« Montebourg explique Macron... | Accueil | Après Balkany, avant Mélenchon... »

15 septembre 2019

Commentaires

Chemins de traverse

Comment Nicolas Sarkozy qui nous montrait son empressement pour défendre le couple de Levallois-Perret, n'a-t-il pu pousser quelque cri en sa faveur ?
Alliance de l'ancien avec le nouveau monde pour sauver sa peau ?

Nicole Belloubet ignore ce que sont les parts d'une S.C.I. quand elles rapportent ?

Monsieur Ferrand, lui, semble ne pas savoir lire les articles de loi !
Mais il sait comprendre la nécessité de mettre en une le couple de Levallois !

Et tout ce petit monde vit sur le dos des contribuables...

kacendre

@ Pierre Blanchard | 16 septembre 2019
"Extraits des trois derniers paragraphes du jugement de la cour d'appel de Lyon du 16 septembre 2019, 7ème chambre, relatif aux faits de vol en réunion, faits commis le 21 février 2019 à Lyon 2ème.
Pour avoir décroché et emporté un portrait du président de la République"

C'est sûr que ce ne seront pas les blablateurs bobos qui se pavanent sur ce blog pour leurs gnangnans et petites politesses d'autosatisfaction qui vont demander clairement que la seule oligarchie intouchable en France qui n'ait de compte à rendre à personne soit sortie de ses sinécures... et vilipendée en place de Grève.

Le "mur des cons" a de beaux jours de jours devant lui...

On comprend bien mieux pourquoi tout le monde veut venir en France... Et il y en a encore qui se demandent pourquoi les Gilets jaunes ?

Attendons la réaction de la mafia journaleuse...

Notre riche pays... champion toutes catégories des taxes et impôts... mais aussi du politiquement correct... surveillé par quelques réseaux qui tiennent les manettes et dictent leurs oukases... est vraiment malade.

Lucile

@ Michelle D-LEROY | 16 septembre 2019 à 19:59

D'accord avec vous pour la curieuse échelle des peines de prison infligées aux délinquants. Bien que la fraude et la triche me paraissent pernicieuses et détestables, je ne parviens pas à leur trouver une échelle commune avec le meurtre ou la violence, en particulier à l'égard des enfants.

On brandit la dette de la ville de Levallois comme un scandale, mais j'apprends qu'elle diminue tous les ans, et, laissez-moi rire, ce n'est pas le cas de celle de Paris... Les dépenses de certaines personnalités politiques n'ont rien de vertueux et coûtent fort cher aux contribuables. Personnellement je trouve éminemment dangereux et immoral tout homme politique qui prévoit systématiquement de dépenser plus d'argent qu'il n'en a de disponible. Pourtant c'est ce que font tranquillement les responsables à la tête du pays, et ils n'ont pas à craindre d'ennuis avec la justice pour autant. Ils ne risquent pas de dormir en prison.

Il faut non pas excuser la fraude, parce qu'elle est contagieuse et délite le sens civique, mais éviter de charger les condamnés de tous les péchés de la terre. Se défouler sur eux ne nous protège pas des irresponsables qui jettent l'argent des contribuables par les fenêtres, sans avoir de comptes à rendre à personne.

Pierre Blanchard

Histoire de "remettre deux thunes dans l'bastringue"...

https://www.youtube.com/watch?v=X0GXHL0NnyA

Extraits des trois derniers paragraphes du jugement de la cour d'appel de Lyon du 16 septembre 2019, 7ème chambre, relatif aux faits de vol en réunion, faits commis le 21 février 2019 à Lyon 2ème.
Pour avoir décroché et emporté un portrait du président de la République
--------------------------
J'espère que cela va en "réveiller" quelques-uns de ce blog... J'attends avec un grand plaisir leurs réactions outragées du style

https://www.youtube.com/watch?v=dCHi5apc1lQ

:-)))


Désolé d'être si long, mais n'est pas Marchenoir qui veut !!

Attendu que, face au défaut de respect par l'État d'objectifs pouvant être perçus comme minimaux dans un domaine vital, le mode d'expression des citoyens en pays démocratique ne peut se réduire aux suffrages exprimés lors des échéances électorales mais doit inventer d'autres formes de participation dans le cadre d'un devoir de vigilance critique ; que des messages à l'adresse du gouvernement peuvent ainsi être diffusés au moyen de
rassemblements dont les organisateurs et les autorités s'efforcent de limiter le trouble à l'ordre public que pourrait provoquer une affluence soudaine de personnes aux intentions immédiates incertaines ; qu'en l'espèce la réunion de dix ou vingt personnes, même non déclarée préalablement en préfecture, investissant pendant quelques minutes un bâtiment affecté à l'administration des citoyens et ses abords, sans bousculade ni dissimulation sur son mobile ou ses déplacements, revêt un caractère manifestement pacifique de nature à
constituer un trouble à l'ordre public très modéré ;

Attendu, s'agissant du portrait que les manifestants ont cru devoir emporter, la Commune de Lyon le destinait, à l'endroit de son installation, à la vue du public, comme symbole de l'État en vertu des pouvoirs conférés par la constitution de la Ve République au président de la République ; que de tels pouvoirs, conjugués à une élection au suffrage universel direct, introduisent une relation particulière de cette autorité avec les citoyens admis à exercer un contrôle de la politique nationale sans être en mesure d'interroger individuellement cette autorité, eu égard notamment au nombre représenté par les premiers et à la protection due à la personne du
second ; que, dans l'esprit de citoyens profondément investis dans une cause particulière servant l'intérêt général, le décrochage et l'enlèvement sans autorisation de ce portrait dans un but voué exclusivement à la défense de cette cause, qui n'a été précédé ou accompagné d'aucune autre forme d'acte répréhensible, loin de se résumer à une simple atteinte à l'objet matériel, doit être interprété comme le substitut nécessaire du dialogue impraticable entre le président de la République et le peuple ;

Attendu que la conservation de ce portrait, qui achève de caractériser sa soustraction volontaire, n'était certes pas une suite nécessaire au marquage d'une forme d'appel adressé au président de la République, face au danger grave, actuel et imminent, à prendre des mesures financières et réglementaires adaptées ou à défaut rendre compte de son impuissance ; que cette conservation obéit néanmoins à un motif légitime dès lors que l'usage du portrait semble s'être limité à son exhibition au service de la même cause à l'occasion de manifestations publiques, évitant ainsi la multiplication des intrusions dans des locaux municipaux aux fins d'y réitérer les mêmes agissements ; que l'absence de constitution de partie civile de la Commune de Lyon jetant par ailleurs un doute sur sa volonté de récupérer son bien, aucune sanction ne doit être prononcée du fait d'une privation de jouissance d'un objet par ailleurs de valeur de remplacement négligeable, sans valeur de placement financier et inaliénable ;

PAR CES MOTIFS

Le Tribunal, statuant publiquement, en premier ressort et contradictoirement à l'égard de D. Fanny et de G. Pierre,

SUR L'ACTION PUBLIQUE :

Relaxe D. Fanny des fins de la poursuite,

Relaxe G. Pierre des fins de la poursuite,

et le présent jugement ayant été signé par le Président et le Greffier.

Le Greffier, Le Président

Ellen

La ville est propre et sûre. Je suis d'accord, en laissant une dette de 728 000 000 euros laissée aux Levalloisiens. 65 000 habitants x 11 200 euros de dette reste à rembourser tôt ou tard. Ils apprécieront !

Mary Preud'homme

Faire un parallèle avec Hitler (cf Marchenoir 17:38...) est quand même l'accusation la plus infamante et la pire injure diffamatoire que l'on puisse adresser à un fils de déporté tel que Patrick Balkany*, nonobstant les fautes et les erreurs dont il se serait rendu coupable pour diriger sa ville, à savoir utiliser des passe-droits ou des relations afin de passer outre à certaines règles trop contraignantes, contournant de ce fait des lois jugées trop lentes ou trop rigides afin de faire avancer les dossiers, tout en se rémunérant au passage au prix coûtant, sans attendre le feu vert des autorités de ronds-de-cuir, fonctionnaires zélés et néanmoins bornés jusqu'aux sourcils et toujours en retard de deux guerres...

* Patrick Balkany est le fils de Gyula Balkány et de Gisèle Frucht. Son père est un immigré juif hongrois ayant fui la Hongrie en 1937 pour la Belgique où, dès l'occupation de son pays, il entre en résistance, étant spécialisé dans les faux-papiers. Gyula Balkány est arrêté en 1941 à Paris, interné à Drancy, puis déporté, en 1942, dans plusieurs camps, dont Auschwitz..."

Noblejoué

@ Tous

Bien des gens, ici, se vantent d'être de droite... Souvent, Robert Marchenoir les accuse d'être de la "fausse droite" ou "droite de gauche".
Cela a fini par éveiller ma curiosité sur ce que pourrait bien être la droite d'après chacun.

Evidemment, ma curiosité est un puits sans fond, et on n'a pas forcément d'affinité pour qui n'est pas tellement dans la problématique droite-gauche ni d'ailleurs écologiste.
Mais je pense qu'à force de vous affirmer, vous avez peut-être envie de développer voire de dialoguer entre vous pour mieux vous comprendre et éclairer les autres.

----------------------------------------------

@ Robert Marchenoir
"Vous seriez plus crédible si vous interveniez au moment où j'explique en quoi la droite, ou une partie de la droite, est communiste, et si vous tentiez de réfuter mes arguments."

Est-ce que je m’intéresse à ce qui serait la vraie ou la fausse droite dans le sens qu'il y aurait une idée platonicienne de la droite que vous connaîtriez, tandis que les autres, ceux qui pensent être de droite, seraient dans l'erreur ? Ça n'était qu'un détail d'un fait beaucoup plus général : beaucoup de gens veulent décider à la place des autres de leur identité.
Beaucoup de choses ne prennent sens ou intérêt qu'après-coup, comparées à d'autres. En l’occurrence, cette histoire de vraie ou de fausse droite par rapport à la liberté, donc une de ses manifestations, le libéralisme.

"Bien sûr, il est plus facile de me reprocher d'imaginaires atteintes à la liberté d'expression, alors que je ne fais qu'exercer la mienne."

Vous déformez, j'ai écrit :

"Ce n'est pas à vous de décider à la place de ces gens s'ils sont comment dire ? dans la ligne du parti."

Si je décidais, par exemple, pour vous, que vous avez je ne sais quel positionnement politique que vous récusez, je ne porterais pas atteinte à votre liberté d'expression.
Cette histoire de ligne du parti quand il n'y a pas chez nous de parti et que vous êtes un pseudonyme et non un Breton, pape du surréalisme ou autre personne pouvant exclure, est un trait d'esprit. Comme quelqu'un faisant une psychothérapie l'avait sorti à son psy assez... rigide.
Je suppose que vous avez compris l'humour puisque vous citez Khrouchtchev.

"Quand Khrouchtchev affirme être pour la paix dans le monde et l'émancipation des travailleurs, vous le croyez aussi ?"

Je crois que vous idéalisez la droite, comme d'autres idéalisent, mettons, les écologistes. Ils ne veulent pas croire qu'ils virent des peuples de leurs terres. Ou alors, ils le savent, mais ils ne veulent pas le savoir. Ou alors, tout est la faute des riches qui visitent les réserves car un "vrai" écolo ne ferait pas ça, etc.
En dehors même des abus que peuvent commettre les uns et les autres, tout le monde n'a pas la même conception des choses.

Comme par hasard, le libéralisme est tombé à la trappe, un signe de plus pour moi qu'il y passe toujours, en France. Le truc qui sert à diaboliser l'autre ou à se rehausser, un pion dans le débat comme les indigènes entre pollueurs et écolos.
On dira que je laisse tomber cette cause décidément désespérée. Mais puisque je suis sur un blog plutôt à droite, j'ai une opportunité de voir ce que des gens qui votent à droite pensent de ce que c'est, la droite, l'ordre comme le dit Patrice Charoulet, la liberté, le libéralisme, autre chose ? Vous me trouvez peu crédible de penser après-coup aux choses, mais ils faut qu'elles maturent, les choses, pour sortir, pour avoir des idées. En l’occurrence, voir ce que les gens de droite pensent ce que c'est, la droite.

Votre contribution est évidemment bienvenue, ce n'est pas tout de dire que des gens sont de la fausse droite, dites-nous, si vous le désirez évidemment, ce qu'est, pour vous, la vraie droite.

Michelle D-LEROY

Les époux Balkany ont visiblement et ce depuis des années détourné la loi à leur profit, qu'ils soient condamnés ne pose pas de problème en soi, c'est même plutôt moral. Toutefois, cela dit, avoir dès la sortie du Tribunal, envoyé M. Balkany en prison me paraît une mise en scène pour occuper l'opinion.

M. Balkany aurait pu écoper d'une grosse amende (bienvenue par les temps de vaches maigres de l'Etat français) et d'une longue non-éligibilité, cela aurait été sans doute préférable. Du coup on a tout de même la nette impression que la justice s'est acharnée sur cet élu de droite, qui plus est, un copain de Nicolas Sarkozy. Un moyen d'atteindre ce dernier par personne interposée.

Dans d'autres affaires concernant des hommes politiques, les peines encourues ont été visiblement plus clémentes.
Il a été condamné à 4 ans de prison. Parfois des assassins ne sont pas condamnés à plus. J'ai toujours cet exemple en tête, le logeur des terroristes du 13 Novembre qui avait tué son collègue et l'avait découpé avec un couperet de boucher... avait été condamné à 8 ans de prison mais n'en avait effectué que 3.
On ne peut pas dire qu'il existe dans notre justice une échelle de valeurs des condamnations et c'est quand même dérangeant.
Il est pourtant beaucoup plus dangereux de laisser certains tueurs libres que des élus qui détournent des fonds ou fraudent le fisc. Punissons-les par de grosses amendes et par des déchéances de citoyenneté.

M. Balkany, excellent maire au demeurant, n'a pas fait pire que d'autres élus de gauche... mais c'est justement par ce jugement qu'on voit la différence de traitement envers une gauche imaginée plus vertueuse et une droite (pourtant si peu de droite parfois) mal-pensante et forcément plus portée sur l'argent, selon les clichés.

On lui reproche encore son riad au Maroc. Pourtant un riad à Marrakech, si je ne m'abuse, beaucoup d'autres personnalités de gauche en possèdent ou en ont possédé un, mais là encore ils étaient de gauche, donc tout était normal et acquis honnêtement, même si parfois des soirées pas très recommandables avaient lieu.

En plus cette sentence est tombée à pic. Cela a masqué l'affaire Ferrand. A tel point que personne ne mentionne plus que ce personnage devrait penser à démissionner de son poste de Président de l'Assemblée nationale, un des endroits les plus symboliques de la République qui aurait besoin d'un Président exemplaire. Comment s'étonner que les Français doutent de tout et se détournent de la politique ?

Ce M. Ferrand qui demandait haut et fort et à plusieurs reprises à M. Fillon d'abandonner sa candidature trop gênante pour son poulain parce que "il n'avait plus d'autorité morale", bien que comme lui aujourd'hui, il bénéficiait de la présomption d'innocence.

Fais donc ce que je dis, pas ce que je fais.

Alpi

@ paul
"En quoi cela les rend-il inaptes à diriger une ville où les citoyens sont plutôt contents de la façon dont elle est gérée ?"

Je citerai Georges Bess : "C'est avec ce type de raisonnement qu'on finit par coucher avec sa sœur."
________

@ sylvain
Pleurez sur les baskets de Balkany, mais pleurez tout seul !
La comparaison avec Dreyfus est gonflée. Je vous fiche mon billet que dans 100 ans, tout le monde aura oublié Balkany. C'est d'ailleurs tout ce qu'il mérite...

breizmabro

@ paul 16 septembre 2019 à 14:32
"En quoi cela les rend-il inaptes à diriger une ville ?"

Je crois que vous n'avez pas suivi. Notre justice d'aujourd'hui, en tous domaines, rend en sus de la justice stricto sensu, la morale, celle venant directement d'Amérique, de celle des McDo ou des hamburgers, celle des Mee Too et des "chasses à Tout".

Strauss-Kahn (qui n'est pas mon ami) a été humilié, filmé nuitamment, mal rasé, menottes aux poignets, pour que la presse se régale, c'était le but.

Au final qu'en est-il sorti ? Une caution déposée pour qu'il soit remis en liberté surveillée dans un quartier résidentiel, suivie d'une négociation à des pas de prix pour son accusatrice, MAIS tout le monde, en France, se souviendra de son arrestation et la repassera en boucle si besoin est.

(Aux dernières nouvelles Strauss-Kahn coule des jours heureux à Marrakech malgré ses déboires financiers.)

Aujourd'hui quelques juges veulent nous faire un remake de "shame on you" avec Balkany. Grand bien leur fasse, mais nous ne sommes pas en Amérique et Balkany n'a pas été directeur du FMI. Restons sérieux, restons en France, ce n'est qu'un petit maire d'une commune de 60 000 habitants qui a fraudé le fisc pour ne pas avoir déclaré son héritage dans les années 80, certes, mais pas plus qu'un ministre de la République en 2012, ou d'autres dont Darmanin taira le nom par amitié (comme pour Bergé par exemple)...

Que ses turpitudes fiscales lui valent une peine de prison ferme admettons puisque sa raideur n'a fait qu'aggraver les choses devant des juges qui, eux, n'ont jamais fauté ; mais ce cirque de mandat de dépôt à l'audience, à laquelle il était présent, était d'un ridicule achevé.

Robert Marchenoir

Des habitants de Levallois-Perret : "La ville est propre et sûre". Et donc ?

Il en découle qu'il faudrait exonérer un chef mafieux, un fraudeur massif, un corrupteur de première bourre ? Ces gens-là voudraient nous expliquer qu'on ne saurait rendre une ville propre et sûre à moins d'être un despote corrompu ?

Tous les visiteurs naïfs ou complices de dictatures étrangères reviennent en s'extasiant sur "la propreté des rues" et le "sentiment de sécurité" qui y règne. Dernièrement, les Mariani et consorts revenant de Crimée occupée. Hitler aussi savait construire de belles autoroutes.
______

@ Giuseppe | 16 septembre 2019 à 11:31
"On voulait vous mettre de côté une paire de crampons, des longs pour vous pour terrains boueux, ils accrochent bien, mais en fait à l'unanimité nous avons estimé qu'un lutteur de votre trempe - malgré quelques hors-jeu de position - n'en avait pas besoin."

Eh bien ça ne fait rien, mettez-moi donc du cassoulet de côté, à la place...
______

@ Noblejoué | 16 septembre 2019 à 14:17
"Notons que les personnes dont vous dites qu'elles sont communistes de droite votent à droite non faute de mieux, non, elles s'en revendiquent comme d'une identité. Ce n'est pas à vous de décider à la place de ces gens s'ils sont comment dire ? dans la ligne du parti."

Je ne décide de rien. Je fais part de mes analyses. Untel est parfaitement libre d'affirmer qu'il est à droite parce qu'il vote Les Républicains ou Rassemblement national, comme je suis parfaitement libre d'expliquer pourquoi les positions qu'il prend par ailleurs sont des positions socialistes.

Vous seriez plus crédible si vous interveniez au moment où j'explique en quoi la droite, ou une partie de la droite, est communiste, et si vous tentiez de réfuter mes arguments.

Bien sûr, il est plus facile de me reprocher d'imaginaires atteintes à la liberté d'expression, alors que je ne fais qu'exercer la mienne.

Quand Khrouchtchev affirme être pour la paix dans le monde et l'émancipation des travailleurs, vous le croyez aussi ?

Caroline

Dupond-Moretti vient d'avoir une blessure narcissique. Je pense que ça se soigne s'il en est d'accord. Lui, qui dit-on sur la place publique remporte presque tous ses procès. Je compatis... Comment peut-il croire à ce qu'il dit ?
Nicolas Sarkozy qui défend ce pauvre homme qu'est P. Balkany. Il parle de lui quand il défend son ami. Son tour va bientôt venir... Je compatis...

Pourquoi Mme Balkany ne peut pas aller en prison à cause de sa santé fragile et peut remplacer le maire sans souci ? La prison lui serait moins fatigant.
Et comme elle aime très fort son mari, elle pourrait veiller sur lui.
Il est grand temps de faire le ménage en France pour les cols blancs-cravate.
Pardon pour ce mouvement d'humeur.

yves albert

Les remarques de certains commentateurs de ce blog sont tristes à pleurer. Selon les humeurs, un jour la justice semble inopérante, un autre jour elle sera excessive ; on plaint ici un escroc auquel n'on applique strictement que la loi et ses peines puis on les compare à celles d'assassins ou à d'autres jugements de même type.

Bref, c'est la pagaille, il y a déjà celle de la justice mais aussi celle des justiciables (au fait Belloubet devrait démissionner du fait de ses oublis déclaratifs).

En ce qui concerne les escrocs, ils peuvent en toute impunité voler ce qu'ils peuvent sans craindre de punitions et de pénitences du fait des moyens dont ils disposent et de la longue graduation des jugements, appels, cassation, Cour de justice européenne des droits de l'homme, ce qui représente dix à vingt ans de paix pour le coupable (si l'accusé est riche).

Pour moi l'affaire du siècle sera celle de Tapie où Sarkozy et Lagarde ont monté, avec l'aide de Borloo, un scénario navrant de vol de fonds publics et nous en sommes toujours au même point (sans oublier l'indécence du déballage des maladies pour sensibiliser les naïfs - méthode classique et ridicule de EDM). Quant à Lagarde elle n'avait rien vu, c'est superbe pour une Présidente du FMI et maintenant de la BCE, les crapules vont bien ensemble.

Ce qui me fait de la peine c'est lorsqu'un simple citoyen blanc hétéro est pris dans les mailles du filet de la justice et qu'il est condamné immédiatement, sur ordre, pour s'être défendu lors d'une agression, ou lorsqu'il remplace sagement et calmement la gendarmerie ou l'armée pour défendre sa patrie (mais là on ne verra pas EDM pleurer).

sylvain

Cet acharnement contre Patrick, c'est clairement l'affaire Dreyfus du 21ème siècle !

Chers ami(e)s, c’est avec des sanglots longs des violons de l'automne dans la voix que je vous parle :

L’heure est à la tristesse, que dis-je, à la colère mais saine !

C’est un affront rappelant les Zeures les plus sombres de notre histoire !

Les kapos auront fini par embastiller notre si cher ami.

Il a heureusement fait appel de cette décision mais devra préparer sa défense en prison !

Soutien total et inconditionnel aux époux Balkany !

La vérité triomphera du mal ! No pasaran !

Jabiru

Question subsidiaire:
En cas de confirmation des peines de première instance, les époux Balkany pourront-ils conserver leur Légion d'honneur ?

paul

Donc le couple Balkany a été condamné pour une question fiscale propre à leur foyer. En quoi cela les rend-il inaptes à diriger une ville où les citoyens sont plutôt contents de la façon dont elle est gérée ? Je crois qu'il y a une volonté de faire tomber des gens qui sont susceptibles de se mettre en travers du pouvoir actuel.

Giuseppe

J'aime la plage d'Hendaye, le rugby et les gâteaux basques à la crème de chez Pariès https://www.paries.fr/10-gateaux-basques, je me prépare à la coupe du monde de rugby... Mais... Je hais ces politiques élus, à qui l'on attribue notre confiance, ces pourris qui nous trahissent, qui trahissent pour une misère un pays, leur honneur, notre vie, alors que d'autres bien nombreux vivent avec moins que rien.

Et dire que certains - non juristes - tentent de comparer vainement une peine à une autre, les délits ne sont jamais strictement les mêmes, et tenter d'atténuer une fraude, il serait bien vieux pour une telle peine, une humiliation, les pauvres... et quoi encore ?

Pensez-vous qu'en sa villa Pamplemousse la bien nommée et pendant toutes ces années de turpitudes à engranger, se goinfrer, ces époux pensaient aux malheureux, aux déshérités, à la misère de nos urgences, à la misère de nos enseignants, quatre petites années de prison pour des décennies de profits et de bien mal acquis... Et je devrais compatir... la maladie, l'âge et Germinal sur leurs épaules ? Quelle plaisanterie !

Jouer n'est pas gagner, en l'occurrence un jour il fallait que cela finisse, une fin inéluctable, ils ne paieront jamais tout le mal qu'ils ont fait, l'énergie et l'humiliation subie par des électeurs qui ont pu croire en eux, il a voté des lois alors qu'il se cachait ailleurs.

Je me fiche des Balkany comme de ma première chemise, je suis satisfait qu'ils rendent des comptes, la liste des courses était longue, et l'acquitter ne veut rien dire, car demain d'autres prendront la suite, le but est quand même de payer à la caisse, pour tous pareil, selon les produits.

vamonos

Mon précédent post était très court, écrit rapidement avec un système Android. Je voudrais préciser que j'ai voulu mettre en perspective les affaires Balkany et Kaltenbach pour montrer les incohérences de la justice politique.

Certes, l'affaire Balkany est grave et M. Balkany a été jugé en toute rigueur avec mandat de dépôt à l'audience. Dura lex, sed lex.

Mais l'affaire Kaltenbach est très grave aussi. Cet ancien maire a été filmé par son adjoint à la sécurité en train d'empocher une liasse de billets de banque en remerciement de l'attribution d'un logement social. Il a été attrapé pour cela, il aurait pu tomber pour autre chose. M. Kaltenbach a perdu son immunité sénatoriale, il a été jugé et condamné. Il a perdu en appel. La Cour de cassation a jugé sur la forme au niveau de la nature de la peine, si bien qu'il n'a rien payé et qu'il n'y a pas eu de contrainte de corps. Mais sur le fond, il est coupable. Actuellement il siège toujours au conseil municipal de "sa" ville au motif qu'il a fait appel au niveau européen.

Certes les juges font preuve de rigueur à l'égard des élus de droite. Parfois les moyens et méthodes me semblent disproportionnées. Sarkozy et Fillon sont des exemples emblématiques de carrières politiques brisées.

En revanche, quand il s'agit d'un élu de gauche, la mansuétude est à son comble. Les exemples circonstanciés sont nombreux qui fleurissent sur le blog : Cahuzac, Thévenoud, Macron, Ferrand et tant d'autres.

Noblejoué

@ Robert Marchenoir
"Non. Ce n'est pas parce que "je veux faire penser du mal de quelqu'un" que je le désigne comme communiste. C'est parce qu'il est communiste, et que c'est mal, que je le désigne comme tel. Et au passage, j'explique pourquoi. C'est quand même ahurissant de mettre la vérité à l'envers de cette façon."

Beaucoup de gens dont vous affirmez qu'ils sont communistes disent voter à droite... Pour moi, "communiste de droite", comme vous dites, ne veut rien dire. La droite et la gauche sont des positionnements politiques qui évoluent dans le temps l'un par rapport à l'autre et sont exprimés par des votes.
Notons que les personnes dont vous dites qu'elles sont communistes de droit votent à droite non faute de mieux, non, elles s'en revendiquent comme d'une identité. Ce n'est pas à vous de décider à la place de ces gens s'ils sont comment dire ? dans la ligne du parti.

"Vous avez également tort quand vous affirmez que le libéralisme n'est ni de gauche ni de droite."

Pourtant le fait de ne pas vouloir que l'Etat se mêle de certaines choses existe dans les deux camps.
Certains ne veulent pas que l'Etat dicte l'économie, certains ne veulent pas qu'il dicte les mœurs des adultes consentants, parfois, des gens veulent qu'il ne s'occupe ni de l'un ni de l'autre, parfois des deux. Tel peut vouloir que l'Etat ne soit pas un redistributeur mais exiger que l'Etat interdise l'avortement, le mariage pour tous et autre, tel peut être favorable à ces mesures et se prononcer pour la redistribution.

Le libéralisme était un face au roi absolu, il était un face aux régimes totalitaires.
Face à l'évidence d'un grand manque de liberté. Mais quand la liberté se développe, il se diversifie, parce que toutes les libertés ne paraissent pas toutes aussi prioritaires à tous. Cependant, et c'est un véritable progrès, malgré tous les éventuels bouffeurs de râteliers qu'on peut trouver partout et de tous les éventuels intolérants possibles... les libertés se développent, d'un côté, il y a une plus grande compréhension pour les mœurs de chacun, de l'autre, la dictature du prolétariat est abandonnée tandis que l'image de l'entrepreneur comme de l'entreprise est devenue beaucoup plus positive.
Et ce n'est pas un vœu pieu : comme vous le dites, on sous-estime les startups françaises.

Je ne le porte au crédit de personne en particulier, mais à celui d'un mécanisme darwinien de sélection de propositions politiques. Qu'est-ce qui ne nuit pas au maximum de gens ou sert le maximum de personnes, gain, et ne se heurte pas à une trop grande résistance, perte, à la liberté ?

Et c'est très bien comme ça, les révolutions ont tendance à donner des contre-révolutions, tandis que les réformes, les manières de penser s'enracinent, comme la démocratie... et le libéralisme chez les Anglo-Saxons.

Catherine JACOB

@ breizmabro | 16 septembre 2019 à 11:37
« Madame Belloubet qui est choquée lorsque des règles de droits ne sont pas appliquées »

Je dirais même plus, Mme Belloubet se déclare choquée lorsque les règles du droit (en l’occurrence celles édictées par le code électoral) sont appliquées, précisément !! Vu que le législateur n’a pas prévu tous les cas de figures ! Mais bon, qu'elle réfléchisse bien avant de proposer ses modifications car comme dirait notre bien-aimé président : "Trop de vertu tue la vertu !"

« ...a su quant à elle s'exonérer du droit dicté par la HATVP qui demande la déclaration de patrimoine aux élu.e.s avant leur nomination puisqu'elle aurait "omis" de déclarer 336 000 euros de ses parts dans des SCI.* »

Hahaha ! Si je devais un jour omettre, de bonne foi, 336 000€ dans ma déclaration d’impôts, je vous autorise à venir me tirer les oreilles !

« Madame Belloubet garde des Sceaux oubliant qu'elle possède des parts de SCI serait-elle également frappée de phobie administrative ? :( »

Cela étant, la phobie administrative qui n’est pas de pure circonstance, ça existe. Tenez, moi j’ai la phobie du formulaire, laquelle me vient initialement de la manie des sondages et s’est étendue aux questionnaires qui ne prennent jamais en compte que des situations générales alors que la plupart des situations sont particulières et qu’aucune case ne permet jamais de les exposer dans leur spécificité.

D’où, je donne souvent tous les renseignements demandés, mais assortis d’explications tendant à éviter leur interprétation arbitraire telle que le permet la plupart du temps le sacro-saint formulaire et ses cases trop petites.
Cela dit, de nos jours, s’agissant en tout cas de la déclaration d’impôts par Internet, elle comporte un encart spécial destiné à signaler à l’administration fiscale tout ce qui peut vous chiffonner au moment de la remplir. Et vous savez quoi ? Ils répondent !

Maintenant, le fonctionnaire obtus ne prendra jamais rien en compte tant que vous ne lui ne lui aurez pas présenté le formulaire A38 comme qui dirait, ce qui ne peut qu’accentuer la phobie qui est une phobie très réelle, de l’administrable à son égard.

Ellen

@ jack | 16 septembre 2019 à 11:04

Je vois qu’Isabelle Balkany a vite retrouvé la pêche.
Peut-être que la mairie de Levallois est aussi leur troisième résidence secondaire. Mais ça, le juge ne pouvait peut-être pas deviner que Madame la première adjointe au maire et son mari allaient aussitôt confisquer le siège pour le garder au chaud en attendant les prochaines municipales en 2020.

Je crois qu'elle n'a que faire du verdict du Tribunal.

Robert Marchenoir

@ Noblejoué | 16 septembre 2019 à 05:38
"Comme vous vous dites de droite, quand vous voulez faire penser du mal de quelque idée ou comportement de quelqu'un, vous avez souvent le réflexe de le désigner comme communiste, de gauche, etc."

Non. Ce n'est pas parce que "je veux faire penser du mal de quelqu'un" que je le désigne comme communiste. C'est parce qu'il est communiste, et que c'est mal, que je le désigne comme tel. Et au passage, j'explique pourquoi. C'est quand même ahurissant de mettre la vérité à l'envers de cette façon.

Vous illustrez à merveille le relativisme qui infecte notre société. Rien n'a d'importance, tout se vaut, 1 + 1 = 0 et c'est vous qui avez raison parce que vous êtes un centriste mou, capable de discerner que des gens ont des opinions opposées, ce qui entraîne qu'ils ont tort les uns comme les autres.

Vous avez également tort quand vous affirmez que le libéralisme n'est ni de gauche ni de droite. C'est en effet une thèse fréquemment évoquée sur Contrepoints, site avec lequel je suis souvent en désaccord. Le libéralisme est de droite. Au demeurant, si vous aviez lu de près l'article que vous indiquez, vous auriez remarqué qu'il répond à un autre, toujours sur Contrepoints, qui défend la thèse opposée.

La posture consistant à prétendre que le libéralisme n'est ni de gauche ni de droite a deux objectifs. Premièrement, permettre à la voix libérale d'exister, dans une société française où la seule légitimité politique est à gauche. En sous-entendant que le libéralisme est gaucho-compatible, on évite le coup de massue de la diabolisation immédiate. C'est une tactique lâche et à courte vue.

Cela pour ceux qui sont de droite, bien entendu. Car il y a aussi les faux libéraux de gauche, qui bouffent à tous les râteliers, et veulent profiter des avantages de l'idéologie de gauche tout en ayant carte blanche pour se faire un maximum de pognon.

Deuxièmement, la posture de "l'ailleurs" autorise et nourrit le caractère sectaire d'un certain libéralisme français. Si vous n'êtes comparable à rien d'autre, alors il vous est plus facile de lancer des excommunications et de faire régner la terreur idéologique. Une autre caractéristique du libéralisme français contemporain, je précise.

Car ni le libéralisme en général, ni le libéralisme français des fondateurs (Say, Tocqueville, Bastiat...) ne manifestent cette corruption.

Giuseppe

"A-t-on fait "payer" Patrick Balkany ?" (PB)

C'est pour ce triste sire que des imbéciles seraient prêts à voter encore pour lui ?
Lui qui ne croyait pas en son pays, à son avenir, à l'honneur de servir, réfugiait son sale pognon à l'étranger, cachait par intérim et homme de paille ses montages, qu'ils ont reconnu, par force, sinon ils auraient continué sans vergogne à s'essuyer les pieds sur notre dos.

¡Que se vayan a cárcel !

Et dire que l'on croit encore à des sornettes du genre il a embelli la ville, etc. Quand la facture va être présentée certains vont s'étrangler, il n'a rien développé du tout, avec les sous des contribuables c'est tellement facile, le retour de flamme va se faire sentir, aucune économie n'est prospère avec la dette publique, la récession est forcément au bout : c'est en quelque sorte la version du système pyramidal, au bout Madoff a vu comment il a fini, ici nous sommes bien cléments.

https://www.huffingtonpost.fr/2016/05/04/patrick-balkany-loi-travail-manifestants_n_9835402.html

Patrice Charoulet

Qui, parmi les commentateurs détenant les motivations du jugement du procès Balkany, aurait la gentillesse de me les adresser ?
Cette lecture m'éclairerait davantage, à mon humble avis, que le micro-trottoir réalisé à Levallois et que les commentateurs qui n'en savent pas plus que moi.

Jabiru

Il a fraudé, il a menti effrontément pendant des années. Enfin la justice a œuvré ! Rien de tel qu'une bonne mise à l'ombre pour qu'il prenne enfin conscience qu'il doit répondre de ses actes.
Il est à espérer que le couple soit rapidement empêché de continuer à exercer son mandat municipal. Qu'ils dégagent et se fassent oublier.

Michel Deluré

@ semtob 15/09 20:22
« Non, celui qui aime la justice ne peut tolérer ce qui suinte l'injustice, ce qui est à charge, à volonté politique malveillante ».

Mais s'agissant des Balkany, où suinte l'injustice ?
Qui peut sincèrement, raisonnablement, les estimer blancs comme neige, irréprochables, vertueux ?
Qui peut considérer comme injuste la sanction qui vient de leur être infligée ?
Est-ce la justice qui aurait blanchi ces justiciables que vous aimez ?

La justice n'a pas à faire de politique comme vous l'affirmez mais elle a à sanctionner, avec impartialité, les politiques qui profitent de leur position pour agir de manière délictueuse, et cela quel que soit leur bord.
C'est son devoir, c'est son honneur.

breizmabro

@ Catherine JACOB 16 septembre 2019 à 08:36

Madame Belloubet qui est choquée lorsque des règles de droits ne sont pas appliquées a su quant à elle s'exonérer du droit dicté par la HATVP qui demande la déclaration de patrimoine aux élu.e.s avant leur nomination puisqu'elle aurait "omis" de déclarer 336 000 euros de ses parts dans des SCI.*

"Ces biens-là n'étaient pas sous le même régime que les autres, je les ai omis" a-t-elle admis.
"Il n'y avait aucune intention de fraude, ce qu'a reconnu la Haute autorité", a-t-elle ajouté (le Parisien).

Madame Belloubet garde des Sceaux oubliant qu'elle possède des parts de SCI serait-elle également frappée de phobie administrative ? :(

Si j'étais Me Dupond-Moretti je soulèverais ce problème devant les juges d'appel concernant les époux Balkany qui ont dû souffrir également, en leur temps, de cette fameuse phobie administrative que la médecine ne découvrira, malheureusement pour eux, que dans les années 2013-2014.

Décidément le nouveau monde de Manu n'a rien à envier au vieux de ses prédécesseurs.

*Les oublis fâcheux dans sa déclaration de patrimoine concerneraient des parts dans trois SCI : une maison de 184 m2 dans l'Aveyron et dans deux appartements à Paris de 61 et 32 mètres carrés.

Giuseppe

@ Robert Marchenoir | 15 septembre 2019 à 23:02

Bob - je me permets -, vous avez fait court et c'est parfaitement résumé.
Et en plus comme la Coupe du monde de rugby va commencer, les supputeurs, sélectionneurs, entraîneurs de mon entourage auront moins de temps à consacrer à vos écrits… On voulait vous mettre de côté une paire de crampons, des longs pour vous pour terrains boueux, ils accrochent bien, mais en fait à l'unanimité nous avons estimé qu'un lutteur de votre trempe - malgré quelques hors-jeu de position - n'en avait pas besoin.

jack

Isabelle Balkany fait son cinéma à Levallois ! Devant micros et caméras, elle demande au bon peuple de prendre son mari en pitié suite à une décision soi-disant exagérée d’un tribunal. Enfin quoi ? 16 millions d'actifs qui ont échappé à la fiscalité. Franchement, une peccadille (en attendant la suite…).
La population est invitée à dire que la gestion Balkany à la mairie est exemplaire et ce serait suffisant pour atténuer la responsabilité du couple en matière de fraude fiscale. Populisme incohérent. Vivement que cette emprise sur la ville cesse et qu’un souffle nouveau, uniquement bon gestionnaire s’installe à Levallois. Ne plus se laisser piéger par l'affectif prêt à tout excuser.

Chemins de traverse

Combien de "joker" dans les jeux de cartes des Balkany ?!

Alpi

On ne va pas se lancer dans une comparaison assez inutile, mais surtout interminable, entre les différentes peines infligées aux délinquants... 4 ans, ça peut sembler lourd.

Mais les Balkany ne me tireront pas une larme. Cela fait tout de même des lustres que ça leur pendait au nez ! Bien sûr qu'on a voulu "se payer Balkany", pas parce que c'est Balkany mais parce qu'il faut montrer l'image d'une République "propre". Sur ce point, y'a encore du boulot !
Balkany en liberté ne présenterait aucun danger. Il ne braquera pas une banque et n'attaquera pas une vieille dame pour lui faucher son sac.

Si on veut le punir - et il me semble qu'il le mérite même si je ne connais pas le dossier et même si je ne suis pas juriste - il faut frapper au portefeuille : remboursement des sommes détournées, saisie conservatoire. Et inéligibilité À VIE pour le couple, car je comprends assez mal que Madame ait pu reprendre le flambeau.

Peut-être qu'un audit des finances de Levallois, dont je ne nie pas la transformation, serait opportun, avant qu'une nouvelle équipe ne fasse sortir cette ville du système Balkany. Je ne suis toutefois pas convaincu que les Levalloisiens (j'en connais) le souhaitent...

Michel Deluré

@ Achille 15/09 20:55

Que les Cahuzac, Balkany et consorts aient confié leurs intérêts fiscaux à des spécialistes dans l'art de la dissimulation de revenus, personne n'en doute. De telles pratiques pour des enjeux aussi importants ne peuvent se satisfaire d'amateurisme.
Mais il n'empêche, comme vous le soulignez, qu'en première intention c'est bien le donneur d'ordre et lui seul qui est le principal responsable. Il agit en parfaite connaissance de cause, conscient de l'objectif qu'il se fixe et des risques qu'il encourt.
Que ce donneur d'ordre ne soit pas l'exécutant ne change strictement rien à l'affaire.

Exilé

@ Jean Colmon
« Que n'a-t-on pas entendu lorsqu'il a installé des caméras dans sa ville et un poste de sécurité avec une police municipale armée. Combien de politiques ont critiqué avec véhémence ces faits... En 2019, cela ne choque plus, même des villes gérées par la gauche ont suivi cet exemple. »

Les gauchistes verdâtres de Grenoble, la ville la plus pourrie de France selon un magistrat, n'ont pas l'air d'être au courant...

Catherine JACOB

On peut lire que le ministre de la Justice, Mme Nicole Belloubet a estimé "choquant" au micro du Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro, qu'Isabelle Balkany, jugée coupable de fraude fiscale, ait succédé à son mari, emprisonné, à la mairie de Levallois-Perret.
La municipalité des Hauts-de-Seine a appliqué en effet les règles en vigueur qui veut que son premier adjoint succède à un maire comme, le cas échéant, le second personnage de l’Etat succéderait au premier.

« "La règle de droit s'applique ainsi", a reconnu dimanche 15 septembre Mme Belloubet, mais "on peut trouver que c'est choquant du point de vue politique (...). Je trouve que c'est choquant mais comment faire ?", a-t-elle poursuivi. »

Ce n’est pas choquant du point de vue politique, c’est choquant du point de vue moral dès lors que l’on considère que l’élu se doit d’être irréprochable sur ce plan et qu’une élection dans le domaine de la vie publique est telle la récompense de son irréprochabilité dans ses affaires privées.

Maintenant, les Politiques qui se sont attelés au treizième des travaux d’Hercule que représente la tâche de moraliser la vie publique me paraissent quelque part avoir scié du côté du tronc la branche sur laquelle ils étaient assis.
Si on avait voulu contourner cette règle du code électoral, il suffisait de faire en sorte que le soit son deuxième adjoint qui succède à son maire, en prononçant un quelconque empêchement qui ne soit pas l’incarcération immédiate que semblait proscrire l’état de santé de Mme Balkany qui a fait, dit-on, une tentative de suicide.

Noblejoué

@ Robert Marchenoir
"Si être de droite n'est pas être droit, alors qu'est-ce que cela peut bien vouloir dire ?"

Belle envolée lyrique, mais vous savez bien que l'origine de la droite et de la gauche est ailleurs :

https://www.herodote.net/almanach-ID-1703.php

Comme vous vous dites de droite, quand vous voulez faire penser du mal de quelque idée ou comportement de quelqu'un, vous avez souvent le réflexe de le désigner comme communiste, de gauche, etc.
A gauche, les gens disent dans le même cas, fasciste, et parfois, nazi.
Bon, vous pouvez critiquer quelqu'un se disant de droite en le traitant de communiste quand même, comme de l'autre côté de l'échiquier politique, des gens traitent les autres de fascistes quand même. Parce qu'il y aurait des exceptions, ce qui permet de faire coïncider ce qu'on pense et ce qu'on trouve dans la réalité.

Et de plus, puisque j'y suis, "la vérité est ailleurs", concernant le libéralisme :

https://www.contrepoints.org/2017/08/21/136850-liberalisme-ni-de-droite-ni-de-gauche-dailleurs

De toute manière, la question de l'honnêteté du personnel politique est encore un autre problème.
Quelle que soit la politique retenue par les gens, il vaut mieux qu'elle soit exécutée honnêtement, et pour elle-même, et pour l'exemplarité des dirigeants, noblesse oblige. Le fait qu'en France, les gens soient souvent contre s'explique par le fait qu'ils ne sont ni pour la liberté ni même pour l'égalité contrairement à ceux qui se disent méfiants envers la liberté au nom de l'égalité.

Je ne suis évidemment pas la première personne à le savoir, mais cela va mieux en le disant et même en le répétant. Avec mise à jour.
Mais comme je le disais, n'ayant ni l'amour de la liberté ni l'amour de l'égalité, ils ne peuvent être justes.
Je n'oubliais pas de mentionner diverses obsessions qui font que les gens présument avoir tous les droits, et abolissent liberté et égalité pour les mettre en oeuvre, parce que le problème n'est pas que français... Mais disons que notre terreau est fertile pour tout ce qui est contre la liberté, l'égalité et la justice.

Trekker

@ Robert Marchenoir | 15 septembre 2019 à 23:02
"Un bandit politique est tombé, et c'est très bien comme ça. On ne va tout de même pas s'en plaindre. Le scandale est dans l'impunité prolongée dont il a pu bénéficier"

Pour une fois et je tiens à le souligner, je suis totalement d’accord avec l’ensemble de vos propos !

"Plus inquiétant est le soutien dont il bénéficie de la part de certains qui se disent de droite. Si être de droite n'est pas être droit, alors qu'est-ce que cela peut bien vouloir dire ?"

Ce n’est qu’une illustration de la primauté du parti pris politique sur la réalité des faits, qui est hélas de mise chez tous les militants d’une cause: de gauche, de droite, etc.

——————————————

@ semtob | 15 septembre 2019 à 20:22

Au lieu de médire sur le juge Benjamin Blanchet, vous feriez bien de lire les motivations de son jugement. Certes elles font quelques dizaines de pages, mais elles sont fort instructives…

—————————————-

@ Patrice Charoulet | 15 septembre 2019 à 19:06

Il est quand même stupéfiant qu’un lettré comme vous succombe au charme du discours, certes fort habile mais bien démagogique, de M° Dupond-Moretti. Je vous donne le même conseil qu’aux semtob ci-dessus, bien sûr la formulation des motivations de ce jugement n’a pas de prétention littéraire mais celles-ci sont étoffées et rigoureuses : elles n’ont rien à voir avec le discours de EDM sur BFM ce soir. Ce dernier ne pouvait, au sujet des Balkany, que convaincre ou faire douter ceux qui étaient déjà convaincus de l’iniquité de la sentence prononcée…

Robert Marchenoir

Cette condamnation est une excellente chose. Balkany a ouvertement fraudé le fisc pendant des années pour des montants énormes, et s'est protégé en mettant en place un système mafieux dans sa commune.

Qu'il soit "de droite" ou de gauche n'a aucune importance, pas plus que n'a d'importance la comparaison avec d'autres condamnations.

Un bandit politique est tombé, et c'est très bien comme ça. On ne va tout de même pas s'en plaindre. Le scandale est dans l'impunité prolongée dont il a pu bénéficier. La France est un pays profondément corrompu, cette affaire n'en est qu'une manifestation parmi d'autres. Balkany a fait son petit Poutine à Levallois ; toutes les choses ont une fin.

Plus inquiétant est le soutien dont il bénéficie de la part de certains qui se disent de droite. Si être de droite n'est pas être droit, alors qu'est-ce que cela peut bien vouloir dire ?

caffer

Les peines infligées au couple Balkany, auteur de fraudes fiscales tout aussi importantes qu’élaborées, ne sont pas scandaleuses.
Encore que les infractions fiscales devraient de mon point de vue être sanctionnées essentiellement au plan financier. Les saisies d’actifs du couple Balkany ordonnées par le tribunal sont de nature à satisfaire l’exigence de justice.
Cependant, la qualité d’élus des époux Balkany trouble à ce point l’ordre public que finalement, les peines de prison sont acceptables.

En revanche on ne peut pas s’empêcher de penser que le tribunal a voulu, à cette occasion, lancer un signal fort.
Si tous les juges du siège voulaient bien dorénavant faire preuve d’indépendance à l’égard du monde politique, ce serait un signal tout à fait encourageant.
Mais l’histoire récente judiciaire ne donne pas ce sentiment ; la condamnation de Christine Lagarde, assortie d’une dispense de peine, dispositif réservé aux petits délinquants repentis ayant réparé les conséquences de l’infraction, a pourtant donné le très mauvais exemple d’une Justice réservée à nos dirigeants par une juridiction d’exception, faite pour eux.

Nombre d’hommes et de femmes politiques, de droite et de gauche, bénéficient en ce moment des lenteurs et de la mansuétude d’une justice à deux vitesses ; celle du gibier de correctionnelle, et celle des « affaires » politiques.
C’est un sentiment largement partagé parmi les Français, et qui participe de la dégradation constante de l’ordre public.
C’est donc de la Justice que nous attendons tout maintenant.

Giuseppe

Les électeurs de Balkany ne manquent pas de goût, après tout, soit ils ne sont pas éligibles aux taxes locales et profitent, quant aux autres ils auront sans doute les moyens de payer les festivités proposées, alors ils s'en fichent.

Le scénario de la vie des époux vaut bien une messe, mais si les images de quelques groupies autour d'Isabelle de Levallois sont justes, c'est 100 personnes selon la préfecture, 10 000 pour la mairesse par intérim.

Allez, pour en rire, car c'est surtout à pleurer.

"Moins mesquins que les juges, les électeurs, dans leur majorité, ont maintes fois réélu les Balkany (et confortablement !). « Ils font profiter tout le monde ! » résumait, en 2015, l’une de leurs groupies sur France 2. Et que pèsent quelques casseroles ou l’endettement XXL de la commune face à la propreté des rues de Levallois et aux boîtes de foie gras envoyées par milliers pour les fêtes de fin d’année ? Mais peut-être que les juges n’aiment pas le foie gras ?"

https://librejugement.org/2019/05/18/balkany-ce-triste-sire/

stephane

C’est quand même surprenant
Les présumés magouilleurs de droite ont des villes florissantes à l’ouest de Paris, et les dits plus honnêtes, la gôooche, Bartolone and co, ont des ruines et des pauvres à l’est.
Qu’est-ce que 5 800 euros de dettes pour un Levalloisien qui a vu la valeur de son logement flamber sous l’ère Balkany ? Je crois que par rapport à la Seine-Saint-Denis, il fait bien des envieux ; et pourtant les deux secteurs partaient du même point.
Et quels bénéfices en frais d’agence et de notaires.
Peut-être eut-il fallu que Ferrand achète un local à Levallois pour changer la situation ?
Si mauvais que cela Balkany ?

Achille

@ Michel Deluré | 15 septembre 2019 à 18:24
« A partir du moment où l'on dissimule au fisc des revenus, on soustrait donc à la collectivité des impôts, impôts qui deviennent bien de l'argent public, argent qui aurait ainsi servi à financer les besoins de cette même collectivité. »

C’est parfaitement exact. Mais je ne suis pas persuadé que Cahuzac, tout comme, sans doute, les Balkany, soit directement impliqué dans les placements financiers frauduleux qui lui ont été reprochés. Balkany n’a même pas son bac et Cahuzac est chirurgien de métier. Certes leur activité politique leur a permis de maîtriser, même partiellement, le monde des affaires. Mais je serais tenté de croire qu’ils ont préféré confier la gestion de leur patrimoine à des conseillers financiers véreux qui connaissent toutes les ficelles pour contourner le fisc et s’occupent de tout, avec en contrepartie une bonne commission tirée des bénéfices réalisés.

Ceci étant, ce sont bien sûr les propriétaires des fonds placés illégalement à l’étranger qui sont responsables aux yeux de la loi. Car nul n'est censé ignorer la loi, même si dans le domaine fiscal elle est particulièrement complexe.

semtob

Cher Philippe,

Vous ne pourrez jamais faire entendre que ce qui est anomalie et honte de la justice puisse être l'honneur de la justice.
L'impartialité est une dominante de la justice. Ce qui est humain aussi.
Or ce que nous observons est le comble du sadisme, de la recherche de l'humiliation et de l'élimination politique de la droite.

Et ça continue encore et encore...
Le procès Fillon cinq jours avant les municipales serait dû à un hasard de calendrier !
Mais que l'on cesse de prendre les électeurs pour quantité négligeable.
Un juge n'a pas à faire l'élection à la place des électeurs.

C'est une mise en place du gouvernement des juges et cela est grave et à combattre.
Ces romans à charge et à charge, c'est bon pour les "couillons".
Cela ne suffisait pas d'inscrire victimes et personnalités de droite sur le mur des cons du SM, le Syndicat de la Magistrature ; le juge Benjamin Blanchet a été chargé de mission à l'USM, l'Union syndicale de la magistrature. Maintenant il faut oeuvrer contre ce cynisme, cet acharnement et ce que l'on n'oserait pas faire à un chien.
C'est dans les dictatures d'un autre temps que la justice avait un comportement pareil.

Non, celui qui aime la justice ne peut tolérer ce qui suinte l'injustice, ce qui est à charge, à volonté politique malveillante.
Non, la justice n'a pas à faire de politique et encore moins à faire de la morale et encore moins à être vengeresse.
Non à la vindicte des juges, aux représailles.

Ce n'est pas la justice, c'est la recherche par tous moyens de la destruction de la République par quelques juges enragés par la réussite des autres, atteints de pathologie de soi grandiose et de sensationnel.
C'est un travail de mer*e pour conclure et qui pue jusqu'à la lune !
françoise et karell Semtob

Mary Preud'homme

@ Jean Colmon | 15 septembre 2019 à 16:55

Ayant résidé six mois à Levallois-Perret en 1964, je confirme.
J'ajoute qu'il est incontestable que depuis l'ère des Balkany, la ville a changé du tout au tout et a pris rang au côté des villes résidentielles de la périphérie parisienne où il fait bon vivre.

boureau

@ Patrice Charoulet 15/09/2019

Interview Dupond-Moretti sur BFM TV ce jour.

Je ne suis pas sûr que notre hôte, après la vision de cette émission, nous aurait écrit le même billet sur les Balkany.

Enfin, ce que j'en dis !

Cordialement

breizmabro

@ racine15 15 septembre 2019 à 15:51

D'accord avec vous. Balkany a été condamné plus lourdement qu'un ministre délégué au budget en 2012, avec pour mission la chasse à la fraude fiscale, célèbre pour avoir dit les yeux dans les yeux aux représentants du peuple, face caméra, qu'il n'avait jamais eu, et qu'il n'avait pas, de compte à l'étranger.

Il est vrai que ce ministre aura le privilège de ne pas figurer sur le mur des cons puisque, après avoir été mis face à ses mensonges, il plaidera à genoux, la tête couverte de cendres, devant des juges assez compatissants pour ne le condamner qu'à quatre années de prison ferme afin que celles-ci puissent être aménagées.

Quant à Patrick Balkany, ayant été soutenu toute sa vie par la droite des Hauts-de-Seine, les Pasqua, Chirac et Sarko entre autres, sa place sur le mur des cons était naturellement réservée.

Il a triché, il a menti (ça va ensemble), une punition doit être donnée. Soit. Mais où est la morale dans ce jugement ? Qu'un maire d'une ville de 60 000 habitants voleur-menteur tel un MINISTRE d'Etat, doit être condamné, en plus de ses quatre ans de prison, à une humiliation publique ?

La morale de cette histoire est qu'il vaut mieux être ministre d'Etat lorsqu'on est voleur-menteur que maire d'une ville moyenne épinglé sur le mur d'un syndicat de magistrats... indépendants.

CQFD, et c'est fait.

Patrice Charoulet

Je recommande vivement à qui en aura le temps d'écouter l'intervention assez riche de Me Dupond-Moretti sur BFM ce dimanche vers 18h. Il y parle évidemment de M. Balkany, de la justice, des juges et il y répond à l'incroyable attaque de Mélenchon. A ne pas rater !

Tipaza

La fraude et le fraudeur !

Ça pourrait être un titre de fable de ce bon Monsieur de La Fontaine, tant le juridisme et la morale se mêlent et s'entrechoquent.

La fraude fiscale doit être durement sanctionnée, dit le juge qui évite de nous dire à quoi pouvait servir l'impôt qui est détourné.
Il ne le sait pas ou alors il adhère à ce que l'on peut appeler un détournement de finalité.

En principe et en droit l'impôt est là pour assurer le fonctionnement de l'État dans ses attributions régaliennes. Inutile de les détailler, tout le monde les connaît.

Or que se passe-t-il ?
Achille il y a quelques jours, dans des commentaires touchants de naïveté et dérangeants de cynisme, nous expliquait qu'il s'agit de procéder par le moyen de l'impôt à une redistribution des richesses dans le but d'une égalité de revenus.

Dans son dernier livre comme dans son précédent, Thomas Piketty pousse dans ce sens. Il n'y a pas assez de redistribution par l'impôt, qu'il faut augmenter et il va même jusqu'à suggérer de supprimer l'héritage des familles pour un "héritage" qui serait donné à tous au début de leur vie dite active.
Commencer la vie par une sorte de retraite, l'idée m'avait souvent traversé l'esprit sous forme de gag, et voilà que le gag risque de devenir réalité.

Il est loin le but de l'égalité des chances, on passe maintenant au "tous pauvres" du communisme.
Nous en sommes là !
Alors, que certains envisagent de frauder le fisc parce qu'ils refusent une redistribution confiscatoire, on peut les comprendre.

Reste évidemment l'aspect d'exemplarité qui doit être celui d'un élu de la République.
À gauche ils sont très forts pour demander l'exemplarité des autres et ils ont raison, sauf qu'en la matière ils ne donnent pas l'exemple.

Pour la sanction de Balkany, 4 ans de prison à comparer avec la sanction pour homicide involontaire, 3 ans de prison, et 5 ans avec des circonstances aggravantes, plus des pénalités financières sur lesquelles je passe.

Plaie d'argent n'est pas mortelle dit l'adage, mais il apparaît qu'elle est mortelle socialement, pour celui qui la provoque à l'égard du fisc.

Je ne conclurai pas sur la grotesque comparaison des sanctions, je ne suis pas juriste et je ne comprends rien au droit, heureusement pour moi !

Après, sur le plan strictement du procès, je me demande si en plus de vouloir se payer Balkany, comme disent les médias et les réseaux sociaux, il n'y aurait pas aussi et en même temps, le fait que l'avocat Dupond-Moretti commence à agacer par sa superbe exagérée et sa vanité trop extravertie.
Il impressionne les pauvres hères que sont les jurés, mais impressionner des magistrats, c'est un autre problème.
Il se peut que les juges aient voulu se payer le justiciable ET son avocat.

Peut-être qu'un avocat suffisamment intelligent pour jouer les faux modestes aurait pu obtenir un jugement plus modéré.

Imaginez un avocat assez malin pour savoir maîtriser sa plaidoirie, arrivant en disant "Messieurs les juges j'avais préparé une plaidoirie que j'ai oubliée à la maison. Cette semaine j'ai la garde des enfants et je suis un peu perdu. Alors je vais vous parler du fond du coeur de Monsieur Balkany, honorablement connu dans sa commune... etc."

Croyez-vous que ça peut marcher pour amadouer les juges ?
En tout cas, la méthode arrogante n'a rien donné.

racine15

@ abraracourci | 15 septembre 2019 à 16:51

Vous m'avez certainement mal lu quand vous m'écrivez: "Selon vous les escrocs ne doivent pas être punis ?". Patrick Balkany doit être puni, mais le délit perpétré n'est ni "gravissime", ni "massif".

Pour information, 90 % des députés hors des clous en début d'année:

https://www.capital.fr/economie-politique/transparence-90-des-deputes-nont-pas-mis-a-jour-leur-declaration-dinterets-1323650

Et encore: 21 ministres actuels qui n'ont pas escroqué ont seulement fait des erreurs:

https://www.revolutionpermanente.fr/Tout-un-symbole-21-ministres-epingles-pour-des-erreurs-lors-de-leurs-declarations-fiscales

On sait fermer les yeux quelquefois.
La justice doit punir là où ça fait mal: chez les Balkany, c'est au portefeuille.
Humilier n'est pas son rôle.

Mitsahne

J’admire sincèrement l’extrême finesse d’analyse de notre hôte dont l’habileté à peser au milligramme près chacun des termes de son billet lui permet d’éviter à la fois l’accusation de corporatisme et celle de soutien partisan à l’une ou l’autre des parties. Du grand art !

Mais après lecture des commentaires, je penche nettement vers les avis de Philippe Dubois (14h41) et la citation de ses liens pertinents, Catherine JACOB (14h32), boureau (14h12) et racine15 (15h51). Je ne vais donc pas ajouter le mien en tout point semblable.

Je suis de ceux qui ont envie de flinguer celui qui, avec l’air inspiré du prophète, la tête légèrement penchée à gauche, vous regarde juste un peu au-dessus des yeux, et vous déclare: « Je fais confiance à la justice de mon pays » !

J’ai reçu comme autant de blessures les jugements des tribunaux de Vichy et ceux de l’épuration, l’abus du mot ‘’résistance’’ qui a couvert des centaines de crimes et qui, aujourd’hui, couvre tous les crimes et délits au nom d’une simple ‘’désobéissance civile’’.

J’ai vécu la déchéance des lois dites « Badinter » qui ont bouleversé la réponse pénale et qui permettent aux juges de libérer des multirécidivistes criminels cent fois plus dangereux que Patrick Balkany.

Le simple citoyen lambda que je suis assiste navré au délitement croissant d’une justice qui marche sur la tête face à une délinquance dont le pouvoir refuse obstinément de reconnaître les origines. Que Balkany soit condamné pour avoir fraudé le fisc de quelques millions ne me choque pas mais qu’on ne fasse rien pour récupérer les milliards égarés en subventions nationales ou municipales à des organismes qui protègent les racailles de tous bords me révulse. Qu’on ne fasse rien contre les fraudes à la Sécurité sociale (110 millions de cartes Vitale ! des dizaines de milliers de centenaires !) est une aberration.

Les juridictions sont encombrées de dossiers dont les audiencements peuvent aller jusqu’à quatre ans d’attente. Le téléphone portable dans les prisons (jusque-là strictement interdit) est pour demain (rêve de Taubira réalisé par Belloubet). Quant aux mineurs (certains ont moins de 13 ans), ils représentent plus d’un quart des mis en cause pour les viols et agressions sexuelles, du jamais vu.

« La justice de mon pays » n’est pas pourrie, elle n’existe pratiquement plus, elle est crevée. Et il n’y a même plus de rustines.

Michel Deluré

@ Achille 15/09 10:14

Si la comparaison entre l'affaire Cahuzac et l'affaire Balkany me paraît effectivement contestable, considérer en revanche que la nuance entre ces deux affaires repose sur le fait que la première concerne de l'argent privé alors que la seconde touche à l'argent public me paraît tout aussi contestable.

A partir du moment où l'on dissimule au fisc des revenus, on soustrait donc à la collectivité des impôts, impôts qui deviennent bien de l'argent public, argent qui aurait ainsi servi à financer les besoins de cette même collectivité.

L'intention est donc bien, dans les deux cas, de s'enrichir frauduleusement au détriment de la collectivité.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

  • CNews,"Face à l’info"
    Ludi 28 octobre de 19 h à 20 h, dialogue sur la Justice avec Eric Zemmour.
  • Causeur
    causeur.fr du 13 octobre "Philippe Bilger, le style fait l'homme", par Thomas Morales
  • Le Point
    Philippe Bilger : « Le mur des cons a fracturé la confiance dans la justice », lepoint.fr du 11 octobre.
  • Sud Radio, "Le Grand Matin"
    Tous les vendredis de 8 h 45 à 9 h 15, débat dans la Matinale de Patrick Roger.
  • CNews, "L'Heure des Pros"
    Tous les mercredis de 9h à 10h30, animé par Pascal Praud.
  • Sud Radio "Les Vraies Voix"
    Tous les jours du lundi au vendredi de 17h à 19h, émission de débat et de divertissement animée par Christophe Bordet.

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS