« Pourquoi Jean-Michel Blanquer plaît-il tant ? | Accueil | François Ruffin : ce Macron que tu ne connais pas... »

26 février 2019

Commentaires

carl roque

@ Mary Preud'homme

En effet réclamer justice c'est geindre, moi je gueule même. On nous assène sans cesse cette violence "faite aux femmes", et comme les bonnes féministes vous répliquez que comme il y a moins d'hommes qui meurent, ce n'est donc que justice de les laisser dans l'ombre, ce qui est une conception très militante et surtout égoïste de la justice. Cette présentation permet de conserver leur monopole de la victimisation aux associations qui en tirent profit.

Par contre en parlant d'enfant, sujet bien occulté, savez-vous que ce sont les mères qui de loin tuent le plus d'enfants ? Oui mais le dire est contre-productif pour le noble combat féministe donc silence. Restons aux images d'Epinal déversées par tombereaux entiers: femmes victimes, hommes coupables ; enfant ? non, rien.

Mary Preud'homme

@ Carl Roque | 06 mars 2019 à 15:02

Combien d'enfants victimes de violences et de maltraitance avez-vous sauvés ?
Sur ce point (ayant lutté de longue date pour le droit des enfants avec quelques succès) je vous rejoins, voilà un combat qui mériterait un engagement de tous et de tous les instants, hommes et femmes de bonne volonté confondus !

Par ailleurs, c'est bien beau de s'indigner et geindre pour finalement ramener tout à soi, oubliant que les violences physiques font tout de même dix fois plus de victimes féminines que masculines.
Quant aux violences psychologiques, je suis d'accord avec vous, les femmes ne sont pas en reste et sont probablement tout aussi perverses que leurs homologues masculins quand il s'agit de détruire à petit feu !

Carl Roque

Nous avons quand même eu l'éternelle "révolte" contre la violence faite aux femmes, qui éclipse encore et toujours celle faite aux hommes (et même aux enfants), qu'il convient de nier avec ostentation.

Zonzon

Le BENALAK-BAR, nouveau café maure à la mode. Place de la Contrescarpe (5ème)

Zonzon

ISLAMMERSION BRITICHE

À Londres, sous le Lord maire que vous savez, la phrase à la mode : « Today, one Pound in a nicab ! ».

anne-marie marson

Tant mieux si cette cérémonie était digne.
Cela fera oublier j'espère la vulgarité de la France au festival de Cannes 2018, avec la photo mémorable de Cédric Herrou et de ses migrants faisant un doigt d'honneur en smoking sur les marches du festival de Cannes.

Suivie ensuite de la photo tout aussi mémorable de la fête de la musique à l’Elysée et de Macron aux Antilles.

J’espère que le festival de Cannes sera aussi digne que les César cette année.

J'ai mis quelques minutes à me souvenir du nom du ministre actuel de la Culture, celui-ci ayant depuis sa nomination réussi à faire oublier sa présence, payée par nos impôts quand même.

Sauf en Egypte où il marchait sagement derrière Brigitte Macron (avec Jack Lang), toujours payés par nos impôts, pour faire du tourisme officiel au pays de al-Sissi.

caroff

@ Philippe Bilger
"J'aurais souhaité que le Grand Bain où Gilles Lellouche révèle un talent rare de réalisateur et de dialoguiste ait eu davantage que le César de Philippe Katerine !"

Moi aussi !
Nous n'avons pas eu le droit aux pleurnicheries habituelles sur les intermittents, ni à des interpellations agressives sur les "migrants", ni sur les GJ, et Kad Merad a été exemplaire de sobriété et d'humour savamment distillé.
Bref je partage votre opinion sur la qualité de la cérémonie.

Michel Deluré

J'ai abandonné depuis bien longtemps la diffusion annuelle de cette remise de prix, notamment pour toutes les mauvaises raisons que vous avez soulignées dans votre billet.

Je supportais de plus en plus en plus difficilement ces remerciements convenus et parfois interminables dans la liste desquels ne manquait parfois que son animal domestique préféré, ces apostrophes rituelles adressées au ministre de service, ces plaintes récurrentes étalées par la profession et ces artistes qui saisissaient cette opportunité pour transformer cette manifestation en tribune où exposer leurs états d'âme.

Cela était devenu lassant et me renvoyait une image bien éloignée de l'idée que je me fais du cinéma. Et voilà, Philippe Bilger, que vous allez me faire regretter mon attitude !

Exilé

Étant plutôt du genre cinéphobe, je verrais assez bien une cérémonie qui pourrait par exemple s'appeler les Brutus chargée de démolir cet univers frelaté...

Zonzon

i - MAGE

C’est qui celle-là, avec son plissement de nez macronien et toute ces dents ? On dirait une des sorcières de Macbeth !

vamonos

Sans M. Bilger, je n'aurais pas été au courant de la tenue de la cérémonie de remise des César en cette année 2019. Je suis vraiment en marge de la culture germanopratine.

2 000 000 000 d'euros de budget annuel pour l'audiovisuel est une somme insensée pour une société malade menée à sa ruine. Il n'existe pas de repas gratuit, ni de cérémonie gratuite, l'addition est toujours réglée par un bienfaiteur à qui on n'a pas demandé son avis.

Pendant ce temps, une femme, démissionnaire du ministère des Armées pour "conflit d'intérêt", nommée au poste de sous-gouverneur de la Banque de France, organise le transfert de la gestion d'environ 2 000 tonnes d'or en direction d'une banque américaine. Les énarques n'ont pas compris la leçon. Ils recommencent avec M. Macron ce qu'ils avaient réalisé avec M. Sarkozy. Il y a des fuites dans la chambre forte de la BDF. L'or de la France continue de fuir en toute légalité, cela va sans dire mais cela va mieux en le disant.

Ellen

Léa Drucker n'est pas seulement la meilleure actrice, mais aussi une femme de coeur pleine de sincérité et d'humilité. Je suis très heureuse qu'elle ait remporté le César en 2019, elle le mérite. Bravo à elle et que son succès continue.

Patrice Charoulet

Cher Philippe,

Je n'ai pas regardé cette émission jusqu'au bout, étant plutôt du matin que du soir. Je ne disconviens pas de ce que vous dites des uns et des autres. En revanche, j'ai trouvé la prestation de Kad Merad désolante. Le meneur de jeu doit être à mon avis, spirituel, élégant, sobre et bref. Spirituel ! On est ou on n'est pas. Il ne fut pas.

Xavier NEBOUT

Peut-être.

Mais, P. Bilger, l'intérêt pour les César s'inscrit-il dans la mission que vous vous êtes donnée pour élever l'esprit de vos contemporains ?

Votre dévoué em*erdeur.


Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

  • CNews,"Face à l’info"
    Ludi 28 octobre de 19 h à 20 h, dialogue sur la Justice avec Eric Zemmour.
  • Causeur
    causeur.fr du 13 octobre "Philippe Bilger, le style fait l'homme", par Thomas Morales
  • Le Point
    Philippe Bilger : « Le mur des cons a fracturé la confiance dans la justice », lepoint.fr du 11 octobre.
  • Sud Radio, "Le Grand Matin"
    Tous les vendredis de 8 h 45 à 9 h 15, débat dans la Matinale de Patrick Roger.
  • CNews, "L'Heure des Pros"
    Tous les mercredis de 9h à 10h30, animé par Pascal Praud.
  • Sud Radio "Les Vraies Voix"
    Tous les jours du lundi au vendredi de 17h à 19h, émission de débat et de divertissement animée par Christophe Bordet.

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS