables, du fait de l’âge et de leur naturel aussi sans doute sans compter leur faible capacité de compréhension d'un exposé argumenté, ont pu ainsi être convaincues que mon opposition tenait au fait que j’étais juste une emmer…se !!

J’ai pu également constater à cette occasion que les gens avaient tendance à se soumettre davantage à la violence exercée par un individu parlant plus fort que les autres (et se prévalant d’une ancienne appartenance à une administration régalienne !!), qu’à la loi protégeant leurs intérêts, et être incitées facilement ainsi à voter des dépenses non nécessaires qu’elles auraient ensuite du mal à assumer.

J’ai également été traitée de folle et de nombreux autres noms d’oiseaux en présence d’un député totalement passif, parce que j’avais refusé de valider les comptes d’une association dont le montant de la subvention d’argent public exigeait qu’ils soient soumis à un cabinet d’expertise comptable extérieur à l’association. Ayant signalé cette irrégularité au Parquet, en particulier vu la taille d’un trou excédant ledit montant et qui, en Alsace-Moselle, devrait dès lors être couvert par les membres du bureau sur leurs fonds personnels, dont quelques retraités aux petites retraites qui ne le permettraient pas, et joint en annexe à mon signalement ceux des documents comptables auxquels j’avais pu avoir accès, la réponse a été que je devais me préoccuper du recours à un tel cabinet d’expertise sur mes fonds personnels.

Une vaste manipulation a permis cependant de donner quitus à l’association qui a ensuite réussi, par quel miracle ? à faire éponger ses dettes par de nouveaux fonds publics ! Pour les gens que ça intéresse, je préciserai qu’il y a prescription.

De diverses autres expériences, j’aurai tendance à dire que brandir le bouclier de dispositions législatives favorables à la cause que vous défendez et que vous ne vous êtes pas contenté(e) de ne lire qu’à moitié, est la plupart du temps très insuffisant à vous permettre de mettre le holà à certaines situations. De plus, plus vous vous en prévalez, plus ça met de l’huile sur le feu et plus vous devenez l’objet tant de comportements publiquement agressifs, que de « psch psch psch, bla bla bla » de couloirs.

Or, une fois que les gens ont fait valoir que votre opposition à telle ou telle situation tenait à ce que vous êtes complètement folle, et là je me limite à la citation d’une insulte relativement soft, il leur est assez facile de mettre les esprits faibles de leur côté, vu que si vous pensez qu’une folle a raison, c’est que, quelque part, vous êtes aussi fou qu’elle. CQFD !

De même je pense que les gens n’ont pas nécessairement conscience de « malmener » un être humain, en la personne de NKM ou de R. Ménard ou d’autres encore, mais pensent n’avoir affaire qu’au spectre malveillant des idées avec lesquelles ils ne sont pas d’accord, et ne réussissant pas à mettre en mots leur désaccord, ils le traduisent par des coups, et/ou des insultes etc.

« La loi n'est pas la même pour tous. »

Si, dans notre pays, le texte de loi est le même pour tous quel que soit le code concerné. Le problème est que souvent on ne veut pas le savoir, et cela malheureusement parfois jusque dans les tribunaux.

On le mamaille alors ( = on le gauchit) jusqu'à ce qu'il aille dans le sens qu'on veut lui qu'il ait, ou encore on embrouille, on menace de façon sourde, les gens auxquels ses dispositions sont favorables, jusqu'à ce qu'ils lâchent le morceau.

Parfois cependant ça fait avancer les choses.
Ex. le cirque Barnum qui a gagné tous les procès que les associations de protection du bien-être animal lui ont intenté mais qui a finalement été contraint par l'opinion publique de se passer d'animaux sauvages dans ses spectacles.
Mais le plus souvent, le pot de terre se fracasse contre le pot de fer sous les quolibets des imbéciles.

Exilé

Qu'il s'agisse de Jean-Marie Le Pen face à Annette Peulvast-Bergeal, maire PS de Mantes-la-Ville (...)

Dans cette affaire, c'est Jean-Marie Le Pen le véritable agressé, qui est tombé dans un véritable guet-apens avant d'avoir été présenté en agresseur par une gauche habituée à ce genre de procédés, en accusant ses victimes des violences qu'elle commet.

Mano

Quelle est cette chanson qui dit que celui qui dit la vérité doit être exécuté ?

https://www.youtube.com/watch?v=AfpSRnahQig

En tout cas, dans le climat actuel, c'est courageux de publier cette défense de Robert Ménard. Dommage qu'en disant, juste à la fin, que c'est un de vos amis, vous laissiez entendre que cette amitié peut avoir influencé votre défense. Jusqu'à cet aveu elle était celle d'un chevalier blanc.

Xavier NEBOUT

En 1789, l'aristocrate n'était pas tant haï par les rustres du fait de ses privilèges, que parce que sa noblesse d'âme était ressentie comme une insulte à leur bassesse naturelle.

Robert Ménard est un aristocrate. Il est sans le vouloir à l'image de Jacques Cathelineau, simple colporteur nommé généralissime de l'armée catholique et royale par les nobles de l'ouest.

Philippe Bilger serait un éternel candide découvrant la bassesse de la république et sa racaille, mais aujourd'hui, il sombre dans un paradoxe. Il énumère en effet les complices de l'infamie puis prétend interdire à ses commentateurs de faire eux aussi l'amalgame qui éclate pourtant au grand jour.

Monsieur Bilger, franchissez le pas qui sépare l’honnêteté de l'honneur. Entrez chez les aristocrates. Dites le mot de Cambronne à la racaille. Vous avez été rarement aussi bon que lorsque vous ne vous retenant pas, vous vous étiez payé la tête du nommé Pierre Bénichou.

Vous vous ferez peut-être traiter de fasciste mais vous verrez que lorsqu'on n'écoute que ce qui vient d'en haut, on n'entend pas ce qui vient d'en bas. En d'autres termes, lorsqu'on écoute le Dieu d'amour, on n'entend pas le diable vous vouloir à l'image de sa haine.

PS : Ce commentaire n'est pas à la portée des utilisateurs de pseudos. (Pour ceux qui douteraient de mon identité, elle figure dans immo2mers.com, et j'ajoute si notre hôte le permet, que ma vie professionnelle est à l'image de mes commentaires.)

boureau

Robert Ménard : un homme respectable.

"Robert Ménard est favorable à l'union des droites et c'est un crime"

Voilà en grande partie l'explication de ce silence hypocrite de l'ensemble de la classe politique, cher P. Bilger. Défendre un ami c'est dans l'ordre des choses, mais un ami politique c'est du courage. Bravo.

Robert Ménard est "un honnête homme" au sens classique du terme et j'ai été heureux de l'encourager lors de ses premiers mois de maire, quand c'était très difficile pour lui. Je ne l'ai jamais regretté.

Ceci étant dit, cher P. Bilger, voyez qui a intérêt à ne pas reconstituer une droite forte : le Président Macron ! Dont toute l'action souterraine vise à faire échouer cette stratégie. Comme on dit populairement "à qui profite le crime ?"

Cordialement.

xc

La non assistance à personne en danger (223-6 CP) n'est répréhensible qu'en l'absence de risque pour soi-même ou les tiers. Les témoins ont peut-être estimé, à tort ou à raison, je l'ignore, qu'il y en avait à intervenir directement. Certains ont appelé les gendarmes, ce qui répond aux exigences de la loi, pour laquelle toute action, même inefficace, convient. S'il faut poursuivre ceux qui se sont totalement abstenus, cela risque de faire du monde.

Véronique Raffeneau

"Le ministre de l'Intérieur, qui est un homme honnête et a toujours su mettre les principes au-dessus de ses antipathies..."

Sans doute... mais pas au point de répondre à la lettre d'Emmanuelle Ménard, pas au point, via le Préfet et le sous-préfet, d'enjoindre aux forces de l'ordre de s'interposer et de protéger un adversaire politique victime d'une agression violente commise dans l'abstention, la passivité, voire le soutien implicite de tous, le cas échéant de sanctionner ces manquements.

Mettre les principes au-dessus de ses antipathies en petit comité, dans l'entre-soi parisien et médiatique, ne demande ni courage, ni caractère.

"...l'idéologie imposait que surtout personne ne vînt à son secours au propre et au figuré"

Eh bien, disons que le ministre de l'Intérieur, à l'instar de l'abstention-lâcheté du sous-préfet, des partis politiques, des élus locaux et des médias a choisi l'idéologie contre la protection d'un seul et la sauvegarde de l'ordre public dont il est pourtant le garant. Bref, il s'est choisi.

Je n'ai aucune inclinaison pour le discours et les positions de Robert Ménard et de bien d’autres. Cependant, cette violence autorisée, ce quitus donné au laisser-faire et à la lâcheté sont non seulement inadmissibles mais aussi si dangereux dans une démocratie où il n'y a pas, jamais, de violence légitime autre que celle octroyée à la force publique en échange de sa protection.

Plus ça va, plus ces évidences semblent appartenir à un passé cotonneux qui apparaît étrange, saugrenu, bizarre tant les postures en matière de sécurité publique sont aujourd'hui devenues contradictoires, discordantes, incohérentes, sélectives.

Cette sale et médiocre affaire, pour reprendre vos mots, est à mettre dans la gradation des abstentions institutionnelles dont les violents incidents survenus à Paris il y a quelques jours, avec la passivité du pouvoir, tiennent le haut de l'échelle.

Marcel P.

@ Elusen
"Quel est le rapport avec la démocratie ? Puisqu’elle ne porte pas sur la lecture, mais sur le droit de vote !"

La démocratie moderne porte sur une conception des libertés publiques : liberté de se mouvoir, certitude de ne pas être molesté, nulle autorité pour prononcer des interdictions de séjour sans mandat à cette fin.

Difficile de vous répondre sans avoir l'impression de faire un commentaire de texte de niveau cycle primaire.

Tout aussi évident qu'écrire "La particularité de Robert Ménard, c’est d’aimer la haine et de l’organiser", c'est prendre ses partis pris pour des vérités, refuser de reconnaître la subjectivité de son propos.
Et c'est aussi employer un mot commode : la haine (nom même d'un navet intersidéral dont nous Français avons le secret). Parce que le débat ne porte pas sur la "haine", on ne débat pas du fait que Robert Ménard ait été aimé ou haï à tel endroit. Non, en réalité, on parle de violence.

Donc ce que vous écrivez, Elusen, en creux, c'est que "la particularité de Robert Ménard, [serait] d’aimer la [violence] et de l’organiser". Ce qui ne recouvre aucune forme de réalité. Question complotiste, vous en feriez un beau.

Vous listez ensuite des faits violents comme la mort de Claude Erignac en accusant Philippe Bilger d'avoir la mémoire courte. En quoi la mort de Claude Erignac caractérise-t-elle "un tel contentement de soi collectif dans l'appréhension de l'événement" ?

Décidément Elusen, vous êtes dans la constance : absurde.

Jabiru

Robert Ménard a un grand mérite, celui d'avoir remis de l'ordre dans la ville de Béziers. On peut ne pas être d'accord avec certaines de ses idées mais cet homme est un maire courageux qui assume ses choix.
Ceux qu'ils l'ont agressé sont des minables.

GLW

M'enfin....
Puisqu'on vous dit et répète que le vrai danger pour notre démocratie ce sont ces gueux qui votent pour le Front National.
Mais aussi ces gens de rien et ces médiocres qui se battent pour quelques piécettes.
Quel bonheur d'avoir cette presse et cette justice complètement indépendantes du pouvoir qui n'est pas en place.
Sinon, bienvenue au Macronland.
Y a pas à dire, ce monde nouveau, c'est autre chose.
Quand même pas compliqué à comprendre.

PS : Nouvel attentat à Paris, bien vouloir prévoir :
- Mise en place cellule psychologique
- Marche blanche
- Petites bougies
- Dépôts de fleurs
- Petits nounours
- Déclarations attristées
- Déclarations d'indignation
- Promesses de fermeté
- Soutien aux familles des victimes
- Fiché S ou pas fiché S (rayer la mention inutile)

sylvain

Ménard est un patriote, son discours est déformé et caricaturé parce qu’il gêne la Nomenklatura intelligentsia des intellos bobos gauchislamistes à la solde du pouvoir collabo.

Alors, les problèmes dus au communautarisme à Béziers ou ailleurs : délinquance, délits, crimes, il faudrait les cacher sous le tapis ?

Ces fachogauchistes immigrationnistes montrent encore une fois leur sale trogne, leur intolérance, leur haine et aussi leur bêtise chronique.

Bravo à M. Ménard, un des derniers patriotes résistant à la charia officielle pro-islamiste.

Achille

Bonjour,

On peut penser ce que l’on veut de Robert Ménard, mais rien ne saurait justifier cette agression. La France est un pays démocratique et, à ce titre, respectueux des opinions de chacun dans la mesure où elles ne sont pas contraires à la morale publique.
En aucun cas les divergences d’opinion ne doivent se traduire par des actes de violence physique.

A noter que ces agressions sont le fait de militants d’extrême gauche qui sont coutumiers du fait, même si les militants d’extrême droite sont loin d’être irréprochables dans ce domaine et donc mal placés pour donner des leçons de bonne conduite.

Les élus de partis représentés à l’Assemblée nationale qui se sont réjouis de cette agression sont des imbéciles et devraient être démis de leur mandat car ils en sont indignes.
Il serait temps que les militants, quel que soit le parti qu’ils représentent, arrêtent de se comporter comme les supporters hystériques de certains grands clubs de football.
La politique exige des valeurs morales que certains élus ont tendance à oublier.

Tipaza

Dans une société où la règle est la langue de bois, le déni, le mensonge officiel puisqu'il faut l'appeler par son nom, celui qui dit la vérité doit être exécuté, comme le dit Guy Béart :

https://www.youtube.com/watch?v=jA3hNz5KQ34

Il n'y a rien de pire pour des affabulateurs, des utopistes, des idéologues que d'être confrontés à la vérité, même partielle.

Robert Ménard ne détient pas la vérité absolue, mais cette parcelle de vérité qu'il détient et qu'il livre sur beaucoup de sujets et en particulier sur celui de l'union des droites, la seule capable de stopper la marche vers la disparition de ce que nous sommes, comme peuple, comme nation ayant une histoire, cette parcelle de vérité est insupportable.

Les pires pouvoirs sont ceux qui commencent par définir le Bien, continuent en prétendant être le Bien, finissent par oublier le Bien considérant qu'ils sont le Mieux, lequel est l'ennemi du Bien comme tout le monde le sait, sauf ceux qui ne veulent rien savoir de la Vérité.

Elusen

@ Robert Marchenoir | 13 mai 2018 à 01:44
« La loi n'est pas la même pour tous. »

Auriez-vous une preuve ?
La loi ici : https://www.legifrance.gouv.fr/initRechCodeArticle.do

Un article qui affirme que la loi n’est pas la même pour tous ?!
Il est où cet article ?!

Mais qu’est-ce que c’est que ce ramassis d’imbécillités ?!
En quoi la loi est-elle concernée par l’acte d’agression ?
En quoi la loi ne pourrait pas s’appliquer à cet acte d’agression ?

La justice s’est-elle prononcée sur l’affaire ? NON !
Alors qu’est-ce que vous la ramenez ?!

Tout ça parce que l’honorable honoraire écrit un billet d’humeur sur son poteau son frérot, qu’il n’est que dans l’émotion et pas la raison, qu’il parle alors qu’il n’était même pas sur les lieux et n’a recueilli aucun témoignage si ce n’est de son doudou.

Ce ne sont ni la sous-préfecture, ni la gendarmerie, ni la justice, ni la lecture, pas plus la démocratie qui ont tapé sur la figure de l’individu.

Sachez au moins vous tenir tous les deux !

Bourguignon

"Je risquais d'oublier : Robert Ménard est un ami."

On choisit ses amis pas sa famille.
Mais on peut se tromper dans ses choix ; la preuve !

Wil

@ Elusen
"La particularité de Robert Ménard, c’est d’aimer la haine et de l’organiser."

Sacré Elusen, ça faisait longtemps.

https://www.youtube.com/watch?v=qQZdP3FbuE8

Robert Marchenoir

Les agressions de ce type sont monnaie courante depuis des années contre les réunions du Front national. L'attaque de Robert Ménard n'en est que la continuation.

Dans un autre registre, je rappelle cette anecdote que j'ai déjà, je crois, signalée ici : lors de la millionième "action militante" de viticulteurs du Midi, consistant à bloquer et vider de son contenu un camion de vin espagnol, la gendarmerie assistait passivement à ce délit. Seul, parmi les journalistes présents, un correspondant britannique s'est avancé vers le commandant du groupe, en lui demandant : vous allez intervenir, n'est-ce pas ? vous allez mettre fin à cette action illégale menée en bande organisée ? Et le gendarme lui répondit : bien sûr que non !

En France, il y a les catégories protégées, et les autres. La loi n'est pas la même pour tous.

Elusen

« Dans notre démocratie, on peut lire ça ! »

Quel est le rapport avec la démocratie ?
Puisqu’elle ne porte pas sur la lecture, mais sur le droit de vote !
Quel est le rapport entre droit de vote et lecture de Twitter ?

Vous oubliez juste d’indiquer que si personne n’a bougé, c’est y compris les membres de son parti et de la droite. Quand vous dites : personne n’a bougé, c’est bel et bien personne !

La particularité de Robert Ménard, c’est d’aimer la haine et de l’organiser.
Il est d’autant plus amusant que vous soyez surpris qu’elle lui revienne à la figure.
Ne serait-ce point ce fameux adage, qui sème le vent…

Il est tout de même intrigant de voir que ceux qui exultent la haine, s’y complaisent, la chérissent, se troublent dès lors qu’elle frappe à leur porte, comme si la haine était leur privilège, un truc bien à eux, leur acquis social.

Selon vous les forces de gendarmerie ne se sont pas interposées.
Auriez-vous des preuves qu’ils ont vu ce qui se passait ?
Auriez-vous entendu la gendarmerie, l’auriez-vous sollicitée avant d’affirmer ?

Avec votre billet avez-vous conscience d’avoir atteint le niveau d'Alain Soral, de son véritable nom Bonnet ?
Vous êtes à deux doigts de nous parler d’un complot intergalactique d’une juiverie mondiale alliée aux Illuminati et à Élizabeth Teissier.

«...je n'ai pas le souvenir d'une telle violence dans l'action et d'un tel contentement de soi collectif dans la l'appréhension de l'événement. »

Hé bé, il a la mémoire courte le monsieur !
- Bertrand Delanoë poignardé.
- Pierre Schapira poignardé.
- Philippe Douste-Blazy poignardé.
- Yann Piat exécutée.
- Claude Érignac exécuté.
- Laurianne Rossi battue à coups de poing.
- Léon Blum déporté !
Etc.

« Ainsi on peut frapper Robert Ménard impunément ! »

Et ça, c’est un mensonge !
C’est pas beau de mentir honorable honoraire !

Impunément : http://www.cnrtl.fr/definition/impun%C3%A9ment

Ainsi, la justice aurait félicité les agresseurs ?!
Pas beau de mentir !

Et dire que j'étais à trois doigts, après vos deux d'en haut, de vous demander en mariage !
Déçu, déçu, déçu, tu me fends le coeur !

Wil

Ménard se fait tabasser par tous les soi-disant tenants des "valeurs républicaines", de façon active pour les plus extrêmes et de façon passive pour les centristes qui comme toujours attendent la 25e heure pour décider quoi faire selon leur intérêt personnel de gamellard perpétuels, tout ça évidemment dans la quasi-indifférence de la médiacratie française mais quand quelques jours plus tard Coquerel, député de LFI, va encourager le blocage des examens à Arcueil, qu'il provoque les CRS, se prend un coup de lacrymo dans la tronche pour faire ensuite sa pleureuse sur les réseaux sociaux (OH MON DIEU ! JE SUIS AVEUGLE !... Continue sans moi Johnny, laisse-moi là, sauve ta peau...), là c'est le sujet du jour sur toutes les chaînes infos et l'escroc républicain a droit à son quart d'heure sur BFMTV entre autre chez Elkrief ou un autre, c'est tous les mêmes, pour dire qu'évidemment les CRS sont des SS.
Elle est belle la démocratie française...

Vu que j'ai eu tendance dernièrement à attaquer systématiquement M.Bilger pour son idolâtrie macroniste, vous voyez, c'est plus fort que moi, je le félicite de parler de cette affaire, de défendre Robert Ménard et d'en être scandalisé.
Ils sont tellement peu que ça mérite d'être apprécié.

Marc GHINSBERG

Triples crétins

Crétins ceux qui ont agressé Robert Ménard car ce type de comportement, dans une démocratie, à l’égard de qui que ce soit, est inadmissible, intolérable, condamnable, ils n’ont aucune excuse. Condamnables aussi ceux qui n’ont pas porté secours au maire de Béziers, voire qui se sont réjouis de le voir bousculé, mis à terre.

Crétins ceux qui ont agressé Robert Ménard et qui, de ce fait, en font une victime. Celui qui a mené une campagne ignoble contre la propriétaire des Galeries Lafayette de Béziers par voie d’affiches, celui qui fait des montages photos indignes pour dénoncer « l’invasion » des étrangers peut aujourd’hui se présenter comme un martyr. Dès le lendemain de cette agression Robert Ménard était sur toutes les ondes pour se scandaliser, à juste titre, de l’accueil qu’on lui avait réservé.

Crétins ceux qui ont agressé Robert Ménard et qui fournissent à leurs adversaires politiques l’occasion de s’indigner que la « bonne République » ne s’indigne pas davantage. Je vois d’ici fleurir les commentaires amalgamant les gauchistes, les socialistes, les centristes, la prétendue droite qui refuse l’alliance avec le FN, les élites, les francs-maçons, les immigrés, à ces sombres crétins.

Triples crétins ceux qui ont agressé Robert Ménard, qui n’est pas mon ami, mais dont je prends aujourd’hui la défense.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS