« Après Balkany, avant Mélenchon... | Accueil | Je suis insoumis donc je suis ! »

19 septembre 2019

Commentaires

abraracouci

@ Denis Monod-Broca | 21 septembre 2019 à 08:37

Cinglé !

Denis Monod-Broca

@ Aliocha

Merci pour le commentaire et pour le lien.

Noblejoué

@ Denis Monod-Broca
"Notre capacité à prendre du recul, à voir les choses de haut, à penser objectivement, à écrire des lois universelles, a permis notre extraordinaire développement scientifique, technique, politique, social... Or cette capacité disparaît dès que l’autre n’est plus considéré comme un autre soi-même, dès que le prochain n’est plus aimé mais rejeté, haï..."

La capacité à prendre du RECUL consiste à savoir comparer les choses, autrefois, les immigrés voulaient s'intégrer.
Je ne vais pas refaire une liste, je ne suis pas une aristocrate de l'ancienne cour du Japon. Mais j'ai déjà donné bien des exemples illustrant que trop de musulmans ne veulent pas s'intégrer.

Je n'ai pas de temps à perdre à haïr les musulmans, et il est tout aussi vain, non, plus vain encore, de la part de certains, de les aimer, le résultat étant d'essayer de les intégrer avec les résultats que nous voyons.
Que de peine pour rien, non, pire que rien : encourager leur venue donc nos problèmes.

Si des gens veulent aider les musulmans, qu'ils aillent chez eux les mettre au niveau s'ils le veulent.
Mais je refuse qu'ils les introduisent chez nous, au risque de nous perdre. Tout cela en nous faisant, comme trop de gens, la morale, en plus... Tant d'irresponsables font la morale, qui, une fois dépassés par les événements, demandent aux autres de réparer leurs dégâts !

Je constate que trop de musulmans ne veulent pas s'intégrer chez nous.
Conclusion : qu'ils restent à la porte.

Je constate que trop de ceux qui veulent les introduire chez nous demandent ensuite aux autres de s'occuper d'eux.
Comme les enfants prétendant qu'ils sauront s'occuper des animaux les mettent sur les bras de papa, et surtout maman. Mais après tout, les parents doivent éduquer leurs enfants.

Qui a à éduquer les musulmans adultes dont nous ne voulons pas, je ne parle pas des enfants, qui a à éduquer les Français irresponsables ?
Personne.

Nul n'a à servir de renfort à ceux qui nous imposent les musulmans. Qu'ils ne disent pas que les autres n'auraient pas mieux fait à leur place.
Nous n'en voulions pas, ils l'ont fait en dehors de nous et contre nous, ils ne peuvent rien exiger des autres, ils ne doivent qu'assumer leur responsabilité d'après-coup, celle de tous les irresponsables quand, par exception, ils se rendent compte de leurs défaillances.
Et pourquoi ? Jamais pour aider, toujours pour exiger que les autres leur pardonnent et les sortent des problèmes où ils se sont, voire ce qui est plus grave, ont plongé leurs contemporains.

Non, il faut refuser tout net que les musulmans s'infiltrent, et les renvoyer à l'envoyeur, je veux dire, de l'autre côté de la Méditerranée, dans les faits, et dans les discours, en remettre la responsabilité à ceux qui les aident à prendre pied ici.
Vous voulez des musulmans ici ? Occupez-vous-en, car personne n'y consacrera ni son temps ni son argent. Il ne manquerait plus qu'on soit obligé de prendre la relève de vos incuries ! Quand je vois que d'aucuns voudrait rétablir le service militaire pour forcer des non-musulmans à fréquenter des musulmans, je me dis qu'on va bien concocter des mesures réquisitionnant les gens pour s'occuper de ceux dont nous ne voulons pas et qui ne nous amènent qu’arriération.

Cela prouve que les gens se moquent de leur nation... On protège ses enfants, soi-même, on ne fréquente pas n'importe qui.
On ne cherche pas à intégrer, mettre au niveau les mauvaises fréquentations de ses enfants ou ceux qu'on n'estime pas autour de soi.

Mais on fait une exception pour les pires, les musulmans, et ce, en exigeant des autres qu'ils participent !
La nation est un local poubelle, ma parole, on lui inflige ce qu'on ne veut pas dans les appartements mais qu'on ne promeut pas moins dans l'immeuble. Un jour, des gens diront bien qu'il faut réquisitionner des appartements ou des propriétaires ou des locataires ou tout, pour s'en occuper. Après l'abus de les introduire et de les conserver ici, un ou plusieurs de plus ou de moins... Si des gens comme moi disent que non, ils n'en ont pas voulu...

On dira, ère du présentisme : il ne faut pas penser au passé.
On dira qu'il ne faut pas le dire, après l'islamophobie, on inventera, je pense, la musulmophobie, et la censure se resserrera davantage.
Et on prétendra obliger des gens à s'occuper de ces arriérés plutôt que, comme toute personne raisonnable, à se perfectionner. En somme, ils seront condamnés à devenir comme eux, car on devient ce qu'on fréquente, et on tombe plus vite qu'on ne s'élève. Leur temps mangé par l'activité absurde d'essayer d'élever des arriérés, ils seront spoliés de tout ce qu'ils auraient pu faire intéressant, ayant du sens, pendant ce temps, or tout ce qui n'avance pas recule. Sans compter qu'on peut devenir comme ceux qu'on fréquente : ne combats point les monstres, et tout ça.

Cela servira d'amuse-gueule à une guerre civile ou à la charia.
C'est l'avenir le plus probable, celui qui doit nous guider notre conduite : fermons notre porte.

Savoir prendre du RECUL permet de voir l'avenir probable, et non, ce qui n'a rien à voir, souhaitable.
Il est encore temps d'y échapper. Ferme-leur ta porte pour l'amour de tes enfants ou de tes neveux.

Alpi

@ Ellen
"Exilé, vous avez tout à fait raison. Ceux qui posent problème sont les migrants ne parlant pas français, de culture, éducation et religion contraires aux Occidentaux. De religion islamique dont pour beaucoup très rigoureuse et violente, qui ne s'assimile pas avec la nôtre, comme par exemple faire leurs prières de rue avec tout le vacarme et les embouteillages qui vont avec. N'oublions jamais les attentats successifs que nous avons subis, ni les victimes."

Ellen, vous savez bien que beaucoup d'attentats ont été commis par des Français, immigrés de deuxième ou troisième génération. Salah Abdeslam, même s'il reste muet, parle parfaitement le français !
La plupart des pauvres bougres débarqués sur les côtes d'Europe ont (pour l'instant) d'autres priorités.

------------------------------------------------------

@ Exilé
"...grotesque « féminicide »..."

Vous devriez éviter cette juxtaposition maladroite. Parlez-en aux malheureuses qui se font frapper par leur compagnon. Elles vous diront à quel point c'est "grotesque". Le mot féminicide n'est pas heureux, j'en conviens. Mais il faut bien trouver un terme pour désigner un crime dég... que magistrats et surtout police ont tendance à prendre par-dessus la jambe.
Et je trouve que cela ne soulève pas trop d'émoi dans le public qui pourtant s'enflamme facilement pour des histoires autrement plus futiles, voire débiles.

Philippe Dubois

@ Exilé | 21 septembre 2019 à 08:37

Je précisais dans un commentaire précédent que plus de la moitié des Italiens arrivés entre la fin du XIXe siècle et les années 30 étaient repartis, soit chez eux, soit ailleurs.

——————————-

@ hameau dans les nuages | 21 septembre 2019 à 09:28

J'ai fait mes études à Toulouse (1979 - 1983).
Je me souviens de la Place Arnaud Bernard comme d'un coin très très agréable, avec une foultitude de bistros et de petits restos sympa.
Maintenant, il faut être nombreux et lourdement armé pour s'y promener.

———————————-

@ Denis Monod-Broca | 21 septembre 2019 à 08:37

Vous avez dû oublier votre DRAGONAL (ND) ce matin.

Vouloir conserver notre civilisation passe obligatoirement par le refus de ceux qui veulent la détruire ou qui la feront s'effondrer par effet de nombre.

Si l'autre est autre, il ne peut pas être un même, à moins que vous ne soyez atteint de mêmisme :
"Idéologie de l'indifférenciation et de l'identité de tous les humains, qui crée le devoir de faire abstraction de tout ce qui les distingue les uns des autres, de ne surtout pas le dire et de ne même pas s'en apercevoir. C'est le dogme du tous pareils [ ]
Le mêmisme va bien au-delà de l'idée que l'on doit reconnaître et respecter l'humanité en chaque homme. Il exige que l'on proclame - contre toute évidence - la parfaite identité de tous les hommes. Le mêmisme, c'est le dogme de l'interchangeabilité de tous les les humains."
(Jean-Louis Harouel "Les droits de l'homme contre le peuple")

Dois-je vous rappeler que la distinction entre NOUS et Les Autres est la base de toute construction sociale, de la tribu à la nation en passant par la cité ?

Denis Monod-Broca

Lire l’interview de Dominique Versini dans Le Point : « Macron n'est pas allé porte de la Chapelle »

https://www.lepoint.fr/politique/dominique-versini-macron-n-est-pas-alle-porte-de-la-chapelle-21-09-2019-2336972_20.php

caroff

@ Achille 22h37
"Une des raisons de cette dérive est une politique de la ville irresponsable entreprise depuis une quarantaine d’années avec la ghettoïsation des banlieues.
Les communautés d’origine musulmane ont été regroupées dans des cités. Les jeunes étant livrés à eux-mêmes, sans éducateurs pour les orienter vers des activités saines (sportives, artistiques, culturelles), ils ont progressivement basculé dans la délinquance. Des imams autoproclamés n’ont eu ensuite aucun mal à manipuler ces esprits facilement malléables."

Non, vous avez une vision France Inter de ces questions !

Ce sont les "blancs" qui ont préféré fuir devant la pratique de coutumes peu en rapport avec celles du pays d'accueil...
Je signale que la Suède ou le Danemark font face aux mêmes problèmes de défaut d'assimilation de population anthropologiquement très différentes !

Les immigrés d'origine européenne sont, eux, tellement parmi nous qu'ils sont devenus indétectables !

La montée de l'islam intégriste ne concerne pas des "esprits malléables" (je traduis par "peu instruits") comme le montre l’étude récente réalisée par l’IFOP sur l’islam en France: le retour à un islam rigoriste est plus marqué chez les jeunes les plus diplômés. Ainsi, 41 % des femmes ayant un bac+5 portent le voile contre 16 % des femmes non diplômés.

hameau dans les nuages

@ Achille | 20 septembre 2019 à 22:37

Non non et non ! La ghettoïsation se fait par la fuite des autochtones de ces quartiers. A Toulouse ce fut le cas au Mirail pour les friches et terrains libres en périphérie. Borderouge a été entièrement construit en neuf pour "désengorger" le Mirail.
Ma fille habitait Borderouge et a vu la forêt de grues s'installer. A peine finis et occupés sont arrivés imams de quartier and co.

https://www.lemonde.fr/argent/article/2015/02/14/a-toulouse-le-quartier-de-borderouge-peine-a-seduire_4576579_1657007.html

Première étape pour les primo-habitants. Installation de barrières à l'entrée des résidences originelles avec caméras et alarmes.

Deuxième étape: faire sa valise, ce qu'a fait ma fille... et quitter Toulouse et sa proche banlieue.

J'ai encore un fils cadre et célibataire qui habite le centre de Toulouse et qui travaillait à Labège. Les employés s'attendaient le soir pour aller groupés à l'arrêt des transports en commun...
Et maintenant le soir, mon épouse, discrètement pour ne pas le déranger et passer pour une mère poule, surveille si son PC s'allume signe qu'il est bien arrivé.

Mais quand donc allez-vous vous réveiller ?

Aliocha

Roman ou pamphlet ?
Le Céline du Voyage ou celui de Bagatelle ?
La phrase proustienne, elle, ne renie pas la sinuosité de la pensée, qui sait ne pas tomber dans l'univoque efficace qui est toujours négation de la réalité complexe, où le racisme est déviance semblable, non par degré mais par nature, à l'antisémitisme :

"Comme le dit Philippe Muray, « Le négatif occupant intégralement les romans, ce qui fait retour dans les pamphlets c’est le positif, du moins le sien, qui recoupe d’ailleurs largement celui de la collectivité d’alors. » [7] Une communauté de petits-bourgeois positivistes plutôt antichrétiens qui croient au progrès et à la Science, celle-ci dont Céline disait dans l’un de ses premiers écrits qu’il attendait le jour « où elle se suffira à elle-même et où elle créera la Vie. »[8] Une vie parfaite, toute positive, fraternelle et égalitaire, où le travail rend heureux et où l’amour est une question sociale plutôt qu’intime. En attendant ce grand jour, il s’agit d’extirper ce qui va mal chez nous, et d’abord cette propension religieuse à souffrir – ce négatif que les Juifs (et les Chrétiens) ont placé au cœur de notre être. Pour Céline comme pour ses frères de pensée, « l’enjeu est de déloger définitivement ce que les religions dites judéo-chrétiennes maintiennent tant bien que mal : la dimension négative. Si la vérité du langage est chrétienne, comme l’affirmait Georges Bataille, il est évident que les pamphlets constituent l’exemplaire tentative de se passer de cette vérité, c’est-à-dire aussi – par le symptôme de la rapidité d’écriture – de se passer du langage. »[9] A ce propos, remarquons que dans l’esprit de Céline, l’anti-christianisme est la suite logique de l’antisémitisme. Mais comme il est plus facile dans cette France des années trente de s’en prendre aux Juifs qu’aux Catholiques (aujourd’hui, c’est le contraire), Céline se lâche contre les premiers. Pour autant, l’Eglise romaine reste dans son collimateur : « La religion christianique ? La judéo-talmudo-communiste ? Un gang ! Les Apôtres ? Tous Juifs ! Tous gangsters ! Le premier rang ? L’Eglise ! La première racket ? Le premier commissariat du peuple ? L’Eglise ! Pierre ! Un Al Capone du Cantique ! Un Trotski pour moujiks romains ! » lit-on dans L’école des cadavres.[10] Des années plus tard, dans Rigodon, il confirmera sa haine de « la religion à petit Jésus » : « Il n’y qu’une seule religion : catholique, protestante ou juive… succursales de la boutique « au petit Jésus »… qu’elles se chamaillent s’entre-tripent ?…. vétilles ?… corridas saignantes pour badauds ! Le grand boulot le seul le vrai leur profond accord… abrutir, détruire la race blanche. » Moïse et Jésus contre la race blanche ! La voilà la guerre « célinienne » par excellence. En fait, et comme le remarque Muray, pour Céline, c’est dans la Bible que l’on a dit pour la première fois, et bien avant la génétique aujourd’hui, que les races n’existent pas et qu’il n’y a que des métissages. Le Verbe s’est fait chair, mais c’est une chair mélangée, aussi blanche que noire ou que jaune ! Pas d’exclusivité aryenne ! « Tous issus de la Bible, absolument total d’accord qu’on est que blancs, viandes à métissages, tournés noirs, jaunes, et puis esclaves, et puis soldouilles et puis charniers… » [11]écrit encore Céline dans son dernier livre. C’est pourquoi c’est au Verbe qu’il faut s’en prendre, cet odieux Verbe monothéiste et anti-racialiste qui nous a créés impurs (mélangés) plutôt que purs - le racisme n’étant, comme on sait, rien d’autre qu’un fantasme de pureté."

http://pierrecormary.hautetfort.com/archive/2008/02/18/l-antisemitisme-est-un-humanisme.html

Ainsi, prétendre qu'il faut être noir pour boire et battre sa femme, est un sophisme comme un autre.

Denis Monod-Broca

En effet, nouvelle erreur de chiffres de ma part, 350 000 immigrés annuels cela fait 0,5 % de la population française et non pas 0,005 %. Décidément c’est à croire que parler d’immigration rend maboul...

Je maintiens cependant que vouloir à la fois la conservation de notre civilisation et le refus des immigrés revient à se contredire soi-même. Là est très fondamentalement le noeud du problème. C’est pour cela que le sujet est si sensible.

Notre capacité à prendre du recul, à voir les choses de haut, à penser objectivement, à écrire des lois universelles, a permis notre extraordinaire développement scientifique, technique, politique, social... Or cette capacité disparaît dès que l’autre n’est plus considéré comme un autre soi-même, dès que le prochain n’est plus aimé mais rejeté, haï...

Exilé

@ Philippe Dubois
« Ensuite rien de rien jusqu'à la moitié du XIXe où l'on observe le début de l'arrivée de forts contingents italiens puis d'autres pays d'Europe. »

Et encore, plusieurs parmi eux comme les Belges par exemple ont été obligés de rentrer chez eux suite aux pressions exercées par les syndicats - eh oui - et des Italiens sont repartis en Italie à l'invitation de Mussolini.

---------------------------------------------------------

@ Denis Monod-Broca
« Pourquoi affirmer « ‘ils’ ne veulent pas s’intégrer » ?
Je comprends ainsi ce genre d’affirmation : « ‘nous’ ne voulons pas les intégrer » »

J'ai l'impression que vous vous obstinez à vous enfermer dans le déni des réalités.
Ce refus d'intégration - intégration qui n'est qu'un pis-aller par rapport à la règle que devrait être l'assimilation - est patent.
Le Grand Turc Erdogan a violemment rappelé à ses sujets qu'ils ne devaient en aucun cas chercher à s'assimiler ou à s'intégrer.
Mais pour la plupart la question ne se pose même pas : il n'est pas envisageable de changer d'un poil leur mode de vie et leurs coutumes, y compris dans ce qui s'oppose aux nôtres.

Quant au fait que « nous ne voulons pas les intégrer », c'est la meilleure...
Au nom de quoi devrions-nous « intégrer », avec tout ce que cela coûte en divers domaines au détriment des Français, des gens qui, avant même d'avoir posé un pied en France, ont été biberonnés dans leur pays d'origine dans la haine de la France ?

Noblejoué

@ Denis Monod Bronca
"Pourquoi affirmer « ‘ils’ ne veulent pas s’intégrer » ?"

Toutes les personnes des précédentes vagues d'immigration ont voulu s’intégrer et y sont parvenues.
Qu'on les aient accueillies à bras ouvert ou non.

Par contre, les musulmans désintègrent notre société, et il y a encore des gens pour vouloir les accueillir avec le fol espoir que nous allons les intégrer, qu'ils le veuillent ou non.
Les musulmans, du moins assez pour que ce soit dangereux, car les minorités nuisibles suffisent à prendre le pouvoir, comme on l'a vu avec les nazis et les communistes :

- Dans le pire des cas, commettent des attentats.

Sinon :

- Font pression sur les Juifs, de sorte que certains déménagent ailleurs en France ou en partent : ainsi, nous échangeons des éclairés contre des arriérés. Enfin, éclairés, avec ce qu'ils ont subi, ils peuvent projeter de participer aux colonies, en Israël, ne plus subir, agir, c'est humain.
- Attaquent la laïcité. Nous allons donc, soit nous soumettre, la France ne sait jamais faire que ça, soumise sous l'Occupation puis plus que sensible au communisme et pleine de ressentiment antiaméricain.
- Sont une menace pour les droits des femmes... Jupe interdite en certains lieu, demande de piscines séparées, agression et chez trop de gens, lâche compréhension, les femmes doivent se plier aux codes des arriérés
- Attaquent l'Histoire avec la négation du génocide subi par les Juifs : certes, quelques indigènes le font aussi, mais nous avons assez de nos propres pervers pour ne pas en ajouter d'autres.
- Sont une menace pour la démocratie. La majorité doit plier face à cette minorité. Et contre les droits de l'Homme, par exemple en attaquant ceux de la femme. En somme, qui les défend les assiste dans leur subversion de tout ce que nous sommes. Ah non ! Il y a une chose que nous sommes : suicidaires en masse, ce qui est très bien vu, faisant prendre un risque, non de mort, mais de servitude pour tous : il est vrai que si les démocrates et les défenseurs des droits de l'homme luttaient, autrefois, pour la liberté, ceux d'aujourd'hui ont de la compassion pour les musulmans, un peu comme les gens qui nourrissent un petit tigre et peu importe sa dangerosité adulte : mais l'image n'est pas parfaite, le tigre a faim et est plein de feu, tandis que le musulman a envie de détruire la liberté et est plein de ressentiment.

Il n'est pas question d'avoir foi en nous, qui ne sommes jamais que des gens capables de se soumettre aux nazis et d'ingratitude face aux Américains. Dans le même temps, nous mythifions le communisme et aujourd'hui l'Islam.
En un mot : des incapables... Mais même si vous valions autant que des Anglo-Saxons ou que des Suisses, tel n'est pas le problème.

Face à une épidémie, on n'a pas foi en sa santé, on maintient ceux qui en sont atteints hors des frontières.
Comme très malheureusement, nous avons des Français musulmans chez nous, nous avons déjà un foyer d'infection, certes, mais il n'est pas opportun d'en rajouter.

Certains pensent que l'Islam de France guérira l'Islam de ses nombreuses tares. On se console comme on peut de n'avoir pas été à la pointe de la lutte contre le nazisme ni le communisme, je vois...

On délègue à la partie la moins éclairée de la population d'éclairer, une folie bien religieuse, de rendre l'Islam compatible avec la liberté. Par parenthèse, je ne sais pas si cela va durer, mais ce sont les Tunisiens qui en montrent l'exemple, aujourd'hui.
Bref, nous croyons que le moins est le mieux, jusqu'à présent, ce genre de folie ne nous a fait que du mal : nous sommes des incapables, une espérance révolutionnaire messianique, la Révolution, dégénérant en Terreur, en Napoléon I et III, et autres accidents... Nous sommes des incapables de garder la liberté et de la mettre plus haut que tout.
Nous n'avons pas de tradition de liberté continue : nous en sommes venus à relativiser la liberté plutôt que notre orgueil en ne voulant pas admettre que nos rivaux Anglo-Saxons sont plus libres donc plus dignes que nous, et que nous devions les imiter pour ce qui concerne les institutions, la liberté d'expression américaine et surtout l'amour de la liberté, le plus grand des biens et celui qui fait jouir des autres, a dit Montesquieu, mais nous préférons la liberté pour quoi faire.

Bref, nous nous prenons pour des sauveurs quand nous aurions besoin d'être sauvés, mais nous n'avons pas d'abonnement : les Américains ne vont pas débarquer pour nous délivrer de la charia.
Bien comprendre que si on nous l'impose, nous ne la supprimerons jamais... Des gens même pas capables de voir le danger où ils sont, renverser la tyrannie. En laissant s'introduire des musulmans ici, nous condamnons les générations futures au règne de l'Islam.

Bon, ça plaira à certains, mieux vaut n'importe quelle religion que la liberté... Car la liberté pour quoi faire, on dirait de l'argent qu'on va échanger contre n'importe quoi ou la page blanche sur laquelle on écrit. Alors que la liberté est comme la lumière de nos yeux et l'air que nous respirons.

Si nos enfants et nos neveux se retrouvent asservis, qu'ils nous maudissent... Cela ne sert certes pas à grand-chose, mais nous l'aurons mérité.
Enfin, cela sert : s'ils se révoltent, peu probable, mais qui sait, qu'ils soient aussi impitoyables que nous avons été mous, chassent et exterminent leurs maîtres et se montrent, dès lors, vigilants sur cette menace et sur toutes celles que l'avenir peut tenir en réserve que nous avons été aveugles.

Robert Marchenoir

@ Claude Luçon | 20 septembre 2019 à 20:00
"Allez donc faire un tour en Afrique et comptez le nombre d'ingénieurs que vous y trouverez, ce sera rapide, il y en a vraiment peu. Sans ingénieur on ne construit pas ni ne fait vivre, France comprise, un pays."

Et donc ?... puisque l'Afrique n'a pas d'ingénieurs, la France doit lui fournir ceux dont elle a besoin ? et s'en priver par la même occasion ? vous sortez ça d'où ?

"Si tout ce vous avez à me donner comme référence est Pascal Bruckner, je vais continuer à concentrer mon attention sur David Noel !"

J'adore ce genre d'assertion péremptoire qui permet d'éviter de penser. L'analyse de Pascal Bruckner est infiniment plus pertinente que vos fantasmes néo-coloniaux de gauche.
______

@ Denis Monod-Broca | 20 septembre 2019 à 18:24
"Parmi ces 350 000 immigrés annuels - 0,005 % de la population française."

Une preuve de plus que les gauchistes ne savent pas compter. Vous ne vous trompez jamais que d'un facteur 100... 350 000, c'est environ 0,5 % de 67 millions.

Mais évidemment, ce chiffre n'a aucune importance. Les escrocs immigrationistes nous font toujours ce calcul à la noix, consistant à rapporter le flux annuel au stock de la population.

Pour commencer, il conviendrait de prendre le nombre d'entrées réel, qui est nettement plus élevé que cela si l'on tient compte des immigrés illégaux.

Et puis surtout, ce tripotage partisan omet complètement de prendre en compte que l'immigration africaine dure depuis... plus d'un siècle maintenant ! Sans compter que ces gens-là se reproduisent, et à un rythme nettement plus élevé que la population indigène.

Le résultat, c'est qu'en de nombreux endroits du territoire, ce n'est pas 0,5 % d'immigrés, que vous avez, mais 100 %, ou guère moins. Avec toutes les conséquences que l'on constate.

La cour est pleine, il est temps de fermer le robinet.

Votre aveuglement volontaire (pour être indulgent) est aussi flagrant que celui de Claude Askolovitch. Qu'est-ce qui est le plus important : que vous puissiez vous flatter d'être "fraternel", ou que la France conserve sa civilisation, sa prospérité et sa paix civile (toutes en voie de régression actuellement) ?

Ellen

@ Exilé | 20 septembre 2019 à 17:04
"Cher Achille, veuillez avoir la bonté de ne pas vous moquer du monde en jouant sur les mots. Vous savez très bien que ce n'est pas cette immigration-là qui pose problème".

Exilé, vous avez tout à fait raison. Ceux qui posent problème sont les migrants ne parlant pas français, de culture, éducation et religion contraires aux Occidentaux. De religion islamique dont pour beaucoup très rigoureuse et violente, qui ne s'assimile pas avec la nôtre, comme par exemple faire leurs prières de rue avec tout le vacarme et les embouteillages qui vont avec. N'oublions jamais les attentats successifs que nous avons subis, ni les victimes.

Si la France et l'Europe n'avaient pas toutes les protections sociales et aides à distribuer à volonté, croyez-le si vous voulez nous ne serions pas envahis et maudits. Ils gardent toujours en tête depuis leur indépendance, que les pays qui les avaient colonisés sont obligés aujourd'hui de les accueillir gratuitement. C'est le revers de la médaille.

En tout cas M. Macron a oeuvré dans leur sens. La porte est ouverte aux passeurs mafieux payés cash et au black par les passeurs s'ils veulent traverser la Méditerranée pour rejoindre l'Europe.

Je ne conteste pas d'aider les plus pauvres, mais dans ce cas là faisons-le chez eux en toute intelligence et pas en donnant des centaines de millions aux politiques de leurs pays pour que ceux-ci les placent en Suisse ou au Panama en leur propre nom et en continuant à écraser leur population dans la misère et la guerre.

Il n'y a qu'à voir tous ces gros sbires mafieux placés à la tête de leur pays, vivant comme des rois pendant que leur peuple crève de faim et se fait la guerre entre différentes ethnies.

Bon j'arrête là parce que le sens que la colère monte à cause de Macron, le grand bourgeois.

Achille

@ Alpi | 20 septembre 2019 à 19:11
« Mais que penser du récent sondage par lequel 29 % des musulmans estiment que la charia doit supplanter la loi de la République ? »

Une des raisons de cette dérive est une politique de la ville irresponsable entreprise depuis une quarantaine d’années avec la ghettoïsation des banlieues.
Les communautés d’origine musulmane ont été regroupées dans des cités. Les jeunes étant livrés à eux-mêmes, sans éducateurs pour les orienter vers des activités saines (sportives, artistiques, culturelles), ils ont progressivement basculé dans la délinquance. Des imams autoproclamés n’ont eu ensuite aucun mal à manipuler ces esprits facilement malléables.

Il est grand temps de remettre de l’ordre dans les banlieues dont certaines sont devenues des zones de non droit car il est déjà presque trop tard.
A noter que les habitants de ces cités sensibles sont les premières victimes de cet état de fait et le font régulièrement savoir. Manifestement en vain.

Giuseppe

@ Claude Luçon | 20 septembre 2019 à 20:00
@ Robert Marchenoir | 20 septembre 2019 à 18:22

Si vous allez à l'hôpital Bob, comment croyez-vous que vous vous soignez ? Certes le médecin répare l'âme et le corps mais un centre de coronographie, ou un bâtiment des urgences pour vous accueillir ne se fait pas par l'opération du Saint-Esprit.
Il regroupe toutes les technologies de pointe, et à défaut de point d'appui pour soulever le monde, avec les moyens on fait des yeux à un chat.

Nous sommes les meilleurs Bob - un peu chauvin, mais si peu… -, mon architecte préféré s'était déplacé en Angleterre, nous avait raconté que nous avions 10 ans d'avance techniquement.
Si nos élus avaient un tant soit peu d'esprit scientifique, ils ne se contenteraient pas comme souvent de couper une roue en deux, et là est le drame.

Par contre, do not disturb, les Anglais sont fin prêts les Japonais se construisent.
Ne pas se gargariser, être toujours devant, pas de hâbleurs, des faiseurs, aujourd'hui il faut muscler les assemblées, moins d'élus plus de scientifiques.

Demain 9h15 pas de hooligans que des gentlemen, et la Marseillaise pour un rebond qui risque d'être capricieux, bleu blanc rouge, au pays du Soleil Levant imaginez la carte postale…
Au fait je me suis éloigné, mais peu importe chez nous ce soir en plus du bonnet de nuit dans les chaumières on dort avec les crampons, réveil au son du coq qu'un imbécile d'urbain avait voulu clouer le bec par jugement.

Cocoricooooo ! Pas trop fort, le même imbécile risque de me faire un méchant procès ! A demain si vous le voulez bien ! On y croit.

Mary Preud'homme

@ Claude Luçon

Nostalgie quand tu nous tiens !
L'Afrique des années soixante, soixante-dix et jusqu'à quatre vingt que vous avez connue (comme beaucoup) n'a vraiment plus rien à voir avec celle d'aujourd'hui.
De cette époque vous semblez avoir gardé tous les clichés, sinon toutes les tares, condescendance et paternalisme vis à vis du brave nègre "y'a bon banania", condamné au mieux à n'être qu'un éternel second sous la houlette du bon missié blanc !
Scandale de tous ses surdiplômés (formés dans des universités prestigieuses françaises, marocaines ou sénégalaises) qui dédaignant leur pays d'origine continuent de s'expatrier en Europe ou dans les Amériques plutôt que rester au pays qui a pourtant un cruel besoin d'ingénieurs, médecins, techniciens, enseignants en tous domaines !

Il serait temps de prendre conscience que ce cordon ombilical mortifère liant la France à ses anciennes colonies a besoin d'être coupé, même si ça fait mal, afin que chacun retrouve sa liberté, s'exonère d'une servitude ou d'une culpabilité et puisse enfin voler de ses propres ailes !
De la même manière que l'enfant en devenir a besoin pour progresser, grandir et trouver ses marques de quitter le cocon familial...

boureau

@ Denis Monod-Broca 20 septembre 2019 18:24

"L"aspect quantitatif en la matière est important"

Il n'est pas important, il est déterminant. Il y a trente ans votre position pouvait peut être, pour une vue de court terme, paraître acceptable. En 2O19 elle ne l'est plus. Le nombre submerge et change notre civilisation.

"Ne sommes nous pas tous à des degrés divers des descendants d'immigrés"

Faux!

Slogan de SOS Racisme repris par Tariq Ramadan et la gauche bien pensante "Nous sommes tous des enfants d'immigrés".

Le meilleur raccourci est celui d'Eric Zemmour : "La France est un pays de petits paysans qui n'ont pas bougé depuis mille ans".

Que je fais mienne et sur laquelle je vous invite à réfléchir. D'ailleurs vous dites remonter à Saint Louis!

"Il faut vraiment que nous ayons si peu de foi en nous-même et nos principes"

C'est justement parce que les générations précédentes ont eu foi en eux-mêmes et en leurs principes que vous pouvez discourir débonnairement de "fraternité" en fermant les yeux sur la réalité.

Restez dans votre bulle vous vous y sentez si bien. Mais pas de leçon svp.

Et ne parlez pas de droite anti-fraternelle ou d'extrême droite anti-fraternelle, cela n'a aucun sens ni sociologique, ni politique : simplement une élucubration à deux sous! Nous parlons de Civilisation pas de propos salonnards.

Cordialement.

boureau

@ Denis Monod-Broca 20 septembre 2019 18:24

"L"aspect quantitatif en la matière est important"

Il n'est pas important, il est déterminant. Il y a trente ans votre position pouvait peut être, pour une vue de court terme, paraître acceptable. En 2O19 elle ne l'est plus. Le nombre submerge et change notre civilisation.

"Ne sommes nous pas tous à des degrés divers des descendants d'immigrés"

Faux!

Slogan de SOS Racisme repris par Tariq Ramadan et la gauche bien pensante "Nous sommes tous des enfants d'immigrés".

Le meilleur raccourci est celui d'Eric Zemmour : "La France est un pays de petits paysans qui n'ont pas bougé depuis mille ans".

Que je fais mienne et sur laquelle je vous invite à réfléchir. D'ailleurs vous dites remonter à Saint Louis!

"Il faut vraiment que nous ayons si peu de foi en nous-même et nos principes"

C'est justement parce que les générations précédentes ont eu foi en eux-mêmes et en leurs principes que vous pouvez discourir débonnairement de "fraternité" en fermant les yeux sur la réalité.

Restez dans votre bulle vous vous y sentez si bien. Mais pas de leçon svp.

Et ne parlez pas de droite anti-fraternelle ou d'extrême droite anti-fraternelle, cela n'a aucun sens ni sociologique, ni politique : simplement une élucubration à deux sous! Nous parlons de Civilisation pas de propos salonnards.

Cordialement.

Philippe Dubois

@ Denis Monod-Broca | 20 septembre 2019 à 18:24

Certains, quand ils touchent le fond, donnent un coup de pied salutaire pour remonter à la surface.
Vous, vous creusez !

Déjà, "ces 350 000 immigrés annuels - 0,005 % "
Petit calcul simple : 350 000 / 65 000 000 x 100 = 0,54 %

Ensuite :
"Certains restent étrangers et doivent pouvoir vivre décemment, les autres acquièrent la nationalité française et, à la longue, deviennent des Français de souche comme vous et moi."

Dont 26 % voudraient vous imposer la Charia
(18 % chez les musulmans français de naissance et 46 % chez les musulmans étrangers)

https://www.valeursactuelles.com/societe/charia-voile-les-incroyables-chiffres-de-lislam-en-france-110890

"L’aspect quantitatif en la matière est important évidemment mais il ne doit pas cacher l’essentiel : qui sommes-nous, quels sont nos principes, comment voulons-nous accueillir ceux qui viennent chez nous ?"
l'aspect quantitatif est primordial, couplé avec un aspect qualitatif.
Une invasion ne s'accueille pas, elle se repousse !

"Ne sommes-nous pas tous, à divers degrés, des descendants d’immigrés ? Par exemple, d’un côté ma généalogie remonte à Saint Louis mais d’un autre elle se perd au XVIIIe siècle dans une communauté juive du Palatinat."

Donc vous mettez sur le même plan un juif établi en Europe depuis des siècles et un Africain polygame animiste descendu de son rafiot à Lampedusa.

Ensuite, votre première phrase est une contre-vérité absolue. La population française a été stable de l'empire romain jusqu'au milieu du XIXe siècle.

La Gaule romaine comptait environ 8 millions d'âmes et les grandes invasions de la fin du Ve siècle n'ont concerné en tout que 200 000 à 300 000 individus, pour ceux qui sont restés, individus qui étaient souvent des "voisins de palier"
Ensuite rien de rien jusqu'à la moitié du XIXe où l'on observe le début de l'arrivée de forts contingents italiens puis d'autres pays d'Europe.
(Les envahisseurs Vikings étaient quelques milliers).

L'explosion de l'immigration venant d'Afrique date de 1975, avec le regroupement familial
Il suffit de voir les photos de classes ou des équipes sportives de certaines villes de banlieue parisienne, quand celles-ci ne sont pas censurées sur les rézosocios.

Denis Monod-Broca

@ quelques-uns qui se reconnaîtront

Pourquoi affirmer « ‘ils’ ne veulent pas s’intégrer » ?
Je comprends ainsi ce genre d’affirmation : « ‘nous’ ne voulons pas les intégrer »

Et c’est le début d’un engrenage délétère, car qui est mal accueilli ne fait pas d’effort pour être bien vu et s’intégrer, autrement dit qui n’est pas autorisé à travailler travaille au noir et trempe dans divers trafics pour vivre, etc.

yves albert

@ Robert Marchenoir | 20 septembre 2019 à 18:22

Bravo vous avez élégamment écrit à Claude Luçon qu'il mélangeait tout et qu'il n'était pas le seul homme sur la terre.

On doit constater qu'il jalousait les pieds-noirs et qu'il aurait été le seul ingénieur vagabond du pétrole creusant des trous pour que les autres les analysent et les exploitent éventuellement, mais il est le seul à savoir ce que les autres ne savent pas (ubuesque).

Ce n'est pas l'orgueil qui fait évoluer les choses et il y a de nombreuses personnes ONG ou pas, qui donnent sans compter aux miséreux ; la France peut s'enorgueillir de ce qu'elle a fait et de ce qu'elle fait, avec ou sans Claude Luçon.

Le problème aujourd'hui est de sauver notre peau, même si celle d'un blanc ne vaut plus rien.

Tipaza

@ Lucile | 20 septembre 2019 à 16:13
"Mozart répondit : "Mais quelles notes voulez-vous donc que j'enlève ?"."

Et l'Empereur, fidèle lecteur de certains commentateurs du blog, aurait répondu: "Les noires évidemment !"
Mais je pense que c'est une fake news !

Claude Luçon

@ Robert Marchenoir
"En somme, la France devrait se dévouer pour diriger les entreprises africaines à la place des Africains. On organiserait une espèce de service national de coopération obligatoire, où tous les étudiants montrant des capacités à devenir chef d'entreprise seraient envoyés au turbin en Afrique.
Les Noirs étant (c'est vous qui le dites) incapables de créer ou de diriger leurs propres entreprises, il faudrait que les Blancs le fassent à leur place."

Vous m'avez écrit lire mes textes en détails, je ne dois pas comprendre mon propre français en plus du vôtre !
Je n'ai jamais parlé d'étudiant, ni du fait qu'ils ne créent pas leurs entreprises !

Oui, les Africains accepteraient des cadres français expérimentés pour diriger leurs entreprises, ils le font déjà depuis longtemps.

Je parlais de volontaires et surtout de retraités !
Portez-vous volontaire, je suis sûr qu'ils apprécieraient votre sens critique !

Claude Luçon

@ Robert Marchenoir | 20 septembre 2019 à 18:22

Allez donc faire un tour en Afrique et comptez le nombre d'ingénieurs que vous y trouverez, ce sera rapide, il y en a vraiment peu.
Sans ingénieur on ne construit pas ni ne fait vivre, France comprise, un pays.

Si tout ce vous avez à me donner comme référence est Pascal Bruckner, je vais continuer à concentrer mon attention sur David Noel !

sbriglia

"Moi pas comprendre vot' commentaire, moi Bretonne, moi mot d'excuse."
Rédigé par : breizmabro | 20 septembre 2019 à 15:36 (@ yves albert)

Jeu, set et match : breizmabro !

Alpi

@ Achille
"Concernant ma région, la Lorraine et plus particulièrement la Moselle, beaucoup de noms sont de consonance étrangère : italiens, polonais en particulier, juifs en provenance d’Allemagne également.
Qui sur ce blog peut se prévaloir d’avoir une lignée remontant à Saint Louis ?"

Remonter à Saint-Louis, Clovis ou Vercingétorix, là n'est pas le sujet.
Ceux que vous mentionnez avaient la volonté de s'intégrer, ils étaient de culture occidentale. Et ils avaient au moins la reconnaissance du ventre !
Mais que penser du récent sondage par lequel 29 % des musulmans estiment que la charia doit supplanter la loi de la République ?
Personnellement, ça me fait froid dans le dos... Je veux bien, comme l'a proposé Xavier Bertrand hier soir, qu'on pénalise ce type d'attitude. Mais ça ne servira à rien. On ne change pas la pensée des gens par la loi. La loi Gayssot n'a pas fait diminuer le nombre de négationnistes.

Denis Monod-Broca

@ Jean le Cauchois

Je n’ai en effet pas pris les bons chiffres, le solde migratoire ne concerne pas les migrants... J’aurais dû faire plus attention, quand il s’agit d’immigration la moindre erreur vous vaut les pires accusations.

L’aspect quantitatif en la matière est important évidemment mais il ne doit pas cacher l’essentiel : qui sommes-nous, quels sont nos principes, comment voulons-nous accueillir ceux qui viennent chez nous ?

N’y a-t-il pas « fraternité » dans notre devise ?

Se donner bonne conscience en prétendant « faire barrage » à une extrême droite trop anti-fraternelle tout en prônant la même politique anti-fraternelle qu’elle, me semble la pire hypocrisie.

Ne sommes-nous pas tous, à divers degrés, des descendants d’immigrés ? Par exemple, d’un côté ma généalogie remonte à Saint Louis mais d’un autre elle se perd au XVIIIe siècle dans une communauté juive du Palatinat. Parmi ces 350 000 immigrés annuels - 0,005 % de la population française - certains restent étrangers et doivent pouvoir vivre décemment, les autres acquièrent la nationalité française et, à la longue, deviennent des Français de souche comme vous et moi. Il faut vraiment que nous n’ayons que bien peu foi en nous-mêmes et en nos principes pour que ce sujet soit si polémique, si conflictuel, si explosif même...

Exilé

...la droite classique qui dans l'attente de son président - cela dure, dure... - ne fait rien, ne pense plus et demeure sans réaction.

Mais, après Alexis de Tocqueville, Frédéric Bastiat, Charles Maurras, Raymond Aron et bien d'autres, quels sont les gens catalogués « à droite » qui pensent réellement, en dehors de toute cuisine électorale à courte vue ?

La droite, la vraie, ce n'est pas seulement l'intelligence, c'est aussi la clairvoyance, la finesse et l'honnêteté intellectuelle, le tout guidé par l'amour de la France.

Ces gens de la fausse droite actuelle ne se contentent-ils pas de naviguer sur les dernières lubies à la mode - ne parlons même pas d'idées - en répétant comme des perroquets les fadaises débitées par leur téléviseur, par exemple que dire de madame Pécresse qui s'affiche à droite mais qui a cru indispensable d'enfourcher la haridelle du grotesque « féminicide » pour faire parler d'elle ?

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/feminicides-le-conseil-regional-d-ile-de-france-adopte-le-voeu-de-l-executif-20190919

Robert Marchenoir

@ Claude Luçon | 20 septembre 2019 à 00:42
"J'ai vécu dans ces pays-là, il n'y a qu'une chose à faire, aller les aider chez eux pour qu'ils y restent, il a parfaitement raison ! Ils ne demandent que cela et il serait temps que nos gouvernements cessent d'en parler et le fassent. Plus que des sous, que leurs dirigeants court-circuitent de toute façon, ce qu'ils veulent sont des professionnels européens ou autres pour les aider à construire leur pays. "

En somme, la France devrait se dévouer pour diriger les entreprises africaines à la place des Africains. On organiserait une espèce de service national de coopération obligatoire, où tous les étudiants montrant des capacités à devenir chef d'entreprise seraient envoyés au turbin en Afrique.

Les Noirs étant (c'est vous qui le dites) incapables de créer ou de diriger leurs propres entreprises, il faudrait que les Blancs le fassent à leur place.

Et bien sûr, les Africains l'accepteraient avec joie et reconnaissance. Pas une seule protestation ne s'élèverait au nom du néo-colonialisme. Les Noirs, qui sont si chatouilleux sur la question aujourd'hui, alors qu'ils sont indépendants et que (d'après vous) nous les laissons honteusement se débrouiller tout seuls, cesseraient de se plaindre du néo-colonialisme dès lors... qu'on les recoloniserait.

D'ailleurs, un pays de 67 millions d'habitants, qui a déjà du mal à créer et à diriger ses propres entreprises (d'où un chômage chronique et massif), va pouvoir fournir en PDG, ingénieurs et directeurs des ressources humaines un continent de 1,2 milliard d'habitants.

Et bien sûr, dans l'hypothèse où la France réussirait à fournir en cadres et dirigeants une partie significative de l'Afrique noire, cela ne favoriserait pas du tout la pompe aspirante de l'immigration... Notre expérience coloniale bien réelle en Algérie n'a rien, mais alors strictement rien à voir avec l'ampleur de l'immigration algérienne en France aujourd'hui.

Il est temps que je vous révèle un secret : votre expérience personnelle (en d'autres temps, sous d'autres circonstances) n'est nullement généralisable. La politique ne consiste pas à gonfler son parcours personnel à l'échelle de la planète.

Pour empêcher l'immigration, il suffit de fermer les frontières. C'est une question militaire, de sûreté nationale et de police, pas une question de coopération internationale.

Vous pouvez aussi lire "Le sanglot de l'homme blanc" de Pascal Bruckner (1983). Ou bien la chronique qu'il a donnée il y a quelques jours à Quilette (en anglais).

hameau dans les nuages

@ Achille | 20 septembre 2019 à 08:11
"Qui sur ce blog peut se prévaloir d’avoir une lignée remontant à Saint Louis ?"

Moi et bien au-delà... puisque je remonte sur quarante générations. Douze générations en ligne directe et le reste suite à un mariage avec une Tanquerey (Collibert... Guillaume de Constentin). Mon père étant originaire de la Manche (Coutances, Cérences...).

Mais le problème n'est pas là et vous le savez. Tout réside dans un savant équilibre afin d'éviter les guerres et les émeutes qui ont émaillé les changements brutaux de populations. Et c'est valable sur tous les continents.

Maintenant nous avons des apprentis sorciers qui ne savent rien de leur histoire, s'étant privés volontairement de leurs racines. Ce sont eux qui à chaque fois veulent fabriquer de nouveaux déracinés comme pour justifier leur analyse d'une fuite du passé.

Exilé

Pour ceux qui font une fixette sur l’immigration, je rappellerai cette petite phrase de François Mitterrand
Concernant ma région, la Lorraine et plus particulièrement la Moselle, beaucoup de noms sont de consonance étrangère : italiens, polonais en particulier, juifs en provenance d’Allemagne également.

Cher Achille, veuillez avoir la bonté de ne pas vous moquer du monde en jouant sur les mots.
Vous savez très bien que ce n'est pas cette immigration-là qui pose problème.

sylvain

Le LOL du jour :

"Si notre civilisation a quelque chose d’exceptionnel, c’est bien dans sa capacité à prendre en considération l’autre, les autres, à égalité avec les siens. C’est cela notre première « richesse », richesse dont nous sommes, comme vous dites, simples dépositaires, et qu’il ne faut pas laisser perdre."
Rédigé par : Denis Monod-Broca | 20 septembre 2019 à 11:41

Ah oui quand même ! Y en a qui ont essayé, ils ont eu des problèmes.

Vous faites dans le troll provoc Elusen ? Bien joué !

Claude Luçon

@ Denis Monod-Broca | 20 septembre 2019 à 11:41

Mais c'est précisément de l'immigration dont je parlais en suggérant, comme boureau, que le meilleur moyen de la contrôler est de la réduire au départ, mais de façon intelligente.

J'ai déjà mentionné ici l'organisation AGIRabcd, dont je suis membre, qui s'emploie précisément à cela, cherche des retraités volontaires pour éduquer les migrants déjà en France et d'autres pour aller assurer des postes de conseillers en Afrique dans tous les domaines.
Sans attendre que nos gouvernements se décident enfin à affronter le problème nous pouvons nous, citoyens français, faire notre petite part.
Là je suis d'accord avec vous.

Je pense que nous respectons nos principes en France comme en Afrique, depuis 1960 au moins.
Mais nos principes ne couvrent pas l'immigration économique, seulement l'immigration politique.
Le problème de l'intégration que nous connaissons vient du fait qu'au fond d'eux-mêmes ces immigrés préfèreraient rester chez eux.

Inconditionnel de l'Evolution, je suis convaincu que Mère Nature ajuste nos gènes à notre environnement avec le passage des générations. Valls en est la preuve, il se voulait Français mais a montré qu'il possède un gène espagnol dans son ADN.
Autrefois, aux temps pré-ADN, on appelait cela le "mal du pays".

Quant à la misère, sachez que des fonds qu'y consacre l'ONU, seulement 10 à 20 % servent à nourrir les affamés. Le reste engraisse des fonctionnaires de toutes nationalités qui passent leur temps en jobs dorés soit à New York soit dans les pays africains et asiatiques en s'invitant réciproquement à des soirées-cocktails-dîners où, sans aucun doute, ils discutent, caviar ou saumon fumé sur canapés dans une main, cocktail dans l'autre, de la misère du monde.
J'ai vu cela au Nigeria.

Lucile

@ Jean | 19 septembre 2019 à 19:41

Après la représentation de L'enlèvement au Sérail, l'empereur Joseph II a décrété : « Une musique formidable mon cher Mozart, mais il y a cependant quelque chose... Il y a je pense trop de notes dans cette partition ! ». Mozart répondit : "Mais quelles notes voulez-vous donc que j'enlève ?".

breizmabro

@ yves albert 20 septembre 2019 à 14:19

Moi pas comprendre vot' commentaire, moi Bretonne, moi mot d'excuse.

Philippe Dubois

@ Achille | 20 septembre 2019 à 08:11

Je vous ferai la même remarque qu'à Denis Monod-Broca.

Il arrive un moment où la mauvaise foi conjuguée à la sottise deviennent pénible.

Comment osez-vous comparer une immigration venant de pays qui partagent la même civilisation et les mêmes valeurs que le nôtre avec une immigration venant de pays extra-européens de culture et de religion totalement différentes, si ce n'est hostiles !

Je vous rappelle que plus de la moitié des Italiens venus entre la fin du XIXe siècle et les années 30 sont repartis, soit chez eux, soit dans d'autres pays. La proportion est du même ordre pour les Polonais.

Par ailleurs, ceux qui sont restés, Italiens, Polonais Espagnols, Portugais ou autres ont fait l'effort de s'assimiler.

Non seulement nos nouveaux arrivants ne veulent même pas faire le moindre effort d'une simple intégration mais ils demandent aux autochtones de s'adapter à leurs moeurs, parfois de façon violente.

abraracourci

@ Denis Monod-Broca | 20 septembre 2019 à 11:41

Vous êtes excessivement généreux, plus généreux que nous ne le sommes. Sachez que ces pays d'Afrique ne veulent pas des blancs, il n'y a pas de comité d'accueil comme chez nous, pas d'allocs, pas de logements gratuits, pas de travail sauf pour des cadres de multinationales et encore (les touristes sont acceptés avec un visa et passeport + vaccinations diverses) et puis il y existe d'importantes communautés de marchands libanais et syriens qui profitent ! Très peu de blancs vivaient en Afrique noire avant la décolonisation de territoires épars peuplés par des ethnies diverses et variées vivant pour la plupart à l'état préhistorique. Nous avons construit des routes, des ponts, des écoles, des hôpitaux, des lycées, des villes, nous leur avons donné l'écriture qu'ils ne possédaient pas comme le reste.

Que vous faut-il de plus ? L'invasion totale qui réduira à néant une civilisation de mille années ?

Prenez en charge vous-même dans votre maison un déshérité et après cela vous pourrez donner votre avis ! Et arrêtez de prendre l'apéro devant votre télé, vous en tirez de mauvais conseils. Vous pouvez aussi vous engager gratuitement dans une ONG et aller vivre avec vos protégés dans la jungle et donnez-leur aussi vos biens propres et votre femme (à moins que vous n'en ayez pas).

Il y a trop de fous en Macronie !

yves albert

@ Denis Monod-Broca | 19 septembre 2019 à 17:17

Vous êtes complétement déphasé. Je vous donne un conseil, allez vivre seulement quinze jours en pleine brousse. Puis invitez une famille à venir vivre chez vous pendant un mois tous frais payés. Ridicule !

Denis Monod-Broca

@ Claude Luçon

Notre politique en Afrique est un sujet fort intéressant. Vous avez raison. Là aussi nous pourrions et devrions faire beaucoup mieux, en commençant par le respect de nos principes.
Mais le sujet du billet est autre, il est l’immigration.

----------------------------------------------------

@ Philippe Dubois
« Si possible en poursuivant leur oeuvre multiséculaire qui a conduit à l'émergence d'une civilisation exceptionnelle, j'ai nommé la civilisation européenne. »

Si notre civilisation a quelque chose d’exceptionnel, c’est bien dans sa capacité à prendre en considération l’autre, les autres, à égalité avec les siens. C’est cela notre première « richesse », richesse dont nous sommes, comme vous dites, simples dépositaires, et qu’il ne faut pas laisser perdre.

Jean le Cauchois

@ Denis Monod-Broca à 00.08
"...d'après Wikipédia, le solde migratoire en France était de 58 000 personnes en 2018, pas de 350 000"

Je ne connais pas votre niveau de connaissances, d'intelligence (de compréhension de ce que vous apprenez), aussi je me permets de vous dire que le solde migratoire que vous citez, pour l'avoir lu sur Wikipédia, est celui estimé par l'INSEE et n'est pas le solde des migrants de toutes provenances mais le solde des citoyens français émigrés ou immigrés sur l'ensemble des territoires composant la France (à l'exception de Mayotte). Dans les émigrés, vous pouvez compter ma petite-fille et son mari, ne résidant plus en France mais à l'étranger, ainsi que tous les Français partis résider à l'étranger et parmi les immigrés, vous pouvez compter tous les nouveaux Français nouvellement naturalisés ou de retour sur le territoire national. Un étranger entré légalement en France pour y espérer le droit d'asile n'entre pas dans les estimations de l'INSEE et encore moins un étranger entré illégalement. Faites-moi la politesse de me dire que vous prenez en compte cette information, ou que vous en contester tout ou partie du contenu.

yves albert

@ breizmabro | 19 septembre 2019 à 21:49

J'ai l'impression que vous ne savez plus lire, ou ne plus comprendre ce qui se dit. Continuez vos sottises de galettes et de homards et laissez les autres s'exprimer sans vouloir y mettre votre grain de sel.

Exilé

Fallait-il attendre 2019 pour prendre toute la mesure du droit d'asile dévoyé (...)

Il faut comprendre que par exemple les gens qui se font passer pour des « humanitaires » en permettant aux candidats à l'immigration de traverser la Méditerranée, en allant les embarquer à quelques encablures de leur point de départ, ne font en fait que jouer sur les bons sentiments des Européens qu'ils trompent en leur faisant croire qu'ils « secourent » des « naufragés ».

Les vrais marins, sachant ce qu'est la solidarité des gens de mer et n'ayant pas attendu qu'on leur donne des leçons pour la mettre en pratique, ne se laissent pas abuser par cette mise en scène :

https://www.bvoltaire.fr/je-suis-marin-et-je-laffirme-les-migrants-ne-sont-pas-des-naufrages/

Nous sommes donc encore face à un exemple de manipulation de l'opinion par la torsion du sens des mots, avec la complicité il faut bien le dire des médias qui, par manque de rigueur ou par complicité idéologique avec des milieux aux intentions troubles, nous trompent.

sbriglia

« Votre style d'écriture est pénible et verbeux. Il y a trop d'adjectifs, de compléments, de circonvolutions inutiles qui, au lieu d'aider à préciser votre pensée, obligent le lecteur à revenir en arrière pour seulement pouvoir suivre le cheminement simple de votre pensée… »
Rédigé par : Jean | 19 septembre 2019 à 19:41

Vous n’avez pas tout à fait tort, Jean…

Il faut parfois s’accrocher au bastingage tant la phrase est chaloupée…

Curieux pour un fervent de Chardonne « le plus excentrique des classiques pour qui l’art n’est pas d’aligner des mots mais d’en enlever… »

« Je finirai par n’écrire que des télégrammes » disait-il à Morand.

On en est loin chez PB…

On peste, on s’énerve, on s’exclame, on proustiphobe, on marcellise mais on y revient toujours, comme une valse qui nous donne une ivresse passagère.

La drogue ineffable des phrases se pliant aux sinuosités d’une pensée…

Philippe Dubois

@ Denis Monod-Broca | 20 septembre 2019 à 00:08
"Petite précision : d’après Wikipédia le solde migratoire en France était de 58 000 personnes en 2018, pas de 350 000 personnes."

D'après le ministère de l'Intérieur (cité par Maxime Tandonnet)
- 255 550 titres de séjour accordés aux primo-arrivants en 2018
- 122 743 demandeurs d'asile toujours en 2018
- et on ajoute les clandestins

Mais effectivement, vous retranchez de cet afflux souvent composé de bac-12 issus du tiers monde
- les bac+5 ou bac+8 qui s'expatrient pour trouver ailleurs un endroit propice pour faire fructifier leurs talents
- les retraités de plus en plus nombreux qui finissent leurs jours au soleil (Portugal)

Il y a des moments où la mauvaise foi conjuguée à la sottise devient pénible.

boureau

@ Denis Monod-Broca 20 septembre 2019 00:08
"Selon Wikipédia, le solde migratoire en France pour 2018 était de 58 000"

Vous avez beaucoup à apprendre sur la compréhension du monde. C'est pourquoi je parlais de débilité et d'infantilisme.

Le solde migratoire est la résultante de la soustraction des Français qui partent à l'étranger et des étudiants étrangers qui repartent chez eux (peu) et des migrants qui entrent en France (regroupement familial, migration traditionnelle, droits d'asile, mineurs isolés, sans papiers etc.)

Donc rien à voir avec les chiffres de l'immigration Denis Monod-Broca ! Réfléchissez !

Le ministère de l'Intérieur publie d'ailleurs régulièrement les différents chiffres qui n'étaient évidemment pas, jusqu'à une date récente repris par les médias.

Donc, le chiffre médian d’immigrés qui restent en France est bien compris entre 350 000 et 400 000 chaque année et ce depuis plusieurs années.

Ne restez pas dans l'artificiel. Creusez Monod-Broca, creusez. Ça aide à comprendre le monde dans lequel nous vivons. Sinon on se la ferme pour éviter de dire des bêtises.

Cordialement.

Achille

Pour ceux qui font une fixette sur l’immigration, je rappellerai cette petite phrase de François Mitterrand

Concernant ma région, la Lorraine et plus particulièrement la Moselle, beaucoup de noms sont de consonance étrangère : italiens, polonais en particulier, juifs en provenance d’Allemagne également.
Qui sur ce blog peut se prévaloir d’avoir une lignée remontant à Saint Louis ?

Claude Luçon

@ Denis Monod-Broca | 19 septembre 2019 à 17:17
"Devons-nous, comme le préconisent les extrêmes droites, les droites, d’autres encore et maintenant Macron himself, tout faire pour nous protéger de l’arrivée chez nous des pauvres du monde désireux de profiter de notre richesse et de notre mode de vie, ou devons-nous, fidèles à nos principes, choisir de les accueillir et de partager ?"

Vous devriez écrire cela aux Gilets jaunes et aux 70 % de Français qui les approuvaient en novembre 2018 et qui, tous, réclamaient une augmentation de leur pouvoir d'achat, qu'ils ne semblaient guère disposer à partager avec les immigrants !

Comme boureau j'ai vécu dans ces pays-là, il n'y a qu'une chose à faire, aller les aider chez eux pour qu'ils y restent, il a parfaitement raison ! Ils ne demandent que cela et il serait temps que nos gouvernements cessent d'en parler et le fassent. Plus que des sous, que leurs dirigeants court-circuitent de toute façon, ce qu'ils veulent sont des professionnels européens ou autres pour les aider à construire leur pays.
J'ai personnellement obtenu une meilleure productivité de Bantous en 1956 et de Nigérians en 1986, que des Anglais en 1966. Pour deux seules raisons : en leur payant régulièrement un salaire décent et en organisant une protection médicale pour eux et leurs familles. Simple logique de technicien ! Les entreprises efficaces sont celles qui n'oublient pas que leurs employés sont des humains et que leur efficacité est fonction de leur tranquilité d'esprit !
Et je suis loin d'être un saint !

Denis Monod-Broca

@ boureau

Débile ? Infantile ? Si vous le dites...

Petite précision : d’après Wikipédia le solde migratoire en France était de 58 000 personnes en 2018, pas de 350 000 personnes.

Il y a certainement des pays qui font moins bien que la France en matière d’accueil des étrangers, est-ce suffisant ?

 hameau dans les nuages

@ boureau | 19 septembre 2019 à 20:26
"Savez-vous que nous avons 9 millions de personnes qui vivent en dessous du seuil de pauvreté ? Que faites-vous de ceux qui habitent sur votre palier ?
Seriez-vous de cette gauche généreuse (avec l'argent des autres) envers les pauvres du bout du monde et insensibles à leur voisin de palier ?"

Cela ne date pas de maintenant. Les conseilleurs ne sont jamais les payeurs.

https://lupus1.files.wordpress.com/2019/08/ectv3_qxyaanjrc.jpg?fbclid=IwAR2kzTkYRCOyCP-KV6NQRA9UEoRRTb-khdqhddxJ4w5GXv7Qk58kJLR60wk

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS