« Facile de faire un film français ! | Accueil | Reconquérir la France ! »

21 mai 2018

Commentaires

Trekker

@ Mary Preud'homme | 22 mai 2018 à 20:46
"Trekker préfère s'en remettre aux allégations douteuses de M. Al-Fayed père qui tenait à tout prix à ce que l'opinion publique facilement malléable se rallie à sa version de meurtre programmé."

Désolé mais avez tout faux en ce qui concerne Al-Fayed père, et plus généralement sur les dessous de cet accident qui n’avait rien d’un complot. Avant de prendre fait et cause pour certains cadres de la PJ parisienne des années 90, vous feriez bien de lire l’ouvrage que je citais.

Je vous ferai remarquer que suite à sa parution la PJ parisienne a été d’un silence assourdissant : solidarité vis-à-vis d’anciens collègues fort bienveillants à l’encontre de démolisseurs-casseurs douteux ?

Précision, depuis le milieu des années 2000, il est quasi impossible de remettre en circulation un véhicule classé épave par un expert. La législation est plus stricte, et surtout appliquée bien plus rigoureusement.

Wil

@ Savonarole
"Lucile, hélas, n'a fait aucun commentaire sur ce mariage, pourtant les dames du blog y ont été très sensibles.
Chacune dans son style a apporté une touche au tableau." Etc.

Pfff. Le mec en manque de femme prêt à toutes les bassesses pour s'en taper une.
Pitoyable.
Il y a un truc qu'il n'a pas compris chez les femmes visiblement, c'est qu'elles font croire qu'elles aiment les mecs sensibles alors qu'elles préfèrent toujours les mâles Alpha.
Qui sait mon pauvre...
https://www.youtube.com/watch?v=6KZo-xKxuLY

Catherine JACOB

@ Mary Preud'homme | 22 mai 2018 à 19:57

Je dis que ce n'est pas ma tasse de thé. Cela ne revient pas à porter un jugement mais à exprimer une opinion.

Claggart

Luc Ferry, m'a-t-on dit, aurait reproché au Prince Harry de n'avoir jamais rien fait dans sa vie, si ce n'est d'être né.

Amusant de la part de quelqu’un qui naguère recevait un traitement de 4 500 € pour un travail d'enseignant qu'il n'assurait pas.

Et qui s'est ridiculisé pour des allégations sur des partouzes enfantines au Maroc, qu'il n'a jamais pu prouver.

Savonarole

Lucile, hélas, n'a fait aucun commentaire sur ce mariage, pourtant les dames du blog y ont été très sensibles.

Chacune dans son style a apporté une touche au tableau.

Éclairage subtil de Catherine JACOB ("Il y a Le Rouge et le Noir et il y a le Rouge et le Vert"), Mary Preud'homme, toujours militante, rectifie l'appellation "métisse", Michelle D-LEROY souligne à juste titre l'engouement des médias français pour tout ce qui porte une goutte de sang noir, comme si c'était la marque d'un gène du génie.

Lucile, vous avez quatre heures...

Patrice Charoulet

Le mensuel "L'Incorrect" de mai 2018 fait votre portrait. On vous y présente comme, je cite, la "star des cour d'assises", ce qui a dû blesser votre modestie. On y rappelle que vous détestiez le droit et que vous aviez essentiellement le goût des lettres.

Or, je viens de faire une cure de vidéos de la star du barreau suisse, Marc Bonnant. Il a mille défauts (par exemple des obsessions sexuelles récurrentes), et mille talents oratoires. Une de ses ritournelles est que l'art de l'avocat est un art littéraire. Il prétend que pour devenir un grand avocat il faut énormément lire de littérature, Eschyle, Sophocle, les présocratiques et les sophistes, ses maîtres, Shakespeare, l'auteur des Frères Karamazov... Il vénère "l'avocat" Voltaire et abomine Rousseau. Il cite avec délices Finkielkraut, Renaud Camus, Richard Millet... Il constate avec désolation qu'une foule de juristes manquent de culture littéraire.

Vous avez un point commun avec lui : une passion pour les lettres et la parole, voire l'improvisation, et peu de considération pour le droit. Et, par chance, vous n'avez pas ses très manifestes défauts.

Exilé

@ Trekker
« Ne donnez pas dans le complotisme au sujet de l’accident mortel dont fut victime la princesse Diana, c’est juste la négligence coupable de la PJ parisienne qui en est la cause. Cela a été démontré dans un livre publié en mai 2017 : « Qui a tué Lady Di ? » de Jean-Michel Caradec'h. »

Je ne me suis jamais intéressé aux circonstances de la mort de Lady Diana.
Mais, ayant visionné un jour par hasard une vidéo (en anglais) sur les services de sa Majesté britannique, j'ai tout de même été obligé de faire un rapprochement avec les circonstances de la mort de cette dernière quand l'agent interrogé sur les diverses façons de faire passer l'élimination de personnes gênantes pour un accident a évoqué l'éblouissement du conducteur d'un véhicule circulant dans un tunnel par un puissant éclair, du genre de ceux produits par des flashes photographiques...

Permettez-moi tout de même de me méfier de ce mantra de l'accusation en « complotisme » forgé par des gens qui pour certains ne souhaitent pas trop que nous nous intéressions de trop près à leurs activités pas toujours très avouables.
L'ouverture des archives de certains pays révèle parfois des surprises en matière de complots bien réels, par exemple :
http://www.mossadegh.com/index.php/fr/mohammad-mossadegh/coup-d-etat-de-1953

Et puis, de façon plus générale, l'histoire de l'humanité allant de l'homme des cavernes à nos jours et dans divers domaines (politiques, militaires, professionnels, industriels, sociaux, familiaux et même religieux) très différents n'est faite que de complots, petits et grands, ouverts ou cachés.

Mary Preud'homme

Trekker préfère s'en remettre aux allégations douteuses de M. Al-Fayed père qui tenait à tout prix à ce que l'opinion publique facilement malléable se rallie à sa version de meurtre programmé.
Nonobstant les observations des habitués du tunnel du pont de l'Alma, dont Claude Luçon vient d'ailleurs de nous rappeler avec raison quelques évidences et traquenards inconnus pour les non habitués du lieu.

Mais foin de réalisme, il faudrait à tout prix croire au complot et tenir pour mensonges les conclusions de la PJ française et de Scotland Yard réunis, John Stevens en premier lieu patron de cette illustre instance ayant dirigé l'enquête britannique chargée d'examiner toutes les hypothèses avant l'ouverture de la procédure, et ayant salué le verdict de ses homologues français qui reflétaient "exactement" selon lui, ses propres conclusions.

Mary Preud'homme

@ Catherine JACOB | 22 mai 2018 à 15:51
"Je pense pour ma part que l'idéologie féministe qui a conduit Meghan à laisser sa famille paternelle sur le bord de la route..."

Qu'en savez-vous et qui êtes-vous pour juger ?
Si cette jeune femme a été effectivement élevée par sa mère et n'a eu que des rapports conflictuels (ceci est un euphémisme) et irréguliers avec son père et ses demi-frères, ces derniers semblant en outre ouvertement racistes et déterminés à démolir sa réputation, on peut la comprendre.

Mary Preud'homme

"Peut-on aller jusqu'au bout et tenter une approche politique ? La réflexion du président de la République sur le vide qu'avait créé, en France, la décapitation du roi et sur le besoin de notre monarchie républicaine de le combler le moins mal possible, est tout à fait pertinente". (Philippe Bilger)

Louis Alphonse de Bourbon, roi de France... Porque no !
N'en déplaise aux Orléanistes dont l'ancêtre a quand même voté la mort du roi, son cousin, pour sauver sa peau !

Trekker

@ semtob | 22 mai 2018 à 01:31
"…pourquoi la France n'a pas veillé à garder certaines pièces d'une enquête qui restera à jamais ouverte…"

Ne donnez pas dans le complotisme au sujet de l’accident mortel dont fut victime la princesse Diana, c’est juste la négligence coupable de la PJ parisienne qui en est la cause. Cela a été démontré dans un livre publié en mai 2017 : « Qui a tué Lady Di ? » de Jean-Michel Caradec'h.

La PJ parisienne ne s’est jamais intéressée à l’historique de cette Mercedes qui fut volée à son premier propriétaire, et les voleurs firent juste après plusieurs tonneaux à grande vitesse ; suite à cela l’expert mandaté par l’assurance l’a classée en tant qu’épave devant être détruite…

Mais à cause du laxisme alors appliqué aux démolisseurs-casseurs, celui qui en fit l’acquisition put sans problème la réparer et la revendre. Elle fut rachetée, a priori en connaissance de son passé, par la société qui la loua pour cette soirée fatale. Même à 80 km/h, en ligne droite et hors tunnel, un accident similaire aurait pu se produire : cette Mercedes était quasiment un cercueil ambulant vu son passé.

On peut s’étonner que la PJ parisienne n’ait pas enquêtée sur le passé de ce véhicule, surtout vu l’identité des morts. Mais peut-être ne souhaitait-elle pas alors mettre au jour le fructueux trafic de certains démolisseurs-casseurs dont elle ne pouvait ignorer l’existence.

Catherine JACOB

@ fugace | 22 mai 2018 à 13:14
"On ne choisit pas ses parents !"

C'est exact. C'est même le seul point sur lequel tous les humains sont égaux. En revanche ce sont eux qui nous éduquent, la plupart du temps, dans la marge laissée par le sort, le potentiel de l'individu, et pour certains le karma.

L'avenir nous dira si le karma qui a conduit Rachel Meghan à être élevée au rang social de duchesse de Sussex était un bon ou mauvais karma (rappelons-nous l'histoire de la femme du pêcheur dans sa bouteille de vinaigre).

Je pense pour ma part que l'idéologie féministe qui a conduit Meghan à laisser sa famille paternelle sur le bord de la route et à considérer que de s'être laissé aveugler par les miroirs aux alouettes agités devant leurs yeux par une presse rapace et irrespectueuse de la vie privée était impardonnable alors que par exemple Mireille Mathieu et Céline Dion, qui se sont faites par elles-mêmes, sont très loin d'avoir oublié les leurs, tous les leurs, n'est pas ma tasse de thé.

Harry n'est pas la premier à s'être laissé séduire par une actrice et à s'inscrire dans la tradition du simulacre qui structure le pouvoir. Il y a Rainier III de Monaco qui a épousé lui aussi une Américaine, Emmanuel-Philibert de Savoie (=Emanuele Filiberto di Savoia), « prince de Venise et prince de Piémont » etc.

Mais bon, ce que visait mon décryptage, très succinct au demeurant, des codes de l'image avait plus à voir avec la position du puîné dans la famille, qu'avec l'épouse qu'il s'est choisie.

boureau

On peut avoir une âme de midinette (comme vous cher P. Bilger dans ce billet tout en fraîcheur printanière) et - en même temps - émettre quelques remarques aigres-douces comme l'humour anglais.

Ce mariage royal britannique : le summum du politiquement-correct-bobo-conservateur-anglo-saxon et le top des ultras-gagnants de la mondialisation heureuse.

Un héritier royal (au sixième degré, quand même) qui épouse une métisse : c'est chic non ? (La défunte duchesse de Windsor trouve ici sa revanche !)

Le gratin progressiste et richissime des médias américains invité à la sauterie royale : c'est chic non ?

Un évangéliste endiablé qui se prend pour Martin Luther King : c'est chic non ?

Jazz et gospels sucrés à la place de l'orgue : c'est chic non ?

La mère de la mariée - respectable et digne - déclarée illico nouvelle Michelle Obama par les médias français : c'est chic non ?

Féminisme assumé et conquérant de la promise avec cette entrée solitaire dans la chapelle : c'est chic non ?

Bref, tout cela était si moderne, si transgressif ! Les médias français étaient tout déboussolés d'un tel progressisme royal ! Avec quelques perles des ces incultes journalistes :

"La duchesse de Zussex annoncée par un des journalistes en début de cérémonie (il s'est vite repris quand même) !"

"Un happy wedding chanté par des enfants anglais, traduit - avec étonnement et pour cause - par un des journalistes par happy birthday !"

Etc.

Une bien belle journée, avec de si jolies toilettes et enfin des élégantes bien coiffées et chapeautées : les Françaises devraient en prendre de la graine !

Une bien belle journée donc ! So british : montrer la voie de la modernité et en même temps, du nouveau conformisme anglo-saxon par une royauté millénaire ! Quel talent cette famille !

Cordialement.

Mary Preud'homme

@ Michelle D-LEROY | 22 mai 2018 à 11:58

Il me semble que vous vous contredisez ; d'un côté vous affirmez qu'il serait temps de "banaliser" les origines et un peu plus loin vous pointez du doigt "ceux qui qui veulent à tout prix glorifier la mixité et gommer les différences".

A chacun son libre arbitre chère Madame ; permettez que chaque individu puisse revendiquer son appartenance ou ses choix dans ce domaine comme sur n'importe quel sujet, une liberté qui est la leur et que nul n'a le droit de confisquer au nom d'un nouveau conformisme et d'une "tolérance" factice qui masque le plus souvent des préjugés latents.

Par exemple si l'on me demande l'origine de mes enfants ou petits-enfants (tous métissés), je ne vois là qu'une question normale et sans arrière-pensées. Que je préfère de beaucoup aux allusions à peine voilées de ceux qui n'osent pas vous interroger franchement et tournent sottement autour du pot, jusqu'à ce que vous finissiez par lâcher une information afin de satisfaire leur curiosité.

Enfin, étant occupée toute la journée, je n'ai vu que quelques images de ce mariage qui m'a paru en effet être une réussite. Quant aux commentaires entendus, il me semble, à l'inverse de vous, que les médias ont beaucoup plus parlé du divorce de Meghan, de l'absence de son père etc. que de son origine ethnique... Mais peut-être que l'on ne regarde pas les mêmes chaînes.
Ce qui serait suspect selon moi, c'est que l'on n'ait pas parlé du tout de ses origines.

Quant au terme quarteron, dont je vous ai indiqué la provenance, je maintiens qu'il est très très péjoratif. Quant à n'être plus employé au sens où l'entendaient les nostalgiques de l'esclavage, cela fait bien deux siècles.
A part le général de Gaulle qui l'avait utilisé dans un tout autre contexte et d'ailleurs à tort (le confondant avec quatuor) durant les événements d'Alger.
Alors...

fugace

@ Catherine JACOB | 22 mai 2018 à 01:07
"...il a été l’un des meilleurs éclairagistes de Hollywood"

C'est tout le paradoxe des contrastes, entre ombres et lumières.

Habitué à demeurer dans l'ombre, je demeure persuadé que ce jour-là Meghan lui avait conservé une place dans son cœur.

http://www.parismatch.com/Royal-Blog/Royaume-Uni/Sur-les-traces-du-pere-de-Meghan-l-absent-du-mariage-royal-1523018

On ne choisit pas ses parents !

Claude Luçon

@ semtob | 22 mai 2018 à 01:31
"...une enquête qui restera à jamais ouverte..."

Conduisez une grosse Mercedes, lancez-la à 150 km/heure dans le tunnel de l'Alma et, en pénétrant dans le tunnel, passez brutalement de droite à gauche, vous constaterez que vous buterez, légèrement de flanc, sur la masse d'air confinée dans le tunnel, ce qui vous déportera un peu plus à gauche, là où il y a les piliers de béton et... bang !
Simple aérodynamique.

Si vous êtes moins téméraire, prenez une automobile plus petite, conduisez-la à 80 km/heure, en entrant dans le tunnel vide de trafic vous ressentirez un petit coup de freinage pour la même raison, le volume d'air confiné dans le tunnel limité dans son expansion.
Même principe que lorsque vous plongez dans votre piscine.

L'enquête ne restera ouverte que chez les adeptes du complot.
Le chauffeur aurait dû ralentir et se déplacer sur la gauche au moins cinquante mètres avant de doubler la Fiat Uno qu'il devait voir pour pénétrer de front dans le tunnel, pas en biais exposant son flanc droit.
Une pichenette d'air fatale dans un tunnel vide la nuit.

Michelle D-LEROY

@ Mary Preud'homme

Loin de moi l'idée de mépris ou de dédain pour cette belle et rayonnante jeune femme. Certes ce terme de quarteron n'est plus employé, pourtant il est exact. Il faut quand même avouer que tout le week-end nous avons entendu nos belles âmes se pâmer devant les origines de Meghan et de sa maman, employant le mot métisse à tour de bras. C'était assommant, car ce n'est pas ce qui était visible.

Alors qu'il serait temps de banaliser les origines des uns ou des autres, c'est ce rappel incessant par ceux qui veulent à tout prix glorifier la mixité et gommer les différences qui heurte et gêne devant une espèce de condescendance.
Le comble étant qu'à trop vouloir unifier, ce sont eux qui pointent les différences. Plus ils soulignent plus ils obligent à remarquer d'éventuelles différences.

Madame Ragland et sa fille, samedi, ont fait un sans-faute. Elles étaient admirables, non pas à voir avec leurs origines, la distinction n'a pas de couleur, elle est innée.

Giuseppe

Napperon dentelle et TV cube de rigueur :

Mon voisin aurait souhaité avec la tête qui remue pour la plage arrière de sa voiture 4L, introuvable.

Zonzon

Après le non événement culturel cannois une superproduction en décor naturel avec des vrais gens sans cachets et un scénario de plusieurs siècles. Nous sommes deux milliards dans la salle.

Une petite ville proprette, posée délicatement sur le gazon – England is a garden – une basilique comme on en fait plus dont on se plaît à espérer qu’elle n’aura pas le sort de Sainte-Sophie, une production en technicolor – rouge des tuniques, jaune royal, gris perle du prétendant, l’infini des bibis qui défient le champ gravitationnel – entrecoupée de plans en noir et blanc et quelques solos de vedettes : Jo Clooney, qui n’est pas le meilleur de sa génération, une bille de clown derrière des lunettes rouges qui représente le chobise, un bel homme marqué au cou de signes cabalistiques - mon petit-fils me rassérène en me précisant que c’est un sportif de haut niveau.

On entre dans l’église, les figurants sont dissimulés derrière l’ambon ; dans le chœur les stars sont rangées dans des stalles, une réminiscence du travelling viscontien dans le Guépard. La cérémonie commence. Superbe la sono, les voix anglaises séquencées par des accents du Bronx. Un prédicateur qui croit à ce qu’il raconte.

Arrive le haut moment. Une poignée de minutes. On prononce les déclarations préliminaires engageantes, on écoute des paroles définitives, un texte bimillénaire, des promesses pour l’éternité. On se souvient, on essuie une petite larme discrète, on est ému, forcément !

Enfin une poignée de secondes. Les mains se sont mêlées, les anneaux de l’alliance sont aux doigts, les anges gardiens sont juchés sur les épaules des époux, l’étole du célébrant ligature les deux personnes en un seul être, on leur précise que ce que Dieu vient d’unir nul ne pourra le désunir. Une famille vient de naître. La nation, famille des familles, s’enrichit d’une nouvelle unité.

On se prend à rêver. On assiste aujourd’hui plus fréquemment à un divorce qu’à un mariage – une proposition non logique si l’on veut bien y réfléchir. On suppute les chances de notre survie face à l’invasion d’un autre Dieu, de la naissance d’enfants nombreux ayant père réel de sexe masculin et mère authentique de sexe féminin, de la survivance de notre culture.
Gloire à la civilisation européenne ! Vive Dieu ! Rideau !

Charles

C'est toujours surprenant de voir les Français se pâmer devant la royauté britannique.
Souvent les mêmes personnes vilipendent les personnes publiques françaises quant elles affichent leur vie privée ou quand cette dernière est dévoilée à leur insu.

"Point de vue" a vraiment beaucoup de lecteurs potentiels. Peut-être le maître des lieux pourrait-il transmettre certaines adresses afin d'avoir chaque semaine un compte rendu des événements des familles princières/royales... Un abonnement collectif est peut-être même possible ?

breizmabro

Encore une pub pour H & M ! :D

H & M qui a eu cette merveilleuse idée de commercialiser des vêtements et accessoires de mode pour musulmanes (abaya pas cher, hijab pas cher, vêtements pour femmes voilées...) alors que chez nous nous n'avons qu'une présidente de l'UNEF Paris IV en hijab pour faire la promo (a-politique et non religieuse) des vêtements pas chers pour femmes-voilées-en-toute-liberté...

Ah... Oups... j'ai confondu les royautés : Suède et Angleterre. C'est ballot.

En même temps j'aurai dû le savoir car visiblement la robe de la mariée anglaise ne venait pas de chez le H & M suédois, et je n'ai vu aucune invitée porter le hijab mais que des chapeaux ridicules, les mêmes que ceux portés par des femmes libérées (de soucis financiers) qui assistent au grand prix de Diane à Chantilly.

Chaque pays a les représentantes qu'il peut ;)

sylvain

@ Savonarole | 21 mai 2018 à 23:57
"Dans ces moments magiques ce qu'il y a de formidable c'est que soudain on n'entend plus Elusen."

Mais non, rassurez-vous cher Savo, si vous le désirez j'ai les liens pour le faire revenir illico presto : "christianisé, pédophilie, islam : une chance pour la France, réacs fachos blancs de souche, sacristies, presbytères"...

Sinon y a aussi : "kss kss nonosse papatte bon chien chien, va chercher..."

Exilé

Vive les Anglais ! Ce 19 mai, ils ont su dépasser les controverses de la politique pour s'abandonner à une exclusive béatitude, se regardant dans le miroir d'une royauté sans véritable pouvoir mais, grâce à cette structurelle carence, source de lien et d'unité.

Source de lien, d'unité et surtout de continuité.

Achille

Ce qui est quand même surprenant, c’est tout ce tralala pour le mariage d’un petit-fils de la reine Elisabeth II qui est quand même sixième dans l’ordre de succession au trône, ce qui laisse peu de chance au prince Harry de régner un jour. Ceci d'autant que les deux enfants du prince William sont devant lui.

Derrière cette magnifique cérémonie à laquelle a été invité tout le gotha britannique et américain (personnalités du monde du cinéma, du show-biz, du sport…) se cache tout un juteux business sur la vente de tee-shirts, chapeaux, bibelots et autres objets de pacotille divers, ce qui a tendance à ternir un peu le côté romantique de cette heureuse union.

Mais ce mariage, même si ce n’est pas celui du siècle, a été une réussite totale. Pas d'incidents notoires, même le soleil était de la partie. Bref, mis à part quelques grincheux franchouillards, tout le monde a été ravi, à commencer par les jeunes mariés et les sujets de Sa Gracieuse Majesté. What else ?

semtob

Cher Philippe,

Le pouvoir symbolique de la Reine a sans doute plus d'avenir que le pouvoir de nos élections organisées à l'avance.
C'est un air d'intemporalité, de continuité qui se veut rassurant.
La Reine Elisabeth parcourt notre histoire avec le sourire et quel sourire merveilleux !

Vous n'avez pas souligné la beauté équestre, l'expérience de la sécurité de l'événementiel qui pourrait inspirer la France.
Souhaitons que cela ne soit pas un mariage arrangé qui se voudrait d'effacer une célèbre lady qui est toujours beaucoup aimée dans le monde.
Dans des siècles, les historiens chercheront toujours à comprendre pourquoi la France n'a pas veillé à garder certaines pièces d'une enquête qui restera à jamais ouverte. Une voiture ne disparaît pas comme cela !
Lady Di aurait donné à la famille royale des frères et sœurs au prince Harry et à son frère et les cérémonies se seraient fêtées dans une mosquée.
C'était la suite logique de l'histoire princière qui a été arrêtée par une tragédie bien singulière.
ffrançoise et karell Semtob

Catherine JACOB

"Ce qui dominait tenait à la grâce et à la beauté de Meghan, moins altières que familières, ne la séparant pas du commun des humains"

Il y a Le Rouge et le Noir et il y a le Rouge et le Vert

- accompagné de jaune œuf ou jonquille pâle. La pose des mariés est prise sur fond de passe-velours (anglais : burgundy), l'uniforme du témoin est chamarré, le cadre blanc et or des rouges est solaire.

Voir l'entier portrait

- vert Tudor mâtiné de violet


Voir l'entier portrait

Les traînes et les plis ou encore les manches et le tombé des voiles sont également très intéressants à observer.

manches XVème siècle français pour la princesse Anne; ailes du Dragon utilisé depuis Henri VII Tudor dont la devise est « Y Ddraig Goch Ddyry Cychwyn » (« Le dragon rouge inspire l'action » ou selon les traductions, « Le dragon rouge donne de l'élan »), pour les plis de de la robe de Kate à la traîne en demi-lune et au bustier d'une impeccable tenue ; traîne en forme de hache néolithique dont ruisselait le voile teinté de parme par le rai de lumière d'un vitrail pour Meghan - Rachel (sur le cliché ci-dessus le tissu de traîne est ramenée en une autre forme sur l'avant) ; barbe Henri VIII et appendices thoraciques de homard pour la veste de l'uniforme de Harry, de son témoin et des garçons d'honneur. Interesting ! Oui, vraiment.

Mary Preud'homme

Je n'ai vu que quelques images aux informations : effectivement cela semblait être un mariage de rêve !
Les histoires d'amour sont toujours touchantes et l'on ne peut que souhaiter beaucoup de bonheur à ces deux-là.
La reine Elizabeth comme toujours fut parfaite. La mère de la mariée dont on devinait à son visage marqué le dur chemin parcouru tellement attendrissante. Se souvenir que dans 16 états de son pays les mariages entre Blancs et Noirs étaient interdits et criminalisés jusqu'en 1967 et même jusqu'en 2000 en Alabama... Quel chemin parcouru n'en déplaise à ceux que cela dérange que l'on dise les choses ; ceux qui sont passés par les terribles épreuves de la discrimination ne peuvent oublier ! Honneur et respect à eux car il sont aussi les artisans de ces belles histoires d'amour, de ces contes de fées impossibles à imaginer cinquante ans plus tôt.
____

@ Michelle D-LEROY, 21 mai, 19:59
"Cette jeune femme quarteronne et non métisse..."

Il me semble que métis ou métisse est le qualificatif approprié et qu'il convient d'éviter les termes péjoratifs de quarteron (quarteronne), comme ceux de mulâtre (mulâtresse), octavon (octavonne), câpre(sse) et autres griffons et griffonnes, hérités de l'esclavage (qui en recensait près d'une vingtaine inspirés directement de l'élevage animal), l'esclave des plantations étant considéré comme une simple bête de somme !

Savonarole

Dans ces moments magiques ce qu'il y a de formidable c'est que soudain on n'entend plus Elusen.

Tipaza

J'ai retrouvé avec plaisir, chez les invités, la débauche de chapeaux que j'avais tant aimée dans My Fair Lady. Il y avait dans le film une somptueuse extravagance voulue par Cecil Beaton le créateur des costumes.

La symbolique du chapeau est celle du pouvoir, de la suprématie de celui qui le porte sur celui qui en est démuni, et Cecil Beaton dans le film envoyait un message fort dans ce sens lors de la célèbre scène au champ de course d'Ascot.

Involontairement probablement, les invités par ce choix de chapeau ont voulu marquer eux aussi, sinon le pouvoir du moins leur appartenance à une caste, la caste royale et ses associés.

On ne voit jamais de pareilles démonstrations dans les cérémonies républicaines en France, où le pouvoir est moins affiché, tout en étant aussi puissant ou plus.
Le principe d'égalité est passé par là, et c'est bien dommage, car il n'y a rien de plus plaisant qu'une belle femme avec un beau chapeau ou plus amusant qu'une laide avec un chapeau disproportionné.

Aliocha

L'unanimité pure et limpide saura-t-elle oublier que l'Angleterre aussi, décapita son souverain ?
La tache du meurtre du roi sur la parure républicaine vibre comme un aveu. Les rois épousent les bergères, les loups dévorent les agneaux.
Les vallées se remplissent des montagnes détruites, au-dessus règne l'amour.
Longue vie aux tourtereaux.

Savonarole

Ce qui est fascinant dans la royauté c'est le feuilleton, dans moins de cinq ans on apprendra leur divorce.
Véronique Raffeneau s'effondrera en larmes. Joey Starr épousera Meghan et le rouquin épousera Elton John, ça n'en finit plus, et quand c'est fini ça recommence. C'est magique.

genau

Bon, tout cela est vrai, tout, vous dis-je. On peut tout justifier à propos de ce mariage, y compris évoquer un décor de cinéma.Toutes les opinions, les lus enthousiastes comme les plus péjoratives, sont les bienvenues.
Je n'ai pas regardé le reportage, ni subi l'invasion médiatique, n'ai aucune idée des menus prévus, rien vu de la robe de la starlette hagiographée.

Cela n'intéresse personne, mais chacun y va de sa petite relation avec l'événement. Alors, pourquoi pas moi ? Mais ce jour-là, un petit fait, oh minuscule, a retenu mon inutile attention. Les Algériens abandonneraient en plein désert, à plusieurs heures de marche, les migrants irréguliers qu'ils ont pu coxer. Et ça m'a rempli de joie.
Enfin, des gens civilisés, qui nous font la leçon à longueur d'année, relayés par notre président, criminels contre l'humanité.
Peut-être que la petite migrante de Windsor, dont on ne sait si elle sera mégère a senti battre dans son petit coeur hollywoodien les dernières contractions ventriculaires d'Aïcha, de Mokhtar ou du yaouled Ali, en train de cuire au beau soleil du Sahara, à 300 km de la frontière nigériane.
Qu'on m'entende : je déteste l'Islam, et reste sceptique sur les causes des migrations. Mais enfin, il faut bien jouer une partition.

Et cela nous ramène au cinéma, dont le mariage du prince n'est guère dissociable ; à cette Madame Asia Argento qui se débattait comme un poisson hors de l'eau ; à ces otante femmes en parade de la défaite de leur mouvement, gangrenées par l'appât du gain et la désormais nécessité de travailler pour avoir un rôle.

Le duchesse de Sussex est à l'abri... jusqu'au divorce, car je crois les deux personnages assez paltoquets pour durer peut-être ce qu'a duré le ménage des parents royaux, pas plus.

Wil

"Peut-on aller jusqu'au bout et tenter une approche politique ?"

NON !

"La réflexion du président de la République sur le vide qu'avait créé, en France, la décapitation du roi et sur le besoin de notre monarchie républicaine de le combler le moins mal possible, est tout à fait pertinente."

Je ne l'ai pas entendue celle-là donc j'aurais aimé avoir le texte pour éviter tout malentendu d'interprétation mais si l'esprit est respecté elle ne m'étonne guère venant d'un blanc-bec qui se prend pour César alors qu'il n'est qu'un vulgaire guichetier de banque aux dents qui rayent le parquet, et qui a tellement flatté ses patrons qu'il a pris leurs places successives ce que certains comme M.Bilger je n'en doute pas qualifieront de "talent".

Il est vrai qu'il y a du talent dans la flatterie et la séduction parce qu'il faut être intelligent de plusieurs façons et que de ce côté Macron est doué. Très doué, la preuve. Ou alors les autres sont nuls...
Le résultat est là, il a b*isé tout le monde, même ceux qui se prennent pour des lumières et il continue.
Je crois que je l'ai déjà dit ici, Machiavel lui aurait donné le bac avec mention très bien.

Ce qui me fait le plus rire avec cette déclaration est que si elle avait été prononcée par MLP par exemple, M.Bilger l'aurait jugée comme une preuve de plus du danger de l'extrême droite et de son totalitarisme ou pire.
Vous êtes sûr Monsieur Bilger que Macron a dit "besoin de monarchie républicaine" ?
Un président de la République française qui vous dit qu'il y a un besoin de "monarchie républicaine", ça ne vous choque pas ? Moi si.
Ce type ne connaît rien aux valeurs républicaines.

Ah oui quant aux Rosbifs, c'est le sujet initial. Désolé, moi, parti ailleurs un moment pour détendre moi, je rigole en voyant Monsieur Bilger comme une adolescente attardée en pâmoison devant les fastes d'une monarchie consanguine et bâtarde (pléonasme). A-t-il acheté son mug pour l'occasion au moins ? Ce n'est qu'une pièce de théâtre permanente où tout le monde trompe tout le monde, et je ne parle pas de promesses électorales, derrière les mises en scène.

Il est déjà consternant que la populace française abrutie de trop de Hanouna et compagnie s'intéresse à ce genre d'insignifiance mais si en plus des Hommes, des vrais, des tatoués (pfuuu les féministes !), commencent à s'attendrir sur ce genre de c*nneries, mais où va la France ma brave dame ?

La  Mandragore

Rappels historiques

Dans tous les symboles de cette cérémonie retenons trois flash-back :

- le soulèvement des colons envers la couronne anglaise n'a pas laissé que de bons souvenirs dans l'histoire américaine, et ces cousins anglais sont plutôt toisés comme des retardés (au niveau des hillbilly du Tennessee pour ceux qui ont vécu aux USA) ;

- si les Anglais ont fait le grand cadeau d'abandonner aux USA les Ecossais de leur force anti-émeute du Black Watch, ils se sont vengés intelligemment, puisque la force atomique anglaise est sous contrôle américain car ils possèdent la seconde clef de mise à feu !

- la dernière, et certainement la plus grande "vengeance" des anciens esclaves africains est qu'à l'origine des fortunes des lords anglais nous trouvons les bénéfices de cette traite transatlantique via les assurances prises par tous les armateurs auprès de la Lloyd et les financements des banques de la City.

C'est pour moi le plus beau coup de pied de l’âne ce mariage ! La France et les Français sont si tristes, que nos voisins britanniques nous donnent une leçon d'union, et que la liesse là-bas nous laissent babas.

En France, nous avons le foot, les cheminots, et la contestation en général, censés fédérer, qui illustrent une misère identitaire sans nom !

Ellen

Très belle cérémonie de mariage. Meghan était sublime dans sa robe, sobre mais si élégante. Qui aurait cru il y a encore quelques années que la monarchie anglaise se modernise autant, grâce aux enfants et petits-enfants de la Reine qui ont été les premiers à souffrir à cause des mariages arrangés dans le seul but d'embellir la couronne royale et en délaissant l'amour du coeur.

Savonarole

Dès que j'ai lu le commentaire de Véronique Raffeneau j'ai commandé sur Amazon une assiette à pancakes et un teapot de chez Fortnum & Mason of London à l'effigie des deux jouvenceaux.
Même s'ils divorcent dans moins de cinq ans, cela ne dépareillera pas mon coffre Louis XIII.

Claude Luçon

"La réflexion du président de la République sur le vide qu'avait créé, en France, la décapitation du roi et sur le besoin de notre monarchie républicaine de le combler le moins mal possible, est tout à fait pertinente."

Ironie de l'Histoire !
La royauté britannique rentre de façon spectaculaire dans le XXIe siècle quand chez nous, en France, les sans-culottes de Mélenchon et Martinez continuent la Révolution et défilent dans les rues sans les fourches mais avec les Black Blocs.

Jean le Cauchois

@ Véronique Raffeneau
"Rien ne nous était étranger. La certitude que notre monde est aussi celui de la beauté, de la félicité et de l'harmonie"

Je partage : merci à vous de l'avoir rédigé. Mais aussi un grand merci à Philippe, qui a su mettre en perspective cette association anglo-américaine. Et aussi merci pour avoir choisi la Jaguar Type E avec le volant à gauche. Que de bons souvenirs partagés et, en prime, la présence du prince Philip... et de son arrière-petit-fils le prince George. Le temps passe, et passe plutôt bien pour la famille des Windsor.

Michelle D-LEROY

Quelle belle cérémonie en effet.
Harry, ce jeune prince dont tout le monde garde en mémoire l'image émouvante de lui, enfant, marchant derrière le cercueil de sa mère et cette belle Meghan, nous ont offert un moment de grâce et de félicité, nous permettant d'oublier les habituelles et dures informations.

"Un moment de futilité dans un cadre somptueux", ce n'était que du bonheur. Nous avons regardé une famille royale avec ses divergences mises un moment entre parenthèses, et la maman de la mariée, discrète, émue et digne. Une belle femme, qui après une vie quelconque n'en revenait pas de se trouver là.

J'ai beaucoup aimé l'attitude attentive pour ne pas dire princière du Prince Charles qui, d'une part a accompagné en partie la mariée à l'autel et d'autre part a pris en charge Mme Ragland, si seule, avec naturel, à la sortie de l'Eglise, comme si elle faisait partie de leur monde.

Le Gospel : un instant de bonheur. Des voix superbes et un groupe très classe qui ne dénotait pas dans cette atmosphère grandiose. Un évêque anglican américain qui a vanté l'amour sous toutes ses formes, un peu longuet mais drôle.

Par contre ce que j'ai déploré, c'est cette surmédiatisation de l'événement non pas pour l'événement lui-même mais pour les commentaires presqu'indécents sur la mariée au prétexte qu'elle était métisse. En quoi cela lui donnerait plus de gloire, de beauté et de qualités que sa parfaite belle-soeur, par exemple.
Ce critère des journalistes béats d'admiration m'a agacée tout au long de la journée et m'a rappelé l'élection de Barack Obama. Cette jeune femme quarteronne et non métisse plaît à nos bien-pensants non pas par sa simple beauté ou son intelligence, ses qualités de coeur, mais parce qu'elle ferait partie de la diversité. Assommants nos commentateurs. Un peu comme si nous devions apprécier plus Alexandre Dumas que d'autres écrivains ou Julien Clerc que d'autres chanteurs. Aimons-les pour ce qu'ils sont avec leur immense talent, leurs qualités et même leurs éventuels défauts comme tant d'autres de leur pairs blancs, noirs ou métis, hommes ou femmes.
Progressistes et banals les commentaires ? Pas pour moi, car pointer du doigt sans cesse cette différence et les origines, c'est une forme de discrimination… à mon sens.

Laissons cette nouvelle duchesse de Sussex vivre dans le calme de son nouveau statut et souhaitons-lui tout le bonheur possible auprès de son mari, si ému samedi. J'ose espérer que les paparazzis et les journalistes ne seront pas trop envahissants avec eux. La différence avec Diana, c'est qu'elle n'est pas une oie blanche et qu'elle saura les remettre à leur place, car je pense qu'elle sait ce qu'elle veut, une différence entre les femmes d'avant et celles d'aujourd'hui.

Lucile

@ Achille | 21 mai 2018 à 15:22
"Je suis sûr que Lucile y est allée de sa petite larme ! 😜"

On trouve les signatures de Harry et Meghan, ainsi qu'une analyse (prudente) à l'adresse suivante :

https://www.townandcountrymag.com/society/tradition/a19601516/meghan-markle-handwriting-analysis/

Solon

Martin Deltombe : le mariage a coûté cinquante millions de dollars à l'Angleterre... C'est effectivement très onéreux. Mais par ailleurs, il a rapporté, selon les économistes, un milliard de livres à l'économie britannique. Quel bel investissement ! Une fois de plus, nos commentateurs font preuve d'un manque total de réalisme, en bons idéologues de l'égalitarisme, ce dont les Britanniques se moquent éperdument. Quand l'esthétique se marie avec l'économique, vive les weddings...

Mitsahne

On a le droit de ne pas aimer les Anglais (c’est viscéral) ce qui n’empêche nullement d’apprécier le spectacle qu’ils ont donné au monde samedi dernier.

Foin de tous les râleurs qui crachent sur l’aristocratie, les chapeaux, les flaflas, les flonflons, les millions prétendument dépensés (mais qui rapportent beaucoup plus) et les inévitables comparaisons avec les pauvres gens qui crèvent de faim, sans-abris et autres damnés de la terre.

La télé nous a offert samedi quelques heures non pas de rêve mais de spectacle enchanteur auquel on n’est pas obligé d’adhérer mais agréable à regarder. Cela nous change des actualités françaises qui ne nous montrent, depuis quelque temps, que des grévistes agressifs, des gares pleines de monde qui attendent un train qui ne viendra pas, des tableaux horaires d’avions annulés, des casseurs cagoulés détruisant des commerces devant une police qui a reçu l’ordre de rester immobile, des facultés dévastées par de vrais et faux étudiants, des hordes de migrants ahuris sans avenir venant grossir des populations parasitaires, des zadistes (NDDL) qui narguent deux mille gendarmes qui abattent quelques misérables cabanes en tôle ondulée aussitôt reconstruites…

Tout cela coûte beaucoup plus cher que la gentry en carrosse et les pompes de la cour britannique qui, elles, ne nuisent à personne. Je me suis plus réjoui du chapeau de Camilla et de la marche martiale de Sarah Ferguson que des apparitions calibrées de notre président de la République. Les foules enthousiastes de Windsor sont un poil plus classe que les braillards d’avant-match d’un quelconque OM-Atlético Madrid.

Alphonse Allais disait : « l’Angleterre est une ancienne colonie normande qui a mal tourné ». Et un anonyme a ajouté : « La cuisine anglaise : si c’est chaud c’est de la soupe, si c’est froid c’est de la bière, mais les vrais connaisseurs disent que c’est le contraire. »

Mais pour le faste des mariages princiers, ils sont inégalables.

Patrice Charoulet

J'ai lu avec intérêt votre texte consacré au mariage princier qui a eu lieu en Angleterre.

Par les hasards de la vie, je n'avais jamais regardé à la télé le mariage d'un roi, d'une reine ou d'un prince.
D'une part, vingt ans en Afrique subsaharienne et treize ans dans un DOM n'avaient pas facilité les choses à cet égard. D'autre part, mes centres d'intérêt, littéraires, philosophiques et politiques essentiellement, ne comportaient pas ce genre de spectacle. Enfin, même si littérairement et langagièrement, le siècle de Louis XIV est mon préféré, j'incline plutôt à me considérer comme un républicain de droite.

Républicain, républicain ? je n'irai pas jusqu'à réagir comme Mélenchon qui a surjoué le républicain version Ropespierre et qui, interrogé sur l'événement dont vous parlez, a répondu : « On s'en fout » et a ajouté que toutes ces scènes télévisées étaient un « exercice de dressage ».

Curieusement, j'avais suivi, contre toute attente, un reportage informant sur le parcours de la future mariée. Cela m'avait amusé. Une jeune fille qui avait ouvert des boîtes dans une émission TV, une petite actrice de petits films américains, etc. Je m'étais justifié, auprès de ma chère femme, en alléguant ma curiosité pour ce parcours atypique, et en lui disant : « En tout cas je ne regarderai pas le mariage, ça n'a aucun intérêt ».

Le jour du mariage, toutes les radios, toutes les télés ne parlant que de ça, j'ai été embarqué et scotché au petit écran.

J'ai été étonné de voir Serena Williams, George Clooney et sa femme, un célèbre chanteur anglais... J'ai vu le très vieux mari de la reine. Les paris étaient pris pour savoir si la reine serait en rose ou en vert. Ce fut en vert. Autre grand sujet : le fait, paraît-il, que la mariée n'était pas blanche, mais, a-t-on dit, je cite, « métisse ». Si on ne savait rien d'elle, si on n'avait pas vu sa mère, indéniablement noire, on aurait pu croire qu'elle était espagnole, italienne, mexicaine... ou française. On a beaucoup insisté sur sa part « africaine ». D'où les gospels, d'où le prédicateur noir, qui en a fait sourire plus d'un par son agitation, sa volubilité...

Quant au marié, avec cette tête-là, balayeur, pompier, charcutier, il n'y a pas une probabilité sur un milliard que cette jeune femme aurait voulu se marier avec lui.
Le marié pense être aimé pour lui-même, je crois pouvoir avancer qu'il n'en est rien. Mais est-elle unique en son genre sur terre ? Pour elle, c'est le plus beau conte de fées. Elle a incontestablement décroché le gros lot. Elle a fait des millions d'envieuses.

Véronique Raffeneau

Oui, mille fois oui, Philippe.

J'ai adoré cette cérémonie.

Les fleurs, le temps radieux, la beauté de la mariée. Son sourire miraculeux, leur bonheur. Meghan Markle avançant seule, le chant sublime qui l'accompagnait.

Toute cette beauté m'a émue aux larmes.

"Dans la formidable sympathie qui s'est extériorisée à l'égard de l'un et de l'autre, il y avait la certitude d'un capital d'humanité, de sensibilité et de gentillesse qui abolissait les frontières et constituait un monde à part comme le nôtre."

Rien ne nous était étranger. La certitude que notre monde est aussi celui de la beauté, de la félicité et de l'harmonie.

Robert

Je rejoins August | 21 mai 2018 à 16:48.

Ceci étant, l'évêque américain a fait un sermon un peu "shocking" pour l'aristocratie anglaise. Pour le reste on était dans le plus pur "politiquement correct" de la Grande-Bretagne actuelle : la monarchie se met aussi à faire peuple. Sans doute excellent pour l'image perçue par la population britannique.

J'ai surtout trouvé déplacé les youyous à la sortie d'un office religieux anglican.

Giuseppe

Les gens aiment ces fêtes, elles sont le miroir de leurs envies sans doute, de leurs frustrations pourquoi pas, des rêves auxquels ils n'accèderont jamais.
J'ai toujours eu beaucoup de mal à comprendre ces phénomènes, même si cela peut faire du bien - mais à qui ? -, c'est un mélange confus de sueur pour les humbles, d'artifices et de misère cachée pour ceux qui n'iront pas, au mieux d'indifférence pour une majorité qui s'en fiche aussi royalement.

Le défilé de l'inutile, du vain, le mobile de Calder agité sous les yeux d'un public qui tente de se rassurer, public bon enfant et curieux de voir ce monde qui existe et qu'il ne peut même pas imaginer, lui qui compte tous les mois et souvent les fins de mois se chevauchent.

On a vu les résultats de la Coupe du monde de foot de 1998, Black, Blanc, Beur, pour la vie et l'union définitive au bout de la nuit, la cohésion pour des siècles et des siècles… Mouais…

Bill Boquet

Vive les Anglais et à bas la Macronie-escroquerie et ses supporters débiles et mauvaises langues.

Italie : les futurs dirigeants demandent à la France de se mêler de ses affaires.

Cette Europe pourrie par des truands nous n'en voulons plus, revenons aux fondamentaux.

A bas les escrocs, à bas Macron et sa bande de rigolos et pour ses immigrés retour à leur case de départ ou alors en finir de suite et sautons !

August

Que les Britanniques aiment les fastes de leur monarchie, cela ne me gêne aucunement. Mais que six chaînes de télé françaises, pas moins, se vautrent dans une sorte de délire anglomaniaque en consacrant la journée entière de samedi à retransmettre un événement somme toute insignifiant au regard des problèmes du monde, le tout accompagné d'ineptes bavardages et de commentaires lècheculatifs façon Stéphane Bern, cela me fut proprement insupportable.

Martin Deltombe

La royauté perdure malheureusement en Angleterre. Dans ce pays, elle n’a jamais servi à rien, et elle ne sert toujours strictement à rien.
Au 20e siècle, la guerre contre le nazisme n’a été dirigée que par le Premier ministre, Churchill, qui avait promis en 1940 « du sang, du labeur, des larmes et de la sueur ».
La famille royale, par contre, se planquait dans son bunker sous Windsor.

Quelques chiffres : le mariage de Kate et William a coûté 50 millions de dollars à l'Angleterre, et donc aux contribuables. Plus un jour de congé payé pour la totalité du pays, c’est-à-dire une réduction de 1/365e du PIB !

Chiffre manquant, que l’on ne connaîtra certainement jamais : le prix du coût de vie de ces pantins. Pantins qui osent malgré tout encore améliorer leur train de vie pharaonique en faisant du marketing !
C'est fou quoi !

Suis-je seul à penser que cette cérémonie entre un type qui se prétendait nazi et cette femme qui se prétendait comédienne est une cérémonie obscène juste bonne à amasser de l'argent dont ils n'ont même pas besoin ?
Qu'ont-ils fait dans leur existence pour mériter une telle attention médiatique ?
Rien.
Le marié a passé sa jeunesse de beuveries en beuveries, il a piqué la place d'un élève pilote d'hélicoptère de l'armée - un vrai militaire lui - pour assouvir un caprice de gamin et il passe désormais son temps à se faire prendre en photo.
La mariée avait les dents qui rayaient le parquet et a passé sa vie chez le dentiste. Bref, on a l'impression que même les parents se sentent gênés par cette opération de com juste destinée à nous faire oublier le Brexit.

Et au final les deux mariés vont passer le reste de leur vie à faire ce qu'ils ont déjà fait : se regarder le nombril.

Le plus fort dans cette absurdité, c'est qu'ils vont entraîner des milliers de personnes à le faire avec eux.
Merci aux médias de nous rappeler notre sottise.

Achille

Bonjour,

Eh oui, même en l’an de grâce 2018, il existe encore des histoires de prince charmant. Certes, la bergère a été remplacée par une actrice américaine et divorcée de surcroît. Ça fait moins poétique, mais nos amis anglais qui sont restés très fleur bleue ont pu oublier ce 19 mai, l’espace d’une journée, les attentats terroristes, les tueurs fous dans les collèges américains, le Brexit et leurs petits soucis quotidiens,
Je suis sûr que Lucile y est allée de sa petite larme ! 😜

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

  • Causeur
    causeur.fr du 13 octobre "Philippe Bilger, le style fait l'homme", par Thomas Morales
  • Le Point
    Philippe Bilger : « Le mur des cons a fracturé la confiance dans la justice », lepoint.fr du 11 octobre.
  • Sud Radio, "Le Grand Matin"
    Tous les vendredis de 8 h 45 à 9 h 15, débat dans la Matinale de Patrick Roger.
  • CNews, "L'Heure des Pros"
    Tous les mercredis de 9h à 10h30, animé par Pascal Praud.
  • Sud Radio "Les Vraies Voix"
    Tous les jours du lundi au vendredi de 17h à 19h, émission de débat et de divertissement animée par Christophe Bordet.

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS