« Le président doit-il encore ouvrir la bouche ? | Accueil | Entretien avec Philippe Juvin »

11 juillet 2019

Commentaires

Achille

Cette affaire de homards géants va à coup sûr faire flamber le prix de ce délicieux crustacé.
Dommage qu’entre-temps breizmabro soit passée à la pêche au maquereau !

caroff

A propos de François de Rugy, je me risque à cette saillie: on disait que Fabius savait recevoir dans les salons de l'hôtel de Lassay (j'ai eu l'occasion de le vérifier à l'occasion d'un colloque... sur les déchets) lorsqu'il était président de l'Assemblée d'où la perfidie de certains de ses camarades qui le qualifiaient de "socialiste hôtelier".
Désormais on a "l'écologiste hôtelier" !

On se souvient des frasques de Jean-Vincent Placé l'amateur de bonnes bouteilles et de Denis Baupin le harceleur de militantes écolos, on a aujourd'hui ce petit marquis dont l'insignifiance est comblée par la suffisance.
Décidément l'écologie politique n'échappe pas aux scandales et pourquoi y échapperait-elle puisqu'elle est composée à 90 % d'arrivistes, d'opportunistes et de girouettes ?

Goullet de Rugy a fait fort puisque candidat à la primaire socialiste il s'était engagé à rester auprès de celui qui serait retenu. Et puis patatras, il se rallie à Macron...
Sur l'énergie nucléaire, il déclare, lors de la primaire à gauche, qu'il faut en diminuer l'importance et puis se ravise soudain début 2019, sentant que l'Elysée ne se dirige pas vers la voie de la réduction...

Il sert finalement d'alibi à Macron qui détricote tranquillement le droit de l'environnement en proclamant tous les jours que le changement climatique est sa priorité...

Un pauvre type qui mériterait un traitement à la Robespierre comme le suggère Xavier Nebout (mon petit coup de sang tombe-t-il sous le coup de la loi Avia ?).

Ellen

"Pourquoi suis-je ces derniers mois si sensible au talent et à la personnalité de quelques avocats qui peuvent être par ailleurs des amis ? Je songe notamment à Jean-Yves Le Borgne, Pierre Haïk et Jacqueline Laffont, Frank Berton et aujourd'hui Hervé Temime. Parce qu'ils se distinguent à tous points de vue de la masse du barreau..." (Ph.B)

Certes ils sont excellents, mais réservés exclusivement aux élites très très argentées. Quand on est excellent, ça a un coût, je suis d'accord. Nous on doit se contenter d'un avocat qui lui aussi n'arrive pas jusqu'au 15 du mois. Eh oui, il y en a de plus en plus. Beaucoup laissent la robe noire au vestiaire et partent pour faire autre chose dans leur vie. D'ailleurs, on voit bien d'année en année qu'il y a de moins en moins d'avocats inscrits au barreau.

Vingt ans de procédures judiciaires dans une affaire financière rocambolesque Adidas entre l'Etat, le Crédit Lyonnais et Tapie, un vrai casse-tête, est à inscrire dans l'histoire à l'encre de Chine.

DAUMONT

Deux observations sur certaines remarques ou critiques en cette affaire:

- il avait été convenu que l'arbitrage était sans recours donc sans appel et au surplus les sommes ou indemnités allouables avaient été plafonnées, ce qui par rapport aux risques évidents d'une suite judiciaire était bienvenu.

Il a fallu donc recourir à cette procédure d'annulation de la sentence arbitrale et au montage de la prétendue fraude Estoup pour arriver à remettre en cause cet arbitrage.
Les trois arbitres choisis en parfaite connaissance de cause par les avocats des parties étaient indiscutables.

- la motivation des arbitres sur le préjudice "moral" de Tapie était insuffisante pour le commun des mortels bien sûr mais on est ici dans le domaine des affaires. Dans ce domaine, être privé anormalement de la possibilité de faire des affaires avec les moyens financiers dont on a été anormalement privé est considéré comme un préjudice; le qualifier de moral est un peu court et le droit anglo-saxon a plusieurs termes pour ce type de préjudice ; le droit français a ce terme trop sommaire de préjudice moral dans sa "nomenclature".

Ellen

@ Patrice Charoulet | 12 juillet 2019 à 08:25

Cela veut dire tout simplement que la modération de son blog n'était pas assez sévère face aux injures. L'auteur du blog aurait dû Xer chaque mot injurieux et envoyer un blâme d'avertissement pour lui faire comprendre que s'il récidive ce sera la radiation pure et simple.

Je suis pour l'anonymat, mais sans injures, ça va de soi.

Pour sauvegarder notre chère liberté d'expression, de grâce ne rajoutez pas s'il vous plaît une couche supplémentaire à la loi Avia. Pitié !

Ellen

Vous le verrez dans peu de temps sur Internet. On parie ?
(par sbriglia le 11 juillet 2019 à 23:27)

Personne n'ignore qu'il y a des fuites, souvent issues de la même maison

Mais comme on dit : plus un secret a de gardiens et mieux il s'échappe.
Grâce à Internet, l'information nous arrive à la vitesse de la lumière.

Patrice Charoulet

Ce matin, sur le blog de Maxime Tandonnet, je découvre ceci :

"NB: devant la déferlante d’injures dont ce blog fait l’objet, sous anonymat bien sûr, proportionnellement à son audience, les commentaires « anonymes » ne seront plus publiés désormais.

Maxime TANDONNET"

No comment.

Xavier NEBOUT

La noblesse a tué l'Ancien Régime par ses excès, et les couillons de Français vont fêter l'avènement de la pourriture qui n'aura eu de cesse de vouloir lui succéder.

Parmi cette pourriture, nous aurons eu les nobles acquis aux idées philosophistes pour ne pas dire socialistes par arrivisme et souvent pour sortir de leur déchéance morale et financière.
François de Rugy en est un très bel avorton. Il est de ces personnages qui font regretter Robespierre.

 hameau dans les nuages

@ Giuseppe | 11 juillet 2019 à 23:22

Moi qui ai une tête de hérisson avec mes cheveux toujours en bataille et coiffé à l'as de pique, j'apprends que madame avait aussi un sèche-cheveux doré à l'or fin mais l'a laissé en partant. Madame est trop bonne...

Comme un goût amer dans la bouche.

sbriglia

"Non, vous ne pouvez pas accéder à ces 200 pages ni en avoir copies qui sont l'exclusivité des seuls magistrats du siège et du parquet. Ces documents sont réservés exclusivement au corps judiciaire du TGI en charge de l'affaire et aux avocats assermentés de la défense ou de la partie civile.
Demandez confirmation à notre hôte, maître en la matière judiciaire."
(Rédigé par : Ellen | 11 juillet 2019 à 19:39)

----

Ah ?
Vous le verrez dans peu de temps sur Internet.
On parie ?

Giuseppe

Petite digression, ce n'est pas du droit mais sans doute de l'éthique, ce journal a décidé de se payer le Vert qui vivait comme le sultan de Brunei, rien n'était trop beau, les chandelles et gants blancs pour nous servir, le bruit délicat des couverts, la nappe bien repassée, amidonnée sans doute.

Le soc de la charrue pour le laboureur, la permaculture pour ceux qui y croient, le doux bruit de l'écoulement d'un grand vin à la sortie de la carafe, pour le plus délicat de nos ministres ; veste à double revers, l'écolo dévoilé, pas de petits pois, ou des haricots verts bio dans l'assiette, du crustacé, du galonné de luxe dans la hiérarchie des mets délicats au bout de sa pince, pour mieux nous servir, nous honorables citoyens.

De Rugy, l'écolo de la porcelaine, la honte ne l'étouffera pas, ces personnages n'ont pas de vergogne, en fait la suite de ces petits marquis qui se faisaient lustrer les souliers vernis au Château, lui c'est le dîner aux chandelles, à chacun sa façon de servir, les serviteurs aussi pour poudrer les perruques… N'en doutons pas c'est pour bientôt.

Pépère avait vidé le petit prince de la semelle, Macron fera-t-il de même avec ce poissonnier qui aimait tant les gens, l'écologie et les crustacés… coquillages et crustacés, le soleil, la plage, c'est l'été, les amis, les agapes...

Pour rire un peu plus :

https://i.goopics.net/VvD4V.png

Ils sont ignorants de tout quand ils se font prendre la main dans le collier de la reine, diantre ! et dire que nous en faisons ministres d'Etat.

Giuseppe

Tous les prédateurs ont la même technique, ils n'ont pas un sou vaillant, empruntent la totalité aux banques et commencent à vider le bocal : aucun investissement, licenciements, et parfois revente à la découpe, ils sont tout, sauf des entrepreneurs.

Je ne vais pas refaire le match, le point essentiel est que la banque qui soutenait Nanard s'est aperçue qu'il était en perdition, elle lui a posé un ultimatum avec un délai impérieux de remboursement, tellement court qu'il n'a pu l'honorer et donc la banque a récupéré ses fonds à sa façon et donc la marque - pas très élégant, prédateur aussi, mais légal en affaire.

Tout le reste est une suite de procès, qu'il a pu financer parce qu'il avait quand même notre pognon de l'arbitrage de son côté, du moins 245 millions d'euros, bien au chaud.

Avec les flibustiers, il faut être corsaire, c'est la règle, la banque l'a été, le Conseil d'Etat avait tranché.
Dans trente années nous en reparlerons.

Elusen

Il a toujours quelque chose à dire sur tout le monde !
Le gamin qui ne peut pas s’empêcher de commenter les autres pour exister et qui se persuade que c’est ça avoir une quelconque forme d’intelligence.

boureau

"Homard m'a tuer !"

C'est en ces termes que François de Rugy a commencé son entretien avec le Premier ministre.

Deux heures après, il avait sauvé - pour quelque temps - sa tête.

Très pâle apparatchik, sans consistance, sans conviction, il traîne une liste déjà impressionnante de casseroles que Mediapart va tranquillement dérouler jusqu'à sa mort politique.

Les z'élites ne se rendent pas compte des dégâts démocratiques causés par ces fastes, uniques quasiment dans les démocraties occidentales.

L'argument (en sa faveur ou pour l'excuser) souvent entendu ce jour dans les médias : c'est presque de la faute des Français qui voudraient une République monarchique !

C'est faux : c'est ce que disent uniquement ceux qui bénéficient de ces privilèges.

Dévastateur !

Cordialement.

Ellen

@ Patrice Charoulet | 11 juillet 2019 à 18:30

Parmi toutes vos citations, vous avez oubliez celle-ci (en bilingue):

C'est un miracle que la curiosité survive à une éducation formelle (Albert Einstein)

It is a miracle that curiosity survives formal education.
(AE)

Ellen

@ Patrice Charoulet | 11 juillet 2019 à 07:33
"Quelqu'un de très informé, dans le monde judiciaire, peut-il me dire de manière certaine si un curieux, comme moi, peut accéder à ces deux cents pages ? "

Pour en faire quoi ?

Non, vous ne pouvez pas accéder à ces 200 pages ni en avoir copies qui sont l'exclusivité des seuls magistrats du siège et du parquet. Ces documents sont réservés exclusivement au corps judiciaire du TGI en charge de l'affaire et aux avocats assermentés de la défense ou de la partie civile.

Demandez confirmation à notre hôte, maître en la matière judiciaire.

Catherine JACOB

« J'étais en train de me triturer les méninges pour trouver le moyen de développer le moins mal possible les pensées contradictoires qui m'assaillent depuis qu'une relaxe générale a été prononcée le 9 juillet par le tribunal correctionnel de Paris dans l'affaire Tapie et autres. »

Ainsi vous réfléchissiez intensément par cette chaleur ! Avec un bon verre de thé glacé j’espère.

Ce que je pense de cette affaire suivie de loin en loin : Tapie gênait par ses excès et on a cherché à l’écarter sans y toucher en lavant plus blanc que blanc !
D’où effectivement je salue le courage des magistrats du Tribunal correctionnel tout en espérant pour eux qu’ils soient près de la retraite vu comment dans notre pays on peut être méchant et vindicatif sans en avoir l’air.

Tenez, un exemple de bêtise ou de méchanceté, je ne sais pas. J’ai des chiots qui font l’admiration des promeneurs qu’on rencontre et qui ne craignent pas de se laisser mordiller et faire des trous dans leurs manches rien que pour le plaisir de les grattouiller derrière les oreilles, ce que je laisse faire pour l’instant dans le but de les socialiser.

Mais ils ne plaisent manifestement pas à tout le monde puisqu’on a mis devant la porte des os de poulet déjà cuits, sur lesquels ils se sont jetés avant que je ne les repère moi aussi, et qu’il a fallu leur enlever afin et qu’ils ne se trouent pas l’estomac et qu’ils n’attrapent pas d’indigestion.
Mais si j’avais pris les coupables sur le fait, je peux vous dire exactement ce qu’ils auraient hypocritement avancé pour leur défense : « Oh pardon, je ne savais pas, je voulais juste leur faire plaisir. »

Robert

On comprend ici que les arcanes judiciaires sont en réalité impénétrables... Cette décision fera-t-elle jurisprudence ? Il me semble que la prudence seule soit de mise dans la formulation d'avis, y compris sur Maître Temime !

@ duvent | 11 juillet 2019 à 11:26

Excellent ! Merci à vous.

Patrice Charoulet

VARIA

Deorum offensae diis curae.

Il faut honorer la Divinité, et non la venger. (Montesquieu)

Sur Internet, 9 % des commentaires sont violents. (X)

Les gens veulent bien obéir, à la condition de ne pas recevoir d'ordre. (R. Enthoven)

La politique consiste à ne pas tuer ses adversaires. (Jean-Claude Milner)

264 personnes possèdent autant que trois milliards d'autres. (X)

L'homme n'est qu'un accident de l'Univers. (X)

La connaissance qui n'est pas scientifique n'est pas connaissance, mais ignorance. (Goblot)

Forcez les hommes au travail, vous les rendrez honnêtes gens. (Voltaire, 1766)

Les tribunaux chrétiens ont condamné à la mort plus de cent mille prétendus sorciers. (id.)

En lisant « Philosophie magazine » de juillet-août 2019 :

Les trumpistes sont des idéalistes. Les savants sont des réalistes. (Michel Serres, 2017)

La vérité est indépendante du nombre de gens qu'elle persuade. (id.)

Il y a désormais trois morts, la mort individuelle, la mort collective (des civilisations) et la mort possible de l'espèce humaine. (id.)

Si je porte des masques, je ne lèse pas tant les autres que moi-même. Je deviens au sens strict « personne ». (Claude Romano, 2019)

Soyez vous-même, les autres sont déjà pris. (Oscar Wilde)

Mitsahne

N’étant pas qualifié pour traiter savamment des problèmes juridiques, je me permets de m’étonner simplement.

Dans « l’affaire Tapie », il y a eu jugement d’un trio arbitral reconnu d’avance par les deux parties adverses après bien des tractations. L’homme simple que je suis ne peut comprendre que l’une des parties (le Crédit Lyonnais) dénonce la sentence en faveur de Tapie qui s’est vu attribuer quelque 430 millions.

Bien sûr, on n’est pas entre gentlemen ! Tapie-le-tricheur a fait de la prison, et l’incendie du Crédit Lyonnais vous a comme un goût bizarre, allez savoir… Entre crocodiles entraînés à tous les coups fourrés il ne faut pas s’attendre à de la tendresse ni à un « embrassons-nous Folleville ». Ce n’est pas le genre de ce milieu.

Par une bizarrerie de notre Justice, Tapie est condamné à rendre les 430 millions, ce que, vivant, il ne fera jamais. Il n’est pas sûr que mes arrière-petits-enfants voient un jour l’issue des procès futurs…

Solon

Maître Temime avait un bon dossier. Ce qui n'est pas pour diminuer ses mérites. Car il fallait une compétence exceptionnelle pour faire ressortir les faits réels de l'amas de boue sous lequel la bien-pensance avait enfoui le vrai du dossier. Pour éblouissante qu'elle ait été, la plaidoirie n'a été convaincante que par le travail d’analyse qui l'a précédée. Et le courage intellectuel qu'il a fallu pour renverser les préjugés. Un grand avocat, ce n'est pas que la parole.

Giuseppe

@ vamonos | 11 juillet 2019 à 14:10

Bien d'accord, le Robin des bois avait tout à prendre, rien à donner, on l'a vu avec toutes ses affaires.
Il m'a toujours fait penser à un faucon pèlerin, la plus parfaite machine à voler pour capturer en vol les oiseaux dont il se nourrit.

La suite au prochain numéro ou plutôt, saison.

Giuseppe

Allez pour du plus léger, notre écolo national de Rugy a bon goût, le palais sensible, la compassion des gueux au bout de la fourchette.

Il aime le luxe discret de la très grande bourgeoisie, manger les racines des arbres et s'abreuver à l'eau claire des rivières, trop peu pour lui, il vous rétorquera qu'il préfère les arômes de son palais national, il est sûr que le liquide ne sera pas pollué de glyphosate.

Aphatie le journaliste a bon goût aussi, invité à la table des princes et goûter du homard flambé-cognac - l'histoire ne dit pas si c'était du cognac.
Du mélange des genres, des personnages répugnants, et dire que ce journaliste donne des leçons de morale tous les jours, la pince à découper le crustacé dans sa poche.

Il restera toujours l'invité de médias serviles, continuera de distiller ses avertissements et sa moraline de repu, il me fera toujours rire depuis la Coupe du monde de foot de 1998 et il continue à vendre ses oracles sans honte, juste pour le plaisir de manger à la table de l'écolo le plus vert de la planète… Heu… le homard c'est plutôt rouge, le vin aussi, et comme dit mon voisin tous ces gens sont comme les poireaux : verts pour la tête et blancs pour le ventre.

Je vais mettre à distance tous ces croquants, ces serviles, ces dérisoires pour me consacrer - avec mon estimable voisin - à l'étape du jour : départ Mulhouse et arrivée à la Planche des Belles Filles - 160,5 km - 6e étape.
La planche des Belle Filles, rien que le nom cela vous donne envie d'appuyer sur les pédales, pour moi c'est fait, une heure de home-trainer pour oublier tous ces gaspillages de la vie, et vous ?

vamonos

Depuis trois décennies, Bernard Tapie, alias Nanard, est le principal personnage d'un énorme dossier judiciaire d'une complexité inouïe. On disait feuilleton, on évoquait les séries, on parle maintenant de saisons.

Les années et les décennies passent, Nanard est toujours là, insubmersible, son domicile parisien est invariablement situé au même endroit. Pour la modique somme de 109 euros, Nanard a mis l'hôtel particulier de la rue des Saint-Pères à l'abri des saisies.

https://www.lexpress.fr/actualite/societe/justice/comment-bernard-tapie-a-mis-son-hotel-particulier-a-l-abri_1743766.html.

Il faut que je me persuade qu'il n'y a pas de complot et pas de stratégie globale. M. Tapie qui n'a poursuivi aucune étude a été capable à lui tout seul de berner une dizaine de gardes des Sceaux et de mystifier des centaines de journalistes et de juristes. En 2019, comme en 1989, dans une voiture coincée sous le soleil et dans les embouteillages, un éclat de rire retentit suivi d'une réplique du genre : "Bien joué, Nanard, tu les as bien eus". Le syndrome de Robin des Bois a encore frappé. Nanard passe pour un justicier qui vole les riches pour donner aux pauvres. Sauf que dans la vraie vie, M. Tapie vole le Trésor public pour se donner à lui.

Giuseppe

Il faut arrêter de se gargariser avec l'exceptionnel Me Temime, passer de 5 ans requis par le parquet de Paris, fermes, à une relaxe, un immeuble n'y survivrait pas, un tel écart dans une descente de charges et vous retrouvez le tout en poussière.

Le droit serait-il d'une telle approximation ? Je ne suis pas juriste, est-ce donc si aléatoire ? La valeur approchée est telle que le résultat de ce jugement passe de la nuit au jour, du soleil intense à l'ère glaciaire, l'image renvoyée est terrifiante. Le parquet de Paris qui n'aurait aucun référentiel, aucune connaissance d'un tel écart ?

Je ne suis pas juriste, mais après une condamnation certes ubuesque de Christine Lagarde, un Conseil d'Etat qui réclame le pognon et ce dernier jugement, sans compter l'arbitrage annulé… Ce n'est pas sérieux, désastreux comme jugement après trois décennies d'analyses de tous les spécialistes qui n'en revenaient pas, pourtant des sachants, la surprise a été totale.

Malgré tout le talent reconnu de Me Temime, la vérité est ailleurs sans doute, les archéologues finiront par être convoqués pour les épisodes futurs. Les délires de la justice (?) et de ses jugements pour un profane qui se méfiera comme de la peste des tribunaux, comme il s'est toujours méfié.

Les référentiels de jugement viennent de tomber comme un château de cartes, je pense que pour la crédibilité et le côté audible de la justice, le pire vient d'arriver - je ne suis pas juriste.

Claude Luçon

Me Temime est un homme impressionnant, il est difficile d'en douter. En outre, lors de sa première interview, il a montré une grande dignité que certains de ses collègues télévisuels devraient plagier.

Ne connaissant rien de ce monde que ce que j'en ai appris ici sur ce blog, pervers, j'ai cherché la faille.
Et l'ai trouvée : son côté émotionnel !
Lors de l'interview à la sortie du tribunal, le journaliste, fayotant avec enthousiasme, nous a révélé ce côté humain de l'avocat en nous confirmant que Me Temime venait effectivement de verser une larme, puis en nous indiquant que ce n'était pas la première fois. Il l'avait déjà fait, a précisé le journaliste, lors d'un autre procès particulièrement émouvant… en 1994.
Une larme tous les 25 ans vous rend émotionnel ?

Je me suis automatiquement placé parmi les pleureurs, pensant qu'en 25 ans j'ai bien dû verser au moins une dizaine de larmes sans même assister à un seul procès.
Nos journalistes sont impayables, leur sens de la généralisation est unique.

Quant à Tapie, son vrai crime est d'avoir introduit une vieille pratique courante et normale aux USA, utiliser les entreprises comme un produit marchand.
L'essence même du capitalisme : utiliser les sous des banques pour s'enrichir !

boureau

Eh bien moi, cher P. Bilger, mes compliments vont à la présidente du Tribunal correctionnel qui a jugé cette affaire. Remarquable travail de sa part disent la plupart des spécialistes (et ils semblent nombreux !).

Pour le reste, cette corporation - qui n'est pas mon monde - ne suscite pas chez moi une quelconque admiration. Sauf cas très particulier.

Pour moi, cette affaire se résume - de façon très primaire et on me le reprochera - à une alliance revanche de certains hauts fonctionnaires de la Justice et de Bercy. Ulcérés qu'ils ont été de voir ce dossier leur échapper pour aller vers un arbitrage privé.

Nous savons tous que la vengeance est un plat qui se mange froid.

La vraie faute est de ne pas avoir fait appel après la délibération de l'arbitrage.

Du règlement de comptes de hauts fonctionnaires envers un personnage honni : Tapie.

Cordialement.

duvent

@ Marc GHINSBERG | 11 juillet 2019 à 08:44
« Que signifie cette superbe périphrase « une version maximaliste de l’analyse factuelle » ? Est-ce ainsi que l’on pourrait qualifier sa brillante plaidoirie ? »

Si vous me posez directement la question, je réponds : « une perversion minimaliste de la décomposition des événements ».

J'ajoute à votre question la mienne, que signifie : "Il faut se battre comme un mort de faim, haïr la défaite avant d'aimer la victoire" ?

« Il faut se battre comme un condamné, craindre la Justice et ne pas croire qu'elle porte véritablement un bandeau sur les yeux »…

Si un jour vous avez, par un triste hasard, rencontré « un mort de faim », vous aurez pu constater que le mot « se battre » est comment dire : inapproprié.

« Le mort de faim » a la fâcheuse tendance à se laisser aller au désespoir, mais celui qui a faim et que la mort n'a pas encore visité, celui-là se bat jusqu'à non pas atteindre la satiété, non, il se bat pour recouvrer la force et l'espoir, puis suivant qu'il s'agisse d'un chien ou d'un loup, le combat peut s'engager.

Ainsi, nous avons ici une illustration de ce que le pouvoir accorde, permet, enfante, et jette à la figure de celui-ci qui nous l'avons vu dans un coin sombre de la salle, se dit in petto, si j'étais celui-là, il en irait autrement...

Sbriglia note à juste titre ceci : « Il faut admettre que le montant hors norme de ce préjudice, comparé au "barème" des montants accordés par les tribunaux habituellement avait de quoi émouvoir le petit peuple y compris votre serviteur qui se demanda si les arbitres n'avaient pas perdu la tête… »

Alors, « le petit peuple » est à mépriser semble-t-il... Le petit peuple ne sait rien de tout cela, ce n'est pas lui qui est ému, c'est l'autre, celui qui va porter la lumière dans le coin sombre.

L'iniquité est partout où l'homme de bien se paie de bons mots, et l'argumentum ad crumenam est bien présent, dès que la Justice se couche devant l'arbitrage...

Quid, dans ce cas, de l'ordalie ? Et plutôt que le pain et l'eau, envisageons le caviar et le champagne !

Ainsi, l'enfer n'avait besoin que d'un cercle unique, large et brillant, celui qui dit : Le premier et l'ultime Enfer, c'est l'autre !

-----------------------------------------

@ Robert | 10 juillet 2019 à 12:14

Pour l'ornement, le temps m'a manqué.

Je vous donne, ici, celui qui orne les ouvrages Alde Manuce : Festina lente - Hâte-toi lentement...

Un dauphin dont la queue est entravée par une ancre, illustre l'idée dont la puissance n'a d'égale que la profondeur.

Marc GHINSBERG

Je ne connais rien au droit pénal, mais il me semble qu’avec un peu de bon sens on peut se dire qu’accorder 45 millions € d’argent public pour préjudice moral à Bernard Tapie, qui par ailleurs a reconnu avoir truqué des matchs de football (célèbre affaire OM-Valenciennes), relève bien de l’escroquerie.
(A 25€ le kg de homard il y a de quoi attraper une indigestion !).

sbriglia@DAUMONT

"Un grand responsable de ce naufrage est le dénommé Thomas Clay, professeur de droit qui a agi plus en militant qu'en juriste". (DAUMONT)

Oh, que oui !

Croire que Bredin et Mazeaud aient pu se laisser circonvenir par Estoup est une aimable plaisanterie.

Je pense en réalité que le montant accordé aux époux Tapie en dédommagement de leur seul préjudice moral fut la mèche lente qui fera plus tard monter au créneau les revanchards de tout poil.

Il faut admettre que le montant hors norme de ce préjudice, comparé au "barème" des montants accordés par les tribunaux habituellement avait de quoi émouvoir le petit peuple y compris votre serviteur qui se demanda si les arbitres n'avaient pas perdu la tête…

On imagine bien un recours en révision désormais…

Compte tenu de l'âge moyen des commentateurs de ce blog, nous avons peu de chance d'en connaître un jour l'issue.

PS : je me relis... et soudain, effaré, je me fais cette réflexion : on dirait du Achille.

sbriglia, réveille-toi !

DAUMONT

Dans cette affaire il suffisait de lire le dossier mis en ligne par le fils de M. Tapie pour constater l'énorme scandale du second jugement de la cour d'appel de Paris et de l'arrêt confirmatif de la Cour de cassation.
Leurs termes sont affligeants: parler de fraude pour un déroulement aussi normal d'un arbitrage, parler d'anormalité pour une soumission à arbitrage d'un pareil contentieux, parler de partialité et de sénilité pour Estoup, Bredin et Mazeaud, est confondant.
Que ces magistrats reprennent leur décision et la honte leur montera au front.

Un grand responsable de ce naufrage est le dénommé Thomas Clay, professeur de droit qui a agi plus en militant qu'en juriste.

Une grande satisfaction, les démonstrations de Lantourne sur les procédures collectives ; comme le disait Temime "il n'est pas interdit à un avocat d'être intelligent" !

Et maintenant en avant pour la révision et s'il y a lieu la CEDH car rien ne justifierait qu'une procédure civile anormale (car ces juges auraient dû surseoir à statuer dans l'attente de l'issue de la procédure pénale) ne puisse être révisée.

sbriglia

Hervé Temime est l'honneur de la profession... Tapie doit se féliciter que son avocat habituel, Maurice Lantourne, inculpé comme lui, ait dû se déporter pour laisser la place à ce civiliste de haut niveau, excellent orateur au demeurant.

Il y a néanmoins, cher PB, une différence avec Jean-Yves Le Borgne : autant l'un a la permanence du sérieux - dont il démontre heureusement qu'elle n'est pas toujours la triste nécessité du médiocre - autant l'autre vous insuffle instantanément la joie de vivre lorsque vous le croisez : à nos âges le rire-ensemble n'a pas de prix !

Marc GHINSBERG

Temine a tort !

Je trouve que ce talentueux avocat a tort de plastronner après sa victoire dans l’affaire Tapie. Il devrait avoir le triomphe un peu plus modeste. Quand il déclare dans Le Point :
« Le tribunal a retenu notre argumentation, il est même allé un petit peu plus loin en considérant, comme nous le soutenions dans une version un peu maximaliste de l’analyse factuelle, qu’il n’y avait pas le moindre élément dans le dossier qui puisse mettre en doute l’impartialité de M. Estoup… » on peut s’interroger.

Que signifie cette superbe périphrase « une version maximaliste de l’analyse factuelle » ? Est-ce ainsi que l’on pourrait qualifier sa brillante plaidoirie ?

Achille

Plutôt que de nous donner votre opinion sur la relaxe générale qui a été prononcée le 9 juillet par le tribunal correctionnel de Paris dans l'affaire Tapie et autres, vous nous parlez des qualités intellectuelles et professionnelles de son avocat Me Temime.

Au rugby, on appelle cela "botter en touche". Mais je vous comprends. Dans cette ténébreuse et ô combien épineuse affaire nous trouvons de grosses pointures. En remontant bien la filière on trouve même le nom de Christine Lagarde qui a été évoqué à une certaine époque. Mais vu qu’elle vient d’être nommée à la tête de la BCE, le mieux était de procéder à une amnistie générale. Ceci dans l’intérêt général.

Quant à Bernard Tapie, je pense qu’il ne rendra jamais les 400 millions qu’il est censé devoir à l’État, vu qu’il a déjà réinvesti cet argent on ne sait où. Il est vrai qu’en ce moment il mène une lutte autrement plus difficile qu’il sait perdue d’avance.

Il me semble que l’attitude la plus appropriée le concernant est de le laisser profiter du peu de temps qu'il lui reste, même si sur le plan de la morale bien-pensante c’est faire preuve de beaucoup d’indulgence.
Dans certains cas la magnanimité est toujours préférable à l'intolérance. Et celui-ci en est un.

Patrice Charoulet

Me Temime, je suis de votre avis, mérite votre éloge.
Trois questions.
A-t-il vraiment pleuré de joie dans le tribunal ?
Les deux procureurs avaient-ils le devoir d'être présents lors du prononcé du jugement ?
On me dit que le jugement avait plus de deux cents pages. Quelqu'un de très informé, dans le monde judiciaire, peut-il me dire de manière certaine si un curieux, comme moi, peut accéder à ces deux cents pages ?

Xavier NEBOUT

Belle esquive !

Si l'accusation d'arbitrage truqué ne tenait pas la route, c'est que les magistrats qui avaient condamné Tapie à rembourser ce que celui-ci lui avait octroyé sont des pourris.

Ce que tout le monde savait, tant accuser Pierre Mazeaud ou Christine Lagarde de complicité d'escroquerie ne tenait pas la route une seconde.

M. Bilger a failli nous le dire !

Et puis on pourrait peut-être s'indigner de voir l'Etat poursuivre une dette moralement inexistante.

Quelle honte !

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS