« Considérations tristes et volontaristes sur la violence... | Accueil | François Hollande exécuté ! »

01 septembre 2019

Commentaires

Elusen

@ Herman kerhost | 11 septembre 2019 à 01:44
«...je maintiens qu'il vaut mieux être innocent aux USA qu'en France...»

C’est bien beau de maintenir, mais sur quelle base ?

- Celle du plaider-coupable où des innocents avouent parce que c’est moins risqué pour eux ?

- Celle de la peine de mort ?

- Celle des juges et procureurs locaux, chef de police, élus et donc démagogues avec agenda politique à la clef ?

- Celle de services de sécurité privés et d’agents judiciaires privés rémunérés à la comptabilité, ainsi que les actionnaires ?

Herman kerhost

@ Valéry | 09 septembre 2019 à 19:05

Je ne comprends pas votre commentaire. J'ai suivi votre lien mais je ne vois rien de ce que vous décrivez.

Lorsque je dis que la police américaine est préférable à la police française, je parle de son comportement envers la population en général, et je maintiens qu'il vaut mieux être innocent aux USA qu'en France...

Valéry

@ Herman kerhost
"La police américaine est bien plus respectable que la police française. Elle fait partie du peuple, et contrairement à la police française, elle protège les gens, elle ne les méprise pas."

Bon, je suis conscient que dans un pays où une grand-mère peut cacher une mitraillette sous ses bas, où qui vit et qui meurt se décide en une fraction de seconde, il soit difficile d'agir avec sang-froid, mais quand même...

Il y a une chaîne YouTube dédiée à la police américaine:

Police Activity

A voir la majorité des vidéos (attention, c'est du cru, du vécu aux premières loges, et passionnant), tirer et tuer est leur solution à tout. Un nombre important des policiers étant au-delà de l’obésité morbide, courir après le suspect alors qu'une balle est plus rapide, semble du premier choix. Peu de choses me choquent, vu d’où je viens, mais un bon nombre de ces vidéos m'horrifient, tellement on ne peut qu'observer un manque d'entraînement et d'endurance ayant comme conséquence un professionnalisme inexistant, un manque de sang-froid et d’évaluation, tous ces lacunes menant le plus souvent à la mort du suspect.

Franchement, je préfère la France, et de loin.

sylvain

► Internet Signalement ministère de l'Intérieur ◄
Rédigé par : Elusen | 07 septembre 2019 à 00:11

Aux dernières nouvelles, tout le personnel du ministère de l'Intérieur est plié en douze, de rire bien entendu, on essaie de les déplier, sans succès pour le moment.

Et vous, comment va votre "intérieur" ?

Elusen

@ Mister Bean | 06 septembre 2019 à 23:45

Le sens d’une injure ou d’une diffamation c’est d’atteindre l’autre pas soi-même, dire publiquement : « je suis pédophile, je connais donc la technique et j’exige d’Elusen qu’il me prouve qu’il la connaît », c’est en somme, l’art et la manière de se mettre dans la me*de tout seul.

Si nous arrivons à les attraper ailleurs qu’en Thaïlande, alors pourquoi pas :
Internet Signalement Ministère de l'Intérieur

sylvain

@ Elusen | 06 septembre 2019 à 18:52

Elle est vesquée la Elusen ? Pourtant y a pas de mal à s'faire du bien, j'attends toujours la notice techeunique de la taquetiqueue.
Faites un dessin ça ira plus vite pour notre comprendrement, hahahaha !

Elusen

@ Mister Bean | 06 septembre 2019 à 08:35
« Vous devriez la connaître cette technique... »

L’abruti qui passe son temps à s’auto-injurier ?!
Il affirme connaître la technique tout en expliquant qu’il faut être un prêtre pédophile et fréquenter leur cercle pour la connaître.

Robert Marchenoir

@ Elusen | 06 septembre 2019 à 06:55
"Les policiers devront dire d’où ils tiennent une telle technique pour maîtriser une personne."

Pour une fois, Elusen a raison. Ceci est l'un des points les plus cruciaux de cette affaire, et curieusement, sauf erreur de ma part, les médias ont été d'un silence sépulcral là-dessus.

On rapprochera cette technique, qui vraisemblablement procède d'instructions ou même d'une formation, de la polémique sur l'usage des lanceurs de balles de défense pendant les manifestations des Gilets jaunes, qui ont fait tant d'éborgnés.

A l'époque, les canaux officiels nous ont dit et répété que l'usage de ces armes était réservé à la légitime défense, c'est-à-dire aux cas où la seule autre solution pour protéger la vie des policiers aurait été l'usage des armes à feu.

Mais lors d'un reportage manifestement destiné à faire la promotion des forces de l'ordre, où un journaliste du Figaro a été autorisé à suivre les CRS en opérations, l'un de leurs officiers lui a benoîtement déclaré que le LBD servait à faciliter les interpellations...

La désinvolture avec laquelle il a fait cet aveu exclut qu'il s'agisse d'une dérive personnelle. Ce responsable, à l'évidence, n'a fait que restituer des ordres reçus et connus de tous. Qui a donné ces ordres ? Quel est leur contenu ? Silence complet sur le sujet... Aucun journaliste ne semble même avoir posé la question.

Si, comme cela semble être le cas, la hiérarchie policière a permis l'usage du LBD pour des interpellations de confort, à distance, sans risque, il n'est pas étonnant que des dérives se soient produites, où furent visés des manifestants pacifiques, voire de simples passants.

De même, si on conseille aux policiers, en cas d'interpellation difficile, de frapper sur les fesses du suspect avec la pointe de la matraque, pour provoquer un mouvement réflexe où il se collerait au sol ou contre un mur, facilitant le menottage, il n'est pas étonnant qu'un tel accident se soit produit.

Comme le dit Herman, c'est bien une question de mentalité.

sylvain

"Ils devront dire d’où ils tiennent une telle technique pour maîtriser une personne."
Rédigé par : Elusen | 06 septembre 2019 à 06:55

Vous devriez la connaître cette technique, c’est la même employée dans certains "cercles religieux" ; allez, un peu de courage, expliquez-nous !

Elusen

@ Herman kerhost | 06 septembre 2019 à 00:54

Rappelons que l’instruction se poursuit pour une possibilité de viol.
Que la personne est handicapée à vie, elle porte une poche de stomie.

Que les policiers auront à s’expliquer sur le fait d’avoir frappé sur l’anus ou dans la zone, provoquant de fait une infirmité à vie.
Ils devront dire d’où ils tiennent une telle technique pour maîtriser une personne.

Robert Marchenoir

@ Mary P | 05 septembre 2019 à 17:06
"Marchenoir qui se mélange les pinceaux et me confond avec ma belle-fille bac +10 et 30 ans de moins que moi ! ça craint !"

Je n'en crois pas un mot. Le style c'est l'homme, et ce n'est pas à un vieux singe comme moi que vous allez tenter de dissimuler vos tics d'expression. Ce sont des choses qu'on ne peut travestir. Je ne suis d'ailleurs pas le seul à vous avoir reconnue depuis longtemps derrière vos pseudonymes transparents.

Au fait, votre ami "Gendarme à la retraite", il va bien ? Il est parti aussi vite qu'il est venu... dommage ! Avec un vrai gendarme, on aurait pu avoir des discussions intéressantes. Avec une groupie qui ne connaît les choses que par ouï-dire, c'est forcément plus convenu.

Vous n'avez d'ailleurs pas l'air de vous rendre compte du ridicule dans lequel vous vous mettez. Imaginons une dame d'âge mûr, habituée d'un blog mais incapable de faire valoir seule son point de vue par des moyens loyaux, qui rameute sa claque familiale pour faire nombre... Je serais vous, tant qu'à nous monter des bobards, j'en trouverais un qui fasse moins adolescente évaporée.

Et pour rentrer dans votre jeu, je conseillerai à votre "belle-fille bac + 10" et à votre ami "gendarme à la retraite" de s'acheter une personnalité, et de cesser de singer maman dans toutes ses obsessions, ses haines recuites et jusque dans ses tournures de phrases.

Herman kerhost

@ Mary Preud'homme | 04 septembre 2019 à 13:09

Cela demanderait beaucoup trop de temps de répondre point par point à votre commentaire fielleux.

Vous mentez, comme d’habitude. Je n’ai jamais remis en cause le courage des policiers. Je n’ai parlé que de leur mentalité, et encore une fois, ici, vous nous montrez que c’est une mentalité de menteur, de manipulateur, et de malpoli. Je n’ai aucun doute qu’une majorité de Français partage mon point de vue sur le sujet.

Sur l'affaire Théo.

Ce n'est pas parce que Théo avait, lors de sa première parution, dit qu'un policier avait fait glisser son pantalon, pour ensuite dire que celui-ci avait pu glisser tout seul, qu'il avait menti la première fois. Il peut très bien s'être honnêtement trompé. C'est vous qui interprétez cela comme un mensonge.
Quoi qu'il en soit, et une fois encore, on s'en fiche de cette histoire de pantalon baissé. C'est un détail. Il faut vous le dire dans quelle langue?

"Concernant le policier incriminé, il me semble qu'il a droit comme tout un chacun à un procès équitable basé sur des faits et non des suppositions malveillantes et surmédiatisées de langues de vipère dans votre genre."

Inversion accusatoire. Je n'ai fait le procès de personne. Je n'ai parlé que de ce que nous savons déjà: la matraque dans le derrière.
C'est vous qui faites "des suppositions malveillantes", en prétendant que le policier n'a pas fait exprès, et en laissant entendre que de toute façon ce Théo n'a eu que ce qu'il méritait.

———————-

@ Robert Marchenoir | 04 septembre 2019 à 20:47

Je l'ai déjà dit, et votre commentaire va dans ce sens, la police américaine est bien plus respectable que la police française. Elle fait partie du peuple, et contrairement à la police française, elle protège les gens, elle ne les méprise pas.
Dès l'entrée sur le territoire américain, un autre monde s'offre à vous, et on vous le fait explicitement comprendre: "welcome back", my friend...

sylvain

"Je n’ai aucune gêne à ce que l’on abatte les chiens et les nécrophages."
Rédigé par : Elusen | 05 septembre 2019 à 16:11

Et en plus vous êtes caninophobe et nécrophobe, eh ben dites donc vous êtes une vraie encyclopédophobie.
Avec vous je n'ai pas besoin de travailler mes abdos, je suis tellement mort de rire que j'ai un bide en béton. Continuez quand même, ne lâchez rien.

Mary P

Marchenoir qui se mélange les pinceaux et me confond avec ma belle-fille bac +10 et 30 ans de moins que moi ! ça craint !

Robert Marchenoir

@ Herman kerhost | 05 septembre 2019 à 12:28
@ [email protected] Marchenoir | 05 septembre 2019 à 11:00

Concernant ma cage de buts à roulettes, je ne peux faire moins que de l'offrir à l'auguste assemblée en licence libre de droits, et même à la francophonie tout entière, voire aux galaxies environnantes.

(Rappel pour les amateurs d'étymologie et de dictionnaires : il s'agit d'une tentative de traduire l'expression anglaise "to move the goalposts", qui malheureusement n'a pas d'équivalent en français, malgré que le procédé soit omniprésent dans la rhétorique gauchiste hexagonale.)

"La différence est que la première résonnait sans son pied et que la seconde raisonne comme son pied…"

J'ai collaboré à un blog aujourd'hui défunt qui s'auto-désignait, de façon assez pétulante, comme "blog d'élite" (ce qui n'était pas totalement faux, même si la revendication était puérile). Celui-ci n'a pas besoin de telles étiquettes.
______

@ AD | 05 septembre 2019 à 15:06
"Tous les moyens leur étant bons, y compris les plus vils, pour éluder une question gênante ou simplement admettre qu'ils n'ont pas la science infuse et que de 'prétendus beaucoup moins intelligents et cultivés qu'eux', peuvent fort bien les prendre en flagrant délit de contradiction et d'erreurs (comme ici quand un Marchenoir nous vantait l'humanité remarquable des policiers américains par rapport à leurs homologues français et qu'on lui oppose des statistiques réelles)."

Il n'y a aucune erreur ni contradiction dans mes propos, et je ne vous ai jamais accusée d'être beaucoup moins intelligente et cultivée que moi.

En revanche, vous, vous nous avez amplement informés de vos exploits dans d'innombrables domaines, allant de l'art lyrique au parachutisme administratif, en passant par la confection des crêpes bretonnes (il est possible que ma mémoire me trahisse sur ce dernier point).

En tous cas, nous sommes ravis que votre carnet d'adresses militaro-policier s'étende jusqu'aux Etats-Unis. C'est très impressionnant.

Donc "votre beau-frère John, qui est officier de police en retraite et qui a fait toute sa carrière à Chicago", il se vante d'être une brute sanguinaire qui, du temps de son activité, fumait un Noir par jour avant l'heure du déjeuner, pour motif de "walking while Black" ? C'est bien ça que vous vouliez nous dire ?

Ou bien pratiquait-il l'art bien français de l'examen coloscopique en milieu hostile, et sans anesthésie ?

Elusen

@ Mister Bean | 05 septembre 2019 à 09:47
▬ « Un millier d'emm*rdeurs en moins contre 18 chez nous ...»

On ne peut pas constamment appeler au meurtre sans en subir les conséquences ; si c’était vous celui que l’on tuait ?

▬ « Vous êtes zoophile ? »

Je n’ai aucune gêne à ce que l’on abatte les chiens et les nécrophages.

Mary Preud'homme

@ sbriglia

Pour votre gouverne et mettre à jour vos petites fiches, ne pas confondre Sarah et Sandra. A croire que vous n'avez rien d'autre à faire dans votre vie. Comme je vous plains !

Quand je pense qu'il y a ici quelques "anonymes pleins d'eux-mêmes" qui ironisaient méchamment tout comme vous sur les petites manies de Patrice Charoulet, alors qu'ils sont beaucoup plus tordus et vicieux avec leurs archives (à charge et hors contexte) qu'ils nous ressortent à tout bout de champ !

Tous les moyens leur étant bons, y compris les plus vils, pour éluder une question gênante ou simplement admettre qu'ils n'ont pas la science infuse et que de "prétendus beaucoup moins intelligents et cultivés qu'eux", peuvent fort bien les prendre en flagrant délit de contradiction et d'erreurs (comme ici quand un Marchenoir nous vantait l'humanité remarquable des policiers américains par rapport à leurs homologues français et qu'on lui oppose des statistiques réelles).
Quand je vais raconter cela à mon beau-frère John, officier de police en retraite, qui a fait toute sa carrière à Chicago, il va se tordre de rire ! No kidding Mary !

Herman kerhost

@ sbriglia | 04 septembre 2019 à 20:41

Ah, la cage à roulettes...
Vous avez raison, mais je ne voudrais pas avoir des ennuis de copyright !

sbriglia@Robert Marchenoir

« Ce brave Marchenoir en se vantant d'avoir conversé avec un policier américain de base (quel scoop mézamis !) qui l'a bel et bien berné, soit par ignorance, soit pour se rendre intéressant, a encore perdu une occasion de se taire » (04 septembre 2019 à 23:03)…

Variante :

« Mon petit monsieur, vous êtes plutôt pathétique…
Vous êtes donc, hélas, disqualifié sur ce coup... Inutile donc d'y revenir Monsieur Paul, vous n'êtes pas crédible. »
Rédigé par : Mary Preud'homme | 27 mars 2019 à 19:12

Finalement on reconnaît Sarah et Mary assez rapidement…

Sarah Bernhardt, amputée d’une jambe en 1915, et qui jouait sur scène avec une jambe de bois…
Au poulailler, quand on entendait les trois coups, d’aucuns s’esclaffaient : « Tiens, voilà Sarah ! »

Ici c’est pareil : aux deux premières lignes, « ce brave, mon petit, se vante, pathétique… » on s’esclaffe :

« Tiens, voilà Mary ! »

Même si elle se déguise...

La différence est que la première résonnait sans son pied et que la seconde raisonne comme son pied…

Que la première sortait côté cour et que la seconde sort et rentre sans cesse côté jardin...

sylvain

@ AD | 04 septembre 2019 à 23:03
"Les policiers américains ont abattu près d'un millier de personnes en 2017, soit légèrement plus que l'année précédente. Ce qui rapporté aux statistiques de personnes abattues par les forces de police et de gendarmerie pour la même période en France (soit 18 personnes) et proportionnellement à la population de ces deux pays représente dix fois plus côté police américaine."

Félicitations aux policiers américains !
Appliquons les mêmes méthodes sur toutes ces raclures qui pourrissent la société, ça nous évitera le spectacle ignoble de cette justice extrême gauchiste du SM mur des cons complice du crime, qui a beaucoup plus de sang sur les mains que les Américains.

Un millier d'emm*rdeurs en moins contre 18 chez nous, on a encore du boulot avant de leur arriver à la cheville.

Robert Marchenoir

@ AD | 04 septembre 2019 à 23:03

Ah ! tiens, Mary Preud'homme, qui donne des leçons de courage à tout le monde, réapparaît sous l'un de ses pseudos multiples, après avoir prétendu claquer la porte de ce blog pour toujours parce que nous n'étions pas dignes d'elle... puis être revenue comme si de rien n'était.

"Ce brave Marchenoir en se vantant d'avoir conversé avec un policier américain de base (quel scoop mézamis !) qui l'a bel et bien berné, soit par ignorance, soit pour se rendre intéressant."

On ne sait trop ce qu'il faut comprendre de cette sottise : que les policiers américains ne s'expriment jamais sur Internet, ou qu'ils disent toujours le contraire de ce qu'ils pensent. On voit mal ce que l'ignorance viendrait faire là-dedans -- mais notre caporal-chef fantasmé ne s'est jamais beaucoup fatigué pour fabriquer ses calomnies.

A partir du moment où quelqu'un (à l'autre bout du monde) dit un truc qui ne se conforme pas aux préjugés de la mère Preud'homme, c'est forcément qu'il n'existe pas ou qu'il travestit sa pensée. Et bien sûr, Preud'femme était là, elle a suivi la conversation, elle a bien vu que tout le monde est comme elle, et raconte n'importe quoi "pour se rendre intéressant". A ce niveau, cela relève de la psychiatrie.

"Quant à la prétendue bienveillance et humanité des policiers américains par rapport à nos fonctionnaires et militaires traînés dans la boue par le même..."

Pauvres bichons. On les "traîne dans la boue", sous prétexte qu'on exige la punition d'un type qui confond son métier avec celui du proctologue (lequel s'y prend plus délicatement, heureusement...).

Je n'ai pas parlé de bienveillance ni d'humanité. J'ai simplement parlé de gens normaux. Différents de vous et de votre hystérie chauviniste, si vous préférez.

"Les policiers américains ont abattu près d'un millier de personnes en 2017, soit légèrement plus que l'année précédente."

Aucune source fournie, on ne va tout de même pas s'ennuyer avec ça. On ne peut pas, à la fois, prôner un Etat policier et faire preuve de scrupule vis-à-vis des faits.

Mais admettons. Admettons que ce chiffre soit exact. C'est une excellente chose que les policiers américains aient abattu mille personnes en 2017. Ils ont agi en légitime défense, protégeant leur vie ou celle de tiers contre des criminels qui la menaçaient.

Des criminels noirs, le plus souvent. Vos petits chéris dont vous cherchez à interdire la critique par le biais de votre "anti-racisme" à la noix.

Tant qu'à aller chercher des statistiques, allez jusqu'au bout. Fournissez-nous donc les statistiques américaines montrant l'extraordinaire sur-représentation de vos amis noirs dans la criminalité violente, meurtres et viols, en particulier.

Vous n'avez jamais songé à demander l'asile politique en Russie ? Voilà un pays tenu par la police et l'armée, où les forces de sécurité ont tous les droits. Je pense que vous vous y sentiriez merveilleusement bien. Remarquez, ils n'aiment pas beaucoup les Noirs ; on ne peut pas tout avoir...

Achille

@ sbriglia | 04 septembre 2019 à 20:41
« vous déplacez la cage à roulettes »

Sur le coup je croyais que c’était une contrepèterie. Mais non...

AD

Ce brave Marchenoir en se vantant d'avoir conversé avec un policier américain de base (quel scoop mézamis !) qui l'a bel et bien berné, soit par ignorance, soit pour se rendre intéressant, a encore perdu une occasion de se taire, se livrant imprudemment à des jugements péremptoires sur notre propre police qualifiée par ailleurs de lavette.

Quant à la prétendue bienveillance et humanité des policiers américains par rapport à nos fonctionnaires et militaires traînés dans la boue par le même, les lecteurs et contributeurs apprécieront au vu de ces seules statistiques :

"Les policiers américains ont abattu près d'un millier de personnes en 2017, soit légèrement plus que l'année précédente. Ce qui rapporté aux statistiques de personnes abattues par les forces de police et de gendarmerie pour la même période en France (soit 18 personnes) et proportionnellement à la population de ces deux pays représente dix fois plus côté police américaine."

Giuseppe

Robert Marchenoir | 04 septembre 2019 à 12:30 @ sbriglia | 04 septembre 2019 à 09:44

"Excellente parodie."

Bob - je me permets -, là vous êtes tiède, c'était du Sakai Takayuki Grand Chef.

sylvain

"Un nécrophage dévore n’importe quel cadavre tant que ça lui rapporte."
Rédigé par : Elusen | 04 septembre 2019 à 18:01

Un coprophage, pas un nécrophage, aïe aïe aïe, vous êtes en baisse cher Elusen, faut vous ressaisir ! Vous êtes zoophile ?

Robert Marchenoir

@ Mary Preud'homme | 04 septembre 2019 à 13:09

On s'en moque, que Théo Luhaka ait menti. C'est un détail de l'histoire de la brutalité de la police française. Vos tentatives de le salir, votre rhétorique militariste et vos attaques personnelles fielleuses renouvelées ne changeront rien aux faits : Luhaka ne s'est pas blessé en s'asseyant intempestivement sur une matraque posée pointe en l'air sur un banc public.

Par le plus grand des hasards, je viens de converser avec un policier américain de base. Sujet de la discussion : les rapports entre les citoyens et la police.

Je peux vous dire qu'il y a un monde entre votre arrogance et votre mépris, et la façon dont cet homme prenait la défense des citoyens par rapport aux dérives de sa propre institution. Discussion normale, paisible, entre êtres humains normaux et citoyens faisant partie de la même communauté (du moins, rien dans mes propos n'a pu lui laisser entendre que ce n'était pas le cas). Souci partagé de l'intérêt général. Absence de préjugés, de partisanerie et de sectarisme. Aucun esprit de guerre civile ou de milice. Politesse et civilité. Tout cela partagé par les personnes qui se sont jointes à la discussion.

Notez bien que cela se passait dans "l'Amérique ultra-violente""la police fait des cartons sur les Noirs parce que ça l'amuse".

L'ultra-violence est en France, pas aux Etats-Unis. Votre perpétuel numéro de fliquette hargneuse et vindicative en est la parfaite illustration. Le comportement des forces de l'ordre également. De même que celui des Français entre eux.

C'est en France que règnent la haine de tous contre tous et le mensonge généralisé. On ne s'en rend pas compte, parce qu'on baigne dedans. Il suffit de sortir de l'étouffoir hexagonal pour prendre la mesure de l'anormalité de la chose. Et de l'exception que constitue cette mentalité, dont vous vous faites ici le promoteur.

sbriglia

« Quoi qu'il en soit, cette histoire de culotte baissée n'est qu'un détail, vous noyez le poisson. »
Rédigé par : Herman kerhost | 04 septembre 2019 à 01:53

On ne dit plus noyer le poisson, Herman !

On écrit « vous déplacez la cage à roulettes ».

C’est not’ bon maître qui nous l’a enseigné...

Marchenoirophile un jour, Marchenoirophile toujours !

(On se calme, Achille !)

Elusen

@ Mister Bean | 04 septembre 2019 à 11:11
« Marie Trintignant »

Il est pour l’extermination totale des personnes de gauche et voilà qu’il instrumentalise la mort d’une femme de gauche quand ça l’arrange.
Un nécrophage dévore n’importe quel cadavre tant que ça lui rapporte.

-------------------------------------

@ Mary Preud'homme | 04 septembre 2019 à 13:09

Et encore une, enfin toujours la même, qui parle d’un dossier judiciaire qu’elle n’a jamais eu entre les mains. Témoin oculaire de tout, sans jamais être présente !

Mary Preud'homme

@ Herman kerhorst

"...lors d'une nouvelle audition, Théo a modifié son premier récit. Alors qu'il affirmait que les policiers lui avaient volontairement baissé son pantalon, le 3 mars(1), il déclare finalement au juge d'instruction : "si tu ne serres pas ton pantalon avec le cordon, logiquement il se descend tout seul. Et puis je prends mes pantalons en XL, ce n'est pas ma vraie taille. Mon pantalon n’était pas bien attaché, il tombait. Ils tiraient vers le bas quand même, mais je ne pense pas que c’était volontaire. Ils essayaient de me maîtriser".

1) il a donc bel et bien menti lors de sa première audition...

Quant à la mentalité et au courage des policiers et gendarmes de France, il me semble que vous et quelques autres devriez en prendre de la graine. Plutôt que toujours baver sur des hommes et femmes pour la plupart d'engagement, de conviction et de sang-froid face à l'insulte, la haine et la diffamation dont vous et vos pareils, bien planqués derrière vos ordis, vous faites le relais persifleur, sarcastique et trompeur sans prendre le moindre risque.

Concernant le policier incriminé, il me semble qu'il a droit comme tout un chacun à un procès équitable basé sur des faits et non des suppositions malveillantes et surmédiatisées de langues de vipère dans votre genre.

A propos de mentalité familiale ou tribale, ainsi que je l'ai lu quelque part à mon sujet - ah ah ! si j'avais le temps j'en ferai un thème subliminal à mettre en musique pour trompette de bambou ! - commencez donc par vous intéresser à la vôtre et à balayer devant votre porte...

Robert Marchenoir

@ sbriglia | 04 septembre 2019 à 09:44

Excellente parodie.

Et j'ajoute :

"Une race naîtrait de moi ! Comment le croire ?"

-- Raciste ! Les races n'existent pas ! etc.
______

@ Herman kerhost | 04 septembre 2019 à 01:53
"La légèreté de vos propos à l'égard de cet incident en dit long sur la mentalité des flics de France (vous êtes un peu de la famille n'est-ce pas ?), et par là-même, laisse penser que ce geste pourrait très bien avoir été exécuté volontairement."

Exactement. Bien que ma grande naïveté m'incite à croire à l'accident -- mais comme je l'ai expliqué, même l'accident est fort incriminant, et pour le policier impliqué et pour l'institution qui l'emploie.

sylvain

M. Bilger, j'ai été saisi d'horreur et d'effroi quand je vous ai écouté ce matin chez Praud au sujet de Bertrand Cantat, jamais je n'aurais cru que vous seriez tombé si bas dans l'abjection ; vous vous êtes comporté comme une de ces salop... du SM extrême gauche et de ces ordures showbiziennes gauchistes qui continuaient à le défendre et salir la mémoire de Marie Trintignant.

Reprenez-vous cher Philippe, tout le monde a le droit de déraper mais à ce niveau, c'est intolérable ! Cette justice française est vraiment pourrie.

Vous faites du Elusen ? De grâce n'imitez pas ce fou parano depuis sa chambre capitonnée ; lui c'est son rôle : provocs buzz fakes, c'est le bouffon islamo-gauchiste du blog ; vous méritez mieux que tomber si bas dans la vilenie.

sbriglia

Elusen 4 septembre 2019 00h18... en pleine crise...

« Les souffles de la nuit flottaient sur Galgala.
L’ombre était nuptiale, auguste et solennelle
Tout reposait dans Ur et dans Jérimadeth ; »

……………………………………………………………

Vous avez déjà vu des souffles flotter ?
Et une ombre nuptiale ? le type il a pris de l’ecstasy !
…Et Galgala…
Le type y nous cite une ville qui n’existe pas !
Y remet le couvert avec Jérimadeth !
Tu parles d’un géographe !

(On comprend pourquoi le nain ratiocineur s’est arrêté avant le brevet et nous commente ici depuis la division réservée à Sainte-Anne.)

Herman kerhost

@ Mary Preud'homme | 03 septembre 2019 à 13:55

Je ne crois pas que Théo ait déclaré avoir menti, il a juste reconnu avoir pu se tromper et admis que sa culotte pouvait avoir glissé d'elle-même.

Quoi qu'il en soit, cette histoire de culotte baissée n'est qu'un détail, vous noyez le poisson. L'important est que ce policier a enfoncé sa matraque dans le derrière de Théo, et ça, c'est inadmissible.

Il est possible que ce geste soit involontaire, chacun peut se faire son opinion en regardant la vidéo, mais dans tous les cas, la légèreté de vos propos à l'égard de cet incident en dit long sur la mentalité des flics de France (vous êtes un peu de la famille n'est-ce pas ?), et par là-même, laisse penser que ce geste pourrait très bien avoir été exécuté volontairement.

Elusen

@ Valéry | 03 septembre 2019 à 18:10
«...une ville entière piétinant le corps calciné et démembré de la pauvre femme...»

Non mais vous avez le sens de la mesure ?!
100 000 personnes en même temps ont piétiné un cadavre ?!
Une ville de combien d’habitants ?
Et y sont allés les bébés, les mômes prépubères, les trisomiques, les vieux en déambulateur, les cul-de-jatte, les aveugles, les manchots et les pingouins ?!

duvent

@ Lucile | 03 septembre 2019 à 18:10  @ duvent
"N'interromps jamais ton ennemi lorsqu'il commet une erreur" (Napoléon).
Autant le laisser se griller tout seul. »

Alors ça, c'est une erreur que je ne commets jamais, jamais...
D'ailleurs, je ne permets pas au premier venu d'être mon ennemi !
Les ennemis, c'est précieux, très précieux...

Ils doivent être passés au tamis très fin, excessivement fin, car il faut bien le reconnaître l'ennemi de qualité est celui qui vous révélera à vous-même, tandis que l'ami, ma foi est un autre soi-même, complaisant, aveugle, servile, cajoleur, affectionné, tendre, dévoué, soumis, capricieux et susceptible, voyez en politique tous ces amis délétères...

Alors qu'un ennemi de haut parage, qui ne pardonne rien, qui vous attend patiemment, qui fourbit ses armes durant la trêve, dont le cœur est rempli de venin, dont le regard torve promet des souffrances, dont la pensée est d'une folle énergie qui espère ruiner toutes vos espérances, celui-là, il vous rend le service immense et incomparable de faire contre vous tout ce qui hante les pires cauchemars de votre mère.

C'est pourquoi il faut apprendre à choisir ses ennemis, car les amis, le hasard, le soleil, la mer, ou le vent s'en chargera !

Ainsi, un véritable ennemi, digne de soi, produit Cicéron tandis qu'un ami de salon donnera Tartuffe ou Talleyrand.

Nathalie Delachaîssay

@ Lucile la Politique

Il est très bien ce conseil que vous transmettez.

Je vous offre celui-ci en retour : Ne jamais provoquer les gens sans raison !

Bon repos

Lucile

@ duvent

"N'interromps jamais ton ennemi lorsqu'il commet une erreur". (Napoléon).
Autant le laisser se griller tout seul.

Valéry

@ Achille
"Ce n’est certainement pas une ville entière qui a lynché une femme au seul motif qu'elle aurait abîmé un Coran, mais une bande de fanatiques"

C'est ce "certainement" qui montre votre ignorance. Mais bon, je n'y peux rien, j'avais posté deux photos en lien montrant une ville entière piétinant le corps calciné et démembré de la pauvre femme, on y voyait des enfants, des femmes et des hommes, par centaines, tous ordinaires, se réjouissant de l'atrocité qui venait d’être commise et s'acharnant sur cette pauvre dépouille.

La modératrice a pensé sans doute que le blog aurait des problèmes avec de telles images ou qu'elles étaient trop insoutenables et elle les a supprimées. Certaines vérités ne sont pas belles à voir, mais c'est pourquoi votre "certainement" sonne si faux.

Nathalie Delachaîssay

Maintenant que les filles et Sbriglia sont à table peut-on dire quelques mots du quadrille LCI d'hier au soir drivé par Pujadas.

Autour de la table Goupil le dernier des 68, Bouzou l'homme qui parle plus vite que son ombre, la sympathique Julie Graziani qui sauva la soirée et la petite dernière, une star en devenir : Aurore Lalucq députée socialiste européenne qui ressemble furieusement à la chère Greta avec vingt ans de plus.

Avec ses immenses yeux bleus globuleux qui tournent à pleine vitesse, une ambition dévorante et un mépris certain pour celui qui la contredit elle a pétulé d'importance !

On a d'abord parlé de l'assassinat de Villeurbanne. Ce cénacle s'emportant donnait du dégoût à ceux qui pensaient à ce jeune garçon, à son destin interrompu, à sa famille dans l'affliction, aux raisons, aux ignobles responsables. Indécent !
Aurore provoqua notre indignation en répétant en boucle « qu'en Afghanistan un maboul pouvait être en danger de mort !!! ». Ah !

Elle suscita un vif intérêt dans le second sujet : l'égalité pour l'éducation, l'égalité pour l'héritage où elle mena le jeu !
Ces thèmes datent du Grandgourou Bourdieu lequel fut récompensé à cette occasion par l'octroi d'une chaire au Collège de France.

Résumons : il doit être fait en sorte que chacun dispose du même capital de savoir, c'est idiot mais peu importe !
Et ceux qui ne veulent pas apprendre alors !

Quant à l'égalité devant l'héritage on toucha au délire : chacun doit hériter de la même somme par la création, je suppose, d'un fonds de compensation ! Un de plus.

Incidemment on apprit qu'en moyenne un foyer laisse 100 000 € à ses descendants ! Le travail d'une famille de toute une vie !
C'est pas lerche !

Quoi qu'on dise tout ça c'est en contradiction avec l'individualité physique inscrite au tréfonds de la vie !

N'avons-nous plus le choix qu'entre le communisme absolu et l'islam ?

Sacrée Lalucq !

Elusen

@ yves albert | 03 septembre 2019 à 05:25
▬ «...à l'égard des patriotes qui veulent se substituer...»

Un coup d’État serait un acte patriote ?!

▬ « Pour mémoire : Selon l’article 223-6 du code pénal...»

La patrie serait une personne ?!

Cette partie du Code pénal serait opposable à une personne en charge de la présidence de la République ?!
Constitution française – article 67 :

  • Le Président de la République n'est pas responsable des actes accomplis en cette qualité [...]

L’incapacité de ce zozo est extraordinaire.

▬ « Ces plaintes pourraient être portées devant une juridiction internationale...»

Allez, crime de guerre et crime contre l’humanité, vous n'êtes plus à ça près.
À défaut d’en remettre une couche, vous devriez la porter !

--------------------------------------

@ Xavier NEBOUT | 03 septembre 2019 à 10:34
«...ceux qui ont voté Macron en sont bien, et ceux qui le suivent encore aiment ça. »

À force de voir des enc*lés partout, vous travaillez dans l’industrie du porno, ce n’est pas possible autrement ?!

--------------------------------------

@ Noblejoué | 03 septembre 2019 à 13:11
« Je prends tout avec prudence » dit-elle à Xavier NEBOUT.

Le conseil, c’est effectivement de le prendre avec prudence, ou au moins avec un stérilet !

duvent

@ sbriglia | 03 septembre 2019 à 11:25

Je suis de votre avis il fallait que ce commentaire de Nathalie Delalalalère nous soit distribué !

Je remercie vivement notre modératrice de ne pas édulcorer les commentaires qui sont destinés à la « pauvre, humble et sombre crétine que je suis ». En effet, de même que je suis contre le paracétamol, je suis contre la modération des textes dont je suis destinataire.

Oui, je les lis comme je lis Martial (Claggart l'a cité très à propos...), allongée sur un sofa, en me disant : tout de même tout ça est égal à Vanitas, vanitatum...

Et pour ceux qui ne connaissent pas Clovis Trouille :

https://www.youtube.com/watch?v=-t3EyeIauvU

sbriglia@Mary P.

"Un peu d'honnêteté SVP"
Rédigé par : Mary Preud'homme | 03 septembre 2019 à 13:55

Mary, vous aviez écrit à l'époque, de façon particulièrement virulente à l'égard d'un commentateur qui avait émis quelques réserves sur la thèse du Procureur :

« La charge des policiers ne visait pas cette dame et aucun policier ne l'a blessée ce qui a été confirmé par le procureur ; elle a tout simplement buté sur un obstacle en voulant s'enfuir, laquelle chute a occasionné ses blessures. Dommage pour cette dame mais avouez que porter plainte en pareil cas est pour le moins gonflé de la part de la famille ! ».

Je ne vois pas où est la "malhonnêteté" de vous reprocher de prendre pour argent comptant les déclarations de ce magistrat alors même que des doutes réels subsistaient à l’époque…

En la matière il faut ne jamais prendre pour parole d'évangile les déclarations partisanes de procureurs aux ordres.

https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/07/13/affaire-legay-le-procureur-de-nice-evince-du-dossier_5488943_3224.html

Ayez au moins l'"honnêteté" de dire que vous vous êtes laissée abuser... à seule fin de défendre des policiers qui peuvent aussi, parfois, faillir... comme nous tous…

Mary Preud'homme

Rédigé par : [email protected] | 03 septembre 2019 à 06:52

Un peu d'honnêteté SVP :
Concernant "mamie Legay", je n'avais fait que reprendre les propos du procureur, lequel dans un premier temps avait mis hors de cause le policier.

Au sujet de Théo, je n'ai rien affirmé, contrairement à RM, me bornant à rappeler que cet homme a fini par reconnaître avoir menti lors de sa première audition, où il accusait le policier de lui avoir baissé son pantalon avant de le frapper. Pour le reste attendons le jugement avant de conclure à un viol, ce qui supposerait la préméditation, alors que la blessure accidentelle (dans le feu de l'action sachant que Théo se débattait comme un forcené) semble plus plausible.

Noblejoué

@ Xavier NEBOUT
"Il faut que vous alliez chez votre concessionnaire, car si vous avez pris ma suggestion de communication à l'Académie au sérieux, il est à craindre que vous ayez un écrou un peu desserré quelque part.
Ceci dit, consolez-vous, il y en a un dont le vice de fabrication est tel qu'il est bon pour la casse."

Je prends tout avec prudence : les gens ont des idées tellement saugrenues qu'il est difficile de déterminer ce qu'ils croient vraiment.
Le déni de réalité va loin : ne pas voir que dire "enc*lé" et pas autre chose signale que les homosexuels, enfin surtout ces pauvres passifs, sont discriminés, est déjà assez incroyable...

Déni de réalité pire... Certes, je n'aurais pas l'idée de déranger l'Académie, mais comme plein de gens croient aux complots divers et variés, juif, franc-maçon, et veulent contacter un tas de gens importants en croyant l'être, on ne sait jamais si on ne va pas tomber sur quelque personne de cette sorte dans une discussion.

Il ne faut préjuger de rien.

Nathalie Delachaîssay

Le miracle de l'écrit.

On pense duvent et on voit apparaître Jeanne Fusier-Gir !

Robert Marchenoir

@ Mary Preud'homme | 03 septembre 2019 à 00:28

Mary Preud'homme dans son tribalisme exacerbé, qui en appelle à Achille croyant que ce dernier s'en prenait à moi. Pour une fois, c'est un autre qui était visé : je ne suis pratiquement pas intervenu sur ce fil...

Si vous tenez tant à polémiquer façon cour de récréation, faites-le au moins sur la page où vous avez inauguré vos invectives idiotes, au lieu de défourailler au hasard.

Votre nouvelle intervention sur l'affaire Théo Luhaka montre que vous n'avez toujours pas dépassé le stade infantile et sectaire : Machin est-il avec ou contre moi ? est-il dans le bon ou le mauvais camp ? Notre société est déjà suffisamment farcie de petites filles écervelées, d'âge adulte et de tous sexes, pour qu'on n'aie pas à souffrir, en plus, des personnes âgées restées à ce stade.

Donc Théo, c'est votre ennemi, parce qu'il s'est opposé à la police, et que vous êtes l'amie de la police. Il s'ensuit que Théo a toujours tort, que ceux qui ne le couvrent pas complètement d'ordure sont eux-mêmes des ordures, et que la justice française devrait, dans cette affaire, suivre la sagesse toute en nuance qui est la vôtre.

Heureusement que vous êtes "anti-raciste". Moi je trouve que vous êtes l'image toute crachée du raciste, non seulement parce que votre tête de Turc, en l'occurrence, est un Noir, mais surtout parce que votre jugement moral est exclusivement à base tribale. Si Machin fait partie de ma tribu, alors c'est un gentil à défendre à tout prix, s'il n'en fait pas partie, alors c'est un monstre et aucune avanie ne lui sera épargnée.

Vous, votre tribu, c'est la police, donc Théo qui a créé des ennuis à la police mérite de se promener jusqu'à la fin de sa vie avec une poche en plastique sur le ventre, au lieu d'aller aux toilettes comme tout le monde.

Dans votre rage partisane et idolâtre des hommes en bleu, vous soulevez tout de même une bonne question -- mais vous n'y apportez aucune réponse, naturellement.

Vous prétendez que le policier qui a déchiré l'anus de Théo avec sa matraque ne faisait que suivre les instructions qu'on lui avait données lors de sa formation. Quelles instructions ? L'usage de la matraque en général, ou la frappe sur les fesses par la pointe ?

C'est précisément la question que je vous avais posée il y a trois siècles, lorsque Philippe Bilger avait consacré un billet à cette affaire : visiblement, le policier en cause a frappé d'estoc sur les fesses de la victime avec sa matraque, et visiblement c'est une méthode délibérée pour amener les interpellés à résipiscence. Il ne l'a pas inventée.

Cette méthode est-elle enseignée dans les écoles de police ? Ou est-ce simplement un truc professionnel qu'on s'échange entre praticiens ?

Dans le premier cas, ce serait l'institution elle-même qui serait coupable. Sans que cela exonère le policier, bien entendu. Car dans tous les cas, ce dernier est gravement en faute. Vous ne nous avez toujours par expliqué par quel raisonnement tordu le fait de frapper violemment sur les fesses d'une personne qui se débat, avec la pointe d'une matraque métallique, dans le sens de la longueur, ne serait pas un geste à proscrire absolument car extraordinairement dangereux.

Il est tout à fait manifeste que le risque est grand de déraper, de frapper au mauvais endroit et de déchirer l'anus de la personne. C'est bien ce qui s'est passé, et vos misérables diversions sur le pantalon baissé ou pas ne changent rien à l'affaire. Théo se serait-il promené cul nu, que rien ne justifiait de lui piquer les fesses avec une matraque.

Vous qui vous vantez de tout connaître à la police, et qui prétendez interdire à autrui de s'exprimer sur le sujet, vous avez été bien incapable, à l'époque, de répondre à ma question, pourtant fondamentale pour l'issue judiciaire de cette affaire : le policier a-t-il eu ce geste parce qu'on le lui avait appris ?

Vous n'y répondez pas davantage aujourd'hui -- pas plus qu'aucun média, à ma connaissance. Il est vrai que si la réponse était positive, cela mettrait en cause la responsabilité de la hiérarchie policière, que vous protégez encore plus jalousement que les agents de base, si c'était possible.

Au lieu de nous informer sur ce simple fait, si tant est que vous ayez la réponse, vous détournez la conversation au moyen d'un déluge d'attaques personnelles. Vieille méthode communiste, qui vous déshonore quel que soit votre bulletin de vote.

Avant d'avoir recours à cette ultime bassesse des débatteurs de mauvaise foi, vous avez déplacé la cage de buts à roulettes à plusieurs reprises, en tentant de changer le sujet sans y répondre. Car mon premier commentaire, celui qui a suscité votre ire, reprochait aux syndicats de policiers de ne pas révéler aux citoyens qui les emploient l'extraordinaire sur-représentation des immigrés dans la délinquance.

Absention qui contribue à pérenniser l'immigration de masse. Et à multiplier la présence de délinquants d'habitude, comme Théo et ses amis noirs. Délinquance à laquelle vous faites mine de vous opposer.

C'est à cet instant précis que vous avez commencé à me poursuivre en poussant de petits cris perçants.

Vous, "l'anti-raciste". Démontrant une fois de plus que, comme l'expliquait le sociologue noir Jules Monnerot, l'objectif de "l'anti-racisme" est d'interdire toute opposition à l'immigration de masse. Et non de faire régner je ne sais quelle moralité publique.

Noblejoué

@ Achille
"Une des grandes qualités de ce blog est sans doute la large liberté d’expression. Seuls les mots un peu crus sont modérés."

Je pense que c'est dans un souci d'élégance. Après tout, l'orthographe et diverses choses sont améliorées.

"Encore que pour le présent billet le terme « enc*lé » (je laisse à notre sympathique modératrice le soin de mettre les * au bon endroit) a été abondamment utilisé, commenté et décortiqué sous toutes les coutures. Mais il est vrai que le contexte s’y prêtait."

Ca prouve que la modératrice est intelligente et cohérente... La modération par des machines ou des gens pas au niveau donne des résultats idiots.
Avant de partir entre autres parce qu'il y avait une incroyable censure, je me riais avec d'autres de la modération assez stupide. Par exemple, si l'hôte parle d’Israël, censurer le terme juif est malcommode et ridicule. On peut dire peuple "élu", ayant subi la Shoah ou autre mais c'est agaçant. Bref, incohérent et obligeant à beaucoup de déchets.
Il y avait sa manie intempestive de défendre un gouvernement mondial, le fait que je dise que s'il devenait tyrannique, on ne pourrait jamais le renverser, tout pouvoir dedans, pas de pouvoir dehors égale pérennité durant autant que l'espèce ne m'attirait pas que des amis, remarquez c'était le bon temps, ici on m'a traité d'abyssale mauvaise foi, quand j'ai eu de sacrés problèmes pour une bonne foi exceptionnelle, dans la vie, enfin, de rendre le mal pour le bien, comploter et j'en passe. Mais cette histoire de gouvernement mondial me stressait, et je pense qu'il faudrait discréditer cette idée une bonne fois pour toute si c'était possible quoiqu'il y ait beaucoup plus d'idées revenant encore et encore, comme des zombies, que de gentils fantômes dans les manoirs anglais. Les idées les plus folles, Dieu unique tout-puissant qui serait gentil malgré la souffrance et la mort, sainte Gaïa qui justifie de faire des réfugiés de la conservation...

Je prends les idées au sérieux, surtout les folies religieuses : elles mènent le monde. Le gouvernement mondial est une idée qui pue la religion à plein nez, truc unique comme le dieu unique, idée d'Attali que ce soit à Jérusalem, la bonne idée, pour que trois religions concurrentes se tapent dessus d'un côté, et que ça ne signifie rien pour les hindouistes et autres shintoïstes...

Enfin, qu'on aime ou qu'on n'aime pas, les billets étaient évidemment intéressants, je ne me vois pas commenter n'importe quoi, la greffe est un art.

Sinon, un bémol sur la modération, ici. Je comprends évidemment qu'on modère les grossièretés, mais il se peut qu'on ne les place pas tout à fait pour rien... Mais bon, on ne va pas chipoter. D'autant qu'il pourrait y avoir un effet d'entraînement et de seuil. Mais est-ce que les mots comptent plus que l'effet bouc émissaire qui fait que l'un ou l'autre peut se retrouver accablé sans être pire que son voisin ou plus méchant que d'habitude ?

Bref, la censure est une casuistique, on pourrait imaginer les cas de conscience de différents censeurs pas forcément en politique, car là, c'est un peu trop évident...
De nos jours on appelle modération la censure, et d'un certain point de vue, c'est bien. La honte tombe sur ce qui est liberticide, non sur l'expression de la liberté. Puisqu'on parle de ceux qui aiment leurs semblables ou qui préfèrent le revers à la face des médailles, ce qui veut dire qu'il y a des gens qui vont par la porte étroite comme diraient les religieux... Puisque c'est le sujet, de nos jours beaucoup d'homosexuels ne se cachent plus alors que c'était "l'amour qui n'ose pas dire son nom" tandis que la censure se déguise, elle se réincarne en modération, on l'applaudit bien fort.

Il faut noter que la censure est plus douce qu'à une époque, on ne dresse plus de bûcher, on n'envoie plus en camp, en Occident... Mais elle est omniprésente: moins de civilité, plus d'interdits légaux. Pas plus présente que sous l'Ancien Régime, mais quand on pense que tout un mouvement de pensée s'était élevé contre, quel ressac !

Juifs, femmes, Noirs, homosexuels, handicapés et je dois en oublier, sont protégés. Cela part d'une bonne intention, mais la liberté décline... Et puis, cela n'aide pas les victimes potentielles, cela les isole et les désigne, ce qui peut vite être retourné contre elles. Et puis, cela augmente la concurrence des victimes.

"Le seul inconvénient de cette liberté accordée aux intervenants est qu’elle ne fait pas le tri du bon grain et de l’ivraie, donnant ainsi la possibilité à des individus en crise de mal-être de venir semer la perturbation dans les échanges.
Nous avons ici un individu qui tape l’incruste, tient des propos qui n’apportent rien au débat, et n’a d’autre but que de nous infliger ses petites crises narcissiques.
C’est pénible mais c’est aussi ça la liberté d’expression."

C'est comme le calcul de pénibilité, les avis divergent... Pour moi, le pire est qu'on ait osé me traiter de raciste, d'abyssale mauvaise foi ou, le blabla était diffus, mais de rendre le mal pour le bien et de faire je ne sais quel complot... Il est bien évident que je n'ai rien laissé passer, bien évident que je ne pardonne jamais rien non plus.
Chacun sa notion de contre-nature, en fait tout existe dans la nature, c'est comme l'Histoire, et que je te l'embrigade, la nature mais il y a de tout, dans la nature, sauf le prochain lapin crétin !

Les seules fois où j'ai pardonné à des gens, ils s'étaient excusés et m'avaient rendu des services après. En somme, je ne m'attendais pas à un revirement de leur part.
Ici non plus. Mais là, il est IMPOSSIBLE que cela arrive, parce qu'il n'y a jamais eu d'amitié au départ... Les gens sont moins taraudés par leur conscience que désireux de rétablir un lien, le sens de la justice de la plupart est très déficient.

Ils s'excitent sur le moindre petit délinquant mais excusent qu'on déloge les Indiens et veulent l'impunité pour Polanski, entre autres exemples. Cela veut dire que si la foudre tombe à côté d'eux, elle est un spectacle, s'ils risquent qu'on leur prenne leur portable, c'est un drame cosmique, mais que si des Indiens doivent partir parce qu'on exploite LEUR forêt ou que des Africains sont délogés parce qu'on montre LEURS animaux aux touristes, c'est hautement recommandable... Et les anti-racistes ne trouvent rien à redire, preuve qu'ils ne valent pas les activistes gay à qui il arrive de parler de ce qui se passe à l'international. On a vraiment les militants qu'on peut, les indigènes sont mal, très mal partis.

On pourra dire que ma popularité est mal partie sur ce blog, car cela a été étudié, les gens préfèrent encore les transgresseurs aux rancuniers. Pourquoi ? Mieux vaut une injustice qu'un désordre, qui rappelle ce que sont les gens : de méchants vauriens, n'est pas le bienvenu.

Mais je ne vais pas m'abaisser à ignorer mon bon droit. Ceux qui le font s'imaginent qu'ils vont gagner des points de vie, pardon, des mérites, pour aller au paradis. Ou alors ils veulent être populaires. Ou les deux... Et à partir de là, pourraient parfois oser se mêler de vous faire, eux, vos débiteurs en honneur, de la morale.
Tout ce que peut m'imputer, faux et qui sait, par hasard, vrai, quelqu'un qui est en tort avec moi est une offense s'ajoutant aux autres, tout ce que vous doit et se doit un agresseur est de s'excuser et de rendre service, pas de faire l’intéressant avec vous. Non, vous imaginez le voleur la ramener sur la lenteur de la justice ? Le violeur sur la puanteur du parfum de sa victime ? Donc, les gens feraient bien de savoir se tenir, plus ils débordent, plus je me sers d'eux pour montrer ce qu'est la nature humaine, et surtout la leur, loin de leurs bêtes noires personnelles.

Enfin, tout ça dans le cas improbable où les gens se reconnaissent... Si oui, s'ils sont capables de voir qu'ils sont en tort mais trop fiers pour s’excuser ça doit faire mal. Tant mieux ! Mais j'en doute, les gens sont ce qu'ils font, il ne faut pas leur supposer plus que leurs actes. .. Enfin, ce que j'écris peut servir à d'autres.
Alors je parle en vérité à tout le monde, mais je n'oublie pas qu'on a osé m'offenser, je sais, les gens s'en fichent, mais l'impunité ne passera pas par moi, l'oubli de l'honneur non plus.

Les gens qui pardonnent, je l'ai déjà dit, font la morale, mais sont, en vérité, intéressés. Je ne vois qu'une exception, les gens sans calcul. Exemple, parce qu'ils aiment, ou tout ce qui y ressemble, vraiment comme tant prétendent le faire, inconditionnellement. Face à des gens qui vous donnent ainsi, non par bassesse, mais par grandeur, il faut redoubler des précautions qu'on aurait pour les apeurés... Il faut être sincère s'ils risquent de deviner quand on ne l'est pas, d'un autre côté, ne pas les blesser avec son pessimisme... Il faut être, impossible, aussi suaves qu'eux... Les gens sans calcul parce qu'ils ont une autre plénitude, par exemple, imaginons, parce qu'ils ont réalisé leur rêve. Mais "curieusement", eux ne battent pas le tambour pour le pardon comme je l'ai souvent vu faire par des gens qui auraient bien besoin qu'on leur pardonne, à eux.
Ils prétendront que les autres aussi, si tu n'as pas offensé le voisin, alors Dieu, loi sur le blasphème, ou la société dont tu t'abstrais pour te droguer. Mais enfin, fais comme tout le monde, écrase des gens par surprise, rampe devant qui te l'auras fait à toi-même, dans un cas, on dira que tu défends une idée, l'ordre, ou allez savoir, et dans l'autre, que tu es humble ou que tu pardonnes, ce n'est pas bien sorcier.

Discuter avec tout le monde en vérité, d'accord, renier ses droits, non. Les salons bourgeois où les gens font semblant de rien quand ils ne s'aiment pas forcément beaucoup est un bon compromis.

Mais comme ici, beaucoup défendent l'impunité, il faut bien que j'aille contre. Je ne trouve pas séant de laisser des gens être ravalés injustement même s'ils ne pourront rien pour moi, jamais, et d'autant qu'ils subissent beaucoup, peuples chassés de chez eux, homosexuels et plus encore drogués persécutés pour se servir de leur corps à leur guise. Et je ne trouve pas digne, certes pour moins dramatique, de laisser des gens oser s'en prendre à moi injustement sans essayer de les vaincre comme ils devraient l'être si le dieu des armées était du côté du bon droit et l'affrontement passé, de laisser croire que j'excuse les calomnies. Et puis, j'avoue passer mes nerfs sur des gens dans leur tort comme eux l'ont fait sur des gens dans leur droit, ce qui est une position absolument inattaquable, moralement parlant.

sbriglia

"« duvent allongée nue sur un sofa », une peinture de Clovis Trouille exposée au Musée de Montmartre."
Rédigé par : Nathalie Delachaîssay | 03 septembre 2019 à 10:12

Notre chère modératrice a bien fait de laisser passer cette bassesse…

Pour deux raisons :

- la première est qu'un tel message révèle qu'il n'y a qu'un homme pour être aussi misérable à l'égard d'une femme…

- la deuxième que ce pauvre Zonzon, qui signe ainsi ses déjections, a de véritables troubles de la personnalité pour, sous couvert de pseudos féminins, lever la patte à tout-va.

Et que s’il a le même transformisme équivoque que Pierre Loti, il est loin d’en avoir le talent.

Robert

Monsieur Bilger, vous me permettrez de citer Causeur pour la mésaventure commerciale qu'il vient de connaître du fait des algorithmes de Facebook. Chacun ne manquera pas de faire sourire, voire rigoler franchement, vos commentateurs(-trices) devant les capacités de l'intelligence dite cette fois à juste raison "artificielle"...

A voir ici : https://www.causeur.fr/causeur-censure-par-les-gafa-165212

A la vision de cette image interdite par Facebook, un seul mot m'est venu à l'esprit : homonculus (voir l'interprétation qu'en fait Wiki : https://fr.wikipedia.org/wiki/Homunculus_(Fullmetal_Alchemist)) que, pour rester dans le ton de ce billet j'aurais été tenté d'écrire : homo(*n)culus !

Notre civilisation est tellement avancée qu'elle fait de nous de simples homoncules parfaitement décérébrés.

Nathalie Delachaîssay

@ Lucile la Politique

Chère,

On se plaint de tous côtés de Votre Moloche ! Le moment est peut-être venu de la piquer !

Vous ne voulez pas nous refaire le coup de Céline et de Bessy ?

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS