« Le chewing-gum : liberté ou décadence ? | Accueil | Un dimanche en ordre et en désordres... »

31 mai 2019

Commentaires

vamonos

Dans le domaine des réformes, tout reste à faire.

Les réformes cosmétiques réalisées à la SNCF ne sont rien à côté de ce qui reste à faire. Le code du travail continue de pénaliser la compétitivité des entreprises.

Le classement 2019 de la productivité des pays est connu. Sans surprise Singapour et les USA conservent les deux premières places. La France est loin, elle continue de perdre des places.

Pendant qu'en France, on fait de la politique qui en fait se résume à conserver des acquis et inventer de nouvelles taxes, dans les pays civilisés on agit, on invente de nouvelles manières de gagner de l'argent et de l'investir. Les Français qui visitent Singapour sont subjugués. D'un point de vue économique, les investisseurs définissent Singapour comme un lieu à mi-chemin entre la Suisse et Israël.

finch

Je reproduis mon commentaire d'il y a quelques jours sur ce blog qui reste en vigueur dans le présent billet :

« …Ne pas retourner sa veste dans la tempête : telle est la noblesse ! Éric Ciotti a été très digne ce matin sur LCI ne réclamant pas de tête, de même que Tillinac, un peu plus tard, qui a rappelé que Chirac, dans les années 70, était un peu comme Wauquiez maintenant, impopulaire, arrogant. Cela n'a pas empêché le destin qui a été le sien.

La droite républicaine a été explosée façon puzzle, mais elle va se reconstituer pour gagner des échéances futures. 2022 reste accessible. Macron, ce mauvais président, a été machiavélique. Il faut bien lui reconnaître cette qualité : bon stratège pour l'enfumage, excellent communicant, mais exécrable gestionnaire du pays qui explique d'ailleurs sa divergence avec la chancelière allemande qui a constaté que ses erreurs ont accru la dette de la France et que sa promesse de la suppression des 120 000 fonctionnaires d'ici 2022 a été passée par pertes et profits. Je ne comprends pas que les retraités ne l'aient pas sanctionné pour son vol à l'étalage de leur pécule, faussement restitué pour grappiller du bulletin de vote.

Une pléthore de candidatures a noyé la liste de FXB, et la focalisation par le président sur l'enjeu prétendument essentiel que LREM batte le RN a agité le vote utile.

De ce fait, LR ont été broyés entre les deux mâchoires d'un étau jusqu'à réduction à la portion congrue.

LR doit se ressaisir. Malgré les apparences, beaucoup d'électeurs lui restent fidèles. De beaux lendemains après l'hurricane sont possibles. C'est la seule liste qui soit susceptible de sortir le pays de l'ornière. Si les votes avaient été corrélés à un Q.I. élevé, on n'aurait pas vécu la honte des résultats de dimanche soir. Dans le cas contraire, le populisme se gave. »

    ________________________________________________________________________

« Est-il concevable aussi, sans être qualifié de fasciste, de glisser dans la réflexion la piste d'une union des droites quand un jour peut-être le retrait de Marine Le Pen aura dédiabolisé cette éventualité ? » (P.B.)

J'ai du mal à concevoir l'union des droites, malgré l'idée qui commence à pointer (cf. le débat de ce jour sur LCI, avec François d'Orcival comme intervenant, où a été évoqué le recours possible à Marion Maréchal-Le Pen…). Robert Ménard prône évidemment à fond la piste. À mon sens, il est impossible d'envisager la fusion du vote populiste et du vote gaulliste.

Ce n'est pas la même population, pas les mêmes valeurs, pas les mêmes ressorts, pas la même conception des intérêts de la France ! C'est marier l'eau à l'huile.

Philippe Bilger a beau dire. On n'effacera pas l'ADN du RN. L'image pesante du père sur sa succession et les canalisations insalubres de ses idées pèsent toujours aussi lourd.

Chirac a toujours détesté le FN. Ce n'était pas sans raison : quand on vient du fascisme, nul relent ne disparaît jamais.

Il suffit de voir l'Italie de Salvini pour rejeter ce projet d'alliance malsaine, contre-nature, cette imbécillité politique putride doublée d'une promesse de lapidation du pays. La France n'a-t-elle pas assez d'ennuis ?

Perdre une partie de l'espoir est déjà assez, s'il faut en plus abandonner l'honneur…

boureau

"Tout est perdu y compris l'honneur"

Parler d'honneur perdu à propos de certains hommes politiques c'est leur faire justement trop d'honneur, cher P. Bilger.

J'aime votre analyse. La phrase essentielle :

"Est-il concevable aussi, sans être qualifié de fasciste, de glisser dans la réflexion la piste d'une union des droites quand un jour peut-être le retrait de Marine Le Pen aura dédiabolisé cette éventualité ?"

Non pas "un jour peut-être" mais très rapidement.

La droite qui n'a pas rejoint LREM est bonapartiste. Une partie importante du RN l'est aussi. C'est ainsi qu'une reconstruction d'une vraie droite - qui ne doit rien à la gauche - peut envisager une renaissance.

Cette démarche impose de briser bien des tabous et je ne pense pas Wauquiez capable d'entamer ce tsunami alors que, paradoxalement, ses électeurs sont prêts.

Pour l'instant cher P. Bilger contentons-nous de la tactique du génial amiral Nimitz : les petits pas. En attendant peut-être l'arrivée en scène politique du duo Marion Maréchal / François-Xavier Bellamy.

Il reste trois ans quand même ! Il peut s'en passer des événements pendant trois ans, vous comme moi le savons bien !

Cordialement.

P.-S.: A noter, comme vous le faites, la duplicité de N. Sarkozy, qui se croit encore un destin national et détruit son parti. C'est bas !

Claude Luçon

Ayant eu le privilège de ne pas subir pendant un demi-siècle le lavage de cerveau, le matraquage systématique inspiré des pensées du petit père des peuples, plus simplement "Ne pense pas, je pense pour toi !". Nos compatriotes continuent de s'abandonner à la pensée de nos zélites.
Il est clair, pour commencer, que les syndicats en sont restés aux prolétaires illettrés de la révolution industrielle de la fin du 19ème siècle, ils défendent toujours les gamins au fond des mines.

A l'échelon supérieur il semblerait qu'une situation similaire soit de règle.
Ni les syndicalistes, ni les politiciens, ni les médias ne semblent avoir compris que le monde civil a évolué, pas eux !
Nous n'en sommes plus à l'époque où la majorité des citoyens étaient illettrés et n'avaient ni radio, ni télévision, ni Internet donc devaient s'en tenir à ce que leur racontait le curé (la droite) ou l'instituteur (la gauche) et aux quelques instruits qui brandissaient fièrement leur certificat d'études ce qui leur permettait de lire le journal le dimanche au bistrot aux hommes, le coude sur le bar, pendant que leurs femmes et leurs gamins étaient à la messe.

Les citoyens d'aujourd'hui, en majorité bacheliers, ayant accès à toutes sortes d'informations, sont parfaitement capables de penser par eux-mêmes à partir de 16 ans, même avant.
Capable d'argumenter avec les intellectuels sans complexe.
La "ligne" politique n'est plus le fait de quelques individus et d'un manifeste, elle est individuelle.
La première révolution que nous vivons, il y en a plusieurs en cours, est que le citoyen français, et il semble européen, veut faire ce qu'on toujours fait les Américains où le citoyen est au centre du pouvoir comme le dit leur Constitution.
Les Gilets jaunes qui demandent à être écoutés et les jeunes qui manifestent partout en paix par millions en clamant leur volonté de nettoyer la planète font exactement cela. Qu'une élection 34 listes nous soit proposée n'est pas une preuve de chaos politique, c'est une preuve d'un besoin du citoyen de se faire entendre.
L'époque où l'on respectait le titulaire du certificat d'études n'est plus et celle du diplômé de l'ENA est en train de disparaître sous nos yeux.

La vieille conception en division du monde en partis politiques aux théories fumeuses est en voie de disparition.
Le citoyen n'a plus besoin que l'on pense pour lui, il sait le faire tout seul.
Les LR chercheront en vain une nouvelle ligne à nous suggérer, il n'y a plus de lignes, nous sommes passés à l'ère de l'éventail. Une ère où il est normal d'avoir des désirs de soviétisme et de capitalisme en même temps. C'est exactement ce que EM et MLP ont compris mais pas les fossiles des PS, LR, LFI et autres.
Le citoyen d'aujourd'hui veut sélectionner ce qui lui convient pas avoir quelqu'un qui veut l'embarquer vers un destin étriqué.
Les citoyens européens viennent de vivre plus de trois quarts de siècle, trois générations, en paix, sans se massacrer tous les 25 ans par millions, ils demandent qu'on leur offre un leader digne de ce nom, pas une ligne de pensée politique.

Charles de Gaulle rejetait la notion gauche-droite, il se voulait responsable devant le peuple pas devant les politicards, il a fallu 75 ans pour le comprendre, mais nous y sommes, c'est à leur façon ce que font EM et MLP. Avec le tournant matérialiste que nous offrent le numérique et les nouvelles sciences, il faut comprendre que nous avons aussi une révolution de la pensée individuelle. La politique n'existe plus, il suffit de voir les débats de télévision, tous ne sont que de la spéculation sur des bases qui ne sont plus d'actualité, s'appuyant sur des sondages prétendant guider le peuple, pas l'écouter.

Par ailleurs tout le monde geint parce que nous n'avons pas de troisième parti politique entre LREM et le RN ?
Les Américains vivent fort bien, dominent le monde avec seulement deux partis, tous deux de droite suivant nos critères, sans doctrines précises, avec la même Constitution depuis 1788 à laquelle ils n'ont fait que 27 amendements en 230 ans, Constitution pourtant inspirée des penseurs français. Dans le même temps nous avons eu cinq Républiques, deux Empires et trois Monarchies, plus les 100 jours et l'Etat français de Pétain, en attendant la VIe république de Mélenchon.

Les gens ne trahissent pas en changeant de parti, ils cherchent simplement qui correspond à leur conception du monde et ignorent les dinosaures de la politique, butés comme des mules, qu'il est devenu insupportable d'écouter.

J'en suis devenu fan de foot par voie de conséquence, trahissant ma passion du rugby !
J'aime mieux voir l'enthousiasme d'un Mbappé martyrisant un ballon rond que de voir sur le même écran la trogne pitoyable d'un Wauquiez, Hamon, Ciotti, Mélenchon et autres ou celle sarcastique d'un Cohn-Bendit, Plenel... les versions françaises d’Ebola et du choléra en Afrique !

Les ados et les trentenaires se rebellent ? Tant mieux ! Ils ont compris le monde qui est devant eux et oublient celui qui est derrière où végètent encore nos politiciens actuels.
J'en retombe consciemment en adolescence, pas par gagatisme.

sylvain

"...ils courent après les racistes."
Rédigé par : Elusen | 31 Mai 2019

Vous allez attraper des points de côté à force de courir après les racistes, calmos ; nonosse ??

S’ils courent après ça veut dire qu’ils sont derrière nos arrières et nous les racistes nous n'aimons pas du tout que nos derrières soient sollicités, ce n’est pas le genre de notre maison, le vôtre peut-être, grand bien vous fasse mais pas d’ça chez nous !
Nous avons encore de l’honneur et de la morale nous les racistes.
Kss kss !

Zonzon

LA CHUTE DE LA MAISON LE PEN

"Est-il concevable aussi, sans être qualifié de fasciste, de glisser dans la réflexion la piste d’une union des droites quand un jour peut-être le retrait de Marine Le Pen aura dédiabolisé cette éventualité ? "

Faut-il que le vent du boulet ait sifflé fort pour que vous écriviez un tel propos.

Allez-vous rejoindre cette troupe lucide qui met comme préalable le démembrement de la maison Le Pen SA (Société Anonyme, ne pas confondre !) à la construction d’un nationalisme français honorable et salvateur ?

Épars, ils sont ! Seriez-vous, Homme public, celui qui va les fédérer ?

Encore faudrait-il que, éliminant nécessairement les loups furieux de la vielle garde exécrable antisémite, pétainiste, autocratique, traditionaliste, colonialiste, vous n’alliez pas chercher les « gentils minets » de l’autre bord que vous nommez complaisamment : FXB, Retailleau, Copé, Bertrand, Pécresse, Wauquiez ; sans même évoquer les vieilles rosses de retour : Sarko, Larcher, Juppé, les Debré !

Du ménage avant toute chose !

Elusen

@ Giuseppe | 31 mai 2019 à 13:14
«...se pencher un peu plus sur ce qu'est la vie des gens »

Trop drôle, voilà un bourgeois qui dit à un autre bourgeois qu’il devrait se pencher sur la vie des gens.

stephane

FXB était un très bon candidat car il n’a pas renié ses convictions.
Lui ne collerait certainement pas son chewing-gum à l'Assemblée s’il était élu député.
Wauquiez a eu peur que FXB devienne calife à la place du calife et a saboté le travail, bien aidé par les journalistes qui n’ont questionné FXB que sur la religion.
Quel recours à droite ? Charoulet ?

Exilé

Mais elle doit se ressaisir en trouvant sur un mode adapté ce qui lui fait totalement défaut aujourd'hui : une identité, une intelligence, la croyance en son utilité et sa nécessité.

A part quelques réserves, assez bon billet.

Mais effectivement, la « droite » - ou du moins pour l'instant la coquille vide qui porte ce nom - devrait commencer, avant de se livrer à des combinazione de bas étage, retrouver ses valeurs fondatrices qu'elle a allègrement jetées aux orties depuis quelques années, au point de ne plus s'être distinguée de façon claire du PS et maintenant de LREM et poussant la déchéance jusqu'à envisager dans certains cas des accords avec ce parti pour les prochains scrutins, en préférant une gamelle remplie de lentilles aux intérêts de la France.

Mettons-nous à la place des électeurs qui attendent de leurs hommes politiques qu'ils attaquent de front un certain nombre de problèmes de plus en plus prégnants, comme l'immigration incontrôlée de masse et ses conséquences parfois dramatiques, à rebours de l'omerta couvrant ce sujet maudit.
Vont-ils être disposés à voter pour les gens qui, d'une manière ou d'une autre, ne font qu'accroître les maux dont ils souffrent ?

Giuseppe

Laurent Wauquiez devrait se pencher un peu plus sur ce qu'est la vie des gens, il me fait penser à cette musique, pauvre de lui :

https://youtu.be/QYerEh5dBRo

caroff

Billet lucide !

Pour ma part et très modestement je constate que l'électorat apparaît bien troublé comme le montre son extrême volatilité. Si j'étais du côté de LREM, je me montrerais beaucoup plus prudent à l'approche des municipales. Croire qu'il suffirait d'avoir l'onction de Macron pour inciter les maires sortants à se présenter à la tête d'une ville avec son étiquette me paraît présomptueux. Pour gagner des élections locales, il faut être connu, apprécié et disposer de militants et d'un appareil partidaire digne de ce nom. C'est le cas des LR, du RN et même du PS et du PC... Ce n'est pas le cas de LREM !

Rien ne prouve en outre que les gens de droite (retraités aisés familiers de ce blog) qui se sont carapatés chez Loiseau aux européennes le feront aux municipales. La dimension personnelle du maire sortant, son éventuel charisme et ses résultats jouent beaucoup plus qu'une étiquette politique.
Macron a réussi une jolie opération en piquant la boussole de la droite qui ne sait plus où elle habite. Elle erre (LR) donc en prêtant une oreille plus ou moins distraite aux sirènes Raffarin, Solère, Lagarde et autres traîtres qui rêvent d'en croquer eux aussi.

La droite doit retrouver une identité dites-vous Philippe Bilger: certes celle-ci doit correspondre aux attentes d'un électorat qui lui reste fidèle sur les thèmes patrimoniaux, ou sur la rigueur budgétaire et la fin du laisser-aller sociétal. Aux européennes les gens de droite ont voté pour moitié pour le RN et pour moitié pour LREM. Il paraîtrait de bon aloi que cette nouvelle droite compose à la fois avec le conservatisme des électeurs et leur désir d'une économie mieux à même de répondre à la crise du chômage de masse. C'est la raison pour laquelle je ne crois pas à l'alliance des droites RN/LR car la vision étatiste du RN ne peut s'accommoder d'une rigueur budgétaire souhaitée par les ex-filllonistes !

Elusen

Laurent Wauquiez a de lui-même, pour son propre ego malsain, brouillé le message.
Il est un problème pour son parti !
Il a empêché François-Xavier Bellamy de faire campagne.

Laurent Wauquiez a effacé de la campagne la tête de liste, il cherchait sa propre gloire médiatique, jusqu’à être mis en vedette dans les meetings.
Le comble de l’absurde, le débat où il a éliminé la tête de liste pour aller sur le plateau lui-même.

En second lieu, personne n’a perdu ou gagné !
52,15 % d’abstention de nuls et de blancs, vous êtes un très mauvais analyste politique vu votre incapacité à le prendre en considération dans vos analyses bâclées.

Comme les lecteurs d’extrême droite se mobilisent facilement pour voter, tous ces imbéciles de personnels politiques ne font plus campagne que pour obtenir leur voix. Ils ne gouvernent plus que pour la minorité raciste, y compris ceux qui s’affirment de gauche, ils courent après les racistes.

Conservateur n’a jamais voulu dire raciste, libéral en économie, donc les conservateurs antilibérales, antiracistes ne se déplacent plus voter quand ils entendent des Wauquiez.

La presse a joué un grand rôle dans le problème puisqu’elle n’a focalisé que sur un duel LREM et extrême droite, comme si les autres n’existaient plus, le CSA, qui décidément ne sert à rien, devrait agir, mais, c’est "parle à mon c*l ma tête est malade."

Ce n’est pas un problème d’orgueil, d’humiliation, la droite n’a aucun problème de cet ordre, ce sont des sentiments, comment pourriez-vous savoir quels sont leurs sentiments, à part avoir vous-même un orgueil mal placé.

Il n’y a rien d’humiliant dans aucune défaite, puisque dans ce type de cas, il faut un vainqueur, donc un vaincu et avec du 52,15 % d’abstention, nuls et blancs, ils sont tous perdants.

L’abstention surestime, pour l’heure, les extrêmes droites, c’est comme pour les marchés boursiers, actuellement, c’est une bulle.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS