« Le président Macron devrait lire l'écrivain Mari ! | Accueil | Zineb et Steve : deux fautes du pouvoir ? »

20 juillet 2019

Commentaires

Deviro

Un SCOOP ! "Charoulet" est un PSEUDO !
Après des recherches ardues, fouillées, approfondies et très astucieuses concernant adresses IP, URL, clé USB, RAMDisk et autres, notre équipe a trouvé dans le "Dark Net" (Web secret) un internaute intervenant dans tous les blogs et dont les caractéristiques sont les suivantes :
- Il possède 317 dictionnaires, dont un en japonais et un autre en inuit.
- Il a amassé une collection de 612 citations d'écrivains, de philosophes, de paléontologues et de kinésithérapeutes.
- Il a reconstitué avec 6 268 allumettes et 12 tubes de Super Glu une maquette de la cathédrale de Chartres.
- Dans chacune de ses interventions, il revendique de façon obsessionnelle un antiracisme viscéral, que ce soit en exergue ou en conclusion de ses posts.
- Il adore l'ordre, la police, les CRS, les gendarmes, l'armée, les matons et les vigiles de magasins ou de discothèques.
- Chaque chose doit être à sa place : le sel d'un côté, les cure-dents de l'autre.
- Il a décroché un CAPES dans la même université que Michel Onfray qu'il déteste, car ce dernier écrit des bouquins qui se vendent, et ça l'énerve, écrit-il.
- Il a réussi à détecter les adresses mail d'une bonne centaine de personnes, avec un copain sourcier qui balade ses baguettes de noisetier sur un pseudo et détecte illico sa vraie identité et son adresse mail.
La DGSE s'intéresse beaucoup à la méthode, paraît-il.
Ce sourcier est d'ailleurs en train de créer une appli de son truc pour smartphone (téléchargement = 0,01 Bitcoin).

Ces indices sont probants. Il n'y a plus aucun doute !
Derrière le pseudo "Charoulet" il y a ILHETT TRETRAISCHIAN, un Arménien né à Erevan en 1944.

Son mail, je ne le communiquerai pas, question d'éthique... et pour ne pas essuyer les foudres de Prudy la tanceuse, le drone de ce blog qui le survole chaque matin pour "détecter les fâcheux" (sic)...

breizmabro

@ Deviro 03 août 2019 à 10:17
"La névrose-Charoulet sur les pseudos, sa quête aussi névrotique des identités et des adresses mails des uns et des autres, son antiracisme revendiqué façon "Tous les noirs sont mes frères, mais Dieu merci, pas mes beaux-frères".
Oui, c'est rigolo"

J'adore.

Mais, en même temps comme dit l'autre, si sa belle-fille était Rama Yade, je crois qu'il ne dirait pas non.

Pourquoi ? Parce qu'il a (selon ses affirmations sans preuves) travaillé au Rwanda et que là-bas les blancs ne sont pas racistes avec les filles.

Elusen

@ Kiss-Kiss nonos | 05 août 2019 à 08:44
« Vous êtes sourd ou quoi ? »

Puisque j’ai le choix, je suis ou quoi !

-----------------------------------

@ hameau dans les nuages | 05 août 2019 à 09:36
« avec l'arrivée continuelle des migrants »

Étant donné que ‘migrant’ signifie émigré et immigré, les deux à la fois, il faudra expliquer : arrivée continuelle d’émigré.

sylvain

@ hameau dans les nuages | 05 août 2019 à 09:36

Vous avez honte que l'on vous qualifie d'extrême drouââââte ?
Sachez que, vu le grand foutoir merdique islamo-gauchiste qui se prépare à tous les niveaux, être d'extrême drouââââte deviendra une nécessité, une mission, un compliment, un label rouge, une AOP.

Si comme moi, vous êtes qualifié d'hyper drouâââte, facho raciste réac xéno chrétien identitaire nazi par les gauchiasses haineux aux bouches pleines de chicots fientesques, vous atteindrez le nirvana !

hameau dans les nuages

@ Noblejoué
"Je suis triste pour trois choses emboîtées : tout le monde se moque d'un retour possible de l'esclavage, du harcèlement numérique et de la guerre civile possible"

Personnellement je me moque pas du retour de l'esclavage. Je le dénonce même à tout bout de champ avec l'arrivée continuelle des migrants.

Eh bien figurez-vous que l'on me traite d’extrême droite pour ce faire...

sylvain

@ Elusen | Kiss kiss nonosse 04 août 2019 à 15:47

Cher Elusen, je ne vous demande pas la notice technique de vos sanitaires mais le copié-collé de votre autoportrait que j’ai reçu de RM .
Vous êtes sourd ou quoi ?

KSS kss ! nounousse ?

Elusen

@ Kiss-Kiss nonos | 04 août 2019 à 09:55

Par lui-même, pas par un autre, mais quel inculte ce pervers.

sylvain

"@ Kiss-Kiss nonos | 03 août 2019 à 07:45
« Cher Elusen, je ne vois pas où est le blème, c’est votre autoportrait tout craché. »

Trop drôle, autoportrait écrit par Robert Marchenoir ?!
Par principe ‘autoportrait’ ne peut être écrit par un autre."
Rédigé par : Elusen | 03 août 2019 à 19:30

Ne soyez pas vexé cher Elusen, nous voulions juste mettre à l’honneur votre autoportrait, sachant que pour vous, tous ces qualificatifs sont des qualités, des compliments, des décorations ; ne nous remerciez pas, nous ne demandons qu'à vous aider à progresser dans votre propagande de la haine.

Kss kss, papatte ? À bientôt !

Noblejoué

@ Lucile
"Mais tout le monde condamne l'esclavage, il est interdit par la loi, que voulez-vous de plus ? Si on ne vous répond pas, ça ne veut pas dire qu'on est pour, ça veut dire qu'on ne voit pas pourquoi on devrait avoir à spécifier qu'on est contre, tellement ça tombe sous le sens"

Cela ne tombe pas sous le sens de tout le monde, non. Robert Marchenoir a bien dit que les Noirs descendants d'esclaves devaient se féliciter d'être en Amérique, peu importe que leurs ancêtres aient été esclaves. Mais il n'y a pas que lui à relativiser, il y a par exemple ceux qui disent que les ouvriers sont des esclaves. Ecoutez, je ne vais pas réécrire toutes mes interventions, quand même. Il y a aussi les gens à trouver Napoléon ou les totalitarismes formidables malgré les camps.

Si on est contre l'esclavage, paraît-il, en principe, mais qu'on y souscrit en fait pour telle ou telle raison, on est bien avancé. C'est un peu comme le Parlement qui autrefois devait faire les lois mais n'en a en fait que la portion congrue. Chacun va avoir son exception, le fait que l'esclavage n'est pas si grave sera la règle. Entre une démarche historique, on comprend qu'à une époque les gens étaient esclavagistes comme on respire, et la perpétuation de cette manière de penser dans le présent, il y a une grande différence, d'un côté, on comprend, de l'autre, on instrumentalise le passé.

"En plus, on ne devrait pas avoir à protester de sa rectitude d'opinion, au pays de la libre pensée. On va commencer par faire jurer aux gens qu'ils sont contre l'esclavage, après ce sera contre l'extrême droite, peut-être l'extrême gauche, mais c'est moins sûr, puis la prostitution, puis la pollution, puis l'abstention aux élections, puis la consommation de viande, puis l'éducation à domicile, etc. Ça n'aura pas de fin, parce que ça ne suffira jamais."

Ecoutez, outre le scandale sur l'esclavage, il y a le scandale du harcèlement numérique. Patrice Charoulet et Aliocha relativisent le droit à une vie privée et à la liberté d'opinion en débusquant les gens non conformes, avec l'idée de dénoncer ce qui est dit ailleurs, ou encore en forçant au dialogue.
Mon but n'est pas de faire jurer sur tout ou n'importe quoi... Il est d'empêcher autant que faire se peut le retour de certaines pratiques, l'esclavage, et l'établissement d'autres pratiques, de réduction des libertés numériques, de vie privée.

Je défends la liberté de mouvement de chacun, je n'interdis pas aux gens de se mépriser mutuellement tant qu'ils le veulent même si je pense que tout ça peut finir en guerre civile.
Quant à la Terre, je suis loin de la sacraliser, et d'autant que je vois où ça mène, avec les réfugiés de la conservation.

Il ne s'agit pas d'être conforme en se ralliant à mon panache blanc, mais d'anticiper le pire. Les gens croient toujours qu'on ne revient pas en arrière, même les gens se proclamant réactionnaires sont, de ce point de vue, progressistes. Erreur !
Je suis pour plus de liberté, mais moi, je ne crois pas que, magiquement, la liberté ne peut que s’accroître.

Je pense plutôt que tout ce qui est faible sera piétiné. J'ai fait une liste de gens possiblement menacés par l'esclavage aujourd'hui.
Mais il y a des gens bien plus menacés demain ! Il y a, par exemple, les clones. Des gens dont bien des gens ne veulent pas et que d'aucuns considèrent comme des sacs d'organes peuvent fort bien finir esclaves... Outre les malades et médecins qui peuvent vouloir des organes, il y a les écologistes pouvant reprocher à ces gens de n'avoir pas une origine naturelle et la leur faire payer. Un argument humaniste et idiot pour dire que l'être humain a de la valeur, est que chacun est unique... Ce n'est pas si vrai que ça, les jumeaux sont des doubles génétiques naturels et chacun imite les désirs de l'autre. Mais bon, ça c'est naturel, donc bien vu aujourd'hui, mais les clones ne seraient pas naturels, et pas unique non plus, à mon avis, ils vont déguster... Est-ce qu'ils seront esclaves ? Franchement, cela ne me paraît pas impossible.

Parce que moi, l'impossible... Est-ce que beaucoup de gens ont anticipé que le monothéisme se répandrait sur notre pauvre monde ? Est-ce que les gens ont discerné que le totalitarisme était autre chose que le simple autoritarisme ? Est-ce qu'on a anticipé que des peuples seraient sacrifiés aux bêtes, expulsés de leurs terres pour faire des réserves naturelles ?

Alors, je ne dis évidemment pas que je vois l'avenir, mais que je ne vois pas ce qui est impossible quand les choses vont dans le sens d'une accumulation de pouvoir par le plus fort et de destruction de liberté des plus faibles. Il me semble que quand on voit les choses de cette manière, il est de son devoir d'alerter. On prétend bien qu'il serait de son devoir de résister ! Ce qui n'a rien d'évident, le courage est rare, à propos, et peu puissant, c'est de l’extérieur, surtout, que les pays sont purgés de leurs tyrans. Sauf que quand un problème est mondial, on fait comment ? Le pire étant un gouvernement mondial tyrannique.

La liberté est sacrifiée au dialogue, à la transparence, pour ceux qui veulent la fin de la vie privée, l'accessibilité perpétuelle de chacun, par exemple sur Internet. C'est une manifestation mineure, mais une manifestation des abus sur les faibles, parce que se déconnecter est de plus en plus un privilège de puissant.
La liberté est sacrifiée à l'écologie, et au vivre-ensemble, en somme, à l'environnement social.
La liberté est sacrifiée à la force, on l'a vu avec l'esclavage, et je ne vois pas ce qui magiquement pourrait l'empêcher, non, c'est seulement avec de la vigilance qu'on préserve la liberté, celle de ne pas être un objet, entre autre.

Bien, alors moi, je rappelle de ne pas faire de la liberté une variable d'ajustement.
Peu m'importe à quoi.

Il n'est pas si vrai qu'il y ait un consensus contre l'esclavage. Comment serait-ce possible dans un pays où la liberté est une variable d'ajustement ? Je ne dis pas qu'il n'y ait pas des abus ailleurs, je dis que le problème spécifique de notre pays en plus des problèmes de nature humaine, c'est ce relativisme. La liberté ! C'est très surfait, pourquoi la liberté ? C'est de tous les camps et de tous les temps.

J'aimerais bien qu'être pour la liberté, par exemple contre l'esclavage, soit si consensuel que ça en France.
Est-ce qu'il est drôle de devoir rappeler que l'eau est humide ? Pas vraiment...

Mais c'est aussi consensuel que de dire être pour l'équilibre des pouvoirs. En théorie, les gens sont souvent pour...
Mais ils veulent la rapidité, mais ils veulent l'homme providentiel, mais ils veulent notre Constitution puisque due au Général. Mais, mais, mais ! Il n'y a plus que l'exception, laquelle dévore la règle, et nous en sommes où nous en sommes, dans un régime jupitérien, notre Jupiter n'a fait que le rappeler, si le dire pour se rehausser et non changer la Constitution, a encore aggravé les choses.

Je ne me demande jamais si j'aurais été résistant. Bon, tout le monde dit qu'on ne sait pas ce qu'on ferait... Mais étant donné que je suis lâche, je n'aurais évidemment rien fait.
Et puis, le problème n'est pas tellement là... Jouer, enfin, pas jouer, je n'air rien contre les jeux de rôle... Mais se complaire dans le malheur du pays pour soi faire remarquer qu'on serait courageux, héroïque, ou du moins, lucide de dire que non, se servir d'une tragédie nationale pour se mettre en valeur, merci. Par contre, on peut éviter, en l'anticipant, le retour du pire, non pas l'instrumentaliser contre l’extrême droite, non pas en se focalisant sur le nazisme, mais tout ce qui a pu exister de mal et tout ce que nous pouvons discerner de maux possibles pour le futur. Parce que mieux vaut prévenir que guérir...

Enfin, je ne demanderai plus aux gens de signer puisque cela passe mal, ce n'était pourtant pas pour diminuer la liberté, au contraire.
Ni dans ses buts. Ni dans ses moyens, parce qu'il me semble qu'ici les gens disent et font bien ce qu'ils veulent, le contexte ne me semble pas précisément autoritaire.

Le but, plus de liberté, le moyen, impliquer ceux qui le veulent sans manipulation, et l'effet secondaire, rassembler dans un pays où je pense une guerre civile possible à cause de nos divisions, je ne vois rien à redire, franchement.
Mais si les gens s'imaginent que si, et que c'est une pente glissante, je ne risque pas d'insister, parce qu'il ne s'agit pas de moi mais de la liberté.

Elusen

@ Kiss-Kiss nonos | 03 août 2019 à 07:45
« Cher Elusen, je ne vois pas où est le blème, c’est votre autoportrait tout craché. »

Trop drôle, autoportrait écrit par Robert Marchenoir ?!
Par principe ‘autoportrait’ ne peut être écrit par un autre.

Lucile

@ Noblejoué | 03 août 2019 à 06:11

Mais tout le monde condamne l'esclavage, il est interdit par la loi, que voulez-vous de plus ? Si on ne vous répond pas, ça ne veut pas dire qu'on est pour, ça veut dire qu'on ne voit pas pourquoi on devrait avoir à spécifier qu'on est contre, tellement ça tombe sous le sens. En plus, on ne devrait pas avoir à protester de sa rectitude d'opinion, au pays de la libre pensée. On va commencer par faire jurer aux gens qu'ils sont contre l'esclavage, après ce sera contre l'extrême droite, peut-être l'extrême gauche, mais c'est moins sûr, puis la prostitution, puis la pollution, puis l'abstention aux élections, puis la consommation de viande, puis l'éducation à domicile, etc. Ça n'aura pas de fin, parce que ça ne suffira jamais. Tout ça pour faire savoir qu'on est dans le camp du bien, avec les "woke" comme disent les Américains (les "éveillés", les "éclairés", ceux qui ont vu la lumière).

C'est une manière dangereuse et totalitaire de poser le problème : alors que le but est de mettre tout le monde à égalité en droit, on tue la liberté de pensée et on désigne des dissidents dont le tort est de ne pas penser comme il faut. Que la loi s'occupe des faits répréhensibles, et non des opinions. Tout le monde n'a pas besoin de penser la même chose du moment que tout le monde respecte la loi.

En plus il y a ce que les gens disent d'eux-mêmes et la manière dont ils se comportent. Sur une île de rêve en Méditerranée, il vient d'y avoir une réunion contre la pollution de la planète ; les participants-acteurs, princes, activistes, y sont venus en jets privés. Et je suppose que leurs chambres étaient climatisées.

Deviro

..."Ouvrons le Petit Robert", etc.
De retour de vacances, je suis tombé par hasard sur les tendresses et tendretés (c'est pas dans le dico, sylvain est au courant...) échangées entre Aliocha, Elusen, Patrice Marchenoir et Robert Charoulet ou le contraire, je ne sais plus...
C'est très rigolo.
On résume : Aliocha est un "foku" (Charoulet a un dico japonais), Marchenoir un malotru et Charoulet un gauchiste.
Ce qui est certain, c'est que ces quatre-là n'iront pas à la messe ensemble.
Et par-dessus le marché, voilà Noblejoué qui se met à tartinoler : + de 70 lignes !
La névrose-Charoulet sur les pseudos, sa quête aussi névrotique des identités et des adresses mails des uns et des autres, son antiracisme revendiqué façon "Tous les noirs sont mes frères, mais Dieu merci, pas mes beaux-frères".
Oui, c'est rigolo.

Aliocha

Ça tombe bien, Marchenoir, je ne suis pas curé, et ma soi-disant duplicité ne saurait cacher que toute notre discussion se fonde sur le fait que vous ne savez répondre aux questions que vous m'avez vous-même posées, inventant une nouvelle couleur de gilet pour tourner en rond sur les ronds-points, celle du poisson qui se mord la queue.

Je vous avais condamné en son temps pour vos transgressions à l'écoute éternelle des jazzmen noirs américains, ceux qui ont su des siècles de discrimination élaborer les plus beaux chants d'amour blessé.
Cela n'a pas suffi.
Puis je vous avais proposé de vous mettre au vert chez hameau.
De résultats, point.

Il est donc nécessaire à présent, au vu de l'escalade pathologique de votre cas, de vous imposer en dernière extrémité une retraite chez les moines au bois Nebout pas charmant, l'exercice des basses œuvres et de la prière ne pouvant que vous être salvateur.
Et attention, Marchenoir, ce sont des vrais, eux, pas des qui s’attaquent aux petits garçons.
Des qui savent et qui s'appliquent la règle qu'ils profèrent :

"Écoute, ô mon fils, les préceptes du Maître, et prête l’oreille de ton cœur. Reçois volontiers l’enseignement d’un père plein de tendresse et mets-le en pratique, afin que le labeur de l’obéissance te ramène à celui dont t’avait éloigné la lâcheté de la désobéissance. À toi donc s’adresse maintenant ma parole, qui que tu sois, qui renonces à tes propres volontés, et pour combattre sous le vrai Roi, le Seigneur Christ, prends en main les puissantes et glorieuses armes de l’obéissance."

http://la.regle.org/

Alors, peut-être, et là n'est pas le moins éclatant de ma démonstration, vous rendrez-vous compte que l'aveu que vous nous fîtes de votre absence d'idéologie n'aboutit qu'aux injonctions contradictoires dictées par vos pulsions, ces rapides dangereux qui ne sauraient être contraints que par un ordre supérieur à se restreindre au lit légal des principes fondamentaux.

Le verdict est très clair, votre imposture démontrée, et je vous conseille à nouveau de ne pas multiplier les victimes dans le seul but de vous détourner de vous-même, me tenant à votre disposition en cette auto-digestion pour en analyser si besoin, pipologiquement s'entend, les déjections.

sylvain

"De Robert Marchenoir :
Ordure... salopard... voyou... dégénéré... minable...
Tout est dit !
Joe Cocker sauve-nous."
Rédigé par : Elusen | 03 août 2019 à 00:35

S’il s’adresse à vous, cher Elusen, je ne vois pas où est le blème, c’est votre autoportrait tout craché.

Kss kss nonosse ?

Noblejoué

Je suis triste pour trois choses emboîtées : tout le monde se moque d'un retour possible de l'esclavage, du harcèlement numérique et de la guerre civile possible.

Eh oui ! Comment expliquer que pas une personne ne soit venue en renfort de ma pétition de principe contre l'esclavage et le harcèlement numérique ?

Apparemment, les gens acceptent le risque du retour de l'esclavage. Ça ne leur semble pas si inacceptable que ça... Voilà qui en dit long sur la prétention à ce qu'on ne régresse pas. Pourtant, avec les totalitarismes, il y eu des camps, et les gens des camps, c'était quoi, en fait ? Des esclaves.

Autre chose, on peut penser qu'on en vienne à imiter les islamistes faisant des esclaves, en tout cas, on n'a guère protesté contre. On peut aussi imaginer qu'à force que certains prétendent que les pauvres sont les esclaves des riches, on permette voire encourage des pauvres à se vendre aux riches, ou au moins riches, maintenant que j'y pense, à ceux qui les achèteraient. D'une manière ou d'une autres, je ne vois pas ce que le retour de l'esclavage chez nous a d'impossible. Et impossible ou non, il n'est jamais mauvais de rappeler les principes.

Il y a une explication pire que ça au silence sur l'esclavage, il se peut que des gens n'aient rien contre. On est en France, donc pas pour la liberté. Ou sinon, pourquoi avons-nous perdu plusieurs fois la forme démocratique du gouvernement ? Si les libres sont prêts à perdre leur liberté politique, pourquoi pas, éventuellement, que certains perdent plus de liberté que les autres ? Cas du totalitarisme et des camps. Nous sommes dans un pays où une partie des gens veulent de l'autorité à la Bonaparte, Bonaparte, par souci d'ordre :

https://www.herodote.net/histoire/evenement.php?jour=18020520&get_all=1&ID_reac=5458&tout=1#5458

L'esclavage, on pourrait donc le rétablir par souci d'ordre, par imitation des ennemis islamistes, ils font des esclaves, on les fait esclaves.
Par racisme ? Les Noirs et peut-être les Arabes, les gens présumés inférieurs sur la foi de leur peau. Evidemment, introduire des gens, esclaves ou non, produit un risque de métissage, mais on peut fort bien en rendre la stérilisation obligatoire.

Ah oui, l'idée que l'esclavage serait un danger, voir les révoltes. Il n'y en a pas tant que ça, et l'énergie, en général est dangereuse, le pétrole par les marées noires et en nous rendant dépendants des pays arabes, le nucléaire par des incidents type Tchernobyl.
Et de plus, on peut fort bien installer des dispositifs techniques sur les gens, type poison dans une dent brisable à distance. Ça ou autre chose, je n'ai pas étudié les détails...

On pourrait me dire que cela ferait une concurrence aux travailleurs libres, d'où chômage, mais on n'a pas interdit la mécanisation pour cette raison.

Non, la vraie raison de s'opposer à l'esclavage est morale. Les gens n'arrêtent pas de se draper dans leur christianisme ou autre, et personne ne dit rien contre le possible rétablissement de l'esclavage.

Ah, n'oublions rien... On pourrait faire de l'esclavage pour dette, de l'esclavage pour les gens à faible QI ou désengorger les prisons en esclavagisant certains condamnés.
J'imagine que mon imagination n'est pas illimitée et qu'on pourrait faire d'autres choses dans le genre.

Autre chose, comme je l'ai dit, on sacrifie des millions d'hommes aux bêtes, ce sont les réfugiés de la conservation.
Le statut de l'être humain, en fait sinon en droit, diminue... Dans ces conditions, le retour de l'esclavage est très envisageable. L'esclave est quelqu'un dont on doute de l'humanité, il est ou non humain selon les intérêts de ses maîtres, en principe, il doit ne pas être libre, un pantin, mais en même temps, s'il fait quelque chose qu'on juge, à tort ou à raison mal, on ne se gênera pas pour le condamner moralement. Quelle honnêteté intellectuelle ! Soit quelqu'un est humain et doit en avoir toutes les prérogatives, soit on le prive de ces dernières, donc du droit d'en appeler à son humanité.

Bref, outre la justice, ne pas faire aux autres ce qu'on ne voudrait pas qu'il vous fasse, l'honnêteté intellectuelle commande de ne pas rétablir l'esclavage. Il me semble donc que le condamner sans ambiguïté serait mieux que rien pour empêcher son retour.

Je récapitule, le manque d'imagination fait qu'on ne dit rien contre le rétablissement de l'esclavage quand les principes sont bons à rappeler et que j'ai montré, en plus, c'est bien bon car les principes suffisent, qu'il me semble y avoir certaines forces poussant dans cette direction. Le manque d'amour des Français pour la liberté est aussi en cause, nous avons une Constitution sans équilibre des pouvoirs, trop de gens veulent un homme providentiel...

Il y a encore un problème : nous avons une mentalité de guerre civile. Par exemple, personne n'est capable de souscrire à un consensus pourtant minimal. L'esclavage est une institution profondément inique, mais le dire ? On a mieux à faire.

Même remarque sur le harcèlement numérique. On n'a pas à forcer les gens au dialogue. C'est irrespectueux pour eux.
Et pour soi. Il se peut qu'il y ait incompatibilité d'humeur ou idéologique ou autre. Il se peut qu'on soit en tort et donc justement écarté.

Et il se peut que l'autre soit en tort. Et donc ? S'acharner pour quelqu'un qui devrait faire le premier pas ?
Mais enfin, qui est injuste avec moi n'est pas digne de moi. Les détecteurs de métaux existent, d'indignité aussi : qui est injuste ne mérite pas les personnes qui ont subi son injustice. Ceux qui ont des préjugés contre soi ne méritent pas qu'on les fréquente, ceux qui n'ont pas tenu leurs engagements non plus.

Et il y a pire que le harcèlement numérique des adultes. Les enfants sont bien de leur temps, non seulement ils gardent les bonnes vieilles traditions de persécution des autres enfants dans "la vraie vie", par exemple dans les cours de récréation... En France, il est de tradition de ne rien faire contre cela, s'il paraît qu'on commence à y... penser ? Bravo.

Mais il y a aussi, après le lynchage médiatique, le lynchage numérique. A condamner dans tous les cas ! Mais enfin, protéger les enfants me semble une priorité. Est-ce qu'ils ne sont pas les plus fragiles ? Est-ce que l'enfance ne détermine pas tout le reste ? Dans ces conditions, je m'afflige que personne n'ait évoqué leur cas.

Et donc, pour eux mais aussi pour les gens qu'on n'aime pas, un principe est un principe, je demande à tout le monde de dire que le harcèlement numérique, forcer le dialogue, lyncher et autre s'il y a autre chose, sont à condamner absolument.
Certes, cela est moins grave que l'esclavage.

Mais c'est actuel et se développe à vitesse exponentielle. Il faut bien comprendre que le domicile n'est pas fait que de murs, les frontières sont poreuses, téléphone, Internet...
Ne pas faire aux autres... air connu. Poreuses, poreuses les frontières, mais comme toutes les limites, il faut les franchir de manière consensuelle, si l'autre vous permet de le faire.

Rappel : même matérielles, les frontières sont poreuses. Le bruit, parfois intolérable, des voisins, empiète sur le domicile.
Il peut arriver qu'on ait un jardin... Est-ce qu'il faudrait laisser les autres vous espionner avec des drones ?

Il faut absolument que l'on condamne les empiétements numériques, et d'ailleurs, plus généralement, permis par les nouvelles technologies, sur l'individu.

Bon, les gens, seconde chance !
Vous avez encore une chance de dénoncer des choses inacceptables, quand elles seront bien installées, il sera trop tard, savez-vous ?

C'était léger, mais comme les gens réagissent aussi à la peur "il est plus tard que vous ne pensez".

Autre chose, que des gens de toutes opinons se rejoignent contre des choses inacceptables va contre la possibilité de guerre civile.
Cela rapproche plutôt que cela divise.

Il y a un climat de guerre civile en France, le gauchiste a tendance à traiter l'autre de nazi ou de fasciste, le droitiste à traiter l'autre de communiste. C'est celui qui dit qui le fait... A force de diviser, à force d'agresser, les deux favorisent l'extrémitisation des autres donc la violence, d'où la guerre civile, la vraie, un jour.

Bref, j'ai trois excellentes raisons de désirer que le plus de gens ici condamnent l'esclavage et le harcèlement numérique.
Mais je suis comme ma sœur Anne, je ne vois rien venir.

Elusen

@ Robert Marchenoir | dans ses nombreux posts
▬ « Ordure... salopard... voyou... dégénéré... minable...»

Et le gugusse passe son temps à jouer les êtres évolués ?!

Il serait supérieur parce que blanc-bec et la seule chose qu’il sait faire, c’est injurier, c’est là toute sa supériorité avoir le langage d’un maquereau ou d’un banc de sardines, allez savoir, le tout se finit en queue de poisson.

▬ « Appeler discussion privée ce qui n'est qu'un long monologue »

Oh ben lui, ce n’est pas une lumière, tout est éteint !
Une lettre, un courriel, en soi par son unicité, c’est nécessairement un monologue.

▬ « imposé par effraction »

Code pénal :

  • L'effraction consiste dans le forcement, la dégradation ou la destruction de tout dispositif de fermeture ou de toute espèce de clôture.

Dictionnaire du CNRS :

  • Bris de clôture, fracture de serrure effectué(e) pour pénétrer dans une propriété publique ou privée.
Ainsi vous vous seriez fait casser la serrure parce que Patrice Charoulet aurait voulu pénétrer !

Les deux vieux vont se finir à coups de déambulateurs !

▬ « Ceux qui sont les plus prompts à faire reluire leurs vertus supposées sont les moins crédibles en la matière »

De Robert Marchenoir :

  • Ordure... salopard... voyou... dégénéré... minable...
Tout est dit !

Joe Cocker sauve-nous.

Robert Marchenoir

@ Aliocha | 02 août 2019 à 10:30
"L'imposture est signée, Marchenoir, et, sans respect ni rectitude, vous brisez sans façon l'intimité des discussions privées de ceux qui n'ont eu que le tort de vous faire confiance."

J'attendais que Charoulet me la serve, celle-là, mais même lui n'a pas osé. Vous avez choisi de vous y coller : voilà qui prouve définitivement votre nature de voyou, et vous discrédite à tout jamais pour jouer les curés, selon la posture grotesque que vous avez prise sur ce blog.

Appeler discussion privée ce qui n'est qu'un long monologue imposé par effraction et par ruse, prétendre que l'auteur de ce délit m'a fait confiance alors qu'il a au contraire fait fi de toutes mes demandes et de tous mes avertissements, voilà qui démontre que vous êtes un adepte de la novlangue : blanc c'est noir, et le mal c'est le bien.

Non seulement il faudrait que je laisse Monsieur Charoulet me harceler des mois durant sur un mail que je lui ai refusé, mais en plus il faudrait que je garde ses insultes confidentielles.

Pour un "anti-raciste", votre perversion morale est assez saisissante. Votre procédé n'est pas différent de celui des antisémites qui d'abord prétendent que les Juifs n'ont pas été persécutés, puis assurent qu'ils l'ont bien cherché, et enfin leur reprochent de faire état de leurs malheurs.

Ceux qui sont les plus prompts à faire reluire leurs vertus supposées sont les moins crédibles en la matière : vous venez d'en faire la preuve une fois de plus.

Cela vaut pour votre prétendue lutte contre un "racisme" qui n'existe que dans votre imagination, comme pour votre christianisme frelaté dont vous vous faites un bien mauvais prosélyte : vous voudriez précipiter les gens dans l'islam ou l'athéisme que vous ne vous y prendriez pas autrement.

C'est Charoulet qui a trahi ma confiance, et non l'inverse. Lui, et nécessairement au moins quelqu'un d'autre. J'ai transmis mon mail à un unique commentateur de ce blog, à sa demande, et en toute confiance qu'il serait utilisé dans le seul but pour lequel il a été transmis. Cela n'a pas été le cas, comme le résultat le montre.

Au passage, Charoulet a également trahi la confiance d'une autre personne. Mon mail n'est pas passé tout seul de ma poche à celui dont j'avais fait le destinataire légitime. Il me semble que l'intermédiaire en question a le droit de voir ses efforts respectés. S'il a consenti à se prêter à ces multiples demandes, je doute que ce soit dans un autre but que de favoriser un dialogue courtois et de bon aloi entre commentateurs qui le souhaitent.

Le seul fait qu'il me soit nécessaire de préciser toutes ces évidences signe assez votre duplicité.

Patrice Charoulet

@ Robert Marchenoir

Monsieur,

Les deux dictionnaires les plus courants sont le Petit Larousse et le Petit Robert. Je vous épargnerai les définitions de dictionnaires plus spécialisés, qui auraient pu nous éclairer encore mieux sur le deuxième mot dont je vais parler.

Ouvrons le Petit Robert:

ORDURE. n.f. (...)5.(vulgaire) Servant d'injure très violente à l'adresse d'une personne. V. fumier, salaud, salope. Espèce d'ordure ! (Suit un exemple de Sartre)

RACISME .n.m. 1. Théorie de la hiérarchie des races, qui conclut à la nécessité de préserver la race dite supérieure de tout croisement, et à son droit de dominer les autres. Le racisme n'a aucune base scientifique. « Mein Kampf est l'évangile du national-socialisme, ou, plus exactement du racisme. »
(Bainville) / Ensemble des réactions qui, consciemment ou non, s'accordent avec cette théorie.(...)

Les juges de notre langue sont les dictionnaires. Ce juge-là (très courant) nous dit que le premier mot est vulgaire et que c'est une injure très violente. Le second mot désigne une théorie.

Cent fois vous avez ici dit que vous étiez raciste (en donnant des chiffres, des pourcentages, en vous moquant du prétendu métissage de la famille de l'une de nos consoeurs, en comparant les Noirs et les Blancs, etc.). Vous êtes, on vous croit, raciste. Etes-vous le seul ici ? En France ? Sur notre globe ? Mille fois non. Si Mary, Aliocha et moi pensons que l'on ne doit pas se glorifier d'être raciste, et que l'on ne doit pas être raciste, nous insultons-vous ? Nullement. Vous proclamez : « Je suis raciste ». On vous croit. Même si vous répondez que ce mot n'a aucun sens. Tous les mots ont un sens, certains en ont même plusieurs. Les dictionnaires sont là pour dire aux gens le sens des mots qu'ils emploient.

Le deux mots « communisme »,  « gauchisme »... ont aussi un sens. On ne peut pas les employer à tort et à travers. Gaulliste, pompidolien, chiraquien, sarkozyste, électeur RPR, UMP, LR , jusqu'à ce jour, qui peut raisonnablement me qualifier de communiste, de gauchiste... ? Tous les évêques de
France désapprouvent, comme moi, le racisme. Eux et moi, sommes-nous des « antifas » ? Vous délirez.

Je redis qu'un de mes amis Facebook (qui n'est nullement un habitué de ce blog, mais qui a dû venir jeter un coup d'oeil ici) m'a spontanément fourni, je ne sais pourquoi, votre mail, Monsieur Robert Marchenoir. Je ne vous ai pas insulté à domicile. Je vous ai dit un certain nombre de choses qui n'avaient aucun intérêt pour le lectorat d'ici.

Une dernière chose. Ouvrez le Code pénal, d'une part, à « incitation à la haine raciale », d'autre part à « injure publique ». Voyez les peines encourues. Vous trouverez cela sur Légifrance. Pour l'instant, lequel de nous deux a commis, sur ce blog, ces deux infractions ?

Elusen

@ Robert Marchenoir | 02 août 2019 à 07:53
▬ « "anti-racistes" enragés de ce blog : vous-même, Preud'homme »

Mary Preud’homme serait antiraciste, ben c’est la seule à ne pas être informée alors.
Antiraciste du même niveau que Rachida Dati et Brice Hortefeux parlant des Roms.

▬ « staliniens d'aujourd'hui »

Et pourtant, le pro-Putin (en anglais, c’est mieux), le pro-Putin, c’est vous !

▬ « vous entraînez la civilisation occidentale à sa perte »

Aliocha à lui tout seul entraînerait la civilisation occidentale à sa perte ?!
Tout seul, tout nu et tout bronzé ?!

Pourtant les racistes, il n’y a que des cadavres derrière vous.

--------------------------

@ Robert Marchenoir | 02 août 2019 à 07:53
« La pulsion "anti-raciste" n'est qu'un avatar de la pulsion communiste. »

Non, c’est de la science, de la génétique, cela vient de personnes qui ont fait de vraies études et non des héritiers, des rentiers comme vous avec des domestiques parce que pas capable de laver ses affaires tout seul.

Noblejoué

Je pense que par-delà les excommunications croisées pour racisme et harcèlement numérique, les gens pourraient se mettre du moins d'accord sur deux points :

........................................................................

Il ne faut en AUCUN CAS rétablir l'esclavage, en AUCUN CAS harceler.

........................................................................

Ne pas commettre ce qu'il me semble que chacun peut reconnaître comme des abus manifestes, des choses que personne ne voudrait subir, ni, peut-on l'espérer, commettre.

Je pense qu'il est des configurations où il se pourrait qu'on en ait la possibilité, et l'occasion fait le larron.
Mais c'est très, très grave. J'espère que le fait que d'autres approuvent l'inacceptabilité de ces conduites nous incitera tous à tout faire pour prévenir leur émergence.

C'est pourquoi je demande au plus de gens possible d'écrire leur ralliement à ce rappel.

Après quoi, cela n'empêchera personne de continuer à jouter comme après des guerres entre seigneurs ou les croisades, où on pouvait s'adonner tant qu'on le voulait aux tournois.

Aliocha

L'imposture est signée, Marchenoir, et, sans respect ni rectitude, vous brisez sans façon l'intimité des discussions privées de ceux qui n'ont eu que le tort de vous faire confiance.
Vous rappelez ce que vous décrivez comme les zeureslesplussombresdenotrehistouaaaaare, et vous vautrez à l'image d'Elusen dans la délation la plus éculée, lui au moins a la décence de reconnaître qu'il a signé le pacte malin.
Vous cherchez à diviser, ce qui est fatal, car votre pensée sur le racisme est fille de la division.

Alors déchaînez-vous, chaque insulte signe de l'humiliation de vos victimes les aveux de votre erreur, les preuves de votre imposture, et toutes vos agitations haineuses ne font que vous enferrer un peu plus à l'hameçon de la vérité.

Aussi je vous répèterai et, comme notre cher Patrice à qui je réitère confiance et amitié, tenterai de répondre au mal par le bien en répétant ce que je vous avais écrit, car la pédagogie rend la répétition nécessaire, lors de nos échanges avec Catherine Jacob sur Michel Serres :

"Qu'il siffle, notre beau merle en ses bois de la marche infernale, il n'y a qu'une issue, et s'il est sincère et honnête car je crois qu'il l'est, tous ses efforts discriminants nous poussant à cette croyance, il n'y a que l'issue, disais-je, du pipotage de l'amour du prochain auquel il résiste car il se rend bien compte que, lui aussi, sera obligé de changer son mode de fonctionnement, d'écouter les textes et les sages, le grand Rabbin de France, notamment, qui l'associe en son racisme qu'il déploie à l'antisémite qu'il combat, et que s'il ne veut pas voir son esprit faire le saut nietzschéen, il devra par simple souci de santé mentale, accéder à la sainteté des pipologues, qui reconnaissent que leur savoir est mesure de leur ignorance, que toute domination est pure illusion mortifère, et que souvent ce qui fait le plus de bruit est ce qui sonne le plus creux.
Il remerciera alors Dame Jacob de savoir interpréter avec art les silences, il apprendra à les écouter et, enfin à ses semblables réunis, il aura la capacité d'entendre, lui qui prétend défendre le vrai, ceux qui ont assez travaillé pour le proférer:
Vitale, collective, personnelle, cette distinction recouvre celle, cognitive, du faux et du vrai. Le sacré unit violence et mensonge, meurtre et fausseté ; ses dieux, modelés par le collectif en furie, suent le fabriqué. Inversement, le saint accorde amour et vérité. Surnaturelle généalogie du vrai dont la modernité ne se doutait pas: nous ne disons vrai que d’innocemment aimer ; nous ne découvrirons, nous ne produirons rien qu’à devenir des saints."

Vous êtes le bienvenu, Robert Marchenoir, sur le chemin sans chemin, éteignez donc vos vessies de la haine, elles vous empêchent d'accéder à la lanterne de l'amour."
Rédigé par : Aliocha | 06 juin 2019 à 06:59

Robert Marchenoir

@ Patrice Charoulet | 01 août 2019 à 11:39

L'injure qui vous est faite n'est que la justice qui vous est rendue. Votre ignominie est maintenant exposée aux yeux de tous : vous qualifier d'ordure n'est qu'une constatation. Un résumé, si vous voulez. Si vous voulez proposer un mot plus approprié, ne vous gênez pas. Un homme muni de tant de dictionnaires que vous saura certainement trouver la perle du vocabulaire encore plus appropriée à votre cas.

Pour ma part, je n'ai pas votre hypocrisie, et je n'ai pas besoin de recopier les mots des autres pour mettre en lumière votre véritable nature. Les faits me suffisent, et vous ne les avez pas démentis : vous les avez revendiqués.

Voler le mail confidentiel de quelqu'un qui a manifesté son refus de correspondre avec vous, puis s'en servir pour le spammer, le harceler, l'insulter et le menacer à domicile, tout cela parce qu'on n'a pas le courage de débattre avec lui loyalement en public, c'est le fait d'une ordure.

Prétendre, une fois votre forfait révélé par la victime, que vous seriez en danger d'être assassiné par elle, c'est le fait d'une ordure.

Si vous avez un mot plus pertinent, plus juste sous la main, encore une fois, ne vous gênez pas : je suis ouvert à la discussion. Vous pourrez même ajouter l'étymologie et des citations littéraires pour illustrer.

Vos dernières remarques montrent que votre nature ordurière, et les comportements de voyou que vous vous autorisez en conséquence, viennent de ce que vous vous érigez en justicier.

Mes propos passés à l'égard de tel ou tel ont tout chiffonné votre âme délicate de bisounours fatigué, en conséquence de quoi vous vous êtes permis des actes qui ne sauraient être commis par tout autre que par une ordure : d'où mon qualificatif.

En somme, vous êtes un gauchiste. Vous vous comportez exactement comme les "antifa" autoproclamés, qui se livrent à des agressions physiques pour défendre des tiers qui ne leur demandent rien, prétendument opprimés par des mots : Noirs, femmes, transsexuels, immigrés -- bref, les nouvelles masses de manœuvre des marxistes contemporains.

"Antifa" qui sont, en réalité, les vrais fascistes d'aujourd'hui.

Défendre des veuves inexistantes et des orphelins imaginaires donne aux gauchistes un sauf-conduit pour se comporter comme des voyous : c'est exactement ce que vous faites.

Sans surprise, vous avez passé votre temps ici à nous montrer vos tiroirs remplis de certificats d'homme de droite et de buveur d'eau sans glaçons, alors que personne ne vous a demandé si votre grand'mère faisait du vélo.

The lady doth protest too much, methinks, puisque vous aimez les citations.

Contrairement à vos piaillements ridicules de gauchiste outragé, que vous avez cru bon de m'infliger dès votre arrivée ici et auxquels vous redonnez une nouvelle jeunesse, je n'ai "agressé" ni "calomnié" personne, ici. Ridiculisé ? Bien sûr ! C'est à quoi l'on s'expose lorsqu'on ajoute les attaques personnelles à l'ignorance et la pédanterie.

Vous êtes sur Internet, ici, Monsieur le professeur. Pas dans votre salle de classe. Je vous l'ai déjà dit, mais vous ne semblez pas avoir percuté. On dirait une sainte-nitouche qui débarque dans une maison de plaisir, et qui s'étrangle parce que tout le monde n'est pas boutonné jusqu'au menton.

Vous ressemblez à Elusen, tiens ! qui, lui aussi, s'imagine remplir un service public en jouant les justiciers.

Quant à ceux que j'ai interpellés (et non "agressés" ou "calomniés"), c'est, tout comme vous, qu'ils déroulaient le confortable fil des clichetons de gauche (ou de droite !), sans jamais se sentir obligés de les justifier.

De même que vous n'avez jamais jugé utile d'expliquer au nom de quoi je ne devrais, ni dénoncer le pillage en règle de la France auquel se livre la secte fonctionnariale (à laquelle, tout à fait par hasard, vous appartenez), ni dénoncer l'arnaque "anti-raciste" à laquelle vous prêtez main-forte. Avec les procédés de voyou que j'ai détaillés ici.

Jamais vous n'avez avancé un seul argument en défense du fonctionnariat ou de "l'anti-racisme". Jamais. En revanche, opposer des invectives à mes arguments, ça, vous savez faire : vous avez passé votre temps à ça. Et lorsque vous avez constaté l'inanité de vos procédés, vous avez entrepris de forcer ma porte pour me servir les mêmes en privé.

Vous êtes le calomniateur, ici, Monsieur Charoulet. Vous êtes l'agresseur, malgré vos airs doucereux et vos procédés de chattemite.

J'ajoute que vous n'êtes pas seulement une ordure, vous êtes aussi un faux-cul. Doublé d'un menteur, ce qui est plus grave.

Vous vous permettez de copier-coller votre œuvre du jour à travers le Web, conformément à votre habitude, ce qui serait simplement ridicule et grossier, en temps normal. Publier un commentaire identique sur plusieurs blogs est le comble de l'impolitesse, sur Internet -- mais ce n'est pas ça qui va vous arrêter.

Si je prends la peine de relever la crotte symétrique que vous avez lâchée chez Maxime Tandonnet, pour vous faire plaindre, c'est en raison de l'énorme mensonge que vous y avez introduit. Vous avez eu le culot d'écrire : "Sur un autre blog, un commentateur, voyant que je ne partage pas plusieurs de ses assertions, me dit : 'Vous êtes une ordure sans nom.' "

Il ne s'agit pas de vos assertions, Monsieur Charoulet : il s'agit de vos actes.

Mais comme tous les "anti-racistes", vous confondez les paroles et les actes lorsque ça vous arrange. Vous mettez au même niveau les exactions sans nom auxquels se livrent chez nous les races que vous prétendez défendre, et les protestations verbales auxquelles leur comportement donne lieu. Et ce sont les secondes que vous qualifiez de "racistes", tandis que vous passez les premières sous silence. Vous vous faites, par conséquent, le complice du génocide par substitution qui est en cours.

Et comme tous les "anti-racistes", vous prenez prétexte de simples mots de vos adversaires (parfaitement justifiés) pour vous livrer, en représailles, à des actes que tout honnête homme réprouve. Dans le sentiment de parfaite impunité que vous donne le joker racial : à partir du moment où c'est pour la bonne cause "anti-raciste", la fin justifie les moyens. A partir du moment où il s'agit d'assurer la victoire du prolétariat, qui saurait se formaliser de quelques dizaines de millions de morts ?

La pulsion "anti-raciste" n'est qu'un avatar de la pulsion communiste.
______

@ Aliocha | 01 août 2019 à 09:52

En effet, cette discussion a révélé "l'imposture raciste", comme vous dites, mais à l'opposé de ce que vous prétendez.

Elle a révélé la profonde hypocrisie des trois "anti-racistes" enragés de ce blog : vous-même, Preud'homme et Charoulet. Les trois Castafiore du blog : vous riez de vous voir si belles en ce miroir, vous nous faites le coup du retenez-moi ou je pars à jamais -- et le seul départage se fait entre ceux qui restent, et ceux qui sortent en claquant la porte pour revenir sous des déguisements divers et variés.

Cette discussion a révélé par les actes la vraie nature du "racisme" : c'est le pic à glace des staliniens d'aujourd'hui, qui se désignent sous le nom "d'anti-racistes".

Hélas ! la Castafiore, au moins, nous faisait rire. Vous, vous êtes sinistres. Et vous entraînez la civilisation occidentale à sa perte, tout à votre vanité de vous décerner des prix de fausse vertu.

Herman kerhost

@ aristide | 01 août 2019 à 20:33

Comme vous avez raison, aristide, c'est presque de l'incompréhension.

Nous savons aujourd'hui que c'est encore pire que tout ce que l'on pouvait alors constater.

Je me rappelle bien d'un commentaire du monsieur, il y a plusieurs mois (une année ?), qui laissait penser qu'il entretenait une conversation privée par email avec Robert Marchenoir. Alors que ce dernier avait clairement signifié sur ce blog son refus de lui transmettre son adresse mail, je m'étais étonné de cela et pensais que j'avais peut-être manqué un épisode. Ahurissant.

AD

@ aristide | 01 août 2019 à 20:33

Il faudrait être demeuré pour n'avoir pas compris quel genre d'homme était Patrice Charoulet, lequel s'est présenté dès le début, en parfaite transparence, sans fard ni retouches.
Tandis que votre idole Marchenoir n'a eu de cesse, sous couvert de l'anonymat, de caricaturer, vilipender et salir de façon ignoble tous ceux qui avaient eu l'audace de tenter de le contredire ou de le démasquer...

Mais après tout n'est-ce pas dans l'ordre des choses pour quelqu'un sorti de nulle part et se présentant comme aristide (avec un petit a) d'affectionner les "chimères", autrement dit les hommes de main de triste mémoire d'un autre Aristide, avec un grand A ?

Elusen

@ aristide | 01 août 2019 à 20:33
« Quant à Elusen, ne parlons pas d'un échappé d'asile »

Échapper belle alors ?!

-----------------------------

@ caroff | 01 août 2019 à 16:58

Pipauter du béton, vous êtes au moins derrière le pont Morandi de Gênes et là où il y a de la gêne, y a pas plaisir, juste un spécialiste des interrupteurs.

aristide

@ Robert Marchenoir | 31 juillet 2019 à 21:35

Vous donnez une belle leçon à Patrice Charoulet qui est pitoyable et qui est aussi un mouchard dans l'âme.
Je suis attristé qu'un bon nombre de commentateurs de ce blog n'aient pas compris qui était ce personnage.

Quant à Elusen, ne parlons pas d'un échappé d'asile.

caroff

@ Elusen, 22h52
"Votre DNS et IP donnent votre opérateur et à partir d’un opérateur, trouver l’adresse courriel est un jeu d’enfant, tous les opérateurs français fonctionnent de la même manière par convention collective.
prénom - point - nom de famille @ nom de l’opérateur - point - extension"

Pipeau mon pauvre petit bétonnier !!
Caramba, encore raté !! (in "l'Oreille cassée")

Valéry

Patrice Charoulet, désolé de m'interposer, mais une fois de plus votre hypocrisie me laisse pantois. Je vous ai lu maintes fois, sur ce blog, injurier les autres intervenants (était-ce un seul ?) de racistes (définition de l'injure : diffamation, parole qui blesse, procédé qui offense), et maintenant vous nous compilez des citations sur l'injure comme étant "le trognon du langage" ?

Ah, peut-être pensiez-vous que du moment où l'injure vous paraît refléter la réalité, ce n'est plus une injure ? Mais cela peut être valable pour tous les points de vue, vrai où pas ?

Cela s'applique également à Elusen ; faire tout son cirque sur le racisme des autres, alors que 10 commentaires plus bas, il traite mes origines de sous-race, c'est de la tartufferie.

Faudra plus qu'une infirmière pour retirer toutes ces balles de vos pieds.

Patrice Charoulet

L'homme qui, sur ce blog, passe le plus clair de son temps, depuis des années, à agresser, ridiculiser, calomnier les autres (y compris l'entourage, par exemple, pour Mary), me gratifie de ces aménités : "Vous êtes une ordure sans nom. »

Je souhaitais lui répondre par le silence, ce qui n'est pas une mauvaise réponse. Mais, rendons le bien pour le mal, en suivant le précepte de la sainte Ecriture, et instruisons ce pécheur (endurci) :

« Les injures sont les raisons de ceux qui ont tort » (Chamfort)

« Les injures sont des marques d'impuissance, et même des lâchetés, étant des succédanés pour des meurtres » (Valéry)

« L'insulte, c'est le trognon du langage » (Jean-Pierre Winter)

Elusen

@ Robert Marchenoir | 01 août 2019 à 07:54

Je ne suis pas certain qu’un raciste, qu’un type qui affirme que l’esclavage a sauvé les personnes noires, qui participe à des blogs qui appellent à l’extermination des musulmans, qui interpellent les autres par le mot ordure, rassure qui que ce soit.
Un vulgaire blog n’est pas piratable, rassurez-vous braves gens !

Aliocha

Le tour que prend la discussion, qui confond le public et l'intime sur fond de délation, ne saurait cacher qu'il ne sert qu'à noyer le poisson de la révélation de l'imposture raciste.

Robert Marchenoir

@ Elusen | 31 juillet 2019 à 22:52

Intéressantes précisions (je parle de la partie informatique de votre commentaire). Je n'avais pas grand doute à ce sujet, mais vous confirmez définitivement votre nullité complète en la matière.

Je rassure les lecteurs normaux de ce blog : pas plus Elusen, que n'importe qui d'autre, ne peut retrouver mon adresse mail, ou la leur, en fouillant les poubelles du Web à la recherche des commentaires qu'ils auraient laissé sur ce blog ou sur un autre. Le mail que certains blogs (pas tous) exigent des commentateurs pour qu'ils puissent être publiés reste évidemment confidentiel. Il est techniquement inaccessible à tout visiteur extérieur, même mal intentionné.

Ce qu'Elusen vient d'écrire montre qu'il procède en informatique comme sur les autres sujets : à grands renforts de bluff et d'insolence pour masquer son ignorance et sa sottise, lesquelles se livrent à un concours permanent.

Et je vous rassure sur un autre point : contrairement aux disjoncteurs différentiels, je ne vais pas entreprendre de vous expliquer pourquoi.

Lucile

ATTENTION

J'ai eu la sottise de cliquer sur les liens d'Elusen, par curiosité.
("Cliquez sur votre adresse IP, mais de quoi avez-vous peur ?!"
"Et ici beaucoup de choses aident").

J'ai commencé par le second, qui m'a dit où j'habitais. Puis j'ai cliqué sur le premier, par curiosité, et mon ordinateur m'a sérieusement mise en garde ("certains tentent de se faire passer pour...", je n'ai pas eu le temps de noter la suite, mon ordinateur me conseillant de revenir immédiatement à la page précédente).

Je n'y connais rien mais ça m'a l'air un peu louche.

Elusen

@ Robert Marchenoir | 31 juillet 2019 à 21:35

Votre DNS et IP donnent votre opérateur et à partir d’un opérateur, trouver l’adresse courriel est un jeu d’enfant, tous les opérateurs français fonctionnent de la même manière par convention collective.

prénom - point - nom de famille @ nom de l’opérateur - point - extension

Cliquez sur votre adresse IP, mais de quoi avez-vous peur ?!

Et ici beaucoup de choses aident.

Il est aisé de voir un encodage de blog et autres sources à éditer, il n’est nul besoin d’être un pirate informatique, les navigateurs Internet dernière génération intègrent les techniques => Outils => Developpement Web.

--------------------------------------------


@ Rédigé par Robert Marchenoir | 31 juillet 2019 à 21:35
s’adressant @ Patrice Charoulet
▬ « Vous êtes une ordure sans nom. »

Déjà, étrange que l’Honorable Honoraire valide de telles propos ; après tout il travaille sur CNews et cite Morandini, alors pourquoi pas ?!

Cependant, vous mentez, puisque vous lui avez donné un nom : Patrice Charoulet !
C'est de la sénilité à ce stade-là quand même ?!

▬ « volé mon adresse mail »

Le vol est la soustraction frauduleuse de la chose d'autrui, nous dit le Code pénal !

Si un internaute le lui a donné ou s’il l’a trouvé sur Internet puisque vous vous y répandez comme le sida dans une partouze, il n’a donc rien volé.

▬ « ce n'est pas un crime, c'est une incorrection majeure »

Pour un type qui traite les autres d'ordures, l’incorrection chez vous cela frôle le Tipex moumoune !

▬ « me harceler longuement à domicile »

Il est venu se frotter, miauler à votre porte pour la prochaine Gay Pride ?!
C’est génial, vous serez sur un char ma tata Suzanne, torse nu en string à vous trémousser en paillettes.

▬ « sont des délits. »

En ce qui vous concerne non, puisque c’est vous qui les communiquez !
La tata Suzanne qui n’a rien compris quoi ?!

Robert Marchenoir

@ Elusen | 29 juillet 2019 à 14:28
"Pour votre courriel et votre adresse personnelle c’est facile à obtenir, l’informatique cela se craque et il y a des sites qui aident à le faire, il suffit d’y mettre un lien Internet et il se charge du reste."

Uniquement dans vos rêves... N'essayez pas de vous faire passer pour le pirate informatique d'élite que vous n'êtes pas. Vous êtes aussi ignorant dans ce domaine que dans les autres.
______

@ Patrice Charoulet | 29 juillet 2019 à 16:07
"Je dis tout de suite que si je suis assassiné dans quelque temps mon assassin s'appelle Robert Marchenoir. J'en informe ma famille pour faciliter l'enquête."

Vous êtes une ordure sans nom. Vous en aviez déjà fait la démonstration, mais cette fois-ci vous allez encore plus loin dans l'ignominie.

Récapitulons :

Vous n'avez même pas le courage de nommer le commentateur de ce blog auquel vous avez volé mon adresse mail. Cela ne devrait pourtant vous poser aucun problème, si son geste était aussi bien intentionné et aussi légitime que vous le prétendez. Vous auriez d'autant plus dû vous empresser de le faire et de prendre les torts sur vous, que cela seul aurait permis, peut-être, de le blanchir.

Ce dernier, au passage, n'a pas eu non plus la rectitude de se dévoiler, ce qui confirme à la fois sa malignité et sa lâcheté.

Vous n'avez pas non plus accusé réception de la version intégrale de l'un de vos mails, que je vous ai fait parvenir par l'intermédiaire de Pascale Bilger ; mail qui montre que vous avez trahi la confiance d'Aliocha en me communiquant des informations personnelles à son sujet, auxquelles ce dernier n'a jamais fait allusion en public. Tout cela dans le but de vous livrer à de petites magouilles en coulisses en manipulant les uns et les autres.

Cela justifie rétrospectivement mon refus de vous confier mon adresse mail -- et votre silence sur ce point montre que vous n'êtes pas un homme d'honneur.

Vous prétendez maintenant que vous communiquer mon mail, sans mon autorisation et en dépit de mon opposition, ne serait pas un crime. Vous redoublez d'hypocrisie : ce n'est pas un crime, c'est une incorrection majeure. C'est la preuve qu'on n'est pas un homme digne de ce nom. Et le fait pour vous de l'utiliser, et de vous en servir pour me harceler longuement à domicile, est bien pire : cela montre que vous avez une mentalité de voyou.

Contrairement à l'image que vous vous employez à promouvoir, ici, d'un vieux monsieur inoffensif, respectueux de la loi et de l'ordre, perdu entre ses Pléiade et ses magazines de centre-droit.

Je vous signale d'ailleurs, à tout hasard, que le spam, le harcèlement par Internet, la soustraction de données personnelles confidentielles et leur utilisation par voie informatique, contre la volonté de l'intéressé, sont des délits.

Vous avez commencé, ici, par lancer une campagne de harcèlement publique à mon encontre, au prétexte de je ne sais quel "extrémisme" et de je ne sais quel "racisme" qui seraient les miens. Après avoir tenté de maquiller, sous des attaques personnelles, l'incapacité qui était la vôtre de contre-argumenter sur ma critique du système fonctionnarial français.

Voyant l'inefficacité totale de votre misérable procédé, et la tache qu'il risquait de porter à votre réputation qui visiblement vous importe beaucoup, vous avez changé de tactique : vous alliez désormais me harceler en privé, en fonction de ce que j'écrirais ici en public.

Allant jusqu'à me conseiller de changer de blog pour aller chez Ivan Rioufol.

Et vous espériez que votre nouveau personnage de lettré évasif donnerait le change en public.

Non seulement vous reconnaissez votre forfait, mais vous n'éprouvez nullement le besoin de présenter des excuses.

Pire, vous jouez les victimes en prétendant que je chercherais à vous assassiner (mais c'est de l'humour, bien sûr !).

Vous aviez eu le culot de me proposer je ne sais quelle "paix", par mail, à l'instant même où vous essuyiez vos rangers de spammeur sur mon tapis en violant mon domicile informatique.

Vous avez l'outrecuidance maintenant d'exiger, une fois de plus, que je cesse de vous contredire ou de faire allusion à vous en aucune manière sur ce blog.

Vous n'avez décidément rien compris, ni à la façon dont fonctionnent les blogs, ni à un petit détail qui s'appelle la liberté d'expression.

Je continuerai à remettre en cause vos contradictions et vos saletés à chaque fois que cela sera nécessaire, comme je le fais de façon générale à l'égard de quiconque sans distinction de race, de classe, de statut social ou tout ce que vous voudrez.

Cela s'appelle le débat public, et chaque mot est important. Si vous n'aimez pas ça, vous n'êtes pas obligé d'y participer.

En dehors de cela, il devrait être manifeste que, comme tout un chacun, je n'entretiens de correspondance qu'avec des gens que j'estime. Votre refus d'admettre cette évidence montre qu'il y a vraiment quelque chose de tordu chez vous.

Aliocha

Quel encens ? Quelle contrition ?
Non, hameau, une définition, et la supériorité d'une position qui sait se dégager de son réflexe pour mieux voir et mieux observer, ainsi mieux se défendre contre ceux qui divisent.
Mais il faut pour cela avoir le pied posé sur du solide et au moins savoir ce que l'on défend, ce que beaucoup ici semblent avoir oublié et ils sombrent dans les eaux profondes, manipulés par leur ennemi qui, hélas, alors a gagné.

C'est ce qui arrive quand on n'a plus d'idéologie, on est le pantin de l'ennemi et les insultes sans fin dont on l'abreuve, signant la victoire de la haine, entonnent la symphonie de la défaite, la longue mélopée des dhimmis.
Il semblerait que vous aussi, soyez tombé dans le piège, et définissiez le racisme comme l'attitude de celui qui défend ce qui l'interdit, et ainsi, devenu hors-la-loi, ne saurez jamais plus avoir la légitimité de la défendre et la revendiquer.
De vous-même, ne sachant plus en quoi vous croyez, vous choisissez le chaos, et ouvrez la porte à ce dont vous pensez vous protéger.
Ce n'est pas aux musulmans radicaux que vous vous soumettez mais, semblables à eux, à l'esprit de la haine et de la division.
Satan, alors, encore une fois mais plus pour longtemps car il est mis à terre par l'amour qui voit et qui éclaire, peut célébrer sa victoire momentanée.

caroff

@ Achille 00h50
"En fait c’est le dénommé caroff qui considère que les commentaires sans agressivité sont du pipi de chat. A mon avis il doit apprécier les émissions de Hanouna et Morandini où les invités s’invectivent généreusement."

Non, sans agressivité aucune, je vous confirme que je préfère les commentateurs qui ont des choses à dire (même si elles causent des vapeurs à certains) plutôt que ceux qui se croient obligés de paraphraser plus ou moins habilement les propos de Philippe Bilger...

Achille

@ Lucile | 29 juillet 2019 à 22:45
« Si je vous ai bien compris j'écris du pipi de chat. Mais puisque c'est pour ça que vous aimez me lire, tout va bien... »

En fait c’est le dénommé caroff qui considère que les commentaires sans agressivité sont du pipi de chat. A mon avis il doit apprécier les émissions de Hanouna et Morandini où les invités s’invectivent généreusement.

Pour titiller mes neurones, je n'ai nul besoin de commentaires choquants. Ils ne sont pas endormis à ce point.
Vos commentaires me conviennent parfaitement, même si je ne les partage pas toujours. Mais vu que vous faites la diète Macron, je suis tranquille pendant quelque temps...

Elusen

@ GERARD R. | 29 juillet 2019 à 14:28
▬ « Mme Morano critiquait les propos d'une secrétaire d'Etat de couleur… »

Ça c’est drôle !
Une secrétaire d’État de couleur ?!
Les secrétaires d’État auraient une couleur ?!

Et couleur et noir dans le même propos, tout aussi drôle, quand on sait que le noir en physique, c’est l’absence de couleur, et le blanc l’addition de toutes les couleurs, mais cela peut devenir compliqué pour certains.

Toujours aussi drôle Nardine bebek Morano aurait critiqué des propos ?!
En quoi la coupe de cheveux ou les vêtements de la Secrétaire d’État serait un propos ?!

▬ « d'un maire noir (ou de type africain - on ne sait plus comment s'exprimer) »

Et quand le maire ou la secrétaire d’État aurait une couleur de peau blanche vous le dites ?!
Je note que vous n’avez jamais dit : « Mme Morano députée blanche au bonnet D critiquait...»

Lucile

@ Achille | 29 juillet 2019 à 17:53

Si je vous ai bien compris j'écris du pipi de chat. Mais puisque c'est pour ça que vous aimez me lire, tout va bien...

Noblejoué

@ breizmabro

Eh bien, je défendais d'une part tous les pseudonymes...

"Quoi ? Que vient faire mon anonymat ici ?"

Le droit de chacun d'avoir un masque.

D'autre part, je ne trouvais pas beau que Patrice Charoulet défende un ami en disant qu'à part un ami, il se désintéressait du sort des autres.
Ce qui ne peut qu'inciter à attaquer les autres.

Cependant, je me suis mal fait comprendre, ce dont je vous prie de m'excuser.

Je n'ai pas de rapport avec Patrice Charoulet autre que ceux des commentaires que vous pouvez lire ici.
Et aucune influence sur lui, sinon il arrêterait sa croisade sans fin contre les pseudonymes.

Je ne sais plus qui m'a demandé qui j'étais pour vouloir changer les gens pour je ne sais plus quoi sur ce blog.
Je suis quelqu'un qui voudrait plus de liberté pour tous et moins de malveillance entre les gens, et un tel désir oblige à inciter les gens à aller dans cette direction.

J'espère être plus efficace et ne pas commettre d'injustice sur le chemin, voire ne pas indisposer les gens par une mauvaise communication. Si je l'ai fait, je vous prie de m'en excuser.
Vous n'aviez pas besoin de maladresse après que Patrice Charoulet vous avait soûlée, comme nous tous pauvres pseudos avec sa manie anti-masques !

Eh bien, pour vous qui nous parlez du homard breton, un lien qui incite à en manger en France :

https://www.francetvinfo.fr/decouverte/noel/video-homard-canadien-ou-breton-lequel-est-le-meilleur_493790.html

Mitsahne

Il est une coutume pendant les jours d’été que les chroniqueurs se doivent de suivre : détendre l’atmosphère toujours un peu tendue de l’actualité par des articles légers, un rien moqueurs, avec des ‘’clés’’ grosses comme des tisons.
Saluons ici deux de nos intervenants prolixes qui nous réjouissent de leurs propos coruscants mais peu amènes où l’accusation de racisme flotte comme une promesse électorale en milieu hostile.

A ma gauche, Tartuffe de Louche-Arrêt (TLA) vit dans sa taupinière aux multiples galeries qu’il appelle sa Ligne Maginot où il entasse les moindres petits bouts de mégot-ragot qui peuvent lui permettre de traquer le racisme (même à doses homéopathiques) chez un correspondant.

A ma droite, Robin de Lessez Choir (RLC), sorte de Don Quichotte qui voit l’œil de Poutine partout jusque dans son assiette de bouillon de poule et qui a un don évident à dénoncer les tares de nos dirigeants et les turpitudes des intervenants de ce blog.

Un blogueur se hasarde-t-il à dire qu’il a parcouru les Vosges en randonnée ? Les Vosges ? Numéro 88 ? Gravissime ! 88 = date de naissance de Hitler dont il resterait encore quelques admirateurs qui signent 88 (ou HH, H étant la huitième lettre de l’alphabet, HH veut dire aussi Heil Hitler !). Ce blogueur est foutu, fait comme un rat (de la race Taubi).
TLA le dénonce avec la véhémence de tous ses dictionnaires réunis.
RLC le soutient et pastiche Horace : « Que vouliez-vous qu’il fît contre ça ? »
TLA : « Qu’il mourût ! ou que de sa bâtardise il se débarrassât ! »
Toute la terreur que peut dégager ce double imparfait du subjonctif ne peut qu’indiquer une volonté de passage à l’acte.

RLC déclare : « Pour moi, le fascisme est "clot" depuis 1945. »
TLA explose de joie : « il » vient de passer aux aveux ! En effet, les mots ‘’clot’’ et ‘’45’’ sont l’anagramme de COLT 45, l’arme de référence des terroristes et ‘’il’’ a ainsi fait passer un message subliminal à ses complices !

Ce n’est qu’un exemple-échantillon. Des sources bien informées disent que tout cela se terminera par un duel. L’arme choisie par les deux adversaires est… l’obélisque de la Concorde. Celui qui restera le plus longtemps assis à son sommet gagnera un bon d’achat en pharmacie. A titre d’essai, un ancien maire de Paris s’est prêté de bonne grâce à l’expérience. Il aurait déclaré :
- De là-haut, on voit tout en foncé…
On ne saurait être plus clair.

Achille

@ caroff | 29 juillet 2019 à 12:10
« Pour ma part je fais mon miel des arguments ou des affirmations de ceux qui choquent ou titillent les neurones et m'ennuie en lisant ou en tentant de lire les pipis de chat ou les robinets d'eau tiède de ceux qui poussent des cris de pucelle effarouchée ou qui souhaitent sermonner les quidams opposés à leurs proclamations de pharisiens. »

Moi aussi j’aime bien lire les articles coruscants, comme vous dites (on dirait du genau) de Philippe Bilger. Par contre étant d’un naturel plutôt pacifique, je n’aime pas les affirmations péremptoires, surtout quand elles sont accompagnées de noms d’oiseau à l’encontre de celui qui a eu l’outrecuidance de contrarier l’auteur desdites affirmations.

Le pipi de chat a ses vertus. Il évite les brusques montées de tension et les poussées d’adrénaline, très mauvaises par temps de grosses chaleurs. Je suis arrivé à un âge où il faut que je surveille ces paramètres avec attention.
C’est la raison pour laquelle je préfère lire du Lucile avec qui je suis rarement d’accord, plutôt que du Marchenoir avec qui je suis pratiquement toujours en désaccord. Ceci même si je reconnais volontiers chez ce dernier un style proche de celui de Frédéric Dard qui enchanta mes jeunes années.

duvent

Il m'est revenu ce poème de Baudelaire,
qui ne change rien à l'affaire !

Abel et Caïn

I
Race d’Abel, dors, bois et mange ;
Dieu te sourit complaisamment.
Race de Caïn, dans la fange
Rampe et meurs misérablement.
Race d’Abel, ton sacrifice
Flatte le nez du Séraphin !
Race de Caïn, ton supplice
Aura-t-il jamais une fin ?
Race d’Abel, vois tes semailles
Et ton bétail venir à bien ;
Race de Caïn, tes entrailles
Hurlent la faim comme un vieux chien.
Race d’Abel, chauffe ton ventre
À ton foyer patriarcal ;
Race de Caïn, dans ton antre
Tremble de froid, pauvre chacal !
Race d’Abel, aime et pullule !
Ton or fait aussi des petits.
Race de Caïn, cœur qui brûle,
Prends garde à ces grands appétits.
Race d’Abel, tu croîs et broutes
Comme les punaises des bois !
Race de Caïn, sur les routes
Traîne ta famille aux abois.
II
Ah ! race d’Abel, ta charogne
Engraissera le sol fumant !
Race de Caïn, ta besogne
N’est pas faite suffisamment ;
Race d’Abel, voici ta honte :
Le fer est vaincu par l’épieu !
Race de Caïn, au ciel monte,
Et sur la terre jette Dieu !

Les Fleurs du mal, 1857

hameau dans les nuages

@ Aliocha | 29 juillet 2019 à 12:16
"Le seul critère fiable est l'amour du prochain"

Cela ne veut absolument rien dire votre truc ! Ce n'est qu'un voeu pieux vers lequel il faut tendre. Mais certainement pas un message politique. Et si votre "prochain" ne veut pas et a de mauvaises intentions à votre égard ? Et si votre ouverture d'esprit vers l'autre était considérée par cet autre comme un signe de faiblesse et de surenchère de sa part ?

L'encens et la contrition vous font tourner la tête. Vous êtes déjà dans la dhimmitude.

Patrice Charoulet

Monsieur Robert Marchenoir,

1. Nos échanges d'ici sont assommants pour les autres. Par mails, ils auraient supprimé l'ennui que nous infligeons à tous. Par bonheur, la plupart ont eu la bonne idée de zapper cette péniblissime séquence.

2. Notre chère modératrice a eu la gentillesse de s'entremettre entre plusieurs d'entre nous, qui échangent par mail et/ou par téléphone.

3. Chacun sachant ici que vous ne voulez faire connaître ni votre téléphone, ni votre adresse, ni votre profession, ni votre tête, ni votre mail à personne, il est impossible d'imaginer un seul instant que j'aurais demandé votre mail à l'un de mes vingt correspondants de ce blog, qui ne pouvait que l'ignorer.

4. La personne qui m'a spontanément communiqué, je ne sais pourquoi, votre mail, se trouve parmi mes 283 amis Facebook. Comment cette personne connaissait-elle votre mail ? Je l'ignore et je m'en moque. Est-ce un secret d'Etat ? Cette communication est-elle un crime ?
Vu le très haut niveau de paranoïa qui est le vôtre, je suppose que vous n'êtes pas loin de le penser. Permettez-moi de sourire.

5. Je redis que je communiquerai mon adresse, mon téléphone, mon mail et ma (très jolie) photo à qui voudra. Je présume que personne n'aura l'intention de venir me trucider.
A moins de croire que connaître le mail de Robert Marchenoir (ou sa binette ou sa profession) soit un crime. Je dis tout de suite que si je suis assassiné dans quelque temps mon assassin s'appelle Robert Marchenoir. J'en informe ma famille pour faciliter l'enquête.

6. Je ne suis pas certain qu'il faille opiniâtrement continuer ici nos aimables échanges dans les prochaines semaines , les prochaines années, ou, horresco referens, les prochaines décennies.

Aliocha

Vous avez parfaitement raison, caroff, il n'y a que le scandale qui puisse vous divertir et la transgression qui vous excite, j'avais déjà prouvé le sophisme de votre pensée sur l'immigration.

GERARD R.

Morano - Trump: mêmes combats ! C'est l'époque qui veut cela ! Il y a des personnes qui ne sont pas critiquables. C'est comme ça. Et parmi ces catégories d'intouchables, les gens dit "de couleur" (pardonnez ce blasphème) se taillent la part du lion.

Il n'est pas explicitement écrit que l'on ne peut critiquer un(e) Noir(e)(*) mais c'est tout comme.

Dans le premier cas, Mme Morano critiquait les propos d'une secrétaire d'Etat de couleur, qui a accédé à de hautes fonctions sans que cela ne la sensibilise pour autant à une certaine réserve, tant vestimentaire que verbale. Question d'éducation ou d'ivresse des libertés sans borne, que confère la position sociale à certain(e)s (*)

Sacrilège ! Il s'ensuivit le tumulte digne d'une tempête dans un verre d'eau que l'on sait.

Outre-Atlantique, le président himself, piqué au vif par les remarques, somme toute déplacées, d'un maire noir (ou de type africain - on ne sait plus comment s'exprimer), lui répond avec sa fougue habituelle, en gros: "Occupez-vous de la propreté de votre ville !"

Dans un cas comme dans l'autre, les orfraies bien-pensantes, celles indéboulonnables du camp du bien, ont hurlé au racisme. Sans aucune autre forme de procès. La simple critique, qu'elle soit d'ordre professionnel ou éthique a été, dès lors qu'elle s'adresse à tout autre qu'une personne de type caucasien, intégrée dans le fourre-tout racialiste.

Plus récemment et même s'il s'agit d'un sujet différent, un député LREM, dépité de voir la façade de sa permanence saccagée, haranguait les badauds en demandant si quelqu'un avait vu un gilet jaune, UN SEUL gilet jaune, s'opposer au saccage ou tenter de le dissuader ?

Et personne dans le groupe de curieux pour lui répondre poliment: "C'est comme les députés de votre formation vis-à-vis des nombreux éborgnés sous votre gouvernance, M. le député !

C'est pour cette raison que l'esprit de franche répartie d'une Mme Morano ou d'un M. Trump séduit tant une partie des citoyens français et américains.

(*) N'ayant aucune raison de me fâcher avec la grammaire de mon époque, je demande à être exonéré de cette nouvelle ineptie d'écriture... "inclusive" à laquelle je ne me soumettrai en aucun cas !

Elusen

@ Robert Marchenoir | 29 juillet 2019 à 07:34
« Je ne réponds jamais aux torrents de haine et de mensonges...»

Le problème, c’est que le torrent, c’est vous !

Vous êtes un Émile Louis qui vient nous parler des droits des enfants handicapés.
Un Marc Dutroux qui nous parle de la protection de l’enfance.
Un Joseph Goebbels qui nous parle du droit des juifs.
Ici, un raciste qui nous parle du droit des autres et du torrent de haine.

Pour votre courriel et votre adresse personnelle c’est facile à obtenir, l’informatique cela se craque et il y a des sites qui aident à le faire, il suffit d’y mettre un lien Internet et il se charge du reste.

Pour votre délire, sans aucune preuve, aucune source, sur les noirs et l’esclavage qui aurait amélioré leurs conditions de vie, je laisserai cela sur le compte de Creutzfeldt-Jakob.

-------------------------------------------------

@ Valéry | 29 juillet 2019 à 10:42
▬ « On observe que les différentes cultures collent à un schéma précis et qui se répète, basé sur l'emplacement géographique, donc racial par conséquent. »

Qui ça on ?!
Vos sources, vos données, où sont-elles ?!

▬ « un schéma précis »

Lequel, nous ne pouvons pas faire plus énigmatique ?!
Grosso modo, vous n’en savez rien, vous n’avez aucune preuve de ce que vous avancez, vous affirmez que c’est comme ça que cela a été prouvé.

Si ça a été prouvé, elles sont où ces preuves ?!

Lucile

@ caroff

Je me suis fait la même réflexion que vous sur l'amitié qui peut lier deux blogueurs entre eux (surtout s'ils sont ligués contre un troisième). Mais après tout chacun se fait de l'amitié l'idée qu'il veut. En revanche je souscris entièrement à la notion d'affinités évoquée par Noblejoué. Et je vous rejoins quand vous évoquez le plaisir qu'il y a à lire certaines interventions. Ce blog est exceptionnel ; même les crétins qui y contribuent sont pittoresques, et les moins dépourvus d'humour sont comiques, quoique sans le savoir.

J'en profite pour remercier Pascale et Philippe Bilger qui sont encore aux petits soins pour Justice au Singulier pendant la période estivale, comme les dimanches et les jours de fête.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS