« La France est-elle complotiste et jalouse ? | Accueil | Les Gilets jaunes en noir et blanc ? »

15 décembre 2018

Commentaires

Robert Marchenoir

@ hameau dans les nuages | 18 décembre 2018 à 20:05
"Et monsieur Robert Marchenoir qui me brocardait pour être allé dans une clinique pour me faire opérer au lieu d'aller à l'hôpital public de ma ville situé dans des 'quartiers difficiles'. Le fait d'avoir dû payer un dépassement d'honoraires était sans doute pour lui un signe extérieur de richesse."

Je ne sais même pas de quoi vous parlez. Il est particulièrement lâche, méprisable et malpoli de votre part de me reprendre sur un point qui non seulement n'a rien à voir avec le sujet de ce fil, mais qui est si vieux que je ne m'en souviens même pas -- alors les autres lecteurs de ce blog, pensez...

Ayez donc le courage de vous comporter comme un homme, et de répondre aux objections à l'instant où l'on vous les fait -- si vous avez quelque chose à répondre --, et en répondant sur le fond et non avec des slogans et des attaques personnelles, comme à votre habitude.

Je n'avais pas l'intention de relever votre sournoise attaque concernant un commentaire que je dois avoir écrit il y a combien de temps ?... un an ?... deux ans ?..., mais puisque elle a retenu l'attention de Catherine Jacob, alors je me vois dans l'obligation d'ajouter qu'en plus d'être un lâche et un malpoli, vous êtes un menteur.

Je ne peux certainement pas vous avoir reproché d'être allé dans une clinique privée, puisque j'ai amplement fait connaître, ici, mes convictions libérales, et mon souhait que le système de santé fasse une place bien plus grande au secteur privé.

Je ne peux certainement pas vous avoir reproché d'afficher des signes extérieurs de richesse, puisque je passe mon temps à vous reprocher d'étaler des signes extérieurs de pauvreté en guise d'argument, tout en déversant votre haine sur ceux qui ont la chance de ne pas subir votre infortune.

Je peux d'autant moins vous avoir reproché d'afficher des signes extérieurs de richesse que je passe mon temps, ici, à faire l'éloge de la richesse, et à critiquer ceux qui croient bon, comme vous, de passer leur temps à insulter les riches (ou ceux qui sont un peu moins pauvres qu'eux).

Et je ne peux certainement pas vous reprocher d'avoir payé un dépassement d'honoraires, puisque je passe mon temps à reprocher, à ceux qui se plaignent du système de santé français, de ne jamais se scandaliser du niveau extraordinairement bas des honoraires médicaux fixés par la Sécu.

En revanche, il est bien possible que je vous aie reproché de faire une chose et d'en prêcher une autre, de vanter les mérites du service public par-devant et d'aller vous faire soigner dans le privé par-derrière. D'être un gauchiste, en somme.

Et sinon, le rapport avec le général de Villiers ? Même le lien que vous nous donnez n'a rien à voir, ni avec un éventuel avenir politique de Pierre de Villiers, ni même avec le système de santé français. Il faudrait vraiment que vous arrêtiez de confondre le débat politique avec vos haines personnelles recuites.

Catherine JACOB

@ hameau dans les nuages | 18 décembre 2018 à 20:05
« Et monsieur Robert Marchenoir qui me brocardait pour être allé dans une clinique pour me faire opérer au lieu d'aller à l'hôpital public de ma ville situé dans des "quartiers difficiles". Le fait d'avoir dû payer un dépassement d'honoraires était sans doute pour lui un signe extérieur de richesse. »

A quoi vous pourriez répondre qu'en évitant le risque d'avoir à vous faire réopérer après vous êtes fait opérer à la chaîne par un chirurgien toutes spécialités en formation, vous faites faire des économies à la Sécu.

Catherine JACOB

Le foie gras compensera-t-il la réduction de de 850 millions d'euros (pour l'année 2017 en tout cas) du budget de la Défense ?

AFP, publié le samedi 22 décembre 2018 à 22h48 :

« En pantalon de treillis et blouse blanche (quid des chaussures qui sont très importantes dans une cuisine?), le chef cuisinier de l'Elysée Guillaume Gomez sort de sa poche-revolver un thermomètre au laser. Le foie gras de Noël destiné aux 1 000 soldats de la base de N'Djaména, qui réveillonnent samedi avec Emmanuel Macron, n'a-t-il pas pris un coup de chaud ?
Sur cette base qui abrite le centre de commandement de la force française Barkhane, au Sahel, des dizaines de table sont installées pour le banquet du soir.
Le chef Gomez surveille les deux tonnes de fret arrivées de Paris jeudi - foie gras, pâté en croûte, volaille des Landes aux morilles, fromages, entremet au chocolat, champagne. Le repas de fête doit être servi à 1 300 couverts, dont celui du chef de l'Etat qui vient réveillonner avec les troupes, tradition républicaine oblige.
"Il fallait un menu qui tienne au corps. Nos militaires, certains ont 20 ans, ils ont faim", sourit le cuisinier en découpant de grosses tranches de pâté en croûte.
C'est la seconde fois que le président de la République envoie son chef préparer le réveillon des soldats. Le menu est identique à celui servi l'an dernier aux soldats de la base de Niamey, mais les convives sont deux fois plus nombreux.
Les produits ont été offerts (? invendus?) par les producteurs de Rungis et tout a été cuisiné à l'Elysée. Chaque soldat recevra aussi un ballotin de chocolats ( Ballotins Trogneux? - 20,99€ (1er prix) x 1 300 (nbre de convives )= 27 287€), offert cette fois par l'Elysée.

Ce dîner un peu spécial est aussi pour M. Macron l'occasion de faire le point sur l'opération Barkhane, qui depuis 2014 lutte contre les djihadistes au Sahel (Mali, Burkina Faso, Niger, Tchad, Mauritanie). »

Et si, la prochaine fois, économies obligeant, le président Macron se contentait du menu ordinaire de la troupe ? Hum ?! Au fait qu'est-ce qu'on sert en temps ordinaire, dans le désert à nos troupes ?
Mais bon, ne soyons pas trop durs avec les Macron. BM y est allée aussi de son petit effort: « Plutôt critiquée par les Français depuis l'élection de son mari, notamment avec les travaux de rénovation de l'Élysée estimés à plus de 500 000 euros, elle voulait redorer son blason. Depuis le début du mouvement en novembre, la First Lady française aurait renoncé à une partie de ses sorties, comme le théâtre ou le restaurant. »

Cela permettra-t-il d’offrir une prochaine fois à la troupe en marge de la dégustation du pâté en croûte, une petite représentation de théâtre aux armées ?

hameau dans les nuages

Au lieu de taper sur les Gilets jaunes en les traitant d'orduriers, d'alcooliques, de casseurs, d'imbéciles et j'en passe de plus gratinées :

Monsieur Prats, ancien magistrat chargé de la fraude fiscale:

"Fraude fiscale : "Nous avons découvert que 1,8 million de numéros de sécurité sociale étaient attribués en France sur la base de faux documents", affirme @CharlesPrats. @MA2TBE2L #Europe1"

On estime la perte induite à 14 milliards d'euros.

Cette fraude avait été démentie l'année dernière mais cela se précise. Il y aura sûrement des gueules cassées GJ cherchant à frauder parmi eux mais j'ai comme la vague impression que l'on va détourner le regard quand on découvrira quelle population est la plus concernée.

Bon sinon c'est tout chaud:

https://www.ouest-france.fr/societe/justice/il-detournait-des-fonds-publics-pour-payer-sa-fille-l-ex-depute-lr-alain-marsaud-condamne-6137595

Et monsieur Robert Marchenoir qui me brocardait pour être allé dans une clinique pour me faire opérer au lieu d'aller à l'hôpital public de ma ville situé dans des "quartiers difficiles". Le fait d'avoir dû payer un dépassement d'honoraires était sans doute pour lui un signe extérieur de richesse.

duvent

@ sbriglia
« Pourquoi ? Parce qu'il faut parfois, à la démence du réel, rajouter la niaiserie d'une explication et non se limiter à jouer les pétomanes. »

J'ai lu cette surprenante phrase, qui m'a d'abord fait rire, puis il a fallu que je comprenne...

Donc, l'absence d'argumentation a directement à voir avec un organe musical, cet organe n'étant pas un orgue, je présume que pour en jouer il n'est pas indispensable d'avoir fait le Conservatoire...

Sbriglia, non vraiment, je ne partage pas votre avis, mais cela vient sans doute de mes idées venteuses, dès lors, je m'interroge et conjecture sur ce que vous reprochez réellement à ceux qui n'argumentent pas autant que vous aimeriez.

Je suis une des Alpilles, voyez-vous ! Et là, souffle le mistral, qui lorsqu'il vous attrape et vous secoue, qu'il enroule votre manteau sur vos jambes et jette votre chapeau, qui lorsque vous l'esquivez à un coin de rue, vous rejoint au coin suivant, qui ne craint pas de vous remplir les yeux de platane en graines, ce fabuleux et fou mistral nous apprend, dans l'enfance, à savoir écouter le vent, à comprendre ce qu'il dit, à plier devant lui et ranger ses cheveux, à respirer quand il convient et se taire aussi, ce mistral interdit la pétomanie !!

En conséquence de quoi, je ne vous ai pas lu, ni vu, ni su, ni pu...

Ellen

@ Robert Marchenoir | 17 décembre 2018 à 21:33
@ sbriglia | 18 décembre 2018 à 09:21

Il y a des gens avec qui c'est un plaisir d'argumenter parce qu'ils restent corrects, avec d'autres non ! Surtout quand celui-ci fait des commentaires longs sur des kilomètres et se permet d'insulter avant, alors même qu'il n'a pas été invité à ma table.

Keep cool both of you !!

Tchin-tchin !

breizmabro

@ Robert M. 18 décembre 2018 à 13:42
"Je pense que nous devrions maintenant faire intervenir l'armée sur les ronds-points. Les blindés auront le droit de tirer sur la foule, Macron précédera le cortège en costume de Savile Row dans une Rolls de collection, Benalla et ses amis jetteront quelques billets de cent sur la foule, et derrière viendra un cortège de rappeurs dans des tenues de proxénètes, roulant dans des voitures de footballeurs, qui feront des cartons à la kalachnikov sur les récalcitrants"

Drôôôle. Collector Robert M.

Des fois, comme je ne lis pas tout le temps tous vos quinze paragraphes je dois louper des trucs super instructifs. Mais bon...

Dans le genre super instructif avez-vous eu connaissance que France 3 avait, comme dans le bon vieux temps soviétique, modifié une image passée à la télé ?

Je résume : Un type, gilet jaune, portait une pancarte où était inscrit "Macron casse-toi".

Le rédac chef de France 3, respectueux des institutions ;) a fait modifier la photo de la pancarte en retirant "casse-toi".

Du coup il y a eu plein de gens rigolos qui ont téléphoné à la rédaction en disant "c'est ridicule ce mec qui a une pancarte où il est juste écrit "MACRON" sans rien d'autre".

Bref, la journaliste de France 3 a présenté ses excuses au nom de sa rédaction en disant que, par erreur, la photo avait été modifiée avant publication.

Elle est pas belle la vie en Pouti... pardon, en Macronie ? :D

Adéo Robert M.

sbriglia@duvent

"Pourquoi donc Ellen devrait-elle procéder de la façon très professionnelle que vous indiquez ?" (duvent)

Pourquoi ? Parce qu'il faut parfois, à la démence du réel, rajouter la niaiserie d'une explication et non se limiter à jouer les pétomanes.

"Tout le monde a quelque chose à dire, il y a les professionnels, les passionnés, les manipulateurs, les héros, et le reste..."

Certes, et dans ce grand mais dérisoire vacarme j'imagine que vous demandez aux fous d'où vient que leur raison s'égare ?...

Quant à Quintilien on le servit à Vergès, lui qui fit la plus probante démonstration de cet adage... au grand dam de ses clients.

Robert Marchenoir

@ Ellen

Mais oui, c'est ça. Ajoutez donc une couche de mauvaise foi sur la tartine de mauvaise foi que vous venez de nous servir. Un, je fais semblant de discuter sérieusement de politique en racontant n'importe quoi, deux, on me le fait remarquer, trois, je réponds par des attaques personnelles en faisant semblant de m'intéresser à la santé de mon interlocuteur.

Je pense que nous devrions maintenant faire intervenir l'armée sur les ronds-points. Les blindés auront le droit de tirer sur la foule, Macron précédera le cortège en costume de Savile Row dans une Rolls de collection, Benalla et ses amis jetteront quelques billets de cent sur la foule, et derrière viendra un cortège de rappeurs dans des tenues de proxénètes, roulant dans des voitures de footballeurs, qui feront des cartons à la kalachnikov sur les récalcitrants. C'est pratique, les gilets jaunes, ça permet de mieux viser.

Après, on attendra tranquillement de faire défaut sur la dette, le FMI prendra le pouvoir, et les n'infirmières ne seront plus payées que trois jours sur cinq. Tandis qu'on attendra les quatre ou cinq heures d'électricité qui nous seront imparties chaque jour, pour faire cuire les nouilles sans beurre. Puisque c'est ça que veut tout le monde, apparemment...

Aliocha

Vous êtes injuste, sbriglia, et votre généralisation sur les contradicteurs de notre Terminator préféré n'est pas exacte.

Pour ma part, je ne suis pas peu fier, même si je ne m'aventure jamais à argumenter pied à pied avec la mine statistique et orientée de positions qui sont d'emblée fausses et donc qu'il n'est pas utile de réfuter, d'avoir posé, grâce à l'anti-antisémitisme de notre ami, un coin dans les remparts de l'édifice imprenable que ses obsessions ont construits autour de son idéologie, permettant d'y engager les armées de la pipologie et, sa défense du pacte en question en témoigne, d'accéder au moins à la reconnaissance personnelle et qui nous concerne tous, de nos propres contradictions.

C'est l'occasion de rendre un hommage vibrant à nos hôtes à l'heure où le pays s'interroge sur son propre sens démocratique, de savoir organiser ici un débat qui permette de réunir sans uniformiser, de définir le socle commun à tous permettant à chacun, s'il le désire et dans le respect du prochain, d'exprimer, au-delà des certitudes, de se retrouver semblable dans les doutes de ce chemin sans chemin qu'est toute vie humaine, et qu'il est certain qu'ici, à l'exemple éminent de notre hôte, il n'en est pas un qui ne s'associe à cette recherche communautaire des assoiffés de justice :

"Justice, force.

Il est juste que ce qui est juste soit suivi ; il est nécessaire que ce qui est le plus fort soit suivi.

La justice sans la force est impuissante ; la force sans la justice est tyrannique.

La justice sans force est contredite, parce qu'il y a toujours des méchants. La force sans la justice est accusée. Il faut donc mettre ensemble la justice et la force, et pour cela faire que ce qui est juste soit fort ou que ce qui est fort soit juste.

La justice est sujette à dispute. La force est très reconnaissable et sans dispute. Aussi on n'a pu donner la force à la justice, parce que la force a contredit la justice et a dit qu'elle était injuste, et a dit que c'était elle qui était juste.

Et ainsi, ne pouvant faire que ce qui est juste fût fort, on a fait que ce qui est fort fût juste."

Pascal

duvent

@ sbriglia 18 décembre 2018 à 09:21 (@ Ellen)
"Si vous n'êtes pas d'accord avec Robert Marchenoir, argumentez mais de grâce, cessez de hurler au loup : vous vous ridiculisez."

Pourquoi donc Ellen devrait-elle procéder de la façon très professionnelle que vous indiquez ?
Tout le monde a quelque chose à dire, il y a les professionnels, les passionnés, les manipulateurs, les héros, et le reste...

Depuis des semaines, tout et son contraire est déversé avec profusion partout et sans repos, je présume que de tout cela sortira le grand RIEN !

Ce RIEN, qui s'appelle aussi, TOUT, des fois N'IMPORTE QUOI, et assez souvent TEMPETE DANS UN VERRE D'EAU...

C'est assez lamentable de devoir constater qu'un équipement de sécurité, de contrôle, de protection, associé à la misère, au désespoir et aux tourments, aura servi beaucoup plus avantageusement ceux qui malgré leurs privilèges escomptent encore quelques avantages.

Et ceux-là sont beaucoup trop malins pour prendre le moindre risque, cependant ils encouragent ceux qui n'ont rien à perdre ce rien, en échange de quoi eux auront encore des dispositions à prendre relatives à leur tranquillité...

Puisqu'il vous faut des arguments, disons que l'argument principal consisterait à dire à tous et à chacun qu'il est nécessaire de réfléchir, non pas à ce qui motive ce mouvement détourné de sa fin par tous les chiens galeux, mais plutôt à quel avenir prometteur nous destinons ce qui est notre existence, laquelle pour les chanceux est remplie d'enfants.

Lesquels enfants grandiront avec des modèles qui n'ont pas d'argile, les pieds seulement...

Dès lors, l'inquiétude légitime qui vrille, tord et soumet les uns, ne devrait pas servir à tisser les lauriers pour des incapables avides de gains et de pouvoir.

Si cela advenait, et que les lauriers jonchent un jour prochain le chemin vers l'Elysée, alors nous proposerons à ceux qui ont un avis, un « patron de pensée » qui répondra point par point aux experts qui vivent chaudement l'hiver, et fraîchement l'été.

Nous aurons aussi, afin que rien ne soit laissé au hasard, des idées prédigérées et donc faciles à assimiler dans un organisme débile, qui même débile peut servir, pour peu qu'une idée absurde mais lucrative nous vienne, et ensuite, parce que la vie vaut d'être vécue, nous pleurerons ensemble sur les beaux jours qui sont beaux parce que passés.

Sbriglia, vous n'ignorez pas ce que dit Quintilien dans son Institution Oratoire, « Patroni petulantiam, litigator luit. » (Le plaideur paie la rançon de l'insolence de son avocat.)

Ainsi, ceux qui imaginent être entendus et considérés paieront l'insolence et l'inconséquence des beaux parleurs opportunistes !

hameau dans les nuages

@ sbriglia | 18 décembre 2018 à 09:21
"Personne n'a le courage ou la compétence pour lui porter la contradiction, mot à mot, phrase pour phrase..."

La méthode de Robert Marchenoir est digne d'un bombardement de B52, un carpet bombing sans aucune subtilité. Il veut, que dis-je, il doit avoir raison.Pour lui la conciliation et l'écoute sont des gros mots. Pour que la montagne soit propre il la goudronnerait.

Pour ce qui est des médias et du pacte de Marrakech, "il est demandé" aux médias de véhiculer une image positive de l'immigration. Vous voyez ! Aucune contrainte ! seulement un conseil appuyé...

Monsieur Robert Marchenoir est pour tout ce qui est contre et contre pour tout ce qui est pour.

"Un curé, un médecin, et un ingénieur jouent au golf. Ils attendent après un groupe de golfeurs particulièrement lents. Au bout d'un moment, l'ingénieur explose et dit :
- Mais qu'est-ce qu'ils fichent ? ça fait bien un quart d'heure qu'on attend là !
Le docteur intervient, exaspéré lui aussi :
- Je ne sais pas, mais je n'ai jamais vu des gens s'y prendre aussi mal !
Le curé dit alors :
- Attendez, voilà quelqu'un du golf. On n'a qu'à le lui demander.
"Dites-moi, il y a un problème avec le groupe de devant. Ils sont plutôt lents, non ?"
L'autre répond :
- Ah oui, c'est un groupe de pompiers aveugles. Ils ont perdu la vue en tentant de sauver le golf des flammes l'année dernière, alors depuis, on les laisse jouer gratuitement.
Le groupe reste silencieux un moment, et le curé dit :
- C'est si triste. Je vais faire une prière spécialement pour eux ce soir.
Le médecin ajoute :
- Bonne idée. Et moi, je vais contacter un copain chercheur ophtalmologiste pour voir ce qu'il peut faire.
Et l'ingénieur :
- Mais p**ain ! Pourquoi ils jouent pas la nuit ?"

Et voilà ça y est il va s'énerver...

sbriglia

"@ Robert Marchenoir | 17 décembre 2018 à 21:33
Vous avez mangé du dragon pour être si enragé ? Ménagez plus votre coeur et prenez du repos."
Rédigé par : Ellen | 18 décembre 2018 à 01:45

C'est un phénomène étonnant sur ce blog : beaucoup hurlent contre Robert Marchenoir, parlent de ses foucades voire de ses lubies mais personne n'a le courage ou la compétence pour lui porter la contradiction, mot à mot, phrase pour phrase...

RM prend la peine de démontrer, paragraphe après paragraphe, de façon précise, argumentée, référencée, l'inanité d'un commentaire d'Ellen et cette dernière lui répond en s'inquiétant du plat avalé par lui ou de son rythme cardiaque... Affligeant !

Où l'on voit que la dialectique et le Français moyen - trop souvent aussi, hélas, l'élite - ne font pas bon ménage.

Si vous n'êtes pas d'accord avec Robert Marchenoir, argumentez mais de grâce, cessez de hurler au loup : vous vous ridiculisez.

Ellen

@ Robert Marchenoir | 17 décembre 2018 à 21:33

Vous avez mangé du dragon pour être si enragé ? Ménagez plus votre coeur et prenez du repos.

Robert Marchenoir

@ Ellen | 17 décembre 2018 à 01:26

C'est tout de même extraordinaire. Je m'accroche à ma chaise pour ne pas tomber plus bas. N'est-ce pas vous qui nous disiez votre amour, il y a quelque temps, pour telle librairie historique de la capitale, où vous aimiez flâner ?

Et maintenant, vous nous dites, au sujet du pacte de Marrakech : "Il ne serait pas surprenant que les médias aient reçu l'instruction de ne pas en parler ; sujets trop brûlants."

Autrement dit : j'en sais rien, j'ai pas le début de la queue d'un commencement de preuve, mais ça s'pourrait. Donc vous vous permettez de porter des accusations sur la base d'une hypothèse totalement imaginaire ? De même que ça s'pourrait que George W. Bush ait donné l'ordre de faire sauter le World Trade Center, juste pour embêter les musulmans ?

Au demeurant, quelle est la vraisemblance de votre hypothèse ? Quelle est la dernière fois où le gouvernement français a donné l'ordre aux médias de ne pas parler de quelque chose ? Et où, en plus, ils auraient obéi ? De quoi parlez-vous ? Dans quel monde imaginaire vivez-vous ?

Vous n'avez même pas compris mon commentaire auquel vous faites allusion. Vous semblez l'avoir lu à la manière d'un texte en chinois. Je reprochais à patriote mais presque de se contredire lui-même sans s'en rendre compte. Il disait, au sujet du pacte de Marrakech : "Je me demande pourquoi la presse française est muette et n'informe plus les citoyens."

Et il donnait pour preuve, de cette allégation, une citation "de source Libération par AFP"... précisait-il lui-même... qui informait justement les citoyens... sur ce diabolique pacte de Marrakech... sur lequel le méchant gouvernement français aurait donné l'ordre aux médias de faire silence.

De source AFP, c'est-à-dire l'agence de presse d'Etat qui fournit 80 % du contenu de "lémédias" en France (au doigt mouillé), et Libération, c'est-à-dire l'horrible torchon bobo-libéral de gauche qui cherche à nous noyer sous l'immigration tout en nous cachant ce qui se passe vraiment.

Avant de vous laisser "surprendre" par vos propres élucubrations, avez-vous songé à vérifier par vous-même ? Savez-vous qu'il est à votre portée d'acheter un journal et de le lire, d'ouvrir un site Web et d'en faire autant, d'écouter la radio, de regarder la télévision ? Savez-vous, même, qu'il vous est possible de faire une recherche sur Internet ? Savez-vous que vous n'avez pas besoin de demander l'autorisation de Macron pour ça, ni même celle de "Marion" ou de Dupont-Aignan ? Savez-vous qu'il est possible de réfléchir deux secondes avant de raconter n'importe quoi ?

Si vous le saviez, si vous aviez fait cela, vous auriez remarqué que votre hypothèse est non seulement idiote, mais fausse, car vous vous seriez rendue compte que "lémédias" ont évidemment parlé du pacte du Marrakech...

Et d'ailleurs, s'ils ne l'avaient pas fait, comment tant de gros malins pourraient-ils nous raconter, chez Philippe Bilger ou ailleurs, que le pacte de Marrakech est une abomination, parce qu'il contient ci et ça ?... Ont-ils un oncle ambassadeur à l'ONU ? Dînent-ils tous les soirs avec le patron des services secrets français, qui leur a balancé la sauce ?

Une recherche sur Google avec les mots "pacte Marrakech", à la rubrique Actualités, donne 7 690 000 résultats en 0,18 seconde. Parmi lesquels, au hasard :

Le pape François apporte son soutien au « Pacte de Marrakech » sur les migrations - 20 Minutes
Que contient (ou non) le pacte de Marrakech sur les migrations ? - Le Monde
Pacte de Marrakech : ces généraux qui accusent Macron de «trahison" - Le Parisien
Qu'est-ce que le "Pacte de Marrakech", approuvé ce lundi matin ? - L'Est républicain
"Ils vont vendre le pays" : pourquoi le "pacte de Marrakech" affole-t-il une partie des Gilets jaunes et de la droite ? - LCI
Migrations et ONU : qu'est-ce que le «pacte de Marrakech» ? - Libération
De Ciotti à Le Pen, les droites fustigent le pacte de Marrakech sur les migrations - Le Figaro
Que contient vraiment le pacte de Marrakech ? - BFM
Le pacte de l'ONU sur les migrations, mort avant même d'être adopté ? - France Inter
Le pacte de Marrakech qui a fait chavirer le gouvernement belge - France 2

Les médias sont bien courageux de prendre tant de risques, en s'opposant ainsi au gouvernement fasciste de Macron (*) qui leur a ordonné de ne pas parler du pacte de Marrakech...

Quand je pense que certains réclament la démocratie directe avec référendum révocatoire... La démocratie directe suppose un peuple instruit, rationnel et responsable. Je vais finir par penser que ce n'est pas une Thatcher, qu'il nous faut, mais un Pinochet. Là, au moins, vous auriez de quoi vous plaindre.
______

(*) Mais néanmoins "ultra-libéral". Va comprendre...

Catherine JACOB

@ Exilé | 16 décembre 2018 à 18:44
« Ne s'agirait-il pas de ce brav' général qui, lors d'un entretien accordé à la BBC, a cru intelligent de répondre dans un anglais que cette chaîne de télévision a été obligée de sous-titrer afin que ses téléspectateurs britanniques aient eu quelque chance de comprendre ce qu'il disait ? »

C'est vrai ?

Le programme Erasmus (EuRopean Action Scheme for the Mobility of University Students) a été créé en 1987 avec un budget de 85 millions d'écus pour la période 1987-1989. Cette année-là ‘le brav’ général’ comme vous dites de façon moqueuse, né le 26/07/1956, est entré dans sa trente et unième année. Il n'est donc plus élève à Saint-Cyr. Sa fiche Wikipédia dit qu’à cette époque « il commande l'escadron d’éclairage divisionnaire de la 7e division blindée (EED7) au camp du Valdahon dans le Doubs. ». Et donc, peut-être était-il plus utile pour lui d’apprendre à dire « Rien ne vaut la pelle à ch'ni et la patte à r'laver ! » que « Nothing beats the shovel and the rag to clean up » pour recommander le contrôle de la propreté dans les chambrées !

« Le ch'ni, c'est la poussière qui traîne dans la maison et que l'on balaie... pour la ramasser, nous utilisons donc une pelle à ch'ni ! Et après un bon déjeuner franc-comtois, lorsque la table est débarrassée, on passe un p'tit coup de patte à r'laver (chiffon humide utilisé pour tous les nettoyages) ! » (Extrait de cette page .

Auparavant, il était « chef de peloton de chars AMX-30 au 2e régiment de dragons à Haguenau dans le Bas-Rhin depuis 1978 ».

On va dire que la proximité de l’Allemagne où « L'Armée française a créé les troupes d'occupation en Allemagne (TOA) après avoir officiellement pris possession de sa zone d'occupation le 26 juillet 1945, troupes qui sont devenues les forces françaises en Allemagne (FFA) le 10 août 1949 puis les forces françaises stationnées en Allemagne (FFSA) le 1er septembre 1993 et enfin les forces françaises et l'élément civil stationnés en Allemagne (FFECSA) depuis 1999, sachant qu’en 2018, il ne reste plus qu'une seule garnison française en Allemagne », devait davantage incliner à acquérir des compétences en allemand plutôt qu’en anglais.

Maintenant, il est vrai qu’il y avait aussi des forces britanniques en Allemagne (British Forces Germany ou BFG) dont le retrait total est annoncé pour 2019.

Et il est vrai également que des forces armées américaines stationnent en Allemagne et qu'Haguenau n’est pas loin de Karlsruhe Cf. les Formations de la VIIe armée américaine en Allemagne de l'Ouest en 1987.

Et donc, s’il a fréquenté davantage les Texans que les Britanniques, ça me paraît a priori normal qu’il ait fallu sous-titrer son anglais pour les auditeurs de la BBC.

breizmabro

@ fugace 16 décembre 2018 à 14:41

Je crains que Manu non seulement n'ait jamais reçu de fessée ni de coup de pied au Q mais bien au contraire qu'il ait été d'abord le héros de sa grand-mère chez qui il vivait à partir de ses 17 ans, sur la demande de ses parents pour les raisons que tout le monde connaît, et à partir de ses 18 ans Manu sera cornaqué par sa maîtresse durant son parcours universitaire, et j'imagine mal celle-ci lui donnant la fessée (sauf... évidemment, mais c'est une autre histoire ;))

Manu se prend une rouste aujourd'hui et il ne comprend visiblement pas pourquoi et c'est normal, le décalage est trop grand entre son entourage qui lui a toujours dit "Emmanuel t'es le meilleur" et une partie du peuple dont il a la charge qui lui dit "Macron casse-toi t'es nul".

Manu c'est le prototype de ce que sera l'avenir des lycéens et lycéennes d'aujourd'hui à qui l'on rabâche leurs droits mais jamais leurs obligations.

Gavot

@ patriote mais presque | 16 décembre 2018 à 16:25
"Je cherche des informations sur ce fumeux pacte de Marrakech et celles que l'on peut trouver viennent de la presse étrangère, car en France il y a eu des instructions pour que l'on ne parle pas de cette chose..."

Vous mentez.

"...la presse française était sommée de se taire (comme d'habitude) sur cette réunion intergouvernementale de Marrakech"

Vous mentez encore.

"...et cela sur ordre de qui ? mais du président"

Vous mentez toujours.
Toute la presse en a parlé avant, pendant et après.

Il est en outre simplissime de se procurer le texte intégral (en français ou en anglais), qui ne fait qu'une quarantaine de pages, sur le site de l'ONU.

Vous pouvez être pour, contre ou indifférent, mais mentir de manière aussi grossière, c'est aussi inutile que pénible (et je passe sur vos considérations concernant la santé mentale du président vu la fiabilité de vos analyses précédentes).

Noblejoué

Chef.

Il faut être capable de se faire aimer et de se passer d'amour, il faut être légitime par la manière dont on arrive au pouvoir et incarner les principes quand on y est mais sans que les gens y pensent davantage comme quand ils apprennent quelque chose sans même en avoir conscience, par la magie du style.

Il faut avoir un but, aimer ceux qu'on dirige sans être trop près ou trop loin, dans l'empathie mais non dans la rivalité.
Il ne faut jamais oublier ce qu'on doit à son poste mais s'oublier soi-même.

En somme, l'inverse, c'est la même chose, de ceux qui veulent un chef ou jouent les petits chefs à grignoter la liberté et les nerfs de leurs contemporains.
On dit qu'un chef doit savoir obéir, c'est vrai et c'est faux, plier quand il le faut pour le bien de ce qu'il y a à faire, mais cela ne signifie pas qu'il veuille absolument obéir ou d'ailleurs même commander.

Rien ne se fait bien sans attachement mais aussi détachement, conviction mais distance par rapport à soi et au monde.
Cela se voit particulièrement chez un chef, un chef ne dit pas qu'il l'est, il agit comme qui pense être un chef ou plutôt, pense et sent sans même y penser mais comme un fait acquis, il est chef, il "est celui qui est" chef.

Les petits chefs, quel que soit leur rang, s'agitent et se mettent en avant, il est donc plus difficile de trouver de vrais chefs que d'usurpateurs d'une autorité dans le sens de gens qui n'en usent que pour eux et la disqualifient.

L'anarchiste qui se passe du pouvoir sans lui nuire et le chef qui n'abuse pas de son pouvoir et laisse des gens s'en abstraire tant qu'ils ne menacent pas la société sont pareils : des gens qui maîtrisent la situation en n'en abusant pas.
La maîtrise de soi et des autres sont des déclinaisons de la maîtrise, savoir d'un calcul de rapport de force comme la capacité de mettre le calcul de côté quand il le faut.

Le chef est un solitaire caché dans le groupe, dedans et dehors comme la lame dans la garde d'une épée.

Ellen

@ Robert Marchenoir | 16 décembre 2018 à 23:38
"Je me demande pourquoi la presse française est muette et n'informe plus les citoyens."

Si vous voulez parler du pacte de Marrakech avalisé en catimini par M. Macron le matin du 10 décembre, le jour de son discours de 20h (encore une autre trahison) et du RIC "Référendum d'Initiative du Citoyen", il ne serait pas surprenant que les médias aient reçu l'instruction de ne pas en parler ; sujets trop brûlants. Je sens bien que le début de l'année 2019 s'annonce déjà mouvementé.

Ecoutez Sud Radio sur l'immigration, seule radio autorisant la liberté d'expression. Pourvu qu'elle dure le plus longtemps possible.

Robert Marchenoir

@ Ellen | 16 décembre 2018 à 11:23
"Pardon, mais je ne vois aucun rapport entre les deux frères. Chaque enfant, même issu de la même fratrie, est différent et possède à lui seul sa propre personnalité et ses propres passions dans la vie."

Vous avez raison en général, et sur le fond ; mais cela ne réfute pas mon propos. L'opinion publique qui appelle Pierre de Villiers au pouvoir est la même que celle qui a des sympathies pour Philippe de Villiers.

Les médias qui ont patiemment échafaudé la statue de Pierre de Villiers au fil des mois (avant de la démolir sur ordre du Kremlin) sont les mêmes que ceux qui soutiennent son frère.

Car, oui, les sites de "réinformation" sont eux aussi des médias, même s'ils n'ont pas les mêmes moyens que les gros.

Il n'est pas niable que si le général s'était appelé Tartemolle, il n'aurait pas bénéficié du même courant de sympathie.
______

@ patriote mais presque | 16 décembre 2018 à 10:08

D'abord :

"Sans vote ni signature, la conférence intergouvernementale de Marrakech devait être une simple étape formelle du processus, avant un ultime vote de ratification le 19 décembre à l’Assemblée générale de l’ONU. (source Libération Par AFP — 10 décembre 2018)"

Puis :

"Je me demande pourquoi la presse française est muette et n'informe plus les citoyens."

Cherchez l'erreur. Puis, relevez la fréquence de cette figure de rhétorique dans le discours réacosphérique.

Mary Preud'homme

@ Ellen | 16 décembre 2018 à 11:23

Très juste Ellen.
Mais pour le comprendre encore faudrait-il être débarrassé de tout préjugé et prévention, en s'abstenant de juger sur les apparences ou les on-dit (et non sur le fond et en connaissance de cause).

Ellen

En faisant une analyse approfondie, je ne sais pas s'il faut encore donner une seconde chance à M. Macron, le chef présumé ?

Ça déborde de partout dans la sphère macronienne.

C'est ahurissant ! Pendant que notre armée française se bat sur le terrain contre les islamistes de Daech, que tous nos services de sécurité intérieure se diversifient et sont en alerte pour assurer au maximum la protection des Français, les premiers visés par les terroristes islamiques sur notre territoire, M. Macron, une fois de plus nous a trahis.

Le lundi 10 décembre à 20h (discours en pré-enregistré) M. Macron déclare ouvertement qu'il veut que nous abordions la question de l'immigration. Oups ! y a comme une entourloupe ! de quelle immigration parlait-il ? Mais oui, celle du pacte de Marrakech voyons. Mais chut ! et puis finalement ça ne regarde pas la lèpre brune de Français.

Attention, ouvrez les yeux... Le matin même du 10 décembre, Macron donne son aval au pacte de Marrakech en catimini pour l'immigration de masse au prix d'un pognon de dingue pour financer le multiculturalisme politico-islamique !

Exilé

@ Antoine Marquet
« Le président Chirac avait relevé de son commandement opérationnel un général en poste en Bosnie-Herzégovine ce qui n'a pas empêché ce dernier d'accéder au rang et appellation de général d'armée. »

Ne s'agirait-il pas de ce brav' général qui, lors d'un entretien accordé à la BBC, a cru intelligent de répondre dans un anglais que cette chaîne de télévision a été obligée de sous-titrer afin que ses téléspectateurs britanniques aient eu quelque chance de comprendre ce qu'il disait ?

Michel Deluré

@ Pierre Edouard 16/12 10:18

Je me sens très proche des positions que vous exposez dans votre commentaire.
Si comme vous je suis profondément légitimiste, il m'arrive cependant de douter parfois de la justesse de ce comportement lorsque je constate que ceux que ma voix a contribué à faire sortir des urnes ne respectent pas, eux, une fois élu, le contrat initialement passé avec eux.

Comme beaucoup d'électeurs qui se trouvent dans une situation identique à la mienne, j'éprouve alors ce sentiment détestable de me sentir, pour parler trivialement, cocu. Et vous conviendrez avec moi qu'une telle situation n'a jamais rien de bien agréable !

De telles situations récurrentes, de telles désillusions accumulées au fil des mandats présidentiels successifs, des efforts systématiquement demandés à certains, toujours les mêmes, alors que d'autres, toujours les mêmes eux aussi, n'ont plus qu'à récolter les fruits de ces efforts, tous ces ingrédients constituent à terme un mélange explosif. Et si je regrette et condamne vivement, lorsque l'explosion se produit, les conséquences qui parfois en résultent, je peux comprendre l'expression de cette colère devenue hélas inéluctable.

Le respect du verdict des urnes ne s'impose pas qu'au corps électoral. Il doit s'imposer aussi à l'élu qui doit user du pouvoir qui lui a été confié pour servir son pays de manière juste et équitable et non pour se servir lui-même ou servir son clan.

patriote mais presque

Comme beaucoup d'autres, je cherche des informations sur ce fumeux pacte de Marrakech et celles que l'on peut trouver viennent de la presse étrangère, car en France il y a eu des instructions pour que l'on ne parle pas de cette chose qui ne concerne pas la populace et encore moins son Assemblée nationale. D'ailleurs, ce pacte serait devenu une réunion intergouvernementale sans vote ni signature et dont la ratification initialement prévue à l'ONU deviendrait ubuesque.

Bref, le jour ou l'on fêtait le 70e anniversaire des droits de l'homme, la presse française était sommée de se taire (comme d'habitude) sur cette réunion intergouvernementale de Marrakech et cela sur ordre de qui ? mais du président, qui est devenu un être détestable et incapable d'avoir une politique viable à court, moyen et long terme. Un psychopathe à la tête de notre pays, c'est incroyable mais vrai.

Voici ce qu'en pense un autre internaute.

https://berdepas.com/

Heureusement que Trump est là sur la scène internationale pour dire NON !

Patrice Charoulet

@ Robert Marchenoir 16 déc. 9h32

Vous avez écrit notamment ceci :

"C'est, bien entendu, le fruit de l'inclination anti-libérale française : le chef d'entreprise est le "patron" tant haï des marxistes et de leurs descendants"

Je vous signale, quant à moi, ceci :
Dans ma station balnéaire, le plus grand hôtel affiche un avis bilingue sur sa porte. Le texte anglais se termine par "The manager". Le texte français se termine par "La direction". Pour des yeux français et des esprits français actuels, ce collectif (atténuatif) est moins rude et passe mieux que la traduction exacte de "manager".

duvent

@ genau | 16 décembre 2018 à 10:50
"Un de nous citait un joli poème dans le dernier billet, latin, un peu mièvre, bien dans le style de l'amant d'Antinoüs et que célébra Marguerite de Crayencour, enfin, je suppose ; ma mémoire n'est plus aussi bonne. C'était tout à fait à propos, ce n'est que le corps froid des âmes dépassées qui nous restera, à ce compte."

J'aime bien le détour, mais je n'aime pas "mièvre".
Aussi, je vous propose de revoir cet extrait très drôle, qui remet les femmes au centre "extérieur" de la vie des hommes... : la rue Gustave Faubert...

https://www.youtube.com/watch?v=Qn_aeWsv-FI

Obiter dictum, votre mémoire est excellente !

sbriglia

@ xc

Et capitaine de frégate, mille sabords !

fugace

@ breizmabro | 15 décembre 2018 à 15:57

Comme Sheila chantait "C'est ma première surprise-partie", E. Macron va pouvoir à son tour chanter "C'est ma première fessée".

Je ne me souviens pas d'en avoir reçu une seule, ni à la maison, ni même à l'école primaire, où c'était fesses à l'air devant la classe. Un magistral coup de pied au Q, oui je m'en souviens, mérité certes, même si l'instit ne s'honora pas ce jour-là.
Qui ne se souvient pas de sa première brimade ?

-----------------------------------------

@ Jacques C | 15 décembre 2018 à 18:29

- Comment atteindre et même dépasser son son seuil de compétences ?

- Pourquoi pas cinq galons or ?

Respectueusement.

Xavier NEBOUT

@ Robert Marchenoir

Pour une fois que je vous lis en entier, je n'y vois que des imbécillités dont la plus belle est de nier que la première qualité d'un chef militaire soit de savoir se faire aimer.
On a vu ça avec Napoléon, avec Pétain qui a fait des miracles en 1916 en se faisant aimer pour toujours, et en mai 1940 où tout venant d'en haut côté français et donc peu importe que le chef soit aimé, et l'inverse côté allemand.

Mais vous faites aussi preuve d'une parfaite mauvaise foi en faisant parler de Villiers d'un service militaire alors qu'il n'a jamais été question que de service national et civil.

Catherine JACOB

@ Pierre Edouard | 16 décembre 2018 à 10:18
« Le général Lecointre, actuel C.E.M., a un parcours militaire véritablement fait de terrain. Rien à voir avec Pierre de Villiers. »

J’ai jeté un œil sur sa fiche Wikipédia, où trône en effet un cliché à l’air nettement plus martial que ne l’est celui du général de Villiers.

Ce qui ne gâte rien, il ressemble physiquement à l’un de mes oncles qui fut militaire lui aussi et avait, de même, un oncle mort au champ d’honneur, mais bon comme un aigle royal ressemble à un faucon, soit dit sans vexer ni ma mère sa sœur, ni mes cousines, militaires de énième génération elles aussi, alors que je ne suis, pour ma part, qu’une modeste emmerdeuse de philosophe orientalisante…

F. Lecointre est certes le héros du « dernier combat « baïonnette au canon » de l'armée française », mais bon, le capitaine Lecointre n’a pas repris le pont de Vrbanja tout seul et il a mené ensuite, si l’on en croit sa fiche, une carrière essentiellement administrative.

En tout cas, le général de Villiers a bien compris, intuitivement semble-t-il, beaucoup de choses dont la trame de fond sociologique est expliquée par Alain Testart, ingénieur de l’École Nationale Supérieure des Mines de Paris ayant bifurqué vers l’ethnologie et la sociologie comparative et de cela, je suis très admirative. Le général Lecointre ne perdrait sans doute rien à lui demander conseil le cas échéant.

Cela étant, je ne suis pas d’accord avec l’ensemble de ce que je connais des analyses de Testart.

Ellen

@ Wil | 15 décembre 2018 à 21:54
"...mais qui ne dit rien quand Macron baisse son froc devant les Gilets jaunes et renonce à respecter les 3% alors que ses annonces ne sont pas financées du tout, etc."

Quand il y a le feu au lac, on préfère sauver sa peau et terminer le mandat en beauté sain et sauf que plaire à Bruxelles et à la Chancelière Merkel qui de toutes façons quitte la politique et les 3% imposés.

Pas de souci, M. Macron trouvera bien une autre sortie de secours, un filon d'un banquier filou ça se connaît. Un petit tour de passe-passe et hop, c'est gagné. Je suis donc j'y reste, à l'Elysée. La France et les Français d'abord et quand la paix sociale sera rétablie et les Français enfin satisfaits, on pensera à l'UE. C'est dans l'ordre des choses.

------------------------------------

@ Robert Marchenoir | 16 décembre 2018 à 09:32
"Alors si en plus le fonctionnaire est un général, qu'il explique comment être un chef et qu'en prime il est le frère de Philippe de Villiers..."

Pardon, mais je ne vois aucun rapport entre les deux frères.

Chaque enfant, même issu de la même fratrie, est différent et possède à lui seul sa propre personnalité et ses propres passions dans la vie. Si les capacités et compétences sont là, en plus du bon caractère, les réussites professionnelles et familiales suivent. C'est valable pour chacun d'entre nous.

genau

SI quelqu'une pense en antiphrase à propos des de Villers, c'est bien parce que le "dictateur lit dans Eschyle".
Il est vrai que les attitudes contradictoires peuvent induire une pensée colérique, une envie de se raccrocher à une valeur réputée sûre parce qu'elle existe, un peu comme autrefois une action de Saint-Gobain, à la fois financière, chrétienne et transparente... jusqu'à la chute. J'aurais pu prendre Sucreries Saint-Louis, juste pour résumer le joli film "Deo Gratias" sorti sous le titre "Un drôle de paroissien".

C'est qu'il s'agit de savoir si nous devons survivre aux palinodies du chef de l'Etat, tiraillé par le gilet de Lagerfeld et la nécessité de pacter à Marrakech.

Enfin, peu importe, que pourra un pays ou un général contre la meute des dogues déchaînés par le Machin pour engloutir les différences ? C'est que ces gens-là, voyez-vous, ne savent pas se gouverner, ou se laisser gouverner. Ils meurent de faim mais leurs dirigeants sont luisants de graisse, ont des chemises immaculées et eux des boubous dégueulasses, affrètent des avions d'affaires et eux des matelas gonflables, et l'ensemble nous impute cette confrontation.

Pour faire bonne mesure et dans la conscience de l'absurdité du cas, le Machin délivre un billet d'humeur à la définition hilarante de juridiquement non contraignant. Quoi qu'on ait pu en dire, ce titre n'a aucun sens. Ce qui est juridique relève de la technique mais aussi de la morale, qui rôde autour. Une alliance entre la morale et la technique est obligatoirement contraignante. Déclarer le contraire, c'est mettre en porte-à-faux tout pays qui y sera confronté. Refuser sera une attitude purement technique, littérale, au contraire de la vocation du droit et de l'universalité de la morale, du moins celle que nous concevons.
Doublement renégat, ledit pays sera montré du doigt, et on lui fera les gros yeux au nom de je ne sais quelle solidarité bafouée et de l'évidence que les préambules imposent.
Est-ce l'âme des destinataires qui va en souffrir, ou le corps damné des voyageurs sans bagages ? Un de nous citait un joli poème dans le dernier billet, latin, un peu mièvre, bien dans le style de l'amant d'Antinoüs et que célébra Marguerite de Crayencour, enfin, je suppose ; ma mémoire n'est plus aussi bonne. C'était tout à fait à propos, ce n'est que le corps froid des âmes dépassées qui nous restera, à ce compte.

xc

@ Ellen | 15 décembre 2018 à 20:53

Je ne connaissais pas l'expression "5 panachés", mais je tente le coup: je parie que Jacques C était lieutenant-colonel. Ce grade, entre commandant et colonel, est matérialisé par 5 galons, 3 dorés et 2 argentés, intercalés.

Ellen

"Il n'empêche que depuis sa démission fracassante le 19 juillet, il n'est pas une parole ou un écrit de Pierre de Villiers - notamment son dernier livre "Qu'est-ce qu'un chef ?" - qui ne soit approuvé et même porté au pinacle, avec une manière d'évidence, comme si avec sa vision de la vie, du rapport avec autrui, du commandement, il exprimait ce que beaucoup attendaient confusément ou explicitement. Il y a dans cette adhésion quasi inconditionnelle même de la part de ceux plutôt étrangers à la chose militaire et à ses vertus un signal qui ne doit pas manquer de nous alerter et justifierait qu'il soit clairement intégré par le pouvoir dans sa réflexion et sa pratique". (Ph.B)

Ça me fait penser à l'une de ces émissions télévisées en 2003 où des ados entre 14 et 18 ans et de jeunes adultes reprochaient à leurs parents de n'avoir pas été assez sévères pour les encadrer et leur montrer le meilleur chemin à suivre dans la vie. Certains se disaient mal-aimés mais recevaient beaucoup d'argent de poche pour aller s'amuser quand les parents préféraient les soirées mondaines, d'autres se disaient jamais punis quand ils faisaient de grosses bêtises et ne savaient plus où était la ligne rouge à ne pas dépasser.

En fait, je crois que ces jeunes ont besoin d'un encadrement aimant mais obéissant à un homme qui saura les mettre dans le droit chemin de la vie.

Pierre Edouard

Non, l'individu n'est pas polyvalent (bien que chez les cadres de haut rang il y ait une formation pluridisciplinaire).

Le général Lecointre, actuel C.E.M., a un parcours militaire véritablement fait de terrain. Rien à voir avec Pierre de Villiers.

Ceci dit, il me semble utile de préciser quelques-unes de mes positions :

- je suis légitimiste, respectueux des résultats sortis des urnes
- je suis économiquement libéral et attaché à la responsabilité personnelle
- je suis favorable à une fonction publique limitée aux fonctions régaliennes, et donc
- favorable à une réduction drastique du nombre de fonctionnaires
- je suis favorable à une réduction du nombre d'élus, et ainsi
- favorable à la suppression du millefeuille administratif

Par contre je suis

- fermement opposé au populisme
- ennemi juré du "pouvoir par la rue" qui est le contraire de la démocratie
- profondément irrité par la bêtise ("evelynisation" des esprits)
- en colère contre le gaspillage d'argent public, par manque de contrôle de son usage

Je ne peux pas adhérer aux revendications des Gilets jaunes qui veulent contraindre, par la force et l'intimidation, le pouvoir démocratique sorti des urnes à accepter leurs revendications, aussi farfelues soient-elles.

La "démocratie directe", celle qui permettrait de contester au jour le jour les décisions du pouvoir politique, voire de destituer les représentants élus sur un coup de tête, est une solution pire que le mal.

patriote mais presque

Sans vote ni signature, la conférence intergouvernementale de Marrakech devait être une simple étape formelle du processus, avant un ultime vote de ratification le 19 décembre à l’Assemblée générale de l’ONU. (source Libération Par AFP — 10 décembre 2018)

Je me demande pourquoi la presse française est muette et n'informe plus les citoyens, même réflexion au niveau du Parlement qui est consulté pour des broutilles et obéit stricto sensu aux gouvernants. Sommes-nous déjà morts et enterrés ?

Jean de La Fontaine

Les grenouilles se lassant
De l'état démocratique,
Par leurs clameurs firent tant
Que Jupin les soumit au pouvoir monarchique.
Il leur tomba du ciel un roi tout pacifique:
Ce roi fit toutefois un tel bruit en tombant,
Que la gent marécageuse,
Gent fort sotte et fort peureuse,
S'alla cacher sous les eaux,
Dans les joncs, les roseaux,
Dans les trous du marécage,
Sans oser de longtemps regarder au visage
Celui qu'elles croyaient être un géant nouveau.
Or c'était un soliveau,
De qui la gravité fit peur à la première
Qui, de le voir s'aventurant,
Osa bien quitter sa tanière.
Elle approcha, mais en tremblant;
Une autre la suivit, une autre en fit autant:
Il en vint une fourmilière;
Et leur troupe à la fin se rendit familière
Jusqu'à sauter sur l'épaule du roi.
Le bon sire le souffre et se tient toujours coi.
Jupin en a bientôt la cervelle rompue:
«Donnez-nous, dit ce peuple, un roi qui se remue.»
Le monarque des dieux leur envoie une grue,
Qui les croque, qui les tue,
Qui les gobe à son plaisir;
Et grenouilles de se plaindre.
Et Jupin de leur dire:« Eh quoi? votre désir
A ses lois croit-il nous astreindre?
Vous avez dû premièrement
Garder votre gouvernement;
Mais, ne l'ayant pas fait, il vous devait suffire
Que votre premier roi fut débonnaire et doux
De celui-ci contentez-vous,
De peur d'en rencontrer un pire.»

Xavier NEBOUT

Le monde de la famille Le Jolis de Villiers de Saintignon n'est pas compatible avec celui des socio-communistes issu de la Libération qui nous accable depuis, et que l'on y considère comme de la racaille.
De Gaulle n'en pensait pas moins des guignols qui l'adulaient, et c'est ce que les Français aimaient plus ou moins consciemment chez lui.

Les Français - du moins de souche - ne sont subconsciemment dignes que d'un Roi. Mais cela, on n'est pas près de l'apprendre à Sciences Po ou à l'ENA. Chez Marion, peut-être...

Ellen

@ Pierre Blanchard | 15 décembre 2018 à 21:28
"Pierre de Villiers est recruté pour « sa riche expérience en matière d'analyse des situations et des risques, de transformation des organisations et d'efficacité opérationnelle »

Ça tombe à pique ! M. Macron devrait se rapprocher du Général de Villiers et le consulter pour parfaire son expérience sur les situations à risques.

Ce serait vraiment drôle, vous ne trouvez pas ? Seul Castaner rirait jaune.

sylvain

Les mosquées salafistes les plus radicales de Strasbourg sont ouvertes depuis des années.

Quarante-huit heures ont suffi à la justislamiste pour démonter la crèche à Ménard, ce pelé ce galeux ce facho réac raciste.

Non mais ! Ils ont de sacrés biscoteaux nos juges rouges quand ils veulent.

Robert Marchenoir

Je n'ai pas lu les livres du général de Villiers (beaucoup d'autres les précèdent sur ma liste), mais ce qu'il écrit sur les vertus du chef est une liste de banalités, déjà publiées dans des milliers de livres de management. La plupart écrits par des tâcherons anonymes dont personne ne retiendra le nom.

Ce qui est significatif, en l'occurrence, ce n'est pas le contenu de ses conseils de chefferie. C'est, entre autres, la raison pour laquelle on s'intéresse aux siens, et non à ceux des chefs d'entreprise, qui sont les véritables dirigeants d'aujourd'hui. Le bien-être des Français dépend beaucoup plus d'eux que des officiers supérieurs de l'armée.

C'est, bien entendu, le fruit de l'inclination anti-libérale française : le chef d'entreprise est le "patron" tant haï des marxistes et de leurs descendants, tandis que le général incarne la préférence nationale pour la tyrannie et la servitude.

A cela s'ajoutent toute une série d'incohérences attachées à cette soudaine passion militaire.

Le général de Villiers se paye notre fiole. Il nous dit, en substance, que donner des ordres consiste à se faire aimer. C'est, dans une certaine mesure, exact en politique, dans l'entreprise ou dans la famille. C'est tout à fait fallacieux concernant l'armée, où un ordre est un ordre, et où l'obéissance est une vertu en soi.

Pierre de Villiers serait bien aimable de nous indiquer à quel moment, dans l'institution qu'il a dirigée, le soldat de base a la faculté de répondre à un ordre en disant qu'il est "démotivé", que la "souffrance au travail" est intolérable, et que d'ailleurs il ne faut pas aller tuer des islamistes en Syrie parce que cela fait de la peine à Vladimir Poutine, la preuve : c'est marqué sur le site de RT "France".

Donc, de Villiers donne des conseils à Macron dans un domaine où lui-même n'a aucune expérience ni aucune légitimité -- travers franchouille bien connu.

Le peu que j'ai entendu de sa bouche sur le plan politique corrobore cette hypocrisie. De Villiers se plaint que son budget soit trop faible -- ce qui est à la portée de n'importe quel abruti. Tout le monde, en France, passe son temps à se plaindre du manque de "moyens". Résultat : 57 % de dépense publique dans le PIB. Le fait que, dans le cas de l'armée, ce soit exact, ne change rien à la facilité du propos.

Mais quand il s'agit de décisions politiques concrètes, qu'entend-on ? Le général de Villiers a dit qu'il était hors de question que l'armée finance le nouveau service militaire obligatoire. Je pense qu'il a raison, même si l'absurdité profonde de cette déclaration doit soulever l'inquiétude : si ce n'est pas à l'armée de financer le service militaire, alors à quoi sert-elle ? et à quoi sert-il ?

Bien entendu, l'armée n'a déjà pas les moyens de financer les guerres qu'on lui demande de livrer, donc elle ne peut pas, en plus, prendre en charge des millions de bons à rien.

Mais que dit, dans la foulée, le général de Villiers ? Il se déclare favorable à ce nouveau "service national" (et non militaire, voilà l'arnaque). Il suggère, selon l'imbécile cliché en vigueur, que cela permettrait à la fois de "créer du lien social", de "souder les populations" et de faire la pub de l'armée, qui est une belle et noble chose.

Inutile de dire que si cette increvable mauvaise idée est effectivement appliquée, ce sera dans la lignée de ce qu'a réclamé je ne sais quel président "d'assoce" fédérant les "assoces" de jeunes, à savoir que ces un à douze mois devraient servir "à expliquer aux jeunes comment s'orienter parmi les services sociaux".

Autrement dit, on est en train de créer une douzième branche de la Sécurité sociale, pour expliquer aux "jeunes", qui sont trop bêtes pour le découvrir par eux-mêmes, comment solliciter des allocations de la part des onze autres.

Et c'est le président d'un truc qui ne sert à rien, payé à ne rien faire avec nos sous, qui vous le dit, et qui lui-même "fédère" des palanquées de présidents payés à ne rien faire avec vos ronds.

Ajoutons que ce "service" servira aussi à conserver les jeunes un peu plus longtemps au chômage aux frais de l'État, en les mettant au "travail" dans je ne sais quels ateliers nationaux du genre sapeur Camember.

Bien entendu, sur le plan strictement militaire, il n'aura aucun intérêt et sera même contre-productif -- quelle que soit la source de financement.

Si l'on voulait faire une caricature de l'anti-modèle français que personne ne nous envie, on ne ferait pas mieux que ce prétendu "service national".

Voilà l'arnaque que soutient le général de Villiers, qui est en somme un parfait Gilet jaune : je manque de "moyens", il faut "rétablir les services publics", mais c'est aux autres de payer.

Pierre de Villiers incarne à merveille les contradictions qui bloquent le pays. D'une part, les Gilets jaunes réclament la démocratie directe, ils écrivent noir sur blanc, en tête de leurs revendications : "Députés de France, nous vous faisons part des directives du peuple pour que vous les transposiez en loi. Obéissez à la volonté du peuple. Faites appliquer ces directives." (Euh... mon canard... c'est pas comme ça que ça marche. T'as trop écouté tes "professeurs des écoles" robespierristes dans ton enfance.)

D'autre part, ils ont les genoux qui flanchent à l'idée d'être dirigés par un général, un Chef, un vrai.

Il va falloir que vous choisissiez, mes lapins. Ça ne peut pas être les deux. De même que vous ne pouvez pas, à la fois, réclamer qu'Emmanuel Macron "parle au peuple de France comme un père, avec amour et respect", ainsi que l'a fait l'un des porte-parole des Gilets jaunes, Christophe Chalençon, et exiger la démocratie directe, avec mandat impératif et référendum révocatoire, idée imbécile qui n'a jamais été mise en œuvre nulle part.

Même pour un véritable référendum d'initiative populaire, à la suisse (revendication que je fais évidemment mienne), il faut faire preuve d'un peu plus de sens des responsabilités -- et renoncer, bien sûr, à la quête illusoire de l'Homme Providentiel.

Les gilétistes couvrent d'ordure Emmanuel Macron, au motif qu'il n'a pas d'abord été maire puis député, mais ils réclament à leur tête le général de Villiers, qui ne s'est jamais fait élire par personne.

Ah ! évidemment, Pierre de Villiers est fonctionnaire, et le fonctionnaire est un peu le dieu vivant de notre temps, l'homme qui ne peut pas faire le mal et d'où émane naturellement la bonté intrinsèque de l'État.

Comme le montre le fait que d'innombrables porte-parole des Gilets jaunes aient reçu des menaces de mort de leurs propres "camarades", afin qu'ils ne discutent pas avec le gouvernement, sauf celui qui aurait dû, au minimum, être bombardé de tomates pourries, au lieu d'être autorisé à se pavaner à la télévision : le fonctionnaire à la Culture "momentanément privé d'emploi", mais néanmoins payé littéralement à ne rien faire, 2 600 euros nets par mois, depuis dix ans.

Motif : "en conflit avec sa hiérarchie". Cool... Moi aussi, quand je serai grand, je veux être "momentanément privé d'emploi" comme François Barnaba.

Alors si en plus le fonctionnaire est un général, qu'il explique comment être un chef et qu'en prime il est le frère de Philippe de Villiers...

Catherine JACOB

@ Antoine Marquet | 15 décembre 2018 à 19:43
« Saint-Cyr forme des aigles certes, mais des corbeaux aussi ! »

Chaque espèce de volatile à son intérêt. J’ai une fois assisté depuis une falaise côtière de la mer du Japon, à un combat aérien entre un milan royal (envergure: 175 à 195 cm, poids: 950 à 1300 g) et des corvus corax (grands corbeaux ; envergure : 116 à 118 cm, poids 690 à 1600 g) planant comme les rapaces dans les courants thermiques, ces deux espèces étant des rivaux alimentaires, ce que l’aigle dont le territoire de chasse occupe par ailleurs une surface dix fois plus grande, n’est ni pour l’un, ni pour l’autre sinon occasionnellement par opportunisme. Bref, c’est le milan qui a dégagé.

Je pense qu’il faut savoir utiliser les compétences et les savoir-faire de chacun. Exemple, quand ma sœur et moi cuisinons ensemble à l’occasion d’un repas de famille, elle me donne toujours les trucs délicats à nettoyer comme par ex. la salade, car, vu qu’elle me connaît maniaque, elle est sûre que ce sera bien fait et qu’il ne restera aucun grain de sable pour crisser sous la dent. Moi, en revanche, je la laisse s’occuper du chapon ou du canard, qu’elle est capable de reconstituer minutieusement en sa forme initiale après l’avoir entièrement désossé, ce qui demande quand même quelques compétences… etc. Qui dira qu’il vaudrait mieux trouver du sable dans son assiette que de petits os pointus ou l’inverse ?

———————

@ Ellen | 15 décembre 2018 à 20:53
« Que veut dire "cinq panachés" ? »

Le lieutenant-colonel porte cinq galons (panachés or et argent) ce qui ne doit pas l'empêcher, j'imagine, de boire sa bière sans limonade...

——————

@ Wil | 15 décembre 2018 à 21:54
« ...mais qui ne dit rien quand Macron baisse son froc devant les Gilets jaunes et renonce à respecter les 3% alors que ses annonces ne sont pas financées du tout, etc. »

Il me semble que c’est Mitterrand qui avait lancé à l’emporte-pièce cette limite de 3% qui n’aurait pour un bon économiste aucun sens. Maintenant, le problème de Macron, ce n’est pas d’avoir reculé, c’est de ne pas avoir analysé correctement le contexte et avoir prévu la situation.

——————-

@ Savonarole | 15 décembre 2018 à 20:10
« Je veux bien tout ce qu'on voudra, mais quand on arrive au grade de général sans jamais avoir entendu un coup de canon faudra pas me demander de monter à l'assaut avec lui... »

J’ai envie de dire que si vous montez à l’assaut, après analyse de la situation par un bon stratège, bon analyste, vous avez beaucoup moins de chance d’y laisser des plumes, soit dit pour respecter le contexte aviaire, que si vous suivez un matamore qui partira l’échiquier sous le bras, laissant toutes les pièces sur le carreau.
D’après son livre, le général d’Armée de Villiers penche plutôt pour gagner par l’intelligence que par le sacrifice irrationnel des hommes, ce qui est infiniment respectable et souhaitable.

Achille

« Certains Gilets jaunes n'ont pas hésité à réclamer sa nomination comme Premier ministre, ce qui, pour être absurde sur le plan politique, ne révélait pas moins, de la part d'un pays en crise, un désir d'autorité et une aspiration à un nouveau mode de gouvernement »

Sincèrement j’imagine mal Emmanuel Macron désigner Pierre de Villiers Premier ministre. Cela relève de la série B de politique-fiction à l’américaine.
Inutile de demander l’appartenance politique des Gilets jaunes qui réclament cette nomination. La ficelle est un peu grosse.

Quand un pays connaît une situation de crise existentielle, comme c’est le cas pour la France depuis un mois, certains citoyens imaginent tout de suite que la solution consiste à mettre un militaire au pouvoir pour remettre les pendules à l’heure.
Certes cela a été le cas avec le général de Gaulle, mais ce dernier était un personnage historique qui s’était distingué par ses qualités de chef charismatique pendant la dernière guerre ainsi que tout le temps qu’il a été « aux responsabilités ». Ceci ne l’a pas empêché d’être très chahuté dans les années soixante par les caricaturistes, les imitateurs, ainsi que ses adversaires politiques. Il a même dû essuyer des attentats, des vrais…

Je ne connais pas les états de service du général de Villiers, mais ils ne sauraient être comparables avec ceux du général de Gaulle. Un bon militaire, fût-il très apprécié par ses hommes et montrant indiscutablement des qualités de chef, ne devient pas forcement un bon Premier ministre, pas davantage un bon président. La politique c’est un tout autre métier où la rigueur (pour ne pas dire la rigidité) militaire ne saurait avoir sa place.

C’est Clemenceau, un autre vrai chef, qui a dit un jour « La guerre ! C'est une chose trop grave pour la confier à des militaires ».
Certains régimes militaires, en Grèce et au Chili notamment, ont montré qu’il était encore plus hasardeux de leur confier les rênes d’un pays.
Alors on se calme !

Michelle D-LEROY

Avec tout le respect et même l'admiration que je peux avoir pour le Général de Villiers, dont la personnalité laisse apparaître la rigueur et les convictions, je ne le vois pas diriger la France.

Tout le monde n'est pas le Général de Gaulle dont l'aura particulière était due à ses faits de résistance. En 1958, une grande partie des Français voyaient en lui un sauveur. Notre Constitution a été bâtie pour lui à sa mesure.
Aujourd'hui aucune personnalité militaire ou politique ne ressemble à ce qu'il représentait avec sa présence inimitable, ses convictions mais aussi l'amour de la France et de ses habitants.
Les Présidents qui lui ont succédé, aussi avaient une empathie visible pour les Français.

Et c'est bien cela qui manque à notre nouveau Président, ce sentiment partagé de fierté pour son pays, de respect pour ses habitants.

Avec la crise actuelle, il apparaît qu'il n'est plus tenable de laisser autant de pouvoir à un seul homme. Un Président n'est pas un surhomme et il n'a pas raison sur tout. D'autant qu'il peut tomber malade ou démissionner du jour au lendemain.

Après le dégagisme orchestré de beaucoup de politiques de droite à gauche, nous arrivons à nous demander si le Général de Villiers pourrait gouverner le pays, c'est bien parce qu'on ne voit personne de sérieux, de fort, qui puisse en imposer pour reprendre la suite d'Emmanuel Macron, au cas où. Nous nous retrouvons dans une situation très particulière parce qu'on a volontairement, à la fois affaibli tous les partis et les corps intermédiaires au profit d'un seul homme, lui-même issu d'un parti nouveau et sans consistance. Quand je dis "on", ce sont ceux qui ont œuvré à l'élection de leur poulain, pour qu'il puisse gouverner sans aucune gêne. Tout repose sur un seul homme et sa cour, on ne constate même pas cela chez nos voisins européens gouvernés par des monarchies constitutionnelles.

Du coup nous sommes sans soupape de rechange, il y a donc lieu urgemment de modifier notre Constitution pour revenir à un régime parlementaire plus fort.

Ceci n'engage que moi.

S Carioca

Macron m'a paru très, heu... je ne puis l'écrire, prétentieux et insultant lorsque parlant de l'armée il a dit (je l'ai entendu de mes yeux) "mes hommes".

Pour moi qui ai connu l'armée mais pas le feu, c'est une faute et qui n'a pas dû être appréciée. Je prétends que seul un chef militaire, même un petit chef, peut parler ainsi, après avoir été à leur côté sous le feu.

Castaner a fait récemment la même c... après la premiere manifestation des Gilets jaunes en parlant, un peu moins grave, de "NOS hommes".

Aliocha

Merci, Mary, pour cet hommage aux vaillants.

Giuseppe

"Le général Pierre de Villiers, le sauveur ?" (PB).

Ici on a mis un point d'interrogation.

Là c'est du Pépère dans le texte, faisons confiance à son sens inné de la politique doublé de son sens de la lutte pour le croire, lui le vainqueur par KO de sa propre défaite, un artiste et grand humoriste dans son genre.
Sacré Pépère !

AFP, publié le samedi 15 décembre 2018 à 14h46

"L'ancien président de la République François Hollande a estimé samedi que le mouvement des Gilets jaunes était "dans sa phase de conclusion", lors d'une séance de dédicace au théâtre municipal de Boulogne-sur-Mer."

Il n'en finit pas de nous faire rire, ou plutôt pleurer.

Wil

Donc pour résumer, M. Bilger fait un billet pour parler d'un type qui ne veut pas s'engager en politique.
Donc, on s'en f**t.

Il y avait pourtant des choses plus intéressantes à dire hier soir, je vous assure M.B.
Vous auriez pu parler de la trahison de son peuple par Theresa May au sujet du Brexit ou de l'hypocrisie de l'UE qui tape sur l'Italie pour son budget (parce qu'ils sont méchants bien sûr) mais qui ne dit rien quand Macron baisse son froc devant les Gilets jaunes et renonce à respecter les 3% alors que ses annonces ne sont pas financées du tout, etc.

Franchement Madame Bilger, il est temps de prendre votre mari par les épaules et de le secouer pour qu'il se réveille.
Tiens, ça me fait penser à un titre de film qui tombe à propos.
https://www.youtube.com/watch?v=POj6UyEsVEs

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : phil[email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS