« Féminicides : il n'y a pas qu'à ! | Accueil | Hervé Temime est même bon après ! »

09 juillet 2019

Commentaires

Aliocha

Effectivement, sylvain, tant que vous continuerez à vous vautrer dans vos provocations, vous mimerez ceux qui nous menacent, leur donnant ce qu'ils cherchent et obtiennent à cause de comportement tel que le vôtre qui confond tout, ici, répétons-nous avec patience face aux comportements infantiles, la race et la religion, témoignant que vous êtes aveuglé par la haine et le ressentiment, au point de nier ce que vous prétendez défendre, le respect du prochain comme fondement du chrétien donc de nos lois.
A tellement revendiquer vos provocations, vous ne vous rendez pas compte que vous êtes le défaut de notre cuirasse et l'expression de notre faiblesse. Il n'est même plus besoin de rappeler les vieux blocages français collaborationnistes car, avec des attitudes comme la vôtre, l'ennemi a déjà gagné.

Noblejoué

@ Mitsahne

Vous croyez encore au narcissisme ? Et vous ne voyez pas la contradiction entre gesticulation et narcissisme ? Qu'est-ce que je peux pour vous, alors ? Rien. Je signale que si les gens avaient vraiment une auto-suffisance bienheureuse, ils se moqueraient totalement de ce que les gens pensent d'eux.
Ce serait une bonne chose, sauf pour les insulteurs, évidemment, une espèce très prisée, ici. Parce que cela ne sollicite pas trop les neurones : c'est bref et fait dans le déjà vu, sans compter que les gens déchargent leurs nerfs par procuration.

Enfin, même si l'expression est fausse, elle n'est pas mal trouvée. Elle plaira à ceux qui croient au narcissisme, et ils sont nombreux.

Je crois plutôt que quand on est injustement insulté, on réagit, enfin, peut-être pas vous. Si j'avais insulté, les gens auraient compté les points, mais je fais plus ambitieux, je rappelle mon bon droit et le fond de l'affaire, toujours.
Causes et conséquences. Il n'est pas inconcevable que quelqu'un fasse fonctionner son cerveau.

Cela n'aura pas été vous. Les choses sont ce qu'elles sont, redisons-le puisque cela vous plaît. Mais elles peuvent changer : un jour, ici ou ailleurs, vous y arriverez peut-être.

Puisque vous aimez les formules, je sais, elle est un peu dure pour vous... Enfin, pas plus de moi que celle que vous avez appréciée, rassurez-vous : "souviens-toi du futur".

sylvain

@ Aliocha | 19 juillet 2019 à 16:10

Vous êtes vous-même une aberration raciale qui refuse de voir que l'islam se comporte en race religieuse pure et dure qui mettra à genoux tous ces mécréants collabos soumis dont vous faites partie ; sortez la tête du sable et regardez autour de vous M. le bisounours, vous êtes cerné !

Mitsahne

@ Noblejoué 17/07 à 12h48

De votre gesticulation narcissique (112 lignes) on ne peut retenir que l'admirable dernière pensée : "Les choses sont ce qu'elles sont, ni plus, ni moins".

Aliocha

Merci, cher Sylvain, de confirmer mes dires, au vu que vous-même êtes une aberration vivante, confondant ici race et intégrisme religieux.
Ce n'est pas un jugement, Noblejoué, c'est une constatation.

sylvain

@ Aliocha | 19 juillet 2019 à 08:21
"On n'a jamais passé l'âge pour apprendre que le racisme est une aberration."

Faux ! Le racisme est une réaction naturelle, saine et logique face aux comportements spécifiques d'autres espèces ou races humaines, exemple sur l'Islam, une race religieuse haineuse, guerrière, violente qui est un grand danger pour l'humanité.
L'aberration c'est de voir des victimes de cette race dégénérée collaborer avec leurs bourreaux et se soumettre à leurs diktats.

Aliocha

La moralité, les gentils, les médailles, tous le fatras du désir de plaire et de faire société explose quand, sans argument face à la contradiction, les inhibitions tombent.
Alors apparaît l'envers de ce désir, la négation d'autrui, nécessitant le retour au CP pour rattraper le quatrième volet de la réforme.
On n'a jamais passé l'âge pour apprendre que le racisme est une aberration.

Noblejoué

@ Lucile
"Je suis arrivée à un âge où je préfère dire ce que je pense plutôt que de chercher à me faire décerner la médaille de la gentillesse par un jury autoproclamé".

Je ne crois pas faire partie d'un jury, et entre la gentillesse et l'injustice, il y a une marge. Tout le monde peut être tenté d'envoyer paître Aliocha. Mais on peut être choqué qu'on utilise le terme "branleur" contre lui.

"Vu de ma fenêtre, Robert Marchenoir vous a "roasted" comme dit ma petite-fille (au sens de critiquer sans ménagements mais sans intention méchante). À mon avis, ça ne veut pas dire qu'il vous "déteste"."

Vu de ma fenêtre, Robert Marchenoir a été injuste, incapable d'assumer ses dires, il a préféré m'envoyer un :

"Ah, très bien, donc maintenant nous savons : vous êtes d'une mauvaise foi abyssale. Vous savez très bien que je n'incite pas sérieusement les fonctionnaires à se suicider, mais vous prétendez néanmoins le contraire"

J'ai passé l'âge de croire savoir ce que les gens pensent, je vois ce qu'ils DISENT, et le CONTEXTE.
Entendu que Robert Marchenoir ne cesse de répéter que les fonctionnaires sont trop nombreux, s'il dit qu'il vaudrait mieux qu'ils se suicident, il n'y a rien d'extraordinaire à ce qu'on en déduise qu'il ne fait que révéler le fond de sa pensée.

A un certain âge, à vrai dire dès l'enfance, j'ai compris que les gens étaient en grande partie opaques les uns aux autres, les untel pensent ceci ou cela basé sur rien, me renvoyant à mon absence d'opinion sur bien des questions.

Mais nous ne manquons pas de données en l’occurrence, outre le pilonnage anti-fonctionnaire, il a bien écrit :

"Un économiste libéral distingué part en vacances chaque fois qu’un fonctionnaire se suicide."

"Maintenant que vous m'y faites penser, le suicide de masse serait, en effet, une excellente solution pour nous débarrasser des fonctionnaires. Je conçois qu'un vieux prof vicieux comme vous soit contre, mais que voulez-vous, il va bien falloir que, pour une fois, votre corporation fasse quelque chose pour la nation.
Quant aux économistes libéraux, distingués ou non, ils font clairement partie d'une race supérieure, par rapport à ce type humain dégénéré qu'est le fonctionnaire français.
Il est juste et bon qu'ils bénéficient de six mois de vacances par an."

La phrase qui n'est pas de Robert Marchenoir est manifestement une blague, mais la réponse de Robert Marchenoir me semble, elle, sérieuse.

"Quant aux économistes libéraux, distingués ou non, ils font clairement partie d'une race supérieure, par rapport à ce type humain dégénéré qu'est le fonctionnaire français."

Si quelqu'un de par ailleurs raciste assimile les uns et les autres à des races supérieures et inférieures, il est manifeste qu'il ne leur donne pas le même droit à exister.
Les théories de Darwin sur la survie des plus aptes ont été déviées pour accréditer l'idée qu'il y avait des races supérieures et inférieures, et qu'il existait des dégrénés qu'on avait le droit de stériliser, ce dont on ne s'est pas privé. Il est parfois arrivé qu'on tue des gens car de races dites inférieures.

Ce contexte historique plus le fait que Robert Marchenoir soit raciste plus le fait qu'il parle de suicide de fonctionnaires en disant que c'est une solution, ne peut que faire penser qu'il nous fait part de son envie sous une forme de plaisanterie en pensant qu'il rendra l'expression de son désir voire son désir de mort des fonctionnaires acceptable.
Et si en plus quelques fonctionnaires se suicidaient, tout cela n’en serait que plus savoureux.

Si on ne peut plus tuer ni stériliser, on peut pousser au suicide, il suffisait d'y penser.
Je signale qu'on pervertit le suicide, de nos jours, massivement et médiatiquement avec les attentats suicides. Perverti face à quoi ? Normalement, le suicide sert à ne pas être piétiné, mais là, il sert à piétiner les autres. Donc après les attentats suicides, pousser les gens au suicide. Il se peut aussi que les gens réclamant la mort de Macron soient une inspiration... Nous sommes un pays où on se réjouit de l'idée de la mort des gens et où beaucoup ont de l'indulgence pour les attentats-suicides. Le suicide qui devrait être la liberté de l'individu sert contre les individus.

C'est inquiétant, mais pas plus que le risque de dictature et de guerre civile.

"Vu de ma fenêtre, Robert Marchenoir vous a "roasted" comme dit ma petite-fille (au sens de critiquer sans ménagements mais sans intention méchante). À mon avis, ça ne veut pas dire qu'il vous "déteste"."

La question n'est pas qu'il me critique sans ménagement, mais que sa critique est injuste car il a dit ce que j'ai cité sans parler de :

" "Robert Marchenoir est favorable au suicide de certains de ses concitoyens." (Noblejoué)

"Arrêtez de mentir. Êtes-vous débile mental, ou d'une mauvaise foi abyssale ?""

Je ne suis pas débile, loin de là, et je suis d'une honnêteté intellectuelle qui ne m'a pas peu nui dans la vie, et sans doute aussi ici où on préfère les insulteurs à tout le reste.
Ce que j'affirme, je peux le justifier dans le sens "motiver", et non "excuser".

Je lis ce que les gens écrivent dans son jus, ce que j'ai cité, avec leurs positions, savoir en l’occurrence anti-fonctionnaires et racistes sans parler de l'Histoire et de l'actualité qui contribuent à les éclairer.

Si, on peut toujours l'imaginer, Robert Marchenoir n'était pas pour le suicide de fonctionnaires, il aurait dû se rendre compte que tout plaidait pour qu'on croie le contraire.
Du moins après-coup.

Et s'expliquer. Pas insulter ou détourner le débat du fait qu'on soit dans un pays où on diabolise les uns ou pousser à dire ce qu'on pense soit du nombre de fonctionnaires. Ce n'est ni le débat, ni ne fait partie de mes priorités.
Et sur quelqu'un d’intéressé, ça aurait donné quoi ? Vous défendez les fonctionnaires, dégagez vous êtes de mauvaise foi, vous m'avez attaqué sur un truc annexe faute de mieux à dire. Vous êtes de mon avis et me cherchez des poux dans la têtes, vous êtes débile.

Non, j'ai bien vu le truc, on est soit débile soit d'une ABYSSALE mauvaise foi. Quand il y a toutes les raisons de lire ce que j'ai lu, mais bien sûr...

Parce que désolé, quand on a tant de présomptions contre soi, on a la charge de la preuve.
Insulter les gens n'y change rien. Cela fait plutôt, je n'ai pas d'argument donc je vous aurai par l'intimidation.

Que Robert Marchenoir assume donc qu'il a appelé au suicide de fonctionnaires, ou, c'est moins probable, mais sait-on jamais, qu'il n'a pas compris qu'avec ses antécédents racistes et antifonctionnaires sans compter ce qu'a trop tendance à devenir le suicide, en somme ce qu'il dit plus le contexte, il était inévitable qu'on soit amené à le penser.

Si personne n'en a rien dit, cela vient de ce que les gens regardent plus l'écume du choc des personnalités que le fond.
Cela peut venir aussi de ce qu'un certain nombre de gens l'évitent ou fuient le blog.

Et donc, dans l'affaire, la question que les Français ont une tendance démesurée à se diviser, à diaboliser les fonctionnaires - d'autres les patrons, on dirait que les uns sont allergiques au pollen et les autres au gluten - et le risque de guerre civile, et la question de la perte de liberté est malheureusement passée à la trappe.

Etant donné que Robert Marchenoir est à l'origine du problème, et une personne qui s'est permis de m'insulter "débile" et "abyssale mauvaise foi", on peut penser qu'il me déteste comme celui qu'on prend sur le fait et qui vous saute à la gorge.
Mais après tout, peut-être pas... S'il ne me déteste pas, il est moins injuste, mais cela ne le dédouane en rien du reste.

Je vous ai traité de chien, je ne m'excuse pas, c'était sans méchanceté... Vous voulez un os ?
Je tiens avant tout à ma dignité mais je sais que ça paraît inconcevable ici, et pourquoi pas ? Il y a bien eu des accusations de complot et compagnie. Mais je ne fuis personne, et je ne pardonne rien à ceux qui ne s'excusent pas. Je n'insulte pas, ne dis rien d'immotivé, certes.

Vous voulez dire ce que vous pensez ? Moi aussi... Je n'aime pas trop faire dans l'insulte.
Mais de même, je n'en accepte pas. Dans la mesure où je ne les oublie pas (mais ma mémoire n'est pas parfaite et je ne tiens pas de dossier) toute personne ayant commis une injustice envers moi est en dette envers moi. Ça n'a rien de personnel, rien à voir avec ce que je pouvais penser d'elle - ou ne rien en penser si quelqu'un vous tombe dessus sans antécédent. Les choses sont ce qu'elles sont, ni plus ni moins.

Lucile

@ Achille

En parlant de pensée originale je ne pensais pas à tous ces politiciens que vous citez. Depuis trente ans, la politique menée en France et le discours politique ne varient pas. Étatisme, social-démocratie, relance par la consommation, dette, chômage structurel, Éducation nationale en panne, impôts, dureté des conflits sociaux, diminution des libertés, égalitarisme punitif. Emmanuel Macron a secoué le cocotier et placé une nouvelle génération au pouvoir dans son sillage, mais il applique en gros les idées avec lesquelles il conseillait déjà François Hollande, en tenant un discours plus élaboré et plus abstrait.

—————-

@ Noblejoué

Je suis arrivée à un âge où je préfère dire ce que je pense plutôt que de chercher à me faire décerner la médaille de la gentillesse par un jury autoproclamé. Si je la gagnais, je risquerais aussitôt de la perdre, car les gardiens de la moralité sont draconiens. Ce n'est pas une vie.

Vu de ma fenêtre, Robert Marchenoir vous a "roasted" comme dit ma petite-fille (au sens de critiquer sans ménagements mais sans intention méchante). À mon avis, ça ne veut pas dire qu'il vous "déteste".

Noblejoué

@ Aliocha
"Non, Noblejoué, c'est moi que notre si douce et anglophile a traité ainsi, celle que vous prétendiez être ma victime. Je ne juge jamais les personnes, me contentant de les mettre face à leur contradictions."

Ah ! D'un côté je la comprends, car j'ai quand même l'impression que vous jugez, à vrai dire tout le monde le fait, mais sans prudence et de manière exaspérante, et d'un autre côté, je suis triste pour vous.
Si Lucile a été un peu moins équilibrée à l'occasion que je le pensais, elle a eu le fair-play de dire qu'elle allait vers l'équilibre sans se prétendre équilibrée, et à ce jour, je n'ai pas remarqué de mauvaise foi chez elle, ce qui n'est pas si mal.

--------------------------------------------

@ Achille
"Contrairement à Aliocha et moi, vous êtes, à n’en pas douter, un vrai gentil. Toujours prêt à jouer le bon samaritain, notamment quand Lucile et Catherine JACOB sont égratignées par un commentateur indélicat."

Tout dépend de la conception du héros ou du gentil que l'on a. Disons que je crois être gentil avec les gentils et méchant avec les méchants, comme Corto, là à défendre un vieux agressé par des brutes, mais qui ne se sent pas obligé de se battre dans toutes les règles de l'art :

https://www.google.com/search?rlz=1C2VFKB_enFR765FR765&q=corto+m%C3%A9chant&tbm=isch&source=hp&sa=X&ved=2ahUKEwiRsZvY1bnjAhVPzIUKHX_WBDUQsAR6BAgFEAE&biw=1360&bih=625#imgrc=5E9zY8_fZKc9VM:

"Ceci étant, avec Marchenoir vous avez affaire à un vrai méchant et sans vouloir vous offenser vous ne jouez pas dans la même catégorie."

Je ne pense pas que quelqu'un qui se bat pour la liberté, abstraction faite de ses défauts, racisme, excessive agressivité et récemment décevante réaction de déni face à une de ses affirmations, soit un vrai méchant.

On ne pourrait nous comparer que si j'étais son double inversé, militant anti-raciste ou contre la liberté d'expression ou poutiniste ou tout cela.
Si possible agressivité contre agressivité.
Ou si je voulais représenter le consensus, et ainsi le renvoyer à la marge. La jouer calme contre énervé en plus, stratégie payante... Un exemple ? Droopy, I'am happy :

https://www.dailymotion.com/video/xlvsdc

Ce que je fais n'a rien à voir avec tout cela.

Maintenant, vous me posez la question de la fuite. Sans jurer sur mon honneur de rester toujours ici, tout peut m'ennuyer et peut-être de plus en plus, a priori, c'est avant que j'aurais eu de vraies raisons de me retirer. Si on admire quelqu'un et qu'il vous traîne dans la boue injustement, on subit un choc existentiel. Quand quelqu'un renie qu'il a écrit ce qu'il a écrit, vous traitant soit de débile soit de personne de mauvaise foi, on est indigné, certes, mais en surface.

Je pense vraiment qu'il y a un risque non négligeable de guerre civile ou de tyrannie en France.
Je sais qu'il est plus difficile de faire réfléchir à cela, au fait qu'un gouvernement mondial tyrannique ne pourrait être renversé, que ce n'est pas parce que notre culture s'est adaptée à la souffrance et à la mortalité qu'il faut dire que ce sont de bonnes choses et ne pas se battre pour en sortir...

...Que de rassurer en disant ce que les gens ont l'habitude d'entendre, ou à l'inverse, ce qu'ils n'ont pas l'habitude d'entendre, mais qui était la norme à une époque, je suis Blanc, catholique, hétérosexuel, et ainsi, je suis supérieur.

Et de plus, les gens ne prennent pas au sérieux ceux qui se plaignent.

https://www.youtube.com/watch?v=WmzOCtsZTW4

Beaucoup pleurnichent, mais enfin, en essayant de rallier un groupe, je suis victime du racisme, du sexisme, et compagnie.
Je suis faible, mais en groupe, donc avantage de la faiblesse, et groupe, de la force. Tout cela a un pouvoir attracteur.

Bien.

Mais on ne développe pas ses idées en les masquant ou son style en se reniant.

C'est vrai mais pour m'excuser de ce qui peut sonner un peu pompeux dans cette déclaration, pensons aux chevaliers, surtout imaginaires, et notamment celui-là :

https://shop.albertine.com/livre/9782723422024-prince-valiant-t-17-1969-1971-la-chanson-de-geste-harold-foster/

Valery

@ Achille
"J’en veux pour preuve l’éviction de Mary Preud’homme"

Mary Preud’homme peut être bien plus vulgaire, méchante et sèche que Marchenoir. Lui au moins, il ne redoute pas le retour du bâton alors qu'elle ne le supporte pas et fera tout un théâtre. La preuve, un de mes premiers commentaires sur ce blog, où je lui faisais savoir que j’étais en désaccord avec elle sur le sujet du jour, poliment mais un poil sarcastique. Bien mal m'en aura pris, j'ai eu droit, moi le petit nouveau, à une réponse cinglante, dans laquelle des formules raffinées telles que "idiot" et "crétin" enguirlandaient chaque tournure de phrase.

Lorsque je lui ai répondu que c'était un discours de poissonnière et non pas de grande dame, j'ai eu droit à "le vernis vient de craquer et Valery nous montre sa vraie nature".

Je ne lui en ai jamais voulu par la suite, étant imperméable a ces tics égocentristes où on a tant besoin d’établir une hiérarchie d'emblée - je n'ai que la moitié de l'âge moyen des commentateurs ici et j'accorde moins d’intérêt à la forme, j'ai même continué à la lire avec intérêt, mais sans plus débattre avec elle.

Ce n'est pas aussi blanc ou noir que vous le décrivez. Quand on ne veut pas patauger dans la boue, on ignore les appels des cochons s'y trouvant, ce n'est pas plus compliqué que ça. Je vois déjà plusieurs commentateurs ici appliquer ce précepte, s’abstenant de répondre au provocations. C'est une philosophie :)

Achille

@ Lucile | 16 juillet 2019 à 11:58
« En revanche, même s'il peut y avoir beaucoup de déchets dans la pensée non conformiste, pourquoi faudrait-il éviter de décourager l'expression d'idées non orthodoxes ? Parce que c'est la seule chance d'évolution et d'adaptation aux nouveaux problèmes, nous en avons tous besoin. »

Je constate que pour l’instant la pensée non conformiste, même si elle permet de titiller les esprits les plus éveillés, donne des résultats désastreux dont le principal bénéficiaire est le pouvoir en place.

Regardez ce qui se passe à LR où le leader a été débarqué suite à l’échec cuisant des élections européennes, alors que la tête de liste du parti était un jeune homme brillant, mais aux idées un peu trop conservatrices.

Idem à LFI où J-L Mélenchon a dû se résoudre à prendre du recul et laisser la main à Adrien Quatennens, certes plein de bonne volonté mais qui peine manifestement à convaincre.

Idem avec Génération.s de Benoît Hamon qui s’est réfugié dans un silence prudent, se rendant compte un peu tard que celui-ci est le meilleur moyen d’éviter de dire des âneries.

Que dire du PS qui est devenu une coquille vide et dont le leader Olivier Faure est bien en peine de rassembler les morceaux éparpillés par les frondeurs en 2017 ?

Les écolos ont certes fait illusion aux élections européennes, mais entre-temps il semble que Yannick Jadot ait attrapé le melon suite à ses bons résultats et depuis il chute dans les sondages.

Reste le RN qui semble connaître dernièrement des petits soucis avec ses emplois fictifs, ce qui ne l’empêche pas au demeurant de donner des leçons de morale et d’économie. On rêve !

Quant aux Gilets jaunes, malgré leurs manifestations du samedi, ils n’ont pas renversé la table vu qu’EM a retrouvé sa cote de confiance de juillet 2018.

Tout ça pour vous dire que la pensée non-conformiste, les idées « non orthodoxes » ne font pas vraiment recette. Je dirai même qu’elles sont totalement contre-productives.
Pour qu’il en soit autrement, il ne suffit pas de sauter comme un cabri en criant « Macron démission ! » il faut aussi apporter des solutions viables. Or pour l’instant nous n’avons droit, tous partis de l’opposition confondus, qu’à de la critique purement formelle, des indignations sur un plat de homards et autres billevesées du même genre.
Ce n’est pas avec ce genre de gesticulation que Macron sera déboulonné.
Et pour 2020 c'est un boulevard qui s'offre à lui.

Lucile

@ Achille

On ne peut pas renvoyer dos à dos les opinions conformistes et les autres en les traitant seulement de divergentes.

D'après les chercheurs en science politique, le politiquement correct, ou orthodoxie, est la position par défaut. Elle est la moins risquée, la moins fatigante, la plus adaptée à court terme. Elle est donc la plus représentée.

Elle n'a donc pas besoin d'être encouragée. En revanche, même s'il peut y avoir beaucoup de déchets dans la pensée non conformiste, pourquoi faudrait-il éviter de décourager l'expression d'idées non orthodoxes ? Parce que c'est la seule chance d'évolution et d'adaptation aux nouveaux problèmes, nous en avons tous besoin. Le pouvoir et la majorité ne sont pas chargés de penser pour nous. On voit la pensée paresseuse à l'œuvre chaque fois que face à un nouveau problème social ou politique, la plupart des gens, y compris les responsables politiques, le ramènent à un problème connu ("C'est comme en 1930"), au lieu de chercher en quoi la situation réclame une approche nouvelle.

On a vite fait de qualifier de "haineux" ceux qui proposent une vision non politiquement correcte, alors que leur tort est de penser autrement et de le dire, quitte à déranger. Pourtant certaines décisions politiquement correctes pourraient être qualifiées de haineuses et de nuisibles, mais elles occupent le haut du pavé à cause de leur nombre, et elles ne gênent en rien le pouvoir en place. Pour ma part, je trouve qu'un pouvoir qui cherche à décourager la liberté de parole est intrinsèquement nuisible.

Aliocha

Non, Noblejoué, c'est moi que notre si douce et anglophile a traité ainsi, celle que vous prétendiez être ma victime. Je ne juge jamais les personnes, me contentant de les mettre face à leur contradictions.
Lucile, sur Shakespeare, comme Marchenoir sur le racisme qui tout à coup semble déstabilisé par la plus simple définition qui soit, vraie surprise car je m'attendais à un tour de grand huit, nous prouvent eux-même qu'ils ne savent ni ce qu'ils disent, ni ce qu'ils font sur les sujets en question.
C'est bien volontiers et sans ressentiment que je les éclaire, mais je ne suis pas sûr qu'ils soient à même de m'entendre pour l'instant.
Ce n'est pas grave, je suis patient.

Achille

@ Noblejoué | 15 juillet 2019 à 13:40
« Qui est visé, moi ? Vu que Marchenoir ne nous aime pas tous les trois. Je m'informe.
D'autre part, oui, les faux gentils sont les pires, mais je ne vise pas des gens du blog. Sinon, je l'aurais dit. »

Sacré Noblejoué ! On sent bien à travers vos écrits que vous êtes une nature tourmentée. Votre obsession sur le suicide est un signe révélateur.
Contrairement à Aliocha et moi, vous êtes, à n’en pas douter, un vrai gentil. Toujours prêt à jouer le bon samaritain, notamment quand Lucile et Catherine JACOB sont égratignées par un commentateur indélicat.

Ceci étant, avec Marchenoir vous avez affaire à un vrai méchant et sans vouloir vous offenser vous ne jouez pas dans la même catégorie.
J’en veux pour preuve l’éviction de Mary Preud’homme qui après douze années sur ce blog a finalement pris le parti de le quitter. Idem pour le brave Zonzon qui nous a fait des adieux à faire pleurer un huissier de justice. Même hameau dans les nuages avait pendant un temps quitté le blog, nous privant ainsi de ses commentaires bucoliques. Heureusement entre-temps il est revenu et je pense que Mary Preud’homme nous reviendra à la rentrée, fraîche et dispose après quelques mois de vacances.

Quant à vous, il est inutile d'insister en essayant de vous justifier par des explications interminables. Le mieux est de laisser ses quelques fans boire ses écrits avec admiration et louer ses qualités rédactionnelles qui sont certes intéressantes. Par contre le fond de ses commentaires n’apporte rien de sensationnel vu qu’il raconte toujours la même chose quel que soit le sujet du jour.

Je vous conseille donc de vous limiter à des échanges avec des intervenants avec qui il est possible de confronter ses idées sans immédiatement se faire traiter de tous les noms d’oiseaux. Vous verrez, vous vous sentirez beaucoup mieux… et les autres contributeurs de ce blog aussi.

Achille

@ Valery | 15 juillet 2019 à 09:41
« J'ai bien peur qu'à suivre vos recommandations, toute personne offusquée d’être mouchée par plus talentueux et intelligent, pourra se venger en invoquant "la haine", puis demander la suppression pure et simple des commentaires. »

Il est possible que Marchenoir soit « plus talentueux et intelligent » que moi. Là n’est pas le problème. J’ai connu bien des intelligents qui sortaient de grosses âneries et il ne saurait faire exception dans ce domaine.

Vous dites aussi que Marchenoir aux yeux de beaucoup ici, fait vivre ce blog par son acharnement à casser des codes mous, titiller les lieux communs - tels que ceux que je renouvelle constamment -, afin de démontrer leur incapacité à expliquer la société dans ses rouages les plus complexes.

A cela je vous répondrai qu’il ne faut pas sous-estimer les lieux communs, même s’ils sont un peu tiédasses comme les miens. Ils expriment souvent des vérités que personne ne voit plus, préférant à l’évidence des propos plus expressifs qui, soit dit en passant, n’en font pas pour autant des vérités, mais plus sûrement de la manipulation pas très subtile à destination d'esprits un peu simplets prêts à se laisser séduire par le premier bonimenteur de foire.

Je vous ferai également remarquer qu’en matière de renouvellement, ledit Marchenoir, « casseur des codes mous », ne fait que dire et répéter toujours les mêmes allégations poutinophobes et racialistes, sans oublier celles laissant paraître son aversion pathologique envers les fonctionnaires. Le tout abondamment agrémenté, je le concède, de documents tirés d’officines d’outre-Atlantique qui finissent par perdre toute leur causticité une fois qu’on les a lus une quinzaine de fois.

Parmi les offusqués, il me semble que Marchenoir n’est pas mal non plus dans son genre, vu qu’à la moindre critique de ses laïus interminables, il déverse sur l’audacieux qui s’est permis de le contrarier un tombereau d’invectives à faire rougir une petite sœur des pauvres.

-----------------------------------------------------------

@ Aliocha | 15 juillet 2019 à 10:39
« Faux gentils, mon cher Achille, voilà de la part de notre hypocrite en chef qui a valeur de décoration. »

Je dois être un des plus décorés de la médaille Marchenoir sur ce blog.

Cela fait bien longtemps que je ne me fais plus d’illusions sur ses sentiments (et ceux de ses affidés) à mon égard.
Je me suis accroché avec lui dès les premiers jours où il est venu sur ce blog.
Depuis, je n’interviens que très rarement sur ses commentaires, dans la mesure où j’ai pris conscience que c’était parfaitement inutile.

Je le laisse donc débiter sa propagande et préfère lire les posts des intervenants avec qui les échanges sont possibles.
Heureusement il en reste encore quelques-uns sur ce blog.

Noblejoué

@ Aliocha (et Achille)

"Mon pauvre, vous voilà associé au branleur de service"

Qui est visé, moi ? Vu que Marchenoir ne nous aime pas tous les trois. Je m'informe.
D'autre part, oui, les faux gentils sont les pires, mais je ne vise pas des gens du blog. Sinon, je l'aurais dit.

Et si j'avais voulu aider Zonzon, je l'aurais fait en temps et en heure. Non, ce qui s'est passé c'est tout simplement qu'Achille me choquant avec son attaque des libertés m'a fait ressouvenir de l'attaque des fonctionnaires type suicidez-vous de Marchenoir, tous deux révélateurs de ce qui me déplaît dans l'esprit français.

Je ne tiens de dossier sur rien ou personne ici, j'ai donc dû chercher avec des mots clés.
Quelle barbe ! De même que les attaques.

Mais si j'ai pu faire réfléchir certaines personnes sur le désamour des Français de la liberté, les oppositions féroces entre citoyens, les risques de guerre civile et de dictature, je n'aurai pas enfoncé mes doigts en vain sur le clavier.

Et si cela avait été vain, comme peut-être toute ma vie ? Eh bien, un bon argument pour ne plus rien faire-désirer, et donc, fumer de l'opium.
Si cela ne va pas trop mal, pour les loisirs, autrement pour se tuer. On peut toujours dire que mon style est épouvantable, mais j'aurai toujours agi en lettré.

Aliocha

Faux gentils, mon cher Achille, voilà de la part de notre hypocrite en chef qui a valeur de décoration.
Mon pauvre, vous voilà associé au branleur de service, cela ne va pas arranger vos relations avec la vive et lucide arbitre des élégances du mensonge et de l'apologie régicide.

Mais qu'importe, nous arrivons à l'heure de vérité, où tous les menteurs finiront par s'apercevoir que l'amour n'est pas bisounourserie, mais justement celui qui dissout tout ce qui n'est pas vrai, qui fait fondre sous l'ardent soleil de son doux regard les glaces anciennes, entraînant alors au torrent de la révélation les alluvions inutiles des dominations ancestrales, laissant en place l'essentiel.
Lucile se souviendra peut-être alors de ce que je lui avais transmis en réponse à sa grossière erreur shakespearienne, et d'une réponse à Zonzon qui n'est pas sans rapport avec les disputes du jour :

Oh, la belle grange de derrière le buisson aux abeilles, oh, le fripon des affects refusés qui se réfugie derrière les dénonciations de la meute quand elles ne l'entraînent pas lui-même sur le chemin des désarrois de ses propres détestations, le masque, même des patronymes, ne bâille jamais que sur un autre masque, et la terreur alors ouvre sur les abîmes du rire, indique le chemin du renoncement à tous les désirs haineux, tous les "unsex me" de l'indifférenciation violente, ce chemin de l'analogie nuptiale claudélienne :

Ysé
C'est l'amour, Mesa, et je ne l'appellerai
point une chose bonne et usagère, et l'on plaint
ce fou qui ne sait point s'en servir
A tempérament pour son plaisir et le bien
de son ménage comme le feu bien fait
Qui cuit sous la soupe et qui fond l'or sous le
chalumeau.
(Partage de midi, Paul Claudel.)

Valery

@ Achille
"Une fois les écuries d'Internet débarrassées de leur fumier, tous les internautes qui, comme vous et moi, souhaitent échanger dans un esprit constructif, y seront gagnants."

Il y a deux aspects à cela. D'abord, il est naïf de croire que, telle la poussière sous le paillasson, il suffit d'effacer des commentaires violents pour que la violence disparaisse, ni vu ni connu. La violence, tout comme le racisme par exemple, sont, souvent, des réponses adéquates à des situations inextricables, qui ont trop longtemps été laissé mariner, jusqu’à pourrissement. En interdisant la violence verbale, la première soupape de sécurité, vous la renvoyez directement à la 2e soupape, la violence physique, infiniment plus néfaste.

Un deuxième aspect, c'est les définitions que vous choisissez. Si on vous lit, on apprend que pour vous "la haine" c'est Marchenoir par exemple, alors que, aux yeux de beaucoup ici, il fait vivre ce blog par son acharnement à casser des codes mous, titiller les lieux communs - tels que ceux que vous renouvelez constamment -, afin de démontrer leur incapacité à expliquer la société dans ses rouages les plus complexes. Parfois, être réactionnaire, même dans l'outrance, aide le dialogue à se décomplexer, à trouver d'autres chemins et à la fin, des solutions.

J'ai bien peur qu'à suivre vos recommandations, toute personne offusquée d’être mouchée par plus talentueux et intelligent, pourra se venger en invoquant "la haine", puis demander la suppression pure et simple des commentaires.

Il y a aussi un 3e aspect, mais il tient plus du caractère de chacun que de l’intérêt général ; c'est cette espèce de couinement général qui considère une personne invectivée sur Internet comme "une victime". Je suis d'accord que dans l'espace public, se balancer des noms d'oiseaux, face à face, est extrêmement déplaisant et stressant surtout lorsque le spectre de la violence physique est visible, autant pour les protagonistes que pour les passants, mais franchement, on est fait en quoi, en sucre ?

Quelqu'un vous traite de c*n dans un forum obscur et vous vous sentez marqué à vie, mais enfin, soyons sérieux, ce sont des enfantillages.

En quoi est-il constructif de répéter les mêmes lieux communs depuis des décennies, ceux mêmes qui ont prouvé être incapables, ou insuffisants en tout cas, pour arrêter le plongeon de la société autour de vous ?

Noblejoué

@ Robert Marchenoir
"En fait, vous êtes comme Achille ou Aliocha : un faux gentil. Ce sont les pires."

Vous n'avez raison que sur un point, les faux gentils sont les pires. Mais je ne suis pas un vrai ou un faux gentil.
Je suis gentil avec les gentils et méchant avec les méchants. Enfin, quand les gens se montrent gentils ou méchants, les gens ne sont pas si constants.
Et d'autre part, je ne prétends pas sauver leur âme, au cas où elle existe. Je ne suis pas responsable de ceux qui me font du tort ou en causent à d'autres.

Je pense que les gens liront et qu'ils verront pour certains ce que vous avez écrit, parfois les gens sont indulgents avec ceux qu'ils apprécient et n'en croient pas leurs yeux, et certains vous apprécient de dire ce qu'ils n'osent pas dire ou de fournir un certain travail de documentation.

Je ne comprends pas que vous assumiez d'être raciste, il y aurait des races et certaines supérieures et d'autres inférieures, ce que vous avez écrit, et non pour le suicide des fonctionnaires, ce que vous avez écrit aussi.
Jusqu'à présent, qu'on apprécie ou non vos idées, vous les assumiez... Là non, déception.

Mais ce n'est pas comme si j'étais dans l'admiration et tombais de haut. A propos, je pense que des gens ne voudront pas en croire leurs yeux, quand on apprécie quelqu'un on a tendance a ne pas voir ses défaillances, vous jouez donc sur du velours, et je suppose que vous le savez. Ou pas, il se peut que vous ayez vraiment voulu le suicide des fonctionnaires et ayez refoulé ce désir par la suite.

Enfin, tout cela n'est pas mon affaire, et il y a des énigmes plus passionnantes dans le monde.

"Ah, très bien, donc maintenant nous savons : vous êtes d'une mauvaise foi abyssale. Vous savez très bien que je n'incite pas sérieusement les fonctionnaires à se suicider, mais vous prétendez néanmoins le contraire."

Je ne sais que ce que je lis, donc vos positions politiques et les conclusions que vous en tirez.

"Et vous prenez la défense de l'immonde troll Zonzon, lequel se livrait à des manipulations similaires."

J'avais oublié son existence, quant à troll, je ne sais pas... Il avait un style assez curieux, à ce que je m'en rappelle.
Je ne suis pas du genre à aimer donner des étiquettes ou des notes aux gens, de toutes façons. Bon, vous j'aurais pu dire que vous étiez raciste, mais pour la liberté, et que vous assumiez tout ce que vous écriviez. Eh bien, plus aujourd'hui sur les suicides.

"Ce que je réclame tout à fait sérieusement, c'est :

- Que l'on cesse de nous casser les oreilles avec les suicides de fonctionnaires qui seraient dus soi-disant au fait que la dépense publique serait encore trop faible (à 56% du PIB, quasi-record mondial) ;

- Que l'on supprime 2 millions de postes de fonctionnaires, à la louche et pour commencer ;

- Et bien sûr qu'on supprime le statut de la fonction publique, créé par les communistes pour perpétrer un coup d'Etat silencieux.

Et vous, que proposez-vous, sur un plan politique ?" (RM)

Alors c'est votre position officielle quand le suicide était... une plaisanterie ? Vous voulez faire avaler ça...
Eh bien, dans ce cas, il faudrait le dire, et éventuellement observer que l'autre n'a pas d'humour, ou du moins le vôtre, assez, on dira, spécial. Qui m'est passé inaperçu à ce jour, parce que si certains aiment votre côté qui dit ce qu'il dit - enfin peut-être pas sur les suicides, ou soit vous n'assumez pas, soit votre humour est tellement à côté qu'on ne peut croire que ça en soit mais la gaffe, l'aveu d'un désir profond.

Bon, et maintenant, vous commettez une erreur :

"Et vous, que proposez-vous, sur un plan politique ?"

Je vous signale que quand je propose une plus grande liberté dans les débats, et non la censure, c'est politique.
Quand je propose loyauté et retenue dans les débats, aussi.

Si l'Etat diminue la liberté des débats donc la liberté de pensée, c'est un processus politique, et s'y opposer, aussi.
Quand je propose que les citoyens cessent de réclamer moins de liberté d’expression, je m'y oppose, et quand je remarque qu'à force de réclamer moins de liberté, ils auront peut-être une dictature, aussi.

Si les Français ne cessent de réclamer, qui la mort des patrons, qui la mort des fonctionnaires, et autre, j'ai aussi peut-être des raisons de croire qu'il va aller vers la guerre civile.
Nous ne sommes peut-être pas la Suisse, peut-être que la prévention d'une dictature ou d'une guerre civile compte plus que le nombre de fonctionnaires. Enfin, c'est vous qui voyez.

Je pourrais ne pas répondre à votre question et vous laisser répondre à la mienne : est-ce que la défense de la liberté compte plus ou moins que la guéguerre entre ceux qui veulent plus ou moins de fonctionnaires, ceux qui veulent privatiser ou nationaliser ?

Pour moi, ces questions sont secondaires, et polarisent le pays. Elles empêchent de passer à autre chose, et alimentent les désirs dictatoriaux et de guerre civile des uns et des autres.

Pour le suicide, une question qui m'intéresse, vie, mort et liberté, excusez du peu, je suis et pour qu'on n'accule pas les gens au suicide, et pour la liberté éditoriale du livre sur comment se suicider sans se rater et sans souffrir, enfin, le faire proprement.
Donc sollicitude pour tous, liberté pour chacun, encore un cas où je ne critique pas des victimes parce que médiatiques, si j'ai des victimes moins connues, comme les gens réfugiés de la conservation, rien à voir, enfin, à vrai dire, je ne sais pas s'il y a beaucoup de suicide, mais un fort alcoolisme tue beaucoup ces pauvres victimes des écologistes.

Pour les fonctionnaires, une question qui ne m'intéresse pas beaucoup, j'ai cette chance, constater combien elle divise sans parti pris.
Je ne vois qu'une évidence, si on devait supprimer le statut de fonctionnaire, il faudrait le faire pour les nouvelles personnes remplissant leurs fonctions, si du moins elles sont remplacées, simple question de loyauté.

Certains voient les fonctionnaires comme des gens protégés par leur statut, donc feignants, d'autres protégés, donc intègres.
Quelle que soit l'origine de leur statut, beaucoup de Français y souscrivent, parce que nous ne sommes pas un pays de pionniers, d'entrepreneurs, mais un pays étatiste depuis l'Ancien Régime. Le bourgeois devenu riche achetait une charge, le commerce n'était pas honorable.

A mon avis, il faut que l'administration et le commerce soient honorables, ne renier ni le commerce, ni l'Etat, des choses qui existent depuis le début des civilisations.

Les Français passent leur temps à se diviser entre droite et gauche, fonctionnaires et entrepreneurs, je n'entre pas là-dedans, non merci. Ce n'est pas parce que j'avais peur de montrer de quel camp (on est bien en France, choisis ton camp) mais parce que je n'ai pas de camp, tout le monde a sa raison d'être, il y a des marchands et des gens servant l'Etat dans toute les civilisations, et son utilité.

Ce qui n'est pas normal est que le pays soit si divisé. Si porté à l'autoritarisme. Dans tous les pays, il peut y avoir des flux et des reflux dans un sens ou dans un autre, ce qui ne va pas chez nous est la polarisation si importante et si pleine de ressentiment entre la droite et la gauche... Bien des forces s'y perdent, et cela est gros de guerres civiles et de dictatures possibles. Ce n'est pas l'âme de tel ou tel qui m'intéresse ou de croire en avoir une cristalline, c'est le maintien des libertés telles que la liberté d'expression, voire leur accroissement et d'autre part, de conjurer le pire, qui n'est pas certain, mais loin d'être improbable.

Etatistes et anti-étatistes sont soit contre les patrons soit contre les fonctionnaires, et avancent et reculent avec des chiffres qui rappellent un peu ceux des plans soviétiques quand il faut changer, accepter et le commerce et administration.
Il me semble qu'il serait mieux quand on veut moins d'Etat, plutôt que de taper sur les fonctionnaires, ce qui renforce son camp mais aussi l'autre, de montrer tout ce que l'artisanat ou l'entrepreneuriat peut avoir de positif.

Par exemple, vous auriez pu dire que certaines entreprises françaises des plus puissantes s’allient pour le développement de l'intelligence artificielle.
La recherche et développement, l'alliance, c'est ce qui est constructif, dans tous les domaines, ceux qui feront ce genre de choses seront gagnants et les autres perdants.

Achille

@ Tipaza | 14 juillet 2019 à 23:24
« Étonnez-moi, dites-moi que vous ne voulez pas les changer. »

Pour ne rien vous cacher je trouve les paroles de La Marseillaise terriblement datées. Elle a été écrite par Rouget de Lisle suite de la déclaration de guerre de la France à l'Autriche.
Dans son contexte originel, La Marseillaise est plus un chant de guerre, un appel à la mobilisation générale, une exhortation au combat.
Personnellement (et je ne suis pas seul), je préfèrerais comme hymne national Le chant des partisans qui fut l’hymne de la Résistance française durant l’occupation.

Chanté par Anna Marly, cet hymne "prend aux tripes". A noter que les paroles sont de Joseph Kessel et de son neveu Maurice Druon, deux grands résistants, mais également écrivains de grande qualité.

Mais un hymne national ne se change pas. Serge Gainsbourg a bien essayé de la remettre au goût du jour avec sa version reggae, mais cela lui a valu quelques ennuis de la part des parachutistes de l’époque (1979) qui ne badinent pas avec les traditions.
A noter, pour la petite histoire, que "Gainsbarre" a acheté un des manuscrits originaux de La Marseillaise pour la somme de 135 000 francs de l’époque soit 20 580 €, preuve que sous ses airs rebelles, c’était un bon patriote…

Robert Marchenoir

@ Noblejoué | 14 juillet 2019 à 12:39

Ah, très bien, donc maintenant nous savons : vous êtes d'une mauvaise foi abyssale. Vous savez très bien que je n'incite pas sérieusement les fonctionnaires à se suicider, mais vous prétendez néanmoins le contraire.

Et vous prenez la défense de l'immonde troll Zonzon, lequel se livrait à des manipulations similaires.

Ce que je réclame tout à fait sérieusement, c'est :

- Que l'on cesse de nous casser les oreilles avec les suicides de fonctionnaires qui seraient dus soi-disant au fait que la dépense publique serait encore trop faible (à 56% du PIB, quasi-record mondial) ;

- Que l'on supprime 2 millions de postes de fonctionnaires, à la louche et pour commencer ;

- Et bien sûr qu'on supprime le statut de la fonction publique, créé par les communistes pour perpétrer un coup d'Etat silencieux.

Et vous, que proposez-vous, sur un plan politique ?

Parce que pour faire la morale en jouant les vierges effarouchées, vous êtes très fort, mais sur le fond du sujet, vous ne prenez jamais position.

En fait, vous êtes comme Achille ou Aliocha : un faux gentil. Ce sont les pires.

En effet, comme vous dites : les lecteurs jugeront. Ils n'ont nul besoin que vous dupliquiez mes commentaires, surtout si c'est pour en déformer le sens par vos commentaires superfétatoires et malhonnêtes. Je crois que les gens savent lire.

Tipaza

@ Achille | 14 juillet 2019 à 22:21

Je m'étonne que vous n'ayez pas encore abordé le sujet des paroles de La Marseillaise.
Un hymne qui veut abreuver nos chers sillons d'un sang impur au risque de polluer nos si nobles vignobles !
Dans le monde bisounours, ça fait un peu désordre et surtout haineux !
Ces paroles vont tomber sous le coup de la loi Avia pour incitation à la haine et au meurtre.

Étonnez-moi, dites-moi que vous ne voulez pas les changer.

Achille

@ Lucile | 14 juillet 2019 à 12:42

Il est vrai que les propos de Laetitia Avia sont un peu incisifs, mais l’expérience montre que les haineux qui étalent leur agressivité sur Internet ne sont pas en mesure de comprendre un autre langage que celui qu’ils utilisent eux-mêmes.
C’est la seule solution pour que la peur change de camp. Avec quand même pour effet, des réseaux sociaux débarrassés de leurs propos haineux, fake news et propagandes permissives.
Une fois les écuries d'Internet débarrassées de leur fumier, tous les internautes qui, comme vous et moi, souhaitent échanger dans un esprit constructif, y seront gagnants.

Ellen

@ Lucile | 14 juillet 2019 à 12:42

C'est la mordeuse du chauffeur de taxi qui pique sa colère noire ? Elle est habitée par la haine de l'autre qui ne lui ressemble pas. Cherchez l'erreur...
Elle a un sérieux problème comportemental - insulter les adhérents LREM de tête d'oeuf, de petits et de lâches à l'A.N. ne la place pas au statut légitime d'une députée respectueuse et honorable.

Noblejoué

@ Lucile | 14 juillet 2019 à 12:42

Les gens incapables de prêcher par l'exemple préfèrent réprimer...

Soit cette loi passe et est appliquée et la liberté diminue, soit non, et les échaudés redoubleront en agressivité.
Par défi, triomphe et crainte de ne pouvoir continuer longtemps.

Je ne sais évidemment pas ce qui va se passer au juste, mais ce sera forcément négatif.

Tout le monde se plaint de l'influence américaine, mais sans elle, sans Internet, il y aurait encore moins de liberté en France.
On peut dire qu'Internet est leur second débarquement, cette fois-ci contre nos élites.
Non que ce soit contre elles pas dessein, par accident. Comme beaucoup de gens, surtout dans les élites, sont anti-américains, on pourrait croire à une justice immanente, mais comme il n'y a guère de justice dans le monde, écartons l'hypothèse.

Avec l'augmentation de l'agressivité et de l'intolérance réciproque des gens, je crains que la France ne sombre dans le pire désordre, la guerre civile, ou le pire ordre, la dictature.

De toute façon, à la base, les Français n'aiment pas la liberté, alors... Si jamais nous sortons d'une dictature, je pense que ce sera de plus en plus difficile, mais si ce bonheur arrivait...

...je me demande avec quelles excuses les gens s'en sortiraient. C'est la faute d'Internet donc des Américains, peut-être ?

En fait, des Français qui passent leur temps à dire du mal de telle ou telle catégorie de population pas pire que d'autres, à souhaiter le malheur de groupes ou d'individus pas plus nocifs qu'eux, à agresser puis si on leur répond, insulter encore plus ou dire qu'ils plaisantaient, appeler une dictature, et j'en oublie forcément tant les aberrations sont nombreuses et emboîtées.

Mais pas moi.

Outre que je suis lâche, comme, eh bien, beaucoup de gens, outre que ce n'est pas à moi de réparer les dégâts des autres, l'avantage qu'on ait osé m'insulter quand j'alertais pour cela et divers dangers est que j'ai trois motivations pour ne rien faire si le pire devait advenir.
Je ne suis pas la personne idoine, et je n'ai pas la motivation de qui doit réparer des fautes ou qui a des raisons d'apprécier les gens à me gâcher la vie pour eux.

Après la loi contre la haine, la loi contre la rancune ?

Cette manie de vouloir embrigader est comique, mais en somme, pas que dans ce cas. Pas d'offre intéressante, venez au magasin... Absurde ? Eh bien le vote obligatoire, ce n'est pas autre chose en politique.
L'interdiction des drogues, la même chose pour adhérer à la réalité.

Parce que l'abominable drogué est coupable de tout... Ceux qui font tout ce qu'il faut pour la guerre civile ou une dictature, de rien.
Du moment qu'on s'imagine respectable, parce que respecté à tort ou à raison, peut-être n'a-t-on jamais à reconnaître le moindre tort... Parce qu'on n'a jamais tort, ou alors, soyons fou, comme on le dit pour les communistes si idéalistes, ou Polanski si artiste, ou DSK si irremplaçable en politique ou allez savoir, on a le droit d'outrepasser ses droits, de nuire à des gens qui ne vous ont rien fait.

Comme on a encore un semblant de liberté d’expression en France, je dirais que pour moi il ne doit pas y avoir des gens persécutés quand ils ne nuisent à personne et des gens ayant piétiné les droits des autres privilégiés.
Ces deux aberrations n'en font qu'une, il y a déconnexion entre le fait de nuire ou non aux autres et la manière dont on est traité... Si cela est juste, qu'est-ce qui peut bien être injuste ?

A côté du fait qu'on déconnecte les actes et la rétribution, on se met à sonder les mots et les pensées.
Le territoire de l'arbitraire s'étend... C'est grave, mais cela ne tombe pas du ciel. Il y a de l'arbitraire si enraciné que bien des gens ne le voient même pas.

Peut-être que j'en veux tant aux autres parce que je vois à quel point le mal qu'ils commettent est grave ?
Et que certaines causes pourraient bien avoir certaines conséquences.

Quand les gens s'imaginent sauvés, ils ont moins de raison d'en vouloir à ceux qui percent un navire.
Surtout quand c'est eux ! Mauvaise image. L'incendie. Certains déclenchent sciemment des feux, d'autres se contentent de fumer dans les bois, de faire des barbecues à proximité et autres. Si on les reprend, la réaction ?

Ne pas parler du feu quand il fait chaud. Conclure en se lavant les mains de ce qui pourra advenir.

Exilé

@ Achille
« Il n’y a pas que les immigrés illégaux musulmans qui violent et assassinent des femmes. »

Certes, il existe depuis toujours des criminels partout, du fait de la nature humaine déchue.

Ceci dit, il est tout de même possible de mettre en rapport le chiffre de la population française avec celui des nouveaux arrivants, ou « invités », supposé être encore grosso modo minoritaire.

Si nous nous référons à la rubrique des faits divers de la presse, qui en dit plus long que bien des rapports biaisés de sociologues gauchis, il n'en demeure pas moins que nous dénombrons ces temps-ci de plus en plus de crimes commis par des gens arrivés en France comme immigrés légaux ou illégaux, y compris par des « réfugiés », souvent issus de pays n'appartenant pas à notre sphère culturelle, personnes qui selon la formule à la mode utilisée par les tribunaux pour absoudre les comportements inqualifiables de leurs auteurs « ne possèdent pas les codes ».

Mais alors, si les autorités judiciaires et autres admettent que certaines personnes « ne possèdent pas les codes », pourquoi donc les laissons-nous entrer en France alors que nous pouvons redouter leurs comportements imprévisibles ou étrangers à nos mœurs?
C'est tout de même la vie des Français qui est en jeu.
Et le « principe de précaution», dans tout ça ?

Aliocha

Comme d'habitude, les justifications confirment les constatations.
Vous éludez, Marchenoir, les propos de Lucile qui, en des termes choisis n'en cachant en aucune manière l'ignominie, démontrait qu'elle n'avait à m'opposer aucun argument pouvant justifier son admiration pour un des personnages les plus sombres de la littérature mondiale. Votre si fine et lucide n'a pas la connaissance pour échapper à la méchanceté, toujours fondée sur l'ignorance, qui en ce sens est donc synonyme de bêtise.

Vous pouvez donc m'envoyer en vos asiles, on ne pourra que constater que vous non plus n'avez pas répondu sur le fond, c'est-à-dire vous savoir complice de Poutine, lui laissant la liberté d'influencer les élections pour vous préserver la possibilité de déverser votre haine sans aucun frein.
Ceci explique sans doute vos procédés staliniens, à me désigner pervers et fou plutôt qu'à savoir me répondre.

Qu'on me juge donc fou pour justifier sa sagesse, on ne saura qu'être pris dans sa propre ruse :

"Le Seigneur connaît les pensées des sages, il sait qu'elles sont vaines."

https://bible.catholique.org/1ere-epitre-de-saint-paul-apotre-aux/3363-chapitre-

Lucile

@ Achille | 13 juillet 2019 à 21:33
"Ce que vous appelez "répression" je l’appelle "rappel des convenances".

Juste une petite citation de l'instigatrice de la loi pour vous demander si ça ressemble davantage à de la "modération" et à un "rappel des convenances" ou à de la "répression".

Ça se passait à l'Assemblée nationale: "Chers trolls, haters, têtes d’œuf anonymes, qui vous croyez seuls cachés derrière vos écrans, qui êtes petits et lâches, sachez que nous nous battrons pour vous mettre face à vos responsabilités (...) c’est la fin de l’impunité !" #DirectAN

https://twitter.com/LCP/status/1146415391238963202?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1146415391238963202&ref_url=https%3A%2F%2Fwww.contrepoints.org%2F2019%2F07%2F09%2F348671-loi-avia-lassaut-de-macron-contre-la-liberte-dexpression-continue

Noblejoué

@ Robert Marchenoir
"Robert Marchenoir est favorable au suicide de certains de ses concitoyens." (Noblejoué)

Arrêtez de mentir. Êtes-vous débile mental, ou d'une mauvaise foi abyssale ?" (RM)

——-

Je vous ai cité. Vous n'êtes pas Swift... Si quelqu'un dit des énormités sur le ton de la satire à propos de gens qu'il défend, on ne le prend pas au mot.
Mais vous, vous ne cessez de dire que les fonctionnaires et les d'après vous quasi-fonctionnaires paysans sont des parasites. Comment ne pas vous prendre au mot ?

Ce n'est pas ma faute si à force de ce que des gens vous aient parlé des suicides de ces deux catégories de gens, vous soyez allé assez loin pour être cité en contre-exemple.

Vous êtes comme toutes ces personnes qui nient ce qu'elles disent et ce qu'elles font, même prises la main dans le sac.
Vous les critiquez, vous méritez aussi de l'être. Vous êtes un exemple de ces Français malveillants envers les autres qui m’inquiètent à penser qu'il est possible qu'une guerre civile se déclare en France.

Et aussi de ces gens, que vous critiquez, qui nient ce qu'ils disent et ce qu'ils font.

Ce qui fausse le débat comme le fait de pousser des gens au suicide pour la grande faute d'être fonctionnaire en accroît la violence.

Insultez tant que vous voulez, je laisse les lecteurs juges. J'imagine qu'il est humain trop humain de sortir des énormités, les nier et insulter, j'espère, au spectacle que vous donnez, redoubler de prudence pour ne pas en arriver là. La polémique est un terrain glissant, et c'est une des nombreuses raisons qui me font l'éviter.

Mais quoi qu'il en soit, il faut tout faire pour éviter une possible guerre civile en France.

hameau dans les nuages

@ breizmabro | 13 juillet 2019 à 14:16

Oui tout est écrit. Mektoub.

L'ivraie ou zizanie (j'ignorais que cela s'appelle aussi ainsi ) est une graminée qui va à maturité laisser tomber ses graines pour encore plus infester les champs.

Et pendant ce temps celles-là même qui défendent les femmes contre les violences de leurs maris sans chercher les stats inhérentes entendent porter le délai de l'IVG de 12 à 14 semaines ce que le Sénat a adopté.

14 semaines:

http://www.bebetou.com/IMG/jpg/banniere-foetus-14eme-semaine-grossesse.jpg

Hier j'ai allumé un cierge à l'Eglise de Sarrance en vallée d'Aspe en mémoire de Vincent Lambert.

L'Etat tue.

Robert Marchenoir

@ Noblejoué | 13 juillet 2019 à 02:57
"Robert Marchenoir est favorable au suicide de certains de ses concitoyens."

Arrêtez de mentir. Êtes-vous débile mental, ou d'une mauvaise foi abyssale ?
______

@ Aliocha | 13 juillet 2019 à 10:02
"Aucun argument, cher Marchenoir, si ce n'est, comme notre arbitre des élégances de la bêtise et de la méchanceté, de me traiter de branleur et de fou car l'on n'a rien à m'opposer."

Cette interpellation d'une infinie perversité est bien dans votre style. Vous suggérez, en prenant bien soin de vous ménager une dénégation plausible, que je vous aurais traité de br... et de fou.

Je n'ai jamais traité personne de br..., ici. Et Lucile non plus, à laquelle vous faites allusion sans la nommer. Lucile a eu une formule particulièrement fine et lucide pour vous décrire, que je me fais un plaisir de reproduire ici, tellement je la trouve juste : "Cessez un peu de baver sur les autres pour mieux astiquer votre auréole de faux mystique."

Suite à quoi, c'est vous qui avez grimpé à l'échelle des évocations obscènes. Il est un peu culotté, de votre part, de vous draper maintenant de lin virginal.

Comme il est particulièrement culotté de traiter Lucile "d'arbitre des élégances de la bêtise et de la méchanceté", vu qu'elle est à peu près à l'opposé.

En revanche, oui, je vous ai traité de fou (probablement dans des termes moins définitifs). Vous devriez m'en être reconnaissant : c'est l'hypothèse la plus indulgente à votre égard.

Achille

@ hameau dans les nuages | 13 juillet 2019 à 09:46

Hameau dans les nuages je vous aime bien. Vos commentaires, comme ceux de Giuseppe, sentent bon le terroir, les reportages sur la France profonde de J-P Pernaut au JT de 13H sur TF1.

Vu qu’aujourd’hui nous sommes le 14 juillet et que nous fêtons les FetNat, je vous joins cette petite chanson Douce France
Quel bel exemple d’intégration, vous ne trouvez pas ?

Achille

@ Lucile | 13 juillet 2019 à 15:40

« La vôtre peut s'écrire ainsi : Censure + répression > liberté + langage outrancier.
La mienne : Dégâts-censure > dégâts-liberté »

Ce que vous appelez "censure" je l’appelle "modération".
Ce que vous appelez "répression" je l’appelle "rappel des convenances".
Ce que vous appelez "liberté" je l’appelle "agression".
Mais pour l’appellation "dégâts" nous sommes d’accord !

Achille

@ Herman kerhost | 13 juillet 2019 à 15:07

Tiens je m’adresse à Don Quichotte et c’est son brave Sancho Panza qui me répond ! :)

Michel Deluré

@ Lucile 13/07 09:40
@ Achille 13/07 13:35

« Il y a des inconvénients à laisser les gens proférer toutes sortes d'insanités. Il y en encore plus d'inconvénients à leur interdire de le faire ».

Vous énoncez bien le problème Lucile et je comprends Achille, malgré vos prédispositions pour les mathématiques, votre embarras concernant la résolution de celui-ci !
Les insanités étant en fait la source du problème, un raisonnement simpliste mais logique voudrait que l'éradication pure et simple de celles-ci suffise à résoudre cette équation, les inconvénients alors s'annulant !
Bon, je conviens qu'une telle solution aussi évidente que naïve cache un loup et relève de l'utopie. Les échanges à propos de ce billet en sont l'illustration.

Achille

@Tipaza | 13 juillet 2019 à 13:44

Pas mal ! Mais il ne faudrait pas confondre un raisonnement pas l’absurde qui consiste à démontrer qu’une chose est vraie parce que tous les autres solutions sont absurdes avec un sophisme qui est son exact contraire, dans la mesure où il consiste en un raisonnement faux malgré une apparence de vérité.

Lucile

@ Achille | 13 juillet 2019 à 13:35

OK OK je reconnais mon erreur ; ce n'est pas une équation, c'est une comparaison présentée sous forme d'alternative.

La vôtre peut s'écrire ainsi : Censure + répression > liberté + langage outrancier.

La mienne : Dégâts-censure > dégâts-liberté

(le signe > voulant dire "vaut plus que"). Ça vous va comme ça ?

Herman kerhost

Nietzsche m'a souvent agacé mais voici une belle illustration montrant bien que cette nouvelle censure doit être combattue. Nul besoin de préciser qu'elle est destinée à l'"angélique" Achille...

"Ce serait pour nous une rechute que de tomber totalement dans la morale, du fait même de notre irascible probité, et qu’à satisfaire d’excessives exigences, nous finissions par devenir des monstres, des épouvantails de vertu. Nous devons être capables aussi de nous tenir au-dessus de la morale : et pas seulement nous tenir avec la raideur anxieuse de quelqu’un qui craint à tout instant de glisser et de tomber, mais aussi la survoler et jouer au-delà !" Friedrich Nietzsche (Le Gai Savoir)

duvent

Robert Marchenoir | 13 juillet 2019 à 07:50 @ Achille | 12 juillet 2019 à 20:16
« C'est ça. L'important est que Monsieur Achille puisse faire sa sieste sans être dérangé par un mot plus haut que l'autre sur Internet. Il ferait beau voir que les hurlements des femmes violées et assassinées par les immigrés illégaux musulmans l'empêchent de "vivre dans un mode apaisé". »

_____________________________________

Dieu du ciel et de la terre ! En voilà une folle démonstration !

Il convient, avant tout, d'affirmer haut et fort que la sieste est une philosophie, et que je ne permettrai pas au premier venu, ici, votre Grandeur, de l'utiliser contre Achille, comme s'il s'agissait d'une action méprisable et risible.

Si votre Grandeur faisait quelquefois la sieste, ses aigreurs diminueraient de façon significative, et cela sans aucun doute rendrait vos délires sages, sachant qu'il est inaccoutumé et anormal de voir des délires se parer de la sagesse...

Vous avez l'art de déformer les propos, ceci n'est pas un exploit, vous savez les tordre assez, ceci n'est pas une prouesse, vous les videz de leur sens, ceci n'est pas honnête, puis, avec l'air d'un martyr qui remplira sa mission dût-il y laisser sa sieste, vous prétendez nous enseigner l'essentiel...

Quelle audace ! Vous qui êtes, et vous avez raison, pour la liberté d'expression, êtes-vous aussi pour la mienne ?

Faites-le moi savoir, si cela était, je ne manquerais pas de vous servir votre soupe, pour votre plus grand bien.

Il semble que les hurlements des femmes violées et assassinées par les immigrés illégaux musulmans ne vous empêchent pas vous, de vous en délecter salement et d'utiliser honteusement cet argument ignoble, à des fins coupables.

Vous ne savez pas disputer, vous ne connaissez pas la bienséance, vous confondez à dessein les sujets, vous ne reculez pas devant l'ignominie, et par lâcheté vous utilisez des moyens dignes des propagandistes du KGB ou de la Stasi, mais vous réclamez à cor et à cri la liberté d'expression, ceci est excellent.

Auriez-vous la bonté de nous expliquer ce que vous entendez pas là ? Il me semble que par là, vous n'entendez rien, si ce n'est la liberté de dire n'importe quoi qui serve votre propos.

Ma liberté d'expression dont j'ai cru pouvoir faire usage, me trouble et m’inquiète, n'aurais-je pas offensé, n'aurais-je pas brutalisé le nec plus ultra des ultra libéraux, sa Grandeur Marchenoir ?

Le doute m'habite et le rouge me monte au front, car vous n'êtes pas un robot, n'est-ce pas ?

Vous méritez donc que je vous considère, mais vous n'êtes pas une femme violée ni son défenseur, et il ressort de vos écrits que les hurlements des nymphes vous donnent trop de plaisir, celui-ci transpire dans chacune de vos énonciations...

La liberté d'expression devrait être accordée avec parcimonie et discernement, voyez, comment je m'en sers indûment, à tort et à travers...
Je suis pourtant pour la liberté d'expression... dans cette disposition c'est le mot « expression » qui pose problème !

breizmabro

@ Exilé 13 juillet 2019 à 09:57

Entièrement d'accord ! Toutes ces circonvolutions oratoires médiatiques pour nous faire croire que les manifs de footeux de salons, français mais revendiquant leurs origines (souvent lointaines) pour conspuer le pays qui les a accueillis seraient plus légitimes que les manifs de gens également français, qui travaillent souvent durement mais qui en ont marre de se faire racketter par notre roi Manu.

En quoi voler des casques ou autres objets dans un magasin de moto sur les Champs-Elysées serait moins grave parce que ce sont des supporters nord-africains de foot, que quelques imbéciles qui volent des soucoupes estampillées au nom d'une brasserie réputée des Champs ?

Je crains qu'à ce train-là l'ennemie publique de Manu ne ramasse encore quelques voix, et il ne faudra pas pleurer ou faire venir le désensorceleur "Manu l'enchanteur" pour qu'il nous trie le bon grain de l'ivraie.

"Le Royaume (des cieux) est comparable à un homme qui a semé du bon grain dans son champ.
Or, pendant que les gens dormaient, son ennemi survint ; il sema de l'ivraie au milieu du blé et s'en alla.
Quand la tige poussa et produisit l'épi, alors l'ivraie apparut aussi.
Les serviteurs du maître vinrent lui dire :

- "Seigneur, n'est-ce pas du bon grain que tu as semé dans ton champ ? D'où vient donc qu'il y a de l'ivraie ?"

Il leur dit :

- C'est un ennemi qui a fait cela.

- Les serviteurs lui disent : "Alors, veux-tu que nous allions l'enlever" ?

Il répond : "Non, de peur qu'en enlevant l'ivraie, vous n'arrachiez le blé en même temps.
Laissez-les pousser ensemble jusqu'à la moisson ; et, au temps de la moisson, je dirai aux moissonneurs : "Enlevez d'abord l'ivraie, liez-la en bottes pour la brûler ; quant au blé, rentrez-le dans mon grenier" (Évangile selon saint Mathieu 13, verset 27).

Tout était donc déjà écrit..

Tipaza

@ Achille

N'ayant pas la capacité et le talent de Marchenoir pour faire long, ni la virtuosité de Lucile dans la subtilité, je me contenterai de faire court, sous la forme d'un épigramme dédié à la Macronie:

Les pires pouvoirs,
Commencent, en définissant le Bien,
Continuent, en prétendant être le Bien,
Finissent, en considérant qu'ils sont le Mieux,
Lequel est l'ennemi du Bien,
Comme chacun sait.

Achille

@ Lucile | 13 juillet 2019 à 09:40
« Voici donc une autre équation : il y a des inconvénients à laisser les gens proférer toutes sortes d'insanités. Il y a encore plus d'inconvénients à leur interdire de le faire. »

Les maths étaient ma matière préférée à l’école et j’ai toujours eu plaisir à m’étendre sur une belle équation. Mais là j’avoue que je ne vois pas trop comment résoudre celle-ci, sauf peut-être par un raisonnement par l’absurde dont j’attends que vous me communiquiez le développement. D’avance merci !

Robert

@ Exilé | 13 juillet 2019 à 09:57

Mieux que vous ne pensez. Sauf erreur de compréhension, j'ai cru entendre ce matin sur France Info (radio) que les dégradations des magasins auraient été commises par des Gilets jaunes ! Sans doute ceux venus des banlieues, dites quartiers et cités "populaires" selon les acceptions en cours...

sylvain

@ Achille | 13 juillet 2019 à 08:45
"Les femmes musulmanes disposent de la protection des lois civiles et pénales de notre République au même titre que les femmes françaises "pure souche".
Alors inutile de vouloir jouer les Don Quichotte comme vous le faites."

Bravo Achille pour ce super second degré, les locaux d'assoçs qui recueillent en urgence toutes les femmes violées tabassées croulent sous les applaudissements des victimes.

Aliocha

Aucun argument, cher Marchenoir, si ce n'est, comme notre arbitre des élégances de la bêtise et de la méchanceté, de me traiter de branleur et de fou car l'on n'a rien à m'opposer.
Rien sur la nécessité de ce qu'il y aurait à tenter pour endiguer ce qui menace la démocratie.

Vous qui passez votre temps à dézinguer Poutine, que proposez-vous donc à ces interventions qui propagent dans les populations de plus en plus abêties et manipulées par les vendeurs de phantasmes, leur somme de rumeurs et de mensonges destinés à influencer les élections ?

Doit-on continuer à laisser, au titre que vous voudriez continuer à pouvoir imposer librement vos délires racistes, votre ennemi principal s'ébattre sur les réseaux ?

Comme l'avait dit genau, je ne suis pas sûr qu'une nouvelle loi soit la solution, dans la mesure où nous sommes incapables de faire respecter les existantes, vos transgressions en témoignent.
Mais ce qui est certain, c'est que les systèmes d'information doivent être encadrés, que les chaînes en continu, qui revendiquent non pas d'informer mais de donner à manger aux pires bas instincts dans le seul but de gagner des parts de marché pour mieux vendre leur sauce qui rend obèse et sénile, doivent être sévèrement remises en question, comme tout le système de ces dingues d'Internet à la Zuckerberg, qui pensent qu'avec leur toute-puissance, ils pourraient s'acheter une île pour mieux échapper à la loi commune, alors qu'ils ne se rendent même pas compte quel est le moteur de leur entreprise.

Vous ne m'avez pas répondu quand j'ai rempli votre questionnaire généré par la définition la plus banale qui soit du racisme que vous me réclamiez et qui, bien entendu, n'a rien à faire, et vous le prouvez malgré vous, dans le nécessaire contrôle des migrations.

La réponse doit être du même ordre, l'exercice démocratique de la loi, celle qui garantit la liberté et le droit à l'existence de tous, cette condition est absolument nécessaire si nous ne voulons pas que le système libéral ne devienne une tyrannie mondiale, ouvrant la porte à ceux que vous combattez, Marchenoir, mais fort mal, car vous ne vous appliquez pas les règles que vous voudriez leur imposer.

La lutte n'est pas mince, et le paradoxe humain encore irrésolu. Personnellement, je suis pour que vous puissiez exprimer vos aberrations, cela me permet de les démonter et vous de les défendre, mais c'est exactement cet exercice entre gens éduqués qui est menacé par ce que cette loi tente d'encadrer, sûrement de manière insuffisante, l'efficacité de la haine immédiate et du mensonge qui vont jusqu'à dissoudre le ciment de nos sociétés, qui est le respect du prochain, que les poètes depuis le fond des âges, qui savent s'exprimer hors de l'immédiateté des réflexes, qui savent mettre la distance nécessaire du temps long permettant de mieux décrire nos passions, ont toujours su mettre en lumière malgré les systèmes d'oppression, et c'est sans doute en ce sens qu'il faudrait, vous comme moi, Marchenoir, et hors des invectives, réfléchir à l'instrument qui pourrait garantir ce qui n'est qu'expression de la réalité, la liberté sans conscience de la règle commune qui la garantit à chacun, qui est la loi démocratique, ne saurait que tomber dans le retour aux mensonges de la tyrannie.

Exilé

@ anne-marie marson
« Pendant que certains sur ce blog discutent du sexe des anges, dans ma banlieue islamisée, c'est depuis plus d'une heure un immense concert de klaxons et de youyous qui a envahi toute la ville, associé à des grincements de pneus et à des drapeaux aux vitres des voitures.
Cela pour fêter la victoire de l'Algérie en quart de finale de la Coupe d'Afrique des Nations. »

Et encore, il s'agissait de fêter (?) une victoire...
Ce qui montre au passage que les adeptes de la culture de l'excuse qui mettent les divers « incidents » du même tonneau se produisant tous les jours dans ce qui fut jadis la France sur le compte d'une prétendue misère, du chômage et autres fariboles ne cherchent qu'à nous tromper.

Au fait, où sont les vertus outragées qui ont agoni d'injures en leur temps les Gilets jaunes, y compris quand ils n'ont pas personnellement commis d'actes de violence, et qui se montrent étrangement silencieuses au point parfois de pratiquer l'omerta devant ces faits que rien ne permet de justifier ?

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/un-mort-des-dizaines-d-interpellations-et-des-degats-apres-la-victoire-de-l-algerie-a-la-can-20190712

Quant au Ministre du Poker et des Cultes, il continue de planer :
« Les dégradations et incidents commis hier soir en marge des célébrations de la #CAN2019 sont inacceptables. »
Incidents, dit-il. Et la mère de famille tuée après avoir été percutée par un supporteur-chauffard, c'est aussi un incident ?

Enfin, avant de poursuivre la « haine » sur les réseaux sociaux, ne faudrait-il pas plutôt commencer par s'interroger sur celle qui est consubstantielle à la pratique du football ?

 hameau dans les nuages

@ Achille | 13 juillet 2019 à 08:45

Il n'y a pas que... Certes, certes ! Mais il faudra bientôt demander des comptes aux angélistes qui au nom de l'humanisme chargent la barque France de tous les dingues de la terre. Monsieur le Procureur a fait une conférence de presse sur cette affaire en précisant que ce Syrien réfugié arrivé avec femme et enfants avait déjà été condamné pour violences sur son épouse à peine arrivé. De plus cet homme vivait dans un appartement de Mont-de-Marsan avec "d'autres hommes" qui l'ont accompagné (viol en réunion ?), monsieur le Procureur ne voulant pas, sur la demande d'un journaliste, donner leurs origines (foyer de migrants ?).

Tous les pays déversent chez nous avec plaisir toute leur chienlit vidant ainsi leurs prisons avec autant de bouches en moins à nourrir que nous logeons, soignons, habillons et payons !

Vous n'êtes pas encore assez à droite pour le comprendre. Ce dont j'ai peur, c'est que quand des gens comme vous le seront ce sera trop tard tellement les peaux de saucisson sont épaisses devant leurs yeux.

La politique du pire et les coup de pied au c**, il n'y a que ça de vrai pour secouer les gens dans leur petit confort mental et matériel. Les Montois l'auront compris, c'est toujours ça de pris.

Lucile

@ Achille | 12 juillet 2019 à 20:16
"J’ai plus de compassion pour les victimes de propos outranciers et malveillants que pour les individus qui les profèrent".

Vous vous enfermez dans une équation qui ne me paraît offrir qu'une solution sentimentale et personnelle. Non pas que je méprise vos sentiments, ils sont tout à fait respectables. Mais il faut aussi englober les conséquences de la décision dans les paramètres du problème à résoudre.

Voici donc une autre équation : il y a des inconvénients à laisser les gens proférer toutes sortes d'insanités. Il y a encore plus d'inconvénients à leur interdire de le faire.

Valery

Sans surprise, Donald Trump a tapé fort dans la fourmilière cette semaine, en organisant le premier sommet des médias sociaux. Pour la première fois dans l'histoire, il a été discuté et pointé du doigt la censure grandissante que des plateformes géantes, telles que Google, Facebook, Twitter et YouTube, opèrent à l'encontre des opinions et idées de droite.

A noter que personne parmi les médias mainstream n'a été invité, ce qui a naturellement déclenché la foudre de ces derniers ; on ne compte plus les centaines de résultats après une recherche Google, avec des titres comme "une célébration des théories conspirationnistes", "rencontre du troisième Reich", "l’extrême droite à la Maison-Blanche" etc. Le réchauffé habituel.

Et pourtant, à mon sens, nos regards devraient s'y poser plus longuement, car pour une fois, des évidences, interdites jusque-là, ont été clairement articulées. Ainsi que Trump le rappelle, "Vous communiquez directement avec nos citoyens sans avoir à passer par le filtre de fake news. C'est très simple. Ensemble, vous atteignez de loin plus de personnes que n’importe quel réseau de télévision et mainstream."

Bingo, Trump met le doigt la où ça fait vraiment mal: l'audience et par conséquence les revenus. Voilà la raison pour laquelle ces géants mettent en place une censure grandissante quant à certaines idées: ils perdent de l'argent. Des chaînes libérales telles que MSNBC et CNN ont perdu jusqu’à 40 % de leur audience, la moitié seulement après le fiasco de la collusion avec la Russie. En même temps, Fox News, pro-Trump et 100 % supportrice des idées de droite, caracole loin en tête:

https://www.adweek.com/tvnewser/2018-ratings-fox-news-is-the-most-watched-network-on-cable-for-the-third-straight-year/387943/

Ainsi que Trump le rappelle, on peut se soustraire aux informations (j'allais écrire propagande mais je me suis repris, par souci d’équité) de gauche avec une seule pression sur son téléphone, et c'est cela qui fait enrager les tenants de la censure à venir. On comprend pourquoi de telles déclarations, comme ce sommet va traiter de la terrible malhonnêteté, les préjugés, la discrimination et la répression pratiqués par certaines entreprises dérangent, car pour la première fois, leur pratiques douteuses sont exposées, se trouvant toutes nues devant leurs juges, les citoyens.

Et plus sérieusement, Trump n’innove rien. Il s'engage à faire respecter, tout simplement, le premier amendement. A regarder la suite avec intérêt et surtout, à refaire, cette fois-ci en Europe.

https://www.foxnews.com/opinion/robert-bluey-trumps-social-media-summit-spotlights-widespread-anti-conservative-bias-by-tech-giants

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

  • Causeur
    causeur.fr du 13 octobre "Philippe Bilger, le style fait l'homme", par Thomas Morales
  • Le Point
    Philippe Bilger : « Le mur des cons a fracturé la confiance dans la justice », lepoint.fr du 11 octobre.
  • Sud Radio, "Le Grand Matin"
    Tous les vendredis de 8 h 45 à 9 h 15, débat dans la Matinale de Patrick Roger.
  • CNews, "L'Heure des Pros"
    Tous les mercredis de 9h à 10h30, animé par Pascal Praud.
  • Sud Radio "Les Vraies Voix"
    Tous les jours du lundi au vendredi de 17h à 19h, émission de débat et de divertissement animée par Christophe Bordet.

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS