« Le président Macron devrait lire l'écrivain Mari ! | Accueil | Zineb et Steve : deux fautes du pouvoir ? »

20 juillet 2019

Commentaires

Aliocha

L'imposture est signée, Marchenoir, et, sans respect ni rectitude, vous brisez sans façon l'intimité des discussions privées de ceux qui n'ont eu que le tort de vous faire confiance.
Vous rappelez ce que vous décrivez comme les zeureslesplussombresdenotrehistouaaaaare, et vous vautrez à l'image d'Elusen dans la délation la plus éculée, lui au moins a la décence de reconnaître qu'il a signé le pacte malin.
Vous cherchez à diviser, ce qui est fatal, car votre pensée sur le racisme est fille de la division.

Alors déchaînez-vous, chaque insulte signe de l'humiliation de vos victimes les aveux de votre erreur, les preuves de votre imposture, et toutes vos agitations haineuses ne font que vous enferrer un peu plus à l'hameçon de la vérité.

Aussi je vous répèterai et, comme notre cher Patrice à qui je réitère confiance et amitié, tenterai de répondre au mal par le bien en répétant ce que je vous avais écrit, car la pédagogie rend la répétition nécessaire, lors de nos échanges avec Catherine Jacob sur Michel Serres :

"Qu'il siffle, notre beau merle en ses bois de la marche infernale, il n'y a qu'une issue, et s'il est sincère et honnête car je crois qu'il l'est, tous ses efforts discriminants nous poussant à cette croyance, il n'y a que l'issue, disais-je, du pipotage de l'amour du prochain auquel il résiste car il se rend bien compte que, lui aussi, sera obligé de changer son mode de fonctionnement, d'écouter les textes et les sages, le grand Rabbin de France, notamment, qui l'associe en son racisme qu'il déploie à l'antisémite qu'il combat, et que s'il ne veut pas voir son esprit faire le saut nietzschéen, il devra par simple souci de santé mentale, accéder à la sainteté des pipologues, qui reconnaissent que leur savoir est mesure de leur ignorance, que toute domination est pure illusion mortifère, et que souvent ce qui fait le plus de bruit est ce qui sonne le plus creux.
Il remerciera alors Dame Jacob de savoir interpréter avec art les silences, il apprendra à les écouter et, enfin à ses semblables réunis, il aura la capacité d'entendre, lui qui prétend défendre le vrai, ceux qui ont assez travaillé pour le proférer:
Vitale, collective, personnelle, cette distinction recouvre celle, cognitive, du faux et du vrai. Le sacré unit violence et mensonge, meurtre et fausseté ; ses dieux, modelés par le collectif en furie, suent le fabriqué. Inversement, le saint accorde amour et vérité. Surnaturelle généalogie du vrai dont la modernité ne se doutait pas: nous ne disons vrai que d’innocemment aimer ; nous ne découvrirons, nous ne produirons rien qu’à devenir des saints."

Vous êtes le bienvenu, Robert Marchenoir, sur le chemin sans chemin, éteignez donc vos vessies de la haine, elles vous empêchent d'accéder à la lanterne de l'amour."
Rédigé par : Aliocha | 06 juin 2019 à 06:59

Robert Marchenoir

@ Patrice Charoulet | 01 août 2019 à 11:39

L'injure qui vous est faite n'est que la justice qui vous est rendue. Votre ignominie est maintenant exposée aux yeux de tous : vous qualifier d'ordure n'est qu'une constatation. Un résumé, si vous voulez. Si vous voulez proposer un mot plus approprié, ne vous gênez pas. Un homme muni de tant de dictionnaires que vous saura certainement trouver la perle du vocabulaire encore plus appropriée à votre cas.

Pour ma part, je n'ai pas votre hypocrisie, et je n'ai pas besoin de recopier les mots des autres pour mettre en lumière votre véritable nature. Les faits me suffisent, et vous ne les avez pas démentis : vous les avez revendiqués.

Voler le mail confidentiel de quelqu'un qui a manifesté son refus de correspondre avec vous, puis s'en servir pour le spammer, le harceler, l'insulter et le menacer à domicile, tout cela parce qu'on n'a pas le courage de débattre avec lui loyalement en public, c'est le fait d'une ordure.

Prétendre, une fois votre forfait révélé par la victime, que vous seriez en danger d'être assassiné par elle, c'est le fait d'une ordure.

Si vous avez un mot plus pertinent, plus juste sous la main, encore une fois, ne vous gênez pas : je suis ouvert à la discussion. Vous pourrez même ajouter l'étymologie et des citations littéraires pour illustrer.

Vos dernières remarques montrent que votre nature ordurière, et les comportements de voyou que vous vous autorisez en conséquence, viennent de ce que vous vous érigez en justicier.

Mes propos passés à l'égard de tel ou tel ont tout chiffonné votre âme délicate de bisounours fatigué, en conséquence de quoi vous vous êtes permis des actes qui ne sauraient être commis par tout autre que par une ordure : d'où mon qualificatif.

En somme, vous êtes un gauchiste. Vous vous comportez exactement comme les "antifa" autoproclamés, qui se livrent à des agressions physiques pour défendre des tiers qui ne leur demandent rien, prétendument opprimés par des mots : Noirs, femmes, transsexuels, immigrés -- bref, les nouvelles masses de manœuvre des marxistes contemporains.

"Antifa" qui sont, en réalité, les vrais fascistes d'aujourd'hui.

Défendre des veuves inexistantes et des orphelins imaginaires donne aux gauchistes un sauf-conduit pour se comporter comme des voyous : c'est exactement ce que vous faites.

Sans surprise, vous avez passé votre temps ici à nous montrer vos tiroirs remplis de certificats d'homme de droite et de buveur d'eau sans glaçons, alors que personne ne vous a demandé si votre grand'mère faisait du vélo.

The lady doth protest too much, methinks, puisque vous aimez les citations.

Contrairement à vos piaillements ridicules de gauchiste outragé, que vous avez cru bon de m'infliger dès votre arrivée ici et auxquels vous redonnez une nouvelle jeunesse, je n'ai "agressé" ni "calomnié" personne, ici. Ridiculisé ? Bien sûr ! C'est à quoi l'on s'expose lorsqu'on ajoute les attaques personnelles à l'ignorance et la pédanterie.

Vous êtes sur Internet, ici, Monsieur le professeur. Pas dans votre salle de classe. Je vous l'ai déjà dit, mais vous ne semblez pas avoir percuté. On dirait une sainte-nitouche qui débarque dans une maison de plaisir, et qui s'étrangle parce que tout le monde n'est pas boutonné jusqu'au menton.

Vous ressemblez à Elusen, tiens ! qui, lui aussi, s'imagine remplir un service public en jouant les justiciers.

Quant à ceux que j'ai interpellés (et non "agressés" ou "calomniés"), c'est, tout comme vous, qu'ils déroulaient le confortable fil des clichetons de gauche (ou de droite !), sans jamais se sentir obligés de les justifier.

De même que vous n'avez jamais jugé utile d'expliquer au nom de quoi je ne devrais, ni dénoncer le pillage en règle de la France auquel se livre la secte fonctionnariale (à laquelle, tout à fait par hasard, vous appartenez), ni dénoncer l'arnaque "anti-raciste" à laquelle vous prêtez main-forte. Avec les procédés de voyou que j'ai détaillés ici.

Jamais vous n'avez avancé un seul argument en défense du fonctionnariat ou de "l'anti-racisme". Jamais. En revanche, opposer des invectives à mes arguments, ça, vous savez faire : vous avez passé votre temps à ça. Et lorsque vous avez constaté l'inanité de vos procédés, vous avez entrepris de forcer ma porte pour me servir les mêmes en privé.

Vous êtes le calomniateur, ici, Monsieur Charoulet. Vous êtes l'agresseur, malgré vos airs doucereux et vos procédés de chattemite.

J'ajoute que vous n'êtes pas seulement une ordure, vous êtes aussi un faux-cul. Doublé d'un menteur, ce qui est plus grave.

Vous vous permettez de copier-coller votre œuvre du jour à travers le Web, conformément à votre habitude, ce qui serait simplement ridicule et grossier, en temps normal. Publier un commentaire identique sur plusieurs blogs est le comble de l'impolitesse, sur Internet -- mais ce n'est pas ça qui va vous arrêter.

Si je prends la peine de relever la crotte symétrique que vous avez lâchée chez Maxime Tandonnet, pour vous faire plaindre, c'est en raison de l'énorme mensonge que vous y avez introduit. Vous avez eu le culot d'écrire : "Sur un autre blog, un commentateur, voyant que je ne partage pas plusieurs de ses assertions, me dit : 'Vous êtes une ordure sans nom.' "

Il ne s'agit pas de vos assertions, Monsieur Charoulet : il s'agit de vos actes.

Mais comme tous les "anti-racistes", vous confondez les paroles et les actes lorsque ça vous arrange. Vous mettez au même niveau les exactions sans nom auxquels se livrent chez nous les races que vous prétendez défendre, et les protestations verbales auxquelles leur comportement donne lieu. Et ce sont les secondes que vous qualifiez de "racistes", tandis que vous passez les premières sous silence. Vous vous faites, par conséquent, le complice du génocide par substitution qui est en cours.

Et comme tous les "anti-racistes", vous prenez prétexte de simples mots de vos adversaires (parfaitement justifiés) pour vous livrer, en représailles, à des actes que tout honnête homme réprouve. Dans le sentiment de parfaite impunité que vous donne le joker racial : à partir du moment où c'est pour la bonne cause "anti-raciste", la fin justifie les moyens. A partir du moment où il s'agit d'assurer la victoire du prolétariat, qui saurait se formaliser de quelques dizaines de millions de morts ?

La pulsion "anti-raciste" n'est qu'un avatar de la pulsion communiste.
______

@ Aliocha | 01 août 2019 à 09:52

En effet, cette discussion a révélé "l'imposture raciste", comme vous dites, mais à l'opposé de ce que vous prétendez.

Elle a révélé la profonde hypocrisie des trois "anti-racistes" enragés de ce blog : vous-même, Preud'homme et Charoulet. Les trois Castafiore du blog : vous riez de vous voir si belles en ce miroir, vous nous faites le coup du retenez-moi ou je pars à jamais -- et le seul départage se fait entre ceux qui restent, et ceux qui sortent en claquant la porte pour revenir sous des déguisements divers et variés.

Cette discussion a révélé par les actes la vraie nature du "racisme" : c'est le pic à glace des staliniens d'aujourd'hui, qui se désignent sous le nom "d'anti-racistes".

Hélas ! la Castafiore, au moins, nous faisait rire. Vous, vous êtes sinistres. Et vous entraînez la civilisation occidentale à sa perte, tout à votre vanité de vous décerner des prix de fausse vertu.

Herman kerhost

@ aristide | 01 août 2019 à 20:33

Comme vous avez raison, aristide, c'est presque de l'incompréhension.

Nous savons aujourd'hui que c'est encore pire que tout ce que l'on pouvait alors constater.

Je me rappelle bien d'un commentaire du monsieur, il y a plusieurs mois (une année ?), qui laissait penser qu'il entretenait une conversation privée par email avec Robert Marchenoir. Alors que ce dernier avait clairement signifié sur ce blog son refus de lui transmettre son adresse mail, je m'étais étonné de cela et pensais que j'avais peut-être manqué un épisode. Ahurissant.

AD

@ aristide | 01 août 2019 à 20:33

Il faudrait être demeuré pour n'avoir pas compris quel genre d'homme était Patrice Charoulet, lequel s'est présenté dès le début, en parfaite transparence, sans fard ni retouches.
Tandis que votre idole Marchenoir n'a eu de cesse, sous couvert de l'anonymat, de caricaturer, vilipender et salir de façon ignoble tous ceux qui avaient eu l'audace de tenter de le contredire ou de le démasquer...

Mais après tout n'est-ce pas dans l'ordre des choses pour quelqu'un sorti de nulle part et se présentant comme aristide (avec un petit a) d'affectionner les "chimères", autrement dit les hommes de main de triste mémoire d'un autre Aristide, avec un grand A ?

Elusen

@ aristide | 01 août 2019 à 20:33
« Quant à Elusen, ne parlons pas d'un échappé d'asile »

Échapper belle alors ?!

-----------------------------

@ caroff | 01 août 2019 à 16:58

Pipauter du béton, vous êtes au moins derrière le pont Morandi de Gênes et là où il y a de la gêne, y a pas plaisir, juste un spécialiste des interrupteurs.

aristide

@ Robert Marchenoir | 31 juillet 2019 à 21:35

Vous donnez une belle leçon à Patrice Charoulet qui est pitoyable et qui est aussi un mouchard dans l'âme.
Je suis attristé qu'un bon nombre de commentateurs de ce blog n'aient pas compris qui était ce personnage.

Quant à Elusen, ne parlons pas d'un échappé d'asile.

caroff

@ Elusen, 22h52
"Votre DNS et IP donnent votre opérateur et à partir d’un opérateur, trouver l’adresse courriel est un jeu d’enfant, tous les opérateurs français fonctionnent de la même manière par convention collective.
prénom - point - nom de famille @ nom de l’opérateur - point - extension"

Pipeau mon pauvre petit bétonnier !!
Caramba, encore raté !! (in "l'Oreille cassée")

Valéry

Patrice Charoulet, désolé de m'interposer, mais une fois de plus votre hypocrisie me laisse pantois. Je vous ai lu maintes fois, sur ce blog, injurier les autres intervenants (était-ce un seul ?) de racistes (définition de l'injure : diffamation, parole qui blesse, procédé qui offense), et maintenant vous nous compilez des citations sur l'injure comme étant "le trognon du langage" ?

Ah, peut-être pensiez-vous que du moment où l'injure vous paraît refléter la réalité, ce n'est plus une injure ? Mais cela peut être valable pour tous les points de vue, vrai où pas ?

Cela s'applique également à Elusen ; faire tout son cirque sur le racisme des autres, alors que 10 commentaires plus bas, il traite mes origines de sous-race, c'est de la tartufferie.

Faudra plus qu'une infirmière pour retirer toutes ces balles de vos pieds.

Patrice Charoulet

L'homme qui, sur ce blog, passe le plus clair de son temps, depuis des années, à agresser, ridiculiser, calomnier les autres (y compris l'entourage, par exemple, pour Mary), me gratifie de ces aménités : "Vous êtes une ordure sans nom. »

Je souhaitais lui répondre par le silence, ce qui n'est pas une mauvaise réponse. Mais, rendons le bien pour le mal, en suivant le précepte de la sainte Ecriture, et instruisons ce pécheur (endurci) :

« Les injures sont les raisons de ceux qui ont tort » (Chamfort)

« Les injures sont des marques d'impuissance, et même des lâchetés, étant des succédanés pour des meurtres » (Valéry)

« L'insulte, c'est le trognon du langage » (Jean-Pierre Winter)

Elusen

@ Robert Marchenoir | 01 août 2019 à 07:54

Je ne suis pas certain qu’un raciste, qu’un type qui affirme que l’esclavage a sauvé les personnes noires, qui participe à des blogs qui appellent à l’extermination des musulmans, qui interpellent les autres par le mot ordure, rassure qui que ce soit.
Un vulgaire blog n’est pas piratable, rassurez-vous braves gens !

Aliocha

Le tour que prend la discussion, qui confond le public et l'intime sur fond de délation, ne saurait cacher qu'il ne sert qu'à noyer le poisson de la révélation de l'imposture raciste.

Robert Marchenoir

@ Elusen | 31 juillet 2019 à 22:52

Intéressantes précisions (je parle de la partie informatique de votre commentaire). Je n'avais pas grand doute à ce sujet, mais vous confirmez définitivement votre nullité complète en la matière.

Je rassure les lecteurs normaux de ce blog : pas plus Elusen, que n'importe qui d'autre, ne peut retrouver mon adresse mail, ou la leur, en fouillant les poubelles du Web à la recherche des commentaires qu'ils auraient laissé sur ce blog ou sur un autre. Le mail que certains blogs (pas tous) exigent des commentateurs pour qu'ils puissent être publiés reste évidemment confidentiel. Il est techniquement inaccessible à tout visiteur extérieur, même mal intentionné.

Ce qu'Elusen vient d'écrire montre qu'il procède en informatique comme sur les autres sujets : à grands renforts de bluff et d'insolence pour masquer son ignorance et sa sottise, lesquelles se livrent à un concours permanent.

Et je vous rassure sur un autre point : contrairement aux disjoncteurs différentiels, je ne vais pas entreprendre de vous expliquer pourquoi.

Lucile

ATTENTION

J'ai eu la sottise de cliquer sur les liens d'Elusen, par curiosité.
("Cliquez sur votre adresse IP, mais de quoi avez-vous peur ?!"
"Et ici beaucoup de choses aident").

J'ai commencé par le second, qui m'a dit où j'habitais. Puis j'ai cliqué sur le premier, par curiosité, et mon ordinateur m'a sérieusement mise en garde ("certains tentent de se faire passer pour...", je n'ai pas eu le temps de noter la suite, mon ordinateur me conseillant de revenir immédiatement à la page précédente).

Je n'y connais rien mais ça m'a l'air un peu louche.

Elusen

@ Robert Marchenoir | 31 juillet 2019 à 21:35

Votre DNS et IP donnent votre opérateur et à partir d’un opérateur, trouver l’adresse courriel est un jeu d’enfant, tous les opérateurs français fonctionnent de la même manière par convention collective.

prénom - point - nom de famille @ nom de l’opérateur - point - extension

Cliquez sur votre adresse IP, mais de quoi avez-vous peur ?!

Et ici beaucoup de choses aident.

Il est aisé de voir un encodage de blog et autres sources à éditer, il n’est nul besoin d’être un pirate informatique, les navigateurs Internet dernière génération intègrent les techniques => Outils => Developpement Web.

--------------------------------------------


@ Rédigé par Robert Marchenoir | 31 juillet 2019 à 21:35
s’adressant @ Patrice Charoulet
▬ « Vous êtes une ordure sans nom. »

Déjà, étrange que l’Honorable Honoraire valide de telles propos ; après tout il travaille sur CNews et cite Morandini, alors pourquoi pas ?!

Cependant, vous mentez, puisque vous lui avez donné un nom : Patrice Charoulet !
C'est de la sénilité à ce stade-là quand même ?!

▬ « volé mon adresse mail »

Le vol est la soustraction frauduleuse de la chose d'autrui, nous dit le Code pénal !

Si un internaute le lui a donné ou s’il l’a trouvé sur Internet puisque vous vous y répandez comme le sida dans une partouze, il n’a donc rien volé.

▬ « ce n'est pas un crime, c'est une incorrection majeure »

Pour un type qui traite les autres d'ordures, l’incorrection chez vous cela frôle le Tipex moumoune !

▬ « me harceler longuement à domicile »

Il est venu se frotter, miauler à votre porte pour la prochaine Gay Pride ?!
C’est génial, vous serez sur un char ma tata Suzanne, torse nu en string à vous trémousser en paillettes.

▬ « sont des délits. »

En ce qui vous concerne non, puisque c’est vous qui les communiquez !
La tata Suzanne qui n’a rien compris quoi ?!

Robert Marchenoir

@ Elusen | 29 juillet 2019 à 14:28
"Pour votre courriel et votre adresse personnelle c’est facile à obtenir, l’informatique cela se craque et il y a des sites qui aident à le faire, il suffit d’y mettre un lien Internet et il se charge du reste."

Uniquement dans vos rêves... N'essayez pas de vous faire passer pour le pirate informatique d'élite que vous n'êtes pas. Vous êtes aussi ignorant dans ce domaine que dans les autres.
______

@ Patrice Charoulet | 29 juillet 2019 à 16:07
"Je dis tout de suite que si je suis assassiné dans quelque temps mon assassin s'appelle Robert Marchenoir. J'en informe ma famille pour faciliter l'enquête."

Vous êtes une ordure sans nom. Vous en aviez déjà fait la démonstration, mais cette fois-ci vous allez encore plus loin dans l'ignominie.

Récapitulons :

Vous n'avez même pas le courage de nommer le commentateur de ce blog auquel vous avez volé mon adresse mail. Cela ne devrait pourtant vous poser aucun problème, si son geste était aussi bien intentionné et aussi légitime que vous le prétendez. Vous auriez d'autant plus dû vous empresser de le faire et de prendre les torts sur vous, que cela seul aurait permis, peut-être, de le blanchir.

Ce dernier, au passage, n'a pas eu non plus la rectitude de se dévoiler, ce qui confirme à la fois sa malignité et sa lâcheté.

Vous n'avez pas non plus accusé réception de la version intégrale de l'un de vos mails, que je vous ai fait parvenir par l'intermédiaire de Pascale Bilger ; mail qui montre que vous avez trahi la confiance d'Aliocha en me communiquant des informations personnelles à son sujet, auxquelles ce dernier n'a jamais fait allusion en public. Tout cela dans le but de vous livrer à de petites magouilles en coulisses en manipulant les uns et les autres.

Cela justifie rétrospectivement mon refus de vous confier mon adresse mail -- et votre silence sur ce point montre que vous n'êtes pas un homme d'honneur.

Vous prétendez maintenant que vous communiquer mon mail, sans mon autorisation et en dépit de mon opposition, ne serait pas un crime. Vous redoublez d'hypocrisie : ce n'est pas un crime, c'est une incorrection majeure. C'est la preuve qu'on n'est pas un homme digne de ce nom. Et le fait pour vous de l'utiliser, et de vous en servir pour me harceler longuement à domicile, est bien pire : cela montre que vous avez une mentalité de voyou.

Contrairement à l'image que vous vous employez à promouvoir, ici, d'un vieux monsieur inoffensif, respectueux de la loi et de l'ordre, perdu entre ses Pléiade et ses magazines de centre-droit.

Je vous signale d'ailleurs, à tout hasard, que le spam, le harcèlement par Internet, la soustraction de données personnelles confidentielles et leur utilisation par voie informatique, contre la volonté de l'intéressé, sont des délits.

Vous avez commencé, ici, par lancer une campagne de harcèlement publique à mon encontre, au prétexte de je ne sais quel "extrémisme" et de je ne sais quel "racisme" qui seraient les miens. Après avoir tenté de maquiller, sous des attaques personnelles, l'incapacité qui était la vôtre de contre-argumenter sur ma critique du système fonctionnarial français.

Voyant l'inefficacité totale de votre misérable procédé, et la tache qu'il risquait de porter à votre réputation qui visiblement vous importe beaucoup, vous avez changé de tactique : vous alliez désormais me harceler en privé, en fonction de ce que j'écrirais ici en public.

Allant jusqu'à me conseiller de changer de blog pour aller chez Ivan Rioufol.

Et vous espériez que votre nouveau personnage de lettré évasif donnerait le change en public.

Non seulement vous reconnaissez votre forfait, mais vous n'éprouvez nullement le besoin de présenter des excuses.

Pire, vous jouez les victimes en prétendant que je chercherais à vous assassiner (mais c'est de l'humour, bien sûr !).

Vous aviez eu le culot de me proposer je ne sais quelle "paix", par mail, à l'instant même où vous essuyiez vos rangers de spammeur sur mon tapis en violant mon domicile informatique.

Vous avez l'outrecuidance maintenant d'exiger, une fois de plus, que je cesse de vous contredire ou de faire allusion à vous en aucune manière sur ce blog.

Vous n'avez décidément rien compris, ni à la façon dont fonctionnent les blogs, ni à un petit détail qui s'appelle la liberté d'expression.

Je continuerai à remettre en cause vos contradictions et vos saletés à chaque fois que cela sera nécessaire, comme je le fais de façon générale à l'égard de quiconque sans distinction de race, de classe, de statut social ou tout ce que vous voudrez.

Cela s'appelle le débat public, et chaque mot est important. Si vous n'aimez pas ça, vous n'êtes pas obligé d'y participer.

En dehors de cela, il devrait être manifeste que, comme tout un chacun, je n'entretiens de correspondance qu'avec des gens que j'estime. Votre refus d'admettre cette évidence montre qu'il y a vraiment quelque chose de tordu chez vous.

Aliocha

Quel encens ? Quelle contrition ?
Non, hameau, une définition, et la supériorité d'une position qui sait se dégager de son réflexe pour mieux voir et mieux observer, ainsi mieux se défendre contre ceux qui divisent.
Mais il faut pour cela avoir le pied posé sur du solide et au moins savoir ce que l'on défend, ce que beaucoup ici semblent avoir oublié et ils sombrent dans les eaux profondes, manipulés par leur ennemi qui, hélas, alors a gagné.

C'est ce qui arrive quand on n'a plus d'idéologie, on est le pantin de l'ennemi et les insultes sans fin dont on l'abreuve, signant la victoire de la haine, entonnent la symphonie de la défaite, la longue mélopée des dhimmis.
Il semblerait que vous aussi, soyez tombé dans le piège, et définissiez le racisme comme l'attitude de celui qui défend ce qui l'interdit, et ainsi, devenu hors-la-loi, ne saurez jamais plus avoir la légitimité de la défendre et la revendiquer.
De vous-même, ne sachant plus en quoi vous croyez, vous choisissez le chaos, et ouvrez la porte à ce dont vous pensez vous protéger.
Ce n'est pas aux musulmans radicaux que vous vous soumettez mais, semblables à eux, à l'esprit de la haine et de la division.
Satan, alors, encore une fois mais plus pour longtemps car il est mis à terre par l'amour qui voit et qui éclaire, peut célébrer sa victoire momentanée.

caroff

@ Achille 00h50
"En fait c’est le dénommé caroff qui considère que les commentaires sans agressivité sont du pipi de chat. A mon avis il doit apprécier les émissions de Hanouna et Morandini où les invités s’invectivent généreusement."

Non, sans agressivité aucune, je vous confirme que je préfère les commentateurs qui ont des choses à dire (même si elles causent des vapeurs à certains) plutôt que ceux qui se croient obligés de paraphraser plus ou moins habilement les propos de Philippe Bilger...

Achille

@ Lucile | 29 juillet 2019 à 22:45
« Si je vous ai bien compris j'écris du pipi de chat. Mais puisque c'est pour ça que vous aimez me lire, tout va bien... »

En fait c’est le dénommé caroff qui considère que les commentaires sans agressivité sont du pipi de chat. A mon avis il doit apprécier les émissions de Hanouna et Morandini où les invités s’invectivent généreusement.

Pour titiller mes neurones, je n'ai nul besoin de commentaires choquants. Ils ne sont pas endormis à ce point.
Vos commentaires me conviennent parfaitement, même si je ne les partage pas toujours. Mais vu que vous faites la diète Macron, je suis tranquille pendant quelque temps...

Elusen

@ GERARD R. | 29 juillet 2019 à 14:28
▬ « Mme Morano critiquait les propos d'une secrétaire d'Etat de couleur… »

Ça c’est drôle !
Une secrétaire d’État de couleur ?!
Les secrétaires d’État auraient une couleur ?!

Et couleur et noir dans le même propos, tout aussi drôle, quand on sait que le noir en physique, c’est l’absence de couleur, et le blanc l’addition de toutes les couleurs, mais cela peut devenir compliqué pour certains.

Toujours aussi drôle Nardine bebek Morano aurait critiqué des propos ?!
En quoi la coupe de cheveux ou les vêtements de la Secrétaire d’État serait un propos ?!

▬ « d'un maire noir (ou de type africain - on ne sait plus comment s'exprimer) »

Et quand le maire ou la secrétaire d’État aurait une couleur de peau blanche vous le dites ?!
Je note que vous n’avez jamais dit : « Mme Morano députée blanche au bonnet D critiquait...»

Lucile

@ Achille | 29 juillet 2019 à 17:53

Si je vous ai bien compris j'écris du pipi de chat. Mais puisque c'est pour ça que vous aimez me lire, tout va bien...

Noblejoué

@ breizmabro

Eh bien, je défendais d'une part tous les pseudonymes...

"Quoi ? Que vient faire mon anonymat ici ?"

Le droit de chacun d'avoir un masque.

D'autre part, je ne trouvais pas beau que Patrice Charoulet défende un ami en disant qu'à part un ami, il se désintéressait du sort des autres.
Ce qui ne peut qu'inciter à attaquer les autres.

Cependant, je me suis mal fait comprendre, ce dont je vous prie de m'excuser.

Je n'ai pas de rapport avec Patrice Charoulet autre que ceux des commentaires que vous pouvez lire ici.
Et aucune influence sur lui, sinon il arrêterait sa croisade sans fin contre les pseudonymes.

Je ne sais plus qui m'a demandé qui j'étais pour vouloir changer les gens pour je ne sais plus quoi sur ce blog.
Je suis quelqu'un qui voudrait plus de liberté pour tous et moins de malveillance entre les gens, et un tel désir oblige à inciter les gens à aller dans cette direction.

J'espère être plus efficace et ne pas commettre d'injustice sur le chemin, voire ne pas indisposer les gens par une mauvaise communication. Si je l'ai fait, je vous prie de m'en excuser.
Vous n'aviez pas besoin de maladresse après que Patrice Charoulet vous avait soûlée, comme nous tous pauvres pseudos avec sa manie anti-masques !

Eh bien, pour vous qui nous parlez du homard breton, un lien qui incite à en manger en France :

https://www.francetvinfo.fr/decouverte/noel/video-homard-canadien-ou-breton-lequel-est-le-meilleur_493790.html

Mitsahne

Il est une coutume pendant les jours d’été que les chroniqueurs se doivent de suivre : détendre l’atmosphère toujours un peu tendue de l’actualité par des articles légers, un rien moqueurs, avec des ‘’clés’’ grosses comme des tisons.
Saluons ici deux de nos intervenants prolixes qui nous réjouissent de leurs propos coruscants mais peu amènes où l’accusation de racisme flotte comme une promesse électorale en milieu hostile.

A ma gauche, Tartuffe de Louche-Arrêt (TLA) vit dans sa taupinière aux multiples galeries qu’il appelle sa Ligne Maginot où il entasse les moindres petits bouts de mégot-ragot qui peuvent lui permettre de traquer le racisme (même à doses homéopathiques) chez un correspondant.

A ma droite, Robin de Lessez Choir (RLC), sorte de Don Quichotte qui voit l’œil de Poutine partout jusque dans son assiette de bouillon de poule et qui a un don évident à dénoncer les tares de nos dirigeants et les turpitudes des intervenants de ce blog.

Un blogueur se hasarde-t-il à dire qu’il a parcouru les Vosges en randonnée ? Les Vosges ? Numéro 88 ? Gravissime ! 88 = date de naissance de Hitler dont il resterait encore quelques admirateurs qui signent 88 (ou HH, H étant la huitième lettre de l’alphabet, HH veut dire aussi Heil Hitler !). Ce blogueur est foutu, fait comme un rat (de la race Taubi).
TLA le dénonce avec la véhémence de tous ses dictionnaires réunis.
RLC le soutient et pastiche Horace : « Que vouliez-vous qu’il fît contre ça ? »
TLA : « Qu’il mourût ! ou que de sa bâtardise il se débarrassât ! »
Toute la terreur que peut dégager ce double imparfait du subjonctif ne peut qu’indiquer une volonté de passage à l’acte.

RLC déclare : « Pour moi, le fascisme est "clot" depuis 1945. »
TLA explose de joie : « il » vient de passer aux aveux ! En effet, les mots ‘’clot’’ et ‘’45’’ sont l’anagramme de COLT 45, l’arme de référence des terroristes et ‘’il’’ a ainsi fait passer un message subliminal à ses complices !

Ce n’est qu’un exemple-échantillon. Des sources bien informées disent que tout cela se terminera par un duel. L’arme choisie par les deux adversaires est… l’obélisque de la Concorde. Celui qui restera le plus longtemps assis à son sommet gagnera un bon d’achat en pharmacie. A titre d’essai, un ancien maire de Paris s’est prêté de bonne grâce à l’expérience. Il aurait déclaré :
- De là-haut, on voit tout en foncé…
On ne saurait être plus clair.

Achille

@ caroff | 29 juillet 2019 à 12:10
« Pour ma part je fais mon miel des arguments ou des affirmations de ceux qui choquent ou titillent les neurones et m'ennuie en lisant ou en tentant de lire les pipis de chat ou les robinets d'eau tiède de ceux qui poussent des cris de pucelle effarouchée ou qui souhaitent sermonner les quidams opposés à leurs proclamations de pharisiens. »

Moi aussi j’aime bien lire les articles coruscants, comme vous dites (on dirait du genau) de Philippe Bilger. Par contre étant d’un naturel plutôt pacifique, je n’aime pas les affirmations péremptoires, surtout quand elles sont accompagnées de noms d’oiseau à l’encontre de celui qui a eu l’outrecuidance de contrarier l’auteur desdites affirmations.

Le pipi de chat a ses vertus. Il évite les brusques montées de tension et les poussées d’adrénaline, très mauvaises par temps de grosses chaleurs. Je suis arrivé à un âge où il faut que je surveille ces paramètres avec attention.
C’est la raison pour laquelle je préfère lire du Lucile avec qui je suis rarement d’accord, plutôt que du Marchenoir avec qui je suis pratiquement toujours en désaccord. Ceci même si je reconnais volontiers chez ce dernier un style proche de celui de Frédéric Dard qui enchanta mes jeunes années.

duvent

Il m'est revenu ce poème de Baudelaire,
qui ne change rien à l'affaire !

Abel et Caïn

I
Race d’Abel, dors, bois et mange ;
Dieu te sourit complaisamment.
Race de Caïn, dans la fange
Rampe et meurs misérablement.
Race d’Abel, ton sacrifice
Flatte le nez du Séraphin !
Race de Caïn, ton supplice
Aura-t-il jamais une fin ?
Race d’Abel, vois tes semailles
Et ton bétail venir à bien ;
Race de Caïn, tes entrailles
Hurlent la faim comme un vieux chien.
Race d’Abel, chauffe ton ventre
À ton foyer patriarcal ;
Race de Caïn, dans ton antre
Tremble de froid, pauvre chacal !
Race d’Abel, aime et pullule !
Ton or fait aussi des petits.
Race de Caïn, cœur qui brûle,
Prends garde à ces grands appétits.
Race d’Abel, tu croîs et broutes
Comme les punaises des bois !
Race de Caïn, sur les routes
Traîne ta famille aux abois.
II
Ah ! race d’Abel, ta charogne
Engraissera le sol fumant !
Race de Caïn, ta besogne
N’est pas faite suffisamment ;
Race d’Abel, voici ta honte :
Le fer est vaincu par l’épieu !
Race de Caïn, au ciel monte,
Et sur la terre jette Dieu !

Les Fleurs du mal, 1857

hameau dans les nuages

@ Aliocha | 29 juillet 2019 à 12:16
"Le seul critère fiable est l'amour du prochain"

Cela ne veut absolument rien dire votre truc ! Ce n'est qu'un voeu pieux vers lequel il faut tendre. Mais certainement pas un message politique. Et si votre "prochain" ne veut pas et a de mauvaises intentions à votre égard ? Et si votre ouverture d'esprit vers l'autre était considérée par cet autre comme un signe de faiblesse et de surenchère de sa part ?

L'encens et la contrition vous font tourner la tête. Vous êtes déjà dans la dhimmitude.

Patrice Charoulet

Monsieur Robert Marchenoir,

1. Nos échanges d'ici sont assommants pour les autres. Par mails, ils auraient supprimé l'ennui que nous infligeons à tous. Par bonheur, la plupart ont eu la bonne idée de zapper cette péniblissime séquence.

2. Notre chère modératrice a eu la gentillesse de s'entremettre entre plusieurs d'entre nous, qui échangent par mail et/ou par téléphone.

3. Chacun sachant ici que vous ne voulez faire connaître ni votre téléphone, ni votre adresse, ni votre profession, ni votre tête, ni votre mail à personne, il est impossible d'imaginer un seul instant que j'aurais demandé votre mail à l'un de mes vingt correspondants de ce blog, qui ne pouvait que l'ignorer.

4. La personne qui m'a spontanément communiqué, je ne sais pourquoi, votre mail, se trouve parmi mes 283 amis Facebook. Comment cette personne connaissait-elle votre mail ? Je l'ignore et je m'en moque. Est-ce un secret d'Etat ? Cette communication est-elle un crime ?
Vu le très haut niveau de paranoïa qui est le vôtre, je suppose que vous n'êtes pas loin de le penser. Permettez-moi de sourire.

5. Je redis que je communiquerai mon adresse, mon téléphone, mon mail et ma (très jolie) photo à qui voudra. Je présume que personne n'aura l'intention de venir me trucider.
A moins de croire que connaître le mail de Robert Marchenoir (ou sa binette ou sa profession) soit un crime. Je dis tout de suite que si je suis assassiné dans quelque temps mon assassin s'appelle Robert Marchenoir. J'en informe ma famille pour faciliter l'enquête.

6. Je ne suis pas certain qu'il faille opiniâtrement continuer ici nos aimables échanges dans les prochaines semaines , les prochaines années, ou, horresco referens, les prochaines décennies.

Aliocha

Vous avez parfaitement raison, caroff, il n'y a que le scandale qui puisse vous divertir et la transgression qui vous excite, j'avais déjà prouvé le sophisme de votre pensée sur l'immigration.

GERARD R.

Morano - Trump: mêmes combats ! C'est l'époque qui veut cela ! Il y a des personnes qui ne sont pas critiquables. C'est comme ça. Et parmi ces catégories d'intouchables, les gens dit "de couleur" (pardonnez ce blasphème) se taillent la part du lion.

Il n'est pas explicitement écrit que l'on ne peut critiquer un(e) Noir(e)(*) mais c'est tout comme.

Dans le premier cas, Mme Morano critiquait les propos d'une secrétaire d'Etat de couleur, qui a accédé à de hautes fonctions sans que cela ne la sensibilise pour autant à une certaine réserve, tant vestimentaire que verbale. Question d'éducation ou d'ivresse des libertés sans borne, que confère la position sociale à certain(e)s (*)

Sacrilège ! Il s'ensuivit le tumulte digne d'une tempête dans un verre d'eau que l'on sait.

Outre-Atlantique, le président himself, piqué au vif par les remarques, somme toute déplacées, d'un maire noir (ou de type africain - on ne sait plus comment s'exprimer), lui répond avec sa fougue habituelle, en gros: "Occupez-vous de la propreté de votre ville !"

Dans un cas comme dans l'autre, les orfraies bien-pensantes, celles indéboulonnables du camp du bien, ont hurlé au racisme. Sans aucune autre forme de procès. La simple critique, qu'elle soit d'ordre professionnel ou éthique a été, dès lors qu'elle s'adresse à tout autre qu'une personne de type caucasien, intégrée dans le fourre-tout racialiste.

Plus récemment et même s'il s'agit d'un sujet différent, un député LREM, dépité de voir la façade de sa permanence saccagée, haranguait les badauds en demandant si quelqu'un avait vu un gilet jaune, UN SEUL gilet jaune, s'opposer au saccage ou tenter de le dissuader ?

Et personne dans le groupe de curieux pour lui répondre poliment: "C'est comme les députés de votre formation vis-à-vis des nombreux éborgnés sous votre gouvernance, M. le député !

C'est pour cette raison que l'esprit de franche répartie d'une Mme Morano ou d'un M. Trump séduit tant une partie des citoyens français et américains.

(*) N'ayant aucune raison de me fâcher avec la grammaire de mon époque, je demande à être exonéré de cette nouvelle ineptie d'écriture... "inclusive" à laquelle je ne me soumettrai en aucun cas !

Elusen

@ Robert Marchenoir | 29 juillet 2019 à 07:34
« Je ne réponds jamais aux torrents de haine et de mensonges...»

Le problème, c’est que le torrent, c’est vous !

Vous êtes un Émile Louis qui vient nous parler des droits des enfants handicapés.
Un Marc Dutroux qui nous parle de la protection de l’enfance.
Un Joseph Goebbels qui nous parle du droit des juifs.
Ici, un raciste qui nous parle du droit des autres et du torrent de haine.

Pour votre courriel et votre adresse personnelle c’est facile à obtenir, l’informatique cela se craque et il y a des sites qui aident à le faire, il suffit d’y mettre un lien Internet et il se charge du reste.

Pour votre délire, sans aucune preuve, aucune source, sur les noirs et l’esclavage qui aurait amélioré leurs conditions de vie, je laisserai cela sur le compte de Creutzfeldt-Jakob.

-------------------------------------------------

@ Valéry | 29 juillet 2019 à 10:42
▬ « On observe que les différentes cultures collent à un schéma précis et qui se répète, basé sur l'emplacement géographique, donc racial par conséquent. »

Qui ça on ?!
Vos sources, vos données, où sont-elles ?!

▬ « un schéma précis »

Lequel, nous ne pouvons pas faire plus énigmatique ?!
Grosso modo, vous n’en savez rien, vous n’avez aucune preuve de ce que vous avancez, vous affirmez que c’est comme ça que cela a été prouvé.

Si ça a été prouvé, elles sont où ces preuves ?!

Lucile

@ caroff

Je me suis fait la même réflexion que vous sur l'amitié qui peut lier deux blogueurs entre eux (surtout s'ils sont ligués contre un troisième). Mais après tout chacun se fait de l'amitié l'idée qu'il veut. En revanche je souscris entièrement à la notion d'affinités évoquée par Noblejoué. Et je vous rejoins quand vous évoquez le plaisir qu'il y a à lire certaines interventions. Ce blog est exceptionnel ; même les crétins qui y contribuent sont pittoresques, et les moins dépourvus d'humour sont comiques, quoique sans le savoir.

J'en profite pour remercier Pascale et Philippe Bilger qui sont encore aux petits soins pour Justice au Singulier pendant la période estivale, comme les dimanches et les jours de fête.

Aliocha

C'est très clair, Valery, et tout votre propos le démontre, les différences sont socioculturelles, et n'ont aucun rapport avec aucune race, notion fausse qui ne peut donc être prise comme critère fiable d'évaluation.
Le seul critère fiable est l'amour du prochain, fondement évangélique et universel de nos lois, et il n'y a qu'en Europe, sur la base de la réconciliation franco-allemande, que nous saurons, si nous respectons ce fondement, être à la hauteur de cet idéologie salvatrice, renoncer aux impérialismes et inventer le seul mur viable qui soit, l'équilibre des relations entre les entités contradictoires, c'est-à-dire l'effort, au moins chez nous, du respect des lois.

Les peuples européens et occidentaux, s'ils confirment qu'ils ont perdu ce fondement et tout indique qu'il le perde, Marchenoir en est le signe, sont voués au remplacement qui ne pourra, au vu de nos arsenaux, qu'être mortifère pour l'humanité.

caroff

@ Lucile 11h10
"Cette polarisation de la pensée est intellectuellement inepte, politiquement désastreuse et humainement mauvaise"

Oui, ça me rappelle mes années de catéchisme !
Sinon, je reste perplexe quant à la possibilité de se faire des "amis" (le mot est puissant) sur un blog. Les dernières passes d'armes démontrent en revanche qu'on peut s'y faire des ennemis.

Ce qui m'a plu dans cet espace c'est la possibilité de commenter les articles coruscants de Philippe Bilger et d'être accompagné dans cet exercice par des contributeurs souvent passionnants, drôles et cultivés. Leurs réflexions ou leurs aveux, leur franchise (RM) en tout cas créent parfois des malaises chez ceux (ou celles) qui ne sont pas habitués à la polémique ou à une forme de "disputatio".

Pour ma part je fais mon miel des arguments ou des affirmations de ceux qui choquent ou titillent les neurones et m'ennuie en lisant ou en tentant de lire les pipis de chat ou les robinets d'eau tiède de ceux qui poussent des cris de pucelle effarouchée ou qui souhaitent sermonner les quidams opposés à leurs proclamations de pharisiens.

Quant au troll bétonnier, appuyons de temps à autre sur le bouton rouge comme l'avait suggéré Giuseppe !

Longue vie à ce blog quoi qu'il en soit !

Aliocha

Il n'y a ni bon, ni mauvais côté, Lucile.
Depuis que vous êtes arrivée ici, vous n'avez de cesse de prendre parti, de critiquer les vidéos de chants religieux, de vous scandaliser quand j'avoue prier pour les gens à qui je m'adresse, bref de juger ma personne, ce que je ne fais jamais, ni à votre endroit, ni à l'endroit de quiconque.

Par contre, je suis et serai toujours intraitable envers les idées qui me semblent fausses, les hypocrisies que les contradictions révèlent, que vous preniez cela pour insulte est le signe que vous n'êtes pas prête au débat démocratique, et au combat radical qu'il représente, que vous confondez votre personne avec les idées que vous défendez et que je démonterai avec constance si elle me semble fausse.

Vous avez l'outrecuidance de me traiter ainsi d'insulteur, alors que, restant sans voix à propos de vos inconséquences shakespeariennes, vous venez de traiter mes arguments de masturbation.
Si vous n'êtes pas cohérente, je vous le ferai remarquer, et si vous n'êtes pas prête à le supporter sans vous sentir intimement attaquée, abstenez-vous de toute confrontation publique, notre échange actuel témoigne encore une fois de votre hypocrite tyrannie.

Savonarole

Curieusement, le couillon qui a balancé à Patrice Charoulet les mails de certains contributeurs est étrangement silencieux...

Lucile

@ Aliocha

Vous me mentionnez régulièrement dans vos posts pour m'attribuer des idées ou des sentiments qui ne sont pas les miens. C'est un peu lassant. Je n'éprouve pour vous ni antipathie ni amitié, tout le monde n'est pas fait sur le même modèle que vous, et ne ressent pas d'hostilité personnelle pour ses contradicteurs. L'antipathie que vous m'attribuez serait "instinctive et primale", ce qui en dit long sur les projections que vous faites à mon endroit. Ne cherchez pas ailleurs la cause de mes réticences à votre égard.

En tant qu'AMI, vous voilà enrôlé par Patrice Charoulet pour faire avouer à Marchenoir qu'il est "raciste", on dirait un interrogatoire de police. Nom, adresse, profession, aveu. Tant qu'il n'aura pas signé vous le harcèlerez. Voilà que vous me mêlez sans rien savoir de moi ni de ma famille à vos admonestations, comme si j'en avais besoin. C'est insultant. Laissez-moi vous dire que votre façon de diviser le monde entre gentils et méchants, et de vous croire du bon côté et les autres du mauvais, est une attitude directement apparentée au racisme. Cette polarisation de la pensée est intellectuellement inepte, politiquement désastreuse et humainement mauvaise.

Valéry

@ Aliocha

Je ne sais pas si ce sont les "racistes" qui sont piégés, moi je pense que ce sont plutôt les mondialistes, avec leur relativisme culturel sans fondement. On observe que les différentes cultures collent à un schéma précis et qui se répète, basé sur l'emplacement géographique, donc racial par conséquent. Il faut être de mauvaise foi pour nier l’existence d'une culture asiatique, d'une culture occidentale, d'une culture africaine, chacune avec des particularités distinctes.

Donc, la question que je poserai, en premier lieu, à un "anti-raciste" serait : êtes-vous à l'aise avec votre pays changeant de culture (et d'aspect par conséquent), et cela de façon définitive, ou en d'autres termes, plus incisifs : à partir de quel pourcentage de métissage la France cesserait-elle d’être la France ? 50 % ?

Ou peut-être que 100 % vous trouble davantage ?

Au moins votre réponse, si elle est sincère, nous donnera un aperçu de ce que vous aimeriez voir la France devenir, car la démographie, comme science, fournit des prévisions implacables. Tourner au tour du pot en rétorquant que cela n'arrivera jamais, que le "grand remplacement" serait de l’enfumage c'est malhonnête, ou naïf pour le moins. Si un pourcentage ne cesse d'augmenter au fil des années, sauf résistance volontaire, cela continuera.

Soit vous considérez que la France doit rester de culture occidentale, judéo-chrétienne, pour son bien-être, et dans ce cas-là vous rejoignez tous ceux que vous étiquetez "racistes", car telle est leur motivation, soit vous vous en fichez et êtes à l'aise avec l’expérience en cours : africanisation et islamisation à grande échelle.

Maintenant, je vais faire clair : je ne suis pas contre les changements, ce sont eux qui, le plus souvent, structurent notre vie et notre société car ils nous obligent à nous adapter, nourrissant notre intelligence. Les Grecs nous ont changés, les Romains aussi. Mais un changement de cette nature, quand il est volontaire et non imposé, une mutation de civilisation et de culture, demandent une vision plus large et à long terme. Donc, lequel des pays africains (donc de culture africaine) vous semble offrir des garanties solides, dans les domaines sociétal et économique, garantissant le bien-fondé d'une telle évolution ?

Un seul exemple me suffira, merci.

breizmabro

@ Noblejoué 28 juillet 2019 à 12:51

"Je ne vous demanderai rien pour (...) Breizmabro..." (Patrice Charoulet)

Quoi ? Que vient faire mon anonymat ici ?

En même temps, comme dit l'autre, ça tombe bien qu'il ne demande rien sur moi car je n'ai JAMAIS commenté UN commentaire de ce petit monsieur, assez ennuyeux pour tout dire, qui nous impose ses listes de citations (une citation par mois, comme au tableau noir de sa jeunesse, suffirait... largement).

Comme il doit regretter de ne pas s'être engagé aux côtés de Pasqua pour collectionner avec lui les "bonnes fiches" sur chacun !!

Si vous croisez ce petit monsieur, Noblejoué, dites-lui de prendre sa gomme et d'effacer mon pseudo. Merci d'avance.

duvent

@ Robert Marchenoir | 29 juillet 2019 à 07:34
« Sinon, vous, vous êtes de quelle race ? Et de quelle religion ? »

Ces questions sont, semble-t-il, capitales et principales, disons plutôt cruciales...

Et vous, Marchenoir, vous allez nous le dire quand ?

Quoi ? Mais votre race, et la religion de vos ancêtres ?

Notez que je vous le demande pour vous plaire, dès lors il serait très inconvenant de vous en plaindre, n'est-ce pas ?

Il est amusant de voir que vous ne comprenez pas qu'un vieux professeur vous a certainement sans le vouloir fait choir, mais oui, jusque-là vous aviez sauvé les apparences, plus ou moins, et votre propagande indigeste faisait florès...

Et voilà que le colosse aux pieds d'argile s'enferre, s'enfonce et se compromet. Je cherche à quel moment fatidique vous avez dévissé, et cet instant est si fugace qu'il m'échappe.

Je m'interroge et me perds en conjectures, oui, car je ne sais pas s'il est plus révoltant de demander son adresse mail à une personne, ou sa race et sa religion ?

J'attends votre avis d'expert en tout, avec impatience !

Et puis comme toujours vous serez mesuré, pondéré et impartial, ce qui rendra votre sentence merveilleusement inutile et vaine.

Donc je vous félicite, continuez ainsi, c'est très divertissant !

Vous-même, de votre côté, vous devez penser à remercier votre adversaire, il vous a sorti de l'ombre, et au grand jour vous semblez chétif, malingre et puant le renfermé, le soleil vous fera le plus grand bien...

J'allais oublier, si ma race et ma religion vous intéressent n'hésitez pas à m'en faire part, c'est avec plaisir que je vous donnerai ces précisions pour vos fiches signalétiques, voulez-vous également mes empreintes dentaires et le reste ? Je vous en prie faites-le moi savoir !

Vous n'êtes pas le premier à vous passionner pour les races et les religions, ces questions sont celles que se posent ceux qui ont répondu à la plus importante : est-ce que Jacob avait vraiment besoin d'une échelle ?

De mon point de vue, un tabouret aurait suffi pour distribuer des petits badges de couleur, anodins et bien usinés...

Aliocha

L'élasticité des mots a bon dos pour ne pas assumer ses positions discriminatoires, et prétendre que la race serait un critère d'évaluation crédible.
Marchenoir est piégé car il lutte avec sa détermination redoutable contre l'antisémitisme et pour la démocratie, en regard de quoi, les principes fondamentaux qui légitiment ses deux attitudes sont bafoués dès qu'il se comporte comme il le fait vis-à-vis de la race.
Il n'y a aucun jugement moral là-dedans, et le tour que prend la discussion disperse le propos dans la diversité des relations de chacun à chacun.

J'ai déjà tout dit ce que j'avais à dire, questionné par notre brutal débatteur, qui refuse de répondre lui-même à ses propres questions, révélant qu'il ne peut pas, s'il veut rester cohérent avec les deux positions décrites plus haut, légitimer son racisme sans exposer la tension intenable de ses contradictions.

Même en cédant à la désinhibition des comportements reptiliens ou simiesques, on ne saura jamais justifier l'injustifiable, le racisme est condamnable non parce que c'est mal, mais parce que c'est faux, et toute position sophiste à ce sujet s'écroulera d'elle-même, que les antiracistes se comportent de manière raciste en retour ne fait que renforcer l'argument, et tous mes efforts avec notre ami égaré tendent à aller dans ce sens, qui n'est, comme je le fais avec une patiente constance sous les quolibets de la meute, qu'un simple rappel à la loi.

Évidemment, il ne se rendra pas sans nous faire montre à l'habitude de ses figures avec retour arrière et triple flip inversé, peut-être Lucile saura-t-elle enfin aller au-delà de son antipathie instinctive et primale à mon égard pour comprendre le sens pléonastique de cette formule à son endroit, il ne pourra en l’occurrence et à son habitude que finir dans le décor artificiel qu'il tente de nous faire passer pour la réalité, celle qui est décrite avec la plus grande simplicité dans la formulation des principes fondamentaux, et qu'il est interdit, oui, interdit, si ce mot a encore un sens chez les désinhibés qui osent se prétendre conservateurs, de transgresser.

Robert Marchenoir

@ Patrice Charoulet | 28 juillet 2019 à 20:46

Toujours pas le début d'une excuse de votre part. Non seulement vous ne niez pas m'avoir longuement harcelé par mail à l'aide d'une adresse que j'avais explicitement refusé de vous transmettre, non seulement vous admettez l'avoir obtenue d'un tiers contre ma volonté, mais vous vous employez (une fois de plus) à vous justifier. A finasser. Et à vous en prendre à moi.

Vous prétendez :

"Quelqu'un d'un autre blog que celui-ci, sans que je demande rien, mais qui s'est procuré MON mail (c'est facile) m'a obligeamment communiqué le mail de RM, jetant un œil sur les commentaires d'ici. Je connais son nom. Manifestement, le mail était bon."

Cela m'étonnerait beaucoup. L'auteur d'un autre blog sur lequel je commente vous aurait communiqué mon adresse mail ? Sans que vous la lui demandiez ? Et il a dû se procurer votre mail pour cela ? Il a fait la démarche volontaire, ne vous connaissant pas, de rechercher votre mail, simplement pour vous transmettre le mien ? Et dans quel but, grands dieux ?

Cela, alors même que n'importe quel auteur de blog sait que les adresses mail de ses commentateurs sont des données ultra-confidentielles, que pas un n'aurait l'idée de les transmettre à autrui, et certainement pas sans la permission de l'intéressé ?

Eh bien ! vous avez une façon très simple de prouver que sur ce point, au moins, vous dites la vérité : il vous suffit de nous faire connaître le nom de ce blogueur.

Cependant, j'ai un doute. Car ici, vous mentez ouvertement :

"Alors que je vide ma boîte intégralement, lui, il a beau nous raconter des salades, il a gardé tous mes mails."

Je ne sais pas ce que veut dire "je vide ma boîte intégralement", mais je viens de vous expliquer que je n'ai pris connaissance que d'une partie de vos mails (heureusement !). Vu votre harcèlement, je suis assez rapidement passé en effacement automatique. Je ne peux donc avoir gardé tous vos mails, puisque la plupart d'entre eux ne me sont même pas parvenus !

Au demeurant, vous ne manquez pas de culot de me reprocher d'avoir gardé ceux que j'ai reçus, après avoir fait des pieds et des mains pour accéder par effraction à ma boîte mail !

"Il a supprimé tout ce qui l'arrangeait, il a tronqué."

Évidemment ! Je n'allais pas ennuyer les lecteurs avec une copie intégrale de votre prose ! J'ai dit d'ailleurs ce que j'ai coupé : vos hypocrites flatteries, que je ne souhaite pas plus recevoir que vos insultes qui, bien évidemment, les annulent.

"Il a rajouté des noms propres."

Absolument pas. Je n'ai fait que reproduire vos propos.

"Il prétend que j'aurais commis une indiscrétion concernant Aliocha, or, bien au contraire, je l'ai prié de lui foutre la paix, sans commettre la moindre indiscrétion."

Bien sûr que si, vous avez commis une indiscrétion. Je ne peux la reproduire ici, pour des raisons évidentes. Cependant, je vais demander à Pascale Bilger si elle aurait l'obligeance de vous transmettre le passage que j'ai volontairement omis pour cette raison, afin de vous rafraîchir la mémoire. Je ne doute pas que vous m'en rendrez justice publiquement.

Je note que vous contestez m'avoir adressé des appréciations peu flatteuses pour certains de nos collègues commentateurs, qui vous mettent aujourd'hui en position délicate à leur égard ; mais que vous ne contestez nullement les insultes et les menaces que vous m'avez adressées, à moi...

"Qui parmi ceux qui m'ont donné leur mail regrette de l'avoir fait ? Personne. A qui ai-je fait tort ? A personne."

Vous vous enfoncez. Vous m'avez fait un tort considérable, et vous le savez bien. Mais, ça, ça ne compte pas, n'est-ce pas ? puisque c'est au nom de "l'anti-racisme"...

Une preuve de plus de ce que j'affirme : "l'anti-racisme", ce n'est autre qu'un sauf-conduit pour se livrer impunément à ses plus bas instincts.
______

@ Elusen | 28 juillet 2019 à 14:01

Merci de montrer à tous le genre de petit flic facho-communiste qu'est, en réalité, un "anti-raciste" tel que vous.

Je ne réponds jamais aux torrents de haine et de mensonges que vous déversez ici, mais pour une fois, une petite mise au point s'avère nécessaire.

Car une fois de plus, vous mentez comme un arracheur de dents, et sur la situation politique générale, et sur mon compte.

J'ai, en effet, commenté sur la plupart des sites que vous citez. Il est très facile de s'en assurer. Il suffit de mettre mon nom dans un moteur de recherche, et d'avoir beaucoup de temps à perdre, comme vous.

Il n'est pas possible, contrairement à ce que vous prétendez de façon ridicule, de trouver mon "courriel" de cette manière. Les adresses mail des commentateurs de blogs ne sont pas publiques. Vous le savez fort bien, mais vous vous employez à semer la désinformation. Charoulet tente de m'intimider avec la politique et la justice ; vous, vous tentez de m'intimider avec la technique. Je connais ces méthodes par cœur.

Vous avez encore beaucoup de travail devant vous.

La plupart des sites que vous citez sont excellents. Gates of Vienna fait, aux Etats-Unis, un travail remarquable de réinformation et de défense de la civilisation occidentale, et bien sûr ne prône nullement l'extermination des musulmans, contrairement à vos calomnies.

Je suis sûr que, comme tout manipulateur islamo-gauchiste qui se respecte, vous pourrez tirer de leur contexte quelques lignes, parmi des millions, qui envisagent la possibilité d'une guerre totale entre la chrétienté et l'islam, et que vous pourrez leur faire dire ce qu'elles ne disent pas. Seuls des insensés ne réfléchiraient pas à une telle hypothèse.

J'ai, en effet, longtemps commenté chez Gates of Vienna, et je vous remercie de rendre hommage à ma contribution. Ma modestie personnelle m'aurait empêché de l'évoquer le premier.

Baron Bodissey (pseudonyme), le responsable dévoué de Gates of Vienna, a peut-être eu l'indulgence de me présenter, une fois, comme l'un des correspondants du blog en Europe. C'est, hélas, parfaitement exagéré. J'ai, en effet, fourni un ou deux billets, comme blogueur invité. Il est beaucoup trop élogieux, de votre part, de laisser croire que je serais l'un de leurs correspondants. D'autres que moi ont ce mérite.

Riposte Laïque est un autre excellent site, que beaucoup de lecteurs de Philippe Bilger connaissent très certainement. Ses courageux animateurs font également un remarquable travail pour s'opposer à l'islamisation de l'Europe.

Contrairement à votre pseudo-enquête de kaguébiste amateur, Riposte Laïque n'est pas un site helvétique, mais un site français. Il est passé formellement sous juridiction suisse, pour échapper aux poursuites pour délit d'opinion suscitées par les cafards gauchistes dans votre genre.

Mais ce sont bien des Français qui l'ont créé. Je n'ai pas beaucoup écrit chez eux. Ils ont le défaut, à mes yeux, d'être d'anciens communistes et syndicalistes. Mais enfin, lorsque c'est la souveraineté de la France qui est en jeu, un peu d'union nationale ne fait pas de mal.

Galliawatch est un autre excellent site contre-djihadiste. Il permet aux anglophones du monde entier de suivre les progrès de l'islamisation de la France -- et aussi, bien sûr, les efforts de ceux qui la combattent. Ses articles sont d'ailleurs souvent utilisés par Gates of Vienna.

Galliawatch n'est évidemment pas "raciste", sauf si vous entendez par là (comme tous les malhonnêtes dans votre genre) qu'il est vigoureusement opposé à l'immigration de masse et à l'islamisation de l'Occident.

Galliawatch ne prône évidemment pas le meurtre, contrairement à vos assertions ridicules. J'y ai très peu contribué (je ne peux pas être partout), et je n'ai évidemment pas "côtoyé Anders Breivik sur ce site", qui n'est ni un auteur de Galliawatch, ni (évidemment) n'a bénéficié de son soutien.

Breivik a sans doute lu, et cité en référence un certain nombre de sites contre-djihadistes, dans son "testament", mais vous citez bien des sites du gouvernement français : il ne s'ensuit pas que tous les membres de l'administration sont aussi abrutis et malfaisants que vous. Naturellement, la machine d'oppression communiste et "anti-raciste", avec sa malhonnêteté habituelle, a amplement exploité ce fait pour tenter de salir ces sites, par assimilation abusive.

Je vous félicite pour avoir réussi à trouver un site beaucoup plus confidentiel, celui de The Thinking Housewife, dont vous dites avec une naïveté qui confine à la sottise qu'il "prône la femme à la maison et les tâches ménagères".

Vous omettez l'essentiel, à savoir que, comme son nom l'indique, il est écrit par une femme ; et que son titre proclame exactement le contraire de ce que vous dites, à savoir que ce n'est pas parce qu'une femme reste à la maison qu'elle n'est pas capable de réfléchir.

Vous omettez ce qui est encore plus important, et qui est le thème de ce blog : la foi chrétienne. C'est le blog d'une catholique traditionaliste. La plupart de ses écrits sont consacrés à la religion.

Votre malhonnêteté crasse vous conduit à omettre un tout petit détail : je ne commente pas habituellement chez elle, pour la bonne raison... qu'elle n'accepte pas les commentaires. A l'exception de ceux qui pourraient lui être adressés par mail, et qu'elle publie si ça lui chante, c'est-à-dire très rarement.

L'auteur de The Thinking Housewife constitue un sujet d'étude sociologique saisissant. Dans un premier temps, elle était l'assistante de fait d'un autre blogueur américain remarquable, aujourd'hui décédé, Lawrence Auster. Il est le frère du romancier Paul Auster. C'est l'un des meilleurs blogueurs réactionnaires de tous les temps. Ses écrits sont d'un très haut niveau. Il était, bien sûr, comme nous tous, préoccupé par l'immigration de masse, l'islamisation et la perte des valeurs occidentales.

Son blog est toujours en ligne, et j'encourage vivement les lecteurs anglophones à le consulter.

L'extraordinaire paradoxe de The Thinking Housewife (son nom est public, mais il m'échappe à l'instant) est qu'elle fut dévouée corps et âme à l'œuvre de Lawrence Auster de son vivant, que ce dernier est juif, et que, depuis sa mort, elle s'est convertie à un antisémitisme virulent. Doublé d'un complotisme qui confine à l'absurde. Pour elle, non seulement le 11-Septembre est un "inside job", mais la plupart des attentats musulmans commis en Europe sont des mises en scène.

L'un des rares commentaires que je lui ai adressés la prenait à partie sur ce point, et bien entendu elle ne l'a publié que pour le mettre en pièces.

A part ça, sa vision des mœurs, de la civilisation, des arts et de la foi est très juste. Elle constitue un exemple frappant du mélange de réalité et de mensonge qui aide certains êtres à affronter les malheurs du monde.

Qu'y a-t-il d'autre pour votre service ?

Je serais "allé jusqu’à affirmer que l’esclavage des personnes noires aux USA leur a permis de sortir gagnant". Il est très possible que je l'ai dit, en effet, car c'est manifestement vrai.

Seul un malhonnête ou un communiste (mais c'est souvent les deux) peut nier qu'il vaut mieux être Noir aux Etats-Unis que Noir en Afrique. Et de loin. Ergo, les Noirs américains, au lieu de réclamer des réparations financières pour l'esclavage, devraient baiser les pieds des Blancs soir et matin.

Et ce n'est certainement pas "carrément sur un site suprématiste de Blancs" que je l'ai dit, car une telle chose n'existe pas. Pas plus que le "racisme".

Je n'ai évidemment pas "donné mon adresse" sur les sites de la BBC et du Guardian. Pas publiquement, en tous cas, gros malin ! Il se peut que j'y aie commenté, comme j'ai commenté sur des centaines de sites. En l'occurrence, je vous trouve assez peu fair-play de ne pas me féliciter pour être intervenu sur ces deux sites de gauchistes immigrationnistes sentant des pieds.

Et on ne peut évidemment pas "trouver mon courriel" sur "un site qui prône le racisme". Resetdoc ? Connais pas.

Y a-t-il autre chose que vous vouliez savoir ? N'hésitez pas à me demander.

Sinon, vous, vous êtes de quelle race ? Et de quelle religion ?

Noblejoué

@ Patrice Charoulet
"Un mot à Noblejoué, qui a voulu commenter les échanges entre RM et moi. Il dit que demander à Aliocha « sa race » n'est pas plus grave que lui demander sa profession, sa ville, son nom, etc. Il n'a pas suivi le film. Le long débat entre Aliocha, Mary et moi vs RM a porté sur le racisme. Demander tout à trac à l'un de ses interlocuteurs : « Au fait, c'est quoi votre race ? », c'est bien espérer la réponse : « Je suis Noir, je suis Jaune, etc. » Ce qui aurait mis fin au débat, aux yeux de RM."

J'ai suivi le film. Je pense que si quelque Noir le disait, cela mettrait fin au débat pour Robert Marchenoir.
Mais...

"Cela n'a rien à voir avec la question : « Vous faites quoi dans la vie ? », question que pose Philippe Bilger au début de chaque entretien, et à laquelle RM a refusé de répondre avec indignation : « De quel droit osez-vous me demander ma profession ? »"

Cela a à voir.

Vous avez dit je ne sais où qu'il ne faudrait pas que madame Bilger corrige pour voir le vrai niveau des gens (drôle de critère). Vous avez dit sur l'espace commentaires du blog (si Robert Marchenoir a manipulé vos interventions sur son blog, il est bien coupable, si cela était prouvé, on pourrait douter de son intervention pour le reste) que Robert Marchenoir était un littéraire de haut niveau. Vous avez dit vouloir noter les gens. Vous avez dit vouloir avoir le cursus de chacun...

...Tout cela forme une grille de lecture préalable sur les interventions des gens. Cela donne plus ou moins de prestige et de crédibilité aux gens, dans les cas extrêmes, cela ne peut qu'emporter l'adhésion ou éliminer, au contraire, certains intervenants.

Tandis que je suis pour le masque en tout pour qu'on juge des commentaires des intervenants sans préjugés.
Comme dans un examen ou un concours où l'identité des gens est dérobée à la vue des examinateurs.

Certains se rehaussent, je suis l'enfant de mes parents et je connais des gens qui sont des modèles accomplis, et je parviens à des résultats étonnants mais néanmoins véridiques et contrôlés dont je ne me vante pas vraiment, mais mes collaborateurs, ou mes opposants sont des faire-valoir.
Certains sélectionnent en délégitimant sur autre chose que ce qu'ils disent... Dans tous les cas, il y a des préjugés.

Quels sont les bons et les mauvais préjugés ?

Je reconnais qu'en défendant les Noirs, et me semble-t-il les femmes, vous êtes contre les préjugés au niveau des principes.
Mais par votre comportement sur le blog, vos principes anti-pseudonymes, vous nuisez à la cohérence de votre démarche.

S'il est prouvé que Robert Marchenoir a dit je ne sais où que l'esclavage avait été une bonne chose pour les Noirs, on peut espérer que les gens en viennent à se désolidariser de sa démarche.
Une des plus grandes conquêtes morales de l'humanité fut l'abolition de l'esclavage. Il me semble encore plus grave de tendre à réhabiliter l'esclavage que le racisme, à ce propos :

http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Bibliotheque-des-Histoires/La-revolution-abolitionniste

http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Bibliotheque-des-Histoires/Qu-est-ce-que-l-esclavage

Je vous remercie de m'estimer sans parler des autres, espérons tous être dignes d'estime en faisant preuve de toute l'honnêteté intellectuelle possible.

Noblejoué

@ Lucile
"Si on a des "amis" sur le blog juste histoire de les distinguer de ses "ennemis", et en fait de pouvoir se soutenir les uns contre les autres, l'ambiance générale en souffre ; et surtout, du moment où l'on se met dans un clan, adieu la liberté de parole, on se transforme en militant."

Je n'envisageais pas l'amitié ainsi. Je réserve ce terme aux humains qui se comportent autrement que dans un rapport de force.
Je ne vois pas pourquoi certains ne se sentiraient pas des affinités avec d'autres, ce qui ne veut pas dire être toujours d'accord, sur Internet comme ailleurs. Les affinités électives ! Bien des gens veulent faire rentrer les gens dans un cadre, c'est un même tempérament. Si de plus les cadres sont proches, un antiracisme rigide ou une interprétation rigide de René Girard, qu'il y ait rapprochement naturel me semble normal.

De même, entre Robert Marchenoir et d'autres, il y a des affinités naturelles, et donc, rapprochement.

J'ai pensé moi-même avoir des affinités avec quelqu'un, non idéologique mais basée sur l'esprit de curiosité face au monde, la recherche de sens, une certaine ironie, mais c'était une erreur. Je ne méritais pas qu'on me diabolise pour autant, je ne mérite pas non plus mon égérie, et d'autant qu'il est sans doute trop tard pour moi s'il a jamais été temps.
Équilibre ? Symétrie tout au plus, mais bref, je crois qu'il existe des affinités entre certains sur un blog comme ailleurs en même temps que des coalitions, par exemple contre anciens adversaires contre quelqu'un d'autre... Démêler tout cela est aussi difficile que, eh bien tout, par exemple la généalogie de telle ou telle idée ou telle évolution possible pour l'avenir.

Claggart

@ Patrice Charoulet 28 juillet 20h46

Je pense que notre indispensable professeur se reconnaîtra dans ce vers célèbre :

"Mais à la fin il nous ennuie"

Elusen

@ Lucile | 28 juillet 2019 à 19:41
« Merriam-Webster »

Dictionnaire de langue anglaise !
Et pourquoi pas un dictionnaire d’hébreu ou d’allemand ?!

D’ailleurs c’est supposé prouver quoi, que le racisme, c’est bien ?!
Comme nous balancer que la bombe nucléaire est d’usage récent.

Patrice Charoulet

A TOUS LES COMMENTATEURS DE CE BLOG

Présent ici depuis trois ans, je ne sais pas ce qui s'y passait avant. Concernant Monsieur Robert Marchenoir, je pense pouvoir avancer au moins ceci, qui ne sera démenti par personne : ayant agressé une bonne centaine d'entre nous, tour à tour, il répond particulièrement vite à quiconque à la mauvaise idée de désapprouver l'ombre du début de l'une de ses assertions. Après une assez longue période de silence sur le sujet de RM (dont j'ai expliqué les raisons le 20 juillet), j'ai eu la mauvaise idée d'oser rompre ce silence. Mal m'en a pris. Je me doutais bien que sa riposte serait terrible. Une chose m'a surpris. Mon apostrophe (quasi sacrilège) a été commise le 26 juillet à 9h35, et sa réponse a été faite le 28 juillet à 9h18. Quarante-huit heures pour répondre, ça ne lui ait jamais arrivé. Je comprends pourquoi. Il lui a fallu un temps fou pour monter son opération. Chapeau l'artiste ! Quel talent dans l'arnaque. C'est du grand art. Alors que je vide ma boîte intégralement, lui, il a beau nous raconter des salades, il a gardé tous mes mails. Et il lui a fallu un temps considérable pour construire sa cathédrale en carton-pâte. Quel faussaire. Il a supprimé tout ce qui l'arrangeait, il a tronqué, il a fait du patchwork, rajouté des noms propres, inventé des fables (il prétend que j'aurais commis une indiscrétion concernant Aliocha, or, bien au contraire, je l'ai prié de lui foutre la paix, sans commettre la moindre indiscrétion). Il espère me fâcher avec Achille. Or Achille, il y a quelques trimestres avait été quelque peu injuste avec moi. Depuis lors, tout va bien entre nous, Achille est parmi ceux que j'estime sur ce blog. En passant, je peux dire qui j'estime aussi, Lucile, Mary, Catherine, duvent, semtob, Luçon, Deluré, caroff, genau, sbriglia, Savonarole, Aliocha, Zonzon, Noblejoué, Dubois, Tipaza, Exilé, Weinzaepflen, fugace, Le Cauchois, Marquet et quelques autres…

Un mot sur les mails. J'ai demandé son mail à toute personne avec laquelle je souhaitais parler d'un point ou deux, trop particuliers, par crainte d'embêter le reste du lectorat dans l'espace « commentaires ». Qui parmi ceux qui m'ont donné leur mail regrette de l'avoir fait ? Personne. A qui ai-je fait tort ? A personne.
RM avance que j'aurais « arraché » ou « volé » son mail à quelqu'un. C'est archifaux. Il oublie de dire ce que plusieurs savent : il participe à une foule de blogs. Je n'en donnerai pas la liste. Quelqu'un d'un autre blog que celui-ci, sans que je demande rien, mais qui s'est procuré MON mail (c'est facile) m'a obligeamment communiqué le mail de RM, jetant un œil sur les commentaires d'ici. Je connais son nom. Manifestement, le mail était bon.

Un mot à Noblejoué, qui a voulu commenter les échanges entre RM et moi. Il dit que demander à Aliocha « sa race » n'est pas plus grave que lui demander sa profession, sa ville, son nom, etc. Il n'a pas suivi le film. Le long débat entre Aliocha, Mary et moi vs RM a porté sur le racisme. Demander tout à trac à l'un de ses interlocuteurs : « Au fait, c'est quoi votre race ? », c'est bien espérer la réponse : « Je suis Noir, je suis Jaune, etc. » Ce qui aurait mis fin au débat, aux yeux de RM. Cela n'a rien à voir avec la question : « Vous faites quoi dans la vie ? », question que pose Philippe Bilger au début de chaque entretien, et à laquelle RM a refusé de répondre avec indignation : « De quel droit osez-vous me demander ma profession ? »

P.-S.: A l'instant, je découvre le post instructif d'un intervenant informé. On y apprend les sites et blogs étrangers où RM développe sur le thème qui nous occupe ses belles et nobles idées. Ah bon ! Il a fait pire ailleurs. Les groupies d'ici vont pouvoir jubiler.

Lucile

À propos du mot "racism", le Merriam-Webster après en avoir donné une définition indique: (ma traduction) "Le mot 'racisme' est d'usage récent, on n'en trouve aucune trace avant le 20ème siècle. Le fait qu'il soit relativement récent ne signifie pas que le concept n'existait pas auparavant. (…) On prend souvent le dictionnaire comme arbitre ultime dans une discussion sur le sens d'un mot. Mais il n'est pas toujours en mesure de clore la discussion. Le rôle du lexicographe est d'expliquer l'usage réel, passé et présent, d'un mot, et non pas de le définir comme certains pensent qu'il devrait être ou avoir été employé. Ils ne dit rien de la nature profonde de ce que le terme désigne, et encore moins du sens qu'il peut revêtir pour certains. Lors d'une discussion tournant autour d'un concept tel que celui de racisme il est prudent de savoir que le recours au dictionnaire ne va pas affaiblir ou renforcer les convictions de la personne avec qui l'on discute".

Autrement dit, on peut continuer comme ça pendant des semaines. Quel intérêt ?

Ayant posé à Google la question : "Qu'est-ce que le racisme selon la loi ?", je trouve certaines réponses qui pourraient faire tomber sous le coup de la loi toutes les généralités peu élogieuses sur les habitants d'un pays par exemple. Dire que les Suisses sont généralement plus consciencieux ou plus propres que les...? (ne nommons personne pour ne prendre aucun risque) peut déjà être considéré comme du racisme, si c'est dit publiquement. Même l'énonciation de faits plutôt que d'opinions ou de jugements de valeur peut être considérée comme une incitation à la haine.

Les mots "raciste", "nazi", "homophobe" sont très élastiques et ont pris des sens tellement variés de nos jours qu'ils tomberont peut-être aussi un jour sous le coup de la loi comme diffamatoires et injurieux.

---------------------------------------

@ Noblejoué

Si on a des "amis" sur le blog juste histoire de les distinguer de ses "ennemis", et en fait de pouvoir se soutenir les uns contre les autres, l'ambiance générale en souffre ; et surtout, du moment où l'on se met dans un clan, adieu la liberté de parole, on se transforme en militant. Quand je soutiens quelqu'un c'est parce que je pense que sa cause est juste, pas pour montrer que je suis son amie ou que je le protège. Et je ne me sens pas obligée pour autant d'être toujours de son avis à 100 %. Que des chimpanzés créent des coalitions pour garder leur rang se comprend, leur accès à la nourriture et à la sexualité est en jeu. Mais ici, ce n'est pas le cas. En plus, contrairement aux humains les chimpanzés et les capucins le font à découvert, et non en douce !

http://newsroom.ucla.edu/stories/ucla-faculty-voice-what-monkeys-can-teach-us-about-politics

Savonarole

@ Achille de 17:39
« La modération c'est aussi fait pour cela, je suppose... »

La modération ?

Je me suis fait modérer sévère pour le quart de ce que raconte Patrice Charoulet.

Il paraît qu’au-dessus de 75 ans on peut ici raconter sa vie sans problème.

Des champs pétrolifères du Mozambique aux joies de la bibliothèque municipale de Dieppe, que d’émotions !

L’attitude de Charoulet frise le harcèlement mais ici on a le droit d’emm*rder tout le monde, dès lors qu’on a entre 75 et 90 ans. J’attendrai mon tour.

Elusen

@ Valéry | 28 juillet 2019 à 15:55

Da, da, da, niet, niet, niet !
Le racisme, c’est faire une hiérarchisation en prétendant qu’il y a des êtres supérieurs à d’autres, le tout sur une base de classification irrationnelle, purement subjective.

Se moquer d’un raciste Valeriy naturalisé français, n’a rien à voir avec une hiérarchisation, c’est uniquement lui mettre son nez dans sa mouarda.

Pour l’heure, Valeriy n’a toujours pas apporté la moindre preuve que la science génétique a prouvé l’existence de la race.

La race est une théorie politique dont votre droitisme d’arriéré vous permet d’être un immigré chez les autres pour tenir des propos racistes ; c’est à penser que vous allez vous mettre dans un charter tout seul !
Remarquez, y a des juifs qui sont à deux doigts de vérifier que l’on a bien payé la facture de gaz.

-----------------------------------

@ Achille | 28 juillet 2019 à 17:39
« La modération c'est aussi fait pour cela, je suppose ...»

Chez The Bilger Corp. and Honorable Honorary associates l’on ne consomme jamais avec modération, on fait ça au goulot !

L’autre bonhomme a quand même pondu un truc de 2 155 mots, 326 lignes soit 6 pages pour montrer que c’est lui qui a la plus grosse dans le lit d'un autre.

Achille

Ouh là là ça chauffe sur ce blog. L’effet de la canicule sans doute.

Ceci étant, je ne suis pas persuadé de l’intérêt de laisser passer des échanges polémiques qui n’ont aucun rapport avec le sujet traité. Nous sommes, paraît-il, sur un blog de haute tenue et il serait dommage qu’il se transforme en cours de récréation pour élèves en classe de transition.

La modération c'est aussi fait pour cela, je suppose...

Valéry

@ Elusen

Le paradoxe avec les gauchistes intellectuellement limités, le plus souvent, c'est qu'ils sont incapables de produire une quelconque substance soutenant les accusations de racisme qu'ils sont si généreux à distribuer, alors que éructer des âneries comme

"Il est vrai qu’avec votre prénom, Valeriy, nous connaissons tout de suite votre sous-espèce : ukrainienne tendance polonaise mon Giscard"

les placent, sur l’échelle du racisme gratuit accompagné d'une crasse inculture, au-dessus de la variable maximale.

Mais comme dit le poète, l'arrogance n'est que le partage ordinaire de la médiocrité.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS