« Blog recherche désespérément sujet ! | Accueil | Défendre Mediapart ? Pourquoi pas ? »

31 juillet 2019

Commentaires

Mitsahne

Admirable et magistrale introspection ! Un de vos meilleurs billets.

Tout le monde ne peut accoucher d’une Neuvième Symphonie ou d’une Légende des siècles mais nous avons tous le besoin viscéral de laisser une trace, une empreinte, un petit signe de défi à la mort. Nous n’avons pas inventé les forums mais l‘informatique qui a libéré la parole a bien aidé notre narcissique besoin d’exposer notre pensée afin que nul ne l’ignore.
Combien y a-t-il de blogs ouverts dans le monde ? Mais combien sont suivis et intéressants ? Cette libération de la parole a-t-elle amélioré la pensée et les sentiments de ce que sont les humains, du sublime à la crasse avec un gros déficit de détachant ?

Cela me fait penser à ce que fut la passerelle des Arts, la passerelle aux cadenas, expression même de la bêtasserie humaine, au niveau des tags sauvages ou du cœur percé d’une flèche gravé dans l’écorce, ‘’Népomucène à sa Totote’’, les tatouages, la lettre anonyme, les fresques cromagnonesques, j’exclus les discours électoraux et les bavasseries de comptoir qui ne comptent pas. C’est pour cela que les Anglais ont inventé les clubs où l’on peut boire et vomir entre soi mais où péter serait incongru.
C’est le principe même des clubs, loges ou confréries plus ou moins prétentieux où l’on se donne du ‘’cher poète’’ ou du ‘’cher président’’, où la femme du général est forcément mieux vue que celle du colonel, et où fleurissent dans les propos les obligatoires références à « nos valeurs », même issues de vulgaires pots de rillettes.

Il y a eu des gens pour demander le classement du pont des Arts (avec ses cadenas) au catalogue de l’Unesco ! Il risquait de s’écrouler sur les bateaux-mouches mais on n’osait pas y toucher par peur de choquer les larves-à-l’œil, zigotos, zaubettes et z’êtres z’humains qui ont déposé, un soir de carnaval, un témoignage pathétique de leur romantisme de cuvette.

Dans Paris, on voit des plaques commémoratives partout mêlées au ‘’gaz à tous les étages’’ et ‘’pompiers colonne sèche’’. On verra bientôt :
- Ici, BHL s’est arrêté de penser…
- Ici, le Président Hercule a eu une idée…
- Ô toi, passant qui passe, souviens-toi de ce lieu, tu y étais !

Le culte de l’Insignifiance est instauré. La bouffiture (comme la bravitude) gagne les couches et les sous-couches. Le gnome et le pignouf ont pris le pouvoir comme le clochard est pris de boisson.
Je me sens sale… et c’est un tort chez moi.

Mais je me suis un peu éloigné des nobles propos de Philippe Bilger. Qu’il veuille bien me pardonner.

Saltapiou

Que j'apprécie votre introspection estivale !

Elle répond si bien à mon dilemme permanent : être seul est délicieux mais retrouver les autres est si chaleureux.
Quant à la foule, rien ne me semble plus exécrable...

Arrive alors en se dandinant le hérisson de Schopenhauer qui recherche ses congénères... et sort ses épines lorsque l'un d'entre eux se rapproche trop effrontément.
Continuons à cultiver cette propension paradoxale et surtout, ne laissons aucun porc-épic envahir notre territoire privé !

antoine marquet

Vous cherchiez un sujet et le sujet était là, présent… une sorte de mise en abyme, comme le miroir chez le coiffeur. Ici on pourrait même parler de fractale puisque vous semblez vouloir réduire l'échelle de votre personne… ne vous mortifiez pas, le classicisme ne tue pas.

Marc GHINSBERG

Vient un âge où l’on se pose la question : Qu’ai-je fait de ma vie, qu’est-ce que la vie a fait de moi ?
Avec le désenchantement de n’avoir été que soi-même.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS