« Trop d'experts pour trop peu de certitudes ! | Accueil | Je suis naïf et c'est compliqué ! »

01 juin 2018

Commentaires

Charles

Un titre choc pour appâter le chaland "Violons la loi, on ne risque rien !", quelques lignes après une mention "Cédric Herrou un agriculteur condamné en appel à 4 mois d'emprisonnement avec sursis" donc risquer une condamnation avec un potentiel sursis c'est ne rien risquer...

"...une telle dérive, au regard de l'éthique" : une remarque, tout le monde n'a pas le même système éthique, la même morale. Un dangereux gauchiste se vautrant dans sa bonne conscience, le pape François, sur lequel vous avez émis des billets.
Permettez-moi de vous indiquer un autre gauchiste invétéré se vautrant, Georges Pontier, président de la Conférence des évêques de France (CEF) qui indiquait « Dans la Bible, l’accueil de l’étranger est une exigence éthique qui vérifie notre conversion à la fraternité humaine ».

Lévitique 19 34 "Quand un immigré résidera avec vous dans votre pays, vous ne l’exploiterez pas. Cet immigré (...) sera parmi vous comme un indigène, et tu l’aimeras comme toi-même, car vous-même avez été immigrés au pays d’Égypte".

Ce que je reprocherais à beaucoup c'est non pas d'exercer eux-mêmes l'accueil au risque de la loi mais de le déléguer à la collectivité.

kesaco

Pour ceux qui ne les auraient pas encore vues, regardez les photos...

https://francais.rt.com/france/50818-nicolas-dupont-aignan-sur-cedric-herrou-a-cannes-un-delinquant-gauchiste-traite-comme-une-star

sylvain

@ Marc GHINSBERG | 01 juin 2018 à 08:38
"Pour en venir au fond du sujet, dans sa première rédaction la loi qui instaurait de fait un « délit de solidarité » était, de mon point de vue, en totale contradiction avec nos principes républicains. Le législateur l’a admis en la modifiant. C’est tout à son honneur."

Que pensez-vous du "délit de solidarité" des pétainistes collabos avec les Allemands ?

Les résistants étaient-ils en contradiction avec les principes républicains de l'époque ?

Heureusement les législateurs gestapistes de l'époque l'avaient admis et modifié définitivement les comportements des contrevenants.

J'en perds mon latin, en plus de mes cheveux.

Jabiru

@ Achille 01 juin 2018 à 00:41

Quand Gérard Collomb ministre de l'Intérieur fait état de "benchmarking" s'agissant des migrants, le cœur des vierges lui jette la pierre !
Finalement il ne fait que dire tout haut ce que beaucoup pensent tout bas.

olivier seutet

Autre exemple de « Violons la loi, on ne risque rien » : l’autre jour, Marc-Olivier Fogiel paradait sous l’œil extatique des bobeaux (gens qui répandent des bobards), animateurs de l’émission « C à vous » ; il expliquait qu’avec son mari, il avait fait fabriquer deux petites filles à l’étranger. Marchandisation de corps humain, trafic d’enfants, tout était oublié au profit d’une conception étrange de la liberté de faire vantée par cette vedette du PAF.

Robert Marchenoir

C'est la double infraction aux règles morales de base, propre aux communistes : un, je revendique mon mépris des lois fondamentales de mon pays ; deux, je mens en affirmant les avoir violées -- car il est évident que personne n'ira demander à ces messieurs-dames une preuve de leur vantardise.

Selon toute vraisemblance, seule une infime minorité des signataires ont réellement aidé des immigrés illégaux à rentrer ou à se maintenir en France.

De même que tout porte à croire que seule une minorité des "343 salopes" de 1971 s'était fait avorter. Et que personne n'a exigé d'elles un certificat médical.

Mais avec ce remarquable conservatisme qui caractérise les soi-disant subversifs en France, les gens n'arrêtent pas de reproduire à l'infini les mêmes gesticulations grotesques.

Vraie transgression, mais faux courage. Si tous ces poseurs avaient déclaré, pendant l'Occupation, qu'ils avaient caché des Juifs, là ils auraient risqué quelque chose. Les pétitionnaires d'aujourd'hui, non seulement ne risquent rien, mais en plus ils se vantent d'un effort qu'ils n'ont même pas fait.

Tiens ! au hasard, est-ce que Maître Henri Leclerc, signataire de cette bafouille, a partagé son toit et sa table avec des clandestins, l'espace de quelques mois ? Faites-moi rire... Il habite où, Maître Henri Leclerc ? Dans une HLM à Argenteuil ? A Clichy-sous-Bois ? A Garges-lès-Gonesse ? J'ai un doute, voyez-vous...

Marc GHINSBERG

Cher Philippe, vous écrivez :
« Elle va fragiliser encore davantage, sur le plan judiciaire, des procédures qu'il convenait d'engager mais qui peuvent déstabiliser le ministère public, comme par exemple à Nice où la relaxe a dû être requise à cause d'une confusion sur les auteurs de l'infraction. Justice sera de moins en moins faite et la loi de moins en moins respectée. »

Je ne comprends vraiment pas ce paragraphe. S’il y a eu confusion sur les auteurs d’une infraction, il est normal qu’il y ait relaxe. Quel est le rapport avec la tribune qui est à l’origine de ce billet ?

Pour en venir au fond du sujet, dans sa première rédaction la loi qui instaurait de fait un « délit de solidarité » était, de mon point de vue, en totale contradiction avec nos principes républicains. Le législateur l’a admis en la modifiant. C’est tout à son honneur.

Zonzon

ZIDÂNERIE

La journée d’hier sera à marquer d’une pierre blanche, une pierre sphérique en forme de ballon ; un ballon même pas ellipsoïdal, le plus banal qui soit !

Une offensive médiatique de grande ampleur se déversant par tous les pores possibles. Il n’était question que de cela. Tous s’y employèrent, laissant le citoyen sans passion dans le vide et le désarroi. Rien n’avait dû se passer dans le monde en ce jour.

Cette hystérie momentanée ramenait le profane à cet été 98 au cours duquel la France avait connu le plus grand des bonheurs possibles. Un bonheur dont l’artisan, le surnommé Coudboul – allez savoir pourquoi ! – avait été l’objet d’une médiatisation inimaginable pour le citoyen au cœur froid mais aux capacités d’analyse adéquate, inquiet de l’avenir de la nation.

Il n’avait échappé à personne que le petit gars issu de l’immigration, ayant grandi dans les « quartiers » de Marseille, était une aubaine pour ceux qui tenaient pour le mixage mondial des reins et des cœurs ! On avait fait ce qu’il fallait, on avait vraiment « mis le paquet » pour que ce sympathique personnage laisse une trace indélébile dans l’esprit des hommes simples. Une rémanence à réchauffer, « vite fait sur le gaz », toujours prête, on ne sait jamais, pourquoi pas, ça pourrait marcher, etc.

Toujours est-il que certains s’étaient formulés dans leur tête que cette star, bien prise en main, soutenue, orientée, briffée, canalisée et surtout contrôlée, pourrait bien accéder à une très haute marche. Et dans la même « foulée », d’autres, qui ne sont rien et qui figurent seulement sur les gradins, comprenaient bien qu’un « pied arrivé à la force du poignet » pourrait leur être présenté comme la solution idoine à leur angoisse. Un sauveur quoi !

Une opération de cette sorte, « ça pourrait marcher » ! On se remémore « Jackie Brown » dont cette formule est le leitmotiv : c’est extravagant mais ça peut marcher !

La journée d’hier : une piqûre de rappel ! Au bout de 20 ans ce n’est pas excessif ! Si nous avions l’esprit joueur et farceur des britiches il y aurait déjà des bookmakers au coin des rues qui vous proposeraient du Zidane Elysée 22 à dix contre un.

La prédiction houellebecquienne ne demande qu’à prospérer !

Achille

Bonjour,

Nous ne pourrons jamais empêcher que des illuminés se considèrent au-dessus des lois. Ils partent du principe qu’ils défendent une cause juste et noble et que les lois en vigueur sont scélérates dans la mesure où elles vont à l’encontre de leur idéal humanitaire.

C’est manifestement le cas de Cédric Herrou, agriculteur condamné à 4 mois d'emprisonnement avec sursis pour avoir aidé des migrants illégaux dans la vallée de la Roya.
C’est également celui d’Eric Piolle, l’actuel maire de Grenoble qui a non seulement remis la médaille de la ville à Cédric Herrou, mais appelle « le peuple » à désobéir. Rien que ça !

Certes le sort de certains migrants est dramatique, en particulier ceux qui proviennent de pays déchirés par la guerre civile et la corruption de leurs dirigeants, mais le fait de laisser introduire sur le sol français des migrants économiques, sans mesures d’accompagnement appropriées, partant du principe simpliste que l’Etat français trouvera bien une solution, est totalement irresponsable.
Car la France, championne du monde des aides sociales, toute généreuse qu’elle soit, ne saurait accueillir tous les peuples opprimés du continent africain qui constituent la majorité du contingent de migrants qui débarquent sur le sol français. Simple question d’échelle. Elle a déjà suffisamment à faire avec sa propre misère interne.
Charité bien ordonnée commence par soi-même !

Mary Preud'homme

Aider les migrants c'est une bonne idée, à condition de les aider de A jusqu'à Z, s'engager à leur trouver un logement, un travail, se porter garant pour toutes leurs dépenses et bien sûr leurs carences.
Que tous ces bobos qui les soutiennent commencent donc par se choisir un protégé et signer l'équivalent d'un affidavit de support en bonne et due forme. Je sais cette formule n'existe pas chez nous mais puisque ce gouvernement aime réformer à tout-va, voilà au moins une innovation qui aurait un sens, serait juste et généreuse (avec les sous de ces bons apôtres, mais pas ceux des pauvres Français qui croulent déjà sous les problèmes et peinent à aider leurs plus proches).
Chiche !

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS