« L'effet Bellamy, le fiasco Loiseau ? | Accueil | Polyamour ou amour unique ? »

11 mai 2019

Commentaires

Jérôme

Bonjour Philippe,

Emmanuel Macron n'a jamais eu l'esprit républicain, tout, avant et pendant, laisse voir l'intolérance.
Les discours faciles, les "irritations", c'est un doux euphémisme, lorsque le contradicteur "pertine" plus que lui, la volonté de faire taire, la loi "faikeniouze"...
Etre républicain ce n'est pas penser mariage homo et orgies élyséennes, c'est penser, par exemple, que parfois, l'autre a peut-être des choses intéressantes à dire, surtout s'il ne partage pas les mêmes opinions.
Il aura au moins un mérite, me faire retourner aux urnes pour voter contre lui.

anne-marie marson

C'est la tactique habituelle chez Macron et sponsors de se placer en adversaire du RN.

Cela a très bien marché lors de la dernière campagne présidentielle.

Mais la manoeuvre est éventée.

Pourtant, la tactique est toujours efficace. J'ai réentendu il n'y a pas si longtemps une interview de M. Macron, où il préconisait le "name and shame", pour "stigmatiser".

C'est ce que M. Macron continue à faire: il stigmatise pour mieux condamner.

Mais c'est pour affaiblir encore plus les petites listes. Car qui osera voter LR ou PS, alors que l'objectif est de vaincre Macron et LaREM.

Tous les anti-Macron vont voter RN pour faire obstacle à Macron, au détriment des "petites listes".

Achille

@ Savonarole | 15 mai 2019 à 18:22
« Une avoinée de temps en temps, ça ne nous fait pas de mal. »

J’ai connu une époque où c’est vous qui teniez le fouet…

sbrigla

"Seriez pas quelque peu obsédé sexuel par hasard ?"
Rédigé par : Mary Preud'homme | 15 mai 2019 à 19:01

Comme j’aimerais l’être !
Hélas, à mon âge, je me limite à être obsédé textuel...

Mary Preud'homme

Rédigé par : [email protected] Preud'homme | 15 mai 2019 à 10:47

Des verges, des fouets, en préambule et pour finir (in cauda venenum !) la tête dans l'utérus...
Seriez pas quelque peu obsédé sexuel par hasard ?

Savonarole

@ Achille du 14 mai à 20:16
"Vous avez quand même votre groupie en la personne de Mary Preud’homme qui vous pardonne tous vos excès"

J'aime bien les emmerdeuses, elles ont de la personnalité, un goût pour la fight, elles cognent et nous ramènent souvent au mur de la réalité. Mary, duvent, breiz et Lucile, sans elles que serions-nous ? Une avoinée de temps en temps, ça ne nous fait pas de mal.

Mary Preud'homme

@ Gavot | 15 mai 2019 à 10:56

Tiens donc !

Vous n'avez manifestement pas lu son post du 14 mai, 17:44, notamment ce passage odieux : "la mère d'Arnaud Beltrame, tué par un terroriste musulman sur le sol français, a eu l'indécence de se mêler de ce qui ne la regardait pas, et de faire honte aux otages du Bénin pour avoir mis en danger la vie de soldats français. Elle aussi leur a reproché de s'être rendus "dans une zone dangereuse" (d'après elle, grande spécialiste de la géopolitique béninoise), "pour du loisir, pour un plaisir personnel"..."

Quant au petit renvoi en fin de post, après son coup bas à Mme Beltrame et aux compagnes de soldats en particulier, destiné à faire réagir les francs-macs ou anti-francs macs, il était eu égard au contexte particulièrement pervers et vachard !
Mais si l'intention malveillante de RM, là encore vous a échappé, je ne peux vraiment rien pour vous.

Malghorn

Alors soutenons-le !

Robert Marchenoir

@ Mary Preud'homme | 14 mai 2019 à 21:46

C'est absolument extraordinaire, cette constance à déformer mes propos pour leur faire dire l'exact opposé de ce qu'ils signifient.

Je ne me donnerai pas la peine de corriger votre prodigieuse erreur concernant ce que j'ai dit sur les francs-maçons, les lecteurs de ce blog étant d'un certain niveau. Je ne fais pas voiture-balai bénévole.

En revanche, je vous reprends sur ce mensonge qui est en même temps une perversion :

"Mais comment fait-il ce Marchenoir pour écrire autant d'inepties et s'adressant à la propre mère d'Arnaud lui adresser cette dernière flèche empoisonnée ?"

Cette Preud'homme fait l'imbécile en prétendant que je m'adresserais à "la propre mère d'Arnaud" (avec lequel vous avez gardé les cochons ensemble, apparemment, puisque vous l'appelez par son prénom).

Je m'adresse aux lecteurs de ce blog, et à tout le monde par extension. C'est ma liberté et mon droit le plus strict.

Je n'adresse aucune flèche empoisonnée à personne, contrairement à Madame Beltrame, qui, elle, vient d'insulter publiquement deux de ses compatriotes qui viennent d'échapper à la mort, et qu'elle ne connaît pas.

Pour faire reluire sa belle âme de mère de héros.

Exactement comme vous le faites ici à longueur de pages.

Comme cette dame a cru bon de prendre position publiquement, via les gazettes, sur une question politique et militaire qui concerne tous les Français, c'est mon droit le plus strict de lui répondre de façon tout aussi publique et tout aussi peu personnelle. Et de dire ce que je pense de son avis, c'est-à-dire beaucoup de mal.

Mais j'attendais bien que quelqu'un se dévoue pour grimper aux rideaux en faisant sa chochotte militariste soi-disant indignée. Sans surprise, c'est vous qui vous y êtes collée.

Donc, petit scoop pour vous : pas plus que les policiers, les gendarmes ou les militaires, les mères ou les épouses de militaires ne sont des dieux vivants protégés du blasphème, par une loi qui n'existe que dans votre imagination malade.

La maman à Beltrame a dit une ignominie, le signaler relève de la liberté d'expression : un concept avec lequel vous semblez avoir quelques difficultés.

Maintenant, si vous avez des arguments politiques à faire valoir en réponse à ceux que j'ai exposés précédemment sur la question, par opposition aux insultes que vous maniez aussi commodément que votre collègue, vous êtes parfaitement libre, vous aussi, de les exprimer ici.

Et puisque vous m'en offrez l'occasion, je relève une autre ignominie, laquelle vous donnera sans nul doute un nouveau prétexte pour grimper aux rideaux en nous faisant votre petit numéro de fana-mili enragée.

L'ignominie qu'a proférée non pas un blogueur anonyme, héros en pyjama, non pas une mère éplorée et visiblement égarée, mais un ancien officier supérieur de gendarmerie, l'ex-général Bertrand Soubelet : "J’ai été choqué qu’on accorde de la publicité au retour des deux otages libérés. Qu’ont-ils fait dans leur vie ? Ils ont fait du tourisme dans une zone où ils n’auraient pas dû."

On se croirait en Union soviétique. Voilà maintenant qu'un fonctionnaire -- pire : un ancien militaire de haut rang, se permet de faire la leçon à des civils en leur demandant ce qu'ils ont fait dans leur vie.

L'arrogance de ce personnage est à couper le souffle. Pour qui se prend ce monsieur ? Voilà une question extraordinairement intime, que seul chacun est amené à se poser dans le secret de son âme -- et que seul Dieu, pour les croyants, peut poser à autrui.

Nous avons donc, ici, un ancien général, désormais homme politique car il a fondé un parti et s'est présenté aux élections, qui se prend, carrément, pour Dieu.

Même Poutine ne se prend pas pour Dieu. Tout juste pour le tsar.

En France, on fait mieux : un haut fonctionnaire renvoyé de son poste, recyclé en chef d'un parti politique qui doit compter tout de suite quinze adhérents, se sent en droit de demander des comptes à tout un chacun sur "ce qu'il a fait dans sa vie". Sous prétexte qu'il a jadis porté un chapeau cylindrique avec une visière devant.

On comprend pourquoi la France est un pays de coup d'État et de guerre civile. C'est d'autant plus inquiétant que Soubelet, et la posture qu'il a prise hier, sont plébiscités par une partie des Français.

Voilà qui suffit à expliquer le rapport profondément malsain que les Français entretiennent avec le pouvoir politique. On comparera les appels grotesques d'un Christophe Chalençon, porte-parole des Gilets jaunes, à la prise du pouvoir par un gouvernement militaire de transition, avec la conception que les Suisses ont de leur armée.

Pour les Suisses, l'armée, ce n'est pas papa Soubelet ou Monseigneur le général de Villiers qui vont établir une dictature pour les sauver du méchant Macron (pour lequel ils ont pourtant voté). L'armée, c'est eux. C'est une armée de milice avec un soldat dans chaque maison, et un fusil de dotation aux mains de chaque chef de famille.

C'est le réduit national, et la défense d'une nation pacifique contre un ennemi extérieur. Le seul coup d'État que l'armée suisse avait préparé, c'était pendant la Seconde Guerre mondiale, pour l'éventualité où le gouvernement se serait rangé aux côtés des nazis. Ce n'était pas pour faire triompher une faction politique contre une autre en temps de paix.

Voilà le gouffre qui sépare le libéralisme suisse de l'étatisme français, avec ses variantes socialistes, fascistes et communistes.

On comprend que Macron ait refusé le référendum aux Gilets jaunes. On ne confie pas des outils contondants à n'importe qui. Il faut d'abord apprendre à s'en servir.

Gavot

@ Mary Preud'homme | 14 mai 2019 à 21:46

Manifestement vous avez compris exactement l'inverse de ce qu'a écrit Marchenoir qui s'adressait exclusivement aux bouffeurs de franc-maçons du blog comme Xavier Nebout par exemple.

sbriglia@Mary Preud'homme

« Mais comment fait-il ce Marchenoir pour écrire autant d'inepties et s'adressant à la propre mère d'Arnaud lui adresser cette dernière flèche empoisonnée, comme si le sacrifice de son fils, officier de gendarmerie, pouvait être du fait de cette allusion perverse, amenuisé, son sacrifice consenti, de même que sa bravoure (en prenant volontairement la place d'une otage) amoindris voire niés par cette prétendue appartenance à une organisation qui (soit dit en passant) non seulement n'a "absolument" rien à voir avec le sujet, mais qui en outre n'est pas interdite dans notre pays ? »
Rédigé par : Mary Preud'homme | 14 mai 2019 à 21:46

Mary, vous cherchez vraiment des verges pour vous faire fouetter !

RM ne dit pas des inepties en l’espèce : l’affiliation du Colonel Beltrame à la GLF est patente et cette appartenance n’est pas de nature à affecter son sacrifice héroïque.

Cette affiliation ne saurait être ainsi une « flèche empoisonnée » (sic !) adressée à la mère d’Arnaud Beltrame : elle est parfaitement respectable, comme le sont aussi ses convictions religieuses, et non antithétique.

Et, si j’ai bien lu RM, il ne fait état de cette information que pour s’étonner que l’extrême droite n’ait pas fait entendre sa voix à cet égard au moment des faits… ni plus ni moins… c’est vous, et vous seule, qui y voyez une « allusion perverse » (?...) amenuisant son sacrifice consenti.

Avant de vous emporter comme à l’accoutumée, lisez ce qui suit :
http://www.jlturbet.net/2018/03/arnaud-beltrame-militaire-catholique-et-franc-macon.ou-est-le-probleme.html

Pourquoi, en vous lisant, ai-je souvent l’impression que le vieux « tota mulier in utero » n’est pas, en certains cas, dénué de bon sens ?

Savonarole

@ Lucile | 14 mai 2019 à 20:16

Je comprends. J'arrête.

Ce qui m'insupporte ici ce sont les postures, j'ai toujours essayé d'être honnête et moi-même, avec mes défauts et mes outrances, c'était moi toujours et personne d'autre.

Mary Preud'homme

@ Robert Marchenoir | 14 mai 2019 à 17:44
"J'apprends, au passage, que le lieutenant-colonel de gendarmerie Arnaud Beltrame était un franc-maçon gradé. Curieusement, les anti-maçons enragés qui lui ont tressé des couronnes, à l'extrême droite, n'ont pas insisté sur ce point."

Mais comment fait-il ce Marchenoir pour écrire autant d'inepties et s'adressant à la propre mère d'Arnaud lui adresser cette dernière flèche empoisonnée, comme si le sacrifice de son fils, officier de gendarmerie, pouvait être du fait de cette allusion perverse, amenuisé, son sacrifice consenti, de même que sa bravoure (en prenant volontairement la place d'une otage) amoindris voire niés par cette prétendue appartenance à une organisation qui (soit dit en passant) non seulement n'a "absolument" rien à voir avec le sujet, mais qui en outre n'est pas interdite dans notre pays ?

Achille

@ Savonarole | 14 mai 2019 à 19:05
« Cher Achille, comment faites-vous pour ferrailler avec Lucile, c'est une énigme ou un acte d'héroïsme ? »

Cher Savonarole, pour ne rien vous cacher, j’échange près peu avec cette dame… Il en est de même avec pratiquement toutes les dames du blog avec qui j’ai déjà eu des divergences de vue un peu tendues.

Je n'ai pas encore très bien compris pourquoi, mais tout comme vous et Robert Marchenoir, je fais partie de la liste noire des féministes de ce blog. Encore que vous, vous avez quand même votre groupie en la personne de Mary Preud’homme qui vous pardonne tous vos excès.

Lucile est manifestement la plus « soft » en matière de répliques. Quand elle se met en colère, pas un bigoudi ne bouge. C’est le privilège de l’éducation à l'anglaise.

Lucile

@ Savonarole

Vous allez me harceler et me diffamer longtemps ? Ça vous amuse ? Moi pas. Je vous ai déjà dit que ça me mettait très mal à l'aise.

Savonarole

@ Achille 14 mai 2019 à 00:24

Cher Achille, comment faites-vous pour ferrailler avec Lucile, c'est une énigme ou un acte d'héroïsme ?
Elle nous daube avec l'idéologie du Jean-Christophe Lagarde, qui pèse 2% dans les sondages, avec quelques échappées anglo-saxonnes de gourous et druides de l'inepte Canada et qui découvrent la lune et le "politically correctness". Une centriste comme on n'en fait plus.

Robert Marchenoir

Je reviens sur l'affaire des otages du Bénin. Une réaction très significative : celle de cette partie de l'opinion qui s'en prend à eux, en glorifiant les soldats qui sont morts "par leur faute".

Ce militarisme est une tendance récente. Longtemps, l'attitude à la mode a été l'antimilitarisme. Le chauvinisme adorateur de l'armée a longtemps été cantonné à l'extrême droite. Celle-ci tutoyant le rang de premier parti de France, et ayant remplacé le Parti communiste, il est logiquement sorti de la marginalité.

Cependant, il prend aujourd'hui une forme très différente. Notons d'abord que le service militaire ayant disparu, il s'agit, pour la quasi-totalité de ses pratiquants, d'un militarisme en pantoufles. L'anonymat permis par Internet ajoute au grotesque de la chose. Sans compter que les femmes s'y mettent aussi.

Maintenant que les femmes peuvent devenir soldats et même ministre de la Défense (France, Espagne...), leur rôle à cet égard a changé. Hier, les femmes étaient là pour se faire protéger par les soldats, lesquels risquaient leur vie pour elles. En contrepartie, elles avaient tendance à être antimilitaristes, non pas forcément de la variété gauchiste, mais de celle qui déplore par avance la mort possible de son mari, de ses fils, de ses frères.

Aujourd'hui, tout a changé. Pour les femmes comme pour les hommes, il est smart d'être militariste, de vibrer à la vue du drapeau, d'élever les militaires au rang de prêtres, et l'armée au rang d'Eglise qui nous sauvera de la décadence. D'où les appels ridicules au général de Villiers pour prendre le pouvoir des mains de Macron, etc.

Bien entendu, il s'agit là d'une admiration pour l'armée parfaitement hypocrite et frelatée. Aussi mensongère que peut l'être le socialisme, qui se revendique de la solidarité en façade tandis qu'il pratique, en coulisses, la rapine et la haine de tous contre tous.

Les otages du Bénin n'auraient pas dû se trouver là où ils sont allés, nous dit la "sagesse populaire", qui, pour une fois, épouse la doctrine gouvernementale énoncée par le ministre des Affaires étrangères. Rien que cela devrait nous mettre la puce à l'oreille, s'agissant de gens qui, en général, n'ont pas de mots assez durs pour le pouvoir.

Ces derniers, qui passent leur temps à déclarer, à rebours de toute vraisemblance, que les médias mentent et que Macron ment, ont raté une belle occasion de dénoncer un vrai mensonge, pour une fois, de Jean-Yves Le Drian.

Celui-ci s'est permis, à peine les otages libérés, de les traîner dans la boue en les accusant de n'avoir pas respecté les consignes de son ministère. Ce qui était faux, comme... les médias, eh oui, l'ont démontré par le menu.

Le Drian a tripoté ses cartes en vitesse après les faits. C'est après l'enlèvement qu'il a collé une zone rouge là où il n'y en avait pas, et reproché aux deux touristes de n'avoir pas respecté des consignes inexistantes.

Très vraisemblablement, le motif est de couvrir des fonctionnaires paresseux et incapables qui n'ont pas suivi la situation d'assez près, et modifié les consignes officielles assez vite. Un bon indice de cette incurie, c'est que le parc naturel de la Pendjari, où s'étaient rendus les otages, n'était pas signalé comme dangereux en tant que tel, indépendamment des zones géographiques délimitées sur les cartes du Quai d'Orsay. Alors qu'un autre, le parc dit W, était, lui, nommément désigné comme dangereux et formellement déconseillé.

Il est manifeste que si l'on veut protéger ses ressortissants, des lieux touristiques éminents, étalés sur des kilomètres, doivent être spécifiquement déconseillés, au lieu d'obliger les touristes à analyser des cartes d'état-major comme s'ils étaient des commandos marine.

Cette défaillance de l'Etat nous a valu l'habituel coupage de cheveux en quatre de la sacro-sainte fonction publique françouése. Nous avons appris des détails passionnants : une partie du parc de la Pendjari était en zone jaune lorsque les touristes ont organisé leur voyage (vous pouvez y aller, mais c'est un pays de sauvages comme l'Algérie ou la Thaïlande), néanmoins le reste était en zone orange (n'y allez pas, sauf si vous êtes en mission), tandis que seule la frontière, pas loin du parc, était en zone rouge (n'y allez pas, c'est formellement déconseillé).

A cela s'ajoute que tout conseil officiel de ce type est subjectif, aléatoire et approximatif, ainsi que l'indique Jean-François Rial, PDG de Voyageurs du monde, qui est bien placé pour savoir de quoi il parle.

Certaines zones orange sont parfaitement sûres, en fait, et sont même signalées comme sans problème par le ministère des Affaires étrangères britannique. D'ailleurs la prévision du terrorisme n'est pas une science exacte, sinon Paris serait mis en zone rouge, ce qui serait ennuyeux, convenons-en.

On ne peut pas soupçonner le patron de Voyageurs du monde d'être influencé par ses intérêts, puisqu'il n'envoie que 5 clients par an en zone orange, après les avoir dûment prévenus, sur les 50 000 voyages sur mesure et haut de gamme qu'il organise.

Nous avons donc ici ce grand classique de l'étatisme français : le fonctionnaire qui reproche aux citoyens les défaillances dont il s'est rendu coupable, lui, dans son travail. Et qui gueule bien fort, le premier, histoire de bien intimider l'administré (quand ce n'est pas "l'assujetti").

Mais le plus atterrant, c'est la bassesse du banc de sardines commentatrices (et je ne parle pas particulièrement de ce blog). Lequel se range derrière le chef de meute, et pointe le doigt vers ses compatriotes qui ont risqué la mort aux mains de l'ennemi, au lieu de les réconforter et de fêter leur retour.

Les deux Français faisaient du "tourisme", nous dit-on, et ça, ce serait mal. Il serait inconvenant d'avoir fait tuer des soldats français pour un motif aussi futile. Ben, neuneu, si on a une armée, c'est précisément pour permettre aux Français de faire ce qu'ils veulent là où ils veulent, et en particulier du tourisme. Sinon, toi, t'as jamais fait de tourisme ? T'es jamais parti en vacances en Tunisie ? Il y a eu des massacres de touristes par les islamistes, en Tunisie (zone jaune).

Même la mère d'Arnaud Beltrame, tué par un terroriste musulman sur le sol français, a eu l'indécence de se mêler de ce qui ne la regardait pas, et de faire honte aux otages du Bénin pour avoir mis en danger la vie de soldats français. Elle aussi leur a reproché de s'être rendus "dans une zone dangereuse" (d'après elle, grande spécialiste de la géopolitique béninoise), "pour du loisir, pour un plaisir personnel". "Je trouve ça très égoïste", a-t-elle tenu à faire savoir.

Si on va par là, les milliers de clients qui fréquentaient le Super U de Trèbes, où Beltrame a perdu la vie, étaient eux aussi très égoïstes (et beaucoup plus nombreux). Ils communiaient dans un temple du consumérisme, pour leur plaisir personnel, au lieu d'acheter des paquets de sucre roux de chez Fauchon dans le petit commerce de proximité de leur village, et de gratter le sol avec leurs mains nues pour faire pousser des carottes moches. Ce qui est très très mal, on en conviendra (*).

Même la compagne d'un des soldats tués pour libérer les otages du Bénin a cru bon de s'en prendre mezzo-voce à ces derniers, avant de se raviser et d'assurer que son homme, sans aucun doute, l'aurait refait si c'était à refaire.

Ce qui est la preuve de l'inanité, et même de la perversion, de ce genre de complainte. On a entendu dire, à cette occasion, que les soldats tués étaient des hommes magnifiques, et qu'il aurait mille fois mieux valu perdre deux touristes écervelés, afin de préserver les premiers.

Ben, banane, si les hommes des forces spéciales sont si "magnifiques" que ça, c'est pas pour les mettre en vitrine, afin que tu puisses les admirer au musée. C'est précisément pour qu'ils puissent défendre la France et les Français, ce qui implique le risque de perdre la vie.

Curieusement, ce sont les généraux en pantoufles d'Internet, et les femmes de soldats, qui accusent leurs propres compatriotes d'être responsables de la mort des militaires français. Les soldats, eux, ne mouftent pas. Et pour cause. C'est bien pour cela qu'ils se sont engagés. C'est précisément pour sauver la vie de leurs compatriotes, quelles que soient les circonstances, et quels que soient les ordres.

C'est bien cela qui donne un sens à leur engagement. Si l'on commence à dire : ah mais oui mais non, lui il est allé "photographier des éléphants" et c'est "pour son plaisir personnel", l'autre il est pas de la bonne couleur politique donc il ne me plaît pas, Machin il a "mis en danger l'armée" donc il ne mérite pas d'être sauvé, à quoi rime la défense nationale ?

Evidemment que rentrer dans l'armée, c'est un métier dangereux, et bien sûr que c'est pour défendre inconditionnellement la France et les Français, indépendamment du fait que ce soient des "bobos", comme je l'ai entendu dire, des homosexuels "en voyage de noces", des plombiers déplaisants ou des Gilets jaunes à haleine de chacal.

C'est bien cela qui fait l'essence du patriotisme.

Tandis que le militarisme dépravé que nous voyons naître, c'est exactement le contraire. Toutes ces saintes-nitouches qui font mine d'adorer le soldat et de faire assaut de patriotisme viennent, en réalité, de vous dire : si jamais ta vie à toi est en danger, et que ta tronche ne me revient pas, que ta feuille d'impôts me défrise, que tes idées politiques me déplaisent, eh bien je me réserve le droit de faire des pieds et des mains pour que tu crèves tout seul aux mains de foux furieux dans un pays de sauvages à l'autre bout du monde, parce que moi ça me vengera de mes petites frustrations.

En somme, la haine de tous contre tous qui fait le substrat de l'identité française vient de connaître un nouvel et ultime sursaut : elle est arrivée au stade où les gens ne sont plus seulement prêts à trahir leur pays parce qu'ils sont de mauvaise humeur (le poutinisme de droite et de gauche), mais où ils sont prêts à faire tuer leurs voisins par ceux dont ils prétendent être les ennemis jurés (les terroristes musulmans), sous prétexte qu'ils ne seraient pas assez conformes à la variété de politiquement correct qui a leurs faveurs.

Comme disent les cuistres de gauche, il n'y a aucune chance de "faire société" dans ces conditions (expression abominable, qui rappelle irrésistiblement des fonctions naturelles dont il est inconvenant de parler en courtoise compagnie).

On remarquera que cette perversion du patriotisme ne se rencontre pas aux Etats-Unis. Un jeune Américain s'est rendu en Corée du Nord, ce qui, en soi, est infiniment plus dangereux que d'aller faire un safari photo au Bénin. Les autorités communistes l'ont arrêté sous un prétexte futile, et l'ont renvoyé aux Etats-Unis dans le coma (ou dans un cercueil, je ne me souviens plus). Après d'intenses pressions diplomatiques de Washington.

Tout le pays a fait bloc derrière son compatriote, et contre la Corée du Nord. Personne n'a eu l'idée saugrenue, déplacée et franchement indécente, de lui reprocher, justement à ce moment-là, son incontestable imprudence.

Pendant qu'une partie des Français trouvent de bon ton de reprocher à Patrick Picque et Laurent Lassimouillas d'avoir fait du tourisme exotique, ils exonèrent commodément les terroristes musulmans qui les ont pris en otages. Servant ainsi la propagande de ces derniers. Et facilitant de nouveaux attentats en France, qu'ils ne manqueront pas de reprocher... au gouvernement.

Tapons donc sur Macron. Ou sur les photographes d'éléphants.
______

(*) J'apprends, au passage, que le lieutenant-colonel de gendarmerie Arnaud Beltrame était un franc-maçon gradé. Curieusement, les anti-maçons enragés qui lui ont tressé des couronnes, à l'extrême droite, n'ont pas insisté sur ce point.

Achille

@ Exilé | 14 mai 2019 à 08:50
« Parce que bien entendu, les gens qui se réclament de la gauche et de ses avatars ne se répandent jamais, mais vraiment jamais, en éructations, en imprécations, en menaces, en invectives, en insultes ou en simples calomnies. »

Je ne pense pas que vous ayez lu beaucoup de commentaires de ma part vantant les qualités de LFI, LO, NPA et même du PS post-hollandais, sans parler des « figures » des Gilets jaunes tendance anarchiste qui constituent des cas désespérés.

———————-


@ Lucile | 14 mai 2019 à 13:57
« Archi-faux. »

Chacun son interprétation de l’agressivité. Pour ma part je considère que celle-ci est la manifestation d’états d’âme et d’aigreur et, de ce fait, ne saurait être assimilée à de l’intelligence.
Ce ne sont pas les mêmes « petites cellules grises » qui sont sollicitées.

Christine L.

@ Achille | 14 mai 2019 à 00:24

Que diable vous a fait ce pauvre Jean-Claude Van Damme pour que vous le compariez à certains commentateurs de ce billet ?

Lucile

@ Achille 14 mai 2019 à 00:24
"Et l’on sait bien que l’agressivité ne sollicite jamais les couches supérieures du cerveau…"

Archi-faux.

Achille

@ Gavroche | 14 mai 2019 à 08:09
« Achille | 13 mai 2019 à 07:42
Achille | 13 mai 2019 à 18:53
Achille | 14 mai 2019 à 00:24
Et vous pensez apporter quelque chose aux débats ? »

Encore un qui s’agrippe à moi comme une bernique à son rocher.

En ce qui me concerne, le débat consiste d’abord à donner son avis sur le billet en cours et pas à répondre aux blagues de garnison d’un individu qui ne brille pas par la subtilité de ses commentaires.

Aussi si vous pouviez me lâcher les baskets, je vous en saurai gré. Vous ne faites pas partie des interlocuteurs avec qui j’ai plaisir à échanger. Rassurez-vous vous n’êtes pas le seul.

Exilé

@ Achille
"En somme la politique constitue pour eux une sorte de défouloir dans lequel ils peuvent déverser leur agressivité. Et l’on sait bien que l’agressivité ne sollicite jamais les couches supérieures du cerveau…"

Parce que bien entendu, les gens qui se réclament de la gauche et de ses avatars ne se répandent jamais, mais vraiment jamais, en éructations, en imprécations, en menaces, en invectives, en insultes ou en simples calomnies à l'encontre de ce qu'ils appellent le populisme ou les extrêmes dont la mystérieuse « extrême droite », que ce soit dans la rue ou bien sur les blogs...

On a de l'éducation et l'on déborde de gentillesse, de bienveillance et de compréhension chez les socialo-bobo-anarcho-trotsko-staliniens et autre fine fleur de l'élite n'est-ce pas ?

Gavroche

Achille | 13 mai 2019 à 07:42
Achille | 13 mai 2019 à 18:53
Achille | 14 mai 2019 à 00:24

Et vous pensez apporter quelque chose aux débats ?

Achille

Si l’on excepte deux ou trois crétins facilement identifiables, les intervenants de ce blog sont plutôt des gens de bonne éducation : fins lettrés n’hésitant pas à nous sortir une locution latine pour bien montrer qu’ils ont de l’instruction, juristes capables de vous trouver le texte de loi idoine pour étayer leur argumentation. Il y a même des omniscients qui n’hésitent pas à nous faire bénéficier de leur immense savoir quel que soit le thème abordé.

Mais chose curieuse, dès qu’ils se mettent à parler politique, leurs facultés intellectuelles supérieures n’opèrent plus et ils nous sortent benoîtement du « Ben ouais ça fait du bien de taper sur Macron, heuheuheu !!! ». Propos digne d’un Jean-Claude Van Damme en mal d’inspiration.

En somme la politique constitue pour eux une sorte de défouloir dans lequel ils peuvent déverser leur agressivité. Et l’on sait bien que l’agressivité ne sollicite jamais les couches supérieures du cerveau…

anne-marie marson

L'accueil des otages par Macron en grande pompe envoie aux ravisseurs un signal de notre faiblesse. Ce sont les islamistes qui doivent jubiler.

Les militaires ne se sont pas sacrifiés, ils ont fait leur travail et leur devoir.

Pour moi, la cérémonie-prétexte aux Invalides est malvenue dans ces circonstances. L'hommage aux militaires aurait dû être fait sur leur base, avec leurs frères d'armes.

duvent

@ Robert Marchenoir | 13 mai 2019 à 17:55
« Pour rigoler, vous pouvez jeter un coup d'œil sur le taux de chômage de l'Afrique du Sud, désormais sous domination noire. »

Moi, ce que je trouve drôle, ce n'est pas l'Afrique du Sud, c'est le Mexique avec 3,3% de taux de chômage !!

J'ai envie de plier bagage pour m'installer illico presto au Mexique, pour la raison principale que j'adore le chiffre 3, alors, 3,3, c'est tellement chouette !!

La raison secondaire est que j'adore les bottes bien cousues et les chapeaux confortables, ou l'inverse...

Gavroche

@ Mary Preud'homme | 13 mai 2019 à 18:07

Il est malade, complètement malade. Je souhaite que ce blog lui permette d'évacuer son indisposition, il a dû semer l'enfer autour de lui.

Ce que je trouve de plaisant ce sont ceux qui arrivent à dialoguer avec lui, si l'on peut considérer cela comme un dialogue.

Nous avons pourtant affaire à une intelligence vive, mais qui n'a pas su trouver probablement son chemin alors comme un vieux loup solitaire il hurle et tente de mordre tout ceux qui passent près de lui.

Achille

@ Gavroche | 13 mai 2019 à 14:23

Je préfère encore ne pas vous dire ce à quoi que vous me faites penser.
J’évite, autant que faire se peut, de vexer les gens inutilement. Ça n’apporte rien au débat.

revnonausujai

@ Exilé | 13 mai 2019 à 11:53

Bien sûr, tout est possible, mais je doute quand même sérieusement.
L'image de l'Américaine a été documentée par ABC News à son ambassade, alors qu'il était facile de l'évacuer totalement incognito ; de plus, les services américains n'auraient pas laissé emmener la Coréenne à Paris et la laisser débriefer si elle avait appartenu à un de leurs services.
Rasoir d'Ockam: comme disent les supporters de Macron à propos de tradition républicaine et d'accueil d'ex-otages, la véritable coutume "républicaine", c'est d'organiser une bonne petite opération militaire bien juteuse à l'approche d'une échéance électorale difficile ; un bon coup de "ralliez-vous à mon panache arc-en-ciel", c'est supposé ne pas faire de mal.

Exilé

@ Savonarole
« Vous allez vous faire crucifier pour pro-soviétisme à la solde de Poutine. »

C'est fait.
Je m'y attendais.

Mary Preud'homme

@ Robert Marchenoir | 13 mai 2019 à 04:58

Question hystérie et délires obsessionnels vous battez des records ! Voyant des Noirs partout (y compris dans le cas précité concernant un homme de type méditerranéen). Alors que noir, brun, jaune, blanc et... homo (ce qui ne nous regarde pas).. En quoi l'apparence du gars et sa "sexualité" présumée changeraient-ils le fait qu'il s'agit d'un inconscient (sans scrupules) directement responsable avec son compère de la mort de trois hommes !

Mais le pompon ce sont vos phobies complotistes et russophobes : quels que soient les problèmes évoqués, vous finissez toujours par y voir la main machiavélique de Poutine !

Lassant !

Robert Marchenoir

@ Lucile | 13 mai 2019 à 11:22

Ah ! mais bien entendu qu'on a le droit de critiquer Macron, et plutôt deux fois qu'une. C'est le fait de taper sur lui parce que c'est bon qui est malavisé.

Vous dites que vous ne voulez pas faire front commun avec l'ensemble de ses opposants : c'est le fond de mon propos.

Je pars de la constatation qu'il y a deux philosophies politiques opposées : le socialisme, et le libéralisme. En France, le premier est largement majoritaire, même au sein de la droite auto-proclamée, et encore plus à l'extrême droite.

Si, donc, le but est d'infléchir la politique suivie dans le sens de leurs convictions, les libéraux doivent prendre soin de se démarquer des socialistes. Or, le libéralisme est très minoritaire.

Si les libéraux joignent leurs voix indistinctes à celles de tous ceux qui tapent sur Macron parce que c'est bon (et qui en faisaient autant avec leurs prédécesseurs), ils se tirent une balle dans le pied.

Taper sur Macron, comme on peut le voir ici, mais aussi partout ailleurs, cela consiste à focaliser le combat politique sur la personne du président, à en faire le responsable de tous les maux (c'est littéralement ce que disent les Gilets jaunes), et à éviter soigneusement de préciser quelle serait la politique qu'il faudrait mener à la place.

Si vous joignez votre voix à ces gens-là, cela veut dire que vous pesez mécaniquement en faveur du socialisme, puisque c'est la philosophie par défaut, la conviction largement majoritaire.

Et d'ailleurs, la preuve est dans le pudding : la France entière a tapé sur Macron par l'intermédiaire des Gilets jaunes, résultat : Macron a obéi aux Français, et leur a pondu un train de réformes anti-libérales.

Les libéraux qui cèdent à la tentation de transformer Macron (ou n'importe quel autre président) en bouc-émissaire, en poupée vaudou à transpercer d'aiguilles, s'aveuglent volontairement à une explication fondamentale des maux de la France : le socialiste Macron mène une politique socialiste parce qu'elle est voulue par les Français, lesquels sont socialistes.

Et on pouvait en dire autant du socialiste Hollande, du socialiste Sarkozy, du socialiste Chirac, etc.

Ces libéraux malavisés se privent aussi d'un levier d'action fondamental, qui consiste à convaincre une partie des socialistes que leur doctrine est erronée, et provoque les maux dont ils se plaignent.

C'est pourquoi la clarté est indispensable. Tout dérivatif consistant à attribuer les problèmes de la France à la psychologie du président, tout discours politique vague consistant à déplorer le manque de "réformes" (lesquelles ?), de "courage politique" (pour faire quoi ?), de "souveraineté populaire" (pour décider quoi ?), sont voués à l'échec, parce que l'inéluctable élastique national ramène toujours, par défaut, à la position normale : la position socialiste.

Hurler avec les loups fait donc plaisir, mais conduit aux effets opposés à ceux souhaités.

En supposant que l'on souhaite le libéralisme, et là est aussi la raison de ma mise en garde : les Français se complaisent dans l'ambiguïté. Ils ne savent pas vraiment ce qu'ils veulent. L'omerta anti-libérale les empêche de réfléchir.

La priorité est donc de leur tenir un discours clair : c'est seulement à partir de là qu'on saura vraiment s'ils sont prêts à réclamer le libéralisme, de préférence au socialisme.

D'autant que l'élection de Macron a été due, entre autres, à une prise de conscience libérale d'une partie des électeurs. Mais nous sommes bien vite retombés dans l'éternelle ambiguïté française, qui tranche toujours en faveur du socialisme.
______

@ Xavier NEBOUT | 13 mai 2019 à 09:43

Je n'ai jamais revendiqué être le plus à droite sur ce blog. J'ai dit que j'étais à droite de l'extrême droite en général, dans un contexte qu'il faut rappeler, à moins de chercher à m'attribuer des positions qui ne sont pas les miennes.

Je me défendais à ce moment contre des accusations imbéciles et malveillantes de "racisme", de la part d'intervenants qui, tout en se prétendant de droite, pratiquaient la traditionnelle intimidation communiste caractérisée par ce terme.

Il s'agissait de m'empêcher de m'opposer à l'immigration de masse, que je combats, entre autres, en vertu des caractéristiques scientifiquement établies des races composant majoritairement cette immigration chez nous : quotient intellectuel défaillant voire très faible, propension à la violence et à l'agression sexuelle, consanguinité favorisant la sur-morbidité, incapacité à différer une satisfaction immédiate au profit de bienfaits supérieurs mais retardés, incapacité à appréhender la notion du temps conduisant à l'incapacité de respecter un rendez-vous ou des horaires, lesquels sont indispensables au fonctionnement d'une société développée ; et ainsi de suite.

J'ai donc rappelé à ces personnes qu'il était impossible de m'intimider à l'aide de procédés aussi éculés, puisque j'étais à la droite de l'extrême droite, et en tant que tel, infiniment plus blindé qu'elles, et même que n'importe quel militant d'extrême droite.

Je n'ai pas ajouté, supposant m'adresser à des gens intelligents, que j'étais à la droite de l'extrême droite parce que d'une part je tiens les positions sus-citées, et qu'en tant que tel je suis un "méchant" patenté (et d'ailleurs, je suis déjà plus à droite que l'extrême droite AOC, puisque le Front national est depuis longtemps un peu mou du genou sur ces questions) ; et parce que d'autre part je suis un libéral, et qu'en tant que tel je suis un "méchant" au carré.

Il est à la rigueur permis d'exprimer une certaine contrariété face à l'immigration excessive ou à l'islamisation de la France, puisque même des communistes comme les animateurs de Résistance laïque y viennent ; mais s'affirmer libéral, ça, c'est le summum de la nauséabonderie, y compris au sein de ce qui passe pour la droite en France.

J'ai bien dû ajouter, un peu plus tard, que dans n'importe quel pays normal, je serais au centre-droit. Mais voilà, nous sommes en France, et la France n'est pas un pays normal.

En réalité, je suis tout simplement un libéral-conservateur, mais cette simplicité échappe aux complications françaises.

Il y a quelques heures, BFM diffusait son émission hebdomadaire de conseils financiers et de conjoncture économique. BFM, rappelons-le, est cette télévision tellement pro-libérale que ses journalistes se font physiquement attaquer dès qu'ils sortent dans la rue, en sorte qu'ils doivent retirer l'enseigne de leur station de leur matériel, et se faire accompagner de deux gardes de sécurité. Même ces précautions ne suffisent pas à les protéger.

L'émission en question est un îlot d'hyper-libéralisme au sein d'une station déjà ultra-libérale, puisqu'elle réunit des financiers, des gestionnaires de fonds et des économistes dont la principale préoccupation est de s'enrichir en dormant, tout en spéculant sur le dos des vrais gensses qui travaillent vraiment 28 heures par jour à pousser des papiers dans les couloirs de la Sécurité sociale.

Vient sur le tapis la situation économique des Etats-Unis, excellente comme personne ne devrait l'ignorer, grâce, entre autres (mais pas seulement) à la politique de Donald Trump. Le chômage, en particulier, déjà fort bas en temps ordinaire, est parvenu à un plancher ridicule de 3,9 %.

L'animateur pose alors la question : mais comment se fait-il donc, bon sang de bonsoir, que nous, en France, nous nous traînions encore un chômage effroyable de 8,8 %, sans arriver à en décoller depuis des décennies (*) ? (Mitterrand : "On a tout essayé".)

Tour de table embarrassé de ces experts ultra-libéraux, qui, tous, se grattent la tête en avouant leur impuissance : l'un évoque la mauvaise qualité de la formation, l'autre le coût du travail, un troisième le faible taux d'emploi des seniors, un autre a dû évoquer la fonte des glaces en Arctique ou la disparition de la pipistrelle dorée, je ne me souviens plus.

L'unanimité s'est faite, en tous cas, pour dire qu'on ne savait pas vraiment, que l'explication échappait au sens commun, qu'il y avait là une sorte de fatalité similaire à l'existence d'une croûte sur le camembert depuis la nuit des temps.

Il n'y en a pas eu un, pas un seul pour dire : mais, bande d'abrutis, s'il y a tant de chômeurs en France, c'est parce qu'il y a trop de fonctionnaires, une dépense publique délirante, un État obèse, et que rares sont les entreprises qui peuvent survivre tout en nourrissant ces parasites.

Même un gérant de fonds suisse, présent sur la plateau, n'a pas eu la présence d'esprit de dire : vous avez vu ce que vous coûtent vos sacro-saints "services publics" ? 56 % de votre PIB ! Chez nous, c'est 34 %, on a aboli le statut des fonctionnaires, et l'assurance-maladie est privée. Résultat, on a seulement 4,7 % de chômage.

La courtoisie suisse, je suppose.

Donc en fait, je corrige : je suis à la droite de l'ultra-droite, en France.
______

(*) Avant que des aigrefins ne prétendent : oui mais l'Amérique, c'est spécial, nous çépapareil, je signale que la quasi-totalité des pays européens ont un chômage beaucoup plus bas que le nôtre, à l'exception d'un ou deux pays du Tiers-monde comme l'Italie et la Grèce. Autriche : 4,7 %, Angleterre : 3,9 %, Norvège : 3,7 %, Pologne : 3,6 %, Allemagne : 3,3 %, République tchèque : 2,1 %...

Pour rigoler, vous pouvez jeter un coup d'œil sur le taux de chômage de l'Afrique du Sud, désormais sous domination noire.
______

@ Exilé | 13 mai 2019 à 11:53

Comment pouvez-vous être aussi naïf ? Avez-vous exploré ne serait-ce que deux minutes les pages du site que vous nous indiquez ? Un bref examen suffit à constater qu'il s'agit intégralement d'un site de fausses nouvelles, qui est soit un site de désinformation clandestin créé par les services russes, soit un site indépendant créé par un escroc à la recherche de revenus publicitaires, soit les deux.

La passion d'un public crédule pour les rumeurs scandaleuses et sensationnelles a, en effet, provoqué la création de tout un marché de sites soi-disant d'information mais en réalité racontant littéralement n'importe quoi, à base de "on nous cache tout on nous dit rien", "les Américains sont méchants" et "les extra-terrestres dirigent le monde en loucedé". Ça permet à quelques boutonneux ukrainiens, par exemple, de se faire de l'argent de poche sur le dos de gens comme vous.

Soyez gentil de nous épargner vos adresses à la noix.

Savonarole

@ Exilé | 13 mai 2019 à 11:53

Cette affaire est fumeuse. Merci pour le lien.
Vous allez vous faire crucifier pour pro-soviétisme à la solde de Poutine.

Trekker

@ Savonarole | 13 mai 2019 à 09:46

Merci pour votre réponse, et le lien de son concert à Barcelone.

Gavroche

@ Achille | 13 mai 2019 à 07:42

Vous me faites penser à la phrase :

"le sourire béat du crétin satisfait"

et effectivement vous êtes plusieurs sur ce blog.

Je vous offre ce sac à malices :

https://twitter.com/paulo13300/status/714686588836519937

N'hésitez pas à taper ensuite sur A SUIVRE en haut et à droite.

Exilé

Il est possible que l'affaire ayant mis en vedette les deux « touristes » accueillis par M. Macron soit un peu plus complexe que ce qui nous a été rapporté :

https://strategika51.org/archives/62902

Savonarole

@ fugace | 13 mai 2019 à 01:52

C'est mon défaut, j'exagère toujours, mais quand on lit sa prose on s'endort souvent, la répétition, l'arabesque latérale, l'idée fixe prise pour conviction, un puits d'ennui. Merci pour avoir compté ce charabia.

Lucile

@ Robert Marchenoir

Je comprends votre argumentation. Elle ne me concerne pas totalement du fait que je ne cherche pas à faire front commun avec tous les opposants à E. Macron. Je ne demande pas non plus sa démission. Mais je veux pouvoir exprimer mon opinion, à savoir que je juge sa politique brouillonne, contradictoire, démagogique ; je pense qu'elle enfonce la France dans l'ornière d'où il avait promis de la tirer. Comme vous le dites, on nous ment sur les chiffres, dont celui du chômage, et les media avalent tout ou presque sans le dire, ou bien mentent en connaissance de cause ne serait-ce qu'en jouant sur les mots "On a créé 500 000 emplois" (et combien ont été perdus ?). Doit-on les suivre sans protester ?

Les media clament d'un ton faussement navré qu'il n'y a pas d'opposition, mais en fait ils passent leur temps à en parler comme de quelque chose de dérisoire, et de ses tenants comme de pantins. Tandis que les performances de Macron pendant le Grand débat sont montées en épingle par des lécheurs de bottes invétérés et intarissables.

Le chef d'orchestre actuel est Macron. Il éteint d'ailleurs tous ceux qui l'entourent. Il revendique suffisamment la responsabilité de tout pour que si l'on n'est pas satisfait de la manière dont la France est gouvernée, on s'en prenne à lui. C'est pourquoi je revendique le droit de le critiquer, vous remarquerez que je n'emploie jamais d'arguments au-dessous de la ceinture. Je l'attaque sur ses décisions et sur ses résultats. Pourtant ce n'est pas faute de lui trouver une personnalité de faux-fort peu en rapport avec mes idéaux.

--------------------------------------------

@ Achille

Ah je vous "navre" en tapant sur Macron et sa politique. Ah ah ah ! Vous vous prenez pour un directeur de conscience ma parole ! Ce serait pourtant bien aimable à vous mon cher Achille de me traiter en adulte. Par ailleurs, je ne sais pas où vous voyez que Robert Marchenoir m'apporte la démonstration que j'ai besoin "de me ressaisir" !! Robert Marchenoir et moi débattons de façon civilisée et ne faisons qu'échanger des arguments, entre personnes qui s'estiment - du moins c'est ce que je pense - et s'abstiennent donc de porter atteinte à l'honorabilité l'un de l'autre. Ce que j'apprécie, outre le fait que ses arguments font avancer la discussion.

caroff

@ Lucile 13h30
"Donc, oui, oui, oui, ça fait du bien."

Je préférerais en dire du bien ou en penser du bien mais, comme vous le dites, Macron n'est pas au-dessus de tout reproche... mais si ça défrise certains ici, dépourvus de tout esprit critique...

Même l'intéressé reconnaît qu'il a commis des erreurs alors ne nous privons pas de le lui faire savoir !!

Exilé

@ Trekker
« Fort juste car sédentarité et urbanisation, base initiale de toute civilisation, ne sont nées que lorsque l’économie de la cueillette et de la chasse n’ont plus été en mesure de subvenir aux besoins de l’homme. »

L'opposition entre les cultivateurs ou les éleveurs sédentaires vivant de leur travail et les nomades (ou non) prédateurs aux dépens de la nature ou d'autres groupes humains est vieille comme le monde.

Mais le problème est que du fait des phénomènes migratoires actuels ces visions du monde antagonistes et incompatibles peuvent être amenées à cohabiter sur un même territoire, ce qui explique en partie certaines formes de délinquance voire de criminalité.

Savonarole

@Trekker | 13 mai 2019 à 00:28

En Espagne il a toujours un succès phénoménal.
Je l'avais vu en concert avec Emmylou Harris. Un monument.
A noter toutefois qu'avec l'âge il a trop tendance à faire des tunnels assez longuets.
C'est ce qui arrive à Van Morrison ou Paul Carrack qui virent au jazz.

Voici le concert du 26 avril dernier à Barcelone
http://www.bing.com/videos/search?q=mark+knopfler+barcelona+25+abril+2019&&view=detail&mid=1B69985A092878B2DDC31B69985A092878B2DDC3&&FORM=VRDGAR

C'est en Espagne que viennent les grandes pointures de la pop, Jackson Browne, James Taylor, David Lindley, Squeeze, The Jayhawks, et beaucoup d'Anglais également. Éric Burdon sillonne l'Espagne l'été !

Xavier NEBOUT

@ Robert Marchenoir
"Pire encore, le fait que la presse nous apprenne que les deux hommes étaient un couple homosexuel en "voyage de noces", est utilisé par certains pour insinuer qu'il aurait mieux valu les laisser aux mains de leurs ravisseurs. L'ignominie de la bien-pensance d'extrême droite ne connaît pas de limites."

Vous qui vous disiez crois-je me souvenir, le plus à droite du blog, je suis donc là beaucoup plus à droite que vous.

Veuillez donc agréer mes salutations les plus ignominieuses...

Achille

@ Lucile | 12 mai 2019 à 13:00
« Donc, oui, oui, oui, ça fait du bien. »

Autant je peux concevoir ce genre de propos venant d’anti-macronistes primaires, comme nous en avons quelques spécimens sur ce blog, autant je les trouve navrants de la part d’une femme comme vous qui êtes capable (quand vous êtes dans un bon jour) de faire preuve d’une analyse fine et bien argumentée.
Là vous avez tout faux et Robert Marchenoir, que je ne porte pourtant pas dans mon cœur, vous en a apporté la démonstration imparable.
Il est grand temps de vous ressaisir !

Robert Marchenoir

@ Mary Preud'homme | 12 mai 2019 à 23:34

Votre spectaculaire étanchéité à la compréhension d'idées simples est-elle naturelle, ou soigneusement travaillée ?

Vous réussissez à me faire dire l'exact contraire de ce que j'ai dit, sur chacun des points que vous évoquez. Soit c'est de naissance, soit c'est un exploit.

Et une autre question : le fait que vous vous précipitiez de façon hystérique sur votre clavier, à chaque fois que vous lisez le mot Noir, ou que le bleu et le kaki sont évoqués, est-il le résultat d'un pari ? d'un voeu à la Sainte Vierge ? vous êtes prise en otage par un détraqué qui vous dicte ses fantasmes, le pistolet braqué sur la tempe ? voulez-vous que nous appelions la police ?

fugace

@ Savonarole | 12 mai 2019 à 21:24

En fait, il n'y a réellement que 1 035 mots dont 6 258 caractères.
Lucile devrait donc mieux supporter la dose.

Cordialement

Trekker

@ Savonarole

En tant que résident espagnol au moins à mi-temps, et addict de la pop music anglaise aussi bien qu’US, j’aimerais bien avoir votre avis sur le dernier concert à Barcelone le 25 avril de Mark Knopfler. Etait-il égal à ce qu’il était à l’époque de Dire Straits, ou fait-il bien hélas ses quasi 70 ans ? J’hésite à aller le voir à Paris le 17 juin, et cela de crainte d’être déçu.

—————

@ Claude Luçon | 12 mai 2019 à 19:24
"Qu'on ne passe pas de l'abondance naturelle qui était celle de l'Afrique à une nature plus brutale sur les autres continents. On crée ce dont on a besoin, pour ne pas mourir de froid ou de faim et se défendre. Quand la nature vous donne chaleur, pluie et abondance de nourriture, pourquoi chercher plus"

Fort juste car sédentarité et urbanisation, base initiale de toute civilisation, ne sont nées que lorsque l’économie de la cueillette et de la chasse n’ont plus été en mesure de subvenir aux besoins de l’homme.

Mary Preud'homme

@ Robert Marchenoir | 12 mai 2019 à 00:55
"Pire encore, le fait que la presse nous apprenne que les deux hommes étaient un couple homosexuel en "voyage de noces", est utilisé par certains pour insinuer qu'il aurait mieux valu les laisser aux mains de leurs ravisseurs. L'ignominie de la bien-pensance d'extrême droite ne connaît pas de limites.
"Tant qu'à faire, je suggère à nos braves anti-macronistes d'exploiter un détail supplémentaire de cette affaire : les photos des otages montrent clairement que l'un d'entre eux, en plus d'être homosexuel, est un peu... comment dire... bronzé.
"Allez-y : insinuez donc que l'armée française aurait mieux fait de le laisser crever en Afrique avec ses frères, et que si cela n'a pas été le cas, c'est que Macron éprouve une attirance trouble pour les Noirs homosexuels. Vous nous remettrez les jolies images de la fête de l'Elysée à cette occasion, sans oublier celles de certaine visite post-ouragan."

----

Mais où va-t-il chercher tout ça et que nous importe que ces deux inconscients soient prétendument homos, en outre que l'un d'eux quelque peu basané de peau soit qualifié de Noir ? En quoi ces prétendues "disgrâces" (selon les canons de Marchenoir) les exonéreraient-ils d'une quelconque bêtise, inconscience ou responsabilité dans l'affaire qui nous occupe ?

Tipaza

@ Savonarole | 12 mai 2019 à 18:52

Merci pour votre lien.

Je ne connaissais pas la chanson locale de Tizi Ouzou qui dit :

« Achimi tsough achimi thettsough », soit « J’oublie, je n’oublie pas ».

Tizi Ouzou, je crois que j'ai un faible pour les noms de ville en "z" !

Mary Preud'homme

@ boureau | 12 mai 2019 à 22:05

Merci boureau. Vous n'êtes pas le seul à avoir pris en la matière l'Histoire à contresens ou nourri certains préjugés... C'est pourquoi je me garderai bien de vous jeter la pierre ne me sentant pas moi-même exempte de tout reproche ou a priori !

boureau

@ Mary Preud'homme 12 mai 2019 15:06

"L'homme africain n'est pas "assez" entré dans l'Histoire"

Le mot "assez" avait une importance cruciale.

J'ai écrit la citation de mémoire et je ne me suis pas relu. Excuses.

Cordialement.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS