« Le mariage des prêtres, le grand remède ? | Accueil | Mona Ozouf n'est pas "gilet jaune" ! »

30 mars 2019

Commentaires

Elusen

@ Mary Preud'homme | 03 avril 2019 à 16:58
«...puissent vous incommoder. »

Ce serait plutôt les odeurs qui incommodent, voire votre rôle de kapo.
C’est un peu le truc des négriers et esclavagistes basé sur la théorie du nègre des champs et nègre de maison.

-----------------------------------

@ Robert Marchenoir | 03 avril 2019 à 18:17
«...au-dessous de la température d'ébullition d'une casserole de flotte »

C’est pourtant là que baigne toute cervelle, dans la flotte et il semblerait que, quand les vieux prennent la flotte, c’est de l’incontinence.
Surtout avec ce penchant obsessionnel à vouloir se définir systématiquement par rapport aux personnes Noires et à vouloir prouver que c’est vous qui avez le plus gros... QI ; mais à l’heure du viagra, rien n’est moins certain.
Vous avez un problème avec la taille, il suffit de voir systématiquement vos écrits inutiles.

Robert Marchenoir

@ Mary Preud'homme | 03 avril 2019 à 19:24
"Où l'on voit que ce pauvre Marchenoir avec ses théories fumeuses, fruit de ses préjugés, de ses obsessions morbides ou de ses informations tendancieuses, glanées sur des copiés-collés qu'il tient pour vérités authentiques - à l'égal d'un Elusen, privé tout comme lui de phares de recul - est complétement ignorant de la réalité de ce siècle (vingt et unième de nom) et totalement largué quand il se trouve confronté à un témoin qui parle (sans œillères) de son vécu et par conséquent de la vraie vie."

Ce qu'on voit, c'est simplement que vous avez la tête profondément enfoncée dans votre nombril, pour rester poli et ne pas employer une expression américaine plus imagée.

Ce qu'on voit aussi, c'est que vous mentez. Vous dites (en parlant de vous à la troisième personne -- mes hommages à Votre Excellence) :

"Quand il se trouve [ça c'est moi] confronté à un témoin qui parle (sans œillères) [non... pas du tout... des œillères ? Mary Preud'homme ? où ça ?] de son vécu et par conséquent de la vraie vie."

Mais justement. Vous ne nous parlez pas du tout de votre "vécu". Enfin, en tant qu'il ait un rapport avec le sujet, c'est à dire l'imbécillité moyenne des Noirs, leur propension à la délinquance beaucoup plus importante que celle des populations qui les accueillent, leur irrespect de ces dernières, et, par conséquent, la nécessité d'en empêcher l'immigration.

Vous tartinez sans honte, en effet, sur vos aventures parachutistes, secrétariales, polyphoniques, résidentielles et que sais-je encore, mais vous n'essayez même pas de nous prouver que votre "vécu" tend à montrer que non, les Noirs installés dans les sociétés occidentales ne sont pas en moyenne plus abrutis que les indigènes, plus méprisants de la loi qu'eux, etc.

Vous n'essayez même pas de le faire, et quand bien même vous le feriez, cela n'aurait qu'une valeur extrêmement limitée, pour ne pas dire nulle.

Votre "vécu", pas plus que celui de n'importe qui, pris isolément, n'a la moindre importance en la matière. Vous nous servez la sensiblerie politiquement correcte, soixante-huitarde et nombriliste qui tient le haut du pavé actuellement. Vous nous servez les slogans stupides sur "la vraie vie" -- qui serait la vôtre, naturellement, ce qui ferait que vous auriez raison sur le sujet en débat, ce qui veut dire quoi, exactement ? Que les autres vivent une "fausse vie" ? Que votre vie est plus importante que celle des autres ? Et c'est vous qui nous jouez le pipeau de la "tolérance" et de "l'ouverture à l'Autre" vivre-ensemblistes ?

Il ne s'agit pas de "vécu". Il s'agit de science. Soit les faits que j'ai exposés sont vrais, soit ils sont faux. Or ils sont vrais, puisque ils sont prouvés par d'innombrables études et statistiques portant sur l'ensemble des populations, que personne n'a été en mesure, jusqu'à présent, de les réfuter au moyen de données similaires (et pour cause), et que, pour votre part, vous n'avez même pas essayé de le faire. Sans compter les innombrables témoignages allant dans le même sens !

Vous vous contentez de nous tartiner votre répugnante moraline en couches épaisses, à grands renforts de "moi, je", "moi, je", moi, mon vécu et mon nombril.

Mais on s'en moque, de votre vécu, ma petite dame. Il n'a rien à faire dans le sujet. Vous êtes un spécimen éclatant de la génération de Mai 68, qui s'imagine que le monde gravite autour de sa personne et ne connaît que l'argument touristique, avatar de la culture journalistique dévoyée qui infecte notre temps : j'ai "vu", c'est mon "vécu", mon "ressenti", donc je sais. Sur le sujet, vous ne connaissez rien. D'ailleurs, vous ne faites même pas semblant.

Pas une seule fois, depuis que vous cassez les arpions aux populations ici à l'aide de vos répugnants préjugés "anti-racistes", vous n'avez tenté de réfuter les faits et les arguments apportés en masse par les opposants de cette idéologie détestable.

En revanche, vous vous employez abondamment à pratiquer le fond de la méthode "anti-raciste", qui se résume à l'invective, aux attaques personnelles, à la diffamation des uns et des autres, à l'intimidation et même aux menaces, d'autant plus grotesques que votre pouvoir de nuisance ici est rigoureusement nul.

Incidemment, le "vécu" de centaines de millions de Blancs habitant en Europe, aux Etats-Unis, en Australie, au Canada et même en Afrique, tend, lui, à prouver l'inverse de ce qui est écrit sur votre tube de moraline à vous, et que vous tentez de faire passer pour votre "vécu", sans jamais nous en parler réellement.

Contrairement aux personnes que je viens de citer, dont le "vécu" circonstancié s'étale dans toutes les gazettes, dans tous les tribunaux et dans votre fameuse "vraie vie" -- à géométrie fortement variable, vue au travers de vos lunettes noires et roses à la fois. Elles aussi, elles ont une "vraie vie", figurez-vous.

Quand elles ne la perdent pas aux mains de vos petits protégés, comme les agriculteurs blancs d'Afrique du Sud et du Zimbabwe, persécutés, attaqués, torturés, violés, massacrés par les cousins de votre bien-aimé Léopold Sédar Senghor, avant d'être expropriés de leurs fermes, lesquelles seront naturellement laissées à l'abandon -- et ce sera encore notre faute si les Noirs d'Afrique du Sud meurent de faim en conséquence.

duvent

@ Robert Marchenoir | 03 avril 2019 à 18:17
« Combien de temps faut-il pour réduire un peuple entier à cet état d'abrutissement congénital ? Quarante ans, depuis l'avènement de Saint François ? Soixante-quinze ans, depuis le coup d'État de Maurice Thorez, perpétré avec l'aimable assistance du général de Gaulle ? Quatre-vingts ans, depuis le noble Front populaire, et sa semaine de quarante heures qui nous a valu l'ignominieuse défaite de 1940, déjà ? Deux siècles et des brouettes, depuis la glorieuse Révolution française, avant laquelle la France n'existait pas ? Chacun aura son propre instrument de mesure, mais le délabrement des cerveaux et des caractères est incontestable. »

Quand vous écrivez « réduire un peuple entier », vous voulez dire « entier », « entier » ? Ça fait beaucoup, quand même, non ? Non, pour vous, c'est le bon compte !
Et lorsque vous précisez « congénital », vous voulez dire « congénital », « congénital » ?
Le congénital de, avant la naissance ? Parce que, figurez-vous que si c'est de celui-là qu'il s'agit, je peux vous donner la réponse.

Notez que je n'ai pas eu besoin d'utiliser un de vos « instruments », j'en ai déjà un et de qualité supérieure, c'est un pifomètre fabriqué en France, SGDG !
Alors, donc, il suffit de l'approcher de la boîte crânienne du premier venu, avant il faut bien évidemment s'assurer qu'il s'agit d'un spécimen français, et alors vous pourrez lire sur les lèvres (ou la bouche si elle fait du bruit ou duvent) de ce personnage, dans la langue des signes, la phrase suivante (et tâchez de vous en souvenir, car elle peut servir plusieurs fois ) : Un certain temps !

Mary Preud'homme

@ Robert Marchenoir | 03 avril 2019 à 18:17

A ce sujet il me revient une anecdote savoureuse (des années 1990) où m'étant opposée vigoureusement dans le métro à une jeune cousine américaine d'origine haïtienne sur je ne sais plus quel sujet, j'eus la surprise de me voir prise à partie par une dame qui manifestement avait confondu mon droit à une opinion différente en privé, avec un préjugé racial généraliste et m'accusait ni plus ni moins de ce fait de racisme.
Ce qui au passage avait bien faire rire ma présumée victime du moment (cousine par alliance) qui elle, nonobstant son QI (qualifié en moyenne de 70 par un certain Marchenoir) ne se sentait pas du tout visée (et plutôt gênée par l'irruption manifestement orientée et inopportune d'une militante sectaire et bornée dans notre échange familial).

Mary Preud'homme

@ Robert Marchenoir | 03 avril 2019 à 18:17

Où l'on voit que ce pauvre Marchenoir avec ses théories fumeuses, fruit de ses préjugés, de ses obsessions morbides ou de ses informations tendancieuses, glanées sur des copiés-collés qu'il tient pour vérités authentiques - à l'égal d'un Elusen, privé tout comme lui de phares de recul - est complétement ignorant de la réalité de ce siècle (vingt et unième de nom) et totalement largué quand il se trouve confronté à un témoin qui parle (sans œillères) de son vécu et par conséquent de la vraie vie.

Robert Marchenoir

@ Elusen | 03 avril 2019 à 10:58
"Vous avez le niveau intellectuel de Marchenoir qui dit que du fait que vous soyez noir, vous avez un coefficient intellectuel inférieur de 30 %."

Inférieur à qui ? En ce qui vous concerne, il est manifeste, du fait de ce que vous écrivez, que votre quotient intellectuel est nettement au-dessous de la température d'ébullition d'une casserole de flotte. Pas forcément aussi dramatique que celui d'un Subsaharien moyen, mais enfin, par rapport à vous, l'écart est certainement plus modeste.
______

@ Mary Preud'homme | 03 avril 2019 à 01:07
"Eh oui ne pas nommer les choses ou les personnes, ne pas oser s'enquérir de leurs origines, quand ils sont manifestement différents (en raison de la couleur de leur peau, de leur accent ou de leur culture), éviter de les critiquer, refuser de les combattre quand ils mettent en péril notre sécurité et nos valeurs, est incontestablement une forme de racisme de la nature la plus insidieuse qui soit."
"Comprenne qui pourra mais certainement pas les racistes et antiracistes compulsifs qui se ressemblent comme deux gouttes d'eau et ne sont que le revers et l'avers d'une médaille figurant le même type de sectarisme et de préjugés indécrottables !"

Une fois de plus, on voit à l'œuvre, ici, le fascinant élastique intérieur gauchiste qui détruit les cerveaux les plus atteints (y compris chez ceux qui se disent "de droite"). Hop je dis un truc, hop je dis exactement le contraire juste après.

Ni vu ni connu j't'embrouille, mais je retombe toujours sur les pattes du politiquement correct, tout en ayant fait mine de rendre hommage à la réalité la seconde d'avant.

Combien de temps faut-il pour réduire un peuple entier à cet état d'abrutissement congénital ? Quarante ans, depuis l'avènement de Saint François ? Soixante-quinze ans, depuis le coup d'État de Maurice Thorez, perpétré avec l'aimable assistance du général de Gaulle ? Quatre-vingts ans, depuis le noble Front populaire, et sa semaine de quarante heures qui nous a valu l'ignominieuse défaite de 1940, déjà (*) ? Deux siècles et des brouettes, depuis la glorieuse Révolution française, avant laquelle la France n'existait pas ? Chacun aura son propre instrument de mesure, mais le délabrement des cerveaux et des caractères est incontestable.
______

(*) Et la suppression des "petites lignes" de la SNCF. J'y tiens, à celle-là.

Mary Preud'homme

@ Elusen | 03 avril 2019 à 10:58
"...alors continuez à leur courir après."

Eu égard à mes antécédents, mes performances et ma réputation en la matière, il me semble que ce serait plutôt l'inverse.

Néanmoins je comprends que mon indépendance d'esprit alliée à une longue expérience contre les théories fumeuses de racistes et de sectaires de tout poil (dont vous êtes la quintessence) puissent vous incommoder.

Noblejoué

@ fugace
"On peut former tous les bons vœux imaginables, il demeure que je trouve parfaitement juste qu'une chose aussi imparfaite que l'homme sot, soit périssable, et dans la foulée celle de l'homme de bien..."

C'est toujours injuste. Il n'y a rien de juste dans la nature, par exemple la souffance et la mort; le lapin n'est pas justement frappé par le loup, il n'est pas juste non plus que le loup meure de faim s'il n'attrape rien. Aucun des deux n'a rien fait de mal.
Si un Dieu tout-puissant nous a créés, il est aussi mal qu'il nous dé-crée. Il nous inflige la souffrance et la mort, à nous qui ne lui avons rien fait et ne pourrions d'ailleurs lui infliger quoi que ce soit, impuissants malmenés par un tout-puissant.

Rien n'est parfait dans la nature, si on dit que ce qui est très imparfait doit disparaître, on n'a pas à le limiter aux individus et aux humains, tout devrait être aboli.
Mais je ne pense pas ainsi ; les êtres existent tels qu'ils sont par sélection naturelle. Ils existent car leur "parents" avaient une adaptation suffisante.

Rendre le milieu pire pour que les humains soient forcés de développer leurs capacités ? Jamais.
Mais on peut et on doit développer tout ce qui développe l'Homme, que ce soit par l'éducation et les futures augmentations de capacités qui, je le pense, seront disponibles par manipulation génétique, nano-technologie et autre.

Pour le reste, des gens peuvent être idiots ou on peut ne pas en aimer certains mais cela ne doit pas polluer cette grande ambition.
Et pour réconcilier tout le monde ainsi que souhaiter le meilleur à tous, je ressortirai Rabelais : "Buvez toujours, ne mourez jamais".

Elusen

@ Mary Preud'homme | 03 avril 2019 à 01:07
« Eh oui ne pas nommer les choses ou les personnes... »

La commission des délits et des crimes serait ainsi en fonction de l’accent, du lieu de naissance, de la couleur de peau, la longueur des cheveux d’une personne ?!

Je suppose que vous auriez des preuves scientifiques que le fait d’être un homme blanc né dans le département 78, baptisé, royaliste, catholique, ayant fait Assas, Dauphine, HEC, s’habillant en costume cravate attesterait d’être un escroc bancaire et un blanchisseur d’argent sale.

Je persiste et signe, vous avez le niveau intellectuel de Marchenoir qui dit que du fait que vous soyez noir, vous avez un coefficient intellectuel inférieur de 30 % ; quant à Exilé, du fait que vous êtes noir, il n’est même pas convaincu que vous soyez un humain ; alors continuez à leur courir après.

Achille

Rien de tel qu’un petit billet sur l’antiracisme ou le racisme (entre nous il n’y a pas de grandes différences) pour mettre un peu d’ambiance sur le blog.
Tout ça fait un peu penser aux grandes bagarres de poissons pas frais des albums d’Astérix.
Sauf qu'il est peu probable que tout cela finisse par un grand banquet avec sanglier à volonté. :)

Exilé

@ Mary Preud'homme
« Eh oui ne pas nommer les choses ou les personnes(...)est incontestablement une forme de racisme..." »

Je vous rejoins sur ce que vous exprimez dans ce commentaire.

« Mal nommer les choses, c'est ajouter au malheur du monde. »
Albert Camus

Elusen

@ Exilé
@ Robert Marchenoir

« A croire que la criminalité en France est principalement le fait de fantômes... » (Exilé)

Et cela change quoi au délit ou au crime ?!
En quoi savoir l’âge, la nationalité, la couleur de peau, la ville de naissance, le lieu d’habitation, la taille du phallus au repos ou en tumescence va aider en quoi que ce soit ?!

Depuis quand, en France, la Justice se rend sur la taille du machin, la couleur de peau, la ville de naissance ?!

Oui, restez exilés tous les deux, qu’à l’étranger ils vous gardent et qu’ils prennent votre tour de poitrine, que l’on sache enfin si vous êtes coupables.

Mary Preud'homme

@ Exilé | 02 avril 2019 à 22:33

Eh oui ne pas nommer les choses ou les personnes, ne pas oser s'enquérir de leurs origines, quand ils sont manifestement différents (en raison de la couleur de leur peau, de leur accent ou de leur culture), éviter de les critiquer, refuser de les combattre quand ils mettent en péril notre sécurité et nos valeurs, est incontestablement une forme de racisme de la nature la plus insidieuse qui soit.

Comprenne qui pourra mais certainement pas les racistes et antiracistes compulsifs qui se ressemblent comme deux gouttes d'eau et ne sont que le revers et l'avers d'une médaille figurant le même type de sectarisme et de préjugés indécrottables !

Exilé

@ Robert Marchenoir
« Le condamné a 19 ans. Rien ne s'oppose à ce que la presse l'identifie. Or, on ne connaît rien de lui. Ni son nom, ni sa race, ni sa nationalité, ni sa religion, ni son origine... Seulement qu'il est "imberbe" (très intéressant !) et qu'il est "contractuel d'une collectivité locale". Pas même de "prénom modifié", cette fois-ci. »

Voici encore une affaire du même genre dans laquelle, à part un Espagnol et « un Français de 42 ans au patronyme corse », les autres protagonistes sont semble-t-il de purs esprits sans âge, sans patronyme, sans nationalité (simple ou double), sans origine, sans lieu de naissance, sans domicile, sans profession, sans aucun signe distinctif...

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2019/04/01/01016-20190401ARTFIG00004-trafic-de-drogue-a-saint-denis-trois-suspects-dont-un-ex-agent-municipal-devant-le-tribunal.php

A croire que la criminalité en France est principalement le fait de fantômes...

breizmabro

@ Robert M. 02 avril

Pour vous distraire encore un peu.

"Cecile Eledge, une Américaine de 61 ans, a proposé à son fils de porter son enfant. Matthew et son compagnon Elliot ont accepté. Uma Louise est née la semaine dernière et se porte bien"

Vive l'Amérique, ce pays où la vie ne peut coûter que 40 000 dollars.. si ça reste en famille...

Adéo Robert M. ;)

https://www.leparisien.fr/.../a-61-ans-elle-accouche-de-sa-petite-fille-01-04-2019-8044476.php

Robert Marchenoir

Encore un exemple d'anti-discriminationnisme à géométrie variable : une femme dont on nous dit qu'elle est "transgenre" (moi y'en a pas savoir ce que c'est) se fait insulter, puis malmener, puis carrément frapper par la foule à Paris. Et Le Parisien titre : Paris : agression transphobe en marge d’une manifestation, une enquête ouverte

En marge d'une manifestation algérienne, abruti. En marge d'une manifestation composée exclusivement d'Algériens, malfaiteur intellectuel communiste. Mais il est tellement plus simple de suggérer que les Parisiens n'aiment pas les homosexuels... (alors qu'ils en élisent à tour de bras, bizarrement).

Il faut, en effet, lire l'article, pour comprendre qu'il s'agissait d'une manifestation contre la réélection du président Bouteflika en Algérie. Même lorsqu'on parcourt le texte, pas une seule fois n'apparaît l'information qu'il s'agissait d'une manifestation d'Algériens, de personnes issues de l'immigration dont on connaît la haine qu'elles vouent aux homosexuels, et les violences qu'elles leur infligent.

Le lecteur finit par le comprendre, car "un rassemblement contre le président algérien Bouteflika, place de la République, à Paris" ne peut être constitué que d'Algériens. Mais ce n'est pas le journaliste du Parisien qui se sera donné la peine de l'expliquer.

Quant au mot "musulman", il ne figure bien sûr nulle part dans le texte, pas plus qu'aucun rappel concernant le sort prôné par la religion musulmane envers les homosexuels. Et autres "LGBTQI +", comme le dit Le Parisien sans rire, et comme on ne disait pas encore à l'époque de Mahomet. (Le +, c'est pour les amateurs de poupées gonflables ?)

Le message est clair : nous autres Français, non seulement nous sommes "racistes", mais en plus nous pratiquons la "haine transphobe" (sachant que la quasi-totalité des gens finiront leurs jours sans avoir jamais vu un seul transsexuel -- mais l'essentiel est bien de les culpabiliser à mort).

sylvain

"Est-ce pour sa coiffure ou pour son prénom que madame Ndiaye a été nommée porte-parole du gouvernement LaREM ?
Sacré Manu, toujours prêt à nous divertir..."
Rédigé par : breizmabro | 01 avril 2019 à 23:07

Surtout qu'on risque de la retrouver sur le perron de l'Elysée en string avec les trans bi homos LGBT, nous faire une danse du ventre pendant la fête de la Zizique.

Vas'y Manu c'est bon !

Robert Marchenoir

@ Herman kerhost | 01 avril 2019 à 23:46
"L'antiraciste considère les autres races inférieures. Il pense que les personnes issues de ces races nécessitent qu'on les aide, alors que ces gens ne leur ont rien demandé. L'antiraciste est condescendant, de fait, envers les races qu'il considère faibles."

Voilà. Et en plus, "l'anti-racisme" est toujours un racisme anti-blanc, qu'il soit ethnomasochiste ou tribal.

Garry Gaspary

@ Lucile
"La supercherie, c'est de faire croire que les noirs de maintenant risquent d'être traités comme des esclaves et que les blancs de maintenant sont tentés d'être esclavagistes."

Mais qui fait croire cela ? Où et quand le terme "esclave" est-il apparu dans cette malheureuse histoire ?

Vous projetez vos peurs et votre mauvaise conscience historique. Vous imaginez avoir affaire à des gens qui souhaitent se venger alors que tout ce qu'ils demandent, c'est d'être respectés comme tout autre citoyen et que, en l'occurrence, notre culture, qui en tant que telle véhicule un message normatif forgeant les consciences, cesse d'être raciste.

Le problème n'est pas un quelconque retour du passé, mais bien un présent et un meilleur avenir pour tous.

Catherine JACOB

@ fugace | 01 avril 2019 à 03:01

Les Japonais ne parlent pas de "trou noir" mais de "black hole" en utilisant donc la dénomination anglo-saxonne (caverne, cavité). L'article japonais montre le 'black hole' de la galaxie, Sagittaire A*, à travers une lentille gravitationnelle.

ECO qui désigne une "compact star" (ou un "compact object") ou encore MACHO (massive astrophysical compact halo object ou encore de massive compact halo object) sont des acronymes anglo-saxons. Ces derniers précisent qu'un "compact object" qui n'est pas un "black hole" est une "degenerate star".

Définitions:
Objet compact: astre de haute compacité comme en effet les trous noirs ou encore les étoiles étranges (ou étoiles à quarks = un quark est une particule élémentaire et un constituant de la matière observable), étoile hypothétique imaginée par des physiciens soviétiques et théorisée par des Polonais.

Une étoile exotique (異種星) est un objet compact en grande partie théorique.
Les Japonais semblent s'occuper du phagocytage des galaxies cannibales entre elles. D'une façon générale les dénominations sont traduites de l'anglais et on ne peut donc pas faire les mêmes jeux de mots idiots qu'en français.

Et donc, à propos de certaines particules hypothétiques de "dark matter", cette matière noire encore appelée matière transparente, ils parlent eux aussi de WIMP (Weakly Interactive Massive Particle) en expliquant que ce sont des 弱虫 = YOWA-MUSHI = des lâches.

Vous trouverez sur cette page de son CV , l'e.mail du professeur 岡 朋治 (OKA Tomoharu ) de l'Université KEIO (慶應義塾大学 = KEIŌGIJAKU-DAÏGAKU), université privée de Tokyo fondée en 1920 et qui est située dans la zone portuaire : et vous pourrez donc lui poser la question de ces trous noirs intermédiaires, directement. Vous trouverez également des tas de belles images sur la page WEB de son laboratoire.

Pour l'instant, il me semble que le plus gros danger représenté par un trou noir, c'est qu'il vote LREM aux européennes parce que là, on n'aura pas fini de chercher la 'hole' derrière le 'trou' ! dixit Ali Baba…

Elusen

@ Herman kerhost | 01 avril 2019 à 23:46
« Bien sûr que les antiracistes sont racistes. S'ils ne le sont pas consciemment … »

Ah bon, c’est nouveau, c’est une nouvelle théorie scientifique ?
Basée sur quelle recherche ?
Auriez-vous des travaux à nous soumettre ?

Vous ne maîtrisez pas le concept de raciste. Les personnes Blanches n’ont pas le monopole du racisme, la droite et l’extrême droite n’ont pas le monopole du racisme.
Le racisme est une idéologie, il n’a aucune réalité ou base scientifique, mais que du scientisme, un truc relevant de l’astrologie, la numérologie et de la sorcellerie.

Qu’est-ce qui a déclenché l’affaire ?
- Le fait que des personnes Blanches auraient utilisé la couleur noire pour la poser sur leur corps.

- Cela ne se rattache qu’au fait, et rien d’autre, que les personnes sont Blanches, elles sont donc attaquées pour cela, ce n’est donc pas de l’antiracisme, mais bel et bien du racisme.

La couleur noire, par ces personnes Blanches, n’ayant jamais été utilisée pour stigmatiser les personnes Noires, cela revient à poser une discrimination et à interdire aux personnes Blanches de faire usage de la couleur noire ou de la poser sur leur corps ; de faire ce qu’ils veulent de leur corps, il leur est interdit d’en disposer.

Cela n’a strictement rien à voir avec l’antiracisme, ce sont des racistes qui ont attaqué des personnes Blanches en inventant un problème qu’elles ont rattaché à leur couleur de peau blanche.

Le racisme ne peut se qualifier que si la personne a bien une intention, pas parce qu’une autre personne qui la regarde a eu une émotion ou qu’elle n’a rien compris.
Le fait d’être une personne Blanche ne suffit pas à poser une suspicion, être une personne Blanche ne suppose pas qu’il y ait délit.

Dès lors, vous êtes invité à mieux maîtriser les concepts avant de les employer à la légère.
Il n’y a jamais eu d’antiracisme dans cette affaire, mais des racistes qui ont attaqué des personnes.

Code pénal :
- des entraves à l'exercice des libertés d'expression article 431-1
- avec circonstance aggravante pour discrimination article 225-1
- diffamation publique, Loi du 29 juillet 1881 article 29
- atteinte à l’honneur article 226-4-1, toujours du Code pénal

Herman kerhost

@ Garry Gaspary
"Les antiracistes ne sont pas racistes, par contre, ils ont aujourd'hui compris qu'ils ont autre chose à faire qu'à perdre leur temps à tenter de convaincre les racistes."

Bien sûr que les antiracistes sont racistes. S'ils ne le sont pas consciemment, ils le sont par les motifs qui les poussent à être antiracistes. Je veux dire les antiracistes honnêtes, pas ceux qui le sont par cupidité, soit en espérant un retour sur investissement (voyez comme je suis bon !), soit par le gain immédiat que cet engagement produit en terme d'auto-célébration morale (comme je suis bon !).

L'antiraciste considère les autres races inférieures. Il pense que les personnes issues de ces races nécessitent qu'on les aide, alors que ces gens ne leur ont rien demandé. L'antiraciste est condescendant, de fait, envers les races qu'il considère faibles.
En fait, selon les critères de l'antiracisme même, les antiracistes malhonnêtes sont plus respectables que ceux qui sont honnêtes.

Et prétendre que les antiracistes ont autre chose à faire que de "convaincre les racistes" c'est se moquer du monde, puisque le billet sous lequel nous commentons répond justement à une nouvelle tentative des antiracistes professionnels de nous convaincre que nous devrions voir du racisme où ne ne voyons rien de tel.

Non, s'il y a bien quelque chose qui a changé, c'est que de plus en plus de gens se détournent de cette idéologie. Ils ne deviennent pas racistes pour autant, mais ils commencent à comprendre que les Garry Gaspary se sont bien fichus d'eux. Vous devriez vous méfier du retour de bâton.

breizmabro

Est-ce pour sa coiffure ou pour son prénom que madame Ndiaye a été nommée porte-parole du gouvernement LaREM ?

Sacré Manu, toujours prêt à nous divertir...

Robert Marchenoir

Toujours l'anti-racisme à géométrie variable. Cette fois-ci, la triplette police-justice-médias veut bien admettre que les vrais racistes, ceux qui agressent en groupe et délibérément les Roms ou présumés tels, ce sont les Arabes. Une phrase est lâchée dans cet article du Parisien, consacré à une condamnation qui vient d'être prononcée par les tribunaux dans cette affaire :

"Un 'Nord-africain avec une barbe importante' [visible sur les images de surveillance de l'agression] est resté introuvable."

Immense surprise, depuis qu'Edgar Morin nous avait appris que c'étaient "nos" peurs irraisonnées à l'égard de "nos" enfants qui étaient en cause, mais bref. Edgar Morin va faire publier un rectificatif de son interview dans Le Parisien, je n'en doute pas.

En revanche, pas un mot sur l'identité du condamné. Il y a délit raciste, le tribunal l'a confirmé :

"Les deux hommes de belle stature (plus d'un mètre quatre-vingt-dix pour une centaine de kilos) avaient été sortis de leur camionnette, rue de Savigny, puis frappés par 'une quinzaine de jeunes gens de 15 à 20 ans'."

"Le prévenu" a bel et bien été condamné à 18 mois de prison (4 seulement demandés par le procureur...). L'une des victimes était bien au tribunal ("un hématome violet et quelques points de suture lui couvrent l’œil"). Elles sont bien roumaines (et non roms). Elles ont bien été attaquées au prétexte de rapts d'enfants imaginaires perpétrés par les Roms.

Le condamné a 19 ans. Rien ne s'oppose à ce que la presse l'identifie. Or, on ne connaît rien de lui. Ni son nom, ni sa race, ni sa nationalité, ni sa religion, ni son origine... Seulement qu'il est "imberbe" (très intéressant !) et qu'il est "contractuel d'une collectivité locale". Pas même de "prénom modifié", cette fois-ci.

Il faut se reposer sur l'avocate des victimes pour entendre :

"Mais qui êtes-vous pour contrôler qui ce soit ? Les jeunes de Seine-Saint-Denis crient souvent au contrôle au faciès et là, on contrôle, on tabasse ! Je ne comprends pas comment un jeune inséré peut se retrouver dans cette situation."

Hum... ce serait donc un "jeune" de Seine-Saint-Denis. Un jeune Japonais, je suppose.

Notons cette sortie involontairement comique du procureur (une femme) :

"C’est minable, honteux et c’est raciste ! Tous les Maghrébins sont des voleurs et les Noirs violent les gens ? Ça va bien les fausses rumeurs ! Ici, c’est la République française et tout le monde a le droit de vivre librement."

Euh... non, Madame le procureur. Pas les Maghrébins : les Roms. Enfin, les Maghrébins aussi, mais moins. Vous êtes bien placée pour le savoir.

Bienvenue dans le monde merveilleux du multi-culturalisme.
______

@ Patrice Charoulet | 01 avril 2019 à 19:44
"Deux. Incitation à la haine raciale cf. article 1er de la loi du 7 juin 1972. Dura lex sed lex."

Ah ! voilà. Le gentil professeur (de droite) se transforme à nouveau en kaguébiste de fauteuil. J'veux pas l'savoir, fourrez-moi tous ces malpensants en tôle.

Giuseppe

@ Alpi | 01 avril 2019 à 18:48

Quand on avait du travail par-dessus la tête, toutes les équipes étaient aux anges, partout. Il faut dire que derrière chaque M3 envoyé c'était tous les métiers en ordre de marche et d'intelligence. De l'IA dont on nous rebat les oreilles comme si on découvrait la lune, jusqu'à l'entreprise qui nettoyait pour les livraisons au client.

Nous sommes devenus un pays de ventilateurs.

Mary Preud'homme

@ Savonarole | 01 avril 2019 à 20:29

Je reconnais ne pas avoir fait le rapprochement avec cette fiction très médiocre.
Concernant par ailleurs le film "Autant en emporte le vent", il me semble qu'il remonte à près de quatre-vingts ans et non cinquante... Je n'étais donc pas née et lorsque je l'ai découvert, il datait déjà beaucoup par rapport à la réalité que j'ai connue aux Etats-Unis, tant à Chicago, qu'à San Antonio au Texas.

duvent

@ Robert Marchenoir | 01 avril 2019 à 19:26 (@ sbriglia)
« Je dois vous tirer mon chapeau pour être parvenu à distinguer une contradiction dans les commentaires de duvent. Pour ma part, je n'arrive pas à y trouver le moindre sens, raison pour laquelle je m'abstiens de les lire.
Mais en effet, sur ce coup, elle a réussi à dire une sottise. Saluons cet exploit comme il convient. D'habitude, elle se contente de faire du bruit avec la bouche. »

J'ai cru que je n'aurais pas de poisson d'avril, et par chance sbriglia et Marchenoir, dans leur grande bonté, m'ont fait ce plaisir !!

Mais il ne sera pas dit que duvent est une ingrate, et donc je m'en vais répondre au laquais et à son maître.

Je dois reconnaître que l'émotion est forte, en effet, j'ai jusqu'à présent dû essuyer l'indifférence de sa Grandeur. Cependant, mes efforts, pour que son Altesse se rende compte que j'existe, n'ont pas été vains.

Quel bonheur sans mélange ! Quelle joie pure et innocente !

Dieu du Ciel et de la Terre, c'en est trop pour un cœur simple, comme celui qui bat (enfin c'est un bien grand mot...) qui tremblote furtivement et de façon aléatoire dans mon étroite et malingre poitrine de phtisique...

Il (sa Majesté...) s’abstient de me lire, mais Il remarque l'exploit...

Je rougis de confusion, et transpire dans mes escarpins dont les semelles, par un heureux hasard, sont rouges...

Que dire ? Quoi penser ? Quo curram, quo non curram ? Il me vient l'envie de demander illico presto à Savonarole, la marieuse de céans, d'organiser mes noces.

Non ! Il ne faut pas confondre vitesse et précipitation, je dois au préalable demander la pogne de mon chevalier à la triste figure à sbriglia  !

La crainte et même la frayeur, m’étreignent le cœur, et si son Altesse allait jeter son dévolu sur Breizmabro ? Mais cela ne se peut, car sa Majesté sait que je fais du bruit avec ma bouche !

Dois-je ou ne dois-je pas lui demander ce que lui fait avec sa bouche ?

Tout bien réfléchi, je préfère en parler d'abord avec sbriglia, qui doit tout savoir des performances de son maître... Car voyez-vous, je suis passée par le Couvent des Oiseaux, et nous n'aimons pas du tout le coïtus interruptus ! POISSON D'AVRIL !

Savonarole

@ Mary Preud'homme de 18:17

Il s'agit du personnage David Palmer, dans la série 24 heures chrono. C'était la première fois qu'Hollywood mettait en scène un Président noir. Heureusement il est très rapidement assassiné.

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/David_Palmer_(personnage_de_s%C3%A9rie_t%C3%A9l%C3%A9vis%C

Patrice Charoulet

Un. De Pierre Conesa, dont parle Savonarole, plusieurs vidéos sont à écouter, notamment sur l'Arabie saoudite. Wikipédia ne dit pas tout sur ses activités.

Deux. Incitation à la haine raciale cf. article 1er de la loi du 7 juin 1972.
Dura lex sed lex.

Robert Marchenoir

@ sbriglia | 01 avril 2019 à 15:41

Je dois vous tirer mon chapeau pour être parvenu à distinguer une contradiction dans les commentaires de duvent. Pour ma part, je n'arrive pas à y trouver le moindre sens, raison pour laquelle je m'abstiens de les lire.

Mais en effet, sur ce coup, elle a réussi à dire une sottise. Saluons cet exploit comme il convient. D'habitude, elle se contente de faire du bruit avec la bouche.

Alpi

@ Giuseppe
"L'industrie se porte bien ailleurs, le reste est un mirage, la production c'est ce qui fait vivre un pays. l'industrie ce sont des emplois, tout le reste est littérature. Exportations en faillite, l'aviation est le masque de cette déficience."

Bravo ! Cela fait 35 ans que je répète cette litanie. Hors l'industrie, point de salut.

duvent

@ sbriglia | 01 avril 2019 à 15:41
"On attend la synthèse…"

Vous n'avez pas assez attendu, mais si vous êtes patient, il se peut que patience et longueur de temps fassent mieux que force ni que rage...
Il me semble, mais il se peut que je me trompe, qu'ici, vous êtes un ridicule laquais, or il pouvait se montrer, le chatoyant plaideur !

Mary Preud'homme

@ Robert Marchenoir | 01 avril 2019 à 18:00
"C'est avouer qu'on est une ordure communiste, une graine de kaguébiste, un dictateur de poche."

J'aime bien quand Marchenoir mettant le doigt (sans en être conscient) sur ses propres travers se projette avec une aigreur grinçante qui semble être la trame de son caractère de refoulé haineux.

Mary Preud'homme

"En moins de cinquante ans, le noir américain est passé de boniche insupportable dans Autant en emporte le vent à cosmonaute ou Président des États-Unis."
Rédigé par : Savonarole | 01 avril 2019 à 12:11
"Mais enfin, Mary, je n'ai jamais parlé d'Obama !
(Tant son passage sur terre ne laisse aucune trace.)"
Rédigé par : Savonarole | 01 avril 2019 à 17:47

Mais alors qui était donc le président "noir américain" dont il était question dans votre post de ce jour à 12:11 ?

Michelle D-LEROY

@ Lucile
"...ceux qui sont épiés à chaque instant par des Justiciers Sociaux auto-déclarés pour des soupçons de dérives potentielles, ont aussi parmi leurs ancêtres des serfs, des valets et des filles de ferme, ou plus près de nous des mineurs, ou des soldats enrôlés comme chair à canon dans des guerres qu'ils n'avaient pas voulues."

C'est exactement, au mot près, ce que je pense. Il faut à un moment donné arrêter de regarder un passé lointain même douloureux et vivre un présent pas toujours facile mais plus humain et surtout arrêter de cliver les gens selon leur couleur de peau, leur âge, leur niveau social alors que nous aurions besoin de sérénité et de rassemblement. Le problème c'est que beaucoup de Blancs qui se croient humanistes entretiennent ce sentiment d'excuse avec une repentance permanente qui voudrait nous faire payer au centuple un passé dont on n'est pas responsable.

Il serait temps aussi que des responsables politiques, des acteurs ou des cinéastes rappellent qu'un film ou une pièce de théâtre, c'est exactement le fait d'entrer dans la peau d'un autre personnage que soi, de jouer par le truchement d'un acteur quelqu'un d'autre… et donc de jouer parfois en se déguisant.
Car se taire aujourd'hui, c'est interdire d'autres thèmes culturels demain.

------------------------------------------

@ fugace

Merci pour ces liens qui décrivent la réalité de notre société actuelle car cette situation au lieu de se stabiliser, empire et devient inquiétante pour le bien vivre ensemble dans les années à venir.
Le plus angoissant étant qu'il y a visiblement un certain nombre de personnes qui aiment mettre de l'huile sur le feu et se réjouissent de mettre la zizanie.

Robert Marchenoir

@ Savonarole | 01 avril 2019 à 12:11
"Pierre Conesa a écrit un livre tout à fait éclairant sur ce sujet, haut fonctionnaire de la Défense, il m'a été rapporté qu'il n'est pas communiste."

Par qui ? Vous devriez creuser davantage.

"Haut fonctionnaire" n'est pas une marque de vertu. J'aurais tendance à dire : bien au contraire. "Vaguement rattaché à l'armée" ne signifie pas "d'une sagesse exemplaire et d'une moralité au-dessus de tout soupçon". Le politiquement correct de droite ressemble furieusement au politiquement correct de gauche.
______

@ Exilé | 01 avril 2019 à 09:52
"Rappelons que lorsque Michel Rocard a commencé son discours d'introduction au débat de la loi sur le racisme par la phrase 'le racisme n'est pas une opinion, c'est un délit'..."

Tiens donc. Saint Rocard, le gentil Rocard, le type qui était censé dédouaner la gauche parce qu'il n'était pas vraiment de gauche.

J'ignorais qui avait inventé cette saleté. Comme d'habitude, en France, tout le monde répète des slogans sans jamais rappeler leur origine.

Tous les sombres abrutis qui répètent, aujourd'hui, que "le racisme n'est pas une opinion, c'est un délit", sont tellement stupides qu'ils ne se rendent même pas compte du caractère profondément incriminant de cette phrase. Revendiquer cela, c'est avouer que l'on réclame l'instauration de délits d'opinion. C'est avouer qu'on est une ordure communiste, une graine de kaguébiste, un dictateur de poche.

Savonarole

@ Mary Preud'homme 01 avril 2019 à 12:11 (@Savonarole)
"Toujours ramener Obama à sa noiritude africaine est aussi une forme de racisme insupportable à l'égard de ses ascendants maternels (d'abord sa mère d'origine irlandaise et cherokee qui l'a mis au monde et élevé seule avec l'aide de ses grands-parents blancs). Tandis que son père d'origine africaine l'a quasiment abandonné à moins de deux ans"

Mais enfin, Mary, je n'ai jamais parlé d'Obama !
(Tant son passage sur terre ne laisse aucune trace.)

Mary Preud'homme

@ Savonarole | 01 avril 2019 à 12:11

Toujours ramener Obama à sa noiritude africaine est aussi une forme de racisme insupportable à l'égard de ses ascendants maternels (d'abord sa mère d'origine irlandaise et cherokee qui l'a mis au monde et élevé seule avec l'aide de ses grands-parents blancs). Tandis que son père d'origine africaine l'a quasiment abandonné à moins de deux ans.

Et si beaucoup de métis aux Etats-Unis ont accepté de se revendiquer ou se décrire comme noirs, c'est que la loi des différents Etats ne leur donnait d'autre choix que celui de renier leur "partie" blanche, soit la chair de leur chair, pour avoir la paix.

Aux ignorants de ce blog je rappelle enfin qu'il est même arrivé à ce même Obama de confier qu'il avait souffert du racisme de ses propres grands-parents blancs et que le mot "nigger" qui par la suite lui avait un jour échappé, lui avait même valu d'être mis en cause pour injures raciales.

Par ailleurs pour avoir vécu longtemps aux USA et connu, directement, l'odieuse discrimination qui était le lot, dans les années soixante à soixante-dix, des couples mixtes - dont le mariage était interdit dans une vingtaine d'Etats, je reconnais que l'Amérique a bien changé, contrairement à la France qui a régressé sur ce plan comme en bien d'autres domaines hélas !

sbriglia

"Par conséquent, une fois encore, vous êtes stupide, et une fois encore, il y a de grandes chances que vous ayez, consciemment ou non, choisi cette voie."
Rédigé par : Herman kerhost | 01 avril 2019 à 13:12

Serait-ce donc lui dont parlait Samuel Butler : "Il était né stupide et avait considérablement développé ses dons naturels" ?

Mary Preud'homme

@ breizmabro | 01 avril 2019 à 13:08

Oui, il est même recommandé de le dire sachant que les racistes ont cela de commun avec les antiracistes compulsifs, qu'ils répugnent à dire les choses simplement en raison de leurs préjugés.

Concernant Sibeth on pourra même ajouter qu'elle est au moins aussi mal coiffée que Belloubet, tiens ça rime ! Si bête ou belle ou bête, comme tu veux tu choises !
Sauf que le choix se rétrécit et que la seconde nommée a tout de même un autre cursus que la trentenaire sénégalaise à peine naturalisée pour la forme !

Evidemment quand on promeut des seconds couteaux ou des tout frais émoulus issus de l'émigration, non seulement il n'y a aucun risque qu'ils vous fassent de l'ombre mais en outre on est assuré d'une fidélité sans failles ! N'est-il pas Manu ?

Quant à servir l'intérêt de la France avec de courageux choix politiques, c'est une autre affaire ! Et que ceux qui ont contribué à élire cet imposteur, à défaut de continuer à le soutenir fassent leur examen de conscience, reconnaissent leurs erreurs et cessent de se répandre en lamentations ici ou ailleurs.

sbriglia

Thèse : « nous sommes aussi contraints de constater que rien ne peut faire d'un abruti un génie » (duvent)

Antithèse : « …Marchenoir… qui bien qu'il soit convaincu de l'infériorité de certains… thèse infecte et fétide » (duvent)

On attend la synthèse…

fugace

@ Patrice Charoulet | 01 avril 2019 à 07:40

Son O, à lui et le son de O

Leçon de "o"
https://la-conjugaison.nouvelobs.com/regles/orthographe/le-son-o-95.php

Question : J'ai remarqué que M. Castaner prononçait ses "o" différemment de la leçon précitée.

J'entends mal ?

Giuseppe

"Après avoir été portée aux nues, Sibeth Ndiaye, chargée des relations presse d'Emmanuel Macron, est devenue une cible après que le Canard enchaîné lui a attribué un texto dans lequel elle aurait écrit, au sujet de la mort de Simone Veil : "Yes, la meuf est dead"."

Jeunisme, inculture, bêtise de soi, et dire qu'elle va représenter la voix du pays.
Ils ont fait un cursus scolaire qui ne les a pas lestés de l'intelligence de vie d'un Malraux, Mauriac et bien d'autres.

Il leur manque l'odeur de la vraie vie, celle des méchouis de livraison d'opérations immobilières, les égouts qui fuient et les fosses toutes eaux à remplacer par des stations d'épuration.

Nous sommes gouvernés par des adolescents, élevés en batterie dans des locaux aseptisés.

Notre pays pense start-up alors que l'Allemagne fait apposer le nom du mécanicien qui a assemblé le moteur.
Je reçois ma voiture de nos voisins italiens, depuis des lustres elle est équipée de poignées dissimulées, de commandes de clefs USB à portée de volant.

L'industrie se porte bien ailleurs, le reste est un mirage, la production c'est ce qui fait vivre un pays. l'industrie ce sont des emplois, tout le reste est littérature. Exportations en faillite, l'aviation est le masque de cette déficience.

Je me souviens de la qualité des pieux métalliques fournis par la Suède, à leur prix bien entendu et avec leurs conditions bien évidemment.

Sibeth Ndiaye communicante d'école de commerce pour qui la vie se résume à des déclarations, du vent quoi.

Nos voisins allemands imposent le tempo, jamais plus d'esbroufe que le son de leur industrie, les Chinois raffolent de leurs véhicules, l'Europe les envie, zéro dette que du profit même si leur PIB ralentit, mais leurs fondations sont solides.

Ceux-ci veulent discuter avec de vrais industriels pas des gamins moniteurs de colonie de vacances : la fête de la musique du Château, les déclarations incongrues de la nouvelle porte-parole, en fait un jeu de Lego qui gère nos vie est au pouvoir.

Nous n'avons que des représentants de commerce depuis des décennies, le luxe pour nous sauver, et gratifier une image de marque de hâbleurs, cacher une misère ministérielle au pouvoir et des petites blagues pour gouverner. Pauvres de nous !

Et voilà que le plus nul d'entre tous, celui qui a rendu les armes sans combattre, est en train de donner des leçons de maintien.
Pépère le gladiateur d'opérette, écrivain à ses heures, pour le plaisir de groupies qui peuvent aller lui faire signer un bouquin qu'ils exposeront sur le napperon de dentelle de leur télé, comme le chien qui oscille la tête sur la plage arrière de leur voiture.

L'outil industriel génère toutes les ambitions et les découvertes, produire de la qualité, pas des éoliennes du type de la nouvelle porte-parole qui parlait avec une désinvolture crasse d'une femme qui était la vie du pays, la libération de toute une génération, l'intelligence même, et l'humilité de ceux qui se sont heurtés violemment à l'existence.

Chez nous une réflexion du type formulée par une gamine de pouvoir (élue avec 28% des inscrits) devrait l'inciter à plus de lucidité, comme François Mitterrand l'avait préconisé elle devrait apprendre à tourner sept fois sa langue dans sa bouche et enfin se nourrir de ce que les autres ont vécu avant elle.

fugace

@ Michelle D-LEROY | 31 mars 2019 à 19:38
"Nous devons nous protéger d’une société communautarisée avant que la situation ne devienne invivable et qu'il ne soit trop tard."

L'OLRA, organisation et/ou association, en parle ici :
https://www.olra-asso.org/l-association

et là
https://www.olra-asso.org/actualites/page/1

Trou noir, encore !

"...Le racisme antiblanc est le trou le plus noir de l'information comme de la réflexion."
extrait de :
http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2018/03/19/31003-20180319ARTFIG00144-le-racisme-anti-blanc-impose-l-omerta-mediatique.php

Herman kerhost

@ Garry Gaspary

Pas plus dans les exemples que vous citez que dans le cas qui nous occupe, la peau, ou le corps, ne sont un déguisement, ils ne sont que le sujet déguisé.
Par conséquent, une fois encore, vous êtes stupide, et une fois encore, il y a de grandes chances que vous ayez, consciemment ou non, choisi cette voie.
L'idéologie, vous dis-je, l'idéologie !

breizmabro

Aura-t-on le droit de dire que "la meuf is black" en parlant de Sibeth Ndiaye ?

Lucile

@ Garry Gaspary

La supercherie, c'est de faire croire que les noirs de maintenant risquent d'être traités comme des esclaves et que les blancs de maintenant sont tentés d'être esclavagistes. La plupart des blancs eux-mêmes, ceux qui sont épiés à chaque instant par des Justiciers Sociaux auto-déclarés pour des soupçons de dérives potentielles, ont aussi parmi leurs ancêtres des serfs, des valets et des filles de ferme, ou plus près de nous des mineurs, ou des soldats enrôlés comme chair à canon dans des guerres qu'ils n'avaient pas voulues.

Peuvent-ils autant exercer une surveillance accusatrice sur leurs contemporains sous prétexte que leurs ancêtres ont vécu une vie affreuse ? Ont-ils pour autant le droit de régenter leur vocabulaire, leurs loisirs, leur culture, leurs vêtements ? L'esclavage est une horreur, nous en sommes tous conscients, ne faites pas semblant de croire que nous voudrions le voir revenir. Mais le racisme n'est pas de l'esclavage, on passe de l'un à l'autre comme si c'était la même chose. Et l'esclavage, qui a existé depuis les origines de l'humanité sur tous les continents, appartient au passé. Certains gentils noirs oppriment de nos jours allègrement leurs femmes ou leurs domestiques, tout comme certains méchants blancs. Ils tombent alors sous le coup de la loi. L'esclavage est hors la loi depuis pas mal de temps.

La majorité des noirs se refuse à exploiter les drames de l'histoire à leur profit et à mener la guerre aux blancs actuels, à ennuyer et culpabiliser des gens qui n'y sont pour rien, à faire semblant de croire que l'esclavage est encore latent en Occident, et à en débusquer la menace derrière n'importe quelle parole. Ceux qui enfourchent ce cheval de bataille sont des profiteurs, ou des crétins, ou des escrocs. Ils alimentent le racisme.

Savonarole

@ Garry Gaspary | 01 avril 2019 à 09:40

Je ne peux pas dire que je sois d'accord avec vous, mais je lis toujours attentivement sur ce blog les rebelles, les réfractaires, les anarchos, les singes hurleurs, les fous du préau et les flagellants, il y a toujours une goutte de vérité chez eux qui mérite de ne pas rejeter le tout.
Le cinéma offre parfois confusément ce que vous dénoncez.

- Dans le film le Seigneur des Anneaux, tout tourne autour d'une race blanche qui veut survivre, les ennemis de l'autre monde sont tous des monstres noirs et horribles.
- Dans Game of Thrones, la tribu des Méditerranéens sont tous affublés du physique de mon épicier arabe. Cruels et fourbes.
- Dans Dexter, c'est l'inverse, Hollywood oblige, le commissariat de police est un milk-shake de l'Amérique, ses gradés sont des Chicanos, un Chinois, des Noirs, seul le Blanc est un salopard qui tue d'autres salopards (Dexter lui-même).

En moins de cinquante ans, le noir américain est passé de boniche insupportable dans Autant en emporte le vent à cosmonaute ou Président des États-Unis.
À ce jour on n’a entendu personne s'indigner, pourtant ça crève les yeux.

Pierre Conesa a écrit un livre tout à fait éclairant sur ce sujet, haut fonctionnaire de la Défense, il m'a été rapporté qu'il n'est pas communiste.

https://m.youtube.com/watch?v=8hXj_iYd2lM

duvent

@ Noblejoué | 31 mars 2019 à 22:53
« Non. C'est la sottise dont il faut espérer la mort, pas celle des sots ; incitons les gens à mieux réfléchir de même que les gens à accepter qu'on augmente leurs capacités, au premier rang desquelles l'intelligence, quand ce sera possible.
Que la science augmente l'intelligence, que chacun y ait accès, et que le plus de gens possible y consentent, c'est le vœu que je forme. »

______________________________________


On peut former tous les bons vœux imaginables, il demeure que je trouve parfaitement juste qu'une chose aussi imparfaite que l'homme sot, soit périssable, et dans la foulée celle de l'homme de bien...

Oui, c'est une excellente disposition que l'impermanence, car si nous savons et sommes certains que la sottise est d'airain, nous sommes aussi contraints de constater que rien ne peut faire d'un abruti un génie. (Nota bene : utiliser l'outil ne fait pas d'un benêt, un architecte...)

Ainsi, nous voyons ici, un spécimen banal et répandu de l'imbécile, qui désire au-delà de tout que chacun sache combien il tire de plaisir de son onanisme intellectuel, j'ai nommé Marchenoir, l’inénarrable, l’incomparable, le déchu à qui il ne suffit plus de marteler sa théorie obscure, qui bien qu'il soit convaincu de l'infériorité de certains, bien qu'il ait selon lui démontré statistiquement, pense utile et nécessaire de rappeler quotidiennement à notre bon souvenir sa thèse infecte et fétide.

Pourquoi, me direz-vous ? Eh, bien, pour la raison qui est à la fois unique et stupide, qui est la crainte d'oublier comment et par quel mystère, lui cet homme ordinaire et insignifiant a fait cette découverte !

Évidemment, il pourrait nous dire que Goebbels son maître, l'aide à se souvenir, mais il ne ferait pas florès, car le boiteux maître n'est pas en odeur de sainteté...

Mais, enfin s'il faut considérer que l'antisémitisme est le problème des antisémites, il doit être concevable de tirer cette conclusion de tous les sujets épineux, et alors, nous voyons combien nous avons progressé dans le raisonnement.

Oui, nous avons beaucoup progressé, puisque des homoncules incultes prétendent détenir les solutions finales, qui doivent rendre heureux les abrutis... Ceci n'est pas un exploit, il ne faut donc pas convoquer les Dieux, l'impermanence suffira ! Vanitas...

Exilé

@ Patrice Charoulet
« Il y a des dizaines de milliers de personnes qui sont dans une situation analogue. Que faire ? Qui parmi vous est prêt à en héberger ? Des noms ! »

Vous proposez de mauvaises solutions à un problème mal posé.
Peut-être que si nous commencions par loger les nôtres qui nous sont relativement proches au lieu de nous préoccuper en priorité des autres envers qui nous ne sommes redevables de rien, en cessant de marcher sur la tête, les choses iraient probablement mieux en France...

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

  • CNews,"Face à l’info"
    Ludi 28 octobre de 19 h à 20 h, dialogue sur la Justice avec Eric Zemmour.
  • Causeur
    causeur.fr du 13 octobre "Philippe Bilger, le style fait l'homme", par Thomas Morales
  • Le Point
    Philippe Bilger : « Le mur des cons a fracturé la confiance dans la justice », lepoint.fr du 11 octobre.
  • Sud Radio, "Le Grand Matin"
    Tous les vendredis de 8 h 45 à 9 h 15, débat dans la Matinale de Patrick Roger.
  • CNews, "L'Heure des Pros"
    Tous les mercredis de 9h à 10h30, animé par Pascal Praud.
  • Sud Radio "Les Vraies Voix"
    Tous les jours du lundi au vendredi de 17h à 19h, émission de débat et de divertissement animée par Christophe Bordet.

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS