« Macron-Sarkozy : l'habileté de l'un, la vanité de l'autre... | Accueil | Le président veut changer de méthode ! »

20 août 2019

Commentaires

Noblejoué

@ Catherine JACOB
"…celui qui aime la beauté humaine sera favorablement et équitablement disposé envers les deux sexes, au lieu de supposer que les hommes et les femmes diffèrent sous le rapport de l’amour comme sous celui du vêtement"

Cette bienveillance est souvent avérée, pas toujours, car certaines personnes sont remplies de préjugés envers l'un ou l'autre sexe.
Mais souvent vraie. La beauté apaise et stimule, comme la vue de l'aube.

L'amour qui fait que le plus vieux apprend au plus jeune a des avantages évidents, investissement dans l'apprentissage important des deux côtés, des inconvénients évidents, si cela tourne à l'exploitation du plus jeune et du faible comme on le juge à mon avis à juste titre pour la pédophilie aujourd'hui.
Il faut penser la société de l'époque et chacun de ses acteurs; évidemment, comparer deux sociétés avec ce type de rapport est éclairant.

"En revanche, vous avez avec Avalon, le présumé royaume de la fée Morgane, un lieu d’initiation, de science et d’immortalité à la fois, dont la pomme est l’emblème."

Quel tiercé ! Et il faut bien avouer que rien ne fait plus rêver que les légendes arthuriennes et la musique celte, de toutes façons.
Apollon peut sembler faire pâle figure face à cela, mais Apollon en inspirant, permet aux Hommes de se recréer en recréant le monde, comment il initie ceux qui cherchent la création en dehors des rites et des mythes... Comment il est le soleil de l'esprit humain, et qu'il brille pour tout le monde.
L'épisode du faune déchiqueté pourrait être reconverti en prise de conscience déchirante d'une infériorité, les gens qui se refusent à Apollon, ceux qui se ferment à l'inspiration. Parce qu'elle fait peur vu qu'elle transforme. L'amour extrême ou le refus d'Apollon pourrait être vu sous ce prisme. En somme, il est plus proche de Dionysos qu'on le dit. Mieux vaut se tourner vers les muses si on cherche de la douceur... Apollon est furieusement raisonnable, être déraisonnablement fuyant ou épris de lui ne va pas, il faut être comme lui sans bien sûr rivaliser avec lui. Les artistes, les archets, Auguste ont un but, comme Apollon, alors, ils sont en harmonie avec lui.

Plutarque a eu bien raison de revaloriser l'amour physique, le mariage et les femmes, les autres pas eu tort de valoriser l'homosexualité et de se méfier des passions.
Tout est vrai... De même qu'il y a des asexuels, tout le monde n'est peut-être pas fait pour aimer et être aimé, quel que soit l'amour dont on parle.
C'est difficile à dire, il se peut qu'on n'ait pas trouvé la bonne personne, ou qu'elle ne vous ait pas trouvé. Etre asexuel est facile à voir, on est soustrait à un instinct.

Etre amoureux est plus difficile à voir quand on n'a pas envie de l'être. L'amour rend dépendant de l'autre, aimer c'est tendre le défaut de son armure à l'autre comme un dragon suicidaire pourrait le faire à un chevalier.
L'amour transforme, cela peut être en bien comme on le dit beaucoup dans le texte, mais enfin, l'amour rend jaloux, c'est si vrai que des gens s'aperçoivent qu'ils aiment parce qu'ils sont jaloux... Alors, l'amour les a-t-il transformés en bien ? On peut en douter.

En somme l'amour rend meilleur ou pire comme dans Docteur Jekyll and Mister Hyde de Stevenson.
A un moment du roman, il est dit que si le docteur avait pris son filtre non dans l'idée de tout se permettre mais de s'améliorer, il serait devenu meilleur et non pire... C'est mon hypothèse avec l'amour et d'ailleurs tout, il est ce que l'on est devenu parfois sans le savoir.
+
Ce que l'autre inspire.
Et la manière dont il reçoit votre amour.

Je comprends qu'on associe l'amour, la lumière et la vie éternelle, car c'est ce qu'on ressent avec l'être aimé dans le meilleur des cas : une renaissance.
Ce qui ne veut pas dire qu'il y ait vraiment une éternité quelque part.
Non plus qu'une expérience, rituelle ou non, n'est une certitude de vie éternelle.

Mais de quoi est-on sûr, absolument ? Même pas de penser... Quelqu'un pense : je pourrais être le rêve, l'illusion, de quelqu'un d'autre.

Dans un monde d'incertitude, on agit selon ses expériences existentielles, sa vérité, quoiqu'à vrai dire, d'autres en aient l'analogue.
Donc, si quelqu'un a eu une expérience mystique, il est normal qu'il tende à la renouveler, de même, quelqu'un qui aime tend à rester avec l'être aimé. Enfin, si cela n'a pas été traumatisant mis à part le cas spécial de ceux qui recherchent à revivre des catastrophes.

Savoir le plus de choses possible sur ces choses et d'autres peut aider à comprendre la nature humaine, et ses proches ou soi au cas où elles surviennent.

Je pense que celui qui cherche une sorte de dépassement peut trouver quelque chose, en soi ou hors de soi ou les deux, comment savoir ?
S'il y a un dieu, il l'adopte, s'il y a deux aspects de sa personnalité, elles se scindent et dialoguent, dans tous les cas, il y a renouvellement de l'être. C'est imaginaire ou pas, impossible de trancher.
En tout cas créateur.

Et quand on aime, on aime la personne, celle qu'on imagine qu'elle est ou les deux ? Au départ, l'image, forcément, si la personne a la bonté de prévenir qu'on l'idéalise, sa franchise donc sa personne.
De toute façon, si quelqu'un vous inspire et vous pousse vers le meilleur sans se départir d'humour, n'est-ce pas déjà quelqu'un de merveilleux ? Par peur de décevoir ou sens du mystère, celui qu'elle entretient donne de plus une dimension fantastique à la vie.

Il y a des gens qui inspirent autour d'eux en devinant les autres et en les poussant, si seulement ils le veulent, à mieux. Entre supposer qu'ils existent et en rencontrer un, il y a la différence entre supposer le boson de Higgs et le découvrir.
Cette espèce d'amour pour les autres, pour les recréer comme ils veulent l'être, d'une manière si désintéressée, ou intéressée par l'autre et son devenir, est fascinante. La pénétration et le tact qui va avec aussi, deviner presque tout et accoucher l'autre du reste aussi. Finalement, ce serait à soi d'avoir peur de ne pas être à la hauteur de l'autre mais comme l'angoisse est un obstacle, il est déconseillé d'y penser.

Tout le monde n'est pas Persée, mais il inspire:

http://www.musee-rodin.fr/fr/collections/sculptures/persee-et-meduse

Catherine JACOB

@ Noblejoué | 25 août 2019 à 07:04
« Si je devais en appeler à d'autres qu'aux humains vivants ou aux écrits, et abstraction faite des intelligences artificielles à venir, Toutânkhamon ne serait pas mon premier choix. Alors qui ? »

S’agissant d’Apollon, je ne crois pas que l’île de Delos dans les Cyclades habitées de façon permanente depuis au moins le Ve millénaire av. J.-C. et à la « civilisation dite cycladique » aux si intéressantes idoles de marbre présumées représenter des déesses de la fertilité et île encore appelée Lagia (l'« île aux lièvres »); Ortygie (l'« île aux cailles ») ; Prypile (« porte de feu ») ; Cynthère (l'« île de Cynthia » du nom carien d'Artémis) ou encore Pélasgie (l'« île des Pélasges ») ait été considérée comme une « Terre d’immortalité ».

Cela dit, ça se discute.

On peut davantage penser avec l’île cycladique de Délos, à un rapport avec ce qu’on appelle les « huttes d’accouchement » dont par exc. ce lieu, et qui se retrouvent également dans des îles du Pacifique.

En revanche, vous avez avec Avalon, le présumé royaume de la fée Morgane, un lieu d’initiation, de science et d’immortalité à la fois, dont la pomme est l’emblème.

« Que ce soit sous la forme Avalon, Avallon, Avallach ou Afallach, le nom est fondé sur la désignation de la pomme et du pommier.

En effet, « pomme » (provenant, en français et dans les langues romanes, du latin pōmum, le fruit à noyau ou à pépin, la pomme que nous connaissons sous ce nom, se disant alors mālum, un terme qu’on rattache à malus via un probable tabou alimentaire), se dit aval ou afal en brittonique (breton, gallois) et aballos en gaulois. Le terme anglais apple, l'allemand Apfel, le néerlandais appel, le luxembourgeois appel, le danois aebel, le suédois äppel, le finois ëppel, le norvégien eple et l'islandais epli participent de cette même étymologie. Même dans l'esprit de Geoffroy de Monmouth, le nom devait désigner un endroit remarquable par ses pommiers, puisque qu'il l'identifie à l’insula pomorum (île aux fruits).». - Wiki modifié -
Dans le conte, ou la légende japonaise de Momotarō (桃太郎), le "Garçon à la pêche", ce dernier est venu au monde dans une pêche - ou selon les versions, un melon ou une pastèque - qui roulait vers l'aval de la rivière et fut ramassée par une lavandière qui se réjouissait déjà devant cette aubaine, à l'idée de la déguster.

En pensant par ailleurs à l'expression « fruit des entrailles », je me demande s’il ne s’agissait pas avec malus d’interdire la consommation du fœtus lors des sacrifices à Tellus, la terre en tant que divinité nourricière, de femelles pleines. Mais bon, c’est juste une idée en passant.
----------------

En complément à Catherine JACOB | 23 août 2019 à 09:08 @ Noblejoué
A propos de : « me fait penser que chez ces populations qui voient des esprits de la nature (Kami) un peu partout, à une divinisation en quelque sorte, d’un paratonnerre primitif, lequel pourtant, est censé n’avoir été inventé que bien plus tard, par Benjamin Franklin, à Philadelphie dont le toponyme signifierait non pas « qui aime – phila – les dauphins – delphis (δελφίς) » mais « amitié – philia – fraternelle – Delphos » sur le modèle d’ une antique ville de Lydie en Asie mineure.
Cela dit, « frère » se dit en grec plutôt Adephros (αδερφός) de sonorité proche donc, mais bon. »

Je viens de voir en consultant la page d’infos wiki de présentation d’Akie Abe (安倍 昭恵), l’épouse de Shinzō Abe (安倍 晋三) le participant japonais au G7 2019 à Biarritz, qu’elle était un soutien des minorités sexuelles et de la communauté LGBT japonaise.

En cliquant sur le lien indiqué, j’ai lu qu’ « un type de relation, qualifiée d'« accord fraternel » développait, dans l'idéal, un lien indéfectible d'amitié, dans une correspondance étonnante avec ce que les Grecs de l’Antiquité nommaient ‘pédérastie’ entre un Eromène et son initiateur, pratique dont Plutarque disait: …celui qui aime la beauté humaine sera favorablement et équitablement disposé envers les deux sexes, au lieu de supposer que les hommes et les femmes diffèrent sous le rapport de l’amour comme sous celui du vêtement », puisque « durant cette période pendant laquelle le partenaire le plus âgé, nenja, enseignait au plus jeune, le wakashū les arts martiaux, l'étiquette du guerrier et le code d'honneur des samouraïs, les rapports avec des femmes n'étaient déconseillés à aucun des deux partenaires. ». D’où je me suis posé des questions quant au rédacteur initial de l’article sur « Philadelphie » et son erreur étymologique.

En ce qui concerne les théories des philosophes grecs sur l’amour on peut compléter la remarque de l’historien Plutarque par la mention de cet article : Remarques sur l'érotique de Plutarque et sa réhabilitation de l'amour conjugal

Noblejoué

@ Catherine JACOB

Je ne sais pas si vous faites de l'humour ou pas, et cela ne va pas me tourmenter. Si je devais en appeler à d'autres qu'aux humains vivants ou aux écrits, et abstraction faite des intelligences artificielles à venir, Toutânkhamon ne serait pas mon premier choix. Alors qui ?

http://www.dictionnaire-mythologie.com/apollon.html

Catherine JACOB

@ Noblejoué | 24 août 2019 à 12:38
"Enfin si, je peux vous demander des compléments d'informations sur les terres d'immortalité, et vous en parler si vous voulez !"

Demandez plutôt à Toutânkhamon le pharaon maudit dont l'exposition du mobilier funéraire doit être pleine d'enseignements sur ce sujet.

Noblejoué

@ Catherine JACOB

Eh bien, mon personnage de pseudo-dragon me fait passer de personnages insaisissables à d'autres. Intéressant.
Encore plus le façonnage de terre d'immortalité.

"« Mais je pensais plutôt à ça »
Si vous pensez Yōkai mais écrivez Hokai… je ne peux rien pour vous."

L'orthographe, la distraction... Je ne vous demande pas de pouvoir faire quelque chose pour moi, je ne le peux pas moi-même.
Enfin si, je peux vous demander des compléments d'informations sur les terres d'immortalité, et vous en parler si vous voulez !

Catherine JACOB

@ Noblejoué | 23 août 2019 à 17:41

Dans votre récit annamite, le dragon qui dispute avec un tigre, joue avec une perle.

Sur chine.information , ce n’est pas un tigre l’interlocuteur du dragon, mais son voisin, le phénix. Le Dragon, comme de juste, était un Dragon couleur de jade argenté résidant dans une grotte située à l’est et le phénix d’or multicolore dans un bois touffu à l’ouest, ce qui est moins habituel vu que pour le FengSui, le phénix réside au sud dans un marécage et est réputé de couleur rouge. Cela étant, cet oiseau nage bien dans l’eau et on peut préciser accessoirement qu’il est le symbole de l’impératrice de Chine tandis que le Dragon est celui de l’empereur.

Quoi qu’il en soit, nos deux acolytes découvrent un beau matin une île enchantée où se trouvait une pierre précieuse qui les éblouit et, désertant leurs demeures respectives, ils s’installent sur l’île où « le Dragon se servant de ses pattes et le Phénix de son bec, jour après jour, année après année, ils travaillent la pierre en sorte que peu à peu prit forme une perle brillante. » dit le conte.

On est tenté d’identifier cette île avec l’une de ces «Terres d'immortalité », genre de paradis qui se retrouvera également figuré dans le jardin japonais.

Bref, tout comme le dragon occidental, le dragon de jade et le phénix d’or multicolore installés sur leur île, gardent jour et nuit leur trésor.
Par ex. dans le mythe de la Toison d’Or, Phrixos fils d’une nymphe des nuages et du roi de Béotie, fuyant en compagnie de sa sœur leur belle-mère Ino, la fille de Cadmos, héros sauroctone et légendaire fondateur de la Thèbes grecque crédité de l’introduction de l’alphabet phénicien, il immole un bélier ailé à Zeus et fait cadeau de sa toison au roi Éétès fils d’Hélios et d’une Océanide, lequel la suspend à un chêne et la fait garder par un dragon et des hommes armés. On peut présumer le chêne prophétique, je pense.

Dans le cycle de Sigurd de la mythologie scandinave, c’est après avoir pris la forme d’un Dragon que Fáfnir l’un des trois fils du roi des nains qui voulait pour lui tout seul l’or du rachat (qui met un terme à la faide)">https://fr.wikipedia.org/wiki/Faide">faide) du meurtre de l’un de ses deux frères, Ótr qui, voyageant sous la forme d’une loutre avait été tué d’une pierre par Loki, alors qu’il se délectait d’un saumon. Dans cet or se trouvait un anneau, le fameux anneau cause de la malédiction prononcée ensuite sur cet or.

L’or maudit sera donc gardé par Fáfnir métamorphosé en Dragon, lequel dragon sera ensuite, à l’instigation du troisième frère, tué par son fils adoptif Sigurd. Ce dernier ayant goûté le sang du dragon comprend alors le langage des oiseaux et c’est, à mon sens, le moment essentiel, si l’on songe que dans le mythe oriental, le dragon et sa perle sont symboles de sagesse, ou plutôt de savoir ai-je envie de dire car on chercherait vainement une quelconque sagesse dans cette histoire. C’est ce savoir qui est en réalité donc, objet de convoitise et si l’on songe que le Dragon de jade et son acolyte le Phénix d’or façonnent leur perle dans tous les sens, on est tenté de penser à la métallurgie. Or, le dragon, la métallurgie, l’écriture des trigrammes et l’architecture de l’habitat se retrouvent avec Fuxi ou Fu Hsi (伏羲 - 伏犧), l’un des « Trois Augustes » que l’iconographie chinoise du XIIIe siècle ap. J.-C. représente vêtu d’une peau de léopard. Ce personnage est réputé avoir vécu avant 2070 av. J.-C. Quant à l’écriture chinoise elle-même, on la devrait à Cāngjié (倉頡) selon la tradition chinoise un ministre de l’Empereur jaune (c. 2750 av. J.-C.), que l’iconographie représente doté du don de double vue et vêtu d’une collerette de feuilles qui n’est pas sans rappeler cette fameuse feuille qui, à l’endroit de l’épaule… empêcha le sang du Dragon d’imprégner totalement Siegfried et en fit son talon d’Achille… !
Pour en revenir au récit chinois, c’est de la convoitise de la Grande Reine de l’Occident que la fameuse perle est l’objet.

Ce personnage est Xiwangmu (西王母=Xi Wangmu, Hsi Wang Mu) qui dans l’iconographie peut porter une peau de léopard et « être accompagnée de l'oiseau bleu, d’un tigre blanc (symbole de l’Ouest dans le FengSui), d’un renard à neuf queues (autre créature fantastique du Livre des monts et des mers) ou d’un lièvre qui rappelle la lune où Chang’E (嫦娥) s’envola grâce aux herbes d’immortalité ».

Enfin, le dragon et sa perle, se retrouvent également, qui plus est dans une forme cyclique, symbole donc du temps, celui qui passe, pas seulement le temps météorologique, en Occident.
- Précisions: la réflexion qui précède ainsi que cette infographie me sont personnelles même si les infos viennent nécessairement de diverses sources accessibles à tout un chacun.

« Mais je pensais plutôt à ça »
Si vous pensez Yōkai mais écrivez Hokai… je ne peux rien pour vous.

Trekker

@ aristide | 23 août 2019 à 19:59
"Certes je n'ai pas évoqué les architectes qui vivaient alors sans règles et n'étaient de ce fait pas réglementés"

Désolé les architectes sont une profession réglementée, et qui est régie par un ordre professionnel. Celui-ci fort sourcilleux de ses prérogatives a créé en son sein une « sous-catégorie » d’architectes, dans laquelle sont admis les non diplômés d’école d’architecture : ingénieurs en béton armé, et autres ingénieurs du secteur BTP.

Mais cette catégorie d’architectes, appelée encore récemment « agréé en architecture », a des prérogatives plus limitées que les architectes diplômés d’une école d’architecture : entre autres la surface limitée des bâtiments qu’ils peuvent concevoir.

Il y a une dizaine d’années il était question de fusionner ces deux catégories, et donc qu’elles aient des prérogatives similaires. Je ne sais si cette réforme a abouti, car leur ordre y était farouchement opposé ou du moins ses dirigeants.

Mais leur conservatisme fut allègrement contourné, cela avec la création des marchés globaux de maîtrise d’oeuvre et d’ouvrage, fin des années 90 ou début 2000. Tous les majors du BTP se sont alors engouffrés dans cette brèche, via leurs bureaux d’études intégrés.

Un des rares monopoles qu'il leur reste, c’est de disposer statutairement de la moitié des postes d’administrateurs de la CIPAV !

Attention, ne pas confondre les positions des dirigeants des professions réglementées avec celles de leurs adhérents. Même si la réforme de Macron est lourde de conséquences fâcheuses, quasiment la majorité de leurs dirigeants se battent avant tout pour conserver leurs prés carrés souvent fort juteux…

aristide

@ Trekker | 23 août 2019 à 15:09

Je vous remercie pour votre réponse.

En ce qui concerne la CIPAV je n'ai pas parlé de caisses boiteuses. Certes je n'ai pas évoqué les architectes qui vivaient alors sans règles et n'étaient de ce fait pas réglementés. Je n'ai fait que citer Wikipédia
pour ne pas créer de confusions.

Les avocats, les médecins et les autres professions réglementées n'acceptent pas la macronisation de leurs caisses de retraites.

Comme l'expose boureau sur un autre billet de P. Bilger Macron explose en ce moment en plein vol. Un fou !

Noblejoué

@ Catherine JACOB

Pauvre tigre qu'on prend pour un dragon ! On ne prête qu'aux riches, le dragon est si prestigieux... Vu que les gens tiennent à leur identité, il risque de ne pas être content.

Ou content, il semble que souvent, dans la rivalité dragon-tigre, le dragon sorte vainqueur, ainsi :

https://www.histoires-de-monstre.fr/dispute-entre-tigre-dragon/

En va-t-il de même au Japon ? Que pense-t-on du tigre au Japon ? Existe-t-il beaucoup de mythes sur mon dragon qui est un tigre ?

"Enfin, concernant votre demande en rapport avec les Hokai, voulez-vous dire Hōkai-Ji (宝戒寺) le Ji (= temple) du précieux (Hō=宝) śīla (Kai = 戒), autrement dit « de la haute Vertu » ?"

Je viens de faire un tour sur Internet là-dessus, et ça a l'air intéressant, donc pourquoi se priver d'en savoir davantage ?
Mais je pensais plutôt à ça :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Y%C5%8Dkai

Je me demandais leur nature exacte, si on peut parler d'exactitude là-dedans, et leurs liens éventuels avec dieux, dragons et autres tigres mythiques.

Trekker

@ aristide | 23 août 2019 à 11:56

Merci pour cet exposé détaillé et notamment historique concernant la CIPAV et la CNAVPL, mais vous ne répondez toujours pas au sujet des errements de la CIPAV. Ceux-ci ont été dénoncés en deux fois par la Cour des comptes, ainsi que ses multiples contentieux et condamnations devant les TASS.

Lorsque l'Etat a crée la branche auto-entrepreneurs (ex-micro-entreprises), par exemple il s'est débarrassé de chômeurs longue durée en les incitant à créer leurs entreprises d'où la pagaille dans la gestion de cette branche mouvante...

Bien d’accord avec vous, et on peut dire un grand MERCI à Nicolas Sarkozy pour avoir créé ce statut au rabais. Certes la CIPAV ne voulait pas dans un premier temps les accepter en son sein, mais ayant joué la caisse balai depuis près de quinze ans pour X professions libérales, entre autre les prostituées, il lui était difficile de refuser les auto-entrepreneurs.

Le gag dans cette histoire, le Président de la CIPAV qui disait pis que pendre sur ces auto-entrepreneurs. En tant qu’architecte il en employait trois à temps complet dans son cabinet, et celui-ci ne comptait que deux ou trois authentiques salariés !

Deux faits traduisent bien le copinage évoqué dans mon précédent commentaire, et pour la CIPAV :

Les architectes ne représentent plus qu’environ 15 % des adhérents de la CIPAV (hors auto-entrepreneurs), et statutairement ils détiennent toujours la moitié des postes d’administrateurs !

Après le premier rapport de la Cour des comptes en 2015, la CIPAV afin de donner des gages de bonne volonté recruta un nouveau directeur. Celui-ci était juste avant directeur de la CNAVPL, chargé dans ses précédentes fonctions de veiller entre autres au bon fonctionnement de la CIPAV, il n’avait alors rien vu de ces dysfonctionnements dénoncés par la Cour des comptes !

Que l'Etat laisse les caisses de professions libérales réglementées s’autogérer

A condition qu’il exerce un droit de regard sur celle-ci, et ait le courage de sanctionner les défaillances de certaines.

En un mot, que l'Etat gère ses propres erreurs et harmonise en premier lieu la durée et le montant des cotisations puis le calcul des retraites sur la même base pour tous y compris les fonctionnaires...

Totalement d’accord avec vous.

Nathalie Delachaîssay

@ Deviro le 22 août à 16 h 01
« Je n'étais pas né. »

Gaffe l'agneau !

aristide

@ Trekker | 23 août 2019 à 00:04

CIPAV

La Cipav ou Caisse interprofessionnelle de prévoyance et d'assurance vieillesse des professions libérales est une caisse de retraite et de prévoyance en France. C'est une section inter-professionnelle de la Caisse nationale d'assurance vieillesse des professions libérales (CNAVPL) regroupant les métiers qui ne sont pas attachés à une autre section. La caisse regroupe également les auto-entrepreneurs.
La CIPAV a été constituée en 1977 par le regroupement de la CAVITEC (ingénieurs, experts et conseils) et de la CAAVA (architectes). Elle a ensuite accueilli les nouvelles professions apparaissant, sans pour autant modifier son mode de gestion, plus particulièrement son conseil d'administration
Ses moyens de gestion sont partagés avec d'autres sections de la CNAVPL : CAVOM (officiers ministériels), CAVEC (experts comptables et commissaires aux comptes) et l'IRCEC (enseignement et création).

CNAVPL

A travers ses missions en matière de retraites des professionnels libéraux, la CNAVPL regroupe en 2016 plus de 643 000 cotisants, 277 400 retraités et 45 000 conjoints survivants, hors auto-entrepreneurs. La CNAVPL est administrée par les présidents des 10 caisses de retraite professionnelles (dénommées « sections professionnelles), élus par leurs pairs, et de 6 représentants des organisations syndicales interprofessionnelles des professions libérales. Le (la) président(e) de la CNAVPL est élu(e) pour un mandat de deux ans, reconductible deux fois. La CNAVPL est membre du Groupement d’intérêt public Union-Retraite (GIP UR).

Précision : la Caisse nationale des barreaux français (CNBF), l’organisme de retraite des avocats, est indépendante de l’Organisation autonome d’assurance vieillesse des professions libérales. Elle ne constitue pas une section professionnelle de la CNAVPL.

La Caisse nationale d’assurance vieillesse des professions libérales fédère les dix caisses de retraite des professions libérales suivantes :
⦁ CARCDSF : Caisse autonome de retraite des chirurgiens-dentistes et des sages-femmes,
. CARMF: Caisse autonome de retraite des médecins de France,
. CARPIMKO: Caisse autonome de retraite et de prévoyance des infirmiers, masseurs-kinésithérapeutes, pédicures-podologues, orthophonistes et orthoptistes,
⦁ CARPV : Caisse autonome de retraites et de prévoyance des vétérinaires,
⦁ CAVAMAC : Caisse d'allocation vieillesse des agents généraux et des mandataires non salariés de l'assurance et de la capitalisation,
. CAVEC : Caisse d'assurance vieillesse des experts-comptables et des commissaires aux comptes,
⦁ CAVOM : Caisse d’assurance vieillesse des officiers ministériels, des officiers publics et des compagnies judiciaires,
. CAVP : Caisse d'assurance vieillesse des pharmaciens,
. CIPAV : Caisse interprofessionnelle de prévoyance et d'assurance vieillesse. La CIPAV comprend notamment les architectes, agréés en architecture, ingénieurs, techniciens, géomètres, experts, conseils, consultants, etc.,
. CPRN : Caisse de prévoyance et de retraite des notaires.
(source Wikipédia)

-----------

Le malheur c'est que l'Etat dans son incapacité à gérer certains problèmes économiques a incorporé certains secteurs, dits libéraux, dans la gestion de la CIPAV.

Un certain nombre de caisses fonctionnent parfaitement, tandis que d'autres sont boiteuses.

Lorsque l'Etat a crée la branche auto-entrepreneurs (ex-micro-entreprises), par exemple il s'est débarrassé de chômeurs longue durée en les incitant à créer leurs entreprises d'où la pagaille dans la gestion de cette branche mouvante, sans oublier les catastrophes de manque de technicité de ces auto-entrepreneurs plombiers, électriciens et autres travailleurs ordinairement salariés sous les ordres de personnels qualifiés compétents.

Que l'Etat laisse les caisses de professions libérales réglementées s'autogérer, et qu'il prenne à sa charge les caisses de fausses entreprises libérales qu'il a autorisé à exercer.

En un mot, que l'Etat gère ses propres erreurs et harmonise en premier lieu la durée et le montant des cotisations puis le calcul des retraites sur la même base pour tous y compris les fonctionnaires.

Mais il n'est pas question que Macron pille l'argent des caisses des professions réglementées pour régulariser ses erreurs de gestion lors de la crise des Gilets jaunes ou l'abolition de la taxe d'habitation et ses folies de subventions à tout-va. C'est un fils à papa gaspilleur et papa lui dit non, ça suffit !

Catherine JACOB

@ Noblejoué | 22 août 2019 à 17:36
« Je vous demande des renseignements, en l’occurrence le plus de renseignements possibles sur cette créature: https://web-japan.org/nipponia/nipponia45/fr/feature/index.html
Les dragons et les hokais, en plus, si possible. »

La créature imaginaire vers la représentation de laquelle renvoie votre lien sur Nipponia, est donc un Sachi-hoko (鯱鉾 ou encore simplement 鯱).

Le terme Hoko (鉾) qui, initialement signifie ‘hallebarde’, renvoie également à une sorte de mât tel celui-ci ou de hampe qui se termine en lame de naginata mais qui peuvent être de formes diverses.

Le terme Sachi (鯱) désigne l’orque dont la nageoire dorsale apparaît telle en effet un véritable mât à la surface de l’eau. Cela dit 'Sachi' est doté en japonais en rapport avec la mer, d'une polysémie intéressante.

Cela dit, contrairement à votre description qui fait état d’une « créature mythique composée d’une tête de dragon sur un corps de poisson », la tête de la créature n’est pas celle d’un dragon, mais d’un « tigre= 虎 » et en même temps, rappelle les représentations de cet animal au XVIe siècle sur la carte marine imprimée à Venise en 1539 et qui représentaient les côtes et l'intérieur des terres des pays encerclant la mer Baltique.

Le fait que, placés à l’ extrêmité de la poutre faitière (大棟 = Oo-mune), ils soient présumés protéger le bâtiment des incendies et donc considérés comme des Mamori-Gami (守り神 = divinités censées éloigner les catastrophes) telles encore les apotropaïques tuile en forme d’Ogre (鬼瓦 = Onigawara) qui sur certains bâtiments tel le Jōdo-ji , leur font par ailleurs pendant à l’extrémité opposée, me fait penser chez ces populations qui voient des esprits de la nature (Kami) un peu partout, à une divinisation en quelque sorte, d’un paratonnerre primitif, lequel pourtant, est censé n’avoir été inventé que bien plus tard, par Benjamin Franklin, à Philadelphie dont le toponyme signifierait non pas « qui aime – phila – les dauphins – delphis (δελφίς) » mais « amitié – philia – fraternelle – Delphos » sur le modèle d’ une antique ville de Lydie en Asie mineure.

Cela dit, « frère » se dit en grec plutôt Adephros ( αδερφός) de sonorité proche donc, mais bon. Et cela dit encore la forme poisson (魚) du corps du Sachihoko est dit également attirer l’eau (this animal could cause the rain to fall ), laquelle eau de pluie éteindrait au besoin le feu dit le Wiki en anglais qui met dans ses « liens externes » une représentation de YAMA-UBA & KINTARŌ par UTAMARO soit Yama-Uba, la Vieille ou la Sorcière de la montagne, sorte de Croquemitaine, et Kintarō (金太郎), l’enfant élevé par une ogresse qui s’est également battu avec une carpe donc et non un dauphin ou une orque, géante.

Enfin, concernant votre demande en rapport avec les Hokai, voulez-vous dire Hōkai-Ji (宝戒寺) le Ji (= temple) du précieux (Hō=宝) śīla (Kai = 戒), autrement dit « de la haute Vertu » ?

Nathalie Delachaîssay

@ Deviro le 22 août à 16 h 01
« Je n'étais pas né. »

C'est la seule chose qu'on ne peut pas vous reprocher !

Trekker

@ sbriglia | 22 août 2019 à 20:50
@ aristide | 22 août 2019 à 17:54

Désolé, dans votre tableau idyllique des caisses de retraite des professions libérales, vous omettez pieusement la CIPAV : initialement caisse des architectes, et qui regroupe depuis plus de deux ou trois décennies toutes les professions libérales ne relevant pas d’un ordre professionnel. C’est, en terme de nombre d’affiliés et d’ayants droit, la plus importante caisse regroupant des professionnels libéraux.

La CIPAV outre les deux rapports de la Cour des comptes demandant sa mise sous administration judiciaire, et que la ministre Marisol Touraine s’est bien gardée de suivre, représente actuellement au moins la moitié des contentieux traités, ou en instance de l’être, par les TASS !

Hormis cela toutes les caisses de retraite des professions libérales seraient des modèles de rigueur en matière de gestion, à vos dires. Ayez l’honnêteté de vous renseigner sur la CIPAV, et certaines autres caisses.

sbriglia

« Cette réforme est amplement justifiée par le fait que les plus importantes sont en quasi-faillite à moyen ou court terme, ou tout juste à l’équilibre. Nombre de ces caisses ont une gestion déplorable, mais elles permettent à une ribambelle de Présidents, d’administrateurs, de directeurs, de vivre grassement et sont sources d’emplois bien payés pour leurs amis et copains. »
Rédigé par : Trekker | 22 août 2019 à 16:32

Désinformation totale !

La CNBF, caisse de retraite des avocats, est très largement excédentaire, bien gérée, et verse des milliards chaque année au trou des retraites du régime général.

Un pactole... une pyramide inversée, bref hold-up sur le magot...

Catherine JACOB

@ yves albert | 22 août 2019 à 16:01

Vérifiez donc avant de critiquer. Si vous trouvez telle que je l'ai donnée, l'explication détaillée des Hyakusetchin auxquelles renvoyait fugace sur Wikipédia, je vous paie un cornet de frites !

Trekker

@ boureau | 22 août 2019 à 13:05
"Comme est reconnue la formation de la plupart des dirigeants communistes qui ont mis les Français à la porte de leurs anciennes colonies dans les universités françaises. Sauf quelques-uns formés à Moscou (du Congo)..."

Le cas le plus emblématique concerne les Khmers rouges, qui furent le pur produit de nos universités et du PCF…

Ne pas oublier qu’entre 1944-46 voire 1947, les Vietminhs furent formés, armés et encadrés par l’OSS, ancêtre de la CIA. Cela été fait officieusement - officiellement pour libérer ce pays de la domination coloniale française. Mais le motif réel de ce soutien via l’OSS, par le gouvernement US, visait à supplanter économiquement voire à éliminer la France du SEA…

Comme quoi chez nos amis américains, les intérêts économiques font bon ménage avec la diplomatie même secrète....

aristide

@ Trekker | 22 août 2019 à 16:32

Les caisses de retraites des principales professions libérales ne sont pas en faillite comme vous le dites et rendent des comptes à leurs cotisants chaque année. Les directeurs ne sont pas en surnombre comme dans l'administration ou comme dans l'armée.

On voit que vous avez de la haine pour ces professions libérales, comme celle des médecins qui passent leur temps à soigner les autres tandis que les militaires eux servent à tuer les autres.

Déjà il faudrait que vous compreniez cela avant de parler du reste.

Vous mentez et vous ne maîtrisez pas le sujet. Macronien peut-être ?

Noblejoué

@ yves albert

Bah, soit on ne connaît pas et on n'apprécie pas le style ou on ne s’intéresse pas au sujet et on passe, soit..

Eh bien, on peut demander plus poussé que Wikipédia. Faites donc sur le sujet qui vous plaît, demandez la carte au lieu de vous plaindre du menu, on ne sait jamais.

Je m'avance, mais pour balancer du Wiki quand tout le monde peut chercher, il faut supposer les gens vraiment peu curieux, ce qui est un peu triste. Ou il y a aussi l'idée que les choses sont ce qu'on en fait.

-------------------------------------------------

@ Catherine JACOB

Je fais ce que je conseille, je vous demande des renseignements, en l’occurrence le plus de renseignements possibles sur cette créature:

https://web-japan.org/nipponia/nipponia45/fr/feature/index.html

Les dragons et les hokais, en plus, si possible.

Trekker

@ aristide | 22 août 2019 à 14:02
"Vous ne voulez pas comprendre et vous mélangez tout. Votre lien nous présente des autoentrepreneurs"

Vous avez certainement lu superficiellement le lien que je vous ai indiqué, vous devriez parcourir attentivement l’ensemble des rubriques qui y sont traitées : elles ne concernent pas que les autoentrepreneurs ! En outre je vous conseille la lecture des deux rapports de la Cour des comptes qui concernent la CIPAV.

Que le gouvernement veuille réformer les caisses de retraite des professions libérales, cela aurait dû être fait depuis longtemps. Cette réforme est amplement justifiée par le fait que les plus importantes sont en quasi-faillite à moyen ou court terme, ou tout juste à l’équilibre. Nombre de ces caisses ont une gestion déplorable, mais elles permettent à une ribambelle de Présidents, d’administrateurs, de directeurs, de vivre grassement et sont sources d’emplois bien payés pour leurs amis et copains.

yves albert

@ Catherine JACOB | 22 août 2019 à 09:21

Voilà le Japon qui repart bille en tête. Nous pensions en avoir été saturés mais non, sachez que nous sommes tous abonnés à Wikipédia.

Deviro

@ Nathalie Delachaîssay | 22 août 2019 à 11:04
"Une bonne introspection.
Dites-nous, vous faisiez quoi au cours de la Seconde Guerre mondiale ?"

Je n'étais pas né.
Rien compris. Ce galimatias est-il codé ? Il y a une clé ?

aristide

@ Trekker | 21 août 2019 à 15:11

Vous ne voulez pas comprendre et vous mélangez tout. Votre lien nous présente des autoentrepreneurs (c'est-à-dire de très petites entreprises artisanales qui vivotent exonérées de presque tous les impôts, taxes et partiellement de charges sociales - entreprises que l'on peut rapprocher du monde du voyage, créées un jour et disparues le lendemain).

Le sujet est le kidnapping que veut faire Macron sur les caisses de retraite des professions libérales alors que l'Etat est en faillite.
Car chaque année il faut imposer les Français pour pouvoir payer les retraites des fonctionnaires qui n'ont pas de réserves.

boureau

@ Trekker 22 août 2019 00:57
"Saviez-vous qu’une bonne part des cadres du Vietminh, hormis l’entourage proche de Ho Chi Minh, avaient été formés au sein des organisations de jeunesse vichystes ?"

C'est effectivement connu. Et il n'est pas mauvais de le rappeler.

Comme est reconnue la formation de la plupart des dirigeants communistes qui ont mis les Français à la porte de leurs anciennes colonies dans les universités françaises. Sauf quelques-uns formés à Moscou (du Congo).

Nous avons pu constater dans les années qui ont suivi les indépendances, l'interprétation de l'enseignement reçu, notamment en Guinée et à Madagascar. Un désastre.

Merci messieurs les agrégés marxistes français ! Ah ces vaches sacrées !

Cordialement.

Nathalie Delachaîssay

@ Deviro 22 août 2019 à 01:30
"Ah, le lâche, le couard, le pleutre, le veule..."

Une bonne introspection.

Dites-nous, vous faisiez quoi au cours de la Seconde Guerre mondiale ?

1 h 30 : vous avez dû faire une sacrée java questa notte !

Bon vent Du Viré !

Catherine JACOB

@ fugace | 22 août 2019 à 02:47
« Et en creusant un peu plus j'ai découvert que des encore bien plus anciens... »

Intéressantes en effet les investigations de « Maritomo la chasseuse de toilettes».

2 200 ans avant l’ère commune, pour Tell Asmar, c’est pas mal en effet. 5 500 ans pour la période Jômon, c’est encore mieux. Cela étant, il n’est pas dit que ces lieux d’aisance identifiés par l’accumulation des parasites intestinaux n’aient bénéficié d’aussi belles installations que celles du Tōfuku-ji (東福寺) fondé vers le milieu du XIIIe siècle en tant que maison mère du Zen Rinzaï et ses « Hyaku setchin =百雪隠 », expression dont la traduction littérale n’est pas du tout « latrines pour 100 personnes à la fois » comme le dit la traduction de l’article japonais.

Si Hyaku= 百, le caractère initial de l’expression百雪隠 signifie en effet bel et bien cent, 雪隠 (=セツイン = Setsu-In, ou encore en effet せっ‐ちん = Settchin dont abrégé せんち= Senchi) est un euphémisme pour les « toilettes, soit Benjo (便所), - Kawa-ya (厠) qui sont visées un peu plus avant dans l’article, à l’endroit où il est dit ceci : « Dans la préfecture de Fukui également, près du tumulus de coquillages de Torihama, ont été trouvées de grandes quantités d’excréments humains fossilisés, accumulés au bord d’un ancien cours d’eau. », ainsi sous diverses autres dénominations. »

雪隠 qui désignait initialement les latrines de l’ouest des bâtiments, avant de désigner et celles de l’ouest et celles de l’est, renvoie en effet à SettchōJūken (= lecture japonaise de雪竇重顕) qui est un moine chinois de l’époque des Song dont l’initiale du nom est Setsu (雪 = la neige).
Venu au Rinnin-Ji (霊隠寺= le temple de l’esprit caché) incognito, autrement dit en dissimulant (chin=隠) ses qualités de moine, il y remplit la fonction de ChinJū (浄頭), à savoir et soit dit en prenant modèle sur l’expression française « Dame Pipi », « Monsieur Pipi », et y prenait soin des latrines.

D’où « Sett-Chin (雪隠), la neige cachée » pour désigner ces latrines dont le contenu en tant qu’engrais humain a lui aussi des vertus cachées qui ne sont pas à négliger.

Bref, c’est un peu long, mais assez intéressant je pense.

D’où, en tout cas, Sett-Chin qui est le nom des latrines qui fait référence à la culture Zen tandis que Kawa-Ya, la « cabane (YA) au-dessus du ruisseau (KAWA) » fait référence à la culture japonaise de l’eau ruisselante purificatrice que, par ailleurs, on retrouve également en Indonésie et j’irai même jusqu’à dire chez tous les pollueurs de l’eau de notre époque. C’étaient des lieux qui disposaient même d’une divinité dédiée, le « Dieu des cabinets » lequel apparaît donc de nos jours complétement débordé hélas, dont l’activité de recyclage pourrait sans difficulté passer pour le treizième des travaux d’Hercule.

Cela dit, je ne connais pas les lieux d’aisance des Gaulois, mais il existe à la Villa romaine de Borg dans le Land de Sarre près de la ville de Perl en Allemagne, des latrines tout à fait semblables bien que pour moins de personnes, à celles du Tôfuku-Ji de Kyôto.

Enfin, s'agissant du WASHI, le papier japonais de bonne qualité, je pense que et son prix élevé et son faible degré d'absorption des liquides le rendent peu apte à une utilisation comme PQ. En revanche, la lecture du Torche-cul rablaisien ou encore de l'Éloge de l'ombre (陰翳礼讃, In'ei raisan) de l'écrivain japonais TANIZAKI dont il vient de paraître une nouvelle traduction par Ryoko Sekiguchi et Patrick Honnoré, vous proposera toute une gamme de torche-cul efficaces et adaptés aux postérieurs les plus délicats.

Exilé

@ Patrice Charoulet
« Espérant que vos réflexions seront lues par quelques membres de la rédaction de ce journal, permettez-moi de formuler un voeu sur votre blog.
J'aimerais beaucoup voir une signature à la fin de l'édito. »

Le mieux ne serait-il pas de formuler directement ce souhait auprès de la rédaction du journal en question ?

fugace

@ Catherine JACOB | 21 août 2019 à 07:45

Vous nous parlez d'un temps pas si lointain, que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître. Mais c'est sans aucun doute bien plus le bulletin paroissial ou la feuille de chou locale qu'on y trouvait.

Et en creusant un peu plus j'ai découvert que des encore bien plus anciens, et ayant vécu bien avant l'invention du papier, et même du washi, avaient eux aussi su se dé...brouiller autrement.

Deviro

Patrice Charoulet a formulé un voeu le 20 août 2019 à 07:52

"J'aimerais beaucoup voir une signature à la fin de l'édito. On sait mon peu d'attrait pour les lettres anonymes. De même les éditos sans signataire m'indisposent."

Les éditos de feu Hubert Beuve-Méry étaient donc des lettres anonymes... car ils étaient signés Sirius son pseudo.
Ah, le lâche, le couard, le pleutre, le veule, comme dirait Patrice Charoulet.
La névrose sur les pseudos qui revient...

Trekker

@ Robert | 21 août 2019 à 22:21
"Arte diffuse en "replay" (en différé en bon français) pendant encore quinze jours une série documentaire sur la guerre du Vietnam en 9 épisodes..."

Merci, j’ai déjà commencé à regarder cette série, elle est excellente mais je lui fais un seul reproche : elle fait la part trop belle à la vision américaine.

Vous parliez de l’école d’Uriage, ce haut lieu du pétainisme intello et BCBG. Il nous renvoie à la guerre d’Indochine faite par les Français. Saviez-vous qu’une bonne part des cadres du Vietminh, hormis l’entourage proche de Ho Chi Minh, avaient été formés au sein des organisations de jeunesse vichystes ?

L’amiral Decoux, qui était un fervent pétainiste, se glorifiait du succès de la « révolution nationale » auprès de la jeunesse vietnamienne. Aveuglé par cette idéologie de pacotille, il n’imaginait pas qu’il formait les futurs cadres zélés du PC vietnamien et donc du Vietminh. Ironie de l’histoire dont les fidèles et nostalgiques du Maréchal ne se sont pas vantés après 1945…

——————————————-

@ Claude Luçon | 21 août 2019 à 20:38
"Et que met en boucle BFM TV comme arrière-fond au débat ? une vidéo en noir et blanc d’Epstein et Donald Trump vieille de quarante ans !"

Désolé mais vous devriez prendre d’urgence un rendez-vous avec votre ophtalmologiste, à moins que votre hargne vis-à-vis de BFM ne vous aveugle. La vidéo en question n’est pas en noir et blanc, mais en couleur et doit dater des années 90 ou début 2000. Trump et Epstein y apparaissent avec 20 ou 30 ans de moins qu’actuellement.

Claude Luçon

Re BFM/TV et MOI
PS : correction
La video tournant en boucle a bien 40 ans mais est en couleur, Trump porte une cravate rose !
Passant de canal en canal j'ai retraversé BFM/TV qui repassait le même bulletin bi-horaire. En outre, ce bulletin était combiné avec un interview du correspondant BFM/TV à Washington devant la Maison Blanche, histoire d'enfoncer le clou un peu plus profondément dans nos têtes. Ignorant que Epstein s'est pendu dans sa prison de New York et sévissait à New York, Florida, les Caraîbes et ailleurs dont Paris mais pas à la Maison Blanche..
Précision : le sujet du bulletin du jour est le fournisseur français de gamines, qu'il loue aux parents : Jean-Luc Brunel.
Alors que vient faire Trump dans cette triste histoire ?

On nous sature des tweets de Trump comme si Trump avait le temps de s'assoir sur les marches du perron de la Maison Blanche et tapoter sur son portable pour nous les écrire !
Maintenant il sert d'arrière plan aux criminels et sadiques !
Trump a un tweeteur auquel, ou tweeteresse à laquelle, il dit de balancer une provocation où l'autre dans l'Ethernet dont il n'est certainement pas le scribe, comme n'importe quel dirigeant de ce monde a un secrétaire ou une assistante de direction à laquelle il dit de répondre aux emm...bêteurs.
Spielberg va sans doute nous sortir un nouveau film : "Il faut abattre le soldat Trump !" ce qu'il fera surement mieux que BFM/TV.

Robert

@ Trekker

Puisque l'on évoque l'école d'Uriage et donc la guerre, une petite incidente qui j'espère sera autorisée par nos hôtes : Arte diffuse en "replay" (en différé en bon français) pendant encore quinze jours une série documentaire sur la guerre du Vietnam en 9 épisodes.
C'est principalement le traitement des guerres d'Indochine et du Vietnam à partir d'archives américaines. Sans doute y trouverez-vous intérêt.

Cordialement

Claude Luçon

BFM TV et MOI !
Ou comment les médias manipulent l'opinion !
Le Monde étant le maître en la matière.

L'affaire Jeffrey Epstein rebondit, on lui aurait offert trois gamines françaises de 12 ans pour son anniversaire.
Et que met en boucle BFM TV comme arrière-fond au débat ? une vidéo en noir et blanc d’Epstein et Donald Trump vieille de quarante ans !
Pas étonnant qu’Epstein se soit pendu, ayant un seul copain dans la vie, copain qui en plus aime les femmes adultes !
On associe un effroyable pervers au Président des USA et voilà !
Peu importe l'année pourvu qu'on ait l'effet !

Voilà comment on conditionne le lecteur ou le téléspectateur contre quelqu'un.
Il va tout de même falloir que nos journalistes s'élèvent du niveau pipelette au moins à celui de concierge, s'arrêtent de nous prendre pour des retardés et se demandent pourquoi les Gilets jaunes les brutalisent, ceux de BFM TV en particulier !

Exilé

@ semtob
« Jacques Attali a dit que le destin mondial était prédéfini, que tout était déjà écrit. En s'étayant sur des faits passés et réels, comme le font tous les auteurs de science-fiction, il se prend pour le verbe et déroule ses vérités.
Que des réfugiés climatiques afflueront en Europe, affirmatif. »

Avec un tel prophète qui se trompe à peu près sur tout, il faut reconnaître que nous sommes gâtés...
Mais les prophètes authentiques ne se font pas payer.

semtob

Cher Philippe,

Pour les chercheurs haplorrhiniens ou haplorrhiniennes, le billet de Philippe appelait un questionnement sur la vision du monde, ce qui nous a fait penser à l'oeil primitif en lien avec la fonction opsinique, c'est-à-dire comment des cellules réceptrices de photons ou de lumière se sont spécialisées pour devenir les yeux des organismes vivants.
Il n'y a aucun cynisme dans l'utilisation de ce terme.
Les coquilles Saint-Jacques sont dotées de micro-miroirs qui permettent à ces paisibles coquillages d'appréhender leur environnement.

Il y a plus de profondeur dans cette recherche déjà menée en métaphysique par Jacob Boehme qui s'interrogeait sur l'auto-création de l'oeil divin et sur son partage éventuel avec le vivant.

L'erreur de Darwin est d'avoir ignoré l'ère cambrienne et toutes les études actuelles démontrent qu'il s'est fourvoyé.
Dans sa construction d'arbre de vie, il s'est peu préoccupé de la temporalité et a dressé un paysage simpliste.
L'oeil primitif apporte une tout autre histoire en archéologie et nos descendants les singes qui ont perdu la bipédie pour se spécialiser en quadrupédie ne peuvent malheureusement plus en rire.
françoise et karell Semtob

Yves

@ genau 11:58

Uriage= école des cadres des Chantiers de Jeunesse, créée par Pétain.
Hubert Beuve-Méry y a occupé un poste important et on a expliqué à l'époque l'anti-américanisme du Monde par le passé du fondateur du journal, HBM.

S Carioca

@ Nathalie Delachaîssay
"À Benalla on associe sans barguigner le verbe « cogner »."

N'importe quoi !
Vraiment on exagère beaucoup les méfaits du peu sympathique Benalla.
On a lu "passage à tabac" "cogner" "tabasser" et autres.

Ayant une modeste expérience de sports martiaux et pacifiques, pour ce qui est des deux petits c... rétins qu'il a malmenés je crois rue de la Contrescarpe, les descriptifs utilisés sont très très exagérés, on se fait beaucoup plus mal au football, au handball, au rugby et au ju-jitsu.
Et de façon plus répétitive au cours d'un entraînement.
Il a peu frappé et frappé de façon vraiment amortie.

Hystérie complète.

Si on me montre une vidéo convaincante je change d'avis.

Ce n'est pas et loin de là du vale tudo !

Exilé

@ genau
« Pareil pour "l'ère d'Uriage": après douze pages de Google sur les fesses des bébés et les parapharmacies, rien, que pouic. Je suppose que c'est une référence historique »

L'école d'Uriage était chargée, dans l'optique de la Révolution nationale maréchaliste, de former de nouvelles élites françaises afin entre autres d'encadrer la jeunesse, dont les militaires démobilisés ou celle qui fréquentait les Chantiers de Jeunesse.
Hubert Beuve-Méry est passé par Uriage.

https://www.persee.fr/doc/rfsp_0035-2950_1959_num_9_4_403038

duvent

@ genau | 21 août 2019 à 11:58
« Ma foi, à bien y réfléchir on aurait pu dire que brasser du vent est le fait des ventilateurs. »

Je dois au préalable dire que je n'ai jamais lu, acheté, emprunté, utilisé comme emballage Le Monde, et apparemment ce vice n'est pas mortel...

Mais brasser du vent n'est pas le fait que des ventilateurs, moi-même, j'y arrive très bien.

Je lis le « genau » dans le texte, et la protéine vue depuis le magazine des poupées russes cachées dans les fractales donne une information assez claire, pour qui peut respirer dans les cimes...

PS : 120 kg sur combien de haut ?

Trekker

@Evelyne... | 21 août 2019 à 09:37
"Lors d’un dernier CA de la CNAVPL, le Président de la CIPAV s’était plaint d’avoir à émettre des milliers d’appels erronés ne pouvant obtenir les données nécessaires auprès de l’ACOSS..."

Il est plaisant et surtout désolant que ce Président de la caisse des médecins ose citer le Président de la CIPAV, élu dans des conditions fort contestables, et qui se plaint des manquements de l’ACOSS. Solidarité entre notables ? Ce président de la CIPAV devrait en priorité balayer devant sa porte, la gestion calamiteuse de sa caisse ayant fait l’objet de deux rapports incendiaires, avec demande de mise sous administration judiciaire par la Cour des comptes au cours des cinq dernières années.

Un telle mesure n’ayant été demandé que pour feu l’ARC, et cela remonte à plus de vingt ans !

Pour en savoir plus sur les errements de la CIPAV : http://www.sos-cipav.com

Nathalie Delachaîssay

@ Aliocha le 21 août à 9 h 10
« …caviar pour tout le monde ? »

Les mots sont importants ; ce sont les graines de l'échange entre sachants !
Entre le mot et la chose il faut s'efforcer d'être bijectif.

À Benalla on associe sans barguigner le verbe « cogner ».

Pour Rugy les termes caviar ou homard sont trop descriptifs : des détails de la guerre prandiale !

À celui-ci il faut associer le verbe « se goberger ».

boureau

@ Achille 21 août 2019 08:43
"Pour moi, la référence a été longtemps France Inter".
"J'aime bien écouter les éditos du matin. Notamment ceux d'Alba Ventura (RTL) et Thomas Legrand (France Inter)".

Je me disais aussi...

Cordialement.

Giuseppe

@ HOPE | 20 août 2019 à 23:46

Cher Hope, mon voisin et moi sommes comme vous, dans l'embarras ; ni lui ni moi ne connaissions ce mot, je reconnais que nous habitons les hauts plateaux, que le poids de certains dictionnaires a du mal à franchir les cols.
Bien que la nouveauté ne nous fasse pas peur.

Lors d'une discussion à propos de Notre-Dame, j'ai failli employer le mot bow-string en parlant de poutre… Mon voisin, toujours bon pied, bon œil, m'a regardé et la seule vue de la position de son mégot éternellement éteint, me fit comprendre que je devais vulgariser, sans être vulgaire.

Ceci pour la petite histoire, bien que je reconnaisse une très grande culture de la personne concernée et un style non moins très affûté, nous nous interrogeons.

Ceci n'a rien d' agressif, un peu taquin sans doute, et puis c'était l'occasion de vous saluer et de vous faire parvenir quelques nouvelles.

thomas S

Qu'il me fut agréable de parcourir l'ensemble des commentaires et de voir que finalement, en tout cas ici, il y a consensus sur le sujet... à part, bien sûr, l'indéboulonnable Robert Marchenoir qui a même réussi à recaser sa russophobie pavlovienne en deux billets. Ce qui lui fera au moins un point commun avec le journal dont il est question !

breizmabro

@ Robert M. 20 août 2019 à 23:11
"On va finir par découvrir que je suis subventionné en gâteaux bretons"

Si j'ai bonne mémoire cette corruption a déjà été évoquée du temps où je vous "payais" en Traou Mad :D

Adéo Robert M.

genau

Merci à ceux que mon bref a amusés.

"Opsiniquement": piqué dans le billet d'un participant, dans les réponses au billet précédent, je ne sais pas ce que ça veut dire, si ce n'est que la consultation de la page "opcynique" est réjouissante.

Pareil pour "l'ère d'Uriage": après douze pages de Google sur les fesses des bébés et les parapharmacies, rien, que pouic. Je suppose que c'est une référence historique, ou littéraire ou pédologique ou une provoc.
Non, non, je ne glisse pas de mot savant, c'est naturel, comme mes 120 kilos et ma calvitie précoce........... mais très ancienne.
Le sens de mon billet ? Ma foi, à bien y réfléchir on aurait pu dire que brasser du vent est le fait des ventilateurs.

thomas S

Il y a bien longtemps que le journal qui se pense encore "de référence" n'évoque plus rien de bon à mes yeux.
Un article anti-russe, un article pro-lGBT, un article autour de Macron, et voilà le tryptique quotidien de ce journal.

Achille

@ Tipaza | 21 août 2019 à 08:10

« supercalifragilisticexpialidocious ».

L’écrire sans faire de faute c’est déjà difficile, mais le dire sans bafouiller relève de l’exploit, sauf peut-être pour une Anglaise… Non, je ne vise personne ! :)

Exilé

Nous avons évoqué l'influence au moins subliminale exercée par un certain « journal de référence » sur le personnel des ministères, sans oublier sur les étudiants de diverses écoles dont il est la lecture conseillée voire obligatoire, ainsi que sur les journalistes en poste dans d'autres rédactions à qui il donne le « la ».

Donc, voilà comment en application de la doctrine du trotskiste Lambert définie après l'échec de la révolution violente de mai 1968 et ayant consisté à investir et à phagocyter principalement la presse et la justice (*), une poignée d'agitateurs suffit à pervertir les intelligences de ce qui devrait en principe représenter l'élite française...

Le poisson pourrit par la tête.

(*) Sans oublier l’Éducation nationale

« Pour nous, au contraire, il ne s’agit pas de réformer l’école, de l’améliorer, de la démocratiser, car, tout simplement, c’est un objectif utopique, irréalisable : l’école est par essence, par nature, par origine un appareil de sélection sociale, de diffusion de l’idéologie bourgeoise. Cette école-là, elle n’est pas amendable, il faudra la détruire. » (Rouge hebdomadaire, 29 mars 1974)
Edwy Plenel

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

  • CNews,"Face à l’info"
    Ludi 28 octobre de 19 h à 20 h, dialogue sur la Justice avec Eric Zemmour.
  • Causeur
    causeur.fr du 13 octobre "Philippe Bilger, le style fait l'homme", par Thomas Morales
  • Le Point
    Philippe Bilger : « Le mur des cons a fracturé la confiance dans la justice », lepoint.fr du 11 octobre.
  • Sud Radio, "Le Grand Matin"
    Tous les vendredis de 8 h 45 à 9 h 15, débat dans la Matinale de Patrick Roger.
  • CNews, "L'Heure des Pros"
    Tous les mercredis de 9h à 10h30, animé par Pascal Praud.
  • Sud Radio "Les Vraies Voix"
    Tous les jours du lundi au vendredi de 17h à 19h, émission de débat et de divertissement animée par Christophe Bordet.

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS