« Benjamin Griveaux devrait parfois se taire ! | Accueil | Un président sous sa surveillance ! »

23 janvier 2019

Commentaires

Elusen

@ Aliocha | 16 février 2019 à 09:55

Vos lumières ?!
Alors que je sais que vous ne l’avez pas à tous les étages, je ne voudrais point vous priver de ce qui reste.

Vous avez un petit côté Sarah Sanders, elle aussi la lumière c’est au bout du tunnel - Agence France-Presse, Washington DC, le 30 janvier 2019 à 17h12 :

  • Dieu «voulait que Trump devienne président», affirme Sarah Sanders<.li>

Effectivement, c’est morcelé et alimenté.
Là où nous voyons une tragédie, vous, les adeptes de Yahvé-Allah, vous voyez de la nourriture.


Aliocha

Mince, Elusen, vous avez encore besoin de mes lumières, il me semblait que vous vous étiez approché de la signification de l'eucharistie, ce que la lente maturation des textes révèle si on a la capacité de ne pas les morceler. Il vaut mieux s'alimenter de quelque chose qui n'existe pas, j'use de votre dialectique d'athée, plutôt que de dévorer son prochain, signification de l'image chrétienne du Dieu vivant, cet homme supplicié sur une croix.
Je suis sûr que vous en conviendrez, même si apparemment vous avez subi de sévères dommages de la part de chrétiens prétendus qui sont dans le même déni que vous, et vous interdit pour l'heure toute possibilité de rédemption.
Je vous remercie néanmoins de l'agitation de vos provocations, elles alimentent le moulin de ma démonstration.

Elusen

@ Aliocha | 14 février 2019 à 11:16
« Bravo, Elusen, vous allez arriver à comprendre...»

Que vous auriez dévoré votre Dieu ?! Le corps, le sang, hey ?!
Que reste-t-il à prier alors ?
Sont-ce des morceaux telles certaines de vos reliques chrétiennes ?

Il est à craindre le pire quand nous partageons un dîner avec les adeptes de la Torah-Bible, surtout si nous ne voyons point les enfants.

Aliocha

Bravo, Elusen, vous allez arriver à comprendre l'alternative entre Dieu et l'idole, Jésus et Satan, celui qui donne et celui qui prend, l'Ancien et le Nouveau Testament, le sacré et le saint.
Bienvenue au Royaume, vous allez enfin vous comprendre vous-même, et n'avez plus besoin de moi, vous commencez à savoir lire :

"Le triomphe de la croix

Avant le Christ l’accusation satanique était toujours victorieuse en vertu de la contagion violente qui enfermait les hommes dans les systèmes mythico-rituels. La croix fait triompher la vérité car, dans les récits évangéliques, la fausseté de l’accusation est révélée, l’imposture de Satan ou, ce qui revient au même, celle des principautés et des puissances est à jamais discréditée dans le sillage de la crucifixion. Ce qu’il faut retenir ici dans l’idée du triomphe ce n’est pas l’aspect militaire, c’est l’idée d’un spectacle offert à tous les hommes, c’est l’exhibition publique de ce que l’ennemi aurait dû dissimuler afin de se protéger, afin de persévérer dans son être que lui dérobe la croix. En privant le mécanisme victimaire des ténèbres dont il doit s’entourer pour gouverner toutes choses, la croix bouleverse le monde. Sa lumière prive de son pouvoir principal celui d’expulser Satan. Une fois que ce soleil noir sera tout entier éclairé par la croix, il ne pourra plus limiter sa capacité de destruction. Satan détruira son royaume et il se détruira lui-même.

En nous permettant d’accéder à l’intelligence du mécanisme victimaire et des cycles mimétiques, les récits de la Passion permettent aux hommes de repérer leur prison invisible et de comprendre leur besoin de rédemption."

http://lirephilosopher.canalblog.com/archives/2014/06/17/30090619.html

Elusen

@ Aliocha | 13 février 2019 à 08:58
«...du haters réfractaire de base...»

Ah raté !
Ce n’est pas moi qui ai écrit la Torah-Bible et le Coran, aucun droit d’auteur là-dessus, pas plus de droit de grenouille de bénitier.

Après votre Beaujolais nouveau... le nouveau-né !

Du coup, cela fait quand même peur quand nous entendons : mangez ça, c’est mon corps ; buvez ça, c'est mon sang.
Les chrétiens becquettent leur Dieu quand même !

Aliocha

Oui, Elusen, fonctionner avec des arguments sélectionnés par la machine ne vous empêche en rien d'en rester à l'âge de la cruche et du clic luciférien du haters réfractaire de base, le cerveau s'en remettant à la contamination électronique instantanée.

J'ai bien peur que les moyens modernes ne soient finalement que des facilitateurs de réflexes incapables d'intégrer la simplicité de l'espace et du temps, les rendant insensibles au cœur, et vous allez encore, enfermé en votre mécanique, appuyer sur un bouton qui ne saura citer que le pire, entendant la parole archaïque sans entendre l'harmonie mozartienne qui permettrait à chacun de savoir qu'il n'est jugé qu'à la mesure, et strictement, de son propre jugement, et qu'il ne sera sauvé, et parfaitement, qu'en l'admettant.

Alors, la structure manichéenne du mental humain saura intégrer son sfumato, la ligne est rapport entre ombre et lumière, et indique aux modernes à quel savoir ils sont convoqués, qu'il suffirait de renoncer à l'illusoire victoire des combats dépassés, pour accéder à ce pourquoi nous sommes fait, incarner la parole du réel.
Brisez donc la cruche, Elusen, pour mieux entretenir votre soif, cela ne tarira jamais la source d'eau vive qui, quand vous le choisirez, et librement, est à même de l'étancher.

Elusen

Promotion du cannibalisme dans la Torah-Bible, ainsi parla Yahvé-Allah :

Bon après il parle de cruche, mais j’ai craint que cela ne soit de vous.

Aliocha

Adam est bloqué dans sa genèse, ne s'apercevant plus que le temps a passé, et il voudrait sans cesse à l'origine retourner, pour éviter l'effort et se donner les moyens de savoir imaginer autre chose que la folie meurtrière que sa paresse lui ordonne de suivre, soumis à la fatalité des victimes, clones de leur propre traumatisme, machine à répliquer l'infâme de la vessie des mensonges qui ramène à l'abîme du passé des vengeances, prêtant à son dieu la forme de son désir, ce tyran implacable sans lequel il ne pourrait sans sombrer mentalement accepter le don de l'amour et de la vie qui lui offre la capacité de savoir pardonner.
Il n'a plus d'autre choix, alors, le pauvre malheureux, que la folie ou la folie.

Elusen

@ Aliocha | 09 février 2019 à 09:21

Pervers un jour, pervers toujours !

* Proposer ses propres filles au viol collectif :

* Coucher avec son père pour procréer, vous restez en famille et la famille, c'est sacré :

Aliocha

Et Elusen rougit de honte, divisé contre lui-même, obligé de s'accoupler, à qui, nul ne le sait, pour se multiplier, peut-être à lui-même justement, s'offrant à la machine des clones, serpent se mordant la queue car inaccessible à l'amour du prochain, s'offrant au sacrifice en victime consentante par désir de pouvoir, car il ne consent pas à admettre la puissance de ce qui nous est caché, et préfère rentrer en rivalité avec les mystères de l'existence et se vouer à la destruction par vanité.
Nous ne sommes même pas les démons, Elusen, quand nous cédons, mais les porcs qu'ils investissent, et qui nous précipitent vers l'abîme.
Je préfère, quand à moi, tel le possédé délivré, m'asseoir au pied du crucifié puis, obéissant, retourner raconter ce que Dieu fit pour moi.

http://www.bibleenligne.com/commentaire-simple/commentaire/lc/1204-luc-8-26-39.html

Elusen

@ Aliocha | 08 février 2019 à 09:39

Adam, voilà l’exemple même de la perversité sexuelle de votre Yahvé-Allah, de votre obscénité d’incestueux.

Adam et Éve, qui eurent des rapports sexuels avec leurs propres enfants, forçant les frères et sœurs à coucher entre eux, les petits-enfants tout autant, sinon comment peupler la planète comme il le dit :

    ▪ Croissez et multipliez.

Puis vint le génocide et l’on recommença la même chose dans cette pédophilie, dans cet inceste d’orgies avec Noé, frères, sœurs, parents, enfants, petits-enfants...

Qui avez-vous épousé sur la recommandation de votre Yahvé-Allah mon Aliocha ?
Un arbre ? Une forêt ?

Remarquez, cela explique pourquoi, au final, les adeptes de ce culte, vous finissez par être des congénitaux.

▬ «... Christ, celui qui amène à la réelle connaissance. »

Qui a supposément créé le diable si ce n’est votre Yahvé-Allah ?
Si omniscient qu’il n’a jamais su que ce dernier se lèverait contre lui.

Aliocha

L'élusion est systématique, l'arbre de la connaissance du bien et du mal, Elusen, tout le reste de la forêt est à votre disposition.
Vous préférez imiter Adam, c'est votre choix, bien que j'ai peur que vous n'en ayez guère conscience, car vous refusez alors l'enseignement décisif du Christ, celui qui amène à la réelle connaissance.

Elusen

@ Aliocha | 07 février 2019 à 14:27
▬ «...à ce titre, se sont précipités dans les bras du malin...»

Du malin ?!
Encore la condamnation de l’intelligence !

- Lucifer, lux et cifer, porteur de lumière, celui qui apporte la connaissance et le savoir.
- l’arbre de la connaissance, manger son fruit, avoir accès à la connaissance, aux savoirs exclus du paradis.
- « heureux les simples d’esprit »
- et maintenant : le malin ; il est malin, la connaissance est un mal ; ce mot associe la connaissance au mal.

Mais combien de personnes a violées Lucifer ?
Combien d’enfants victimes de pédophiles à cause de Lucifer ?
Combien de génocides à son actif ?
Combien de massacres à son actif ?
Combien de meurtres a-t-il commis ?

Yahvé Allah a de lui-même assassiné 160 personnes et sur son ordre ses fidèles ont, dans la Torah-Bible, assassiné 2,8 millions de personnes de -1800 ans à 50 ans.

Combien de morts depuis l’an 200 à 2019 devons-nous ajouter ?

▬ «...brisant enfin la bêtise de la violence des humains à qui pourtant ont été donnés l'intelligence et le don de s'apercevoir...»

Non cela n'a pas été donné, mais refusé, votre Dieu dit :

    Vous ne mangerez pas de ce fruit-là

▬ «...brisant enfin la bêtise de la violence...»

L’Exode - Chapitre 20 § 5 :

    Je suis un Dieu jaloux qui punit la faute des pères sur les enfants, les petits-enfants et les arrière-petits-enfants.

160 meutres à son actif personnel ; 2,8 millions sur ses ordres, il va briser quoi ?!

Aliocha

C'est bien plus important que cela, mon pauvre Elusen, ils sont tellement nombreux, vos semblables qui n'ont rien compris à rien depuis le fond des âges et qui, à ce titre, se sont précipités dans les bras du malin et réitèrent ad libidum les horreurs de leur manque d'imagination, hurlant vengeance contre le Tout-Puissant qu'ils créditent de leur vice, alors qu'Il n'a fait qu'indiquer le chemin de l'amour du prochain et la route escarpée de la vie éternelle, brisant enfin la bêtise de la violence des humains à qui pourtant ont été donnés l'intelligence et le don de s'apercevoir, accompagnés, hélas, de la vanité et de l'orgueil qui leur font oublier la seule puissance réelle, celle du cœur, qui leur fait appeler dieu ce qui n'est que le miroir des croyances de leur désir.

Elusen

@ Aliocha | 06 février 2019 à 09:31

Dans la Torah-Bible, votre Yahvé Allah a tué lui-même 160 personnes et sur ses ordres, en dehors des génocides de l’humanité tout entière, il a fait tuer au total 2,8 millions de personnes.

Le tout a été dénombré par un certain Steve Wells dans son livre :
► Drunk with Blood: God's Killings in the Bible - https://frama.link/WDbj2J3a

Si vous êtes monothéiste, de la religion juive, coupée en trois courants : hébraïque, christique, musulmaniste, vous êtes forcément un adepte de la violence, de la haine, du viol, de la pédophilie, du massacre, du meurtre, des génocides.

Alors heureux ?!

Aliocha

Vous avez du éluder un truc, Elusen, et même en noir, vous sélectionnez ce qui vous arrange :

http://www.bibleenligne.com/commentaire-simple/commentaire/os/3112-osee-11-1-11.html

Il est possible de croire en autre chose que la violence, cela évite la dépression et d'avoir, un jour ou l'autre, recours aux neuroleptiques : relisez-moi, vous verrez qu'il est possible d'entendre et de voir autre chose que ce que votre ressentiment sélectionne, il suffit d'apaiser et de taire son tumulte intérieur, s'apercevant alors que la réalité nous est extérieure bien que nous n'en ayons conscience que par la trace qu'elle laisse en nous, qu'alors et alors seulement elle nous est accessible et nous parle.

Je ne vous souhaite rien d'autre que cette accession à l'âge adulte, je ne suis pas sûr que vous choisissiez réellement cette répétition d'infantilismes dont vous nous affligez, il suffirait de vous émanciper de votre propre désir, le diable n'en est que la représentation tyrannique et banale.

Elusen

@ Aliocha | 02 février 2019 à 09:18
▬ « ... vous croyez dur comme fer à ce dieu violent, Elusen, pour justifier votre propre violence. »

Décidément, vous êtes obtus comme tout les intégristes fiers de l’Inquisition.

Vous ne savez même pas ce que veut dire le mot ‘croire’, mais vous l’employez à tour de bras, de petit bras devrais-je dire ; vous devez prouver que je crois, matériellement, vous en êtes incapable.

▬ « ...pour justifier votre propre violence. »

Non mais, vous êtes le type qui bat sa femme et qui affirme que c’est elle qui est violente ?!
Que c’est pour son bien, parce que vous l’aimez.

Votre Yahvé Allah a des génocides à son actif, l’esclavage, la pédophilie qu’il prône, le viol qu’il glorifie.

Je n’ai aucun casier judiciaire, vous c’est moins certain !

La bible de Jérusalem traduction archéologique et universitaire.
Deuxième livre de Samuel - chapitre 7 § 14 :

  • Je serai pour lui un père et lui sera pour moi un fils : s’il se fourvoie, je le châtierai avec une verge d’homme et par des coups que donnent les humains.

Le lévitique - chapitre 20 § 9 :

  • Quiconque maudira son père ou sa mère devra mourir.

Vive l’inceste et les infanticides, gloire à Yahvé Allah et à Véronique Courjault.

Nombres - Chapitre 15 § 35 et 36 :

  • Yahvé dit à Moïse: "Cet homme doit être mis à mort. Que toute la communauté le lapide hors du camp." Toute la communauté le fit sortir du camp et le lapida jusqu'à ce que mort s'ensuivît, comme Yahvé l'avait ordonné à Moïse.

Évangile de Luc - chapitre 19 § 27 :

  • "Quant à mes ennemis, ceux qui n'ont pas voulu que je règne sur eux, amenez-les ici, et égorgez-les en ma présence."

Le Deutéronome - chapitre 13 § 8 à10 :

  • Parmi les dieux des peuples proches ou lointains qui vous entourent, d'une extrémité de la terre à l'autre, tu ne l'approuveras pas, tu ne l'écouteras pas, ton oeil sera sans pitié, tu ne l'épargneras pas et tu ne cacheras pas sa faute. Oui, tu devras le tuer, ta main sera la première contre lui pour le mettre à mort, et la main de tout le peuple continuera l'exécution.

À par ça, ce n’est pas votre Yahvé Allah qui est violent ?!
Ce qui reste surprenant, c’est que vos liens ne concernent jamais votre Torah-Bible ou votre Coran.

Aliocha

Vous pouvez, Noblejoué, créer Dieu à votre image.
"C'est la vision des nombres. Nous allons à l'Esprit. C'est très certain, c'est oracle, ce que je dis. Je comprends, et ne sachant m'expliquer sans paroles païennes, je voudrais me taire."

Et je me tais.

Aliocha

Le pardon se trouverait dans sa propre capacité à reconnaître que nos interprétations des textes révèlent qui nous sommes, vous croyez dur comme fer à ce dieu violent, Elusen, pour justifier votre propre violence.
On peut trouver autre chose dans la bible, par exemple :

http://www.bibleenligne.com/commentaire-simple/commentaire/os/3112-osee-11-1-11.html

Noblejoué

@ Aliocha
"Quel protecteur invoquerai-je
quand le juste même ne sera pas sans crainte ?"

Vous ne vous rendez pas compte que ces mots donnent une mauvaise image de Dieu, présumé capable de s'en prendre même à un juste, une déviance présumée pas par n'importe qui, par un juste.
Elusen sort des passages ignobles de la Bible, et vous montrez aussitôt combien les injustices bibliques ont prospéré jusque dans des chefs-d’œuvre. Et cela sans même l'admettre. Puissant !

Un dieu créateur, notre cause, qui s'en prend à nous, ses conséquences ! Horrible.
Qui de nous ou de lui doit pardonner à l'autre, dans ce cas ? Je ne parle pas de force mais de justice.

Enfin, reste la possibilité que Dieu ou les dieux n'existent pas ou qu'ils ne soient pas plus injustes que moi.
Ce qui me paraît quand même un minimum... Il ne faut pas oublier que les humains se projettent. On disait à Voltaire que Dieu a créé l'homme à son image, il répondait qu'ils le lui avaient bien rendu... Certes.

Savonarole

@ Aliocha | 31 janvier 2019 à 16:23
« ...le vrai pouvoir est de savoir pardonner. »

De la part de celui qui demande pardon à ses prêtres, à confesse, à son Dieu, mais jamais à ses victimes, je trouve cela cocasse.

Rédigé par : Elusen | 31 janvier 2019 à 20:22"

-------------

"De concession en concession, on finit en concession à perpétuité", c'est le cas de l'Eglise, surtout avec ce jésuite déguisé en Pape.

Elusen

La Bible de Jérusalem, traduction archéologique et universitaire.

► Le Deutéronome:
Chapitre 21 § 10 à 13: les femmes sont des prises de guerre dont l’homme a le droit d’user sexuellement.

    § 14: s’il arrive qu’elle cesse de te plaire, tu la laisseras partir à son gré, sans la vendre à prix d’argent : tu ne dois pas en tirer profit, puisque tu as usé d’elle.

Usé d’elle ! Et s'il ne l'avait pas violée, il aurait eu le droit de la vendre.
Voilà comment l’on aime son prochain.

► L’exode:
Chapitre 20 § 5:

    Je suis un Dieu jaloux qui punit la faute des pères sur les enfants, les petits-enfants et les arrière-petits-enfants.

Cherchons ensemble où se trouverait le pardon !

Aliocha

Un rire sardonique de plus dans le concert mondial des suppôts contaminés, n'est-ce pas ?

https://www.youtube.com/watch?v=0-i5S4uXlNg

"La trompette éclatante répandant sa sonorité
parmi les tombeaux de l'univers,
rassemblera tous les hommes devant le trône.
La mort et la nature s'étonneront,
quand la créature ressuscitera,
pour rendre compte au Juge.
Le livre sera apporté,
dans lequel sera consigné
tout ce sur quoi le monde sera jugé.
Quand le Juge aura pris place,
tout ce qui est caché apparaîtra,
rien ne restera impuni.
Que dirai-je alors, malheureux que je suis ?
Quel protecteur invoquerai-je
quand le juste même ne sera pas sans crainte ?"

Vous pouvez même, mon frère, aller jusqu'au Recordare, sans rien éluder, rien, car tout est révélé.

Elusen

@ Aliocha | 31 janvier 2019 à 16:23
« ...le vrai pouvoir est de savoir pardonner. »

De la part de celui qui demande pardon à ses prêtres, à confesse, à son Dieu, mais jamais à ses victimes, je trouve cela cocasse.

Aliocha

Et voilà, je vous avais prévenu, Elusen, vous êtes possédé, et le délire vous gagne.
Relisez-moi pour vous soigner, le vrai pouvoir est de savoir pardonner.

Elusen

@ Aliocha | 30 janvier 2019 à 08:38
« ...apparemment vous le connaissez mieux que moi... »

Vous avez de curieuses fréquentations, très mégalomane !

Vous êtes le bourreau qui joue la victime, un peu comme Eichmann.
Ce qui me renvoie à ce que vous êtes réellement : la banalité du mal.

Noblejoué

@ Elusen
@ Aliocha

Vous avez raison tous les deux, on trouve ce que vous dites dans la Bible et bien d'autres choses encore, personne n'est bête, personne n'est méchant, personne n'a besoin de changer.

Vous le savez, tout le monde le sait, je suppose, mais la Bible, c'est ce qu'on voit dans la Bible, et un formidable objet de rivalité et de dispute.
Bon, quand je dis quelque chose, même que l'eau est humide, on ne me croit pas, alors citons...

Bible. Universalis

"Sans la Bible, le discours, autrement dit la façon non seulement de parler et d'écrire, mais aussi de juger et de penser, de créer et de rêver, serait en effet tout autre. Les rapports entre les hommes sont eux-mêmes définis par des lois dont les racines sont pour beaucoup bibliques. Or la Bible porte elle-même l'empreinte profonde de plusieurs autres cultures, antérieures et contemporaines. Bien plus, en se formant, elle a drainé les eaux de civilisations antiques, des civilisations égyptienne et sémite surtout, en son premier temps, et, pour sa part plus tardive, des civilisations orientale et hellénique.

La Bible a restitué par la suite ce qu'elle avait pris, au cours d'une très longue carrière où l'on n'a cessé de l'écrire et de la dire, et, pour ce faire, d'abord de la traduire. Paradoxalement, quel que soit l'arsenal linguistique dont dispose le savant qui la scrute dans ses langues dites originales – l'hébreu, l'araméen et le grec –, on peut affirmer aisément que la Bible comme Bible n'a vraiment d'autre histoire que celle de ses versions : née comme traduction dans l'Alexandrie hellénistique du IIIe siècle avant J.-C., elle est également grecque par le nom qu'elle y reçut, hè Biblos, « le Livre ». Dans l'Antiquité et jusqu'à nos jours, elle n'a pu s'imposer que parce qu'elle fut toujours traduction. Il n'y a même de Bible véritable qu'avec l'habit d'une vulgate, c'est-à-dire quand la totalité des membres d'une communauté peut la reconnaître et la lire en sa langue propre. Après sa phase de fécondation et de gestation, qui fut hébraïque, la Bible naquit grecque pour mûrir et s'épanouir ensuite dans une multitude de langues, qui sont autant de langues bibliques en quelque sorte originales.

Ce paradoxe en commande ou en reflète bien d'autres. La Bible se présente comme un livre unique, que son nom même désigne d'emblée comme tel ; mais elle est aussi une vraie bibliothèque, évoquant et signifiant les longues étapes d'une évolution culturelle et religieuse dont on ne cessa dans le passé et dont on ne cesse aujourd'hui de décrire l'ordonnance et de démontrer la logique.

Car la Bible, selon les yeux qui la regardent, apparaît soit comme le comble de l'anarchie, soit comme le sommet de la cohérence. En fait, sa cohérence est anarchie dans la mesure où elle trouve en chaque lieu et chaque moment son principe nouveau, dont le lecteur seul est maître. Et son anarchie est cohérence dans la mesure où toute dérive qu'elle révèle ou engendre n'est en fait qu'une trajectoire nouvelle de sens qui vient croiser quelque part la somme totale des autres. La Bible est rigide et dure ; elle est « règle » ou « canon ». Elle est souple et libre ; elle est « livre » et « lecture ». Durant son histoire, elle a fait condamner et fut elle-même, toute ou en partie, condamnée, parfois juge et parfois accusée, mais toujours pour des causes qui, objectivement, engageaient l'homme et avec lui le monde."

Au moins, les nuages, quand l'un y voit une cafetière, et l'autre un éléphant pour une forme qui peut faire penser aux deux, personne n'est rabaissé.
Les disputes théologiques font mourir, le vent dans les saules, titre par parenthèse de roman, fait vivre.

Aliocha

Mais ici, Elusen, vous tabassez Aliocha, qui ne vous en tient pas rigueur, vous demandez-vous pourquoi ? La raison en est que je me protège, que je m'en donne les moyens, et vous propose de les partager avec moi.
Vous vous agitez comme le poisson à l'hameçon, la conversion ne peut venir que de vous, car elle n'est que consentement, je vous le répète, elle ne saura jamais s'imposer.
Restez donc dans vos attitudes braquées d'adolescent blessé, à l'image ici de nos retraités, révolutionnaires en pantoufles prouvant s'il en était encore besoin que l'on est immature à tout âge, et ma satisfaction n'entre pas en ligne de compte, elle ne tient qu'à l'expression de ce que je ressens, que vous le preniez comme une oppression vous concerne strictement, même si, de mon côté, je comprends que votre position ne soit chez vous qu'un conservatisme, vu qu'apparemment vous n'envisagez en rien de progresser, et tel l'enfant-roi que vous êtes, n'admettez aucune contradiction, fermant toute possibilité de débat.

Enfermez-vous donc dans vos croyances, Dieu est un vilain violent, apparemment vous le connaissez mieux que moi, qui ne suis pas pratiquant, car j'ai le courage d'affronter l'océan des affects, laissant aux trop intelligents l'écume de leurs discriminations: "L'amour, c'est l'espace et le temps rendus sensibles au cœur."

Elusen

@ Mary Preud'homme | 29 janvier 2019 à 18:49

Ça c’est de l’argumentation !
La femme au foyer qui n’a jamais fait d’étude, ni travaillé, mais qui exerce illégalement la médecine.
Je sens le niveau d’une tatie Danielle !

----------------------------------------

@ Aliocha | 29 janvier 2019 à 18:58
▬ « ...celle qu'Adam, qui représente en chacun l'homme non converti... »

Convertir, c’est de la violence, dictionnaire du CNRTL :

    - Changer complètement quelqu'un dans sa nature.
    - Transformer (une chose) en une autre chose.
    - Changer quelque chose en l'adaptant à de nouvelles fonctions, en lui donnant une autre nature, un autre usage.

En somme, vous refusez l’autre pour ce qu’il serait et vous exigez qu’il se soumette à vous, à vos croyances.

Vous n’êtes pas dans l’amour de l’autre, mais dans l’amour de vous-même, tous doivent vous ressembler. Vous ne pratiquez que l’onanisme, cela ne vise qu’à vous satisfaire.

▬ « ...sélectionnez ce qui sert vos dénonciations. »

Parce que vous ne sélectionneriez rien ?
Alors expliquez-vous sur le fait que vous ne dites jamais que la Bible et le Coran appellent à l’esclavage, au viol, au meurtre, au génocide, à la pédophilie.

▬ « ...vos positions cherchent à blesser... »

Vu le nombre de mort que votre monothéisme a sur la conscience sur près de 2 000 ans d’histoire, des centaines de millions, je me demande qui cherche à blesser ?!

▬ « En dénonçant la persécution, vous devenez donc vous-même persécuteur... »

Les témoins oculaires dans un procès sont donc devenus ceux qui ont commis le délit ou le crime. Comme les inquisiteurs, vous avez le sens de la Justice, vous !

Si Aliocha est tabassé, il ne déposera jamais plainte, même quand il est cambriolé, il se tait.

Extraordinaire, le catholique qui a résolu le problème de la pédophilie dans son ordre religieux, les coupables sont les enfants.

Aliocha

C'est vrai, vous ne comprenez rien, Elusen, et sélectionnez ce qui sert vos dénonciations.
Vous condamnez l'institution religieuse et ses compromissions d'ordre politique, ce que je partage au demeurant en large partie, et du coup vous vous coupez de la réalité des textes et de la révélation qu'ils portent, sans doute car vous avez été blessé, ce qui explique que vos positions cherchent à blesser, vous éloignant du fondement de cette révélation.
En dénonçant la persécution, vous devenez donc vous-même persécuteur et complice de ceux-là que vous dénoncez, sourd et aveugle à ces textes qui décrivent justement ces phénomènes, prisonnier de la conséquence de discriminations qui seules peuvent expliquer votre enfermement, dont vous ne sortirez qu'en vous reconnaissant vous-même persécuteur.
Ma position n'est pas fasciste, mais témoigne que je vous comprends, ce qui n'est manifestement pas votre cas à mon endroit, vos déchaînements témoignent plus d'un désir de vengeance que de la nécessaire reconstruction qu'il exigerait, mais que vous êtes parfaitement libre de refuser.
Chacun sa croix.

sylvain

"...laissez venir à moi les petits enfants..."
Rédigé par : Elusen | 29 janvier 2019 à 15:04

Ben dites donc, ça recommence ! petit canaillou va !

Mary Preud'homme

@ Elusen | 29 janvier 2019 à 15:04

Elusen un bipolaire avec bouffées délirantes ou plus prosaïquement un troll ?
De toute façon, un nuisible à éviter pour votre propre équilibre et la bonne santé de ce blog auquel je souhaite longue vie...
Amen !

Elusen

@ Aliocha | 29 janvier 2019 à 10:51
▬ « Vous n'avez, Elusen, ni copié ni collé "plutôt que vous-même vous reconnaître persécuteur", même si cette réalité naissait d'une persécution que vous auriez subie. »

Waouh, me revient à la mémoire le fameux slogan : tu t’es vu quand t’as bu ?!
Il faut être sous l’emprise de quoi pour décoder votre truc ?!

▬ « ...vous éludez l'essentiel... »

Yahvé Allah est un démon-dieu de Volcan que priait une tribu aux pieds de ce dernier.
Il est un Dieu polythéiste inférieur, de 7ème niveau qui selon la Bible et le Coran a organisé un coup d’État contre les autres Déesses et Dieux pour leur voler leur place.

Jamais il ne nie l’existence des autres Déesses et des autres Dieux, mais passe son temps à dire : vous ne prierez que moi !
Il passe son temps à dire qu’il faut exterminer ceux qui refusent de le prier.

Il veut le pouvoir absolu, c’est un absolutiste, c’est de votre monothéisme que va naître la dictature et le fascisme.

Du polythéisme est né la démocratie.
C’étaient des assemblées de Déesses et de Dieux qui gouvernaient, qui partageaient le pouvoir, et pas qu’en Grèce.

▬ « ...comme c'est en vous que je crois... »

Vous ne croyez point en moi et en quiconque, puisque vous nous interdisez d’être différent de vous.
Vous voulez nous soumettre, nous convertir, c’est du fascisme ; d’ailleurs les Églises chrétiennes ne s’y sont jamais trompées, puisqu’elles ont toujours collaboré avec.

▬ « ...ou en sylvain... »

Laissez-le tranquille, ou attachez-le à un arbre en forêt, il se prend déjà pour un chien voyant des nonosses partout et voulant systématiquement remuer la queue dans des blanquèquettes de veaux, dans des églises, ou des enfants.

Bien que les monothéistes cela ne vous gêne point : laissez venir à moi les petits enfants.

sylvain

@ Aliocha | 29 janvier 2019 à 10:05

Soyez pas si déprimé mon cher Aliocha, venez nous rejoindre moi et Gaspary Elusen, il reste encore une place dans ma couche, je suis très partageur le saviez-vous ?

sylvain

"C’est donc votre Yahvé Allah qui soumet à la tentation et au Mal. Vous priez qui en somme, un démon ou un Dieu ?"
Rédigé par : Elusen | 29 janvier 2019 à 09:38

Yahvé hallal ? Bah, j'aime pas la charcuterie islamiste, moi blanc de souche chrétien hétéro de méga droite je suis plutôt blanquette de veau ; j'ai pas dit blanquéquette, attention, on a déjà donné n'est-ce pas ?

Nonosse ?

Aliocha

Vous n'avez, Elusen, ni copié ni collé "plutôt que vous-même vous reconnaître persécuteur", même si cette réalité naissait d'une persécution que vous auriez subie.
Comme à l'habitude, vous éludez l'essentiel, et préférez les satisfactions obscures qui délassent, croyez bien qu'en priant le Fils de l'homme, c'est vous-même que je prie, comme c'est en vous que je crois, sachant qu'il existe en vous ou en sylvain les mêmes potentialités qu'en moi, et je vous enjoins comme à lui d'accéder au véritable pouvoir qui est de pardonner, d'accéder à l'infinie liberté qui est offerte à l'homme au point, comme vous vous y obstinez, de la refuser, préférant les mirages de l'idolâtrie plutôt que de résister à la tentation de toute-puissance et d'autosuffisance des illusions de la connaissance, plutôt que de reconnaître la limite qui libère, celle qu'Adam, qui représente en chacun l'homme non converti, veut sans cesse transgresser.

Aliocha

Vous êtes sur le même manège qu'Elusen, sylvain, et je suis autant inquiet pour vous que pour lui, le duel pulvérisant toute possibilité d'y voir clair en ces obscurités.
Puisque vous êtes chrétien, sortez donc des ténèbres du temple antique, et accédez au seul temple réel, le corps de Jésus, recevez le message essentiel :

"L'homme est infiniment libre, à cette condition de reconnaître la transcendance à l'horizon de son humanité, de se savoir fils, se recevant d'un Autre qui le dépasse absolument, ce que n'a pas su faire Adam, notre double."

https://www.editionsartege.fr/livre/fiche/jesus-selon-matthieu-9782249624421

Accédez au pardon, sylvain, qui est le véritable pouvoir, quittez la joie mauvaise qui rabaisse, et servez la nouvelle loi :

"Dès le matin, on commence par éteindre dans l’église toutes les lampes, pour marquer que l’ancienne loi, qui éclairait le monde, est désormais abrogée.
Puis le célébrant bénit le feu nouveau, figure de la Loi nouvelle. Il la fait jaillir du silex, pour rappeler que Jésus-Christ est, comme le dit saint Paul, la pierre angulaire du monde. Alors, l’évêque et le diacre se dirigent vers le chœur et s’arrêtent devant le cierge pascal.
Ce cierge, nous apprend Guillaume Durand, est un triple symbole. Éteint, il symbolise à la fois la colonne obscure qui guidait les Hébreux pendant le jour, l’ancienne Loi et le corps de Jésus-Christ. Allumé, il signifie la colonne de lumière qu’Israël voyait pendant la nuit, la Loi nouvelle et le corps glorieux de Jésus-Christ ressuscité. Le diacre fait allusion à ce triple symbolisme en récitant, devant le cierge, la formule de l’Exultet.
Mais il insiste surtout sur la ressemblance du cierge et du corps de Jésus-Christ. Il rappelle que la cire immaculée a été produite par l’abeille, à la fois chaste et féconde, comme la Vierge qui a mis au monde le Sauveur. Pour rendre sensible aux yeux la similitude de la cire et du corps divin, il enfonce dans le cierge cinq grains d’encens qui rappellent à la fois les cinq plaies de Jésus-Christ et les parfums achetés par les Saintes Femmes pour l’embaumer. Enfin, il allume le cierge avec le feu nouveau, et, dans toute l’église, on rallume les lampes, pour représenter la diffusion de la nouvelle Loi dans le monde."

https://www.delitdimages.org/la-mort-des-cathedrales-par-marcel-proust-le-figaro-1904/

Elusen

@ Aliocha | 29 janvier 2019 à 07:38
▬ « En boucle et en rouge… »

Votre Bible et votre Coran sont en boucle !

Pour le rouge, c’est aussi l’Église catholique.
C’est son site officiel qui met à disposition sa traduction officielle, édulcorée et non universitaire, de la Bible.
* La Bible liturgique, Association Épiscopale Liturgique pour les pays Francophones.
- Son site en 2015, blanc et rouge : https://frama.link/1cgYwkQw

- Son site en 2019, gris et rouge : https://frama.link/Q3nus8CT

▬ « Continuez donc à vous mentir... »

Contrairement à votre Yahvé Allah, à votre religion, et à vous du fait que vous les soutenez, je n’ai aucun mort sur la conscience.
Aucun viol, aucun acte de pédophilie, aucun génocide, aucun esclavage, aucun sacrifice humain ou d’animaux.

Je ne pratique pas le cannibalisme et la vampirisation non plus : "buvez, c’est mon sang, mangez c’est mon corps."

Je ne suis pas un lâche : "Soumettez-vous ou périssez. Craignez-moi."

▬ « ...à remplir vos poches d'archives universelles... »

La fameuse et éternelle interdiction de la connaissance qui expulse du jardin d’Eden.
L’imbécilité pour servir votre Yahvé Allah.

Bible liturgique - Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu - Chapitre 6, 13 :
"Et ne nous laisse pas entrer en tentation, mais délivre-nous du Mal."

C’est donc votre Yahvé Allah qui soumet à la tentation et au Mal.
Vous priez qui en somme, un démon ou un Dieu ?

sylvain

" ...Aaaaaaaaaaaaaaah, ah, ah, ah !"
Rédigé par : Elusen | 29 janvier 2019 à 00:11

Ne vous inquiétez pas cher Aliocha, ce n'est que le brame de Elus-haine Gaspary du fond de la couche à sylvain ; le même qu'on entend parfois dans les sacristies après les offices religieux ; je n'ai pas dit les "orifices" ah non, ne schématisons pas !

Kss kss !

Aliocha

En boucle et en rouge, comme à l'habitude, Elusen, au service du diviseur, vous êtes sur un manège dont l'axe est votre nombril, et vous voilà - aaaaaaaaaaaaaaah, ah, ah, ah - pris du spasme sardonique, divisé contre vous-même, car incapable de saisir que, oui, sans l'écoute du Fils de l'homme, de l'homme, Elusen, la famille comme l’État, comme le monde, se voient privés par la révélation évangélique de toutes protections sacrificielles, et sont voués, s’ils ne renoncent à cet ancien artifice définitivement abattu car dévoilé, aux destructions de la division.

Continuez donc à vous mentir, à remplir vos poches d'archives universelles, plutôt que vous-même vous reconnaître persécuteur, vous ne faites que rééditer la vieille erreur, au lieu d'entendre ce qui est trop simple à admettre aux âmes compliquées que nous sommes trop souvent, notre orgueil préférant toujours la glace des labyrinthes du mensonge au plein soleil de la vérité.

Elusen

@ Aliocha | 28 janvier 2019 à 14:11
« Vous ne savez pas encore imaginer une divinité qui ne serait pas violente... »
« ...ce que le Christ propose par l'amour du prochain, c’est de ne plus croire en la violence... »

Aaaaaaaaaaaaaaah, ah, ah, ah !

sylvain

"...partager votre couche avec sylvain, vous le faites.
Moi pas !"
Rédigé par : Elusen | 28 janvier 2019 à 12:22

Quel dommage ! Gaspary dans ma couche, quel pied !


Aliocha

Vous en êtes encore à croire, Elusen, que je suis un miroir, et tenez à me fouler aux pieds, l'aveu est d'importance.
Vous ne savez pas encore imaginer une divinité qui ne serait pas violente, et avez besoin de dénigrer pour exister. Mais vous avez raison, je suis sorti de toute religion, car je suis chrétien, ce que le Christ propose par l'amour du prochain et qui est connaissance du religieux, c'est de ne plus croire en la violence, ce qui permet d'imaginer d'autres modes de fonctionnement.

Sans doute avez-vous été trop blessé pour pouvoir entendre les valeurs enseignées par Jésus, trop révolté par les institutions qui ont séquestré le message d’amour et qui l’ont perverti, vous emprisonnant dans les fers du désir de vengeance.
Puisse qui vous voudrez vous en délivrer, je ne vous souhaite rien d'autre que d'accéder à la liberté.

Elusen

@ Aliocha | 28 janvier 2019 à 11:45
« Vous croyez… »

Vous êtes vraiment limité intellectuellement, juste un esclave atteint du syndrome de Stockholm qui finit par vénérer ses maîtres.

Quand aurais-je employé le concept : croire ?
Il n’y a que vous, enfermé, borné dans la croyance.
Vous êtes de plain-pied dans l’idolâtrie, vous croyez en Yahvé Allah et non dans la religion.

Un dieu est une idole ; la religion c’est une infrastructure, une organisation cultuelle.
Il y a des déesses et dieux sans religion et des religions sans eux, mais vous, dans votre servitude, vous idolâtrez votre maître.

Votre idole vous dit de tuer, de violer, de mettre en esclavage, de partager votre couche avec sylvain, vous le faites.
Moi pas !

Aliocha

Vous croyez donc en Lucifer, cher Elusen, et avez signé le pacte idolâtre, on ne peut que le constater avec désolation, tout en vous rappelant que l'arbre en question, ce que vous éludez avec constance, est l'arbre de la connaissance du bien et du mal.
Je vous laisse à vos jeux d'amères victoires et de glorieuses défaites, n'oubliez cependant pas qu'il est possible d'accéder à l'age adulte :

"Mais vous n’êtes plus maintenant en l’état où Je vous ai formés. J’ai créé l’homme saint, innocent, parfait. Je l’ai rempli de lumière et d’intelligence. Je lui ai communiqué ma gloire et mes merveilles. L’œil de l’homme voyait alors la majesté de Dieu. Il n’était pas alors dans les ténèbres qui l’aveuglent, ni dans la mortalité et dans les misères qui l’affligent. Mais il n’a pu soutenir tant de gloire sans tomber dans la présomption, il a voulu se rendre centre de lui‑même et indépendant de mon secours. Il s’est soustrait de ma domination et, s’égalant à moi par le désir de trouver sa félicité en lui‑même, je l’ai abandonné à lui, et révoltant les créatures qui lui étaient soumises je les lui ai rendues ennemies, en sorte qu’aujourd’hui l’homme est devenu semblable aux bêtes et dans un tel éloignement de moi qu’à peine lui reste-t-il une lumière confuse de son auteur, tant toutes ses connaissances ont été éteintes ou troublées. Les sens indépendants de la raison et souvent maîtres de la raison l’ont emporté à la recherche des plaisirs. Toutes les créatures ou l’affligent ou le tentent, et dominent sur lui ou en le soumettant par leur force ou en le charmant par leur douceur, ce qui est une domination plus terrible et plus injurieuse."

http://www.penseesdepascal.fr/APR/APR1-moderne.php

sylvain

@ Elusen | 28 janvier 2019 à 10:51

Gaspary s'est encore planté de fakes, faudrait qu'il passe son logiciel à l'antivirus islamiste :

Yahvé n'est ni plus ni moins qu'un salut romain envers son supérieur :

"Yahvé Caesar, morituri te salutant" est un exemple.

Yahvé Elusen, nonossum ? kss kss

Elusen

@ Aliocha | 28 janvier 2019 à 00:06
« …puisque vous savez tout, vous ne pouvez qu'avoir raison. »

Tant d’ignorance dans un être autant pétri de certitude.
La croyance ne demande aucune raison, aucun dialogue, aucun doute ; elle demande la foi, la dévotion, la soumission, être esclave de son maître Yahvé Allah.

Yahvé est pourtant dans l’Antiquité le démon d’un volcan.
Lucifer signifie porteur de lumière, celui qui réveille, éveille, qui apporte la connaissance.

Où serait la preuve que Dieu ce n’est pas Lucifer et que Yahvé est ce démon qui se révolta contre lui, mais qu’en réalité il a gagné, vos écrits mystiques ne disent point qui a gagné la bataille ?

Tant d’ignorance pour ne pas maîtriser savoir et raison qui ne signifient point la même chose, et surtout, qu’aucun ne découle de l’autre.

Elusen

@ Giuseppe | 27 janvier 2019 à 20:03

Il n’a même pas lu l’article, car ce n’est pas le genre à être abonné à Mediapart ! Il a juste lu le titre !

https://frama.link/zcVmoAe0

Fabien Desage, maître de conférences en Science Politique à l’université de Lille 2, interview donnée sur une radio qu’il n’écoute même pas : France Culture.

Mais qu’a réellement dit ce maître de conférences au journal de 12h30 de France Culture le 07/01/2019 ?
Son intervention au bout de 7 mn et 30 s : https://frama.link/pfa62Eb8

Aucune recherche, une prise de position, il donne une opinion et ne fait aucune analyse ce Fabien Desage.

Aliocha

Bien sûr, camarade Elusen, puisque vous savez tout, vous ne pouvez qu'avoir raison.
Je vous conseille néanmoins le codicille :

"Ils voulaient assurer le triomphe du droit, refaire l’unité morale de la nation, n’avaient pas le temps de penser à la littérature. Mais ce n’étaient que des excuses parce qu’ils n’avaient pas ou plus de génie, c’est-à-dire d’instinct. Car l’instinct dicte le devoir et l’intelligence fournit les prétextes pour l’éluder. Seulement les excuses ne figurent point dans l’art, les intentions n’y sont pas comptées, à tout moment l’artiste doit écouter son instinct, ce qui fait que l’art est ce qu’il y a de plus réel, la plus austère école de la vie, et le vrai Jugement dernier."

Vous oubliez toujours de tout lire.

Giuseppe

Le constat est lucide, MS n'est qu'une boîte aux lettres toujours vide.

«Un système politique inégalitaire produit des politiques injustes»

31 décembre 2018 Par Lénaïg Bredoux (Mediapart).

Le chercheur Fabien Desage salue « la lucidité » des « gilets jaunes », très critiques de la Ve République et demandeurs de réformes institutionnelles profondes. Premier volet de notre série consacrée à la crise démocratique.

Critique du train de vie des élus, du manque de représentativité de l’Assemblée, appel à la démission d’Emmanuel Macron, débats sur la révocabilité des mandats, référendum d’initiative citoyenne… Très vite, le mouvement des « gilets jaunes », parti de la dénonciation de la hausse des taxes sur les carburants, a porté dans le débat public une critique, vive, des institutions de la Ve République et vilipendé une démocratie peu représentative.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS