« Entretien avec Alexandre Del Valle | Accueil | Emmanuel Macron cherche l'amour ! »

22 avril 2019

Commentaires

Patrice Charoulet

Une petite chanson :

Blagodariov - La Complainte du Progressiste - YouTube
https://www.youtube.com/watch?v=2mNJRHs6Rr0

Exilé

@ Michelle D-Leroy
« Tant que nos politiques, élites et médias adopteront cette attitude fuyante sur les grands sujets de société ce n’est pas demain que le climat va redevenir léger. »

Chère Michelle, je me retrouve une fois de plus dans votre commentaire, qui énonce posément ce qu'il fallait dire.

Daniel Ciccia

Au cours de la messe de Pâques, le pape François a dénoncé ce temps qui est celui du "découragement malsain". L'à-propos de l'Eglise catholique, donc universelle, est loin de s'infléchir.

breizmabro

@ boureau 22 avril 2019 à 10:13

Vous l'avez écrit mieux que je ne l'aurais fait. Du coup... 'no comment'.

Adéo boureau ;)

--------------------------------------

@ Gavroche 22 avril 2019 à 10:27
"Mais où est donc passé Benalla ?"

Je me posais la même question. En exil au Touquet peut-être ?

------------------------------------------

@ finch 22 avril 2019 à 15:14

Vous avez raison mon cher finch, François Pinault, "le Tapie breton", que j'ai bien connu du temps ou il travaillait chez son beau-père à Landivisiau, ainsi que sa femme (la première), la fille de son patron, ne fait plus dans la com', elle est déjà faite, mais à partir de certaines sommes ce n'est plus de la com' c'est du lobbying, c'est moins breton comme mot mais plus efficace.

Exemple : Bernard Arnault prête des vêtements de son groupe à la femme du président de la République française, son savoir-faire est de le faire savoir. Ce n'est pas de la com', LVMH n'en a plus besoin, c'est du lobbying.

Si je puis me permettre une petite parenthèse je vous dirai que François-Henri, le fils de François Pinault, a dit au micro de RTL, en novembre dernier, être "solidaire des Gilets jaunes". C'est d'autant plus remarquable de sa part que lui, son frère et sa soeur vont se partager 238 millions d'euros après la réduction du capital de la Financière Pinault :D

Un jour on fera un film qui s'appellera "François, Bernard, Francis et les autres". Malheureusement sans le talent de Claude Sautet. Quoique...

Adéo finch

vamonos

Je pourrais contredire M. Bilger en citant de nombreux exemples qui sont autant de preuves de la haine qui était déversée au cours des dernières décennies. Ainsi, en 1965, Sartre, dans une interview, déclara : « Tout anticommuniste est un chien ».

Mais pourquoi se décourager, une fois de plus la haine vient de la gauche, il en a toujours été ainsi, pas plus, pas moins, on a l'habitude.

Continuons notre petit bonhomme de chemin, allons-y, vamos, et même vamonos.

lefort

Cher M. Bilger,

Vous vous insurgez sur le fait qu'un homme politique ose se poser des questions à propos de la déclaration du juge sur la qualité involontaire de l'incendie de Notre-Dame. Je ne rentrerai pas dans cette polémique mais souhaiterais être éclairé sur le mécanisme judiciaire face à un acte d'une pareille importance.

Cherchant sur Google bien sûr, j'apprends que le procureur ouvre une enquête, rédige un réquisitoire et nomme un juge compétent.
Je n'en saurai guère plus ! Pourquoi "un" juge ?
Quid de la compétence, quid du droit de s'exprimer devant les médias, quel contrôle peut exercer le procureur, etc.
Il est vrai que s'il avait voulu créer une suspicion, le juge n'aurait pu s'y prendre mieux tant sur le fait lui-même que sur l'indépendance de la justice !

Michelle D-LEROY

Sans aucun doute, M. Bilger, vous avez raison, il règne un climat délétère comme on en a rarement connu dans notre pays.
Mais ce qui est décourageant, ce n‘est pas tant les esprits chagrins, ceux qui doutent, les esprits subversifs ou le mouvement initial des GJ , c’est d’abord l’action gouvernementale, ces novices politiques qui surfent sur l’actualité et s’en servent pour essayer de reprendre la main, cultivant ce climat malsain.

En ce qui concerne les GJ, si le gouvernement avait pris la mesure du mouvement dès le départ, on n’en serait pas là. La morgue, la suffisance de ces nouveaux politiques imbus d’eux-mêmes ont fait perdurer ce mouvement, espérant le disqualifier dans l’opinion, en laissant les éléments les plus coriaces et les plus malsains se produire chaque samedi depuis cinq mois, infiltrés par des antifa et des black blocs incontrôlables casseurs, bien connus et identifiés mais qu’on n'arrête jamais. Protégés ces casseurs ? utiles ?
Complotistes ou pas on est en droit de se poser cette question aussi. Des groupuscules d’extrême droite ont été interdits pour donner le change.

Car tout est motif non pas au complotisme mais au doute. On ne complote pas contre le gouvernement mais on doute de ce qu’il dit et fait.
Nos autorités sèment ce doute en permanence. Il y a eu la trouble affaire Benalla dont les prolongements n’ont que trop duré, puis les GJ, puis de multiples vandalismes dans nos églises mis sous le tapis, puis ce Grand débat-campagne pour les européennes… et j’en passe car tout paraît flou et sème le doute et la curiosité devant l'incapacité à redresser le pays.
M. Macron devait parler une demi-heure après le début de l’incendie, lundi dernier. Empêché, il a laissé fuiter les grandes lignes de ce discours. Encore des supputations ? l’imagination débordante de Français malintentionnés contre lui ?

Son entourage avait laissé entendre que la sortie du Grand débat serait un vrai tournant et que des annonces inédites seraient divulguées. Or, nous avons entendu parler de vieilles recettes du vieux monde, de rustines pour faire taire les plus modestes, genre Gilets jaunes, mais rien de transcendant, rien de nouveau, pas de transformations, de grandes réformes fiscales ou constitutionnelles, de remises à plat, de dissolution de l'AN... sinon la fin de l’ENA déjà discutable par avance surtout si elle rassemble dans un conglomérat nommé ISF d’autres écoles prestigieuses pour en formater toutes nos têtes pensantes et nos élites sur le même moule.

Les mesures fiscales ou sociales avec le couperet à 2 000 € seront forcément une source de mécontentement et l’exact contraire des discours de la campagne d’Emmanuel Macron, puisqu’elles vont pénaliser actifs et retraités qui gagnent plus ou un peu plus, peut-être et même certainement parce qu’ils auront donné un peu plus d’ardeur au travail… qui finalement les pénalisera. Pas de quoi être content. Un vrai découragement au contraire en voyant ce Président du monde nouveau avec si peu d’idées inédites et constructives, rassembleuses et équitables. Un petit retour à la case socialo-communiste pour qu'aucune tête ne dépasse, oublieux de la vraie classe moyenne et de l'ardeur au travail.

Quant au complotisme concernant l’incendie de Notre-Dame, je pense personnellement qu’un peuple qui essaie de démêler le vrai du faux en écoutant les experts en architecture, ceux qui connaissent bien les bâtiments de France et les joyaux d’art de notre patrimoine, nos experts en bâtiments (charpentiers et tailleurs de pierre), ceux qui connaissent en particulier la cathédrale, les responsables du chantier, nos courageux pompiers, est au contraire le signe d’un peuple intelligent, curieux dans le bon sens du terme, qui ne se contente pas d’avaler par confort tout ce que les autorités disent pour leur confort à elles. Et l'attitude de certains artistes tels Edouard Baer ne me réjouit pas car elle me fait dire qu'elle est de circonstance. Une attitude d'artiste un peu hors sol qui préfère éluder les sujets polémiques.

Après chaque accident, chaque catastrophe, chaque attentat, « on » minimise, « on » camoufle ou on trouve des boucs émissaires bien pratiques, tels des SDF qui n’ont pas d’argent pour se nourrir mais qui en auraient pour acheter des produits inflammables qu’ils auraient déversés sur de vieux vêtements à Saint-Sulpice ou plus anciennement à Fontainebleau où une église avait brûlé. Voilà de quoi favoriser le questionnement et ce qu’on nomme complotisme… des arguments hâtifs souvent pour dédouaner les ennemis de notre civilisation, de notre Histoire et de notre culture.

Après des dégradations régulières contre nos édifices religieux dont la Basilique de Saint-Denis récemment, elle aussi si symbolique de notre Histoire, après une série d’assassinats (Père Hamel, policiers de Magnanville, militaires et enfants juifs à Toulouse, etc, etc.) comment, en voyant brûler comme un fétu de paille la toiture multiséculaire de ND, ne pas penser à un acte sinon terroriste du moins à une malveillance ? A moins d’être bonasse ou de ces catholiques qui pardonnent à leurs ennemis avant même de les connaître.
On peut donc raisonnablement attendre les résultats de l’enquête en espérant qu’elle ne sera pas escamotée.

Car finalement, ce qui est le pire et favorise la haine et la méchanceté, c’est bien le laxisme et la non dénonciation des vrais (si on les connaît bien sûr) vandales. Et on arrive à ce climat lourd de méfiance, de suspicion, de haine. C’est contre-productif.
Et puis, les attentats commis hier contre les chrétiens au Sri Lanka sont si terribles, qu’on ne peut rester indifférents à ce qui se passe dans le monde. On a forcément envie de se protéger de l’obscurantisme et du radicalisme qui gagne du terrain partout. Même si l’incendie de ND s’avère accidentel, nous devons rester vigilants et garder les yeux grands ouverts contre ce fléau.
Et, lors de la campagne des élections européennes comme pour le Grand débat, par consensus mou et par vivre-ensemblisme, il ne faut pas parler de ces sujets qui fâchent.

Tant que nos politiques, élites et médias adopteront cette attitude fuyante sur les grands sujets de société ce n’est pas demain que le climat va redevenir léger.

Paul Duret

Décourageant certes mais les causes sont assez faciles à trouver.
L'individualisme est passé par là. Chacun pense, raisonne et agit en fonction de ce qu'il croit bon pour lui, sans penser que l'on vit dans un monde complexe et que la somme des décisions individuelles ne fait pas une politique et certainement pas le bonheur du plus grand nombre.
Tout ce qui structurait l'espace public est en voie de disparition:

Les corps intermédiaires et particulièrement les syndicats, les partis politiques, les institutions religieuses et en premier l'Eglise catholique. Certes chacune de ces disparitions peut s'expliquer mais rien ne les a remplacées.
J'ai toujours été frappé de voir mes voisins ou amis ne pas se poser de questions et acheter de grosses berlines allemandes, d'autres, habiter six mois à l'étranger pour ne pas être fiscalisés en France, certains, abuser de la sécu sans même s'en rendre compte.
L'ensemble de ces comportements individuels, répétés des millions de fois, ne peut que nous entraîner vers le bas.

Mitsahne

Réflexions éparses sur le découragement…

- Depuis des semaines, des centaines de black blocs détruisent, pillent, incendient. Combien sont arrêtés ? Combien ont été condamnés à de la prison ferme ? Aucun il me semble. Si l’action policière paraît faible par rapport aux exactions, la réponse judiciaire est quasiment nulle.
Il y a encore des imbéciles pour dire ‘’je fais confiance à la justice de mon pays’’.

- L’évêque de Colombo appelle le gouvernement du Sri Lanka à punir sans pitié les responsables des attentats (Le Figaro-web de ce jour). En revanche, l’archevêque de Paris (Mgr Aupetit) qui a dit « bénissons ceux qui nous haïssent et ceux qui nous tuent » à la messe pascale à Saint-Eustache n’a soulevé aucune protestation et ces paroles honteuses ont même été supprimées du compte rendu du même Figaro.

- En quoi l’avis de M. Boris Cyrulnik qui tient pour acquise la thèse accidentelle de l’incendie de Notre-Dame serait-il plus valable que celle de M. Eric Zemmour qui pense plutôt à un attentat ?
On ne peut que constater, objectivement, une offensive généralisée contre le monde blanc, les religions non-musulmanes. Les incendies gigantesques se multiplient, les attentats ciblés aussi. Les forces de l’ordre arrivent au point de rupture après six mois de guerre d’usure. Si le baladin de l’Elysée ne prend aucune décision ferme, anarchistes, black blocs, gilets jaunes et factions gauchistes seront maîtres de la rue et paralyseront le pays déjà très appauvri. Désordres irréversibles à prévoir.

- Autrefois, le Roi avait le pouvoir d’ordonner à tel ou tel haut fonctionnaire une action immédiate dans l’urgence. Cela s’appelait une lettre de jussion (commandement).
Autrefois, un certain empereur Caligula avait donné à son cheval Incitatus le titre de Consul, ce qui nous rapproche de l’affaire Benalla.
Aujourd’hui, le grand marabout du 55 St-Honoré a le plus grand mal à s’entourer de gens compétents et les ordres qu’il peut donner sont immédiatement contrariés par une armée de juristes-conseillers, Conseil d’Etat, Conseil constitutionnel, Cour des comptes, Cour de cassation, sans oublier les instances européennes de La Haye et Bruxelles et les sous-fifres consultatifs et inutiles du Conseil Economique et Social qui serait à supprimer d’urgence, bien avant l’ENA !

- Avant un 1er mai explosif, EM va jouer cette semaine le sort de son quinquennat dont les deux premières années ne méritent pas le prix d’excellence mais celui de la maxi-médiocrité.
Les clochettes du muguet ont de quoi vous donner le bourdon.

fugace

Les GJ ne sont pourtant que la partie émergée d'un iceberg parmi les autres, et il y en a un paquet. Malgré le réchauffement climatique, tous risquent de demeurer dangereux encore longtemps, faute de politiques adaptées depuis des décennies.
Le pessimisme, et par là-même le découragement des Français, ne vient pas de nulle part, même s'il vient de loin. De bien plus loin que l'avertissement de 2008.
J. Chirac avait vu juste en 1995, avec la bien nommée fracture sociale. Car dans ce pays, il demeure une grande frange de la population qui vit très très bien. Économie souterraine incluse.

Ainsi, avec le temps, les trois ou quatre décennies qui viennent de s'écouler ont produit beaucoup de fatigue et de découragement face aux immenses défis (non seulement économiques) qui pris un par un, n'ont à l'évidence pas été précédés voire accompagnés des réformes qui auraient permis d'accumuler beaucoup de doses d'espoir, aussi diverses que variées.

Mis bout à bout, l'espoir d'une vie meilleure pour leurs enfants, d'une baisse drastique du chômage de masse, d'une amélioration du pouvoir d'achat des laissés-pour-compte, un sentiment d'impuissance de nos politiques dans nombre de domaines, une crainte que certains de nos politiques soient pour partie contrôlés (sinon corrompus), donc aux ordres de forces financières occultes, discours politiques sans lendemain, débats politiques qui n'en sont pas, intellectuels incapables de faire une synthèse hiérarchisées des éléments qui continuent, décennie après décennie, année après année, mois après mois, semaine après semaine, jour après jour, de ronger les fondements de la société, donnant l'impression d'une perte de contrôle de l'ensemble.

Ainsi les sacrifices (non pas seulement financiers ou économiques) demandés ne produisant pas d'améliorations visibles, une sorte de désespoir se creuse, tout en détruisant un collectif toujours fragile. D'autant que nous sommes désormais plus que jamais dans une course entre République et barbarie (Didier Leschi 2018).
Les zones de non droit, les territoires perdus de la République, le communautarisme sécessionniste, la pression accentuée du terrorisme islamique, dont vis-à-vis de la communauté chrétienne mondiale sans cesse renouvelée depuis plusieurs décennies, les réseaux mafieux (dont albanais) divers et variés (narcotrafiquants, proxénétisme, migrants, armes...) qui n'ont de cesse d'étendre leurs territoires et leurs emprises, guerre des bandes organisées pour des violences gratuites (dont les BB), provocations, les incivilités quotidiennes en expansion encore et encore, violences insupportables vis-à-vis des femmes, une justice à deux voire trois vitesses et/ou niveaux (Cahuzac), des lois, encore des lois dont les plus élémentaires ne sont plus appliquées, des droits encore des droits revendiqués, sans jamais les faire précéder des devoirs, et pour couronner le tout, une immigration imposée, qu'on n'est même pas capable d'accueillir humainement, dont on ne se demande plus ou elle va nous mener.

Vous avez dit décourageant, je rajoute usant, fatigant.

Claude Luçon

Il est décourageant de voir Philippe si découragé !

Je partage totalement le point de vue de boureau, nous en avons vu d'autres et bien pires.
Lorsqu'on a aussi connu d'autres pays en principe aussi civilisés que le nôtre on est content d'être en France.
A trop partager le cloaque des médias, Philippe oublie le magistrat qu'il est et se laisse entraîner dans la boue dans laquelle trop de journalistes se complaisent, Zemmour en tête. Ou se transforme en trou noir humain comme son compère Naulleau, ce brave qui a servi le pays, sans l'uniforme, en courtisant une jeune fille bulgare devenue son épouse.
Paniquer le pékin est leur seule raison d'être, la limite de leur intelligence, leur seule source de revenus.
Pas vous Philippe s'il vous plaît !

Les balivernes des médias sont en totale contradiction avec ce qui se passe dans la vraie et vieille France !
Celle, immense, indignée, qui déferle dans les rues après Charlie et l'Hyper Cacher, celle qui va accueillir une bande de jeunes hommes qui leur a fait honneur en Russie, celle qui conduit des dizaines de milliers de gamins à Lille pour y chanter la Marseillaise, celle de tous les pékins lambda au fond de leur campagne qui passent leur temps libre à reconstruire les ruines du passé : châteaux, églises, calvaires... à bichonner leur jardins qui font leur fierté et la nôtre.
Il y a des milliers de choses dont la France peut être fière, les journalistes et les Gilets jaunes n'en font pas partie, il faut s'y faire.
Mère Nature n'est pas parfaite, en évoluant elle a aussi créé des parasites, des Homo non sapiens.

Il faut toujours se poser des questions, il n'y a rien de surprenant que l'on doute de l'origine de l'incendie de Notre-Dame à l'époque des téléphones portables !
Il suffit d'en cacher un contenant un rien de produit inflammable bien dissimulé parmi la forêt de poutres et l'activer à distance des jours plus tard. La chose ne demande pas une grande organisation, seulement un ou deux hurluberlus du genre de ceux que l'on trouve parmi les Gilets jaunes. Il est à parier que les cinquante investigateurs détachés pour étudier l'origine du feu y ont pensé.
Quand on est c*n au point d'insulter ceux qui nous protègent et veillent sur nous, on ne peut pas aussi être civilisé !

Nous sommes au pays de Descartes. En principe seulement ! Car nous avons des athées et des anticléricaux qui fêtent et chôment pour célébrer les jours de Pâques, la naissance et la Passion du Christ sans arrière-pensée. Ils ne font qu'exposer leur fainéantise et leur hypocrisie !
Tous les bavards semblent avoir oublié l'évolution !
Pourtant elle persiste, lentement, et change le monde.
En une seule vie, étonnamment longue en fonction de ce que j'ai vécu, j'ai vu les Homo sapiens changer : les jeunes d'aujourd'hui sont, physiquement, différents de ceux au milieu desquels j'ai grandi, plus grands, plus beaux, les jeunes femmes surtout (à vous faire regretter d'avoir soixante ans de trop). Plus intelligents aussi car on leur demande de comprendre ce monde moderne qui se complique de plus en plus, l'effarement des anciens devant un ordinateur en est la preuve.
Nous oublions que nous sommes la somme du passé, que notre ADN est aussi l'accumulation de ce que nos ancêtres ont vécu.
Si nous l'ignorons, les Africains eux le savent depuis longtemps.
Dans leurs traditions, leurs croyances, lorsqu'ils sont en difficulté ils font appel à l'âme, à l'esprit de leurs ancêtres car, disent-ils, ils sont les descendants, la preuve vivante que leurs ancêtres ont existé, donc ces derniers doivent les aider pour prouver qu'ils ont aussi existé. En parlant avec eux, d'homme à homme, et femme, ce que j'ai eu la chance de faire pendant 21 ans, on en arrive à se demander qui est à l'origine de la théorie de l'évolution et la découverte de l'ADN, qui sont les vrais intellectuels ?
Je ne suis pas le seul à penser cela, il faut voir le film de Spielberg, Amistad, et bien l'analyser, écouter les dialogues !

Nous sommes les champions de la gastronomie, et nos femmes championnes de l'élégance, certainement pas les hommes hélas, sauf si le mal lavé, mal rasé et débraillé est une forme d'élégance, soyons aussi les champions de la raison.

J'en arrive à croire que les générations post-68 regrettent de n'avoir pas eu leur guerre à eux !
Ils nous envient, taxent nos retraites par vengeance, se cherchent une raison de souffrir sans savoir ce qu'est la souffrance !
Ils ne doivent pas désespérer, ils vont la connaître, car ils se dirigent, gilet jaune au dos, tout droit sur un mur qui porte un nom : la dictature.

semtob

Cher Philippe,

Pour qu'une enquête puisse exister, il est nécessaire que toutes les hypothèses soient ouvertes.
Or, ce qui se passe actuellement ressemble aux tristes enquêtes de Derrick dont les responsables ont soigneusement caché les responsabilités de l'acteur pendant des décennies et dans ces enquêtes, les coupables étaient annoncés dès le début.

Si une personne a un accident de voiture et bien d'après ce raisonnement, il devient du fait que ce soit accidentel inutile de rechercher les causes, les responsabilités et l'auteur de l'accident peut dire: c'est un accident, circulez, il n'y a rien à voir.
Eh bien, vous pourrez voir dans les tribunaux cette réponse: un simple accident.

La nouvelle explication serait celle d'un bug informatique !
C'est donc de la faute à l'ordinateur de sécurité.
C'est ce logiciel qui a fait en sorte qu'un trésor millénaire ne soit pas assuré !

Monsieur Mouton qui a été en charge de la cathédrale pendant treize ans explique que deux personnes étaient de nuit et de jour en charge de la surveillance de la forêt et que l'ensemble des circuits électriques de la cathédrale avait été refait à neuf il y a moins de dix ans.

Nous avons regardé le journal de France 2 qui a reçu Boris Cyrulnik et lorsque vous le citez, vous omettez de dire que le mot "accidentel" était complété par celui de "probablement". Ce qui ne donne pas le même sens à ses dires.

Vous évoquez l'irresponsabilité de mettre en doute les dires de l'Etat, mais que penser d'un gérant d'immeuble qui ne mettrait pas en place une assurance inondation, maîtrise d'ouvrage, incendie pour protéger les résidents ?
L'Etat n'a-t-il pas failli dans ses responsabilités à juger inutile une assurance pour la cathédrale recevant un nombre non négligeable de visiteurs ?

Une partie de la presse turque explique que l'incendie de Notre-Dame est le début d'une malédiction jetée sur la France parce que la France recherche la responsabilité de la Turquie dans le génocide arménien mais il est tordu d'y entrevoir l'objet d'une revendication ou une présomption de revendication.

Les loups gris peuvent être tranquilles dans les cimetières et les édifices de culte.
Hakuna Matata.
Nous ne voulons pas faire peur à la population.
Nous avons compris que le gouvernement français cherchait à éviter des mouvements de panique ou de violence en minimisant l'extrême gravité des faits.
Mais si aucune prise de conscience n'est mise en oeuvre, le chantier de reconstruction rencontrera des faits similaires.
Le gouvernement devrait appeler les conservateurs, les directions de musée à la plus grande vigilance et ce pour de nombreuses années parce que l'apaisement de la population est dans son rôle, mais le devoir de sécurité doit rester une priorité.

Vous dites "décourageant", nous disons consternant, écœurant et nous rajoutons fatigant, épuisant face à ce constat que nous sommes impuissants à enrayer les mécanismes de haine et que dans certains cas nous les dénions.
Il n'y a pas eu de court-circuit dans la cathédrale mais il y a un pétage de plomb général dont nous aimerions que le toqué du Touquet prenne conscience.
françoise et karell Semtob

Achille

« Je ne peux m'empêcher de regretter que la liste conduite par une personnalité intelligente qui fait honneur à une droite non sectaire mais assumée semble ne pas pouvoir atteindre les 15%. Décourageant. »

Personnalité certes intelligente et d’une érudition certaine, mais qui sent quand même un peu trop la naphtaline pour un jeune homme de 33 ans. Dommage !

Alain Debayle

Plutôt qu’au découragement, le brasier de Notre-Dame de Paris ne devrait-il pas nous inciter à plus de vigilance et de rigueur ?
Il nous rappelle de manière brutale qu’un accident même très peu probable, peut se produire.
Car avant d’imaginer une quelconque malveillance, il faut se rappeler que les lois de la physique et de la nature sont implacables.
Ainsi, par exemple, toutes nos centrales nucléaires sont un moyen admirable de produire la quantité d’électricité, toujours plus grande, qui nous est nécessaire.
Même les voitures seront, demain, électriques.
Mais ces centrales sont-elles surveillées, contrôlées en permanence, avec tout le soin qui s’impose ?
Il serait décourageant de s’en soucier, comme pour Notre-Dame de Paris, après le drame...

Marc GHINSBERG

J’ai pour ma part un motif de découragement supplémentaire, le fait que vous collaboriez à Sud Radio qui est devenue la radio de propagande des Gilets jaunes dans ce qu’ils ont de plus extrême. Sur ce point, au moins, cher Philippe, vous y pouvez quelque chose.

Metsys

"Un climat de haine en France comme on n'en a jamais connu". Malgré tout, c'est peut-être un peu excessif. Comparaison n'est pas raison, mais cependant...

Curé Jean Boucher, 1589 : "Il est permis à chacun de tuer l'hérétique et ses amis".
L'Humanité, 11 janvier 1945 : "La haine est un devoir national".
Tract CNR/OAS expédié à tous les députés, août 1962 : "Le traître de Gaulle sera abattu comme un chien enragé".
La Bourdonnaye, discours aux députés du 13 novembre 1815 : "Pour arrêter les trames criminelles (des révolutionnaires), il faut des fers, des bourreaux, des supplices".
Dumas fils, Entr'actes, 1878, à propos des Communardes : "Nous ne dirons rien de ces femelles, par respect pour les femmes à qui elles ressemblent quand elles sont mortes".
Hébert, 16 octobre 1793 : "La plus grande joie du Père Duchesne après avoir vu de ses propres yeux la tête du véto femelle séparée de son col de grue, et sa grande colère contre les deux avocats du diable qui ont osé plaider la cause de cette guenon".

M. Bilger, si odieux que soient certains cris de manifs, nous avons encore un peu de marge... et heureusement.

Jean le Cauchois

Cher PB,

Remontez-vous le moral. Ecoutez ce que vous dit boureau (10:13). Les Gilets jaunes, maintenant, c'est la continuité des désordres de Notre-Dame-des-Landes. Ce n'est pas toute la France, seulement des endroits choisis, convenus, pour des rendez-vous avec la police et les médias. Supposez que lors des désordres annoncés pour le 1er Mai, la police se donne pour objectif d'arrêter juste une centaine de manifestants, avec des preuves adaptées pour
des condamnations dans les huit jours à six mois de prison ferme, et vous aurez une inflexion du mouvement. Et prenez une grande semaine de vacances dans la France profonde : les Gilets jaunes d'origine ont abandonné les ronds-points et se sont résignés à payer le combustible de leurs voitures plus cher qu'en novembre dernier.

finch

Il est triste d'entendre Eric Zemmour déclarer sur Paris Première: "S'il y a quelque chose prouvant que l'incendie de Notre-Dame est criminel, je pense qu'on le cachera" (P.B.)

Les propos de Zemmour sont de bon sens. Ce n'est pas être complotiste que d'exiger une enquête impartiale sur les causes de l'incendie, sans exclure—avant tout début d'investigation—une autre origine parce qu'elle aurait eu le malheur de ne pas avoir l'agrément du pouvoir (par exemple la théorie du pyromane exempt de toute autre motivation que sa déviance…). Pourquoi vouloir à tout prix imposer la vérité d'État, celle qui plaît ? La Commission Warren avait imposé la vérité d'État démentie ensuite officiellement par ce même État parce qu'aberrante. La contemplation de l'histoire devrait inciter à plus de prudence.

    -----------------------------------------------------------------------------------------

D'ignobles slogans contre la police, le 20 avril, de la part de certains Gilets jaunes : suicidez-vous. (P.B.)

C'est évidemment une abomination. Il ne faut pas oublier que les forces de l'ordre sont les sauveurs de notre démocratie mise en péril par les attentats islamistes et aussi les gardiens inestimables, courageux, et persévérants—depuis six mois—de nos institutions face à une protestation populaire initialement légitime qui a dégénéré ensuite en insurrection—de type combat de rue et vandalisme—insupportable, injustifiable.

Philippe Bilger a raison de soulever qu'il est répugnant que, lors de l'acte XXIII, des séditieux aient eu recours au même mode opératoire de destruction que celui qui a opéré pour Notre-Dame de Paris.

On est tombé dans un autre cul-de-basse-fosse odieux du mortifère avec la vocifération du « suicidez-vous ! ». Les fonctionnaires soumis à cette vindicte morbide et répugnante devraient être préservés de ces ignominies. Macron leur doit tout. S'il est toujours assis au même endroit, c'est grâce à eux. Ces monstres qui ont proféré ces horreurs ont raté leur objectif : au lieu de décourager leurs cibles, ils les ont renforcées dans leur détermination à ne rien lâcher, à lutter contre cette horde abjecte qui leur jette la haine à la figure. Pour les forces de l'ordre, la fraternité de la galère commune des fins de mois délicates est un peu finie, un peu reléguée. L'inconcevable prise à partie a fait décanter : désormais, pas une once de terrain ne sera concédée… rien n'altérera la persévérance des nobles boucliers de la République, encore attristés par les suicides de collègues poussés au bout du bout du noir.

    -----------------------------------------------------------------------------------------

Les fortunés sont des ennemis. (P.B.)

La frange des Français qui les considèrent comme des ennemis à dépouiller se tire une balle dans le pied. Même si on n'adhère pas à la théorie du ruissellement, les lapider en place publique et envisager de les tondre à foison sera contre-productif pour l'objectif de pouvoir d'achat. Cohabiter avec eux est concevable… sans obligatoirement les haïr ni les jalouser. Le vrai espoir de hausse du pouvoir d'achat réside majoritairement dans la baisse drastique des dépenses d'État et une réelle politique de désendettement à long terme.

    -----------------------------------------------------------------------------------------

@ breizmabro | 21 avril 2019 à 07:44

Je crois que le fils Pinault était sincère même si je sais que la famille Pinault est actuellement poursuivie pour évasion fiscale pour des montants colossaux et que ledit geste sert indéniablement sa communication auprès de l'administration.
Si Arnault a suivi, c'est parce que Pinault a forcé la main.
Sauver l'image n'est pas obligatoirement, dans le cas présent, de la communication mercantile pure : le contentement de soi agite aussi quelques ressorts.

fugace

@ Gavroche | 22 avril 2019 à 10:27

Sans doute à la salle de sport de l'A.N. où il disposait il n'y a pas si longtemps d'un pass généreux.

https://www.20minutes.fr/faits_divers/2500487-20190419-affaire-benalla-2014-hamon-obtenu-badge-acces-salle-sport-assemblee-ex-garde-corps

Travail de nuit oblige ?

Lucile

Petite conversation familiale à table un lundi de Pâques. Je dis à mon mari : - "Philippe Bilger pense que c'était irresponsable de se poser la question d'un attentat à propos de l'incendie de Notre-Dame". R. : -"Tiens, pourquoi pense-t-il cela ?". Moi : - "Je ne sais pas. Là on dirait qu'il réagit en journaliste".

À propos du manque de confiance de Zemmour, des journalistes ont expliqué que pendant longtemps, quand ils rapportaient un crime ou délit commis par un malfaiteur venu du Maghreb, ils francisaient son nom. Un exemple parmi d'autres de manipulation de l'opinion, et de manque flagrant de véracité. Pour la bonne cause bien entendu. De telles pratiques non seulement expliquent, mais justifient le manque de confiance de ceux à qui ces info truquées s'adressent.


Denis Monod-Broca

Lue récemment, cette citation de Kierkegaard : « La haine est un amour qui a sombré ».
Le découragement ne serait-il pas un espoir qui a sombré ?

Mettre son espoir en un homme, en un groupe d’hommes, en une construction faite de main d’homme, en une idée née d’esprit d'homme, n’est-ce pas prendre le risque d’une inéluctable déception et du découragement qui en découle ?

Mary Preud'homme

C'est donner beaucoup trop d'importance aux gens qui ne se repaissent que de méchancetés, injures, attaques perverses et diffamations que leur prêter un quelconque pouvoir de décourager ceux qui croient en la vie, se battent pour des valeurs et demeurent fidèles à leurs convictions, nonobstant les épreuves et les échecs rencontrés.

A noter que le pouvoir de nuisance de ces nuisibles, colporteurs de ragots, haine et mensonges est d'autant plus grand qu'il leur est fait en permanence (par le canal des médias) une publicité disproportionnée, au détriment des personnes qui eu égard à leurs actes de courage, dévouement, engagements divers, performances etc. mériteraient d'occuper toute la place et servir de modèle et d'exemple. D'abord pour réveiller les plus tièdes et galvaniser nos jeunes qui ont tellement besoin de repères forts et d'espérance.

Concernant Notre-Dame de Paris, il me semble que l'on pourrait renvoyer dos à dos les "responsables" du gouvernement ou autres, comme les tenants du complot. Les premiers s'étant empressés de privilégier (à peine 24 heures après les faits) une cause accidentelle et les seconds en énumérant toutes sortes de raisons en rapport avec leurs phobies ou leur mauvais esprit habituel.
Alors qu'une enquête et des expertises qui vont durer plusieurs mois ne faisaient que commencer.
L'heure était donc au silence et au recueillement notamment en ce début de Semaine sainte et non au blablas insipides qu'ils viennent du gouvernement ou de la foule des clabaudeurs et comploteurs de tout poil !

Quant à la haine vis-à-vis de tous ceux qui représentent l'autorité, et/ou sont garants de notre sécurité notamment les policiers, gendarmes, pompiers, comme je l'ai souvent écrit elles ne relèvent que de l'ignorance, la bêtise, la méchanceté gratuite et la lâcheté de pauvres types qui seraient bien incapables d'exercer avec honneur, courage, dévouement et sang-froid des métiers de plus en plus difficiles et exigeants.

Saintongeais

Incendie de Notre-Dame de Paris 

Comment la forêt (charpente) de Notre-Dame a-t-elle pu s’enflammer aussi rapidement ? Ça paraît impossible, incompréhensible. Les questions sont nombreuses et chacun y va de sa théorie. Deux vidéos, dont une qui veut démontrer l’impossibilité pour une poutre de seulement trente ans d’âge à prendre feu et l’autre qui explique les propriétés de la thermite.

Bien que séduisante, cette démonstration ne doit pas être prise au pied de la lettre, il y a sûrement des paramètres que nous ignorons. Le bois a pu se fossiliser avec le temps, donc être proche du charbon, c’est une hypothèse, il y en a d’autres.
Soyez rationnels, vous avez une idée ? Le débat est ouvert.

Comme vous allez le voir dans la vidéo ci-dessous il est quasiment impossible (voire impossible) d’enflammer une poutre de chêne de 35 ans, alors 100 m de poutres de chêne de 800 ans… Je vous laisse apprécier, pourtant il y a bien une substance chimique qui pourrait faire ce genre d’exploit (2e vidéo en dessous), ce qui expliquerait la fumée jaune aussi spécifique à la thermite.

Pour le reste je n’affirme rien mais tout comme l’expert de la vidéo, j’essaye de comprendre… En attendant d’autres informations, comme à chaque fois cherchez à qui profite le crime…

https://www.youtube.com/watch?v=Fb9vp3qa1pg

Alors oui avec de la thermite : combustion à 2 200° 

https://www.youtube.com/watch?time_continue=5&v=oWRsQvrELPM

Lucile

Des manifestants excités sortent des vacheries bien senties et bien mesquines contre la police, ce n'est pas nouveau, c'est dans l'ordre des choses. Tant que ça en reste là, ce n'est pas trop grave, on ne peut pas confondre les actes et les paroles. On parle maintenant de violence à tout propos, mais quand une bagarre se résume à des propos injurieux, c'est un moindre mal. Les injures aux forces de l'ordre sont punies par la loi, et c'est juste, mais il faudrait commencer par punir comme elles le méritent les violences autres que verbales, aux particuliers comme aux forces de l'ordre.

À force de dorloter les envieux, les rebelles, les profiteurs, et de se moquer de la France profonde, à force d'ériger en modèles de société des bouffons et des hors-normes, on récolte ce qu'on a semé.

J'ai revu récemment par hasard une interview d'une ex-condisciple de Macron à Sciences Po. Elle explique qu'E. Macron et ses amis strauss-kahniens avaient une dent contre la génération de leurs parents, les baby-boomers, car elle avait profité des Trente Glorieuses et leur avait laissé une société où il était difficile aux jeunes de se faire une place. "On leur en voulait un tout petit peu" reconnaît en substance cette charmante jeune personne. Macron en avait conçu le désir de "casser la rente", toute forme de rente. Car c'est "la rente" qui est responsable de la sclérose de la société. Personnellement je ne connais pas beaucoup de rentiers. Et je ris doucement : en fait de rente, la retraite des fonctionnaires, hauts et moins hauts, équivaut à un joli capital pour les salariés du privé. Et puis dans quel état ces pauvres enfants de baby-boomers laisseront-ils à leur tour le pays à leurs enfants, s'ils consentent à en faire ?

Je ne connais pas la teneur de la future allocution présidentielle, mais je crains qu'elle n'annonce une nouvelle dérive dans la dépense, et dans la démagogie, en même temps qu'elle donne une prime à la violence de la rue, tout en la condamnant. Il y a en effet de quoi être soucieux, et perturbé. Pour nous et pour nos enfants.

https://www.youtube.com/watch?v=75fHwurJsjQ

Noblejoué

"Que la France soit tellement hémiplégique et batailleuse, envieuse et vindicative que rien jamais ne trouve totalement grâce à ses yeux est déplorable. La générosité de François Pinault, de Bernard Arnault, de L'Oréal et de Bouygues pour la reconstruction de Notre-Dame de Paris est certes appréciable mais. Toujours des mais qui viennent battre en brèche des évidences immédiates qui devraient être consensuelles. Décourageant."

Ce n'est pas nouveau : bien des Français avaient critiqué le plan Marshall, par exemple. Pauvres Américains ! Quand ils prêtent à des Français indésireux de rembourser leurs dettes, ils sont mauvais, quand ils se mêlent de suivre une politique plus généreuse, aussi.
Ici on ménage la lie de la terre, voire les réactions face au nazisme, au stalinisme ou à l'islamisme, mais pas ceux qu'on pourrait appeler criminels d'être riches, ou pires encore, mauvais de ce qu'ils nous dépassent, les Américains ne passant pas leur temps à perdre leur liberté et nous ayant reconstruit et protégé.

"D'ignobles slogans contre la police, le 20 avril, de la part de certains Gilets jaunes : suicidez-vous. Une indécence morale et militante."

Après avoir honte pour mon pays, honte pour les dénaturateurs de suicide, pratiquant des attentats suicides et harceleurs des forces de l'ordre, maintenant.
Se tuer, faut-il le rappeler ? est l'issue de ceux qui n'en ont pas.

Ce qui peut permettre d'éviter l'esclavage, la misère, de se laisser aller à une nature profondément perverse, permet de vider les lieux d'un monde devenu devenu vide et absurde pour soi à la suite de peu importe, un deuil, par exemple.

Bref, le suicide est un instrument de liberté individuelle, de soi à soi, je vois si le monde vaut encore que j'y reste. Décision combien philosophique, comptabilité du pour et du contre tellement précise ! En somme, il n'est pas d'acte qui ait plus d'enjeux.

Mais... Il y a ceux qui font la comédie des suicides, fais ce que je veux ou je me tue.
Ils peuvent être opprimés par leur entourage, et je ne veux pas les condamner, cependant...

C'est déjà une dénaturation, on n'est plus dans moi et le monde, en vérité, je décide d'être ou de ne pas être.

Et puis, après l'individu pesant sur l'autre ou le groupe avec son suicide, on a droit au groupe pesant sur l'individu pour le pousser à se tuer.

On me dira qu'il y a des précédents historiques ? Oui, bien sûr, mais dans des contextes où on ne valorisait pas l'individu autant que de nos jours.
Ce harcèlement est donc inquiétant.

Avis de puriste des suicides.

Et aussi, une société ne faisant pas de pression pour ou contre serait la plus respectueuse de la liberté.
Et aussi, celle où on mépriserait le moins injustement les gens aboutirait à moins de tentatives, abouties ou non... Quel mépris plus injustifié qu'envers la police ? Tout abus doit être dénoncé, mais les policiers, payant pour les puissants diabolisés par le complotisme, sont diabolisés à la petite semaine par les manifestants. Si on n'aime pas une politique, c'est le pouvoir qu'il faut dénoncer, si des abus sont commis, il faut les dénoncer, mais s'en prendre à tous les policiers, de plus en les poussant au suicide, pervertissant en contrainte un instrument de libération, quand de plus, déjà, trop sont conduits par une pression que personne ne veut abaisser, à en finir, est d'une rare perversité.

Tout est décourageant, mais pire que d'habitude ? Je n'en sais rien. Chacun peut être sensible à certaines réalités, encourageantes pour lui, vers lesquelles il lui faut davantage se tourner quand tout va mal, la répétition ayant quelque chose de rassurant, comme dans les refrains, mais ne devant pas tourner en j'ai fait le tour d'une chose ou de tout, une illusion vite eu a trop de ressassement.
Il faut saisir la grâce d'aller où on ne s'est jamais rendu, s'intéresser à du nouveau, se risquer à de nouveaux crus.

Patrice Charoulet

Cher Philippe,

J'ai lu avec une grande attention la liste de vos découragements.

J'ai toutefois la satisfaction de noter que vous répondez, avec retard, à Pascal Praud, qui vous avait posé une question touchant les européennes. Vous lui aviez répondu dans « L'heure des pros » que votre choix était fait mais que vous ne lui diriez pas.
Vous lui répondez, admirablement, ce matin.

« Je ne peux m'empêcher de regretter que la liste conduite par une personnalité intelligente qui fait honneur à une droite non sectaire mais assumée semble ne pas pouvoir atteindre les 15%. Décourageant. »

Excellent choix. C'est le mien. La liste est passée de 8 à 15. Elle va peut-être faire mieux.

Exilé

Lorsque Jordan Bardella, pour le RN, insinue qu'on a le droit de s'interroger sur les causes de l'incendie, il manque au devoir de responsabilité.

???!!!
Il paraît pourtant logique, devant tout phénomène, du plus anodin au plus dramatique, qu'il soit d'origine naturelle, humaine ou autre, de tenter d'en comprendre les causes...
Cette démarche est d'ailleurs un des piliers de la démarche scientifique et est à l'origine de nombre de découvertes.
Elle est aussi un des piliers de l'approche de la police judiciaire face à un crime.
En allant encore plus loin, rappelons que Karl Popper a montré que pour être valide une théorie scientifique doit être réfutable.
Pourquoi donc ce qui est parfaitement normal et même louable deviendrait-il subitement condamnable, sous Macro regnante ?

Si nous renonçons à ce principe élémentaire, cela signifie-t-il alors que nous devons regarder notre poste de télévision (du moins pour ceux qui ne l'ont pas encore déposé à la déchetterie) comme des bœufs regardent passer des trains, en partant du principe que tout ce que peuvent raconter les hommes du Régime et leurs satellites ne peut être que vrai, même ce qui est manifestement incohérent ?

C'est plutôt le refus de chercher à savoir, en refusant de faire fonctionner les quelques neurones encore intacts que nous possédons, qui est non seulement décourageant mais encore et surtout inquiétant.

Gavroche

Un climat de haine créé par un pantin qui n'aurait jamais dû être président de la République française.

Tout est bon pour discréditer, pour interdire, pour injurier le peuple de France. Le roi des "fake news" génère en permanence des informations tronquées et uniquement destinées à le mettre en vedette. Ses décisions ne sont que des erreurs sans lendemain, incapable de gérer quoi que ce soit il complote en permanence.

Alors nous attendons son éviction.

P.-S.: mais où est donc passé Benalla ?

caroff

"D'ignobles slogans contre la police, le 20 avril, de la part de certains Gilets jaunes : suicidez-vous. Une indécence morale et militante. Décourageant."

On ne peut qu'être d'accord et s'indigner, mais que des juges ouvrent une procédure relève d'une fébrilité imbécile ! Je pensais que les magistrats étaient déjà surchargés de travail ?

boureau

"Un climat de haine en France comme on n'en a jamais connu".

Où avez-vous vu cela cher P. Bilger ?

Parce qu'une trentaine ou une cinquantaine d'imbéciles ont scandé, quelques minutes, une haine de la police vous parlez de climat de haine en France !

Gardez votre sang-froid !

Vous êtes victime du syndrome des journalistes parisiens qui consiste à penser que ce qui se passe en minuscule à Paris devient l’atmosphère de toute la France !

Sortez des studios parisiens et venez dans les villes et villages de la France et vous constaterez qu'il n'y a aucun climat de haine en France.

Le problème dit et répété, ici comme ailleurs, ce sont les 1 500 à 2 000 black blocs que le gouvernement et E. Macron ne veulent pas maîtriser et neutraliser car, en l'occurrence, ils s'en servent.

Ce qui est décourageant ce sont à la fois l'aveuglement et les constants calculs politiciens d'E. Macron. In fine, c'est lui qui risque de devenir le problème.

Je ne vois pas en quoi Edouard Baer et Boris Cyrulnik (qui n'en savent pas plus que nous) seraient plus objectifs et intelligents qu'Eric Zemmour et Jordan Bardella ? Sinon qu'ils sont du même avis que vous !

Pour en revenir à la haine, vous êtes comme moi, au soir de notre vie, et en matière de haine nous en avons vu d'autres ! Et sans commune mesure avec les slogans haineux de quelques braillards, montés en boucle par des médias très favorables à E. Macron.

Si vous connaissiez, hors des studios parisiens, ce qui s'est passé à Nantes et Rennes avec les blacks blocs depuis plus de quinze ans en matière de haine anti-policière, vous considéreriez ce qui s'est passé à Paris samedi comme du pipi de chat. Je dis bien du pipi de chat !

Cordialement.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS