« Lendemain de sauvagerie... | Accueil | Des militaires à tout faire : une faute »

19 mars 2019

Commentaires

Metsys

M. Bilger, votre ressenti m'en rappelle furieusement un autre, que je me permets de partager avec vos lecteurs. C'est celui d'un jeune vicomte breton promis à une brillante carrière, au même endroit de Paris, mais en octobre 1789 : en comparaison, notre Président a encore un peu de marge de manoeuvre.

"Je courus aux Champs-Élysées : d’abord parurent des canons, sur lesquels des harpies, des larronnesses, des filles de joie montées à califourchon, tenaient les propos les plus obscènes et faisaient les gestes les plus immondes. Puis, au milieu d’une horde de tout âge et de tout sexe, marchaient à pied les gardes du corps, ayant changé de chapeaux, d’épées et de baudriers avec les gardes nationaux : chacun de leurs chevaux portait deux ou trois poissardes, sales bacchantes ivres et débraillées. Ensuite venait la députation de l’Assemblée nationale ; les voitures du roi suivaient : elles roulaient dans l’obscurité poudreuse d’une forêt de piques et de baïonnettes. Des chiffonniers en lambeaux, des bouchers, tablier sanglant aux cuisses, couteaux nus à la ceinture, manches de chemises retroussées cheminaient aux portières ; d’autres ægipans noirs étaient grimpés sur l’impériale ; d’autres, accrochés au marchepied des laquais, au siège des cochers. On tirait des coups de fusil et de pistolet ; on criait : Voici le boulanger, la boulangère et le petit mitron ! Pour oriflamme, devant le fils de Saint-Louis, des hallebardes suisses élevaient en l’air deux têtes de gardes du corps, frisées et poudrées par un perruquier de Sèvres".

genau

Petits exemples de l'obstination désolante de M. Macron à organiser notre monde national au moins, selon sa propre vision:
- défendre l'exercice éventuellement strict de tous les cultes, mais lutter contre les rigorismes dans ce domaine conduisant à la politisation
- en septembre 2018, M. Erdogan qui semble s'y connaître en islam, avait écrit que "parler d'islam modéré était incongru et déplacé. L'islam est l'islam."
- des femmes issues de l'enclave Daech clament qu'elles veulent vivre cet islam-là et, en conséquence, égorger les infidèles. Que c'est dans le Coran. Quand on leur demande de situer cette prescription, elles reconnaissent qu'elles ne connaissent pas le Coran, ou très peu.

Là-dedans, personne n'a lu le Coran, sauf M. Erdogan, mais M. Macron établit une vision de l'Islam parce que ça l'arrange de jouer à l'ordonnateur des cultes dans la société, sans savoir comment s'organise intellectuellement l'Islam. Les femmes rattachées à Daech veulent passer pour des fléaux de Dieu, sans savoir vraiment de quoi il s'agit.

Ces deux attitudes sont compatibles car M. Macron ne sait pas non plus ce qu'est l'Islam.

Seul M. Erdogan est honnête et savant en la matière. Il sait que la dissimulation des textes aux fidèles benêts (Moussa Abdallah-Yaacoub, in Moi, Mahomet) est à l'intention des Macron occidentaux, et il réitère son affirmation: il n'y a qu'un Islam, i.e. que ce que vous ne savez pas de l'Islam, il faudra le subir. Dirait-on qu'il y eut diverses sortes de nazis ? A voir comment l'ensemble des politiques incultes manient le terme, on comprend qu'ils ne l'ont jamais étudié, pas plus que le Coran.

Tous les Macron du monde sont les meilleurs alliés des salafistes, surtout lorsqu'ils parlent à l'unisson du Roi Salam, dont ils sont les benêts.

Lisez le Coran, et les Hadiths, sans relâche, connaissez votre ennemi, et surtout n'ayez pas peur, il vous connaît moins que ce que le laissent supposer son arrogance et sa dissimulation.

Il n'y a qu'un Islam, chez l'ignorant comme chez le savant.

Jean le Cauchois

@ Jabiru à 13:10
"C'est au gouvernement d'agir et vite et aux juges de faire preuve de plus de fermeté"

Votre souhait - votre incantation - doit se passer dans un Etat de droit, que vous évoquiez précédemment. C'est bien là le problème, l'Etat de droit. Vous souhaitez que les juges fassent preuve de plus de fermeté. Ils le souhaitent eux-mêmes, pour autant que pour condamner un pillard arrêté, ils aient des preuves (qu'ils ne peuvent pas faire eux-mêmes) qui résistent aux interventions de la défense. Il faut des officiers de police judiciaire de terrain capables d'intervenir parmi la masse des manifestants, masse qui leur est a priori hostile. Et il n'y en a pas des quantités disponibles les samedis, capables de se déguiser en manifestants pour passer inaperçu dans la masse. Par expérience professionnelle, quand un problème existe et perdure, c'est que sa solution n'est pas simple. Et vous voyez bien que les pillards sont déterminés et bien plus au courant que nous des limites d'action de la police et de la justice.

Exilé

@ Alpi
« Quel rapport avec le Schmilblick ? Que je sache, les Nicolle, Drouet et autres n'appartiennent pas à cette communauté que vous stigmatisez à longueur de posts. »

Je ne stigmatise pas, je constate.

« De mon vécu de gendarmerie pendant plus de 34 ans, je dirais qu’il y a un double problème. D’abord un problème de fond, un problème de laxisme. Il y a eu trop de laisser-faire. Certains commencent à avoir le courage de le dire. C’est valable dans le cas du désordre dans certains quartiers, comme dans le cas de manifestations.
Et il y a la conjoncture, avec ces graves incidents sur les Champs-Élysées comme à Grenoble. Je les mets sur le même plan. »

http://www.bvoltaire.fr/general-cavallier-il-faut-avoir-un-regard-objectif-sur-ce-qui-se-passe-dans-ce-pays-en-matiere-de-fragilisation-de-lautorite-de-letat/

Xavier NEBOUT

@ Exilé
« Le problème avec le socialisme est que vous finissez un jour par avoir dépensé tout l'argent des autres. »

Merci pour cette excellentissime citation de Margaret Thatcher, mais les Français font encore mieux, ils dépensent ce que les autres n'ont pas encore.

Ce sont nos héritiers qui paieront le socialisme à la française, et celui de Macron sera probablement le pire.

breizmabro

@ Mary Preud'homme 20 mars 2019 à 12:25

Vous avez entièrement raison.

En même temps, comme dit l'autre, quel est l'intérêt de commenter les commentaires d'Achille puisqu'il est l'emblème de ce qu'il loue : ennuyeux.

Manu est un dieu, Achille est son prophète :D

Ceci dit, comme dirait François (le pape, pas Fillon) "qui suis-je pour vous juger"

Adéo Mary

Savonarole

@ Exilé de 13:25
« Le problème avec le socialisme est que vous finissez un jour par avoir dépensé tout l'argent des autres. » Margaret Thatcher.

Margaret s'est inspirée de la boutade de Churchill :
"Christophe Colomb fut le premier socialiste : il ne savait pas où il allait, il ignorait où il se trouvait... et il faisait tout ça aux frais des contribuables."

breizmabro

@ Exilé | 20 mars 2019 à 13:25
"Le problème avec le socialisme est que vous finissez un jour par avoir dépensé tout l'argent des autres" Margaret Thatcher

Vous faites cette citation pour vous faire bien voir de Robert M. ou quoi ? (j'rigole ;))

Adéo Exilé

Exilé

@ Jabiru
« Il est à espérer que samedi prochain, force reste à la loi et que les casseurs les plus dangereux soient enfin mis à l'ombre pour calmer leurs ardeurs. On ne va pas nous faire croire qu'un Etat de droit n'est pas capable de faire en sorte qu'une poignée d'excités puisse encore nous pourrir la vie. »

En principe, vous avez raison.
Je ne suis pas un supporter de MM. Drouet et consorts, mais l'histoire du monde nous enseigne que le fait de ne recourir qu'au gros bâton pour réduire les gens au silence ne mène à rien si en parallèle il n'existe aucune volonté sérieuse de s'attaquer aux racines du mal.
Pis encore, cela ne fait qu'augmenter la pression.

Et ces racines sont justement que la France n'est pas une démocratie réelle mais seulement une démocratie d'apparence, une fiction juridique et que nous ne vivons plus, alors que le deux poids deux mesures est de règle, sous un état de droit.

boureau

Vous avez été le seul digne et porteur de raison ce matin dans l'émission "L'Heure des Pros" (CNews) cher P. Bilger. Pascal Praud devient étouffant avec les participants (certains seulement) et, gonflé par le succès (provisoire et fragile) de son émission, lui donne un tour politiquement correct progressiste qui la rend moins agréable à voir et entendre. Cet animateur devient trop sûr de lui et ne se rend pas compte du nombre de remarques ridicules qu'il laisse passer. Par exemple, ce matin, dire et redire, en résumé : "je suis catholique mais je vais à la messe pour écouter seulement le sermon" est sot, tout simplement sot.

-------------------------------------------------

@ Breizmabro 20 mars 2019 09:30

Mon dernier paragraphe de 21:30 : c'est comme la Bible (sans prétention), interprétation libre.
Castaner est sur la crête ! Qui donnera le coup de vent pour le faire basculer ?

-------------------------------------------------

@ Exilé 20 mars 2019 08:13
@ Achille 20 mars 2019 08:04
@ Giuseppe 20 mars 2019 11:45

Il y a longtemps que je pense que la formation de nos hauts fonctionnaires a failli. Je l'ai déjà écrit dans ce blog. Les temps administratifs ont formidablement changé depuis les années soixante / soixante-dix. Jusqu'à cette date, nous avions la meilleure administration du monde et nos services diplomatiques recevaient régulièrement des demandes de stages et d'informations sur ce sujet, de tous les pays du monde.

La formation reçue à l'ENA, depuis ces années a complètement changé : toujours dans le théorique intello-fumeux. Dans un monde qui accélérait ses mutations.

Les très hauts fonctionnaires sont une strate hiérarchique appelée logiquement à disparaître. La hiérarchie ne doit plus se concevoir comme depuis cent ans ! Les entreprises privées l'ont compris il y a bien longtemps. Mais l'Etat ?

C'est d'ailleurs pourquoi, dans les 30 propositions du Grand débat que j'ai déposées à ma mairie, une concernait la diminution des promotions de l'ENA et de Polytechnique de 50%. On peut rêver non ?

A propos de Polytechnique, savez-vous que ces petits coquins ont réussi, discrètement, très discrètement, à faire intégrer dans la prise en compte de leurs années de travail pour leurs retraites, leurs années d'études à l'X, pourtant rémunérées ! Chapeau !

-------------------------------------------

@ Giuseppe
"Cher boureau - cela fait toujours bizarre - je..."

Savez-vous, cher Giuseppe, qu'il existe des bourreaux doux, chaleureux et... plus !

Mais sortons de l'imaginaire, votre "GooPics" montrait réellement un record battu. Qu'attend Guiness pour l'intégrer dans son livre ? A moins que les médailles de ce militaire russe (sans doute) fussent en chocolat !

---------------------------------------------------

@ Patrice Charoulet 20 mars 2019 11:35

Xavier Raufer est, comme vous le précisez, un des meilleurs spécialistes français des problèmes de sécurité.

Effectivement on le voit peu dans les grands médias parce qu'il y a eu une campagne médiatique de "gôche" contre lui, il y a une dizaine d'années, faisant ressortir qu'il avait eu un passage à l'extrême droite dans sa jeunesse et qu'il en était donc devenu infréquentable à vie.

A partir de ce moment et compte tenu de ses positions droitières, des animateurs comme Calvi ont cessé de l'inviter.

Néanmoins, on peut le lire et le voir sur des sites fréquentables comme Atlantico (un des meilleurs sites d'infos du web) et bien d'autres heureusement.

Jean le Cauchois

@ Curmudgeon hier à 14:05
"Nous voyons des policiers statiques à proximité de magasins éventés et pillés. Ils ne sont pas occupés ailleurs. Ils ne font rien, ils regardent. Selon le témoignage de policiers, y compris de responsables syndicaux, ce comportement stupéfiant s’expliquerait ainsi : ils n’ont pas reçu l’ordre d’intervenir. Expliquez-moi."

Je vais essayer. Les policiers en uniforme que vous voyez statiques, faciles à filmer, forment un barrage pour contenir la masse des manifestants - à motivations diverses, qui ont choisi de ne pas se déclarer organisés et, de ce fait, ne sont pas autorisés à manifester où ils décident de se rendre - dans des zones déterminées, pour en protéger d'autres.

Il y a par ailleurs des petits groupes de policiers en civil, mobiles, qui s'infiltrent dans la masse pour appréhender des délinquants avec des preuves pour les inculper et les faire éventuellement condamner plus tard par des juges. Quand il y a des pillards organisés, c'est pratiquement impossible car la masse les protège. C'est ce qui se passe actuellement.

La seule façon, selon moi, de décourager les pillards serait de les blesser à distance pour les immobiliser sur place, et filmer la scène pour avoir des preuves irréfutables. Mais comme en République on ne tire pas sur son peuple, il y aura toujours une partie du peuple qui en tirera avantage.

Ayez l'obligeance de me faire savoir si cette explication vous convient.

Elusen

@ Xavier NEBOUT | 20 mars 2019 à 11:38
« La majorité des Français regardent les magasins brûler comme au cinéma. Ils n'en ont rien à faire. »

Vous y êtes allé sur l’avenue des Champs-Élysées vous ?!
Et si tout ce que l’on vous disait était faux ?

Je suis allé au cinéma aux deux dernières séances, voir à l’UGC George V :
- Damien veut changer le monde, 19h40
- Rebelles, 22h15

Combien de magasin brûlés et de kiosques à journaux ai-je vus en redescendant l’avenue jusqu’à la place de la Concorde ?

Il est surprenant que des individus qui passent leur temps à dire que les médias manipulent, mentent, les croient comme des dévots quand ils véhiculent leurs idéaux.

- 1 kiosque entièrement brûlé près de l’Arc de Triomphe.
- 1 kiosque partiellement brûlé près du métro Franklin Roosevelt.
- 1 restaurant brûlé.

- presque toutes les vitres de Ladurée remplacées par du bois, pâtisserie de luxe à 7 € la part de flan, 7,50 € la religieuse au chocolat.

Alors cela fait de très belles images en boucle sur les chaînes d’info, les mêmes à l’identique, les mêmes photographies à l’identique pour donner l’impression d’un : Paris brûle-t-il.

Un surtout un beauf qui hurle : les magasins brûlent !

Et pas mal de personnes qui faisaient des ego-portraits devant ; des personnes qui ne parlaient pas français et qui riaient, je ne sais pas si c’était des touristes, mais je peux légitimement le supposer.

Exilé

@ Lucile
« Et l'on s'étonnera que les gens n'aient plus envie de travailler, et ne fassent plus d'enfants. »

…et renoncent définitivement à la vertu française séculaire qu'est l'épargne - qui rappelons-le tout de même permet aux cigales gouvernementales d'arrondir leurs fins de mois - pour claquer ce qui leur reste d'argent disponible en voyages dans des pays lointains, à l'abri des voleurs institutionnels français...

« Le problème avec le socialisme est que vous finissez un jour par avoir dépensé tout l'argent des autres. »
Margaret Thatcher

Alpi

@ Exilé
"...entre autres par la naturalisation massive de centaines de milliers de personnes complètement inassimilables et qui refusent de renoncer d'un iota à leurs coutumes d'origine, ce qui participe au chaos général qui se développe en France."

Quel rapport avec le Schmilblick ? Que je sache, les Nicolle, Drouet et autres n'appartiennent pas à cette communauté que vous stigmatisez à longueur de posts. On voit bien que c'est votre truc les immigrés, mais pour l'instant, ils se tiennent pénards.
Peut-être qu'ils bossent, eux !

Jabiru

Las de fouler le pavé des avenues parisiennes chaque samedi sans atteindre d'autres concessions, Eric Drouet change de tactique en appelant les Gilets jaunes à bloquer des raffineries. Deux ont été débloquées ce matin par les forces de l'ordre.
De quel droit cet énergumène et ses sbires persistent-ils à prôner la révolte et à enfoncer le pays dans une crise qui sera dure à surmonter ?

Il est grand temps d'appeler en garantie tous ces fauteurs de troubles qui n'ont qu'une idée, déstabiliser nos institutions à leur profit.

Il est urgent de mobiliser les forces vives de la nation avant qu'il ne soit trop tard car ce n'est pas en limogeant quelques fusibles que l'on va régler une situation telle qu'elle se présente aujourd'hui.
Il est à espérer que samedi prochain, force reste à la loi et que les casseurs les plus dangereux soient enfin mis à l'ombre pour calmer leurs ardeurs. On ne va pas nous faire croire qu'un Etat de droit n'est pas capable de faire en sorte qu'une poignée d'excités puisse encore nous pourrir la vie.
C'est au gouvernement d'agir et vite et aux juges de faire preuve de plus de fermeté.

Mary Preud'homme

@ Achille | 20 mars 2019 à 09:01

Quand il s'agit de défendre vos idoles, votre imagination est sans limite et vous n'avez pas peur de sombrer dans le ridicule en prêtant à vos contradicteurs des raisonnements à des années-lumière de la réalité ; sachez donc Achille que lorsque l'on a des très proches (conjoint ou enfants) qui exercent des professions sensibles (et donc nécessitant une grande confidentialité), nous sommes les tout premiers à respecter une nécessaire obligation de discrétion, ce qui n'exclut nullement le réalisme concernant les particularités desdites professions (c'est pourquoi on n'apprécie pas de les voir disqualifier ou caricaturer par des ignorants).

Par exemple quand on a un conjoint médecin, bien que l'on ne consulte pas et ne délivre pas d'ordonnances, etc. l'on sait mieux que la femme d'un plombier en quoi consiste son métier...

Quant à moi si d'aventure j'avais eu à connaître ou à entendre quelques propos relevant du métier de mes enfants (qu'ils soient commissaire de police, magistrat ou médecin) je n'en parlerais certainement pas sur ce blog.

Or s'agissant en la circonstance de hauts fonctionnaires de police ou d'officiers généraux de la gendarmerie nationale, chacun sait qu'ils n'agissent que sur ordres venus du sommet de l'Etat.
Ainsi que vous l'a fait remarquer avec raison caroff, la faute n'est donc pas technique mais politique ; c'est donc uniquement au niveau du chef de l'exécutif et de ses adjoints qu'il faut la chercher (et non ici dans une guerre des polices qui n'existe que dans votre esprit nourri de mauvais feuilletons télé). Pas grave vous n'êtes pas le seul !

Mais je sais que vous reviendrez encore à la charge car vous adorez avoir raison même quand vous vous noyez et que l'on vient à votre secours !

Réagissant par ailleurs au post de Michel Deluré, vous affirmez sans rire que mai-juin 1968 par rapport aux trois mois écoulés, ce serait du pipi de chat !
Mazette ! Quelle culture historique !
Petit rappel : 9 millions de grévistes durant près d'un mois, le pays entièrement bloqué, la dissolution de l'Assemblée, les accords de Grenelle, la contestation tous azimuts notamment de l'autorité, la libération des mœurs etc. etc. le smic qui grimpe à plus de 30 %, les syndicats qui jubilent et créent des sections dans la moindre entreprise, la cinquième semaine de congés, ça ne vous dit vraiment rien ? A l'inverse de vos allégations j'estime au contraire que ce fut une période qui portait déjà les germes de toutes les crises sociétales qui suivirent et qui en a laissé de nombreux stigmates, notamment la perte des valeurs, du patriotisme et de l'autorité.

Giuseppe

@ boureau | 19 mars 2019 à 21:05

Cher boureau - cela fait toujours bizarre - je prends votre message comme un moment d'humour dans un monde bien secoué.

Le parcours que vous citez et compte tenu de son âge, récompensé au moins autant qu'un général russe, fait bien sourire.
Je ne suis pas un spécialiste, mais je suppose que bien des soldats de cette administration doivent bénéficier de ces récompenses de sérail tout au long de leur carrière… administrative, je ne pense pas militaire.

Finalement qu'a-t-il produit cet homme en vérité ? Pour quelle découverte exceptionnelle bénéfique à l'humanité devrait-il être porté au pinacle ?

Il est comme ses confrères, interchangeable, comme des chaussettes, quand ils s'en vont ils disparaissent à jamais, et comme aurait dit le journaliste Bernard Langlois, chaque départ n'empêchent pas la terre de tourner.

Record battu !

https://goopics.net/i/jaOKv

Xavier NEBOUT

@ Achille

Parlons-en, de la démocratie !

La majorité des Français regardent les magasins brûler comme au cinéma. Ils n'en ont rien à faire.
Ils applaudiraient si on prenait tous leurs biens aux riches et si en plus on les envoyait dans un goulag.

Le poids des dépenses publiques ? Rien à faire non plus.
La balance commerciale ? yaka vendre tous les châteaux aux Chinois !

Et je vous dis pas, si les antisémites avaient droit à la parole...
D'ailleurs, voilà qu'il devrait être interdit à Wikipédia de révéler la religion d'origine dans les biographies. Des fois que cela inspirerait de mauvaises idées...

Patrice Charoulet

Cher Philippe,

J'ai lu vos réflexions avec le plus grand intérêt.
Il me semble que celles de Xavier Raufer peuvent les compléter par les précisions qu'elles fournissent. Je lis et j'admire Xavier Raufer depuis des années. Il fut un temps où il écrivait des livres avec l'autre excellent expert Alain Bauer. Ce dernier est encore invité à RTL, Europe 1 et dans les émissions de type « C dans l'air ». Xavier Raufer est black-listé dans tous ces endroits. Je crois deviner pourquoi. Pour ceux qui le connaîtraient pas, je fournis ce lien, qui montrera sa lucidité et son niveau d'information :

http://ac.matra.free.fr/FB/20190319raufer.pdf

Alpi

Nous savions tous qu'il y avait en France 67 millions de sélectionneurs d'équipe de foot. Voilà que maintenant nous avons autant de ministres de l'Intérieur ! Et tout un chacun d'y aller de son petit commentaire, de son petit avis sur la question...
Je suis beaucoup plus perplexe... Qu'il y ait eu dysfonctionnement, c'est indéniable. Où ? Lequel ? La faute à qui ? Sans doute à plusieurs échelons. Laissons les professionnels analyser le déroulement des événements et les politiques - s'il en reste - prendre les décisions.

Et ils ont bonne mine tous ces ténors de l'opposition (sauf ceux de LFI qui doivent jubiler) à venir pleurer dans les chaumières sur le triste sort des Champs-Élysées après avoir soutenu sinon encouragé les manifs ! Comme si cette dégénérescence n'était pas prévisible ! On ne va pas encore citer Bossuet qui doit en avoir ras le bol de se trouver épinglé chaque jour sur ce blog !

Pour l'instant, j'ai vraiment honte d'être français. Récemment en voyage à l'étranger, je n'ai pas manqué d'être interpellé avec un sourire narquois sur les exactions des "yellow vests". Et penaud, je suis resté coi... Les images des Champs sont absolument et durablement délétères pour notre image qui n'était déjà pas au top. La France était le pays de la grève, maintenant c'est celui des violences urbaines récurrentes.

breizmabro

@ Michel Deluré 20 mars 2019 à 09:37

Vous avez raison et Manu déclarant "je suis votre chef" n'est le chef de rien du tout sinon de causeries et de blablatages en veux-tu en voilà jusqu'à des pas d'heures. La belle affaire...

Comment peut-on imaginer lorsqu'on a une once de bon sens que lorsqu'un ministre de l'Intérieur donne un ordre, celui-ci ne soit pas répercuté immédiatement au préfet de police d'abord, qui lui-même le répercute à ceux chargés de la mise en oeuvre de celui-ci !

A entendre Castaner, lorsqu'il donne un ordre dans le poste de commandement, son ordre se modifierait avant d'atteindre le préfet de police (qui est à ses côtés), ou pire, ne serait pas pris en compte par ledit préfet chargé de le faire exécuter mais qui, n'en faisant qu'à sa tête, le remanierait :(

Non mais là Casto fait du Benalla avec les sénateurs et les prend, lui aussi, pour des blaireaux !

Entre Edouard Philippe qui vient dire à la télé tous les mois : "ça va changer maintenant !", Castaner qui dit : "quand je donne des ordres tout le monde s'en f..iche" et Manu qui fait du planté de bâton en famille, c'est tout de même un peu inquiétant cette absence générale d'autorité dans ce pays...

Le bon côté des choses est de constater qu'aucun des Black Blocs, tout de noir vêtu, n'a été touché par aucun fameux LDB machin.

A croire que tous les policiers français sont daltoniens :D

Exilé

@ Achille
« La démocratie a perdu toutes ses vertus bienfaitrices, laissant aux mouvements extrémistes le champ libre.
Ce comportement n’est pas propre à la France. Il se retrouve dans d’autres pays d’Europe comme l’Italie, la Pologne, la Hongrie et quelques autres. »

C'est tout le contraire.

Ce que vous appelez « extrémisme » en reprenant la doxa politico-médiatique a plutôt en réalité phagocyté les partis abusivement dits « de gouvernement », allant de la fausse droite à la vraie gauche.
Il suffit pour s'en convaincre de se reporter aussi bien aux lois aberrantes, impensables il y a seulement quelques dizaines d'années, qui ont été récemment votées, pour ne pas oublier toutes les folles décisions prises, entre autres par la naturalisation massive de centaines de milliers de personnes complètement inassimilables et qui refusent de renoncer d'un iota à leurs coutumes d'origine, ce qui participe au chaos général qui se développe en France.

N'oublions pas non plus l'usine à gaz européenne qui n'est que le cheval de Troie d'un mondialisme échevelé avec toutes les conséquences ravageuses qui en découlent sur divers plans, pas uniquement d'ordre économique.

Les peuples des pays que vous citez ne réclament qu'un retour au droit de vivre chez eux comme bon leur semble et en fonction de leurs traditions.
Si c'est pour vous de « l'extrémisme », c'est que les mots ont perdu leur sens.

Xavier NEBOUT

Époustouflante interview d'Alexandre Djouhri par David Pujadas.
Soit c'est un fou - et il n'en a vraiment pas l'air -, soit nous avions ou avons une belle bande de crapules au parquet financier.

Et nous rejoignons les Gilets jaunes, car le fond du fond, c'est que les Français sont maintenant convaincus d'être gouvernés par des fripouilles, ce à quoi s'ajoute les moeurs douteuses du chef.

Et ce matin Bruno Retailleau qui nous sort encore le numéro du nez bouché au sujet du RN.
Or, si les LR et le RN ne trouvent pas un terrain d'entente, il est évident que Macron sera réélu.
Mais quelle bande de c... Ça va mal finir !

Achille

@ caroff | 20 mars 2019 à 10:22
« Tout membre du gouvernement est politiquement responsable des actes de son administration ; la sanction de cette responsabilité est la révocation ou la démission.
C'est ce que l'on apprend en première année de droit... ou même avant parfois... »

Ce n’est pas en changeant un ministre par un autre que l’on résoudra les problèmes. L’expérience l’a largement démontré.
Il faut changer les mentalités ce qui n’est pas vraiment une affaire de droit mais de pédagogie, voire de psychologie. Et ça c’est une autre affaire !

Achille

@ Michel Deluré | 20 mars 2019 à 09:37

Le présent exécutif doit faire face à une situation sans précédent dans l’histoire de la Ve République. Même les événements de mai 68, qui n’ont duré qu’un petit mois, paraissent bien gentillets comparés aux manifestations de ces quatre derniers mois.
Nous sommes arrivés au terme d’un cycle sociétal ou civilisationnel (peu importe le terme) qui n’a été anticipé par aucun parti politique, de gauche comme de droite.
Si c’était un président de LR, du PS ou même du RN qui était au pouvoir, le phénomène aurait été strictement le même.

Le monde a changé, les partis se sont décrédibilisés en se rejetant mutuellement la faute des dysfonctionnements de notre société. La démocratie a perdu toutes ses vertus bienfaitrices, laissant aux mouvements extrémistes le champ libre.
Ce comportement n’est pas propre à la France. Il se retrouve dans d’autres pays d’Europe comme l’Italie, la Pologne, la Hongrie et quelques autres.

Nous sommes au bord d’un bouleversement des comportements irréversible. Reste à trouver le remède de ce mal.
Le grand débat était plutôt une bonne idée dans la mesure où il a permis de mettre tous les problèmes sur la table. Reste maintenant à faire le tri et trouver LA solution pour résoudre ce grand malaise et vite car bientôt il sera trop tard.
Pour cela les partis politiques doivent cesser de s'étriper lamentablement en se rejetant la faute de cette situation. Plus que jamais nous avons besoin de solidarité et de cohésion nationale.

caroff

@ Achille 9h01
"Le problème des dysfonctionnements constatés sont purement techniques et non pas politiques"

Tout membre du gouvernement est politiquement responsable des actes de son administration ; la sanction de cette responsabilité est la révocation ou la démission.
C'est ce que l'on apprend en première année de droit... ou même avant parfois...

Lucile

Parmi les dysfonctionnements du système et de ses animateurs, il y en a déjà un qui crève les yeux : ils sont drogués à la communication, et nous qui en faisons la cible, sommes moins bien immunisés que nous le pensons contre "moi ou le chaos", "le progrès ou la peste brune", et "The big débat - 7 heures d'affilée avec les maires".

Pendant que la guerre des images et des mots se déroule avec toute la dramatisation nécessaire sur le devant de la scène, le monde change. Les Chinois achètent des ports et des aéroports aux États européens en mal de liquidités, la France creuse sa dette de manière exponentielle, et comme le fait remarquer Jérôme Fourquet, les prénoms de nos bébés célèbrent avec ferveur la religion d'Allah. L'héritage devient un crime contre l'égalité, c'est dans l'air, on en parle au gouvernement, oui, peut-être que, pas tout de suite, mais enfin. Il faudra bientôt payer un loyer quand on aura fini de payer les emprunts de son appartement afin que l'État redistribue les biens des fourmis aux cigales. Là aussi l'idée est lancée, on s'y habitue, il le faut.

Et l'on s'étonnera que les gens n'aient plus envie de travailler, et ne fassent plus d'enfants. Mais on trouvera bien une taxe incitative pour améliorer les comportements, si toutefois la nature le veut. Car la fertilité baisse.

Michel Deluré

@ Achille 19/03 17:34
«Evidemment pour l'opposition le responsable est le gouvernement».

Même si je reconnais que l'opposition, quelles que soient les époques et les circonstances, jette souvent un peu trop vite et de manière pas toujours fondée la pierre à l'exécutif en place, ce qui après tout est de bonne guerre à défaut d'être toujours responsable, vous conviendrez cependant sans peine avec moi, Achille, que dans le cas précis abordé par notre hôte dans son billet, ce même exécutif, et à tous ses échelons, a failli.

Comme le disait Jacques Chirac, « un chef, c'est fait pour cheffer » ! Et en l'occurrence, ceux qui devaient « cheffer » ont montré leur incapacité à remplir cette fonction.
Tous les ingrédients étaient réunis pour que ce samedi se passe mal et cela l'exécutif le savait. Et malgré tout, pas d'anticipation, pas de réactivité, pas de tactique et de moyens adaptés aux risques encourus.
Pire, c'est le moment que le chef de l'Etat lui-même choisit pour partir se détendre sur les pistes enneigées alors qu'à deux pas de l'Elysée les casseurs s'adonnent impunément à un saccage en règle de Paris !

Que les membres de l'exécutif, qui sont des politiques, ne maîtrisent pas tous les aspects techniques de leur mission et s'en remettent sur certains aspects précis à leurs conseillers spécialistes, admettons, mais ils sont là en dernier ressort pour prévoir, pour peser le pour et le contre, pour décider. Ils sont donc responsables.

ch Aubert

Bonjour,

Mise à jour, actualisée, source helvète:

Extrait: "Il ne s’agit pas – et c’est là l’erreur du camp macronien – de prendre le pouvoir par la force. Il s’agit d’obliger le pouvoir à agir en visant des lieux symboles de la mondialisation, de l’image de la France et des élites, comme les Champs-Elysées."

lien ici: https://www.letemps.ch/monde/france-letau-securitaire

breizmabro

@ boureau 19 mars 2019 à 21:05

Avec un parcours pareil et demander à partir à 66 ans, la liquidation (ça me fait toujours sourire ce terme) de sa retraite va coûter bonbon à la caisse de retraite du régime général chaque mois.

En même temps nous entretenons bien monsieur Toubon et ses "petites" retraites cumulées augmentées de son salaire de Défenseur des droits à 15 800 € (environ) par mois...

Quant à votre dernier paragraphe je l'ai plutôt interprété comme de l'humour caustique mais peut-être me suis-je trompée...

Exilé

Face à cette insupportable dérive et à une passivité qui malheureusement n'était pas délibérée - imputer au pouvoir d'avoir été complice des casseurs est non seulement offensant mais tristement faux : dépassé par les désordres, il n'a même pas pris le parti de les administrer !

Nous n'avons pas à nous demander si la question est offensante ou pas mais si elle est fondée.
Or depuis le début du traitement des manifestations par la police, force est de constater que cette dernière - qui rappelons-le n'agit que sur ordre - a manifestement reçu comme consigne de « casser du jaune » au détriment d'autres cibles souvent plus actives.

Il faut aussi dire que le jaune fluo n'étant pas ce qui se fait de mieux en matière de camouflage, le tir aux pigeons a été dévastateur et a fait de nombreuses victimes par blessures invalidantes, alors que d'autres éléments, souvent plus violents, ont échappé à cette répression brutale, reconnue comme telle en divers points du monde y compris à l'ONU.
Donc oui, la « passivité » a été sélective et a visé les plus faibles, comme ce pouvoir fort avec les faibles et faible avec les forts en a l'habitude.

Narcisses

Je suis étonné par certains éléments de votre billet. Vous constatez comme moi que lorsque les forces de l'ordre interviennent d'une façon un peu plus musclée, très vite un choeur assourdissant traite les policiers, ceux qui les commandent, les dirigeants du pays, de tous les noms ! Jusqu'à nazis, fascistes... la liste est longue.

Ce qui m'étonne c'est que l'on trouve encore des hommes qui acceptent de faire ce travail du maintien de l'ordre ; et s'ils n'étaient pas là...
Qui ferait mieux que Macron ? Qui ?

Tissot

C'est effectivement fâcheux de découvrir que la République n'est pas constituée que de gens respectueux des lois. Comme si on ignorait tous ces contrevenants, ces délinquants qui remplissent les colonnes de faits divers des gazettes pour de multiples raisons, des infractions à la route, des infractions aux stupéfiants, aux bonnes mœurs...et j'en passe.

Non, ce qui dérange, c'est qu'un nouveau genre de population, jusque-là encadrée, policée ?, se révèle chaque samedi. D'abord autour des ronds-points des périphéries d'où l'on a eu la bonne idée de les déloger, puis à présent dans les beaux quartiers. Qu'une partie oubliée de la France qui se voile de jaune se rappelle à notre bon souvenir et s'affiche complètement insensible à nos arguments économiques et de droit n'est pas le moindre des dysfonctionnements auxquels il fallait s'attendre avec cette nouvelle République des premiers de cordée.

Achille

@ Mary Preud'homme | 19 mars 2019 à 23:29

Pour ne rien vous cacher je m’attendais à une réaction purement caractérielle de votre part, dont vous êtes coutumière.

Vous vous prétendez spécialiste des problèmes de sécurité au motif que vous avez des proches qui font partie à un niveau élevé de la chaîne de commandement qui a montré dernièrement ses failles aux conséquences déplorables.

Le problème des dysfonctionnements constatés sont purement techniques et non pas politiques, ainsi que vous essayez de nous le faire croire avec vos explications partisanes qui ne sont rien d’autre que des certitudes lourdingues.

Les techniciens de la sécurité ont failli au plus haut niveau, voilà l’explication. Et ceci tout simplement parce qu’il y a une guéguerre des services (police, gendarmerie et autres services chargés de la sécurité des citoyens).
Alors qu’on arrête de nous fourrer encore du Benalla à toutes les sauces dans les raisons qui ont conduit au limogeage du préfet de police de Paris.
L’affaire Benalla, ça commence à bien faire !

Gb

C’est une spécialité bien française que de vouloir à tout crin désigner un (ou des) responsable(s), histoire de donner quelque grain à moudre à l’opinion publique. Elle veut du sang ? Coupons quelques têtes et que l’on n’en parle plus !

J’ai le sentiment que la politique joue un rôle non négligeable dont les effets se sont traduits le week-end dernier. Le gouvernement, certainement pris de court lors des premiers week-ends de décembre, a réagi en haussant le ton avec comme conséquences quelques éborgnés chez des giletistes qui n’auraient jamais dû se trouver là. S’en est suivi cette polémique proprement hallucinante sur les outils employés pour le maintien de l’ordre. Du Monde à BFM, de Mélenchon à Le Pen, tous les médias et partis, y compris une fraction de la majorité s’y sont mis, dans une dramatisation surjouée et efficace.
Le poids des mots, le choc des photos. Pensez, le défenseur fantoche des Droits, le Conseil de l’Europe, une ancienne Présidente du Chili pantouflarde à l’ONU font la leçon: LBD pas bon, violence de l’État disproportionnée etc.
L’opinion, la fameuse opinion condamne les violences... policières. On rêve.

Il n’est pas illogique que dans ce climat un peu pourri mais aussi un contexte où le Président reprend quelques couleurs (très bon le soleil des Pyrénées) les autorités qui restent des politiques décident de tenir compte de ce bastonnage en règle et demandent un peu de retenue à leurs troupes.
Il est advenu ce que l’on a vu.
Ceux qui s’offusquaient de la violence de l’État sont devenus muets dans le meilleur des cas ou ont carrément hurlé sur toutes les antennes le mot laxisme.
Si la politique est en soi un exercice violent, la violence guerrière viole les politiques.
Dans tous les conflits il se trouvera des profiteurs.
Reste que le ministère de l’Intérieur ne devrait pas être confié à un politique.

Exilé

@ Denis Monod-Broca
« Le pouvoir « dysfonctionne », la société française « dysfonctionne », c’est je crois malheureusement incontestable.
Que voulons-nous être ? Que voulons-nous faire ? »

Oui, mais si le pouvoir - ou ce qu'il en reste - dysfonctionne, c'est aussi dû au fait que la France actuelle marche sur la tête, y compris parfois chacun d'entre nous, hélas.

Dans divers domaines, qui ne sont pas nécessairement liés à la politique, nous sommes confrontés à de plus en plus de réactions effarantes par leur absence de bon sens, en matière de mœurs et même de vie pratique.

Quand par exemple des gens prétendent « marcher pour le climat », se rendent-ils vraiment compte de ce qu'ils racontent ? Savent-ils que « le climat » fait ce qu'il veut depuis des millions d'années et parfois de façon extrême sans demander l'autorisation à personne ?

Pourquoi ne pas marcher contre les marées, le jour et la nuit, l'axe de rotation de la Terre et l'explosion des super-novas dans la galaxie pour ne pas oublier les risques de collision par des astéroïdes, tant que nous y sommes ?
S'ils tiennent absolument à marcher, qu'ils le fassent contre la bêtise humaine, pour commencer.

Exilé

@ boureau
« Avec un parcours pareil, auréolé de tant de récompenses pour services rendus à l'Etat, Didier Lallement...»

Mais qu'a-t-il fait de remarquable pour la France et les Français, dont ils pourraient le remercier dans 300 ans ?

Qui nous a plongés dans la panade sinon des gens qui lui ressemblent ?

Achille

@ boureau | 19 mars 2019 à 21:05

J’avoue que je trouve assez hallucinant le parcours de ces hauts fonctionnaires polyvalents qui sont bombardés à la tête d’administrations et de services ministériels dans lesquels il restent deux ou trois ans, récoltant au passage une distinction honorifique (Légion d'honneur, médaille du mérite, palmes académiques, etc.)
Ils sont la pince multiprises de nos institutions, capables de s’adapter à n’importe quelle situation. Heureusement que leurs proches collaborateurs qui eux restent dans leur service suffisamment longtemps pour s’imprégner des spécificités des problèmes à traiter, sont là pour faire tourner la boutique. A défaut de médailles il devront se contenter d’une bonne prime de fin d’année.

Enfin question médailles nos hauts fonctionnaires ne pourront jamais égaler les hauts dignitaires de la Corée du Nord.… enfin j’espère !

FRANCIS 1935

Gouverner c'est prévoir... mais surtout agir.
Mais les "pas de co**lles" gouvernent, alors c'est le bo*del.

fugace

Déjà en novembre 2013 :

"Tout ce qui, jour après jour, défigure la France et la rend indigne de la République idéale que chacun porte en soi. Tout cela vient - j'entends le singulier et le pluriel, les solitudes coupables comme les multitudes et leur bonne conscience - de cette interrogation : "Pourquoi se gêner" ?
Pourquoi, en effet, puisque l'État laisse faire et ne cesse pas, par socialisme, de théoriser ses insuffisances et ses impuissances ?"

Extrait de Pourquoi se gêner ?
https://www.philippebilger.com/blog/2013/11/pourquoi-se-g%C3%AAner-.html

Bientôt un demi-siècle, que les premiers signes annonciateurs de la situation d'aujourd'hui naissaient. Et nous n'avons pas encore tout vu.

"Et si le dysfonctionnement était le pouvoir lui-même ?

J'aurais remplacé "pouvoir" par "système". Car un système peut très bien avoir été conceptualisé, amélioré, mis en œuvre et donner des résultats satisfaisants pendant la durée pour laquelle il a été prévu ; des réglages et perfectionnement ayant même souvent permis de prolonger sa durée de vie initiale.
Lorsque le système (politique) commence à montrer des défaillances, il est probable si ce n'est certain que les dépannages voire bidouillages successifs risquent de mener à de fortes déconvenues, si l'obsolescence naturelle ou programmée n'est pas anticipée.
Nous y sommes, sociétalement d'abord, des pans entiers partent à vau-l'eau.

caroff

Pour parler comme Giuseppe et tous les amateurs de rugby, la "profondeur de banc" du gouvernement semble bien faible alors que déjà Loiseau va faire son nid au Parlement européen et que Griveaux souhaite remplacer Hidalgo "poste pour poste" (un clou chasse l'autre !!).

Quelles sont les possibilités pour E. Philippe et E. Macron: nommer Schiappa comme porte-parole, Ségolène à la place de Castaner ? Et puis quoi encore ? N'avons-nous pas atteint les sommets du ridicule au yeux du monde entier avec ces images de policiers faisant marche arrière ou même roués de coups et nos politiciens exposant tous les jours leur incapacité ?

Et puis, pardon de greffer sur ces événements gravissimes la casse de vitraux et de la porte du grand-orgue dans la basilique cathédrale de Saint-Denis et l'incendie criminel dans l'aile ouest de l'église Saint-Sulpice qui n'ont trouvé que de maigres échos dans les médias, mais ce sont de tristes indicateurs du chaos qui règne en France...

Mary Preud'homme

@ Achille | 19 mars 2019 à 17:34
"C’est au niveau de la chaîne de commandement que le problème se pose. Quand dans une organisation il y a trop de chefs et que les ordres se télescopent, voire se contredisent, on en arrive à une situation de pagaille, voire de quasi-déroute comme celle du 16 mars.
Evidemment pour l’opposition le responsable est le gouvernement. Les chefs intermédiaires ne sauraient être mis en cause. Pourtant ce sont eux les vrais professionnels amenés à définir la stratégie de lutte contre les émeutiers. Un ministre de l’Intérieur qui n’est pas du métier ne peut que se conformer à leurs recommandations et à leur expérience de la gestion des manifestations y compris lorsque celles-ci se transforment en émeutes."

Mais comment pouvez-vous pondre autant d'âneries en si peu de mots, pauvre couill** qui ne connaît manifestement rien à l'organisation quasi militaire d'une compagnie de CRS ou d'un escadron de gendarmerie ?
A noter que cette interpellation vient de m'être dictée par un gendarme mobile qui vient de vous lire !

Quant à moi je pense que votre soutien à ce pouvoir d'incapables et de bras cassés a ses limites et que vu les événements tragiques de samedi dernier, à défaut d'avoir l'honnêteté de mettre en cause ceux qui nous gouvernent, vous auriez dû avoir la décence de vous taire.

Véronica

Bon sang ! Mais c'est bien sûr !

Robert Marchenoir

Et si le dysfonctionnement était la France elle-même ?

Grève : les trois quarts des Français soutiennent la mobilisation

Qu-est-ce que vous voulez que je vous dise ? Au-delà d'un certain niveau, l'imbécillité, ce n'est plus rattrapable.

Et après, on voudrait que le mouvement des Gilets jaunes ait une logique ? une efficacité ? une cohérence ?

On a essayé le bololo auto-gestionnaire et participatif, avec les fabuleux résultats que l'on voit ; revenons donc à la grève par procuration, ce concept si exclusivement franchouille que le monde entier nous l'envie.

Des millions de fonctionnaires font grève "pour nous", "pas parce que ça leur fait plaisir", hein, mais parce qu'ils se dévouent sans compter pour nos salaires, nos retraites et nos impôts.

Comme dit le bandit Philippe Martinez, de la CGT : la France devient un pays de bas salaires. Bah oui, abruti, à qui la faute ? sinon à toi, et à tes copains fonctionnaires, syndicalistes et communistes ?

Ça ne fait jamais que 70 ans qu'on essaie d'augmenter les salaires et de faire baisser le prix de l'essence par ce moyen. On va peut-être finir par y arriver ?

boureau

Didier Lallement nouveau préfet de la Préfecture de Police de Paris.

Ce haut fonctionnaire très récemment nommé, montre un parcours de compétences inouïes dans la variétés des postes qu'il a occupés. Cela donne le vertige.

Les hauts fonctionnaires sont-ils à ce point compétents et omnipotents pour occuper avec sérieux tous les postes possibles de la Républiques? A moins que méchamment on puisse dire que les postes occupés n'ont finalement pas une grande importance puisqu'ils seraient interchangeables comme les pièces du célèbre jeu Légo ?

1982
Chargé de mission au cabinet du secrétaire d'Etat aux collectivités locales.
Puis secrétaire général de la préfecture de la Marne.
Puis conseiller technique auprès de la Datar.
Puis responsable du département Action régionale et département rural au ministère du Territoire, de la Ville et de l'Intégration.
Puis conseiller technique au ministère de l'Intérieur.
Puis directeur général des collectivités locales au ministère de l'Intérieur.
Puis préfet de l'Aisne.
Puis directeur de l'Administration pénitentiaire au ministère de la Justice.
Puis préfet de la Saône et Loire.
Puis directeur du cabinet du ministre du Transport et de la Mer.
Puis directeur général de l'aviation civile au ministère des Transports.
Puis secrétaire général du ministère de l'Ecologie et du Développent durable.
Puis haut fonctionnaire de défense et de sécurité.
Puis commissaire aux transports, aux travaux publics et aux bâtiments.
Puis préfet du Calvados.
Puis secrétaire général du ministère de l'Intérieur.
Puis haut fonctionnaire de défense au ministère de l'Intérieur
Puis conseiller-maître à la Cour des Comptes.
Puis conseiller du gouvernement auprès de la fondation du musée Georges Clemenceau.
Puis membre du Conseil d'administration de l'Institut français des Relations internationales.
Puis préfet de Gironde.
Puis Préfet de Police de Paris.

Ouf!

Ce parcours impressionnant lui valut une succession de jolies décorations :

Officier de la Légion d'Honneur.
Commandeur de l'Ordre national du mérite.
Officier des palmes académiques.
Officier du Mérite agricole.
Chevalier du Mérite maritime.
Chevalier des Arts et des Lettres.
Médaille de l'Aéronautique.
Médaille d'or de l'Administration pénitentiaire.
Médaille de la Jeunesse, des Sports et de l'Engagement associatif.
Médaille d'honneur de la Protection judiciaire et de la Jeunesse.

Ouf ! A suivre...

Il concurrence les maréchaux soviétiques de la belle époque du communisme triomphants.

Avec un parcours pareil, auréolé de tant de récompenses pour services rendus à l'Etat, les casseurs parisiens et autres Black blocs et Gilets jaunes n'ont qu'à bien se tenir (Castaner aussi!)

Cordialement.

ellen

"Et si le dysfonctionnement était le pouvoir lui-même ?" (PB)

- Dysfonctionnement du gouvernement dans l'affaire Benalla et Crase.

- Dysfonctionnement incontestable, toujours au sein même du gouvernement et similaire au premier.

Sauf que dans le cas du samedi 16 mars dernier, la plus grande casse depuis les manifs, le préfet de police de Paris, Michel Delpuech, 66 ans, alors placé sous l'autorité du ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, n'a pas pu agir seul et a contrario des ordres donnés par Castaner. Je ne crois pas un mot des mensonges de Castaner et de Macron. Pour s'autoproclamer innocents, il leur fallait un fusible. Le préfet, un homme de 66 ans en fin de carrière, c'est parfait. Qu'est-ce qu'il avait à perdre ? rien. Mais Macron et Castaner si, et leur gouvernement en lambeaux s'ils reconnaissaient tous les deux leurs propres fautes professionnelles.

La descente dans les sondages sera plus dure que sur les pistes noires.

christophe Aubert

Bonsoir,

Enfin une capacité au doute pointe dans un de vos billets sur Macron...
Si vous avez cette capacité, récente et tant attendue, le moment est venu de lire Le Temps, presse helvète, classique, lucide et fort peu soupçonnable de complotisme primaire.

Extrait: "Ecrire ces mots fait mal. La tentation du chaos ferait-elle partie des desseins macroniens pour prendre pour de bon la main ?"

Lien ici: https://www.letemps.ch/monde/champselysees-saccages-emmanuel-macron-nouveau-assiege

Bonne réception, et bienvenue à tous dans le monde du "trop tard".

caffer

A propos de « Face à cette insupportable dérive et à une passivité qui malheureusement n'était pas délibérée - imputer au pouvoir d'avoir été complice des casseurs est non seulement offensant mais tristement faux : dépassé par les désordres, il n'a même pas pris le parti de les administrer ! Il a été longtemps seulement dépassé, faisant le gros dos en espérant une accalmie, une embellie qui ne sont pas à l'ordre du jour. » :
On doit se demander pourquoi ce pouvoir n’a pas pris immédiatement des mesures pour contrôler, surveiller, et interpeller in situ les Black Blocs, lesquels à l’évidence se sont très vite agrégés aux manifestations des GJ.
Ces BB sont pourtant connus, répertoriés, car finalement peu nombreux.

Le ratio d’interpellations JG/BB suivies de condamnations est significatif. Et interpelle !
On pense là à une manipulation, passive certes, de l’événement par le pouvoir. Comme si la révolte populaire authentique des GJ lui avait fait réellement peur.
On a ainsi laissé le mouvement se faire « pourrir » par les casseurs, le plus souvent impunis, versus les GJ révoltés par une répression bien souvent indiscriminée.
Ce jeu dangereux a favorisé les interpellations de GJ, gibier facile.
Lesquels GJ se sont démobilisés progressivement, laissant la place à un mouvement cette fois-ci franchement casseur.

Catherine JACOB

« Je sais bien que l'Elysée a organisé dans la soirée du 18 mars un raout réunissant une soixantaine d'intellectuels pour qu'ils dissertent, durant huit heures, avec le président »

Un quoi ? Et y avait-il de l’orangeade d’ailleurs ?

Cité par le wiktionnaire au titre de l’emploi de ce terme :
« On n’avait jamais connu, des Guermantes, dans ces après-dîners au jardin, que l’orangeade. Elle avait quelque chose de rituel. Y ajouter d’autres rafraîchissements eût semblé dénaturer la tradition, de même qu’un grand raout dans le faubourg Saint-Germain n’est plus un raout s’il n’y a une comédie ou de la musique. — (Marcel PROUST, À la recherche du temps perdu, tome 3, Le Côté de Guermantes, 1920–1921)
Variantes orthographiques:
• rout
Synonymes:
• bombe
• fête

Aliocha

Toute faillite est collective, et chacun trouvera son émissaire pour éviter de soi-même s'envisager, dansant la carmagnole où chacun se croyant seul en enfer ne sait s'apercevoir que c'est cela l'enfer, rêvant d'un paradis d'après la mort, qui ne saurait exister qu'ici et maintenant, pour ceux qui admettent de vivre et consentent à aimer.
Joyeux Nobel, et encore bananier !

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : philippe.[email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS