« La primaire, oui, mais sans François Fillon après ! | Accueil | Pourquoi les élus seraient-ils épargnés ? »

08 août 2019

Commentaires

Deviro

@ Noblejoué | 10 août 2019 à 05:05

Mais c'est marrant comme tout, vos "compliments" à Patrice Charoulet !
Un petit verre de Pomerol accompagnait notre rigolade...
Merci !

caroff

@ Patrice Charoulet 17h03
"À lire toutes affaires cessantes."

Je les avais lus (tomes 1 et 2) il y a vingt ans et j'ai replongé: même délectation !!

Ses romans viennent de paraître dans la collection "Bouquins"...

Patrice Charoulet

@ caroff 18 août 18h10

Vous lisiez "Journal inutile" de Morand et vous nous livrez une citation. Vous avez de bonnes lectures. Ce journal posthume est une mine et un régal. Quelle franchise, quel style et quel grand écrivain ! C'est l'un de mes écrivains préférés du XXe siècle et c'est mon livre préféré de lui. A lire toutes affaires cessantes. Et quel contraste avec les médiocres idoles qu'on nous propose partout et tout le temps.

caroff

Lisant avec moult intérêt le "Journal inutile 1973-1976" de Paul Morand, je tombe sur cette phrase qui m'évoque votre billet, Philippe Bilger:

"Tous les défauts des gens éclatent dans les dîners en ville: la vanité et la fourberie des femmes, la bêtise ou le conventionnel des hommes, le faux des rapports sociaux, la comédie humaine. Tout cela rend le dîner en ville un supplice effroyable. Le déjeuner, au contraire, est rapide, amusant, léger, on n'a le temps de détester personne, c'est charmant." (page 332)

Giuseppe

@ Robert Marchenoir | 10 août 2019 à 04:29
"Si les gens ne lisent plus, c'est peut-être que la réalité a largement supplanté la fiction."

Celle-là je la garde au chaud, du Patrick Modiano sans aucun doute.

Giuseppe

@ Robert Marchenoir | 09 août 2019 à 19:33

Bob - je me permets -, je ne vais pas vous demander votre bulletin de santé, ou plutôt je demanderais la fiche de contrôle technique de la machine que vous êtes.
Bouteur sans aucun doute, une grue de 50 m de flèche, et un système d'interférences à vous tout seul.

Je vous recommande en même temps - le bien nommé - les contrôles obligatoires, on ne sait jamais, j'ai vu des câbles effilochés qui paraissaient neufs, mais question moteur, aucun cliquetis anormal, seul un petite réglage de soupape sera le bienvenu.

Le souffle y est souvent, le turbo déclenche un peu vite, mais comme la machine semble saine, comme dirait mon voisin, la révision même avec un peu de retard ne pose pas problème.

La cartographie aussi de l'allumage est bien, mais par mesure d'économie je vous conseille un mélange de E85 à hauteur de 30 %, avec votre E10 sans modifier la carte grise, ce qui serait une hérésie, compte tenu de la qualité de votre moteur. Je suppose que vous carburez à l'essence.

J'ai vu que vous aviez changé la courroie de distribution, un bon point, il peut se produire des ruptures impromptues et catastrophiques pour les cycles soupapes/cylindres, élément essentiel qui coûte une misère et une grosse demi-journée de travail.

Pas de contre-visite, rien qu'à l'oreille tout semble normal, bon, parfois vos accélérations peuvent hérisser, mais c'est le lot de tout conducteur, même les plus paisibles, qui dès qu'ils ont un volant dans les mains invectivent pour une broutille qu'ils supportent tous les jours dans le cadre de leur activité.

Achille

@ Patrice Charoulet | 09 août 2019 à 11:15

Ravi que soyez en bonne santé à 74 ans. Il faut dire que votre hygiène de vie vous protège de toutes ces petites misères qui surviennent arrivé à un certain âge : diabète, hypertension, cholestérol, urée pour ne citer que les plus courants.
Ceci étant j’hésite à venir déjeuner chez vous dans le cas, bien improbable, où vous m’inviteriez à votre table.

Sans être un sybarite insouciant, j’aime bien avoir un verre (ou deux) de bon vin, de préférence bourgogne ou bordeaux, encore qu’il existe aussi d’excellents côtes-du-rhône. Certes un petit verre de Badoît après le plat de résistance peut se concevoir.
Après le repas j’aime bien aussi fumer un petit cigare (Davidoff de préférence) accompagné, le cas échant, d’un Armagnac hors d’âge.

Et tant pis pour les petits désagréments qui pourraient advenir !

Michel Deluré

@ Exilé 09/08 20:31

Rassurez-vous, je ne prenais le terme « vivre-ensemble » que dans son acception d'une cohabitation harmonieuse entre individus dans le cadre d'un groupe, quel que soit la dimension de ce dernier et qui ne se limite pas à celle d'un couple.
Les quelques officines gauchisantes auxquelles vous faites référence ne peuvent se prévaloir de la paternité de cette expression et donc des modes de vie et de gouvernance qu'elle sous-tend.

Dans la vie publique, chaque individu appartenant à un groupe a sa singularité, pense différemment, a ses propres intérêts qui ne sont pas ceux de ses voisins, voire est ennemi des autres individus de ce groupe.
Il importe donc de s'employer à favoriser la cohabitation de ces individus pour rendre la vie du groupe la plus efficace et la plus harmonieuse possible. Ce qui implique de s'interroger sur la manière dont nous allons organiser la vie de ce groupe du point de vue de sa gouvernance, de son éducation, de sa justice, de sa défense, de son système social, etc.

C'est là le rôle, entre autres, du politique que d'assurer le passage d'un stade initial que nous pourrions définir de conflit à un stade final d'harmonie que nous pourrions qualifier de paix. Ce vivre-ensemble-là n'a pour moi nulle connotation de quelque couleur politique que ce soit.

Giuseppe

@ Robert Marchenoir | 09 août 2019 à 19:33

Bob - je me permets - mourir en bonne santé a un côté terrifiant, non ?

Sans connaître le spectre d'une bonne bouteille, du dernier verre, du ris d'agneau sauce citron réduite...

Tipaza

@ Patrice Charoulet | 09 août 2019 à 11:15
"Bien, j’ai 74 ans."

Foin de faux fuyants,
Le poids des ans,
N’y est pour rien.
C’est d’être végétarien,
Sans hyponyme,
Servant de pseudonyme.

Pour toutes ces qualités
Vous méritez d’être cité :
Voilà un ange bavard,
Comme un boulevard !

Ce n’est pas l’usage,
Qu’il y ait tant de babillage.
Lorsqu’un ange passe.
Demandons à l’ange que silence il fasse.

Noblejoué

@ Claude Luçon | 09 août 2019 à 23:28

Il y a des gens en bonne santé sans être vivants. Vous c'est l'inverse. Bravo ! Je vous souhaite une meilleure santé, et ce n'est pas une formule en l'air, c'est possible avec le développement de la science.

Est-ce qu'il y a des exceptions ? En tout cas, avec Patrice Charoulet vous illustrez encore que le vivant n'est pas moralisateur, et que le moralisateur n'est pas vivant !

Je souhaite à chacun de vivre aussi longtemps qu'il le veut et d'avoir le goût de la vie qui persiste en lui comme un grand vin de longue caudalie ! Avec tous les problèmes de santé que vous avez, vous faites paradoxalement plaindre quelqu'un qui est en "bonne santé" mais en comparaison n'est pas vivant et ne s'en rend même pas compte... On comprendrait qu'un fantôme, se croyant encore de sang et d'os, ait ce problème, pour un être capable en principe de goûter aux plaisirs, c'est plutôt étonnant... Pfeu ! Patrice Charoulet fait aussi ressortir en comparaison que je connais quelqu'un de merveilleux ayant une tendance à l'addiction et se privant donc de vin sans faire la morale aux amis qui boivent. Quelle classe ! Le-vin-qui-fait-des-dégâts, oui ! Mais la pensée aussi, on ne va pas s'interdire de penser...

Quant à l'amour ! Vous donnez à penser que vous êtes capable de vous émouvoir, tandis que Patrice Charoulet parle de sa femme, mais comme d'un meuble, elle fait partie de son environnement, mais on ne sait rien d'elle quand il parle de parler sans masque (enfin, ne l'obligeons pas, la dame n'en a peut-être pas envie !) et sans dire qu'il l'aime.

La journée de Patrice Charoulet avec mon mauvais esprit :

"Je pars à la bibliothèque, pendant ce temps ma femme fera les corvées ménagères. On a pris mes revues...
Il y a des gens me paraissant peu cultivés à la bibliothèque. L'un d'eux a pris l'une de mes revues ; passe encore, mais quand je songe que de telles personnes peuvent être jurés... Effrayant !

Si ma femme pouvait emprunter des revues de cuisine, elle renouvellerait peut-être un peu sa palette... Mais je ne sais pas si j'en ai vraiment envie.

Tiens, je vais lire mes revues de centre droit, mais jamais rien sur le vin. Comment peut-on s’intéresser à autre chose que les dégâts des boissons alcoolisées, tels par exemple que les accords mets-vins ? Mes invités n'ont qu'à boire de l'eau ou des mariages aussi désaccordés que certains pianos.

Je vais aussi emprunter des livres de littérature française, mais pas d'ailleurs. Je suis allé en des contrées lointaines, je ne me dépayserai pas par la pensée... Au contraire, je tends à ramener l'ailleurs au connu. Arrachons le masque car c'est ramener l'ailleurs du nouveau au connu d'un patronyme. Tout le monde a un patronyme, celui qui écrit doit se conformer à tous. Le style, c'est l'homme, mais le nom de plume ne fait pas partie du style.
Ainsi, je peux faire la cour à un styliste et vouloir arracher son masque, et savoir son métier, son adresse et tout ce qu'il me plaira de lui demander. Un jour, les gens seront traçables comme on l'exige des produits de consommation. Car n'est-il pas plus dangereux d'ignorer qui est qui que d'acheter mal à propos ? Je suis humble, mais me sais prophète.

Je rentre, ma femme et moi mangeons. Je lui raconte les sauvageons qui discutent à la bibliothèque, et les délinquants qui ont des préjugés, et pire, des préjugés illégaux du blog Bilger. Chez un magistrat ! Elle me dit de bien prendre soin de moi à chaque sortie, courage avant chaque combat numérique et homérique.
Je suis prophète en mon pays, et Jérémie pour l'avenir.

Tout est clair, soit les gens sont sans masque car irréprochables et sans l'ombre d'un trait de caractère paranoïaque, soit ils se dérobent au regard qui les rendrait à la morale ou à la santé mentale, parce qu'ils sont bien atteints, je vous l'assure en confidence... Même si je ne m'en prévaux pas, je suis moraliste et médecin de l'âme.
Je n'ai peut-être jamais découvert de nouvel auteur, mais en me jetant dans la croisade de démasquer les internautes, en ramenant l'inconnu au connu, j'assume un rôle autrement novateur et prophétique.

Si je voyais un fantôme, j'exigerais, outre son nom et son histoire, qu'il se montre sans masque et sans voile et parle clairement autant que distinctement.
Je le montrerais à tout le monde, et dirais que si on peut obtenir cela d'un spectre, on peut d'autant plus l'exiger des vivants.

J'ignorerais qu'on ne peut pas plus tuer deux fois un mort, enfin, dans notre culture, que m'attaquer physiquement pour mes prises de position."

Robert Marchenoir

@ Lucile | 09 août 2019 à 23:23

En fait, c'est vous, l'écrivain. Il faut une imagination littéraire à toute épreuve pour échafauder l'hypothèse selon laquelle Charoulet serait un canular...

En effet, son numéro est tellement improbable qu'il appelle cette hypothèse. Mais, outre que les détails de la pièce ne collent pas (trois personnages différents coalisés, véritable effraction dans mon mail...), c'est ignorer les mille et un événements alentour qui, eux aussi, ressemblent à des blagues, des parodies, des "fake" -- et qui, hélas ! sont bien réels !

Si les gens ne lisent plus, c'est peut-être que la réalité a largement supplanté la fiction.

Claude Luçon

@ Patrice Charoulet | 09 août 2019 à 11:15
"Bien. J'ai 74 ans."

Moi j'aurai bientôt 90 ans et j'ai tous les problèmes que vous n'avez pas, plus du palu, des restes d'infection amibienne, etc.
Un vrai désastre médical, mais je cavale toujours et aime aussi toujours la bonne chère, les grands vins et les jolies femmes même si ce n'est plus que platoniquement.
Nous en reparlerons dans 16 ans :)

Lucile

Quelquefois je me dis que Patrice Charoulet est une création, qu'il y a derrière lui un blogueur qui s'amuse à camper ce personnage de prof à la retraite collectionneur de citations et toujours prêt à se montrer en exemple. Il est trop fidèle à lui-même pour être vrai. Et puis, je trouverais amusant que celui qui nous reproche nos pseudonymes soit un faux. Cependant la cour assidue qu'il a faite à Robert Marchenoir me fait douter de mon hypothèse, on a peut-être affaire quand même au vrai Patrice Charoulet. Dans ce cas la réalité ressemble à une fiction.

Lucile

Tipaza un beau soir écrivit un quatrain
À propos d'un gourdin,
Cet instrument grossier qui fait peur au gredin.
Pareil quatrain, ça craint…

Exilé

@ Michel Deluré
« Le conflit doit être l'expression naturelle, sans être pour autant agressive, de divergences, d'oppositions, qui doit permettre de tendre vers une solution de paix, qui n'est point ennui mais au contraire harmonie, favorisant le vivre-ensemble. »

Je propose que nous évitions de recourir à cette expression « vivre-ensemble » qui a manifestement été forgée et lancée par des officines placées dans l'ombre du PS afin de forcer les Français à avaler la pilule de l'immigration non désirée, présentée à la fois comme une normalité et comme une inéluctabilité avec laquelle il faudra composer de force.

En principe l'expression « vivre-ensemble » ne s'applique qu'aux personnes qui désirent se mettre en couple par un accord réciproque, par exemple dans le mariage.

Dans le domaine social, il faut bien reconnaître qu'au vu des drames relatés par la rubrique des faits divers de la presse ce « vivre-ensemble » inter-communautaire n'a rien d'idyllique et tourne trop souvent au sinistre.

breizmabro

@ Robert M. 09 août 2019 à 19:33

Non mais là vous avez mille fois raison !* Qu'est-ce qu'on en a à faire de son bulletin de santé à ce p'tit prof à la retraite qui nous bassine avec sa chasse aux pseudos...

* bon d'accord j'ai tout compris parce que le post était court ;)

Adéo Martchi

Robert Marchenoir

@ Patrice Charoulet | 09 août 2019 à 11:15
"On me demande comment je vais."

Euh... non. Personne ne vous a demandé si votre grand'mère faisait du vélo. Qu'est-ce qui vous fait croire que le lectorat de ce blog se connecte ici pour connaître votre bulletin de santé ? En matière de nombrilisme, vous en remontrez à François Bégaudeau.

Au demeurant, vous faites preuve, selon votre habitude, d'une singulière impolitesse. Non seulement il est particulièrement fat de votre part de vous attribuer le mérite de votre bonne santé, mais c'est manifester beaucoup d'indélicatesse que de vous vanter de votre bonne fortune, à l'adresse d'une compagnie qui, par la force des choses, compte sans doute en son sein des personnes de votre âge qui n'ont pas votre chance.

Mais continuez à nous donner des leçons "d'anti-racisme" -- comme Bégaudeau, tiens donc ! --, ça vous permettra de donner le change.

Michel Deluré

@ Patrice Charoulet 09/08 11:15

En fait, pas le moindre conflit chez vous, un esprit sain dans un corps qui l'est donc tout autant.
Voilà qui doit faire bien des envieux !
Mais puisque vous connaissez ainsi la paix, êtes-vous alors en accord avec notre hôte qui prétend n'y voir qu'ennui ou vous inscrivez-vous en faux contre cette affirmation ?

Metsys

Pour rajouter encore un peu de piment aux débats d'idées, on pourrait remettre au goût du jour la vieille tradition du duel politique (à l'épée et au premier sang, histoire d'éviter les drames...). Pour mémoire, Gaston Defferre livra le dernier, Jean-Marie Le Pen fut témoin de l'avant-dernier.
Le duel n'étant pas explicitement interdit en soi et l'édit du 6 février 1626 pouvant être considéré comme caduc, il suffirait que la Cour de cassation change la jurisprudence établie en 1837, et très timidement appliquée...
Il est hautement probable qu'à l'annonce de cette légalisation, Emir Kusturica envoie immédiatement ses témoins à BHL.

breizmabro

"Quand tout se déroule bien, lors d'un bon dîner bourgeois par exemple, on est dans l'agréable. Mais qu'un désaccord survienne autour de la table et, immédiatement, on s'ennuie un peu moins" (Ph. Bilger)

Rien que pour cette phrase je dédie à monsieur Bilger et à son épouse ainsi qu'aux meilleurs commentateurs de son billet sur "..la vérité du conflit" cet extrait réjouissant à ne manquer sous aucun prétexte (sauf pour ceux ou celles qui l'ont déjà vu évidemment ;))

https://www.dailymotion.com/video/x99l9e

Adéo, moi je vais me réfugier chez Jacky car ça va souffler fort sur la côte.

Tipaza

@ Lucile
« Il me semble que le débat d'idées, même conflictuel, tourne le dos à la guerre, dans la mesure où il évite le recours à la violence, en permettant à chaque opposant de dire ce qu'il a en vu, étape n° 1 de toute négociation réussie. »

Petit quatrain pour expliquer à Lucile le secret d’une négociation réussie :

Le Livre d’une main,
De l’autre le gourdin.
La seule façon,
De réussir une négociation.

Marc GHINSBERG

@ Patrice Charoulet

C'est l'histoire d'un mec qui va voir son docteur. Après l'avoir examiné, le docteur lui dit :
- Mon vieux, il va falloir arrêter de boire, de fumer et il va falloir vous modérer avec les femmes.
Le mec répond à son docteur.
- Bien docteur, je ne sais pas si avec tout ça je vais vivre plus vieux, mais en tout cas la vie me paraîtra plus longue !

vamonos

@ Patrice Charoulet | 09 août 2019 à 11:15

Un pur trouve toujours un plus pur que lui qui l'épure.
Je connais un retraité de l'Education nationale qui n'a pas de médecin traitant.

Patrice Charoulet

On me demande comment je vais.

Bien. J'ai 74 ans. Je vois bien. J'entends bien. Je dors bien. Je n'ai pas de dentier. Je ne suis pas chauve. Je ne suis pas en surpoids. Je n'ai jamais eu mal à la tête de ma vie.
Je n'aime le goût d'aucun alcool, et, donc, je n'en bois pas. Je ne bois que de l'eau de source. Je ne fume pas. Je ne bois pas de café. Mon alimentation, frugale, me plaît.
J'aime les fruits, les légumes, le poisson, le pain complet, les œufs. Je ne mange pas de saucisse, de saucisson, de pâté et le reste.
Je n'ai pas d'hypertension artérielle. Mon analyse de sang annuelle est excellente à tous égards.
Je ne prends aucun médicament. Et, m'endormant en cinq minutes, je ne prends aucun somnifère. Je n'ai jamais pris d'anxiolytiques. Je n'ai jamais été dépressif. Je ne suis ni paranoïaque, ni schizophrène, je ne crois pas que tout l'univers me surveille et m'espionne. Si la NSA veut m'écouter au téléphone, qu'elle ne se gêne pas. Cela ne m'empêchera pas de téléphoner. Dois-je préciser que je n'ai jamais consommé de cannabis, de cocaïne, d'héroïne, etc., même si je pense que les deux drogues qui tuent le plus de monde en France sont l'alcool* et le tabac. Les chiffres sont connus. Qui les cherchera les trouvera.

*qui cause quantité de malheurs et de crimes

caroff

J'avais regardé l'émission de Taddéï opposant Bégaudeau à Proust (pas Marcel hein...):

https://www.youtube.com/watch?v=nVx4OEzs0yU

Une vive intelligence certes mais aussi une folle arrogance et un auto-centrage incroyablement intense.
La purée marxiste dont il agrémente ses propos me le fait ranger dans la catégorie des brontosaures relookés à la sauce Libé !

caroff

@ Robert Marchenoir 4h09
Citant Bégaudeau:
""T’observer m’envahit, je l’avoue, d’une joie trouble. Je suis bien inconstant : alternativement je déteste et adore vérifier que tu persistes dans ton être bourgeois. Je veux que tu disparaisses et que tu dures."

"Ta disparition ferait un gros vide dans mon quotidien. Assurément ma vitalité a besoin de toi, de ton adversité"

On pourrait remplacer "bourgeois" par "raciste" et Bégaudeau par la clique entière de SOS Racisme qui est consubstantiellement liée à la détection des blancs qui n'allumeraient pas des bougies devant les cités de banlieue....

Jérôme

Cher Philippe,

J'aime bien les êtres délicats qui parlent de conflits, mais dans le cadre qui leur convient.
Le rapport de force ne leur plaît que transfiguré dans des limites qui leur conviennent, la parole... là ou ils se sentent forts.
Ou violemment loin de chez eux, par procuration, chez les barbares.
Un bon coup de poing dans la gueule ne leur ferait pas de mal. Avec un : tu vois ducon, c'est ça le conflit.

Denis Monod-Broca

@ Tipaza

Merci pour le poème d’Antoine Houdar de La Motte.

Je n’en connaissais que l’excellent et fameux dernier vers et sans savoir même d’où il venait...

« L’ennui naquit un jour de l’uniformité. »

L’ennui peut naître certes de l’uniformité, pas la paix. Elle est, elle, expression maîtrisée de la diversité.

Delachaîssay

Quand il pleut Paris est plus propre !

Tipaza

Sur les conseils désintéressés de Robert Marchenoir | 09 août 2019 à 04:19 je suis allé sur le site de François Bégaudeau où j’ai découvert un personnage très différent de celui décrit par le billet.

D’où j’en conclus que la guerre de Troie aura bien lieu, et qu’il ne faut pas trop s’ennuyer de cette paix que nous vivons.

Paix relative tout de même, car entre la fureur des para-marxistes, les mondialistes qui veulent changer nos voisins en d’indéfinissables cousins venus d’ailleurs et les végans qui nous feraient revenir au temps des diligences de Flaubert et Maupassant, mais pas de leurs agapes, il ne nous reste pas beaucoup d’espace de sérénité silencieuse comme il se doit.

De l’art de la conversation entre personnes du même monde à celui de l’invective parce qu’on se connaît trop bien et qu’on se déteste pour ça, en passant par l’art du débat, riche d’échanges d’idées, mais souvent narcissique, en finissant par l’art de parler pour ne rien dire, je me demande si le mieux n’est pas de se taire.

Jachri

Comme si notre époque n'était pas en perpétuel conflit... Des colères individuelles qui s'expriment pour tout et n'importe quoi, à tel point que le Conseil d'Etat a ouvert un site très fréquenté pour les instruire...

Achille

François Bégaudeau. Bon sang, mais c’est bien sûr ! Je me disais bien avoir entendu son nom quelque part. C’était lors d’une interview à France Inter consacrée à son bouquin, incontestablement un monument de la littérature, « Histoire de ta bêtise ».
Fatuité, arrogance et mépris. Pendant ces quelques minutes surréalistes, il a su montrer toute l’étendue de son talent sur ce vaste sujet vu qu’incontestablement il est un expert dans le domaine.

Exilé

@ Lucile
« Il me semble que le débat d'idées, même conflictuel, tourne le dos à la guerre, dans la mesure où il évite le recours à la violence, en permettant à chaque opposant de dire ce qu'il a en vu, étape n° 1 de toute négociation réussie. »

Mais n'oublions pas non plus, dans la résolution ou la prévention des conflits, le recours à des explications, par exemple dans les multiples cas de la vie courante qui trop souvent risquent de tourner à la querelle.

Le problème est que pour parvenir à discuter, chaque partie doit être capable de pratiquer non seulement un langage commun mais encore de partager les mêmes références culturelles.
Qui n'a pas parfois amèrement constaté que des mots ou des comportements étaient interprétés de travers et dans un sens hostile alors qu'il n'y avait aucune volonté initiale en ce sens ?

Le plus inquiétant de nos jours est que, devant ce qu'ils considèrent comme une offense, certains individus ont souvent tendance à faire appel immédiatement à la violence la plus extrême avant même d'avoir ouvert la bouche...

xc

@ sbriglia | 08 août 2019 à 20:49

Et pour nos Bidasse, autrefois, à quelques jours de la "quille":
"La joie naîtra bientôt de l'uniforme ôté."

sbriglia

À lire la descente en flammes de Bégaudeau par RM on se perd en conjectures sur les choix estivaux de lecture de notre hôte...

La fascination du bourgeois pour l’écrivain de gauche me surprendra toujours...

« On vous vendra les pelles avec lesquelles vous creuserez votre tombe. »

Savonarole

Une question demeure, comment l’université française peut-elle octroyer des agrégations à des esprits aussi mal fichus ?
La fifille à Tonton est également « agrégée », et ne riez pas, « agrégée de philosophie ».
Elle a vendu ses livres comme des petits pains, les médias se marchaient dessus pour l’avoir à l’antenne.
Le magazine Elle lui confie une chronique, jusqu’au jour ou le Canard révèle que la rédaction s’arrache les cheveux à chaque livraison et réécrit sa prose en bon français avant de la publier.
On la retrouve critique de cinéma, faisant fuir le public à chaque fois qu’elle encensait un film (film de gauche bien évidemment).
Une fois Tonton décédé, la critique littéraire, reprenant ses esprits et n’écoutant que son courage, a enfin commencé à défaire au démonte-pneu cette bulle d’insignifiance.

Tous ces canards sans tête se retrouvent généralement à France Inter, le dernier havre qui veuille bien les recueillir.

On attend un billet sur le génie de Joy Sorman.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Joy_Sorman

Robert Marchenoir

Ce qui aide à comprendre cette interview, c'est l'article que François Bégaudeau lui-même a écrit, sur son propre blog, concernant cette affaire.

On verra :

- Qu'il confirme que son rédacteur en chef Vincent Jaury, auquel il reproche de l'avoir licencié, est bien visé par son livre Histoire de ta bêtise (bien qu'il noie le poisson en affirmant s'en prendre à une classe, dont l'homme en question ferait partie).

- Qu'il se livre à une danse écœurante et interminable sur l'air de "c'est çui kidi kiyé".

- Qu'il confirme être un "marxiste ou para-marxiste" appelant de ses vœux la violence politique.

Il vaut la peine de citer dans son intégralité ce passage de son livre qu'il reproduit pour sa défense -- et qui est en réalité profondément incriminant. S'adressant au bourgeois emblématique visé par le titre, il écrit :

"T’observer m’envahit, je l’avoue, d’une joie trouble. Je suis bien inconstant : alternativement je déteste et adore vérifier que tu persistes dans ton être bourgeois. Je veux que tu disparaisses et que tu dures."

"Ta disparition ferait un gros vide dans mon quotidien. Assurément ma vitalité a besoin de toi, de ton adversité. Nous autres marxistes ou para-marxistes nous délectons de nommer la violence constitutive des rapports sociaux, et d’en inférer que la violence seule peut les subvertir. La pensée radicale exsude un goût pour le heurt, corrélée peut-être à un goût pour la matière vivante née du heurt des atomes. Le marxisme est un vitalisme."

On avait bien compris que le marxiste Bégaudeau a besoin du bourgeois fantasmatique pour vivre, de même que l'antisémite a besoin du Juif maléfique et tout-puissant, et que "l'anti-raciste" a besoin de voir des "racistes" partout.

Et on avait bien compris que la raison première qui nourrit l'être-de-gauche de Bégaudeau (et d'autres), c'est son goût pour la violence.

Mais c'est sympa de sa part de nous le confirmer.

On mesure à quel point, à mon humble avis, le goût du débat vigoureux défendu ici par Philippe Bilger est différent du "goût pour le heurt" manifesté par François Bégaudeau. Le marxisme n'est pas un vitalisme ; c'est un banditisme.

Terminons, en guise de point d'orgue, par ceci. Dans l'éditorial par lequel il annonce se séparer de François Bégaudeau, Vincent Jaury écrit :

"Ce 'tu' est le bourgeois essentialisé, dont il souhaite donc la disparition. Par quel moyen il la souhaite ? On peut l’imaginer, nous qui avons en mémoire le XXe siècle. Cet appel au meurtre, ce fantasme de 'classicide' selon le terme de Michael Mann, est inacceptable."

Et que dit François Bégaudeau, dans sa réponse à cette accusation ?

"...le bourgeois, qui ne mérite ni plus ni moins la mort que quiconque."

Comment appelle-t-on quelqu'un qui s'adonne à une pareille hypocrisie ? Il faudrait un écrivain, sans doute, pour trouver le mot juste.

Robert Marchenoir

J'avais lu cet entretien. Vous réussissez l'exploit d'en tirer peut-être le seul élément positif qui s'y trouve, et à l'enrichir de vos réflexions. Ce qui m'a le plus frappé, en lisant l'article, est au contraire à quel point cet homme, qui se prétend écrivain et qui est interrogé comme tel, s'exprime comme un cochon. Il prétend être obsédé par "le mot juste", et il parle un français abominable. Regardez :

"La saisie morale de l'art me met hors de moi."

Hein ? quoi ? C'est tellement mal dit, que cela fait le titre de l'interview.

"Je protège l'art contre ceux qui veulent le mettre sous surveillance morale et politique."

Où la laideur de l'expression se marie avec la boursouflure de la prétention. Heureusement que l'art a Bégaudeau pour le protéger !...

"On n'a pas de vie artistique digne de ce nom si l'on ne relance pas les dés idéologiques dès que l'on ouvre un livre."

"Il n'y aurait rien de pire qu'un livre qui s'assujettirait à la cause."

"La littérature est un luxe de temps."

"Le pauvre est requis par sa propre survie."

"J'étais dans la conviction et non dans le rêve."

"Sans vouloir être dans la polémique..."

"Les intellectuels devraient être dans la clairvoyance. Depuis longtemps, ils ne sont plus dans le discernement mais dans l'affolement."

Je pense qu'il faudrait rétablir la peine de mort pour les gens qui sont "dans" quelque chose.

"La vie d'un esthète est sans cesse contrariée : Chateaubriand et Flaubert sont primordiaux pour moi."

"Il ne faut pas se méprendre sur ce qu'est un littéraire. Un littéraire ne cesse de manipuler de la vie et du vivant. Le romancier est quelqu'un de fondamentalement passionné par la vie. Tout ce qui appartient au vivant le concerne."

"La littérature permet de comprendre ce qu'on ne comprend pas."

Bouvard et Pécuchet, Tartarin de Tarascon, etc.

"Je dévore le patrimoine français. J'arrête les études à 23 ans et je me tourne alors vers les vivants. Je me demande : 'Qu'écrivent les vivants ?' "

Question : "Votre agrégation de lettres modernes vous donne-t-elle un statut social ?"

Réponse : "A l'intérieur de moi, je ris. Je n'en retire aucun aplomb et je suis sceptique devant la légitimité que cela m'accorderait aux yeux des autres. J'évolue dans des milieux, comme la gauche radicale, où l'agrégation crée une certaine inquiétude : est-il une garantie de subversion alors qu'il a poussé le conformisme jusqu'à passer un concours emblématique d'un certain élitisme français ?"

Et donc, voilà ce qu'est un agrégé de lettres aujourd'hui. Okay.

"Je n'ai pas un rapport identificatoire aux personnages."

"Je ne faisais pas de différence entre le côté récepteur et le côté émetteur."

"Je me sens en familiarité éthique avec Michaux."

"Je suis serein par rapport à la réception d'un livre."

"Je vais plutôt angler les choses autrement."

Bonne idée, et puis profites-en pour te relire, on ne sait jamais...

Bégaudeau s'exprimant comme un plumeau, il n'est pas étonnant que sa pensée soit frelatée. Il prétend que l'art doit échapper à tout enrégimentement politique, mais c'est pour aussitôt signaler sa vertu et manifester qu'il est dans le camp du Bien : il "évolue dans le milieu de la gauche radicale", il n'est pas antisémite, et le livre qu'il vient de publier s'appelle Histoire de ta bêtise.

Le monde est divisé en deux, les gentils et les méchants. Les gentils sont de gauche, comme lui, Bégaudeau, et les méchants sont non seulement de droite, mais stupides. C'est pourquoi on a le droit, et même le devoir, de les tutoyer. Et d'écrire des livres pour expliquer à quel point on les méprise.

Le personnage qu'il interpelle de la sorte est son ancien patron, dans la revue où il écrivait. Il appartient à "cette bourgeoisie humaniste et cool" qui "devient agressive dès qu'elle se sent menacée, notamment par une adversité de classe. Elle montre alors son fond invariant agressif. Elle sort ses armes habituelles, comme le licenciement. Le bourgeois cool devient un bourgeois pas cool."

Bien sûr, Bégaudeau n'est pas un bourgeois, lui. C'est un prolétaire, un aristocrate, un guérillero de la justice sociale, un artiste -- tout ce que vous voulez, mais pas un bourgeois. On ne sait pas trop ce que le terme désigne (toujours cette incapacité à utiliser le mot juste), mais ce qui est sûr, c'est que le bourgeois est une sombre ordure.

Contre lui, tout est permis, même le tutoyer en public. Même cracher dans la soupe d'une revue qui vous faisait vivre jusque-là, et au visage de l'homme qui signait vos chèques.

Mais c'est lui, l'agressif, c'est lui, le "pas cool", sous prétexte qu'il vous vire lorsque vous publiez un livre destiné à le traîner dans la boue. Tout en prétendant qu'il ne s'agit pas de lui, qu'il a cru se reconnaître à tort. Comme font tous les cafards délateurs gauchistes dans le genre de Bégaudeau.

En fait, le bourgeois est le nouveau Juif de notre temps -- et d'ailleurs, la résurgence de l'antisémitisme de gauche montre bien les affinités de cette vision paranoïaque du monde avec le marxisme.

Je vous renvoie au film Entre les murs de Bégaudeau pour mieux comprendre le monument de politiquement correct qu'incarne ce monsieur. Faux dans la forme et faux dans le fond, tout est raccord, si j'ose dire.

Robert

Si le conflit dans le cadre du débat intellectuel n'est pas, comme le "Moi", haïssable à la condition de respecter l'autre et ses opinions que l'on ne partage pas, la tendance actuelle me semble plutôt aller dans le sens de la censure des propos qui ne se conforment pas à la doxa diffusée par notre personnel politique et nos médias.

Mais si l'on quitte le domaine de la "disputatio", sans doute ne faut-il pas fermer les yeux sur ce qui se passe hors de nos frontières avec des risques de dérapage pouvant conduire à de vraies guerres dont personne ne maîtrisera le déroulement.
Si l'on veut en avoir une petite idée, il suffit de lire cette analyse :
https://prochetmoyen-orient.ch/cinq-lecons-de-la-crise-du-golfe-persique/

Je dirai aux croyants : priez pour que la sagesse l'emporte !

Lehalle

Je suis assez surpris de ce billet, car alors que je suis généralement émerveillé par ce qu'écrit Philippe Bilger, je le trouve aujourd'hui totalement à côté de la plaque. Entre la paix et le conflit, il y a le dialogue et la construction en commun de deux compréhensions différentes d'un même phénomène, éclairées par la rationalité.

Je trouve que cette vision manichéenne "guerre ou paix" néglige totalement l'approche rationnelle et scientifique. Je comprends bien qu'un prétoire est un lieu où une vérité naît de la confrontation (et non de la conjugaison) de deux interprétations. C'est ainsi que beaucoup de peuples ont trouvé le moyen de résoudre les questions de justice.
Mais que dire de la construction scientifique ? En réalité la plupart des décisions prises sur notre planète ne le sont ni via des conflits, ni par une bête passivité ; elles le sont par la confrontation de déductions et la résolution commune de problèmes : voitures, fusées, téléphones, maisons, réseaux, remplissage de bouteilles de plus en plus fines, etc.

Notre monde est fait de collaborations construites sur des analyses objectives, et les dîners bourgeois parisiens et les prétoires ne représentent qu'une infime partie de ce que notre humanité produit... heureusement !

boureau

"L'ennui de la paix, la vérité du conflit"

Dimanche après avoir deux pages pleines à la gloire de Marlène Schiappa dans le JDD (un vrai pensum), je suis tombé quatre pages plus loin sur l'interview de François Bégaudeau avec en chapeau : "Je mets la littérature au-dessus de la cause".

Voilà un anar-chic (tendance néo-marxiste cool) qui ne se prend pas pour une demi-m...! Il est vrai que les questions posées étaient gratinées du genre : "Aimez-vous Pascal pour sa radicalité ?" La réponse fut à la hauteur !

En fait, de Pascal, il aurait dû retenir la phrase qui a donné lieu à de multiples interprétations souvent contradictoires : "Le moi est haïssable".

Que dire sur votre billet cher P. Bilger ? Rien !

A ce niveau de personnalisation, je n'entre pas dans l'intimité du moi des autres. Mais on peut aussi relire et méditer une autre phrase de Pascal:

"La nature de l'amour-propre et de ce moi humain est de n'aimer que soi et de ne considérer que soi". Ce qui ressort de l'interview de F Bégaudeau.

Cordialement.

sbriglia

"« L’ennui naquit un jour de l’uniformité. »

Pour ceux qui souhaitent le poème en entier voici le lien, ils s’apercevront que cet Antoine fut célèbre en son temps pour ses talents de compositeur.
http://jeanjosephjulaud.fr/2013/11/antoine-houdar-de-la-motte-lennui-naquit-un-jour/
Rédigé par : Tipaza | 08 août 2019 à 07:15"

Et le magistrat à la retraite:
« L’ennui naquit un jour de l’uniforme ôté  »

vamonos

La vie est une lutte du premier instant jusqu'au dernier souffle. Ne serait-ce que la respiration ou les battements du cœur nécessitent de l'énergie. Le corps est rarement au repos. Même le sommeil est un état pendant lequel le corps mène une lutte, un combat dans un théâtre où se produisent des scènes d'une violence inouïe. L'apnée du sommeil constitue un fléau, la brièveté du sommeil paradoxal demeure une énigme pour les non-initiés.

Pour progresser dans n'importe quel domaine, il faut d'abord atteindre un niveau de compréhension correct puis se faire violence pour sortir de la zone de confort atteinte. Alors le véritable apprentissage peut commencer. L'action qui mène à la maîtrise est un moteur indispensable pour enfin atteindre l'excellence, la vie, la vraie, sans artifice.

Toutefois, il convient de ne pas confondre la vérité et l'une des caractéristiques de l'un des moyens permettant de l'atteindre. Certes, il faut souvent se battre et déployer beaucoup d'énergie pour sortir la vérité du puits où elle avait été dissimulée par des manipulateurs et des voyous, mais une fois qu'elle est en pleine lumière, connue et reconnue, la vérité procure un sentiment de joie, de plénitude, la vérité est extatique.

Les grands mystiques connaissent les moyens et les méthodes pour atteindre par la méditation notamment, un niveau de vigilance de l'esprit qui ouvre des portes vers la vérité. En apparence, un spectateur aura l'impression que le mystique ne fait rien alors que son corps a fini de lutter contre les crampes et que la respiration est complètement supervisée par la volonté. Le cœur, quant à lui se repose comme il peut entre deux battements.

semtob

Cher Philippe,

En effet, se complaire dans la querelle intestine est un art. Mais quelques individus parviennent à dépasser le stade sadique oral ou sadique anal et parviennent à sublimer leur réalisation en s'orientant vers la construction.
Chercher des idées dans un débat, les faire remonter, les contredire apporte une énergie nécessaire et stimulante, vers l'amélioration de nos sociétés et encore faut-il les agir...

Il existait déjà une magnifique chanson
"Liberté, mon cul.
Egalité, mon cul.
Fraternité, mon cul"
qui tendait à rompre avec "Liberté chérie".
Nous sommes tous dotés d'ambivalence, mais la qualité d'écoute est à développer.

Il paraît que vers les années 1970, il suffisait de lever le pouce pour se déplacer et que le plaisir de parler, l'idée de ne pas s'endormir au volant donnait un espace de partage vivant.
Aujourd'hui cet espace est un échange payant.

Rencontrer un partenaire est devenu un échange monétaire et au prétexte de modernité cela ne choque personne de s'étaler comme un morceau de viande sur une toile. Et le pauvre individu qui risquera un sourire ou un compliment pourra en rendre compte au tribunal.

Si le top de l'espoir est la société hyper judiciarisée, le culte du nombrilisme et du slip, il est temps de concevoir autre chose de plus bandant et de spirituel. Que vivent les orages et les mystères de l'esprit.

Notre société est trop moulée, trop corsetée et elle suffoque sous les interdits, les taxes, les règlements.

Macron est la pensée unique et lisse et il devrait retrouver ses aspérités humaines et viriles, c'est une antiquité de cabinet de curiosité.
Il s'ancre dans des pensées préfabriquées et tend à contraindre la société vers des pensées artificielles et en réponse l'humain se penche vers les paradis artificiels ou l'obscurantisme.

Trump fait sourire lorsqu'il utilise la paille plastique comme objet électoral.
Il faudra combien de temps à ce gouvernement pour enfin comprendre que le déchet plastique est un trésor recyclable à l'infini.
Il y a possibilité de créer des emplois partout sur terre avec cette manne due à notre non respect de la nature. Des artistes, des designers, des artisans se lancent dans cette nouvelle voie.
C'est de l'humain qu'il faut, de l'humain et du débat et de la réhabilitation et c'est la seule réponse à apporter à cette déferlante de violence qui va atteindre un pic.

Un vrai bout de pain, un vrai bouquin, un vrai sourire, un vrai travail, un vrai débat, un vrai regard, une vraie pensée c'est cela la demande majeure et il n'est pas nécessaire de passer par l'anarchie pour rappeler les besoins d'authenticité.
françoise et karell Semtob

Savonarole

Il semble que personne ici ne connaisse François Bégaudeau.
Tous les commentateurs embrayent immédiatement sur ce que dit Philippe Bilger, sans se soucier de l’imbécile qu’il évoque et qui aurait pu tout aussi bien parler d’un âne bâté, sans changer un mot de son billet.

C’était bien la peine de recevoir ici même Pierre Jourde et Éric Naulleau pour nous servir du François Bégaudeau en plein mois d’août. Car ces deux mousquetaires éreintent systématiquement ce philosophe de pacotille qui est abonné à France Inter et France Cuculture.

http://pierre-jourde.blogs.nouvelobs.com/francois-begaudeau/

Augier

Lire ou relire "Un roi sans divertissement" de Giono (titre emprunté à Pascal : "Un roi sans divertissement est un homme plein de misères". Jusqu'où peut mener l'ennui chez des personnes de qualité. Le style, l'ellipse, l'enchantement en prime...

Mitsahne

On ne peut que vous louer, cher Philippe Bilger, pour la justesse de vos observations dans ce dernier billet plein de fines remarques.
« Il y a du vrai dans le conflit comme il y a du faux dans la paix » dites-vous. C’est le propre de la contradiction. Déjà, dans les années soixante, le merveilleux Alexandre Vialatte écrivait :
‘’…L’idée que si toute révolte est bonne, celle qui se fait contre la révolte ne peut être qu’excellente aussi. Et que plus on justifie sa thèse, plus on justifie celle de l’adversaire.’’

Votre billet ne manquera pas de susciter bien des réflexions pertinentes et certainement quelques banalités. Je me permets de sourire à la remarque un rien narcissique de Julien Weinzaepflen (6/08 à 5h24) à votre précédent papier, je la cite : « Cette page d’introspection presque délirante et qui rencontre tellement les questions que je me pose à propos de moi-même et ce que je pense de moi ces jours-ci ». On ne saurait aller plus loin dans le plaisir de s’étaler. Il n’a pas osé ajouter ‘’Pensée de l’auteur’’ pour qu’on ne songe pas à l’attribuer à Platon ou à Epictète.

Cela fait sans doute partie des joies secrètes de tenir un blog, il y a des sommets et des précipices…

Claggart

@ Breizmabro 08 août 12 h 33

Merci de rappeler ce grand écrivain Wole Soyinka et rappelons que durant la guerre civile il avait été emprisonné par le gouvernement fédéral pour sympathie avec les sécessionnistes biafrais alors qu'il avait tenté de dissuader leur chef, le colonel Ojuwku, de ne pas faire sécession avec l'Etat fédéral ; cela a fait l'objet de deux ouvrages "A man died" et "A season of anomy".

Dans les années 90 le Nigeria était le plus grand producteur de littérature du continent africain.

A côté de Soynka, il faut citer Amos Tutuola ("L'ivrogne dans la brousse"), Ben Okri, Nkem Nwankwo ("Ma Mercedes est plus grande que la tienne"). Cyprian Ekwensi ("Jagua Nana") et le grand Chinua Achebe avec "Things falls apart" où il décrit magistralement l'affrontement de la culture traditionnelle avec la civilisation occidentale importée.

On s'était habitué au manque d'instruction de nos politiques, mais pour le coup cette ignorance de Muriel Pénicaud est particulièrement affligeante.

fugace

"Il y a, dans la paix, certes de l'ennui mais aussi de la bêtise" (Ph. Bilger)

S'il n'y avait que cela !

La guerre c'est la guerre des hommes, la paix c'est la guerre des idées (V.H.).

----------------------

@ breizmabro | 08 août 2019 à 13:42

Proverbe plus connu par "L'oisiveté est la mère de tous les vices".

Je partage cependant le fait qu'avec ennui, ou désœuvrement, le proverbe est plus juste.

Car si
- l'ennui correspond à un sentiment de lassitude, une impression plus ou moins profonde de vide, d’inutilité
- la paresse, une propension à ne rien faire, une répugnance au travail, à l’inaction

l'oisiveté, elle, fait état d’une personne qui ne fait rien, momentanément ou de façon durable, qui n’a pas d’occupation précise.
Ainsi on ne peut pas dire qu'Archimède ait été particulièrement actif dans son bain quand il a découvert le principe physique qui porte son nom.
De même, Newton n’était pas particulièrement affairé sous son arbre quand il a vu tomber la pomme.

- Un temps de réflexion et de créativité donc

- un moment temporairement dégagé des contingences de l’instant et des obligations sociales.

Aussi c'est bien grâce à l'oisiveté créant un vide, un espace propice à la réflexion, au questionnement sur soi, que sont issues de bonnes raisons d'y demeurer.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

  • CNews,"Face à l’info"
    Ludi 28 octobre de 19 h à 20 h, dialogue sur la Justice avec Eric Zemmour.
  • Causeur
    causeur.fr du 13 octobre "Philippe Bilger, le style fait l'homme", par Thomas Morales
  • Le Point
    Philippe Bilger : « Le mur des cons a fracturé la confiance dans la justice », lepoint.fr du 11 octobre.
  • Sud Radio, "Le Grand Matin"
    Tous les vendredis de 8 h 45 à 9 h 15, débat dans la Matinale de Patrick Roger.
  • CNews, "L'Heure des Pros"
    Tous les mercredis de 9h à 10h30, animé par Pascal Praud.
  • Sud Radio "Les Vraies Voix"
    Tous les jours du lundi au vendredi de 17h à 19h, émission de débat et de divertissement animée par Christophe Bordet.

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS