« Honte certes, mais qui peut être fier ? | Accueil | Emmanuel Macron n'aurait pas pu convaincre... »

27 novembre 2018

Commentaires

Achille

Les mots ont leur importance surtout dans une chronique, même à France Inter.
Mais ils exigent quand même une certaine préparation avant de les formuler.
Il semble que Frédéric Beigbeder ne l’ait pas compris. Il suffit d’écouter sa chronique improvisée du 15 novembre dernier.

https://www.youtube.com/watch?v=Sj76bK0jUXY

Mais à voir la tête totalement déconfite de Nicolas Demorand, je pense que, malgré tout, sa chronique n’était pas totalement ratée.

Ainsi qu’on pouvait s’y attendre, dans sa chronique du 29 novembre, il annonçait son départ.
Son côté un peu dilettante ne semble pas avoir été apprécié par la direction de Radio France, très sourcilleuse sur la qualité de ses humoristes, ainsi que ses fidèles auditeurs l’avaient remarqué.
Pendant trois ans il nous a fait la démonstration que sous ses airs de faux nul, il était capable de sortir quelques fulgurances, mais trop rares, il est vrai.

https://www.youtube.com/watch?v=RZyXWVm7I9A

Personne n’est totalement mauvais, finalement. Je trouve cela plutôt rassurant.

Robert Marchenoir

@ breizmabro | 29 novembre 2018 à 16:33
"Que faites-vous des 80 milliards d'évasion fiscale que, sauf preuve contraire comme dirait Elusen, PERSONNE ne cherche à rapatrier ?"

Eh bien, pour commencer, il me semble l'avoir déjà écrit. Je considère la fraude fiscale comme un devoir civique.

Je ne plaisante qu'à moitié. Cela étant dit, on peut rappeler quelques notions économiques. N'en déplaise aux nombreux névrosés qui s'expriment dans ces colonnes, il est ici question d'impôts, et donc d'économie.

Vous faites un amalgame entre l'évasion fiscale et la fraude fiscale. La première est parfaitement légale : elle consiste à éviter l'impôt lorsque c'est possible. Je suis certain que vous pratiquez, vous-même, l'évasion fiscale. C'est le cas si vous avez dix euros sur un livret A de Caisse d'épargne, ou mille euros sur une assurance-vie.

Les estimations concernant la fraude fiscale sont essentiellement de la propagande. Il est, par définition, impossible de connaître son montant. La source de ce genre de chiffres, ce sont en général les syndicats des fonctionnaires des impôts, dont on connaît la scrupuleuse objectivité.

L'oppression fiscale provoque mécaniquement l'évasion et la fraude fiscale. La taxation excessive (surtout lorsqu'elle ne parvient même pas à équilibrer les dépenses) n'a pas pour remède la lutte contre la fraude fiscale, laquelle a d'ailleurs ses limites ; elle a pour remède la fin de la taxation excessive. Et donc la baisse des dépenses publiques.

Au fait, je pensais que le mouvement en cours était une protestation contre l'excès d'impôt ? Et que vous le souteniez ? Donc vous êtes à la fois pour l'impôt, et contre l'impôt ? Il faudrait vous décider.

A moins, bien sûr, que vous ne soyez, comme tant de nos compatriotes, contre l'impôt qui vous frappe, et pour celui qui frappe autrui. C'est bien le problème. C'est bien pourquoi le régime politique en vigueur, en France, est la lutte de tous contre tous, au travers de cette fiction que l'on appelle l'Etat.

Si cette situation vous convient, personnellement elle me désole. Il devrait être manifeste que non seulement elle instaure une atmosphère détestable dans la société, mais qu'elle n'est pas viable. Il n'est pas possible d'aboutir à une société prospère, puissante et pacifique sur la base de ce principe. Ce n'est pas une question d'opinion ; ça ne peut tout simplement pas marcher. On le constate en ce moment même.

Arriveriez-vous, d'un coup de baguette étatiste, à supprimer toute fraude et toute évasion fiscale, que vous n'auriez toujours pas résolu le problème. Il existe un phénomène qui se traduit par la courbe de Laffer, et qui s'explique de façon simple : personne n'a envie de travailler pour le roi de Prusse.

Si le roi de Prusse vous prend 40, 50 ou 70 % de ce que vous gagnez, eh bien devinez ce qui va se passer : vous allez arrêter de travailler. Vous allez préférer ne rien gagner, ou pas beaucoup, ou bricoler au noir, ou ne rien faire et toucher les allocs, plutôt que que de vous casser le dos au bénéfice de l'Etat.

Et c'est bien ce qui se passe en France. A tous les niveaux de revenus et de l'échelle sociale. Au-delà d'un certain niveau de taxation, les recette fiscales de l'Etat baissent, car le taux a beau augmenter, les sommes taxées diminuent plus vite. C'est la fameuse courbe de Laffer.

Comment allez-vous faire pour remédier à cela ? En dehors d'écrire des commentaires rigolos sur Internet ?

Ceux qui en ont la possibilité s'expatrient, ceux qui ne le peuvent pas se retirent tout simplement de l'économie. Vous allez instaurer les travaux forcés ? Je suis frappé par la faible attention qui est portée au chômage, dans les commentaires. Voilà pourtant ce qui nous distingue de la plupart des pays comparables, qui eux aussi ont à subir la mondialisation, l'immigration, etc.

Le chômage, en France, est deux à trois fois supérieur à celui de nos homologues. Depuis près d'un demi-siècle maintenant. Et tout le monde a l'air de s'en moquer.

Maintenant, vous ramassez cette très mauvaise idée qui traîne depuis un certain temps, dans les coins les plus fangeux des lieux de débauche intellectuelle socialiste, et qui consisterait à imposer en France les Français établis à l'étranger.

Comble de la mauvaise foi, ce sont des anti-américains forcenés qui prennent cette idée dans l'arsenal législatif américain. Les stato-gauchistes sont vraiment à la rue : ils ne savent plus quoi trouver pour alimenter le foyer du gigantesque incendie fiscal qu'ils ont allumé. Ils parcourent le monde à la recherche des idées les plus nocives et les plus scélérates, dans le but de faire rentrer quelques euros de plus.

Oubliez tout de suite cette idée idiote. Premièrement, les gauchistes vous mentent. Les Américains ne sont pas imposés aux Etats-Unis lorsqu'ils sont établis à l'étranger. Ce n'est valable qu'au-dessus d'un certain niveau de revenus, assez considérable.

Deuxièmement, l'administration fiscale aux Etats-Unis est quasi nazie. Ce n'est certainement pas un modèle à imiter. Ce qui la sauve est que le taux global d'imposition y est bien moins élevé qu'en France. Mais nous avons déjà nos fachos à domicile à Bercy, je ne vois pas l'intérêt de les envoyer en stage chez Staline. Si Donald Trump a amélioré l'état de l'économie américaine, c'est en diminuant les impôts. Pas en les augmentant !

Troisièmement, mon petit cours d'arithmétique sur Carlos Ghosn ne vous a visiblement pas suffi. Ce n'est pas en harcelant fiscalement une poignée de supposés "riches" partis à l'étranger qu'on rétablira l'équilibre du budget, qu'on supprimera le chômage et que les Français auront les moyens de vivre décemment. Les chiffres sont sans commune mesure.

Et finalement, que croyez-vous qu'il arrive, lorsque des graines de dictateurs s'efforcent malgré tout d'appliquer votre idée à la noix ? Eh bien ! il y a quelques années, les riches Américains établis en Suisse se sont mis à faire la queue, à la porte de leur consulat, pour renoncer à la nationalité américaine. Justement parce que leur administration fiscale s'était mise à faire du breizmabro.

Le chauvinisme imbécile des Français leur fait croire que la nationalité française est une espèce de don divin auquel on ne saurait renoncer, quelles que soient les avanies que vos gouvernants vous imposent. C'est faire preuve de beaucoup d'arrogance.

Nous avons la preuve par les faits qu'au-delà d'un certain niveau d'oppression, les gens sont prêts à renoncer même à la nationalité américaine, qui est infiniment plus recherchée que la nationalité française.

Et devinez quoi : ce sont précisément les expatriés que vous voudriez taxer, les entrepreneurs, ceux qui créent des emplois, les talentueux et les énergiques, les "riches", comme disent les envieux socialistes, qui ont le plus de facilités pour obtenir la nationalité de leur pays d'adoption.

Quant au fait que l'Etat ne lutterait pas contre la fraude fiscale internationale, vous devez habiter dans un terrier depuis vingt ans, pour dire une chose pareille. S'il y a eu une évolution spectaculaire dans la plupart des pays, à cet égard, c'est justement l'aggravation exponentielle des accords juridiques et des mesures techniques qui ont rendu caduques des pratiques qui étaient fréquentes auparavant.

Dernier point sur les "Gafa". Je vous saurais gré de ne pas présumer ce que "je dois sûrement penser" à leur sujet. Posez-moi la question, ce sera à la fois plus rapide et plus correct. A condition que vous soyez disposée à écouter la réponse, naturellement.

La concurrence fiscale internationale est une bonne chose. C'est une excellente chose qu'il existe des paradis fiscaux, qui permettent de limiter, par la force de la concurrence, les exactions des enfers fiscaux envers leurs entreprises.

La France est un enfer fiscal. Le mouvement en cours est une révolte fiscale. C'est la preuve de ce que j'affirme. On ne fait pas régner la vertu en promouvant le vice. Si vous êtes contre les mains aux fesses et les promotions canapé, vous êtes contre pour Harvey Weinstein comme pour Momo le catho, chef de rayon chez Carrefour. Pour l'impôt, c'est pareil.

Le problème, avec les "Gafa", ce n'est pas qu'ils profitent de la concurrence fiscale. C'est qu'ils ne payent pas d'impôt du tout. Je caricature, bien sûr. Ils en payent. Mais ils payent une partie significative de leurs impôts dans des pays-boîtes aux lettres, où il n'y a pour ainsi dire pas d'impôts. Pas dans des pays libéraux qui, fort justement, attirent les entreprises chez eux grâce à une imposition modérée.

Et devinez quoi : c'est justement cette "Europe" sur laquelle vous tapez tant, qui inflige des amendes considérables et de très lourdes obligations réglementaires aux "Gafa" que vous vouez aux gémonies. Seule l'Union européenne a, à la fois, le poids économique et la volonté politique de contraindre les "Gafa" à cette "régulation" que réclament tant les "anti-système". Et elle le fait. Ça marche.

Les souveraino-facho-trumpo-machin, en Amérique, sont à plat ventre devant l'Union européenne, qu'ils inondent de larmes de reconnaissance pour sa lutte contre les "Gafa" mondialistes et "ultra-libéraux".

Mais les mêmes souveraino-facho-trumpo-trucs, en France, n'ont toujours pas percuté.
______

@ caroff | 29 novembre 2018 à 12:46
"Cependant, je devine que sans le savoir, certains exercent une critique libérale de notre merveilleux système économique en s'interrogeant sur l'efficacité plus que médiocre de la dépense publique. Etre tondu, pourquoi pas si en regard notre système éducatif, notre Justice, notre sécurité publique, notre politique migratoire étaient à la hauteur..."

Je pense, au contraire, que cet argument doit être pourchassé sans relâche. Il entretient le mythe de la "bonne" dépense publique, qui serait opposée à la "mauvaise". (C'est la thèse de Marine Le Pen.)

Il entretient les Français dans l'illusion que le problème serait qualitatif. Ce n'est pas le cas. Il est quantitatif. Un euro de dépense publique ne peut pas être bon ou mauvais, selon qu'il est observé de gauche ou de droite. Il est toujours mauvais. La bonne dépense publique, c'est celle qui est faible.

De la dépense publique bonne ou mauvaise, on passe très vite à la notion de "gaspillage", et le gaspillage, comme chacun sait, c'est l'argent dépensé en faveur des autres. Chaque Français a d'excellentes idées pour que la dépense publique soit plus "efficace", et, en gros, ça se résume à faire payer l'impôt aux autres, et me donner les subventions à moi.
______

@ Savonarole | 29 novembre 2018 à 13:05

Votre commentaire à mon sujet, en plus d'être d'une consternante sottise, est d'une saloperie considérable.

Elusen

@ breizmabro | 29 novembre 2018 à 16:33

C’est raté pour Omar Sy !
Il paie des impôts sur tous ses revenus perçus en France !

Il est à Los Angeles parce qu’on lui propose des rôles aux USA.
Parce qu’il n’est pas connu et que cela lui permet de vivre normalement.
X-men, Jurassic World, Transformers : https://www.imdb.com/name/nm1082477/

Charlotte Gainsbourg aussi vit aux USA, Dany Boom tout autant.
Alexandra Lamy vit aussi au UK, ainsi que Jean-Jacques Goldman, pour ce dernier, c’est parce qu’il suit sa femme une chercheuse qui a un poste en UK.

Ce que vous n’avez pas compris, c’est que tout salaire, droit d’auteur, rétribution, perçu en France est soumis à l’impôt en France, sans compter qu’il faut une convention avec le pays de résidence, etc.

Aux USA, aux UK sachez que les gens paient aussi des impôts.

Le truc de l’évasion fiscale, ou optimisation, c’est pour les entreprises avec des astuces juridiques. Il faut créer une espèce de fausse entreprise qui aura pour mission de payer des royalties à une autre entreprise, ainsi vous sortez les bénéfices, la presque totalité des revenus du bilan comptable de cette espèce de fausse entreprise et c’est ce qui reste qui est soumis à l’impôt.

Exemple, Amazon Fr tous les clients français lui paient les produits, mais elle va prétendre qu’elle doit payer 80% de ses revenus à Amazon Inc pour faire usage de son nom, payer des royalties, donc ce sont des frais de fonctionnement et non plus des revenus.

Amazon Inc va se baser dans un paradis fiscal où elle ne paiera presque rien.

Les entreprises font cela pour tout, y compris le dentifrice pour Colgate, etc, les Gafa n’ont rien inventé, ils ont repiqué la technique aux entreprises.

Pour les USA et la banque française, ils pratiquent le racket sur les entreprises françaises, c’est de la concurrence déloyale, vous remarquerez qu’ils ne font jamais cela avec les entreprises US.

--------------------------------------------------------------------

@ Claude Luçon | 29 novembre 2018 à 15:13
▬ « ... vous verrez qu'eux n'ont pas de complexes ... »

Et ?!
Ils peuvent se balader les fesses à l’air, en quoi serais-je concerné ?

▬ « ...une famille est un ensemble de personnes d'un même sang... »

Me dois-je de vous expliquer ce que seraient les groupes sanguins ?
Toute la famille aurait le même sang ?! Oui rouge !

Même sang pour le papa et la maman, tu m’étonnes que les mômes soient des attardés.

Une personne noire de groupe A+ peut donner son sang à une personne blanche du même groupe, de fait votre théorie du sang se casse la figure là.

▬ « ...nous sommes le peuple qui... »

Ouais, nous partons dans un délire sans rapport avec vos affirmations sur l’ethnie, comme s’il s’agissait d'une argumentation scientifique.

Le Professeur Jean-Loup Amselle anthropologue, ethnologue, directeur d’étude à l’EHESS - Ethnie : https://www.petit-fichier.fr/2018/11/29/ethnie/

  • À travers les différentes acceptions recensées apparaissent un certain nombre de critères communs tels que : la langue, un espace, des coutumes, des valeurs, un nom, une même ascendance et la conscience qu'ont les acteurs sociaux d'appartenir à un même groupe.

    L'existence de l'ethnie résulterait donc de la coïncidence de ces différents critères. Hormis la proximité de la notion d'ethnie avec celle de « race », on voit combien sa définition est entachée d'ethnocentrisme et combien elle est tributaire de la conception de l'État-nation, telle qu'elle a pu être élaborée en Europe. Le dénominateur commun de toutes ces définitions de l'ethnie correspond, en définitive, à l'idée d'un État-nation à caractère territorial, d'un État au rabais. Distinguer en abaissant était bien la préoccupation de la pensée coloniale. Et, de même qu'il était nécessaire de « trouver le chef », de même fallait-il trouver, au sein du magma des populations conquises, des entités spécifiques.

    Le concept d'ethnie avec ses ambiguïtés a été adopté par beaucoup d'ethnologues, qui étaient confortés en cela par la politique des administrateurs coloniaux en Afrique et en Asie et dont la préoccupation principale concernait l'identification des races.

Donc rien à voir avec une nationalité, ni une pathologie, une maladie, un QI ou encore un délire sur le groupe sanguin.

Bernardo Bertolucci, quand même, étant donné que ce fil n’aura servi à rien :
https://www.imdb.com/name/nm0000934/

Claude Luçon

@ Elusen | 29 novembre 2018 à 21:11

CC Valery | 29 novembre 2018 à 08:25

A propos de QI relisez mon texte et celui de Valery et essayez de les comprendre !
Ou demandez à quelqu'un avec un QI de seulement + ou - 100 de vous les expliquer.

Giuseppe

Juste un petit plaisir de fin de soirée, le cinéma et le chant, Bernardo Bertolucci pour la vie et la beauté par la voix.
On fête son centenaire cette année, exceptionnel cadeau qu'il nous a légué.

https://youtu.be/pV3qdpG51FE

Giuseppe

Pour bien comprendre et prendre la température à une petite encablure de samedi. Toulouse et sa région.
Partout on ressent cette détestation des politiques et autres corps intermédiaires, et là on n'est pas dans un rond-point au milieu de nulle part...

https://www.ladepeche.fr/article/2018/11/29/2915887-opportuniste-recuperateur-gilets-jaunes-veulent-melenchon-samedi-paris.html

Elusen

@ Valery | 29 novembre 2018 à 08:25
« …en quottant une toute petite partie et en évitant soigneusement les autres… »

Que d’imbécilité dans votre intervention, puisque j’ai donné toute la source par le lien direct vers le dictionnaire du CNRS. Je n’ai donc rien caché.
http://www.cnrtl.fr/lexicographie/ethnie

Par contre vous, source : néant !

La stupidité de votre intervention se marque par le fait que vous ne suiviez qu’à moitié, puisque Claude Luçon, lui, rattache l’ethnie à un statut juridique, ensuite à une pathologie médicale.
L’intervention étant de lui démontrer que cela n’avait rien à voir avec ses affirmations.

Vous ne savez pas plus ce qu’est une ethnie, un Quotient Intellectuel (QI), ou une race.
1°- La race n’existe pas, clairement établie par la génétique, une vraie science pour le coût !
C’est un concept politique de l’exercice du pouvoir.

2°- L’ethnie est un fourre-tout pour celui qui veut classer, mais toutes les définitions en retiennent la culture et la langue.

Professeur Jean-Loup Amselle, anthropologue, ethnologue, directeur d’étude à l’EHESS
Ethnie : https://www.petit-fichier.fr/2018/11/29/ethnie/

3°- Le QI ne peut pas se mesurer, il n’a aucune réalité scientifique, car l’intelligence n’a pas de définition propre d’un pays à l’autre, d’une culture à l’autre et elle se rattache au bon vouloir de ceux qui exercent le pouvoir.

L’intelligence n’est pas collective, donc les Noirs, les Blancs, les Jaunes, c’est raté pour vous !

Une femme noire étant physicienne des particules est certainement plus intelligente qu’une blanche Valery esthéticienne.

L’intelligence, à l’ordinaire, c’est une tentative de se définir par rapport à une supériorité à l’animal et une infériorité à son Dieu. Nous voyons très vite ce qui est recherché quand les Blancs militaires aux USA prétendent pouvoir mesurer l’intelligence des Noirs.

Alors que selon Georges Clemenceau :
- La plus petite unité de mesure du litre, c’est le millilitre. La plus petite unité de mesure du kilo, c’est le milligramme. La plus petite unité de mesure de l’intelligence, c’est le militaire.

La preuve, exécrant le pouvoir dans ce que j’écris, j’ai décidé d’employer deux mots pour qualifier votre hasardeuse intervention.

Mais hélas pour vous, toujours sans rapport avec Bernardo Bertolucci.

hameau dans les nuages

@ Robert Marchenoir | 29 novembre 2018 à 10:18

Non, monsieur Marchenoir il ne s'agit pas d'un fatras de doléances apparemment sans queue ni tête malgré que le dénominateur commun soit le revenu. C'est bien plus que ça. Dans un divorce c'est souvent quelque chose d'anodin qui déclenche la tempête dans les cerveaux. Une vaisselle pas faite ou une poubelle qu'on n'a pas descendue. C'est beaucoup plus profond et c'était prévisible avec quelqu'un faisant le mariole et le beau pendant que la France est aux fourneaux.
Là le divorce est consommé. Et il est fort à parier que Manu quitte le domicile conjugal avant le terme de la procédure.

Quand les peuples cessent d'estimer, ils cessent d'obéir . Rivarol.

Mary Preud'homme

La Noire dont parle Marchenoir, à savoir Priscillia Ludosky est française de longue date, originaire du département de la Martinique.

Quelqu'un pourrait-il dire à ce garçon que la couleur de peau n'est pas une nationalité ?

Merci.

breizmabro

@ Robert M. 29 novembre 2018 à 10:18

Ok les Gilets jaunes ne sont pas votre tasse de thé vert MAIS que faites-vous des 80 milliards d'évasion fiscale que, sauf preuve contraire comme dirait Elusen, PERSONNE ne cherche à rapatrier ?

Vous qui êtes un libéral, ne seriez-vous pas, comme aux Etats-Unis, pour que les citoyens français du monde payent leurs impôts sur leurs revenus, en France ? (j'fais un p'tit coucou à Omar Sy ou à Laeticia Hollyday (hollyday pour "vacances" de l'argent que des gogos français ont dépensé pour acheter un truc impérissable ;))

Naturellement vous devez trouver normal que les GAFA soient exonérés d'impôts sur leurs sociétés dès lors que celles-ci se sont domiciliées en Irlande ou dans le Luxembourg de Juncker (Président de la Commission européenne, un peu comme Cahuzac ministre du Budget après avoir été président de la commission du Contrôle budgétaire à l'Assemblée nationale, qui luttait contre la fraude fiscale).

L'Europe, quelle belle invention pour l'évasion fiscale ! Surtout ne la détruisons pas disent les potes banquiers de Macron ! Et lui, bon petit soldat, mis en place par eux, il lutte avec ses petits... discours pour persuader le prolo que sans l'Europe on reviendra aux années 30, en tenant la main de Darmanin qui voit la peste brune poindre à l'horizon (même un scénariste de film d'horreur ne peut faire mieux).

La Société Générale a été mise à l’amende lundi dernier par diverses agences américaines à hauteur de 1,34 MILLIARD de dollars pour avoir, selon les autorités américaines, violé différents embargos économiques.

Qui va payer cette somme rigolote ? l'Europe, Bercy-la-finance ? la BCE ?

Pas du tout, juste leurs agences "off shore" (il est vrai que "off shore" c'est tout de même plus classe que "paradis fiscal" et c'est sans doute parce que la Société Générale le vaut bien, comme le Crédit Lyonnais, ou autres que nous allons découvrir..)

La question subsidiaire est : d'où vient cet argent amassé dans les agences off shore non imposables (les "off shore") ?

Adéo Robert M.

Noblejoué

@ Aliocha
"Sauf que, Noblejoué, "l'amortel", comme vous dites, est mortel, et greffer son cerveau ou je ne sais quoi à une machine est aussi la fin de l'individu tel qu'il a été créé"

En effet, vous ne savez pas grand-chose et ne réfléchissez pas davantage. "L'être humain tel qu'il a été créé", on commence fort, on ne sait pas s'il a été créé. Et s'il l'a été, il n'est pas dit que le perfectionner soit un mal, mais enfin, on veut le faire croire à partir de ce qu'on a vaguement entendu dire sur des techniques balbutiantes.
Donc on met sous le tapis la question de principe, est-il bien ou mal en soi de se perfectionner ? Ensuite, on agite des dangers éventuels sans voir les dangers réels et actuels d'un corps de viande, mais je ne vais pas sortir le musée des horreurs médicales, merci.

"La nature en cela est fort bien faite car vous admettrez qu'il est bon que l'évolution ne s'arrête pas au phénomène Noblejoué, ou Aliocha, et que ces petits événements que nous sommes ne prennent leur valeur que par leur adhésion au vivant."

Je n'admets rien du tout, c'est vous qui essayez de faire dire aux gens ce qu'ils ne disent pas.
Moi : sur Dieu puis l'évolution.

Bon, l'évolution... Les êtres s'adaptent, ce qui veut dire, survivent le temps de transmettre leurs gènes. Ils ne font pas des efforts, par exemple, le zèbre pour être rayés, ils ont des caractères utiles, indifférents ou nuisibles selon un environnement changeant.
Les gènes proposent, l'environnement dispose, et le progrès n'existe pas, les êtres d'aujourd'hui ne sont pas plus adaptés que ceux de n'importe quelle époque, par exemple. C'est la théorie de la Reine rouge, on court pour rester à la même place.

Il n'y a aucune valeur dans ce mécanisme... Mais on peut fort bien le piloter, il suffit de trouver des techniques pour se prolonger, sans compter s'adjoindre diverses adaptations.
En le faisant, nous nous comportant en vivant qui lutte pour sa survie, et en humain qui le fait par la technique.

"C'est une forme d'évolution à consentir librement, comme si, politiquement, on passait de la tyrannie à la démocratie.
C'est un choix, et vous pouvez préférer vous arrêter à vous-même, et livrer à la machine ou au suicide, ce qui revient au même, la somme de souffrance que peut représenter la vie si l'on ne sait pas se soumettre à sa toute-puissance, et de soi-même se décentrer."

C'est une évolution de soumis de consentir "librement" à ce qu'une situation vous impose. Votre comparaison politique n'a pas de sens, qui m'impose quelque chose qui m'opprime est un tyran, me soumettre à lui ne fait pas un rapport démocratique.
Je me préfère à soit un Dieu oppresseur soit à une nature absurde, il y a de quoi, en effet. Le suicide permet de se libérer de ce qu'on refuse, c'est une porte de secours très utile. Pour reprendre l'exemple de la tyrannie, celui qui se tue est immensément supérieur à celui qui se soumet "librement" au tyran... Je vous préviens, le but n'est pas d'être supérieur aux soumis mais de ne pas devenir inférieur à ce que l'on est.
Et je ne prétends pas en être capable, ou non, d'ailleurs, je dis que tel est le but, et qu'il faut donc si possible amasser du courage, de la technique, une forme physique suffisante et des objets adéquats pour le cas où... Cela peut être aussi pour éviter d'autres mauvais pas, d'ailleurs.

"Se livrer à la machine".

Toujours à côté mon pauvre Aliocha, il y a deux familles d'immortalistes, et je suis de ceux qui préfèrent une immortalité dans la chair.
Mais je ne crache pas sur la machine... Toute technique a ses risques, mais de l'autre, nous avons, sûr et certain, avec peut-être un passage par la maison de retraite et la sénilité, la mort.

Or si la mort est une issue pour éviter une sorte de vie de mort-vivant, d'esclave et autres sorts combien peu enviables !
...si je peux m'en garantir, je préfère de loin la vie.

J'espère, je fais ce que je peux pour ne pas subir... Vous trouverez autant de passifs que vous voudrez dans l'univers, mais enfin, tout le monde ne dit pas amen à notre triste sort.

Aux autres une morale du décentrement qui ne va toutefois pas jusqu'à savoir lire l'autre, non, la question de Dieu ne m'obsède pas, et je ne tire pas du tout de l'Evolution les conclusions que vous voulez y voir.

J'ai une morale de la justice, je vais contre un sort injuste, et me décentre assez pour souhaiter que tout le monde accède à la dignité de ne pas croire que tout va très bien madame la marquise alors que non, voire qui sait que nous passions d'un qui perd gagne, pour ceux qui le veulent, à la mort de la mort et à une intelligence augmentée.

Zonzon

Madame Michelle D-LEROY, laquelle selon ses dires aurait été une administrée du Franco-Catalan Valls avant d’être orléanaise - ville où l’on peut posséder un appartement de 12 pièces, 4 salles de bains sans être soumis à l’ancien ISF - ne devrait pas s’en prendre à ces salauds de « riches » ayant hérité d’un 4 pièces parisien et qui devaient se passer de vacances pour acquitter cet impôt !

Cette année, grâce à Bijou VI le Souhmis, ils vont pouvoir s’offrir deux semaines à Bandol !

Claude Luçon

@ Elusen | 28 novembre 2018 à 22:46

Larousse nous dit qu'une ethnie est d'abord un groupement humain de structure familiale...
Larousse ajoute qu'une famille est un ensemble de personnes d'un même sang.
On peut en conclure que le sang étant porteur du système génétique, une ethnie a aussi un aspect génétique à la base du culturel ?
Allez aussi chercher dans le dictionnaire des synonymes :
ethnie,s, nf = tribu, race, peuplade

Par curiosité cherchez "The American Census Form 2018" vous verrez qu'eux n'ont pas de complexes quand ils recensent les gens par race, ethnie, religion, couleur de peau, et autres…
Ils n'en font pas des gros mots ou des tabous, ce sont des paroles, des mots, pas des insultes.
Essayez : https://www.census.gov/programs-surveys/acs/about/forms-and-instructions.html
2018 ACS Form

Mais c'est bien connu, nous sommes le peuple qui adore se compliquer la vie, pour le plaisir de pouvoir râler et se plaindre après, l'héritage de l'ethnie gauloise !
Pinaillage pour pinaillage, le jaune, même d'un gilet, est la couleur des cocus et des traîtres, en regardant les Gilets jaunes c'est aussi la couleur de l'obésité.

Demandons la suppression de la taxe sur le diesel et remplaçons-la par une taxe sur l'excès de volume du ventre des citoyens, trop consommer et trop boire ruine l'économie, grossesse exceptée !
Nous limitons la consommation de nos automobiles en fuel, limitons aussi la consommation des chauffeurs !
Une dodutaxe au lieu de l'écotaxe !

Robert d'amboise37

Simple et édifiant. De fait c'est l'anarchie qui transparaît à tout moment. Les représentants des Gilets jaunes contestent entre eux leur propre représentativité.
Leur expression dans le débat est d'une vulgarité et d'une inculture totales surtout en économie et sur les bases légales de la République ce qui est ici l'essentiel.

Par contre ce mouvement est l'expression d'un ras-le-bol justifié par les augmentations d’impôts et taxes en tout genre depuis au moins Sarkozy.
Ras le bol aussi des commissions Théodule dont une coûte 40 millions d'euros aux contribuables pour produire deux ou trois rapports par an aussitôt rangés dans une oubliette administrative et qui sont extrêmement lucratives pour les membres payés à la séance ; et il y en des dizaines comme cela.

Ce sont ces hauts fonctionnaires qui gouvernent en fait, empêchant tout changement qui pourrait être nuisible à leurs émoluments.
Là, un référendum pour "dégager" ces fonctionnaires inutiles pourrait être proposé par le Président ou sur une proposition citoyenne recueillant plus d'un million de voix. Je suis prêt à signer.
Il faut que la question soit claire. Pas facile : qu'est-ce qu'un plus ou moins haut fonctionnaire inutile dans chaque catégorie ?
Les critères sont à définir. C'est le plus dur.

Lucile

@ Exilé | 29 novembre 2018 à 09:35

Tout à fait d'accord. L'argent prélevé autoritairement sur les salaires pour les retraites (en fait pas les leurs comme ils le croient, mais celles des retraités actuels) interdit aux salariés d'avoir les moyens de gérer leur avenir eux-mêmes. Tout ce qu'ils peuvent faire à cet effet, c'est devenir propriétaires de leur logement, mais l'État là aussi veillera à se servir grassement là-dessus.

En ce qui concerne les gens "qui choisissent" d'habiter loin de leur travail, il faut faire entrer en ligne de compte le coût d'un déménagement. Là encore, hormis le prix d'un déménagement, il est coûteux pour de petits salariés cherchant à accéder à la propriété de déménager, car l'État et le notaire s'emparent d'un pourcentage important de leur bien à chaque occasion. Autre petit détail : en général, les services fiscaux n'enregistrent pas le changement, malgré les coups de fil, et lettres recommandées qu'on leur envoie, d'où à chaque nouveau déménagement la probabilité de mises en demeure menaçantes (saisie des biens) pour les contribuables qui ont autre chose à faire que de supplier les bureaux concernés d'inscrire leur nouvelle adresse dans leurs registres.

@ Valery | 29 novembre 2018 à 08:25

D'accord avec vous bien sûr. Le simple fait de dire "African-American", ou "Native American" ou "Caucasian" est une façon de spécifier l'origine ethnique sans dire le mot "race". Le fait d'y voir un problème me paraît encore plus "raciste" que le fait d'en parler, comme si ce qui se voit au premier coup d'œil et atteste de la diversité de l'espèce humaine, était un secret honteux à cacher. En fait, à force de gommer les différences entre les gens, on essaye d'en faire des items interchangeables, c'est totalitaire, c'est artificiel, et c'est désespérant.

Mary Preud'homme

@ Valery | 29 novembre 2018 à 08:25
"Aussi je pense que Mary Preud'homme tend un gros bâton à Marchenoir lorsqu'elle affirme que les études sur le QI seraient d'origine russe ou chinoise, rien de plus faux..."

Personnellement je n'ai fait que citer Bertrand Jordan, spécialiste mondialement reconnu sur la question dont les œuvres semble-t-il vous sont totalement étrangères.
En outre vous n'avez manifestement pas lu attentivement mon commentaire, ce qui vous aurait évité pareille méprise et de vous en prendre à moi sur un sujet qui manifestement vous échappe, dès lors que vous assimilez systématiquement, en technocrate zélé et psychorigide, sinon en gros bourrin façon "Dupont Lajoie", intelligence à QI.

Giuseppe

@ Pailler 37000 | 28 novembre 2018 à 22:12

Sur le constat de l'échec de la Madone du Poitou je vous suis à 200%, sa soi-disant politique volontariste en Poitou-Charentes sur la reprise de la société Chapron pour la transformer en usine à voitures électriques fut l'imbécillité du siècle. Comme si elle avec ses petits bras allait concurrencer des entreprises comme Toyota qui ont investi des sommes colossales avec un savoir-faire haut de gamme acquis au cours des décennies.

Aujourd'hui la politique ne peut être dissociée des scientifiques, des sachants, elle n'était qu'énarque d'une autre époque aujourd'hui révolue.

Savonarole

@ Robert Marchenoir | 29 novembre 2018 à 10:18

Oui, certes, comme d'habitude votre démonstration est implacable et tombe comme la feuille de guillotine sur le butoir, cela fait la joie des Bilger qui vous portent au pinacle en vous laissant 5 heures consécutives au hit parade des commentaires. On en a pour la journée ce coup-ci.

Toutefois, je n'ai pas participé à la prise de cheveux sur le fameux QI d'il y a quelques semaines entre vous, Mary Preud'homme et quelques autres, dont Elusen.

Voyez, c'est tout le problème qui surgit soudain devant nous, à savoir lorsque les QI s'affrontent. Le baromètre est une chose, le ressenti en est une autre.

D'un côté une masse inculte indignée qui se drape dans des gilets et de l'autre une caste sortie dans la botte de toutes nos meilleures écoles qui ne comprend rien à la situation.

Votre commentaire s'apparente à un constat de haut fonctionnaire et au mieux à celui d'un expert-comptable. La froideur du fonctionnaire ou du besogneux à sa tâche.

Depuis que je vous lis, je ne trouve pas trace de l'évocation dans vos commentaires d'un écrivain, d'un poète, d'un musicien, d'un peintre, d'un artiste quelconque.

Êtes-vous certain d'être heureux ?

caroff

@ Robert Marchenoir 10h18
"Bref : l'incohérence totale, aucune ligne directrice, des mesures parfaitement contradictoires, et bien sûr une aggravation de l'étatisme, de l'assistanat et de la dépense publique, sans la moindre trace de proposition de financement."

Comment pourrait-il en être autrement pour des gens qui regardent à jet continu les stupidités de la propagande déversées par le service public de l'audiovisuel (qui coûte un "pognon de dingue") et par les chaînes privées, tout aussi idiotes, mais qui s'autofinancent. Des gens auxquels on a seriné depuis l'école élémentaire jusqu'au lycée que notre Etat-providence faisait l'admiration du monde entier, que les mesures prises par les communistes en 1945 constituaient des éléments de l'ordre du sacré et qu'il fallait tondre les riches, leur faire rendre gorge pour distribuer équitablement les "biftons".

Cependant, je devine que sans le savoir, certains exercent une critique libérale de notre merveilleux système économique en s'interrogeant sur l'efficacité plus que médiocre de la dépense publique. Etre tondu, pourquoi pas si en regard notre système éducatif, notre Justice, notre sécurité publique, notre politique migratoire étaient à la hauteur...

Hélas il n'en est rien et le bas peuple, même lui, s'en est aperçu.

Giuseppe

On leur parle transition écologique, ils parlent de transition sociale, on leur parle urgence écologique ils parlent urgence sociale, on leur parle de changer de bagnole ils n'ont pas le premier sou pour acheter le premier boulon, on leur parle dépenses publiques ils demandent que les élus de perchoirs donnent l'exemple - Obono un peu en difficulté j'aurais aimé qu'elle nous dise ce qu'elle fait de ses indemnités avec des noms.

Bref fin du monde et fin de mois c'est pas tout à fait la même chose, là où les pays nordiques réussissent, la France a échoué, des politiques qui sont honnis par ce mouvement et le mot est faible, ils crachent sur tout ce qui bouge de syndicat et d'élus qui pensaient plus à leurs intestins qu'à la misère sourde et morale qui s'est installée.

On dit que leurs revendications sont contradictoires j'ai entendu qu'elles étaient modernes, les Gilets jaunes savent très bien ce qu'ils veulent et surtout ne pas les mépriser, j'ai écouté l'un d'eux hier soir et il avait bien la tête sur les épaules, et sans doute plus éduqués que toutes ces "taouailles" qui discutent pour ne rien dire.

Patrice Charoulet

@ Robert Marchenoir 29 nov.10 h 15

Eh oui ! N'étant pas un lapin de six semaines, j'avais tout deviné dès le début.
Je résumerai de la sorte : ce sont des rouges déguisés en jaune.

jack

@ Giuseppe

Je pense aussi qu'il faut donner un grand coup de pied dans la fourmilière des avantages que les élus se sont octroyés au fil du temps. Certains gavages sont indécents.
Un élu devrait être rémunéré correctement et ses frais remboursés sur présentation de notes. Point final. Ce n'est pas faire de l'élu-bashing que de considérer le Sénat comme l'exemple de ce qu'il ne faut pas faire dans une démocratie moderne, transparente, juste, équilibrée.

Xavier NEBOUT

Sur les revendications des Gilets jaunes, Robert Marchenoir doit ajouter qu'à bien tous les écouter, certains voudraient qu'on les débarrasse de leur belle-mère.

Il faut savoir traduire un mécontentement populaire de cette ampleur.

Il y a avant tout un rejet de l'individu Macron, et dans lequel il y a forcément ce que personne ne dit: celui d'un jeune merd**x aux moeurs très suspectes, et qui prend ouvertement tout le monde pour des imbéciles.

duvent

J'ai appris une quantité de choses que je n'avais pas eu le temps d'examiner, puisque le travail dévore mon temps, et que ce qu'il en reste je le consacre à lire et regarder la nature...

De fait, j'ignore si j'ai des droits, je ne connais que mes devoirs, mais sans doute, dans l'équilibre juste d'une société bien organisée, dois-je avoir quelques droits...

Quand dois-je les utiliser et comment faire, je l'ignore...

Je fais de mon mieux pour échapper à la mort physique, mais il existe d'autres morts, celle qui est sociale, celle qui est amicale, celle qui est familiale, celle qui consiste à être mort pour soi-même, la pire sans doute, puisqu'elle découle de la perte de ce que l'on fut, et ce pourquoi on serait mort (physiquement) plutôt que d'y renoncer...

Mais bon, je n'irai pas avec ceux qui ne savent pas où les mots et les chemins conduisent, qui ignorent que le mal est ordinaire, qu'il commence en soi, qu'il ne désire rien construire, qu'il refuse l'altérité, qu'il méconnaît l'universel, qu'il est sourd et aveugle, non, je n'irai pas !

Et que mon quotidien serve à me faire suivre, comme les moutons, l'insensé qui remplace l'autre insensé, cela ne se peut.

Donc, revenons au raisonnement, ce qui n'est pas une absurdité.

Faut-il rappeler que la raison n'est pas de droite ni de gauche, ni du milieu d'ailleurs ?

Revenons à la mesure et la pondération, puis considérons l'ensemble et acceptons de dire et ce n'est pas non plus une absurdité, que la foule n'a pas de raison de rechercher la paix, ni le bien-être de chacune de ses composantes, non la foule, c'est bon pour ce que tu as...

Et qu'est-ce que c'est, que ce mal que tu as ? Moi, je ne sais pas...

Mais peut-être est-ce une part de mauvaise foi, une part de haine, une part de misère, une part de jalousie, et une grande, une très grande part de vide...

finch

@ Robert | 28 novembre 2018 à 19:08

Vous avez raison, E. Philippe est quelqu’un dont le regard fuit l’interlocuteur. C’est sans doute un peu par nature. Est-ce à dire que c’est accentué par les circonstances actuelles ? Probablement. Comme vous l’avez indiqué, être le Premier ministre de Macron n’est certainement pas une partie de plaisir car souvent Macron change, virevolte, ondule ou dérape… aboutissant au désaveu de son P.M., on l’a observé plusieurs fois. En même temps, le regard du P.M. ne peut être franc et direct quand on considère l’hypocrisie permanente qui l’anime (motifs bidon pour promouvoir des décisions impopulaires [transition environnementale, etc.] utilisés aussi, depuis peu, comme arguments pour ne pas reculer).

La dernière saillie de Ségolène Royal contre le binôme exécutif est un terrible coup de poignard dans le dos parce que—quoi qu’ils en disent, outrés—elle est légitime pour le porter et qu’elle assène, ce faisant, des vérités pas toujours bonnes à dire.

Xavier NEBOUT

@ Bruno Leroy

Ceux qui usent véhicules et infrastructures en consommant du carburant passent, avant d'arriver chez eux, devant des milliers d'hectares que leurs propriétaires seraient ravis de vendre.
Or, les élus locaux régissent le droit du sol en fonction des désirs de leurs électeurs, et non de l'intérêt général.
Alors lorsqu'on a son école, sa petite pléthore d'employés municipaux, et de quoi jeter l'argent par les fenêtres en pots, fleurs et combines diverses et avariées, que plus personne ne vienne ; "on protège l'environnement" - enfin, du moins sauf si un copain ou un frère voudrait que son terrain soit constructible...

La décentralisation est catastrophique à tous égards et quasiment sans autre bénéfice que celui de la multiplication des élus et "chargés de mission" bons à remplir les prisons.

Achille

Je lis, j’entends, de-ci de-là, que plus de 70% des Français (certains affirment même plus de 80%) approuvent les Gilets jaunes.
Je constate toutefois qu’ils approuvent le mouvement, bien au chaud, tranquillement assis sur leur canapé car sur le terrain on voit de moins en moins de Gilets jaunes se cailler les miches.

En matière de révolutionnaires de salon, il ne faudrait pas oublier nos stars du show-biz et du cinéma, toujours prêtes à se montrer dans les manifestations populaires. Il faut dire que ces gens-là aiment le peuple, même si pour rien au monde ils ne voudraient vivre comme lui…

Brigitte Bardot Bardot ho ho !>

Gadobert

Voilà le "profil" de nos chers représentants des Gilets jaunes :

- Maxime Nicolle : soutient Marine Le Pen et associe E. Macron au nazisme
- Thomas Miralles : ex-candidat FN en 2014
- Mathieu Blavier : des "like" FB sur des publications de Marion Maréchal-Le Pen et Dieudonné
- Priscillia Ludosky : partage sur FB de publications d'un groupuscule complotiste appelant à "marcher sur l'Elysée" en 2015
- Julien Terrier : complotiste
- Jason Hubert : soutien actif de François Ruffin - député France Insoumise
- Eric Drouet : engagé anti-Macron, a fermé précipitamment sa page FB, Twitter, etc.

Tout ça bien représentatif de la France moyenne bien sûr...

1) M. Drouet. Cet extrémiste qu'on voit sur tous les plateaux TV ne défend pas la cause des Gilets jaunes. Son seul mot d'ordre "Rendez-vous sur les Champs" et on devine pourquoi.
C'est à cause d'un tel personnage que ce mouvement n'aura plus le soutien indispensable de la population.
Ce mouvement mérite mieux et devrait être représenté par des gens sensés, qui veulent discuter et trouver des solutions, c'est-à-dire tout l'inverse de Drouet.

Sur le papier, les Gilets jaunes devaient bloquer des voies publiques et bâtiments publics, or, dans les faits, ils agressent des citoyens, violentent les forces de l’ordre et détruisent des biens privés !!
Les Gilets jaunes ne sont rien d’autre que des extrémistes qui veulent le désordre et la destruction !
Cela risque d’être tendu le 1er décembre lors de la grande manifestation organisée dans la plus grosse bourgade de province, les Parisiens ont intérêt à se barricader chez eux et éviter les champs enlisés pour ne pas se faire violenter par des hordes d’assaillants violents...

Je pense qu'E. Philippe perd son temps.
Nous avons des priorités à traiter.
On ne raisonne pas des pleureuses professionnelles de père en fils, des victimes éternelles du "système".

Giuseppe

Courez voir "Un thé au Sahara", magique pour les images, le parcours d'une femme qui courait sans doute après l'inaccessible. La photographie est magique.

Rien à voir avec le réalisateur de "Parfum de femme", un monument à mes yeux.

"Little Buddha" et "Le dernier Empereur" ont fait le tour du monde, impardonnable de ne pas les avoir vus une fois.

Dans la série inutile d'aller voir, "Les Chtis" dont je ne m'explique pas le succès, pas marrant, lourdingue, un début long et laborieux qui dure une éternité d'ennui.

Le cinéma italien de l'époque de "L'argent de la vieille", la cruauté sensible qui va avec, le très bon cinéma français, le très bon cinéma… En fait il faut être un peu archéologue des pépites à découvrir, aujourd'hui il suffit de chercher.

Robert Marchenoir

Bon, eh bien je crois que les revendications officielles de ces messieurs les Jaunes confirment amplement mes propos antérieurs. C'est du grand n'importe quoi.

http://www.leparisien.fr/economie/taxes-emploi-gouvernance-ce-que-reclament-les-gilets-jaunes-28-11-2018-7955988.php
https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSeQSvmKCLWrG3KfLPihY5ZMPorfXpt_1Q3Mz4BvE-GzCXPtOA/formResponse

Au chapitre des baisses de prélèvements :
- Réduction de la taxe carbone.
- Réduction de la TICPE.

Au chapitre de la suppression du harcèlement législatif :
- Abandon des mesures contraignantes de renouvellement des voitures.

Au chapitre du renforcement du harcèlement législatif :
- Interdiction du glyphosate.
- Hausse du SMIC.
- Diverses mesures pour inciter à l'embauche des handicapés.
- Parité dans l'emploi et la rémunération des femmes.

Au chapitre de la baisse des charges pesant sur les entreprises :
- Baisse des charges patronales.
- Exonération des charges sur les heures supplémentaires.

Au chapitre de la hausse des charges pesant sur les entreprises :
- Hausse du SMIC.
- Parité hommes-femmes.

Au chapitre de la hausse des dépenses publiques :
- Aides publiques à l'embauche.
- Augmentation des retraites.
- Hausse des aides au logement.
- Hausse des aides aux étudiants.

Au chapitre de la baisse des dépenses publiques :
- Rien. Que couic. Nada.

Sauf, comme prévu, la baisse de la rémunération des membres du gouvernement et le contrôle de leurs notes de frais. Autrement dit : punir les gouvernants, sans baisser d'un poil la dépense publique. L'incidence de ces coûts sur le budget de l'Etat est quasi nulle. Il s'agit simplement de satisfaire la jalousie et la mesquinerie des Français.

Au chapitre de la lutte contre l'immigration, l'islamisation et la délinquance :
- Rien. Du. Tout.

Le fait qu'une Noire figure parmi les porte-parole des Gilets jaunes n'a rien à voir avec ce fait, naturellement. Le petit peuple français vient de se convertir brutalement à l'immigration de masse.

Dans le "questionnaire" figurant en ligne et censé recueillir l'avis du peuple, il y a même une proposition où nos grands démocrates de rond-point ne nous donnent même pas le choix. Au chapitre "Inclusion des personnes handicapées dans tous les domaines de la société", vous ne pouvez répondre que "oui". "Non", "je ne sais pas", "je ne comprends même pas de quoi tu causes" et "arrête de me casser les pieds, je regarde le match" ne figurent pas parmi les options possibles.

On trouve aussi des slogans gauchistes qui ne veulent rien dire, comme "Accès à la culture pour tous : oui ? non ?". Inutile de vous dire que j'ai répondu non.

Au chapitre de la réforme des institutions, on trouve :
- Suppression du Sénat (jouir en punissant l'élite, comme d'habitude), et...
- Promulgation des lois par les citoyens (finalement, peut-être que quelques mesures contre la bêtise et l'inculture seraient nécessaires ?).

Bref : l'incohérence totale, aucune ligne directrice, des mesures parfaitement contradictoires, et bien sûr une aggravation de l'étatisme, de l'assistanat et de la dépense publique, sans la moindre trace de proposition de financement.

L'argent, c'est magique, le président de la République, il grimpe sur un arbre dans la cour de l'Elysée, il secoue très fort et les biftons tombent sur le bon peuple. En langage médiatique : l'Etat "débloque des fonds".

On sait bien que la France est un pays richissime, qui gagne bien plus qu'il ne dépense. Si le petit peuple est pauvre, c'est que l'oligarchie est assise avec ses grosses fesses sur le bienfaisant geyser d'argent gratuit des autres, qu'elle bouche l'ouverture et qu'elle se refuse à débloquer les fonds.

Exilé

@ Bruno Leroy
« Nous choisissons d’habiter jusqu’à 100 km de notre lieu de travail parce que c’est moins cher et nous nous plaignons du coût des transports. »

C'est plus compliqué que cela.

D'une part, ledit lieu de travail est susceptible de changer du tout au tout en fonction des circonstances.
D'autre part, les gens qui habitaient parfois près de leur lieu de travail - par exemple en Seine-Saint-Denis - ne peuvent plus le faire pour des raisons liées à leur propre sécurité ou bien à celle de leurs enfants.

olivier seutet

Aquilino Morelle rapporta ces paroles d'Emmanuel Macron du temps de son mentor, François Hollande : "Si on continue comme ça, on va tous se retrouver en slip panthère sur la pelouse de l'Elysée".
Il va réussir sa prouesse vulgaire, avec sa seule absence de talent.

Exilé

@ Bechiza
« Quelle que soit la manière d'aborder la question, tous les chiffres montrent sans contestation possible que les retraités français sont tout simplement les mieux lotis pour l'ensemble des pays de l'OCDE. »

Bien que reprenant des données crédibles, votre exposé est tout de même simpliste.

Les régimes de retraites dans le monde, ou du moins en Europe pour prendre une base de comparaison réaliste, ne fonctionnent pas tous sur le même modèle, même s'il existe des constantes.
N'oublions pas que le système français est de type obligatoire, ce qui implique que les gens qui auraient souhaité cotiser pour leur retraite de façon responsable en ont été empêchés par l’État-pieuvre avec sa gestion parfois injuste et scandaleuse de la « répartition », avec en plus une perte en ligne liée aux coûts de fonctionnements de ce système.

Des inégalités flagrantes sont par ailleurs constatées entre un régime public dont les retraites ne sont pas provisionnées et celles du privé, nettement moins favorables mais qui le sont et qui dans plusieurs cas servent de variable d'ajustement pour payer les retraites « en or » du public et du monde politique.
Ce qui au passage fausse la portée pratique des « moyennes » que vous citez.

Dans certains pays, il est exact que les retraites relevant de la répartition sont moins élevées qu'en France, mais les gens sont encouragés à souscrire un complètement de retraite sous contrat privé.
Dans certains pays, il est même possible de souscrire un mode d'assurance retraite entièrement privé de préférence aux prélèvements étatiques.

Il conviendrait de comparer aussi les prélèvements obligatoires portant sur les sommes dues aux retraités, sans oublier la taxation des placements complémentaires souscrits par les gens en vue de leurs vieux jours.
Et en France, pays champion en matière d'insécurité juridique et fiscale, il y aurait de quoi dire sur ce point.

Enfin, comparer le seul montant des retraites d'un pays à l'autre n'a pas de sens si l'on fait abstraction des niveaux d'imposition de type IRPP et du coût de la vie, sachant que si l’État peut jouer au faux généreux d'une main, il peut tout aussi bien agir en vrai rapace de l'autre.

Zonzon

@ breizmabro 28 novembre à 15 h 16

Chère, vous vous méprenez ! Ce n’est pas parce qu’il est journaliste au Parisien ou ailleurs et qu’il profère des opinions justes dans des émissions où il est habituel de balancer des réparties grotesques entre gens qui ont hâte d’aller toucher leur chèque en fin de séance, ni même parce qu’il semble avoir un patronyme bretonnant, lequel après tout peut être un pseudo, mais bien parce qu’il est beau que je vous l’envoie !

Valery

@ Elusen

Vous êtes un peu rapide sur la définition de l'ethnie, en quottant une toute petite partie et en évitant soigneusement les autres, d'autres sources.

Source: "ethnos" du grec. Signifiant « gens de même origine ».
Définition: Une ethnie tend à être définie par deux attributs principaux: un mythe d'origine et des marqueurs de frontières ethniques. Par marqueurs de frontière ethnique, on entend une grande variété de traits caractéristiques tels que la langue, l’apparence physique, une religion, des styles architecturaux ou vestimentaires, des traditions artistiques comme les ornements personnels, la culture culinaire, l'utilisation de certaines technologies, des activités économiques spécifiques ou un mode de vie général.

Aussi je pense que Mary Preud'homme tend un gros bâton à Marchenoir lorsqu'elle affirme que les études sur le QI seraient d'origine russe ou chinoise, rien de plus faux. A l'origine c'est l'armée américaine qui a mené les travaux les plus importants sur le sujet et les résultats furent sans équivoque. Le sujet n'est jamais évoqué en Russie car, évidemment, il n'y a pas de problème d'immigration (je vous l'accorde, pas grand monde ne veut y aller). La controverse sur les races n'est soulevée que dans les pays où les autochtones se sentent envahis par les Africains à travers une immigration de masse chaotique, pour le dire cash. Une poignée de pseudo-scientifiques autoproclamés, ultraminoritaires, se font les porte-parole de l’idéologie mondialiste, en affirmant qu'on peut remplacer toute personne par une autre, le résultat social sera le même. Ça tombe a pic, sauf que la réalité crie à l'escroquerie.

Aussi, dire que le mot "race" n'est plus utilisé aux USA, c'est aller vite en besogne. Il suffit de regarder les rapports de police, la race est mentionnée à chaque fois, puis, sur une note plus anecdotique, lisez n'importe lequel des journaux de gauche, comme NYT, qui, tout en affirmant que les races n'existent pas, font leur fonds de commerce sur la division raciale, en vomissant des propos racialistes à gogo.

Aliocha

Sauf que, Noblejoué, "l'amortel", comme vous dites, est mortel, et greffer son cerveau ou je ne sais quoi à une machine est aussi la fin de l'individu tel qu'il a été créé, sensible et pensant et capable d'assumer sa condition, dans la mesure où il sait ne pas répondre à la violence par la violence, dans la mesure où il accède à l'age adulte, où le phénomène individuel s'inscrit dans une relation, en fait où il admet de ne pas être Dieu, comprenant que son nombril n'est pas le centre du monde et de la création, mais maillon d'une chaîne qui, si l'on admet sa propre limite, a vocation éternelle.

La nature en cela est fort bien faite car vous admettrez qu'il est bon que l'évolution ne s'arrête pas au phénomène Noblejoué, ou Aliocha, et que ces petits événements que nous sommes ne prennent leur valeur que par leur adhésion au vivant.
C'est une forme d'évolution à consentir librement, comme si, politiquement, on passait de la tyrannie à la démocratie.
C'est un choix, et vous pouvez préférer vous arrêter à vous-même, et livrer à la machine ou au suicide, ce qui revient au même, la somme de souffrance que peut représenter la vie si l'on ne sait pas se soumettre à sa toute-puissance, et de soi-même se décentrer.

calamity jane

@ Augustine

Ôtez-moi d'un doute. L'allocation de Solidarité Personnes Agées ! celle qui est ensuite retiré aux héritiers ?

Wil

Ben dites donc, ça s'arrange pas chez M.Bilger.
Il passe en une cinquantaine de lignes de Bertolucci et Fitzgerald à... Castaner et Darmanin. Woaw, ça fait un choc !
J'ai presque l'impression de me lire quand je faisais des poèmes tout pourris à l'"amour de ma vie"... quand j'étais ado. Le talent d'écriture en moins évidemment.

On a presque l'impression,d'entendre le sifflement strident d'un jet en plein crash. SHIUUUUUuuuuuuu,BOUUUM !
M'étonnerait pas qu'il soit en pleine dépression post-séparation d'avec son dernier "grand amour" macronien, en attendant le prochain comme tous les ados.

Je sens que M.Bilger est bien dans cet état d'esprit-là...
https://www.youtube.com/watch?v=Mb3iPP-tHdA

Heureusement pour lui, il a la jolie Madame Bilger pour danser avec lui à la lumière des bougies et son épaule sur laquelle pleurer pendant qu'elle caresse ses cheveux en lui disant d'un air las mais plein d'amour: "Tu savais bien que ça se terminerait comme ça"... et le clavier de Whiter Shade of pale reprend...

Elusen

@ Claude Luçon | 28 novembre 2018 à 14:48
« la différence d'ethnie n'est pas culturelle. »

Dictionnaire du CNRS - Ethnie :

  • Groupe d'êtres humains qui possède, en plus ou moins grande part, un héritage socio-culturel commun, en particulier la langue
http://www.cnrtl.fr/lexicographie/ethnie

Pour les maladies ou les problèmes génétiques, c’est la médecine, pas les ethnies.

Et Africain, cela n’a jamais voulu dire noir !
Mais qui habite un continent : l’Afrique, les Maghrébins sont des Africains, les Afrikaners aussi.

Les Arabes, les Israéliens, les Iraniens, les Syriens, Irakiens, sont des Asiatiques.

Est-ce que les unes, les uns, les autres et l’Honorable Honoraire, vous pourriez faire des efforts et ne parler que si vous savez de quoi vous parlez et non en faisant appel à vos préjugés et fantasmes, par avance merci.

Toutefois je cherche vainement le rapport avec Bernardo Bertolucci, dont il semble que je sois l’un des rares à avoir vu certains de ses films.

Pailler 37000

L'ISF ?
Cet impôt savamment nommé et promu par son mentor F. Mitterrand et qui n'a jamais servi que de marqueur idéologique à gauche.
Preuve en est, c'est que même les gouvernements socialistes des pays voisins l'ont supprimé.
Quel dommage que Mme Royal ne le précise pas ni d'ailleurs combien cela a coûté au pays en investissement durant des décennies.
Au fond elle et ses amis continuent d'afficher le conformisme le plus rigide qui soit et ne voit la solution aux problèmes que par le traitement social.
Et c'est ainsi depuis quarante ans. Mais elle a oublié que les prélèvements en impôts et taxes ont augmenté de plus de 70 milliards sous le quinquennat de Hollande.
Et on se souvient comment ils ont "refiscalisé" les heures supplémentaires même des smicards.
Non pas parce que soi-disant ça détruisait des emplois, mais simplement parce que c'est Sarkozy qui l'avait initiée. Qu'elle prenne sa retraite avec ces 6 ou 7000 euros par mois payés par le contribuable qui travaille.

Vite il faut lui trouver un petit remède pour lui redonner la mémoire:
- Les taxes carbone c'est qui qui les a instaurées ?
- L'abandon des portiques 1 Mds d' € c'est qui ?
- Le report du manque à gagner de cette écotaxe sur le prix des carburants, c'est qui ?
- Les taxes sur la facture d'électricité pour financer les moulins à vent, c'est qui ?
- La quasi-faillite de la région Poitou-Charentes, c'est qui ?
- Les millions engloutis en pure perte dans Heuliez pour la caisse à savon électrique, c'est qui ?
- Etc
Enfin ! il n'y a pas que Ségo qui a la mémoire courte, pauvre France !
Ségolène Royal ferait mieux de se taire, elle est complètement has been : son poste d'ambassadrice des pôles ne lui convient, il faut qu'elle fasse son retour dans l'arène politique et elle sort les crocs.
Le président Macron n'attise pas le feu de la contestation, surtout quand c'est elle qui a mis en place la fiscalité écologique.
Donc Royal n'est pas son mot à dire sur la politique de Macron qu'elle ne comprend pas.
Il faut de la concertation et non de la démagogie politique qu'elle incarne encore. Oui quand on cause à tort et à travers dans les médias, on se tait !

Giuseppe

Ce soir le pompon, Gérald Darmanin à la chasse aux trésors bien cachés, 100 000 000 € tous les ans pour de hauts fonctionnaires qui comptent et enfilent des perles, bien au chaud.

Le Canard avait titré "15 000 000 000 (milliards) d'euros sous le tapis" suite à la parution d'un livre de René Dosière (qui se gardait bien avec son groupe de les réclamer dans l'hémicycle), il en profitait un peu aussi après tant d'années de mandats.

https://blog.francetvinfo.fr/livres-actualite/2012/09/12/avant-gout-dans-le-canard-des-recettes-de-dosiere-pour-amaigrir-letat.html

Le Volatile au passage l'égratignait, le temps des Gilets jaunes n'était pas encore venu, les médias repus n'en faisaient pas un cheval de bataille.

Darmanin sentant le vent tourner, doit lorgner sans doute sur ce réservoir de "pognon de dingue" qui était bien mis sous l'éteignoir année après année, aura-t-il le courage ou la peur du jaune, pour aller chercher ce qui est réclamé sans discernement à ceux qui en manquent le plus ?

Bruno Leroy

Nous avons Normale Sup, l’X, quelques médailles Fields…
Et des millions d’analphabètes.

Nous avons quelques grands groupes industriels et pléthores de PME/TPE bancales.

Nous partons à la retraite à moins de 60 ans alors que l’espérance de vie s’allonge d’un trimestre de plus par an.

Nous choisissons d’habiter jusqu’à 100 km de notre lieu de travail parce que c’est moins cher et nous nous plaignons du coût des transports.

Dès que nous ne sommes pas d’accord, nous faisons grève et empêchons les autres de travailler.

Nous marchons sur la tête et croyons que c’est le monde qui marche à l’envers.

Les Gilets jaunes continuent de croire au rêve que Mitterrand avait vendu en 1981 pour se faire élire.
Nous en payons le prix aujourd'hui.
Tant qu'une majorité de Français encouragés par les démagos de tout bord seront toujours à revendiquer "toujours plus" et MOI D'ABORD, le pays ne s'en sortira pas et nous augmenterons encore la charge que nous laisserons à nos enfants !
Contentons-nous déjà d'apprécier que nous puissions répondre à tous nos besoins réels avant de vouloir assouvir nos envies et nos désirs (sans fin, eux) !

Nous n'avons plus les moyens de payer les retraites hormis à crédit, il faut donc comme tous les autres pays raisonnables travailler jusqu'à 65 voir 67 ans, la société doit évoluer.
Arrêtons de vendre des rêves à nos concitoyens, il va falloir régler l'addition de la gabegie budgétaire des quarante dernières années.
Nous n'avons pas le droit de laisser un tel désastre économique à nos enfants.

Une mise à plat de tous les régimes de retraite s'impose pour aligner tout le monde de manière équitable.
Nos politiques en premier, suivis par les régimes spéciaux, intermittents du spectacle...

La transition énergétique doit être globale et non uniquement ciblée sur les automobilistes !
Nous avons trente ans de retard sur les pays du nord de l'Europe !
Le tout-électrique, voiture comme photovoltaïque, est une impasse, nous préparons un désastre écologique avec les batteries au lithium et les panneaux photovoltaïques, tous chinois actuellement (rendement faible, recyclage difficile et coûteux).
Il faut un mix énergétique, pétrole, gaz, nucléaire nouvelle génération bio masse, éolien, bois, chauffage solaire, hydroélectrique. Avec une multiplication des petites unités de production locales pour éviter l'énorme déperdition de l'énergie à cause du transport dans le réseau haute tension.

Exilé

@ Tipaza
« Nos climatiques inquisiteurs ignorent que la vie est obstinée et qu'au point zéro d'Hiroshima l'herbe a repoussé. »

A Hiroshima, les arbres de type Ginkgo Biloba ont été les seuls végétaux à survivre à l'atome.
Ces arbres peuvent atteindre 4 000 ans.
De quoi nous inciter à la modestie.

Bechiza

Et maintenant on conteste la réforme des retraites...
Peu d'informations ont été communiquées.
Personnellement j'ai assisté à un débat il y a maintenant deux semaines avec M. Delevoye - débat ayant fait l'objet de commentaires plus que déformés dans les médias.

Un petit rappel d'un de mes commentaires récents :

Quelle que soit la manière d'aborder la question, tous les chiffres montrent sans contestation possible que les retraités français sont tout simplement les mieux lotis pour l'ensemble des pays de l'OCDE.

Quelques exemples :

- Durée moyenne de la retraite : France = 25,6 ans, OCDE = 20,3 ans

- Revenu moyen des retraités / Revenu moyen des actifs : France = 103,4 %,
OCDE = 87,6 %

- Pourcentage des transferts publics dans les revenus des retraités :
France = 85,4%,
OCDE = 61,2%

- Dépense publique des retraites par rapport au PIB : France = 14 2 %,
OCDE = 9. 8%

Et malgré cette situation de confort incomparable et sans aucun équivalent dans l'histoire de l'humanité, lorsqu'un Président demande à cette population de participer à l'effort national en augmentant la CSG de 1,7 %, on a droit à une levée de boucliers sans précédent.

Toute mesure qui va dans le sens d'une réduction du traitement de faveur des retraités pour revenir vers la situation des pays similaires est indéniablement une bonne chose.
Le système de réversion viagère, systématique et sans condition de ressources qui existe en France est un luxe pour les finances publiques, et n'a pas d'équivalent dans les pays de l'OCDE.
Il me semble donc plus que souhaitable de mettre le problème sur la table pour voir comment réduire le coût de ce luxe.
Mais je mets ma main au feu que ce sont les mêmes qui réclament la réduction des taxes et cotisations à longueur d'année, qui vont être en première ligne pour pousser des cris d'agonie:
"On veut tuer les retraités !"

Savonarole

Une certaine gêne sociale...
Avec sa particule de nobliau, le ministre de Rugy a découvert hier soir en recevant une première délégation de Gilets jaunes un monde qu'il croyait disparu depuis les sans-culottes et les tricoteuses à bonnet phrygien au bas de l'échafaud qui criaient "À mort !"...

Il avait l'air bien embarrassé, mais c'est qu'ils nous demandent carrément l'abolition de l'Assemblée nationale, un référendum, non mais attends, je rêve, il en était attendrissant, car le bonhomme est sympathique par ailleurs, c'est le seul écolo qui n'en pense pas un mot. C'est déjà une qualité à mes yeux.

Dans le monde bourgeois où j'ai vécu, lorsqu'une demoiselle de bonne famille épousait un bûcheron, on parlait de "mésalliance". On était gêné socialement. On faisait la moue au buffet.
C'est arrivé au brave Chirac en épousant une Chodron de Courcel, il en a entendu des vertes et des pas mûres.
C'est le cas de notre gouvernement, il voit soudain surgir des bas de plafond, des "sans dents", comme disait Hollande, des gueux, des ploucs.
Soudain cette caste politique, pourtant passée à la pierre ponce de la République, par l'ENA et Sciences Po, retrouve des réflexes d'aristos, Macron parle des "masses laborieuses", et ses sbires évoquent les Croix de feu et autres "Esstrême droite"...
Leur monde s'écroule.
Qui s'attendait à ça ? Une mésalliance ! Horreur !
Où sont donc nos bons syndicats avec qui on pouvait discuter le bout de gras ?

Noblejoué

@ Aliocha

Ce qui m'encombre c'est de SUBIR.

Et quoi ? La SOUFFRANCE et la MORT.

Pour ceux qui trouveraient que j'abuse des majuscules, il le faut bien à force de voir les gens prendre de fausses pistes, on balise, on balise, et tant pis, la voie n'a plus rien d'une bisse ou d'un chemin à côté, ah, les bisses de la Suisse, mais passons.

Dieu n'est qu'une hypothèse, mais qui sert à dire que tout va très bien madame la marquise, à tant de gens.
Restez mortels, souffrants et pas plus intelligents que vous l'êtes : SUBISSEZ.

Subir la souffrance et la mort et leurs "justifications", ça fait beaucoup, tout le monde ne peut pas être un passif du sens, et c'est heureux.

Et si par hasard, un dieu créateur tout-puissant existe, il est, que ses fans l'avouent ou non, le responsable de tous nos malheurs.

Et s'il y a un créateur pas tout-puissant qui fait ce qu'il peut, c'est différent, je ne fais que renvoyer aux croyants leurs propres dires... Mais ça ou n'importe quelle hypothèse...
Une joie de penser donc d'envisager des hypothèses ne veut pas dire que ces hypothèses soient le cœur du problème.

Le fond du problème est de reconnaître que subir la souffrance et la mort est, pour le coup, effectivement, révoltant, et pas pour prendre une pose de révolté.
D'abord, je veux dire l'action la plus immédiate, par honnêteté intellectuelle, une pureté qui m'importe tandis que les rites et autres choses semblables m'ennuient terriblement. Ensuite, pour aller, enfin, pour ceux qui le désirent vers l'amortalité, à savoir la fin de la mort par décadence corporelle si on ne peut évidement garantir contre le suicide, par exemple... Si un amortel aime quelqu'un qui préfère rester mortel, le voit décliner et mourir et terrassé par le chagrin, se tue. L'amour fatal, c'est le cas de le dire, celui qui ne parvient pas à sauver l'autre et en meurt, chose qui peut exister sous des formes atténuées de nos jours.

Robert

@ finch | 28 novembre 2018 à 11:00

Je n'ai aperçu qu'un court passage de cet entretien de monsieur Philippe avec J-J Bourdin dans un journal télévisé, au moment où il évoquait son éventuelle réception de Gilets jaunes.
Ce qui m'a profondément troublé, pour ne pas dire choqué, est qu'à ce instant-là à aucun moment il n'a regardé son interlocuteur dans les yeux. Son regard a constamment été fuyant.
J'en conclus que c'est un personnage dont le courage intellectuel doit être très faible et la crédibilité de sa parole me semble fort réduite.

Par ailleurs, à de multiples reprises ces derniers jours, il a formulé des affirmations pour le moins modulées voire contredites par le président de la République. Or, il serait surprenant que les fameux "éléments de langage", les EDL rappelés ce jour par le Palmipède, n'aient pas été fixés préalablement. Le moins que l'on puisse dire est que les changements de pied présidentiels ne doivent pas faciliter la communication et encore moins la relation entre les deux têtes de l'exécutif !

Claggart

Devant des gilets jaunes brandissant le kroaz du (croix noire), drapeau traditionnel breton, croix noire sur fond blanc, qui était dès 1188 l'étendard des croisés bretons en terre sainte, un commentateur de BFM l'a assimilé à je ne sais quel emblème révolutionnaire.

Sans doute voulait-il ravir à Darmanin et ses chemises brunes le grand prix du ridicule.

Je ne peux à ce sujet m’empêcher de citer notre grand poète Glenmor :

"Gwenn ha du, liu hor bannidou,
Gwenn ha du, gwad hon tadou
En deus da zegaset betek hor c'halonou

Noir et blanc, couleur de nos bannières,
Noir et blanc, le sang de nos pères
T'a porté jusqu'à notre amour"

Mary Preud'homme

@ vamonos
@ Claude Luçon
@ Herman kerhost

Je vous recommande ce livre de l'auteur en question :
L'humanité au pluriel : la génétique et la question des races, Bertrand Jordan, Le Seuil, Paris, 2008

Et si vous n'êtes pas d'accord rien ne vous empêche de lui adresser vos remarques et vos critiques. Il écrit régulièrement dans une revue médicale et il est facile à trouver.

patriote

@ Giuseppe | 28 novembre 2018 à 17:28

Pour ne pas se tromper lire les articles ci-dessous :

https://www.inegalites.fr/La-pauvrete-en-Europe

http://www.lefigaro.fr/social/2018/02/23/20011-20180223ARTFIG00213-en-europe-le-salaire-minimum-oscille-de-261-euros-a-1999-euros.php

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS