« Pourquoi si tard, monsieur le président ? | Accueil | Etre classique, aujourd'hui une audace ? »

29 juillet 2019

Commentaires

Catherine JACOB

@ fugace | 31 juillet 2019 à 01:08

Effectivement, cela interpelle.

Cela dit, la différence entre deux animaux de même espèce peut provenir de leur métabolisme respectif.
C'est que m'a dit le vétérinaire de mes chiots quand je lui ai demandé pourquoi l'un avait pris 2 kg 800 et l'autre 3 kg 400 en un mois alors qu'ils reçoivent au gramme près la même nourriture dans chacune de leur gamelle et que, qui plus est, c'est le premier qui gère la nourriture et interdit à l'autre de s'approcher de sa propre gamelle tant qu'il n'en a pas fini avec la sienne.

Pourtant quand quelque chose les dérange, ils font front à deux, et ce quelle que soit la taille plus imposante que la leur de celui qu'ils pensent être leur adversaire.

D'autre part, vous avez oublié de refermer la balise des italiques, ce qui a affecté tous les commentaires qui précèdent le vôtre.

--------------------------------------------------

@ Chemins de traverse | 31 juillet 2019 à 06:17
"La vague peut être un sujet de dissertation, réflexion. Pas son écume."

Pourtant, et même si la linguistique scientifique (cf. le Bailly) donne son étymologie comme obscure et probablement d'origine non indo-européenne, pour Hésiode, le nom de la déesse Aphrodite signifierait « née de l'écume » (ἀφρός / aphrós) puisqu'il lui donne comme épithète :"Aphro-genês" et qu'on l'appelle encore "Aphro-généia".

Quel beau sujet de dissertation n'est-il pas que le désir écumant comme le taureau gigantesque qu'à la demande de Minos, Poséidon fait sortir de la houle et dont Pasiphaé, l'épouse du roi, tombe amoureuse.

Les Japonais comptent également un personnage mythologique arrivé "sur la crête des vagues", laquelle crête est en général écumante.

Tipaza

@ Aliocha | 31 juillet 2019 à 09:43

Petit quatrain estival :

Pour mettre en musique son délire,
Néron avait une lyre.
Si Aliocha avait une flûte,
On lui dirait…Chut !

revnonausujai

@ Mary Preud'homme | 31 juillet 2019 à 00:56

Que le statut des esclaves perdure dans les colonies antillaises jusqu’en 1794 n'entre pas en ligne de compte.
Le simple fait de poser le pied en France métropolitaine affranchissait l'esclave de sa condition et le transformait en homme libre et ce déjà sous l'Ancien Régime.

Aliocha

Oh, oui, le bateau frêle comme un papillon de mai n'est plus lâché sur la flache noire et froide du désir d'Europe, les migrants intérieurs suffisent à l'assécher, et l'âcre amour éclate la quille des poètes, leur semence évanouie dans l'océan des larmes saura-t-elle encore féconder nos raisons ?
Il suffirait d'y croire, pourtant, que le vieux philosophe des débris pollués sache offrir à l'enfant la dorade d'or, le parapet d'Europe, ces "arcs-en-ciel tendus comme des brides
Sous l’horizon des mers, à de glauques troupeaux !"

Ainsi le migrant intérieur revenu au bercail saura-t-il, alors, et dans combien de temps, repousser le mufle cruel du tombeau de la mer, accueillir l'autre, ce petit tout cadavre qui le menace, et qui n'est que l'ombre dessinée aux murs de son phantasme, de son incapacité à mimer le baiser aux pieds de la Marie, et de savoir rester, comme une femme à genoux, simple rameau vivant et soufflé par le vent signifiant.

Exilé

@ Denis Monod-Broca
« La disparition de nous ! »

J'adhère totalement à votre commentaire.
Eh oui, nous sommes menacés d'un grand remplacement par l'informe et hideux « On »...

Achille

Blog recherche désespérément sujet !

Bah de toute façon, vous avez sur votre blog de nombreux intervenants qui développent leurs propres sujets sans trop même tenir compte du billet en cours.

Alors pendant les vacances, rien ne vous empêche de transformer votre blog en « open bar » où chacun de vos abonnés fera part de ses marottes, fantasmes et obsessions avec liens et photos pour ceux qui savent.
Sans oublier, bien sûr, les algarades habituelles entre gens qui se détestent cordialement.
Pendant ce temps vous pourrez vous détendre en lisant le dernier best-seller à la mode sous les cocotiers. What else ?

Chemins de traverse

La vague peut être un sujet de dissertation, réflexion. Pas son écume.

fugace

@ Ex abrupto | 30 juillet 2019 à 11:55

Je n'ai pas beaucoup cherché, mais ce seul exemple peut interpeller :

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1103007/ogm-aliments-transgeniques-perceptions-canadiens-etude-dalhousie-inquietudes-etiquetage

Mary Preud'homme

"A noter qu'il utilisait pour ses pires exactions une troupe nommée "la compagnie Marat" composée en partie d'anciens esclaves des colonies et notamment de Saint-Domingue..."
Rédigé par : boureau | 30 juillet 2019 à 20:46

D'anciens esclaves de Saint-Domingue, ça m'étonnerait vu que le décret d'application d'abolition de l'esclavage des Nègres des colonies date du 4 Février 1794 et que les exactions que vous relatez ont eu lieu avant.

fugace

Dans quelques jours le 6 août.

Pour un tel sujet, 75 ans plus tard, une journée de commémoration mondiale ne devrait-elle pas être instaurée ?

C'était (re)diffusé ce mardi sur Arte :

https://www.bing.com/videos/search?q=replay+art%c3%a9+hiroshima&view=detail&mid=229EF8760DAE2A28B184229EF8760DAE2A28B184&FORM=VIRE

Pour le reste, je partage la proposition d'Aliocha.

L'inspiration n'étant probablement que la joie d'écrire, il doit être possible de faire une pose et de remplacer cette joie par une autre plus conséquente, consistant à s'imposer d'octroyer le temps précieux dû à ses proches.
C'est loin d'être simple.
A utiliser donc sans modération.

Metsys

M. Bilger, si l'angoisse de la page blanche vous poursuit toujours en ce 31 juillet, vous avez un grand nombre de morts célèbres (ou chutes retentissantes) à commémorer sur le thème de la reconnaissance façon Staline... Le Cid, Jacques Coeur, le maréchal de Biron (l'ingratitude des rois), Pierre Laval (l'ingratitude des caudillos), Etienne Marcel et Jean Jaurès (l'ingratitude du peuple en général et des jurys d'assises en particulier). Et puis hors de cette catégorie (ou pas) : Ignace de Loyola, Diderot, Saint-Exupéry et Jeanne Moreau...

S Carioca

@ Robert Marchenoir

Mais BoJo que je trouve très antipathique, parce que faux et arriviste, n'hésitant pas à risquer de ruiner son pays et endommager l'Europe, est une petite frappe sans envergure à côté de Tweetus question mensonges.

Mais bloguer (est-ce le mot ?) sur lui, ce serait déprimant.

Quant aux systèmes qui aboutissent à la mise au pouvoir de ces tristes clowns rusés, ils sont également déprimants.

Giuseppe

Il existe le pire de tout, ce politique qu'on aurait tant voulu oublier, et pourtant on peut passer d'adolescentes à des homards, au fond quelle différence.
Je tombe par hasard sur cet article, certainement un élément majeur dans la crise des Gilets jaunes, des soignantes à bout de souffle à bout de vie, et pendant ce temps-là, le socialiste soutirait impunément le moindre profit, contre tout esprit de partage, de frugalité et de générosité:

https://www.vanityfair.fr/pouvoir/politique/articles/la-petite-entreprise-de-bruno-le-roux-connait-la-crise/51472

Je ne sais pas ce qu'il est advenu, mais Dieu que c'est exécrable, comme peuvent être exécrables les saletés des rues, comment peuvent-ils se regarder dans la glace pour s'être servis de mandats avec autant de voracité, comment le citoyen peut-il penser qu'ils sont là pour servir.

Elus démocratiquement avec moins de 30 % des inscrits, quelle misère !
Rien n'y fera, le dernier épisode de l'écolo voulant s'absoudre en invoquant la barre chocolatée qui n'était pas l'esprit français, et puis quoi encore !

Giuseppe

En attendant LE sujet, pour l'instant beaucoup de propositions recuites, "recherche désespérément sujet !" (PB), je propose un intermède, juste pour le plaisir :

https://youtu.be/P5JE6s9FeGc

Et puis toujours d'actualité :

RECHERCHE UN EMPLOI DESESPEREMENT - Actuchomage.org • Afficher le...
https://www.actuchomage.org/forum/viewtopic.php?f=6&t=99470

A chacun sa désespérance :

Recherche artisan plombier désespérément - Forum 60 millions de...
https://www.60millions-mag.com/forum/viewtopic.php?t=46776&p=152844

Denis Monod-Broca

Je me permets cependant de proposer un sujet au président de l’Institut de la parole.

Un sujet actuel même si pas d’actualité.

Un sujet grave même si d’apparence subalterne.

Un sujet, en empruntant son titre à Georges Perec, qui traite d’une disparition, même si pas d’une lettre, d’un mot.

La disparition de nous !

Nous, pronom de la première personne du pluriel, a disparu, remplacé par on.

Dans le langage courant, à la radio, à la télévision, dans la publicité, dans la bouche des gilets-jeunes comme dans celle des ministres et celle du président de la République nous ne disons plus nous, on dit on !

Il est grammaticalement fautif, esthétiquement laid, moralement paresseux, intellectuellement inquiétant, spirituellement désolant de ne plus dire nous mais, systématiquement, on. Avec adjectif mis au pluriel bien sûr : « on est fatigués » !!

Macron dans le texte : « on est des pitres » !

Ça oui, Français qui ne savons plus parler français, nous sommes des pitres !

La bataille est-elle perdue ? Au moins livrons-là !

boureau

@ Xavier NEBOUT 30 Juillet 2019 11:41
"La guerre de Vendée a été l'horreur absolue"

L'historien Jean-Clément Martin, un des grands spécialistes de cette période et de cette région, bien qu'il récuse le terme de "génocide" pour des raisons juridiques, estime que la répression a fait au moins 200 000 morts. Certains autres historiens parlent de 300 000 morts.

Le général Jean-Baptiste Carrier, qui organisa la répression à Nantes, inventa pour l'occasion la "déportation verticale" selon ses propres termes : il faisait remplir de longues barques d'un maximum de prisonniers (généralement les mains liées) et ordonnait d'ouvrir, en milieu de Loire, des trappes qu'il avait fait pratiquer dans le fond des barques.

Pour le remercier de ses "loyaux services", il fut guillotiné le 16 décembre 1794 en place de Grève.

A noter qu'il utilisait pour ses pires exactions une troupe nommée "la compagnie Marat" composée en partie d'anciens esclaves des colonies et notamment de Saint-Domingue. Compagnie tristement célèbre par son extraordinaire violence.

Cette blessure est toujours ouverte dans le coeur des Vendéens et des Bretons.

Cordialement.

duvent

@ genau | 30 juillet 2019 à 15:39
« Il valait peut-être mieux guerroyer sans se soucier des odeurs de cadavre non inhumés, puis s'en retourner, tout écorché, mourir dans son fief au lieu de "nager sous les yeux horribles des pontons." »

Peut-être ? Non, je ne crois pas.

Les bateaux même ivres vont quelque part, des fois au fond où les enlacent et les cajolent les poissons poursuivis par d'encore invisibles monstres marins.

Alors, et puisque les étoiles de mer sont encore cette surprise dans les mains des enfants toujours étonnés et parce que cette surprise est toujours pure et neuve, et puisque d'autres avant nous ont gémi et puisque d'autres après nous geindront, pourquoi ne pas se dire que la paix d’aujourd’hui pour ceux qui l'ont et qui la négligent, mérite mieux... que des plaintes infinies qui montent jusqu'au ciel étoilé de cet été, parmi d'autres étés !

Ainsi, le trivial dans la vie est contenu non pas dans ce qu'il y a de poissard mais dans l'impuissance et l'incapacité d'y échapper.

Pourtant, l'évasion est tout entière dans les mots de Rimbaud !

tom

Cher M. Bilger

Cela faisait quelques jours que je n'étais passé lire votre blog, en cliquant sur mon raccourci, je me demandai, tiens !? quel va donc être son sujet ? Alors que souvent je les devine... c'est donc en souriant que je lis les premières lignes de ce billet...

Pour le reste, j'ai souvent loué votre acuité sur la politique française pour constater qu'en matière, disons, internationale, je ne me retrouvais en rien dans vos "analyses". Qui, en fait, n'en sont pas, je les présume peu sourcées, et davantage tirant sur le Français moyen... cf ce commentaire panurgique sur le "méchant Poutine"... et Macron, tellement mieux n'est-ce pas ?

Franchement M. Bilger, avec toute l'admiration que je vous porte, autant pour la forme que pour le fond - sauf sur ce point vous m'aurez compris - je vous sens loin sur ce point...

Même pas envie de développer ces points, vu que les russophobes de service (le racisme germanopratin autorisé, comme l'a si bien analysé E. Todd) rôdent.

Enfin, un petit mot sur FOG: jamais je n'oublierai lorsque ce monsieur, désirant faire une "enquête" sur la grande distribution, alors qu'il interrogeait un spécialiste (Olivier Dauvers), écartait les vérités pour lui demander simplement des faits "à charge", car c'était l'objectif de son papier.

Michelle D-LEROY

Superbe exercice de français sur un non sujet qui finalement en devient un.

Belle façon de se dire qu’on a évoqué et disserté sur tous les sujets d’actualité et qu’on serait à bout d’inspiration.
Pourtant les sujets d’actualité sont multiples mais il est vrai récurrents.

Ce sont de petites infos qui n’ont l’air de rien et qui en vérité sont des plaies béantes de notre présent politique. Tout ce qui provoque le grand malaise de la société française, sur lequel on pourrait s’attarder.
Ce sont ces faits divers qui dénotent d'une insécurité de plus en plus grande et général sur tout le territoire. Cela démontre qu'on peut prendre une balle perdue en se promenant dans la rue... nous Français qui nous moquons régulièrement des armes en vente libre aux USA devrions balayer devant notre porte.

Ou encore, l’affaire Benalla qui semble terminée et enterrée, loin derrière les manifestations de Gilets jaunes ou le mécontentement ambiant parce qu’elle serait anecdotique.
Pourtant des journaux qui comptent (Le Monde et l'Obs) et qui ne sont ni de vilains canards délateurs, ni des officines communistes nous disent que ce chargé de mission cachait bien un coffre-fort à l’Elysée, qu’il payait des notes de frais au service d’ordre de la campagne macronienne, de la main à la main ou d’ailleurs qu’il ne les payait pas, insultant via WhatsApp les vigiles qui avaient le culot de réclamer leur dû. On apprend également qu’à l’Elysée un responsable de la sécurité y traitait les Français qui pourraient être trop curieux de « cons ». Défendre coûte que coûte ce sulfureux personnage très proche du Président et se taire.

On voit aussi un Président qui (et Robert a bien raison) prépare déjà sa prochaine campagne électorale. Et parce qu’il adore cela, il essaie de convaincre des vacanciers qui vont à sa rencontre de son vrai-faux mea culpa et de sa politique, la meilleure qui soit.

Et, après Jean-Michel Blanquer, c’est Madame Pénicaud qui va à la rencontre des Français en vacances pour expliquer à ces gens décidément trop « cons » et trop bêtes pour comprendre les bienfaits des réformes gouvernementales passées et à venir.

C’est pathétique parce que cela s’apparente à du bourrage de crâne, méthode trop souvent employée à titre de rééducation culturelle dans les pires dictatures. Prouver qu'ils ont raison sur tout, expliquer et ne pas tenir compte des remarques, ainsi vont nos dirigeants politiques actuels soutenus par des apprentis députés aux ordres qui votent les réformes sans broncher.

Boureau a bien raison lorsqu’il dit que les Français sont atteints du syndrome de Stockholm car c’est exactement ce qui se passe. Les Français sont mécontents, ils constatent un grand nombre d’aberrations mais se réjouissent de rencontrer celui qui conduit à ce constat. Un petit selfie pour les amis, quel scoop pour la famille et les amis, une photo avec le Président ça change la vie !

Par ailleurs, la réforme du chômage et celle de la retraite à suivre vont encore renforcer l’injustice sociale. Après les retouches faites aux retraites (CSG, non indexation) en début d’année selon qu’on dépasse ou non un certain seuil, après la taxe d’habitation du même acabit et le retrait de l’ISF requalifié pour certains en IFI, on constate le deux poids deux mesures. C’est-à-dire qu’on prend dans les poches du Français moyen supérieur ou un peu supérieur pour redonner aux plus modestes (qui sont malheureusement aussi parfois ceux qui ont le moins travaillé ou ceux qui, en conséquence, ont moins cotisé) et, parallèlement, exonérer les vrais riches mais vrais soutiens du régime en place.

Le mécontentement est latent, comment s’étonner des réactions parfois violentes, même si on ne peut cautionner le pillage des permanences d’élus.
Après on peut aussi légitimement se poser la question de savoir qui sont les casseurs car depuis des mois on voit régulièrement apparaître les violences, saccages et pillages qui seraient le fait de nébuleux black blocs. Qui sont-ils vraiment, pourquoi ne sont-ils pas arrêtés et traités comme les GJ par exemple ? Sont-ils une milice des temps modernes ? Autant de questions embarrassantes et tellement embarrassantes que personne ne se les pose officiellement.

Et puis, tandis qu’on nous ressasse que les fonctionnaires trop nombreux coûtent trop cher au pays, les dépenses somptueuses et les déplacements continuent au gouvernement, les embauches aussi. Un Italien, élu de la liste Renaissance (en Marche) non encore rémunéré par Bruxelles, vient d’être engagé par Matignon (cf Tipaza). Charité chrétienne ? Ou plutôt une sorte d’audit pour mieux préparer l'avenir de la France fondue dans l'U.E. ?

Il reste le sujet des flux migratoires, mais ça aussi, c’est un sujet tabou, très tabou.

Effectivement de tous ces sujets nous en avons parlé, nous avons beaucoup écrit sur tout cela, pourtant, immanquablement ils reviendront sur le tapis.

Et pour sortir des sujets franco-français, il y a en ce moment un sujet qui mécontente les Anglais et qui n’est pas le Brexit.
C’est Meghan qui s’imaginait arriver pour révolutionner et moderniser la « firme ». Progressiste, féministe, végan, elle représente à merveille ce que nos modernistes macroniens défendent. Profitant largement de l'argent des contribuables anglais, majoritairement inconditionnels de la royauté, pour satisfaire des caprices coûteux, elle agace. Toutefois, dire du mal d’elle est impossible puisqu’elle est une belle jeune femme métis.

--------------------------------------

@ boureau

En ce qui concerne le niveau de la Loire, je fais amende honorable car je ne connais pas suffisamment Nantes et l’estuaire de la Loire pour affirmer que le 21 juin elle était au plus bas. J'ignore également à quel endroit est censé être tombé le groupe de jeunes ce soir-là. Toutefois le corps de Steve a été retrouvé. Tant mieux pour sa famille car le pire est de ne jamais savoir.

Quant aux causes, nous ne les connaîtrons jamais. A peine retrouvé, le Premier ministre affirme déjà ses vérités.

S Carioca

"Des permanences de députés LREM sont attaquées, dégradées par des agriculteurs imbéciles à cause de la position de ces élus sur le CETA. Lamentable mais pas de quoi en faire un post." (PB)

Au contraire !
Ces actions, toutes les actions de représailles de ces derniers temps, contre les députés, contre des élus, sont un phénomène très grave.
Comme il est très grave qu'ils ne suscitent pas plus de réactions et notamment des politiques d'un bord opposé si ce n'est complice.

Il s'agit, et de façon plus marquée encore que le mouvement des "gilets jaunes", d'exactions ANTIDEMOCRATIQUES, ILLEGALES, CRIMINELLES ou DELICTUELLES.
Il n'y a pas à "comprendre" comme le bénéficiaire d'aides sociales-député Corbière ose le dire.

Il s'agit d'un pourcentage nanoscopique de l'électorat qui s'exprime ainsi.

L'Etat n'a pas à prendre en compte ces revendications mais à les réprimer fermement.
Il s'agit d'une forme de terrorisme.

La République n'a pas à prendre en compte les revendications d'un si petit nombre agissant de façon délictuelle ou criminelle.

Sinon nous allons vers plus de violence.

finch

À court d'inspiration, pourquoi n'essayez-vous pas de parler de:

la manufacture du doute qui est l'art pour certaines industries mercantiles sans morale (exemple Monsanto, l'industrie du tabac, l'industrie agroalimentaire, etc.) de mettre en péril la santé publique en chantant des fables à travers ses ghostwriters trompeurs de science ?

➖ ou de Serge Hercberg et du nutriscore qu'il a introduit en France pour le commerce de bouche dans le but d'aider la population à mieux manger pour vivre plus longtemps et être moins malade ?

➖ ou de la réédition d'un extraordinaire roman policier de serial-killer qui vous captive pieds et mains liés : Au delà du mal de Shane Stevens—recommandé sans réserves par Stephen King—laissant passer Le silence des Agneaux pour une vaste mièvrerie ?

Bah !… pour ce que j'en ai à dire.

Catherine JACOB

@ René-Marc Laborde | 30 juillet 2019 à 03:38
"Simple suggestion de ma part, cela peut-il intéresser mes compatriotes de la Métropole ?

"Quand la Chine s'éveillera… le monde tremblera" écrivait Alain Peyrefitte en 1973. 46 ans après, dans cette région du monde, le Pacifique océanien, nous y voyons les effets de cet éveil."

Parfaitement et voici pourquoi:
« Stanley Starosta (Professor in the Department of Linguistics at the University of Hawaii) avançait peu avant sa mort en 2003 l'hypothèse que toutes les familles linguistiques d'Asie de l'Est : austroasiatique, miao-yao, austronésienne, sino-tibétaine et tai-kadai (parlées dans la péninsule indo-chinoise, mais similitudes liées, semble-t-il, plutôt à des emprunts), étaient apparentées. Il a appelé « yangzian » (yangzien) le regroupement de l'austroasiatique et du miao-yao et « east asian » (est-asien) l'ensemble des 5 phyla.
Le nom « austronésien » provient du grec latinisé austronesia, signifiant « îles du sud » »

En tout état de cause, les portraits de guerriers marquisiens du 19ème ne les représentent pas avec les yeux bridés. Donc si on suit l’hypothèse linguistique, leurs yeux se seraient débridés. En revanche si on suit l’hypothèse culturelle du tatouage identitaire, il n’est pas impossible que les ancêtres des Marquisiens notamment, soient parvenus sur le continent où ils auraient pu se métisser avec les populations locales aux yeux bridés, par ex. les Han dont les représentations de danseurs sont très similaires. Le linguiste français Michel Ferlus émet, lui pour sa part, l'hypothèse d'une dispersion malayo-polynésienne à partir d'un lieu du sud de la Chine qu'il situe dans l'actuelle province du Guangdong. »

Dans le cadre d'une petite réflexion d'environ onze pages format A4 intitulée "Le traducteur est-il un gardien des frontières ?" et dans quelque sens que l'on conçoive l'expansion austronésienne via les deux gyres pacifiques et le passage de l'une à l'autre, j'avais, en utilisant une carte des mouvements migratoires anciens en Océanie, tenté en 2016 une analyse iconographique giratoire donc en quelque sorte, en suivant le fil du motif appelé «masque taotie » (饕餮紋, tāo tiè wén), soit le masque de l'Ogre(sse) vorace qu'on trouve du XVIIe au IIIe siècle av. J.-C., soit sur les chaudrons des YIN aux SHÛ: qu'on peut voir en plus grand et donc plus lisible ICI.

Mitsahne

Aveux, repentir, contrition, ferme propos feraient-ils partie des nouveaux remèdes du Docteur Manu, non préféré des Français (Diafoirus laborator), pas plus efficace que les autres (vulgus peccatore) mais qui nous changent des habituels antibiotiques (horribilis merdum) et de la bêtise passagère (deconnicus patientiam) ? Quand on pense qu’on a failli avoir DSK (rustica sexus humanis) comme président, on se convainc facilement qu’on ne peut être sûr de rien.

Bref, ce qui m’inquiète, c’est la tendance aux restrictions du droit de parole et d’écriture qui se profile à travers les propositions diverses pour lutter contre les ‘’dérives fascho-droitières’’. Il n’est question que de suggestions farfelues pour encadrer les propos nauséabonds qui parsèment tweets et autres fesseboucs islamophobes, israélophobes, homophobes.
La dernière insulte en vogue est ‘’j’te phobe grave’’ !

Il y avait déjà les lois mémorielles (Gayssot) qui interdisent de raconter la guerre et la Libération autrement que par la version officielle. On va instaurer le délit de blasphème et peut-être même le délit de ‘’légèreté de propos’’. Par exemple, une gamine qui dira ‘’je vais faire une bise à ma tata’’ devra être corrigée et dire ‘’je vais embrasser la sœur de mon père’’.
L’expression gaullienne du ‘’juif sûr de lui et dominateur’’ sera rayée des livres d’histoire et remplacée par ‘’le juif sert de l’huile à l’ordinateur’’. Pour désigner l’épicier ouvert jusqu’à 23 heures, on ne dira plus ‘’l’arabe du coin’’ mais ‘’l’obéissant serviteur d’Allah le plus près de mon domicile’’.

Finies les gaudrioles marrantes, les savoureuses histoires juives, les intarissables blagues de pédés, les crassouillardes allusions allah’lgériennes, va falloir s’exprimer par codes, smileys, avec des dictionnaires de correspondance argotique avec mise à jour mensuelle. Des stages de conversion seront proposés aux journalistes pour leur apprendre à ne plus se servir d’expressions comme ‘’c’est la croix et la bannière‘’ remplacée par ‘’c’est le droit et la manière’’…

Le bal est ouvert (et non pas le pal est tout vert, expression utilisée par les homos islamistes amateurs d’émotions fortes). Je vais avoir du mal à m’y faire et à kiffer leur nouvelle java.

Robert

Et si une à deux semaines d'absence de billet sur votre blog vous permettait de vous ressourcer et de laisser le temps à l'inspiration de revenir encore meilleure ?
Bonnes vacances tout de même : vous et madame Bilger le méritez bien !

Michel Deluré

@ Tipaza 30/07 09:38

Quel beau thème de réflexion effectivement que celui que vous abordez de la perte progressive de nos racines, conséquence de la marche forcée vers une diabolique mondialisation.
On gomme les différences, on abolit les spécificités, on fait disparaître les identités, autant de critères qui pouvaient certes être parfois sources de faiblesses mais qui constituaient aussi des forces.
Place malheureusement à l'uniformisation, à la soumission à l'ordre nouveau mondial.

Mais reconnaissez Tipaza que le sujet est bien sérieux pour une période où l'esprit, libéré des pesanteurs du quotidien, aime vagabonder sur des thèmes plus futiles. A moins que l'on considère au contraire que cette disponibilité temporaire de l'esprit favorise justement sa réflexion sur un thème aussi profond.

genau

Le sujet s'avèrera, en fin, être la nature des interventions. Que serait la thèse sans antithèse ? Que serait la pensée si l'idéologie en était le ressort ? Le monde en est encore près. A touche touche. Le migrant est bon, il est un facteur de progrès, donc son rejet est un obstacle au progrès et à la bonté universelle. Traduction libre de Lénine, on n'en doute pas.

La foule tremble quand le footeux qui a "marqué" s'en va, glissant, sur ses genoux, dans un éblouissement de gloire passagère à 10 000 €. Donc, dédaigner le foot, c'est refuser la gloire et envisager les couleurs ternes comme fond de toile de notre pauvre existence à 1 800 €.
Tout randonneur piétine dans les files d'attente, où ça sent l'ail, le pet, et la bière rotée, où le peuple clabaude, aux accents parigots des fréquentations excessives.
La plage pue la transpiration, la pâte à bronzer et s'assourdit des hurlements des petits singes humains malpolis tandis que passe, hiératique, une famille noire, oui, toute noire, ou jaune, toute chinoise, qui semble s'étonner et ne dit rien.

La Méditerranée et surtout en Corse est un égout où les avions à 49 € déversent tous les jours des théories inexplicables de braves gens qui apportent tout ce qui a été dit supra tandis que le mafieux local, élu territorial peut-être, compte les biftons en regardant s'élever les tours qui, bientôt, porteront le regard de haut sur la mare sale qui fut nostrum, évitant ainsi aux "heureux propriétaires" gosciniens de compter les bouteilles de plastique que la distance efface et que les enfants de partout viennent piétiner comme les restes de la beauté qui exista, jadis, aujourd'hui reléguée entre église et cimetière.

Est-ce trop geindre ? Comment ne pas voir cette grande confusion qui jette des fumerolles toxiques sur des événements cosmiques inatteignables pour éviter de voir les bennes de la saleté envahir l'idée même de progrès.
Il valait peut-être mieux guerroyer sans se soucier des odeurs de cadavre non inhumés, puis s'en retourner, tout écorché, mourir dans son fief au lieu de "nager sous les yeux horribles des pontons."

Exilé

Des permanences de députés LREM sont attaquées, dégradées par des agriculteurs imbéciles à cause de la position de ces élus sur le CETA. Lamentable mais pas de quoi en faire un post.

Pas de quoi faire un post sur ces comportements révélateurs une fois de plus de l'absence de représentativité de « nos » parlementaires, mais sur le CETA lui-même - un cousin masqué du TAFTA - il y aurait beaucoup à dire.
Et de façon paradoxale, il est possible que les gens qui ont le plus à s'inquiéter ne soient pas les agriculteurs mais surtout les peuples - donc nous - à travers diverses menaces d'ordre antidémocratique contenues dans ce traité, même si les instances européennes et autres qui en font la promotion ont tendance à nous endormir sur la question.

Les sources sont consultables ici :

http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/dossiers/alt/aecg_partenariat_strategique_ue-canada

Comme il s'agit d'un sujet assez technique il n'est pas possible de tout commenter point par point ici, mais pour ne prendre qu'un exemple inquiétant parmi d'autres, citons l'ICS (Investment Court System)  :

« Ce système (l'ICS) offre la possibilité à une multinationale investissant à l'étranger de porter plainte contre un État qui adopterait une politique publique contraire à ses intérêts, afin de demander réparation. »

https://www.latribune.fr/economie/international/ceta-la-justice-europeenne-enterine-le-mecanisme-d-arbitrage-entre-etats-et-entreprises-815791.html

https://www.marianne.net/debattons/tribunes/le-ceta-ou-le-cercueil-de-la-democratie

boureau

"Blog recherche désespérément sujet !"

Effectivement, plus conventionnel que ce billet, tu meurs !

Du politiquement correct quotidien :

"...une authentique contrition (du président de la République)"

Authentique contrition ! Vous êtes bien un des seuls, sur la place, à croire envers et contre tout et tous cher P. Bilger, à une authentique et sincère contrition !

"Donald Trump continue à faire des siennes mais en pire. Il ne serait pas raisonnable de décrire ce qui ressemble de plus en plus à un délire."

C'est vrai que vous n'avez jamais, semble-t-il, bien compris la personnalité et le sens économique de Trump. Mais est-ce une raison pour employer de tels mots et se ranger ainsi derrière la doxa parisienne ?

"Poutine a fait arrêter un grand nombre d'opposants et fait droguer peut-être le principal."

Personne ne sait combien de personnes ont été arrêtées ! Les chiffres donnés par les médias français sont pour le moins incertains : entre 400 et 1 800. Cherchez l'erreur ! Quant à cette histoire de drogue, qui en France en sait quelque chose ? Même pas son médecin paraît-il !

"Je suis en train de lire Le Schmock de Franz-Olivier Giesbert."

Interrogation (?) sur les silences de la population allemande sous Hitler traitée style Bibliothèque rose revisitée par le plus bobo des bobos parisiens. Le journaliste le plus cynique qui soit sur la place de Paris. Cynique mais puissant, très puissant, très craint ! Il est vrai que le fait d'avoir été l'amant pendant quelques années d'une des femmes les plus puissantes et les plus riches de Paris et qui recevait le tout politique, le tout financier et le tout de tout, ça vous garantit quelques relations et quelques protections. Qu'elle fut alliée et proche du clan syrien Assad apporte du piquant aux prises de position des uns et des autres.

Bref, quasiment du Gala !

Vous aviez pourtant un plat de roi à votre disposition pour votre blog : un personnage séduisant, controversé mais qui peut prendre une importance considérable dans les années à venir : Boris Johnson. De plus il parle un français parfait.

Cordialement.

Denis Monod-Broca

« Tout est dit, et l'on vient trop tard depuis plus de sept mille ans qu'il y a des hommes et qui pensent. » (La Bruyère)

Xavier NEBOUT

Les Français connaissent l'expression "se prendre une pâtée" mais n'ont pas entendu parler de la bataille de Patay qui fut la plus grande, la plus parfaite et la plus décisive victoire militaire des Français !
Entre un et trois morts côté français contre 2 500 pour les Anglais, et victoire qui renversa d'un coup et de façon définitive la domination de l'armée anglaise dans la guerre de Cent Ans.
Alors, pourquoi donc le 18 juin 1429 n'est-il pas commémoré ?
Parce que cette victoire est le fait de la chevalerie, et comble de l'offense à la République, attribuée à Jeanne d'Arc !

Il est pas beau, ce sujet ?

Ex abrupto

À propos du CETA je m'interroge : ces produits agricoles que certains présentent comme de véritables poisons, les Canadiens, eux, ils les mangent. Alors, simple question de bon sens: les Canadiens sont-ils stupides au point de vouloir mourir empoisonnés ?
Cela dit, rien ne vaut un bon steak de charolais.

Patrice Charoulet

Prétéritions

Chacun le sait, avec le dictionnaire de l'Académie française, une prétérition, c'est une « figure par laquelle on insiste sur une chose en feignant de ne pas vouloir en parler. « Je ne vous rappellerai pas que notre départ est fixé à huit heures », « Je ne vous dirai pas le bien que je pense de vous » sont des prétéritions. »

Vos réflexions de ce jour sont une suite de prétéritions. Vous dites que vous n'écrirez pas sur divers sujets, mais vous les esquissez tous.

Il y a quelques siècles, un livre qui ne traitait pas un seul sujet, mais plusieurs, était parfois intitulé « Varia ». Il existe aussi un livre en Pléiade, auquel évidemment l'auteur, Voltaire, n'avait pas donné ce titre, mais que la collection a décidé de désigner par « Mélanges », puisqu'une foule de sujets y sont traités.
Vous auriez pu titrer votre prose du jour « Mélanges », « Varia » ou... « Prétéritions ».

P.-S.: Dans vos lignes de ce jour, vous évoquez le livre de Mme Agasinski en le louant. Ce matin, mon très cher Guillaume Larrivé, invité sur RTL dans l'entretien politique, en a fait autant. Deux autorités. Comment, après cela, ne pas lire ce livre ?

P.-S. n° 2: Il faut dire les choses, Trump a fait hurler par son public abruti des mots invitant trois parlementaires américaines démocrates, qui n'étaient ni des rousses aux yeux verts ni des blondes aux yeux bleus, à retourner dans leurs pays. On en est là. Mais il fallait vraiment se boucher les yeux et les oreilles pour être surpris. Voilà le maître du monde qui nous est tombé sur la tête. Qu'on n'espère pas de moi, pour autant, de mots aimables sur les maîtres de la Russie, de la Chine ou de la Corée du Nord. Je n'y arriverais pas.

Xavier NEBOUT

A l'issue du massacre des milliers de combattants, prisonniers et civils qui suivit la bataille de Savenay en 1793, 1679 femmes et enfants survivants furent amenés à Nantes comme prisonniers ; ils furent tous fusillés ou noyés dans la Loire sur ordre de Carrier.

La guerre de Vendée a été l'horreur absolue. Le fait dépasse l'histoire pour poser la question de savoir jusqu'au peut aller l'idéologie révolutionnaire qui perdure aujourd'hui encore en la tenant sous le boisseau.
Dans notre belle République, le devoir de mémoire est très sélectif.

En voilà un beau sujet. Non ?

caroff

Un beau sujet: le journalisme d'investigation à la Péan (deux ans pour écrire sur le passé de Mitterrand ou sur les crapuleries du Monde) versus le journalisme de Mediapart (une minute pour ouvrir l'enveloppe et deux heures pour écrire l'article).

Autre sujet: comment une démocratie peut-elle aujourd'hui protéger ses frontières sans être taxée de raciste ?

Le cas d'Israël n'est pas dénué d'intérêt et ne peut manquer de nous interroger:

https://www.lepoint.fr/debats/en-israel-le-liberalisme-contre-la-democratie-27-07-2019-2327105_2.php

Exilé

Donald Trump continue à faire des siennes mais en pire. Il ne serait pas raisonnable de décrire ce qui ressemble de plus en plus à un délire.

Ce n'est pas parce que Donald Trump est un chef d’État atypique, avec un comportement plus proche de celui d'un shérif de l'Ouest face à des hors-la-loi que de celui d'un apparatchik, que nous sommes autorisés à le juger, avec notre mentalité franco-française étriquée.
Seuls les États-uniens peuvent le faire.

Bien entendu, nous ne sommes pas obligés de partager toutes ses prises de position dans le domaine international dont certaines pourraient être susceptibles de contrarier nos intérêts.

Valéry

Puisqu'il n'y a pas de sujet du jour, je vais juste partager une info m'ayant fait sourire:

Tweet de Gérard Larcher, hier même:

"A partir d'aujourd'hui l'humanité vit à crédit. Le jour du dépassement est même tombé au 5/5 pour la France et il faudrait 2,7 planètes pour le mode de vie des Français. Le Sénat veillera aux modifications à apporter au dt européen en matière d'éco circulaire et de gaspillage alimentaire"

M'est-il autorisé d'insérer une photo de celui critiquant le gaspillage alimentaire ainsi que le dépassement des ressources allouées à chaque individu ? On pense à l'adage "l’hôpital qui se moque de la charité" !


sylvain

Laissez-moi conduire ce blog à votre place, vous verrez que j'ai beaucoup de sujets à traiter et pas des moindres !

Par contre faut vous préparer tous à venir me rendre visite dans les parloirs des prisons pour une éternité d'une durée indéterminée.

Mein Kampf à côté de mon blog apparaîtrait comme une petite bande dessinée pour freluquets.

Et pourtant tout ce que j'écrirais serait le pur reflet de la réalité ; mais on sait que la vérité, la vraie, est taboue, interdite, passible des tribunaux.

Apportez des tonnes d'oranges, c'est mon fruit préféré.

duvent

Cette question purement rhétorique ne nécessite pas de réponse, cependant elle n'interdit pas l'interrogation, c'est pourquoi je m'autorise celle-ci : dans votre Institut, quel est le chemin qui conduit à la Parole ?

Je me relis et je trouve à ma question un grand défaut...

J'en profite pour inviter ceux qui s'interrogent sur l'amitié et les blogs, à lire "Dialogues des courtisanes", "Toxaris" ou "les Amours" de Lucien de Samosate (Arléa).

Aliocha

L'objet du sujet s'échappe, et le désir, alors, fait s'éteindre nos âmes.
Le temps du repos serait donc venu, et le silence s'impose, régénérant les corps de l'Esprit.
Fermez donc le blog, chers, prenez des vacances et revenez reposés, tous ici vous retrouveront avec encore plus de joie et de détermination à défendre ce que vous nous permettez, et avec quelle générosité, d'habiter cet espace où règne la plus haute idée de la démocratie.

Xavier NEBOUT

Cher M. Bilger,

Si vous avez le sentiment d'avoir épuisé les sujets ayant trait à la politicaillerie, pourquoi ne pas en sortir ?

Il y aurait les sujets de philosophie politique:

Le mot Dieu dut longtemps être le premier et le premier de tout discours. Peut-il y avoir une philosophie politique en ignorant les notions qui peuvent s'y rattacher ?
Peut-il y avoir un Etat sans religion au sens tout au moins de relation avec une notion de Dieu, notamment face à l'intrusion de l'Islam ?

Quelle est la répartition des richesses la plus profitable à l'individu ? Selon les mérites ou selon les nécessités ?

Un Etat peut-il se comprendre par noyauté par la franc-maçonnerie à l'insu de son régime politique ?

Un régime politique peut-il être basé sur l’interdit de connaissances:

- Interdiction du révisionnisme historique - et pas seulement au sujet de 39-45

- Interdiction de la connaissance du dit "surnaturel" qui est à l'origine des civilisations et alors la quasi-totalité des diagnostiqueurs employés dans les SPANC (organismes publics chargés de vérifier l'état des systèmes d'assainissement non collectifs) détectent la présence de canalisations avec des baguettes de sourcier ou un pendule ?

- Interdiction de la connaissance des différences physiques et psychologiques entre l'homme et la femme ?

- Nous dépensons des milliards pour explorer l'espace, et nions un fait aussi facilement démontrable que celui de la détection à distance des réseaux telluriques par la plupart des géobiologues.
Vous envoyez les coordonnées de votre logement à deux d'entre eux situés à 500 km l'un de l'autre, et ils vous envoient le même plan de réseaux sans être venus.

Les problèmes que ces sujets posent sont immenses en leurs seuls principes.

M. Bilger, les sujets ne manquent pas.
Ce qui manque, c'est le courage d’affronter la pègre pour les aborder.

Se compromettre avec le diable ne sert toujours que le diable...

phineus

Votre billet m'a fait penser que depuis que je vous lis (et je ne manquerais jamais cette lecture tous les matins tant elle me donne de plaisir) je n'ai jamais été intéressé par vos "sujets".
Ce que j'aime et me séduit c'est tout le reste, les sentiments, les affects retenus, les pensées, l'entraperçu, le suggéré de la vie intérieure à travers les finesses et les bonheurs de l'écriture.

Exilé

A Lyon, une vingtaine d'abrutis violents ont blessé et frappé deux homosexuels. A quoi servirait-il de rappeler que malheureusement on n'éradiquera jamais la haine de la différence chez certains ?

Peut-être que le fait de creuser un peu la question et de chercher à savoir qui sont plus précisément ceux qui ne sont probablement pas des « abrutis » lambda et quelles sont leurs motivations à l'occasion de ce fait divers qui est très loin d'être unique pourrait constituer un sujet (d'inquiétude) à lui seul à propos de certaines évolutions de la composition de la société française ?

Continuons à fermer les yeux, à ne rien entendre et à ne rien dire et de tels faits - et bien d'autres de nature différente - ne pourront que se multiplier du fait de notre complicité passive.
Nous ne pourrons alors pas venir nous plaindre de ce que nous aurons favorisé par notre silence.

Tipaza

Un billet plaisant où je retrouve le même rythme que dans un précédent billet.
C’est important le rythme, et parfois c’est lui qui est le sens du texte, tous les poètes le diront.

C’est par le rythme de l’anaphore que Hollande l’emporta contre Sarkozy lors du duel télé, c’est dire la puissance et le danger du verbe rythmé, et c’est ainsi que nous sommes passés de Charybde en Scylla.

Mais enfin puisque le sujet c’est la recherche d’un sujet, il m’est revenu un aphorisme qui est un grand classique anglais. Peut-être que Lucile notre référent anglais pourra nous dire d’où il vient.
Le voici :

« Sometimes you will never know the true value of a moment ... until it becames a memory... »

Chercher, trouver et disserter (ou pas) sur l’événement insignifiant passé qui a bouleversé notre vie individuelle ou collective, ou celui présent qui bouleversera le futur.

Non je ne parle pas de la visite de Greta à l'Assemblée nationale, celui-là il restera insignifiant, non je parle de…

À vrai dire je ne sais lequel choisir, à chacun son événement vital.

Pour moi ce furent des yeux verts et un sourire sur le bateau qui nous menait à Capri. Elle parlait mal le français et je parlais mal l‘anglais. C’est fou ce qu’on peut se comprendre bien quand on parle mal. Mais c’est un autre sujet.

Pour le collectif, l’événement quasi insignifiant du passé ce fut le regroupement familial de Giscard, germe destructeur de ce que nous sommes et avons été.

Et pour le présent, j’en ai parlé hier, c’est la nomination de mondialistes et de fédéralistes à des postes clés de l’administration française et européenne.
La double nationalité de beaucoup de nos gouvernants, fusionnant dans la non nationalité mondialiste faisant de nous des hommes sans racines, sans passé, en un mot la fin de la civilisation.

Savent-ils ces mondialistes que la civilisation a commencé avec l’agriculture c’est-à-dire l’enracinement des hommes à une terre précise qu’ils devaient cultiver et par là même défendre ?
Que les nomades chasseurs et cueilleurs n’ont jamais créé de civilisation !

Achille

Franz-Olivier Giesbert est une personnalité intéressante qui mériterait bien un billet de votre part, voire d’être soumis à la question.
Il a occupé de hautes fonctions dans la presse où il n’hésitait pas à égratigner les plus puissants, ce qui lui a valu quelques procès. Mais c’était quand même un autre niveau qu’Edwy Plenel.

Bon gestionnaire, il a redressé nombre de journaux dont il avait la direction. Bon animateur également, j’aimais bien son émission "Chez FOG" qu’il présentait sur France 5 dans les années 2000.

J’ai lu son livre « François Mitterrand, une vie ». J’ai aimé. Manifestement l’ami à qui j’ai prêté le livre aussi, puisqu’il ne me l’a jamais rendu.
Il a écrit aussi une biographie sur Jacques Chirac, mais je n’ai pas été tenté de la lire.

Savonarole

Le féminisme étant à l’honneur, un chapelet de perles devrait être consacré aux femmes.

- Anne Hidalgo ruine Paris et sera vraisemblablement réélue.
- Ségolène Royal ruine le Poitou-Charentes et sa route solaire est un échec.
- Carola Rackete, « capitaine courage », déverse des centaines de migrants en Italie, et Anne Hidalgo la décore de la Médaille d’or de la ville de Paris.
- Corinne Vignon, députée LREM, bafouille lamentablement sur les retraites.
- Angela Merkel saisie de tremblements à l’idée du million d’étrangers qu’elle lègue à son pays.

Avec ces cinq perles on peut difficilement faire un collier, mais j’en oublie certainement.

Marc GHINSBERG

Dans votre liste à la Prévert, un oubli cher Philippe, un oubli de taille : la disparition de Pierre Péan. Un journaliste qui cherchait la vérité, qui essayait de la comprendre, qui prenait le temps d’enquêter, le temps de réfléchir, qui savait prendre parti, sans haine, sans manichéisme.
Un seigneur dans son genre. Il aurait bien mérité un hommage. Il n’est pas trop tard.

René-Marc Laborde

Un (des) sujet sur la Chine, pourquoi pas.
Passons de la politique à la géopolitique si je puis me permettre.
La répression policière à Hong Kong et cette percée de la Chine de plus en plus prégnante dans le Pacifique océanien, région qui m’intéresse au premier chef, je réside en Nouvelle-Calédonie.

Ce Pacifique océanien auquel la Chine fait les yeux doux en courtisant de plus en plus les micro-Etats de cette région tels le Vanuatu, la Papouasie-Nouvelle-Guinée... Les USA, Donald Trump, encore lui, se désintéressant de cette région à tort, l'Australie, la Nouvelle-Zélande ne pouvant lutter contre la puissance financière de la Chine ont bien du mal à contrer son avancée inexorable, pour le moment.

A tel point que l'idée de l'axe indo-européen prôné par Emmanuel Macron commence à prendre du sens auprès des pays qui ont leurs centres d'intérêt dans cette région du globe (Inde, Japon, Australie...). N'oublions pas la présence de la France dans cette région du Pacifique avec les trois territoires d'outre-mer, Polynésie, Nouvelle-Calédonie et Wallis et Futuna.

La France qui de par les accords de défense contractés dernièrement avec l'Australie, du fait de la vente d'une douzaine de sous-marins assemblés en partenariat industriel à Adélaïde, a le vent en poupe dans cette région. Nous sommes loin des années 80 et du désastreux épisode du Rainbow Warrior.

Simple suggestion de ma part, cela peut-il intéresser mes compatriotes de la Métropole ?

"Quand la Chine s'éveillera… le monde tremblera" écrivait Alain Peyrefitte en 1973. 46 ans après, dans cette région du monde, le Pacifique océanien, nous y voyons les effets de cet éveil.

Dominique SAUVEBOIS

Poutine a débarrassé son pays d'un indésirable groupe de réflexion, Atlantic Council, dont le siège se trouve à Washington.
Je pense que cette manifestation interdite doit être en relation directe avec ceci.

Claude Luçon

Peut-être se demander ce que faisaient l'Américaine et la Coréenne dans la tente où nos deux touristes étaient retenus prisonniers ?
Qui étaient-elles ?
Nos commandos savaient-ils qu'elles étaient là ?
Sinon, la surprise de les voir, quelques dixièmes de seconde de surprise des deux Maîtres marins ont-elles permis au terroriste de tirer le premier ?
Pourquoi les gouvernements américains et coréens ont-ils occulté le sujet ?

Il y a de quoi spéculer !

Metsys

Sensible à votre quête, j'ai tenté de dénicher un événement goûtu survenu un 30 juillet, mais rien sinon la mort de Marie-Thérèse, la goujaterie subséquente de Louis XIV et la signature de la mobilisation générale par le tsar en 14...

Il y aurait bien le passage de l'astéroïde 2019 OK et la catastrophe frôlée d'un cheveu cosmique, mais cela fait un peu Dictionnaire de Flaubert. "Astéroïde : évoquer Valéry et Camus, verser une larme sur la mortalité des civilisations".

Pour vous consoler, ce phénomène de vacuité semble mondial et vos confrères blogueurs belges, par exemple, doivent être encore plus désespérés. Le Soir titre sur la Coalition fédérale et les interrogations trépidantes de la Nieuw-Vlaamse Alliantie : « Si Magnette refuse de parler, pourquoi alors rejeter le confédéralisme ? ».

Ma suggestion viendra du tout dernier article du Point : "Zhang Yufeng, la favorite qui savait lire sur les lèvres de Mao". Sujet en soi anodin, mais qui permet de rebondir sur les intellectuels français aveuglés par la Révolution culturelle, Badiou, Glucksmann, Lacouture, Godard, July, Kouchner, et même BHL dans son premier bouquin : j'en passe et des meilleurs, il ne mouraient pas tous mais tous étaient frappés. Why not ?

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS