« Ne quittons pas Twitter ! | Accueil | Gramsci ne connaît pas la crise ! »

26 août 2019

Commentaires

Noblejoué

@ Catherine JACOB

J'avais écrit ceci:

"Des gens croient qu'il faudrait un droit d'ingérence écologique, comme s'il n'y avait pas assez de causes de guerre, d'autres, des gens de gouvernements latinos ont peur d'interventions de ce genre. Il se peut que Bolsonaro ait cela en tête, sans le dire."

En cherchant tout autre chose, que j'aurais d'ailleurs préféré trouver pour une autre utilisation que le blog, j'ai déterré ça:

https://www.huffingtonpost.fr/entry/bresil-jair-bolsonaro-a-un-plan-bien-precis-pour-lamazonie_fr_5d5f835ee4b02cc97c8b7de4

Si cela est bien vrai, on dira qu'à force de menacer la souveraineté des Etats, on les braque.
Pas vraiment étonnant...

Certains ne voient même pas le problème et croient régler des problèmes, par exemple politiques.
Mais la question est d'agir sur ou mieux avec les gens, sans les braquer.

sbriglia@Mitsahne

"Avec l’âge, je me conforte dans l’idée que la profession de procureur est bien plus utile que celle de l’avocat. Mais c’est un autre débat…"
Rédigé par : Mitsahne | 29 août 2019 à 18:46

Curieux... moi aussi.

Mais comme c'est venu avec l'âge, aussi, je me dis que 35 ans d'une vie à défendre la veuve et l'orphelin - enfin aussi les grands patrons et les salariés d'y ceux-ci, faut bien vivre - qui passent ainsi à la trappe des illusions de jeunesse ne peut avoir pour origine que la sclérose artérielle, celle qui vous faisant préférer le réquisitoire à la plaidoirie est le prélude à la fin de vie à l'EHPAD.

Donc j'essaye de mieux oxygéner mon cerveau... pas facile...

Giuseppe

550 000 km2, notre seule ressource c'est d'être les meilleurs, en avance, devant, premiers, tout le reste est littérature.
Un hôpital il faut qu'il soit une vitrine, sans gabegie mais techniquement au point et c'est possible.
Quand on construit le viaduc de Millau, nous sommes les meilleurs techniquement, l'alliance des caissons et du béton, Norman Forster au bout du crayon c'est quand même le plus beau ; construire le viaduc de Lanne-Darré en hélice SVP ! aujourd'hui copié, je pense que nous avons ce qu'il faut sans avoir besoin de se gargariser inutilement.

Il faut savoir "y mettre la tête" comme dans un ruck, dans une mêlée, gratter les ballons ; quand on construit un centre de distribution, il faut aussi les meilleurs, j'ai un faible pour le cabinet de Jean-Michel Wilmotte, j'espère que pour Notre-Dame il pourra concourir, sa vision future de la réfection est sans aucun doute la plus crédible, la beauté intemporelle en plus.
Ne me parlez pas de charpente elle a vécu et je maintiens qu'elle n'avait rien d'extraordinaire, à part certaines pièces d'un âge avancé, et alors ? il reste des pierres et le verre renverra toute l'élévation digne que mérite un tel édifice.

Je dis cela en pensant à notre Président, j'espère qu'il fera le bon choix et qu'il ne s'arrêtera pas à la décision de quelques vieux barbus à vouloir reconstruire à l'identique, ce ne sera jamais l'identique, alors qu'il ose ! Et je le redis une toiture deux pentes avec noues ne relève pas du divin.

"Il me semble que nous devrions être sensibles à la volonté clairement affichée par Emmanuel Macron d'entretenir par son verbe un autre rapport avec les Français au nom desquels il s'exprime et s'exprimera, et de chercher à sortir de cette autarcie trop sûre de soi, légèrement arrogante, méprisante des contradicteurs, qui lui a tant nui." (PB)

Il en a l'occasion comme l'avait fait François Mitterrand avant lui, et Pei pour l'affirmer.
Aller de l'avant, garder les traces qui auront survécu, pour le reste le regard fera l'histoire et le temps aussi.

Exilé

Qu'on me pardonne ce petit hors-sujet, lié à l'actualité, mais je trouve ce qui suit assez comique après les tombereaux d'injures qui ont été déversés sur les Gilets jaunes, accusés d'avoir nui au commerce :

http://www.lefigaro.fr/conso/g7-le-gouvernement-debloque-350-000-euros-pour-les-commercants-de-biarritz-20190829

Mitsahne

@ Tipaza 29.08 à 10h06

Je suis entièrement d’accord avec votre intervention. D’une façon générale, je suis choqué par l’abondance des propos qui critiquent le couple Macron et leur différence d’âge, sans oublier, bien sûr, la supposée croustillante et sulfureuse « aventure » de leurs débuts.

Je ne suis pas suspect, ici, de la moindre sympathie pour Emmanuel Macron, le néfaste personnage politique et l’inconséquent président de la République que je continue de poursuivre en tant que tel de mes méchancetés les plus malignes possibles. Mais j'estime ne pas avoir le droit de regard et de jugement sur sa conduite et celle de son épouse concernant leur intimité, celle d’aujourd’hui et celle de leurs débuts.

Professionnellement, pendant quelques années, j’ai eu l’occasion et le devoir d’entrer très intimement dans la vie privée d’hommes et de femmes de toutes conditions, souvent dans des situations peu ordinaires. Cela ne m’a pas conduit à l’indulgence sur ce que sont les moteurs intimes de l’être humain et ses réactions dans des ‘’cas’’ difficiles ou inattendus. Mais je ne voudrais pas empiéter sur le domaine de M. Bilger – dont je n’ai lu aucun de ses ouvrages et j’en suis désolé – qui, sur ce sujet, a forcément acquis une sagesse bien supérieure à la mienne.
Avec l’âge, je me conforte dans l’idée que la profession de procureur est bien plus utile que celle de l’avocat. Mais c’est un autre débat…

Philippe Dubois

@ Paul Duret | 29 août 2019 à 11:28

Certes, un étudiant travaille, et parfois beaucoup.
Mais il ne produit aucune richesse et reste à la charge de la société, de ceux qui produisent les richesses permettant de lui payer ses études.

Mais rassurez-vous, comme nos étudiants les plus brillants se barrent à l'étranger pour être remplacés par des bac-8 importés par paquets de 10 000, le problème de nos retraites ne les concernera pas.

Je précise que s'ils vont voir ailleurs, c'est le plus souvent parce que notre bureaucratie tatillonne, étouffante, envahissante et notre fiscalité particulièrement gratinée et spoliatrice font tout leur possible pour dissuader ces jeunes talents de rester en France.

breizmabro

@ Tipaza 29 août 2019 à 10:06
"Dans toute l’Amérique latine, Macron doit être l’objet de moqueries"

Dans toute l'Amérique latine peut-être pas mais au Brésil oui. Il faut savoir qu'il y a 500 000 entreprises françaises en activité au Brésil.

Mon frère vit au Brésil depuis 30 ans, il a connu l'époque Lula qui donnait d'une main face caméra et empochait de l'autre face à face (d'après mon frère..;))
Les Brésiliens ont élu un ancien militaire pour éradiquer sans peur et sans état d'âme les labos souterrains, les trafiquants de tout poil et les dealers de drogue des grandes villes, et (d'après...) il semblerait qu'il obtienne de bons résultats dans ce domaine. Il paraît que pour éradiquer... il éradique...

Concernant les feux (toujours d'après...) ils étaient plus nombreux du temps de Lula mais 'sem onda' disait-il.

Ce n'est pas parce que Manu est entré en religion écologique qu'il va faire trembler Bolsonaro qui gère près de 9 millions de km² alors que Manu n'en gère (mal) que 650 000 !

Bon OK ce n'est que la version de mon frère mais, en même temps comme dit l'autre, lui au moins il vit au Brésil et Bolsonaro, lui, n'a jamais dit publiquement que la Guyane française était une île, alors que Manu qui séchait les cours d'histoire-géo pour aller aux cours (?) de sa prof de théâtre, lui, l'a dit.

Sacré Manu, toujours à la pointe de l'info :D

Giuseppe

Même le Volatile de cette semaine lisse le plumage d'Emmanuel Macron, certes un peu moins le ramage, mais dans l'ensemble, en cette période de torpeur des vacances, d'un G7 qui aura gratté un peu le ventre des Verts, tout semble baigner dans le meilleur des mondes.

D'ailleurs je me suis mis au vert, je parle de carburant bien sûr, je me suis posé la question de savoir si j'allais sur un site technique, ou si je faisais confiance à ce blog qui permet l'intelligence, dont le doute et la réflexion, même si parfois les divergences sur quelques réglages font le sujet du jour.

J'ai donc choisi l'intelligence.

Soit je rentrais dans des explications plus alambiquées les unes que les autres toutes courbes confondues, soit je faisais confiance au bon sens paysan.
Donc avec mon voisin - excellent veilleur technique - nous avons décidé de rouler à l' E85, sans boîtier, sans modifier la carte grise, tout simplement avec ce qui nous sert de raisonnement.
D'ailleurs Macron a utilisé les mêmes ressources pour baptiser un G7 qui est passé comme une lettre à la poste, ou encore mieux, sans cliquetis ou mieux encore assaisonné de piment d'Espelette ; pour les aficionados, en ce lieu j'avais mangé une piperade digne des meilleures, au restaurant Pierre Dospital, ceci pour l'anecdote (au fond de la rue principale à droite).

Comme toujours le bon sens et la malice valent plus que force ni que rage, le fromage est bien tombé dans le bec du renard, et les économies de carburant pour mon voisin… Mais ceci est une autre histoire.

Voyons comment se passe la rentrée. Pour ne pas griller toute ses cartouches le Président va envoyer Delevoye au feu, essuyer les premières salves, dans le fond cela lui fera du bien, venu d'un autre monde il va découvrir le nouveau et puis dans le fond il va nous parler de ce qu'il ne connaît pas : la retraite.

S'il avait tenu un marteau-piqueur à bout de bras il n'aurait sans doute pas fait un rapport en adéquation avec un pays au bord de la faillite.
Il est dommage que ce Président ait eu quelques transgressions ou facilités, qu'il regrette paraît-il, mais tous les espoirs sont permis si les petits cochons ne le mangent pas.

sylvain

@ Achille | 29 août 2019 à 08:48

Cher Achille, le gauchisme n'est pas honteux en soi, c'est une contamination psychique que l'on retrouve chez les êtres faibles d'esprit crétinisables et décervelables à volonté.

C'est un sida mental, un cancer irréversible, toutes les thérapies ont échoué, nous n'allons pas nous acharner sur ces pôv'malheureux qui en sont victimes.

On ne dit jamais de mal du SIDA HIV, n'est-ce pas ? alors pourquoi le vôtre ?

Compassion.

Giuseppe

@ Nathalie Delachaîssay | 29 août 2019 à 11:22

Exact ! On ne peut rien vous cacher.

yves albert

@ Paul Duret | 29 août 2019 à 11:28

Révisez votre jugement car il est faux et instruisez-vous sur les métiers du bâtiment, des mines et carrières, de l'industrie, de la main-d'œuvre agricole, etc. Puis tentez de fragmenter la pénibilité par paliers en y incluant le stress qui existe dans tous les métiers, mais expose certains plus que d'autres (métiers ou hommes).

hameau dans les nuages

@ Robert Marchenoir | 29 août 2019 à 10:42

Je conçois que vous apprendre que vous n'êtes pas finalement un robot vous surprenne.
Si quelqu'un vous demande si "ça va bien" ne le prenez pas mal.
Plus sérieusement, c'est fou le nombre de gens qui se renseignent pour acquérir quelques dizaines de m2 afin d'avoir de quoi manger. Manger n'étant pas un gros mot. Le "aucasoù" revenant de plus en plus souvent dans les discussions, comme une résurgence de l'instinct de survie.

Moi j'ai vu large. Il me reste 1 ha 7 en pleine propriété devant la maison. J'aurais pu avoir un pont d'or en le vendant à un promoteur. Mon épouse qui vous suit aussi assidûment (elle est très impressionnée par vos arguments sans failles) m'a dit: "Pense à Bob, il a raison les régimes communistes ont créé les fermes usines et maintenant ce sont les fermes usines capitalistes vouées à l'échec elles aussi" en ajoutant en me susurrant à l'oreille avec un clin d'oeil amoureux: "des lingots contre des poireaux".

https://www.boursorama.com/bourse/matieres-premieres/cours/_GC/

Mon épouse m'appelle à table.

Paul Duret

@ Michelle D-LEROY
"Un salarié manuel qui débute sa carrière à 17 ans, avec donc un métier fatigant, serait très défavorisé en partant à 64 ans à l'identique d'un salarié ou un cadre administratif qui aurait débuté sa carrière à 24 ans"

On peut ne pas être d'accord avec cette opinion car cela revient à dire qu'un étudiant ne fait rien. Ce n'est pas parce qu'il n'est pas salarié qu'il est oisif.
Autre poncif: celui qui démarre tôt aurait forcément un travail pénible. Le stress au travail me paraît au moins aussi dommageable pour l'organisme que les tâches purement physiques.

Achille

@ Tipaza | 29 août 2019 à 10:06

Je suis d’accord avec vous sur le fait que Macron a commis une maladresse en provoquant inutilement Bolsonaro qui a réagi violemment, exprimant ainsi son tempérament de Latin.
C’est dommage car ce G7, de l’avis de la presse internationale, a été un succès.

Par contre je ne suis pas d’accord quand vous laissez entendre que Bolsonaro ne se voit pas en grand ordonnateur du monde. Le Brésil est actuellement la neuvième puissance économique mondiale et son PIB ne cesse de croître alors que celui de la France piétine. Elle est désormais 6e position (en quelques années elle a perdu deux places).

Ce gars-là est un être sans aucun scrupule. C’est un peu le Trump de l’Amérique du Sud, ce qui explique sans doute pourquoi ce dernier lui accorde son soutien.
Il n’hésitera pas à massacrer la part de l’Amazonie qui appartient au Brésil (63 %) pour parvenir aux premiers rangs. Enfin, si entretemps il n’est pas renversé, car les pays d’Amérique du Sud sont en révolution perpétuelle.
On a reproché la corruption du régime de Lula, je ne suis pas persuadé que celui de Bolsonaro soit un modèle de probité.

Nathalie Delachaîssay

Le topinambour, Sure ! Et le rutabaga ah !

M'est avis, cher Giuseppe, que vous êtes né après 45 !

Robert Marchenoir

@ hameau dans les nuages | 28 août 2019 à 23:26
"Au-delà du pilonnage de vos certitudes..."

C'est sûr que s'il fallait chercher chez vous, non pas des certitudes (n'allons pas jusque-là !), mais beaucoup plus modestement quelques préconisations rationnelles, claires et argumentée sur l'économie de l'agriculture, on aurait du mal...

Et donc, au-delà de me prendre à partie une fois de plus sur un commentaire qui relève du b.a.-ba de la science économique, qu'essayez-vous de démontrer ? Où voulez-vous en venir ?

Nous avons bien compris que vous souffriez épouvantablement et que c'était la faute aux autres, mais au-delà de tout ramener sans cesse à votre nombril et à votre cas particulier, qu'essayez-vous de dire en me contredisant bêtement une fois de plus ?

Que la France doit cesser immédiatement toutes ses importations ? Que ce n'est pas grave si elle n'exporte pas ? Qu'il n'y a aucun rapport entre les importations et les exportations ?

Que les faits et chiffres rapportés dans les 7 articles que j'ai cités, concernant les conséquences néfastes, pour le peuple américain et pour ses agriculteurs en particulier, du protectionnisme de Donald Trump (articles que vous avez tous lus, naturellement), sont faux, incomplets ou non pertinents ?

Que les pays qui souffrent de la faim sont ceux qui entretiennent des échanges commerciaux actifs de denrées agricoles avec le monde entier ?

Scoop pour vous : c'est le contraire. Quand la famine a régné en France -- et cela se vérifie partout -- c'est précisément lorsque les Français devaient se contenter de ce qui poussait à quelques kilomètres de chez eux. Et qu'ils n'avaient pas les moyens de transport modernes et efficaces permettant d'acheminer la nourriture dans le monde entier. C'est l'Afrique aux routes défoncées et aux mille postes de douane intérieurs et extérieurs qui souffre de la faim, pas la France où le principal problème alimentaire des pauvres est... l'obésité.

Le "localisme" est une sottise d'enfants gâtés, qui peuvent se payer le luxe de jouer aux villageois du XVIIe siècle tout en bénéficiant des avantages du libéralisme. S'il était réellement appliqué, alors là, en effet, les Français souffriraient de la faim -- et ne parlons pas de "cinq fruits et légumes par jour", d'une "alimentation équilibrée" et de "bio". Dans les meilleures périodes, ils auraient tout juste de quoi survivre, avec un régime alimentaire dont même des prisonniers ne voudraient pas de nos jours.

Peut-être avez remarqué que mon texte était un commentaire politique ? Vous savez que la politique est le domaine de l'intérêt général ? Vous avec compris qu'on ne peut pas réfuter une réflexion économique générale avec des interjections intempestives du type moi-moi-moi et mon nombril ?

Vous comprenez bien que vos attaques personnelles sempiternelles et fantasmatiques du type "mes napoléons et mes lingotins" (où ça ?), "mon âge", "ma fréquentation des rayons vides" (?) et "ma profession de trader" sont aussi stupides, malveillantes et surtout inopérantes que "ma Nathalie russe" évoquée par un autre impertinent dans votre genre ?

Vous comprenez bien que votre insistance à toujours tout ramener à des invectives personnelles, à des intérêts spécifiques et à des cas particuliers est la négation même de la politique, et la raison même pour laquelle la France est bloquée ?

Au-delà de votre spectaculaire incapacité à dire quelque chose de cohérent sur l'agriculture tout en vous en prétendant le spécialiste, sur ce blog (et je dis bien : n'importe quoi de cohérent, peu importe sa couleur politique), vous démontrez une fois de plus l'existence de quelques vaches sacrées en France.

Dites quelque chose qui s'écarte de la doxa régnante sur le régime russe (c'est bien) ou sur les "paysans" (ce sont de pauvres victimes auxquelles il faut donner beaucoup d'argent), et aussitôt vous avez un roquet sorti de nulle part qui se met à vous poursuivre partout en jappant à vos mollets.

Mais bien sûr, c'est moi qui vous "insulte", pauvre bichon.

Par exemple, écrire : "Au-delà du pilonnage de vos certitudes vous n'êtes qu'un simple tube digestif et j'en suis un autre", ce n'est pas du tout une insulte, c'est une réflexion originale et pertinente qui va nous aider à développer l'agriculture en France, un peu comme l'a fait la Nouvelle-Zélande. Vous connaissez les réformes agricoles néo-zélandaises ?

Tipaza

@ Achille

Cette affaire Bolsonaro va coller à Macron à l’international, comme l’affaire Benalla lui a collé au plan national.

Il a volontairement provoqué Bolsonaro en le traitant de menteur publiquement, transgressant les règles élémentaires de la diplomatie.

En retour, Bolsonaro a explicité ce qui était un non-dit, à savoir l’anomalie que constitue le couple Macron.

Je ne suis pas aussi sûr que vous que Macron sorte vainqueur de cet échange de palefreniers.
Il en restera toujours quelque chose sur l’image de Macron à l’international qui a été ternie, qu’on le veuille ou non. Macron aurait pu s’éviter cet affront.

Les dégâts en termes d’image et donc d’influence sont plus graves pour Macron que pour Bolsonaro.
Après tout Bolsonaro ne se veut pas grand ordonnateur du monde, alors que Macron se voit ainsi.

J’ajoute que Bolsonaro a réagi en homme du Sud, en demandant des excuses alors que Macron s’est adressé aux femmes brésiliennes dont il a souhaité implicitement le soutien.

Dans toute l’Amérique latine, Macron doit être l’objet de moqueries.
Il lui manque l’essentiel dans cette partie du monde, à savoir la posture du macho, celle qu’ont tous les dirigeants de Chavez à Maduro en passant par Morales et autres Castro ou Peron.

Ce qui n’empêche pas qu’Evita Peron puis Isabelita aient eu leur heure de gloire.
La pensée sudiste est trop complexe pour un petit nordiste.

Achille

@ sylvain | 29 août 2019 à 08:22

Mais mon bon sylvain, je ne suis absolument pas un gauchiste. J’ai suffisamment critiqué sur ce blog les positions de J-L Mélenchon et ses sbires ainsi que l’insignifiance de Benoît Hamon pour qu’aucun doute ne subsiste à ce sujet.

Bon, j'avoue que je ne suis pas de droite. Faut pas non plus exagérer ! :)

sylvain

Ces pôv' gauchistes, ces pôv' Achille, toutes leurs accusations mensongères retombent sur leurs becs qui refoulent en permanence des odeurs nauséeuses de calomnies caricatures amalgames diffamations.
Ces pôv' malheureux cantonnés dans leurs rôles insipides de procureurs staliniens s’enfoncent dans un ridicule pathétique qui les rend insignifiants, de véritables têtes à claques de cours de récré.

Je dis bravo à Bolsonaro pour sa réponse à cette gauchiste (encore une) qui a voulu le défier et qui s’est pris une belle claque en retour !

hameau dans les nuages

@ Robert Marchenoir | 28 août 2019 à 22:51

C'est vrai que le vraquier de soja qui reste en stand by au large en attendant de savoir de son donneur d'ordre dans quel port il doit décharger en fonction des cours, c'est nettement mieux.

Pour passer votre fringale vous pourrez toujours sucer vos Napoléon et vos lingotins.

Au-delà du pilonnage de vos certitudes vous n'êtes qu'un simple tube digestif et j'en suis un autre.

Ne jamais l'oublier.

Robert Marchenoir

@ hameau dans les nuages | 28 août 2019 à 20:26
"Dans l'attente de vos insultes."

Mais oui, vous êtes une pauvre victime. Heureusement que les Français ne comptent pas sur vous pour manger, ils seraient morts de faim.

Mitsahne

@ yves albert 28.08 12h47

Grand merci. Message reçu 5/5.

Valéry

@ Achille

Euh... rappelez moi, Maria do Rosário - votre "victime" - est bien celle qui a accusé publiquement Bolsonaro d’être un violeur - AVANT tout commentaire de ce dernier, vous en êtes bien conscient ?

Une fois de plus, votre amateurisme et votre malhonnêteté à traiter l'information et à la réécrire, valident ce que j'ai écrit dans mon commentaire précédent : les gauchistes sont incapables d'encaisser les ripostes de la part de ceux qu'ils essayent de traîner dans la boue.

Après, est-ce que je considère que Bolsonaro a de la classe ? loin de là. Mais je m'en fiche, quand on élit un militaire, ce n'est manifestement pas pour faire le mariole dans la haute société des G7, il faudrait peut-être revoir ce qui s'est passé avec sa prédécesseure et l’état dans lequel elle a laissé le Brésil.

Achille

« Les autres commentateurs de ce blog sont-ils capables de vous lire et de comprendre ce que vous dites lorsque vous êtes dans votre état normal et digne d'un professeur de faculté dévoilant à ses étudiants ignares les principales vérités. » (yves albert)

Tiens Herman kermost a trouvé un copain ! :)

hameau dans les nuages

@ Robert Marchenoir | 28 août 2019 à 08:37

Vous préférez sans doute qu'il existe seulement une exception culturelle afin d'échapper au fisc mais pas agri-culturelle.

En France la forêt progresse. Je suis en train de faire le vide dans mes archives de gestion de notre ferme qui a disparu corps et biens. Je suis retombé sur les photos satellites (traitées en Inde !) de mon exploitation. Photos de toutes les parcelles du village. Photos d'une telle précision que l'on pouvait compter les vaches en train de manger de l’herbe. Épiées telles des terroristes...
Le patron épié lui aussi, car ayant l'interdiction de retourner ses prairies permanentes pour justement faire des cultures de protéines pour ne pas avoir à en acheter.
On appelle ça l'indépendance alimentaire faisant partie des piliers fondamentaux d'une société. Mais c'est encore de trop pour vous. Pourquoi faire venir ce que l'on est capable de produire pour se sustenter ?

Quel est votre but dans l'histoire ? Vous faites du trading ? Sans indiscrétion quel âge avez-vous ? Avez-vous connu des rayons désespérément vides ?

https://www.agritechtrade.com/

Dans l'attente de vos insultes.

Clafoutis

@ Claude Luçon | 28 août 2019 à 10:21
"Ceci dit le soissons doit avoir une autre nom, il ne figure nulle part. Vous n'allez tout de même pas m'en priver !"

Nulle part, vraiment ? On trouve du pétrole et on n'est pas capable de trouver des haricots ? Allez, un indice...

https://fr.wikipedia.org/wiki/Haricot_de_Soissons

Achille

@ Valéry | 28 août 2019 à 00:04

Pascale Bilger m’informe que la suppression du lien que j’avais mis dans mon post du 27 août 2019 à 08:29 destiné à sylvain, n’est pas de son fait.
J'ai dû faire une fausse manip.
Je le remets donc afin que vous puissiez juger, comme il se doit, la façon dont Bolsonaro a invectivé Maria do Rosario, députée du Parti des travailleurs (PT) et ancienne ministre de l'ex-président Lula.

Quelle classe !

Giuseppe

Au fait on peut parler d'Emmanuel Macron, sans oublier de regarder par-dessus son épaule, c'était toujours la réflexion d'un patron de bureau d'études qui nous incitait à regarder autre chose que les granulats et autres formulations de béton et autres bâtiments à élever.

Tout est bon dans le Macron, il suffit de choisir, comme partout, le bon et le mauvais, je pense qu'il a un bon niveau de hurdler, ce sont les plus pointus, compter les pas entre les haies, et imprimer un rythme à la course, de la musique en fait.

Ceci dit je vois venir le calcul de la retraite et la finalité de sa démarche, à notre Président bien-aimé.

Il existe bien deux bornes incontournables, les supputations sont pour toutes les batouilles que l'on voit ramer sur les plateaux TV, qui ne savent rien qui nous expliquent tout.
Et surtout qui ont perdu tout sens des opérations principales qui font une vie, avec lesquelles n'importe quel dégourdi est capable de construire la Tour Eiffel : je parle de l'addition, la multiplication, la division et la soustraction (j'ai toujours développé une allergie à cette dernière).

Hier soir, par hasard, j'ai entendu un de ces éclopés du cerveau qui fait autorité tenter de nous expliquer - sans support existant de fait, sans rien de tangible - le calcul futur du point de retraite.
Du Coluche, exceptionnel dans le texte ! Il ne savait rien, hémiplégique du raisonnement logique… Grand moment de rire, nous avons trinqué à sa santé, et comme aurait dit Coluche, quand on ne sait pas "on ferme sa gueule".

Ici quelques pisse-froid - dont je tairai les noms par courtoisie -, pourquoi ne pas évoquer le topinambour, plat excellentissime, mal-aimé et pourtant tellement agréable à déguster, revisité par des grands chefs ou pas d'ailleurs, qui fait le bonheur de mon assiette.
Il est sûr que notre ami boureau s'escrime à expliquer à certains les basiques du plaisir de manger, alors que la plupart sont élevés au tout-aliment… Oups !

sylvain

Chers frères brésiliens,

Nous nous excusons auprès de tous les frères brésiliens ainsi que de leurs familles pour le comportement déplacé et scandaleux de notre président Macron.

Son attitude grossière, arrogante, méprisante, ne représente pas les sentiments de la majorité du peuple français.

D'ailleurs Macron enregistre une chute spectaculaire de popularité depuis son G7 foireux et Bolsonaro un regain de compassion et de soutien amical non seulement auprès des Brésiliens mais aussi auprès des citoyens français.

boureau

@ Achille 28/08/2019 10:00
"Je veux bien admettre toutefois que Macron a commis une maladresse en accusant le président brésilien d'avoir menti"

Mais bon sang de bon sang Achille, contextualisez ! Contextualisez !

Il s'agit d'une accusation portée par le Président-hôte du G7, en présence des chefs d'Etat des pays les plus importants de la planète, avec quatorze autres chefs d'Etat et non des moindres, avec les dirigeants de l'OCDE, de l'ONU, le Groupe de la Banque mondiale, l'Union africaine, la Banque africaine de développement, le FMI, l'Organisation mondiale du Commerce, l'Organisation internationale du travail...

Tout un aréopage qui "pense", en général, mode "anglo-saxon" ! Que le Président-hôte accuse au début de ce sommet une autre chef de l'Etat de mensonge, c'est pour les participants très grave. Parce que c'est grave dans le monde anglo-saxon. Ne le saviez-vous pas ?

Macron manquerait-il à ce point de culture diplomatique ou l'a-t-il fait exprès pour cibler un chef d'Etat "populiste" ? Dans les deux cas, c'est navrant pour la France.

Vous voyez bien que la défense systématique et à mauvais escient de Macron vous nuit !

Cordialement.

----------------------------------------------------

@ Claude Luçon 28/08/2019 10:21
"Ceci dit le soissons doit avoir un autre nom, il ne figure nulle part."

Surprenant, je l'ai toujours connu sous ce nom depuis...

Allez sur Google, tapez haricots de Soissons : vous avez 174 000 résultats à votre disposition. Et je ne voudrais certainement pas vous en priver, pas plus que des crosnes.

J'aime bien votre "teutoniquement" !

Cordialement

yves albert

@ Mitsahne | 27 août 2019 à 19:37

Quand vous le voulez, vous nous racontez merveilleusement bien de belles histoires vraies.

Noblejoué

@ Robert Marchenoir
"C'est pas comme ces imbéciles de Brésiliens ou de Chinois, qui feraient mieux, pour les premiers, d'arrêter leur développement agricole, et de donner les clés de leur pays à des peuplades arriérées qui vivent toute nues dans la jungle."

Les Chinois ont parfaitement le droit de naviguer et de polluer, on fait ce qu'on veut de ce qui est à soi.
A soi... Si on arrive après un autre peuple qui vit dans la jungle, c'est l'autre peuple qui la possède, et pas soi. Qu'on dépouille les sauvages pour le développement économique ou n'importe quelle autre raison, cela revient au même, on le vole.
Je signale que quand on prétend défendre des valeurs chrétienne, dont le vol ne fait pas partie, ou le développement, qui est basé sur la propriété, commencer par voler n'est peut-être pas la marche à suivre. Pourquoi, et je suis d'accord, défendre les droits des Ukrainiens, et pas des sauvages ? Soit tous les peuples ont des droits, soit c'est le règne de la force, on ne peut pas choisir si on applique les principes à la carte.

Il n'y a pas un droit suprême pour les peuples au développement. Un droit qui anéantisse tous les autres droits.
Ou alors, je propose et ça c'est déjà fait : obliger les gens, type Chinois et Japonais à s'ouvrir au commerce. Vous approuvez le fait ? Sinon, je prends note que si un ou des peuples ne veulent pas qu'on s'invite chez eux ou échanger avec nous, c'est leur droit. Si oui, il faudrait savoir sur quels critères et qui est visé, pour voir.
Ou alors, on rétablit l'esclavage pour les sauvages, on pourra dire qu'ils aideraient enfin au développement, il faut que tout le monde participe, et qu'ils auraient là opportunité, s'ils n'en meurent pas avant, de se développer. Et nos descendants pourront dire aux leurs que loin de demander des dommages et intérêts, ils devraient les remercier.

Claude Luçon

@ boureau | 28 août 2019 à 09:08

J'ai consommé du crosne, il avait un goût de noisette.
Mon père, fils de cultivateur, employé du Cadre noir, en cultivait à Saumur dans le jardin de notre villa dans les années trente.
Mais aussi, hélas, du rutabaga et du topinambour, matin, midi et soir, qui eux effectivement étaient loin d'être délectables, nos voisins allemands s'appropriaient les crosnes avec tout le reste, lorsque mon père a été muté à Avignon en 40, le Sud-Est n'était pas alors le jardin qu'il est aujourd'hui, on y crevait teutoniquement de faim !

Ceci dit le soissons doit avoir une autre nom, il ne figure nulle part. Vous n'allez tout de même pas m'en priver !

Cordialement

Achille

@ Valéry | 28 août 2019 à 00:04
« Toujours pas de mea culpa, on peut courir... »

Oui, vous pouvez toujours courir car :

1- Un ministre de Bolsonaro a bel et bien insulté Macron en le traitant de crétin, ce qui n’est en rien de l’humour.

2- Bolsonaro a cautionné un post lourdingue d’un internaute par une réponse qui n’était en rien de l’humour mais du mépris. Considérant qu’avoir une bimbo pour compagne est un signe extérieur de raffinement.

Concernant les mea culpa ce sont les Brésiliens qui les ont exprimés en envoyant (à ce jour) plus 58 000 tweets d'excuses et de soutien à Brigitte Macron et en se désolidarisant des propos de leur président qui, au passage connaît une chute spectaculaire de sa popularité dans son pays depuis sa crise d’hystérie.

Mais pour vous être agréable, je veux bien toutefois admettre que Macron a commis une maladresse en accusant le président brésilien d’avoir menti, même si c’est la vérité.
Toute vérité n’est pas bonne à dire, surtout en politique. Mais la réponse à cette provocation regrettable n’a pas été à la hauteur d’un chef d’État.

yves albert

@ Robert Marchenoir | 28 août 2019 à 08:37

Les autres commentateurs de ce blog sont-ils capables de vous lire et de comprendre ce que vous dites lorsque vous êtes dans votre état normal et digne d'un professeur de faculté dévoilant à ses étudiants ignares les principales vérités.

Ils sont trop nombrilistes pour une grande part et trop avancés en âge pour s'intéresser à autre chose qu'ils ne perçoivent pas, j'exclus de ma critique des intervenants : Claude Luçon, Mitshane, Michelle D-LEROY, Lucile, sylvain, Exilé, Robert.

Tipaza

@ Robert Marchenoir | 28 août 2019 à 08:37

Excellent !
Je n’ai pas trop le temps en ce moment de m’attarder sur le blog, je n’ai pas pu réagir à cette souveraineté protéinique de l’Europe.
Mais elle n’est pas la seule en cause. Depuis quelque temps on parle (et quand je dis « on », je veux dire Macron) de souveraineté de la défense de l’Europe, de souveraineté énergétique de l’Europe, j’en passe et des meilleures.
Le mot souveraineté si honni quand il s’agit de souveraineté de la France ou de CE pays est devenu un argument pour l’Europe fédérale.

Qu’importe, ce qui compte c’est la progression du concept de souveraineté.
Peut-être un jour reviendra-t-il à ceux qui l’ont émis.

Au fond on retrouve le vieux travail de sape culturel dont parle Gramsci (voir le billet suivant) qui a fait son oeuvre, et sans le savoir Macron fait le lit des souverainistes français et peut-être des autres aussi.

On verra bientôt peut-être surgir le vieux slogan :
"Xénophobes de tous pays, unissez-vous contre les étrangers".
Je ne sais plus de qui il est, peut-être de moi !

À plus tard.

Nathalie Delachaîssay

BONJOUR LA PMA

Le Pen l'ancien n'y est pas opposé ! Pour toutes !!
Pour lutter contre le grand remplacement !!!

Il va y avoir du tohu-bohu chez les tradis.

boureau

@ Claude Luçon 27/08/2019 20:34

Hé oui, il n'y a pas que Saint Augustin ou Thucydide dans la vie !

"Jusqu'ici, j'associais soissons aux haricots de Soissons".

Vous associiez bien!

Le crosne, dont on mange la racine, ressemble à une grosse chenille blanchâtre. Son goût, sans une préparation culinaire sophistiquée, s'apparente au rutabaga. C'était autrefois le légume des familles pauvres avec la pomme de terre et le rutabaga. Le snobisme de la nouvelle cuisine des années 80 l'a fait entrer chez les chefs les plus étoilés.

Le haricot soissons est le plus gros des haricots. Il ressemble à un testicule, d'où les plaisanteries à son sujet . Même sans préparation culinaire, son goût est délicieux. A ne pas confondre avec le haricot "mogette" (spécialité de la Vendée appelé aussi "lingot"). Plus farineux.

Cordialement.

——————————

@ Michelle D-LEROY 27/08/2119 17:38

Tout à fait en accord avec votre analyse.

Cordialement.

Robert Marchenoir

Tant qu'à haïr Macron, autant le haïr pour de bonnes raisons. Nous sommes environnés de spécialistes du mariage et de la psychanalyse qui passent leur temps à gloser sur la femme de Macron, mais personne ne s'est moqué de lui pour avoir réclamé "la souveraineté protéinique de l'Europe". La quoi ?

La marionnette ultra-libérale au service de l'oligarchie financière mondialisée reprend à son compte (en l'aggravant) l'une des plus énormes sottises des étatistes du Front national et de l'abruti protectionniste Donald Trump, et personne ne réagit ?

La prétendue "souveraineté alimentaire" des sous-doués anti-libéraux, c'était déjà une gigantesque blague qui a échoué à faire éclater de rire la France entière, ce qui est un symptôme très inquiétant quant à la santé mentale de nos concitoyens.

Mais la "souveraineté protéinique" ? C'est-à-dire, il y a quelque part dans les Tables de la Loi identitaires un article postulant que si la France achète un poulet à l'étranger, elle n'est plus "souveraine" ? Dès qu'une tonne de soja pénètre sur le territoire national, c'est l'indépendance qu'on assassine et le pétainisme qui revient ?

Donc en fait, on a le droit d'acheter quoi, à l'étranger ? De la canne à sucre, on peut ? ou ça porterait gravement atteinte à la "souveraineté glucidique" de la France ? Des T-shirts en coton, c'est permis, ou on risquerait d'éradiquer la "souveraineté vestimentaire" de la France ?

C'est quoi, le but du jeu ? Interdire toutes les importations ? On est bien d'accord qu'on n'a pas besoin d'exportations, n'est-ce pas ? Les sagouins d'étrangers vont nous acheter toute notre production, parce que, voyez, on le vaut bien, mais il ne faudrait pas en plus qu'ils s'imaginent qu'on va leur acheter leur camelote pourrie ! C'est la France, ça, Madame ! Nous, on est souverains !

C'est pas comme ces imbéciles de Brésiliens ou de Chinois, qui feraient mieux, pour les premiers, d'arrêter leur développement agricole, et de donner les clés de leur pays à des peuplades arriérées qui vivent toute nues dans la jungle. Ou, pour les seconds, d'interdire la marine à voile et les voyages internationaux, comme ils le firent par le passé.

Voilà comment réussit brillamment le "souverainisme" commercial du phare de la pensée et prix Nobel d'économie Donald Trump : 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. La rançon de la "souveraineté" à la sauce anti-capitaliste, c'est la hausse des prix et la baisse du pouvoir d'achat.

Après quoi, les Gilets bleus ou marron vont nous réclamer des "moyens".

Nathalie Delachaîssay

@ sylvain le 27 août à 23 h 02

***cis ou cir***cis ?

Patrice Charoulet

Cher Philippe,

N'utilisant pas Twitter, j'ignore son fonctionnement et ses règles. J'imagine que vous avez affaire
là-bas à l'engeance militante, à l'engeance fanatique, à l'engeance anonyme et à l'engeance insulteuse.
Vous avez l'honneur de n'appartenir à aucune de ces engeances. Vous êtes un esprit libre, vous avez un grand faible pour la nuance, vous livrez votre visage, votre prénom, votre nom, vos professions,
votre ville, votre mail, et vous n'insultez pas.
Quand ces deux mondes se rencontrent, ce n'est pas agréable. Et il y a des compagnies qu'il est bon d'éviter le plus que l'on peut. Permettez-moi d'approuver votre monde et de continuer à vous estimer, du fond de mon obscurité. Et de manifester mon dédain et mon mépris à vos agresseurs.

Valéry

@ Achille
"Si j’en crois les commentaires de la presse, je ne suis pas le seul."

Trop drôle.

N'oubliez pas une chose: les articles dans la presse ne reflètent que les opinions de ceux qui les ont écrites, cela fait longtemps que le journalisme n'est plus apolitique, et cela concerne tous les bords - sans exception. Aussi, si vous aviez lu attentivement la presse, peut-être n'auriez-vous pas menti - en première place, avec comme seul but de diviser les autres et créer la haine (vous voyez, moi aussi je peux jouer à ce petit jeu).

Toujours pas de mea culpa, on peut courir...

—————————-

@ Lucile
"Complètement d'accord avec vous."

Oh mais c'est devenu un schéma juteux mais cependant limpide, même pas la peine de creuser : à chaque fois - SANS exception - que la gauche s'offusque, c'est que quelqu'un qu'elle a attaqué sans relâche et souvent avec bassesse a décidé de répondre, et pas de la façon la plus gentille, mais la plus appropriée - directe et sans détour.

Vous voyez le drame du jour - le New York Times, ébranlé pour des commentaires racistes proférés par le passé par ses chroniqueurs. Ils pleurnichent tels des gamins, en réaction à d'autres utilisant leur propres méthodes. Car c'est ça le fond de commerce du NYT, farfouiller dans les placards du passé pour discréditer ses opposants politiques. Mais qu'on le leur fasse à eux, pas question !

A regarder, l'excellente analyse de Tim Pool, pourtant un démocrate.

sylvain

"En plus je m’efforce d’être concis, ce qui n'est pas le cas des plus prolixes de ce blog."
Rédigé par : Achille | 27 août 2019 à 17:15

Concis ou circoncis ?
Je ne voudrais pas en plus être taxé d´antisémitisme !

boureau

@ Achille 27/08/2019 17:15

Il n'est pas dans mon intention de vous demander des comptes. Dieu m'en garde !

Ne pensez pas que des critiques dures sur le Président, sa personnalité, son action soient dictées uniquement par le dénigrement.

Concevez que d'autres Français puissent avoir une conception de la France différente de celle du Président. Et qu'ils puissent être très choqués par certaines de ses prises de position. Il s'agit de la France, de son avenir, de nos enfants, de nos petits-enfants...

Quand on aime la France, comme ma génération l'a vénérée, on a des exigences. Élevées certes, mais notre âge et notre expérience nous font comprendre bien des choses et des événements à venir que vous ne sentez peut-être pas. Il s'agit de notre cher pays. Pouvez-vous comprendre cela?

Cordialement.

Giuseppe

@ Nathalie Delachaîssay | 27 août 2019 à 15:33

Pour la circonstance, je n'hésiterai pas, je vous convie ici pour des raisons bien particulières… mais ceci est une autre histoire. Revenu bien des années après, en invité aussi sous une des plus belles charpentes de notre époque qui vaut bien celle de Notre-Dame, et une cave de notre époque aussi qui vaut bien toutes les caves, à déguster le tout sans modération.
Je ne suis pas objectif mais peu importe cela vaut bien un Fouquet's, le parisianisme en moins mais la saveur et le terroir en plus, et tout ce qui va avec, un autre monde sans aucun doute, juste pour le plaisir, la beauté des lieux sans artifices.

https://www.winetourbooking.com/dv/chateau-montus/

Lucile

@ Valéry | 27 août 2019 à 14:50

Complètement d'accord avec vous.

Quand j'ai entendu EM déclarer publiquement que le Président du Brésil avait menti, et bien appuyer son coup, j'ai pensé qu'il recherchait délibérément l'incident diplomatique. Pour les Français, traiter quelqu'un de menteur n'est pas un affront bien méchant peut-être. Il y en a même qui s'imaginent que froisser l'honneur d'une personne haut placée est une preuve de caractère (quand je dis "haut placée", pas trop quand même, Poutine et Trump ont eu droit à davantage de courbettes). Au Brésil je ne sais pas, mais dans les pays anglo-saxons c'est une accusation grave que personne ne prend à la légère, et qui est sans commune mesure avec la réponse brésilienne, certes ironique vis-à-vis de la fraîcheur de la dame concernée, mais humoristique.

Je me demande si E. Macron ne cherchait pas un prétexte pour dénoncer un accord commercial qui a du mal à passer. Mais maintenant c'est fait, et c'est l'Europe qui décide, ce n'est pas la France. alors à quoi bon se montrer si disgracieux et si injuste ?

Claude Luçon

@ Delachaîssay Nathalie 27 août 2019 07:15
@ boureau | 27 août 2019 à 13:27

Décidément on trouve tout aussi sur Justice au Singulier.
Apès les homards de Breizmabro voici les "soissons" de boureau, légume que je ne trouve ni sur Wikipédia, ni sur mon Littré de presque sept mille pages, mais qui semble délicieux.
Jusqu'ici j'associais "soissons" aux haricots de soissons ?
La description de Nathalie toutefois semble correspondre à ce que nous appelons "crosne" en Val de Loire, en particulier sa forme artistique et surtout son goût de noisette. Est-ce le cas ?
Merci d'avance, j'en mangerais volontiers !

——————————————

@ Exilé | 27 août 2019 à 09:28
"Notez tout de même la contradiction que cette mobilisation policière soulève."
"Mais alors et selon cette théorie, pourquoi donc avoir mobilisé tant de personnel alors que la présence symbolique d'une compagnie de CRS aurait dû suffire s'il n'y a rien à redouter ?"

Là vous raisonnez étrangement comme un journaliste de BFM TV ! Pas vous Exilé :( !
Tous les G7/ex G8 du passé ont donné lieu à des rassemblements massifs particulièrement violents de protestataires !
Qui a oublié Seattle et Gênes et le déploiement important de forces de l'ordre au dernier G7 au Québec ?
Le G7 est un événement international pas seulement franco-français.
Nos médias nous promettaient quelques centaines de milliers de manifestants, violents et pacifiques confondus, venus de partout, Allemagne, Espagne, Italie... Le peuple basque allait marcher sur Biarritz. Castaner était prévenu ! Non mais !! À bien y penser toutefois, pour les Basques c'était jour de rugby et les débuts du Top 14, du sérieux, alors le G7...

Castaner n'avait pas d'autre choix que de se préparer au pire, particulièrement après ce qui s'est passé en France dans les douze derniers mois et les critiques dont il est l'objet.

Pour une fois que nous redonnons au monde l'impression d'être un pays où l'ordre et la sécurité règnent, que courtoisie, élégance et hospitalité sont toujours des qualités françaises, au lieu de la pagaille habituelle de nos syndicalistes, zadistes, burn-outés et autres Gilets jaunes, réjouissons-nous !
Même Donald Trump a appréciés... jusqu'à ce soir au moins ! Tomorrow is another day ! Espérons !

Que nos forces de l'ordre dégonflent les manifestants professionnels habituels voilà qui est de bon augure !
Comme Macron apprend à être Président, laissons à Castaner apprendre à être ministre de l'Intérieur.
Nous n'avons guère le choix : qui d'autre ? Notre blonde "Bolsanara" à nous, tante ou nièce ?
Haîssons-les mais gardons-les, faute de mieux !

Noblejoué

@ Catherine JACOB
"Bolsonaro qui est loin d’être stupide comprendra j’en suis sûre, qu’accepter une main tendue est plus productif qu’entretenir une gueguerre des mots."

Veut-il être productif ? Macron veut-il être productif ? Quand l'un attaque, l'autre doit contre-attaquer.
Pour le bien du monde, il faut être productif. Pour soi, c'est moins sûr : on a la face voire sa dignité à y perdre, ce n'est pas rien.

Que chacun s'occupe déjà d'empêcher au mieux les incendies de forêt chez soi et ne rivalise pas à qui est le plus riche ou le plus écologiste serait productif, mais ça ne risque guère d'arriver.
En fait, les terres où on n'a pas tout a fait éliminé les peuples qui y vivent devraient être gérées par ces peuples mêmes, que cela ennuie les industriels, les paysans ou les écologistes ne compte pas. Ce serait juste, et diminuerait la rivalité entre chefs d'Etat et entre entrepreneurs et écologistes. Ces derniers sont pareils : ils expulsent les habitants légitimes des lieux pour en redéfinir l'usage. Pareil donc pire : se permettre la même chose quand on fait la morale est hypocrite, et avide, je veux le plaisir de sermonner et celui de déborder.

Laisser leurs terres aux indigènes serait l'attitude juste, autant dire que je doute qu'on la mette en oeuvre.

D'autres avenirs sont plus probables, destruction totale de la forêt, ou partielle, les reliquats étant comme le reste débarrassés des indigènes. Des gens croient qu'il faudrait un droit d'ingérence écologique, comme s'il n'y avait pas assez de causes de guerre, d'autres, des gens de gouvernements latinos ont peur d'interventions de ce genre. Il se peut que Bolsonaro ait cela en tête, sans le dire.
Parler de colonisation fait que je culpabilise pour le passé et évite de donner à penser à ce péril pour la souveraineté des Etats latinos. La querelle sur l'épouse de notre Président permettrait d'agresser mais sans non plus donner de pensées dangereuses. Malgré tout, je pense qu'il pourrait y avoir un droit d'ingérence humanitaire ; de nos jours on préfère les bêtes aux humains.
Comme le prouve les réfugiés de la conservation... La tendance à léguer à des organisations écologiques par exemple défendant des droits égaux pour les animaux et les humains aussi.

La pollution est un danger... Mais l'écologie est pire, elle sacrifie sciemment des Hommes a des bêtes.
Et puis, elle promet une gouvernance mondiale.

Ce qui porte en soi des petits dangers, anodins comme tout :
- Expulsion de peuples sur une plus grande échelle.
- Ingérence écologique.
- Gouvernement mondial, on passe du bricolage à l'organisation... Tout le monde croit ça impossible, mais les gens se mettent à vénérer Gaïa comme une sorte de déesse unique après le dieu unique, on n'en sort pas. La religion a un pouvoir transformateur et ravageur qu'on ne saurait sous-estimer... En politique, il faut l'équilibre des pouvoirs. En religion, un panthéon. Au niveau des Etats, plusieurs, et non un gouvernement mondial.
Dès que l'unique apparaît, il ravage tout comme le feu et il pollue comme, on n'a qu’à demander ce qui est le pire aux écolos, comme le plus dangereux et pour le plus longtemps.

Ce qui arrive tout le temps ? Quelqu'un agresse un autre, le faible lâche se soumet, ou le faible pas lâche ou le fort réplique.
Ce qui arrive rarement, penser au bien du monde... En plus, ceux qui y pensent sont souvent pollués par des idées folles, Gaïa et le Gouvernement mondial étant toutes deux dans l'air du temps et à mon avis plus que fiancés.

C'est grave... L'écart d'âge entre Macron et sa femme ne regarde qu'eux. Il n'y a déjà pas beaucoup d'amour réciproque dans le monde, quand cette charmante improbabilité apparaît, il faut toujours que des parasites de l'harmonie s'emploient à le détruire.

caroff

@ Xavier Nebout 16h26
"Il semble que vous n'ayez pas tout compris.
Le Grand conseil coutumier des peuples amérindiens et bushinengé dénonce le fait qu'on ait attribué 360 000 hectares à des sociétés minières. Attribué."

Non, les permis d'exploitation et autorisations d'exploitation, qui donnent la possibilité de s'installer et d'extraire l'or, représentent une part négligeable du nombre cité par le Grand conseil coutumier, soit 25 000 ha sur les 360 000 ha qui couvrent les demandes de permis et les concessions,...

Je suis allé plusieurs fois en Guyane. donc j'ai la prétention de savoir de quoi je parle...

Achille

@ Valéry | 27 août 2019 à 14:50
« Dire "ne l’humiliez pas" c'est une insulte maintenant ? Il a pris la chose avec humour. »

Manifestement je ne dois pas être réceptif à l’humour brésilien. Si j’en crois les commentaires de la presse, je ne suis pas le seul.
Par contre votre mauvaise foi pour justifier le comportement déplacé (doux euphémisme) de Bolsonaro est du grand art. Impressionnant ! :)

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS