« Après Balkany, avant Mélenchon... | Accueil | Je suis insoumis donc je suis ! »

19 septembre 2019

Commentaires

aboule

@ Giuseppe | 25 septembre 2019 à 21:21

J'ai choisi ce pseudo comme déversoir pour les c*ns et ça marche.

Denis Monod-Broca

@ Robert Marchenoir
« Pouvez-vous nous indiquer à quel moment, à quel endroit, dans l'histoire, la violence individuelle (criminalité) ou collective (invasion) a été éradiquée par autre chose que la force ? »

Mais oui, avec plaisir, de tels exemples existent, même si bien souvent la violence règne en effet en maître, même si ces exemples ne sont pas assez nombreux :

- criminalité individuelle : dans un État institué tel que la France, on ne se venge pas, au moins la plupart du temps, au lieu de ça on fait appel à la Justice. Le droit y a supplanté la force.
- criminalité collective : c’est par la non-violence que Gandhi a obtenu le départ de la Grande-Bretagne.

Ces deux contre-exemples suffisent à invalider votre conviction.

Encore un mot, sur ce sujet en effet essentiel, ou plutôt encore un exemple, à la fois individuel et collectif : la non-violence de Jésus ne l’a pas sauvé de la violence mais le moins qu’on puisse dire est que cet échec a eu, comment dire, un certain retentissement, et qu’il semble difficile de donner tort au non-violent...

Et encore un post-scriptum : la violence gagne des batailles contre la violence, c’est vrai, mais au fond elle est toujours forcément perdante, puisqu’elle a gagné, justement et sort donc encore renforcée de cette victoire/défaite. Ce n’est pas là construction intellectuelle vaine et vide. C’est la description d’un phénomène humain, l’engrenage de la violence réciproque, observable par tout un chacun. Exemple : le IIIe Reich allemand devait dominer le monde pour mille ans, il a été battu par plus fort que lui, les USA (bien aidés par l’URSS) et c’est maintenant l’empire américain qui domine le monde et qui voudrait que ce soit pour toujours. Pour nous petits Français cet empire-ci vaut mille fois mieux que cet empire-là, mais qu’en pensent ceux qui vivent sous les bombes, missiles, drones, etc. américains (et parfois français) ?

Giuseppe

@ (m)aboule | 25 septembre 2019 à 09:26

Je n'ai pas pu résister... Allez avouez... Au CH Gérard Marchant qu'est-ce que vous avez pu les surprendre ! Un vrai comique ! Je vous l'ai déjà dit, trop intelligent pour moi, et trop... pour aller voir ailleurs.

C'est ça petit, les chaussures c'est pas au bout des mains que cela se met, c'est au bout des pieds, bien petit...

Giuseppe

@ Achille | 25 septembre 2019 à 06:58

"Elle est des nôôôtres elle a fait son Paquito comme les autres !..."
Rien que pour ça Nadine aura droit à une tournée générale offerte par Loulou qui lui expliquera aussi la "moga" de notre jeunesse.

Bonne journée Achille, pour vous l'examen de passage est réussi en tant que sélectionneur parmi les 67 millions que nous sommes, je me mets dedans aussi.

aboule

@ Achille | 24 septembre 2019 à 20:55

Votre souche à vous est connu ici de tous, elle est pourrie en pleine décomposition.

Ne m'approchez pas, je suis sacré.

Consolez-vous avec Giuseppe vous formez bien la paire et jésus Aliocha vous tend les bras pour vous éduquer.

Aliocha

La vendetta contre Marchenoir, pauvre minet, il y en a qui ont de la culture!
Lui à qui il a été prouvé qu'il suffirait de respecter les lois pour se protéger et qui ne cesse de transgresser ce qui est notre seule protection :

Rédigé par : Aliocha | 10 juillet 2019 à 08:42

Alors, bien sûr, invectives et humiliations sont les derniers ressorts pour ne pas reconnaître sa propre imposture, dont la preuve la moins éclatante n'est pas que le bourreau tout à coup nous joue les victimes, et continue à polluer de son racisme incontrôlé la lucidité nécessaire à notre protection, n'ayant plus aucune immunité contre les infections de la division car divisé lui-même par ses contradictions, se livrant alors aux pires complicités qui signent la victoire du malin, celui dont la ruse se déchaîne d'autant plus qu'il sait être démasqué.
La patience et la foi des simples est la seule réponse possible, poursuivant l'effort qui transmet sa force à la roue, pour mieux accéder aux sommets dégagés où l'on peut contempler l'étendue vierge des potentialités offertes à l'humain, et qu'il est libre ou non d'y vouloir accéder.

Achille

@ Giuseppe | 24 septembre 2019 à 22:15
« ...ils leur ont importé le "paquito", spécialité française bien connue «

A mon avis ce sont les All Blacks qui vont (encore) remporter la coupe. Ils semblent intouchables cette année. Mais si les Bleus jouent aussi bien que lors de la première mi-temps contre les Argentins, tout est possible. Le problème est qu’il y a deux mi-temps…

Concernant le paquito , Nadine Morano le pratique, elle aussi, dans certaines occasions.
Je me demande si, en cas de victoire des Bleus, elle portera des crocs roses ainsi, que l’avait fait Roselyne Bachelot en son temps...

Mary Preud'homme

@ duvent | 24 septembre 2019 à 17:12

Force est de reconnaître que vous avez un humour ravageur !
Ce qui venant d'une femme est d'autant plus insupportable pour certains hommes qui en sont la cible... Alors qu'ils l'ont bien cherché en tenant des raisonnements tirés par les cheveux, voire totalement incohérents.

Giuseppe

@ Achille | 24 septembre 2019 à 20:55

Bon, le plus important reste à venir, sortir des poules de cette satané Coupe du monde de rugby, mon voisin est inquiet, il n'est pas très confiant.
Ceci dit il paraît que des supporters quelque peu potaches ont perturbé la douceur lisse des métros japonais, il leur ont importé le "paquito", spécialité française bien connue :

https://www.lerugbynistere.fr/news/coupe-du-monde-les-supporters-francais-mettent-le-feu-dans-le-metro-avec-un-paquito-2209191638.php

On aperçoit même un Japonais se prêter à cet exercice bon enfant loin des débordements pourris du foot.

duvent

@ Valéry | 24 septembre 2019 à 21:17
« Mon avis personnel, puisque vous le demandez, c'est que les ignorants, soit ils se renseignent, soit ils la ferment. Je n'ai fait que rappeler des évidences - sur un ton poli et aucunement désireux de partager votre vendetta ridicule contre Marchenoir.
Que devant ces évidences, au lieu de calmer le jeu, vous préfériez réagir avec arrogance et moquerie puis continuer dans votre fiction, moi aussi je m'en tamponne vous savez quoi. »
____________________

Oui, je vous demandais votre avis personnel, et donc vous me faites savoir très poliment : "les ignorants, soit ils se renseignent, soit ils la ferment."
Ce n'est pas bête du tout ça ! Et c'est vous qui décrétez qui est ignorant et a besoin de vos lumières ?
Je ne retiendrai qu'une chose intéressante et possible c'est que vous avez quelque chose à vous tamponner, ceci est excellent !

-----------------------------------------

@ aboule | 24 septembre 2019 à 20:22
« A propos de train vous devriez lire "Les vagabonds du rail" de Jack London et cesser de vouloir mordre Marchenoir d'autant que vous semblez avoir la rage. »

Je l'ai déjà lu !
Permettez une remarque, il me paraît très difficile si je suis enragée de « cesser de vouloir mordre » ! In puteo cum canibus pugnare. (Erasme- Adages)

-----------------------------------------

@ Robert Marchenoir | 24 septembre 2019 à 21:46 (@ Valéry)
"Duvent écrit probablement à partir de l'établissement de soins psychiatriques réservé, par l'Education nationale, aux profs qui ont pété les plombs.
Apparemment, on leur laisse l'accès à Internet dans un but de réinsertion. Je ne suis pas sûr que ce soit une bonne idée..."

Vous devriez vous en tenir à votre spécialité qui n'est pas l'esprit, hélas, hélas, hélas !
Apparemment vous ne le savez pas...

Robert Marchenoir

@ Valéry | 24 septembre 2019 à 18:58

Duvent écrit probablement à partir de l'établissement de soins psychiatriques réservé, par l'Education nationale, aux profs qui ont pété les plombs.

Aparemment, on leur laisse l'accès à Internet dans un but de réinsertion. Je ne suis pas sûr que ce soit une bonne idée...

Valéry

@ duvent

Mon avis personnel, puisque vous le demandez, c'est que les ignorants, soit ils se renseignent, soit ils la ferment. Je n'ai fait que rappeler des évidences - sur un ton poli et aucunement désireux de partager votre vendetta ridicule contre Marchenoir.

Que devant ces évidences, au lieu de calmer le jeu, vous préfériez réagir avec arrogance et moquerie puis continuer dans votre fiction, moi aussi je m'en tamponne vous savez quoi.

Achille

@ Giuseppe | 23 septembre 2019 à 14:26

C’est vrai que, contrairement à Charoulet, nous ne connaissons rien de la vie de Marchenoir dans le monde réel : son âge, sa profession, son état civil (je doute qu’il soit marié), sa nationalité (je pense qu’il doit être Américain sinon de souche, du moins par un de ses parents). Quelque chose me dit aussi que c’est un Blanc. Seul paramètre vraiment identifiable si l’on se réfère à sa théorie sur les QI des Noirs et des latinos. :)

aboule

@ duvent | 24 septembre 2019 à 17:12

A propos de train vous devriez lire "Les vagabonds du rail" de Jack London et cesser de vouloir mordre Marchenoir d'autant que vous semblez avoir la rage.

duvent

@ Valéry | 24 septembre 2019 à 18:58

Dans un premier temps il faut que je vous avoue que je me tamponne mollement le coquillard de ce qui vous met « mal à l'aise. »

Oui, c'est ainsi ! Et je dois ajouter que votre explication qui n'en n'est pas une, est aussi lamentable que celle de ces ignobles individus perdus de vices, dont vous supposez que je dois regarder leurs cahiers et manifestes comme suffisants.

Dès lors, je vous invite si vous avez un avis personnel à l'exposer plutôt que de m'expliquer le Marchenoir, car je suis excessivement sourcilleuse, et c'est la raison principale qui fait que je n'accorde à votre intervention qu'infiniment peu d'intérêt, comme il se doit.

Ainsi, et comme il y a eu un premier temps, il doit y avoir un deuxième temps, qui me permet de vous interroger sur la validité d'une théorie fumeuse, que vous vous faites un devoir de défendre ?

Seriez-vous vous-même atteint de cette même insanité ?

En effet, je ne saisis pas le fond de votre pensée fugace et superficielle qui vient soutenir avec une fourberie consommée que certains (dont je fais partie, je l'espère...) : « étiquettent à l'avance toute personne étant d'accord avec Marchenoir comme "chien de garde qui aboule pour défendre". »

Il existe une différence, entre être de l'avis de... et dénigrer celui qui n'est pas de l'avis de... que vous n'avez pas remarquée, sans doute votre amour vous aveugle-t-il ?

Ce manque de discernement conduit « aboule » le drôlement nommé, à écrire qu'un commentateur ne peut pas saisir toute l'intelligence et la culture de l’innommable Marchenoir, or vous remarquerez que moi-même, je ne dis pas de vous que vous ne pouvez pas comprendre toute l'amplitude de ma pensée puissante et unique.

Et pourquoi donc, je ne le dis pas ?? Mais parce que je m'en tamponne mollement le coquillard ! Pour vous servir !

Valéry

@ duvent (@ Robert Marchenoir)
"Auriez-vous l'extrême amabilité de développer ce raisonnement si extraordinairement percutant d’imbécillité ?"

Il n'y a pas de raisonnement, Marchenoir vous rappelle ce que les deux terroristes ont donné comme raison de leur geste. Ils ont laissé derrière eux des tonnes de cahiers, des manifestes remplis d'explications et de justifications. A noter l'ironie quand Denis Monod-Broca s'emmêle les pattes en caractérisant Breivik comme "suprémaciste blanc" alors que celui-ci n'a tué que des blancs.

Je suis également mal à l'aise avec cette susceptibilité mal placée qui étiquette à l'avance toute personne étant d'accord avec Marchenoir comme "chien de garde qui aboule pour défendre". Si tel est le cas, les hyènes se précipitant en meute à l'odeur du sang font comment ?

hameau dans les nuages

@ Denis Monod-Broca | 24 septembre 2019 à 09:20

C'est bizarre votre truc. Ainsi donc la préférence nationale ne marche que dans un sens. Quand on se fait botter les fesses en nous priant de rejoindre nos pénates, c'est bien. Et quand nous appliquons celle-ci vis-à-vis de nos anciens colonisés venant nous apprendre ici à vivre à leur sauce, c'est mal ?

Ah mais il y a des vedettes ! :)

duvent

@ Robert Marchenoir | 23 septembre 2019 à 18:32 @ Denis Monod-Broca | 22 septembre 2019 à 21:03

« Évidemment que Breivik est norvégien, et le terroriste de Christchurch blanc ! C'est bien la question ! L'un et l'autre ont commis leur massacre pour protester contre l'immigration de masse qui noie leurs pays respectifs. »

Il existe donc des évidences qui doivent convaincre, et celle-ci, Marchenoir, est du plus bel effet, vifs compliments !

Auriez-vous l'extrême amabilité de développer ce raisonnement si extraordinairement percutant d’imbécillité ?

Je précise, avant que votre chien de garde « aboule », ne se précipite pour vous défendre, que cette question est purement rhétorique...

Il va de soi que votre Tchèque de derrière les fagots est un signe que le brave soldat Chvéïk a dessaoulé, et cela est une excellente nouvelle.

Une autre nouvelle qui ne doit pas être négligée, est que tous les hommes sont racistes et il faut urgemment résoudre ce problème ! Posons-le :

Problème :
1) il est notable que le racisme est la chose la mieux partagée,
2) que l'histoire se répète,
3) que la terre est vaste mais pas assez,
4) qu'au train où vont les choses la catastrophe peut être évitée,
5) que ce train n'est pas l'Orient-Express, ni la micheline,
6) qu'il a quitté l'Ouest vers midi.

Question 1 : A quel moment le train de Marchenoir doit-il croiser celui de la raison ?
Question 2 : Sachant que son train ralentit dès que la côte est rude, mais qu'il rattrape son retard lorsqu'il sort des rails, passera-t-il devant chez moi ?
Question 3 : le chef de gare a-t-il retrouvé sa femme ?

Dites donc, Marchenoir, vous avez révélé une raison incomparable, qui explique les massacres commis par ces deux individus, ne trouvez-vous pas que vous devriez vous repentir de tenir des propos d'une telle insanité ?

Pendant ce temps je vais me chercher un sujet de protestation, qui expliquera aisément quelques actions que je garde obscurément, car dans l'obscurité les ombres disparaissent !

Robert Marchenoir

@ Denis Monod-Broca | 24 septembre 2019 à 09:20
"En somme selon vous la violence des suprématistes blancs est une réponse à la violence qu’est l’immigration."

Pas selon moi : selon l'évidence qui se voit comme le nez au milieu de la figure. Et selon les auteurs des attentats eux-mêmes, au passage. Ils se sont amplement expliqués dans de longs manifestes. Le tireur de Christchurch a même expliqué son geste par... l'échec de Marine le Pen aux dernières élections présidentielles. Et par la mort d'un enfant lors d'un attentat de l'Etat islamique en Suède.

Au passage, ce ne sont pas des "suprématistes blancs", habituelle calomnie communiste. Vouloir vivre en paix dans son propre pays sans être envahi n'est pas être "suprématiste". C'est revendiquer le droit le plus strict de tout être humain.

"Et en effet une violence répond toujours à une autre violence."

Non. Pas toujours, et de loin. Les Français de souche font preuve, pour l'instant, d'une remarquable retenue face à la violence incessante dont ils sont victimes de la part des immigrés. S'ils "répondaient à la violence par la violence", le pays serait à feu et à sang. Mais il n'est pas dit que cette retenue tienne toujours.

"Mais alors il ne faut pas oublier les innombrables et multiformes violences qui sont de notre fait et qui sont à l’origine de l’émigration, fuite beaucoup plus que violence."

Ah, nous y voilà. Le fameux "whataboutisme" communiste et poutinien.

Eh bien, supposons. Admettons que nous exercions "d'innombrables et multiformes violences" sur les pauvres Algériens, Maliens, Erythréens, Afghans, Iraniens, Irakiens, Comoriens, Tchétchènes, Turcs et autres. Et qu'en représailles, ils viennent chez nous "égorger nos fils, nos compagnes" (ce qui, du coup, est exact pour la deuxième partie de cette assertion). Que devrions-nous faire ?

Les repousser par une force infiniment supérieure et si nécessaire mortelle, est évidemment la réponse.

Vous vous vantiez tantôt de lointaines origines juives. Que croyez-vous que font les Israéliens, lorsqu'ils sont confrontés aux "innombrables et multiformes violences" des soi-disant Palestiniens ?

Bien évidemment, ces fameuses "innombrables et multiformes violences qui sont de notre fait et qui sont à l’origine de l’émigration" sont purement imaginaires. Elles sont tellement imaginaires que vous ne vous donnez même pas la peine de produire le moindre fait à l'appui de votre assertion ridicule.

L'esclavage est terminé depuis deux siècles (et c'étaient les Africains qui se réduisaient eux-mêmes en esclavage : Noirs contre Noirs, et Arabes contre Noirs). La colonisation est terminée depuis un peu moins d'un siècle, et elle apporté infiniment plus de bienfaits que de méfaits aux Africains. Les plus lucides d'entre eux le reconnaissent, d'ailleurs. Certains réclament même le retour du colonisateur français !

Je ne comprends rien à vos salades. Si, comme vous le prétendez, "les innombrables et multiformes violences" étaient "de notre fait" et étaient "à l’origine de l’émigration", alors pourquoi tous ces braves gens fuient-ils leur pays pour se rendre au quartier général de ces abominables tortionnaires de Français, racistes et ultra-violents ? Ils sont c..., ou quoi ?

La réponse est oui, bien entendu, mais c'est une raison de plus pour les mettre dehors à coups de pied dans le derche -- et plus si nécessaire.

Pouvez-vous nous indiquer à quel moment, à quel endroit, dans l'histoire, la violence individuelle (criminalité) ou collective (invasion) a été éradiquée par autre chose que la force ?

Les peuples européens endormis par une trop longue paix ont oublié les lois éternelles de la guerre.

Giuseppe

@ aboule | 23 septembre 2019 à 20:38

Vous êtes trop intelligent pour moi, vos certitudes, votre jugement aigu, votre vision, enfin tout… Euh… En fait je ne vous lis pas, un peu pour le commentaire adressé qui me posait question.

J'aime les épéistes il se reconnaîtra, les cultivés qui m'apprennent et me surprennent, elle se reconnaîtra, ceux qui racontent des histoires il se reconnaîtra sans doute aussi, j'aime la vie surtout, Achille parce qu'il fait des efforts pour comprendre le monde des gentlemen du rugby, bien qu'il se fasse égratigner de temps à autre, les Basques bondissants y compris les Bretons quand ils ne sont pas sectaires… En fait tout, y compris Bob, même si parfois il peut être détestable, mais ce n'est jamais que mon référentiel.

En fait je ne sais même pas pourquoi je vous réponds, entre deux, cela m'occupe quelques secondes, laissez-moi tranquille dans mon coin je ne vous mérite pas, je vous l'ai dit vous êtes trop intelligent pour moi.

Il avait dit, en ma présence nous étions ensemble, qu'il "était trop fort pour lui", ingénieur ESTP brillant, au patron d'un des plus influents bureaux d'étude et… ceci est une autre histoire.
"Comprenez-moi à demi-mot" nous avait aussi lancé aussi un patron de Major et… ceci est aussi une autre histoire.

Denis Monod-Broca

@ Robert Marchenoir

Entre « sur-criminalité des étrangers » et « massacres », votre propos:
« En revanche, c'est vous qui devrez partager la responsabilité des meurtres dus à la sur-criminalité des immigrés, si vous vous opposez à cette fermeture.
C'est vous qui devrez partager la responsabilité de massacres type Breivik ou Christchurch, si, comme si c'est hélas prévisible, votre politique migratoire irénique les provoque sur notre sol », prêtait à confusion. Je l’ai mal compris

En somme selon vous la violence des suprémacistes blancs est une réponse à la violence qu’est l’immigration. Et en effet une violence répond toujours à une autre violence. Mais alors il ne faut pas oublier les innombrables et multiformes violences qui sont de notre fait et qui sont à l’origine de l’émigration, fuite beaucoup plus que violence.

Aliocha

@ aboule

La rivalité est humaine, aboule ta fraise, et la sagesse, selon vous est au placard des demi-fous.
Ouvrez donc la porte de ce qui vous semble fermé, et vous verrez alors l'étendue des possibles hors du jugement des soi-disant sages qui sont déjà remplacés, car c'est la sagesse du monde qui est frappée de folie, celle qui discrimine comme vous le faites, incapable de répondre à l'invitation de ce qui nous domine infiniment.

Aveugle, infirme et sourd qui ne mérite que compassion et qui, enseveli sous les ruines de sa vanité, prend pour sagesse son refus de la vie, et choisit sans conscience sa propre destruction :

"Car le Christ ne m’a pas envoyé baptiser, mais annoncer l’Évangile, et cela sans la sagesse du langage, pour que ne soit pas réduite à néant la croix du Christ.
18 Le langage de la croix, en effet, est folie pour ceux qui se perdent, mais pour ceux qui se sauvent, pour nous, il est puissance de Dieu.
19 Car il est écrit : Je détruirai la sagesse des sages, et l’intelligence des intelligents je la rejetterai.
20 Où est-il, le sage ? Où est-il, l’homme cultivé ? Où est-il, le raisonneur de ce siècle ? Dieu n’a-t-il pas frappé de folie la sagesse du monde ?
21 Puisqu’en effet le monde, par le moyen de la sagesse, n’a pas reconnu Dieu dans la sagesse de Dieu, c’est par la folie du message qu’il a plu à Dieu de sauver les croyants.
22 Alors que les Juifs demandent des signes et que les Grecs sont en quête de sagesse,
23 nous proclamons, nous, un Christ crucifié, scandale pour les Juifs et folie pour les païens,
24 mais pour ceux qui sont appelés, Juifs et Grecs, c’est le Christ, puissance de Dieu et sagesse de Dieu.
25 Car ce qui est folie de Dieu est plus sage que les hommes, et ce qui est faiblesse de Dieu est plus fort que les hommes.
26 Aussi bien, frères, considérez votre appel : il n’y a pas beaucoup de sages selon la chair, pas beaucoup de puissants, pas beaucoup de gens bien nés.
27 Mais ce qu’il y a de fou dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi pour confondre les sages ; ce qu’il y a de faible dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi pour confondre ce qui est fort ;
28 ce qui dans le monde est sans naissance et ce que l’on méprise, voilà ce que Dieu a choisi ; ce qui n’est pas, pour réduire à rien ce qui est,
29 afin qu’aucune chair n’aille se glorifier devant Dieu.
30 Car c’est par Lui que vous êtes dans le Christ Jésus qui est devenu pour nous sagesse venant de Dieu, justice, sanctification et rédemption,
31 afin que, comme il est écrit, celui qui se glorifie, qu’il se glorifie dans le Seigneur."

https://www.levangile.com/Bible-JER-46-1-27-complet-Contexte-non.htm

Vous êtes le bienvenu sur le chemin sans chemin de ce qui nous est proposé, je dis bien "nous", d'inventer.
Bien entendu vous êtes libre de reproduire ad libitum la vieille histoire qui nous mène au fossé des marches noires.

Giuseppe

@ Robert Marchenoir | 21 septembre 2019 à 18:49

Je suis allé sans doute trop vite, allez, pour le plaisir :

https://youtu.be/XJ0ZZcUeTnE

aboule

@ Giuseppe | 23 septembre 2019 à 14:26

J'ai lu votre bafouillage adressé à Marchenoir et aussi celui d'Aliocha.

Que voulez-vous dire au juste ?

Que vous ne comprenez pas Marchenoir lorsqu'il ne se met pas en colère contre un commentateur et que le reste du temps sa prose est trop cultivée pour vous être destinée.

Le moins ouvert au monde sur ce blog est certainement Aliocha qui doit croupir dans son placard en rêvant à Jésus, d'ailleurs n'a-t-il pas choisi comme pseudo celui d'un demi-fou ?

Robert Marchenoir

@ Denis Monod-Broca | 22 septembre 2019 à 21:03
"Vous me citez Breivik et Christchurch pour justifier la fermeture des frontières mais voyons... vous êtes complètement à côté de la plaque ! Breivik était norvégien né de parents norvégiens, qu’est-ce que son crime a à voir avec l’immigration ? Quant à l’assassin de Christchurch il venait bien d’Australie et sa famille de Grande-Bretagne, est-ce vraiment à cette sorte d’immigration-là que vous vous opposez ?"

Eh bien voyez, vous réussissez encore à m'étonner. J'ai lu des milliers d'argumentaires immigrationistes, mais si je m'attendais à cette objection... Vraiment, vous n'avez pas compris mon propos ? C'est de la naïveté au-delà du vraisemblable, ou une rouerie parfaitement déplacée ?

Évidemment que Breivik est norvégien, et le terroriste de Christchurch blanc ! C'est bien la question ! L'un et l'autre ont commis leur massacre pour protester contre l'immigration de masse qui noie leurs pays respectifs.

Leurs attentats sont la préfiguration de ce qui attend toute société qui se laisse envahir passivement par une immigration d'étrangers hostiles, violents et inassimilables : la guerre civile.

Si la volonté du peuple de ne pas se laisser voler son pays est durablement ignorée, comme elle l'est dans les nations occidentales immigrationistes, si les dirigeants n'assument pas leurs responsabilités en protégeant leurs compatriotes par des mesures légales et pacifiques, il est absolument fatal, face au fanatisme et à la détermination des envahisseurs, que des têtes brûlées s'inspireront de la violence des immigrés, et tenteront de régler dans le sang le problème que les gouvernements n'ont pas voulu régler par la loi.

Est-ce cela que vous voulez ?

Pour vous remettre les pieds sur terre, vous pouvez lire cette analyse d'un jeune Tchèque sur ce qui motive la méfiance des nations d'Europe centrale à l'égard de l'immigration, par opposition à l'utopie "anti-raciste" de l'Europe de l'Ouest.

Une vision simple et rafraîchissante, dépourvue des fabrications idéologiques des poutinistes occidentaux, qui soutiennent l'Europe de l'Est comme la corde soutient le pendu.

"Trigger warning" pour nos amis gauchistes et crypto-marxistes, cet article est publié sur un site "d'ultra-droite", de "suprématistes blancs", de "racistes" et de "néo-nazis", j'ai nommé l'excellent American Renaissance, la version américaine, intellectuelle et haut de gamme de Fdesouche.

Éloignez vos amis en mastère de sociologie à l'université de Vincennes, fermez vos volets et détruisez votre ordinateur au perforateur à béton après consultation.

sylvain

@ Exilé | 21 septembre 2019 à 15:47

"Désengorger" vous dites !

Pour le moment ils se contentent de nous "désengorger", puis viendra le temps où ils vont nous réengorger avant de nous égorger.

Marine Le Pen qui a toujours raison avant tout le monde doit passer au tribunal pour avoir publié sur les réseaux sociaux les images de ce qui nous attend : "Comment dégorger des escargots" pour les Nuls.

hameau dans les nuages

@ Denis Monod-Broca | 22 septembre 2019 à 23:17

Tout le problème de notre, votre, incompréhension est là. Vous me parlez du cosmos quand moi je vous parle de cage d'escalier.

J'ai bien peur qu'en vous parodiant ils me répondent: "Oh ziva ! cosmos ta mère ! bouffon !" la physique quantique n'étant pas leur tasse de thé même à la menthe.

"La violence ne passera pas par moi !" Han ! Que c'est beau !... Marche blanche, bougies, peluches...

Giuseppe

@ Robert Marchenoir | 21 septembre 2019 à 18:49

Bob - je me permets -, soufflez, inspirez, soufflez... Vous êtes d'un autre monde, de celui qui mange, boit et dort sur le clavier votre culture et vos théories, parfois j'ai le poil qui se hérisse, jamais de temps mort chez vous, tout vous bouscule, tout vous incline à lutter, à débattre, à battre, à lutter, je ne sais si vous êtes d'un autre monde ou de ce monde, "sa Seigneurie" aurait sans doute dit duvent est imperturbable, parfois je manque de souffle à vous suivre et pourtant je m'entraîne pratiquement tous les jours, je ne sais si vous aimez les gâteaux à la crème ou même l'air pur de nos campagnes, je vous imagine reclus, sans doute je me trompe, tout ce que je vous écris ici je ne sais pas pourquoi d'ailleurs, n'a aucun sens mais vous êtes un personnage, lequel ? difficile à construire et à dire, cependant vous avez le moteur d'un bouteur, le plus énigmatique des personnages, déroutant mais ô combien noir et transparent... Euh... Je suis parti d'une remarque que vous m'aviez adressée, et puis mes doigts ont couru sur le clavier comme... https://youtu.be/oBsxjuNmmLw... Le talent en moins.

Aliocha

Quand le galimatias s’embarrasse de surcroît de l'anti-gauchisme, la copie déjà encombrée, d'incompréhensible devient illisible.
La vérité n'a besoin d'aucune justification, vous avez raison Claude, Marchenoir ne sait pas ce qu'il fait, et sa gymnastique impressionnante se déploie en figure spectaculaire pour mieux dissimuler ce manque.

Mais j'ai déjà tout dit sur le sujet, et tant que ceux qui se prétendent voyants ne se rendent pas compte que cette prétention est la preuve de leur cécité, ils rejoindront ceux qu'ils pensent combattre, exilés intérieurs qui fracassent l'esprit de nos lois :

"Il fallait que pour donner foi au Messie il y eût eu des prophéties précédentes et qu’elles fussent portées par des gens non suspects et d’une diligence et fidélité et d’un zèle extraordinaire et connu de toute la terre.

Pour faire réussir tout cela Dieu a choisi ce peuple charnel auquel il a mis en dépôt les prophéties qui prédisent le Messie comme libérateur et dispensateur des biens charnels que ce peuple aimait.

Et ainsi il a eu une ardeur extraordinaire pour ses prophètes et a porté à la vue de tout le monde ces livres qui prédisent leur Messie assurant toutes les nations qu’il devait venir et en la manière prédite dans les livres qu’ils tenaient ouverts à tout le monde. Et ainsi ce peuple déçu par l’avènement ignominieux et pauvre du Messie ont été ses plus cruels ennemis, de sorte que voilà le peuple du monde le moins suspect de nous favoriser et le plus exact et zélé qui se puisse dire pour sa loi et pour ses prophètes qui les porte incorrompus.

De sorte que ceux qui ont rejeté et crucifié Jésus-Christ qui leur a été en scandale sont ceux qui portent les livres qui témoignent de lui et qui disent qu’il sera rejeté et en scandale, de sorte qu’ils ont marqué que c’était lui en le refusant et qu’il a été également prouvé et par les justes juifs qui l’ont reçu et par les injustes qui l’ont rejeté, l’un et l’autre ayant été prédit."

http://www.penseesdepascal.fr/VII/VII1-moderne.php

Denis Monod-Broca

@ hameau dans les nuages

Sur une minuscule planète tournoyant dans l’infini du cosmos se trouve, ô miracle ! des êtres vivants, parlants, pensants, savants, or que font-ils ? ils s’entretuent ou, quand ils ne s’entretuent pas, développent des machines pour mieux s’entretuer.

Mais je ne suis qu’un enfant, c’est pour cela bien sûr que vous m’avez mis ce lien vers le film Bambi, que c’est drôle !

Pour un enfant, je suis très vieux, mais je vous rappelle que c’est un enfant qui, dans le conte, dit « le roi est nu »...

hameau dans les nuages

@ Denis Monod-Broca | 22 septembre 2019 à 09:38
"Le choix n’est pas « tuer ou être tué », il est « tuer ou ne pas tuer »."

Eh bien dans le combat à venir, vous êtes déjà mort et cela même si vous ne tuez pas, surtout si vous ne tuez pas.

https://www.youtube.com/watch?v=AfeMwYtcdpU

Denis Monod-Broca

@ boureau

En effet vous n’êtes pas le seul à me donner des noms d’oiseaux, j’avais remarqué.

-----------------------------------------

@ Robert Marchenoir

J’ai en effet dérivé mais c’est vous qui avez parlé des croisades. Je n’ai fait qu’embrayer.

Vous me citez Breivik et Christchurch pour justifier la fermeture des frontières mais voyons... vous êtes complètement à côté de la plaque ! Breivik était norvégien né de parents norvégiens, qu’est-ce que son crime a à voir avec l’immigration ? Quant à l’assassin de Christchurch il venait bien d’Australie et sa famille de Grande-Bretagne, est-ce vraiment à cette sorte d’immigration-là que vous vous opposez ?

---------------------------------------

@ aboule

Qu’est-ce que Notre-Dame-de-Paris vient faire ici ?
On crucifiait « par plaisir » et on a « fait honneur » à Jésus en le crucifiant !?!... : vous racontez vraiment n’importe quoi pour faire l’intéressant.

Exilé

@ Claude Luçon
« Robert Marchenoir n'a aucune notion du temps qui passe, il ne s'est pas rendu compte que les croisades ont eu lieu il y a dix siècles et que bien des choses ont changé en un millénaire ! »

Vous raisonnez en Occidental croyant dans le « progrès ».
Mais il est des civilisations tournées non pas vers l'évolution mais plutôt sur l'involution qui vivent dans le temps long et pour qui nous autres Européens sommes encore vus comme des « Croisés ».

aboule

@ Aliocha | 21 septembre 2019 à 09:03

Vous étiez le dingo de ce blog qui parle tout seul, mais vous voilà un compagnon digne de vous et de vos pensées complexement dingues.
Savez-vous, au moins, planter des choux ?

aboule

@ Denis Monod-Broca | 22 septembre 2019 à 16:27

Alléluia Jésus est ressuscité ; en voyant s'écrouler la flèche de Notre-Dame il a dit à Denis c'est toi, mon toit mon tout mon toit, qui la reconstruira je t'en donne ma parabole et tu verseras l'argent, on te payera pour ce service, aux populations miséreuses de ce monde et tu iras ensuite avec elles et l'on te glorifiera en mon nom, jusqu'à épuisement de cet argent.

Jésus était un hippie avant la lettre qui n'avait pas de haut-parleur mais que tout le monde entendait, il s'invitait chez les autres en apportant sa personne ou s'isolait dans le désert sans manger ni boire.
A son époque on crucifiait pour le plaisir et comme il était juif et que la fête arrivait on lui fit cet honneur.

Il fallut trois siècles pour que ce levain prenne, grâce à un certain Paul, puis on s'en servit pour obliger les peuples naïfs comme des cochons jusqu'au moment où les capitalistes s'en serviraient pour les besoins de leur cause. Aujourd'hui il reste heureusement les zombies pour suivre cet élan ce qui permet au Pape et à ses courtisans de vivre sans s'en faire.

Mais Alléluia, Jésus est ressuscité Denis Monod-Broca l'a cru.

Robert Marchenoir

@ Denis Monod-Broca | 22 septembre 2019 à 09:38
"Le choix n’est pas « tuer ou être tué », il est « tuer ou ne pas tuer »"

Votre remarque est malhonnête. Personne ne vous parle de tuer. Il est juste question de fermer nos frontières à l'immigration de masse.

En revanche, c'est vous qui devrez partager la responsabilité des meurtres dus à la sur-criminalité des immigrés, si vous vous opposez à cette fermeture.

C'est vous qui devrez partager la responsabilité de massacres type Breivik ou Christchurch, si, comme si c'est hélas prévisible, votre politique migratoire irénique les provoque sur notre sol.

Elle a bonne mine, votre injonction de "ne pas tuer" !

Le sujet, ici, est l'immigration, et vous me répondez par l'Évangile. L'Évangile ne dit rien sur la tentative d'invasion de l'Europe par l'Afrique au XXIe siècle, et au demeurant nous ne sommes pas dans une théocratie, que je sache. Enfin, pas encore, mais cela ne saurait tarder si votre funeste point de vue venait à prévaloir.

Vous venez de faire la preuve que l'immigrationisme est une véritable religion de substitution, et non une option politique raisonnée.

Au même titre que le communisme, dont il n'est qu'un des avatars contemporains. Le communisme, dont Jules Monnerot disait qu'il était l'islam des temps modernes, dans sa "Sociologie du communisme" qui se voulait l'analyse de "L'échec d'une tentative religieuse au XXe siècle".

Hélas, Monnerot était un peu optimiste, en constatant l'échec du communisme en 1949. Il a sous-estimé la faculté des peuples occidentaux à se bercer d'illusions.

On notera qu'en 1949, il allait sans dire, pour tout le monde, que l'islam était l'un des pires fléaux de l'humanité. Nous avons nettement régressé depuis.
______

@ Aliocha | 22 septembre 2019 à 09:23

Votre réponse est un décalque, en plus déjanté, de celle de Monod-Broca. Vous aussi, on vous parle immigration, et vous répondez racisme.

Il n'y a pas un seul mot, dans votre intervention, consacré à la politique migratoire de la France -- sujet des récentes déclarations d'Emmanuel Macron, analysées ici par Philippe Bilger.

Vous nous fournissez une fois de plus la preuve que la définition du "racisme" (notion qui semble vous obséder) est bien celle-ci : opération de diversion ayant pour but d'interdire le débat public sur l'immigration de masse, en attachant une étiquette infamante à ceux qui s'y opposent.

Quant aux Juifs que vous prétendez défendre, ils s'opposent très vigoureusement à l'immigration de masse -- du moins lorsqu'ils sont israéliens. Eux n'ont pas le luxe de finasser avec la littérature : ils ont en face d'eux des "anti-racistes" qui ne cachent pas leur volonté de les exterminer.

On ne peut pas en dire autant, hélas ! de tous leurs coreligionnaires. Les Juifs de gauche, en Europe et aux Etats-Unis, sont à l'origine de l'idéologie "anti-raciste", conjointement avec l'URSS. Ils ont mis un siècle entier pour y convertir l'Occident, et ils ont réussi au-delà de toute espérance.

Cette stratégie qui, en 1900, paraissait parfaitement rationnelle, se retourne spectaculairement contre eux. En 2019, il est clair pour tout le monde que le monstre "anti-raciste", idéologique, pseudo-religieux et, maintenant, juridique, a pour premières victimes les Juifs occidentaux. Le Bataclan est un attentat antisémite.

Croyant se prémunir à jamais du retour des pogroms en Europe et aux Etats-Unis, les Juifs activistes de "l'anti-racisme" se rendent compte aujourd'hui qu'ils ont interdit à qui que ce soit de protester contre l'immigration de masse des musulmans, lesquels ont déjà commencé à pratiquer, sur une grande échelle, les pogroms auxquels les chrétiens ont, depuis longtemps, renoncé.

Face à ce dramatique auto-goal qui menace d'engloutir l'Occident, toutes ethnies confondues, certains Juifs sauvent l'honneur en dénonçant l'arnaque "anti-raciste". Ainsi, Alain Finkielkraut, Éric Zemmour ou Gilles-William Goldnadel en France, Bat Y'eor en Suisse, Ezra Levant au Canada, Richard Landes ou Pamela Geller aux Etats-Unis, pour ne citer que ceux-là.

D'autres, à l'instar de George Soros, optent pour s'enferrer sur leurs illusions. Leur investissement politique et affectif est trop fort pour qu'ils acceptent d'y renoncer. Ils mourront "anti-racistes", plutôt que de s'avouer leurs erreurs et leurs mensonges. Après moi, le déluge, nous disent-ils ainsi, ce qui, au passage, va à l'encontre des préceptes de leur religion.

De même que les chrétiens culturels, nombreux à les accompagner dans cette impasse, dévoient eux aussi, ce faisant, leur religion, qui n'a jamais prôné le suicide ethnique -- bien au contraire.

Pour les Juifs de gauche, "l'anti-racisme", religion de substitution, est une façon de résoudre le problème existentiel qui se pose inexorablement à tout représentant de ce peuple : il est extrêmement difficile d'être juif.

Non seulement en raison de l'antisémitisme, mais, surtout, parce que chaque Juif, du fait même qu'il le soit, est confronté à ce dilemme dont aucune option n'est confortable : doit-il continuer à être juif, ou non ?

Doit-il perpétuer, par sa descendance, ses choix religieux ou identitaires, ce miracle qu'est l'existence maintenue du peuple juif, minuscule et éparpillé, malgré le passage des millénaires ?

S'il le fait, il se condamne à la prison d'une identité minoritaire, et souvent haïe. De plus, il s'oblige à des préceptes moraux extrêmement exigeants, beaucoup plus exigeants que ceux des populations qui l'entourent. Ceux-là même qui ont permis la survie de son peuple, et lui ont permis de s'illustrer, de façon tout à fait disproportionnée, aux rangs des bienfaiteurs de l'humanité.

Exigence d'autant plus dure à assumer, qu'il lui est interdit de s'en prévaloir... sous peine d'attiser l'antisémitisme.

S'il fait le choix opposé, s'il décide de renoncer à être juif et de s'assimiler dans la société qui l'entoure, alors, qu'il soit croyant ou non, il devra assumer la responsabilité d'être l'un de ceux qui auront mis en péril la survie du peuple juif.

Face à ce choix proprement impossible, il n'est pas étonnant que nombre d'entre eux choisissent la religion de substitution de "l'anti-racisme". Y ayant converti l'Occident chrétien, s'y donner corps et âme est pour eux un moyen tout naturel de cesser d'être juifs, tout en le restant.

De même que, pour les chrétiens ayant délaissé leur foi, le "sanglot de l'homme blanc" est un moyen tout trouvé de combler le besoin de religiosité qui est dans le cœur de tout homme.

En s'accommodant de la lâcheté -- car défendre la civilisation chrétienne, c'est un travail de tous les jours. Il ne suffit pas de mendier "les avantages pour lesquels nos ancêtres se sont battus". Il faut bâtir la maison soi-même, et la rebâtir sans cesse.

Les uns et les autres commettent une erreur dramatique. Car le propre de toute vraie religion, au-delà de la foi proprement dite, est d'être ordonnée à la nature de l'homme et de favoriser une vie pacifique.

La religion sans Dieu de "l'anti-racisme" fait le contraire : elle détruit les familles et les cultures, celles des immigrés comme celles des peuples hôtes. Elle est facteur de désagrégation sociale, de haine et de violence : les sociétés multiculturelles sont des sociétés ultra-violentes.
______

@ Claude Luçon | 21 septembre 2019 à 19:39
"Avez-vous la moindre idée de qui est David Noel ? Probablement pas ! [...] Je crains que ce qu'il théorise avec nombre des ses compatriotes australiens et collègues américains soit au-delà de vos connaissances dont je n'ai d'ailleurs pas encore compris ce qu'elles sont et encore moins leur niveau ! [...] Vous parlez fort sans rien dire [...]."

Comme tout bon gauchiste, votre baudruche se dégonfle dès qu'elle est mise en présence d'un minimum de faits et d'arguments.

C'est vous qui parlez pour ne rien dire : pas un mot sur la politique d'immigration de la France, sujet de cette discussion ; pas un mot sur la prétendue aide au Tiers-monde que vous estimiez si indispensable tantôt... vous vous réfugiez dans cette insulte favorite des gauchistes lorsqu'ils n'ont rien à dire : traiter leurs adversaires d'ignorants.

Continuez à nous raconter vos belles histoires de Tonton au pays de l'or noir, ça, c'est de votre niveau. Pour la politique, on s'adressera ailleurs.

boureau

@ Denis Monod-Broca 22 septembre 2019 16:27

Si j'étais le seul à essayer de vous ouvrir les yeux !

Mais regardez les réactions des autres habitués !

Avec le temps peut être et... la raison et... la montée des problèmes !

Cordialement.

Claude Luçon

@ Denis Monod-Broca | 22 septembre 2019 à 09:38
@ Aliocha | 22 septembre 2019 à 09:23

Robert Marchenoir n'a aucune notion du temps qui passe, il ne s'est pas rendu compte que les croisades ont eu lieu il y a dix siècles et que bien des choses ont changé en un millénaire !
Pardonnez-lui car il ne sait pas ce qu'il écrit !

Denis Monod-Broca

@ boureau

Je ne suis pas d’accord avec vous, vous en concluez que je ne comprends rien à rien. Permettez-moi de vous retourner le compliment.

Politique ou religion, peu importe ici, la violence de votre réaction montre au moins qu’il y a du sacré là-dessous...

boureau

@ Denis Monod-Broca 22 septembre 2019
"Le choix n’est pas « tuer ou être tué », il est « tuer ou ne pas tuer »."

Vous ne comprenez rien à rien ou vous le faites exprès ?

L'immigration d'un pays est du domaine du politique et non des religions.

J'espère que vous serez volontaire lorsque les vrais problèmes éclateront et que vous vous porterez au-devant des "infidèles" la croix en avant et la main sur le coeur débiter vos leçons compassionnelles !

Histoire de mettre en rapport votre attitude et la réalité.

Cordialement.

Exilé

@ Alpi
« Parlez-en aux malheureuses qui se font frapper par leur compagnon. Elles vous diront à quel point c'est "grotesque". Le mot féminicide n'est pas heureux, j'en conviens. Mais il faut bien trouver un terme pour désigner un crime dég... que magistrats et surtout police ont tendance à prendre par-dessus la jambe. »

Si des personnes s'alarment de la hausse de ce type de crime, c'est qu'il y a probablement des raisons, de même qu'aux urgences des hôpitaux il est possible de constater la banalisation d'agressions de membres du personnel alors que ces comportements étaient inconnus et même impensables il y a une cinquantaine d'années, idem pour les agressions de pompiers.
C'est donc que le profil des criminels et des agresseurs a changé.

Tant que les victimes continueront de mettre tout le monde dans le même sac de façon injuste et n'auront pas dressé le portrait type des gens qui le plus souvent foulent aux pieds des mœurs reconnues en France depuis toujours et tant qu'elles s'obstineront à dénoncer de façon impersonnelle les auteurs des maux qu'elles subissent, leur action restera stérile et décalée par rapport à la réalité.
Et tout continuera comme avant.

Une fois de plus, il n'est pas possible de déplorer des effets dont on chérit - ou ne nomme pas - les causes.

Denis Monod-Broca

@ Robert Marchenoir
« Le christianisme est à l'origine des croisades, faut-il le rappeler ? »

Ce christianisme-là était une idolâtrie (une idéologie) totalement oublieuse du sens du message judaïque et évangélique.
Et notre si belle « civilisation » moderne occidentale est, bien malheureusement, la digne héritière ou plutôt l’indigne héritière de ce « christianisme » dévoyé. Comme lui, elle est adepte de la force, elle croit en la raison du plus fort, elle use sans restriction de ses armes (canons, capitaux, propagande). Comme lui d’ailleurs ne tient-elle plus que tout à sa présence en terre sainte ? Comme lui, elle trahit les principes qu’elle prétend défendre.

Je me fais traiter de débile, d’infantile, de cinglé, de bourgeois qui n’a jamais eu faim, et j’en passe... je ne fais pourtant qu’exprimer un savoir bien établi, vieux de 2000 ans et plus, qui peut se dire ainsi : le remède à la violence n’est pas la violence, le remède à la haine n’est pas la haine...

Le choix n’est pas « tuer ou être tué », il est « tuer ou ne pas tuer ».

Soyons libres, responsables, sachons ce que nous faisons.

Aliocha

Où Marchenoir nous prouve, s'il en était encore besoin, que l'imposture de la définition du racisme par l'antiracisme n'est qu'un monceau de confusion. Noir, blanc, musulman, il n'y a rien à comprendre en ce galimatias, qui ne sait que prouver que la somme historique des haines réciproques ne sert qu'à justifier sa propre haine, le pervers, quel surprise, étant toujours le prochain.

Tant que vous ne saurez pas calmer votre propre animosité, cher baron noir, vous n'y verrez pas clair, et ne saurez que rajouter de la confusion à l'imposture sophiste d'une définition que vous ne savez pas, ou pire, ne voulez pas formuler :

Idéologie postulant une hiérarchie des races.

Je l'ai déjà prouvé, votre combat contre l'antisémitisme vous oblige à renoncer à votre racisme, je pense par ailleurs que c'est pour cela que vous refusez catégoriquement d'en donner la définition, votre grande intelligence s'apercevant forcément de l'incohérence de vos propos, et que si vous voulez bien combattre les déviances de toute obédience, vous êtes obligé, ce qui est fondamentalement chrétien, non pas de renoncer à la culture christique, mais de reconnaître en vous-même ce qui la contredit, et qui est le racisme semblable par nature à l'antisémitisme.
C'est ce que prouve la différence entre le pamphlétaire et le romancier Céline :

"Voici donc un écrivain qui a inventé dans ses romans sans doute l’une des plus belles langues de douleur du monde qui soient et qui dans ses pamphlets se met à s’acharner contre celle-ci. Car c’est à la littérature (et la sienne !) autant qu’aux Juifs que Céline s’en prend dans Bagatelles pour un massacre, L’école des cadavres et les Beaux Draps. Si, comme le soutient Muray, le grand art est celui qui se fait avec le mal, le petit art se fait avec le bien. Il est le lieu des bons sentiments et aussi du délassement moral. Dans ses pamphlets, Céline, pour une fois, s’est reposé. L’épuisante tragédie du monde mise en suspens, les revenants abandonnés, il a pu enfin cesser d’être écrivain pour revenir à sa première passion sociale et professionnelle : la médecine. Or, si l’acte de soigner le corps des hommes reste sans doute le plus beau et le plus noble métier du monde, celui de soigner les esprits apparaît comme le plus équivoque. Car s’il existe des écrivains à la Walt Whitman qui embellissent réellement le monde, la plupart des écrivains « positifs » censés rendre ce dernier plus heureux se sont vite révélés des charlatans – c’est-à-dire des idéologues." (Ibid)

Au roman, Marchenoir, c'est-à-dire à la conversion chrétienne, sans doute plus difficile mais ô combien plus révélatrice que les facilités du pamphlet ! Il n'y a qu'en se reconnaissant nous-mêmes persécuteurs que nous saurons adhérer, j'ai bien dit "nous", à la supériorité non pas du blanc, mais de la seule idéologie qui tienne car elle sait décrire notre fonctionnement caché depuis la fondation du monde: la révélation évangélique.

Noblejoué

@ Alpi
"Ellen, vous savez bien que beaucoup d'attentats ont été commis par des Français, immigrés de deuxième ou troisième génération. Salah Abdeslam, même s'il reste muet, parle parfaitement le français !
La plupart des pauvres bougres débarqués sur les côtes d'Europe ont (pour l'instant) d'autres priorités."

Je m'invite mais je ne vais pas commettre d'attentats ! Pourquoi attendre qu'eux ou leurs enfants nous détruisent, que ce soit par attentats ou en sapant la laïcité, chassant les Juifs, rabaissant les femmes et autres joyeusetés ?
Anticipons : fermons-leur la porte.

Ces gens sont des arriérés et des ingrats, ou du moins, disons, il y en a assez pour nous subvertir.
Fermons-leur la porte.... On ne l'ouvre pas, de nos domiciles, à des mendiants qui nous nuiraient beaucoup moins.

Qui nous nuiraient beaucoup moins ? Oui, outre qu'ils ne prônent pas les multiples arriérations dont je répugne à taper la liste sur mon clavier, les mendiants ne mettent pas le feu à nos domiciles parce qu'ils n'en ont pas.
Or c'est ce que font les islamistes et autres musulmans apparentés, leur civilisation étant très arriérée aujourd'hui, ils détruisent la nôtre tant qu'ils peuvent.
C'est pourquoi ce sont des gens ayant fait des études et étant bien intégrés qui attaquent le plus ; ces lâches, ces paresseux, au lieu de mettre leur civilisation au niveau, n'ont pas la courage de convenir du retard, ni la persévérance de se donner le grand dessein de nous imiter, pour qui sait peut-être nous dépasser comme on s'y consacre en Asie. Lâches, paresseux et malveillants, car même incapables de voir qu'ils sont les deux, ces gens ne songent dès lors qu'à nous détruire, et d'ailleurs tout ce qui les dépasse, comme on l'a vu des grands bouddhas voire de leur propre héritage musulman. En somme, de bassesse en bassesse, ils sont tombés dans la perversion.

Qui a le devoir de fréquenter des abuseurs d'enfants ? Personne, par contre, tout le monde a celui de protéger les enfants.
De même, pour protéger l'avenir, ne nous donnons pas bonne conscience en sauvant des gens qui ou dont les enfants détruiront les nôtres. Refusant notre grâce, car en somme nous ne devons rien à ces gens, à ceux qui nous refusent leur justice en rendant le mal pour le bien.

Claude Luçon

@ Robert Marchenoir | 21 septembre 2019 à 01:00

Avez-vous la moindre idée de qui est David Noel ?
Probablement pas !
En dépit de son nom il est Australien.
Je crains que ce qu'il théorise avec nombre des ses compatriotes australiens et collègues américains soit au-delà de vos connaissances dont je n'ai d'ailleurs pas encore compris ce qu'elles sont et encore moins leur niveau !
Entre eux ils reviennent à ce bon vieux Lavoisier, souvenez-vous : "Rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme" et Albert Einstein qui lui disait, plus brutalement : "Only two things are infinite, the universe and human stupidity" ce que des gens plus jeunes avaient oubliés avec leur Big Bang !
Une Justice très Singulière en somme !

Ce que je ne sais pas est ce que Poutine en pense ! Désolé je n'ai pas eu l'occasion de lui parler récemment, Macron l'ayant monopolisé il n'a pas eu le temps de me rendre visite. Dommage nous aurions pu parler de vous ! Je l'aurais rassuré, vous parlez fort sans rien dire, il serait reparti tranquillisé en Russie.

Robert Marchenoir

@ Aliocha | 21 septembre 2019 à 09:03
"Ainsi, prétendre qu'il faut être noir pour boire et battre sa femme, est un sophisme comme un autre."

Personne n'a jamais dit ça. Vous ne comprenez vraiment pas ce que j'écris, ou vous le faites exprès ? C'est bien de citer Proust et Céline, mais encore faudrait-il remonter 2 500 ans en arrière, et apprendre les principes les plus élémentaires de la logique que les Grecs connaissaient déjà.

C'est vous qui maniez le sophisme. Il n'est pas nécessaire d'être noir pour battre sa femme. C'est juste que vous avez beaucoup plus de chances de le faire si vous l'êtes.

Votre phrase est d'autant plus vicieuse qu'elle amalgame deux choses complètement différentes : le cliché du "beauf" alcoolique qui bat sa femme (blanc, donc), et ce faisant enfreint les préceptes chrétiens qui imprègnent sa culture, tout comme les injonctions de la morale laïque qui baigne sa civilisation (on ne bat pas une femme, même avec une fleur) ; et la réalité du musulman pieux qui, se conformant à sa religion, bat sa femme et ne boit pas une goutte d'alcool ("Quant à celles dont vous craignez la désobéissance, exhortez-les, éloignez-vous d’elles dans leurs lits et frappez-les").

En l'occurrence, je vous signale que le Malien du Havre ne s'est pas contenté de "battre" sa femme. Il l'a tuée. C'est un peu différent.

C'est bien joli de nous servir du Céline vomissant sur le judaïsme et le christianisme, mais à quel moment a-t-il parlé de l'islam ? Le Mali est un pays musulman, je vous le signale.

En l'occurrence, la violence permise et encouragée par l'islam ne fait qu'exacerber la propension intrinsèque des Noirs à la violence, bien supérieure à celle des Blancs.

Seul ce fait permet d'expliquer cette extraordinaire particularité historique : les Noirs sont la seule race qui, simultanément, a été massivement victime de l'esclavage musulman, et ce de la façon la plus barbare qui soit (amputation complète des organes génitaux pour la plupart des hommes capturés, ce qui entraînait la mort dans 80 % des cas) ; et qui n'en a pas voulu à mort à ses tortionnaires, allant jusqu'à adopter leur religion en grand nombre (y compris de nos jours).

Toutes les autres races ayant été victimes de l'esclavage musulman, dont la race blanche, ont bien compris que l'islam était un ennemi irréductible et héréditaire.

Jusqu'à la seconde moitié du XXe siècle, où une large part des Blancs se sont déclarés fatigués de maintenir leur culture, et ont basculé dans l'ethno-masochisme et le suicide civilisationnel. Autrement appelé "anti-racisme".
______

@ Denis Monod-Broca | 21 septembre 2019 à 08:37
"Je maintiens cependant que vouloir à la fois la conservation de notre civilisation et le refus des immigrés revient à se contredire soi-même."

C'est exactement le contraire.

"Notre capacité à prendre du recul, à voir les choses de haut, à penser objectivement, à écrire des lois universelles, a permis notre extraordinaire développement scientifique, technique, politique, social... Or cette capacité disparaît dès que l’autre n’est plus considéré comme un autre soi-même, dès que le prochain n’est plus aimé mais rejeté, haï..."

Vous confondez l'amour et la politique, la haine et l'auto-défense, le prochain et le lointain, votre groupe social et une espèce d'humanité indifférenciée qui n'existe que dans vos rêves.

En somme, vous avez la vie trop belle, vous êtes pourri par le confort et il vous manque de souffrir de la faim.

Accessoirement, on voit que vos pseudo-arguments rationnels à base de pourcentages (les immigrés ne représentent qu'une toute petite partie de la population... il est complètement idiot d'en avoir peur...) ne servent qu'à habiller votre idéologie, puisque vous vous réfugiez immédiatement dans un moralisme frelaté aussitôt qu'ils sont démontés.

Où l'on voit une fois de plus que l'être-de-gauche est une religion de substitution, un dévoiement de la religion chrétienne, une foi sans Dieu. Vous utilisez les mots du christianisme ("aimer son prochain"), mais vous en pervertissez complètement le sens. Le christianisme n'a jamais prôné le suicide collectif, l'asservissement devant l'ennemi, le mépris de sa propre descendance, la confusion entre les royaumes de ce monde et le royaume des cieux. Le christianisme est à l'origine des croisades, faut-il le rappeler ?
______

@ boureau | 20 septembre 2019 à 21:19
"C'est justement parce que les générations précédentes ont eu foi en elles-mêmes et en leurs principes que vous pouvez discourir débonnairement de 'fraternité' en fermant les yeux sur la réalité."

Exactement.
______

@ Giuseppe | 20 septembre 2019 à 21:58
"Si vous allez à l'hôpital Bob, comment croyez-vous que vous vous soignez ? Certes le médecin répare l'âme et le corps mais un centre de coronographie, ou un bâtiment des urgences pour vous accueillir ne se fait pas par l'opération du Saint-Esprit. Il regroupe toutes les technologies de pointe, et à défaut de point d'appui pour soulever le monde, avec les moyens on fait des yeux à un chat."

Où voulez-vous en venir ? Puisque nous avons de bons techniciens, alors il faudrait que nous nous en privions pour les fournir à l'Afrique ?

Je suis le premier à défendre l'esprit scientifique, la nécessité de se préoccuper de technique plutôt que de bavasser avec de la fausse culture, etc.

On a bien compris que vous, vous apparteniez plutôt à ce monde de la technique qui se lève tôt pour bâtir des trucs qui tiennent, et que par conséquent vous êtes un bon garçon. De même qu'on a bien compris que Claude Luçon donne des cours bénévolement aux petits négrillons qui ont du mal à l'école, et que par conséquent c'est un bon garçon.

Et donc ? Quel est le bon Dieu de rapport avec la politique à tenir sur l'immigration ?

Valéry

@ Achille
"Les communautés d’origine musulmane ont été regroupées dans des cités."

Ben voyons. Vous oubliez que l'immigration est un kaléidoscope, il y a des Roumains, des Russes, des Polonais, des Asiatiques, et comme par hasard il n'y a que les Maghrébins qui se retrouvent entassés dans les banlieues ; et bien sûr cela n'a rien à voir avec ce qu'on leur reproche, dans la quasi-totalité des pays où ils dévalent, c'est-à-dire un entêtement communautaire doublé d'une volonté farouche de garder leurs habitudes, mœurs et "valeurs". Comme au bled.

Après on s’étonne que les choses aillent de mal en pis, avec tous les naïfs dans votre genre donnant autant de diagnostics loufoques et irréalistes. Mais surtout erronés.

breizmabro

@ Robert M. du 21 septembre 2019 à 01:00
"Et donc ?... puisque l'Afrique n'a pas d'ingénieurs, la France doit lui fournir ceux dont elle a besoin ? et s'en priver par la même occasion ?"

Vous avez raison Martchi d'autant qu'avec le pognon de dingue que l'on verse aux diverses régions africaines, les petits rois ou présidents auraient pu ouvrir de grandes écoles, d'ingénieurs, de médecine ou autres, gardant ainsi chez eux et avec leur culture, ceux qui seraient devenus les développeurs de leur pays.

Ils se plaignent d'avoir été colonisés, alors qu'ils nous prouvent, définitivement, qu'ils savent faire aussi bien voire mieux, sans les colons.

Exilé

@ hameau dans les nuages
« Borderouge a été entièrement construit en neuf pour "désengorger" le Mirail. »

La petite ville de Villeneuve-sur-Lot, qui avait un certain charme et était plutôt agréable à vivre en dépit de son enclavement, est vite devenue un enfer suite à l'opération de « désengorgement » des environs de Toulouse.

Le même scénario se reproduit partout, à commencer par des quartiers habités au début par des gens plutôt aisés, comme l'ex-cité olympique de Villeneuve à côté de Grenoble, qui est devenue absolument invivable après l'instauration d'une « mixité sociale » forcée.

Ils faut le dire et le redire, l'expression « on a parqué les immigrés dans des ghettos » relève du mensonge pur et simple car elle omet de préciser que la plupart du temps ce sont les nouveaux habitants eux-mêmes qui ont transformé des quartiers parfois coquets en ghettos.
Tout en en ayant chassé les primo-habitants, du moins ceux qui pouvaient s'établir ailleurs.

fugace

@ Claude Luçon | 20 septembre 2019 à 20:00

Bonjour Claude,
En 2020, un tiers des diplômés (60 millions de diplômés) dans le monde seront chinois
Dans les dix années à venir, Chinois et Indiens représenteront près de la moitié des diplômés de l'enseignement supérieur dans le monde, affirmait l'OCDE il y a déjà sept ans.

Une lueur d'espoir toutefois? France et Italie devront mieux faire cependant.
Cordialement

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS