« Entretien avec Laurent Luyat | Accueil | Jair Bolsonaro, coup de tonnerre ou inéluctable conséquence ? »

28 octobre 2018

Commentaires

Florence

Macron est "généreux" avec l'argent et la vie des autres.
Ce n'est pas lui qui paie, ce n'est pas lui qui subit les conséquences dans sa vie de tous les jours d'une immigration qui impose petit à petit sa loi.

Je n'arrive même pas à comprendre qu'intellectuellement on puisse soutenir que l'intégration des deuxième et troisième générations de l’immigration n'a pas marché et "en même temps" en vouloir toujours plus. C'est de la folie pure et simple.

En fait, Macron n'est pas sincère. Une fois de plus, il joue un rôle. Il aurait dû faire du théâtre, il aurait dû être acteur.

sylvain

Mon message d'encouragement et de soutien à Viktor Orban et la réponse :

"Bonjour M.Orban, les Français trahis par Macron aimeraient avoir un chef d'Etat comme vous, tenez bon, continuez votre très bonne politique de protection des frontières de votre pays et ne vous laissez pas envahir par les migrants ! BRAVO A VOUS !"

"Orbán Viktor Club Köszönjük a Miniszterelnök Úr, Orbán Viktor nevében is biztató szavait ! Önöknek, Franciáknak pedig olyan formátumú Államfőt, Miniszterelnököt kívánunk, mint a Magyar Miniszterelnök Úr, Orbán Viktor !! Üdvözlettel : Nagy József szerkesztő
Merci pour vos paroles encourageantes au nom du premier ministre, Viktor Orbán. Pour vous et les Français, nous souhaitons un chef d'Etat, premier ministre, comme le premier ministre hongrois, Viktor Orbán ! Salutations, Grand Joseph rédacteur en chef."

J'ai l'intention d'en envoyer des similaires à Salvini et Bolsonaro, ce sont des gens comme eux qui peuvent nous délivrer des pestes mafieuses de cette UE traître à ses peuples, trafiquants d'esclaves migrants, criminels humanitaires.

Manor

Vous dites "le Bien serait le triomphe d'une Europe authentique alors que le Mal serait nécessairement son tombeau".

Alors réfléchissons à cette citation de Shakespeare qui nous dit dans Macbeth, scène II de l'acte IV : « Nous vivons dans un monde où faire le mal est bien souvent louable et faire le bien parfois dangereuse folie ».

Marc GHINSBERG

Le démocrate Macron ou l’autoritaire Orban ?

"Macron est à la tête des forces politiques soutenant l'immigration. De l'autre côté, il y a nous qui voulons arrêter l'immigration illégale" (Viktor Orban)

Ce serait ainsi, nous dit Philippe, qu’Orban traduirait ce que Macron désigne comme l’opposition entre progressistes et populistes.

Il n’est pas question de nier l’importance du sujet de l’immigration dans le débat des prochaines élections européennes. Mais de mon point de vue, l’opposition entre les deux camps qui sont d’accord sur un point : l’affrontement, est beaucoup plus fondamentale. Le désaccord porte sur la conception même de la démocratie. Face à l’idée d’une démocratie libérale, se dresse l’idée d’une démocratie illibérale dont Orban s’est fait lui-même le théoricien. Il ne s’agit pas ici de libéralisme économique, mais de libéralisme politique. Dans la démocratie illibérale, si les dirigeants sont bien élus au suffrage universel comme dans les démocraties libérales, non par le peuple qui serait Un, mais par la majorité des citoyens qui s’expriment dans les urnes, les libertés publiques se trouvent rapidement réduites. Comme l’écrit l’essayiste américain Fareed Zakaria :
« En même temps qu’est consacré le pouvoir de légitimation et de sanction du peuple (au moyen d’élections librement organisées), les libertés publiques (de la presse, d’organisation partisane, etc.) ne sont pas reconnues au prétexte qu’elles parasiteraient l’expression libre et immédiate de la volonté générale, et le peuple est uniquement appréhendé sous les espèces d’une totalité que l’on ne saurait décomposer. »

Il n’est pas étonnant que ces régimes semi-autoritaires fleurissent dans les pays de l’ancien bloc soviétique où ce que l’on appelait alors les libertés formelles n’étaient pas tenues en très haute estime.

Voilà l’opposition de conception de la démocratie qu’Emmanuel Macron mettra en lumière, selon moi, et qui recoupe la lutte entre progressistes et populistes.

Elusen

« ...avec son clivage entre progressistes et populistes, il l'amplifie. Se méfier des peuples est la pire des solutions. » (PB)

Populiste et peuple, c’est la même chose pour vous ?!
Vous avez raison nous ne devrions point nous méfier des peuples, longue vie aux Tutsi et aux Hutus !

Macron serait progressiste en plus.

Un type qui prône le retour du servage par son action sur le Code du travail, sa réforme des retraites alors que l’âge qu’il retient est celui où la majorité des pauvres meurent.
L’inégalité sociale face à la mort, nous pourrions aussi en parler et du mensonge sur la moyenne d’âge.
La moyenne d’âge étant faite en éliminant de la statistique tous ceux qui sont morts avant 60 ans. Ce n’est pas une moyenne d’âge, contrairement à ce que disent les politiques et la presse, mais ce que les statisticiens appellent l’âge médian. La majorité des pauvres sont morts à 67 ans !

Un type qui prône la ploutocratie (le pouvoir à la puissance financière) par son action politique.

Un type qui se nourrit du libertarisme, seuls les riches doivent exercer le pouvoir, sans compter l’extermination des pauvres.

Un type qui s’autoproclame Dieu.

Et vous osez parler de progrès, remarquez rien n’a jamais interdit aux progressistes d’utiliser la violence pour parvenir à leurs fins selon la définition du dictionnaire du CNRS.

  • partisan du progrès, d'une modification de la société par des réformes ou des moyens violents

Ceux qui en 1648 prônaient l'esclavage des noirs et la promulgation du Code de l'esclavage parlaient de progrès eux aussi.
La bombe nucléaire fut appelée un progrès.
La Gestation pour Autrui certains l’appellent également un progrès.

À New York, quand la Protection de l’enfance a décidé de rendre rentables ses orphelinats et foyers pour enfants en faisant des enfants des cobayes pour l’industrie pharmaceutique, ce fut appelé un progrès, malgré les morts.

Le progrès, c’est aller vers l’avant, même si c’est un mur.
La vie nous fait progresser vers la mort, ça c'est certain.

Exilé

Le généreux Macron ou le brutal Orban ? 

Cher monsieur Bilger, j'entends bien que vous avez volontairement chargé le trait de façon quelque peu simplificatrice et provocante, il n'en demeure pas moins que rapprocher le qualificatif généreux de la personne de M.Macron qui est l'antithèse même de cette qualité (et même vertu) de par sa personnalité d'un égocentrisme exacerbé et dénuée d'empathie envers les gens à commencer par ceux qui devraient lui être naturellement les plus proches, relève du non-sens et suscite même un certain malaise.

De façon plus générale, tous ceux qui n'ont de nos jours que le terme générosité à la bouche, en se montrant généreux avec l'argent et les biens des autres tout en les exposant à devoir subir des obligations, des entraves, des incommodités, des désagréments, des nuisances, des peines voire des risques de vol, de mort ou de viol etc. ne sont en fait que les avatars des Pharisiens.

Enfin, la générosité relève d'une attitude personnelle, librement consentie et non pas de la réponse à une obligation édictée par quelques apparatchiks qui veulent se faire bien voir à bon compte.

Ellen

Que Macron nous sorte l'article sur le traité de Lisbonne qui imposerait à l'Europe des 27 les migrants illégaux de l'Afrique ? Aucun texte du traité ne stipule que notre Europe a l'obligation de les accueillir par centaines de milliers et doive subvenir à leurs besoins matériels, financiers, éducatifs et de santé.

Ce que Macron veut, c'est voir l'Europe envahie par les Africains musulmans et installer l'islam. C'est son grand remplacement dans son nouveau monde ? EM n'a rien compris. Vu la vitesse à laquelle ils se reproduisent, les caisses de la CAF et de l'Assurance Maladie seront vides. Et qui va payer pour les renflouer ? Et bien, les pauvres imbéciles de Français.

Je dis non, non et non à l'immigration clandestine. Que les politiques assument leurs erreurs et d'avoir mis cette pagaille monstre dans les pays d'Afrique. Ce n'est pas aux peuples de payer l'addition.
Avec Macron, nous sommes assurés d'avoir plus de bidonvilles, de misère, de violence et de chômage.
S'il veut la guerre civile, il l'aura !

"Le généreux Macron ou le brutal Orban ?" (Ph.B)

Les réalistes Orban et Salvini et le traître naïf Macron !!

Lucile

Les Hongrois sont mithridatisés contre la moraline. Macron a une vision infantile de la politique internationale s'il croit qu'en reprenant des discours culpabilisants à la soviétique à l'égard des ex-pays satellites, ça marchera. Cela marchera d'autant moins que les Hongrois ne font pas entièrement confiance à l'Ouest non plus. Le traité de Trianon leur est resté en travers de la gorge, Yalta les a asservis à Moscou, et la révolte de 1956 où on les a laissés se débrouiller face aux Russes après les avoir encensés, leur ont appris que personne ne défendrait leurs intérêts sinon eux-mêmes.

Le joug de l'Union européenne est incomparablement moins dur que le joug soviétique, qui pillait littéralement les pays satellites et maintenait l'ordre par la terreur, mais il n'est pas démocratique. En fait, surtout depuis le Brexit, ce sont les gouvernements allemands et français qui entendent diriger politiquement l'Europe et imposer à des pays qui n'en veulent pas une politique d'immigration insensée. Un référendum européen rejetterait sans doute la politique d'immigration que Macron veut imposer. Macron est à la tête d'un pays en état de faiblesse économique, il y remédie d'une façon qui ne pourra même pas stabiliser la dégringolade, mais cela ne l'empêche pas de jouer les matamores, alors que la France n'est plus un exemple pour aucun pays d'Europe, et que sa politique d'immigration ne fait envie à personne.
Ce n'est pas de la négociation, et c'est du petit jeu.

Ça, c'est la manière. Ne parlons pas du fond, qui consiste à peupler l'Europe en quelques années, irrémédiablement, d'une forte proportion d'Africains. Un tel tournant dans l'histoire de l'Europe n'est pas voulu par les peuples qui la composent actuellement, il faudra bien que Macron tienne compte de cela.

Je crains que nous lui ayons donné trop de pouvoir.

PR CALGUÈS

Voilà ce qui arrive quand on place à la tête d'un pays un adolescent de classe terminale, brillant théoricien certes mais bien "tendre", et surtout nul en Histoire !

Marcel P.

Ferrand, Benalla, etc., tant de noms sont désormais au coeur de l'actualité, sans conséquences de fond sur les agissements et discours d'Emmanuel Macron. Sans conséquences sur ses appuis - la presse traditionnelle notamment. Aucune raison que ça change ; le seul changement possible est la remise en cause de l'ensemble.

Achille

Bonjour,

Il n’y a pas que Viktor Orban qui soit brutal concernant la gestion du flux des migrants qui déferlent d’un peu partout dans le monde, en particulier d’Afrique.

Il y a aussi la Pologne dont on se demande bien ce qu’elle fait dans l’U.E. vu qu’elle achète massivement ses équipements aux USA, ce qui ne l’empêche pas, au demeurant, de nous envoyer ses plombiers à bas coût et ses routiers qui viennent défoncer nos routes avec leurs 35 tonnes remplis de fruits et légumes bourrés de pesticides.

Il y a aussi l’Italie qui veut absolument nous fourguer ses migrants en provenance de la Libye et s’indigne que les autorités françaises les refoulent à la frontière.

Il y a la Grande-Bretagne qui s’emploie à bloquer à Calais qui est désormais leur frontière (on se demande bien pourquoi ?) les migrants qui veulent absolument se rendre en Angleterre, vu qu’ils parlent parfaitement l’anglais. Effet boomerang de la colonisation de certains Etats de l’Afrique subsaharienne qui, une fois obtenue leur indépendance, sont devenus des dictatures sanguinaires.

Il y a aussi les pays nordiques qui pendant longtemps ont servi de modèle démocratique et étaient cités en exemple pour leur capacité à accepter toute la misère du monde, mais qui aujourd’hui s’emploient à protéger leurs frontières.

Il y a l’Allemagne qui, après l’accueil généreux d’Angela Merkel et les problèmes rencontrés par les petites Allemandes face à des migrants en manque, a finalement opté pour l’immigration sélective qui consiste à n’accueillir que les migrants diplômés : médecins, ingénieurs, scientifiques de haut niveau. Oui, il y en a !

Et puis il y a, bien sûr, la France pays des Droits de l’Homme qui voudrait bien, elle aussi, jouer les humanistes généreux.
La France qui a connu les attentats meurtriers de 2015, qui doit faire face un taux de chômage critique, une dette qu’elle ne parvient pas à réduire et un paysage politique complètement ravagé, au point que dans chaque parti règne une pagaille indescriptible.

Alors que faire face à ce fléau mondial, en France comme ailleurs ?
Je pense qu’on peut déjà commencer par "séparer les variables" en sélectionnant les réfugiés de pays en guerre et les migrants économiques.
Et donc accueillir dans des conditions décentes les premiers, et refouler sans états d’âme les seconds.
C’est un peu brutal mais en situation de crise il ne faut pas avoir la main qui tremble, n’en déplaise aux humanistes bon teint qui ne manqueront pas de s'indigner.

Robert

Vous posez parfaitement, Monsieur Bilger, les deux éléments de l'alternative et vous dénoncez en creux la posture morale de monsieur Macron.

Toutefois, l'on attend toujours les éclaircissements annoncés sur l'idéologie progressiste du président de la République et de son parti LREM. Ce sont des affirmations pour l'instant péremptoires et monsieur Macron reste dans une certaine idéologie du Bien et du Mal, lui étant par définition dans le camp du Bien, ceux qui ne le suivent pas étant nécessairement dans celui du Mal.

Le Peuple, ce "lépreux", les peuples en général sont ce qu’abhorrent monsieur Macron et les dirigeants de l'Union européenne. Ce en quoi, alors qu'ils se prétendent démocrates, ils sont en réalité opposés à la démocratie puisque remettant systématiquement en cause les choix des peuples qui ne vont pas dans le sens de la ligne tracée par nos élites bruxelloises !

Les demandes réitérées de nouveau référendum sur le Brexit en sont une évidente traduction, comme cela a été le cas précédemment pour certains pays comme l'Irlande ou le Danemark, voire le contournement du vote négatif du peuple français au référendum de 2005 sur le traité constitutionnel. La même remarque peut être formulée quant au projet de budget de l'Italie retoqué par monsieur Moscovici.
Et ce sont ces dirigeants qui donnent des leçons de démocratie aux autres pays...

Compte tenu de l'attitude crispée et du caractère de monsieur Macron, je crains, Monsieur Bilger, que la synthèse que vous semblez souhaiter soit impossible et que les positions ne se durcissent encore plus à l'approche des législatives européennes.

Claude Luçon

Dans son interview récente sur France 24, Alain Duhamel, dont on peut croire en sa longue expérience de journaliste politique, théorisait que Macron ne déviera pas de la ligne qu'il s'est fixée même si le prix en est de sacrifier sa réélection en 2022.
Une devise du genre "En Marche ou Crève" !

C'est de plus en plus l'impression qu'il donne et qui est facile à croire quand on a analysé son passé et bien écouté ses déclarations.
ENA, Inspection des Finances, Rothschild, Elysée de FH, Bercy, Elysée pour lui et Brigitte tout seuls, un peu de PS au passage : il ne croit pas aux longues carrières.
Il est du genre touche à tout ! Tout ? Enfin au moins là où il y a des sous !
Il lui restera le Secrétariat général de l'UE puis celui de l'ONU.
Dans un sens comme dans l'autre il aura marqué son passage à l'Elysée et notre Histoire car il l'aura fait au moment où une autre révolution technologique et sociale du monde est en cours comme à la fin du 19ème siècle.

Il n'aura que 45 ans en 2022, rien à perdre, et au fond de lui-même il pense aussi peut-être : "Après moi le déluge" et pourra, si UE et ONU sont exclues, s'occuper des vieux jours de Brigitte dans le luxe réservé à nos ex-Président car il est à parier que c'est un statut qu'il ne changera guère.
Et, à 45 ans, il aura de longues années à consacrer à faire des conférences à 500 000 $ comme Clinton, pas des bagatelles à 50 ou 100 000 € comme Sarkozy.

Son objectif est de changer la France et l'Europe, son futur de toute façon est garanti.
Une autre sorte de pari stupide ! Mais du genre gagnant/gagnant.

A propos d'interview, Philippe pourrait-il nous offrir un entretien avec Alain Duhamel ?

Noblejoué

"Une synthèse entre le généreux Macron et le brutal Orban serait bienvenue."

Ceux qui veulent paraître bons ou durs n'ont pas le loisir de réfléchir à des solutions intelligentes.
Et ils n'auront pas la grâce qu'elles leur tombent du ciel.

Disgrâce méritée : prendre la pose plutôt que s'attaquer aux problèmes ne mérite pas mieux.
En plus, il y a l'hypocrisie, les "ouverts" sont contents que ça ferme ailleurs, sinon, on aurait plus de flux, les fermés que ça ouvre ailleurs, ils peuvent toujours suggérer, si j'ose dire "d'aller se faire voir chez les Grecs".

La vérité n'est pas ésotérique mais elle ne se donne pas non plus, il faut la chercher.
Enfin, la vérité telle que chacun peut l’appréhender, à son époque, avec son intelligence, son caractère et sa culture.

Xavier NEBOUT

Hier encore, il a fallu que notre pervers narcissique national se montre, cette fois pour pleurer sur onze morts aux USA, et avant-hier sur le journaliste arabe (un habitant de l'Arabie saoudite).

Mais évidemment rien sur la Chine avec ses millions de bagnards politiques et ses centaines de milliers d'assassinés pour prélèvement d'organes.
Et évidemment rien sur les morts du Yémen parce que du côté des méchants Iraniens.

Et bien évidemment comme depuis toujours, tout ennemi de la gauche progressiste autrement dit destructrice de la civilisation, est un nazi.

Il est en train d'être aussi estimé au plan international qu'en France.

Il est fou et abject.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

  • Causeur
    causeur.fr du 13 octobre "Philippe Bilger, le style fait l'homme", par Thomas Morales
  • Le Point
    Philippe Bilger : « Le mur des cons a fracturé la confiance dans la justice », lepoint.fr du 11 octobre.
  • Sud Radio, "Le Grand Matin"
    Tous les vendredis de 8 h 45 à 9 h 15, débat dans la Matinale de Patrick Roger.
  • CNews, "L'Heure des Pros"
    Tous les mercredis de 9h à 10h30, animé par Pascal Praud.
  • Sud Radio "Les Vraies Voix"
    Tous les jours du lundi au vendredi de 17h à 19h, émission de débat et de divertissement animée par Christophe Bordet.

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS