« Le président de la République dans un entre-deux... | Accueil | Entretien avec Gilles Antonowicz »

14 février 2019

Commentaires

antoine marquet

@ Robert Marchenoir

Votre commentaire est médiocre et plein de fiel comme souvent.
J'ai été un fonctionnaire, en effet, mais de ceux qui risquent leur vie pour protéger celle d'autres qui, quelquefois, ne le méritent pas… vous êtes peut-être de ceux-là !
Non je ne commente pas souvent ici, car je ne crois pas, contrairement à vous, que mes commentaires seraient indispensables à mes contemporains qui fréquentent ce blog.

caroff

@ Herman Kerhost 8h48
"Je pense que duvent c'est... du vent.
Rien de plus. Je ne lis plus ses commentaires tellement ils sont lassants de prétention."

Moi itou. C'est le modèle de la guêpe qui vient voleter en bourdonnant autour de l'assiette: elle se prend une claque et vient se plaindre en latin.

Clauditis duvent !

duvent

@ Robert Marchenoir | 19 février 2019 à 12:45

J'ai cru l'espace d'un instant que vous étiez rentré en vous-même pour vous interroger sur vos manières, et finalement me voilà rassurée, vous êtes bien l'indécrottable hypocrite que j'imaginais...

Donc, et pour ne pas perdre le fil, je suis une gauchiste inutile, puis une bas-bleu gauchiste, pourquoi pas ?

Je devrais aussi chausser mes lunettes de myope afin de cataloguer aisément mes contemporains, surtout, ne pas oublier de rechercher à quelle ethnie redoutable ils appartiennent, car cela est un signe divin de savoir si tel homme (ou femme) est mon ennemi.

Je devrais aussi me souvenir que le sexe est possiblement utile pour se reproduire et des fois c'est une arme.

Je devrais également veiller à ne pas partir si jeune en Alzheimer, et utiliser ma reconnaissance de faciès intégrée, donnée par mère nature, sinon il me faudra rapidement m'organiser de façon à ne pas confondre Marchenoir et mon bien-aimé professeur de rhétorique.

Marchenoir, il faudrait désormais que vous tentiez de passer au niveau supérieur du jeu, et cessiez de resservir vos petits tours de passe-passe.

Savez-vous, mais non vous ne pouvez pas le savoir, que votre démonstration imbécile m'a bel et bien amusée, car je suis bon public...

Cependant, il ne m'échappe pas que vous êtes dérangé par une personne sans intérêt, qui se moque éperdument de vous, de vos théories douteuses, de vos détestations pathétiques, de votre logique d'aliéné, et de vos fétides intentions.

Disons que vous n'êtes pas un colosse, à peine un roquet, et si nous partagions le même espace je n'hésiterais pas un instant à vous calotter abondamment, ici et maintenant !

Mala malus mala mala dat ! Un mauvais pommier donne de mauvaises pommes...

PS : Vous commencez votre commentaire par
"C'est très intéressant, ce que vous racontez."
et finissez par
"Et ce ne sont pas les leçons de morale à deux balles de je ne sais quel bas-bleu gauchiste qui pourront y changer quoi que ce soit."
C'est assez creux...

Robert Marchenoir

@ antoine marquet | 18 février 2019 à 21:28
"Le plus important et bien que je sois quelque peu gêné de devoir l’écrire, la teneur de mon commentaire a été modifiée. En effet je vous interrogeais sur un sentiment de compassion non envers vos lecteurs mais envers une lectrice qui est, elle, obligée de vous lire in extenso. C’est pour cette aimable personne que je demandais pitié."

Je comprends, maintenant. Il y a eu malentendu.

Donc en fait, vous êtes bien un communiste : vous n'en faites pas une rame (vous ne commentez pratiquement jamais ici), vous critiquez le boulot des autres, et vous prétendez le faire pour défendre des tiers qui ne vous ont rien demandé. En distribuant généreusement des leçons de morale à la cantonade, afin de faire reluire votre belle âme.

Et en plus, vous êtes fonctionnaire. D'ailleurs, deux fonctionnaires, ou proches de fonctionnaires, sont intervenus préventivement pour vous défendre. Alors que vous n'étiez pas attaqué, mais attaquant.
______

@ duvent | 18 février 2019 à 11:41

C'est très intéressant, ce que vous racontez. Et sinon, sur le mouvement des Gilets jaunes et ses dérives antisémites, vous en pensez quoi ?

Je m'en voudrais tout de même de ne pas relever une somptueuse sottise dans votre pataphar ad hominem, agressif, prétentieux et dépourvu de tout lien avec le sujet en discussion. Comme d'habitude. Vous prétendez, à mon adresse, que "dès lors que vous êtes en scan de reconnaissance des faciès (ici, je crois que vous avez reconnu un Tchétchène...), vous avez pris une mauvaise habitude, qui comme je vous l'ai signalé précédemment a été utilisée honteusement par le passé."

Mon Dieu, quel style abominable... Vous devriez essayer en latin. Je suppose que ce serait aussi mauvais, mais au moins personne ne s'en apercevrait.

Mon "habitude" de reconnaître les gens au faciès est, au contraire, une excellente habitude. Et il se trouve que tout le monde la pratique, y compris les hypocrites comme vous qui prétendent ne pas le faire, et s'emploient à donner des leçons de morale hors de propos sur le sujet.

Vous ne reconnaissez pas les membres de votre famille au faciès ? Quand vous voyez un Noir, vous vous dites, dans votre for intérieur : peut-être vient-il de Chine ? Vous pensez que sur les fiches de recherche de la police, il n'y a pas d'indications de faciès ? Vous savez que sur les cartes d'identité, il y a une photo, qui sert... à reconnaître les gens... d'après leur faciès ?

Le "scan de reconnaissance de faciès", comme vous dites, n'a pas été "honteusement utilisé par le passé", si vous faites allusion aux nazis. Ces derniers avaient des règles précises pour décider qui devait être classé comme juif, et elles étaient administratives et généalogiques.

Si vous faites plus généralement allusion à des persécutions raciales, votre remarque est tout aussi idiote. Un fusil sert à commettre des crimes, mais il sert aussi à protéger les honnêtes gens contre les criminels. L'instinct sexuel et les organes correspondants peuvent être utilisés pour la prostitution et le viol, et ils peuvent aussi être utilisés pour la perpétuation de l'espèce et l'amour entre les hommes.

Le fait que tout être humain reconnaît, dans une certaine mesure, l'appartenance familiale, tribale, ethnique ou raciale d'un autre être humain à l'observation de son visage n'est pas une "habitude" qui serait propre à certaines catégories "pabien" de la population (les vilains "racistes").

C'est un trait biologique, héréditaire de l'être humain, essentiel à sa survie et à la perpétuation de l'espèce.

Et ce ne sont pas les leçons de morale à deux balles de je ne sais quel bas-bleu gauchiste qui pourront y changer quoi que ce soit.

duvent

@ Herman kerhost | 19 février 2019 à 09:48 @ Mary Preud'homme (en passant...) | 18 février 2019 à 13:01
"Qu'en pensez-vous Messieurs ?"

« Je pense que duvent c'est... du vent.
Rien de plus. Je ne lis plus ses commentaires tellement ils sont lassants de prétention.
Rien de plus enflé que son style, et, chose rare, il est impossible, malgré de longues années de lecture de ses commentaires, d'avoir le plus petit début d'une idée de ce que peut bien penser cette duvent.
Mais je ne doute pas un instant que la dame se contrefiche de cela. Il ne m'étonnerait pas que cela soit même pour elle une fierté.
Le nihilisme bourgeois en quelque sorte. »
______________________

Il se pourrait bien que j'aie une explication à ce dysfonctionnement, et je présume que vous ne savez pas ce que je peux bien penser, pour la raison évidente que vous ne pouvez pas...

Et pourquoi donc ? Eh bien parce que je suis une nihiliste bourgeoise, et que vous-même êtes, je ne sais pas, un ver peut-être ??

Ainsi, selon votre examen poussé de ma prose, vous avez décelé une de mes qualités hautement bourgeoise, et manifestement nihiliste, qui vous permet d'affirmer avec pétulance que, sans doute, je me « contrefiche de cela » !

Dès lors, je suis en mesure d'affirmer que sans aucun doute possible, je me tamponne mollement le coquillard de ce fait tragique que vous portez à notre connaissance, savoir : que vous ne lisez plus mes commentaires.

Oui, car chez nous « les bourgeois nihilistes, en quelque sorte » se tamponner le coquillard est égal à s'en laver les mains chez les Romains du temps d'un certain Ponce, qui n'a aucun lien de parenté avec Pierre, les apparences sont quelquefois trompeuses...

Lucile

@ Aliocha | 18 février 2019 à 16:45

Quand vous ne prêchez pas, on voit apparaître un fond charmant chez vous. Merci à Mary de l'avoir déclenché (18 février 2019 à 13:01).

@ fugace

Merci. Je suis vraiment flattée, mais aussi tout de même intimidée, car la pole position est toujours précaire et il y a, sur ce blog, de vraies championnes.

Mary Preud'homme

@ Aliocha | 19 février 2019 à 09:14
"...sans céder aux artistes aztèques de la médecine néo-libérale qui ne savent que déviriliser ou déféminiser..."

Explication de texte SVP ?

Herman kerhost

@ Mary Preud'homme (en passant...) | 18 février 2019 à 13:01
"Qu'en pensez-vous Messieurs ?"

Je pense que duvent c'est... du vent.
Rien de plus. Je ne lis plus ses commentaires tellement ils sont lassants de prétention.

Rien de plus enflé que son style, et, chose rare, il est impossible, malgré de longues années de lecture de ses commentaires, d'avoir le plus petit début d'une idée de ce que peut bien penser cette duvent.

Mais je ne doute pas un instant que la dame se contrefiche de cela. Il ne m'étonnerait pas que cela soit même pour elle une fierté.

Le nihilisme bourgeois en quelque sorte.

Aliocha

Il est des hommes qui savent rester virils en admettant la place légitime de la femme dans la société, qui reconnaissent le devoir familial de présence du père, même quand la mère décide de se réaliser professionnellement, sans céder aux réciproques inévitables du militantisme macho-féministe, à devenir un sur-macho ou, ce qui lui en est tout proche, un efféminé. Il est des couples qui savent que c'est la relation qu'ils entretiennent qui prédomine, et que toutes les formes que la nature imagine sont à ce titre possibles, sans céder aux éternelles rivalités qui détruisent les unions et leur fruit. Il est des êtres qui ont compris le sens du mot humanité, sans céder aux artistes aztèques de la médecine néo-libérale qui ne savent que déviriliser ou déféminiser, qui ont compris que l'amour peut tout.

Garry Gaspary

@ Mary Preud'homme

Si tout un chacun est capable de soutenir l'Etat d'Israël de la même façon qu'Alain Finkielkraut, si tout un chacun peut subir l'agression qu'Alain Finkielkraut a subie durant laquelle aucune insulte à caractère antisémite n'a été proférée, pourquoi Alain Finkielkraut parle-t-il alors de son soutien à l'Etat d'Israël en tant que Juif ?

calamity jane

@ Aliocha 18 février 16h45

Gardez votre tendresse pour votre épouse ! qui peut la comprendre, peut-être.
Et soyez un homme qui ne considère pas certaines intervenantes comme des hommes leur répondant parfois avec le poing du mépris...
C'est pas clair ? Ah ! ah !
Et vous savez quoi ? Vous allez me répondre façon "ad hominem" ce qui pour un intello prétendu de votre taille confirmera mon constat !

antoine marquet

@ Robert Marchenoir | 18 février 2019 à 11:21

J’ai lu avec intérêt votre commentaire qui demande quelques éclaircissements de ma part.
Je n’ai jamais prétendu ne pas aimer vos commentaires. Ils me laissent indifférent.
Aucun de vos amis ne s’est rendu chez moi pour me torturer ; il serait sans aucun doute bien reçu avec de telles intentions…
Je ne suis pas un communiste, ni enragé ni de toute autre nature. Je vous rappelle que l’armée française à laquelle j’ai eu l’honneur d’appartenir, avait pour principal ennemi potentiel le communisme et son pacte de Varsovie… Je ne suis atteint d’aucune souffrance intolérable.
Le seul gilet que j’aie jamais endossé est mon gilet d’arme qui est de couleur « vert Légion » et qui comporte 21 boutons or (argent lorsque je servais dans notre régiment de cavalerie).
Je ne souhaite réparer aucune sorte d’injustice, mais j’estime en revanche assez présomptueux d’imaginer un « impôt sur la fortune « commentariale » s’agissant en particulier de vos productions…

Et enfin, le plus important et bien que je sois quelque peu gêné de devoir l’écrire, la teneur de mon commentaire a été modifiée.
En effet je vous interrogeais sur un sentiment de compassion non envers vos lecteurs mais envers une lectrice qui est, elle, obligée de vous lire in extenso. C’est pour cette aimable personne que je demandais pitié.

breizmabro

@ Mary Preud'homme | 18 février 2019 à 15:57
"Il me semble que question rivalités et jalousie, les hommes détiennent très nettement l'avantage et la palme !"

Pfff... ils en sont restés à celui qui pisse le plus loin mais maintenant c'est plus dans le verbal que ça s'exprime. Prostate oblige.

(J'ai déjà fait le coup de la ménopause je peux bien faire celui de la prostate, tout est une question d'équité ;))

Finalement nos vieux de ce blog sont d'éternels djeun's.

A part certains.

----------------------------------------------------------

@ sylvain | 18 février 2019 à 16:25
"Les étoiles jaunes des zeuresombres en chemises brunes du fachonazisme antisémite en culottes courtes étaient elles aussi fabriquées par des couturiers juifs."

C'est une question ? On est à "qui veut gagner des bisous ?" :D

Mary Preud'homme-Dautremont

@ Aliocha | 18 février 2019 à 16:45

A l'inverse de vous j'ai plutôt l'impression que de plus en plus d'hommes se féminisent (nonobstant leurs raisons qui tiennent pour partie à la fin de la discrimination systématique de la femme jugée longtemps comme une citoyenne de seconde zone).
Ce qui constitue sans doute une partie des difficultés de notre époque à trouver un juste équilibre entre les revendications et les attentes de la gent masculine et féminine, tout en gardant le meilleur des deux, à savoir ce qui a toujours fait la richesse et la spécificité de l'un et l'autre sexe.

Noblejoué

@ fugace

Comment avez-vous pu répondre sur qui est la plus belle pour aller danser, seriez-vous un nouveau Paris ?
J'aime bien le tableau où ce dernier rêve du jugement qu'il rendra, je vous en envoie la scène extraite de toute l'histoire.

https://aulouvrejaime.files.wordpress.com/2014/10/img_20141029_141306.jpg

Patrice Charoulet

@ Robert Marchenoir 18 fév. 11H26

Nous avons eu, il y a bien des mois, quelques désaccords sur un certain sujet, où chacun est resté sur ses positions. Sur le sujet des Gilets jaunes, nous sommes d'accord. Avec plus de talent que moi et plus de souffle. Antoine
Marquet exprime que vos textes sont bien longs. Libre à lui.
Vous écrivez notamment : "Vous êtes un communiste enragé... Vous êtes un Gilet jaune...".
Connaissant un peu cet ancien lieutenant-colonel de la Légion étrangère, je ne voudrais pas répondre à sa place, mais il me semble que ces deux assertions pourraient bien être assez mal fondées.

breizmabro

@ Mary Preud'homme (en passant...) | 18 février 2019 à 13:01

Ou de vous qui n'avez pas ménagé votre énergie et vos arguments envers et contre tous, ou presque ;)

Adéo Mary

Mary Preud'homme

Antoine Marquet ex-officier légionnaire en képi blanc, affublé d'un gilet jaune et taxé illico presto d'anarcho-communiste par un Marchenoir en panne de réplique intelligente et crédible sinon très mal informé concernant sa dernière tête de turc !
Pathétique !

fugace

@ Mary Preud'homme | 15 février 2019 à 23:58

Oui certes, et quand la situation se déroule en ZND (Zone de non droit, mal nommée ZSP), alors danger majeur et immédiat ; loi du nombre oblige.

Cette loi du nombre que l'on retrouve désormais sur les "résosocio", avec ces nombres tellement divers et variés, et qui pourtant de fait, s'additionnent.
Ainsi, c'est à désespérer de ce que la technologie met à notre disposition, chaînes d'info en continu comprises. Si toute cette puissance était utilisée à et pour l'éducation, la trajectoire proposée serait alors largement partagée, j'en demeure convaincu. Mais qui ne le souhaite pas ?

Il faut donc encore accepter que la réalité, les réalités qu'elles dépendent ou non de la masse, sont à subir jusqu'à ce que des zones de fracture se forment. Mais quand la masse se réduit aux quelques minorités agissantes, elle produit ce paradoxe, que bien que beaucoup moins nombreuses, elles réussissent néanmoins à mettre en œuvre ce désordre collectif produisant le malheur dérisoire de chacun. Ce n'est pas nouveau.

L'union fait-elle encore la force ? La fera-t-elle demain s'agissant de dénouer des préoccupations majeures chez nous en France métropolitaine et outre-mer, mais pas que, car notre Europe à l'évidence semble aussi très fragilisée.

Les primitifs savaient depuis longtemps que si l’oignon faisait la soupe, l’union faisait la force. Pour le pire ou le meilleur. C'était déjà selon.

Aliocha

En passant, le monsieur que je suis ne serait rien sans les femmes, en particulier celle qui partage ma vie, dans la mesure néanmoins où elles ne se prennent pas pour des hommes.
Si vous le permettez, mesdames, avec toute ma tendresse.

sylvain

@ breizmabro | 18 février 2019 à 14:28
"Par contre j'ai beaucoup ri en entendant la plaisanterie de Jean-François Derec disant sur une chaîne de distractions politiques "les antisémites ne devraient pas acheter de gilets jaunes car ça enrichit les juifs puisque ce sont eux qui les vendent".
Voilà, en une phrase et avec humour, la réplique à donner à ces provocateurs ridicules."

L’histoire se répète : les étoiles jaunes des zeuresombres en chemises brunes du fachonazisme antisémite en culottes courtes étaient elles aussi fabriquées par des couturiers juifs.

Mary Preud'homme

"Attention mesdames, la jalousie est un vilain défaut."
Rédigé par : fugace | 18 février 2019 à 15:08

Que vient faire cette remarque ici ?
Il n'était nullement question de décerner des brevets d'excellence toutes catégories, mais de souligner simplement le talent de certaines dans un domaine (l'humour) où les dames sont réputées (à tort ou à raison) être inférieures aux messieurs.

Par ailleurs sur ce blog (et puisque vous abordez le sujet) il me semble que question rivalités et jalousie, les hommes détiennent très nettement l'avantage et la palme !

fugace

@ Mary Preud'homme (en passant...) | 18 février 2019 à 13:01
"Qu'en pensez-vous Messieurs ?"

Sans vous toutes, ce blog serait assez fade. Lucile est, en ce qui me concerne, quand même ma préférée ici.

Attention mesdames, la jalousie est un vilain défaut.

P.S. Il y a un mouvement politique à mettre en place d'urgence : RSLF

breizmabro

@ Achille | 18 février 2019 à 09:28
"Je n’ai pas la prétention de comparer mon intelligence à celle de Finkie"

Vous non et vous avez raison, mais moi je l'ai faite, la comparaison.

Pour le reste rassurez-vous, les commentaires malveillants de certains commentateurs de ce blog, même enveloppés dans les circonvolutions verbeuses pseudo-intellectuelles, ont à peu près le même effet sur moi que l'eau sur les ailes d'un canard. C'est vous dire...

Par contre j'ai beaucoup ri en entendant la plaisanterie de Jean-François Derec disant sur une chaîne de distractions politiques "les antisémites ne devraient pas acheter de gilets jaunes car ça enrichit les juifs puisque ce sont eux qui les vendent".

Voilà, en une phrase et avec humour, la réplique à donner à ces provocateurs ridicules.

En même temps tout le monde ne peut être J.F. Derec, la preuve il y a aussi Benjamin Griveaux qui lui, visiblement n'en a pas... d'humour.

Mary Preud'homme (en passant...)

Duvent est sans aucun doute une femme de répartie et d'esprit... On se régale en lisant ses commentaires toujours bien affûtés ! De même que ceux de breizmabro et quelques autres dames du blog...

Qu'en pensez-vous Messieurs ?

duvent

@ Robert Marchenoir | 17 février 2019 à 23:10 @ duvent | 17 février 2019 à 17:08, la gauchiste inutile avec son torrent de calomnies continuelles.
« Voici qui confirme mes propos. Le Parisien : "'L’un [des Gilets jaunes qui ont insulté Finkielkraut] a été identifié', a annoncé ce dimanche à la mi-journée le secrétaire d’Etat à l’Intérieur, Laurent Nuñez sur BFMTV. Selon nos informations, cet individu serait connu des services de renseignement pour radicalisation."
Il y avait bien un musulman dans la horde haineuse qui a insulté Finkielkraut et l'a menacé de mort (les excusistes de ce blog omettent commodément ce léger détail). Non seulement ça, mais c'est un islamiste. Non seulement ça, mais il est suivi par les services spéciaux.
Mais à part ça, je suis un malhonnête et il est impossible de reconnaître un musulman qui insulte un Juif dans la rue. L'ignominie sans limite des gauchistes : prêts à tout pour nier la réalité, résolus à toutes les saletés pour tenter d'intimider ceux qui ne se conforment pas à leur dogme. Vous devriez vous convertir à l'islam, ça vous irait très bien. »
____________________

Mille excuses votre Grandeur, mais je dois et je le ferai : maintenir mes propos, quand bien même je serais d'après vous la gauchiste inutile. En effet, il ne suffit pas de me citer votre source, Le Parisien, pour qu'aussitôt, je rampe devant votre argumentum baculinum, mais non, ce n'est pas suffisant, et d'ailleurs, ça l'est d'autant moins que comme à votre habitude vous tordez l'idée pour en extraire ce qui vous arrange.

Donc, et suivant votre méthode, je vous précise que je n'ai pas écrit que vous ne pouviez pas reconnaître un musulman et un juif, je dis que dès lors que vous êtes en scan de reconnaissance des faciès (ici, je crois que vous avez reconnu un Tchétchène...), vous avez pris une mauvaise habitude, qui comme je vous l'ai signalé précédemment a été utilisée honteusement par le passé.

Cependant, je laisse à votre Grandeur le soin de rechercher comme vous le faites si brillamment, à quelles occasions il est utile de procéder de la sorte, et où se trouve le bienfait de se poser en collaborateur des forces de l'ordre et autres institutions utiles, avant même un instant de raison, qui permettrait à tout être pensant honnêtement de prendre toute la mesure de ce que l'actualité jette en pâture aux affamés furieux dans votre genre.

Par ailleurs, vous prétendez ingénument que je tente de vous intimider, et ici, je dois bien sûr rassurer votre Grandeur, ce n'est pas mon propos, je ne veux pas intimider une personne de votre qualité, certes non, en réalité, je ne veux rien, exception faite de jouer du triangle dans un orchestre qui ne sait pas si le chef est sourd, ou s'il vient juste de perdre la raison...

En outre, vous avez l'amabilité de me proposer de me convertir, je vous en sais infiniment gré, pourtant, je dois vous dire que je pense exactement la même chose que Spinoza, Voltaire, Nietzsche et un tas d'autres hommes de bonne compagnie, il doit bien y avoir une femme à citer mais là tout de suite je ne trouve que moi-même, et je m'en contenterai... (Je précise que je n'aime ni les perruques ni les voiles, j'aime tout bêtement avoir les cheveux au vent !)

Il semble que vous soyez un nostalgique des méthodes que vous vantez, d'absurdités dont vous vous gargarisez, et vous croyez qu'en interchangeant les rôles l'histoire sera plus drôle. Mais vous savez n'est-ce pas que l'Histoire doit être « sine ira et studio. »
C'est pourquoi, il vous faut admettre que le monde existe avec et sans vous, pour vous et contre vous, et il existe que vous le vouliez ou que vous le refusiez avec toute son amplitude qui est apparemment excessivement importante, cela paraît inhumain, c'est pourquoi pour se désennuyer, un rabbin avait dit : "aimez-vous les uns les autres" ! Quel brave homme !!

Robert Marchenoir

@ antoine marquet | 17 février 2019 à 22:34
"@ Robert Marchenoir et quelques autres commentateurs… Quand éprouverez-vous un sentiment de compassion envers vos lecteurs ? Le présent billet de M. Bilger comporte 784 mots. Votre commentaire du 17 février 2019 à 13:54 est composé par 2860 mots ! Pitié !"

Quelle curieuse réflexion... Un sentiment de compassion ? Pourquoi donc ?

Vous n'aimez pas mes commentaires ?

L'un de mes amis s'est rendu chez vous, et vous a torturé avec une matraque électrique pour vous obliger à les lire ?

Vous êtes un communiste enragé, et le fait que mon commentaire fasse 2 860 mots, et le billet de Philippe Bilger 784, provoque en vous des souffrances intolérables ?

Vous êtes un Gilet jaune, et en plus de la justice sociale, de la justice fiscale, de la justice territoriale et de la justice climatique, vous voulez instaurer la justice commentariale, avec une répartition des richesses entre ceux qui en écrivent plus et ceux qui en écrivent moins ? Vous voudriez un impôt sur la fortune commentariale ?

Mary Preud'homme

@ Garry Gaspary | 18 février 2019 à 08:50
"Et si être Juif, c'est soutenir l'Etat d'Israël, permettez-moi de vous dire que cela craint..."

Juif n'est pas une nationalité... Des Français de la qualité d'AF non seulement ça ne craint pas, mais on en redemande...

Par ailleurs, on peut aussi être catholique, protestant ou de toute autre religion et soutenir Israël...
La preuve j'en suis.

Achille

@ breizmabro | 17 février 2019 à 21:56
« J'écris cela en pensant à un certain Achille, le père-la-morale de ce blog, qui n'a pas hésité à filer la métaphore marine à mon encontre, en lui disant qu'en écoutant Finkielkraut et en le comparant à lui j'ai compris ce que voulait dire un QI de bulot. »

Je sens que mon dernier post vous a fâchée. C'est vrai que j'ai été un peu dur. J'en suis désolé.

Si cela peut vous rassurer, je n’ai pas la prétention de comparer mon intelligence à celle de « Finkie ». Si j’étais aussi intelligent que lui, je serais académicien et j’aurais eu droit aux honneurs de la chaîne YouTube de notre hôte.

Je connais les limites de la mienne et je fais avec en toute humilité et résignation.
Ceci étant, même avec un QI de bulot, je pense que j’ai encore pas mal de marge si je le réfère au QI de certains Gilets jaunes qui s'expriment dans les médias.

Comme disait Talleyrand "Quand je me regarde, je me désole. Quand je me compare, je me console."

Garry Gaspary

@ boureau

S'il y a une chose sur laquelle je suis totalement en accord avec notre Président, c'est bien sur le fait que d'appeler un chat un chat, un illettré un illettré, ou un antisémite un antisémite ne constitue en rien une insulte. Et il est logique que les raisons historiques ne convainquent pas l'antisémite que vous êtes qui s'est cependant dit intéressé par les délires antisémites de Xavier NEBOUT sur les Juifs censés être apatrides qui n'auraient pas contribué à l'effort de guerre allemand, qui, pour le coup, n'ont eux strictement rien d'historique.

Le problème avec les gens comme vous, ce n'est pas qu'ils pensent différemment, mais bien qu'ils ne pensent pas du tout. Et si les gens qui refusent de s'élever à l'humanité en s'interdisant de penser avaient subi tout le mépris qu'ils méritent, la jaunisse ne serait pas le fléau régulier de nos sociétés.

@ Lullaby

A l'heure où tout l'Occident devenait capitaliste, prétendre que le capitalisme était juif n'était que délire antisémite.

A l'heure où tout l'Occident était secoué par les révolutions socialistes, prétendre que le socialisme était juif n'était que délire antisémite.

Mais à l'heure où tout l'Occident condamne le colonialisme, prétendre que l'antisionisme n'est que délire antisémite ne peut pas fonctionner.

La première réaction d'Alain Finkielkraut suite à son agression fut de dire que le problème était son soutien en tant que Juif à l'Etat d'Israël.

Je suis d'accord avec lui : le soutien en tant que Juif à l'Etat d'Israël est un vrai problème. La question juive qui hier ne se posait pas ou qui n'était posée qu'en des termes complètement délirants a aujourd'hui de bonnes raisons d'être posée. Et si être Juif, c'est soutenir l'Etat d'Israël, permettez-moi de vous dire que cela craint...

GERARD R.

Excellent billet, Monsieur Bilger ! Je suis entièrement d'accord avec votre opinion, que pour ma part je résume généralement - moi qui n'ai pas votre érudition - par: "En quoi l'agression d'un(e) juif(ve) serait-elle plus grave, plus condamnable que toute autre ?

Car c'est un autre aspect de la question, qu'il faut ajouter aux dérives que vous exposez si justement: la dramatisation systématique de toute critique envers une personne, ou un groupe de personnes, de confession juive. Même une simple critique, moins personnelle et plus globale, comme la politique israélienne par exemple, vous vaut immédiatement et sans aucune autre forme de procès, l'étiquette d'antisémite. Voilà de quoi attiser les envies des provocateurs.

Si vous ajoutez à cela que chaque personne juive invitée sur un plateau de télé y va inévitablement de son couplet sur l'antisémitisme... la coupe finit par déborder.

Et que dire de cette paranoïa, qui décèle l'antisémitisme derrière la moindre allusion, le moindre mot, le moindre geste ? A-t-on pensé que si l'on pouvait s'exprimer plus librement sur la question, les propos pourraient être moins vecteurs de suspicion ? Après tout, n'appartient-il pas à tout mis en cause, quelle que soit sa religion, ses opinions politiques, de RÉPONDRE par lui-même à des propos qu'il considérerait comme déplacés ou offensants ? Plutôt que de hurler à la fin du monde et de se réfugier systématiquement derrière les "humeurs procédurières" d'associations vengeresses, qu'il n'est même pas nécessaire de saisir pour qu'elles vous collent un procès, souvent pour des vétilles, accablant ainsi une institution judiciaire bien complaisante en la matière bien que déjà surchargée ?

Ne faudrait-il pas aussi et surtout sensibiliser certains ténors scotchés sur les plateaux de télévision, et visiblement dressés pour braire, à changer un peu de registre ? À moins qu'ils n'aient rien d'autre à dire ?

Le deux poids deux mesures n'a jamais rien résolu. Au contraire ! Mais pour certains, c'est peut-être un terreau très fertile, qu'il convient d'exploiter longtemps encore.

Robert Marchenoir

@ duvent | 17 février 2019 à 17:08, la gauchiste inutile avec son torrent de calomnies continuelles.

Voici qui confirme mes propos. Le Parisien : "'L’un [des Gilets jaunes qui ont insulté Finkielkraut] a été identifié', a annoncé ce dimanche à la mi-journée le secrétaire d’Etat à l’Intérieur, Laurent Nuñez sur BFMTV. Selon nos informations, cet individu serait connu des services de renseignement pour radicalisation."

Il y avait bien un musulman dans la horde haineuse qui a insulté Finkielkraut et l'a menacé de mort (les excusistes de ce blog omettent commodément ce léger détail). Non seulement ça, mais c'est un islamiste. Non seulement ça, mais il est suivi par les services spéciaux.

Mais à part ça, je suis un malhonnête et il est impossible de reconnaître un musulman qui insulte un Juif dans la rue. L'ignominie sans limite des gauchistes : prêts à tout pour nier la réalité, résolus à toutes les saletés pour tenter d'intimider ceux qui ne se conforment pas à leur dogme. Vous devriez vous convertir à l'islam, ça vous irait très bien.

antoine marquet

@ Robert Marchenoir et quelques autres commentateurs…

Quand éprouverez-vous un sentiment de compassion envers vos lecteurs ?
Le présent billet de M. Bilger comporte 784 mots. Votre commentaire du 17 février 2019 à 13:54 est composé par 2860 mots !
Pitié !

breizmabro

J'ai écouté attentivement Finkielkraut sur LCI modérant l'agression verbale dont il a été victime par quelques énergumènes* en mal de notoriété, et qu'il ne souhaite pas déposer plainte à ce sujet pour cette raison : ce serait leur donner encore plus de médiatisation. Bien vu.

Par contre il n'a pas dénié que s'il avait été agressé physiquement il aurait sans doute déposé plainte.

J'écris cela en pensant à un certain Achille, le père-la-morale de ce blog, qui n'a pas hésité à filer la métaphore marine à mon encontre, en lui disant qu'en écoutant Finkielkraut et en le comparant à lui j'ai compris ce que voulait dire un QI de bulot.

(*) Je crois effectivement comme Robert Marchenoir qu'au moins l'un des agresseurs (le petit, le plus excité, celui qu'on voit le plus longtemps sur la vidéo) est un musulman. Une enquête est ouverte, l'agresseur verbal bien filmé, il ne reste plus qu'à attendre le résultat de celle-ci.

stephane

Macron avait besoin d'être remis en place, de subir un échec.
Après avoir bien réussi à l'école, chez Rothschild, fait divorcer Brigitte de Monsieur Auzière en allant souper le week-end une rose à la main avec comme seul dessein de lui piquer sa femme, après avoir bradé les intérêts stratégiques nucléaires aux Ricains puis gagné la présidentielle contre une droite dont le candidat valable a eu comme tort de ne pas reconnaître "avoir fait comme les autres" et qui a refusé de remercier Bourgi, c'est-à-dire de rentrer dans ses magouilles, Macron connaît l'échec.
Celui-ci sera cuisant. Je parie que pas un électeur sur deux ayant voté pour lui serait prêt à le refaire. Cela le place pour le moment à 12%, le double de Hamon certes.
Macron a créé les conditions de l'incertitude. On doit changer de voiture, on loue, on achète, essence, diesel ? finalement attendons.

Tripoter des blacks luisants le froc à moitié baissé, il sait faire. Comme le dit Patrice Charoulet, il ne s'en relèvera pas. Et attendez la suite du Benallagate, si Plenel est encore en vie et ne s'est pas suicidé avec deux balles.

La France dans sa laïcité voudrait que Simone Veil soit Marianne. Pourquoi seulement maintenant, aujourd'hui ?
Je maintiens, et merci à sylvain pour son soutien, que Ludovine de La Rochère est un meilleur choix, un choix évident pour revenir aux fondamentaux de notre pays, un choix que Simone Veil, qui a défilé à la Manif pour tous, ne contesterait pas. Courage, opiniâtreté, ténacité, tolérance, fière de sa religion, fière de vouloir que la France redevienne une grande nation...
On peut ou non être d'accord avec Ludovine de La Rochère. On constate que son discours n'est pas à géométrie variable et l'Histoire lui donnera raison.

Exilé

@ Denis Monod-Broca | 16 février 2019 à 17:25

Encore au sujet de la « cage aux phobes » :

(…) il est intéressant de noter que la post-vérité est associée à la manipulation de l’opinion via les émotions. Ainsi peut-on lire dans les médias que l’insécurité n’est que « ressentie », suggérant implicitement qu’objectivement elle n’existe pas. On comprend pourquoi la répression judiciaire s’abat sur les phobies – techniquement des peurs, donc des sentiments, des états émotionnels. Ces derniers deviennent des faits objectifs susceptibles d’être condamnées. Le monde du sentiment devient judiciarisable, donc contrôlable. La post-vérité est en cela une condition de possibilité du biopouvoir, qui désigne l’ensemble des techniques qui étendent leur contrôle sur la vie et les corps humains.

https://www.polemia.com/medias-verite-grand-mensonge/

duvent

@ Robert Marchenoir | 17 février 2019 à 13:54
« Sur le pogrom anti-Finkielkraut en bordure de la manif parisienne des Gilets jaunes, hier : il y a des chances significatives qu'au moins l'un des agresseurs (le petit, le plus excité, celui qu'on voit le plus longtemps sur la vidéo) soit un musulman.
D'abord en raison de son type physique, qui rappelle celui des Tchétchènes. Ensuite, à cause de sa rage proprement hystérique. Et surtout, à cause de ses propos. Si, autour de lui, on entendait le gilétisme classique : "Nous sommes le peuple !", le petit hystérique criait : "La France, elle est à nous ! Elle est à nous, la France ! T'es un raciste ! Un haineux ! Tu vas mourir, tu vas aller en enfer !" »

https://www.youtube.com/watch?v=cBOR-981JJY

Voilà, c'est ici qu'il faut s'attarder quelques instants et se poser la question nécessaire et utile.
En effet, depuis quelques jours et malgré une grande nausée, due à la houle, j'ai tenté vainement de trier le bon grain de l'ivraie, et enfin, Marchenoir qui ne se lasse pas de poursuivre de sa fureur ceux qui osent le défier, nous explique à nous les crétins de toujours, ce qu'il faut comprendre, et donc je l'en remercie vivement !
J'apprends ainsi toutes sortes de choses vite et bien, sans nuance et dans les grandes lignes, cela doit suffire à mon entendement puisque je n'ai pas de téléviseur, ce qui me laisse des heures de béatitude à ne plus savoir qu'en faire...
Donc, et parce que d'autres intervenants du blog ont donné le lien, j'ai pu assister au « pogrom anti-Finkielkraut », « pogrom », n'est pas d'après Marchenoir, inapproprié, non pas du tout, mais ici ne s'arrête pas son extraordinaire expertise.
Il nous donne à vue de nez les qualités et aptitudes d'un manifestant, dont il sait beaucoup et même presque tout. Ce n'est pas que son jugement soit hâtif, non c'est plutôt qu'il s'y connaît en lecture de faciès, il paraît que cette lecture pressée a déjà été employée, avec succès semble-t-il, il n'y a pas si longtemps...
Marchenoir, vous qui n'avez jamais honte de vos outrances, qui ne perdez pas une occasion d'insulter, qui n'oubliez jamais le moindre détail pour le tordre, qui ne savez pas vous tenir en société, qui n'avez cure de la plus simple urbanité, qui vomissez à longueur de temps sur ceux qui n'ont pas pensé à vous satisfaire, vous nous faites savoir ceci :

« Et ce qui n'est pas niable, c'est que la politique commence à me sortir sérieusement par les trous de nez. »

Ce à quoi il est possible de façon hâtive (mais vous aimez la vitesse et la précipitation), de répondre que ce n'est pas exactement la politique qui vous irrite, mais plutôt que vous êtes arrivé comme moi à un niveau certain de saturation de votre propre logorrhée, qui charrie il faut bien l'avouer une quantité pharaonique d'ordures...
Je préconise la mesure et la pondération c'est un remède de grand-mère qui soigne remarquablement l'hystérie !

PS : Si vous avez dans votre armoire à pharmacie de la Salvia officinalis et de l'extrait d'honnêteté n'hésitez pas, versez, versez, versez, c'est bon pour ce que vous avez...

breizmabro

"Alors qu'il sortait d'un taxi, l'homme (Finkielkraut) a été injurié et sifflé, comme le montrent des images circulant sur les réseaux sociaux. Dans l'une de ces vidéos, tournée par un journaliste freelance, on peut voir les forces de l'ordre s'interposer pour protéger le philosophe" (source AFP)

"Le philosophe a croisé par hasard la route de manifestants samedi, dans le 14e arrondissement parisien, alors qu'il raccompagnait un proche. La rencontre a été violente pour l'académicien, quand il a voulu s'approcher de la manifestation."

"Selon lui, tous n'étaient pas agressifs, l'un d'entre eux lui a même proposé de revêtir un gilet et de rejoindre le cortège, un autre a salué son travail" (source JDD)

Que croire : Finkielkraut agressé verbalement en sortant d'un taxi ou Finkielkraut voulant s'approcher (pacifiquement) de la manifestation ?

Finkielkraut dit n'avoir pas eu le temps d'avoir peur (durant ces 13 secondes)

La petite fille de 4 ans tuée à bout portant dans la cour de son école par Mohamed Merah non plus.

Près de 450 détenus radicalisés sortiront de prison d’ici fin 2019, parmi lesquels une cinquantaine de terroristes islamistes. (Nicole Belloubet)

Croisons les doigts, et Finkielkraut encore plus car eux ne porteront pas de gilets jaunes pour les identifier (au grand regret de journalistes "freelance").

Mary Preud'homme

Perso, je ne me fais pas trop de souci pour la mémoire de Simone Veil et autres personnes de son calibre et de sa notoriété, que seuls des minables frustrés, pétainistes et négationnistes, dont certains opérant sur ce blog, s'acharnent en pure perte à vouloir salir ou à nier le courage et les qualités intrinsèques face à l'adversité et aux tentatives de destruction de leur simple humanité et dignité.
Beaucoup d'autres, heureusement majoritaires, étant capables de saluer le mérite d'une femme de cette trempe comme de toute autre personne de son niveau capable de résister (stoïquement, tel Finkie) à ce genre d'agression d'une grande bassesse et d'opposer un silence méprisant ou l'honneur et la dignité à des attaques ou à des propos indignes, du style Nebout !

Ce qui semble plus dur à supporter pour les sans-grade confrontés au quotidien et à de multiples reprises à la bêtise, aux allusions perverses, racialistes et mesquines d'innombrables "petits gilets jaunes" activés ou en herbe, de Dupont-Lajoie hystériques et consorts qui ont à tout prix besoin de boucs émissaires pour exister quoique trop pétochards pour s'en prendre aux vrais responsables de leur soi-disant infortune...

Robert Marchenoir

Sur le pogrom anti-Finkielkraut en bordure de la manif parisienne des Gilets jaunes, hier : il y a des chances significatives qu'au moins l'un des agresseurs (le petit, le plus excité, celui qu'on voit le plus longtemps sur la vidéo) soit un musulman.

D'abord en raison de son type physique, qui rappelle celui des Tchétchènes. Ensuite, à cause de sa rage proprement hystérique. Et surtout, à cause de ses propos. Si, autour de lui, on entendait le gilétisme classique : "Nous sommes le peuple !", le petit hystérique criait : "La France, elle est à nous ! Elle est à nous, la France ! T'es un raciste ! Un haineux ! Tu vas mourir, tu vas aller en enfer !"

Pourquoi un Gilet jaune de souche aurait-il traité Finkielkraut de raciste ? Cela ne s'explique que s'il s'agit de "racisme" anti-musulman. Qui menace couramment ses ennemis de l'enfer ? Pas les gilétistes qui réclament "la hausse du pouvoir d'achat". Quant à "La France, elle est à nous !", c'est le slogan de revendication territoriale des djihadistes politiques. C'est une formule qui est scandée régulièrement lors des désordres fomentés par la racaille noire et arabe.

Histoire de s'amuser un peu avec des choses qui ne sont pas drôles, on notera le comique involontaire d'hommes jeunes, vigoureux, qui s'attaquent en meute à un vieillard voûté qui n'a pas dit un mot, qui le huent, qui le sifflent, qui le traitent de "grosse m...", de "sale Juif de m...", qui l'envoient "n... sa mère", puis, qui, sans reprendre leur souffle, l'accusent d'être un "haineux" et un "raciste".

Ça, ce n'est pas de l'humour juif, c'est de l'humour musulman. Je préfère la première variété.

C'est aussi la logique de gauche, au passage.

Je m'empresse de préciser que quelle qu'ait été la composition ethnico-religieuse de la meute pogromiste, cela n'exonère pas les Gilets jaunes AOC de leur responsabilité en la matière, ni de leur antisémitisme confirmé par le sondage de l'IFOP.

Dans cette vidéo, on voit comment le slogan "Nous sommes le peuple !", utilisé comme une menace par les gilétistes d'origine française, conduit sans effort au "La France, elle est à nous !" du musulman présumé.

On note que cette agression est intervenue au lendemain d'un article critique de Finkielkraut sur les Gilets jaunes dans Le Figaro, affirmant que "l'arrogance avait changé de camp".

Suivant un scénario bien établi maintenant, quiconque a un peu de visibilité médiatique et critique les Gilets jaunes est aussitôt harcelé, menacé voire attaqué. Ainsi le restaurateur de Toulouse, dont l'établissement a été incendié, l'acteur François Berléand, que le négationniste Hervé Ryssen a appelé à harceler devant le théâtre où il joue (en diffusant de surcroît une version falsifiée de ses propos, pour bien exciter les foules), et ainsi de suite.

Ce sont bien les Gilets jaunes qui ont instauré ce mode de représailles.

D'autre part, il ne faut pas méconnaître l'influence du mouvement d'Alain Soral, qui se vante d'avoir été le précurseur des Gilets jaunes, tout en étant vert de rage de se voir confisquer "ses" idées.

Le soralisme consiste, depuis des années, à fédérer les Blancs de souche et les immigrés sous la bannière d'un antisémitisme délirant, synonyme de marxisme et d'anti-américanisme. Cet antisémitisme assumé se retrouve depuis longtemps dans différents blogs de la réacosphère, qui, bien entendu, soutiennent aujourd'hui vigoureusement les Gilets jaunes. N'oublions pas Dieudonné et sa populaire quenelle, qui fonctionnent sur le même principe. N'oublions pas les réseaux de subversion russes, qui s'y connaissent en matière d'antisémitisme, et qui alimentent depuis longtemps, de façon souterraine, leurs cibles françaises en "arguments" antisémites.

Nous avons passé, depuis longtemps, le stade où il était justifié de souligner que l'antisémitisme le plus virulent venait des immigrés musulmans, et non de l'extrême droite monarchiste ou lepéniste.

Ceux qui s'accrochent encore à cette bouée de sauvetage doivent nous expliquer comment une scène d'une violence aussi extrême a pu se dérouler au beau milieu d'une manifestation parisienne des Gilets jaunes, même si ses auteurs étaient en partie, dans des proportions que nous ne connaîtrons sans doute jamais, des musulmans.

Nous avons aussi passé le stade où la droite et l'extrême droite pouvaient se rassurer en disant que l'antisémitisme de souche venait de l'extrême gauche. La vérité est que l'antisémitisme franchouille, indigène, a explosé. A nouveau. Et qu'il est le même à l'extrême gauche comme à l'extrême droite.

D'ailleurs, il n'y a plus beaucoup de séparation entre ces dernières, dans certaines parties de l'opinion. La police a arrêté des Gilets jaunes qui préparaient des attentats dans le cadre d'un réseau Internet. Parmi eux, figuraient aussi bien un membre du GUD qu'un antifa.

Ces antisémites-là portent la même responsabilité que ceux qui s'attaquent physiquement aux Juifs. La propagande tue, tout autant que les couteaux. Lord Haw-Haw a été pendu pour trahison, par les Britanniques, en 1946. Il n'avait pas touché un cheveu d'un Juif. Il s'était contenté de déverser sa propagande au micro de la radio allemande.

J'ajoute que l'antisémitisme mondain, des hautes classes, porte la même responsabilité. Henry de Lesquen est un homme très distingué, il porte de belles écharpes et de beaux costumes, il est énarque et polytechnicien, il a fait une belle carrière de haut fonctionnaire. Il était pourtant aux premiers rangs du banquet de Rivarol pour applaudir Robert Faurisson, et son écœurant discours de plus d'une heure "expliquant" comment les Juifs n'avaient pas été gazés.

C'est lui qui a élégamment expliqué, au micro de Radio Courtoisie, qu'il dirigeait à l'époque, que Simone Veil, hein, elle était bien rondouillarde, donc ses histoires de camps de concentration... à d'autres. Évidemment, ce n'est pas lui qui risque de perdre une main dans une manif des Gilets jaunes.

Même mon propre camp, celui des libéraux-conservateurs, est infecté par cette vérole. Charles Gave, qui se présente aux Européennes sur une liste Nicolas Dupont-Aignan (l'homme qui est allé diffamer la politique étrangère de son pays à la tribune de la Chambre des députés russe), a acheté un poste de député pour sa fille Emmanuelle, qui est aussi sur cette liste, mais en position éligible, elle. Il a payé ce poste 2 millions d'euros.

Depuis qu'ils ont déclaré leurs ambitions politiques, les Gave père et fille ont micro ouvert sur les chaînes de subversion russes RT "France" et Sputnik "France". Emmanuelle Gave a bénéficié d'une longue émission sur Sputnik, soigneusement préparée et particulièrement complaisante, pour annoncer sa candidature. Sur RT, elle attise les flammes de la haine gilétiste anti-BFM, sans la nommer, encourageant implicitement la racaille en jaune à s'attaquer physiquement aux journalistes de la chaîne.

Cette même BFM où son père était chaleureusement et régulièrement reçu, jadis, et qui lui a permis de construire sa toute petite notoriété auprès des libéraux ; notoriété qu'il utilise maintenant pour offrir un poste de député européen à sa fille. Si l'art de la trahison fait le politicien d'élite, Emmanuelle Gave est bien partie.

Un autre outil indispensable de la panoplie du politicien aguerri, c'est le mensonge effronté. Emmanuelle Gave, sur RT, reproche au gouvernement d'avoir mobilisé, en une journée, 800 000 membres de forces de l'ordre pour réprimer le mouvement des Gilets jaunes. Chiffre grotesque à l'évidence, y compris pour quelqu'un qui ne connaît rien au sujet : même l'armée française ne compte que 266 000 hommes ! La police en compte 150 000...

Charles Gave a publié dernièrement un article d'une outrance inouïe sur George Soros, extraordinairement étrange, dont il est impossible de ne pas remarquer qu'il propage les pires clichés antisémites.

Il commence par citer, pour le critiquer, un passage de Marx où celui-ci dénonce l'amour de l'argent. Il dénonce Marx pour son antisémitisme.

Puis, sans reprendre son souffle, il se sert de ce texte pour attaquer George Soros, épouvantail désigné du Kremlin. Et pour affirmer, en termes à peine voilés, sur la base d'un parallèle avec le livre de je ne sais quel psychologue, que Soros est le diable en personne. Littéralement. Pas de façon métaphorique...

Il n'oublie pas de recycler une fake news amplement diffusée par les réseaux poutinistes, selon laquelle George Soros aurait dénoncé des Juifs aux nazis pendant la guerre. Sur la base de propos tirés de leur contexte, que Soros a tenus lors d'une interview, et qui manifestement ne peuvent pas vouloir dire ce que la machine de désinformation russe leur fait dire.

Critiquer Georges Soros pour son soutien à l'immigration de masse n'est pas, en soi, antisémite. D'ailleurs, l'État d'Israël est l'un de ses plus féroces critiques. Mais le faire dans les termes suivants, si :

"Dans cet ouvrage [le psychologue Scott Peck] faisait part d’une découverte qu’il avait faite et qu’il avait longtemps refusé de regarder en face : dans sa pratique médicale, il avait rencontré à plusieurs reprises le MAL, c’est-à-dire qu’il avait vu des gens qui savaient qu’ils faisaient le mal et qui continuaient dans cette voie parce qu’ils aimaient cela."

"En termes simples, il avait croisé à plusieurs reprises des personnes se revendiquant clairement du Malin, comme on l’aurait dit autrefois et qui n’avaient pas la moindre intention de se faire soigner, bien au contraire."

"Ce que dit Scott Peck dans son livre est donc tout simplement que le MAL existe, que certaines personnes s’en réjouissent et n’ont pas peur d’utiliser ses pouvoirs. Et il ajoute que le but essentiel de ces gens est de détruire de toutes les façons possibles et la vie et la vérité."

"Scott Peck dans son livre signale en passant qu’en anglais 'evil' est l’anagramme de 'live', le mal étant donc le négatif de la vie, ce qui m’a frappé."

"Et j’en suis à me demander si Georges Soros ne fait pas partie de ces gens qui collaborent de bon cœur avec l’ennemi."

Notez le thème de la collaboration et de la trahison, omniprésent chez les gilétistes. Car j'ai oublié de vous dire : Charles Gave et sa fille sont des gilétistes revendiqués.

Puis :

"Encore adolescent en 1943-1944 à Budapest, [George Soros] était avec son père ceux qui avaient été chargés par les occupants allemands de désigner les Juifs qui devaient prendre le train suivant."

Ceci est un mensonge pur et simple. Une calomnie évidente. C'est typiquement l'ignominie antisémite consistant à accuser les Juifs d'être à l'origine de leur propre extermination. Je vous laisse enquêter sur la façon dont cette fake news s'est construite.

Et Gave finit par :

"Tout ce qui lui reste c’est l’argent, et il l’utilise comme Marx le décrivait, pour s’acheter des sycophantes."

On relèvera que Charles Gave a commencé par démolir le texte de Marx en question. Puis, aussitôt, il s'en saisit pour taper avec sur George Soros. Ce qui suppose qu'il en approuve le contenu.

Gave se vend comme un grand sage, un expert de la finance et de la géopolitique, et il se livre ici aux divagations incohérentes d'un gourou déjanté. La seule cohérence, dans cette affaire, étant les intérêts russes, et les siens propres -- qui se trouvent coïncider.

On remarquera aussi "qu'utiliser l'argent pour s'acheter des sycophantes", c'est exactement ce que Gave vient de faire en achetant un possible poste de député européen pour sa fille, et une tribune médiatique de "journalistes" lui passant la brosse à reluire sur RT et Sputnik.

Emmanuelle Gave et Nicolas Dupont-Aignan sont les candidats de Moscou, c'est plus que manifeste. Et le Kremlin souffle sur le feu gilétiste, c'est également évident.

Rentrons maintenant dans le bureau d'Emmanuelle Gave, tel qu'elle le fait elle-même visiter aux journalistes. Je cite le portrait que lui a consacré L'Opinion :

"Nez crochu et chapeaux haut-de-forme, de gros bonshommes font du toboggan sur un mont de dollars. Ils dansent autour d’un globe. Une main à griffes surplombe la scène. Le tout, couronné d’inscriptions en cyrillique. Évoquent-elles l’imaginaire antisémite, ces trois iconographies russes encadrées dans son bureau ?"

" 'De la propagande anticapitaliste d’avant-guerre, la grande époque', évacue Emmanuelle Gave. L’élégante avocate aux yeux gris, 48 ans, n’y voit aucun mal. Et enchaîne. Elle doit figurer en numéro 4 sur la liste de Debout la France aux européennes."

On rêve... Emmanuelle Gave, "libérale-conservatrice", chrétienne revendiquée, affiche délibérément des caricatures antisémites dans son bureau, celles-là même qui font le lien entre les Juifs et la rapacité de la finance mondialisée. Lien que son père accuse Marx de faire... pour aussitôt le faire lui-même, au détriment de George Soros, qu'il accuse d'être le "Malin" en personne.

On notera l'hypocrisie à couper le souffle d'un duo qui dénonce le règne de l'argent et de la finance (au nez crochu), alors que Charles Gave est précisément un financier qui a fait fortune grâce à la Bourse et à la mondialisation. Il a passé sa vie à Londres et à Hong Kong. Une bonne partie de sa descendance vit aux Etats-Unis. La "fortune familiale" du "puissant gestionnaire de portefeuille", écrit L'Opinion, "soutient de longue date les chrétiens d'Orient ou le très conservateur Institut de formation politique". Elle lui a permis de financer le parti de Dupont-Aignan à hauteur de 2 millions d'euros, et... d'acheter le club de rugby Biarritz Olympique.

On voit bien la duplicité du comportement, le faites ce que je dis, pas ce que je fais, le une chose et son contraire dans le même souffle. Disposition mentale caractéristique de l'antisémitisme, d'ailleurs. L'antisémite dit simultanément que si les Juifs se sont fait exterminer, c'est qu'ils l'ont bien mérité, que d'ailleurs ce sont les Juifs qui ont envoyé eux-mêmes les Juifs aux fours, et qu'en fait la Shoah n'a jamais existé.

C'est aussi une disposition mentale caractéristique du poutinisme. Le poutinisme dit à la fois que l'armée russe n'a pas envahi l'Ukraine, et qu'elle a bien eu raison de le faire, puisque c'était pour lutter contre le coup d'État néo-nazi du Maïdan.

L'antisémitisme "de bon ton", pour les Gave père et fille comme partout ailleurs en ce moment, est à la fois un signe de ralliement, un code qui indique que l'on fait partie du camp du Bien, un clin d'œil suggérant que l'on "nique le Système", une façon d'être de droite tout en étant de gauche, et un outil de propagande suggéré par le gouvernement russe et qui sert ses intérêts : diffamer les Etats-Unis, dénigrer le libéralisme et le capitalisme.

Très concrètement, dans le cas du riche duo Gave, afficher, d'un côté, une saine doctrine libérale et une absence de complexes vis-à-vis de l'argent permet de draguer le vote des entrepreneurs, des libéraux, de la droite aisée. Et afficher, de l'autre côté, la haine de la finance mondialisée au nez crochu permet de draguer le vote des petites gens, des Gilets jaunes, de ceux qui, en temps normal, haïssent précisément tout ce qui ressemble à un Charles Gave.

La nouveauté, c'est que la duplicité ne se cache même plus, et l'on doit ce "progrès" au poutinisme.

Gave nous fait son petit Trump de poche. Il arrive à la fin de sa vie, il s'amuse, il cherche à ménager une solide carrière et un poste électif juteux à sa fille. Tout en se persuadant qu'il fait ça pour le bien du petit peuple de France, lequel, d'après lui, reposerait sur l'éclatement de l'Union européenne et la sortie de l'euro (ce qui, en soi, peut se défendre).

Le fait que ça se fasse sur le dos des Juifs est un détail de l'histoire de la finance (et de la politique). Tant pis pour Finkielkraut, et tant pis pour Sarah Halimi.

Tant pis pour les Russes, aussi. Quand je l'ai interrogé sur sa surprenante initiative consistant à se laisser inviter par Sputnik, branche de propagande d'un pays qui promet ouvertement l'anti-libéralisme à travers le monde, Charles Gave m'a répondu, en substance, que c'était un canal d'expression comme un autre et que tout était bon à prendre.

C'est une chanson un peu différente que les Gave serinent au journaliste de L'Opinion, aujourd'hui : "Vladimir Poutine, lui, est aux yeux des Gave 'un dirigeant tonique' qui plaît aux Russes."

Comme c'est mignon... Je suis sûr qu'Alexandre Litvinenko, Anna Politkovskaïa et quelques autres apprécient la "tonicité" de Poutine, du fond de leur tombe. Ainsi que tous les opposants politiques qui se font violer par leurs gardiens de prison -- et j'abrège là la liste, qui serait fort longue.

Il serait intéressant de savoir d'où viennent les fameux 2 millions de Gave, et s'ils n'auraient pas, par hasard, leur origine dans quelque tuyauterie russe. Ce qui est manifeste, en tous cas, et ne peut être nié, c'est que la Russie apporte une aide en nature aux Gave et à Dupont-Aignan, sous forme d'exposition médiatique préférentielle et complaisante sur les canaux de propagande qu'elle a établis à cet effet.

Ce qui est certain, également, c'est que la France est un ennemi désigné de la Russie, par son régime démocratique, son appartenance à l'Europe, à l'Union européenne et à l'OTAN, par son libéralisme (tout est relatif), et par le fait qu'elle n'est pas à la botte de la Russie.

Ce qui n'est pas niable, ce sont les actes hostiles que la Russie s'emploie à multiplier à l'encontre de la France -- comme à l'égard de nos alliés, et de tant d'autres pays occidentaux.

Et ce qui n'est pas niable, c'est que la politique commence à me sortir sérieusement par les trous de nez.

Exilé

@ Alpi
« Madame Veil était une juive laïque et se revendiquait comme telle »

M'est avis que vous n'avez pas bien compris mon commentaire qui n'est pas centré sur la personne de madame Veil pas plus que sur celle d'une autre personne, mais sur la manière quasi religieuse de représenter « Marianne », à la manière d'une divinité païenne que l'on nous invite à révérer.

Ellen

Un bout d'histoire pour mieux comprendre d'où vient cette double croyance juive dont l'une est primitive et très dure et la seconde plus moderne et libre

https://www.youtube.com/watch?v=3OvS8EZOprs

Il me semble que Madame Simone Veil n'était pas pratiquante même si elle est juive. La sublimer en Marianne serait une erreur. Par respecter, laissons-la reposer au Panthéon en paix.

boureau

@ Gary Gasparry 17 février 2019 10:31
"...mais des raisons qui ont fait de vous l'antisémite que vous êtes"

A partir du moment où vous commencez un commentaire en insultant votre interlocuteur, vous comprendrez, j'espère, que nous n'avons aucun intérêt à échanger.

J'ai quand même lu, par courtoisie, la totalité de vos arguments. Ils ne me convainquent pas.

Et, sur ce sujet, comme sur beaucoup d'autres, seriez-vous des esprits supérieurs qui estiment que ceux qui ne sont pas de leur avis n'ont pas le droit de penser autrement sans aller au pilori ?

Je vous laisse suivre votre chemin, je suis le mien.

Cordialement.

Giuseppe

AFP, publié le dimanche 17 février 2019 à 08h36

"Une vingtaine de maires, dont Anne Hidalgo à Paris, ou l'ex-maire de Bordeaux Alain Juppé, demandent, dans une tribune publiée dimanche dans le JDD, "des moyens pour agir localement" contre les "inégalités sociales de mortalité et de santé". "

Je me permets une petite digression, mais quand je vois le machin érigé à Paris pour 650 000 € ! il y a de quoi se taper la tête contre les murs.

On pleurniche pour un manque de moyens, demandez le prix du foncier et de la taxe d'habitation à Bordeaux, et dire que l'on nous fait croire que ces élus sont de grands gestionnaires.

N'importe quel promoteur immobilier aurait fait deux fois mieux avec deux fois moins d'argent !
D'ailleurs la hargne avec laquelle les Gilets jaunes s'insurgent à Bordeaux en est bien le témoignage.

Et pour revenir au sujet du jour, des abrutis casseurs marginaux avec tous les défauts, malheureusement existeront toujours, sans volonté affichée de les mettre hors d'état de nuire.

Quant aux paroles désastreuses d'une désinvolture crasse révélées par le Palmipède, cela montre le degré de culture et de fine intelligence de cette conseillère du Président.

Désastreux vent de sable qui s'est levé depuis quelque temps, tristes journées pour un pays bien malmené par des politiques hors du temps.
Un Premier ministre secoué l'autre soir, muet de réponses d'ailleurs qu'il n'a pas. Constat terrible de politiques à la dérive, pour combien de temps encore ?

On a dépensé 10 milliards pour rien, ce n'est pas une question d'argent mais de méthode, refaire tous les secteurs… Un rêve sans doute.

Exilé

Nous avons évoqué la représentation allégorique, parfois discutable, du régime en place.

Toujours dans cette série, voici quelle idée la Monnaie de Paris se fait de la « fraternité » :

https://www.monnaiedeparis.fr/fr/boutique/monnaies/marianne-fraternite-monnaie-de-20eu-argent-qualite-courante-millesime-2019

Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais s'il m'arrivait de rencontrer un tel visage aux traits hommasses et le regard halluciné au coin d'un bois, je mobiliserais toutes les capacités physiques que mon âge me permet pour m'enfuir à toutes jambes.

Ce n'est pas encore de cette manière que ces gens-là et leurs commanditaires vont parvenir à nous faire prendre des vessies pour des lanternes.
Et même si l'on me donnait une telle pièce de monnaie, je la refuserais.

elektra

Révérés soient mes deux parents, qui ont élevé leurs enfants sans haine, sans définition de soi, sans préjugés, nous laissant à chacune apprendre de nos expériences relationnelles (sans certitudes).
J'ai effectué ma scolarité avec des Guez, Wizman, Bismuth, Cohen sans même savoir que c'étaient des patronymes "juifs". Ce qui m'aurait implicitement rangée dans les non-juifs. Au secours !
Pourquoi s'attarder à cette classification : il est insupportable - pour toute personne - de se faire cueillir de chez soi, devoir quitter sa vie et partir pour le néant sur l'injonction de la haine humaine.
C'est cela qu'il convient d'apprendre à ses enfants.

Xavier NEBOUT

@ Garry Gaspary

Mais le "passionné d'histoire" ne veut pas entendre que les juifs en majorité apatrides avaient poursuivi leurs études, passé les diplômes et par voie de conséquence, occupaient les professions libérales et autres postes lorsque les couillons d'Allemands revenaient des horreurs de la guerre, et encore heureux d'être vivants, même s'ils n'étaient souvent pas entiers.

Brave marin, revient de guerre, tout doux...

breizmabro

@ Achille | 17 février 2019 à 08:22
"Finalement je préfère..."

Moi j'aurais préféré ne pas vous lire.

Si Alain Finkielkraut a été agressé, où mettez-vous le curseur de l'agression, même verbale, dans une manifestation infiltrée par les ultras venus de Notre-Dame-des-Landes pour faire "la fête à Paris" ?

La vidéo dure 1'25. Durant les premières secondes, Alain Finkielkraut ne me semble pas terrorisé par l'homme filmé de dos. A la 13ème seconde du film, Finkielkraut est accompagné doucement par un homme portant un gilet jaune sous le bras, vers d'autres lieux.

Durant les minutes et quelques du reste du filmage (par qui ? par pas un téléphone en tout cas), nous avons les images et le son de quelques abrutis hurlant les imbécillités traditionnelles mille fois entendues par d'autres que Finkielkraut, sans qu'il en soit fait l'ouverture d'un journal télévisé.

Je ne crois pas non plus que la conclusion de votre commentaire soit un modèle dans l'art de la modération.

En même temps... comme dit votre boss...

Patrice Charoulet

N'ayant jamais été macroniste, ni avant ni après son élection, je pense que M. Macron ne se relèvera pas de deux vidéos, celle de Saint-Martin, et celle de la fête de la musique à l'Elysée.

Etant totalement hostile aux Gilets jaunes depuis le premier jour, je pense que ce mouvement, "ce méli-mélo" (Hubert Védrine) ne se relèvera pas de cette vidéo:

https://www.youtube.com/watch?v=cBOR-981JJY

Garry Gaspary

@ boureau

La surreprésentation des Juifs dans les professions libérales en Allemagne pendant l'entre-deux-guerres est une évidence. Seuls les imbéciles nient les évidences. Mais votre raison "naturelle" de la conservation de l'entre-soi par une communauté dominante n'est en rien naturel mais est, en l'occurrence, antisémite. Et si j'ai qualifié votre hum-prof d'histoire de hum-prof d'histoire, c'est parce qu'il ne vous a pas fourni les raisons historiques de cette surreprésentation des Juifs qui auraient pu faire de vous le passionné d'Histoire que vous prétendez être ailleurs, mais des raisons antisémites qui ont fait de vous l'antisémite que vous êtes.

Commençons par souligner en quoi votre raison "naturelle" ne peut s'appliquer dans le cas qui nous intéresse puisque nous parlons de professions libérales, et que les professions libérales impliquent, contrairement au secteur administratif qui est l'objet de votre exemple corse, une indépendance individuelle qui est totalement imperméable à l'entre-soi. Autrement dit, personne ne peut empêcher quiconque, à partir du moment où il dispose de tous les moyens nécessaires à cela, de se former à, puis d'exercer librement une profession libérale. Un non-Juif avait donc la même possibilité qu'un Juif de se former à la médecine, pour l'exemple, et une fois formé, il lui suffisait tout simplement d'ouvrir un cabinet pour exercer sa profession.

Vous oubliez ensuite que nous parlons d'une époque où l'antisémitisme régnait partout en maître, et qu'il aurait été professionnellement mortel pour les Juifs de pratiquer l'entre-soi dans de telles conditions. C'est le juif Freud qui a fondé la psychanalyse mais sans l'intérêt que lui a porté le non-juif Jung, sa pratique n'aurait jamais dépassé les frontières de Vienne.

Venons-en maintenant aux raisons historiques de cette surreprésentation. La première tient dans le fait que la profession encore largement dominante à l'époque était la paysannerie, profession dont la pratique fut pendant des siècles interdite aux Juifs dans tous les Etats d'Europe. C'est donc par le fait que la majorité des Allemands pratiquait traditionnellement une profession qui fut longtemps interdite aux Juifs que s'explique la surreprésentation de ces derniers dans d'autres professions : l'explication de l'entre-soi n'est donc valable que pour l'autre camp. Pourquoi enfin spécifiquement les professions libérales ? Parce que l'histoire des Juifs en Europe n'est qu'une succession d'expulsions, de spoliations, d'expropriations, etc. et que le meilleur moyen pour survivre à cela est la pratique d'une profession libérale qui nécessite surtout des moyens intellectuels et peu de moyens matériels : être médecin, musicien, écrivain, etc.

Voilà ce que peut dire un vrai passionné d'Histoire, voilà ce qu'aurait dû vous dire votre prof d'histoire, s'il n'avait pas été antisémite, sur la surreprésentation des Juifs dans les professions libérales en Allemagne pendant l'entre-deux-guerres.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS