« Y a-t-il des enfants sous-doués ? | Accueil | Violons la loi, on ne risque rien ! »

30 mai 2018

Commentaires

Robert

Cette mode des "experts" me semble être arrivée dans les années 1990 avec l'ouverture aux universités de tous les domaines, y compris des mondes militaire, policier, judiciaire sous son aspect criminologique, voire stratégique (donc géostratégique) ou du renseignement. Et ne parlons pas de l'économie où les idéologues de tout poil viennent nous servir leur salade purement idéologique !

Cette surmédiatisation a sans doute pour objet de faire prendre conscience au peuple de la distance qui sépare le citoyen de ces experts trop souvent autoproclamés et lui montrer la profondeur de son absence de connaissances dans tous ces domaines qui ne relèveraient que de l'expertise universitaire.

On évoque ici ou là "Jacadit", le sachant universel conseiller de nos princes ou Alain Minc. Mais il me semble que la palme de l'expertise de la nullité la plus crasse revient au "président" Jean-Claude Juncker, ce petit Luxembourgeois qui fait la leçon à tous les peuples européens auxquels il voue le plus profond mépris et qui ignore les principes mêmes de la démocratie...

hameau dans les nuages

@ Achille | 30 mai 2018 à 16:14
"Il semble que hameau dans les nuages soit un expert en la matière si j’en crois ses commentaires du billet précédent ! 😊"

Tout à fait Thierry !...Sur les toits béarnais bien pentus aussi. Là en ce moment c'est un toit en tuile canal chez ma fille autant dire que je me promène. Déjà le portail d'une certaine hauteur de mes parents quand j'étais gosse. Ce genre de portail dont les tiges verticales se terminent en pointe de flèche et dont une de mes cuisses porte encore le stigmate :)

semtob

Cher Philippe,

Il fait bien trop chaud pour faire un audit des experts !

Par contre, si vous recevez chez vous un ami qui s'alcoolise et que vous le laissez repartir, cela engage votre responsabilité.
Si votre chien mord un passant ou le facteur, cela engage votre responsabilité.
Si un hôpital laisse sortir un patient et que cela entraîne des séquelles chez le sortant, la responsabilité de l'hôpital peut être recherchée.
Si un maire ne se rend pas compte qu'un panier de basket est mal fixé et que cela provoque un accident, la responsabilité du maire est engagée.
A tout niveau, privé comme public, il est entendu que nous, humains, nous disposons de capacité d'anticipation et de mesure de conséquences de nos actes et prises de décision.

Mais si un individu dangereux sort de prison et tue à coups de marteau un sans domicile fixe, puis un jeune instituteur et deux policières à coups de couteau et d'armes de service, alors c'est de la faute à pas de chance !
Et d'écouter tous les experts dire qu'il faudra s'habituer à ces tueries et que le pire reste à venir pose une réelle question sur la responsabilisation des juges des libertés, des peines données aux individus dangereux.

En écoutant Monsieur Molins annoncer la tragédie, tête penchée et hautement pensive concernant la sortie prochaine d'une quarantaine de terroristes qui seraient encore plus durs après leur court passage en cellule, court parce que les experts n'avaient pas su mesurer la gravité de la situation à l'instant donné, il est peu d'experts qui apportent une réponse adaptée à cette conduite d'Etat fataliste.
Or, si le risque zéro n'existe pas, le principe de précaution a peut-être encore une signification ?
Et sortir des individus supposés dangereux, dans notre pensée qui ne se veut pas experte, c'est tout simplement criminel.
A quand le lâcher de terroristes de l'Etat ? Parce que nous, nous ne voulons plus que l'Etat joue avec nos vies.
Nous préférons comme beaucoup, les lâchers de colombes.
françoise et karell Semtob

Giuseppe

Mon préféré, le champion toutes catégories confondues, le sublissime Jaquattali :

"On comprend alors mieux ce portrait mémorable, tout en nuances critiques, qu’a dressé de lui le journal d’Edouard de Rothschild et de Laurent Joffrin : « Si c’était une voi­ture, ce serait une Ferrari, si c’était un piano, un Steinway. Le cerveau de Jacques Attali est une mécanique précise, rapide, souple, sans anicroche. Attali, c’est un Christian Jacq de la futurologie : il vulgarise le travail des autres, défriche l’avenir et rend le présent intelligible. (…) En fait, Jacques Attali s’est trompé d’époque. Il était programmé pour la Renaissance... » (Christophe Ayad, Libération, 26-1-2008). Pendant ce temps, des esprits effrontés osent tourner en ridicule une pareille vache sacrée. N’est-ce pas odieux ?

Vincent Cheynet, le 17 décembre 2009

Pour les très courageux qui ont envie de se payer une tranche de franche rigolade https://www.decroissance.org/?chemin=textes/reponseattali.htm.

Heureusement que l'on enseigne la natation car avec ce visionnaire d'un autre siècle, nous ne sommes pas près de marcher sur les eaux.
Il vend des idées tellement loufoques que les dirigeants se l'arrachent pour se conforter de leur propre pensée, en quelque sorte se faire conseiller par Jaquattali c'est se dire qu'on est quand même plus beau que lui et vraiment plus intelligent.

Moralité, il n'a pas fini d'être consulté, l'expert tous temps, tous terrains mais par contre penser à se munir de chaînes sinon vous êtes sur d'être planté. Sacré expert, la plénitude du genre, dans son genre, pauvres de nous, pauvres experts.
Bon, maintenant qu'on le connaît il fait partie des meubles, et là il est de toutes les époques, sacré Jacques ! C'est bien connu, les conseilleurs ne sont pas les payeurs.

Savonarole

@ Breizmabro de 16:14
"Moi samedi j'ai pris un homard bleu dans mon casier, et ça ce n'est pas de la voyance géopolitique"

Un soir j'ai dîné à Dinard, j'ai commandé un homard, le majordome m'a demandé de venir le choisir dans l'aquarium, cette invitation m'incommodait, je n'étais déjà plus très sûr de moi, il l'a tranché à vif sous mes yeux. Une déroute culinaire. Pas pris de dessert. Un café, l'addition.

Claggart

Il est bien connu que les experts et consultants sont des gens virés de leur entreprise et qui se réinsèrent en fondant leur propre boîte.

J'ai été ainsi confronté dans une expertise judiciaire à un expert en climatisation qui a ouvert des grands yeux quand je lui ai cité le manuel Carrier.

J'ai vu plus récemment dans "C dans l'air" un "directeur" d'une espèce d'institut "européen" d'études et de recherches sur les énergies renouvelables confondre kW et kWh.

Tiens à propos ça serait farce de poser la question à Hulot.

genau

La saillie de Claude Luçon, en tout début, est excellente. Oui, bien sûr, on s'exaspère devant la multiplicité et l'inanité de beaucoup d'experts. Dans ma vie professionnelle, j'ai été expert, mais sur un sujet très précis : le café vert. Provenance et qualification. J'ai dû rendre trois avis dans toute ma carrière... brève.
Dans un tribunal, connu un expert en pédopsychologie qui était surtout expert en pédophilie, drôle.

Il y a des experts redoutables : ceux en armes et procédés militaires. Ceux-là savent de quoi ils parlent.
Mais le pompon est quand même détenu par les experts en sociologie qui viennent régulièrement farcir l'émission de l'inénarrable Elisabeth Quin. Ils sont souvent très intéressants, mais leur science ne vaut pas grand-chose si ce n'est dans la méthode d'analyse des phénomènes sociaux et s'ils restent dans la ligne de M.Grawitz, ils ne sont pas dangereux.

Après, bien sûr, il y a l'amphigouri, mais c'est tout de même peu fréquent qu'il inclue le burlesque.
C'est l'aspect sentencieux qui agace.
Par hasard je viens de regarder une vidéo d'une querelle entre Jouzel et Allègre, en pensant au pauvre Fabien Verdier qui a payé de sa carrière son opinion si éclairante sur les choses du climat. C'est consternant et incompréhensible, mais on voit le poids politique qui vous remplit les yeux de foin, pour être poli.
C'est que les décideurs mondiaux ont besoin d'une classe irritante qui possède le label scientifique pour venir au secours de leurs projets. On pourrait donc poser l'équation projet + justification + expertise = X², c'est-à-dire qu'il faut extraire la racine de X pour savoir de quoi on parle.

Quant à croire au complot, non, sans doute. Seulement, les populations sont toujours plus ou moins convaincues quand un mannequin en blouse blanche leur propose une crème testée par le Dr Flonflon, expert reconnu.
C'est de la pub, comme la politique. Monsieur Plus de Bahlsen valait autant que celui qui vous vend du cartilage de requin ou d'une chose qui vous vend une loi agricole, en la faisant vider de son sens par ses séides, encore que là, il faille être prudent ; le produit en cause n'est pas encore vraiment défini. C'est d'ailleurs toute la question. A l'instant "t", oui, à "t+n", non.
Aujourd'hui l'aspirine n'aurait plus son AMM, mais a trouvé d'autres secteurs d'utilisation que la spirée ne laissait pas supposer.
Les pantins de la publicité mensongère au niveau de l'Etat et de son personnel sont l'essence même du pouvoir, le pauvre E.Ollivier en porte toujours la marque.
Sartre s'est toujours trompé, il est encensé, Aron ne s'est que rarement trompé, il est dédaigné.

Quant à Gilles Kepel, pour répondre à Savonarole, je pense qu'il raisonne dans un laps de temps qui échappe à l'homme contemporain, passionné d'immédiat, alors qu'il se sait placé dans un temps/espace incommensurable. Oui l'Islam est en déclin car il vit dans un univers rêvé ; les conditions de son développement sont liées à l'ensauvagement des populations, autrement dit, des nuls, il faut bien le dire.

L'Islam compagnon du christianisme ne pourra retrouver des couleurs que dans l'intellectualisation de sa doxa. Personnellement, je n'aime l'esprit templier que dans la mesure où il y a un sépulcre à défendre, sinon, oui, le costume.
Dans le mensonge, on a fait mieux : la mère de Gengis Khan était aussi vierge que Marie et les Chinois pensent que leur dieu Foe était né d'une mère fécondée par les rayons du soleil. Peut-être un problème de réchauffement schismatique.

Achille

@ Jabiru | 30 mai 2018 à 16:10
« Sans oublier Philippe Dessertine pour les sujets économiques et financiers. »

Exact Philippe Dessertine est un excellent intervenant sur les sujets traitants de l’économie.

Je vous rejoins en ce qui concerne Philippe Poutou qui se ridiculise dès qu’il a l’idée saugrenue de vouloir ouvrir la bouche.
Certes Serge Dassault trimballe un certain nombre de casseroles. Mais il n’est certainement pas le seul à avoir compris qu’avec l’argent on peut tout acheter, y compris les voix des électeurs de sa commune.
En fait, ceux qui sont à blâmer, ce sont ceux qui ont accepté de voter pour lui pour une poignée d’euros… et même quelques euros de plus.

hameau dans les nuages

@ Jabiru | 30 mai 2018 à 11:55

D'autant plus que les gens se bousculent pour y entrer comme chez Airbus ou Messier, Turboméca plus près de chez moi vu les avantages de toutes sortes. Des salaires d'ouvriers correspondant à celui d'un ingénieur débutant. Ce qui n'empêche pas d'avoir des gus avec des mégaphones hurlant à la sortie : "Camarades travailleurs !"

breizmabro

@ Savonarole | 30 mai 2018 à 13:13

Je suis d'accord avec vous, Gilles Kepel expert patenté (mais qui ne paye pas patente) sur toutes les chaînes TV n'avait pas vu venir ce qui se passe aujourd'hui :(
Ça me fait penser à Hélène Carrère d'Encausse née Zourabichvili qui nous avait prédit que l'URSS ne s'effondrerait pas.

En même temps (comme dit l'autre) c'est rigolo de les écouter, ça ne sert à rien mais eux sont persuadés qu'ils sont indispensables à notre culture géopolitique.

Moi samedi j'ai pris un homard bleu dans mon casier, et ça ce n'est pas de la voyance géopolitique :D

Adéo

@ stephane | 30 mai 2018 à 15:31
"Quelqu'un sur ce blog a-t-il entendu un expert en grimpette de façades d'immeuble ?
Il y en a certainement, on a bien eu un ex-Premier ministre expert en costards à plus de 7000 euros."

...ou un tribun célèbre dans notre Hexagone, expert en montage d'associations bidon pour percevoir des subventions destinées à sa campagne électorale.

15 partout.

Achille

@ stephane | 30 mai 2018 à 15:31
« Quelqu'un sur ce blog a-t-il entendu un expert en grimpette de façades d'immeuble ? »

Il semble que hameau dans les nuages soit un expert en la matière si j’en crois ses commentaires du billet précédent ! 😊

Jabiru

@ Achille 30 mai 2018 à 10:40

L'incontournable "C'est dans l'air" c'est dans une heure !
Moi aussi j'apprécie beaucoup la plupart des intervenants dont Raymond Soubie l'ex-conseiller aux affaires sociales de Chirac et de Sarkozy, la force tranquille avec de la retenue et un peu de malice.
Un homme qui respecte ses interlocuteurs pour favoriser le dialogue.

Bernard Vivier directeur de l'Institut supérieur du travail, ex-secrétaire général de la CFDT, un formateur de talent. j'ai eu l'occasion d'assister à ses stages il y a une trentaine d'années et j'en garde d'excellents souvenirs.

Sans oublier Philippe Dessertine pour les sujets économiques et financiers.

Je zappe quelquefois sur LCI où on retrouve bien souvent les mêmes sujets avec certains intervenants de l'émission concurrente de la 5.
La compétence et les exposés de la plupart des invités permettent de se faire une idée sur les sujets traités. Par contre, comme vous le soulignez ce serait agréable d'y voir siéger plus souvent notre hôte et notamment sur les sujets judiciaires.

caroff

@ sbriglia | 30 mai 2018 à 09:33

Grandiose !!
Merci !

Mary Preud'homme

Au moins Fernand Raynaud avec son beau-frère "inspecteur des platanes" nous faisait rire !
On connaît tous des sachants intarissables sur tous les sujets, y compris sur ce blog (qui ne se prennent pas pour des tickets de métro) et nous considèrent du haut de leur science infuse, voire confusionnelle, comme des imbéciles...
Surtout ne pas les contrarier ou pointer leurs contradictions, erreurs, etc. car ils peuvent devenir très virulents ! Mieux vaut alors les ignorer et les laisser ronronner dans leurs délires obsessionnels.

stephane

Quelqu'un sur ce blog a-t-il entendu un expert en grimpette de façades d'immeuble ?
Il y en a certainement, on a bien eu un ex-Premier ministre expert en costards à plus de 7000 euros.

jack

@ Jabiru

Poutou à l'égard de Dassault : dans la même veine, la même finesse, la même intelligence que Filoche, lors du décès de Christophe de Margerie.
Tous les interdits sont franchis : se réjouir du décès d'un être humain.

stephane

Ici nous sommes tous experts en IPBB ou IP2B car membre de l'IAP2B ou Institut d'Analyse des Interventions de Philippe Bilger sur son blog.
Boniface et autres peuvent aller se rhabiller, ici on est des vrais.

jack

Et pourtant, les magistrats sont en permanence en quête d'avis d'experts. Et on tarde à les payer...

Jabiru

@ Claude Luçon 30 mai 2018 à 13:26

Il serait intéressant de connaître l'avis des salariés et des syndicalistes de la maison Dassault, ça m'étonnerait beaucoup qu'ils soient en phase avec l'agitateur patenté de Ford, entreprise dont l'avenir est bien sombre pour tout un tas de raisons dont le climat social et la pression syndicale.

Deviro

@ sbriglia | 30 mai 2018 à 09:33

EPATANT ! J'ai fait suivre.

finch

Dans le domaine de la santé :

Le scandale du Mediator a soulevé le problème des experts, notamment au sein d'institutions étatiques de contrôle.

Dès 2009, au fur et à mesure que ce scandale gonflait, la confiance des patients dans l’indépendance du processus de décision en matière sanitaire s'érodait. Pour restaurer la confiance de l'opinion publique, la loi n°2011-2012 du 29 décembre 2011 dite "loi Bertrand", a été promulguée. Elle était censée prévenir les conflits d’intérêts en matière d’expertise sanitaire et mettre en place une série de mesures obligatoires et contraignantes.

Cinq ans après le vote de la loi, la Cour des comptes est allée voir comment elle était appliquée dans cinq organismes publics : l'agence du médicament (l'ANSM), la Haute autorité de santé (HAS), le Comité économique du médicament (CEPS), l'Institut national du cancer (INCa) et l'Office national d'indemnisation des accidents médicaux (Oniam).

Et le bilan est ressorti plus que mitigé, faisant apparaître des "failles majeures" : l'absence de création de commission éthique, un dispositif légal largement vidé de sa portée et une interprétation très restrictive des obligations de déclaration des avantages consentis par les entreprises.

Le Pr. Philippe Even s'est étonné qu'on accorde crédit à vingt-huit experts affirmant que "les bénéfices des statines anti-cholestérol l'emportent sur les risques" étant donné leurs liens notoires avec l'industrie pharmaceutique.

Les experts au sein des hôpitaux font la pluie et le beau temps dans l'opinion médicale. Beaucoup ne sont pas exempts de conflits d'intérêt.

Près de la moitié des experts de l’EFSA🇪🇺 ont des conflits d’intérêts.

Les experts soutenaient que Rachel Carson mentait lorsqu'elle publia son best-seller Printemps silencieux au début des années soixante déplorant que les oiseaux soient décimés sous l'effet du DDT vendu à l'époque comme tueur de fourmis rouges. Les oiseaux perpétuent pourtant leur mutisme.

Dans les années cinquante, les experts 'compréhensifs' avançaient que le tabagisme ne donnait pas le cancer du poumon. Le seul ennui est qu'on sait maintenant qu'il multiplie par neuf le risque qu'il survienne.

Chacun se rappelle les prophéties illuminées d'un expert désigné prétendant, sans barguigner, que le nuage de Tchernobyl, en bon sujet discipliné, savait s'arrêter aux frontières de la France sans quelconque intention d'y pénétrer.

Les députés de la majorité présidentielle n'ont toujours pas interdit l'utilisation du glyphosate en France (dépêche d'hier). Pourtant le CIRC le désignait en 2015 comme cancérigène probable. Mais Monsanto ne saurait manipuler la science.

On n'a pas oublié le pneumologue Michel Aubier qui, affirmant devant le Sénat : « le nombre de cancers dans les pathologies respiratoires (…) liées à la pollution est extrêmement faible », avait menti sous serment sur ses liens avec l’industrie pétrolière.

La propagande des experts vendus à une cause perdue porte un nom : la manufacture du doute.

Claude Luçon

@ Jabiru | 30 mai 2018 à 11:55
"Je trouve cette saillie minable le jour du décès de Serge Dassault."

Elle est plus que minable, elle est repoussante comme l'est ce faux prolétaire.
Comment un clown mal lavé pareil ose-t-il parler de Serge Dassault ainsi ?
L'ironie est qu'il fabrique des Ford, un soudard des Américains !

Franck Boizard

@ Exilé
"Il m'est arrivé de rencontrer au cours de mon activité professionnelle un expert dans un domaine un peu pointu.
Lui ayant demandé en quoi consistait un expert, après un temps de réflexion il m'a répondu : « Un expert, c'est quelqu'un qui a été coopté par ses collègues »."

C'est la grande particularité des intellectuels que d'être jugé par leurs pairs par rapport à d'autres idées et non rapport à des résultats objectifs. Bref, ce sont des bavasseurs qui causent à d'autres bavasseurs et qui sont jugés par eux. D'où la pertinence du "préférer avoir tort avec Sartre que raison avec Aron".

Le cas est de plus en plus fréquent dans nos sociétés fragmentées où l'on est toujours plus loin du produit fini.

Quand Louis Blériot construisait des avions, son expertise était jugée par le fait que ses avions volent ou pas, pas par ses pairs.

Mais il peut arriver que même dans les métiers où un jugement objectif est possible, le jugement, erroné, des pairs l'emporte sur la réalité.

Semmelweis, obstétricien, un des découvreurs de l'antisepsie moderne, est mort à l'asile. Sous son successeur, la mortalité en couches a bondi de 1 % à 6 %. Que s'est-il passé ? Rien. On a arrêté de faire des statistiques.

Savonarole

L'expert qui m'amuse le plus c'est Gilles Kepel, il enseigne à Sciences Po, il est bardé de diplômes, il sait tout, il connaît tout sur l'Islam.
- En 2000, il publie "Jihad. Expansion et déclin de l'islamisme", il y prophétise le déclin de l'islamisme et la fin du Jihad. Il y a donc 18 ans de cela, vous suivez ?
- En 2001, pas de bol pour son éditeur, deux tours s'effondrent à New York...

Je vous épargne la suite du film, de 2001 à l'attentat de Liège d'hier...

Croyez-vous qu'il se serait retiré en chasuble dans une abbaye cistercienne, aurait fait vœu de silence et recouvert sa tonsure de cendres ? Que nenni ! Chaque fois qu'une bombe fait plus de deux morts, il est sur tous les plateaux de TV ou radio.

Paul Duret

J'aime beaucoup Sylvain Tesson et je me réjouis de sa citation "Ils sont les spécialistes de l'invérifiable".
Il se trouve qu'il y a quelque temps, j'avais écrit à jakatali pour lui dire qu’il nous bassinait avec sa prétendue érudition et qu'en général, le lecteur n'avait que peu de moyens de vérifier ses dires.
Je l'avais un peu fâché ! Mais heureusement, on ne l'entend presque plus.

Jabiru

Le syndicaliste bien connu de chez Ford, Philippe Poutou, a tweeté :
"Serge Dassault le milliardaire, une des plus grosses fortunes du pays, enrichi en fabriquant des engins de guerre et de mort, enrichi en exploitant des salarié.e.s, en volant, en trichant, en fraudant, en corrompant (que d’affaires!), Dassault ce délinquant est mort. Sans regret."

Je trouve cette saillie minable le jour du décès de Serge Dassault.
Dans la vie il y a deux sortes de comportement, ceux qui créent des emplois, de l'aide et de la richesse et ceux qui créent le désordre par leurs revendications permanentes. Rien à rajouter !

Achille

Bonjour,

« Ce billet m'a été inspiré par la si lucide et sarcastique définition des experts par Sylvain Tesson (citée par Guy Savoy dans Le Figaro Magazine) : "Ils sont les spécialistes de l'invérifiable" ».

Cette définition des experts me rappelle celle du regretté Bernard Maris qui disait : « L'économiste est celui qui est toujours capable d'expliquer ex-post pourquoi il s'est, une fois de plus, trompé. »

Je regarde assez régulièrement l’émission « C dans l’air » sur France 5, animée d’une main de fer par la sémillante Caroline Roux depuis le départ d’Yves Calvi.
Cette émission de bonne tenue réunit, tous les soirs, experts de haut niveau et fins analystes traitant d’un sujet de l’actualité.

Parmi les experts dont la compétence ne saurait être mise en doute, je citerai Alain Bauer (criminologue), Pierre Servent (expert stratégie militaire) , Raymond Soubie (expert politique sociale), Brice Teinturier (sondages).

J’aime bien aussi les analyses des journalistes Claude Weill (L'Obs), Françoise Fressoz (Le Monde) Yves Thréard (Le Figaro) et Christian Barbier (L’Express), même si ce dernier part parfois en vrille dans des démonstrations alambiquées un peu approximatives.

On peut regretter que lorsque le sujet traite de la Justice vous soyez moins souvent invité depuis le départ d'Yves Calvi, Philippe Bilger, au profit d’autres magistrats sans doute mieux placés dans la liste des invités privilégiés de l’émission.

boureau

Excellente analyse cher P. Bilger sur ces insupportables moulins à paroles.

Du creux, du toc, de l'artificiel, du vent, de l'accessoire, éventuellement du mensonge bien-pensant... voilà les expertises de nos marionnettes médiatiques.

En ce sens Emmanuel Macron est bien de son époque.

Cordialement.

Bill Boquet

@ Marc GHINSBERG | 30 mai 2018 à 01:20

Vous nous dites : "Non, ce qui est insupportable, ce sont les intellectuels médiatiques, qui spécialistes de rien, ont un avis sur tout. Compétents en rien, ils sont qualifiés pour disserter sur tout. Amateurs éclairés en tout domaine, ils illuminent de leur science les professionnels de la chose. Sachant tout sans avoir rien appris, ils tranchent avec autorité n’importe quelle question. Ceux-là sont appelés dans les studios de radio, sur les plateaux de télévision, à nous dire ce qu’il convient de penser sur tel ou tel sujet. On se demande pourquoi ils ne sont pas au pouvoir, tant pour eux les constats sont clairs, les causes, ou plus souvent, la cause du problème est identifiée, les solutions, ou le plus souvent la solution est simple et évidente."

Les personnes que vous évoquez se trouvent partout, même dans ce blog où l'on donne des cours de japonais ou de littérature, mais ils ne sont pas au pouvoir qui n'est représenté que par des sous-doués, à l'expression complexe, nommés par des surdoués pour les servir !
Toutefois vous avez un humour caché agréable à lire :
"Ces gens-là ont de la fuite dans les idées".

caroff

@ Patrice Charoulet 7h31
"Ce qui me navre et m'insupporte est d'avoir à écouter, dans les débats portant sur de grands sujets, des gens qui sont des moulins à paroles intarissables, qui nous donnent l'impression de blablater devant micros et caméras de l'aube au crépuscule. Exemple : Christophe Barbier."

Moi de même !
Je déplore que sur des sujets relativement pointus, sur la dangerosité du glyphosate par exemple ou sur la réalité du changement climatique ou bien encore sur les capacités d'endettement de la France, ne soient conviés que des généralistes qui débitent leur ignorance en tranches plus ou moins épaisses.

L'on peut également penser que le choix des experts s'effectue en fonction de la représentativité des sensibilités politiques plutôt qu'en fonction d'une approche de la vérité détenue par des scientifiques. Certes ceux-ci ne sont pas toujours d'accord, mais leurs arguments déployés dans le débat public permettent aux profanes de se forger une opinion (non définitive...).

En ce qui concerne le foot il y a autant d'avis que de supporters ou d'entraîneurs, donc je passe mon tour !!

sbriglia

Pour être invité sur les plateaux télé comme expert il convient de respecter certaines règles simples…

Tout d’abord créez votre propre Institut, dont vous serez le président ...Peu importe le domaine : les tapis de prière, les plumes de paon, l’eau minérale, la vision nocturne…

Le principal est qu’auréolé du titre de « président de l’Institut des tapis de prière » vous aurez au moins une petite chance d’être invité à un débat sur les prières de rue...

Prenez alors un air grave et attendez quelques instant pour répondre avant d’être coupé pour la nième fois par Ruth ou autre jacassante perruche du PAF.
Pour peu que vous ayez une écharpe rouge autour du cou en plein mois d’août ou des raies à la Massaï sur le crâne, votre avenir d’expert plateau est assuré.
Moi-même j’ai créé l’Institut du commentaire de blog…
J’en suis le président, le secrétaire, le trésorier et le porte-parole.
Idéal pour assister à des débats avec Roland Cayrol et autres insondables sondeurs…

J’attends les appels… suis pas pressé… J’ai une lavallière parme, le ruban torsadé rouge à gauche, le brin de muguet noir à droite…

Pourquoi du muguet noir ?
Le blanc est trop commun…

Exilé

Les experts pullulent.

Il m'est arrivé de rencontrer au cours de mon activité professionnelle un expert dans un domaine un peu pointu.
Lui ayant demandé en quoi consistait un expert, après un temps de réflexion il m'a répondu : « Un expert, c'est quelqu'un qui a été coopté par ses collègues ».

Deviro

@ Xavier NEBOUT | 30 mai 2018 à 07:41
"Nous ajouterons que l'expert interrogé est le plus souvent choisi pour dire ce qu'on souhaite entendre, donc de gauche."

Parole d'expert...

breizmabro

@ Marc GHINSBERG | 30 mai 2018 à 01:20

C'est l'heure matinale qui vous invite à un lâcher d'humour ? ("Ces gens-là ont de la fuite dans les idées"... "Heureusement le pitre n’est jamais sûr") :D

Votre commentaire est, comme souvent, juste, et justement, je le partage ;)

Lorsque j'étais photographe j'ai professionnellement opéré à côté d'experts (en tous genres d'assurances) et j'atteste que s'ils n'avaient eu mes photos sur lesquelles s'appuyer pour rédiger leurs dires, le flou aurait fait loi. Et comme disait la grand-mère de Martine : "quand c'est flou..."

Adéo

Pierre Blanchard

@ Marc GHINSBERG | 30 mai 2018 à 01:20

Ces gens-là ont de la fuite dans les idées.

Merci, tout est dit !
;-)

Xavier NEBOUT

Excellent.

Nous ajouterons que l'expert interrogé est le plus souvent choisi pour dire ce qu'on souhaite entendre, donc de gauche.


Patrice Charoulet

J'ai lu vos lignes sur « l'abus d'experts » dans les débats médiatiques.
Première remarque, j'estime, avec une très grande force, que les meilleures conversations que l'on puisse avoir ont lieu à deux. Les dialogues que vous avez eus avec un grand nombre de personnes (Zemmour, Finkielkraut, Goldnadel, Guaino, etc.) en fournissent une preuve éclatante et irréfutable.

Cela dit, la question qui se pose aux organisateurs de débats à quatre ou cinq, sur France 5, LCI, Canal +, RTL, etc. est très simple : Dois-je convier des gens qui sont censés s'y connaître sur le sujet qui sera débattu pendant une heure (on pourrait les baptiser « experts ») ou des gens qui me semblent capables de parler de tout (et que Philippe Meyer appelaient des « toutologues ». Fogiel sur RTL et Meyer dans sa célèbre émission (supprimée) sur France Culture penchant pour la seconde formule. Yves Calvi, Caroline Roux et Pujadas penchent pour la première formule. Et je partage ce dernier choix.

D'ailleurs la preuve que l'on n'écoute pas comme des oracles ceux qui sont censés s'y connaître dans un certain domaine (la sécurité, le terrorisme, les Etats-Unis...), c'est qu'ils ont des avis opposés et l'on n'assiste pratiquement jamais à une heure d'harmonie radieuse.
Les débats sur le foot, si j'ai bien compris, utilisent des journalistes de L'Equipe, d'anciens entraîneurs, ou d'anciens joueurs, majoritairement. Où est le problème ? La SEULE question que je me pose est que l'on puisse accorder, sur ce sujet sportif, tant de temps à parler de choses de fort peu d'intérêt.

Ce qui me navre et m'insupporte est d'avoir à écouter, dans les débats portant sur de grands sujets, des gens qui sont des moulins à paroles intarissables, qui nous donnent l'impression de blablater devant micros et caméras de l'aube au crépuscule. Exemple : Christophe Barbier.

Hithloday

Autre définition de l'expert :
Individu qui sait de plus en plus de choses sur un sujet de plus en plus restreint.
Le meilleur expert, c'est celui qui sait tout sur rien et, incidemment, c'est mon cas !

Marc GHINSBERG

Il est vrai que le cirque médiatique consomme une quantité industrielle d’experts, souvent autoproclamés. Il y a de faux experts, comme il y a de faux tableaux. Mais il y a aussi de vrais tableaux et de vrais experts. On n’est pas obligé de partager l’avis de l’expert, mais l’avantage de l’expert est qu’il connaît son sujet, qu’il apporte des éléments de réflexion et qu’il permet d’élever le débat. Je suis toujours intéressé d’entendre Raymond Soubie sur les questions sociales ou Gilles Kepel sur les problèmes du Moyen-Orient ou encore Jean-Marc Daniel sur les sujets économiques.

Non, ce qui est insupportable, ce sont les intellectuels médiatiques, qui spécialistes de rien, ont un avis sur tout. Compétents en rien, ils sont qualifiés pour disserter sur tout. Amateurs éclairés en tout domaine, ils illuminent de leur science les professionnels de la chose. Sachant tout sans avoir rien appris, ils tranchent avec autorité n’importe quelle question. Ceux-là sont appelés dans les studios de radio, sur les plateaux de télévision, à nous dire ce qu’il convient de penser sur tel ou tel sujet. On se demande pourquoi ils ne sont pas au pouvoir, tant pour eux les constats sont clairs, les causes, ou plus souvent, la cause du problème est identifiée, les solutions, ou le plus souvent la solution est simple et évidente.
Ce sont des prophètes du passé. Ne vous risquez surtout pas à leur demander de prévoir l’avenir. Leurs pronostics sont toujours démentis. Cela ne les gêne pas et l’émission suivante ils vous expliqueront pourquoi les choses se sont passées comme elles se sont passées. Pourquoi il était évident que les Anglais allaient voter pour le Brexit, pourquoi il était inéluctable que Trump soit élu et que Macron succède à Hollande. Ces gens-là ont de la fuite dans les idées.
Ils sont en règle générale connus pour leur notoriété. Ils ont rarement exercé des responsabilités opérationnelles, ils ne sont pas encombrés par leur expérience. Ils se donnent un air sérieux. Ce sont, par fonction, des pessimistes. La situation n’a jamais été aussi désespérée. La France, que dis-je, l’Occident court à sa perte.
Heureusement le pitre n’est jamais sûr.

Claude Luçon

Merci !
Nous avions bien besoin de ce billet !
Encore qu'un risque demeure : les experts en expertise.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS