« Un dimanche en ordre et en désordres... | Accueil | Sans ma droite, je serais mal ! »

04 juin 2019

Commentaires

Noblejoué

Je défends Total.

https://lenergeek.com/2019/06/05/anne-hidalgo-total-jeux-olympiques/

Pourquoi ? Eh bien entre autres parce qu'on est bien content d'avoir du pétrole et qu'il est bête de s'acharner sur qui en livre. Parce que je n'aurais jamais voulu de Jeux pour la France, on dépense pour quoi, là ? Mais qu'autant que Total ou autre paie le plus possible, et le pays, moins...

Autre chose, le problème ce n'est pas Total nous livrant le pétrole dont nous avons besoin ou Durand qui prend sa voiture, c'est d'être trop dépendant d'une énergie, or ce qu'il faut encourager, c'est plutôt que Total et n'importe quel autre pétrolier investissent dans différentes énergies, de même que se féliciter du projet Iter et compagnie :

https://www.clubic.com/energie-renouvelable/article-851159-1-iter-avenir-fusion-nucleaire-joue-france-tokamak.html

Patrice Charoulet

J'APPROUVE TOTALEMENT CES REFLEXIONS DE MAXIME TANDONNET :

"La logique du charognard

Ci-dessous, ma dernière tribune pour le Figaro Vox et mes réponses au questionnaire d’Atlantico, sur les conséquences du scrutin européen en particulier la démission de M. Wauquiez. J’y reviens sur l’extraordinaire mystification autour de la supposée demi-victoire de LREM, avec la complicité du monde médiatique, sur la jubilation de la classe politico-médiatique, devant ce qu’elle pense être l’agonie des Républicains, sur le caractère aléatoire, imprévisible et explosif de la situation présente, sur fond d’aveuglement et de béatitude. Mais ce qui me sidère le plus, c’est bien l’abîme d’indignité dans lequel s’enfonce sans complexe, sans scrupule, une partie de la classe politique. La jubilation hystérique face aux blessures du courant républicain a quelque chose de révélateur. A ce jeu, lepénisme et enmarchisme se ressemblent comme deux frères jumeaux, unis dans le rêve commun de se partager les dépouilles des Républicains. Les deux partis donnent l’image de ces pillards qui font les poches des soldats gisant sur le champ d’honneur ou des victimes d’une catastrophe. Le pire peut-être est le comportement des transfuges de LR qui après avoir trahi par opportunisme, s’acharnent sur le corps blessé de leur ancien parti. Bien sûr, le style charognard a toujours existé. Mais aujourd’hui, une étape nouvelle semble avoir été franchie dans le cynisme. La question n’est pas vraiment de morale publique. Depuis Machiavel, chacun sait que la morale ne fait pas bon ménage avec la politique. Non, c’est une simple affaire de dignité. Mais ce mot a-t-il encore un sens à leurs yeux ?"

https://maximetandonnet.wordpress.com/2019/06/05/la-logique-du-charognard/

Mary Preud'homme

@ finch | 05 juin 2019 à 14:48

Ces gens-là n'ont cure de l'histoire (l'actuelle) et encore moins de celle qui les jugera. Quant à l'intérêt général, c'est le cadet de leur souci. Ce qui les intéresse c'est leur ventre et basta !
Les premiers à plaindre sont leurs enfants s'ils en ont...

Jean le Cauchois

@ Exilé à 16:41

Cher Exilé,

Vous avez toute mon estime pour défendre, avec tant de présence, vos valeurs et vos convictions, y compris celles concernant les militaires professionnels de haut grade que vous citez, dont Hélie Denoix de Saint Marc, que j'ai approché et pour qui je garde la plus grande admiration. Cependant, pour tempérer les reproches que vous conservez à l'égard des gouvernants de l'époque, n'oubliez pas les militaires amateurs de base - les soldats du contingent - qui ont, eux, perdu la vie. C'est, je crois, trois fois le cimetière de Colleville, avec le même âge moyen, mais peut-être sans les mêmes cérémonies d'évocation. Elle est dure, notre histoire de Français : nous la partageons, tous ensemble.

Robert Marchenoir

@ boureau | 05 juin 2019 à 14:08
"Tomas méritait très largement cette fessée littéraire. Merci de l'avoir fait. Toutefois, je crains qu'il ne soit irrécupérable. Définitivement."

Bien entendu. Mais lorsqu'on dissèque une grenouille devant des étudiants, ce n'est pas pour le bénéfice de la grenouille.
______

@ Lucile | 05 juin 2019 à 15:01
"Je n'aurai pas l'indiscrétion d'aller commenter cette photo de vous que je n'irai pas regarder."

Voilà. En dehors de ça (pour ceux que ça intéresse), la mode est à se retirer de Facebook. Pas à s'y afficher.
______

@ stephane | 05 juin 2019 à 15:26
"S’il y a une personne condamnable en France et que beaucoup idolâtrent, c'est François Mitterrand. Les rues François Mitterrand me donnent la nausée."

Certes, mais que dites-vous des rues Lénine, Maurice Thorez, Jacques Duclos, Youri Gagarine, Normandie-Niemen, Angela Davis, Ho Chi Minh et même Staline ?

L'Ukraine les a interdites. Quand la France suivra-t-elle le modèle ukrainien ? Quand la France consentira-t-elle à se décommuniser ? A interdire, aux anciens communistes, tous les postes dans la fonction publique ou la politique ?
______

@ duvent | 05 juin 2019 à 15:38
"Voilà une phrase qui révolte !!! Mais vous êtes un dément ! Et puis, ce mot 'arithmétique' d'où le sortez-vous ? Oui, je déplore qu'il y ait des pauvres, blabla."

Non, c'est vous qui êtes folle. C'est flagrant, à la lecture de vos délires. Tout le monde s'en tape, que vous déploriez qu'il y ait des pauvres. Personne ne vous a demandé votre avis. Et puis vous comprenez le latin quand ça vous arrange.

Votre cas est particulièrement gratiné, mais il emprunte à une variété de dérangement mental beaucoup plus répandue que la vôtre : la confusion des ordres.

Les gens sont de plus en plus nombreux à confondre la science et la politique, l'économie et la morale, la politique et la religion, la littérature et la pensée, la politique et la littérature, le passé et le présent, l'observation et la prescription, et ainsi de suite.

C'est pourquoi on assiste au spectacle de gens comme vous, qui se donnent le ridicule de se révolter contre la statistique. Mon ennemi, c'est la finance, disait l'autre. Certains sont assez insensés pour dire : mon ennemi, c'est le pourcentage, ou la dérivée seconde.

Rien de bon ne peut sortir de là. On ne confie pas le sort d'un pays à des petites jeunes filles qui confondent leurs hormones avec leur cerveau.

Je vous parle économie, et vous me citez Saint Augustin. C'est bien mignon de citer des textes religieux ; encore faut-il le faire à bon escient.

Je vous renvoie à l'Ecclésiaste, qui me paraît beaucoup plus pertinent, en l'occurrence :

"Il y a temps de naître et temps de mourir, temps de planter et temps d'arracher ce qui a été planté."

"Il y a temps de tuer et temps de guérir, temps d'abattre et temps de bâtir."

"Il y a temps de jeter les pierres et temps de les ramasser, temps d'embrasser et temps de s'éloigner des embrassements."

"Il y a temps pour l'amour et temps pour la haine, temps pour la guerre et temps pour la paix."

Et ainsi de suite. Encore faut-il faire fonctionner ses facultés de discernement.

Giuseppe

Comme s'il suffisait d'y croire:

https://i.goopics.net/30kmW.png

Là c'est fini.

Denis Monod-Broca

Quel paradoxe insensé !

Sur la scène européenne le résultat de ces élections ne changera strictement rien à rien mais sur la scène nationale il laisse un champ de ruines !...

Giuseppe

"Aux urgences, les personnes âgées meurent d’attendre".

"Le collectif de paramédicaux Inter-urgences appelle jeudi 6 juin à manifester à Paris. Les médecins pourraient les rejoindre. Tous confient leur certitude que les personnes âgées décèdent en raison de la saturation à tous les niveaux : à l’accueil, avant de voir un médecin, ou d’être hospitalisées."
Caroline Coq-Chodorge (Mediapart)
https://www.mediapart.fr/journal/france/050619/aux-urgences-les-personnes-agees-meurent-d-attendre

Ce n'est peut-être pas le lieu, quoique… Alors le sort ou la mort d'un ou de partis politiques je m'en tamponne bien fort le coquillard.

Aucun ne nous mérite et ne mérite que l'on s'apitoie dessus, la nature en l'espèce a horreur du vide, jamais autant de candidats pour les européennes, jamais la politique n'a été aussi inutile.

Terrifiant constat.

Mais que font-ils bon sang depuis des décennies ? La cinquième puissance du monde et à ses portes, l'extrême, le pire des dénuements, la misère la plus terrible, mourir d'attente dans un couloir d'hôpital… chez nous... Le modèle social que la terre entière nous envie.

Tipaza

C'est dans les moments difficiles que se révèlent le caractère d'une personne et sa personnalité.

Valérie Traitresse annonce sans la moindre honte qu'elle quitte les LR dans le plus mauvais numéro de faux-cul que j'ai jamais vu. Dans certaines circonstances il faut appeler un chat un chat.

Je ne suis pas LR, ni de près ni de loin, mais j'aime avoir un minimum de respect pour mes adversaires, et pas en avoir honte pour eux.

Le transformisme et le retournement de veste semblent être une spécialité de ceux qui sont trop purs pour parler avec les impurs du RN.

Achille

@ stephane | 05 juin 2019 à 15:26
« Cela s'appelle un virage fabiusien, on met le clignotant à droite pour tourner à gauche. Après, pour ce que peut peser le vote d'Achille... »

Mais mon vote pèse autant que le vôtre, monsieur stephane, c’est une des vertus de la démocratie. Le vote d’un riche vaut autant que celui d’un pauvre, tout comme celui de l’intelligent (ou qui se prétend tel) et du parfait inculte.

Quant à votre vision simpliste , pour ne pas dire simplette, de mon vote, ne cherchez pas à comprendre. Vous vous feriez du mal pour rien. La pensée complexe, ce n’est visiblement pas votre truc. Mais vous pouvez vivre très longtemps comme ça ! :)

Giuseppe

@ Savonarole | 05 juin 2019 à 16:01
"C'est probablement cette exquise éducation perdue qui a fait voter Versailles et Neuilly pour Macron…"

Euh… Sans doute ce qui suit la rend exquise:

https://i.goopics.net/2757p.png

boureau

@ Giuseppe 05 juin 2019 11:24

"La mort de LR"

"Fillon a creusé la tombe de la droite et Wauquiez a cloué le cercueil" dixit Sarkozy.

Ce qu'il oublie de dire et qui ne lui sera jamais pardonné: c'est lui qui a tiré sur la droite !

Cordialement.

Jean le Cauchois

@ Patrice Charoulet à 11:08
"Stendhal(...)avait une tête de charcutier" et "On espérait mieux en voyant ma tête"

Effectivement, au prix qu'elle vaut (de la part de madame Gribiche, restauratrice à Vaux-le-Vicomte, et du signor Boronali, dit Henri B., producteur de prosciutto à Parme)...

genau

"Toute référence à De Gaulle me semble superfétatoire. SA constitution a été remaniée 26 fois mais lui, au moins, savait s’entourer de gens compétents (non, je ne parle pas de Malraux !). Il a bâclé l’affaire algérienne, il s’est plus battu contre les Français que contre les Allemands, il a commis la lourde erreur d’installer les communistes aux commandes en 1944/45, mais il reste néanmoins aux yeux de l’Histoire comme un des Grands Hommes au bilan « globalement positif." (Mitsahne | 04 juin 2019 à 12:53)

Je suis heureux d'avoir lu ce paragraphe, plus désespéré encore que moi. De Gaulle est une illusion de l'Histoire, personne n'a entendu son message, et sa politique, comme les autres a eu ses trous et ses bosses ; il a fallu Mitterrand pour nous débarrasser provisoirement du cancer communiste, quoique...

A la Libération, voyez comme les choses sont curieuses, des "maquisards" de la onzième heure sont venus chercher mon père. Ils avaient des indices: pétainiste, mais résistant des réseaux du Theil, ami de P. Agostini prêtant ses papiers à des évadés ou réfugiés, mais royaliste, légitimiste, maurrassien, un peu zinzin quoi. Ça démarrait très mal, meute socialiste accrochée à ses basques, jusqu'à ce qu'intervienne un responsable communiste, rouge foncé, qui s'est opposé à toute poursuite et a fait libérer le sujet. Pourquoi ? je le sais aujourd'hui.

Quarante ans plus tard, le chef de meute des socialos, devenu très puissant, au hasard d'une intervention où je menais des opérations de surveillance m'a demandé de venir le voir et m'a dit son regret, expliqué sa réaction et dit son désir de serrer la main de son vieil ami. Mon père refusa, encore que j'en eusse, inflexible, sans grandeur, comme un général vis-à-vis d'un maréchal.

C'est ainsi que la France a marché pendant encore quarante ans et nous voilà ce soir, nous, enfin, je.

A part l'homme devenu puissant et le communiste, virtuose héroïque du camouflage, les autres protagonistes sont des gens de rien, comme moi, de ceux qui subissent ou qui agissent comme des équilibristes au-dessus de la mare aux crocodiles. Donc, d'opinion, j'ai appris à ne pas en avoir, hormis chez Plotin dans son ascèse cynique, ce qui aurait pu intéresser les romanistes.

De fait, j'ai aussi longtemps lu Jean Bodin, bien connu des juristes romanistes et qui passe pour un subtil humaniste. Certes, sauf qu'il militait ferme en faveur de la crémation in vivo des hérétiques et autres sorcières ou pauvres lesbiennes en mal des tourments de la chair alors que M. Eyquem, homme de pouvoir, son exact contemporain, écrivait humblement "les boiteux".
Ce genre de confrontation uchronique m'a toujours paru devoir tenir éloigné des petites comme des grandes certitudes et il est quelquefois difficile de brider son âme.
Pensez au pauvre curé poursuivi pour avoir récupéré les denrées quasi périmées que le supermarché du coin mettait secrètement à sa disposition, et qui aujourd'hui voit, de ses pauvres yeux obscurcis, le projet d'interdiction de destruction de ces mêmes denrées.
C'est de cela qu'il s'agit et c'est aussi pour cela que je ne pourrai désormais jamais détester Macron ni ceux qui l'ont inspiré, fussent-ils banquiers.

Exilé

@ Xavier NEBOUT
« JMLP a sympathisé avec les parias de l'OAS, les officiers qu'il avait connus en tant qu'officier lui aussi, et qui avaient engagé leur honneur pour que l'on ne commette pas en Algérie l'infamie commise en Indochine, et alors ? »

Parias de l'OAS qui pour plusieurs avaient déjà résisté contre l'occupant allemand (Jacques Soustelle, colonel Chateau-Jobert, Hélie Denoix de Saint Marc, général Challe, général Zeller etc.) et qui fidèles à l'honneur ont repris le combat vingt ans plus tard mais cette fois contre la forfaiture que le régime politique de l'époque tramait.

Michel Deluré

"L'union ou la désunion des droites ?"

Hélas, sur notre échiquier politique existe-t-il un camp, quel que soit son positionnement, n'ayant pas eu à affronter à un moment ou à un autre de son histoire, à des degrés divers, ce problème de l'union ou de la désunion ?
Même le RN n'y a pas échappé.
Et le problème se pose avec d'autant plus d'acuité lorsque la défaite, surtout si elle s'avère cuisante, offre une opportunité exceptionnelle à tous ceux qui trouvent là moyen d'assouvir leurs ambitions personnelles de pouvoir.

Dans ces circonstances, la tentation de la désunion l'emporte malheureusement trop souvent sur la nécessité de l'union.
La droite, en faisant le choix raisonnable de l'union, pourrait fort bien se relever à la condition avant tout qu'elle se montre en capacité de redonner du sens, de la légitimité à la politique, qu'elle fasse la démonstration que l'engagement politique est au service du seul bien commun et qu'il n'a nullement pour vocation de servir les seuls intérêts de ceux qui l'exercent, de leur permettre de jouir égoïstement de la satisfaction et des avantages que peut procurer le pouvoir.

Savonarole

Touchant de voir Macron au milieu des vétérans sur LCI. Passant de table en table cet après-midi.
Élégance et classe, il ne s'est pas mis à les embrasser à la française comme aux barbecues dominicaux de Juvisy-sur-Orge en pantashop et T-shirt. Distance et vraie courtoisie.
Un vrai British, curieux pour un Président français.
Rien que pour cette séquence on lui pardonne tous ses péchés.
C'est probablement cette exquise éducation perdue qui a fait voter Versaiiles et Neuilly pour Macron...

duvent

@ Robert Marchenoir | 05 juin 2019 à 13:26
« Déplorer qu'il y ait des pauvres en France, c'est comme regretter que la France ait une superficie. Nous sommes environnés d'ânes savants. L'analphabétisme arithmétique fait des ravages. »

Voilà une phrase qui révolte !!!
Mais vous êtes un dément ! Et puis, ce mot « arithmétique » d'où le sortez-vous ?

Oui, je déplore qu'il y ait des pauvres, et c'est encore heureux puisque je ne le suis pas, oui, j'aime les ânes surtout quand ils sont d'or, comme celui d'Apulée, oui, je souffre « d'analphabétisme arithmétique », et vous êtes mon remède !

Quand vous aurez fini de compter tout ce qui s'amasse, il serait bon que vous tourniez la tête vers cet horizon, non pas pour comptabiliser les pauvres mais pour regarder une fois ailleurs...

Comme vous avez l'amabilité de nous diriger vers la lumière, je vous dirige vers Saint Augustin.

St Augustin Confession L.X, XXVII, 38  

« Tard je t'ai aimée, Beauté si ancienne et si nouvelle, tard je t'ai aimée !
Mais quoi !
Tu étais au-dedans de moi et j'étais, moi, en dehors de moi-même !
Et c'est au dehors que je te cherchais ; je me ruais dans ma laideur sur la grâce de tes créatures.
Tu étais avec moi et je n'étais pas avec toi, retenu loin de toi par ces choses qui ne seraient point, si elles n'étaient en toi.
Tu m'as appelé et ton cri a forcé ma surdité ; tu as brillé et ton éclat a chassé ma cécité ; tu as exhalé ton parfum, je l'ai respiré et voici que pour toi je soupire ; je t'ai goûtée et j'ai faim de toi, soif de toi ; tu m'as touché et j'ai brûlé d'ardeur pour la paix que tu donnes. »

stephane

@ Mary Preud'homme | 05 juin 2019 à 11:08

Il est clair que les engagements de Laurent Wauquiez sont cohérents, même si on ne partage pas ses idées, ce qui en fera un jour ou l'autre le recours, contre Bardella par exemple qui a les dents encore plus longues que Sarkozy dans les années 80.

Le parcours "votatoire" d’Achille, que vous relevez, me laisse pantois.
Voter Fillon au premier tour (évidemment au deuxième c'était difficile), pour ensuite bifurquer.
Cela s'appelle un virage fabiusien, on met le clignotant à droite pour tourner à gauche.
Après, pour ce que peut peser le vote d'Achille...

————-

@ Xavier NEBOUT | 05 juin 2019 à 12:04

Cher Xavier, vous exprimez (et vous êtes publié) ce que certains pensent.
Je ne partage pas la totalité de votre point de vue, mais effectivement, au nom de quoi condamner JMLP sur ses propos ?
La France ne s'honore pas, quels que puissent être les sous-entendus de JMLP ou sa volonté de "faire le buzz" qui n'existait pas à l'époque.

Merci à Philippe Bilger d'oser prendre le risque d'une condamnation en défendant la liberté d'expression.
S’il y a une personne condamnable en France et que beaucoup idolâtrent, c'est François Mitterrand.
Les rues François Mitterrand me donnent la nausée.
FM a reçu Bousquet, à l'Elysée, certains de ses collaborateurs nous ont quittés dans d'étranges circonstances, Jean-Edern Hallier, poussé de son vélo par un Benalla contemporain, si cela se trouve (simple hypothèse, mais avec FM...) et j'en passe et des pires...
Une double vie, des leçons à tout le monde de la part de ses thuriféraires, et surtout la mise en faillite de la France.

yves albert

@ Giuseppe | 05 juin 2019 à 11:24

Sarko: "Fillon a creusé la tombe de la droite et Wauquiez a cloué le cercueil"

Oui mais : la droite c'est la bourrique de Sarko qui l'avait achevée !

La droite c'était la bourgeoisie, aujourd'hui elle se planque chez le petit nouveau dictateur antinational car on ne fait pas des oeufs avec une omelette.

Bref, quand on prend connaissance des commentaires de ce billet on (qui on) s'aperçoit que ce ne sera pas demain la veille d'un renouveau en politique en France et les immigrés y ont un bel avenir devant eux. Ce qui est certain c'est qu'eux rétabliront leurs frontières.

Lucile

@ Patrice Charoulet | 05 juin 2019 à 11:08

Je suis (pour une fois me direz-vous) de votre côté. Je n'aurai pas l'indiscrétion d'aller commenter cette photo de vous que je n'irai pas regarder.

Socrate, qui était d'une subtilité toute grecque, avait les traits plutôt épais. Je pense que le contraste entre l'apparence des gens et qui ils sont est plus qu'une péripétie humaine, il est au cœur de notre condition. Pour moi c'est un mystère toujours renouvelé. En ce qui concerne la voix, je suis d'accord avec Mauriac, sauf qu'il n'est pas obligé de prendre en exemple une voix de femme pour illustrer son propos sur les voix bêtes.

Denis Vasse, dans un de ses articles de la Revue Esprit "La Voix qui crie dans le désêtre", développe l'idée que nous sommes dans un monde qui privilégie la vue sur l'ouïe et cherche à tout dévoiler, jusqu'aux bébés dans le ventre de leur mère avant la naissance. Le regard discerne, observe, juge, analyse et dissèque. Il distancie l'objet du sujet, et le sujet de lui-même. Les sons que nous entendons s'adressent sans filtre à une autre part de nous-mêmes, plus réceptive, plus sensible, et profonde, et moins sur la défensive. Leur effet sur nous dépasse le champ de notre conscience. D'après le titre de l'article, le regard qui dissèque peut déshumaniser, surtout quand s'y associe la jouissance de la dérision, alors que l'oreille qui entend et qui accorde son écoute est abordée d'une tout autre façon ; elle perçoit celui qui parle dans son intimité, mais sans la violer.

Denis Vasse est médecin, psychanalyste (et jésuite). Il est difficile à lire. Sur le plan psychanalytique il étaye cette comparaison entre le regard et l'écoute sur ce que Freud appelle "la pulsion scopique" (besoin de regarder et plaisir à regarder, à la racine du voyeurisme) à rapprocher de la pulsion dite d'emprise.

finch

@ Mary Preud’homme
« Quant à Wauquiez, qu'on l'aime ou le haïsse, force est de reconnaître que c'est un homme de conviction et de fidélité, ce qui n'est déjà pas si mal pour un politicien. Et qu'en outre après la défaite de son poulain tête de liste aux européennes, il a eu le courage et l'élégance d'assumer, seul, l'échec. »

L’élégance est ce qui manque le plus en ce moment, Mary, de la part notamment de certains intervenants de ce blog qui soûlent les fidèles LR. Laissons les charognards s’agiter et tenter de dépecer ce qu’ils peuvent. Nul n’a cure de leur prosélytisme excité et de leur discours caricatural et faux, censé sonner le glas. Ils cherchent à se convaincre eux-mêmes qu’ils ne larguent pas d’inepties. L’histoire se chargera de régler les comptes et de corriger l’arrogance déplacée.

Giuseppe

Hier il faisait un temps magnifique https://i.goopics.net/VKR18.png, mais aujourd'hui l'orage gronde partout dans les rangs des LR, je vois bien Sarkozy impatient, il va leur faire payer des primaires qui l'ont humilié.

Ils vont devoir tous s'écorcher les genoux, il va ouvrir la boîte à gifles, il attend son heure et ce ne sera pas du Jupiter qu'il va leur servir.

Pour s'en sortir ils vont avoir besoin de lui, pas tout de suite, mais pour le quinquennat suivant ils vont devoir faire allégeance pour sauver ce qui leur reste de lambeaux.

La pluie redouble sur la tête de la droite, et le seul qui peut encore s'abriter c'est Sarkozy, il tient le manche, attend son heure, le discours pompeux et creux du volumineux Larcher ne fait que le conforter, il ne participera dans la course qu'avec des léopards, les éléphants c'est fini et cela il l'a bien compris.

Sarkozy martyrisé mais pas battu, il est encore jeune se dit-il, certes il fait du vélo sans pédales automatiques mais Jupiter en est encore au vélo à assistance électrique.

Les municipales emporteront sa décision, il comptera ses divisions, et malheur aux vaincus et à ceux qui auront rejoint les rivages voisins.
Il est capable de faire un Tour de France, reste à monter son équipe.

duvent

@ Patrice Charoulet | 05 juin 2019 à 11:08

De deux choses l'une, ou vous ne comprenez pas ce que j'écris, ou vous ne comprenez pas ce que j'écris...

Mais de ces deux choses, l’une est plus vraie que l'autre !

« A ma très chère duvent. Laissez-moi tout d'abord vous dire toute la déférence que j'ai pour la personne de ce blog qui possède la plus admirable culture romaine. Cela ne court pas les rues. »

Ces trois affirmations sont totalement erronées.

boureau

@ Robert Marchenoir 05 juin 2019 13:26

Tomas méritait très largement cette fessée littéraire. Merci de l'avoir fait.
Toutefois, je crains qu'il ne soit irrécupérable. Définitivement.

Cordialement.

Tipaza

La droite est morte, je veux dire la droite républicaine, je n’aime pas cette expression, ajouter un adjectif à un concept l’affadit, mais bon ils l’ont voulu ainsi, laissons donc l’appellation ainsi.

Morte d’avoir trahi, je ne ferai pas la liste de ses trahisons de promesses et autres espérances de campagne électorale, d’autres l’ont fait ici même.

Cette droite républicaine doit-elle s’allier ou se regrouper avec le FN dans un bel élan « embrassons-nous Folleville » franchement c’est bien tard, peut-être même trop tard.
Une institution moribonde, déliquescente, sera plutôt un impedimenta qui empêchera le RN de progresser s’il doit progresser et ne l’aidera pas à éviter de reculer s’il doit reculer.

Il ne reste plus à cette droite qu’à se réunir en assemblées d’anciens combattants comme le propose Gérard Larcher, ils pourront célébrer les bons moments où ils ont berné les électeurs de la vraie droite (un adjectif avant le concept le valorise, je précise pour ceux qui seraient tentés de me faire des remarques).

De toutes façons les électeurs trancheront, les résultats montrent de plus en plus une capacité de ceux-ci à trier en fonction de leurs intérêts, que ce soit côté peuple ou bourgeois, car nous en sommes là.

Il ne s’agit plus de gauche ou droite ; mais d’une question de survie nationale, culturelle et même au-delà, de la survie de notre civilisation bien mal en point face à l’immigration sauvage ou pas.

C’est sur ce critère que les choix fondamentaux doivent se faire, l’intendance suivra comme disait le Général.

Je viens d’apprendre sur France Culture que les sondages donnent les sociaux-démocrates vainqueurs aux élections législatives danoises, mais le journaliste faisait remarquer avec des regrets dans la voix que lesdits sociaux-démocrates avaient pris soin de préciser dans leur campagne qu’ils ne modifieraient pas les lois restrictives sur l’immigration prises par les populistes, mais qu’ils maintiendraient le système social danois, soit presque le programme RN à la sauce danoise.
Peu importe les étiquettes, ce qui compte c’est la victoire des idées et leur traduction concrète, comme cela semble se passer au Danemark.

C’est pourquoi je m’étonne que les dirigeants n’aient pas compris que leur seule chance de rebondir est de dépasser le RN sur sa droite et de faire allégeance publiquement à Viktor Orbán, non seulement sur le combat anti-immigration mais bien au-delà sur le combat civilisationnel que mène Viktor Orbán.

Il faudra traduire cette allégeance par des actes concrets en cédant des postes de premier plan au RN.

P.-S.: Il y a une part de provocation dans mon commentaire, mais « en même temps » une grande part de vérité ;-)

Tipaza

@ Lucile | 04 juin 2019 à 14:50
« Je ne trouve pas Marion Maréchal convaincante. (...) Ses théories sur le conservatisme sont du copier-coller des théoriciens anglais, sans la finesse et la complexité. »

Vous êtes sévère, mais je partage un peu votre impression.
Marion avait eu l’intelligence de prendre de la distance pour se former dans des domaines où elle éprouvait des faiblesses, c’était une excellente idée, je trouve qu’elle revient un peu trop tôt dans le jeu politique.
Elle manque encore de densité intellectuelle pour affronter un Macron.

Pour affronter Macron il faut être aussi formaté grandes écoles que lui ou alors il faut aller au combat brutal, c’est ce qu’avait essayé de faire Marine Le Pen et qui a échoué parce que même dans le combat brutal il faut savoir faire preuve de finesse et elle n’a pas su.

Pour en revenir à Marion, connaissez-vous beaucoup de sociologues ou philosophes français capables de comprendre la finesse et la complexité du conservatisme anglais ?

Brexit ou pas Brexit, la Grande-Bretagne est une exoplanète, ils nous seront toujours étrangers, bien qu’ils aient fait de gros progrès pour nous comprendre et se rapprocher de nous.

Robert Marchenoir

Relevons tout de même cette ahurissante enfilade de mensonges, qui montre à quel point le militantisme politique n'a rien à voir avec la réalité, et tout à voir avec les fantasmes (Tomas | 04 juin 2019 à 23:12) :

"Parce que la droite, ce sont les riches, et que la majorité des électeurs sont pauvres."

Mais bien sûr. La majorité des électeurs sont pauvres. Il y a 14 % de pauvres en France. C'est l'un des taux les plus faibles en Europe.

http://www.lefigaro.fr/economie/le-scan-eco/dessous-chiffres/2018/09/13/29006-20180913ARTFIG00001-pauvrete-en-france-les-chiffres-a-connaitre.php

D'ailleurs, la pauvreté, en termes statistiques, est une notion relative. Un pauvre américain est plus riche qu'un "petit riche" français. Concrètement. D'après les biens qu'il possède.

Les saletés gauchistes qui s'étalent à longueur de sites Web s'indignent qu'il existe des pauvres en France. Des tripotées de somptueux imbéciles se tordent les mains en déplorant qu'il y a ait x millions de pauvres dans notre beau pays. L'existence d'un seul pauvre serait un scandale international. Mais heureusement, qu'il y a des pauvres, en France. S'il n'y en avait pas, la France n'existerait pas.

Déplorer qu'il y ait des pauvres en France, c'est comme regretter que la France ait une superficie. Nous sommes environnés d'ânes savants. L'analphabétisme arithmétique fait des ravages.

Et donc, la droite serait minoritaire, parce que seuls les riches seraient de droite, et que les pauvres seraient majoritaires.

Ce sont les mêmes abrutis gauchistes qui se plaignent de l'essor de l'extrême drouâ-â-âte, laquelle recueille la majorité des voix, aux dernières nouvelles.

https://www.interieur.gouv.fr/Actualites/Communiques/Resultats-des-elections-europeennes-2019

Qui a voté pour l'extrême drouâ-â-âte ? Les ouvriers, et les pauvres.

https://www.ipsos.com/fr-fr/europeennes-2019-sociologie-des-electorats

Quand la réalité ne correspond pas à la théorie, c'est la réalité qui a tort. Pas le théoricien.

"L'idéologie du communisme est fraternelle, trop même, au point de pousser au même radicalisme sanglant que les idées des Lumières pendant la Révolution."

Voilà. Le communisme est fraternel, il l'est même trop, c'est pourquoi il a fait 100 millions de morts. La fraternité, chez les gauchistes, ça consiste à massacrer son prochain. Je n'invente rien. Ce sont eux qui vous le disent. En revanche...

"L'extrême droite se caractérise avant tout par la haine de l'ennemi, ne proposant aucun programme constructif."

Evidemment. Le Front national dégouline de haine, c'est pourquoi il n'a jamais tué personne. Sauf un Arabe qui a été jeté à la Seine, et encore, ce n'était pas par des membres du Front national. Mais ça n'empêche pas la gauche de nous le repêcher tous les ans, c'est le seul martyr qu'ils ont à se mettre sous la dent.

Notez la fausse analogie entre la haine, et l'absence alléguée de "programme constructif". Le comble de la haine, c'est bien sûr de ne pas avoir de programme constructif. A cette aune, le haineux en chef serait quelqu'un comme François Bayrou, il me semble.

Vous remarquerez aussi l'emploi du mot "constructif" par la gauche. C'est assez simple, en fait : n'est pas constructif ce qui n'est pas de gauche.

"Que le communisme n'ait pas marché, c'est un euphémisme."

Ah. Tout de même.

"Mais cela ne signifie pas qu'il faut le placer au même plan moral que le nazisme, n'en déplaise à Stéphane Courtois et Nicolas Werth, dont j'ai lu le livre, très bien documenté."

Bien sûr que non. Pourquoi ? Silence. Le gauchiste est pudique. Il ne vous dit pas tout. Le communisme est plus moral que le nazisme, car, bien qu'il ne "marche pas", il part d'une bonne intention : la fraternité. Laquelle se termine curieusement en bain de sang, mais peu importe.

Et le gauchiste a lu le Livre noir du communisme. Il le trouve "très bien documenté". Il a pris connaissance des exactions et des chiffres. Il ne les remet pas en cause.

C'est simplement qu'un tout petit détail comme la réalité, comme 100 millions de morts, ne saurait ébranler la théorie du gauchiste, lequel a par définition raison, puisqu'il est de gauche.

Le gauchiste vient de vous dire qu'il est plus moral que vous, puisque lui, il trouve morale une idéologie qui réussit à faire 100 millions de morts (sans doute par erreur, peut-être par excès de zèle ?), contrairement au nazisme qui en a fait beaucoup moins, et qui a duré 12 ans au lieu de trois quarts de siècle (ou d'un siècle et demi, selon les repères que l'on prend). (*)

Et contrairement à l'extrême drouâ-â-âte, qui en a fait à peu près zéro, mais elle, elle est "haineuse", et ça, c'est mal. Tandis que les communistes, ils vous massacrent 100 millions de bonshommes avec amour et fraternité, et ça, ça change tout.

Encore une fois, ce n'est pas moi qui vous le dis. Straight from the horse's mouth. Je ne fais que retranscrire les propos du premier gauchiste venu.
______

(*) Autre malhonnêteté insigne de la gauche : elle compare le nazisme et le communisme pour exonérer ce dernier, ou du moins l'excuser ; mais sans jamais mentionner que le danger communiste est plus vivace que jamais aujourd'hui, alors que le danger nazi a complètement disparu avec Hitler.

Des centaines de millions de dirigeants politiques et de citoyens se réclament du socialisme ou du communisme aujourd'hui, sur tous les continents. Tandis qu'aucun dirigeant politique ne se réclame du nazisme, et que seuls quelques milliers d'individus totalement dépourvus d'influence s'en réclament à travers le monde, à tout casser.

A condition, bien sûr, de ne pas compter les musulmans parmi ces derniers -- musulmans auxquels les communistes trouvent toute une série d'excuses, du coup. Prolongeant la stratégie islamo-gauchiste qui fut inaugurée dès 1920, au congrès de Bakou, par Grigori Zinoviev, le président de l'Internationale communiste.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Premier_congrès_des_peuples_d'Orient

Patrice Charoulet

En 1968, l'écrivain Marcel Jouhandeau s'adressa aux étudiants enragés de cette façon: "Demain, vous serez tous notaires !". Parole prophétique.
Les soixante-huitards Daniel Cohn-Bendit et Romain Goupil défendent ardemment et du matin au soir, et partout, le gouvernement ni gauche ni droite, à la sauce béarnaise. On vieillit.
Moi qui n'avais aucune sympathie pour les émeutiers de 68, qui n'ai toujours aucune sympathie pour les gouverneurs autoproclamés des ronds-points ou pour les incendiaires-pillards du samedi, je n'ai toujours pas la moindre tendresse pour Bayrou et son idole quadra.

Xavier NEBOUT

Si les intellectuels tels que vous, P. Bilger, avaient le courage de dénoncer la diabolisation de JMLP qui ne repose sur strictement rien au lieu de l'entretenir, ce serait un grand progrès.

Certes il y avait au FN des drôles de personnages. J'en ai vu lors d'un rassemblement qui avaient une tenue de service d'ordre qui n'aurait pas fait tache chez les SA, comme il y en a toujours eu dans tous les partis, avec Benalla par exemple. Ceci dit JMLP n'a jamais été, même de très loin, un nazi.

JMLP a sympathisé avec les admirateurs du Maréchal Pétain comme l'a été le Colonel Rémy, le plus grand résistant communiste qu'il y ait eu.

JMLP a dit lorsque l'existence des chambres à gaz était en question, que c'était en tout état de cause un détail dans l'histoire de la Seconde Guerre mondiale, et alors ?

JMLP a sympathisé avec les parias de l'OAS, les officiers qu'il avait connus en tant qu'officier lui aussi, et qui avaient engagé leur honneur pour que l'on ne commette pas en Algérie l'infamie commise en Indochine, et alors ?

JMLP a sorti un calembour d'un goût douteux avec "Durafour crématoire". Quelle affaire !

En réalité, son plus grand crime dans une république de pourris à tous les étages, c'est d'être un homme d'honneur. Intolérable !

Alors, certes, la grande gueule de baroudeur prompte aller à la castagne en Indochine, à Suez ou en Algérie n'est pas votre profil de jeune homme de bonne famille, mais ça ne justifie rien.

Merde à la fin.

boureau

"La mort du LR " (suite)

Interview de Larcher ce matin sur LCI.

Comment quelqu'un peut-il croire ce que cet homme proclame ?

Champion des combinaisons politiques de quelque sorte que ce soit (notamment francs-maçonnes), cet homme a passé sa vie à ourdir des complots, des alliances, des coups fourrés, des coups montés... pour arriver et se maintenir à son Graal : la présidence du Sénat !

Machiavel à côté de Larcher est un angelot !

Et c'est cet homme (de l'extrême centre) qui prend la tête de la croisade pour restaurer la droite LR moribonde ! Il est prêt à tout avec ses coups de billard à cinq bandes minimum !

Les électeurs de droite vont se retrouver cocus en deux temps trois mouvements, et le noble Larcher, la main sur le coeur (ou sur l'estomac) va tout simplement créer une force ou un mini-parti supplétif de LREM.

Ses contacts directs avec Macron permettent à ces deux combinards de nouer des intrigues discrètes et même secrètes, dont chacun des deux espèrent tirer un profit maximum.

Les discussions qu'ils vont avoir sur la réforme constitutionnelle vont leur permettre de peaufiner cette stratégie de force supplétive. Chacun va y trouver son compte : Macron va pouvoir, tant bien que mal, faire passer sa réforme et finir sans trop de problème son quinquennat et Larcher va préserver son cher Sénat et son très cher poste de Président.

Devinez les cocus dans ce vaudeville ?

Allez, je donne la réponse : les électeurs LR. Après tout, si ça leur plaît de l'être, grand bien leur fasse !

Cordialement.

Giuseppe

Résumé excelllentissime de Sarkozy publié par le Volatile qui lisse ses plumes avec un plaisir non dissimulé, comme au temps de Mongénéral :

Sarko: "Fillon a creusé la tombe de la droite et Wauquiez a cloué le cercueil"

…On pourrait même rajouter que Larcher va pouvoir y jeter les premières pelletées avant le sauve-qui-peut des municipales, où chacun pensera à sauver sa peau.
Gérard Larcher qui voit venir tout cela de son siège désormais éjectable, va devoir sans aucun doute avaler des couleuvres énormes pour continuer ses petits déjeuners à la cantine tant convoitée du Sénat.

Alpi

@ caffer 4 juin 22.53
"Aujourd’hui le RN a renoncé à la sortie de l’euro pour le retour au franc, et sa rhétorique économique est d’inspiration libérale."

MLP libérale ? Vous plaisantez, j'imagine ! Entre elle et Méluche, c'est bonnet blanc et blanc bonnet ! Quant à ses positions sur l'euro, elles sont claires comme du jus de boudin, fluctuant au gré des sondages qui montrent que les Français ont fini par s'attacher à l'euro. Comment peut-on être europhobe et vouloir conserver l'euro ?
Pour moi, MLP n'est pas de droite, juste nationaliste et socialiste.

C'est pourquoi j'ai bien apprécié le petit essai de combinatoire de Denis Monod-Broca qui pointe ainsi la contradiction entre ce qu'on appelle "les droites".
Wauquiez/Bellamy sont assez proches de Marion Maréchal : libéraux au plan économique (encore que...) et conservateurs au plan sociétal, opposés au mariage pour tous, à la PMA, à l'euthanasie, etc. Mais, au plan économique, à mille lieues de MLP ou des "traîtres" qui sont allés à la soupe de LREM, plutôt libéraux sur le plan sociétal.
Comment voulez-vous qu'un tel attelage puisse avancer ?
Tous ont beau se référer à de Gaulle (mais qu'on lui fiche la paix) - y compris Philippot qui a pris une belle fessée - personne ne rassemblera les droites car personne n'en a les épaules, le charisme, l'autorité, certainement pas les Larcher, Woerth, Pécresse, j'en passe et des meilleurs.
Et c'est la raison pour laquelle EM a réussi son hold-up !

jack

Un billet qui traduirait une pente douce vers l’extrême droite, le nationalisme et l'affaiblissement de l'Europe ?

Mary Preud'homme

@ Achille

Prétendument de gauche vous auriez dans un premier temps voté Fillon à la présidentielle, lequel semblait plus en capacité de gagner que Hamon (de gauche), puis vous vous êtes opportunément reporté sur LREM et son entreprise de récupération tous azimuts quand le vent a tourné. Pirouettes cacahuètes et vas-y que j't'embrouille !
Et aujourd'hui, volte-face et triple axel, vous prétendez jouer les conseilleurs et les sages pour un parti (LR) qui manifestement vous est étranger... Que ne les gardez-vous pour la gauche qui en aurait bien besoin ?

Quant à Wauquiez, qu'on l'aime ou le haïsse, force est de reconnaître que c'est un homme de conviction et de fidélité, ce qui n'est déjà pas si mal pour un politicien. Et qu'en outre après la défaite de son poulain tête de liste aux européennes, il a eu le courage et l'élégance d'assumer, seul, l'échec.

Patrice Charoulet

VOIX, VISAGE, CERVEAU

« Les voix trompent moins que les visages: la concordance entre la voix et la sottise d'une créature souffre peu d'exceptions. Il y a des femmes qui ont la voix si bête qu'on doute qu'elles puissent l'être à ce degré ; mais oui ! Elles sont aussi bêtes que leur voix. (Mauriac, 1966) »

Chaque matin, je me débrouille pour prendre mon petit déjeuner à 7h45 dans ma cuisine en ouvrant ma radio pour écouter, sur RTL, un entretien d'un quart d'heure avec une personnalité politique. Ce matin, je suis arrivé un peu en retard et n'ai pas entendu le nom de l'invitée. Pendant cinq bonnes minutes, je ne savais toujours pas. J'avais compris que la dame qui parlait était macroniste. La seule chose dont j'étais sûr est que cette voix était une voix bête, insupportablement bête. Avec des accents de gauche, j'en étais certain. Enfin, j'appris le nom de la dame : Sibeth Ndiaye.

Puisque je parle des voix, j'ai eu le plaisir de converser avec cinq de mes confrères d'ici.
Les cinq voix étaient pleines d'esprit. C'étaient des messieurs. Je n'aurai pas ce plaisir avec Lucile, Catherine, Mary et duvent, elles savent pourquoi : je suis sûr qu'elles n'ont pas des voix bêtes.

Le visage maintenant. Il peut tromper (voir ci-dessus la phrase de Mauriac). Stendhal, l'homme le plus intelligent de son siècle, à mon humble avis, avait une tête de charcutier
et sans aucun charme. Deux confrères d'ici ayant été voir ma binette sur FB, ont été... déçus. J'ai dit et je redis que je suis le moins envieux des hommes. On pourrait croire qu'à
trente ans j'aurais bien aimé avoir la figure d'Alain Delon, dont toutes les femmes rêvaient, paraît-il. Même pas. Ou pour avoir une tête de droite, avoir la tête qu'avaient à trente ans Chirac ou Pompidou. Têtes de droite, sans conteste. Même pas. En un sens, cette déception est flatteuse. On espérait mieux en voyant ma tête après avoir lu ma prose. C'est gentil pour ma prose. L'un des deux curieux va jusqu'à user du mot « phénix » ! C'est trop, vraiment. Vous blessez ma modestie.

Une des raisons pour laquelle je suis le moins raciste de ce blog (ne parlons pas du blog de Rioufol, où je vais cesser d'aller faire des escapades furtives, puisque tout le monde y est lepeniste), est que je pense qu'il y a peu de rapport entre la dose de mélanine présente dans la peau et l'esprit de celui qui a cette dose. Senghor a-t-il moins d'esprit que le très blanc Ribéry ? Je ne juge donc pas les gens sur leur tête (sur Facebook ou dans vie)  mais un par un sur leurs pensées, leurs paroles, leurs actes.

P.-S.: A ma très chère duvent. Laissez-moi tout d'abord vous dire toute la déférence que j'ai pour la personne de ce blog qui possède la plus admirable culture romaine. Cela ne court pas les rues.
En second lieu, je ne fais jamais de photos de personne, encore moins de moi. Les seules photos dont je dispose sont faites dans un Photomaton à la gare de ma sous-préfecture, quand on me demande une photo d'identité J'avais, il y a trois ans, des montures « cristal »
pour mes lunettes. Elles sont maintenant d'un bleu foncé, j'évite le mot « marine », vous devinerez pourquoi. Mon nez n'a pas changé : il est toujours au milieu de ma figure. Il est droit, ni aquilin ni camus. Quant à ma moustache, ce n'est pas celle de Plenel ou de Martinez. Roselyne Bachelot avait eu la bonne idée, un matin, sur LCI, de lancer une pétition contre la moustache de Martinez. J'aurais signé avec joie.

N'hésitez pas à communiquer votre mail à notre chère modératrice pour votre serviteur. Je verrai votre joli minois sur FB et peut-être pourrai-je entendre votre voix, je n'en doute pas, qui doit être pleine d'esprit.

Exilé

@ caffer
« Finis les anciens d’Algérie, de l’OAS et de Vichy, qui faisaient avec JMLP la colonne vertébrale du FN ! »

Il y avait aussi d'authentiques résistants :
https://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2017/04/le-front-national-a-compt%C3%A9-dans-ses-rangs-de-tr%C3%A8s-nombreux-r%C3%A9sistants-et-d%C3%A9port%C3%A9s.html

Et rappelons tout de même que lorsqu'en 1972 le FN a été fondé, la guerre était terminée depuis 27 ans...
Il était alors temps de rassembler les Français et de les réconcilier quels qu'aient été leurs choix antérieurs au lieu d'entretenir un esprit de guerre civile permanente.

GLW

@ boureau | 04 juin 2019 à 22:59
"Quelle dérision ! LR est bien mort avec des zozos pareils. Simple confirmation !"

Bah, cela fait déjà un moment que ce parti est moribond. A force de ne pas faire ou de faire le contraire de ce sur quoi on a été élu, forcément ça finit par se voir, et les électeurs de ce parti ne sont pas que des niais. Le corbillard est en route, c'est même Christian Estrosi qui a été un des premiers à le pousser après le vibrant appel d'un certain Boyer (LREM) qui avait déclaré que les maires qui n'auraient pas prêté allégeance à Jupiter seraient considérés comme des ennemis, rien que cela.

Quant à LREM, groupement d’intérêt économique de mercenaires, il connaîtra le même sort que LR après le second mandat du "Chef", la lutte pour lui succéder sera fatale.

Achille

@ Mary Preud'homme | 04 juin 2019 à 21:57
« J'ajoute que les conseilleurs du type caméléon et sans aveu qui par leurs trahisons successives ont précipité la chute de la droite classique, devraient avoir au moins la décence de se taire au lieu de venir faire les paons et jouer les monsieur Loyal sur ce blog en multipliant les commentaires... Plus hypocrites que ces gens-là tu meurs ! N'est-ce pas Achille ?

1- Je ne vois pas comment je peux être considéré comme un traître qui a précipité la chute de la droite, vu que j’ai toujours voté à gauche, sauf au second tour de la présidentielle de 2002 et au premier tour de celle de 2017 où j’ai voté Fillon et ce, malgré le scandale du Penelopegate.

Je n’allais pas voter pour Hamon, le candidat du PS qui faisait partie des frondeurs qui ont torpillé le PS quand même ! Ce type qui est passé de monsieur 6 % à l’élection présidentielle à monsieur 3 % aux élections européennes. Le candidat du PS qui a quitté celui-ci au bout de quelques mois pour créer son propre mouvement.
Si vous voulez un exemple de félonie, je pense que vous avez là un très beau spécimen.

2- Me taire ? De quel droit me demandez-vous de me taire ? Pour avoir le droit de s’exprimer faudrait-il, au préalable, avoir des idées qui correspondent aux vôtres ?
Drôle de conception de la liberté d’expression ! Elle ressemble curieusement à celle de Laurent Wauquiez qui a viré de la direction de LR tous ses collaborateurs et collaboratrices qui n’adhéraient pas inconditionnellement à ses convictions, c’est tout dire !

J‘ai tout autant le droit de m’exprimer sur ce blog que vous et les exalté(e)s qui se répandent en inepties pour défendre l’incompétence de Laurent Wauquiez qui, par orgueil et obstination, a conduit le parti dont il avait la charge là où il est aujourd’hui.

Claude Luçon

La, ou les, droite(s) se déchire(nt), les Insoumis commencent aussi, la gauche n'est plus. Les médias se passionnent pour une dynastie bretonne, oubliant que nos ancêtres ont coupé la tête du dernier représentant des dynasties qui nous gouvernaient.

Un siècle de bazar pendant lequel on se savait plus ce qui nous gouvernait ! Royauté, empire, République, dictature ? Jusqu'à ce que la première révolution industrielle, celle du charbon, de l'acier et du moteur à explosion, ait forcé la société à se règlementer, en République. L'esclavage, aboli quelque temps auparavant, étant revenu sous forme ouvrière. Il fallait contrer les nouveaux esclavagistes: les patrons. Une lutte qui n'a d'ailleurs pas encore cessé en France.

Nouvelle révolution, robotique celle-là, sans gueules noires mais avec des burn-outés entre deux périodes de vacances, bio-aseptisée, et nos médias et bavards habituels sont en mal de chef, même si les Gilets jaunes proclament haut et fort tous les samedis qu'ils ne veulent pas de chefs.
Plus de gauche ni de droite mais une débâcle, sans Blitzkrieg comme en 40, vers le centre, une nouvelle sorte de Vichy et de Pétain ?
Rassurant le centre, il y a un chef qui combat une dynastie !
Seul avantage ? Benalla a disparu !
A y bien penser il s'agit plus d'une foire que d'un bazar !

Heureusement les Bleus et, j'espère, les Bleues, sont là pour redorer notre blason qui ne brille guère côté politique.

Tomas

"Pourquoi la droite, même dominante, a-t-elle toujours eu du mal à à assumer son identité, ses forces et ses valeurs, non seulement comme si elle en doutait mais, plus gravement, comme s'il était honteux de s'afficher ainsi, par une sorte de mauvaise conscience ?"

Mais parce que la droite, ce sont les riches, et que la majorité des électeurs sont pauvres. En plus, aujourd'hui, les"valeurs", la religion et la famille, ça ne fait pas vraiment recette. Le travail non plus. C'est d'ailleurs regrettable, mais c'est un fait. D'où la nécessité d'inventer la fracture sociale comme Chirac pour arriver au pouvoir, et je ne vois pas ou était le centrisme chez Sarkozy en 2007.

Quant à l'union des droites... la droite classique compte dans ses rangs des centaines d'élus de valeur aptes à servir le pays. Comme le PC en son temps. Alors qu'au FN ils sont trois ou quatre, tous soumis au clan Le Pen dont Marion est le provisoirement ultime avatar. Elle passe bien à la télé mais est totalement inculte et inapte à toute prise de décision, et sert complaisamment la soupe à tous ses protecteurs de l'étranger, de l'alt-right au Kremlin et ses chapelles les moins enviables. Je ne comprends pas qu'on puisse la considérer sérieusement comme une alternative.

Il y a trop de déséquilibre entre "la droite et le centre", la richesse des nuances de leurs idées (si seulement ils les assumaient plus !),leurs pléthores de cadres et d'élus, mais leur 8 % aux européennes, et les mauvais comiques troupiers du FN, leurs maigres réserves de cadres, mais leur popularité ne se démentant pas. Les dirigeants des Républicains ne seront pas vraiment en mesure de dicter l'agenda si une union était envisagée.

Passons sur la comparaison éculée entre le communisme, auquel la gauche a dû s'allier pour parvenir au pouvoir, et l'extrême droite. L'idéologie du premier est fraternelle, trop même, au point de pousser au même radicalisme sanglant que les idées des Lumières pendant la Révolution. Alors que l'extrême droite se caractérise avant tout par la haine de l'ennemi, ne proposant aucun programme constructif. Que le communisme n'ait pas marché, et c'est un euphémisme, sauf peut-être aux Seychelles qui étaient paraît-il communistes avant, ou sur l'île de Tristan da Cunha ou il est effectivement réalisé, nomenklatura sécuritaire héréditaire et datchas incluses. Mais cela ne signifie pas qu'il faut le placer au même plan moral que le nazisme, n'en déplaise à Stéphane Courtois et Nicolas Werth, dont j'ai lu le livre, très bien documenté.

Mais je vous rejoins totalement sur un point: il n'y a plus trop de différence entre FN et LR sur l'immigration, Sarkozy est passé par là et Fillon était bien parti pour reprendre le flambeau. Mais si être de droite se résume aujourd'hui à épouser les positions du FN en matière d'immigration, la droite risque effectivement comme le disait Guillaume Peltier de disparaître du pays pour se dissoudre dans l'extrême droite. Même diluée de centrisme ou de libéralisme (mais reste-t-il des libéraux en France ?), le cocktail sera indigeste.

Et je pense qu'"examiner ce que devrait être une véritable droite" est en fait plus prioritaire que tout, car on ne s'y retrouve plus très bien, au-delà des slogans sur les valeurs, mot devenu à peu près vide de sens à force d'être galvaudé par tout le monde.

Gb

Le problème des gens de droite, particulièrement LR, est qu’ils regardent dans la mauvaise direction: celle de leurs pieds afin de viser puis écraser ceux de leurs voisins tout en évitant que leurs arpions ne le soient.

boureau

"Convention nationale LR en octobre !"

Voilà l'idée géniale des centristes rassemblés autour de Larcher pour sauver et refonder la droite !

Quelle dérision ! LR est bien mort avec des zozos pareils. Simple confirmation !

Cordialement.

caffer

Voilà une manière décomplexée et civilisée de suggérer l’union entre la droite dite classique et ce que les médias appellent inlassablement l’« extrême-droite ».
Mais cette droite « classique » s’est proprement suicidée en refusant d’acter la montée inéluctable d’une droite atypique et d’en tirer les conséquences.
C’est l’air du temps, cette montée populaire qui demande de la justice sociale, de l’ordre, et le respect de la Nation.
Le parti LR a été incapable de répondre à cette demande. Il a répété qu’il ne ferait jamais alliance avec un parti (le RN) nauséabond, raciste, xénophobe, antidémocratique et incompétent.
Il répondait ainsi, comme Ph. Bilger l’écrit si bien, aux injonctions morales de la gauche et des médias.

Il a creusé sa tombe, au fil des années, se raccrochant à un héritage gaulliste qui ne dit plus grand-chose aux jeunes générations, et en ignorant la révolution opérée par Marine Le Pen au sein du RN.
Finis les anciens d’Algérie, de l’OAS et de Vichy, qui faisaient avec JMLP la colonne vertébrale du FN !
Aujourd’hui le RN a renoncé à la sortie de l’euro pour le retour au franc, et sa rhétorique économique est d’inspiration libérale.
Restent, au plan national, un franc parti pris pour la défense des frontières, la maîtrise de l’immigration et la défense de la culture française, idées très largement partagées au sein de la population.
Où sont passés les fascistes ?

Emmanuel Macron, fin stratège, a bien compris cette déliquescence de la droite française et, comme on le sait maintenant, a décidé d’une posture légitimiste, de type gaullien, afin de siphonner la droite française.
Il s’est appuyé sur les moyens de la Constitution et le réflexe légitimiste des bourgeois, échaudés par les Gilets jaunes et inquiets du devenir de leurs rentes et retraites.
Pour faire simple, Emmanuel Macron réédite l’expérience gaulliste, consistant à court-circuiter le régime des partis en place pour installer le sien.
La différence, c’est que le petit peuple ne suit pas et que le contexte économique et budgétaire n’est pas favorable.
Pas de quoi surfer longtemps…

Exilé

Pourquoi la droite, même dominante, a-t-elle toujours eu du mal à à assumer son identité, ses forces et ses valeurs, non seulement comme si elle en doutait mais, plus gravement, comme s'il était honteux de s'afficher ainsi, par une sorte de mauvaise conscience ?

Tout simplement parce que que depuis l'ère de glaciation stalinienne de 1945, le vrai pouvoir, celui du monopole sinon des idées du moins celui de diffusion des consignes d’endoctrinement, a imposé la directive du Komintern consistant à qualifier de « fasciste » tout pays dans lequel le pouvoir politique n'est pas aux mains d'un parti communiste mais dans celles d'un parti politique dit de droite.

Il est d'ailleurs incroyable que 80 ans après l'invention de ce système de diabolisation de n'importe quel adversaire sérieux, nous soyons obligés de continuer de vivre selon ces calembredaines et sur une morale politique inversée...

Mais cette « droite » qui selon le mot de Mitterrand « n'a pas d'idées, que des intérêts », est dénuée de penseurs de haut vol maîtrisant les divers aspects de la philosophie politique et de son environnement historique, avec le triste résultat que nous constatons à savoir que des gens qui sont supposés êtres intelligents, parfois majors de telle ou telle école, voire agrégés d'histoire (n'est-ce pas, cher Patrice ?) sont incapables de renvoyer dans leurs buts de façon argumentée et cinglante des adversaires parfois rompus à l'art de la dialectique marxiste-léniniste.

Et de façon pitoyable, courbant le dos, ils se contentent d'ânonner consciencieusement sous l’œil sévère de leurs maîtres les mantras politiquement corrects répandus urbi et orbi par les perroquets médiatiques...

Giuseppe

Il m'avait échappé mais je le sentais pas très loin, il a égayé les universités d'été, lui, ses polos de toutes les couleurs (sa marque de fabrique), le pull parfois sur ses épaules, groupie de Johnny, le djeun' à tout prix, l'image est rassurante, l'ensemble lourdingue.

Le Phénix du Poitou, ses envolées lyriques n'ont pas transformé le pays, et comme la pastille Valda cela ne pouvait pas faire de mal. Il laissera une trace impérissable pour tous les pratiquants en herbe de la langue anglaise, pour le Chinois ce devait être un feu d'artifice, le polyglotte que le monde entier nous envie, le spécialiste de la Chine soi-disant… Il a dû y vivre de longues années, pour porter une telle reconnaissance.

Imaginez une seconde l'attelage, Larcher-Raffarin, pour sauver la récolte, visionnaires de salon, ces quelques lignes à suivre qui prouvent le sens aigu de la politique du second.

Meilleur pour nous faire rire que pour redresser le pays, il est vrai que son allure voûtée penchait plutôt à le faire regarder la pointe de ses souliers que humer l'horizon.

Allez, une perle pour la route, c'est le moment d'en rire, dans son camp cela doit être à pleurer. Sacré Jean-Pierre Raffarin ! Les raffarinades pour remonter un nouveau programme et construire un avenir en commun c'est le moment ou jamais, car question récolte c'est plutôt la terre brûlée:

«Qui sème la division récolte le socialisme»

(Jean-Pierre Raffarin a prononcé cette phrase pour la première fois en 2010 sur le plateau du Grand Journal de Canal+, pour mettre en garde son camp sur les dangers de la division. Il l’a utilisée une nouvelle fois en 2014, au cours de l’entre-deux-tours des élections municipales.)

Mary Preud'homme

Je répète qu'il ne faut pas se tromper d'adversaires et que les premiers à combattre sont au LREM, ramassis de traîtres, de manipulateurs et de lécheurs qui mangent à tous les râteliers (cf mon post du 4 juin 2019, 13:05).
J'ajoute que les conseilleurs du type caméléon et sans aveu qui par leurs trahisons successives ont précipité la chute de la droite classique, devraient avoir au moins la décence de se taire au lieu de venir faire les paons et jouer les monsieur Loyal sur ce blog en multipliant les commentaires...
Plus hypocrites que ces gens-là tu meurs ! N'est-ce pas Achille ?

semtob

Cher Philippe,

"Penser l'avenir" est une douce invitation.

Il est un parti qui ne l'interroge pas beaucoup et ne mesure pas les conséquences de ses choix.
Ainsi, ce jour le groupe En Marche et le MoDem ont fait voter leur nouveau règlement de l'Assemblée nationale qui au prétexte d'éviter la loi bavarde, s'apprête à mettre en place un train de lois express, violant le droit individuel de représentation à l'Assemblée nationale.

Nous appelons le Conseil constitutionnel à garder l'esprit du droit citoyen à une représentation parlementaire dotée d'un temps de parole suffisant à l'examen des lois, à la discussion des articles et tout simplement à respecter le temps de maturation d'une loi dans un vrai débat parlementaire.

Ces pauvres créatures ne comprennent pas qu'en effaçant le rôle parlementaire, ils s'effacent eux-mêmes et fragilisent la Cinquième République.
Cet hyper-présidentialisme commence à faire désespérer de l'avenir.

Le 16 avril 2019 à 23h12 dans votre billet "Notre-Dame, tenez bon !", nous évoquions le silence du gouvernement, de la Ville de Paris sur les conséquences de l'exposition au plomb des Parisiens et du bassin versant Seine et demandions un principe de précaution.

Ce jour, nous découvrons un problème d'une gravité majeure concernant les batteries au plomb de l'énergie solaire.
Selon les scientifiques, les nouvelles capacités en énergie solaire de deux pays, la Chine et l'Inde, se traduiront par un rejet de l'ordre de 2 400 kilotonnes dans l'environnement soit environ un tiers de la production mondiale de plomb.

Lorsque l'on sait que la production des médicaments à usage français et européen est presqu'entièrement réalisée en Chine, les laboratoires s'étant débarrassés de la production comme de la recherche et cela est aussi une catastrophe pour notre avenir, nous sommes en droit d'attendre des gouvernements plus responsables, plus vertueux et plus avertis.

Nous sommes les témoins d'une politique artificielle et ne mesurons rien de l'intelligence artificielle.

95 villes chinoises de très forte densité s'enfoncent d'une dizaine de centimètres par an.

Un tiers du Pakistan s'est enfoncé de plusieurs pieds ces dix dernières années et les satellites en fournissent les preuves.

Le delta du Rhône est le troisième delta du monde à présenter la plus grande dangerosité d'effondrement et toutes ces informations sont muselées, ignorées des populations alors que des études nombreuses devraient amener à limiter la densité des constructions littorales.

Lorsque des ados de 15/17 ans parviennent à immobiliser des villes entières en réclamant des rançons pour la remise en service des serveurs des Institutions, lorsque des baleines se coincent dans les autoroutes de l'information et que ces câbles vivront une débâcle annoncée suite à des coulées de boue, à des séismes ou des glissements tectoniques ou attaques de requins, nous vivrons l'Atlantide numérique qui ne se situe dans l'espace cloud que pour une infime partie et pour la majeure partie aux fonds des océans.
Installer une data base sur Paris fera augmenter la température et les périodes de canicule et de pollution.

L'euphorie d'une course à la modernité, à la nouveauté accélère la disparition de l'humanité si aucune conscience ne veille.
françoise et karell Semtob

Jean le Cauchois

Au début, je croyais que tous les Français étaient pareils. Le soir, à la cave, avec le poste à galène, mon père me mettait les écouteurs sur les oreilles: "Les Français parlent aux Français", et je ne savais pas que j'écoutais Pierre Dac pour la première fois. Et puis, en fin de matinée, le 7 juin 1944, une voisine est venue sonner pour partager son soulagement: "de source sûre, ça y est, ils ont rejeté les Anglais à la mer, comme à Dieppe en 42".
Fin août, le lendemain de la Libération, des FFI/FTP sortis tardivement de l'ombre sont venus taguer sa porte.

Je découvrais qu'il y avait au moins trois catégories de Français: les gaullistes, les pétainistes, les communistes. Après, j'ai appris que c'était encore plus compliqué mais je suis resté gaulliste et la visite de la Boisserie m'est familière. Pour moi, le gaullisme politique a perdu sa nature à la fin du siècle précédent, avec la coexistence, pour les législatives de 1999, des listes RPF-Charles Pasqua, et RPR-Nicolas Sarkozy. Et il a fallu la fraîcheur et la sincérité de François-Xavier Bellamy pour me maintenir dans une continuité mise à mal par les filouteries de François Fillon.

Alors, faire l'union des droites quand il est déjà si difficile de faire l'union dans un parti de droite... L'union des droites est une utopie, je le sais, et je reste dans mon habitude bientôt séculaire, en espérant que le vieux Larcher et les jeunes néo-yéyés Peltier-Didier-Larrivé trouvent une solution pour les deux décennies à venir, que les néo-pépés Juppé-Sarkozy-Fillon n'ont pas réussi à trouver pour les deux décennies passées.

Achille

« Vive la pluralité des partis démocratiques.
Merde au parti unique "En Marche" !
No pasaran !
Non la droite originelle n'est pas morte car elle bande encore.
Vive de Gaulle. Vive la France. »

Ben dites donc les sœurs Semtob ont vraiment été affectées par la déculottée de la liste LR.

Des dames d’habitude si distinguées, tomber dans la vulgarité, c’est navrant ! :)


Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS