« Après Balkany, avant Mélenchon... | Accueil | Je suis insoumis donc je suis ! »

19 septembre 2019

Commentaires

Ellen

@ boureau | 19 septembre 2019 à 20:26
"Savez-vous que nous accueillons entre 350 000 et 400 000 étrangers par an depuis des années et que peu repartent ? Le respect pour les pauvres, c'est d'abord de leur permettre de vivre dans leur pays."

Si, pour la plupart, les migrants illégaux (économiques, roublards et profiteurs) ont été déboutés du droit de rester en France et ont reçu une enveloppe de 3000 euros pour repartir chez eux. Certains ont pris l'argent et sont restés en France, indélogeables, d'autres ont accepté de partir au pays pour mieux pour y revenir et retoucher une deuxième enveloppe, mais cette fois sous de fausses identités.

M. Macron devrait aller à certaines terrasses de café, déguisé ça va de soi pour ne pas être reconnu, et écouter ce qu'ils disent.
C'est effarant : piquer des sous aux Français qui les ont colonisés. Et je reste polie.

breizmabro

@ yves albert | 19 septembre 2019 à 09:11
"Je suppose que la CAF se chargera de les récupérer sur les débiteurs défaillants"

J'ose croire que vous plaisantez puisque la plupart des débiteurs défaillants sont retournés "au pays" en attendant des jours meilleurs.
Du coup alors qui paiera ? Ben toi yves albert, avec tes impôts :D

-------------------------------------------------------

@ Robert M 19 septembre 2019 à 15:45
"Quant à Emmanuel Macron, qui joue aux communistes de théâtre en affectant, lui aussi, de fustiger les "bourgeois", il n'arrive même pas à la cheville de Sarkozy, qui, lui, au moins, ne cachait pas ses Rolex et son Fouquet's"

Là j'suis d'accord. Pour le reste... à boire et à manger (en breton, baragouiner)

Adeo Martchi

Philippe Dubois

@ Denis Monod-Broca | 19 septembre 2019 à 17:17
"...devons-nous, fidèles à nos principes, choisir de les accueillir et de partager ?"

Vous ne pouvez partager que ce qui vous appartient.
Les richesses que vous envisagez de partager ne vous appartiennent pas.
Vous n'en êtes que le gardien et non le propriétaire, tout comme moi.

Ces richesses nous ont été confiées par nos aïeux pour que nous les transmettions à nos enfants.

Si possible en poursuivant leur oeuvre multiséculaire qui a conduit à l'émergence d'une civilisation exceptionnelle, j'ai nommé la civilisation européenne.

boureau

@ Denis Monod-Broca 19 septembre 2019 17:17
"Devons-nous(...)tout faire pour nous protéger de l’arrivée chez nous des pauvres du monde désireux de profiter de notre richesse"

Au-delà de l'infantilisme de votre remarque, est-il superflu de vous demander de raisonner en adulte sur un sujet aussi grave et clivant ?

Mettez-vous devant une glace, respirez et posez-vous la question : Pourquoi dis-je des choses aussi débiles ?
Pour faire bien ? Pour se donner bonne conscience ? Pour nous faire passer pour des affreux ?

Savez-vous que nous sommes l'un des premiers pays au monde pour l'aide internationale, qui se chiffre en milliards d'euros ?
Savez-vous que nos associations caritatives sont celles qui récoltent chez les Français - de toutes classes sociales - le plus d'argent pour les problèmes sociaux avec celles des pays nordiques ?

Savez-vous que nous accueillons entre 350 000 et 400 000 étrangers par an depuis des années et que peu repartent ?

Le respect pour les pauvres, c'est d'abord de leur permettre de vivre dans leur pays.

Je ne suis pas un sans-coeur, ma vie l'a prouvé. Mais votre post m'a atterré, il y a des limites à la conne**e quand même !

Voici ce que j'avais noté dans ma liste du Grand débat, remis à ma mairie et concernant l'immigration:

"Moratoire de l'immigration pendant deux ans.
Etude du coût de l'immigration pour examiner économiquement nos possibilités.
Résolution du problème actuel des sans-papiers déboutés du droit d'asile et non renvoyés.
Suppression du regroupement familial."

Qu'y a-t-il d'extrême droite dans ces propositions ?

Savez-vous que nous avons 9 millions de personnes qui vivent en dessous du seuil de pauvreté ? Que faites-vous de ceux qui habitent sur votre palier ?
Seriez-vous de cette gauche généreuse (avec l'argent des autres) envers les pauvres du bout du monde et insensibles à leur voisin de palier ?

Je vous plains d'avoir de tels raisonnements, humainement, intellectuellement et économiquement totalement irresponsables.

Cordialement.

Exilé

Il y a derrière ce revirement un cynisme (...)

Oui, M. Macron est un cynique, ce qui explique beaucoup de choses et laisse même en partie présager de sa conduite future.
Cynisme, amoralité, perversité, mépris, mensonge et pratique du double langage sont des marqueurs du macronisme et de ceux qui l'incarnent.

Un exemple récent.
Comme beaucoup de Français - du moins je le suppose - j'ai découvert en ayant bondi que mon compte bancaire avait été directement prélevé par la Direction générale des Finances publiques, rien que ça, bonjour monsieur le Directeur, de la somme de 7€ en tant que « prélèvement à la source revenus 2019 ».

Première réaction : depuis quand le fisc peut-il se permettre de manipuler directement notre compte bancaire comme s'il possédait une délégation de signature et qui plus est sans même nous prévenir, comme si nous comptions pour rien dans la gestion de nos propres affaires ?
Mais qu'est-ce que c'est que ces manières ?

En principe, les relations entre un banquier et son client devraient ressembler, toutes choses étant égales par ailleurs, à celle entre un confesseur et un pénitent, et voilà que soudain le fisc, avec son vilain nez et ses doigts crochus, s'invite dans le confessionnal, pardon, le bureau ouaté du banquier...
Est-on en train de nous préparer, par mithridatisations successives, à la possibilité d'un brigandage (hold-up) soudain de tout ce qui resterait sur nos comptes bancaires, façon banques cypriotes ?

Seconde réaction : la Macronie ment en manipulant le langage et le sens des mots.
Ceux qui nous ont annoncé le « prélèvement à la source » n'ont pas été avares de propos lénifiants nous ayant laissé entendre que cela ne changerait pas grand-chose, sauf que nous ne sommes plus du tout ici en présence d'un vrai prélèvement à la source, consistant pour un employeur ou une caisse de retraite à défalquer la somme à payer aux destinataires, mais en fait d'un « prélèvement dans le courant du fleuve » brutal par un État qui se croit tout permis.

Ce genre de procédé, même si la somme en question est minime, est aussi inqualifiable que dangereux.
Combien de Français l'ont-ils remarqué et sont-ils prêts à manifester leur désapprobation de ces méthodes pour le moins cavalières ?

Michelle D-LEROY

Il est frappant de relever qu'en 2012 des propos du même type étaient sortis de la bouche de Marine Le Pen et qu'elle avait été stigmatisée. Alors que le président aujourd'hui est félicité

Dans un autre domaine, les paroles de Marine Le Pen sont mises en pratique. Pour fustiger le PS et l'UMP et faire comprendre que c'était blanc bonnet et bonnet blanc, elle répétait qu'il s'agissait de l'UMPS. Cela prêtait à sourire et pourtant... elle avait parfaitement raison, puisque l'UMPS s'est tout simplement rassemblée sous la bannière LREM.

Plus vrai que jamais.

Le grand stratège politique Macron soutient tous les maires indifféremment PS ou LR de grandes villes (dont Orléans) qui ont bien réussi et qui ont donc toutes les chances d'être réélus. A l'issu du second tour, qui pourra clamer que son parti unique a gagné ?

Vraiment fort ce Président !

Jean

M. Bilger, je vous lis chaque jour et apprécie votre démarche. Néanmoins - puisque personne ne le fait - il me faut me résoudre à vous faire un aveu désobligeant que j'aurais préféré ne jamais avoir à faire. Votre style d'écriture est pénible et verbeux. Il y a trop d'adjectifs, de compléments, de circonvolutions inutiles qui, au lieu d'aider à préciser votre pensée, obligent le lecteur à revenir en arrière pour seulement pouvoir suivre le cheminement simple de votre pensée. La combinaison des mots, les expressions, comportent de nombreuses erreurs lexicales qui nuisent au sens. La ponctuation n'est pas judicieuse, voire est parfois tout à fait fausse. Il est difficile de vous suivre, quelquefois de bien vous entendre. On ressent un effet de lourdeur désagréable. Voyez mes remarques comme celles d'un ami. Imitez Boileau. Son style est le plus parfait et impeccable. "Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement et les mots pour le dire arrivent aisément".

Robert

@ caroff | 19 septembre 2019 à 16:00

Un excellent dossier, paru ce jour dans Valeurs actuelles, confirme ce que vous écrivez. Il y a notamment un entretien avec un magistrat qui explique par le menu comment on refuse les vrais chiffres de l'immigration et de ses effets, notamment sur les comptes de la Sécu. Mais, chut ! Cela est politiquement inconvenant.
Toujours les "trois singes" : "ne rien voir, ne rien entendre, ne rien dire" !

boureau

@ Jean le Cauchois 19 septembre 2019 15:49

Clémence Guetté est effectivement bien agréable à regarder ! Que fait-elle mon dieu dans ce parti d'inconséquents ?

En voyage chez nos cousins normands expatriés depuis longtemps, ne vous laissez pas aller à commander dans un restaurant de la "panse de brebis farcie" ! Votre système digestif paierait le prix fort !

So long de la droite bretonne !

Cordialement.

abraracourci

Que préférez-vous : la mort d'un homme ou celle d'une nation ?

Tipaza

Le magicien nous joue un nouveau tour de manipulation de la réalité sur l'immigration.

Regarder l'immigration en face, dit-il !
L'immigration est un soleil qu'aucun de nos politiques n'a jamais regardé en face depuis que ce phénomène existe, quand il n'a pas été facilité par les lois sur le regroupement familial.
Des lois qui justifiaient ce que les politiques ne voulaient pas abolir pour des raisons difficilement compréhensibles.

Macron avait applaudi l'attitude de Merkel lorsqu'elle avait fait rentrer plus d'un million d'immigrés en Allemagne. Au moins elle avait un argument, contestable mais clair, compenser pour l'industrie la démographie allemande en baisse.
Maintenant que l'économie allemande a des problèmes, il lui faut gérer "en même temps", les immigrés et la baisse de production allemande, mais c'est son problème.

Toujours est-il qu'il est difficile de croire une seconde à la vérité de cette volte-face de la part de Macron, sauf si regarder en face un problème aussi lumineux, consiste à le dissoudre dans l'UE en répartissant les immigrés. C'est ce qu'il vient de proposer à l'Italie. Une façon de mettre des lunettes de soleil fortement teintées.
Rien à ma connaissance sur le renvoi des bateaux d'invasion, dits humanitaires.

Il y a quelques billets, on discutait de la possibilité de Macron d'avoir changé après l'épisode des Gilets jaunes.

Avez vous remarqué que le naturel est revenu au galop ? Il stigmatise toujours ceux qui seraient tentés de ne pas être d'accord avec lui.

Avant, il parlait de Gaulois réfractaires, il parle à présent de bourgeois, nouvelle figure de l'opposant, qui va faire plaisir à ceux qui à gauche l'ont rejoint.

C'est chaque fois le mépris qui transpire de cet individu lorsqu'il veut imposer son point de vue.

Du Gaulois au bourgeois, en passant par ceux qui ne sont rien, ça fait beaucoup de monde à mépriser pour un président à la grande ambition, mais à la petite action.
Heureusement qu'au G7 il avait résolu le différend entre les USA et l'Iran, où en serions-nous si ça n'avait pas été le cas !

GERARD R.

Preuve que la politique est un spectacle permanent, jamais elle ne fait relâche. Le maître des horloges (mais pas de la République exemplaire, pourtant promise) s'essaye, en plus modéré, au coup de Kärcher de Sarkozy. Cet instrument de nettoyage à haute pression, jamais sorti de sa boîte et qui trônerait bien, "À VENDRE", 2ème main.

Sans doute, l'actuel président que le monde nous envie a-t-il dû se dire, dans une bouffée incontrôlable de simplisme, que si Sarkozy avait réussi à pigeonner une partie des veaux d'électeurs, une timide sortie sur l'immigration devrait offrir les mêmes effets: siphonner une partie de l'électorat du RN.

Cet électorat qui plus observateur que les simples sympathisants benêts, ont remarqué combien la présidente en exercice s'efforce de mettre la pédale douce sur ce thème embarrassant. Encore une reculade en préparation, Mâme la présidente ??
Alors qu'est-ce que ça coûte à notre golden boy, de feindre une soudaine préoccupation sur un sujet qui divise les Français à raison de deux tiers contre/un tiers pour, indécis y compris ?

D'ailleurs, pour donner crédit à son initiative tout en redorant le blason démocratique de son parti majoritaire, à titre très exceptionnel, les membres s'inquiétant d'une (hypothétique) dérive présidentielle, sur un sujet pourtant tabou et qui osent publiquement le dire, ne seront pas exclus. En période préélectorale, il faut savoir faire preuve de souplesse si l'on veut séduire un cheptel consentant à d'énièmes désillusions...

Valéry

@ jack
"Je préfère que les questions épineuses d'immigration, de prosélytisme religieux soient traitées par la raison. Les populistes veulent s'en accaparer mais cela présente de gros risques"

J'ai bien peur que les islamo-gauchistes se fichent de la raison, le débat raisonnable pour eux c'est signe qu'il n'y a pas d'urgence. Seule marche avec eux la violence dans les rues, elle leur fiche la trouille de perdre les élections puis les ramène à la réalité.

Denis Monod-Broca

« Affronter la question de l’immigration » est légitime. Donner comme réponse les propositions du RN l’est moins, surtout lorsqu’on prétend héroïquement « faire barrage » au même RN !...

Nous faisons partie, collectivement parlant, sinon des 1 %, certainement des 10 % les plus riches et les plus favorisés. Devons-nous, comme le préconisent les extrêmes droites, les droites, d’autres encore et maintenant Macron himself, tout faire pour nous protéger de l’arrivée chez nous des pauvres du monde désireux de profiter de notre richesse et de notre mode de vie, ou devons-nous, fidèles à nos principes, choisir de les accueillir et de partager ?

La question est délicate, les décisions qui en découlent encore plus, mais, dans le monde si interconnecté et si menacé qui est le nôtre, n’est-ce pas ainsi qu’il convient de la poser ?

caroff

Macron connaît parfaitement l'état de fracturation du pays et les risques sérieux d'affrontements interreligieux et interethniques qui pourraient survenir si certains persistaient à soutenir que c'est à la laïcité de s'adapter à l'islam et non l'inverse. Jérôme Fourquet révèle ainsi que 37 % des musulmans vivant en France estiment que l'islam (la charia) est au-dessus des principes laïcs de notre République: « Par rapport à 2011, on constate une progression de 8 points de ceux qui disent que c'est à la laïcité à la française de s'adapter. On observe également une forte progression de l'opposition à la loi de 2010 bannissant le voile intégral dans la rue » ajoute le politologue dans Valeurs Actuelles...

L'afflux des mineurs étrangers qui contribuent à l'aggravation de la délinquance, l'impossibilité d'expulser les faux demandeurs d'asile, les regroupements familiaux laxistes et l'AME non contributif, tout cela pèse énormément sur les budgets publics. Nombre de Français qui ne peuvent avoir recours à un dentiste peuvent légitimement s'étonner que cette prestation soit gratuite pour des gens qui n'ont rien à faire en France et chacun peut, par ailleurs, s'émerveiller de l'état de cités de banlieues naguère florissantes (ou fleurissantes).

Tout cela est su de Macron qui en fin tacticien s'empare d'une thématique populaire mais surtout portée par le RN.
Comme il est plus que probable qu'il ne fera rien d'autres que des discours, les électeurs iront plutôt vers Mme Le Pen ce qui aura comme avantage de restituer le duel de 2017 qu'il est sûr de gagner.

Entre-temps LR aura sombré car depuis toujours ce parti est incapable d'avoir une position claire sur cette question, pas plus que sur la politique économique à mener du reste !

C'est triste pour notre pays et c'est aussi triste pour les immigrés d'origine maghrébine qui voient leur pourtant faible réputation s'effondrer sous les coups répétés de leurs coreligionnaires.

Jean le Cauchois

@ boureau à 09:00 sur la SNCF et à 11:47 sur l'immigration

Cher boureau, c'est un plaisir retrouvé de lire sur ce blog vos commentaires, vos compléments au texte du jour proposé par notre hôte. Ainsi, ce matin, nous découvrons sous sa plume le "cynisme noble" et la véritable action menée jusqu'ici par le président actuel: "pendant plus de deux ans, des maux capitaux ont été jetés sous le tapis républicain". Vous évoquez le remplacement prochain de l'ami de feu Richie par le président de Keolis, qui gérait "l'activité de 65.000 fonctionnaires" et j'entendais juste après sur CNews le secrétaire d'Etat aux Transports évoquer "les immenses chantiers auxquels allait être confrontés le nouveau patron de la SNCF", comme si rien n'avait été fait depuis bien longtemps.

Et en fin de matinée, vous évoquez l'immigration. Il se trouve que je viens de passer quelque temps sur la rive d'en face de chez moi et que la courte traversée en voiture, qui était un plaisir autrefois, est devenue un déplaisir certain avec les temps d'attente pour les contrôles, parqués dans des zones entourées de très hauts grillages, au départ comme à l'arrivée, dans chacun des deux pays. Moins pires que les contrôles d'aéroport, pas de ceinture ou de chaussures à remettre... tout ça pour éviter les perturbations apportées par des migrants s'arrogeant le droit de venir s'installer dans des pays bien plus confortables que ceux dont ils sont originaires.

Il me reste à lire en VO les commentaires sur "le moment Macron" : personne n'est dupe de la performance d'un fonctionnaire "haut de gamme" ! Un complément : le commentaire de Clémence Guetté, secrétaire générale du groupe parlementaire de LFI à l'Assemblée (très agréable à regarder), à qui CNews a judicieusement laissé la parole pour commenter les exactions reprochées à Jean-Luc Mélenchon, en jugement ces jours-ci, qui donne un sens à la formule "la Justice ne peut pas être utilisée à des fins politiques" et me donne presque le regret de devoir à nouveau, de retour dans mon pays, (me) conduire... à droite, comme vous !

Robert Marchenoir

Macron ne va absolument rien faire contre l'immigration. Il suffit d'examiner ses déclarations pour comprendre que c'est de l'affichage pur et simple.

"Nous n’avons pas le droit de ne pas regarder ce sujet en face", a-t-il dit, et aussitôt les immigrationnistes de hurler au retour de la bête immonde.

Donc il va regarder, il va regarder bien fort... et puis ? Et puis rien, on ne sait pas. Il peut le faire, comme disait Francis Blanche.

Tout juste nous laisse-t-on entendre qu'on pourrait mettre la pédale douce, à la marge, sur les demandes d'asile des Géorgiens et des Albanais. Mais sans remettre en cause le droit d'asile lui-même, houlàlà ! Les Géorgiens et les Albanais "ne sont pas en guerre", nous glisse-t-on, ils ne sont pas "en détresse" -- ce qui signifie que les milliards de gens "en détresse" ou venant "de pays en guerre" pourront continuer à envahir la France en toute impunité.

Je mets le bololo chez moi, je suis incapable de construire une civilisation qui tienne debout sans m'entretuer avec mes voisins, par conséquent je viens me "réfugier" en France -- où, bien évidemment, je me transformerai comme par miracle en Montesquieu, Mozart ou Leibniz. On y croit.

A ce sujet, on remarquera une fois de plus la façon dont la race et l'origine ethnique s'évaporent, chez les criminels, à chaque fois que l'on passe de la presse régionale à la presse nationale.

Le chœur politiquement correct se tord les mains en constatant l'épouvantable épidémie de "féminicides" qui frappe le pays, laquelle bien sûr prouve la perversité intrinsèque du vieux mâle blanc et de son patriarcat répugnant.

Par exemple, au Havre, où "Johanna" a été tuée de 14 coups de couteau par son "ex-compagnon", lequel avait été mis en garde à vue puis relâché par la police, suite à des violences antérieures.

C'est le 105e "féminicide" depuis le début de l'année, se lamente la presse bien-pensante, autrement dit : il faut faire quelque chose. Mais quoi ?

On ne peut en avoir une idée qu'en débusquant les rares médias qui lâchent le morceau : il s'agit de violence meurtrière noire, une fois de plus. "L'ex-compagnon" (comme cela est romantique...) est "un Havrais d'origine malienne", nous apprend France Bleu, seul au milieu d'un océan d'organes de presse étrangement muets sur ce point.

Venait-il d'un pays en guerre ? Était-il "en détresse" ? Cherchait-il une vie meilleure pour lui et les siens ? La réponse est simple : on s'en moque. Complètement. L'objectif est simplement de nous protéger contre l'invasion de populations hostiles et criminelles.

Incidemment, les photos de la "marche blanche" demandant "justice pour Johanna" montrent que la victime était enfoulardée... donc musulmane. Non que les journalistes se sentent obligés de préciser ce point, naturellement.

Résumons : si l'on n'importait pas en masse des Noirs et des musulmanes, les premiers commettraient leurs "féminicides" bien tranquillement sur les secondes dans leurs "pays en guerre", et nous aurions un peu plus la paix.

Pourquoi les brimer à ce point dans leur merveilleuse "culture" venue d'ailleurs, puisque notre société capitaliste, raciste et patriarcale réprouve ces meurtres intempestifs qui font partie de leur "différence" ?

C'est trop simple pour un immigrationniste enragé comme le "journaliste" Claude Askolovitch, qui pond une tribune délirante et infantile dans Slate pour dénoncer le "racisme" supposé d'Emmanuel Macron. Tribune qui traite de "méchants" tous ceux qui s'opposent à leur propre génocide par submersion migratoire, et multiplie à leur encontre les grossièretés et même les menaces de mort.

La névrose multiculturelle éclate dans toutes ses contradictions, lorsqu'il se vante, dans un français curieusement petit-nègre, "d'habiter un quartier populaire, réellement populaire, où la bourgeoisie, l'authentique, ne vient guère. Et je m'en félicite chaque jour. Les enfants d'immigrés sont la majorité dans mon école primaire, et à quel point je m'en fous, que crèvent les racistes."

Askolovitch devrait donc baigner dans la joie et la félicité, au milieu de ses Africains qui sont tellement mieux que nous. Penses-tu ! Il redouble de lamentations : "Je peux parler des heures des injustices que nous subissons, à quelques encablures de la colline du crack, tout près du trabendo de Barbès. Nos rues ne sont pas nettoyées aussi bien que chez les riches, nous avons plus de bruit, nos voisins sont pauvres, des mendiants dorment dans la rue, une fragrance d'urine s'impose en été, des loustics traînent, il y a de la musique sous les fenêtres des enfants."

Voilà : les immigrés pissent dans la rue, ils font de la "musique" (lire : un bruit épouvantable) sous les fenêtres des enfants, mais ce n'est pas leur faute. C'est la faute des "bourgeois" qui ne nettoient pas assez vite derrière eux.

Et il y a des "loustics qui traînent" ! On importe des loustics par millions, et puis ils traînent sous les fenêtres d'Askolovitch, qui réclame pourtant leur venue et "se félicite chaque jour" de vivre parmi eux. Notez le terme bien franchouillard de "loustics". Heureusement qu'Askolovitch n'est pas importuné par des Noirs et des Arabes !

"Je voudrais que l'on accorde à mon coin la même attention qu'au Paris touristique, où la bourgeoisie est à l'abri. Je n'y ai pas droit."

Le porte-parole de la gauche bien-pensante voudrait continuer à bénéficier de la supériorité morale que lui donne le fait d'habiter au milieu des immigrés, il tient comme à la prunelle de ses yeux à ce privilège qui lui permet d'insulter les "racistes" et de les menacer de mort en toute impunité, mais il ne faudrait surtout pas qu'il subisse les inconvénients de ses prises de position politiques.

Il veut à la fois des immigrés pisseurs et une urine inodore, de la "musique" de Noirs et le silence pour ses enfants, l'importation de millions de miséreux et l'inexistence de la pauvreté sous ses fenêtres.

Les "bourgeois" n'ont qu'à passer le balai, après tout. Avec l'argent gratuit des autres : il faut faire payer les riches.

Les "bourgeois" devraient venir débarrasser Askolovitch des méfaits de ses immigrés, mais Askolovitch se félicite que la "bourgeoisie" ne vienne jamais rôder chez lui...

A ce niveau de contradiction, nous sommes carrément dans le cas psychiatrique.

Quant à Emmanuel Macron, qui joue aux communistes de théâtre en affectant, lui aussi, de fustiger les "bourgeois", il n'arrive même pas à la cheville de Sarkozy, qui, lui, au moins, ne cachait pas ses Rolex et son Fouquet's.

Metsys

Vous évoquez à bon droit le chemin de Damas du Président ; mais il y en a eu un certain nombre depuis saint Paul. Outre la volte-face de Daladier en 1938 sur les 40 heures et le retournement de veste de Gustave Hervé en 14, on peut citer ce zek qui, devant le commandant de son camp de travail, s'est mis à traiter Beria d'ennemi de classe, de vipère lubrique et de traître à la solde de la CIA.
Alors qu'on amenait au cachot le criminel qui avait osé calomnier le chef suprême du NKVD, le tchékiste émérite, le génial maréchal de l'Union Soviétique, le prisonnier a respectueusement conseillé au citoyen commandant d'appeler son supérieur à la Loubianka.
Ce dernier lui a appris que Radio-Moscou clamait les mêmes accusations depuis deux heures.
CQFD.

hameau dans les nuages

@ jack | 19 septembre 2019 à 10:55

Populisme ! Populisme ! cacabent les pintades...

La pauvre Johanna de 27 ans, folle d'amour, a cru bien faire en épousant la religion de son ami. Cela n'a pas suffi...

https://actu17.fr/meurtre-de-johanna-au-havre-elle-avait-fait-des-demarches-pour-se-separer-de-son-conjoint-violent/

Cette autre ne devait pas savoir se servir de son fer à repasser. Ça n'a pas fait un pli:

https://www.sudouest.fr/2019/09/18/pau-un-homme-frappe-sa-compagne-a-coups-de-fer-a-repasser-6579672-4344.php

boureau

Photo Macron/Le Pen et la... tortue nordiste !

Mortuaire !

A cette heure de la pensée mais pour dans deux ans, il est fort possible que l'un des deux aura disparu du montage.

Car un larron madré, silencieux mais calculateur vient d'enclencher sa première campagne de presse pour la future présidentielle : il voit loin le bougre !

Il s'agit bien sûr de Xavier Bertrand.

Depuis le début de la semaine il est partout et annoncé partout. Le Point lui consacre quatre super pleines pages avec des photos très communicantes. Tellement communicantes qu'à les regarder, on croirait qu'il a rajeuni de vingt ans ! Dans une de ses poses très élaborées, on le montre en équilibre, le ventre rentré, renouant son lacet de chaussure : quel sportif !

Et d'autres news suivent. On parle même d'une graaaande émission avec Léa Salamé qui veut savoir "ce qu'il a vraiment dans le ventre" dit-elle !

A suivre de près : il est coriace et roué comme un vieux paysan.

On dit même que Macron le surveille de très près. Un signe !

Cordialement.

abraracourci

@ Michelle D-LEROY | 19 septembre 2019 à 02:12

Nous sommes probablement nombreux à avoir envie de lui tomber dessus à bras raccourcis, mais malheureusement les miens ne sont pas suffisamment longs pour pouvoir l'empoigner.

Robert

Je résumerai votre billet, Monsieur Bilger, à ces deux passages :

"Je suis tout de même très gêné par ce réalisme qui surgit tout à coup, par la découverte du peuple qui est privilégiée, dans la vie sociale et les affres de la quotidienneté, par rapport aux "bourgeois". Je suis tout de même surpris par l'intuition subite que ces traumatismes collectifs feraient monter le RN.
En réalité, le président de la République ne cesse pas de dire à celui-ci : ne me quitte pas !

[...] Comment LR n'a-t-il pas l'envie de démontrer à quel point la démarche présidentielle, habile, rouée, subtile, tellement assurée de l'emporter qu'elle ne se cache plus, est une manoeuvre conjoncturelle, partisane, qui ne s'est pas souciée du peuple depuis longtemps."

Effectivement, monsieur Macron est dans la tactique politique, pour ne pas dire aussi bassement politicienne que celle de ses prédécesseurs de l'ancien monde !
Si monsieur Macron veut faire oublier par ses déclarations publiques ses comportements et propos précédents qui allaient en sens inverse des plus récents, il ne s'adresse qu'aux seuls gogos de droite, en particulier macron-compatibles de "l'ex-LR" (comme Michelle D-LEROY | 19 septembre 2019 à 02:12, je constate que l'encéphalogramme de ce parti est actuellement si plat qu'on peut le considérer en mort clinique) qui pourraient voter pour lui et ses candidats aux élections à venir, jusqu'à la présidentielle de 2022 bien entendu.
Sans doute aussi ce faisant tire-t-il un trait sur une partie de la frange gauche de LREM. Mais on ne peut douter qu'il espère que ses réformes sociétales, notamment sa loi sur la "PMA pour toutes" qui juridiquement, à l'état civil, supprime le père et même la mère de la filiation naturelle, comme ses pseudo-engagements "climatiques" lui en conserveront tout de même un certain nombre, lui qui demande en outre à son parti bourgeois de ne plus l'être !!

Le verrait-on aussi se priver de l'électorat musulman par une politique par trop rigoureuse quant à l'immigration et l'intégration (sans doute "inclusive" comme l'avait envisagée la commission Ayrault/Tuot - https://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/134000099.pdf).

Ou plus modérée mais dans un esprit pas trop éloigné par son député LREM, Aurélien Taché (https://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/184000099.pdf)

Donc monsieur Macron reste fidèle à lui-même : toujours partisan d'une chose et de son contraire...

Il suffira donc de suivre les évolutions législatives en cours pour mesurer l'enfumage auquel il nous soumet depuis sa campagne présidentielle puis son élection, lui qui ne se comporte pas en président de la République, donc président de tous les Français, mais plus précisément comme chef de sa majorité, en lieu et place de la fonction constitutionnelle confiée à son Premier ministre...
Macron le "disruptif", l'homme de la Révolution !!

https://www.babelio.com/livres/Macron-Revolution/898985/extraits

Vive la révolution ! Mais laquelle ?

Lucile

Si jamais EM s'attaque au problème, mieux vaut tard que jamais, même si c'est par calcul et par cynisme. Ce serait préférable à la politique de l'autruche.

Mais s'il effleure le problème par électoralisme, en faisant croire qu'il va le régler grâce à son expertise du touche-à-tout, et avec l'espoir de faire passer ses messages lors d'interminables monologues télévisés nommés débats, il fera plus de mal que de bien.

Sans vouloir être défaitiste je pense que le but est de neutraliser la concurrence et de donner du grain à moudre aux électeurs. Tout un programme d'esbroufe et de replâtrage qui nous mènera bien jusqu'aux élections.

sylvain

"Ne me quitte pas" !

"Sinon je vais te féminicider !"

J'ai cru un instant que c'était le message de menaces que les féminicideurs envoyaient à leur future féminicidée et que Philippe allait traiter ce phénomène qui semble ne plus gêner personne et passe dans les merdias à la rubrique lubrique des chiens écrasés.

Je pense que tout le monde est d'accord pour commenter ces crimes de la façon suivante :

Tout comme pour les incendies de ces forêts qui se trouvaient au mauvais endroit au mauvais moment, on peut dire de la Féminicidée de Rouen par un féminicideur moult fois signalé et toujours impuni, qu'elle se trouvait elle aussi au mauvais endroit au mauvais moment et qu'elle a croisé imprudemment l'itinéraire de 17 coups de couteau, les études balistiques le prouvent.

Les juges sont déjà débordés par tous ces identitaires d'extrême drouâââte qui envahissent les frontières et les milliers de relaxes de racailles à prononcer, alors ces meufs, quelle perte de temps !

Honte à la manif de soutien à cette femme qui accuse sans présomption d'innocence ce malheureux qui a surement été disikilibri par le caddie du supermarché qui est considéré comme une arme chez les Gilets jaunes par la police.

Ellen

@ hameau dans les nuages | 19 septembre 2019 à 09:50

Très belle illustration.
Il n'y a aucune comparaison entre les deux. Le premier s'est tué tout seul, le second tue sur son passage tous ceux qui lui tiennent tête. Nous avions le pédalo sans boussole ni pédale, échoué au large en 2017 avec tout son équipage et aujourd'hui nous avons le Titanic avec un équipage qui pagaie dans tous les sens avant d'arriver au bon port. Pensez-vous que celui-ci soit aussi insubmersible ?

boureau

@ jack 19 septembre 2019 10:55
"Les populistes veulent s'en accaparer mais cela représente un gros risque... c'est utile de le rappeler sans cesse"

Ce qui serait plus utile, plus honnête et plus intelligent, serait de rappeler que la droite LR, le centre, la gauche et tutti quanti sont dans le déni des problèmes liés à l'immigration depuis trente ans.

Vous avez sans doute "oublié" la loi imposée par Macron, votée l'année dernière, qui amplifiait l'arrivée d'immigrés par la modification des possibilités données par le regroupement familial. Et maintenant Macron donne à penser qu'il limiterait l'immigration !

C'est bien notre Président ça : un pas en avant, un pas en arrière et accessoirement un pas sur le côté !

Parler de rationalité en excluant ceux qui dénoncent les excès de l'immigration peut paraître assez bête (pour le moins) !

Cordialement.

jack

Je préfère que les questions épineuses d'immigration, de prosélytisme religieux soient traitées par la raison. Les populistes veulent s'en accaparer mais cela présente de gros risques puisque la haine a, depuis longtemps, surplombé la rationalité. La crédibilité s'en trouve fortement affaiblie. Donc il n'y a pas de chasse gardée pour les populistes. C'est utile de le rappeler sans cesse.

Lambda

Bonjour M. Bilger
Merci pour ce billet.
Macron c'est de la com, toujours de la com, rien que de la com.

hameau dans les nuages

Macron fait jouer l'orchestre du Titanic pour calmer la panique à bord alors que ses sbires défoncent les cales, celles où sont la troisième classe des voyageurs.Les LR étant comme toujours au bar pour draguer la serveuse.

Un mal pour un bien: le sursaut des Français.

Cela va chalouper sec .

yves albert

Les actualités de ce jour nous font savoir que les pensions alimentaires seront payées par la CAF. Je suppose que la CAF se chargera de les récupérer sur les débiteurs défaillants mais croyez-vous que cela pourra se faire ?

Encore un cadeau de Macron à l'électorat qu'il veut capter pour les municipales. Cet homme n'est capable que de cela, "offrir selon ses humeurs l'argent des autres".

https://www.bfmtv.com/economie/les-pensions-alimentaires-pourront-etre-payees-par-les-caf-des-juin-2020

Quant au RN (ex-FN) nous savons tous qu'il aura été le bouc émissaire de tous les partis politiques ; c'est le seul moyen pour un parti au pouvoir de le garder.

Donc nous allons continuer à pourrir, à éructer sans cesse, à vomir nos entrailles et écouter un abruti nous raconter des fadaises pour son bien personnel d'autant que le RN ne fait rien.

Que nous crevions tous l'indiffère pourvu qu'il reste assis sur son trône, comme pendant la fête de la musique de 2018. Nous ne sommes tous que des lâches beaux parleurs ; la preuve, voyez les commentaires qui répondent à ceux de Xavier Nebout du billet précédent.

boureau

"Ne me quitte pas"

Vous avez inventé un nouveau concept littéraire, "le cynisme noble". A force cher P. Bilger, de tordre le vocabulaire pour coller une image positive à E. Macron, vous allez attraper un tour de rein !

Quelques mots suffiraient pour apprécier la déclaration d'E. Macron : opportunisme et stratégie. Pas de conviction réelle. Le talent d'un comédien qui dit tout et son contraire pour le plus grand plaisir et la plus fervente approbation de son fan-club.

Réformes d'Emmanuel Macron.

Il me semble, mais je peux me tromper, que vous avez inclus la réforme de la SNCF parmi celles qui avaient été faites. Si vous l'avez écrit, c'est faux.

La seule opération (comptable) qui sera réalisée et effective c'est le transfert de la dette colossale vers les contribuables.

Aucune réforme pour l'instant, donc, n'est faite. Ni la réorganisation de ce monstre. Ni les créations de filiales. Ni le travail sur la déficit cumulé récent de 5,2 milliards d'euros. Ni le statut des nouveaux entrants. Ni les changements prévus sur les anciens statuts. Ni la filialisation du Fret SNCF. Ni l'effort de réduire les pertes abyssales récentes. Ni le manque criant de fonds de roulement, etc. etc.

Avant même que les discussions commencent sur les anciens et nouveaux statuts des employés, il semble que la direction de la SNCF soit prête à octroyer de nouveaux privilèges à ces employés, comme par exemple une mutuelle gratuite pour tous alors qu'ils bénéficient déjà d'une médecine gratuite parmi leurs innombrables privilèges. Histoire de commencer les discussions dans un bon climat...

Vous voyez cher P. Bilger qu'il vous faut, semble-t-il, davantage de prudence quand vous affirmez qu'une réforme est faite quand elle est seulement annoncée !!

Le nouveau dirigeant nommé par E. Macron, Jean-Pierre Farandou (un pur apparatchik de la nomenklatura SNCF, responsable pendant plusieurs années de KEOLIS, forteresse syndicale de 65 000 fonctionnaires) ne réformera jamais cette nébuleuse. Au plus, quelques réformettes bien présentées qui satisferont les fans de Macron. Mais la réalité de l'exigence économique sera foulée au pied et nous continuerons longtemps à financer les pertes monstrueuses de ce tonneau des Danaïdes.

C'est la lucidité comme le bon sens qui manquent le plus dans ce monde pour apprécier les situations... L'aveuglement conduit aux pires situations, l'histoire économique est là pour nous le rappeler.

Cordialement.

Achille

« Le président de la République vient de rendre un hommage pervers au Rassemblement national »

Rien d’étonnant à cela vu que dans l’opposition le RN est, à ce jour, le seul parti encore en mesure d’inquiéter Emmanuel Macron dans les élections à venir. Reste à savoir qui sera face à lui, Marine Le Pen ou Marion Maréchal. Car au jeu du « je t’aime moi non plus » il est difficile de deviner aujourd’hui qui des deux représentera son parti en 2022.

J-L Mélenchon s’est définitivement décrédibilisé par son comportement d’exalté. Certains de ses amis commencent à se poser des questions à son sujet. On n’entend plus François Ruffin, Clémentine Autain prend ses distances, Adrien Quatennens semble vouloir jouer sa carte perso. Bref ça sent l’insoumission contre leur propre leader. Un comble !

A droite, LR va se doter d’un nouveau président qui ne pourra même pas prétendre se présenter à l’élection présidentielle de 2022. Bref une potiche chargée de traiter les affaires courantes et jouer les arbitres en cas de conflit interne. Une sorte de Coty en somme.

A gauche, si l’on en croit son ex, François Hollande semble bien décidé à revenir dans le jeu. Il aurait, paraît-il encore quelques partisans pour le soutenir. Il est vrai qu’à gauche, si l’on en croit les sondages, il est encore le moins mauvais. C’est dire le désastre !
En somme à mi-mandat tout baigne pour Macron !

Exilé

Il y a derrière ce revirement un cynisme qu'on peut qualifier de noble mais qui révèle tout de même que pendant plus de deux ans des maux français capitaux ont été jetés sous le tapis républicain.

Mais en la matière M. Macron ne fait que reprendre la politique de ses prédécesseurs, Nicolas Sarkozy compris.

Il est évident que cette attitude de déni des réalités et de refus d'appeler un chat un chat est une des raisons de la montée du RN, derniers recours pour des millions de Français qui ne peuvent plus supporter tous les villages Potemkine qu'on leur impose et qui ne peuvent se résoudre comme les courtisans du conte d'Andersen à se répandre en éloges sur la parure du roi alors qu'il est nu.

Bien entendu, nous commençons à savoir à qui nous avons affaire et nous savons très bien que ce revirement de stratégie n'a pour but que de « siphonner » les voix des électeurs RN - qui de façon curieuse cessent alors d'être infréquentables après avoir été agonis d'injures - à l'instar de ce que M. de Nagy-Bocsa avait réalisé en 2007...

Michelle D-LEROY

Emmanuel Macron pour une fois a joint le geste à la parole puisque dès aujourd’hui il est allé rencontrer son homologue Italien pour parler de l’immigration.
Désormais les flux migratoires seront mieux répartis dans les pays de l’UE... conclusion, les bateaux pourront accoster en toute tranquillité à Lampedusa, les migrants seront ensuite pris en charge par tous les pays. J’espère que le message est déjà entendu par les ONG et les associations : la porte de l’Europe est grande ouverte et la France prendra son lot.

Il se moque tout simplement de nous. Ouvertement.

Ses boutades destinées à endormir les Français qui se tourneraient vers le RN ne sont que des paroles en l’air.

Quant aux LR, pourquoi ne pas prendre la parole même sans chef ? Sont-ils à ce point à court d’idées ? Auront-ils un jour une ligne politique ?
Le RN a encore de beaux jours.

Le magistrat qui a saisi Anticor dans l’affaire Ferrand est à son tour dans la tourmente.
Certains députés LREM préconisent de supprimer l’avantage fiscal aux ménages les plus aisés.
Valeurs Actuelles a été bloqué par Google parce qu’un message sur les identitaires n’était pas conforme à la pensée obligée...
Mais quand est-ce qu’on va arrêter d’em...der les Français ? comme disait Georges Pompidou.

Macron n’a pas d’autre politique que la stratégie électorale et politique permanente pour mieux nous leurrer.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS