« Le Monde et moi... | Accueil | Ne quittons pas Twitter ! »

22 août 2019

Commentaires

Delachaîssay Nathalie

« La création peut être intelligée mais pas intelligible... La création peut très bien avoir été conçue dans le futur... » (XN) 26 août à 12 h 04

Cher Xavier NEBOUT,

Savez-vous que c'est avec des pensées de cette sorte que l'Église a perdu définitivement la partie ?

Mise à la disposition de l'Homme, l'Histoire est la voie exploratoire qui a pour objet la connaissance de la Création.

Elusen

@ Nathalie Delachaîssay | 26 août 2019 à 08:08
«La religion, je veux dire la foi, c'est d'abord de l'intelligence...»

Serait-ce au nom de l’amour de votre prochain, du pardon, d’accueillir « l’étranger comme ton frère », que vous êtes racistes ?!

Et alors ‘foi’ et ‘intelligence’ dans la même phrase, je reste perplexe.
Allez dire ça au Daech, aux islamistes, au christianisme de la guerre de l’ex-Yougoslavie, aux suprématistes blancs des USA, aux bouddhistes de Birmanie, aux juifs des colonies, etc.

La foi ne demande aucune forme d’intelligence, elle interdit le doute, la remise en question, elle exige la ferveur ; alors que l’intelligence se construit sur la réflexion, le questionnement, donc le doute.

Xavier NEBOUT

@ Nathalie Delachaîssay

La création peut être intelligée mais pas intelligible puisque le fruit de l'Esprit est hors du temps.
La création peut très bien avoir été conçue dans le futur...

Nathalie Delachaîssay

@ Xavier NEBOUT le 25 août à 12 h 24
« L'escroc est ainsi nécessairement athée. L'escroc fuit l'être. Le gigolo comme le barbeau, ou le pauvre type... »

La religion, je veux dire la foi, c'est d'abord de l'intelligence : l'intelligibilité de la Création !

boureau

@ Noblejoué 25 août 2019 16:45

Merci pour ces variations sur la liberté ou les libertés...

Mais il se fait tard, j'ai des haricots à arroser et demain est un autre jour...

Une certaine expression de liberté également...

Cordialement.

Noblejoué

@ boureau
"Ne constatez-vous pas des progrès de liberté en Russie depuis trente ans ? Vous vous souvenez d'où ils viennent ?"

Mais si un homme était esclave et qu'il se retrouve serf, dira-t-on qu'il est libre ? Il ne faut pas exagérer.
Pour les peuples, c'est pareil... Etre débarrassés de l'occupation nazie n'a pas rendu les Européens de l'est fous de joie vu qu'ils ont été soumis aux communistes.

"La notion de Liberté est chargée de tant de paramètres historiques : chaque peuple possède ainsi sa propre vérité sur le sujet."

D'abord, les peuples ne décident pas d'être enchaînés, ils héritent des liens qui les retiennent.
Il faudrait dire, pour les peuples COURAGEUX, donc exceptionnels, qu'ils DÉCIDENT (sans forcément y arriver) DE SE LIBÉRER.

Les Français ne se sont pas libérés, la pression à l'Est et le Débarquement nous ont débarrassés des Allemands. Si on avait dû attendre que le peuple se libère, il ne l'aurait jamais été, tout simplement.
A plus forte raison, les Russes. C'est grâce à la guerre froide que le peuple russe est libéré du communisme.

A l'inverse, les Tibétains très mobilisés se sont battus tout à fait pour rien sauf à considérer que distraire les Occidentaux soit un résultat.
Des lâches peuvent se retrouver libres, des courageux asservis : la décision des peuples a de sacrées limites.

Il y a des courageux libres, quand même, les Polonais se sont toujours révoltés, ce qui a fini par payer.
On trouve de tout, dans l'Histoire, enfin toutes sortes d'exemples mais c'est moins la notion de liberté que le rapport de force qui compte.

Bien sûr que chaque peuple a plus ou moins consciemment sa définition, mais ce n'est pas cela qui fait qu'il est libre ou non.
C'est la géographie, par exemple le Débarquement nous a libérés, alors que la notion française de liberté, c'est le truc résiduel qu'on sacrifie à l'égalité, à gauche, ou à l'ordre, à droite. Evidemment, ce n'est pas la notion qu'on exhibe ! Mais c'est celle qui ressort en réflexe à propos de tout. Parce que des notions de liberté, il y en a plusieurs, et on ressort partout celle qui arrange à chaque fois.
Ce plus que relativisme français sur liberté, égalité et ordre valant mieux, explique les sympathies pour des régimes liberticides en tout genre, russe, chinois, arabe...

Les peuples enchaînés ont un léger problème : tout peuple, tout individu a besoin de valoriser son passé et son présent.
Comme il est servitude, il peut tomber dans les hérésies jumelles de vouloir faire la table rase ou de baptiser liberté sa servitude.

Les gens voulant la liberté se tournent vers l'extérieur, il faut bien qu'ils la cherchent où elle est, donc le pouvoir les qualifie de traîtres.
Le pouvoir et les serviteurs du pouvoir vont qualifier leur politique de liberté "la servitude c'est la liberté", comme dit l'autre.

On ne peut savoir ce que veut vraiment le peuple qu'une fois libéré, quand il vote, souvent pas comme le voudraient les gens de l'ancien pouvoir ou de l'élite occidentalisée.
La démocratie est un instrument idéal pour cela. On n'est plus dans les sociétés traditionnelles où on pouvait supposer que les gens voulaient ce qui s'était toujours fait dans la tribu, on n'a plus l'illusion symétrique que les masses veulent quelque révolution que ce soit. Pour savoir ce que veulent les gens, on fait une chose absolument étonnante : on le leur demande. D'un autre côté, comme le pouvoir peut abuser même avec les votes, par exemple en les truquant, et que rien n'empêche une majorité d'abuser, les droits de l'Homme, et des minorités, l'équilibre des pouvoirs, toutes sortes de sécurités sont indispensables.

La liberté de la presse... et des moteurs de recherche non inféodés à un pouvoir autoritaire sont bien utiles.
Evidemment, plus il y a diversité dans la presse et les moteurs de cherche, mieux ça vaut.

"Liberté de pensée ? Oui sans aucun doute ! Mais liberté tout court, c'est mieux."

Complètement hors contexte : la liberté de penser et de s'exprimer qui lui est liée était ce sur quoi nous discutions.
Nous ne parlions pas de la liberté d'aller et de venir avec les paysans n'ayant pas le droit de s'installer en ville en Chine et des homosexuels de faire du "prosélytisme" en Russie.

Mais comme on le voit par ces exemples, et il y en a d'autres, ces pays ne sont pas précisément des terres promises de la liberté.

breizmabro

"Emmanuel Macron transmet le message aux Français qu'il va user, dans sa pratique du pouvoir, et pour servir sa volonté réformatrice, d'une autre méthode" (Ph. Bilger)

"A quelques-uns l'arrogance tient lieu de grandeur ; l'inhumanité de fermeté ; et la fourberie, d'esprit" (J. de la Bruyère)

boureau

@ Noblejoué 25 août 2019 10:47

Laissez donc les peuples décider de leur propre degré de liberté !

Votre raisonnement me fait penser aux intellectuels des années cinquante qui nous invitaient à envier ce qu'était devenu l'URSS. Aucun d'entre eux n'y allait bien sûr.

La notion de Liberté est chargée de tant de paramètres historiques : chaque peuple possède ainsi sa propre vérité sur le sujet.

Ne constatez-vous pas des progrès de liberté en Russie depuis trente ans ? Vous vous souvenez d'où ils viennent ?

Si la Russie veut installer son propre moteur de recherche, en quoi la liberté du citoyen russe serait-elle plus menacée qu'avec Google ? Si vous le croyez, vous rêvez !

Le combat contre l'injustice comme la défense de la liberté se jouent modestement, à chaque minute, dans notre vie quotidienne.

Quand les Etats se piquent de l'un et de l'autre, c'est que les citoyens ont failli.

Liberté de pensée ? Oui sans aucun doute ! Mais liberté tout court, c'est mieux.

Cordialement.

Xavier NEBOUT

Le propre de l'escroc est d'être positif ; seul compte le résultat.
Il ne se tourne pas vers lui-même au fond duquel il trouverait sa conscience de l'amour filial de son créateur quelle que soit la religion, c'est-à-dire la forme de cette relation entre son existence et son être.
L'escroc est ainsi nécessairement athée.

L'escroc fuit l'être. Le gigolo comme le barbeau, ou le pauvre type qui se marie avec une maman de substitution de 24 ans son aînée et est nécessairement un athée, mais aussi un escroc pour tenir psychologiquement voire psychiatriquement debout.

Noblejoué

@ Valéry

Regarder de plus près veut dire compter ce que ça coûte, d'après vous ? Alors il FAUT rembourser l'avortement dans tous les cas.
Une femme incapable de maîtriser sa contraception serait capable d'éduquer ? Peu probable, et par contre, très probable qu'essayer de limiter ses dégâts coûte, et pas qu'un peu, et sans grande efficacité, à la société.

"Et ceux qui fument ? Ceux qui boivent comme des trous ? C'est leur corps, mais en cas de dysfonctionnement, ce qui risque d'arriver, c'est toujours aux autres de mettre la main a la poche, vrai ?"

Et l'obésité ? Et...
Vos exemples sont arbitraires, et comment faire la preuve, et après cela, que faire ?
Enfin, si preuve il y a et sur des critères bien pensés et pas improvisés, je veux bien qu'on ne les rembourse pas si et seulement si :

- On n'oblige pas les gens à se soigner. Parce qu’emmener le gens à l'hôpital, et vouloir leur faire payer la note, les endetter alors qu'ils n'ont rien demandé, merci !
- On abolit la non-assistance à personne en danger. Parce que si on ne veut pas aider les "fautifs" avec son argent, doit-on, quand on est citoyen, payer de sa sueur et peut-être de son sang, pour sauver quelqu'un ? Est-ce que la police, la gendarmerie, les pompiers, ne sont pas là pour ça ? Est-ce qu'il n'arrive pas que des en danger soient fautifs par exemple, je ne sais pas, il y a des gens qui caressent des chiens sans que leur maître les ait assurés qu'il n'était pas dangereux.
Et puis la personne en danger peut être quelqu'un qui vous a nui : dans une société où je ne dois plus payer pour les autres et les autres pour moi, à plus forte raison, je ne vais pas donner un cheveu pour quelqu'un qui m'a nui. Si on ne pardonne pas l'imprudence, l'irresponsabilité, que dire de l’agression ? Si on ne pardonne pas collectivement aux plus faibles, les pauvres accablés qui doivent bien compenser comme ils peuvent au détriment de leur santé ou aux gens à problèmes psychologiques ou les deux, il est indécent de demander aux individus d'étouffer leur ressentiment.

Enfin, demander plus aux autres que ce qu'on fait est courant, à en croire les grimoires, Jésus qui serait Dieu a un enfer, punit pour toujours des gens, et demande à ses croyants de pardonner... Moi, dans tous les cas, je récuse les règles où on fait sous-traiter sa morale par plus faible que soi.

"C'est votre corps, mais vous en êtes aussi responsable. Vous l’abîmez consciemment, vous payez, cela me paraît du bon sens. Alors je trouve normal que certains pays prennent les devants, vu l'immaturité d'un bon nombre d'individus"

Les pays en question empêchent les gens de devenir mûrs par leur comportement, il faut que les gens soient libres pour être mûrs. Remarquez, pour des gouvernements autoritaires, c'est parfait.

Je parie qu'on va les imiter au nom de l'efficacité, et que, mécaniquement, cela augmentera l'irresponsabilité, qui augmentera l'autoritarisme, en un mouvement qui peut aller très loin, mais jusqu'où ?
Peut-être tuer les déviants ? Après tout, aux Philippines, on chasse bien les drogués, prouvant aux drogués et aux autres que le monde est aussi mauvais que dans les religions dualistes.

Noblejoué

@ boureau

Vous ne trouvez pas petit de défendre des régimes liberticides, ceux de la Chine et de la Russie ? Et qu'on est à plaindre, Français, libres, de ne pas souhaiter la même liberté aux autres !
On ne veut pas la même liberté que celle dont on jouit. C'est injuste. Subir ou exercer l'injustice est un sort bien malheureux, et qui incite à la compassion comme au dédain, je regrette de l'avoir laissé échapper.

Eh oui... Je n'ai pas la parfaite maîtrise de moi que je voudrais... Mais quand je vois, par vous et pas que, que bien des Français relativisent la liberté, je soupçonne qu'il est fort possible que nous la perdions bientôt.
Après tout, de la Terre à Pétain, d'une mauvaise Constitution aux gens réclamant la censure, il y a un passé qui ne passe pas et des germes délétères dans notre présent.
Donc au dégoût de l'injustice s'ajoute la peur qu'on perde notre liberté. Enfin, je pourrais m'en laver les mains, moi, je n'ai en rien poussé dans le gouffre, dans l'abîme.

"Pauvre petit Noblejoué (pour reprendre votre terminologie) qui croit encore que derrière chaque touriste en Russie, sont planqués à quelques mètres, des barbouzes pour surveiller chacun de ses gestes."

J'ai déjà écrit qu'il est fatal qu'on traite mieux le touriste qu'un sujet dans un gouvernement autoritaire.
Mais vous vous trompez encore. Il n'est pas besoin de beaucoup de censeurs ou de policiers pour soumettre les gens.

Un précédent historique, la matrice de tout ça, tiré d'Universalis :

"I - Mise en place et fonctionnement
De nouveaux moyens de répression
Les moyens traditionnels de répression, la procédure par accusation ou par dénonciation convenaient peu à la lutte contre l'hérésie. Ignorée du droit romain, la procédure inquisitoire permit de poursuivre d'office toute personne vaguement soupçonnée, ce qui rendait possible une répression rapide et efficace. Celui qui était interrogé devait jurer de dire la vérité sur son propre compte et sur celui des autres"

En clair, au nom de l'efficacité, on a inventé une procédure où c'est à l'accusé de prouver qu'il est innocent, sur une question d'opinion, en mobilisant tous les pouvoirs et toute la société contre lui.
Que l'Eglise, plus tard, ait pu être persécutée par des régimes totalitaires ? On dira que les fils paient, comme toujours, les crimes des pères.

Partout, il y a contestation sur le nombre de victimes.

Mais je pense qu'on n'a pas besoin de faire énormément de victimes ni d'avoir beaucoup de personnel pour détruire les solidarités des gens et changer malgré eux leur manière de voir.
C'est étudié, un exemple :

https://www.persee.fr/doc/assr_0335-5985_1991_num_74_1_1592_t1_0237_0000_2

Je n'ai pas de raison de penser que les Russes soient bêtes et ignares, avec peu de personnel et de victimes, on peut soumettre les gens tant qu'on veut.

Est-ce que pour autant il est tolérable de confisquer leur liberté de pensée aux gens ?

Elusen

@ boureau | 24 août 2019 à 13:21
« Moi, boureau, assassin ? »

Vraiment vous en doutez?!
Comme dire :
- « Moi, curé, pédo... ? »
- « Moi, islamiste, honneur ? »
- « Moi, CRIF, obscène ? »

-------------------------------------------------

@ Achille | 25 août 2019 à 10:00
« Depuis il semblerait que cet individu ait changé de sexe... »

Il en a pris un plus petit ?!
Est-ce que c’est comme chez Ikea, y a toujours des ‘vices’ en trop ?!

Valéry

@ Noblejoué
"Je prends le corps pour base, chacun en a un, dont il jouit. Tout le monde peut se tuer, se droguer, jouer, avoir les activités sexuelles qui lui plaisent."

Regardons de plus près... Dans une société où l’Etat constamment vole aux uns pour pallier les défauts et les mauvaises décisions des autres, cela pose un problème, ne trouvez-vous pas ? Prenons l'avortement par exemple. Bien entendu, il y a des cas ou la femme n'y est pour rien - viol, drogue, mauvais fonctionnement des contraceptifs ; l’Etat, par le biais des taxes, se doit d'aider. Mais dans les autres cas - les plus nombreux, comme manque de maturité menant à de mauvaises décisions, comportement frivole, insouciance, irresponsabilité -, est-il normal que ceux qui travaillent doivent financer cet avortement particulier sans aucune contrepartie ?

Et ceux qui fument ? Ceux qui boivent comme des trous ? C'est leur corps, mais en cas de dysfonctionnement, ce qui risque d'arriver, c'est toujours aux autres de mettre la main a la poche, vrai ?

C'est votre corps, mais vous en êtes aussi responsable. Vous l’abîmez consciemment, vous payez, cela me paraît du bon sens. Alors je trouve normal que certains pays prennent les devants, vu l'immaturité d'un bon nombre d'individus

Achille

@ Nathalie Delachaîssay | 25 août 2019 à 08:21
« Les autres peuvent toujours se retrouver chez Rioufol ! »

Mais chez Rioufol aussi on nettoie les immondices puisque, semble-t-il, Zonzon s’est fait virer.
Depuis il semblerait que cet individu ait changé de sexe...

Xavier NEBOUT

"Je regrette que le Président Macron instrumentalise un problème interne au Brésil et aux autres pays amazoniens pour en tirer un avantage politique personnel" nous dit Bolsonaro.

Macron nous fait un numéro d'indignation au sujet de l'Amazonie pour plaire aux écolo-gauchos-bobos-gogos qui l'écoutent et mettre un frein aux attaques contre les permanences de ses députés godillots.

D'une manière générale, il faudrait que certains dont P. Bilger lui-même, s'enfoncent dans le crâne que lorsqu'un escroc parle, c'est pour escroquer.
Un escroc n'est jamais de bonne foi ; il en a tout au plus les apparences lorsque cela le sert.

Nathalie Delachaîssay

On nous évoque Tandonnet ces temps-ci. On a raison. Un excellent blog politique où l'on nettoie régulièrement les immondices !
Ce qui est toujours de bon aloi.
Les autres peuvent toujours se retrouver chez Rioufol !

boureau

@ Michel Deluré 24 août 2019 09:38
@ Lucile

Efficacité de l'Etat (suite et fin pour moi)

Michel Deluré, vous évoquez justement l'hôpital pour justifier une gestion spécifique et vous sortez l'argument massue des "patients" des urgences qui...

Mais enfin, en réflechissant un peu,

En quoi le service technique de l'hôpital qui s'occupe des bâtiments, du chauffage, des systèmes électriques etc. devrait-il être géré d'une façon différente du privé ?

En quoi le service "lavage, sèchage et repassage" des draps, serviettes, torchons etc. devrait-il être géré d'une façon différente du privé ?

En quoi le service chargé d'approvisionner les médicaments et de gérer les stocks au mieux devrait-il être géré d'une façon différente du privé ?

En quoi les innombrables secrétariats d’un hôpital devraient-ils être gérés de façon différente du privé ?

En quoi les services paye et social devraient-ils être gérés d'une façon différente du privé ?

En quoi le service informatique devrait-il être géré de façon différente de celui du privé ?

En quoi le service d'achat et gestion des matériels médicaux et autres lits et chariots devrait-il être géré d'une façon différente du privé ?

En quoi les innombrables consultations des spécialistes de l'hôpital devraient-elles être gérées d'une façon différente du privé ?

En quoi la gestion des parkings devrait-elle être différente de celle du privé ?

En quoi la gestion des repas devrait-elle être différente de celle du privé ?

Etc. etc., etc.

Si je ne m'abuse les ascenseurs sont bien gérés par des "privés" même si ce sont des hôpitaux ?

Etc. etc. etc.

Reste les urgences, la plus grande pagaille des services administratifs de France et ce n'est pas peu dire ! Un grand coup de pied dans cette fourmilière et une réorganisation massive pourraient sans doute remettre le système en marche plutôt que toutes ces rustines depuis quarante ans.

Quand on compare avec les autres pays d'équivalence, nous avons plus d'infirmières et de personnel soignant d'une façon générale que la moyenne européenne. Mais évidemment moins de médecins urgentistes. Rien que dans ma région, il manquerait aux différents services des urgences 87 médecins !

Ça c'est la gestion administrative à la française !

Même si on écarte les urgences du champ du privé (ce qui n'est pas acquis), la majeure partie de la gestion d'un hôpital peut être calquée sur le privé pour notre plus grand bien à tous.

La gestion publique n'est ni un exemple, ni une religion !

A moins que l'on me prouve - au-delà des symboles et des mots - le contraire.

Cordialement.

————————————

@ Noblejoué 24 août 2019

Pauvre petit Noblejoué (pour reprendre votre terminologie) qui croit encore que derrière chaque touriste en Russie, sont planqués à quelques mètres, des barbouzes pour surveiller chacun de ses gestes.

Il faut sortir de votre bunker Noblejoué et vous nettoyer les neurones en prenant votre baluchon pour aller découvrir la "vraie" vie en Russie comme ailleurs !

La vie, la vraie, ce n'est pas qu'Internet vingt-quatre heures sur vingt-quatre ! Et en plus, bizarrement, vous recontreriez des humains ! Quel choc ! Des vrais, en chair et en os et avec des cerveaux ! Une découverte pour vous sans aucun doute !

Cordialement.

Noblejoué

@ Valery
"C'est compliqué de concilier une société prospère et progressiste avec une liberté individuelle totale ; beaucoup soutiennent cette utopie, mais ce sont eux également les premiers à réclamer l'interdiction quand quelque chose ne leur plaît pas ou leur paraît être un obstacle à leur rêve."

Je prends le corps pour base, chacun en a un, dont il jouit.
Tout le monde peut se tuer, se droguer, jouer, avoir les activités sexuelles qui lui plaisent.

Enfin, tous les ADULTES.
Il faut absolument sécuriser Internet pour les enfants. En somme, cela devrait être obligatoire comme les vaccins (car on peut infecter des gens trop faibles pour se vacciner) et deux ou trois choses. Le corps, l'esprit, enfin, c'est pareil, le cerveau des enfants n'est pas achevé, donc...

Mais à un moment, les gens sont adultes.
Autant je n'ai rien à redire dans son principe contre la redistribution, voire si c'était possible un revenu de vie inconditionné pour tous, pour SOS, sauver l'âme, enfin le corps de tous de façon libérale, les gens ont de l'argent, des moyens de vivre, et non des interdictions, des conditions, on donne de la liberté aux gens...

...autant je suis contre qu'on leur en prenne. Quoi ? Il ne suffit pas que nous soyons souffrants et mourants, et actuellement, pour la plupart, lutter pour la survie ?
Il faudrait qu'en plus, dans le travail, on interdise certaines opportunités, lancer de nains, prostitution, puis pas prostitution, le client, ce qui revient, là, à interdire des loisirs ?

Les gens sont toujours assez adultes pour répondre de leurs délits et de leurs crimes, mais pas pour user d'eux-mêmes. Cohérent ? Ils ne sont guère libres de changer de condition, et c'est bien, mais s'ils ne sont pas libres de s'arrêter de jouer aux courses, c'est mal. Cohérent ?
En somme, si les gens sont enfermés pour motif de survie ou par condamnation, c'est bien... S'ils le sont parce qu'ils ont pris des risques, donc du moins été libres et sans doute jouissant à un moment, c'est mal.

Google et autres sont mal car ils nous donnent ce que nous voulons, l'Etat et les Eglises sont bien parce qu'il nous l'interdisent.
Si Google s'enrichit, c'est mal, si les Eglises et les Etats imposent leur pouvoir, c'est bien.

Mais je suis d'accord, il y a des contraintes dans Internet, alors mettons que quelqu'un veuille se passer d'Internet.
Est-ce que l'Etat va le lui permettre ? Je veux dire que de plus en plus, l'Etat et les autres poussent à passer par Internet, le mel... Donc, d'un côté, on pousse les gens à être dépendants d'un médium, et puis après, on veut les empêcher d'en jouir à leur guise.

- Tu es obligé de sortir.
- Non, je ne veux pas !
- Si... Mais surtout, tu ne prendras pas de chemins de traverse.
- Finalement, ce n'est pas un complot, mais TOUT est contre moi.

Moi, je ne suis pas contre et qu'on pose gratuitement des filtres pour enfants sur Internet, et même que l'Etat en pose à des gens fragiles, interdits de jeu dans les espaces non virtuels, par exemple.

Au lieu de diaboliser Google et compagnie, les responsabiliser.

Je me mets à la place des pontes de Google, les gens contre la liberté et qui nous reprochent de faire du fric... parce qu'on est là pour que les gens ne soient pas libres, et nous, pas riches ?
Autant demander aux gens de se nier eux-mêmes : leur culture libérale et leur soif de réussite.

Mais on pourrait dire que la liberté est la règle, et la règle, l'exception, pour les enfants, et les gens ayant telle fragilité reconnue par les tribunaux ou autres.
Les gens pourraient même le demander. Pourquoi pas ? Ce n'est pas l'Etat ou Patrice Charoulet qui me tyrannisent, c'est moi qui ne retombe pas dans tels ou tels errements ou qui ne veut pas risquer d'y tomber.

Ça change tout : société libre et plus humaine envers les faibles pouvant mieux se protéger, grosse entreprise non niée dans son être mais responsabilisée.
Je pense que Google devrait faire ça de lui-même : je vous libère-protège, et le faire savoir.

Si Google veut me filer du fric pour mes bons conseils, je ne suis pas contre... Certes, cette bouteille à la mer est aussi improbable qu’intéressée, mais enfin, encourager les gens à donner des idées et le faire savoir ne serait pas mauvais pour les renouveler.

Tout cela ne m'empêche pas de dire que je voudrais un Google français, qui nous apporte une liberté aussi grande que Google, si possible avec la responsabilité dont je parlais.
Pourquoi ne pas apporter une french touch ? J'ai bien conscience que les bébés entrepreneurs n'ont pas les moyens de Google pour être éthiques, mais cela pourrait se faire en partenariat avec l'Etat. Au lieu de s'opposer, s'accorder, il serait grand temps.

Valery

@ Noblejoué
"Je sens que je vais vous scandaliser, mais pour moi la pornographie, le suicide, la vente d'alcool et les jeux en ligne ne sont pas la fin du monde."

Mais je ne suis point du tout scandalisé.

Je suis un homme dans la fleur de l'âge, il m'est arrivé de regarder du porno, de jouer aux jeux de hasard, de boire, et je suis pour qu'on laisse ceux qui veulent en finir, en finir tout simplement - sans chichis et fausse compassion.

Sauf que voilà, sur Internet, des gens sans scrupules bâtissent des fortunes considérables en exploitant nos faiblesses, nos addictions et nos défauts. On croit jouir d'une liberté totale mais en fait on devient des esclaves car le choix et le pouvoir de vaincre une addiction sont souvent hors de portée.

C'est compliqué de concilier une société prospère et progressiste avec une liberté individuelle totale ; beaucoup soutiennent cette utopie, mais ce sont eux également les premiers à réclamer l'interdiction quand quelque chose ne leur plaît pas ou leur paraît être un obstacle à leur rêve.

Nathalie Delachaîssay

BIARRITZ AVANT-GUERRE

Macron : C'est vous les Africains, vous arrivez de loin.

Trump : La route du vin est coupée.

Noblejoué

@ Valéry
"Il n'y a aucune restriction en Russie quant à Internet, à part les sites qui font partie d'une base fédérale de données, pareil qu'en France. Ces sites glorifient ou font de la publicité à des concepts nuisibles - la pornographie, le suicide, les jeux en ligne, les drogues, la vente d’alcool (dans ce cas précis c'est une urgence nationale) et ainsi de suite. Le problème de Google c'est qu'ils ont refusé d’intégrer cette base de données à leur moteur, préférant payer une amende, égale à trois secondes de leur revenus."

Je sens que je vais vous scandaliser, mais pour moi la pornographie, le suicide, la vente d'alcool et les jeux en ligne ne sont pas la fin du monde.
Je vous explique : le suicide est la liberté, la porte de sortie de ceux qui n'en ont pas d'autres. Les jeux en ligne sont-ils pire qu'ailleurs ? La drogue et l'alcool - qui est une drogue, mais disons, civilisée ailleurs que chez ces arriérés de Russes - sont des divertissements. Le monde est ce qu'il est, insupportable, mieux vaut le supporter quand même par drogue que par religion, à savoir une vue fausse des choses - Dieu est tout-puissant et bon mais nous souffrons et nous mourrons, contradiction - une incohérence qu'on veut de plus imposer aux autres.

Avec la "morale" qui va avec, l'être humain n'a pas le droit de se tuer, comme un esclave ne diminuant pas le patrimoine de son propriétaire, il n'a pas le droit de s'échapper de sa vie.
L'être humain est un chien dans un chenil, donc... Tout cela dissimulé par l'idée d'amour que nous porterait un dieu pourtant qui nous blesse et nous tue. Il y a aussi l'idée d'aimer son prochain, quand pourtant nous sommes contraints à la lutte pour la vie, en concurrence, donc devons plutôt l'évincer. Mais enfin, nous nous serons mal comportés et devons donc mendier notre pardon... Quelle histoire !

Si des gens veulent jouer à ça, c'est leur droit... Si d'autres regardent du sexe, oui, pas toujours esthétique... Mais le mauvais goût est-il un crime ? Dans ce cas, saint Sulpice et les représentations hindouistes contemporaines méritent le fouet.
Sinon, les gens ont le droit de regarder de la pornographie, en réalité, si on y songe, plus ennuyeuse que tout. Enfin, que tout ? Et la téléréalité, basée sur le voyeurisme, la concurrence effrénée et la délation, c'est mieux que ce qui est censuré ?

Non.

La censure est liberticide. Et ce n'est pas tout : arbitraire. Interdire la drogue ?
Et pas le crédit, l'amour, le sexe, le jeu, le salariat ? Tout cela peut rendre aussi dépendant que la drogue... Enfin, erreur, il y a DES drogues, comme le crédit encadré n'est pas l'usure.
On compare les pires des drogues au plus bel amour, ce n'est pas équitable. Dans l'autre sens, ce serait Romanée-Conti ou l'opium des meilleures fumeries hélas abolies et un crime passionnel !

Bref, on interdit en fait... le rêve.
Produire ! Croire ! C'est bien, peu importe la pollution dans le premier cas, les atteintes aux libertés et la violence des religions dans l'autre.

On en veut au drogué de ne pas être dans ce qui est considéré comme socialement utile.
De là, on le pousse du côté de l'inutile-nuisible, et on lui nuit tant qu'on peut... à mort aux Philippines !

Je ne sais pas si c'est par économie, pour ne pas se compliquer la vie, par amour de la liberté ou par compassion.
Quoi qu'il en soit, les GAFA ne font pas la chasse à des gens qui ne font qu'user de leur liberté d'une façon qui ne plaît pas à des gens qui "n'aiment pas qu'on suive une autre route qu'eux".

Eh bien, cela me rend les GAFA sympathiques, en somme. Sympathiques ou non, comme tout le monde devrait le savoir, les NBIC, c'est l'avenir.
Donc, j'aimerais que l'Etat français et/ou les entrepreneurs nous rendent indépendants des GAFA.
Parce que des gens peuvent être très bien, ils n'ont pas intérêt à nous faire de cadeaux. Pas d'intérêt matériel. Pas d'intérêt spirituel : contrairement aux GAFA, nous sommes, en France quoi qu'on en dise, bien moins pour la liberté qu'eux, et en plus, les diabolisons tant et plus... Moi je dis que si j'étais patron ou cadre d'un GAFA, je ne ferais pas de grâce à des gens moins pour la liberté que nous (en somme, si d'aucuns voient en nous le mal au nom de leur "morale", au nom de liberté, nous sommes le bien) et qui nous traînent dans la boue (la liberté d'expression en France, c'est insulter, essentiellement, voir les commentaires de tous les blogs).

Eh bien, les gens ont le droit de dire... Pas celui d'avoir un traitement de faveur après. En France nous avons eu le Débarquement et été anti-Américains et nous nous plaignons que les Etats-Unis s'investissent de moins en moins dans la défense de l'Europe et nous nous scandalisons... Il y a l'idée de profiter des autres en leur crachant dessus, et que cela durera toujours parce qu'on le vaut bien.
Intenable ! Encore plus face à des entreprises. Nous avons aidé les Etats-Unis avec La Fayette, qui se plaisent à le redire... Alors qu'ils ont mille fois remboursé leur dette !

Mais les GAFA ne doivent rien à la France, elles suivent leurs règles, s'enrichissent et ont leurs propres objectifs.

Je n'aime pas que nous dépendions des autres.
Et encore moins que nous nous comportions si mal, liberticides et pleins d'envie pour ceux qui se sont donné la peine d’innover.

Il paraît que l'avenir n'est pas écrit ? Dans ce cas, permettons aux autres de vivre et à nous-même, en un mot, innovons.
Enfin, on peut continuer à piétiner les faibles qui ne nuisent qu'à nos préjugés et à envier les gens plus innovants que nous.

C'est un choix de vie.

boureau

@ Elusen 24 août 2019 06:07
"Mais il paraît que c'est mieux de mourir assassiné par... boureau"

Moi, boureau, assassin ?

Moi qui n'ai jamais tué que des grenouilles dans les marais en les prenant avec un hameçon à trois branches ornementé d'un fil rouge !

C'est vrai que je les posais ensuite sur un billot et qu'avec une serpe je les découpais en deux au niveau du reintier d'un coup sec !

Excellente leçon d'anatomie qui me permettait de constater que les centres nerveux de la grenouille étaient bien au niveau de la tête car elles continuaient à avancer avec seulement leurs deux pattes de devant.

Mon père les dépouillait ensuite et ma mère les faisait frire !

De l'assassinat en famille en quelque sorte Elusen !

Mais je proteste votre honneur ! Il y a largement prescription !

Cordialement.

---------------------------------------------------------

@ Lucile 24 août 2019 01:21

Nous voila d'accord sur l'essentiel :

L'Etat régalien (Armée, Police, Justice, Diplomatie, Monnaie, Impôts) doit être géré avec une certaine souplesse mais toujours dans un certain sens de l'efficacité et la hantise de la gabegie. On ne voit pas pourquoi il en serait autrement.

Pour tous les autres services, une juste et raisonnable efficacité. Car, comme le rappelait Marchenoir, pourquoi, par exemple, un service des Ponts et Chaussée devrait-il être géré différemment d'un service d'une société de travaux publics ?

D'accord à une nuance près: "mais disons tout de même pas comme les autres". Moi je pense que si. Je peux me tromper !

Cordialement.

Noblejoué

@ boureau

Pauvre petit bourreau, je ne conteste jamais qu'on fasse des recherches, bien au contraire !

Qu'est-ce que tout le monde devrait savoir, l'avenir c'est les NBIC ? Donc faire des recherches, ce n'est pas que bien, c'est VITAL.
Empêcher les gens d’accéder au moteur de recherche qu'ils veulent, c'est mal... Un moteur contrôlé par un pays peut être un instrument de censure.

"Par exemple que la Russie tenterait d'échapper à la dictature de Google et autres GAFA ne vous vient pas à l'esprit en développant des systèmes indépendants ?
Il me semble que la Chine cherche à faire de même."

Dire du bien de la Russie par la Chine, une dictature :

https://www.tdg.ch/monde/camps-travail-force-horreur-perdure/story/15616519

Censure et comment la contourner un tout petit peu mais je pense qu'on est plus coulant pour les touristes : vous vous imaginez les touristes au trou pour ça, ce serait drôle, tiens.

https://lecafedugeek.fr/censure-internet-chine-vpn-contourner/

Il est vrai, que moins, mais il y a une censure en France. Et que des gens en veulent plus.
Toujours plus ! Plus de pseudonymes, et je parie, interdiction du blasphème demain. Comme on est aujourd'hui, s'il y a un dieu tout-puissant, il est responsable de tout, et comme tout va plutôt mal, pas étonnant que certains l'insultent.
Mais à quoi bon perdre son temps à ces futilités ?

Cordialement

Achille

@ sylvain | 24 août 2019 à 09:57

Christiane Taubira, sors de ce corps !!

Xavier NEBOUT

@ Achille

Les Russes ont bien de la chance d'avoir un chef qui fait obstacle à la mainmise de Google et autres sur leurs données.
Chez nous, un mot de Trump à Google, et le pays est en panne !

Robert

@ Michelle D-LEROY | 23 août 2019 à 20:09

Je vous rejoins dans votre commentaire.

En ce qui concerne le G7, monsieur Macron montre sa psychologie de provocateur ne serait-ce que par la simple lecture de la liste des chefs d'Etat invités (https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/g7-a-biarritz-quel-est-le-programme-des-chefs-d-etat-7798212821).

On y trouve notamment le président du Rwanda, ce que Roland Hureaux dénonce à juste raison comme un scandale dans un récent billet (http://roland.hureaux.over-blog.com/2019/08/le-vrai-scandale-du-g7-de-biarritz-est-la-presence-de-paul-kagame-president-du-rwanda.html).

L'excellent exposé de Roland Hureaux suffit à démontrer où est, pour la France, ce scandale d’État mis en scène par monsieur Macron. Non, il ne changera pas et ses postures d'acteur n'y changeront rien. A croire qu'il a lui aussi biberonné au trotskisme !

Quant à votre réponse à Lucile, cela m'a simplement rappelé ma lecture ce matin du Figaro dans lequel deux articles ont retenu mon attention.

Le premier est celui d'Alain Minc intitulé : «Nos certitudes sur l’économie s’effondrent et on cherche un Keynes ou un Friedman». Le début de son billet vaut son pesant :
"Nous avons depuis cinquante ans été formés à respecter des tables de la loi économiques peu nombreuses mais très strictes: le plein-emploi crée l’inflation et celle-ci pousse les taux d’intérêt à la hausse. Le financement de l’État par une banque centrale est un anathème car facteur d’inflation. La création monétaire doit demeurer dans des limites raisonnables sous peine, là aussi, de nourrir l’inflation. Et enfin, plus globalement, une révolution technologique engendre des progrès de productivité qui constituent le meilleur adjuvant de la croissance. Les dix dernières années viennent de nous démontrer que ces principes fondateurs n’ont plus lieu d’être et nous sommes, dès lors, désemparés car privés de boussole macroéconomique." (http://www.lefigaro.fr/vox/economie/alain-minc-nos-certitudes-sur-l-economie-s-effondrent-et-on-cherche-un-keynes-ou-un-friedman-20190823).

C'est à rapprocher de l'analyse que fait Alexandre Devecchio dans le Figaro Magazine du livre du sociologue américain Christopher Lasch (http://www.lefigaro.fr/vox/societe/les-grands-essais-du-xxe-siecle-la-revolte-des-elites-de-christopher-lasch-20190823) comme du bilan de la société actuelle qu'analyse Mathieu Bock-Côté dans un article intitulé : « Woodstock, derrière la fête, un lourd héritage » (http://www.lefigaro.fr/vox/societe/mathieu-bock-cote-woodstock-derriere-la-fete-un-lourd-heritage-20190823).

Or, cette société dénoncée par Mathieu Bock-Côté et annoncée il y a plus de vingt ans par Christopher Lasch de manière magistrale (notamment le règne antidémocratique des élites pour elles-mêmes, le "festivisme" généralisé, etc.) est bien celle que promeut monsieur Macron !

sylvain

@ Achille | 23 août 2019 à 23:12
"N’oublions pas que la Guyane est recouverte à 97 % de son territoire par la forêt amazonienne et qu’à ce titre la France a son mot à dire sur la situation actuelle en Amazonie."

Que fait la Ceufran en Guyane, je croyais que le temps des colonies était révolu ?
Les seuls mots à dire qu'on devrait entendre ce sont ceux de la bouche des Guyanais à la venue de Macron : "casse-toi pôv' c.." !

Michel Deluré

@ Lucile 23/08 13:58

Je reconnais avec vous que, s'agissant des secteurs où l'Etat intervient en tant que prestataire de services, sa gestion est loin d'être exempte de toute critique.

Mais il convient de prendre aussi en compte la nature souvent bien spécifique de certaines de ces prestations, qui ne peuvent être appréhendées comme la plupart des prestations industrielles ou commerciales soumises aux lois du marché.
Il en résulte que certains critères que l'on considère de bonne gestion pour une entreprise industrielle ou commerciale du secteur privé ne peuvent alors être pris en considération dans le cadre d'une intervention de l'Etat.
Il est clair que l'objectif de rentabilité, pour ne choisir que cet exemple, ne sera pas, pour de nombreuses raisons, une priorité. Si tel était le cas, nombre de patients relevant de l'hôpital public ne devraient-ils pas alors s'inquiéter pour leur avenir, ce qui, entre parenthèses, ne vaut nullement accord de ma part sur la manière dont est géré actuellement l'hôpital public ?

Un autre aspect qui me semble important et qui différencie l'entreprise de l'Etat est notre propre position par rapport à l'une et à l'autre.
Etre salarié et être citoyen, ce n'est pas la même chose. Cela affecte les rapports que nous avons avec l'entreprise et avec l'Etat, les liens contractuels qui nous lient à ces deux entités et les contraintes comportementales que chacune de celles-ci ont donc à notre égard.

----------------------------------------------------------

@ Robert Marchenoir 23/08 18:26

D'abord, pourquoi voudriez-vous que tout individu ne puisse qu'associer systématiquement entreprise et capitalisme d'une part, avec une connotation forcément péjorative pour le terme capitalisme, et Etat et communisme d'autre part ?
Tout le monde n'a pas une vision aussi réductrice, tranchée, aussi bornée idéologiquement.
Heureusement qu'il existe d'autres alternatives.

Ensuite, c'est bien effectivement parce qu'un Etat n'est pas une entreprise et qu'un citoyen n'a pas le statut d'un salarié, qu'un Etat ne peut être géré comme une entreprise.

Pour réformer la France, ou tout autre pays d'ailleurs, il ne suffirait pas de la diriger comme une entreprise parce que justement elle n'est pas une entreprise, parce qu'aucun pays n'est une entreprise.
Cela ne signifie pas pour autant que certaines méthodes utilisées par l'entreprise, et qui sont efficaces, ne puissent pas servir de modèle à l'Etat, l'inspirer.

Valéry

@ Noblejoué
"Les Russes sont de plus en plus isolés du monde, par exemple sur Internet."

Il faut utiliser au moins deux filtres pour les informations prises au hasard sur le net, sinon on risque l'intoxication.

Il n'y a aucune restriction en Russie quant à Internet, à part les sites qui font partie d'une base fédérale de données, pareil qu'en France. Ces sites glorifient ou font de la publicité à des concepts nuisibles - la pornographie, le suicide, les jeux en ligne, les drogues, la vente d’alcool (dans ce cas précis c'est une urgence nationale) et ainsi de suite. Le problème de Google c'est qu'ils ont refusé d’intégrer cette base de données à leur moteur, préférant payer une amende, égale à trois secondes de leur revenus.

Donc il a été évoqué un possible blocage - temporaire évidemment - en attendant qu'ils se conforment à la législation russe. Mais Google est toujours opérationnel en Russie - à mon grand regret d'ailleurs, car à titre personnel je considère qu'ils dépassent de loin leur objectifs initiaux, et que de simple moteur de recherche ils l'ont promu outil de propagande, constamment modifiant ses algorithmes pour pousser derrière le paillasson tout ce qui ne plaît pas à ses dirigeants (tous de gauche par ailleurs), accompagné de stockage et vente des données des utilisateurs.

Cela n'affecte que de façon minimale la France, mais dans le cas des pays livrés continuellement à une compétitivité acerbe, comme le triptyque Russie - Chine - États-Unis, le fait que Google soit basé et contrôle par ce dernier lui enlève toute neutralité et le rend potentiellement très dangereux. Peu de gens se rendent compte à quel point une recherche biaisée par la source peut influer sur vos décisions et vos choix.

boureau

@ Achille 23 août 2019 23:12
"Il est compréhensible que Macron pique une colère"

Non Achille quand on se pique d'être un "homme d'Etat" on ne "pique" pas une colère, mondialement relayée, en plein sommet planétaire.

Si au lieu de regarder Arte et ses informations à base d'ONG plus ou moins crédibles, vous examiniez la carte des feux en Amérique du Sud publiée par la NASA, vous remarqueriez que toute l'Amérique du Sud présente ce problème de feux.

Pas seulement le Brésil mais aussi le Pérou, la Bolivie, le Paraguay...

Ah oui, mais le Brésil est présidé par un affreux blaireau d'extrême drouate. Donc sus à Bolsonaro.

Les incendies massifs, en France, au Portugal, en Russie, aux Philippines seraient dus, selon Macron et les progressistes, au réchauffement climatique, mais bien sûr, ceux de l'Amazonie sont dus à la déforestation !

Petit rappel : en 2005 il y a eu de grands incendies similaires à ceux d'aujourd'hui au Brésil. Mais la presse occidentale et les progressistes n'ont pas crié à la déforestation puisque c'était leur icône : le brave Lula qui était président. Toujours en prison le cher homme. Selon que vous soyez...

Macron saisit l'occasion, en parfait cynique politicien, pour allumer un contre-feu à la signature du CETA. D'une pierre deux coups : il fait sa "Greta" au plan international et calme les progressistes et les agriculteurs au plan national. Du beau travail de com.

Enfin, le Brésil compte 225 millions d'habitants en 2019. Les prévisions lui prédisent entre 300 et 350 millions en 2050. Que le Président brésilien s’inquiète, lui contrairement à d'autres... de son peuple et fasse de la prospective pour le nourrir me semble la moindre des choses. Même s'il est d'extrême drouate !

L'incontinence verbale de Macron depuis quelques heures et sur tous les sujets montre qu'il n'est pas excessif de considérer qu'il se prend pour le "Maître du monde" comme Di Caprio.

Le problème reste celui du Titanic chevauché par Di Caprio et parallèlement de la France par Macron ! Cherchez l'iceberg ?

Cordialement.

——————————

@ Noblejoué 23 août 2019 23:26
"Les Russes sont de plus en plus isolés du monde ; voir sur Internet"

C'est votre interprétation. Souffrez qu'il y en ait d'autres !

Par exemple que la Russie tenterait d'échapper à la dictature de Google et autres GAFA ne vous vient pas à l'esprit en développant des systèmes indépendants ?

Il me semble que la Chine cherche à faire de même.

Les gouvernements européens, en off, voudraient bien eux-aussi se lancer dans cette recherche, mais ils sont tellement pusillanimes et effrayés par des représailles possibles que les pauvres petits subissent et nous derrière.

Alors, la liberté Noblejoué, c'est pour qui in fine ?

Quelques amis reviennent de voyages en Russie. Aucun n'a eu l'impression de vivre dans un goulag ! Testez pour voir ! Les Russes seront ravis de vous accueillir !

Cordialement.

Exilé

@ caroff
« son cursus (ENA) n'inclut pas de diplômes sanctionnant des études d'histoire... »

Si Maxime Tandonnet n'est pas historien de profession, cela ne lui interdit pas pour autant de faire preuve parfois d'une démarche à caractère historique.
Des historiens non diplômés dont certains étaient ou sont des rats de bibliothèque ont pu apporter de réelles contributions à la connaissance de l'histoire.

Par ailleurs, en France, nous pouvons parfois nous poser des questions sur la rigueur et l'objectivité de curieux historiens d’État, payés avec nos impôts, par exemple sur des questions relevant de la période révolutionnaire ou des événements d'Algérie, dans la mesure où leur souci, plus d'ordre politique qu'historique, semble trop souvent être axé sur le maintien de la doxa « officielle » à l'encontre des réalités.

Xavier NEBOUT

Si l'on veut que son discours soit efficace, il convient, en suivant une idée, d'avancer des arguments à l'appui desquels on peut exposer des moyens s'ils ne se suffisent pas à eux-mêmes.

On ne doit pas asséner les moyens sans nous dire à l'appui de quel argument, et encore moins l'idée.

Enfin, chercher à disqualifier la personne au lieu de s'attaquer à ses arguments ou contester ses moyens est le propre des rustres incultes.

A coller en haut de l'écran pour certains, et notamment pour certain.

Achille

@ S Carioca | 23 août 2019 à 22:50
« Il faudrait un jour lui rentrer dans le chou militairement sur un théâtre accessoire pour le ramener à la raison (et encore) mais c'est un jeu dangereux. »

Oui, en effet, c’est un jeu dangereux, de « rentrer dans le chou » de Poutine, je vous le concède volontiers.
Vous en avez beaucoup des idées de ce genre ou bien c’est juste un petit moment d’égarement ? Je suppose que votre barda est prêt pour aller en découdre.

Personnellement je trouve que Poutine constitue un contre-pouvoir salutaire contre les ambitions mégalomaniaques d’un Donald Trump qui affirme avec le plus grand sérieux, devant les journalistes médusés « Je suis l’Elu » en regardant le ciel, joue les apprentis sorciers avec Kim Jong-un, les « monsieur Muscle » avec la Chine et l’Iran et croit que tout s’achète, y compris le Groenland, simplement parce qu’il l’a décidé et que rien ni personne ne peut aller contre sa volonté.

Que deviendra la Russie après Poutine ? Je ne suis pas certain que la paix mondiale y trouvera son compte. A noter que ça fait vingt ans que Poutine est au pouvoir et que malgré les prédictions des poutinophobes dont nous avons quelques exemples sur ce blog, il n’y a toujours pas eu de troisième guerre mondiale.
Pourvu que ça dure ! Mais avec le nombre de barjots qui sont aux commandes des grandes puissances étrangères en ce moment, on peut redouter le pire.

Elusen

C’est vrai avec Putin (en anglais, c'est plus rigolo), il n’y a aucun problème de meurtres de journalistes et d’opposants en son pays, pas de corruption systémique et institutionnelle, simple petit fonctionnaire du KGB devenu milliardaire, c’est donc bien mieux que... que quoi d’ailleurs ?!

C’est peut-être pour cela que les extrêmes droites l’aiment, les Marchenoir de ce monde sont atteints de priapisme à l’idée de pouvoir assassiner tous ceux qui s’opposent à eux.
Ils estiment que la liberté n’a de sens que s’il n’y a qu’eux qui en ont, pas les autres.

Le libéralisme économique, le libertarisme de Putin, c’est de piquer dans les caisses de l’État, un petit fonctionnaire du KGB, qui n’a jamais travaillé dans le privé, se retrouve milliardaire ; comme Orbàn fonctionnaire et son ami chauffagiste devenus les plus grosses fortunes de Hongrie en 5 ans.

Mais il paraît que c’est mieux de mourir assassiné par Putin, Marchenoir, Exilé, boureau que de l’être par quelqu’un d’autre. Même dans le meurtre, il y aurait des privilèges.

Lucile

@ boureau | 23 août 2019 à 20:00

Je n'ai sans doute pas été claire.

Je suis d'accord avec Michel Deluré quand il dit que l'État n'est pas dans l'ensemble comparable à une entreprise, qui doit gagner de l'argent en créant des produits ou en vendant des services, et qui doit impérativement dégager des bénéfices, pratiquement au jour le jour sous peine de disparaître.

Je suis d'accord avec vous quand vous dites que l'État peut sous certains aspects être considéré comme une entreprise de services, mais disons tout de même pas comme les autres. Je pense que nous sommes d'accord sur le fond, pour vouloir que les administrations soient bien gérées, et comme vous le dites, "efficaces".

——————————

@ Michelle D-LEROY | 23 août 2019 à 20:0

À propos du changement de méthode annoncé par Macron, nous verrons bien. Mais la méthode n'est pas une fin. Quel est son projet ? Ce sont les résultats visés et les résultats obtenus qui importent. Là, il fait de la communication sur sa méthode, je ne sais pas trop ce qu'il entend par sa méthode, je le trouve un peu fumeux, comme d'habitude. Il donne l'impression d'avancer par essais et par erreurs, c'est surtout ça sa méthode. Il me paraît surexcité en ce moment.

On dit que son tweet sur la forêt en feu est assorti d'une photo qui date de 15 ans, et les scientifiques rigolent quand il nous informe que la forêt amazonienne fabrique 20 % du CO2 de "la planète" (nom poétique donné à la terre par les écolos). Fake news.
Ses menaces vis-à-vis du Brésil sont spectaculaires, sa scène plaira à beaucoup. Mais je trouve que ça fait un peu cinéma et je ne vois pas le rapport entre les incendies et le traité commercial. Il fait cavalier seul, débarrassé des Anglais et profitant de la baisse de popularité de Madame Merkel, sans parler des ratés italiens. Mais il aura beau se démener et occuper le devant de la scène en gesticulant, la France sera toujours à la traîne de l'Allemagne et fera ce que veut l'Allemagne, avec ou sans Merkel, tant que nos économies seront aussi disparates.

Comme le dit caroff, "la com, toujours la com"...

Noblejoué

@ S Carioca
"Je ne sais pas ce qu'ont tous ceux qui s'en prennent à Marchenoir sur ce sujet mais bien que Marchenoir adopte souvent le profil de l'odieux cuistre gratuitement agressif, il faut reconnaître qu'il a parfaitement raison sur Poutine."

Comment voulez-vous qu'un "odieux cuistre gratuitement agressif" ne soit pas agressé en retour ?
Il serait bon de le faire toujours à tous, que ce soit sur Internet, aux tyrans, enfin, la liste est longue.

Mais bon, c'est fatigant, et ne combats point les monstres car tu deviendras monstre, comme dit l'autre.
Et puis il n'y a pas que la méthode prophète, je dénonce le mal, ou par exception, je prédis le salut. Il y a la méthode, hum, non ? Disons, n’éclairer par la lumière que l'autre porte, on voit le bien, on l'encourage, comme à étendre son action, il ne s'agit pas de mettre une rouste mais de faire grandir l'autre. Qu'importe si les superficiels croient y voir de la basse flatterie ! S'il en est ainsi, eh bien, est-ce qu'ils méritaient vos soins ? Le minimum de loyauté est quand même de ne pas rendre le mal pour le bien.

Les abus que vous signalez sont doublement nuisibles : il poussent certains à partir, il polluent le message.
En somme, les méthodes odieuses servent les odieuses personnes dénoncées. Et c'est normal, je ne vois pas que l'injustice produise de la justice, contrairement au sempiternel d'un mal est sorti un bien.

Et j'oubliais : il se peut que des gens ne se résolvent pas à partir, mais que faute de l'énergie, du courage, bon, je ne vais pas manier davantage le scalpel, elle développent soumission et ressentiment. Et de l'autre, un fan-club approuve tous les abus.

Avec tout ça, je compte sur la découverte de gisements pétroliers ailleurs qu'en Russie et dans les pays arabes pour diminuer le pouvoir de Poutine et d'autres tyrans.
Je comprends les écologistes contre l'exploitation et la pollution de beaux sites, d'un autre côté, empêcher l'ouverture de nouveaux gisements conforte le pouvoir des tyrans.

Complexité...

Noblejoué

Il me semble que Robert Marchenoir aurait pu dire pourquoi les mensonges de Poutine prennent si bien : les Russes sont de plus en plus isolés du monde, par exemple sur Internet.

https://blogs.mediapart.fr/pierre-haffner/blog/220418/le-blocage-de-google-debute-en-russie

Donc pour trouver d'autres informations, ou Google Traduction, pas le traducteur parfait évidemment, mais qui donne le sens global...

Il me semble d'autre part que Robert Marchenoir doit des excuses à Claude Luçon. Je pense qu'il vaut mieux éviter les hypothèses personnalisantes et romantiques type on récuse un régime car on ne supporte pas un peuple à cause de rupture sentimentale...
Mais c'est en général pris comme une figure de style alors que les histoires de prostitution sont en général vues comme infamantes.

Infamantes sans vouloir rabaisser le sexe, si les sentiments sont beaux, le sexe n'est pas laid.
D'autre part, il est incohérent de dire que chacun doit se débrouiller et de récuser ce que les gens font de leur corps dans ce but.

Mais enfin, j'ai écris infamant car d'une part, les gens, en général, voient souvent les choses ainsi pour la prostitution, d'autre part les gens sentimentaux n'aiment pas voir leurs sentiments ravalés au sexe, à la politique, à l'argent ou à quoi que ce soit d'autre, il est un accomplissement en soi, on défend donc son autonomie.

Contexte, contexte...

Si ce cas pouvait servir de cas d'école...

Pourquoi ne pas séparer le régime du peuple ? Comme pour la Chine, on peut être intéressé par la culture chinoise sans oublier que le peuple est privé de sa liberté, donc de sa dignité.

Achille

@ boureau | 23 août 2019 à 18:29
« E. Macron explose en vol au G7. Ce G7, qui ne sert à rien, voit E. Macron complètement se désintégrer ! »

Non, E. Macron n’a absolument pas explosé en plein vol ainsi que vous le laissez entendre avec une emphase grandiloquente un peu ridicule.

Dans la mesure où le Brésil ne respecte pas les engagements qu’il avait signés lors des accords de Paris en matière de climat et de biodiversité, il est compréhensible qu’Emmanuel Macron pique une colère.
Il n’est pas le seul à s’alarmer de la situation de l’Amazonie. Le chef des Nations unies a également fait part de ses préoccupations face à l’attitude irresponsable du Brésil qui pour nous vendre son soja transgénique de m…. n’hésite pas à procéder à une déforestation irresponsable de la forêt amazonienne et chasser sans état d'âme les animaux et les peuplades de ce qui fut et est toujours leur territoire depuis des millénaires.

N’oublions pas que la Guyane est recouverte à 97 % de son territoire par la forêt amazonienne et qu’à ce titre la France a son mot à dire sur la situation actuelle en Amazonie.

S Carioca

A propos de Marchenoir et Poutine

Je ne sais pas ce qu'ont tous ceux qui s'en prennent à Marchenoir sur ce sujet mais bien que Marchenoir adopte souvent le profil de l'odieux cuistre gratuitement agressif, il faut reconnaître qu'il a parfaitement raison sur Poutine.

Le Kremlin ment dans une mesure moindre en fréquence que TWEETUS, BoJo, Erdogan, les mollah d'Iran ou le PCC mais égale à pire en conséquences.

Poutine n'est pas la Russie, un grand pays, une culture superbe, hélas perdue pour faire avec l'Occident un ensemble cohérent, synergique.
A cause de Poutine, ses mafieux, les autres mafieux et de nuisibles de son genre.

Il faudrait un jour lui rentrer dans le chou militairement sur un théâtre accessoire pour le ramener à la raison (et encore) mais c'est un jeu dangereux.

Noblejoué

Si les Français veulent des réformes, mais pour les autres, ils sont injustes, il ne faut pas faire aux autres ce qu'on ne voudrait pas qu'ils vous fassent.

AD

@ Robert Marchenoir | 23 août 2019 à 11:34 @ Claude Luçon 22 août 2019 à 18:36

Quel abruti ou insensible ectoplasme ce Marchenoir à s'en prendre stupidement à notre ami Luçon qui contrairement à lui n'a jamais rien caché de son parcours, de son âge, de ses attaches, passions, jusqu'à ses amours italiennes pour son épouse décédée !

duvent

@ Robert Marchenoir | 23 août 2019 à 11:34 @ Claude Luçon | 22 août 2019 à 18:36
« Peut-être pourriez-vous nous dire, pour une fois, pourquoi vous, vous êtes amoureux du régime au pouvoir à Moscou ? Une petite fiancée russe ramassée dans je ne sais quel bordel africain il y a soixante ans ? »

Marchenoir, vraiment vous avez toute honte bue !

A moins que cela soit un argument de haute tenue, et de qualité sur le plan politico-coco-éco...

Mais, n'étant pas de votre érudition en ce domaine, puisque je me tamponne allègrement le coquillard dudit domaine, il demeure une question que je vous soumets, la raison principale, c'est qu'il y a soixante ans je ne pouvais pas du tout, du tout, réaliser tout ce que ce monde avait de drôle ; ainsi, j'expose cette question profonde et si pertinente: dites-moi, ô grand sage parmi les grands sages, si M. Luçon lorsqu'il évoque Nathalie (qui aurait pu être votre Cicéron si vous étiez moins...), a visé juste ?

Car c'est dans cette seule et unique hypothèse que l'on peut concevoir la nécessité de nous peindre ce tableau extraordinaire d'une petite fiancée russe dans un bordel africain. Je dois dire que je trouve cette idée presqu'aussi amusante que celle de M. Luçon et de Nathalie.

Nous voyons donc que M. Luçon est un romantique, tandis que vous êtes un maquereau, et ne me répondez pas que je suis une morue, car alors je serai contrainte de vous rétorquer: à maquereau, morue et demi, voire brandade !

Rien que pour vous !
https://www.youtube.com/watch?v=2jqoFdSRG2s

duvent

@ yves albert | 23 août 2019 à 10:34
« Cette photo me rappelle une pétasse dans un lieu select qui me tendit sa main pour que je lui fasse un baise-main. Ce qu'elle peuvent être ridicules ! "Ta main tu peux la garder".
Je suppose que l'on retouche avant et après le visage de Brijou. »

Une pétasse, un lieu sélect, un gentilhomme et un hypothétique baise-main hérétique...

-------------------------------------------------


@ Xavier NEBOUT | 23 août 2019 à 12:36
« Nulle autre profession ne voit mieux les gens dans leur bassesse et leur malhonnêteté que l'agent immobilier. »

Est-ce que cela vient de ce que vous voyez particulièrement bien, ou de ce que votre profession draine une quantité phénoménale de déchets phosphorescents ?

Robert

@ boureau | 23 août 2019 à 10:04

Je pense qu'une recherche sur Internet avec les mots "Juan Branco Crépuscule", voire en plus pdf, pourrait vous donner accès à ce document diffusé en pdf bien avant sa parution.

Michelle D-LEROY

@ boureau
"Et personne ne s'émeut du coût global pharaonique de cette mascarade. Ni bien sûr du coût écologique ! Français, à vos portefeuilles !"

Comment, après avoir dépensé 36 millions d'euros pour un séminaire bunkerisé qui servira surtout à montrer au monde entier qu'il a les clés pour diriger le monde en donnant des leçons à tout un chacun, va-t-il faire passer les restrictions de ces futures réformes des retraites et du chômage ?
Car tout le problème est là, si on veut faire des économies pour un pays endetté, il faut d'abord montrer l'exemple. Sinon quel crédit aura-t-il ?

S'il est intelligent, il n'a en tout cas pas beaucoup de psychologie, à moins qu'il ne soit qu'un provocateur né.

---------------------------------------------------

@ Lucile
"L'État n'est pas une entreprise industrielle. Son rôle principal n'est pas de produire des biens et de la richesse."

En effet, l'Etat n'est pas une start-up. Les impôts qu'il prélève doivent être intelligemment utilisés pour moderniser les services de l'Etat : l'école, la santé, la justice, protéger les citoyens, moderniser le pays, aider les plus fragiles, etc.

Mais ce qu'on voit c'est bien une gestion non pas de start-up mais de multinationale avec des dépenses énormes au sommet comme si les dirigeants politiques étaient des actionnaires à qui tout était permis.

Moi je ne crois pas que M. Macron va changer de méthode, car nous savons tous que lorsqu'on chasse le naturel il revient au galop... et ça se voit. Le voilà qui donne des leçons à la terre entière sur son sujet phare : l'écologie.
Il veut reprendre le pouvoir en main mais la méthode sera la même. "Je fais ce que je veux... qu'ils viennent me chercher" !

Et surtout arrêtons de croire qu'il serait le seul à pouvoir diriger la France au milieu de 67 millions d'abrutis. Car en cherchant bien, des gens intelligents et capables il doit en exister pas mal mais sans doute avec moins de culot et de protections.

Ensuite si les Français veulent des réformes mais qu'ils les voudraient d'abord pour les autres et non pour eux, je pense que c'est pour deux raisons:
- C'est que généralement ces réformes bâclées se révèlent injustes avec des efforts mal répartis.
- Et puis comment faire admettre aux gens qu'ils doivent se priver alors que leurs dirigeants dépensent sans compter et qu'ils trouvent toujours de l'argent pour faire venir et entretenir toute la misère du monde.
Aujourd'hui encore nous acceptons (enfin pas nous, mais M. Macron) la moitié des migrants imposés par les ONG.
Tout le monde est donc persuadé que de l'argent, l'Etat en a... et même M. Hollande disait : "ça ne coûte rien, puisque c'est la France qui paie !"

boureau

@ Lucile 23 août 2019 11:58
"Je suis d'accord avec vous Michel Deluré"

C'est votre droit, sauf que votre intervention aboutit à stigmatiser le comportement de l'Etat en tant que responsable. Donc l'inverse de votre démonstration. Je vous cite :

"Partout où il est en concurrence avec le privé, il (l'Etat) fait beaucoup moins bien, et c'est de surcroît un mauvais patron" dites-vous et le reste à l'avenant !

Par ailleurs, je n'ai jamais dit que l'Etat devait être géré comme une "entreprise industrielle".

Je me permets de vous rappeler, mais vous le savez sans doute déjà, que la majorité des Français travaillent dans des sociétés de service. Tout comme la majorité des fonctionnaires et assimilés.

Ce qui est possible d'un côté devrait l'être de l'autre. Moyennant les pesanteurs, les lobbys, les politiciens, etc.

Je suis bien sûr d'accord avec vous sur la limitation drastique du périmètre d'intervention de l'Etat. Le régalien avant tout et du régalien efficace. Un Etat régalien, géré avec efficacité, enlèverait aux Français beaucoup de problèmes.

Un cas d'école récent :

L'hôpital de la ville où je suis avait un directeur de bonne réputation gestionnaire, avec deux adjoints sous-directeurs et donc deux secrétaires pour ces adjoints.

Il a été muté il y a trois ans et un nouveau jeune fringant surdiplômé directeur a été nommé et vient d'être promu à un poste plus important à l'autre bout de la France.

Maintenant il y a cinq sous-directeurs avec leurs secrétaires chacun ! Et il se dit dans les couloirs : "c'était quand même mieux géré avant !"

C'est effectivement possible, c'est effectivement souhaitable... mais... mais...

Cordialement.

caroff

"Il ne faut pas oublier non plus que ce changement de méthode dont on perçoit bien la nature - plus d'urbanité et d'écoute démocratiques, moins d'arrogance, moins de "régalien" et plus de "républicain""

Macron doit continuer la mise en oeuvre du programme pour lequel il a été adoubé: adapter la France à la mondialisation et à l'intensification de son européinisation...

La méthode caractérisant la première moitié de son mandat a été basée sur des contradictions importantes: accélérer des réformes libérales en s'attaquant (plutôt mollement) aux vaches sacrées (SNCF) tout en ne revoyant pas les dépenses publiques et en tolérant le creusement des inégalités territoriales avec la partition de la France en plusieurs archipels.
Résultat: une vive incompréhension entre le "populo" et lui...

La deuxième partie ne sera pas différente de la première, mais pour faire passer la pilule, il continuera à faire de beaux discours emphatiques et à distribuer de l'argent qui ne nous appartient pas... la "com" toujours la com !!

On parie ?

caroff

@ Patrice Charoulet 16h51
"Maxime Tandonnet, historien"

Il est actuellement membre de l'IGA (Inspection générale de l'administration) et son cursus (ENA) n'inclut pas de diplômes sanctionnant des études d'histoire...

boureau

E. Macron explose en vol au G7. Ce G7, qui ne sert à rien, voit E. Macron complètement se désintégrer !

Toute son arrogance, sa suffisance, son orgueil démesuré éclatent dans le différend diplomatique avec le Brésil et la conduite ultra-personnalisée de ce sommet.

Toutes ses initiatives (proposition d'un poste au Conseil de sécurité à l'Inde, modification de la composition du G7) montrent, s'il en était besoin, son orgueil démesuré, ses initiatives non préparées diplomatiquement, finalement sa légèreté intellectuelle.

Il se prend pour Di Caprio sur la proue du Titanic vociférant "Je suis le maître du monde !". Mais le Titanic n'est-ce pas la France ?

Et personne ne s'émeut du coût global pharaonique de cette mascarade. Ni bien sûr du coût écologique ! Français, à vos portefeuilles !

C'est sans doute ce que vous appelez cher P. Bilger un "changement de méthode" !
Un désastre !

P.-S.: Pourquoi ce sommet ne se déroule-t-il pas en visioconférence ? C'est ça le nouveau monde du XXIe siècle ?

Robert Marchenoir

@ boureau | 22 août 2019 à 17:14
@ Michel Deluré | 22 août 2019 à 11:47

Deux idées fausses :

1. Un pays ne se dirige pas comme une entreprise. Sous-entendu, une entreprise, c'est l'enfer capitaliste, alors qu'un pays c'est le paradis communiste.

Bien sûr qu'un pays se dirige comme une entreprise. Les règles de l'organisation humaine ne changent pas lorsque ces hommes s'appellent des fonctionnaires, ou lorsqu'ils s'appellent des salariés. La nature humaine ne change pas brusquement lorsqu'on passe d'une usine à une préfecture.

Quand un individu veut obtenir des résultats, à qui s'adresse-t-il, de préférence ? A l'État, ou à une entreprise privée ? La réponse ne fait guère de doute. Si la seconde est plus efficace, c'est qu'il doit bien y avoir une raison.

La France, tout particulièrement, gagnerait considérablement à être dirigée comme une entreprise. L'écart entre les normes de responsabilité et d'efficacité en vigueur dans le secteur privé, et celles admises dans le secteur public, sont considérables chez nous.

2. Pour réformer, il suffirait de diriger la France comme une entreprise, avec des chefs courageux. Planification, explication, exécution.

Hélas ! il y a une toute petite différence entre un pays et une entreprise. Dans cette dernière, au bout du bout, si les salariés sont rétifs à la réforme, ils sont licenciés. C'est la loi.

Dans un pays, si les citoyens sont rétifs à la réforme, au bout du bout, ce sont les dirigeants qui sont renvoyés. C'est la loi aussi.

En sorte que dans une entreprise, lorsque la réforme échoue, le vrai responsable, c'est le patron. Mais dans un pays démocratique, ce sont les électeurs.

Et voilà pourquoi les Français hurlent tellement à l'encontre de Macron, après en avoir fait de même contre Hollande, et avant lui Sarkozy. Il s'agit de crier très fort le premier, pour détourner l'attention des vrais responsables. L'émeute des Gilets jaunes n'a pas d'autre explication.

Voilà aussi pourquoi l'opinion publique se focalise sur la vie privée de ses dirigeants, de préférence aux questions politiques. Faire semblant de s'indigner de la prétendue homosexualité de Macron, des scènes de ménage de Hollande ou du divorce de Sarkozy permet de détourner l'attention de l'âge de la retraite, du déficit public et du dirigisme économique.

Et puis ça réclame moins de travail.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

  • CNews,"Face à l’info"
    Ludi 28 octobre de 19 h à 20 h, dialogue sur la Justice avec Eric Zemmour.
  • Causeur
    causeur.fr du 13 octobre "Philippe Bilger, le style fait l'homme", par Thomas Morales
  • Le Point
    Philippe Bilger : « Le mur des cons a fracturé la confiance dans la justice », lepoint.fr du 11 octobre.
  • Sud Radio, "Le Grand Matin"
    Tous les vendredis de 8 h 45 à 9 h 15, débat dans la Matinale de Patrick Roger.
  • CNews, "L'Heure des Pros"
    Tous les mercredis de 9h à 10h30, animé par Pascal Praud.
  • Sud Radio "Les Vraies Voix"
    Tous les jours du lundi au vendredi de 17h à 19h, émission de débat et de divertissement animée par Christophe Bordet.

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS