« Le président Macron devrait lire l'écrivain Mari ! | Accueil | Zineb et Steve : deux fautes du pouvoir ? »

20 juillet 2019

Commentaires

stephane

@ Ellen

Vous dites donc que Ndiaye est maligne comme un singe, comme Macron.
Imaginez Morano ou quelqu’un d’autre, de préférence étiqueté à droite, dire cela.
Et pourtant ce serait pour souligner le talent de Sibeth.
Cette clique à Macron, à commencer par Griveaux le boy-scout, dont de vraies calamités.

sylvain

@ Elusen | 23 juillet 2019 à 18:51

J’ai failli louper kiss kiss nonosse mon toutou préféré !

Expert en douches collectives dans les presbytères de son enfance, là où le curé "habite", il était désigné d’"orifice" volontaire bénévole ramasseur de savonnettes, pour finir en position "céleste", essayeur de tapis de prières dans les mosquées ; sa déprime permanente vient du fait que son proctologue l’a mis à la retraite plus tôt que prévu.

A bientôt kss kss !

Aliocha

L'influence féminine sans doute, et le raciste insiste alors sur la faute de goût.
C'est bien, l’esthétique est un moyen comme un autre de canaliser les bas instincts.
On remarquera néanmoins, qu'après m'avoir éparpillé façon puzzle, mettant de l'Aliocha partout au grand plaisir de ses poissons pilotes dont les frétillements témoignent de leur goût pour les jeux cruels des rituels d'exclusion, notre pourfendeur hypocrite n'a toujours pas répondu à la question qu'il m'avait lui-même posée, et à laquelle j'ai dûment répondu, réquisitoire, verdict et proposition de conciliation.

Quand ses discours sont fondés sur une idéologie saine, lutte contre l'antisémitisme, défense de la démocratie, ils demeurent redoutables et cohérents.
Mais quand, pris par sa rage anti-anti-raciste, on peut s'apercevoir que, comme tout ce qui est fondé sur un sophisme, à savoir cette idéologie prônant une hiérarchie des races, on tombe dans cette incohérente incontinence qui ne sait plus que réduire et humilier, pour mieux noyer le poisson sus-cité, si j'ose dire, et éviter une douloureuse confrontation avec lui-même.

En effet, notre ami témoigne par son absence de réponse à sa propre question, sur ce sujet sensible, qu'il n'est qu'un beau parleur, qu'il est un imposteur, refusant d'aborder la question sur le fond, ce qui démontrerait à l'habitude qu'aucun sophisme n'en a, et ne sert qu'à éviter de se voir en ce miroir sans fond.
Répondrez-vous à vous-même, Marchenoir ?
Libre à vous.
Allez, hameau, allons chercher le pain.

Noblejoué

Cela pouvait être placé dans deux endroits, alors, pour une fois, je le fais, il y a, en effet, une urgence écologique, si j'ose dire.

https://www.courrierinternational.com/article/2007/02/22/les-tribus-victimes-de-l-ecologie

Le lien n'est pas trop long, j'espère que les gens le liront.

Que les gens soient racistes ou non, il me semble qu'ils pensent, à juste titre, que les humains devraient avoir davantage de droits que les animaux. Or c'est ce que les écologistes abolissent, ils déportent des peuples de chez eux pour mettre la nature sous cloche, dans ce qu'on appelle des réserves naturelles.

On parle toujours des réserves d'Indiens, parce que les Indiens font rêver, je comprends ça, et parce qu'on n'aime pas les Américains, ce que j'admets moins car appréciant les libres et ceux sans qui nous ne le serions pas.

Je dis que la culpabilité doit changer de camp. Les gens prenant leur voiture ou autre ne pensent pas à mal, ne veulent nuire à personne, veulent juste se déplacer.
Les écologistes déplacent autoritairement des gens.

Déporter, mettre sous les bêtes, ça ne choque personne ? Enfin, les gens et les principes.
Si les gens sont plutôt conséquentialistes, il y a aussi les conséquences, vu dans l'article, et un livre sur ce qui arrive à une tribu. Collection terre humaine, assez connue, donc, mais on n'a guère parlé du livre, ou juste pour déplorer ce que deviennent les gens et non remonter aux causes, à savoir, rendre aux gens les droits qu'ils avaient avant l'écologie, voyons... On ne peut dire punitive, les indigènes punis de quoi, ils sont les moins polluants ? d'extinction des peuples premiers.

https://www.cultura.com/les-iks-survivre-par-la-cruaute-nord-ouganda-9782266035026.html

On demande à ces gens de devenir des agriculteurs, sottise ! C'est encore plus difficile que si on nous imposait de redevenir chasseurs-cueilleurs. Plus difficile, car nous avons une documentation, l'avons été, ce ne serait pas tout à fait sauter dans le vide.
Cette idée saugrenue doit être comparée au fait que des extraterrestes nous obligent à passer à un stade de société qui est le leur, évidemment, sans nous intégrer pour autant, dans leurs marges. Et ils pourraient dire que si ces gens-là deviennent ce qu'ils deviennent, c'est leur faute, ils n'ont qu'à s'adapter.

On est à une époque où on ne pense pas que la nature doive s'adapter à l'Homme mais où des humains, les plus faibles, doivent se plier à la sacralisation de la nature.

Ici, on se contente* de culpabiliser les viandards et vouloir interdire la chasse et la tauromachie.
Je défends la chasse et la tauromachie. En cela seul, je suis réactionnaire, face à un mouvement qui met les humains sous les animaux, je veux que nous reprenions la barre.

Je signale que passer du sacrifice humain à celui de l'animal a été un grand progrès.
A présent, certes, on n'a pas arraché de cœurs humains ! Mais on a fait pire, on a condamné des peuples.

Ces peuples, on n'en a rien à faire car trop pauvres pour venir chez nous : impunité garantie !
Et on n'a pas à prendre partie, comme les dieux de l'Olympe dans les guerres, par exemple le conflit israélo-palestinien.

Les écologistes ont pris l'habitude d'abuser, pour l'instant des plus faibles... Dans le présent, leur simple discours de peur ébranle la démocratie :

https://journals.openedition.org/vertigo/16427

*Pour l'instant ?

Robert Marchenoir

@ Claggart | 23 juillet 2019 à 14:17

Toutes les tenues folkloriques dans tous les pays sont superbes. A condition, bien entendu, d'être réalisées et portées sur place, dans les conditions d'origine.

Maintenant, s'il faut réaliser une critique artistique des tenues de Sibeth Nidaye, je dirais qu'elle a du talent dans cet exercice ô combien féminin. (A quelques exceptions près, comme le Babygro de compte rendu du Conseil des ministres.)

Elle a effectivement un style propre, et ce style lui va bien.

C'est simplement qu'il est tout à fait déplacé pour un ministre, et pour un ministre français. Ce sont des tenues africaines et non françaises, et c'est un style destiné à attirer les regards sur elle, au détriment de tous ses collègues.

Voilà où est la faute de goût.

Elusen

@ Claggart | 23 juillet 2019 à 21:22
«...ne mérite aucune réponse. »

Et pourtant vous répondez, certainement du fait que vous êtes mal fagoté, comme tous les as de pique.

Claggart

@ Elusen 16 h 23

Je doute fort que votre niveau d'éducation vous permette de comprendre que la grossièreté de votre commentaire ne mérite aucune réponse.

Ellen

@ stephane | 23 juillet 2019 à 06:27
"Macron, dans sa conquête du pouvoir a été « malin comme un singe ».
Pourrait-on dire la même chose de Ndiaye qui a su se faire nommer porte-parole du gouvernement ?"

Par mimétisme naturel, si Sibeth Ndiaye n'était pas aussi maligne comme un singe elle ne pourrait pas porter la parole du conquérant Macron.

sylvain

Excellentissime Morano qui a vilipendé cet épouvantail à moineaux sénégalais.

Cette femme, une blanche de souche, fierté de la France, est fantastique et défie tous les codes de la bien-pensance et du bien-parler. Elle rehausse le niveau très bas du pays depuis ce déferlement d'expositions de non blancs potiches alibis raciaux.

Macron doit quand même être remercié car avec ses provocations à répétitions racistes pyromanes envers le vrai peuple de la vraie France, loi Avia, et sa mégère endimanchée au carnaval de Bobo-Dioulasso, il fait grimper le RN dans des proportions jamais atteintes, même du temps de Taubira.

La France est définitivement tombée dans la boue, le grotesque, le ridicule, la caricature ; dans le square de mon enfance, y avait un petit stand où se jouait Guignol, je crois me rappeler avoir déjà vu cette Sibeth en figurine à dos de chameau poursuivie par le gendarme.

Elusen

@ Valery | 22 juillet 2019 à 15:35
« Le racisme hiberne dans tout être humain ...»

Revoilà Louis de Funès ?! Il nous rejoue Hibernatus !

------------------------------------------

@ Giuseppe | 22 juillet 2019 à 20:48
« Mon voisin me souffle...»

Oh mais c’est fou ce que vous faites avec votre voisin vous.
Remarquez, votre génération parle aussi de tante, le Roi et ‘Moi Moche et Méchant’ parlent quant à eux de mignons.

------------------------------------------

@ Tipaza | 22 juillet 2019 à 18:28
« mais c'était au temps des colonies...»

Et nous y étions habitués très tôt aux colonies !
C’est toute notre enfance, notre adolescence que de partir en colonie ; et les douches collectives avec : sylvain, caroff, Giuseppe et son voisin ou sa tante, je ne sais plus.

Elusen

@ Claggart | 23 juillet 2019 à 14:17
« L’accoutrement de Sibeth lors du 14 juillet est une injure faite aux femmes de son continent d'origine. »

Mais c’est quoi ce délire ?!
Mêlez-vous de vos fesses !
Personne ne vous demande si vous mettez des slips kangourou ou des strings !

Si vous vous mêlez de comment s’habillent les autres, ne venez pas vous étonner que l’on se mêle de comment vous vous habillez !

Non mais le niveau de tous les ratés de la terre, ils en sont à commenter les vêtements des autres ?!

Claggart

Lors de mes nombreux séjours au Nigeria j'ai toujours admiré l'élégance des femmes de ce pays ; que ce soit la paysanne cuisinant son yam aux bord des routes du bush ou l'épouse de chiefs dans les cérémonies officielles toutes arborent leurs tenues traditionnelles avec classe.

L’accoutrement de Sibeth lors du 14 juillet est une injure faite aux femmes de son continent d'origine.

Aliocha

L'Occident de Marchenoir, hameau, ou de la Lady L, de tous ceux qui n'ont plus les inhibitions de l'acariâtre méchanceté et ont passé l'âge de se réfréner, les racistes de tous bords, les anti aussi, aussi pauvres que les premiers.

Espérons que les jeunes continuent de voter, ceux qui se rendent compte que les tenues de Sibeth ne valent pas moins que le costard qui ne réussit plus à cacher les turpitudes de la corruption, et que la jeune génération au pouvoir mériterait d'être encadrée de soutien plutôt que de dénégations qui ne servent qu'à défrustrer des vieillards revenus aux temps barbares.

Cet Occident est déjà mort et déjà remplacé, vive l'Europe.

Giuseppe

Ce n'est pas du Nadine mais du Delphine, allez une brève rigolade sur les enquêtes internes… C'est renforcer l'opinion des fastes dîners de notre champion de l'écologie, 17 000 € pour un dressing !? Diantre ! Il sortait tout droit des doigts de Léonard de Vinci.

"Certains politiques mettent toutefois en cause l'impartialité de ces enquêtes internes. "Les enquêtes internes ne sont pas crédibles" et "ne voient jamais rien", a fustigé lundi l'ex-ministre Delphine Batho sur France Info. "Un peu comme si Bayer Monsanto disait que le glyphosate n'était pas nocif pour la santé. Super indépendant", selon Manon Aubry (LFI) sur Twitter."

Giuseppe

@ sbriglia 23 juillet 2019 à 08:36

Il avait la tessiture qui plaisait à ma mère, Mario Del Monaco aussi.

claude.larronde.pagesperso-orange.fr/billet-Poncet.html

"Quel plateau : Tony Poncet « Trouvère », Gustave Botiaux « Aïda », Guy Chauvet « La Tosca », Alain Vanzo « Benvenuto Cellini » et Roger Gardes. Tony Poncet triomphera avec l'incomparable « Di quella pira »."

Je ne me lasse pas.

Le final… Final extraordinaire des dieux, crescendo pour l'éternité:

https://youtu.be/QIvh1fr5GBw

Achille

@ Tipaza | 23 juillet 2019 à 10:33
« Tiens vous avez oublié Najat Vallaud-Belkacem, double nationalité franco-marocaine, de loin la plus néfaste politiquement. »

Najat Vallaud-Belkacem est une recrue de François Hollande. Dans ce cas j’aurais pu également évoquer Christiane Taubira qui toutefois est parfaitement française puisque née en Guyane qui est rattachée à la France depuis 1643.
Mais je me suis limité volontairement aux ministres de Nicolas Sarkozy qui dans un élan humaniste, tendance gauchiste, a introduit des ministres de la "minorité visible".
Hélas cela ne lui a pas trop réussi…

Tipaza

@ Achille | 23 juillet 2019 à 09:23

Tiens vous avez oublié Najat Vallaud-Belkacem, double nationalité franco-marocaine, de loin la plus néfaste politiquement.

De 2007 à 2011, Najat Vallaud-Belkacem a été membre du Conseil de la communauté marocaine à l'étranger. Un organisme officiel marocain chargé du suivi des ressortissants marocains à l'étranger, l'étranger étant la France entre autres.

hameau dans les nuages

@ Aliocha | 22 juillet 2019 à 21:33
"Adieu Occident"

Pour l'Amour du prochain ?

Serait-ce un souhait ?

https://www.youtube.com/watch?v=EahUcOIHO6I

Ne faites pas cette tête d'enterrement un peu hypocrite, l'Occident a encore du ressort.

Ne désespérez pas ! Un simple coup de boule reçu en allant acheter votre pain quotidien peut faire des miracles.

caroff

@ Charles 9h09
"Lisez mieux ce qui est écrit..."

Je sais lire merci, mais c'est la situation actuelle qui m'importe !!
Comparer les irritations d'hier sur les nouveaux arrivants d'origine européenne avec celles d'aujourd'hui concernant les arrivants de la rive sud-méditerranéenne et du Sahel ne me paraît pas rigoureux ni intelligent.

Céline considérait en effet qu'au sud de la Loire c'était la lie. Beaucoup d'Italiens pensent la même chose que lui pour les populations au sud de Rome !!

Achille

@ boureau | 22 juillet 2019 à 20:29

A noter que Nicolas Sarkozy a lancé la mode des femmes ministres issues de la diversité avec sa fameuse discrimination positive.

Bilan des courses :
- Fadela Amara secrétaire d’Etat de la Politique de la Ville, disparue des écrans radar. Elle a voté pour François Hollande à l’élection présidentielle de 2012. Même pas la reconnaissance envers celui qui lui a permis d’exister pendant quelque temps en politique et finalement avoir un poste de haut fonctionnaire lui assurant des beaux jours jusqu’à sa retraite, et même après.

- Rama Yade qui fut secrétaire d'État chargée des Affaires étrangères et des Droits de l'homme. Nettement plus intelligente que l’insignifiante Fadela, elle a quand même réussi à devenir la personnalité politique préférée des Français avec 60 % de bonnes opinions selon le baromètre Ipsos/Le Point. Preuve s’il en était besoin que, même en France, la couleur de peau n’a pas vraiment d’incidence quand on sait s’affirmer.

- Rachida Dati est la seule personnalité « issue de la diversité » qui subsiste aujourd’hui dans le paysage politique... Désormais elle ne pense qu’à une chose, devenir maire de Paris. Mais il y a loin de la coupe aux lèvres botoxées…

Charles

@ caroff | 22 juillet 2019 à 15:13

Lisez mieux ce qui est écrit...

Pour en rajouter voici ce qu'on a pu écrire en 1942 sur les Français du sud de la Loire:
"Zone Sud, peuplée de bâtards méditerranéens, de Narbonoïdes dégénérés, de nervis, Félibres gâteux, parasites arabiques que la France aurait eu tout intérêt à jeter par-dessus bord. Au-dessous de la Loire, rien que pourriture, fainéantise, infect métissage nègrifié." (Céline)

sbriglia@Giuseppe

Giuseppe,

Vous et moi aimons Tony Poncet…

Mais il y a aussi :

https://www.youtube.com/watch?v=MGmxAHVbijI

Ici, il touche au divin !

Ellen

@ Exilé | 21 juillet 2019 à 11:43

Vous avez tout à fait raison.
Sous ses mots à demi couverts "la meuf is dead" en parlant de Madame Simone Veil. Sibeth, si bête, est raciste et anti-juif. Utiliserait-elle ce langage sorti des égouts sur un de ses proches ou sa mère?

stephane

Macron, dans sa conquête du pouvoir a été « malin comme un singe ».
Pourrait-on dire la même chose de Ndiaye qui a su se faire nommer porte-parole du gouvernement ?

Aliocha

Le vieillard tourne en rond lors de sa promenade vespérale, il semble psalmodier quelque antienne ou son chapelet, allez savoir.
Ses enfants se plaignent, il passe sa vie sur Internet, et les inhibitions, avec l'âge, tombent les unes après les autres, au point qu'ils craignent l'effondrement de la démence.
Je m'approche de lui, nous nous connaissons de vue, mais lorsque j'arrive en son champ de perception, il sursaute comme si je le menaçais, et je peux entendre ce qu'il n'arrête de chantonner, avec ce chuintement des vieilles aux églises: l'anti-racisme tue, l'anti-racisme...

Je passe mon chemin, je le laisse à ses cauchemars, en moi s'élève un chant profond et nostalgique qui n'est pas loin des mélodies russes, de la grande plaine infinie où, inexorablement, tout s'éloigne.
L'image de cet homme, qui pourrait être mon père, peu à peu s'estompe, et les mots sur la mélodie s'imposent comme le constat implacable de l'échec :
Adieu Occident.

Giuseppe

@ sbriglia | 22 juillet 2019 à 17:50

Mon voisin me souffle que vous avez dû passer par cette école, l'excellence pour le maniement du sabre.

http://amicaletarbaiseescrime.fr/tag/sabre-dor/

boureau

@ Robert Marchenoir 22 juillet 17:46

Chapeau l'artiste !

Cette péronnelle (interrogée ou plutôt survendue par Apolline de Malherbe sur BFM TV) est habillée pour l'hiver.

Je la croyais plus intelligente (Macron : le plus mauvais DRH de ce temps !). Elle a dit tout le contraire de ce qu'une personne de qualité, à ce niveau de responsabilité, aurait pu dérouler. Un échouage en règle !

Le nombrilisme des Noirs n'est effectivement pas une légende, comme d'ailleurs leur susceptibilité.

Cordialement.

Tipaza

@ sbriglia | 22 juillet 2019 à 17:50
"Et pourtant quel bonheur de la voir arriver au micro du perron, se dandinant comme seules savent le faire les personnes en surpoids"

On voit par là les dégâts provoqués par des kebabs à la viande importée du Canada ou du Mercosur.
Je me demande ce que donneraient les kebabs chers à Sibeth avec de la viande de chèvre ou de chameau importée d'ailleurs ?

Pour mémoire j'ai mangé dans ma jeunesse de la viande de chèvre, mais c'était au temps des colonies, et il n'y avait pas d'"obésites" (comme dit ma voisine).

Mais je ne suis pas sûr que la viande de chèvre soit amincissante, ou alors c'est parce que nous courions derrière les chèvres dans le bled.

hameau dans les nuages

@ Patrice Charoulet | 22 juillet 2019 à 11:44

Je ne suis pas un "vrai raciste" (j'aurais du mal vu une partie de mon origine) mais j'adore les pyjamas et les Babygro bariolés de cette dame. Qu'elle continue ! Tout le monde rigole dans son dos, pensant la même chose que Nadine Morano mais n'ayant pas le courage de le dire. Ma petite-fille de 5 ans habille ainsi ses poupées. Des coeurs, des coeurs, plein de coeurs jusqu'à l'écoeurement.

Par contre je serais Sénégalais j'aurais honte qu'elle me représente ainsi puisqu'ayant la double nationalité.

A cause de ses frusques the meuf is dead.

sbriglia

Et pourtant quel bonheur de la voir arriver au micro du perron, se dandinant comme seules savent le faire les personnes en surpoids, la chevelure à la Médée, rigolarde comme une collégienne ayant piqué les sujets de l'interro écrite, vêtue de patchworks propres à effrayer les étourneaux, toute gonflée de son importance, les yeux comme des billes, oscillant de droite à gauche pour situer les meilleures caméras, se précipitant après sans doute sur ses SMS pour y étancher sa soif de reconnaissance : "Papa ! on me voit sur WhatsApp à Dakar ?"

La surestimation des médiocres n'a qu'un temps, même en pays défait, comme le dit si bien Pierre Mari.

(quel bonheur d'écriture que ce livre !)

Robert Marchenoir

Les événements continuent à se dérouler de façon parfaitement prévisible.

Sibeth Ndiaye, ministre de la R-r-r-république, nous fait part de son diagnostic (Le Parisien) : "Elle a fustigé des propos racistes 'de toute évidence' de Nadine Morano".

L'aveu est énorme, mais Sibeth Ndiaye est tellement sotte qu'elle ne s'en rend même pas compte. Je suis noire, on dit du mal de moi, donc c'est raciste. On avait remarqué l'escroquerie, mais l'intéressée nous la confirme.

Comme elle est extraordinairement sotte, elle va encore plus loin : "Un responsable politique, selon la porte-parole du gouvernement, doit 'chérir par-dessus tout' les valeurs républicaines et essayer 'en tout lieu' de les faire respecter. 'Ça implique qu'on ne dit pas du Juif qu'il est riche, on ne dit pas de l'Arabe qu'il est voleur, ou qu'on ne dise pas du Noir qu'il porte des tenues de cirque'."

La porte-parole du gouvernement commence par nous confirmer que "les valeurs républicaines", ce sont les valeurs de gauche. On le savait, mais ça fait du bien de l'apprendre directement de la bouche du cheval (et non, ce n'est pas "raciste", c'est la traduction littérale d'une expression anglaise traditionnelle).

Mais surtout, Sibeth Ndiaye nous confirme que "l'anti-racisme", ça consiste à interdire à quiconque de dire du Juif qu'il est riche même s'il est riche, de l'Arabe qu'il est voleur même s'il est voleur (un Arabe voleur, pensez-vous... ça n'arrive jamais) et de la Noire Sibeth Ndiaye qu'elle porte des tenues de cirque même si elle porte des tenues de cirque.

Le prétendu "anti-racisme", c'est en réalité le joker racial : vous faites partie d'une "catégorie protégée", la moindre critique ou la moindre contrariété vous autorise à sortir votre carte de Noir (ou de musulman, ou de femme...). Hop ! interdit, raciste, en prison.

Notez aussi la tournure très État-maman : "on ne dit pas que". Nous sommes gouvernés par des institutrices revêches qui nous parlent comme à des gosses : je monte, je valide, on ne dit pas que...

Madame la ministre du gouvernement de Macron oublie de nous dire que la principale critique de Nadine Morano à son encontre consistait à fustiger ses "inepties". "Inepties débitées souvent en tenue de cirque", et immanquablement, l'intéressée s'empresse de confirmer qu'elle est bête comme une valise sans poignée : elle se concentre sur les tenues de cirque, alors que le vrai problème, c'est sa sottise.

Mais quelle était l'ineptie la plus récente à laquelle faisait allusion Nadine Morano ? Celle par laquelle Sibeth Ndiaye avait tenté de dédouaner le gouvernement Macron du scandale François de Rugy, en déclarant, sur fond de somptueux jardin à la française attenant à je ne sais quel palais de la République (farci des "valeurs" afférentes) : "Nous avons conscience que nos concitoyens ne mangent pas du homard tous les jours, bien souvent c'est plutôt des kebabs."

Sans se rendre compte que, non seulement d'innombrables Français de condition ordinaire ne mangent jamais de kebabs, non seulement ils ont horreur de ça, mais en plus, c'est pour eux le symbole de l'invasion migratoire qu'on leur impose et que Sibeth Ndiaye leur rappelle, nolens volens, par sa seule figure.

Et au lieu de se faire oublier, au lieu de s'employer à représenter la France tout entière, elle leur frotte le nez dans sa répugnante nourriture de poubelle.

Sans compter qu'évoquer une nation bouffeuse de kebabs sur fond de jardin à la française manucuré par des Compagnons du devoir, c'est, comment dire... un peu déplacé. Combien de kebabs sont-ils servis, tous les ans, dans les palais de la République ?

Mais cela n'est pas assez : un fois arrivée au fond de la piscine, Sibeth Ndiaye creuse encore : "J'ai fait mes études dans des lycées à Paris et l'université à Paris, j'ai travaillé pour financer mes études, j'ai aussi été militante. Oui, comme tous les étudiants, j'ai mangé des McDo, des kebabs et des jambon-beurre."

Nous sommes donc passés de nos concitoyens qui mangent bien souvent des kebabs, à moi qui ai passé ma jeunesse à manger des kebabs. Comme si c'était le problème. Comme si on s'intéressait en quoi que ce soit au régime de la jeune Sibeth Ndiaye (dont on peut observer les dégâts, au passage).

Une fois de plus, on voit ici à l'œuvre l'incroyable nombrilisme des Noirs. Moi je me suis empiffrée de kebabs, donc, hein, tous les Français mangent des kebabs.

Le même nombrilisme qui fait avouer, sans honte, à Laetitia Avia, à la tribune de l'Assemblée nationale, que si elle a imposé sa loi scélérate "anti-haine" à la France, c'est pour se venger des moqueries qu'elle a subies, elle, sur Internet.

Sibeth Ndiaye est l'incarnation parfaite de ce que l'on appelle aux Etats-Unis un "empty suit" : un Noir idiot à qui l'on a enfilé un costume, et que l'on a mis à un poste important pour lequel il n'est absolument pas qualifié. Par "anti-racisme". Par "discrimination positive".

Pour les Américains de bon sens, il suffit d'entrouvrir le costume pour voir qu'il est vide : il n'y a personne derrière. Comme il n'y a personne derrière les tenues de cirque, qui semblent être, au passage, un truc propre aux femmes politiques noires incompétentes. Là où l'Américaine Frederica Wilson préfère les chapeaux de cow-boy rose bonbon, la Française militante de l'UNEF opte, alternativement, pour le style tombé du plumard et pour le style boubou clignotant qui fait mal aux yeux.

Je fais tout pour qu'on remarque mes tenues extravagantes, mais surtout ne me parlez pas de mes tenues extravagantes, ce serait "raciste".

Pendant ce temps-là, les affaires continuent. Le vrai "racisme" continue à tuer, et curieusement, ce ne sont pas les "racistes" qui commettent les meurtres : ce sont les "anti-racistes".

On vient d'apprendre que le gentil docteur en droit guinéen Mamoudou Barry (et il était gentil, en effet, apparemment) a été tué par une victime de l'horrible racisme des Français blancs de souche d'extrême droite confits dans leurs préjugés : un Turc portant le maillot du Galatasaray. Souffrant de troubles psychiatriques. Connu de la police pour des délits mineurs. Habitué des infractions à la loi sur les stupéfiants. Et ayant crié, à l'adresse de la victime, juste avant le début de la finale de la Coupe africaine des nations, et en préalable à ses coups : "Sale Noir, fils de p..., on va vous massacrer" (et encore : je soupçonne les gazettes d'avoir enjolivé "sale Noir").

Mais bon : le gros problème, c'est notre "racisme" à nous, qui nous conduit à voir des voleurs de motos sur les Champs-Élysées chez tous les Arabes, et des meurtriers d'Africains chez tous les Turcs. Et qui remet en cause, par conséquent, le bien-fondé de l'immigration de masse à laquelle nous sommes soumis. Par des gens qui utilisent l'idéologie "anti-raciste" pour nous l'imposer. Et nous menacer de prison si nous protestons.

Notons que le sujet de thèse du gentil "docteur Barry" massacré par les méchants Français racistes les Turcs qui viennent manger le pain de nos Arabes portait sur "les politiques fiscales et douanières en matière d'investissements étrangers en Afrique francophone".

Toujours le nombrilisme noir. Un Guinéen venu faire des études en France va forcément faire une thèse sur l'Afrique. Pas question qu'il se penche sur le tricotage des cottes de mailles sous Saint Louis.

Pendant ce temps-là, les vrais crimes, qui ne consistent pas à se moquer d'une Noire qui s'habille comme l'as de pique, continuent. Et ils sont commis, de façon tout à fait disproportionnée, par ceux qui sont censés être victimes de notre "racisme" épouvantable.

Après la femme retrouvée égorgée à Rouen le 5 juillet, une autre femme a été victime d'un homme qui a tenté de lui trancher la gorge à Toulouse, le 18 juillet.

Ce dernier a été arrêté. Curieusement, on ne nous dit rien de lui : ni le maillot de foute qu'il portait, peut-être, au moment des faits, ni son origine ethnique, ni son nom. Je me demande bien dans quels pays, pratiquants de quelle religion, on a coutume d'égorger les gens pour les tuer. Et spécialement les femmes. J'ai beau chercher, je ne vois pas.

Là encore, je dois sûrement être sourd et aveugle, car je n'ai pas entendu le ministre de l'Intérieur monter dans les tours pour dénoncer "cet acte odieux", ni "partager l'émotion et l'indignation" des proches de la victime. Mais lorsqu'il s'agit d'un immigré noir tué par un immigré musulman, par la faute de son gouvernement qui encourage l'immigration de masse, là, il s'empresse de se tordre les mains en public.

Voilà qui indique, à coup sûr, que la victime de Toulouse (très grièvement blessée) est blanche et française de souche. Les "anti-racistes" prônent la tolérance et "l'ouverture à l'Autre", mais c'est à sens unique. Il y en a qui passent leur temps à l'ouvrir, et d'autres qui n'ont le droit que de la fermer.

Quant à ceux qui tuent, ce sont toujours les mêmes -- de façon tout à fait disproportionnée : ceux que protègent les "anti-racistes", et ceux qui utilisent eux-mêmes l'idéologie "anti-raciste" pour obtenir l'impunité en toute circonstance.

Jour après jour, cela se confirme : "l'anti-racisme" tue.

Valery

Le racisme hiberne dans tout être humain, son exposition étant accélérée par l’affaiblissement des soupapes de notre tolérance. Aussi certains confondent tolérance avec immunité, en réalisant que seulement la 2e est infinie. L’être humain, depuis toujours, a préféré élargir son cercle de personnes de confiance, d'abord sur des liens sanguins - la famille, suivis par des liens de ressemblance génétique - la race, et aussi - pas forcément en dernière place, certains priorisant le spirituel - par des liens de cohésion culturelle - la civilisation.

A mon sens, il est inutile de jeter des anathèmes sans comprendre les raisons du racisme, car loin d’être une tare génétique, à notre époque, le racisme ressemble plutôt à une réaction de survie. Aussi le combat semble mené entre ceux, intellectuellement paresseux mais chérissant les causes dont ils déplorent les effets - les immigrationnistes, puis ceux dans l'autre camp - et les identitaires, qui passent leur temps à se défendre d’être racistes, alors qu'il est clair qu'ils le sont. Les premiers s’inquiètent de la montée du racisme en France, mais on peut aussi rétorquer que ce qui serait vraiment inquiétant ce serait que les Français, tels des pandas engourdis, ne réagissent guère à ce qui commence à ressembler, de plus en plus, à un changement de civilisation.

Mais tout cet engrenage complexe ne connaîtra pas un démêlement rationnel, tant que, sous prétexte d'éviter que ressurgissent les démons du passé, on continuera à adhérer, les yeux fermés, à cette idéologie considérant que deux individus, peu importe leur race, culture ou sexe, sont identiques, ont la même capacité cognitive, la même endurance physique et les mêmes capacités à survivre par eux-mêmes.

Si cela était vrai et indiscutable, on ne serait pas là en premier lieu, à s'invectiver et jeter des slogans au visage. Mais en train de siroter une grenadine sur les terrasses somptueuses d'un hôtel 5 étoiles en Somalie. Ou en Éthiopie... la liste est longue.

Voilà, c'est mon avis. Si on veut résoudre les problèmes d'immigration, qui ne feront qu'empirer, ce n'est pas en clouant au pilori les racistes européens que nous y arriverons, mais en identifiant les vraies causes du problème, puis en apportant une aide ciblée et constante a ces civilisations, en retard, mais qui en ont tellement besoin. Car là où je suis d'accord, c'est que deux individus, peu importe leur race, sexe ou culture, ont exactement les mêmes droits, comme tout être humain.

https://www.youtube.com/watch?v=LPjzfGChGlE

A regarder, absolument.

caroff

@ Charles | 22 juillet 2019 à 13:47
"Et on ne disait pas beaucoup mieux des Polonais..."

C'est la scie des immigrationnistes !!

Et aujourd'hui ?
Les Polonais, les Italiens, les Portugais, les Espagnols de la quatrième ou cinquième génération sont EUX totalement assimilés: même religion, mêmes valeurs, même culture...

Y a-t-il des revendications de ces peuples européens pour vivre à part en voilant leurs femmes, en leur interdisant d'épouser des étrangers, en bannissant ce qui fait le charme de vivre en France ?

stephane

Tout arrive.
Je partage ma synthèse de Patrice Charoulet.
Mis à part son autopromotion d’antiracisme.
La prochaine fois peut-être ?

Giuseppe

Etrange disparition des radars de Pépère et de sa ministre écolo des portiques démantelés, ex bien sûr, qui n'arrêtait pas de prodiguer des conseils et lui de se répandre. Les vacances sans doute ?

Macron a fait exactement comme François Mitterrand avec le tourisme à son époque, il a pris une technicienne, au moins il est sûr que si la boutique verte ne sera pas flamboyante, elle sera tenue comme une bonne épicière du tiroir-caisse.

La fin a sans doute sonné pour la crécelle des deux pôles, qui a coûté deux bras au pays et à son ancienne Région.

Pourvu qu'on ne les entende plus, ni l'un ni l'autre, désespoir et misère d'une population qu'ils avaient négligée, socialistes du cœur à gauche de leurs intérêts à droite. Finalement comme Emmanuel Macron, ni gauche, ni droite.

Enfin il suffit d'y croire de la part de socialistes qui adoraient à l'instar de DSK les pâtes aux truffes ; en guise de homards, du caviar, d'ailleurs le caviar aurait dû remplacer la rose, la mode est aux crustacés et ils n'ont pas su l'afficher au bon moment made in France of course...

Charles

@ GERARD R. | 22 juillet 2019 à 07:46

Je relève deux phrases:
- l'intégration de ces minorités et le vivre-ensemble, avec les générations antérieures d'immigrés, se passaient beaucoup mieux
- j'ai connu l'époque des premiers immigrés

Sans doute êtes-vous né au début du XIXe siècle ou avant car voici ce qu'on disait des Italiens dans les années 1890 (un moment de forte immigration):
"Ils arrivent comme des sauterelles. Ils sont sales, tristes…Ils s’installent chez les leurs, entres eux, demeurant étrangers au peuple qui les accueille, travaillant à prix réduits".

Et on ne disait pas beaucoup mieux des Polonais...

jérôme

Cher Philippe,

C'est rare, mais à la lecture, tardive, de ce billet je m'interroge.
Vous oscillez entre fausse naïveté, comme bien souvent, et racisme ordinaire de celui qui ne veut pas voir.

Mme Ndiaye, pour laquelle je n'ai aucune sympathie, c'est un doux euphémisme, est Française.
Elle est critiquable, et je ne m'en prive pas, au titre de ses fonctions et des inepties qu'elle enfile comme j'aimerais enfiler des perles.
Rappeler ses origines, sa couleur, ses vêtements de type cirque selon l'autre idiote raciste n'est pas du constat mais l'utilisation équivoque et borderline d'une forme de propos laissant tout entendre en essayant de ne pas prendre le risque de l'incrimination judiciaire.

Si vous acceptez ce type de propos comme des faits alors pour avoir poursuivi cet avocat rappelant le passé de votre père, c'est un constat, et le possible lien entre ce qu'il estimait être une clémence incroyable et votre filiation, éducation, voire génétique. Après tout, ce n'étaient que des propos suggestifs basés sur des faits, votre filiation avec un homme condamné pour des motifs peu glorieux, du moins la justice de l'époque en a ainsi tranché.
Personnellement j'approuve plutôt votre plainte, je trouve indignes les propos de cet avocat.

Du coup je ne comprends pas votre mansuétude pour cette dinde raciste de Morano.
Certes elle ne traite pas Mme Ndiaye de sale négresse pas à sa place mais tout le laisse entendre. Cette pintade ferait mieux de se recycler dans le commerce de proximité, Vente de produit de la mer, elle a tout ce qu'il faut pour y réussir, même l'odeur nauséabonde des produits qu'elle vendrait.

Patrice Charoulet

SIBETH NDIAYE (suite)

J'ai suivi les débats sur Nadine Morano / Sibeth Ndiaye. J'ai donné mon opinion. Je ne me répéterai pas.
Il se trouve qu'il est impossible d'être moins raciste que moi.

Ce lundi matin, sur BFM TV, à 8h30, l'invitée est... Sibeth Ndiaye. J'écoute avec attention. On lui demande si les propos de Nadine Morano sont racistes. Elle nous explique ce que c'est que le racisme, c'est de penser et de dire que les Juifs sont des riches, les Arabes sont des voleurs, et les Noirs des paresseux. Dans le débat en cours, qui a parlé de la paresse de Sibeth Ndiaye ?

On trouvera des centaines de photos montrant les tenues vestimentaires de cette femme politique. Est-il raciste d'émettre un jugement sur ces tenues ? Non. En cherchant bien, on trouvera d'ailleurs une tenue de cette femme, en début de carrière, à côté de Margie Sudre, Réunionnaise qui fut secrétaire d'Etat à l'époque de Chirac. Pull uni vert amande, jupe écossaise bleu-vert, coiffure sage et sobre. C'était d'un goût parfait. Loin de moi l'idée de la prier de s'habiller toujours comme ça. D'ailleurs, les gens qui lui reprochent sa façon de s'habiller, dans l'exercice de ses fonctions, sont bien gentils : ils lui rendent service (Qui aime bien châtie bien). Les vrais racistes se réjouissent de la voir vêtue ainsi et espèrent qu'elle continuera à se ridiculiser et à affaiblir son gouvernement par la même occasion. Elle devrait dire « Merci » à Mme Morano au lieu de lui dire, comme ce matin, qu'elle vient de « se rouler dans la fange » !

Gréaudon

@ Exilé 21 juillet 20H26

Tout à fait d'accord. Il faut réfléchir, maintenant, à la manière appropriée de combattre le terrorisme intellectuel consistant à brandir à tout-va le soi-disant "racisme".

Aliocha

Peut-être, et malgré que Marchenoir ne réponde pas aux questions qu'il impose aux autres, les traitant au passage de totalitaires, se rendra-t-il compte de ce qu'est réellement l'indifférenciation, terme pipologue s'il en est, et qu'il n'y a pas plus indifférenciés que les ennemis, rendus semblables par les conflits qu'ils entretiennent. C'est d'ailleurs pour cela qu'il tient à toute force à traiter ses contradicteurs d'antiracistes, seul moyen qu'il a pour tenter de se différencier, alors qu'il leur ressemble comme une goutte d'eau.

Macron, au sortir de son entrevue avec le pape, définissait ainsi sa mission : faire cheminer ensemble les entités contradictoires, pour tenter de prendre les décisions les moins imparfaites.

Nous avons besoin, je vous donne raison, cher Robert, de frontières, et de garantir les différences, mais cette nature humaine que vous décrivez ne saura s'inventer un avenir que si elle sait progresser dans la relation que ses groupes entretiennent entre eux, et non favoriser l'un ou l'autre dans les dénégations violentes qu'ils s'infligent mutuellement, les individus ayant à charge personnelle de porter cette conscience, en veillant à ne pas céder aux sirènes de la haine et du ressentiment.

Vous êtes pris dans votre propre piège dialectique, et chaque justification vous y enfoncera dans sa ruse. Si vous êtes honnête comme je le crois, vous serez obligé, et sans céder aux réciproques antiracistes qui sont les doubles des racistes, de reconnaître que le racisme est une erreur comme l'est son opposition radicale, qu'il serait temps, comme vous le faites avec art dans votre lutte contre l'antisémitisme et pour la démocratie, de vous nettoyer de ce furoncle qui est votre faiblesse, de vous en soigner par le pardon des offenses que vous avez subies et qui vous vouent à faire subir à celui qui est votre double devenu et que vous estimez vous les avoir infligées.

Là est la réelle supériorité du discours chrétien, meilleure défense car elle nous garde de devenir semblable à l'ennemi, et nous permet de pouvoir imaginer des solutions autres que celles qui nous sont dictées par la haine qui rend semblable.

Car c'est la haine qui indifférencie, l'amour particularise et permet d'envisager nos relations comme particulières et différenciées. Je ne suis antiraciste que dans vos dénégations à mon égard, et encore moins communiste, que nos différences ne nous amènent plus à nous dénigrer l'un l'autre, mais à profiter de la richesse de nos diversités pour tenter d'inventer ce monde qui permettrait enfin de vivre hors des violences, nous serions à la hauteur alors, car enfin capable de la partager avec les différents, de l'idéologie qui rassemble sans rendre semblable, renonçant à dénier autrui, à la hauteur du grand rabbin de France, ce Français dans la plus haute définition du terme, qui dénonce à raison antisémitisme et racisme comme étant de semblables terrorismes, nous serions à la hauteur de la seule idéologie viable qui, malgré qu'on en ait et toutes les dérives des institutions religieuses, le judéo-chrétien.

Voilà ce qu'est ma conviction personnelle, et qui n'est que cela, le fait que je comprends n'entraîne pas le fait que je juge, mais qui m'amènera toujours et jusqu'à mon dernier souffle de vie, à combattre pour ce qui est mon droit légitime à défendre ce qui m'apparaît comme la vérité.

Xavier NEBOUT

Revenons aux choses simples.

L'Africain est une race différente du Néandertalien bien que les scientifiques estampillés de gauche, pour avoir droit à la parole s'échinent à nous dire le contraire sans jamais expliquer des différences irréductibles à l'influence du climat.
Partant, il y a la race blanche et la race noire.
Voilà qui suffit déjà amplement pour se faire taxer de raciste, car dire qu'il y a des races est raciste !

Dans ces conditions, autant aller plus loin:
les noirs nagent moins bien que les blancs du fait d'une différence de densité de la masse musculaire. Donc, dans l'eau, la race blanche est supérieure à la race noire.
Plus fort: les noirs recherchent les blanches alors que les blancs ne recherchent pas les noires...

Pssssitt, pssssitt les gauchos... allez-y sur le chiffon rouge. Derrière j'ai mis un pavé.

Ceci dit, si vous voulez vous faire démolir en parlant de racisme, ce n'est pas en Europe qu'il faut aller. Allez dire à un Dogon que sa race n'est pas supérieure à celle d'un Pygmée.

GERARD R.

Sans entrer dans des considérations hautement philosophiques, qui pourraient entraîner nos raisonnements vers l'incompréhension pour le commun des mortels, il faut constater que l'intégration de ces minorités et le vivre-ensemble, avec les générations antérieures d'immigrés, se passaient beaucoup mieux, en l'absence de toutes ces associations, dont la protection ultrapartiale est un scandale permanent !

Je suis sexagénaire et j'ai connu l'époque des premiers immigrés, souvent des mineurs, des sidérurgistes, des ouvriers. Les vannes réciproques entre autochtones et étrangers n'étaient pas rares. Cela se concluait parfois, quoique rarement, en en venant aux mains.

Mais il y avait un facteur essentiel qui n'existait pas: les jeteurs d'huile sur le feu. Ceux qui hurlent au racisme à tout bout de champ, ceux qui ont intérêt à entretenir l'animosité permanente entre autochtones et issus de l'immigration. Ces associations bien-pensantes et très partisanes et que de pusillanimes politiciens se croient obligés de soutenir en toutes circonstances.

Ce qui m'amène à un autre constat: si c'était Mme Ndiaye qui avait tenu de tels propos à l'encontre de Mme Morano, il y a de fortes chances pour que tout le monde s'en moquât.

Cette réaction se veut un hommage, que je ne manque jamais de rendre, à ces générations d'immigrés qui ont su s'intégrer, malgré la différence de culture, malgré les difficultés des rapports que l'on qualifie trop facilement, aujourd'hui de "racistes". Ils ont su surmonter tout cela et les choses se sont aplanies d'elles-mêmes, simplement, grâce au temps. Que de subventions économisées à l'époque !!
Beaucoup se sont installés, se sont mariés naturellement à des autochtones, sans que nul les y incitât.

C'était dans une autre vie, hélas !

Achille

@ Pierre Blanchard | 21 juillet 2019 à 21:47
« Franchement Achille, sur ce sujet du pseudo et du nom, ou vous vous confondez en excuses vis-à-vis de Monsieur Patrice Charoulet… ou vous « la fermez »… si je suis trivial... et je le suis... »

Je n’ai absolument pas à me confondre en excuses auprès de Patrice Charoulet dans la mesure où il connaît mon nom et mon prénom, vu qu’il m’a contacté via Pascale Bilger et qu'il m'arrive (très rarement) de correspondre par mail avec lui.

Pour ce qui est de « la fermer », n’y comptez pas trop. Depuis les huit années que je viens sur ce blog (le seul que je fréquente) on me l’a souvent demandé, mais je suis toujours là.
Je m’y trouve bien, les hôtes sont accueillants, les intervenants sont plutôt de la droite "wauquiezienne" et lepenniste, mais cela ne me déplaît pas, au contraire.
Rien de plus ennuyeux que d’échanger avec des gens qui ont les même idées que vous. vous ne pensez pas ?

Quant au personnage d’Achille Talon, j’avoue y trouver une certaine analogie avec ma modeste personne, empreinte d'urbanité bourgeoise.
Pour ne rien vous cacher, je vous trouve de troublantes ressemblances avec son voisin Lefuneste.

Louison

@ Pierre Blanchard

Je constate que vous avez préféré vous concentrer sur l'extrait de texte que j'ai copié-collé. Je l'ai fait pour montrer que Sibeth Ndiaye est intégrée depuis longtemps.

En revanche vous ne contre-argumentez pas le sujet principal de mon intervention, à savoir que la prémisse 2 (Sénégalaise bien née et naturalisée depuis trois ans) est une raison d'indignité au regard de Nadine Morano et qu'à mon avis cela est discriminatoire.

Enfin, au cas où vous auriez des scrupules, je tiens à vous assurer que je ne suis pas vexé de votre comparaison symbolique entre le célèbre Louison Bobet et mon pseudo.
L'essentiel est que vous n'utilisiez pas tout de suite le dernier stratagème de Schopenhauer, cela serait un signe de manque d'argumentation.

Cordialement.

Elusen

@ Pierre Blanchard | 21 juillet 2019 à 21:47
@ Noblejoué

Ne pouvez-vous point réduire vos interminables liens Internet ?!
Il suffit d’utiliser un réducteur de lien au lieu de nous mettre des trucs qui font 5 à 7 lignes !
Les services qui le permettent s’appellent : minilien.

https://www.myheritage.fr/dna?tr_camp_id=1337007599&tr_ad_group=kw_dna_test&tr_ag_id=53289189813&tr_placement=&tr_device=c&tr_account=836-237-6467&keyword=FR&tr_size=&gclid=CjwKCAjwmtDpBRAQEiwAC6lm43Tjt2tlcxS9fkAHQPZKJxI_B1RNO-ceKZQnXxPRXLTHmWaskhGBYRoCQtAQAvD_BwE

Un service minilien : Miniurl.be

Minilien identique : https://miniurl.be/r-2frf

▬ « Et ce n’est pas cher en plus, à la portée de tout « Achille »… 59 euros. »

Vous leur donnez votre ADN et votre identité, ils font par la suite ce qu’ils veulent avec, car vous leur avez concédé tous vos droits dessus, voilà pourquoi cela n’est pas cher.
Ils peuvent cloner, revendre, etc.

Ellen

Ah il ne manquait plus que le voyou Benalla (toujours dans le giron de la justice) pour rentrer dans la rixe. Il veut assurer la garde rapprochée de Sibeth Ndiaye. Vous pouvez être sûr qu'avec ce rastaquouère, Sibeth et le gouvernement Macron sont sauvés.


Robert Marchenoir

"Racisme" : Mort d'un chercheur guinéen agressé près de Rouen : Christophe Castaner dénonce "un acte odieux". Je ne comprends pas. C'est une tradition républicaine, en France, que le ministre de l'Intérieur présente ses condoléances à chaque fois qu'un gazier quelconque meurt des suites d'une agression ? Ou c'est valable seulement pour les étrangers originaires d'Afrique, et de race noire ?

Laetitia Avia, ministre des Noirs (pardon : seulement député, pour l'instant, mais elle a l'avenir devant elle) en a fait autant.

Eric Ciotti, député "de droite", en a rajouté dans "l'anti-racisme", en faisant mine de regretter "l'incompréhensible silence médiatique", à l'instar de n'importe quel semi-débile facho-communiste porteur de gilet jaune.

C'est évidemment un mensonge pur et simple : les médias ont amplement tartiné sur ce meurtre. J'ai trouvé la réaction d'Eric Ciotti dans le Journal du dimanche, mais je suppose que ce n'est pas un "média"...

Ciotti donne même du "docteur" à la victime, qui venait de présenter avec succès une thèse de droit. Il emprunte ainsi à l'habitude des médias américains de toujours parler du "Docteur Martin Luther King", ce qui n'est pas du tout l'usage pour les non-médecins.

Le plus rigolo est que le Mamoudou Barry en question a été tué, semble-t-il, par un Maghrébin qui "fêtait", par anticipation, la victoire de l'équipe d'Algérie dans le championnat de foute africain. Opposée à une équipe dénuée de toute race, mais néanmoins sénégalaise.

On connaît des palanquées d'agressions similaires, où une personne issue d'une race qui n'existe pas donne un coup de poing au visage à un Français de souche, lequel meurt lorsque sa tête heurte le sol. Je suis sûr que n'importe qui, ici, peut citer d'innombrables meurtres de ce genre, lesquels n'ont provoqué aucun communiqué déploratoire du ministère de l'Intérieur. Quand c'est un Blanc, c'est tout juste si on en entend parler dans les médias. C'est devenu la routine, en France.

Tenez, au hasard : une femme de 68 ans a été trouvée morte chez elle à Rouen, le 5 juillet, tuée de plusieurs coups de couteau à la gorge. L'intention meurtrière ne fait aucun doute. Avez-vous entendu Castaner dénoncer "cet acte odieux" ? A-t-il "partagé l'émotion et l'indignation de ses proches" ? Je n'ai rien entendu.

Une fois de plus, la preuve est faite que "l'anti-racisme" tue. Et que certaines races (qui n'existent pas) sont plus importantes que d'autres.

stephane

Cette façon qu’a Macron de tripoter tous les sportifs, c’est pitoyable.
Quant à Ndiaye, elle est forcément compétente et incritiquable, puisqu’elle est noire.
Macron l’a bien compris en la nommant.
Quel est le féminin de bamboula ? Ce serait pas mal d’en repasser une couche.
En France, c’est une chance d’être une femme noire, on peut être un gros tas et si ce n’est pas l’antiracisme qui a le dessus, ce sera l’antisexisme.
Réussir avec Macron ? Mal fringuée, un peu corpulente, noire et si possible LGBT, là vous êtes inattaquable.

caroff

@ Exilé 16h24
"Le prénom Nadine pourrait aussi venir de l'arabe Nâdya."

J'ai croisé un certain nombre de "Nadia" en effet au Maghreb, mais ce prénom est également porté chez les Slaves.

Patrice Charoulet

VARIA

Gérard Collomb possède la carte 0001 du parti macroniste.

Main de fer, arrogant de velours. (Anne-Sophie Mercier, parlant de Benjamin Griveaux, 2019)

Le fanatisme fanatise. (Taguieff)

Le souvenir n'est pas un frisson du cortex. (L. Meynard, 1962)

L'homme n'est qu'un roseau, le plus faible de la nature, mais c'est un roseau pensant. Il ne faut pas que l'univers entier s'arme pour l'écraser, une vapeur, une goutte d'eau suffit pour le tuer. Mais quand l'univers l'écraserait, l'homme serait encore plus noble que ce qui le tue parce qu'il sait qu'il meurt et l'avantage que l'univers a sur lui, l'univers n'en sait rien. (Pascal)

Le plus excellent symbole du peuple, c'est le pavé. On marche dessus, jusqu'à ce qu'il vous tombe sur la tête. (Hugo)

La politique, c'est l'art de rendre possible ce qui est nécessaire. (Jacques Chirac)

Internet permet aux radicaux de se rencontrer. (Gérald Bronner)

La mauvaise information va six fois plus que la bonne sur Twitter. (id.)

Axis of Evil... rogue states (1980, expressions courantes, Etats-Unis)

Cherchons à perfectionner les lois dont nos vies dépendent. (Voltaire, 1766)

Il n'y a pas de demi-vérités. (id.)

Le beau siècle de la France... (id, parlant du XVIIe siècle)

(Chez les femmes belges) Le sourire impossible à cause de la récalcitrance des muscles. (Baudelaire, Pauvre Belgique, 1867)

Voltaire dit que beaucoup de gens ne lisent que des yeux. (Sollers)

Le gros animal... (Simone Weil, philosophe, pour dire « la société »)

Les ratés ne vous rateront pas. (X)

J'écris pour agir. (Francis Ponge, 1970)

Un pour moi en vaut dix mille s'il est le meilleur. (Héraclite)

La pandémie d'obésité... (X)

(Pour les municipales) Le parti au pouvoir n'a pas de sortants. (Jérôme Fourquet, 2019)

Les Républicains ne sont pas et ne seront jamais des supplétifs du lepenisme ou du macronisme. (Guillaume Larrivé, 2019)

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

  • CNews,"Face à l’info"
    Ludi 28 octobre de 19 h à 20 h, dialogue sur la Justice avec Eric Zemmour.
  • Causeur
    causeur.fr du 13 octobre "Philippe Bilger, le style fait l'homme", par Thomas Morales
  • Le Point
    Philippe Bilger : « Le mur des cons a fracturé la confiance dans la justice », lepoint.fr du 11 octobre.
  • Sud Radio, "Le Grand Matin"
    Tous les vendredis de 8 h 45 à 9 h 15, débat dans la Matinale de Patrick Roger.
  • CNews, "L'Heure des Pros"
    Tous les mercredis de 9h à 10h30, animé par Pascal Praud.
  • Sud Radio "Les Vraies Voix"
    Tous les jours du lundi au vendredi de 17h à 19h, émission de débat et de divertissement animée par Christophe Bordet.

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS