« Ne me quitte pas ! | Accueil | Les convictions sont un poison... »

21 septembre 2019

Commentaires

Giuseppe

Deux personnages qui me font fuir dès qu'ils apparaissent, l'inénarrable Jaquatali:

https://fr.irefeurope.org/Publications/Articles/Attali-ou-l-imposture-par-demagogie

et le fabuleux BHL dont Michel Onfray avait dit de lui que si on l'avait sollicité pour pointer du doigt la Libye sur une mappemonde il aurait bien été en difficulté.

"Je suis insoumis donc je suis !" (PB), pour eux ce serait le contraire, se trompant sur tout avec une constance effarante, ils furent les oracles de Delphes de nombreux puissants qui sans doute pour se sentir moins idiots avaient besoin de leurs certitudes qui se terminaient en Bérézina, ce qui les confortait encore plus à employer plus nuls, on se sent toujours meilleur.

Mary Preud'homme

@ Claude Luçon | 23 septembre 2019 à 02:41

Comment peut-on prendre plaisir à salir ainsi la mémoire de John McCain (affreusement torturé, humilié durant des années par les Viets) alors que son engagement n'a jamais failli. En dépit de ses épouvantables blessures attisées par ses tortionnaires, il n'a jamais renié la cause à laquelle il croyait, manqué à l'honneur du soldat afin d'échapper à ses bourreaux ou bénéficier d'un régime quelconque de faveur. Se sentant à l'égal de tous ses camarades en dépit de son grade, de son rang et de ses attaches familiales, contrairement à vos allégations diffamantes.

Un vrai brave dont l'Amérique peut être fière, en premier lieu ses compagnons d'arme, ainsi que tous les vétérans du Vietnam et leurs familles.

D'autant que par la suite, élu sénateur de l'Arizona et devenu pacifiste, John McCain a eu à cœur de mettre sa notoriété au service de multiples causes d'intérêt général.

Honneur et respect !

Chemins de traverse

Quel talent Catherine JACOB ! Et grâce à vous on peut se demander à qui profite cet épisode ?

anne-marie marson

@ Catherine JACOB | 23 septembre 2019 à 09:12
"Dites-moi si je me trompe."

J'aimerais bien vous dire que vous ne vous trompez pas, mais je ne suis pas juriste.
Il faudrait demander à M. Bilger.

Il me semble que la réponse est dans le dernier billet de ce blog "Pas de justice politique mais des politiques jugés ! »

Ou celui-ci:

https://www.vududroit.com/2019/09/la-justice-a-t-elle-pris-le-parti-demmanuel-macron/

Patrice Charoulet

INSOUMIS

Je lis avec délice, en ce moment, « Verbatim », d'Attali. Trois gros volumes contenant des milliers de conversations entre dirigeants politiques français et étrangers. Une mine !
Un terme qui m'intéresse me fait ouvrir le TLF .
Je tombe sur ces mots : « Je cherche à devenir dans la mesure de mes forces le porte-voix et le porte-drapeau des insoumis. » (Jules Vallès, « J. Vingtras », 1881, p.348)

Mélenchon, lecteur de Vallès ?

Catherine JACOB

Concernant un possible conflit d'intérêts ayant trait à un présumé soutien macroniste, soit Mme Gaëlane Pelen nommée par Décret du 24 juin 2014 vice-procureur de la République au TGI de Paris et anciennement substitut du procureur de la République près le tribunal de grande instance de Thonon-les-Bains (une dame de Haute-Savoie, donc), n'étant donc pas un magistrat du siège, Mme Pelen n'était donc pas compétente à autoriser la perquisition au domicile de la France Insoumise. Qu'y faisait-elle donc, sur l'ordre de qui ?

Mélenchon indique sur son site que ce magistrat du Parquet, donc, a traité de « sauvages » les députés de la France Insoumise dont la loi requérait donc la présence sur les lieux et qu'on empêchait donc d'y accéder.

Autre magistrat présent sur les lieux : Monsieur le Procureur de la République adjoint nommé tel par Décret du 1er janvier 2018, Christophe Perrueaux, anciennement vice-président chargé de l'instruction au tribunal de grande instance de Marseille.
Qui ne saurait donc, n'étant donc pas un magistrat du siège avoir autorisé une perquisition passant outre le consentement de l'intéressé.

Le magistrat du siège ayant autorisé la perquisition est le juge des libertés et de la détention qui appartient au service de l'Instruction.
Celui qui au TGI de Paris semble l'avoir été jusqu'au 14 juillet 2019 et l'était donc sans doute encore en octobre 2018 est M. Thierry Fusina, ce premier vice-président chargé des fonctions de juge des libertés et de la détention au tribunal de grande instance de Paris, a été nommé Président de Chambre à la cour d'appel de Paris par décret du 12/07/19. S'il n'a pas d'homonyme magistrat, celui-ci de magistrat semble ne pas prendre ses décisions à la légère et notamment pas au feeling.

Cela étant, si l'on veut éviter les problèmes plutôt que de nier qu'il n'y en a pas une fois qu'ils sont survenus, il convient de faire opérer les perquisitions au siège d'un parti politique par des magistrats notoirement neutres à cet égard. Du moins c'est ce qui me semble être la logique.

Xavier NEBOUT

M. Bilger,

Nous aurions aimé vous entendre sur Sud Radio faire preuve d'un peu peu plus de courage à dire franchement qu'Eric Zemmour a été injustement condamné pour incitation à la haine raciale alors qu'il n'y avait rien de tel dans ses propos.

Parce que les juges pourris de chez pourri, bien nombreux sont les Français qui ne les supportent plus, et pas plus que tous les autres qui ne les dénoncent pas.
J'ai même du mal à comprendre qu'un magistrat ne se fasse pas volontairement virer en déclarant ce qu'il en pense. A croire que l'ENM est la grande école de la pleutrerie.
Vous me direz que l'entretien d'entrée est fait pour ça...

Catherine JACOB

« En enquête préliminaire, les officiers et les agents de police judiciaire qui les secondent peuvent perquisitionner à la condition d’avoir obtenu l’assentiment manuscrit de l’intéressé, donné en connaissance de cause. Il est cependant possible de passer outre le consentement de l’intéressé pour la recherche et la constatation des infractions punies d’une peine d’au moins cinq ans d’emprisonnement, à condition que la perquisition soit indispensable à l’enquête et qu’elle soit autorisée par un magistrat du siège.
Les perquisitions contre le gré de l’intéressé ne peuvent donc être faites par un O.P.J. qu’en enquête de flagrance, en exécution d’une commission rogatoire délivrée par un juge d’instruction et, en enquête préliminaire, dans les hypothèses précédemment envisagées.
Les perquisitions doivent être menées en la présence constante de la personne au domicile de laquelle elle a lieu ou, à défaut, en présence de son représentant ou, à défaut encore, de deux témoins choisis par l’O.P.J. en dehors de ses assistants.
Lorsqu’elles sont effectuées dans certains locaux, des formalités supplémentaires doivent être respectées. Les perquisitions dans le cabinet ou le domicile d’un avocat, dans le cabinet d’un médecin, d’un notaire, d’un avoué ou d’un huissier ne peuvent être réalisées que par un magistrat et en présence de la personne responsable de l’ordre ou de l’organisation professionnelle de l’intéressé. Les perquisitions dans les locaux d’une entreprise de presse ou de communication audiovisuelle ne peuvent également être opérées que par un magistrat. »

C’est sur le site de la Police nationale : https://www.police-nationale.interieur.gouv.fr/Organisation/Direction-Centrale-de-la-Police-Judiciaire/Les-actes-d-enquete

D’où je présume que la perquisition au siège d’un parti politique ne pouvait se dérouler qu’en présence du président de l’Assemblée et que les faits reprochés étaient passibles de cinq ans d’emprisonnement pour qu’on puisse passer outre le consentement écrit éclairé de J.L Mélenchon à la perquisition des locaux de son parti. Je n’ai pas vu dans les images montrées à la TV qu’on ait demandé sur le palier de ses locaux à JLM de signer un tel consentement éclairé, ni qu’il l’ait refusé. On a simplement vu qu’il tentait de rentrer dans des locaux où la loi dit que sa présence était requise de façon constante, qu’il y ait ou non consenti et qu’une échauffourée a eu lieu du fait qu’il en a été empêché.
Est-ce que je me trompe ?

Cela étant « si une dotation budgétaire permet le paiement d’une personne mise à disposition d’un parlementaire sans lui fournir aucun travail correspondant , il est passible de 10 ans de prison et un million d’euros d’amende.

Le bénéficiaire des fonds pourra également être poursuivi pour recel de détournement de fonds publics, recel normalement réprimé par cinq ans d’emprisonnement et 375 000 euros d’amende, mais qui peut être considéré comme aggravé (article 321-2 du code pénal) avec 10 ans de prison et 750 000 euros d’amende si "commis de façon habituelle ou en utilisant les facilités procurées par l’exercice d’une activité professionnelle". »

La perquisition pouvait donc avoir lieu malgré l’absence de consentement de l’intéressé et JLM ne pouvait pas ne pas le savoir. Nonobstant, la loi ne prévoit pas qu’on l’empêche d’y assister et même au contraire en requiert la présence constante. Il n’y a donc pas « rébellion » mais « exigence de l’application par l’autorité, d’un droit ». Du moins c’est ce que je comprends, en béotienne, de ce que dit la loi. Il me semble que dans ce dernier cas de figure, le déroulement de la perquisition ne s’étant pas fait dans les formes requises, elle pourrait être annulée. Dites-moi si je me trompe.

Maintenant, quelle est l'autorité de la Justice et de la police française relativement aux dotations accordées aux parlementaires du Parlement européen ? ça m'intéresserait bien de le savoir.

Michel Deluré

@ Ellen 22/09 19:44

Merci Ellen pour votre commentaire.
Le débat justifierait-il de se dispenser de courtoisie, de réserve, d'élégance ? Je ne le crois pas.
Education et discipline de vie se devraient de transformer notre « animalité en humanité » (Kant, Réflexions sur l'éducation).
Mais n'est-ce pas là que réside justement, du moins partiellement, le problème ?

Patrice Charoulet

« Les images mentent » (Mélenchon)

Au début du procès Mélenchon, le tribunal a diffusé dans la salle d'audience le film des faits. Rarissime dans les annales judiciaires. Un chroniqueur judiciaire bien connu a écrit que cela fut « le boulet de la défense ». On le conçoit aisément. Mélenchon aurait objecté : « Les images mentent ». Voire ! On a eu l'image et le son ! Cela va peser dans le jugement. Ni macroniste, ni mélenchoniste, je n'ai pas à me réjouir ou à m'affliger d'un jugement de culpabilité. Les trois juges ne pourront pas relaxer, s'ils appliquent la loi. L'affaire est enfantine et claire comme de l'eau de roche. Les passions politiques auraient tort de s'échauffer. Et attendront de meilleures occasions.

Claude Luçon

@ Trekker | 22 septembre 2019 à 18:04
et partiellement seulement pour breizmabro | 22 septembre 2019 à 17:51

Puisque vous gardez souvenir de mes commentaires passés, vous oubliez que j'ai cité ici, à répétition, l'interview de Macron en 2007 par Emile, la revue de Sciences Po, d'où je concluais qu'il fallait s'en méfier et en profitais pour faire campagne pour Fillon sur ce blog.
Me donner de la macronmania est pour le moins curieux, sauf si vous le concevez dans le sens négatif ?

Ce que je pense de Macron ? Qu'il est là, qu'il a été démocratiquement élu, nous ne pouvons rien y faire jusqu'en 2022. Alors acceptons notre sort ! Aussi parce que j'aime bien Edouard Philippe, un homme qui s'est coltiné le syndicat CGT des dockers au Havre est fait pour me plaire.
Nous avons laissé faire Mitterrand pendant 14 ans, tout en payant pour Mazarine et sa mère, pourquoi pas lui pendant 5 ans ?

Benalla est un détail des nouvelles hebdomadaires, rien de plus, pas Mélenchon, c'est ce que je cherchais à souligner, rien d'autre !
Benalla n'a qu'excité la presse en manque de scoop, qui s'est ensuite chargée d'exciter tout le monde !
Mélenchon se veut notre Che Guevara, il est omniprésent depuis des décades !
Benalla ne va pas représenter la France régulièrement chez les Sud-Américains qui ont une curieuse conception de la démocratie, Mélenchon, célébrité politique et élu, n'hésite pas à le faire, à le refaire...
Vous ne croyez tout de même pas que Benalla a été un super espion de Poutine ? Pas vous !

Quant à la disparition curieuse du coffre-fort, il ne faut pas oublier le vol des deux PC des deux journalistes de Mediapart, au pas si vieux bon temps de l'affaire Sarkozy/Bettencourt, vol ayant eu lieu la nuit avant la perquisition d'un magistrat.
Ce genre de choses n'est pas exactement nouveau en politique !

Nos politiciens ont tant à cacher, y compris l'origine de leurs costumes et leurs montres comme un certain Fillon qui, pire, ne m'a jamais remboursé les 4 euros que j'ai investis dans sa primaire.

J'ai vécu aux USA Trekker, j'y étais, à Los Angeles, lors de la campagne présidentielle de 2007, la popularité de John McCain et ses chances d'élection étaient au plus bas jusqu'au jour où il a choisi Sarah Palin comme vice-présidente ; sa campagne, plus que morose, a enfin pris vie et sa cote dans les sondages a remonté !
Par ailleurs il avait Obama comme concurrent, l'idole des Américaines, d'où son choix de Sarah Palin au lieu d'un homme.

Les Américains ont la curieuse habitude de célébrer les pilotes qui ont été abattus au Vietnam ou en ex-Yougoslavie mais pas ceux qui ont ramené leur avion intact des dizaines de fois.
Il n'était pas le seul pilote en prison chez les Viets !
Pourquoi lui et pas les autres ?
Parce que son père et son grand-père avaient été des amiraux célèbres et que les Viets voulaient en profiter pour leur propagande en le libérant.
S'il avait accepté il serait rentré en lâche au lieu de héros.
Un fils de..., tout simplement.

J'appelle "Héros" deux premiers maîtres-marins et leurs camarades qui sacrifient leurs vies pour aller en sauver d'autres, ou les Marines qui, en hélicoptère, sont allés récupérer le pilote abattu en ex-Yougoslavie.

Simple question de convictions comme dirait notre hôte, les miennes ne m'ont toujours pas empoisonné.

Ellen

@ breizmabro | 22 septembre 2019 à 13:57

Malgré cette affaire rocambolesque, votre scénario est très juste.
L'inspecteur Columbo, l'imperturbable flic, à lui tout seul saurait comment faire pour trouver le coupable. Je veux dire par là que celui qui a donné l'ordre de laisser déménager le coffre avec son contenu la nuit, savait qu'il renfermait forcément des pièces très compromettantes. Sinon où serait l'intérêt de l'avoir faire déménager la nuit sans la surveillance des policiers et huissiers.

Si un jour on me rend une visite inopportune que je ne désire pas, je dirai aussi, ah zut j'ai oublié mes clés, vous voudrez bien revenir demain, mais pas à l'aube parce que je dors jusqu'à 10h. Laissez-moi juste le temps pour tout déménager.

Et s'ils s'entêtent, j'appelle le patron.

semtob

Cher Philippe,

Il est un peu facile de zoomer sur quelques aspérités des personnes alors qu'en coulisse dixit David Lepidi ces jugements sont considérés comme affaires délicates et derrière le mot délicat, vous qui avez un style reconnu, vous savez très bien ce qu'il faut en entendre.

Toute personne qui prend le temps d'observer les dérives actuelles du pouvoir judiciaire peut s'interroger sur le mal qui est fait à la démocratie, en rayant de la vie politique la pluralité politique et l'alternance possible.

Que peuvent faire les citoyens quand leurs têtes politiques sont coupées et que l'espoir de voir un jour leurs demandes entendues est mort ?
Eh bien, ne plus rien attendre, s'en taper ou tout casser.

Et il n'y a rien de plus dangereux qu'une foule qui n'attend plus rien de l'autoproclamé. En dehors des réseaux et des soirées champagne à volonté, le peuple de France se sent oublié, ne se reconnaît pas dans son président.

Macron est un président par défaut et il ne pourra que faire de la représentation, aidé de quelques juges qui lui ont préparé sa place et d'une cohorte de journalistes de salon qui ne travaillent plus que pour leur idole médiatique. Il a été construit de toutes pièces et c'est pourquoi la foule l'agite comme un pantin.

En lisant "Le mystère Jérôme Bosch" de Peter Dempf, il est possible de rapprocher certaines pages de la justice actuelle avec le travail des inquisiteurs des temps passés.
Petites écoutes, perquisitions du matin, mur des cons, fuites procédurales record, sabotages électoraux, destruction de leaders de partis avec en arrière-plan la fraise des bois qui est blanche comme neige.
Tous les partis sentent le pourri sauf la fraise des bois qui sent l'eau de Cologne...
françoise et karell Semtob

Michelle D-LEROY

@ caroff

La Gretamania fait partie de la pensée obligée de notre époque comme tant d'autres sujets sociétaux.

Et, dans la suite de l'interview de J. Bardella sur BFM que je n'ai pas vue mais que boureau nous décrit très bien, j'ai vu l'interview de F.X. Bellamy chez Ruquier. Un moment affligeant où M. Ruquier n'avait que deux sujets politiques dans le collimateur. Les propos de Nadine Morano sur le look de Sibeth Ndiaye et la PMA ouverte à toutes. Face à Valérie Trierweiler aux yeux revolver et à Adèle Van Reeth, philosophe, ce pauvre Bellamy ne s'est pas démonté face au tribunal de la pensée conforme. Intelligent et ferme sur ses opinions, il n'a éludé aucun sujet contrairement à ce qu'on lui reprochait sur le plateau, y compris Gérard Darmon dont nous connaissons les idées de gauche.

Evidemment les invités ne sont pas conviés innocemment par M. Ruquier et sa production. Un grand moment assez stupéfiant tant cela confirme qu'il est de plus en plus difficile de penser différemment de cette meute convaincue de sa vérité et de son progressisme bienfaisant. Là aussi le rictus méprisant de Mme Van Reeth était encore plus parlant que ses propos.

Fort heureusement il reste des intellectuels de bon sens.

Mitsahne

@ breizmabro 21/09 à 17h57
« Saisir des fichiers d’adhérents n’est pas anodin dans le monde numérique où nous sommes »

C’est même une opération hautement stratégique et potentiellement juteuse qui peut susciter des bassesses inouïes.

Au début des années cinquante, il y avait un député DYCKLEUX (nom modifié) dans les Vosges qui fut victime mortelle d’un accident de la route. Grand émoi, enquête de gendarmerie laquelle découvre que le député en question s’appelle en réalité TOCNEY (nom modifié) et qu’il est recherché depuis quelques années pour désertion. Comble de l’horreur, il a réussi à persuader un capitaine de gendarmerie de lui confier le dossier à titre amical pour pouvoir ‘’intervenir’’ utilement…

Enorme scandale et confusion à l’Assemblée où la Questure est soupçonnée d’avoir très mal fait son travail…Grenouillages à la permanence du (faux) député qui a bien sûr un assistant parlementaire dont le principal travail est la mise à jour d’un fichier de toutes les sollicitations dont un député peut être l’objet et la suite qui y est donnée, commentaires inclus. Un trésor…

A l’époque, les mots informatique et ordinateur n’existaient pas, mais les fichiers étaient fort bien tenus. Quelle convoitise pour un journaliste dénué de scrupules ! L’attaché parlementaire fut l’objet d’offres extravagantes et de surenchères à peine croyables (embauche à salaire mirobolant et divers privilèges) s’il livrait le fameux fichier. Il refusa. Heureusement (?), les très efficaces RG étaient passés avant tout le monde et le précieux fichier disparut pour toujours. On ne connut jamais à quelles turpitudes avait pu s’adonner le faux député (divers droite tendance radicaux valoisiens) mais les manœuvres dont fut l’objet son secrétaire (au vrai assez benêt mais honnête) sont un assez joli échantillon des basses œuvres de notre société, quelle que soit l’époque...

DAUMONT

@ xc 22/9 7h32

M. Cahuzac était ministre; il n'était pas recherché pour son activité parlementaire.

Cette question fera l'objet d'analyses dans le dossier Fillon.

C'est d'ailleurs pourquoi le vote par 19 parlementaires sur 20 (bravo Madame Autain) de la levée d'immunité dans l'affaire Le Pen/ Bourdin était regrettable.

Merci à M. Mélenchon d'avoir relevé le gant même si sa défense n'a pas été à la hauteur de l'enjeu.

Nous assistons à un terrible affaiblissement du pouvoir parlementaire et nous avons du mal à en justifier devant des régimes autoritaires.

Ellen

@ Michel Deluré | 22 septembre 2019 à 18:09

Vos commentaires sont toujours très agréables à lire parce qu'écrits avec beaucoup de tact sans offenser ou blesser quiconque ici.

Robert

Vu le nombre de commentaires, je ne vais pas rallonger la liste avec des appréciations qui ne feraient que redondance.

Votre phrase de conclusion, Monsieur Bilger, consacre l'idée que l'on peut se faire du ridicule médiatique dont a fait preuve l'autoproclamé "insoumis" : lui prône l'insoumission, tout comme Greenpeace, coqueluche des médias bien-pensants, prône la désobéissance civile... Donc une société de chienlit généralisée à laquelle les black blocs donnent l'image infernale qui sera celle des prochains mois ou années.

C'est pourquoi je rejoins l'analyse de Michelle D-LEROY | 21 septembre 2019 à 20:04 tout comme je regrette avec boureau | 22 septembre 2019 à 09:16 la profonde incorrection qu'un commentateur s'est cru obligé de montrer à votre égard. Il rejoint le nombre très réduit des impolis et malotrus. Le silence reste encore la meilleure manière de leur répondre.

Ellen

@ breizmabro | 22 septembre 2019 à 17:51

Il n'est pas dit que AB ne soit pas surveillé discrètement depuis qu'il a signé son contrat avec les oligarques russes, très proches de Poutine et champions dans l'espionnage planétaire, si ce n'est pas par élimination de celui qui en sait trop...

Exil au Maroc ou en Arabie Saoudite ? M. Macron, l'inconscient ou naïf avec son protégé, avait déclaré qu'il était seulement en colère contre lui, {le patron me protège - là Macron n'a pas aimé cette divulgation} mais qu'il ne regrettait pas de l'avoir embauché. Moi si j'étais juge, je ne le lâcherais pas d'une semelle. Ecoute discrète et étendue 24h/24 - 7J/7.

S Carioca

"Le dispenser de peine mettrait à mal son statut de prétendu guérillero." (PB)

Le guérillero a un ego tellement boursouflé que le dispenser de peine ou le relaxer lui permettrait de tartariner "je leur ai fait peur" !

boureau

Actualités du dimanche !

Deux interviews passionnantes, très passionnantes

D'abord Jordan Bardella (RN) sur BFM TV par Apolline de Malherbe.

Un jeune homme de 24 ans d'une maturité surprenante, qu'Apolline de Malherbe n'a pas réussi à maîtriser malgré une attitude odieuse et un mépris affiché dans un rictus inacceptable et des interruptions brutales de parole qui méritaient une paire de claques !

Par son talent et la sympathie qu'il dégage, il apportera sans doute au RN un électorat de jeunesse qui manque à son équilibre.

Il peut aller loin et rend - automatiquement - ringarde la génération des Pécresse (d'une médiocrité bêtasse dans le JDD) et des Bertrand (dont le sérieux affiché fait vieux) qui s'exprimaient les mêmes jours. Et par ricochet, Marine Le Pen elle-même ! C'est le risque pour la patronne du RN ! A suivre.

Ensuite Emmanuel Todd sur LCI par François Lenglet.

Une interview lumineuse d'intelligence et de réalisme. Ce Todd me surprendra toujours. Il a décrypté l'époque (Gilets jaunes, Brexit, le sens de l'Histoire pour l'Europe, l'économie, Macron...) avec une simplicité éblouissante. Et pour une fois, il a fendu l'armure et a paru d'une compagnie agréable.

Un festival d'intelligence, facilité par la modestie de Lenglet. Un grand moment de télévision qui change de la médiocrité ambiante.

Cordialement.

---------------------------------------------------------

@ sbriglia

Les deux dernières phrases m'ont éclairé bien sûr (comme vous dites).
Ce que j'ai regretté de votre part, c'est une suite donnée à une intervention critiquant bassement le style de P. Bilger. Elle ne la méritait pas, à mon avis. Quant à "l'improbable"...

Cordialement.

Michel Deluré

Voilà que certains, s'érigeant en critiques littéraires, s'en prennent au style de notre hôte.

Je me suis tout d'abord demandé quelle opportunité ce billet de PB, plus que d'autres, avait bien pu leur offrir pour justifier une telle critique ?
Je suppose que ces commentateurs suivent ce blog depuis suffisamment longtemps et qu'ils sont donc familiarisés avec le style de son auteur.
Alors pourquoi ces critiques maintenant, à l'occasion de ce billet précis ?
Peut-être l'esprit révolutionnaire de JLM que le billet de PB a réveillé chez ces commentateurs ?

Quel but recherché par ailleurs en exprimant une telle critique qui ne fait au final que mettre en évidence le manque de courtoisie de ses auteurs envers notre hôte ?

A chacun son style et si celui de PB ne plaît pas, ce qui peut parfaitement se concevoir, nul n'est obligé de le lire.
Lorsque je bute personnellement sur un auteur en raison de son style spécifique, soit je persévère en essayant de surmonter ce handicap, m'attachant alors plus au fond qu'à la forme, soit je renonce purement et simplement.

Trekker

@ Claude Luçon | 22 septembre 2019 à 16:40
"Benalla n'est qu'un fait divers que les médias ont amplifié pour titiller Macron en suggérant des formes un rien idiotes de complots, après celui de l'intimité entre mâles, celui du coffre-fort disparu…"

Bien que vous vous en défendiez, vous nous donnez là un exemple type de votre macronmania : ramener à un simple fait divers amplifié par les médias - ceux-ci étant votre marotte - toutes les turpitudes de Benalla. Son coffre-fort disparu mystérieusement et que la police ne s’est pas empressée de rechercher, ses liens commerciaux avec un oligarque russe alors qu’il travaillait pour la Présidence, ses négociations avec certains chefs d’Etat africains, etc. Tout cela n’est donc à vos yeux que broutilles sans intérêt, comparé aux dérapages verbaux de Mélenchon !

Vous me décevez grandement par votre parti pris, certes je ne devrais pas être surpris par votre sectarisme aveugle. Vous en aviez donné un parfait exemple fin août 2018, lors du décès de John McCain : répandre comme vérités les affabulations diffamatoires de Bush père et fils, et cela sur un authentique héros !

breizmabro

@ Claude Luçon 22 septembre 2019 à 16:40
"Benalla n'est qu'un fait divers"

Benalla a tout de même été le plus proche de Manu, y compris dans sa vie privée, alors si vous voulez nous faire accroire que ce petit monsieur possédant des passeports diplomatiques (5) sans autorisation (??) n'est qu'un "fait divers" dans la vie de Manu, libre à vous, perso je persiste à dire que ce garçon "en a sous le coude" et que RIEN ne lui arrivera de grave. Jamais (tant que Manu sera président évidemment...). Après ? il ira vivre au Maroc, comme tout ce petit monde d'intouchables.

Claude Luçon

@ anne-marie marson 22 septembre 2019 à 09:57
@ breizmabro | 22 septembre 2019 à 13:57

Pas précisément fan de Mélenchon vous flattez quand même grandement Benalla en comparant le traitement que leur ont réservé médias et justice en les mettant ainsi au même niveau de célébrité.
A la place de Mélenchon, où je ne voudrais pas être, je serais plutôt vexé !

Benalla n'est qu'un fait divers que les médias ont amplifié pour titiller Macron en suggérant des formes un rien idiotes de complots, après celui de l'intimité entre mâles, celui du coffre-fort disparu. Mélenchon a tout de même été ministre et est élu de la République, il ne cache rien, pas même ses conseillères en petite tenue, au contraire il en rajoute un peu, il n'est pas député de Marseille pour rien, où la galéjade (à prononcer "avé l'assent") fait partie du folklore !

sbriglia@boureau

« Ce triste sire Jean (Jeanfoutre sans doute) 19/09/2019 19:41 relayé par l'improbable sbriglia » (boureau)

Oh ! oh ! cher boureau : je ne suis ni « improbable » (?...inattendu ?) ni relayeur...

Les deux dernières phrases de mon commentaire auraient dû vous éclairer sur le fond de ma pensée : je suis depuis 13 ans sur ce blog et n’ai eu que trop souvent l’occasion de faire mon miel du style de PB...

Même s’il me faut, comme Achille, décrypter parfois l’alambic, tout comme vous je m’y abreuve.

Allez : cordialement.

Patrice Charoulet

Une émission sur Aron

Une cousine m'a téléphoné, ce samedi, pour me signaler une émission sur Raymond Aron (LCP, 19h30).
Je l'ai vue. Bonne synthèse en une heure. Sa vie, ses œuvres, ses combats. En Allemagne en 1930, il a vu de près la montée de l'hitlérisme. Après la guerre, il a vu, décrit et dénoncé les horreurs du communisme russe. Il fut dès lors bien isolé. Chacun connaît la phrase de Sartre : "Les anticommunistes sont des chiens." Opinion, alors, hélas, des plus répandues à l'Université, et pas seulement en sociologie.

On a eu la bonne idée de solliciter les commentaires de plusieurs contemporains. Sa fille, Dominique Schnapper, elle-même auteur de livres importants, Nicolas Baverez, biographe d'Aron, Perrine Simon-Nahum, Raphaël Enthoven...

Samedi soir, les téléspectateurs ont été sommés de regarder autre chose : "Danse avec les stars" ! L'audience a dû être meilleure pour TF1 que pour LCP. Aron, c'est pourtant mieux.

Giuseppe

"Le dispenser de peine mettrait à mal son statut de prétendu guérillero." (PB)

Ce serait pour lui la pire des peines et là je vous suis, ce serait un petit peu l'essai entre les barres et une petite humiliation - ce qui lui ferait du bien, à notre Zapatero (cordonnier, parfois le plus mal chaussé).

JLM qui avait été humilié par François Hollande lequel n'avait pas tenu sa promesse lors de la présentation des résultats des motions, était bien parti pour lui rendre la monnaie de sa pièce, mais comme toujours, sa désastreuse bourgeoise position intellectuelle, lui fait faire le pas de trop et perdre le ballon en route.

Il a tout perdu et les sondages aujourd'hui, l'enfoncent un peu plus.

breizmabro

@ anne-marie marson 22 septembre 2019 à 09:57
"...ce qui n'a pas été fait chez Benalla"

Pour Benalla la perquise était plus soft.

- Ah me*de a dit Benalla aux perquisitionneurs, je n'ai pas les clés de chez moi. Pouvez-vous revenir demain messieurs ?

- Mais oui Alexandre, quelle heure te conviendra le mieux ?

- A l'heure qu'il vous plaira puisqu'un de mes potes aura déménagé dans la nuit mon coffre-fort avec tout ce qu'il y a de compromettant pour moi et pour Manu, y compris le flingue pour lequel j'ai produit une fausse facture. Bref des broutilles...

- OK Alexandre on viendra aux aurores, vers 9-10 heures. T'auras les clés ?

- J'espère que ma femme ne les aura pas égarées car nous n'avons qu'un jeu, en ce moment elle est très tête en l'air.

- Pas de blème Alex, si tu ne les a pas on reviendra une autre fois. OK ?

Là, c'était simple, courtois, entre gens de bonne compagnie, de gens qui s'apprécient, pas des gens comme Méluche l'insoumis qui ne voulait pas donner ses clés !! :D

caffer

Très juste !
JLM est un artiste des médias mais, comme certains avançant en âge, il est saisi par une tendance gauchiste somme toute assez classique.
Sa carrière est derrière lui, et finalement en sortir par un clash lui permettra de justifier son échec. Car au fond ces hommes politiques ne rêvent que d‘une chose, du pouvoir.
Coincée, parmi les protestataires, entre le RN et les GJ, LFI ne trouve pas sa place et n’a pas réussi à bénéficier du dernier scrutin européen.

JLM laboure le terrain de la jeune gauche libertaire postmarxiste.
Ainsi son discours - extraordinaire aujourd’hui - devant la statue équestre de Simon Bolivar cours la Reine à Paris ; un interminable panégyrique de Fidel Castro, comme s’il voulait récupérer l’image du Che, par ailleurs sinistre exécuteur du début du régime castriste.

JLM ne sait pas qu’il est hors course, dépassé, et que l’image qu’il donne est celle d’un vieux politicard chasseur de maroquin qu’il fut longtemps.
Le nouveau populisme de gauche, d’Autain et autres est beaucoup plus moderne et surtout n’utilise plus frontalement l’analyse marxiste classique.
Alors aller au contact des policiers dans un grossier objectif de provocation ne marche plus.

Pour qui a pris le temps de regarder le reportage intégral des événements, on voit bien que JLM multiplie les provocations, bombant le torse dans le seul but de faire craquer les policiers. Pari raté.
Il était accompagné d’un staff au fait de la procédure pénale française.
Pour réaliser une perquisition, les enquêteurs doivent s’assurer de disposer de témoins trouvés sur place ou à proximité. Ils devaient en disposer, de sorte que la présence de JLM, même résident du parti, mais accompagné de caméras, ne pouvait pas être tolérée, sans parler de l’obstruction délibérée à une enquête pénale.
Dont la régularité pouvait être contestée.
Mais le droit n’intéresse pas JLM.
Ce n’est qu'un vieux showman !

Achille

@ boureau | 22 septembre 2019 à 09:16
« On peut ne pas être d'accord avec le "fond" des billets de notre hôte (et je ne m'en prive pas) mais l'attaquer bassement sur la forme montre un esprit rassis ! »

Personnellement j’aime bien le style « proustien » de Philippe Bilger. Il est élaboré, élégant, parfois un peu ampoulé, mais en aucun cas lassant.
Question compréhension, il est plus facile à lire que certains intervenants dont je passe systématiquement les commentaires vu que je ne comprends rien à ce qu’ils racontent.
Par délicatesse je ne les nommerai pas, mais je suppose que les habitués du blog les auront reconnus.

GERARD R.

Pauvre Mélenchon ! Qu'il le veuille ou non, les affres de l'âge l'atteindront comme tout un chacun. Et je me demande si leurs effets, si indésirables soient-ils, n'ont pas déjà commencé leur sinistre action dégénérescente sur son auguste et incontournable personne ?

Car dans la vidéo diffusée par Quotidien où l'on voit une bonne partie (sinon toute) du déroulé de la fameuse perquisition, on peut voir un Mélenchon un peu plus rasséréné qu'au moment de son arrivée, où il lance (approximativement) à la cantonade d'enquêteurs: "C'est vrai quoi, vous arrivez alors qu'on ne vous attend pas. Et armés, qui plus est". Mon Dieu !

Mon pauvre Jean-Luc ! Mais c'est très exactement ce que font tes migrants chéris dans ta belle République, dont tu usurpes la représentation exclusive (La République, c'est moi !). Ha ha ha !

Or, en matière d'invasion migratoire, non seulement tu la tolères, mais tu en redemandes. Et ce, bien que ces loustics ne se privent ni de porter, ni surtout d'utiliser des armes normalement prohibées. Je ne suis pas psychiatre, mais il me semble que cette énorme contradiction, qui consiste à reprocher à des représentants de l'ordre d'être armés, quand tu ne pipes jamais mot sur l'arsenal qu'utilisent pourtant abondamment tes voyous illégaux, cela peut faire penser à une forme de schizophrénie. Mon pauvre vieux, va ! Gare à l'année de trop !

anne-marie marson

L'opinion publique ayant montré sa désapprobation devant l'attitude de M. Mélenchon, la messe est dite.
Son procès a une connotation politique, parce qu'on l'interprète comme tel, mais la réaction majoritaire mi-navrée, mi-goguenarde démontre que le peuple a jugé.

Rédigé par : genau | 21 septembre 2019 à 17:52

Je ne crois pas que le peuple ait jugé contre Mélenchon. D'ailleurs la preuve, c'est la faiblesse des sanctions prononcées contre Mélenchon.

Je suis d'accord avec les commentaires de :François Delpla | 21 septembre 2019 à 08:30 et
:Tipaza | 21 septembre 2019 à 06:32

Il y a eu effectivement 17 perquisitions, dont certaines à leur domicile, ce qui n'a pas été fait chez Benalla.
Des fichiers ont été saisis.

La secte macronienne a des méthodes dignes du KGB. C'est tellement évident que l'affaire fait pschitt.

—————————————-

@ Patrice Charoulet | 21 septembre 2019 à 14:54

D'après ce que j'ai entendu sur les élections israéliennes, le danger comme souvent vient de l'intérieur, en particulier des arabes israéliens, qui étudient dans les universités israéliennes, prennent des parts de marché, sont anti-sionistes, et ne voteront jamais pour Netanyahou.

Denis Monod-Broca

« La France Insoumise » est un beau nom pour un parti et un beau projet. Encore faudrait-il lui donner tout son sens : sortir de la soumission au « libéralisme » économique et au « libéralisme » sociétal, c’est-à-dire sortir de la religion de l’Argent, du Progrès, de la Croissance... JLM en est loin !

caroff

@ Michelle D-LEROY 20h04
"En regardant ces manifestations avec de jeunes enfants, je ne peux m'empêcher de penser aux jeunesses endoctrinées par les pires dictatures, qu'on faisait défiler dans les rues."

Je suis effaré par la Gretamania.
Les questions environnementales réclament, pour les comprendre, une approche multidisciplinaire et de longues études. La proposition de cette fille de cinglés sectaires (pléonasme) de faire la grève de l'école relève de l'imposture.
Si l'on se permet de le faire remarquer sur les réseaux sociaux, les accusations tombent: climato-sceptique, insulteur de jeune fille en perdition, etc.
Je réserve mes réflexions pour des oreilles proches pas encore polluées par le CO2 !!

boureau

"Votre style d'écriture est pénible et verbeux"

C'est en ces termes, il y a quelques jours, cher P. Bilger que votre écriture a été appréciée (sic). Je ne peux pas passer sur la grossièreté du personnage (votre hôte en l’occurrence).

Ce triste sire Jean (Jeanfoutre sans doute) 19/09/2019 19:41 relayé par l'improbable sbriglia 20/09/2019 09:07 fustige votre écriture en termes peu flatteurs. Un seul conseil de sa part à votre encontre : retournez à l'école P. Bilger pour apprendre l'élémentaire du langage.

Vous n'avez pas besoin de moi pour vous en remettre (sic) mais je tenais à rappeler que l'éducation et la courtoisie sont des qualités qui ont encore cours dans nos relations.

Ce jeanfoutre a le culot de citer Boileau pour vous appeler à la clarté. Moi je ne citerai personne mais je l'appelle à la simple courtoisie.

On peut ne pas être d'accord avec le "fond" des billets de notre hôte (et je ne m'en prive pas) mais l'attaquer bassement sur la forme montre un esprit rassis !

Cordialement.

xc

@ DAUMONT | 21 septembre 2019 à 20:49

Ce que fait le judiciaire en l'occurrence ne tombe pas sous le coup de l'art.26 de la Constitution:
https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexteArticle.do;jsessionid=83BB5DD6A8D780159BE6458700A1DD6C.tplgfr33s_3?idArticle=LEGIARTI000006527491&cidTexte=LEGITEXT000006071194&dateTexte=20190922
Avec un argumentaire comme le vôtre, on n'aurait pas importuné Cahuzac, par exemple.

Giuseppe

@ Achille | 21 septembre 2019 à 08:20

Bon, cardiaques s'abstenir et la compétition ne fait que commencer.

J'espère que vous avez la trompette devant votre écran, dans tous les cas si victoire au bout il y a, vous avez droit à un Régé blond comme au Stade toulousain, gratuit bien sûr, souffle la coiffeuse à mon oreille.
Mon voisin affiche des signes d'inquiétude...

Au passage les commentaires sont nuls, nuls, insipides et désastreux, un minimum de connaissances techniques de temps en temps pour éclairer les règles subtiles et les décisions de l'arbitre.

Doubler l'écoute avec une radio, un spectateur attend plus qu'un constat visuel qui se passe de commentaire, untel passe à tel autre, etc.

Mais dur dur, les Blacks et en face les Boks cela ne va pas être de la tarte, du Méluche mais sans chiqué, là il va falloir se sortir les tripes, et ne pas faire avec la moitié d'une roue.

DAUMONT

Le judiciaire n'a pas à s'immiscer dans le fonctionnement d'un parlementaire.

M. Mélenchon a eu parfaitement raison de s'opposer à cette perquisition et les juges doivent se déclarer incompétents sous peine de forfaiture.

Michelle D-LEROY

Ce n'est pas la première fois que JL Mélenchon est dans l'outrance. Rien que la dénomination de son parti : La France Insoumise, nous renseigne sur ce qu'il est, c'est-à-dire rebelle, révolté, fort en gueule et souvent comédien.

Et depuis cette triste affaire, nous avons sur les plateaux télé une succession de jeunes député(e)s ou militant(e)s LFI qui ne laissent la parole à personne tant ils (elles) sont volubiles et agressif(ve)s, au point de faire péter les plombs à Pascal Praud… ce qui laisse supposer que c'est la marque du parti... un comportement agressif et verbalement bagarreur.

Il est évident que JL Mélenchon donne un très mauvais exemple aux Français, surtout aux plus jeunes, en ne respectant pas les institutions et les forces de l'ordre. Insoumis peut-être mais citoyen d'abord, il doit se soumettre à l'autorité quand c'est nécessaire. Pas étonnant ensuite en voyant de tels comportements que l'autorité soit de plus en plus contestée. Une attitude très néfaste pour un homme politique.
Mais est-elle pire que l'attitude de M. Benalla se moquant des sénateurs ou des juges en juillet 2018 notamment sur Twitter, une attitude soutenue par ses potes de l'Elysée si on en croit leurs réponses ?

Il y a tellement de choses qui interpellent dans notre pays devenu sans boussole, que le psychodrame mélenchonien fait parti du décorum quasi quotidien.

Hier par exemple, en voyant dans la marche pour le climat des enfants de 9 ans, j'ai trouvé cela aussi consternant que les élucubrations de JL Mélenchon qui n'en n'est plus à sa première comédie venue.

La folle manipulation des jeunes et particulièrement des enfants concernant le réchauffement climatique est très inquiétante et pourtant ne semble choquer que moi seule. Pas d'étonnement dans les médias bien au contraire. Même si la cause écologique, prise dans sa réalité brute, est une cause sérieuse et respectable, ce déploiement mondial interroge. Qui est derrière tout ce cirque ? Pour masquer quoi ?

En regardant ces manifestations avec de jeunes enfants, je ne peux m'empêcher de penser aux jeunesses endoctrinées par les pires dictatures, qu'on faisait défiler dans les rues. Personnellement je trouve cela choquant et très violent car parti d'une idée simple, celle de protéger la planète, on ne prend pas volontairement en compte tous les enjeux politiques, économiques, sociaux et démographiques : volontairement non expliqué aux enfants car trop difficile à comprendre pour leur âge. Ces enfants de CM1 et CM2 sont manipulés par leurs parents et leurs enseignants, à l'instar de leur modèle Greta, même si on nous dit qu'ils sont mûrs. Par les mêmes qui poussent des cris d'orfraie lorsqu'on veut baisser l'âge légal de la responsabilité pénale.

Cela n'a rien à voir avec l'insoumission de Mélenchon me direz-vous, c'est juste pour dire que dans ce monde en pleine déliquescence, plus rien n'a de sens.

Marc GHINSBERG

Jean-Luc Mélenchon : je pense donc je fuis !

JLM pratique la fuite en avant. Celui qui s’est vu président de la République, qui a refusé de choisir entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen au second tour de la présidentielle, ne se connaît plus de limite. « Je suis le bruit et la fureur » disait-il, « Je suis la République » hurle-t-il « Ma personne est sacrée » beugle-t-il. Sa mégalomanie n’a d’égale que sa paranoïa, toujours victime de complots imaginaires, persécuté, il se prend pour Lula.

Cette fuite en avant a largement provoqué le naufrage de LFI aux européennes, le pédalo de JLM prend l’eau. Ce n’est pas nécessairement une bonne nouvelle. Le vote populaire se répartit en France à droite sur le RN, à gauche sur LFI. Si celui-ci baisse, on peut craindre la hausse de celui-là. Vous reconnaîtrez, cher Philippe, que ce n’est pas réjouissant.

Mitsahne

Très franchement, JLM ne mérite pas toutes les attentions qui lui sont portées par notre hôte.

Bon, d’accord, on lui a reconnu des qualités de batteur d’estrade (pardon de tribun), ainsi que d’homme cultivé, intelligent. Soit, mais c’est à la portée de n’importe qui de savoir placer une citation piquée dans un dictionnaire spécialisé (il n’y a même pas besoin d’être un ancien professeur de français). Brailler « la République c’est moi » à un représentant de l’ordre devant cinquante photographes venus juste pour ça ne lui confère pas pour autant la notoriété d’un Jaurès.
Pour que l’on parle de lui, il est capable du pire :
‘’Les gestes déplacés sont souvent les plus beaux
J’en ai fait d’immortels qui mènent aux tribunaux…’’

Il se fiche de la condamnation qui sera une source bienvenue de publicité gratuite qu’il n’aurait jamais pu se payer.
Arrêtons de gonfler l’enflure !

boureau

"Je suis insoumis donc je suis"

Cet apparatchik de JLM est grotesque.
La consécration médias qui lui est octroyée depuis toujours est inversement proportionnelle à son importance réelle et aux réalisations quasi inexistantes de sa vie depuis qu'il est entré en politique en 1975.

Mais il est trotskiste et ses réseaux sont encore très actifs. De plus, les journalistes - et ils ne sont pas les seuls - sont toujours fascinés par ces attitudes de "rebelles en peau de lapin et bas de soie" qui se vautrent dans les ors de la République.

Ils savent fort bien jusqu'où ils peuvent ne pas aller.

La preuve : ce très cher révolutionnaire risquait jusqu'à 10 ans de prison, 150 000 € d'amende et 5 ans d'inéligibilité. Résultat : le ministère public a requis 3 mois de prison avec sursis et rien sur l'inéligibilité.

Requête aussi improbable que les réactions de Mélenchon.

Par curiosité, je me suis rendu sur les pages Wikipédia de Mélenchon : plus de 700 lignes à la gloire de ce pantin ! Il y manque juste le nom de sa nourrice!

Vous écrivez "J'imaginerais bien, à son encontre, une déclaration de culpabilité et une dispense de peine."

Ben oui quoi : un jugement d'humour en quelque sorte ! Franchement cher P. Bilger doit-on en arriver là sous prétexte que c'est Mélenchon ? Une justice à l'humour, croyez-vous que les Français en rêvent dans leur vie de tous les jours ?

Il y a des jours comme ça, où on se dit...

Cordialement.

breizmabro

@ sbriglia 21 septembre 2019 à 10:38

Pourquoi pas ; mais je crains que les orphelins de la police ne veuillent se promener avec Meluche, surtout s'ils ont vu des photos de lui en arrière-plan des plateaux télé !! :(

Méluche n'a pas tout à fait tort non plus. Pourquoi sur 17 ou 19 dénonciations, non vérifiées, dont celle du MoDem, seule LFI a-t-elle été soumise à une perquisition sans nulle autre pareil ?

Bien sûr l'organisation du médiatique c'est lui, bien sûr il s'est discrédité en vociférant face aux caméras qu'il avait appelées pour l'occasion, mais il n'en reste pas moins que seul son bureau politique a été perquisitionné... Pourquoi ?

Saisir des fichiers d'adhérents n'est pas anodin dans le monde numérique où nous sommes.

Tipaza

@ Xavier NEBOUT
"Et il y a enfin les insoumis mous, les semi-soumis semi-insoumis."

Superbe allitération !
Presque aussi bien que Racine avec sa célèbre allitération, non pas celle des serpents que je n'ai jamais entendu siffler sur ma tête, mais celle-ci, autrement plus belle et plus poétique:
"Sa croupe se recourbe en replis tortueux" (Phèdre)

Mais revenons au sujet.
N'oublions pas le soutien des insoumis mous du Missouri accompagnant dans un souffle sourd le son des semi-soumis du Mississipi, qui s'essoufflent tous reprenant en choeur le cri de JLM pleurant:
"Tout m’afflige et me nuit, et conspire à me nuire" (Phèdre, encore !)

Bien peu de fans et de groupies de Mélenchon sur le blog, c'est un signe qu'il a perdu la partie définitivement !

C'est pourquoi il ne faut pas hésiter à lui dire:
Il y a eu délit, hélas, et c'est là qu'est l'os.
Tu vois bien que "Ta tactique était toc" (Boby Lapointe)

genau

L'opinion publique ayant montré sa désapprobation devant l'attitude de M. Mélenchon, la messe est dite.
En règle générale, il vaut mieux se défier de ceux qui profèrent des invectives et en menacent les destinataires. Cela dit, on ne peut pas s'empêcher de regretter le virage pris par cette affaire.

Personnellement, j'aime bien Mélenchon, il est cultivé, drôle, totalement insincère et relativement dangereux, enfin, le serait, s'il était au pouvoir ; comme Laguiller, dont les formules qui faisaient tant rire, ne l'auraient pas empêchée de faire fusiller, sans ciller, ses opposants. Mais ce n'est qu'un risque, un peu blafard.

Je trouve que le caméléonisme de l'avocat, propre à l'honneur de sa profession, le placerait dans une situation difficile si on le jugeait de la même façon que ceux qui hurlent au procès politique. Soyons net, je n'aime pas cet avocat parce que je n'ai pas ses talents, tout simplement.
Son procès a une connotation politique, parce qu'on l'interprète comme tel, mais la réaction majoritaire mi-navrée, mi-goguenarde démontre que le peuple a jugé.

Mary Preud'homme

@ sbriglia | 21 septembre 2019 à 10:38

Savez-vous ce que vivent les enfants de policiers et de gendarmes jour après jour depuis leur prime jeunesse dans nombre de quartiers et cités bien avant d'être orphelins et de se voir proposer (ô miracle sous votre initiative !) par de présumés "repentis", voire ex-persécuteurs ou assassins de leur propres parents, une balade en forme de réhabilitation pour leurs bourreaux dans le cadre d'un présumé intérêt général ?
Certes non sinon vous ne parleriez pas avec cette désinvolture...

Alors que lesdits enfants dont je connais certains n'ont d'autres choix depuis des lustres que de se taire, encaisser et cacher comme une tare le métier de leurs parents afin de ne pas subir l'opprobre d'une société socialiste considérant tout représentant de l'autorité et du droit dont font partie leurs père ou mère comme des nuisibles à combattre et empêcher par tout moyen d'agir et de se reproduire.

jack

La sanction requise par le Parquet est déjà très clémente. Alors non à la dispense de peine. Les faits reprochés sont incontestables et spectaculaires. Mélenchon a joué avec le feu, il a voulu se comporter en hâbleur ridicule et grandiloquent lors de la perquisition La République c'est Moi. A présent, il se présente lamentablement comme étant une victime.
Dispenser Mélenchon de peine reviendrait à bafouer une fois de plus l'action de la Justice et des forces de l'ordre.
Il faut absolument rabattre son caquet à ce personnage qui se croit tout permis.
D'ailleurs les Français ont déjà pris leur part. 6 français sur 10 considèrent qu'il n'y a pas de procès politique à son encontre. Et 72 % des Français ont une mauvaise opinion de ce député. Vox populi, vox Dei.

Philippe Dubois

Bonjour Monsieur Bilger

Mélenchon, avec lequel je n'ai strictement aucune affinité, faisait partie de l'aile gauche du PS.
La rupture avec ce parti date du référendum de 2005, quand Méluche a fait campagne pour le non, contrairement à l'immense majorité des caciques du PS (à l'exception notable de Fabius, également "noniste").
Fabius que Mélenchon a soutenu lors des primaires du PS pour l'élection présidentielle de 2007.

Cela dit, concernant les perquisitions effectuée chez LFI, je rejoins l'avis de François Delpla | 21 septembre 2019 à 08:30.

J'écris souvent sur votre blog que si la justice était respectable, elle serait respectée.

Mary Preud'homme

"Ne mélenchons pas les torchons et les serviettes..." comme on l'entendait dire souvent en Essonne en 1992 où les facéties puériles de ce clown ne faisaient pas illusion, son ambition manifeste étant de se hisser au rang des parlementaires d'importance du département et de faire parler de lui à tout prix, en attendant mieux.
En résumé, n'accordons pas trop d'importance ou de crédit à ce matamore girouette :

In memoriam :
"En 1992, Mélenchon appelle à voter pour le traité de Maastricht, qu'il considère comme un « compromis de gauche ».
Dans un discours au Sénat, à la même époque "il affirme que la monnaie unique est l'instrument majeur qui permettra à l'Europe d'être «porteuse de civilisation, de culture, de réseaux de solidarité» contre le dollar, qui «porte la violence».
Néanmoins quelques années plus tard, changement de cap, "tout en continuant à défendre l'existence de la monnaie unique, il regrette son choix sur le traité de Maastricht et dépose avec la Gauche socialiste un amendement, intitulé « Tourner la page de Maastricht » !!?? Et déclare à la suite que ce sont les opposants à ce traité qui avaient raison et que l'objectif affiché à l'époque est en définitive un « échec total ».

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

  • CNews,"Face à l’info"
    Ludi 28 octobre de 19 h à 20 h, dialogue sur la Justice avec Eric Zemmour.
  • Causeur
    causeur.fr du 13 octobre "Philippe Bilger, le style fait l'homme", par Thomas Morales
  • Le Point
    Philippe Bilger : « Le mur des cons a fracturé la confiance dans la justice », lepoint.fr du 11 octobre.
  • Sud Radio, "Le Grand Matin"
    Tous les vendredis de 8 h 45 à 9 h 15, débat dans la Matinale de Patrick Roger.
  • CNews, "L'Heure des Pros"
    Tous les mercredis de 9h à 10h30, animé par Pascal Praud.
  • Sud Radio "Les Vraies Voix"
    Tous les jours du lundi au vendredi de 17h à 19h, émission de débat et de divertissement animée par Christophe Bordet.

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS