« 39 intellectuels pétitionnent : parole d'évangile ? | Accueil | La passion de la forme : une perversion ? »

10 avril 2019

Commentaires

Lucile

@ Noblejoué

Comme vous l'aviez prévu, j'ai retrouvé ma tranquillité en exposant mes griefs. Merci.

----------------------

@ Giuseppe

D'accord pour croire aux "forces de l'esprit". "Supérieures", à la rigueur (quoique "supérieures à quoi ?", mais enfin bon, ça ne mange pas de pain comme disait un ancien voisin à moi). Mais "unes et entières" et "indissociables", là je ne vois pas trop. Et je ne vois pas ce qui permet à un mortel de juger qu'un autre mortel y croit, ou n'y croit pas. Après tout, le vent ne souffle-t-il pas où il veut ?

À ce propos, le texte suivant apporte un point de vue subtil sur la question :

La parole du Seigneur est adressée au prophète Élie, qui passe la nuit dans une grotte : « Sors dans la montagne et tiens-toi devant le Seigneur, car il va passer. »

"À l’approche du Seigneur, il y eut un ouragan, si fort et si violent qu’il fendait les montagnes et brisait les rochers, mais le Seigneur n’était pas dans l’ouragan ; et après l’ouragan, il y eut un tremblement de terre, mais le Seigneur n’était pas dans le tremblement de terre ; et après le tremblement de terre, un feu, mais le Seigneur n’était pas dans ce feu, et, après ce feu, le murmure d’une brise légère. Aussitôt qu’il l’entendit, Élie se couvrit le visage avec son manteau, il sortit et se tint à l’entrée de la grotte". (Premier livre des Rois).

Noblejoué

@ Lucile

Trop de gens aiment critiquer tout ce qui n'est pas eux, ainsi de ne pas être assez partial, sous la grande accusation de centrisme.
Mais : "Tch’eng tzeu dit : « On appelle milieu ce qui n’incline d’aucun côté, et constant ce qui ne change pas. Le milieu est la voie droite pour tous les êtres, et la constance est la loi invariable qui les régit."

Les fâcheux qui vous dénigrent ne sont pas dotés de davantage d'imagination que de sens de la justice, lequel les entraînerait à peser le pour et le contre de tout.
Leur imagination se traîne péniblement jusqu'à donner une image des intervenants d'Internet, car ils ne se projettent que dans du proche, et d'une manière assez banale.

Contrairement à vous, qui avez révélé n'être pas équilibrée mais y tendre par l'écriture, d'autres s'émoussent par l'intempérance du verbe.
Vous avez dit être mariée à un homme sachant que vous aviez des avis tranchés, vous voyez qu'on vous reproche votre équilibre.

Il faut en conclure que vous avez le déséquilibre et équilibre de qui avance, de qui marche. Pas le en marche de Macron, de la vie ! Qu'on soit d'accord ou non avec vous, nul doute que votre démarche soit digne d’intérêt.
Dans les quêtes, parfois le héros combat les monstres, parfois pendant des jours des myriades de moustiques, ce dernier cas étant le plus usant ; de même, les débats d'idées sont plus intéressants que les escarmouches sur le style de la personne.

Courage !

Robert Marchenoir

@ Giuseppe | 16 avril 2019 à 00:37
"Comme vous ne croyez pas aux forces supérieures de l'esprit unes et entières il n'y a rien d'infamant à vous le faire remarquer."

Vous continuez à m'insulter. Et sans la moindre assise sur des faits. Sans le moindre rapport avec mes propos. Sans vous sentir le moindrement obligé de fournir une explication.

"Vous avez quand même des goûts de petit vieux bourgeois pressé."

Et vous, vous êtes quoi, au juste ? Un prolétaire marxiste paresseux ? Un grand bourgeois qui se la pète ? Un aristocrate qui peut se permettre de ne pas compter l'argent gratuit des autres ? Un jeune imbécile qui raconte n'importe quoi ?

Lucile

@ Savonarole

C'est pour moi une chose pénible que de lire vos remarques concernant mon jupon, ma jupe, ma coiffure, une fois passées au filtre de vos minables fantasmes personnels. Je ne vous parle pas de votre caleçon, ni de la longueur de vos cheveux, du moins ce qu'il en reste, ni de l'odeur rancie de votre haleine, facile à deviner vu l'aigreur de vos propos. Je perçois une forme de laisser-aller derrière votre recours à la facilité, et plus encore un début de gâtisme derrière votre difficulté à vous contrôler, et je le déplore, mais je ne tiens pas à en faire les frais. Et je ne veux pas ouvrir ce blog avec un sentiment de honte injustifiée. Prenez-vous en à un homme, pour commencer, et attaquez-le sur autre chose que ses sous-vêtements, ce sera moins lâche.

Giuseppe

@ Robert Marchenoir | 15 avril 2019 à 22:56

Vous voyez Bob - je me permets - d'un seul revers de main vous créez l'exception, vous éliminez celle "frelatée" d'un passé récent.
Impensable de penser aux forces de l'esprit quand cela vous arrange, il n'y a donc rien d'infamant d'avoir relevé qu'effectivement ces forces de l'esprit sont entières, et non dissociables, et comme vous ne croyez pas aux forces supérieures de l'esprit unes et entières il n'y a rien d'infamant à vous le faire remarquer.

"Avec nappe, vaisselle et tout le tralala", Bob vous comprendrez que cela ne se bâcle pas, vous êtes exigeant, je savais qu'il fallait attendre pour la cuisson, vous avez quand même des goûts de petit vieux bourgeois pressé.
Bob - je me permets - je vous laisse je vais réfléchir encore, mais je n'y reviendrai pas, mon voisin a un problème d'allumage, 1,3,4,2 je ne cesse de lui répéter, et la clé de 10 pour faire tourner doucement la tête de l'allumeur, il est un peu oublieux, Bob.

Robert Marchenoir

@ Savonarole | 15 avril 2019 à 15:06
"Oui en effet, avec Lucile il y a tout et il n'y a rien. Lucile est un courant d'air qu'il faut absolument trouver sublime, forcément. Sagesse, mesure, mise en plis parfaite, robe jusqu'aux genoux, on croirait entendre Jean-Christophe Lagarde en jupons, une centriste qui ne sait plus où elle est."

Ecoutez, ça vaut toujours mieux qu'un richard cynique qui agite ses liasses de billets sous le nez de tout le monde, qui ne croit à rien, qui se fout de tout, et qui se désennuie en troussant de petits poèmes en prose où il humilie successivement chacun des intervenants de ce blog.
______

@ Giuseppe | 15 avril 2019 à 13:18
Vous avez le cruel défaut aussi de ne pas croire aux "forces de l'esprit".

Celles à la sauce de Mitterrand, non, certainement pas. En dehors de cette exception frelatée, je ne vois vraiment pas ce qui vous permet de porter une accusation aussi infamante, et aussi éloignée de la réalité.

Depuis que vous réfléchissez au plan de table, le gigot doit être brûlé, non ? Si vous n'y arrivez pas, faites buffet, tout simplement. Quoique je vous avoue avoir une nette préférence pour mettre les pieds sous la table. Avec nappe, vaisselle et tout le tralala. A défaut de plan, ne vous inquiétez pas. Chacun se mettra où il voudra.

Giuseppe

@ Lucile | 15 avril 2019 à 14:21

Un contre trois… quatre avec vous, je ne fais pas le poids, le combat est inégal, je m'incline… Quoique... J'ai souvenir de m'être retrouvé parfois autour de gros projets en cours, chaque semaine, à un contre onze (c'était le maximum) ; le gentil Stanislas Guerini se serait retrouvé dans les cordes et compté en moins de temps qu'il ne faut pour le dire.

Je reconnais, pas de caméras, une longue table, une salle de réunion de chantier surchauffée, je peux vous dire que j'envoyais du bois… Enfin plutôt du béton, enfin les deux.
En plein été, au son des banches métalliques et des marteaux qui vont avec, dès 6 heures du matin, ou sous une pluie glaciale, trempé jusqu'aux os sous ma parka de cuir souple (c'est important quand vous montez quatre à quatre les cages d'escaliers et très résistant aux déchirures).

Je pense que votre jupe plissée n'aurait pas supporté ni résisté à ces traitements de blanchisseurs, "Sagesse, mesure, mise en plis parfaite, robe jusqu'aux genoux..." (Savonarole), vos cheveux auraient frisé tout naturellement sous la pluie, disent les coiffeurs.
Ne reste plus que trois, c'est encore jouable mais là est une autre histoire.

"Le pessimiste voit un obstacle dans chaque opportunité, l'optimiste voit une opportunité dans chaque obstacle" de Winston C.
Ma parka ne connaissait pas les illusions surtout la dernière, quand je l'ai posée pour la dernière fois nous étions tristes tous les deux.

Je taquine bien évidemment.

Lucile

@ breizmabro | 15 avril 2019 à 17:54

Pour le Tunnel sous la Manche je suis au courant ! Jamais jusqu'alors je n'avais acheté une action de ma vie, mais là ça m'a plu, j'en ai acheté pour l'équivalent de 1 500 € de nos jours. Une amie, économiste, m'a regardée d'un drôle d'air en faisant une grimace... Je crois me rappeler que l'entreprise a multiplié le nombre des actions au fur et à mesure des travaux, ce qui a divisé d'autant leur valeur. Les premiers actionnaires devaient avoir droit à quelques allers et retours gratuits Paris-Londres chaque année. Rien du tout ! Et voilà, je fais partie des gogos qui y ont cru.

breizmabro

@ Giuseppe 15 avril 2019 à 10:36
"Je ne vois pas très bien où vous voulez en arriver"

Moi non plus je n'ai pas compris l'histoire mais heureusement Martchi, lui, a tout compris. Ouf :D

-----------------------

@ Lucile 14 avril 2019 à 19:53
"Il n'y a pas que les commissaires aux comptes, il y a les actionnaires"

Oui mais les actionnaires le sont au regard du bilan de l'entreprise dûment approuvé par la (les) signature du (des) commissaire aux comptes qui ne saurait être mise en doute.

Rappelez-vous l'époque épique du tunnel sous la Manche. J'avais un ami pharmaco (un con) qui avait investi, sur le conseil de son conseiller de la Banque de France, tous ses avoirs. Résultat, sur 100 euros la mise, 2€ de retour sur investissement (à l'intention de petit Elusen : j'ai converti les francs en euros ;))

Près de 750 000 petits épargnants y ont cru. C'était l'Etat. Le tunnel c'était du solide.

Pas une action, une obligation. Mieux que du père de famille, du grand-père. Témoin l'hallucinant télex d'un trésorier-payeur général le 10 novembre 1987: "Acheter dans une optique de retraite pour les dividendes que procurera le titre : 18% en moyenne par an pendant cinquante-cinq ans".

Coup de pot (!) Vinci a racheté le projet MAIS sans le remboursement des pertes des premiers investisseurs, de ceux qui ont cru et financé le départ du projet.

Les deux question finales sont : peut-on être patron sans avoir de salariés ?

2° Après l'arrestation de Ghosn hors de France, l'entreprise Renault a t-elle continué de produire des véhicules fiables et vendables ?

breizmabro

"Excellent. Bravo. Voilà un témoignage comme on en entend peu, ici"

Et c'est Martchi qui le dit (à Lucile) (*)


(*) réf à la pub de "c'est Teddy qui l'a dit" ! ;)

Savonarole

@ Giuseppe | 15 avril 2019 à 10:36
"Je ne vois pas très bien où vous voulez en arriver, mais ce n'est pas grave."

Oui en effet, avec Lucile il y a tout et il n'y a rien.
Lucile est un courant d'air qu'il faut absolument trouver sublime, forcément.
"Le bon sens près de chez vous" publicité de la BNP des années 70...
Sagesse, mesure, mise en plis parfaite, robe jusqu'aux genoux, on croirait entendre Jean-Christophe Lagarde en jupons, une centriste qui ne sait plus où elle est.


Lucile

@ Robert Marchenoir
@ Tipaza
@ caroff

Contente de voir que nous sommes du même avis.

@ Giuseppe

Eh bien, nous ne voyons pas les choses de la même façon, mais vous aussi mon cher, il va falloir que vous vous départiez de certaines illusions :

- Un juge peut vous priver de liberté sur simple dénonciation, même en France (cf Outreau). En Russie, c'est comme ça que les hommes d'affaires se débarrassent de leurs rivaux, tout comme les politiciens d'ailleurs. En France où la rue ne manque pas de pouvoir, nous avons aussi des moyens plus doux, comme le savent Mediapart et le Canard Enchaîné.

- On prête à la France 1) parce que les Français ont des économies et que tout est prêt pour qu'ils se les fassent ponctionner par l'État en cas de situation à la grecque, 2) parce que nous avons comme monnaie l'Euro et que nous vivons aux crochets des pays européens qui ont assaini leur situation financière. Ça durera ce que ça durera 3) Je crois aussi qu'il y a beaucoup de liquidités qui trouvent difficilement preneur sur le marché avec même des taux négatifs. Ce n'est pas un exploit d'emprunter. C'est davantage un exploit de ne pas le faire.

Giuseppe

@ Robert Marchenoir | 14 avril 2019 à 23:37

Bob - je me permets - vous rasez parfois la pelouse, vous avez le cruel défaut aussi de ne pas croire aux "forces de l'esprit", la déclaration de Macron ne fera rien à l'affaire, la victoire est ailleurs :

https://i.goopics.net/1JVJK.png

Je réfléchis au plan de table, mais dans tous les cas je vous invite sur le toit du monde, inspirez, soufflez Bob - je me permets.

caroff

@ Lucile 19h38
"Ça nous coûte d'ailleurs très cher, Bercy nage dans le luxe et ses fonctionnaires ne sont pas trop à plaindre."

Pour un fonctionnaire, le rêve consiste à être en détachement à Bercy: les primes y sont incroyablement élevées et pour ceux qui y sont rattachés (Insee, personnel des finances, Mines...) c'est bingo !!
On n'est jamais mieux servi que par soi-même !!

Giuseppe

Petite digression, souvent les administrations fiscales sont critiquées. En l'occurrence je comprends toujours mieux pourquoi les prêteurs nous font confiance, il paraît que nous sommes parmi les meilleurs collecteurs et les plus fiables - je confirme.
De vrais musiciens, la transition au prélèvement à la source se fait en fanfare et sans fausse note.

Giuseppe

@ Lucile | 14 avril 2019 à 21:22

Pour finir et si je vous lis bien :

"…Nissan voulait se débarrasser de Ghosn, il a cherché ce qu'il pouvait trouver contre lui, il a trouvé, on trouve toujours. Point."

Donc si la justice le voulait elle pourrait enfermer tous les patrons de la terre, comme ça… en cherchant… Bizarre quand même.

"L'entreprise était florissante. Notre ami en tête et quelques cadres de l'entreprise ont décidé de la racheter…"

Si je comprends bien, un ingénieur salarié ne fait pas un bon dirigeant ? Des milliers de patrons réussissent très bien malgré le poids des contraintes administratives en France. J'en connais.
Je ne vois pas très bien où vous voulez en arriver, mais ce n'est pas grave.

Tipaza

@ Lucile | 14 avril 2019 à 21:22

Bravo Lucile pour votre commentaire.

Du concret, des faits, la réalité des premiers de cordée dont on attend tout en leur prenant beaucoup, beaucoup trop et pas seulement de l'argent, mais aussi la vie heureuse.


Robert Marchenoir

@ Lucile | 14 avril 2019 à 21:22

Excellent. Bravo. Voilà un témoignage comme on en entend peu, ici.

C'est toujours les Gilets jaunes "qui n'ont rien à manger à partir du 15 du mois", mais bizarrement, aucun commentateur ne connaît personnellement, ici, de Français qui jeûnent 15 jours par mois.

Et aucun commentateur gilétiste, ou gilétologue, n'a été en mesure de nous montrer les chiffres officiels de la malnutrition qui traduisent l'effroyable famine sévissant en France. (A cause de l'ultra-libéralisme. Et de Macron.)

Lucile

@ Giuseppe

Pour me résumer à propos de l'affaire Ghosn, Nissan voulait se débarrasser de Ghosn, il a cherché ce qu'il pouvait trouver contre lui, il a trouvé, on trouve toujours. Point.

Un de nos amis, ingénieur dans le Nord, travaillait pour une petite usine de retraitement d'huiles de voiture, qui marchait bien. Le patron, américain (compagnie pétrolière) a décidé de vendre toutes ses entreprises de retraitement à l'étranger. L'entreprise était florissante. Notre ami en tête et quelques cadres de l'entreprise ont décidé de la racheter. Ils ont trouvé des connaissances et de la famille qui voulaient bien être actionnaires avec eux, et une banque qui voulait bien prêter un peu. Ils se sont endettés, et ont travaillé comme des fous, ils ont découvert les lois du marché (si on n'a pas de client, chaque jour et chaque mois, on fait faillite), les lois financières (il faut approvisionner l'entreprise en capitaux, pour acheter, payer les salaires, le fisc, et faire rentrer de l'argent, et si les comptes ne sont pas en équilibre, c'est la faillite), l'administration, les lois Travail.

Notre ami a constaté que quoi qu'il fasse, il était toujours, en tant que directeur, en infraction avec une loi ou une autre. L'URSSAF, les syndicats, les clients, le fisc. Bref, toutes ces joyeusetés. Ça s'est terminé par de gros soucis, une faillite et une maladie. Heureusement pour lui et sa famille, sa femme était prof, et en régime de séparation de biens. Ils n'avaient plus de quoi partir en vacances, les amis les invitaient. Elle est veuve maintenant.

En France on parle des patrons comme en parlaient les bolcheviks, c'est culturel. Des types qui prennent des risques, travaillent deux fois plus que leurs employés, dix fois plus que les fonctionnaires territoriaux de leur province, et qui doivent se plier à tous les caprices de l'administration et des syndicats, sont considérés comme "accaparant" une richesse qu'ils créent, par leurs efforts, ex nihilo, et que personne n'aurait créée s'ils n'étaient pas là. Et quand l'État consent à leur en laisser, il fait des "cadeaux aux patrons".

Le résultat : le pays est endetté jusqu'au cou, l'horizon de nos jeunes est bouché, les cerveaux s'expatrient, l'État invente tous les jours de nouveaux impôts, le pays va mal, très mal, malgré quelques beaux restes.

Giuseppe

@ Lucile | 14 avril 2019 à 19:38

Imaginez, sur une longue période et pour d'autres lieux exotiques…
Quand on écrit 120 milliards, c'est comme pour la pêche, c'est à marée basse.
Et ce n'est pas le montant de l'amende qui va les faire boiter.

Vous êtes sur un nuage. Allons, allons, posez les deux pieds sur notre planète.

"Fraude fiscale : le géant bancaire suisse UBS condamné à une amende record de 3,7 milliards d'euros
mercredi 20 février 2019 à 15:50

Par Viviane Le Guen, France Bleu

Le géant bancaire suisse UBS, jugé pour "démarchage bancaire illégal" et "blanchiment aggravé de fraude fiscale", a été condamné mercredi par le tribunal correctionnel de Paris à une amende record de 3,7 milliards d'euros.
UBS est reconnu coupable d'avoir aidé des milliers de contribuables français à échapper au fisc entre 2004 et 2012, pour un montant estimé entre 8 et 23 milliards d'euros."

Lucile

@ breizmabro | 14 avril 2019 à 17:17

Il n'y a pas que les commissaires aux comptes, il y a les actionnaires. Et si Nissan avait suspecté des fraudes, bizarre qu'ils aient laissé faire sans demander d'explications. L'Etat français est actionnaire de Nissan. Ce n'est pas clair du tout.

Lucile

@ Giuseppe
"Alors comment expliquez-vous que la fraude fiscale en France, à laquelle tout le monde fait la chasse, se situe entre 80 et 120 milliards d'euros, bon an mal an ?"

C'est une supposition. Le chiffre circule, mais personne ne connaît le montant de la fraude fiscale et pas grand monde ne lui fait la chasse, et pour cause. Pour la fraude très répandue d'artisans qui se font payer de la main à la main sans faire de factures, comment savoir à combien elle s'élève ? Et comment lutter ? Quant à l'optimisation fiscale, elle est légale, ce n'est pas de la fraude. Les entreprises doivent optimiser leur gestion financière, sans quoi, c'est la clef sous la porte.

J'ai exercé une profession libérale, je travaillais pour des entreprises, dont certaines très grosses et d'autres très petites. Jamais au grand jamais aucune entreprise ne m'a suggéré quoi que ce soit qui puisse ressembler à de la fraude.

Les cas de corruption sont surtout le fait d'entreprises travaillant pour des élus, lesquels exigeaient un pourcentage soit pour eux-mêmes, soit pour leur parti, le plus souvent les deux, du prestataire de service. On se souvient de l'affaire URBA.

On accable Christine Lagarde (aucun enrichissement personnel, elle a consulté une dizaine de cabinets juridiques avant de se décider), mais quand il s'agit d'arrangements ordinaires comme il y en a eu des quantités à une époque à l'occasion de marchés publics, motus et bouche cousue. Si les entreprises voulaient gagner un marché public, il leur fallait payer le "bureau d'études" plus ou moins fictif. Vous qui avez travaillé dans le BTP, Giuseppe, vous avez bien une petite idée sur la question. Les syndicats aussi savaient exercer leur chantage. Je parle au passé, ou plutôt à l'imparfait, mais je ne me fais pas trop d'illusions, c'est encore d'actualité, je suppose. Quid des élus et de leurs amis profitant de logements sociaux ? Du personnel rémunéré par des établissements publics et semi-publics et mis à la disposition de militants politiques ? Des multiples créations de postes bidon dans les collectivités locales et dans les mairies, surtout après les élections, pour récompenser les militants ? Je ne suis pas si naïve que vous le croyez.

L'indignation contre Carlos Ghosn me fait doucement rire. Le soupçon de fraude fiscale est en France systématiquement associé aux entreprises privées et à leurs dirigeants, il sert en plus d'argument aux anarchistes et étatistes compulsifs, or ce ne sont pas les entreprises qui coûtent cher au contribuable.

S'il faut descendre dans la rue, ce n'est pas pour réclamer la tête des entrepreneurs, ni réclamer des impôts, plus d'impôts pour les "patrons" (que paraît-il le fisc couvrirait de "cadeaux"), sans oublier le soupçon officiel à l'égard de tous les contribuables traités comme des fraudeurs potentiels, et la prison pour Carlos Ghosn qui serait traité comme il le mérite par une justice plus juste que la nôtre... Mais en France l'impôt rentre, voilà une administration prospère et efficace, nous sommes les champions du recouvrement d'impôts, nous avons la mentalité pour ça. Ça nous coûte d'ailleurs très cher, Bercy nage dans le luxe et ses fonctionnaires ne sont pas trop à plaindre.

Mais le résultat sur notre économie et sur nos finances publiques n'est pas trop convaincant.

breizmabro

@ Lucile 14 avril 2019 à 10:45
"Comment voulez-vous que des tels détournements aient pu échapper aux commissaires aux comptes pendant si longtemps ?"

J'aime votre naïveté sur ce sujet mais un commissaire aux comptes approuve et signe les bilans "sous toutes réserves", les réserves étant que le bilan qui lui est soumis à signature a été établi "sous toutes réserves" des pièces fournies par le client.

Et ça c'est contractuel à 100% (sauf preuve contraire petit Elusen ;))

Au final la responsabilité d'une "tricherie" éventuelle ne peut être supportée QUE par le client qui n'a pas communiqué à (aux) l'expert comptable de son entreprise tous les documents nécessaires à l'établissement d'un bilan comptable rigoureux.

Adéo Lucile

Giuseppe

@ Lucile | 14 avril 2019 à 10:45

C'est cela la théorie du complot, la machination, que sais-je, et pour finir le Mikado.
Seulement là le bateau, et le reste, semblent bien réels et au lieu de baguettes il est de la même matière que pour Nanard, du sonnant et du trébuchant.

Ce procureur japonais ne connaît pas son droit, il embastille au hasard, fabrique des preuves, en France pareil il a été destitué et remplacé à la vitesse du son, inconscients que nous sommes.

"Comment voulez-vous que des tels détournements aient pu échapper aux commissaires aux comptes…"

Votre remarque est d'une grande naïveté - pardonnez-moi - alors comment expliquez-vous que la fraude fiscale en France, à laquelle tout le monde fait la chasse, se situe entre 80 et 120 milliards d'euros, bon an mal an ?

Vous jouez trop souvent avec des bûchettes, ou au Monopoly, le vrai argent ne possède ni odeur ni couleur, il est juste électronique.
Carlos G. n'est ni le premier, ni le dernier.

Le procureur japonais a dû vous entendre il ne va pas tarder à répondre complètement, bien qu'il ait fourni quelques réponses mondialement vérifiables, et pour l'instant personne ne lui a opposé un démenti sur ce qu'il a dévoilé.
Quant aux soutiens, à ce jour ils sont bien minces, sous un silence dont le bruit n'a pas réveillé grand monde.

-------------------------------------------

@ Robert Marchenoir | 14 avril 2019 à 12:55

Bob - je me permets - vous avez raison cela n'a rien à voir. Mais que vont penser les pauvres gens sur ces excès ? Sur ces "ultrariches" qui accaparent 30% du PIB, sur l'exemplarité, sur l'éthique, sur la transparence, sur l'honnêteté ?
Pensez-vous sérieusement que pour ceux que vous citez il soit une cible ? Il n'est qu'un événement de plus qui leur révèle leur misérable condition.

Gavroche

@ Lucile | 14 avril 2019 à 10:45

Il n'y a rien de tel que les multinationales et les contrats bidon multinationaux pour échapper à la vigilance des commissaires aux comptes.

D'ailleurs, ceux-ci ont pu, ou auraient pu, poser des questions sur les dépenses et les paiements qui ont été faits, et, que les réponses amicalement transmises aient noyé le poison (pas poisson).

Les refus de certifications sont rares et proviennent principalement de dénonciations faites aux commissaires. Dans le cas présent, il est probable qu'un super directeur de Renault-Nissan n'ait plus voulu être complice, par son silence, et que discrètement il y a eu une fuite en direction de la justice nippone, sans passer par des intermédiaires et avec évidement des preuves à l'appui.

Il faut être Français pour supporter pendant des années des affaires Tapie-Borloo-Sarko-Lagarde et un tribunal arbitral bidon et que tout cela n'aboutisse à RIEN, sans une révolte populaire !

Les Japonais ont encore un sens de l'honneur que les Français n'ont plus.

Robert Marchenoir

@ Giuseppe | 13 avril 2019 à 20:21
"[Carlos Ghosn] Après on s'étonnera que des sans-grade semaine après semaine descendent dans la rue."

Quel rapport ? Il y a un type, à l'autre bout du monde, qui gagne beaucoup plus que vous, et vous descendez dans la rue ?

Dans ces conditions, 100 % des gens seraient dans la rue 100 % du temps. Heureusement, il n'y a pas 100 % de fous.

D'ailleurs, pratiquement personne ne "descend dans la rue". Il n'y a plus que 30 000 manifestants, dans la France entière -- 5 000 seulement à Paris. Ils obtiennent toujours la une des médias en raison du prurit révolutionnaire français. Et en raison des exactions qu'ils commettent.

Mais c'est le même phénomène que d'habitude : la moindre manifestation au nom d'une bonne cause de gauche "fait descendre dans la rue" des "milliers de personnes", et quand vous regardez d'un peu plus près, c'est un total sur plusieurs dizaines de villes. Autrement dit, il n'y a personne. Mais la machine de propagande communiste est toujours en place, et cette poignée d'agitateurs professionnels réussit à faire parler d'elle comme si elle représentait quoi que ce soit.

Ça ne fait rien : les médias continuent à tartiner, et les observateurs à philosopher. Pendant ce temps-là, les Américains envoient des fusées dans l'espace qui reviennent se poser à reculons comme dans les albums de Tintin, les astronomes australiens se réfugient en Chine communiste pour échapper à la dictature socialiste en vigueur dans les universités de leur pays, les Israéliens envoient un vaisseau spatial sur la lune, les Indiens testent avec succès une arme anti-satellites...

En France, les médias photographient, avec délectation, un manifestant professionnel qui est l'unique producteur des jolies pancartes gilétistes vertes, rouges et jaunes. Ce sont ses œuvres qui s'étalent dans toutes les photos de presse. Il a été interviewé par L'Humanité. Depuis vingt ans, il passe sa vie à manifester. Il a pourtant un métier : il est professeur-fonctionnaire. Visiblement, cela lui laisse beaucoup de loisirs. Et suffisamment d'argent pour sillonner la France.

Après, on s'étonne de manquer de "moyens" (en bon français : de l'argent gratuit des autres). Les neuneus gilétistes s'étonnent que l'essence coûte cher. La gauche de gauche et la gauche de droite se tordent les mains en déplorant le "chômage" (mais en oubliant de regarder chez nos voisins, où il est beaucoup plus bas, quand il n'est pas carrément inexistant).

On ne peut pas, à la fois, nourrir des manifestants professionnels, créer le progrès technique, et gagner beaucoup d'argent. Il va falloir choisir. L'obtention du "cul de Macron" (ou de celui de qui que ce soit d'autre, voir le RIC) ne peut permettre de lever cette impossibilité.

Pour faire décoller des fusées, il faut respecter les lois de la physique. Pour voir de l'argent arriver sur son compte en banque, il faut respecter les lois de l'économie.

En France, on est très forts pour écrire de jolies phrases qui servent à dissimuler la réalité.

Lucile

@ Giuseppe | 13 avril 2019 à 20:21

Ne jugez pas trop vite. Selon moi c'est une machination. Comment voulez-vous que de tels détournements aient pu échapper aux commissaires aux comptes pendant si longtemps ? Les intérêts en jeu sont colossaux, et les méthodes pour les préserver sont parfois vilaines. Cette histoire est cousue de fil blanc. Elle ressemble à un casse-tête japonais, vous savez ces jeux où il faut d'abord mettre une pièce complètement de travers pour pouvoir avancer, puis la retirer ensuite.

Gavroche

@ Giuseppe | 13 avril 2019 à 20:21

Bravo les Japonais !

France terre de culture de la race des escrocs !

Ce type a-t-il financé la campagne présidentielle de Macron ?

Macron était-il dans le coup de l'escroquerie de la vente des Rafale à l'Inde (voir l'actualité de ce qui se passe là-bas) !

Hollande et Sarko finiront-ils en prison, comme cela devrait être ?

Giuseppe

Orange avec AFP-Services, publié le samedi 13 avril 2019 à 19h00

"Arrêté une nouvelle fois le 4 avril, Carlos Ghosn espérait obtenir sa libération anticipée en faisant appel de sa détention.

Carlos Ghosn va rester en prison.[…]Prolongation de sa garde à vue jusqu'au 22 avril
Vendredi, le tribunal de Tokyo avait autorisé la prolongation de sa garde à vue jusqu'au 22 avril. […]Il s'agit du sultanat d'Oman, d'après des sources proches du dossier. Sur un total de 15 millions de dollars versés entre fin 2015 et mi-2018, 5 millions ont été utilisés pour le bénéfice personnel de Carlos Ghosn, selon le bureau des procureurs. D'après des éléments de l'enquête interne de Nissan, une partie des sommes qui auraient été détournées ont abouti sur les comptes de la société "Beauty Yachts", dirigée par son épouse Carole Ghosn et enregistrée dans les îles Vierges britanniques."

Après on s'étonnera que des sans-grade semaine après semaine descendent dans la rue.

Robert

@ Michelle D-LEROY | 12 avril 2019 à 13:26

Merci pour les précisions apportées. J'apprécie aussi vos commentaires et me sens très proche de vos avis. Je pense que nous avons la même vison (gaullienne) de la Nation, de la France, de la République. Et mon commentaire n'avait pas de visée critique, mais de complément à ce que vous aviez écrit.
Enfin, je suis sensible à votre situation et vous souhaite de conserver moral et courage, parce que ces situations sont toujours difficiles à gérer, ce que nos technocrates LRMistes, par leur jeunesse et leur manque d'expérience de la vie, sont peu en mesure d'intégrer dans leurs raisonnements.
Très cordialement à vous.

Michel Deluré

@ Gavroche 12/04 11:04

Je n'exprime effectivement que mon avis, sans la moindre prétention de l'imposer à quiconque, de la même façon que vous exprimez le vôtre et que nous ne sommes pas obligés de le partager.

Permettez-moi simplement de vous faire remarquer, lorsque vous affirmez que « l'on ne donne plus la parole qu'à Macron (comme cela avait été fait avec Hollande et Sarkozy) », qu'au final et s'agissant tant de FH que de NS, c'est bien le peuple qui a eu le dernier mot et qui a montré la sortie à ces deux Présidents au bout d'un seul quinquennat, avec incitation pour le premier à ne même pas se représenter et non-réélection pour le second.

Avouez qu'il doit être excessivement difficile de trouver de par le monde de tels exemples de dictatures, puisque c'est le terme auquel vous faites référence !

Exilé

@ Achille
« Vu le mal-être existentiel qui semble s'être emparé des Français et qui ne date pas de la période Macron, il ne serait pas étonnant qu’en 2022 ils votent extrême droite ou extrême gauche. »

Ah, toujours votre ritournelle sur les « extrêmes »...
Vous devriez changer de disque, ça finit par devenir lassant.

Certes, nous retrouvons l'extrême gauche en la personne des crypto-trotskistes qui ont infesté le PS et probablement en partie LaREM dans la foulée, mais où voyez-vous une « extrême droite », sachant qu'il n'existe pas de droite authentique ?

Michelle D-LEROY

@ Robert

Je pense que je me suis mal fait comprendre, lorsque je dis l'Etat devra faire des concessions, je pensais que le gouvernement devra faire de gros ajustements pour que les inégalités soient moins criantes et que les catégories soient le moins clivées possible.

Depuis l'arrivée de Macron on assiste à des fractures inadmissibles de notre société. Hier soir j'écoutais chez Pujadas un débat sur les retraités. Une catégorie à part qu'on fait passer pour nantie et privilégiée. Alors qu'à l'intérieur même de cette catégorie il y a tant de cas et de disparité. On compare les pays voisins, on annonce des moyennes et vlan voilà les nantis. Cela m'exaspère profondément. Heureusement les débatteurs ont recadré les clichés émis.
Mais c'est idem pour d'autres catégories, on oppose les retraités et les actifs, les métropolitains et les ruraux, les banlieues et les centres villes, les intellectuels aux manuels, etc. etc.
Diviser pour mieux régner ? non ! diviser pour mener la politique désirée par les macronistes.

On a voulu amener 80% ou plus d'élèves vers le bac au nom de l'égalitarisme et aujourd'hui on pleure parce qu'on n'a pas de main-d'œuvre pour les emplois sans qualification et donc des emplois non pourvus... une manière d'amener une réforme de l'assurance chômage et de nous prouver que nous avons besoin de main-d'œuvre étrangère.

Certes Macron n'est pas responsable de tout car cela fait des années qu'on nous conduit vers ce que nous vivons aujourd'hui, entre délocalisations et mondialisations, sauf que depuis 2017 tout s'accélère.

J'aime beaucoup lire vos commentaires argumentés et de bon sens, malheureusement en ce moment je manque de temps car je m'occupe de ma vieille maman qui vient de rentrer à l'EHPAD et là-dessus aussi j'aurais beaucoup de chose à dire.

Bon week-end.

Exilé

@ Michel Deluré
« ...il y a en France certains codes, certaines traditions à respecter... »

En France ou bien sous le régime qui a fait main basse sur elle ?
Dans le dernier cas, les Gilets jaunes - ou du moins certains individus violents qui ont tenté de se faire passer pour tels - ne font guère que se conformer aux « traditions » de 1789 chantées et vantées partout, à l'école, dans la littérature, au cinéma, par les noms de rues et de bâtiments publics et bien entendu à travers la propagande, du genre Bi-Sangtenaire et autres...

Si l'on en pince pour tout cela, inutile de venir se plaindre ensuite.

Garry Gaspary

@ Exilé
"Mais ce sont pourtant ces mêmes abrutis qui ont élu M. Macron et ses acolytes, non ?"

Ben non, justement ! Les Gilets jaunes n'ont pas élu Macron puisque les Gilets jaunes ne votent pas, vu que pour un Gilet jaune, voter ne sert à rien.

C'est ce qui rendait d'ailleurs l'émission Répliques qui leur avait été consacrée d'un comique sans nom où chaque invité se ridiculisait à tour de rôle en nous expliquant doctement que les Gilets jaunes étaient la France que l'on avait eu le tort de ne pas écouter.

Evidemment, neuneus, que personne n'écoutait les Gilets jaunes puisque le propre du Gilet jaune est de ne pas s'exprimer. Et si le Gilet jaune ne s'exprime pas, c'est tout simplement parce qu'il n'a rien à dire !

D'où le RIC ! Parce que si le Gilet jaune revendiquait quelque chose de politiquement concret, il dirait simplement : "Je veux cela !" Mais vouloir le RIC, c'est dire : "Personnellement, en tant que Gilet jaune, je ne sais pas ce que je veux, mais le peuple, lui, il sait ce qu'il veut, et grâce au RIC, il nous le dira !"

Sauf que le peuple s'est déjà exprimé. Et il a dit qu'il voulait Macron.

sbriglia

Euh…

La contrepèterie du titre, Philippe, c'est freudien ?

Aliocha

Mais même en Suisse, le référendum est soumis aux lobbys, les diktats financiers imposant toujours leur puissance et orientant la décision populaire dans leur sens.
C'est le même problème que l'imposition des GAFAM, et du profit en général qui devrait toujours être imposé à l'endroit physique où il est généré car il bénéficie des infrastructures locales, tant que Mercedes craindra de ne plus vendre ses voitures à ceux qui nous tyrannisent, il sera difficile d'aller vers plus de justice, et plus de justesse dans l'appréhension des problèmes qui se déclinent à l'échelle mondiale, notamment l'écologie.

Les machines de l'artifice intelligent, merveille de technologie, fonctionnent sur les courbes du profit, ne sont plus en conséquence en relation avec le réel et génèrent cycliquement leur crises payées toujours par les mêmes, l'exaspération des jaunes n'a d'autre origine.

Le référendum devrait se porter sur cette exigence, la classe moyenne mondiale réclamant aux Etats cette condition indispensable à la survie de l'humanité, donnant à chacun la possibilité d'adhérer plutôt que de combattre, de travailler plutôt que de râler, de s'émanciper plutôt que de se soumettre.
La jeunesse indique le chemin, les scientifiques lui emboîtent le pas, il est l'heure, mes seigneurs, de ravaler colère et ressentiment, que Macron retrouve le rail gauche pour la roue gauche, la droite retrouvant le Droit, le peuple de France alors pourra se souvenir qu'il n'est pas si abruti que cela, qu'en ses veines coule le sang de la démocratie et de la résistance aux plus forts, qu'il n'est pas nécessaire de s'archipéliser par imitation de la perfide Albion, mais de toujours savoir retrouver le chemin du plus juste, celui qui est inscrit dans nos lois et se découvre pas à pas, le pas de la gloire future d'un avenir possible :

https://science.sciencemag.org/content/364/6436/139.2.full

A vos Google Trad !

Gavroche

@ Michel Deluré | 12 avril 2019 à 09:49
"Je ne sais si pour exprimer ses mécontentements, donner quelques chances à ses doléances d'aboutir, il y a en France certains codes, certaines traditions, à respecter s'il faut entrer comme vous l'écrivez « dans des cases standard », mais ce dont j'ai la certitude en revanche, c'est que le chemin choisi par les Gilets jaunes ne constitue certainement pas le meilleur des exemples pour atteindre ces objectifs."

C'est votre point de vue mais comme l'on dit en France : "chacun voit midi à sa porte".

Vous avez dû quand même remarquer que l'on ne donne plus la parole qu'à Macron (comme cela avait été fait avec Hollande et Sarkozy), c'est-à-dire que le peuple une fois qu'il a voté doit la fermer même si ses élus ne font pas ce qu'ils ont promis.

Depuis Mitterrand la démocratie n'est qu'une longue dérive vers la dictature et il faut bien que nous puissions exprimer notre mécontentement lorsque cela est nécessaire. Nous sommes gouvernés par deux sectes mondialistes et un monarque : Pinocchio, formaté par ses deux sectes.

Ne cherchez pas la cohérence dans l'expression de la révolte… 1789 nous permet de le comprendre… attendez-vous plutôt à une intensification de cette révolte dans les années à venir ; ce qui nous permettra de changer de Constitution.

Félicie OXI

Monsieur le Magistrat honoraire,

Ce citoyen devenu président de notre République aurait pu être un de vos élèves de l’Institut de la parole.
La photo que vous avez choisie est révélatrice de « notre mal français ».
La porte de l’ascenseur social s’ouvre à ceux qui maîtrisent la langue écrite littéraire.
Des êtres humains de nationalité française qui souffrent, piétinent de colère sur ces marches de l’Académie de la Musique et des Arts.
Les livrets des opéras peuvent aborder les sujets universels comme les situations de pauvreté mais ils sont traduits en musique pour que « des dames chèrement enrobées et escortées par de hauts fonctionnaires ou des dirigeants du CAC 40 » puissent poser leur séant devant l’orchestre.
Jamais RIC, toujours CAC.

Michel Deluré

@ Exilé 11/04 13:54

Je ne sais si au bout de cinq mois j'ai encore du mal à saisir le sens profond de ce mouvement des Gilets jaunes - mes neurones commencent peut-être à être engourdis par les ans ? - mais ce que je sais en revanche, c'est que l'expression du malaise auquel vous faites référence ne s'est pas effectuée, loin s'en faut, dans les conditions susceptibles de lui garantir crédibilité et efficacité.

Je ne sais si pour exprimer ses mécontentements, donner quelques chances à ses doléances d'aboutir, il y a en France certains codes, certaines traditions, à respecter s'il faut entrer comme vous l'écrivez « dans des cases standard », mais ce dont j'ai la certitude en revanche, c'est que le chemin choisi par les Gilets jaunes ne constitue certainement pas le meilleur des exemples pour atteindre ces objectifs.

Et c'est en cela que, pour répondre au thème abordé par notre hôte, j'ai affirmé que ce mouvement des Gilets jaunes, dans les travers qu'il a montrés à tous les niveaux, constituait entre autres le meilleur des répulsifs pour tous ceux qui seraient tentés de considérer le RIC comme la solution vertueuse pour sauver la démocratie.

Quant à la solution que vous préconisez pour ceux de nos politiques qui ont commis les erreurs les plus grossières, plutôt que de les limoger - mais peut-être avez-vous choisi ce terme à bon escient, tel un clin d'oeil ! - pourriez-vous simplement suggérer de les révoquer ? Simple petite remarque anecdotique !

Gavroche

@ Exilé | 12 avril 2019 à 09:05

La classe politico-médiatique que vous évoquez est effectivement une organisation malfaisante qui tente de détruire les nations européennes afin d'en devenir les propriétaires.

A ce sujet, un article paru ce jour dans le journal La Croix nous annonce un ouvrage de Benoît XVI, dont j'extirpe quelques phrases :

https://www.la-croix.com/Religion/Catholicisme/Pape/Abus-sexuels-texte-troublant-Benoit-XVI-2019-04-11-1201015045

Benoît XVI se refuse à imaginer « une autre Église ». « L’idée d’une meilleure Église, créée par nous-mêmes, est en fait une proposition du Diable, par laquelle il veut nous éloigner du Dieu vivant, à travers une logique trompeuse par laquelle nous sommes trop facilement dupés », estime-t-il. Plutôt qu’« une autre Église venue de nos propres desseins », et dont « nous n’avons pas besoin », il faut, explique-t-il, « un renouveau dans notre foi dans la réalité de Jésus-Christ qui nous est donné dans le Saint-Sacrement ».

Ce texte, dérangeant à bien des égards, Benoît XVI en a prévenu le pape François, affirme-t-il. Au Vatican, où l’on confirme que le pape actuel a bien été mis « au courant » de la publication, – ce qui ne signifie pas qu’il l’a approuvée –, on rappelle aussi qu’il s’agit là de « réflexions qui n’ont aucune valeur magistérielle ».

Je regrette qu'Ernest Renan ne soit plus parmi nous, il aurait rééduqué notre société diabolisée par deux sectes.

Achille

@ Exilé | 12 avril 2019 à 09:05
« Mais ce sont pourtant ces mêmes abrutis qui ont élu M. Macron et ses acolytes, non ? »

Avant Macron, les mêmes « abrutis » ont voté Mitterrand, Chirac, Sarkozy et même Hollande.
Un coup à gauche, un coup à droite et finalement un coup qu’il pensait être à gauche et qui finalement est plutôt à droite.

Vu le mal-être existentiel qui semble s'être emparé des Français et qui ne date pas de la période Macron, il ne serait pas étonnant qu’en 2022 ils votent extrême droite ou extrême gauche.
Avec les abrutis il faut d’attendre à tout, surtout au pire !

Exilé

Petite question.
La classe politico-médiatique, qui craint pour son fromage, joue sur les peurs en nous présentant le RIC comme un danger sous le prétexte que l'on ne confie pas un tel outil à un peuple d'abrutis. Admettons.

Mais ce sont pourtant ces mêmes abrutis qui ont élu M. Macron et ses acolytes, non ?

semtob

Cher Philippe,

Il est inutile de prendre en grippe le RIC puisqu'il est déjà mort.

La nouvelle lutte est désormais le 11ème article et le référendum qui permettra de garder notre aviation civile.
Si la France avait besoin d'air et de nouveaux envols de colère, elle a enfin trouvé une bataille qui va faire planer chacun.

Avez-vous retrouvé le petit avion plastique de votre premier vol ?
C'est l'objet incontournable qu'il faut mettre en vedette sur sa bibliothèque, son poste télé, sa cheminée, son balcon et surtout qu'il faut imprimer sur son tee-shirt, son slip, son maillot de bain, son canotier, ses talons de boots ou ses tennis.
C'est l'objet qu'il faut dessiner sur le sable, à la craie sur les trottoirs, sur la neige et sur les toits.

Il y a peu de temps nous avons suivi avec intérêt un reportage sur les préparations des Etats-Unis concernant les risques d'attentat et d'accident nucléaire et le rôle de l'avion civile y était développé pour prévoir le déplacement rapide des populations civiles habitant dans un rayon de 10 à 50 kilomètres plus loin que la zone sinistrée, la zone centrale étant jusqu'à présent sans solution de secours en dehors du transfert du Président et des membres du Congrès dans des montagnes creuses pour assurer la continuité de la démocratie en cas de sinistre.

Il est hallucinant qu'un Etat comme la France ne considère plus ses fleurons et la sécurité de ses habitants et tremble de dépasser de quelques miettes les 3% pour que cela fasse beau sur le papier.

L'intelligence artificielle est un projet, un outil, mais ne doit pas faire oublier les réalités mondiales, les priorités sécuritaires.

Une majorité de Français se trouve à proximité d'une centrale nucléaire et chacun se fera un honneur, une obligation de défendre la sécurité aérienne, de défendre des nuisances sonores et des possibilités de fuir un risque potentiel pour lui-même et sa famille.
Oui, ce référendum, nous le sentons bien et nous agirons de toute notre conviction pour sauver l'espace aérien de France, pour garder l'indépendance aérienne et pour sauver la recherche et le développement de l'aérospatiale.
Monsieur Le Maire nous pompe l'air et Villani peut continuer de pomper les travaux de recherche de ses potes pour se donner l'air de ses mondanités.

Oui, le RIC était du chichi à côté de la violence qui va s'emparer de l'ensemble de la population et cette fois le gouvernement et le Conseil constitutionnel pourraient avoir un minimum d'anticipation pour éviter des réactions de masse.
françoise et karell Semtob

Wil

"Parce qu'avoir le droit de donner régulièrement son avis sur des problèmes qui vous concernent n'est sans doute pas le pire moyen pour insuffler un second souffle démocratique dans une France qui s'étiole sur ce plan."

C'est là où l'on constate que les politicards français sont des crétins quelle que soit la soi-disant "Grande Ecole" dont ils sortent parce qu'il est bien plus facile de manipuler un peuple avec des référendums en lui faisant croire qu'il a son mot à dire sur la politique de l'Etat si on sait choisir les sujets et donc la formulation des questions avec intelligence que pas de référendum du tout ce qui crée de la frustration.

Si le peuple français est assez c*n pour élire comme président de la République un représentant de commerce vaguement comédien (pléonasme) à la petite semaine comme Macron, le pouvoir n'a rien à craindre sur les réponses que la populace pourrait donner à propos d'un référendum.
La preuve, le "brave" (abruti, c*n, stupide, et tous les synonymes possibles en langue française et même étrangère, de l'humanité, de l'univers) a voté non à la Constitution européenne en 2005 et a voté Sarko en 2007 qui avait dit qu'il voterait la Constitution.
Quand on en est à ce niveau de con**rie il n'y a plus qu'un recours...

Philippe Dubois

Bonsoir Monsieur Bilger

Vous écrivez : "celle de Français travaillant mais ne trouvant plus pour eux ni pour leur famille de quoi subsister dignement".
Les gens que je rencontre pendant les manifs de Gilets jaunes ne veulent pas subsister : ils veulent simplement pouvoir vivre.

Par ailleurs, le RIC ou équivalent existe déjà en Suisse : pourquoi pas en France ?
Même si le peuple français est soumis depuis plusieurs années à un véritable lavage de cerveau de la part d'une Education nationale marxisée jusqu'au trognon et de médias pourris jusqu'à la moelle.

Giuseppe

AFP, publié le jeudi 11 avril 2019 à 16h37

"Des élus se sont interrogés sur la nomination de Raphaële Rabatel, épouse du chef de file des députés LREM Gilles Le Gendre, comme directrice de la communication de La Française des jeux, juste avant l'adoption définitive jeudi de la loi Pacte qui prévoit sa privatisation.

"Si cette information est exacte, c'est profondément choquant. Surtout venant d'une majorité donneuse de leçons comme jamais !", a tweeté le député LR Daniel Fasquelle."

Même si elle en avait les compétences, toujours les mêmes rengaines de préférences, pourquoi se gêner ?
Dans le fond ils ont raison, tous ceux qui sont passés avant faisaient de même, le nouveau monde éclabousse l'ancien, non seulement ils ne s'embarrassent pas d'éthique mais en plus ils n'en ont rien à fiche.

On n'en sortira pas. L'endogamie politique portée ici à son plus haut niveau de cynisme, même pendant la crise tout prospère… Au fait quelqu'un connaîtrait-il son nouveau salaire ? Je vous fiche mon billet pourri/perdu du Loto que le sien est un gagnant et là je ne pense pas me perdre… Le Palmipède devrait nous révéler le nombre exact de chiffres.

boureau

Patrice Charoulet et votre parti politique favori LR.

Le représentant de votre champion LR, François-Xavier Bellamy, a été d'une bonne hauteur de vue dans ses réponses à Ruth Elkrief ce soir.

Il fait son chemin et peut remonter dans quelques semaines le score de LR vers 17/18% comme je le pense.

Certes, il ne sera pas dans les deux premiers, mais ses électeurs potentiels proviendront de LREM, ce qui entraînera de facto la première place du RN aux élections européennes.

Particulièrement à surveiller, les retraités (électeurs quasi inconditionnels de Macron). Accepteront-ils d'être cocus une nouvelle fois en votant LREM ?

Voilà un scénario hautement probable, que ni E. Macron, ni ses conseillers n'avaient prévu. Mais nous n'en sommes pas encore là.

Cordialement.

Savonarole

En somme le RIC se termine en rictus...

Robert

@ Exilé | 11 avril 2019 à 13:54 et Michelle D-LEROY | 11 avril 2019 à 16:20

Je rejoins vos commentaires.

Le seul bémol que je me permettrais auprès de Michelle D-LEROY est relatif à cette incise : "l'Etat devra faire des concessions".
En effet, tout dépend de la définition que l'on donne de l'Etat. Force est de constater qu'il convient de ne pas adopter celle des ultra-libéraux pour qui c'est l'ennemi absolu et dont il faut en permanence réduire le périmètre comme les ressources pour tout confier au Dieu Marché, censé être le seul capable de bonne gestion. Or, cet Etat qu'ils dénoncent, c'est le leur, celui qui impose aux citoyens, considérés comme des charges, des politiques de taxation à outrance des classes moyennes, qui rejette le principe même d'égalité des citoyens en fractionnant le peuple en entités que l'on défavorise ou favorise au gré des échéances électorales.

Ainsi par exemple de la dissociation des retraités entre petites retraites qui seront ré-indexées au coût de la vie, et les autres, les moyennes notamment, la grande masse, qui seront toujours plus taxées, leur rendant impossible l'accès en EHPAD.

C'est aussi cet État qui rejette la péréquation entre les régions de France au profit des métropoles, les territoires gagnants, et au détriment du reste du pays, les losers qui n'ont droit à aucune considération de cet État libéral qu'ils dirigent de façon particulièrement autoritaire au prétexte d'un progressisme dont on attend encore une définition.

C'est ici l'inverse exact de l’État républicain qui doit veiller au seul intérêt général, la périphérie n'étant qu'un coût, alors que leur État est celui des catégories, notamment urbaines, traitées différemment et plus avantageusement...
Mais, malgré les invocations à la République de la part de ceux qui nous dirigent tout comme précédemment au fameux pacte républicain des socialistes, nos dirigeants exercent leurs talents dans l'exact inverse des principes fondamentaux de la République. Il y a donc le discours et la réalité de leur politique !

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

  • Causeur
    causeur.fr du 13 octobre "Philippe Bilger, le style fait l'homme", par Thomas Morales
  • Le Point
    Philippe Bilger : « Le mur des cons a fracturé la confiance dans la justice », lepoint.fr du 11 octobre.
  • Sud Radio, "Le Grand Matin"
    Tous les vendredis de 8 h 45 à 9 h 15, débat dans la Matinale de Patrick Roger.
  • CNews, "L'Heure des Pros"
    Tous les mercredis de 9h à 10h30, animé par Pascal Praud.
  • Sud Radio "Les Vraies Voix"
    Tous les jours du lundi au vendredi de 17h à 19h, émission de débat et de divertissement animée par Christophe Bordet.

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS