« Des avocats en gros ou au détail... | Accueil | Suffit-il de traverser la rue pour éviter les "fous" ? »

08 février 2019

Commentaires

PrêtePlume

"...on perçoit [de Rémy Heitz] un narcissisme judiciaire aux antipodes de la discrétion talentueuse et efficace de son prédécesseur"

Discrétion talentueuse et efficace... Mmmmm...
Pour être discret il est discret, François Molins...Tellement discret que, alors encore PR de Paris, il a totalement occulté - son ministère public en tout cas - une plainte simple contre une chargée de mission auprès du premier président de la Cour de cassation, ce qui a valu à cette dernière de voir cette plainte, une fois commuée en plainte avec constitution de partie civile, échouer sur le bureau de la Doyenne des juges d'instruction qui n'avait pas forcément envie d'hériter d'une telle patate chaude au long et sulfureux historique...

Plainte mineure, certes, puisqu'elle ne vise cette (aussi) juge référendaire que pour un seul petit faux intellectuel en écriture publique* et autres joyeusetés, mais quand même !

*Infractions et joyeusetés "présumées", comme il se doit...

breizmabro

@ Giuseppe 11 février 2019 à 18:00
"Après nous avoir passés sur le gril et à la moulinette, comment s'en remettre ?"

Optimisons. La prochaine fois on en fera du rosbif haché.

En même temps la machine à hacher le rosbif, faudra la remettre d'équerre et mettre des petits qui savent courir.

Adéo Giuseppe.

PS: Pour trinquer avec vous moi je vais plutôt prendre... un p'tit Tariquet ;)

Giuseppe

Mediapart remet une couche.

Alexandre Benalla aventurier, fréquentant ces milieux politiques proches des affaires depuis des années, a eu les mêmes envies que ces derniers.
Il n'était pas de la caste, mais à force d'abnégation et de rouerie il a réussi à se mettre dans le fromage.

Le fric seul l'intéressait semble-t-il, faire du business, pour le reste il avait acquis le pouvoir, durement à force de patience.
A la lumière des contrats dévoilés, il s'était créé les passerelles indispensables. Il négociait pendant qu'il était au Château.
Il a vu ruisseler certainement ailleurs, il voulait sans doute que ça coule sur lui aussi.

Sa part du gâteau en vérité, tout le reste est littérature. L'argent au centre du monde, pour celui qui devait y penser.

Giuseppe

@ breizmabro | 11 février 2019 à 15:42

Le Sud-Ouest est en berne, "nul à pleurer" pour les inconditionnels, la déroute du siècle… à 1 point près. L'affront des affronts.

Le crunch, celui que tout le monde attend. Laminés, écrasés, écrabouillés, martyrisés - j'ose.
Dans ces cas-là sur le moment c'est pire que tout, battus par les rosbifs, nos meilleurs ennemis. Après nous avoir passés sur le gril et à la moulinette, comment s'en remettre ?

Abasourdis, votre assiette était mise, mais elle ne viendra pas pensait-on, soupe de museau et persillade de grimace pour la Bretagne c'est de trop.
Diantre ! Nous n'allions tout de même pas nous laisser abattre, qu'à cela ne tienne nous nous sommes repris, et devant nos godets nous avons chanté "ce n'est qu'un au revoir…"

L'estaminet était surchauffé, les Anglais sont dans la poule de l'équipe de France pour la Coupe du monde de septembre prochain, le dénouement sera-t-il aussi cruel ?

Le match a été analysé, disséqué, scruté, envisagé, au bout du compte la victoire, la nôtre était au bout, le mal au crâne en prime et l'espoir au bout de la nuit.

https://goopics.net/i/NQEGG

breizmabro

@ Robert M. 11 février 2019 à 16:09

:)*

Robert Marchenoir

@ breizmabro | 11 février 2019 à 13:33
"Moi non plus cher Robert M. on ne me convoque pas."

Je ne vous convoque pas. Je vous administre une variante de votre propre médecine, afin de rétablir quelque peu l'équilibre.

Je n'attendais aucune réponse particulière de votre part, et, sans surprise, je n'en ai obtenue aucune : ni sur la réduction de la dépense publique, ni sur la mise sur écoutes des Gilets Jaunes. Visiblement, ce n'est pas cela qui vous intéresse.

"Naturellement je ne doute pas que vous allez, selon votre habitude, à la suite de cette réponse, dire, à la façon de Savonarole, que je ne suis qu'une inculte petite Bretonne et que je ne comprends rien à l'économie, à la mondialisation..."

Quelle habitude ? Pas de calomnies, s'il vous plaît. Je n'ai jamais dit que vous étiez une inculte petite Bretonne. Savonarole c'est Savonarole, et moi c'est moi. Ne faites pas, une fois de plus, les questions et les réponses, et ne me faites pas, surtout, le coup de l'anti-racisme breton.

Cependant, j'ai dit, et je le répète, puisqu'apparemment je me suis mal fait comprendre, que votre interpellation à mon égard, qui n'est pas la première de ce type, obéit à ce modèle de l'idéologie gauchiste : le gauchiste a raison par définition, il n'a jamais besoin de justifier les bases de son idéologie.

En revanche, il passe son temps à sommer les autres de prouver qu'ils appartiennent au camp du Bien... tout en rejetant d'avance les assurances qu'ils pourraient fournir.

Vous barbotez tellement dans ce cloaque de réflexes communistes, type police de la pensée, que vous n'avez même pas l'air de vous en rendre compte.

"Vous en êtes là pour ne pas donner votre avis d'expert en écoutes..."

Encore un vice communiste : la projection. C'est vous, l'expert en écoutes. C'est vous, qui avez mis le sujet sur le tapis. Moi, je n'en ai jamais parlé. Mais dès qu'on sollicite de votre part une explicitation de vos accusations à l'encontre du gouvernement, hop ! vous devenez une pauvre victime persécutée par les experts. Et le scandale des Gilets jaunes mis sur écoutes disparaît.

Tantôt vous jouez à "la petite Bretonne qui n'y connaît rien et qui est attend la bonne parole de ces messieurs de Paris qui savent tout sur tout", tantôt vous vous plaignez (préventivement) qu'on vous accuse d'être "une petite Bretonne inculte". Vos ficelles commencent à se voir.

Quant à vous plaindre de subir tortures et interrogatoires du KGB, sous prétexte que je vous invite à préciser vos positions sur deux ou trois points basiques concernant la dépense publique, vous montrez là la singulière conception que vous vous faites de la démocratie.

Laquelle ne consiste pas à dire : Macron, démission, mais à débattre de questions simples et fondamentales telles que celles que je vous ai soumises.

breizmabro

Dans la série : MDR

Nous venons de voir les photos du domicile privé de Richard Ferrand avant et après l'incendie volontaire. Bon on n'a pas bien vu la différence mais en même temps c'était des photos en noir et blanc.

Pov' Riri, tous les mutualisés des Mutuelles de Bretagne sont solidarchnok avec toi !

Cet incendie est un acte fasciste a crié Riri (le propriétaire de cette... comment dire ?... bicoque non meublée) située à Motreff, dans le Finistère (700 habitants, fermes disséminées incluses).

"Dénonçant "un acte grave", le président LREM de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand, a dit porter plainte vendredi soir après une tentative d'incendie "volontaire" à son domicile privé dans le Finistère" (le Figaro).

Avec rétropédalage BFM, la TV très bien informée, nous explique que, oups, c'est la résidence - secondaire - de R. Ferrand. Ouf, coup de pot il n'y vient que pour les vacances (trop courtes) comme de Rugy à Ouessant.

Perso je serais Richard je demanderais aux Balkany de l'héberger dans une de leurs résidences secondaires pendant les prochains travaux de sa résidence secondaire vandalisée par des fascistes jaunes de Motreff pour qu'il voie la différence entre une grange avec garage, et une résidence secondaire.

Ne rions pas, une enquête est diligentée par la gendarmerie de...? sous le contrôle toujours vigilant de Casto-les-bons-tuyaux (aux dernières nouvelles un déplacement à Motreff de Casto-les-bons-tuyaux n'est pas envisagé).

Dans le patelin tout le monde sait que ce sont deux trois zonards fumeurs de beu qui n'ont pas fait gaffe avant d'éteindre leurs joints qui ont mis le feu à une espèce de grange inoccupée depuis longtemps, mais lorsqu'ils seront arrêtés ils seront interdits de manifestation. Parole de Casto.

En même temps... à Motreff... ;)

Enfin nous, ici, nous avons bien ri, et comme dirait Giuseppe (qui boude parce que l'équipe de France masculine de rugby a pris une br**lée en Angleterre ;)) : tournée générale !

duvent

Un jour les économistes brillants et hâbleurs comprendront que l'esprit de l'homme n'est pas comptable, seul son ventre l'est, et alors ils envisageront un autre possible.

Mais pour l'instant écoutons attentivement notre comptable en chef, qui nous reproche de ne pas savoir compter jusqu'à 1, il n'a pas tort, et c'est pourquoi il peut avancer léger comme un tanker.

Certains, qui vivent dans la stupeur d'un monde incompréhensible, se disent que le plus simple à comprendre c'est encore le chiffre, il est invariable et stable, sauf si... mais là, il faut encore une fois se tourner vers notre capitaine, c'est lui qui sait où se cache le chemin, la voie vers les étoiles et le bonheur arithmétique, la béatitude possessive...

Mais il existe une difficulté, et elle est de taille, l'esprit rêve et imagine.

Pourtant, il faut savoir que ce monde est peuplé de héros ventrus, goinfres, insatiables et sans tripes, mais ils comptent bien, longtemps, sans se fatiguer de la vacuité, sans craindre la fuite du temps, sans s'émouvoir de rien car la certitude il la possède aussi.

Jamais le comptable ne doute de son plan, mais quelquefois il peut arriver un léger malaise, qui s'évanouit aussi vite qu'il est apparu.

Il reprend serein son compte, il compte les biens, les personnes, les oiseaux, et l'air, il compte les ronds de chapeau, les trous et les feuilles, il compte tout, et tout se laisse compter.

Mais heureusement nous savons que E=mc2, dès lors, cette information en poche, l'effroi nous quitte, et nous recomptons...

Pendant que nous comptons nous sommes heureux, de plus en plus heureux, si les comptes sont justes, et nous frôlons l'Extase, qui n'a rien à envier à l'état Zen, l'extase est belle, grande et bonne, elle est sonnante et trébuchante, c'est un miracle, nous avons transformé le temps en argent !

Que désirer alors ? Rien, le ventre affamé, « malesuada fames », n'a pas d'idées, mais il peut organiser des morts par milliers, que dis-je par millions, pour que du compte pas un sou ne se perde.

Nous pouvons tout jeter par la fenêtre, tout, absolument tout, y compris l'honneur, même le pain peut être jeté, mais un sou, cela ne saurait être, non, l'argent le bon argent, il ne faut pas c'est un crime contre Ploutos, et ceux qui le connaisse savent que la misère attend celui qui osera l'offenser.

La misère, vous savez cette hideuse et vieille femme (un homme ça aurait pu être bien aussi, mais il se trouve que la misère est une femme), la misère donc, a les mains froides et crochues, la bouche sans dents, le regard atrocement pénétrant, eh bien, la misère il ne faut pas l'ignorer, nous guette tous et tout le temps...

C'est pourquoi il faut écouter notre capitaine, et vivre comme des chiens le museau dans la gamelle, et le cou usé par la corde, c'est le bonheur à portée de main, pourquoi en vouloir un autre ?

Tout ceux qui en ont voulu un autre ont dû épouser l'affreuse vieille... Tandis que Shakespeare se demandait où s'en allait le blanc de la neige quand elle fond. Je ne sais pas, et je ne sais pas compter non plus...

Exilé

@ Patrice Charoulet
« Quand un incendiaire débile et qui mériterait la prison met le feu à une voiture, ne vous mettez pas à vingt ou trente à filmer, smartphone en main, l'événement, pour le transmettre à vos amis ou à vos proches, en l'accompagnant, j'imagine, du commentaire "LOL". »

Cet incendiaire - qui a commis par ailleurs une série impressionnante de dégâts à lui seul dans Paris en quelques heures - a été arrêté par la police.
Il s'agit d'un anarchiste et non pas d'un « Gilet jaune » même si de temps à autre il s'affublait d'un gilet fluo pour se fondre dans la foule des manifestants pour le retirer ensuite quand il cassait en solo.

Bien entendu, une fois de plus, c'est l'ensemble des Gilets jaunes qui va pâtir des conséquences des amalgames qui seront tirés hâtivement de ce type d'épisode.

breizmabro

@ Robert M.  11 février 2019 à 09:43

Disons que vous 'parcourez' mes commentaires et n'en parlons plus.

Il est vrai que c'est une promesse que j'avais approuvée dès 2017 et que comme toutes les promesses politiques elles n'engagent surtout que celles qui les entendent. Sauf preuve contraire seuls 50 000 postes de fonctionnaires ont été supprimés ou plutôt 'non renouvelés'. Je crains que les 70 000 restant ne soient pas supprimés avant 2022.

"Je note en revanche que vous n'avez pas grand'chose à dire sur le sujet, maintenant qu'il est sur la table. Quel est le montant souhaitable de cette baisse ? Combien de postes de fonctionnaires faut-il supprimer ? Quelles fonctions l'État doit-il abandonner ? Vous êtes muette sur tous ces points que je viens d'évoquer"

Moi non plus cher Robert M. on ne me convoque pas. Du reste il ne vous aura pas échappé que lors du casting au poste de Premier ministre c'est Edouard Philippe qui a été recruté, c'est donc à lui que vous devriez demander combien de postes de fonctionnaires il envisage de supprimer et quelles fonctions l'État doit-il abandonner. Pour l'instant le Grand Macron Tour n'évoque pas cette question.

Vous connaissez l'axiome : promesses non tenues peuple cocu.

"Cette promesse "ultra-libérale"d'Emmanuel Macron consisterait, si elle était tenue, à baisser les effectifs du secteur public de 2 %. Sur 5 ans. Soit, approximativement, de 4 pour mille, pour chaque année de son mandat"

Qu''il commence déjà par baisser les effectifs du secteur public de 2 % ce sera un bon début.

"Maintenant, vous me sommiez (...)"

Non, pas de sommation, j'y suis personnellement réfractaire, je vous demandais juste votre avis à ce propos.

"En suggérant que vous saviez bien (malgré que je n'ai rien dit sur le sujet) que j'étais pour"

Ah oui quand même... vous en êtes là pour ne pas donner votre avis d'expert en écoutes...

"Il me semble que c'est à vous, pour commencer, de nous présenter les faits correspondants, c'est-à-dire de nous exposer qui a été mis sur écoutes, pour quel motif, dans quel cadre légal, etc"

Elusen, sors de ce corps !
 
"En évitant de prendre un ton de flic politique"  

Je pense que c'est plutôt vous avec votre liste de questions auxquelles je suis sommée de répondre qui faites un peu agent du KGB. 

- Quel est le montant de la baisse de la dépense publique que vous souhaitez ?

- Combien de millions de postes de fonctionnaires voulez-vous supprimer ?

- Quels ministères voulez-vous abolir ?

- Quelles sont, parmi les fonctions les plus dispendieuses remplies aujourd'hui par l'Etat, celles que vous souhaitez privatiser ?

- Quelles sont les mesures que vous voudriez voir mises en place pour que les entreprises soient enfin libres d'entreprendre ?

"sachez bien que vos explications ne seront jamais admises. Il y aura toujours un truc qui n'ira pas, votre défense sera jugée faiblarde, vos sources foireuses, la "méthodologie" des études fournies défectueuse, et ainsi de suite"

Je viens dans prendre conscience, j'ai cru un moment rejouer l'Aveu de Costa-Gavras. Ouf je suis sur un blog interrogé par un inconnu un brin méphistophélique...

Naturellement je ne doute pas que vous allez, selon votre habitude, à la suite de cette réponse, dire, à la façon de Savonarole, que je ne suis qu'une inculte petite Bretonne et que je ne comprends rien à l'économie, à la mondialisation... et tutti quanti comme disent les ennemis de Manu. Mais comme vous êtes un anonyme parlant à une anonyme sachez que vos tirades en quinze actes (paragraphes) seront équidistantes des deux pôles de mon indifférence.

Brisons là cher Robert M.

PS: Entre guillemets = vos citations.

Robert Marchenoir

@ breizmabro | 10 février 2019 à 08:37
"Vous ne devez pas vous cogner ce que j'écris puisque j'ai demandé à plusieurs reprises sur ce blog la baisse des dépenses publiques y ajoutant que monsieur 'pabien' ayant fait la promesse durant sa campagne de supprimer 120 000 postes prenait une bonne décision. Pour le reste, vous n'avez pas répondu à mon interrogation en préférant dire que je vous piégeais (?). Bof, pas grave, un instant de mauvaise humeur sans doute."

Navré. Je n'avais pas remarqué que vous ayez jamais réclamé la baisse des dépenses publiques, et pourtant je lis vos commentaires.

Je note en revanche que vous n'avez pas grand'chose à dire sur le sujet, maintenant qu'il est sur la table. Quel est le montant souhaitable de cette baisse ? Combien de postes de fonctionnaires faut-il supprimer ? Quelles fonctions l'État doit-il abandonner ? Vous êtes muette sur tous ces points que je viens d'évoquer.

Après tout, les Gilets jaunes, eux aussi, font mine de demander la baisse des dépenses publiques. Seulement, c'est en diminuant le nombre de députés, en baissant leur traitement, en supprimant le Sénat, et par d'autres mesures aussi punitives que ridicules. C'est se moquer du monde. Les économies produites par de telles décisions seraient dérisoires, sans aucun rapport avec le montant du budget de l'État, ni même avec celui du déficit annuel.

Cela satisferait leur joie mauvaise, leur jalousie et leur haine de ceux qui gagnent davantage qu'eux, mais cela ne retirerait pas un euro aux taxes qui les affligent. Et qui affligent l'ensemble des Français.

Le seul chiffre que vous citez est celui des 120 000 postes de fonctionnaires que Macron a promis de baisser en cinq ans.

Nous parlons d'économie, d'impôts, de comptes publics. Donc, la première exigence en la matière est de se soumettre à ce que les gauchistes, dans leur système de valeurs inversé, appellent, pour la dénigrer, la "logique comptable". En français normal, cela veut simplement dire se forcer à faire des additions, des soustractions, des divisions et des multiplications. Et à faire en sorte que cela tombe juste. Tâche que l'on exigeait, jadis, d'enfants de huit ans, mais qui semble désormais au-delà des forces de la majorité de nos compatriotes.

Plus précisément, il s'agit de s'obliger à considérer les ordres de grandeur. Notion qui semble être devenue complètement inaccessible à d'innombrables personnes, dès lors qu'on parle d'économie.

Il y a, en France, 5 664 700 salariés du secteur public (INSEE, 2017, statistique la plus récente disponible). Ce chiffre est largement sous-estimé, parce que des catégories entières de gens dont l'activité professionnelle est essentiellement financée par l'argent de l'État ne sont pas prises en compte. Mais nous allons nous en contenter.

Il suffit de faire une simple division, pour s'apercevoir que cette promesse "ultra-libérale" d'Emmanuel Macron consisterait, si elle était tenue, à baisser les effectifs du secteur public de 2 %. Sur 5 ans. Soit, approximativement, de 4 pour mille, pour chaque année de son mandat.

Quand on tient compte, de surcroît, du poids écrasant du secteur public, de la dépense publique, du déficit et de la dette, cette prétendue promesse de réduction des effectifs est du moquage de figure, pour rester poli. C'est véritablement prendre les Français pour des imbéciles.

Quant à la baisse effectivement réalisée, elle a été, en 2017, de... 0,08 % des effectifs.

La baisse des effectifs qui est prévue pour 2018 (on ne connaît pas encore le chiffre réel) : 0,02 % du total.

La baisse prévue en 2019 : 0,07 % du total.

Rappelons que 20 % de la population "active" (qui comprend les chômeurs !...) "travaille" pour le secteur public en France. Une personne sur cinq ! Chiffre largement supérieur à celui de la plupart des pays comparables...

Sachant que les fonctionnaires bénéficient de la sécurité de l'emploi. Et que les effectifs des chômeurs sont, donc, essentiellement alimentés par les travailleurs du privé. Donc cette statistique, si souvent citée, est déjà truquée à la base. Si l'on voulait mesurer correctement le poids que l'entretien des fonctionnaires fait peser sur les travailleurs du privé, il faudrait commencer par comparer le nombre de fonctionnaires effectivement au travail (je veux dire : touchant un traitement en échange d'un travail de principe) au nombre de salariés du privé touchant effectivement un salaire parce qu'ils occupent un emploi. Et donc exclure les chômeurs.

Jean-Michel Blanquer annonce 1 800 suppressions de postes dans l'Éducation nationale, et aussitôt les gazettes bruissent de commentaires indignés, les syndicats grimpent aux rideaux en poussant des hululements de dame duvent qui aurait entendu un gros mot, un média aussi peu suspect de communisme enragé qu'Europe 1 prétend que "le chiffre est tombé comme un couperet", il affirme qu'en réalité c'est 2 600, il s'indigne de ce "tour de passe-passe"...

Mille huit cents suppressions de postes dans l'Éducation nationale, c'est zéro virgule zéro, zéro, zéro, trois pour cent des effectifs de la fonction publique en France. C'est 0,03 pour mille du total. Ce n'est même pas un pet de microbe, et tout le monde fait comme s'il s'agissait du tremblement de terre de San Francisco.

Les syndicats de l'Éducation nationale font semblant de s'indigner, Jean-Michel Blanquer fait mine de tenir bon, il est crès crès crès courageux et extrêmement ultra-libéral, car zere iz no alternative, et dans la réalité, il suffit de consulter les chiffres pour s'apercevoir que le ministre comme les syndicats se payent notre fiole, qu'ils font semblant de lutter l'un contre l'autre, qu'ils sont de mèche pour surtout ne rien faire, que tout cela est du théâtre, comme cela l'a toujours été depuis 1945 et le coup d'État communiste silencieux de Maurice Thorez.

Si les journalistes faisaient correctement leur travail dans s'pays, aucun ne ferait une ligne sur la "suppression" de 1 800 postes de fonctionnaires, pas plus qu'il ne leur viendrait à l'idée de faire un article si la femme de ménage de l'Élysée décidait de passer l'aspirateur, dans la loge du concierge, en commençant par la gauche de la moquette au lieu de démarrer par la droite.

Quant aux soi-disant "anti-Système", qui passent leur temps à dégoiser sur "lémédias" et qui vont même jusqu'à attaquer physiquement leurs employés, ils ne s'aperçoivent même pas à quel point ils se font enfler par eux. Mais pas de la façon qu'ils imaginent.

Avec le rythme de "baisse" du nombre des fonctionnaires effectivement réalisé en 2017 (0,08%), qui est légèrement supérieur à celui prévu pour 2019 (0,07 %) -- c'est-à-dire que le gouvernement Macron a dit : je veux je veux je veux arriver à réduire les postes de fonctionnaires de ce nombre, je le dis et je vais le faire, bande de branquignols --, eh bien il nous faudrait 118 années pour réduire les effectifs de 10 % seulement, 278 années pour les réduire de 20 % (ce qui serait franchement un minimum), et 445 années pour les réduire de 30 %.

Soit ce que vient de faire la Grèce en 8 ans. La Grèce, un autre pays européen qui était pourri de dépense publique et blindé de fonctionnaires, et qui vient d'augmenter son Smic-jeunes de 27 %, mais seulement après avoir procédé à cet indispensable nettoyage de son service "public".

Voilà. Les chiffres, contrairement à la terre, aux communistes, aux rouges-bruns, aux "gaullistes" et aux Gilets jaunes ne mentent pas.

Maintenant, vous me sommiez de proclamer mon opposition à des écoutes téléphoniques qui seraient organisées contre des Gilets jaunes. En suggérant que vous saviez bien (malgré que je n'ai rien dit sur le sujet) que j'étais pour.

Il me semble que c'est à vous, pour commencer, de nous présenter les faits correspondants, c'est-à-dire de nous exposer qui a été mis sur écoutes, pour quel motif, dans quel cadre légal, etc.

Puis de nous expliquer pourquoi (semble-t-il), vous êtes contre, en nous présentant ce qui s'appelle, en français, des arguments.

Après, et après seulement, vous pourrez éventuellement interpeller X ou Y pour lui demander quel est son avis, à lui, et pourquoi il aurait (peut-être, car il n'a rien dit sur le sujet jusqu'à présent) l'outrecuidance d'avoir un avis différent du vôtre sur la question.

En évitant de prendre un ton de flic politique, si possible.

Sauf, évidemment, si vous voulez vous comporter comme un cadre du Parti communiste français, ou soviétique, ou d'Afrique du Sud, et que votre seul but est d'intimider les gens pour leur faire honte de ne pas appartenir au camp du Bien -- le bien tel que vous le définissez, bien entendu. Sans éprouver le besoin de justifier votre définition.

Zonzon

ERRATUM

Horreur et Damnation !

Je n’avais pas bien regardé la date. C’était celui de 2015. Le rayonnant Kaufmann - dont toutes les authentiques dames du blog sont amoureuses - en couple avec une chaise roulante occupée par le corps désarticulé de Hawking, le visage tordu et le regard noyé dans les quarks, celui-là même qui espéra démontrer que le Tout sortait du Rien durant une vie dont nul ne pourra jamais affirmer combien elle compta d’années !

Et cet étrange assemblage - chanteur et pantin - sorti de l’imagination d’un bobo mignon à l’exaltation démente qui plaît à Paris-Bastille-Saint-Germain-des-Prés, scruté par ce bon diable de Terfel, souriant Gallois, honneur de tous les Celtes.

Horreur et déception ! A la poubelle ! Dès le premier coup d’archet !

L’opéra, spectacle total, œil et oreille, texte et musique, constamment gâché par ces princes de notre époque - cette mafia de metteurs en scène homosexuels En Marche vers l’humanité libérée par la PMA, GPA, ETCAETERA - par l’influence de quel mauvais diable dégénéré, directeurs, chefs, chanteurs, public, supportent-ils ces massacres ?

Il fallait faire quelque chose ! La faim de Berlioz se faisait sentir ! Farfouiller dans les stocks pour exhumer la version 1999, Salzbourg, La Fura dels Baus, Kasarova, Groves, Willard White. Une production indépassable avec cette touche de surréalisme assumé et le mur du château en toile de fond !

Cher Berlioz, novateur de la musique, merveilleuse soirée !

Elusen

@ Claude Luçon | Exilé

À défaut de vous poser des questions sur les autres, commencez par vous remettre en cause !

Claude Luçon

@ Exilé | 10 février 2019 à 11:37

Bonne idée !
Mais il faut voir ma note au second degré, c'est une vieille histoire entre lui et moi : il voulait me répéter, à sa façon, sa perception des Français, ou plutôt son incompréhension !
En vérité nos GJ ne sont pas passés inaperçus, j'ai reçu des demandes d'explication à leur sujet de vieux copains des USA, de GB, d'Italie et du Chili.
Le drame est que je n'ai pas su quoi répondre.
Dire à des ex-pétroliers comme moi que tout était parti d'une histoire de prix du diesel aurait été un comble considérant par où nous sommes tous passés pour aller chercher des hydrocarbures.
De notre point de vue le diesel valait bien quelques centimes de plus.

Giuseppe

Alain Minc trouve Alexandre Benalla "éblouissant", qui se ressemble s’assemble dit-on, il a parfaitement raison, mais par contre Alexandre devrait lire la biographie du premier et peut-être que la lumière ne brille pas autant que Minc le dit surtout chez lui.

Giuseppe

AFP, publié le dimanche 10 février 2019 à 07h37

"Les avocats de Renault dénoncent les dérapages de Nissan et s'indignent des méthodes utilisées pour interroger des salariés du constructeur français, dans une lettre adressée à leurs homologues du constructeur japonais publiée par l'hebdomadaire Le Journal du Dimanche."

Nul n'est au-dessus des lois, semblent dire les magistrats nippons.

Carlos Ghosn retenu par une justice japonaise qui applique les textes à la lettre, inimaginable de penser à un complot, le personnage trop important.
Qu'en serait-il en France ? Deux années avec sursis pour Cahuzac, une liberté jamais entravée.
Ce n'est certainement pas pour un bouquet de violettes que le premier a été incarcéré, il est déjà remplacé.

Giuseppe

Elles sont redoutables, deux styles différents, elles manient le ballon ovale - pourtant capricieux - parfaitement, évoluant sur la pelouse de ce blog pour le bien-être de notre santé mentale, surtout celle des hommes, adroites de leurs mains, elles sont capables de jouer au pied, le drop de la gagne à l'ultime seconde.
La table est déjà mise, une assiette rajoutée - inexcusable oubli de ma part -, car ce soir quoi qu'il arrive chez les Anglais, nous chanterons que la femme est l'avenir de l'homme.

Exilé

@ Claude Luçon
« Un ami américain, soucieux, un peu confus, m'a envoyé un email en me demandant qui étaient ces "Gilles et John" dont on parle tant en France ! »

Répondez-lui : « des sortes d 'Insurgents faisant des tea parties chaque samedi.

duvent

@ Robert Marchenoir | 09 février 2019 à 23:47
« Il est assez présomptueux de votre part d'affirmer que vous êtes une femme. Quant à prétendre que vous représenteriez la femme à vous toute seule... »

Monseigneur, vous avez des lacunes, votre insuffisance est grande et votre inexpérience vaste, c'est pourquoi je vous invite à prendre connaissance de ce traité, il vous apprendra quelques petites subtilités rhétoriques, qui pourront parfaire votre style pauvre et améliorer considérablement votre prose verbeuse...

Les figures du discours. Pierre Fontanier 

Par ailleurs, je vous crois quand vous affirmez présomptueusement que vous êtes un homme, car les hommes stupides et vaniteux sont légion...

Pour vous servir Monseigneur !

Aliocha

La fake news littéraire existe aussi, je suis donc obligé pour les faussaires adeptes des contre-vérités, de rétablir à nouveau - si les menteurs ne récidivaient pas, on ne serait pas obligé de se répéter - un peu de réalité :

"Ça fausse un peu le jugement qu'on peut avoir sur Proust, ces histoires pédérastiques, cette affaire de bains-douches, mais ces enculages de garçon de bain, tout ça, c'est des banalités... Mais il en sort que le bonhomme était doué... Extraordinairement doué... Ah oui, doué, doué, quand y voit ces gens qu'ont si changé, là... son très puissant tableau de la vieillesse prenant les gens et les faisant grimacer, ça, c'est un peu similaire... (...) Proust est un grand écrivain, c'est le dernier... C'est le grand écrivain de notre génération, quoi..."

On peut bien sûr en rester à Tutur et Tatave, se replonger dans Voici pour suivre le feuilleton Benalla, regretter Fillon et son orchestre syndical, mais nous n'en sommes plus là, il y a ceux qui cèdent et ceux qui restent droit, le reste, c'est du blabla bourgeois de lecteurs de tabloïds.

breizmabro

@ Robert Marchenoir | 09 février 2019 à 23:47

Vous ne devez pas vous cogner ce que j'écris puisque j'ai demandé à plusieurs reprises sur ce blog la baisse des dépenses publiques y ajoutant que monsieur "pabien" ayant fait la promesse durant sa campagne de supprimer 120 000 postes prenait une bonne décision.

Pour le reste, vous n'avez pas répondu à mon interrogation en préférant dire que je vous piégeais (?). Bof, pas grave, un instant de mauvaise humeur sans doute.

@ Elusen | 10 février 2019 à 01:53

;)*

Achille

@ Mary Preud'homme | 09 février 2019 à 22:07
« Et vous encore moins, vu toutes les sottises que vous écrivez sur le sujet pour soutenir votre idole. »

Mes sottises, comme vous dites, valent bien les vôtres. Je n’ai jamais remarqué une grande subtilité dans vos propos de douairière acariâtre. Pour qui vous prenez-vous ?

Finalement j’ai eu tort de répondre à votre commentaire. On ne m’y reprendra plus car c’est une perte de temps.
Avec vous il n’est pas possible d’avoir un échange apaisé et constructif, tant vous êtes enfermée dans vos certitudes.
Parfois je me demande si vous ne comprenez pas ou si vous faites semblant de ne pas comprendre ce que l’on vous dit. Forme de dérobade, assez classique chez les gens obtus qui ne supportent pas d’être contredits.

Désolé d’avoir égratigné votre « Filou » (sobriquet qui lui sied plutôt bien avec le recul…). Je l’aimais bien malgré tout. Mais avant de se lancer dans une campagne présidentielle, il faut s’assurer de ne pas laisser traîner des affaires compromettantes dans ses cartons. Des journalistes comme Edwy Plenel sont de redoutables chasseurs de filous.

Elusen

@ breizmabro | 09 février 2019 à 21:02
▬ « Affirmation sans preuve petit Elusen ? Vous m'étonnez. »

Faux, j’ai pris un cacao d’Afrique glacé avec un croquant aux agrumes hier avec Elle. Et Elle me l’a confirmé !
Elle m'a très clairement dit : Lucifer va tourmenter la mémère.

▬ « Comment ça "votre" Jany Leroy ? »

Cette personne vous appartient, c’est offert en guise de gadget par Boulevard vomissures, comme pour Pif le chien ; ça fait pas des oeufs carrés, mais ça écrit de la fiction pour la télé : mon curé chez les nudistes.

Claude Luçon

Un ami américain, soucieux, un peu confus, m'a envoyé un email en me demandant qui étaient ces "Gilles et John" dont on parle tant en France !

Robert Marchenoir

@ breizmabro | 09 février 2019 à 17:41
"Vous qui honnissez le système communiste, comment analysez-vous le comportement de la France 'libérale' de Macron qui fait mettre sous écoute quelque 150 personnes sous le prétexte - officiel - qu'ils 'seraient' des GJ [...] . Evidemment j'attends d'un libéral indépendant tel que vous une justification, crédible, d'une telle ingérence d'un gouvernement dit démocratique, dans la vie privée de ses citoyens."

Vous êtes bien mignonne de passer votre temps à me demander des comptes. Je veux bien répondre à votre question, mais auparavant il faudra que vous répondiez à la mienne : à quel moment avez-vous exigé, dans ces pages, une baisse drastique de la dépense publique ?

Et si vous ne l'avez pas fait, ce qui, j'en suis sûr, n'est qu'une étourderie de votre part, quel est le montant de la baisse de la dépense publique que vous souhaitez ? Combien de millions de postes de fonctionnaires voulez-vous supprimer ? Quels ministères voulez-vous abolir ? Quelles sont, parmi les fonctions les plus dispendieuses remplies aujourd'hui par l'Etat, celles que vous souhaitez privatiser ? Quelles sont les mesures que vous voudriez voir mises en place pour que les entreprises soient enfin libres d'entreprendre ?

Nous sommes bien d'accord que la formulation de votre question implique que vous reprochez à Macron de n'être pas suffisamment libéral ?

Voyez-vous, le problème, avec les gauchistes comme vous, c'est qu'ils s'imaginent être les rois du monde. Ils ont raison par définition, ils sont dans le camp de la justice et du bien, et c'est toujours les autres qui sont sommés de se justifier.

Eux ne s'estiment jamais en devoir d'expliquer leur idéologie, et d'ailleurs ils n'en ont pas : ils sont de gauche, comme tout le monde. Etre de gauche n'est pas nourrir une conviction politique, c'est simplement l'état de l'homme normal.

Et périodiquement, leur inconscient de petits flics de la Stasi ressort. Ils convoquent les gens au commissariat pour qu'ils avouent leurs crimes. Un peu comme, en Russie, vous êtes convoqué au FSB à propos de rien. Pour un entretien "amical".

Bien entendu, si vous vous avisez de vous justifier, croyant à la sincérité des questions (ici je parle de la France), sachez bien que vos explications ne seront jamais admises. Il y aura toujours un truc qui n'ira pas, votre défense sera jugée faiblarde, vos sources foireuses, la "méthodologie" des études fournies défectueuse, et ainsi de suite.

Du haut de son trône idéologique qu'il occupe de plein droit, le gauchiste balaiera d'un index dédaigneux vos poussifs arguments. Il vous faudra replancher à la session de rentrée. Puis à la suivante, puis à celle d'après...

Et lorsque, par extraordinaire, on ne pourra rien trouver à redire à vos explications, ce sera silence radio... jusqu'à la prochaine convocation.

C'est ainsi que vous avez cru me piéger, il y a peu, en m'imputant je ne sais quel macronisme systématique. Au passage, je note que pour vous, il est inconcevable d'être macroniste. Macron, c'est le camp des pabien. La vertu de l'homme moderne se mesure à sa distance de Macron.

Je vous ai fait remarquer que vos lunettes déformantes, teintées en rouge dans la masse, avaient commodément omis mes (longs) commentaires expliquant ma vive opposition aux méthodes de maintien de l'ordre qui ont conduit à de nombreuses mutilations récemment. Ainsi qu'aux mesures individuelles d'interdiction administrative de manifester. Par exemple.

Tout cela, vous l'avez oublié. Ça ne compte pas. J'aurais aussi bien pu pisser dans un violon. Et là, le brigadier du KGB se réveille, nouvelle convocation : il s'agirait que je m'explique sur 150 écoutes téléphoniques entreprises par le gouvernement. Vous "attendez de moi" une "justification", et "crédible", en plus.

Ne niez pas, Marchenoir, nous savons tout. Non seulement nos informateurs nous ont indiqué que vous aviez soutenu ces écoutes à la cantine du sovkhoze, mais il ne serait pas étonnant que vous les ayez vous-même organisées. Alors ? qu'avez-vous à dire pour votre défense ?

Commencez donc par nous dire combien de milliards vous voulez retirer du budget de l'Etat, et puis nous discuterons de ces écoutes qui vous passionnent.
______

@ duvent | 09 février 2019 à 19:33
"Ainsi, il m'amuse follement de vous voir plastronner en congédiant la femme."

Il est assez présomptueux de votre part d'affirmer que vous êtes une femme. Quant à prétendre que vous représenteriez la femme à vous toute seule...

genau

Céline écrivait, à propos de Proust: "300 pages pour nous faire comprendre que Tutur enc... Tatave c'est trop."
On pourrait dire la même chose de Benalla et on ne sait même pas.

Une de nous dit qu'on ne s'en sortira pas tant qu'on n'aura pas une réelle indépendance de la justice, quel que soit le procureur en jeu. Ah ! si j'osais, mais, sur ce propos on ne peut être qu'à côté de la plaque parce qu'il est lui-même difficile à classer.
La seule justice vraiment indépendante c'est celle du roi, somme de tous les savoirs et de toutes les grâces. (On voudra bien m'épargner les écrouelles.)

A part celle-là, la justice n'est pas toujours celle de l'Etat et les procureurs ne sont pas des juges. D'ailleurs, les pays où les procureurs sont indépendants ne sont pas réputés pour avoir un système judiciaire préférable au nôtre ni des résultats plus probants, de la même façon que les juges fonctionnaires (ou presque) ne sont pas préférables aux juges élus. Il y a en Afrique, des justices gestuelles très riches de sens, même si, par ailleurs, elles sont plutôt marrantes.

Enfin, je n'ose pas rappeler, tout le monde sait ça, mais tant pis, que le Procureur a la plume serve, mais que sa parole reste libre et qu'en cas de conflit grave, il a toujours la possibilité de faire plaider sa toque.

Notre système n'est pas mauvais, et les politiques s'y cassent les dents, tant que le fondement politique n'est pas supplanté par les balles de mitrailleuses.

Les juges de gauche, partisans excessifs d'une cause qu'ils ne comprennent même pas, flinguent leur cause et n'ont pour les représenter que quelques bas-bleus. Les procureurs de circonstance empruntent rapidement la première traverse à droite et on les oublie, bien des juges d'instruction qui font rêver les jeunes magistrates, prennent des gamelles retentissantes ou travaillent dans l'ombre, comme ces juges de paix qui ne savaient pas grand-chose mais comprenaient tout.

Mary Preud'homme

"...blabla etc. Macron n'a rien à voir dans cette affaire... etc."
Rédigé par : Achille | 09 février 2019 à 19:56

Qu'est-ce que vous nous chantez là ?
Je ne suis pas la seule personne à avoir remarqué que vous vous empressiez de répondre sans avoir pris la peine de relire primo votre post, secundo celui auquel il faisait suite.

N'est-ce pas vous qui avez écrit que Fillon se serait pulvérisé tout seul ? C'est donc que vous avez fait totalement l'impasse sur les circonstances de son exclusion et que vous le prenez pour un imbécile. Verdad ?

Et qui ensuite avez affirmé que Fillon (Filou pour les intimes) aurait fait la même politique que votre petit bijou en plus "musclée". Ce qui prouve que vous ne connaissez pas le b.a.-ba de la politique du parti dont il défendait les couleurs.

Quant à Macron je n'ai suggéré à aucun moment qu'il aurait à voir (ou non) dans cette affaire, n'ayant pas accès aux dossiers secrets de la République. Et vous encore moins, vu toutes les sottises que vous écrivez sur le sujet pour soutenir votre idole.

Patrice Charoulet

DOUBLE MESSAGE AUX GILETS JAUNES

Un. Quand une grenade lacrymogène aboutit à vos pieds, ne la ramassez pas pour la retourner à l'envoyeur. Car en faisant cela, vous pourriez avoir quatre doigts arrachés ou cinq. C'est la mésaventure qui est arrivée à l'un d'entre vous ce samedi. Ben oui, gros malin !

Deux. Quand un incendiaire débile et qui mériterait la prison met le feu à une voiture, ne vous mettez pas à vingt ou trente à filmer, smartphone en main, l'événement, pour le transmettre à vos amis ou à vos proches, en l'accompagnant, j'imagine, du commentaire "LOL". Car en faisant cela vous prouveriez, si la chose était vraiment nécessaire, que vous êtes de parfaits abrutis.

Noblejoué

Je trouve souvent assez désastreux les rapports entre les hommes et les femmes, même sur ce blog qui n'est pas le pire.

Les humains n'arrêtent pas de se nuire les uns aux autres, une différence de sexe, ou de n'importe quoi d'autre d'ailleurs, et l'agressivité monte. Au lieu d'essayer de surmonter ou d'oublier ou un mélange des deux, tout ce qui ne va pas, la souffrance et la mort, subir et subir, toujours subir, ils préfèrent transférer leur souffrance sur des gens qui ne leur ont rien fait.

Écrasés par le monde, ils essaient d'écraser les autres, écrasés par le monde, comme il n'est pas considéré sérieux alors que qu'est-ce qui peut l'être à part ça, de rappeler combien notre condition est mauvaise, ils préfèrent hurler être des victimes plus victimes que d'autres quand bien souvent, tel n'est pas le cas... Il faut bien que sa souffrance passe en contrebande et participer à la concurrence des victimes.

Bref, si je pouvais émerger de ce bourbier, ce serait merveilleux, ce que je souhaite, évidemment, à tout le monde, enfin, à ceux qui le désirent, ne pas faire aux autres ce qu'on ne voudrait pas qu'ils nous fassent, si je pouvais être au niveau que je vise, je n'apprécierais pas qu'on me maintienne au minable actuel, donc si d'autres veulent plafonner à rien, qu'ils y restent. Vive la liberté !
Ah mais non, un tas de gens vont dire que mieux vaut rester mortels et stupides... Et les mêmes se plaindront que nous nous comportons mal ? Erreur, nous pourrions agir bien plus lamentablement encore étant donné ce que nous sommes. Disons que comme les failles montrant un peu les dessous de la terre, certaines circonstances montrent ce que nous sommes sous les apparences aussi fausses que convenues.

Entre ceux qui ne veulent pas qu'on progresse, et ceux qu'on oublie, par exemple en étant contre les drogues, même le vin, qui à vrai dire, est une drogue légale, mais passons, j'ai parfois l'impression d'être un lion en cage. Pas la peine de dire que je n'ai rien d'un lion ! D'ailleurs, je préfère les tigres.
En fait, le problème est l'addiction, la dépendance, il y a des personnalités addictives, des pratiques, parce que d'autres choses que la drogue provoquent des addictions. Mais c'est l'arbre qui cache la forêt ! Pour moi, le problème est tous ces gens qui ne cessent de vouloir interdire ceci ou cela. Par exemple, ici, et chouette, car on n'entre pas dans les problèmes insolubles de la répartition des richesses, il y a ceux contre les pseudonymes et ceux en voulant à d'autres de s'afficher, il y a ceux qui trouvent que d'autres sont trop longs quand rien ne leur interdit d'user leurs doigts sur le clavier ou de la souris pour sauter les textes excédant leur capacité de concentration... Et je prédis que si on se pliait à tous ces caprices, d'autres surgiraient que je ne vais pas dire pour éviter de donner des idées.

Bref, nous ne vivons pas assez dans une cage, il faut la réduire encore...

Dans ces conditions, il est deux erreurs jumelles, soit ne pas voir que quelqu'un tranche sur ce magma, soit croire que tel est le cas alors que non... Evidemment, des cas moins tranchés sont possibles.

Les choisis ton camp des hommes ou des femmes, des riches et des pauvres et d'autres encore, quelle scie. Essayer d'être le meilleur possible et aller aux meilleurs !
Des efforts qui risquent grandement d'être illusoires, des rencontres qui ont une bonne probabilité d'être vaines. Énée ne pouvait pas étreindre son père mort mais ils étaient vraiment un père et un fils capables de se parler même après la mort du père quand tant de vivants ne se rencontrent pas vraiment, voisins mais aussi parents et enfants, hommes et femmes et j'en passe. Nous sommes plein de pesanteurs...

Que nous ne pouvons guère que secouer, mais c'est déjà ça, par exemple, par la danse et par la musique, en général on déroule des citations sur la musique, donc là, ce sera sur la danse :

https://www.accrofolk.net/chronique-folk/la-danse-sans-folk/86-la-danse-en-citations

Giuseppe

@ Giuseppe | 09 février 2019 à 14:26

"Hé petit, y comprend toujours rien l'autre… Comme si on savait pas qui était Rémy… Y doit pas lire le Palmipède qui lui avait tiré le portrait il y a peu de temps. Comment ? Ah ! Les crayons de couleur… Comment ? Oui, oui le papier Canson avec… Comment ? Qu'il fasse mumuse ?! D'accord je lui dis. Pour la musique ? Aussi je lui dirai… Ouais c'est vrai, de la feuille il est bouché aussi. Bon, à plus tard."

breizmabro

@ Elusen | 09 février 2019 à 15:55

Comment ça "votre" Jany Leroy ?

"Savez-vous au moins que même Dieu ne croit pas en vous"

Affirmation sans preuve petit Elusen ? Vous m'étonnez.

semtob

Cher Philippe,

Une régression, dites-vous ?
Une simple continuité.
Que la justice regagne quelque confiance... vous souriez, sans doute !

Après le mur des cons et la vengeance rouge contre Nicolas Sarkozy et Fillon qui a permis l'élection d'une bande de petits rois, la justice est foutue, perdue.
Une justice qui a une part de responsabilité dans une violation démocratique, n'est plus qu'une justice moribonde dans laquelle plus personne n'a confiance.
Et c'est bien là le constat qu'il faut faire.

La justice voulait faire passer la gauche et elle a échoué.
Elle a créé des orphelins politiques, elle a tué la liberté de voter.
Elle a pété l'alternance, la respiration démocratique.

Maintenant, seul un chien peut devenir président parce que l'on ne peut pas lui inventer de fausses casseroles, parce qu'un chien même sali reste admirable.
La justice sorcière, au-dessus des lois et du droit, c'est ce que nous voyons.
La justice baveuse, tricheuse, morveuse, c'est ce que nous voyons.
ET LA NEUTRALITE ?... BORDEL !

Et pendant ce temps-là, la fraise des bois et le moustachu se vengent en coulisses en tirant les ficelles de la révolte et en amenant Macron et son épouse à la case prison du jeu de l'oie.

Bonjour à Nathalie Kosciusko-Morizet qui manque beaucoup à la représentation politique.
françoise et karell Semtob

boureau

@ Alpi 09 février 20189 18:49

Légion d'honneur

Je sais bien sûr et depuis longtemps, l'importance du carriérisme, du réseau, de l'amicale des anciens élèves, de l'obédience franc-maçonne, de la position syndicale, de l'administration publique concernée etc. etc., pour son attribution.

Toutes choses qui n'ont rien à voir avec ce que rappelait récemment le Grand Chancelier de la Légion d'honneur : "une reconnaissance exprimée par le pays pour ceux qui, par leurs réalisations ou leur talent font rayonner la France". Pour Napoléon Bonaparte, l'attribution de cette haute distinction honorifique devait récompenser les "mérites éminents rendus à la France" et honorer les citoyens les plus méritants dans tous les domaines d'activité.

Que voulez-vous, je ne m'y ferai jamais de voir tous ces ronds-de-cuir (puisque 95% des récipiendaires sont des fonctionnaires) accrocher fièrement ce hochet rouge (comme l'appelait Napoléon) pour des mérites la plupart du temps inexistants.

Et par ailleurs, chaque jour, voir de simples Français - méritants eux - non reconnus par les autorités.

Donc malgré tout, je me suis posé la question : quel service éminent à la patrie NKM a-t-elle réalisé pour mériter ce prestigieux mais peu à peu dévalorisé ruban rouge.

Cordialement.

Achille

@ Lucile | 09 février 2019 à 17:43
« Vous avez vu où en est la dépense publique ? Vous avez vu où en est notre économie ? »

A noter que sans le mouvement des Gilets jaunes, le gouvernement était en passe de faire descendre la dette publique en dessous des 3% du PIB.

Mais il a fallu refiler 10 milliards de dépense publique pour satisfaire les « jaunistes » alors qu’ils ont déjà fait perdre des milliards aux entreprises françaises et occasionné du chômage technique et même du chômage tout court.

@ Mary Preud'homme | 09 février 2019 à 17:20

Mais oui, Mary Preud’homme, le programme de François Fillon était encore plus dur que celui d’EM. Relisez-le et vous verrez.

S'il avait été élu (je vous rappelle que j'ai voté pour lui au premier tour, malgré le Penelopegate), c'est lui qui aujourd'hui devrait se coltiner les Gilets jaunes.
De toute façon pour redresser le pays, il n’y avait pas 36 solutions. Il fallait « resserrer les boulons ».

Quant au Penelopegate, c’est Mediapart qui l'a déclenché en utilisant ses méthodes inquisitionnelles qui n’ont rien à envier à celles de la Stasi des années 60 en Allemagne de l’Est.
Macron n'a rien à voir dans cette affaire.

duvent

@ Robert Marchenoir | 09 février 2019 à 10:37
« Cela vaut également pour certaines dames genre duvent, auxquelles je conseillerais de rester au salon pendant que les messieurs discutent, si elles ne sont pas capables de soutenir les rigueurs de la conversation.
Quant à la méchanceté, elle en connaît un rayon, et, me semble-t-il, elle la pratique avec plus de brio que d'autres. En revanche, pour les arguments, on cherche toujours. »

Oh ! Grand merci votre grâce ! Son altesse est trop bonne avec moi, je suis si confuse que j'en rougis !! Vraiment vous me trouvez méchante et avec brio, mais c'est trop, c'est beaucoup trop de considération pour une bougresse dans mon genre, une femme c'est tellement… les mots me manquent, et il ne me vient que « con » (Mme Bilger, je vous prie d’accepter mes excuses plates et plus encore...).

Nous ne sommes que samedi, ce qui veut dire que j'ai tout le dimanche pour me délecter de ce compliment du sieur Marchenoir, et je me réjouis déraisonnablement !!

Ainsi, il m'amuse follement de vous voir plastronner en congédiant la femme, dont la place au salon est des plus confortables, je ne refuserai certes pas de tenir le plateau de gâteries, comme le vulgaire Zonzon le propose.

En effet, il n'est pas rare que dans la gâterie l'on glisse par mégarde le meilleur jus, pour certains médiocres, et ici, je me souviens du compliment de sa seigneurie Marchenoir et alors, il est certain que le fiel le plus amer sera concocté, et réservé à qui de droit...

Quant au pitre Zonzon, je dirai comme Médée : « Medea fiam, Medea nunc sum ! », ou plus simplement, changez de femme, la vôtre vous induit en erreur ! (ça c'est méchant, mais avec brio !)

Zonzon

La Damnation, Kaufmann, Terfel ; cette nuit !

En espérant que le mignon chargé de la mise en scène ne va pas nous gâcher la soirée !

Alpi

@ boureau
"Pour ma gouverne et histoire d'être un peu acide, à quel titre, à quelle action d'éclat, à quelle découverte importante, ou plus primaire à quelle relation cette femme ambitieuse doit-elle cet insigne honneur ?"

Ne me faites pas croire, cher boureau, que vous découvrez aujourd'hui qu'il n'est nul besoin d'une action héroïque, remarquable, supérieure, que sais-je encore, pour recevoir cette distinction !
Allons, j'en connais, bien plus obscurs que NKM - qui je vous l'accorde, n'en méritait pas tant - qui ont été chamarrés, sans qu'on sache pour quels exploits. Et ce n'est pas nouveau...

boureau

@ Achille 09 février 2019 13:29

Naïveté
Je vous crois sincère. Naïf mais sincère !

Gilets jaunes
Je soutiens le mouvement des Gilets jaunes dans l'esprit de sa naissance, mais je soutiens aussi une certaine fermeté dans la gestion de l'ordre public. Pas dans une telle violence. Sur ce point, nous avons je crois, quelques progrès à faire.

Si les gouvernements successifs depuis Sarkozy avaient réglé, au moins en partie, le problème des casseurs, nous n'en serions pas là. Question de volonté politique, les textes sont là. D'autres l'ont fait dans d'autres pays. Emmanuel Macron n'est évidemment pas le seul responsable.

Cordialement.

Lucile

@ Achille | 09 février 2019 à 13:29

Alors il n'y aurait dans la France entière pas une seule personne capable de remplacer Macron ? De toutes façons, ce n'est pas ce que je souhaite, puisqu'il a été élu, qu'il fasse son boulot, mais qu'il le fasse. Vous avez vu où en est la dépense publique ? Vous avez vu où en est notre économie ? En ce moment le gouvernement entretient le suspense sur le prochain impôt qu'il nous concocte. C'est à s'arracher les cheveux, dans la dépense (inutile) ce gouvernement dépasse toute mesure, il nous mène à la faillite, jusqu'où ira-t-il ? Ne me dites pas que Macron fait son travail mieux que tout autre. Hollande ne faisait pas plus mal, Sarkozy non plus.

À propos de naïveté, n'oubliez pas : "Soyez rusés comme des serpents et purs comme des colombes !" (Évangile selon saint Matthieu). Ça me paraît la sagesse même.

breizmabro

@ Robert M.

Vous qui honnissez le système communiste, comment analysez-vous le comportement de la France 'libérale' de Macron qui fait mettre sous écoute quelque 150 personnes sous le prétexte - officiel - qu'ils 'seraient' des GJ, comme au bon vieux temps de Mitterrand qui avait mis sous écoute Jean-Edern Hallier, Jacques Vergès, Francis Szpiner et, déjà, Edwy Plenel (Mediapart) ou... Carole Bouquet ?

Evidemment j'attends d'un libéral indépendant tel que vous une justification, crédible, d'une telle ingérence d'un gouvernement dit démocratique, dans la vie privée de ses citoyens (*)

Adéo Robert M.(*)

(*) Même si c'est en quinze paragraphes je me les taperai, comme vous vous êtes cogné ma vidéo ;)

Mary Preud'homme

@ Achille 13:29
"François Fillon ? il s’est crashé tout seul à l’élection présidentielle et de toute façon il aurait mené la même politique fiscale, économique et sociale qu’EM, sans doute même plus dure."

Ce genre de news on ne nous les avait pas encore servies.
C'est du Achille pur sucre ! Ou le talent d'Achille...
Filou se serait donc crashé tout seul et Manu serait son disciple en plus mou !
Tordant !!

Quant au Penelopegate il n'a jamais existé !
Big up Penny !

Zonzon

@ Patrice Charoulet 8 février à 22 h 45

Monsieur le professeur,

Très touché par votre message. D’autant qu’il provient d’un spécialiste de la langue. Je suis confus, je ne songeais qu’à parer les coups pendables que le grand RM dispense sans compter dans ce blog où la strasse est fort complaisante !!

Soyez assuré que je me conformerai à l’avenir à votre demande bien naturelle !

Bon dimanche cher camarade.

PS: Je viens de prendre connaissance de la dernière tartinade de RM. Il se découvre jusqu’à l’os ! C’est un gouvernemental ! Cela va nous simplifier la vie. Le combat va devenir ouvertement politique. Ce sera clair et net.

Par ailleurs nous savions que RM est une personne d’un seul tenant : économie et sociologie politique. Cela nous laissera le champ libre quand on en aura marre de dire tout le bien que l’on pense de la gouvernance de Bijou !

Je sais votre position en la matière.
Nous saurons nous en tenir à l’essentiel : les mots, la langue et ceux qui la firent vibrer !

Pour rendre hommage à notre cher Marcel mes réponses à notre ami seront intitulées :
« CONTRE SAINTE-MARCHENEUVE »

Exilé

@ Achille
"Alors qui ? Dans le paysage politique actuel, particulièrement décevant, je ne vois personne."

Il existe un critère simple.
A voir qui figure parmi les adversaires haineux de Marine Le Pen, qui sont en plus souvent des gens pas très recommandables, nous pouvons penser qu'elle ferait probablement un président tout à fait correct à défaut d'être « brillant » et c'est ce que redoutent ses adversaires qui saisissent n'importe quel prétexte tordu ou fallacieux pour la démolir.

De plus, contrairement aux présidents précédents, elle aime la France et les Français et elle n'est pas animée par la trahison des intérêts de son pays.
C'est en principe ce qui devrait gouverner en priorité le choix des électeurs, le reste n'étant que relativement secondaire.

Elusen

@ Marc GHINSBERG | 09 février 2019 à 14:21
« Toutefois le coût du message est si élevé pour le gouvernement que j’ai du mal à y croire »

Il n’est nulle question de croire, il s’agit d’avertir et cela ne coûte rien symboliquement de montrer à celle ou celui, voire ceux, qui ont enregistré la conversation, qui l’ont transmise à Mediapart que même la Justice est mise à contribution pour le ou les retrouver.

La mobilisation d’un appareil d’État invite certains à se taire, comme l’affaire Jamal Khashoggi, si l’État saoudien s’attaque sans vergogne, publiquement, à un opposant célèbre, médiatisé, journaliste du Washington Post : imaginez petite gens, à toi l’anonyme, ce que nous pouvons vous faire.

Je m’attaque à vos enfants et pas à vous quel message recevez-vous ?

Souvenez-vous qu’il y a une preuve irréfutable que Messieurs Crase et Benalla ont violé l’interdiction judiciaire de se rencontrer et de parler de l'affaire ; dans l'enregistrement, ils vont même jusqu'à comploter pour faire disparaître des preuves, organiser une magouille avec des prête-noms, M. Benalla reconnaît avoir menti sous serment au Sénat ; de fait, le droit impose sans délai qu’ils soient tous deux placés en détention provisoire, or sur ordre du Procureur l'on se pointe à Mediapart qui a rendu publique la preuve irréfutable.

Qui est recherché et averti ? Pas Mediapart !

Faites ça vous, de ne pas respecter des interdictions judiciaires, et nous verrons après ?!

------------------------------------------------------

@ breizmabro | 09 février 2019 à 13:34
« Boulevard Voltaire... »

...est pour moi un site de vomissures !
Ce n’est pas un site d’informations, c’est un site d’opinions !

Ils ne prouvent jamais rien et font de la rumeur, de la diffamation, d’ailleurs votre Jany Leroy qui se présente comme auteur de fiction pour la télévision, vous-même reconnaissez qu’elle ne prouve rien, mais que vous la croyez.

Encore votre problème de croyance.
Savez-vous au moins que même Dieu ne croit pas en vous ni en Jany Leroy ?

-----------------------------------------------------------

@ Giuseppe | 09 février 2019 à 14:26
« Ecarté l'hypothèse du courtisan serviteur servile qui en ferait plus pour complaire à ses maîtres. »

Waouh, Rémy Heitz n’aurait donc jamais étudié le droit ?!
Il n’aurait jamais été fonctionnaire de justice ?!
Il n’aurait jamais été magistrat ?!
https://www.whoswho.fr/bio/remy-heitz_50553

Il méconnaissait le fait que le directeur de Mediapart pouvait refuser une perquisition lors d’une vulgaire enquête préliminaire ?!

Pourtant que nous dit la musique ?
Code de procédure pénale - Chapitre II : De l'enquête préliminaire - article 76

    Les perquisitions, visites domiciliaires et saisies de pièces à conviction ou de biens dont la confiscation est prévue à l'article 131-21 du code pénal ne peuvent être effectuées sans l'assentiment exprès de la personne chez laquelle l'opération a lieu.

Un Procureur, deux substituts, la brigade criminelle ne savaient point cela ?! Pas un seul d’entre eux ?!
Tous l’apprirent au pas de la porte de Mediapart.

Giuseppe

Réveil les grands juristes de ce blog !

Impensable de penser que c'était Mediapart qui était visé, la personne décrite dans ce billet doit posséder quelques rudiments de droit, non ?

Ecarté l'hypothèse du courtisan serviteur servile qui en ferait plus pour complaire à ses maîtres. Il ne reste plus que le jeu de billard, bande avant. Le joueur de l'équipe devait connaître cela dans une arrière-salle où il pratiquait le poker a-t-il raconté.

Rémy Heitz n'est que la bande qui sert à toucher la source, marquer le point, c'est couper le robinet de Mediapart.
Pour l'instant le coup est parti, personne pour l'instant de dire s'il est réussi.

Les yeux du patron de Mediapart se sont plissés encore davantage, comme les chats il guette, il ronronne, il tient le bon bout, il ne lâchera pas le morceau, il a les griffes qui sont apparentes.

Lui qui pratique ce jeu il en connaît tous les ressorts… Ou plutôt toutes les bandes. D'ailleurs avant de répondre il les fait chauffer comme tous les grands joueurs, il ne voudra pas rater ses coups.

Marc GHINSBERG

@ Elusen
« C’est pour prévenir les sources des journalistes : nous vous cherchons, nous vous trouverons et nous vous le ferons payer. »

Votre explication repose sur une certaine logique. Toutefois le « coût » du message est si élevé pour le gouvernement que j’ai du mal à y croire,

breizmabro

@ Elusen | 09 février 2019 à 01:44

C'est vrai.

Aujourd'hui nous avons "Mitterrand le retour"

"150 personnes réputées Gilets jaunes ont été placées sur écoute, selon Le Point.

Certains, particulièrement dangereux, ont été surpris en train de demander un léger découvert pour finir le mois tandis que d’autres complotaient avec un employé de SOFINCO pour obtenir un prêt à la consommation. À coup sûr, ils utilisent un langage codé" (Jany Leroy Boulevard Voltaire) (*)

"Sont pour l’instant à l’abri d’un suivi gouvernemental : les douze adhérents du MoDem, la famille d’Alain Juppé et Brigitte Macron.

Excepté ces personnes et les adeptes de la secte En Marche !, tout Français propriétaire d’un téléphone doit savoir que lors d’un différend avec un interlocuteur, il peut prendre à témoin l’employé de l’Élysée chargé de l’écouter. Atout non négligeable en cas de gros conflit. Par conséquent, ne nous emballons pas.

Le Président en personne aurait été vu lors d’un grand débat en train de s’écouter parler. Décidément exemplaire en toutes circonstances" (Jany Leroy Boulevard Voltaire) (*)

(*) entre guillemets = citations ; inutile donc de me sommer de vous dire d'où je tiens tout cela, aller directement sur Bd Voltaire pour sommer Jany Leroy de vous communiquer ses sources ;)

----------------------------------------------------------------

@ Claude Luçon | 08 février 2019 à 20:24
"Par contre arrêtez-vous tous de parler de Benalla !"

OK. Parlons de M'jid El Guerrab si vous voulez puisque, lui aussi, tout étant mis en examen pour violences volontaires, est toujours dans le circuit LREM.

C'est ainsi que, pour faire plaisir à Mélenchon (?) a été mise en place une commission de plus (qui va encore nous coûter un pognon de dingue) dont M'jid El Guerrab fait partie, pour enquêter sur la violence des "groupuscules d'extrême droite".

Dommage que son copain Boris Faure n'ait pas été sélectionné pour faire partie de cette commission, nous aurions eu en live la définition de 'violences volontaires' vu par d'anciens du PS, c'eut été réjouissant.

Avec quelques ami(e)s nous avons engagé des paris sur les prochains mis en examen chez LREM. (*)

(*) Nos sources sont sous la protection des écoutes de l'Elysée.

Achille

@ Lucile | 09 février 2019 à 10:47
« Il ne s'agit pas de ce que vous préférez, Il s'agit de la personne qui conduira le mieux les affaires du pays. »

Nous sommes bien d’accord sur ce point et pour l’instant, je ne vois personne dans l’opposition, que ce soit à droite ou à gauche, capable de conduire les affaires du pays mieux que le président actuel ne le fait.
EM est certes critiquable sur la forme (maladresses verbales, un brin d'arrogance) mais sur le fond il fait le job correctement dans un contexte de crise économique qui dure depuis plus de dix ans.

Dites-moi qui, à vos yeux, vous paraît plus en mesure de diriger le pays ?
François Fillon ? il s’est crashé tout seul à l’élection présidentielle et de toute façon il aurait mené la même politique fiscale, économique et social qu’EM, sans doute même plus dure.
Alors qui ? Dans le paysage politique actuel, particulièrement décevant, je ne vois personne.
Alors à défaut de grives, on manges des merles…

@ boureau | 09 février 2019 à 09:49
« Vous me mettez destinataire dans votre billet, alors que les thèmes que vous abordez et me reprochez n'ont aucun rapport avec ce que j'ai écrit précédemment. »

Si je vous ai mis destinataire de mon commentaire, c’est parce que, tout comme Lucile, vous avez laissez entendre que j’étais un naïf. Ce que je ne nie pas, vu qu’on me l’a souvent dit.
Il est vrai que j’ai toujours eu tendance à surévaluer les qualités des gens, simple question d’éducation.
Je pars du principe, sans doute discutable, qu’il y a du bon chez chaque individu et qu’il suffit de le mettre en évidence pour en tirer la « substantifique moelle ».
Cela ne marche pas à tous les coups et m’a valu quelques désillusions dans la vraie vie. Mais d’une façon générale je n’aime pas entretenir la suspicion. Si je me trompe je prends acte et je pardonne, mais je n’oublie pas.

A noter que, contrairement à ce que vous pensez, EM n’est absolument pas mon idole. Je n’ai pas voté pour lui au premier tour, pensant qu’il manquait de vécu politique. Et je n’hésite pas à montrer ma désapprobation lorsqu’il se plante comme dans le cas du limogeage du général de Villiers, de la fête de la musique de l’Elysée et de son exhibition incongrue à l'île de Saint-Martin.

Concernant les Gilets jaunes, je soutiens pleinement sa fermeté. Il est un peu facile pour l’opposition de s’indigner de l’incendie de la maison du président de l’AN et de soutenir un mouvement qui, tous les samedis depuis plus de deux mois, se comporte comme des voyous pour la plus grande joie des partis populistes RN et LFI.

Cordialement.

jack

On voudrait parfois que les messages soient limités, à l'exemple de Twitter.
Quelle illusion pour ceux qui tartinent à profusion sur un blog.
Leur prose est beaucoup trop longue, ils se font plaisir, c'est tout. Ils ne sont pas lus. Le temps est précieux.

Zonzon

@ duvent 8 février à 20 h 16
« Le blog de M. Bilger est comme un salon, le soir, celui qui est accoudé à la cheminée insulte poliment son voisin, qui penaud, ira agonir celui qui est assis sur la banquette, lequel ira prestement vomir sur l'autre qui regardait par la fenêtre... C'est chouette ! »

À 20 h 16 précises elle apparaît, portant son plateau de gâteries usuelles. Les trois hommes disparaissent ! Ils se sont subitement souvenus d’une occupation salvatrice !

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

  • Causeur
    causeur.fr du 13 octobre "Philippe Bilger, le style fait l'homme", par Thomas Morales
  • Le Point
    Philippe Bilger : « Le mur des cons a fracturé la confiance dans la justice », lepoint.fr du 11 octobre.
  • Sud Radio, "Le Grand Matin"
    Tous les vendredis de 8 h 45 à 9 h 15, débat dans la Matinale de Patrick Roger.
  • CNews, "L'Heure des Pros"
    Tous les mercredis de 9h à 10h30, animé par Pascal Praud.
  • Sud Radio "Les Vraies Voix"
    Tous les jours du lundi au vendredi de 17h à 19h, émission de débat et de divertissement animée par Christophe Bordet.

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS