« Christian Jacob n'a pas besoin d'apprendre le peuple... | Accueil | Encore un effort, monsieur le président ! »

16 octobre 2019

Commentaires

Alain MEYET

Pour répondre au dernier commentaire d'Exilé (19 octobre 2019 à 8 h 28), on ne peut que vous approuver dans votre souci de vouloir faire prédominer le bon sens sur le juridisme et le pointillisme ; autrement dit, de vouloir que la justice puisse fonctionner comme il est souhaitable. Et comme nous sommes, dans notre propos, dans la sphère du droit pénal, permettez-moi de vous livrer ces quelques réflexions, émanant de M. Alain Bauer, professeur de criminologie au Conservatoire national des arts et métiers (magazine "C dans l'air" de France 5, 12 octobre 2019, 55e à 57e min), qui raisonne sur l'état actuel du Code pénal et de la justice pénale...

https://www.france.tv/france-5/c-dans-l-air/1078865-c-dans-l-air.html

"Il y a des pulsions irrésistibles de l'exécutif et parfois du Parlement, qui considèrent que de manière permanente il faut réformer le Code pénal. Ce qui fait qu'il grossit, il grandit, il devient incompréhensible. (...)
"La technicalité devient un enjeu, y compris pour les magistrats. Il y a de plus en plus de recours permanents sur des fautes de procédure, qui ne remettent pas en cause le travail intellectuel ou pénal des magistrats, mais alors... Il manquait 24 heures, il manque une signature, il manque un truc ! Donc parfois, on libère des criminels endurcis (...).
"L'erreur de signature, le manque de greffiers, le manque de moyens, le manque de policiers, le manque de magistrats est un sujet, ce n'est pas seulement une sorte de revendication syndicale. C'est que le système judiciaire en son ensemble, ce qu'on appelle la chaîne pénale, et que je préfère appeler le système pénal ou le processus pénal, est en perdition. (...)
"Il y a un manque considérable de moyens humains à l'intérieur du dispositif ; je ne parle pas des moyens matériels, parce qu'on va rester polis... Mais il y a là une justice et une police paupérisées, et qu'il ne faut pas sous-estimer, et qui pose des problèmes de lenteur, de complications, de difficultés d'enquête, et d'erreurs : tous les ans, il y a un millier de jugements qui sont réformés par le Casier judiciaire national pour une faute de procédure dans le jugement final..."

Méditons ces propos, ils disent à peu près tout de ce qu'est devenue notre justice pénale en France...

Achille

@ Patrice Charoulet | 19 octobre 2019 à 07:36
« On peut remonter du pseudo à l'IP, si on est un peu hacker. »

Connaître l’IP d’un internaute ne vous servira strictement à rien si vous n’êtes pas un expert en informatique.

D'ailleurs il n'est pas nécessaire d'être un hacker chevronné pour ce genre d'investigations que personnellement je réprouve.
Il est plus facile d’identifier un internaute directement en parcourant ses commentaires sur les réseaux sociaux, Facebook en particulier, où beaucoup de personnes se laissent aller à des confidences, photos et informations parfois très personnelles.

Une personne s'est même vantée, sur ce blog, d’avoir obtenu les coordonnées de Marchenoir, pourtant très avare de confidences, sans même être passé par son IP.

lefort

Vous avez raison M. Bilger: "encore un effort M. le Président"... tirez-vous.

Aliocha

Vous croyez à quoi, Exilé, à Youssef ou à nos lois ?
Nous vaincrons les déviances, car nous les vaincrons par l'affirmation du Droit, et non en se vautrant dans la transgression contaminante de ses principes fondamentaux.

Aliocha

Le 0,1 %, hameau, et non pas 1, concerne la population musulmane mondiale. Ecoutez donc Védrine, cela vous évitera d'être contaminé par Marchenoir.

sylvain

@ Patrice Charoulet | 19 octobre 2019 à 07:36

Il y a un bon moment que mon Elusinou chou a été démasqué, pas la peine d'être hacker, il sévit aussi en temps que troll islamomacronien sur le blog à Roufiol ; ses Wikifakes l'ont trahi, c'est un patho haineux, seul au monde, abandonné de son entourage, sa solitude est un poison qui lui a dévoré ce qui lui restait de neurones, il maudit la terre entière et se venge sur les blogs, méthode connue, il n'est pas le seul, rassurons-le et ayons pitié de lui.

Par contre il est spécialiste en Wikiporn, il joue en nocturne (3h37), si ça vous intéresse contactez-le à ce sujet il est expert en matières, heu... restons courtois.

Exilé

@ Alain MEYET
« Toutefois, il ne faut pas écarter du débat les questions juridiques, car, en fin de compte, c'est grâce à la qualité ou à cause de l'insuffisance de notre État de droit que nous réussirons à traiter ces problèmes ou qu'ils nous échapperont définitivement. »

La France est depuis très longtemps - influence romaine oblige - un pays imprégné de droit, parfois jusqu'à l'extrême.
Je crois savoir que pour les Chinois, la France est « le Pays des lois ».

Le problème est que ces lois sont dans certains cas ignorées, inappliquées voire carrément foulées aux pieds par ceux-là mêmes qui prétendent s'en faire les garants, alors que dans d'autres elles sont invoquées autour de questions aberrantes dans un pointillisme complètement surréaliste selon lequel le juridisme étouffe la justice et ce qui devrait être son esprit.

Notre pays qui sombre dans une délectation morose à se vautrer à mauvais escient dans ce pointillisme, est tout simplement en train de courir à sa perte s'il ne redresse pas la barre en remettant le bon sens au cœur de la Cité.

Ce point faible n'a pas échappé à des gens qui ne nous veulent pas que du bien :
« Avec vos lois démocratiques nous vous coloniserons. Avec nos lois coraniques nous vous dominerons »
(Youssef al-Qaradâwî)

Patrice Charoulet

@ Elusen

Monsieur,

Plusieurs d'entre nous ont dialogué avec vous. Je ne suis pas de ce nombre.
Sur Facebook, un prof de prépa, commentant un de mes scribouillages, écrit : « On peut remonter du pseudo à l'IP, si on est un peu hacker. »
En vous lisant, j'ai cru comprendre que vous étiez, entre autres choses, vous-même « un peu hacker ». Auriez-vous l'amabilité de m'expliquer comment procéder ? 

Elusen

@ hameau dans les nuages | 18 octobre 2019 à 19:21
« Alors que 30 % des musulmans estiment que la charia est supérieure aux lois de la République ? »

C’est un pseudo-sondage fait pour le compte d’une obscure fondation qui a volé le nom d’un mort, Jean Jaurès ; créée en 1992, Jean Jaurès mort en 1914.
Comme si Jean Jaurès avait donné son accord pour être associé à ça !

Par la loi et la Constitution, il est interdit de faire des statistiques racialistes et religieuses, de ficher les personnes, comment auraient-ils pu interroger des Français musulmans puisqu’ils ne savent pas qui ils sont ?!

Ils auraient interrogé par téléphone 1 012 de 15 ans et plus ; et cela en 14 jours !

Vos 30 %, cela fait 300 personnes pour la charia !

Puisque les statistiques religieuses sont interdites, il n’y a aucun fichier des Français musulmans, pour être représentatif, il faut une comparaison, mais à partir de quoi ?!

C’était quoi la question au téléphone ? « bonjour êtes-vous musulman ? »
Ils sont donc allés à la pêche.

Les répondants savent-ils ce qu’est la charia ?
Car il y a un grave problème dans ce truc ; être pour la charia et le droit des homosexuels en même temps ?!
Pour la charia et la laïcité en même temps ?!

Ce sont des alcooliques vos musulmans, puisqu’ils vont jusqu’à trouver à plus de 53 % qu’il y a trop d’immigrés en France et que les personnes sans emploi sont fainéantes.

En somme, ce sont de bons gros cons de beauf, 100 % français quoi !

Qui est majoritairement pour la charia ?
Page 53, les mômes !
Vite, vite, vite chameau dans les nuages, les ados ça pense !

Et surtout, la deuxième catégorie pour la charia, ce sont les étrangers, ceux nés hors de France, et qui n’ont pas la nationalité française, à 41% ; comme les Français musulmans pensent qu’il y a trop d’étrangers en France, ben les 41 % sont dans la m*rde !

Mon dieu que c’est sérieux un sondage !

Elusen

@ Mary Preud'homme | 18 octobre 2019 à 22:21
▬ « Pauvre type ! »

Vous vous posez donc comme le contraire, la sale bourgeoise !

▬ « diffamation »

La traductrice de notice électrique n’a pas l’air de savoir ce que cela veut dire.
À deux doigts d’écrire qu’il y aurait eu extorsion.
Il vaut mieux savoir faire usage d’un mot avant de l’employer.
Vous avez écrit n’importe quoi et mal écrit votre propos, assumez-le !

Une personne a comptabilisé le nombre de personnes assassinées directement par dieu dans la Torah-Bible, c’est plus de 2,8 millions en dehors des génocides de l’humanité et des exterminations.

Dans la Torah-Bible les peuples agissant sur son ordre ont tué jusqu’à 25 millions de personnes.

Cependant ma précédente intervention a été réécrite par quelqu’un d’autre, car elle était plus longue.

Aliocha

C'est bien ça, Marchenoir a été s’entraîner à l'impitoyable épuration et nous revient documenté.
A hydre, hydre et demie, le voilà qui s'adonne à son prosélytisme de guerre civile, confondant nation et religion, il n'est que l’instrument de l'ennemi.

Ma position n'est pas pacifique, et réclame l'application stricte des lois.

La référence au nazisme ne témoigne que de psychologies désaxées, la vieille névrose française qui n'admet pas la défaite de son désir impérial et, incapable d'accomplir son destin européen, ne sait répondre à la déviance que par la déviance, et vient vous traiter d'aplaventriste pour légitimer ses excès.

En conséquence, nos opinions divisées par ce genre de boutefeux irresponsables affaiblissent nos démocraties qui, tour à tour, se vautrent dans le jaune des gilets ou du bazar catalan, sans parler de l'état du royaume britannique, de l'Italie ou des pays de l'Est, traversés par leur délire moyenâgeux, et finissent par nous offrir à l'Ottoman, qui lui se souvient quels alliés luttaient entre eux il y a cent ans pour se partager ses dépouilles, flairant l'odeur de la vengeance.

Continuez donc à fustiger ces Français pas plus idiots que vous, Marchenoir, qui savent ce qu'est en train de faire Erdogan avec les réfugiés syriens, avec les Frères musulmans, et qui se désolent de vous voir non pas marcher, mais courir aux pièges qu'on vous tend, et nous affaiblir plus que la majorité d'entre eux, à abandonner ainsi nos principes fondamentaux.

Je l'ai déjà prouvé et n'y reviendrai pas, votre hydre est une imposture à l'image de celle de nos ennemis, retournez donc vous entraîner à vos impitoyables épurations, le fait même que vous employiez ces termes témoigne de votre dangereux aveuglement, non sur eux, mais sur vous-même.

Giuseppe

@ Robert Marchenoir | 18 octobre 2019 à 22:24

Bob - je me permets - je vous ai lu entièrement, pour l'instant je n'ai pas eu le temps de trier, parfois il me semble que c'est génial en dehors de certaines obsessions, mais quand on vous connaît... ou plutôt vous lit en entier, on ne sait plus, une relecture s'impose à tête reposée.

Deux choses qui n'ont rien à voir avec ce que vous avez écrit, car je suis à bout de souffle, d'ailleurs vous devez avoir un coeur de champion, lors des épreuves à l'effort vous devez faire sauter les compteurs, non ?

Donc deux choses :

Tout d'abord la réponse à Tomas de hameau dans les nuages - je ne sais pas le fond - je l'ai trouvée excellentissime du style pub pour le savon Bébé Cadum de l'époque, et qui m'a bien détendu après vous avoir lu :

@ Tomas
"...ça fait bizarre au début mais après on s'y fait."

Ahaha ! J'adore ! On dirait une pub pour de la vaseline.
Vous faites pareil en toutes choses de la vie ?
Rédigé par : hameau dans les nuages | 18 octobre 2019 à 22:11

La deuxième, étant donné que nous sommes concentrés sur le futur match contre le pays de Galles l'heure n'était pas à l'analyse de votre texte - vous nous pardonnerez, Mon voisin est déjà sur le terrain et rien ne saurait l'en distraire, je n'envisage donc pas pour le moment de lui poser de questions sur votre prose, il m'enverrait balader, donc peut-être à plus tard.
Quant à ma leste coiffeuse, c'est trop tard je lui ai déjà confié ma tête, et ce sera pour un autre jour.

Bob, mon pouls est redescendu à la normale, il faut dire que cette fois-ci vous avez mis le paquet et c'est ma montre chrono qui me le dit elle ne se trompe jamais.

Alain MEYET

@ Robert (18 octobre 2019 à 12 h 7, en réponse à mon commentaire du 17 octobre 2019 à 23 h 4)

Dans mon commentaire, je m'étais limité à signaler un aspect particulier, qui me paraît préoccupant, des problèmes susceptibles d'être soulevés par cette affaire. Vous prenez davantage de champ, et vous avez sans doute raison.

Puisque vous évoquez la question des collaborateurs occasionnels du service de l'enseignement public, effectivement au coeur du débat, voici quelques éléments factuels. Le Conseil d'Etat, en assemblée générale, dans son étude publiée le 19 décembre 2013, s'est nécessairement borné à présenter l'état du droit positif ; ce n'est pas pour autant qu'il s'est défilé !

Sans doute les accompagnateurs de sorties scolaires, dans l'exercice de leurs fonctions, ne sont-ils plus des parents, mais des collaborateurs occasionnels bénévoles du service public scolaire, ainsi que vous l'analysez clairement. Toutefois, en l'état du droit en vigueur, ces personnes ne constituent pas une catégorie juridique reconnue, prédéfinie, "pertinente" dit le Conseil d'Etat, qui existerait entre les agents du service public et ses usagers, et qui bénéficierait à ce titre d'un statut particulier. On peut seulement les considérer, a priori, soit comme des tiers au service soit comme des usagers de ce service.

Considérant que les parents d'élèves ont un lien évident avec le service public, le Conseil d'Etat statuant au contentieux les a depuis longtemps regardés comme des usagers.

Dès lors, ces collaborateurs occasionnels, dans l'exercice de la liberté de manifester leurs opinions religieuses qui leur est reconnue, doivent toutefois s'abstenir de toute forme de prosélytisme (port de la burqa ou du niqab, d'ailleurs interdits en vertu de la loi du 11 octobre 2010, mais pas seulement) et faire en sorte de ne pas troubler le bon fonctionnement du service, question examinée au cas par cas (en conséquence de l'article 10 de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, partie intégrante du bloc de constitutionnalité).

La loi du 15 mars 2004, qui encadre le port de signes ou de tenues manifestant une appartenance religieuse dans les établissements scolaires, ne pouvant trouver application s'agissant des parents d'élèves et une telle réglementation ne pouvant résulter que de la loi, le Conseil d'Etat, avec le pragmatisme qu'on lui connaît, fait observer néanmoins que "les exigences liées au bon fonctionnement du service public de l'éducation peuvent conduire l'autorité compétente, s'agissant des parents d'élèves qui participent à des déplacements ou des activités scolaires, à recommander de s'abstenir de manifester leur appartenance ou leurs croyances religieuses" (p. 34 de l'étude).

Ce faisant, ce n'est pas un moyen de botter en touche, c'est reconnaître, implicitement mais nécessairement, que c'est au législateur de prendre ses responsabilités, sous le contrôle du Conseil constitutionnel ; autrement dit, la balle est dans son camp (leur camp ?)...

Quant à la plainte dont est l'objet M. Julien Odoul, il est normal qu'elle puisse être déposée (pose davantage problème, à mon sens, la faculté reconnue à des associations de se porter partie civile, mais cela est un autre débat). La question de son bien-fondé est tout autre chose ; mais, comme je l'ai dit par ailleurs, ce n'est pas ce qui est recherché par le CCIF...

-------------------------------------------------------------

@ Robert Marchenoir 18 octobre 2019, à 22 h 24

Vos développements sont d'un intérêt certain, leur mérite étant de présenter des bases de réflexion. Toutefois, il ne faut pas écarter du débat les questions juridiques, car, en fin de compte, c'est grâce à la qualité ou à cause de l'insuffisance de notre Etat de droit que nous réussirons à traiter ces problèmes ou qu'ils nous échapperont définitivement.

Mais le droit n'a certainement pas le monopole de ces questions. Les juristes, les hommes politiques, les praticiens, les intellectuels, en réalité tous les citoyens intéressés, doivent manifester leur intérêt, voire leurs préoccupations. Néanmoins, qu'on le veuille ou non, on ne s'en sortira que par une volonté politique clairement affirmée (qui devra passer tôt ou tard, ne vous en déplaise, par une adaptation de la Constitution ou du bloc de constitutionnalité).

Mary Preud'homme

@ Breizmabro 18 octobre

Merci.
Dans mon post du 16 octobre à 20:19 rappelé ci-après, j'avais déjà fait part de ces mêmes réflexions :

"Autre remarque concernant les pleurnicheurs compulsifs sur les malheurs des musulmanes empêchées de se voiler de pied en cap par pure provocation, dès lors que rien dans la religion musulmane ne les oblige à se déguiser de la sorte, à plus forte raison en y associant leurs enfants victimes innocentes de leurs excès de prosélytisme, provocations, voire fanatisme ? Autant d'enfants utilisés comme des boucliers par ces militantes inconscientes et cruelles pour servir leur cause, voilà le vrai scandale que les médias devraient dénoncer..."
"Par ailleurs, que ces pleurnicheurs militants d'associations gauchistes, s'ils veulent faire œuvre utile commencent par s'interroger sur la vraie souffrance d'enfants, de parents ou de conjoints qui viennent, eux, de perdre dans des circonstances atroces l'un de leurs proches, victime du terrorisme islamiste aveugle. Ou même sont confrontés jour après jour à l'angoisse de ne pas voir rentrer le soir un père, une mère ou un fils comme beaucoup que je connais et dont on ne parle jamais".

Robert Marchenoir

Excellents commentaires, qui montrent une chose : nombreux sont les Français qui ont compris de quoi il retourne, et qui sont parfaitement documentés sur l'islam. Cela n'empêche pas les excusistes, dont nous avons quelques exemplaires ici.

Reprenons donc : il n'est pas question de voile. Ce n'est pas un problème vestimentaire. Quand des Algériens brandissent le drapeau algérien sur les Champs-Élysées, vous ne dites pas : c'est un problème textile. Le voile est le drapeau de l'armée islamique conquérante. C'est assez simple à comprendre. Qu'il soit brandi par des femmes ou des hommes n'a aucune espèce d'importance. Il y a des femmes dans l'armée.

Et puis il faudrait éviter ce vice si français, consistant à se perdre dans les détails en montant une usine à gaz. J'en vois déjà qui se demandent gravement si le voile dans les sorties scolaires, le voile à la maison, le voile aux guichets de la R-r-république... J'en vois déjà qui sortent leur code pénal, leur Conseil constitutionnel, qui commencent à couper les cheveux en quatre...

On s'en moque, du voile. Le voile est un détail de la Troisième Guerre mondiale. On risque encore de passer des plombes à légiférer gravement sur des décimètres carrés de tissu, alors que notre maison est en feu, comme dirait l'autre.

Nombreux sont les intervenants qui ont remis les pendules au centre du village : le cirque de la pauvre môman avec son petit n'enfant est une provocation pure et simple, organisée, préméditée. La preuve : son avocat porte plainte pour "violences en réunion", alors que Julien Odoul n'a pas porté le petit doigt sur elle. Son avocat Maître Sana Ben Hadj Younes. Ben Hadj. Le fils de celui qui a fait le pèlerinage à La Mecque. Il faut vous faire un dessin ?

La subversion musulmane s'insinue partout. "Fatima E." (on n'a pas le droit de connaître son nom ? c'est une délinquante, elle aussi ?) s'emploie à subvertir le langage, en plus de tout le reste. S'inscrivant ainsi dans un mouvement de masse dirigé par les islamistes, la gauche, et plus généralement les grandes puissances autocratiques, impérialistes et anti-occidentales qui ont le vent en poupe : Russie, Chine, Turquie.

Ces derniers font semblant de croire que "violence" veut dire : mots pabien, opinion que je ne partage pas, critique quelconque adressée à un membre d'une catégorie protégée. Et ils tentent d'inscrire cette déviation dans la loi. Au niveau domestique comme au niveau international.

Une fois le langage détruit et la liberté d'expression supprimée (enfin, ce qu'il en reste), la véritable violence suivra et la tyrannie pourra s'établir. Le futur n'étant pas tout à fait adapté, en l'occurrence.

A ce sujet, il conviendrait que la plainte de la madame soit purement et simplement rejetée. Par la femme de ménage de la concierge du livreur Deliveroo du greffier du tribunal. Afin d'apprendre à Maître Ben de mes fesses ce qu'est vraiment la "violence" -- et on pourra agrémenter la réponse de la "République" d'une main dans sa g..., afin d'illustrer le petit dictionnaire du français tel qu'on le parle en France, par opposition au pays du trou du c... du monde où son papa a fait son "pèlerinage".

Hélas, je crains que de bien plus augustes personnages ne soient mobilisés pour fournir à ces messieurs-dames la réponse qu'ils méritent, contribuant ainsi à gonfler un peu plus la dépense publique qui nous ruine.

Il faut bien comprendre une chose : ici, c'est le voile, mais demain, une autre fatma, ou un autre Maître Ben Machin pourra se pointer dans les tribunes du public à l'Assemblée nationale, avec une ventouse à déboucher les goguenots sur la tête, et hurler à "l'islamophobie" et à la violence si les huissiers le prient de se la carrer là où je pense. Nos invités venus d'ailleurs nous expliqueront alors que le port d'une ventouse à déboucher les WC sur la tête est une prescription irrémédiable de leur sainte religion, et qu'on insulte leur prophète en les requérant d'en faire un meilleur usage.

Ainsi, dans différents pays du monde, dont les Etats-Unis, les musulmans ont inventé une nouvelle règle : la présence d'un chien les insulte. Tout à fait par hasard, il s'agit des chiens d'aveugles, et tout à fait par hasard, les protestataires sont des chauffeurs de taxi musulmans qui possèdent un monopole de fait sur le transport entre des aéroports et la métropole qu'ils desservent.

Décodage : c'est nous qui faisons la loi dans s'pays, nous la modifions quand ça nous chante, nous nous attaquons aux plus faibles pour humilier le peuple ennemi (nous refusons de transporter les passagers aériens aveugles accompagnés de leur chien) ; et si jamais vous n'êtes pas d'accord, on vous bloque l'aéroport tout entier. Parce que nous sommes de pieux musulmans ouverts à l'Autre, porteurs d'une religion d'amour et de paix.

Bien entendu, les musulmans se moquent de nous en nous tapant un scandale avec leurs chiens. Cet animal est certes considéré comme impur par leur fausse religion de barbares, mais quand les douaniers du Pakistan (pays créé pour abriter les pauvres musulmans des méchants islamophobes qui leur veulent du mal) ont besoin de détecter la drogue dans les bagages, ils utilisent des chiens comme tout le monde, et aucun musulman ne se sent insulté.

Deux poids, deux mesures, et je déplace la cage de buts à roulettes quand je veux.

Comment fait-on pour lutter contre des vicieux pareils ? On interdit le voile, certes, mais avant tout on adopte une stratégie découlant d'un diagnostic : nous sommes en butte à une invasion, on nous fait la guerre, par conséquent nous devons combattre l'ennemi jusqu'à la mort.

Donc peu importe le voile. On commence par sécuriser nos frontières, par interdire l'immigration, par expulser les indésirables, par les interner si nécessaire (tels les Japonais aux Etats-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale), et surtout l'on montre notre résolution à l'ennemi.

Cela implique de lui faire mal précisément là où il hurle préventivement afin que l'on ne fasse rien. Cela implique de faire assaut "d'islamophobie", de "racisme" et de "fermeture à l'Autre". Cela implique de montrer à l'ennemi que son cirque intimidatoire ne marche pas. Et cela nécessite de démonter les salades des idiots utiles de souche, par la même occasion.

Il faut donc piétiner ostensiblement quelques-uns des symboles de l'islam qu'on nous met sous le nez : le voile, les minarets, les mosquées tout entières, le halal, le "prophète" Mahomet... C'est justement parce que toutes ces choses-là sont si "saintes" pour eux (soi-disant) que nous devons montrer notre infini mépris à leur égard.

C'est une position de principe. Une fois ce principe arrêté, l'intendance suivra et les bureaucrates feront leur travail. Il ne restera qu'à déterminer le cocktail adéquat de mesures suffisamment insultantes pour communiquer notre détermination.

Par exemple, les Suisses ont adopté la combinaison suivante : interdiction de l'abattage halal (oui, oui, interdiction, pas seulement "régulation", et ce depuis le XIXe siècle... et au passage, l'abattage casher est également prohibé) ; et interdiction des minarets. Si avec ça, t'as pas compris que ta religion de m..., on n'en veut pas... Bon, ça n'empêche pas les musulmans de Suisse d'avoir à leur tête un Nicolas Blancho, tout ce qu'il y a de plus autochtone comme son nom l'indique, et qui malgré tout veut imposer la charia ; ni d'héberger 25 % d'étrangers, et en particulier des "Français comme vouzémoi" venus du pays voisin pour se livrer à la délinquance. Mais personne n'a dit que ce serait facile...

Pour mener victorieusement ce combat, il faut aussi porter le fer dans la plaie de ce bubon infecté : les peigneurs de girafe fonctionnarisés. Plusieurs commentateurs ont utilement expliqué cette particularité française, la sortie scolaire, qui nous a valu cette grotesque provocation musulmane au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté.

Cela seul suffirait à justifier la suppression des sorties scolaires, et à remettre les enfants au travail. Comme si le but de l'école était d'en sortir ! Comme si les fonctionnaires-professeurs étaient payés pour faire faire du tourisme aux écoliers ! Non seulement cette détestable engeance s'emploie à décerveler les enfants qui lui sont confiés, comme le montre l'état de plus en plus désastreux de la population en matière d'alphabétisation, de calcul et d'histoire, mais en plus, elle se moque ouvertement de nous en emmenant les enfants en promenade !

Non seulement ça, mais même pour ne pas faire leur travail, les profs sont trop fatigués ! Suivant en cela un grand classique du fonctionnariat français, ils font faire leur non-travail par les gens qu'ils sont censés servir : les cochons de contribuables.

C'est ainsi que nous avons été habitués à considérer comme normal que des "bénévoles" (c'est-à-dire des parents, des usagers, des clients) soient mis à contribution pour ces fameuses "sorties scolaires". Une intervenante se demande gravement comment les écoliers pourraient encore aller à la piscine apprendre la natation, si les "mamans" ne les y accompagnaient pas (voilées ou non).

Eh bien... par exemple... si les professeurs d'éducation physique faisaient leur travail ? Qui inclut, naturellement, la torture ultra-libérale consistant à accompagner les enfants à la piscine ou au stade ? Professeur d'éducation physique est déjà, dans s'pays, une arnaque notoire permettant de bénéficier du même traitement et de la même retraite qu'un prof normal tout en en faisant trois fois moins, ce qui n'est déjà pas grand-chose. Pas de copies à corriger, pas de cours à préparer, peu d'heures de cours et une matière qui, disons... ne nécessite pas d'efforts intellectuels exagérés. Et en plus, il faut qu'ils fassent "accompagner" leurs élèves par les parents ? Le moquage de figure est véritablement exceptionnel.

Sans surprise, les musulmans s'infiltrent dans cette termitière vérolée par la paresse des fonctionnaires bien de chez nous. Vous avez besoin de "bénévoles" ? Mais comment donc ! Nos "mamans" vont s'en charger ! N'en faisant pas une rame de la journée, elles non plus, financées qu'elles sont par la bonne dépense publique allocatoire, elles ont tout le temps pour endoctriner les petits Blancs (qui le sont de moins en moins) aux beautés de l'islam. Pour enfoncer dans la tête des gens l'équation service public = islam. Et pour taper un scandale de temps à autre, avec poursuites judiciaires à la clé.

Plus fondamentalement, il faut bien comprendre qu'il n'y a pas d'islam "radical" et d'islam pacifique. Pas plus qu'il n'y avait de nazisme "extrémiste" à côté d'un nazisme gentil et mignon. Tous les Allemands étaient des ennemis. Ils ne cherchaient qu'à obtenir une vie meilleure, pour eux et leurs enfants (*) ? Justement. C'était bien le problème. Ils cherchaient à le faire à notre détriment. En conséquence, il a bien fallu en tuer un certain nombre, "pour encourager les autres", comme on dit en anglais.

Mais nous sommes civilisés, nous. Nous avons tué juste le nombre nécessaire. Nous ne sommes pas des monstres assoiffés de sang.

Nous avons bien constaté, ces derniers jours, l'inanité grotesque de cette distinction illusoire entre un mystérieux "radicalisme" même pas qualifié de musulman, et l'islam normal censé ne poser aucun problème.

Emmanuel Macron a eu des propos stupéfiants suite à l'attentat de la Préfecture de police. Le Figaro rapporte :

"Pour autant, Emmanuel Macron a reconnu que 'les institutions seules ne suffiront pas' pour en finir avec 'l'hydre islamiste'. Le président de la République en a appelé à 'la nation toute entière qui doit s'unir, se mobiliser, agir'. 'Nous ne l'emporterons que si notre pays se lève pour lutter contre cet islamisme souterrain qui corrompt les enfants de France', a-t-il affirmé."

"Il a notamment prôné une 'écoute attentive de l'autre' pour 'savoir repérer à l'école, au travail, dans les lieux de culte, les relâchements, les déviations. Ces petits gestes qui signalent un éloignement avec les valeurs de la République'. Emmanuel Macron a ainsi proposé d'établir une 'société de vigilance', et non du 'soupçon qui corrode'."

" 'Opposons à la haine l’intransigeance républicaine, à l’obscurantisme l’amour de la raison et son exigence. Faisons bloc, tous ainsi réunis. Face au terrorisme islamiste, nous mènerons toujours le combat et à la fin nous l’emporterons car nous avons cette force d’âme. Nous le faisons pour nos morts, pour nos enfants, au nom de la Nation', a conclu le chef de l'État.' "

Quouâââ ? Il faudrait se mobiliser contre l'hydre islamiste ? Il faudrait savoir repérer à l'école, au travail, dans les lieux de culte, les relâchements, les déviations ? Mais... mais... c'est de l'islamophobie ! C'est de la discrimination !

Les injonctions du président de la République violent explicitement la loi, qui interdit toute provocation à la haine ou à la discrimination en raison d'une religion. Il l'a fort bien compris, d'ailleurs, puisqu'il se contredit lui-même dans son discours : il faudrait établir une "société de vigilance", "faire bloc, tous réunis" pour "savoir repérer les déviations" (autrement dit, il appelle à un régime totalitaire de surveillance mutuelle et de dénonciation), mais il ne faudrait surtout pas que cette société soit celle "du soupçon qui corrode" ! Il faudrait savoir... on ne peut pas, à la fois, réclamer une chose et son contraire.

Pour mieux comprendre cette opposition illusoire entre "radicalisation n'ayant rien à voir avec l'islam" et "véritable islam pacifique de la plupart des musulmans", il faut lire intégralement l'analyse que Richard Landes a écrite pour la Middle East Review of International Affairs, avant de la republier sur son blog Augean Stables (Les Écuries d'Augias).

Un commentateur a obligeamment indiqué que "mettre le da'wa" signifiait, en argot arabo-français, créer le désordre. Mais cela veut dire bien plus que ça. Comme l'expose Richard Landes, cela veut dire, à l'origine, convertir à l'islam par des moyens de persuasion et d'intimidation s'arrêtant juste avant la violence -- et je vous laisse méditer sur le fait que les Arabes français eux-mêmes ont popularisé le sens par extension de cette expression : subvertir, créer le chaos et l'émeute.

Il faut lire ce long texte d'un Juif américain "islamophobe" et "raciste", ancien élève de l'École normale supérieure et vivant en Israël. Il explique comment le djihad (prosélytisme par la violence) et le da'wa (prosélytisme par la pression politique) se complètent, alternent chez les mêmes individus, et sont en fait les deux côtés de la même pièce : le califatisme, c'est-à-dire ce mouvement visant à établir le pouvoir politique et totalitaire de l'islam sur le monde entier.

C'est interminable, nuancé, érudit, irréfutable, autrement dit c'est juif, c'est du Finkielkraut en anglais -- mais il faut bien se cogner les travaux des canaris dans la mine si l'on veut éviter que celle-ci ne s'écroule sur nous. Et puis Richard Landes emploie le mot "padamalgam" en français dans le texte, donc vous savez ce qui vous reste à faire...

Au passage, il faut noter qu'on n'est pas aidés, avec les sous-doués du Front national. Après les intolérables "violences en réunion" dont a été victime la pauvre "môman" voilée au conseil régional de Bourgogne, une élue de ce parti l'a poursuivie jusqu'aux toilettes, en hurlant : "Quand les Russes vont arriver, vous allez dégager !" Mais bien sûr... c'est papa Poutine qui va venir te border dans ton lit, pauvre cloche.

On n'est pas aidé, non plus, par les sous-doués de l'aplaventrisme, comme le faux chrétien (et curieusement macrono-maniaque) Aliocha (18 octobre 2019 à 15:25) : "Si vous écoutiez Hubert Védrine, hameau, vous sauriez que les terroristes représentent 0,1 % des musulmans, que ce sont eux qui sont, et de très loin, les victimes les plus nombreuses du terrorisme islamiste."

Tout à fait. Les guerres se décident à la majorité. Si t'as pas 50 % + 1, tu remballes tes Kalachnikov et tes couteaux de boucher, et tu t'inclines sportivement devant ta défaite. En Allemagne nazie aussi, les membres de la Gestapo ne représentaient que 0,04 % de la population (**). Quant aux Allemands de l'époque, on peut dire à bon droit qu'ils ont, eux aussi, été victimes du nazisme. Et ? donc ? il ne fallait pas faire "d'amalgame" ? Il ne fallait surtout pas dire du mal du nazisme, "parce que les Allemands n'attendaient que ça" ? Il ne fallait pas faire la guerre à l'Allemagne, sans distinguer entre "bons" et "mauvais" Allemands ayant compris le nazisme tout de travers ?

Il faut lire Les Entretiens oubliés d'Hitler, 1923-1940, d'Eric Branca, aux éditions Perrin. Les interviews qu'il a données à la presse européenne et américaine avant la guerre rappellent furieusement les protestations de pacifisme de nos musulmans "modérés" contemporains, et celles de leurs défenseurs dhimmis en Occident. Quant à l'aplaventrisme des journalistes qui ont réalisé ces entretiens, il n'a rien à envier à celui des maîtres du politiquement correct qui tiennent les médias aujourd'hui.
______

(*) L'une des principales justifications de l'idéologie nazie, largement oubliée aujourd'hui, consistait à fournir des terres supplémentaires aux agriculteurs allemands, afin d'augmenter leur niveau de vie. Le nazisme était, pour une grande part, un paysanisme impérialiste et militariste.

(**) Compte tenu des chiffres suivants : 32 000 membres de la Gestapo en 1944, 80 millions d'Allemands au recensement de 1939 (Autriche comprise).

Mary Preud'homme

"Vous avez mal écrit votre paragraphe"
Rédigé par : Elusen | 18 octobre 2019 à 19:13

Pris en flagrant délit de mensonge et de diffamation, c'est tout ce qu'il trouve à dire pour se justifier. Ce n'est pas lui qui a essayé de tromper, de ridiculiser l'adversaire en déformant ses propos, c'est l'autre qui se serait mal exprimée du fait de son inculture dûment soulignée au passage. Pauvre type !

hameau dans les nuages

@ Tomas
"...ça fait bizarre au début mais après on s'y fait."

Ahaha ! J'adore ! On dirait une pub pour de la vaseline.
Vous faites pareil en toutes choses de la vie ?

breizmabro

@ Michelle D-LEROY 18 octobre 2019 à 16:14
"...autant je trouve cela un peu nunuche devant quelqu'un d'étranger à ma famille"

Oui mais ça fait toujours son petit effet avec les journalistes.

Si on dit "cette femme était voilée et son enfant a pleuré parce qu'elle s'est distinguée des autres femmes présentes" ça ne vaudra pas un clou.

Par contre si vous dites "cet enfant de 10 ans a pleuré parce que sa 'maman' seule femme voilée dans cette salle immense...", ça change tout.

La corde sensible pour faire pleurer dans les chaumières, c'est la base.

breizmabro

@ Mary Preud'homme 18 octobre 2019 à 16:55

Bien évidemment que vous et votre entourage pensez à ces orphelins de leurs papas ;)

Ce que veut dire Zineb El Rhazoui c'est que la presse, elle, n'en parle plus, de ces orphelins de pères assassinés, c'est fini, on tourne la page, place à l'enfant de Fatima E. qui pleure parce que sa... maman a préféré ne pas enlever son voile dans cette salle immense malgré ses pleurs.

Contrairement à ce que disent certains psys cet enfant ne sera pas traumatisé à vie (!) par l'intervention de Odoul vis-à-vis de sa 'maman' mais par le fait que sa 'maman' a préféré ne pas enlever son voile revendicateur et a préféré, publiquement, ne pas être une 'maman' comme les autres mères de ses copains qui l'accompagnaient.

Les enfants de 8-10 ans ne supportent pas que leurs parents fassent exception.

A partir de maintenant l'enfant de Fatima E. ne sera plus dans son école que l'enfant de Fatima E. Et pas sûr que tous ces copains et copines en soient fiers.

abraracourci

@ Michelle D-LEROY | 18 octobre 2019 à 16:14

Comme suite à vos remarques :

a) nous attendons une loi ou un décret qui dicte les obligations vestimentaires dans les écoles, collèges, lycées, facultés, réunions publiques.

Cela évitera de rester dans le flou actuel (chacun interprétant les arrêtés à sa façon).

b) Monsieur Julien Odoul a eu parfaitement raison de signaler la surprenante apparition d'une abaya dans l'enceinte du conseil régional.

Les reproches que certains lui font sont injustifiés, d'autant que le scénario était préparé à l'avance, peut-être même avec la complicité de la présidente.

c) Les débats qui n'en finissent pas sur ce sujet démontrent que la France est en plein désarroi et que la haine que véhiculent les musulmans que nous accueillons est bien vivace.

Rappelez-vous le sort des moines de Tibhirine et comparez-le avec ce qui vient de se passer.

Très cordialement.

hameau dans les nuages

@ Aliocha | 18 octobre 2019 à 15:25

1 % ? Vous êtes sérieux ? Alors que 30 % des musulmans estiment que la charia est supérieure aux lois de la République ?

Onfray à juste titre dénonce en plus le nouveau pacte germano-soviétique entre la gauche et les musulmans.

Votre foi vous aveugle.

Elusen

@ breizmabro | 18 octobre 2019 à 15:33

Attentat dans une mosquée en Afghanistan : au moins 62 morts
Publié le 18 octobre 2019 à 8h16 - Agence France-Presse

Physicians for Social Responsibility, ONG prix Nobel de la paix en 1985, estimait qu’en Irak de 2003 à 2015, il y avait eu aux alentours de 655 000 morts.

Plus de 370 000 morts en Syrie de 2009 à 2019.

Cependant, c’est vous tous qui passez votre temps à parler d’un épiphénomène !

Certains sont même allés jusqu’à en parler sur des sujets sans rapport et après vous venez chialer ; alors que la solution hé bé, c'est que vous la fermiez, tout simplement, du coup vous ne passerez plus votre temps à pleurnicher.

Si vous vous souciez tant que de ça des orphelins, vous n’avez qu’à donner à l’UNICEF, payer vos impôts au lieu d’utiliser des niches fiscales ou pratiquer l’évasion, mais les orphelins des quatre personnels de police, en réalité vous vous en tamponnez.

Comme il y a toujours pire ailleurs, faites comme les assistantes sociales et la police dans l’affaire d’Outreau, laissez quatre enfants être violés, parce que, eux, ce ne sont pas des orphelins et c'est stabilisant d'avoir un papa, une maman.

————————————

@ Mary Preud'homme | 18 octobre 2019 à 13:35

Vous avez mal écrit votre paragraphe ; à vous de l'assumer !
Mais vous n’assumez jamais rien, ce qui vous rend sans dignité, sans honneur.

Contrairement à vous et la majorité des autres lascars j’ai lu ces dégénérés de Torah-Bible et le Coran, des lors je sais que vous ne valez pas mieux les uns que les autres.

Vous n’assumez même pas ça : la pédophilie, le cannibalisme, les génocides prônés par la Torah-Bible !
Et je pourrais ajouter toutes les parties qui font la promotion de l'esclavage.

Judaïsme, christianisme, musulmanisme, vous êtes un danger pour les démocraties, le libre-arbitre, la liberté de conscience, la souveraineté des Nations et des peuples, car votre dieu les interdit.

Vous devez être déclarés comme secte, dissous et traités comme des organisations criminelles, tels que les francs-maçons, les bandes organisées, les mafias, les proxénètes, etc.

tomas

@ Pierre Blanchard

Mais je vous en prie, vous avez droit à des précisions. J'ai vécu plusieurs années récemment dans une banlieue du 93 en ZEP intégrale avec un jeune sur deux au chômage. J'ai déjà été le seul Blanc dans un wagon de RER, ça fait bizarre au début mais après on s'y fait. Et cætera. Il y a sûrement des endroits bien pires que le mien, j'admets, mais pas mal de mes visiteurs ont été un peu déroutés au début, j'admets.

Vous ne m'avez pas bien lu sinon, j'ai dit que le problème était technique et se limitait à faire appliquer la loi. Il n'est pas évident de faire en sorte que la pression sociale de la famille et du quartier en faveur du voile ne s'exerce plus, sauf à adopter un régime fasciste. Quant à interdire le port du voile ou tout symbole religieux, c'est liberticide.

—————————————-

@ Michel Deluré

Je suis comme Pierre Blanchard était avant mon message, dans l'ignorance de votre environnement. S'il se dégrade c'est la faute à la hausse de la population mondiale et à la mondialisation basée sur la surconsommation des ressources, pas à cause des immigrés ou des musulmans. Sauf si vous habitez un charmant village du Bassin parisien devenu centre-ville d'une ville nouvelle, évidemment. C'est le progrès, que voulez-vous.

Quant à la responsabilité de ce malheureux événement, elle en revient aux deux si la dame a voulu provoquer, ce qu'on ne peut exclure. Même si on doit constater que sans la fine intervention de l'élu du FN cette tempête dans un verre d'eau n'aurait pas éclaté. Il faut deux idiots pour déclencher une polémique stérile et ce n'est pas ça qui manque dans les rangs du FN et des islamistes. Plus la presse qui a trop monté en épingle ce qui n'est qu'un fait divers.

Patrice Charoulet

Le nouvel argot

Dans une prose récente, ALFRED LELEU avait usé de trois mots que je ne connaissais pas. Je pourrais les élucider en explorant Trappes et Aulnay-sous-Bois la nuit et en devisant avec les habitants de ces endroits, le joint aux lèvres. Ne comptant pas y aller, je vais devoir acheter Abdelkarim Tengour, Tout l'argot des banlieues, le dictionnaire de la zone, en 2600 définitions, éd. de l'Opportun, 2018, où ces trois mots sont traduits en français. Ce sera plus court et moins risqué.

Mary Preud'homme

@ breizmabro | 18 octobre 2019 à 15:33
"Je pense aux orphelins des attentats de la préfecture de police de Paris dont personne ne parle, qu'on a complètement évincé du débat pour parler d'un gamin avec une histoire de voile et de victimisation" (Zineb El Rhazoui)

Cette dame se trompe, dans nos familles de policiers, gendarmes et autres militaires, pompiers etc. on en parle énormément et l'on vit avec en permanence.
Et si l'on reste discret concernant nos proches, petits et grands qui doivent vivre avec cette épée de Damoclès au-dessus de la tête, c'est d'abord pour ne pas les exposer dans les médias, donnant ainsi leur souffrance en pâture, voire en faire de nouvelles cibles innocentes pour des terroristes qui ne reculent devant aucune ignominie dans leurs frappes sauvages !

Michelle D-LEROY

L'interpellation dans la salle du Conseil régional de Dijon qui a conduit à faire pleurer un garçon de dix ans a beaucoup ému les âmes tendres, forcément les larmes d'un enfant c'est toujours touchant, même si cela sert à la cause.

Pourtant je n'ai pas entendu ces mêmes cœurs tendres s'émouvoir des orphelins des policiers assassinés à la Préfecture de Police ni sur ce petit garçon qui à Magnanville avait assisté au meurtre de ses parents policiers. Il est vrai que ces derniers ont été protégés de la mise en scène médiatique par pudeur… et c'est tant mieux.

——————————

@ Lucile
"Odoul a donné à la personne dont il a demandé l'expulsion des cordes pour se faire fouetter puisqu'apparemment elle était dans son droit et maintenant c'est elle qui porte plainte…"

Vous avez parfaitement raison car si on se positionne par rapport à la loi et rien qu'au droit, les paroles de J. Odoul sont répréhensibles et il aura tort juridiquement parlant.
Par contre il est heureux que par le passé proche ou plus lointain, certains esprits rebelles aient pu transgresser la loi, cela a été souvent le seul moyen de faire avancer la société sur toutes sortes de sujets.

————————————

@ Robert
"Le problème qui demeure est bien que l'accompagnateur d'une sortie scolaire, dans l'exercice de sa fonction, n'est plus un "parent". Qu'est-il si ce n'est de facto un collaborateur occasionnel bénévole du service public scolaire ?"

Pour moi, cela fait partie intégrante de l'environnement scolaire et si cet accompagnateur est susceptible d'accompagner des enfants de toutes confessions, notre loi devrait être aménagée, car il y a là bel et bien un vide juridique qui ne peut que soulever des protestations un jour ou l'autre.
Et si les protestations de ce jeune député, fussent-elles déplacées, pouvaient servir à compléter la loi, ce serait déjà une belle avancée dans la lutte contre les signes extérieurs de prosélytisme.

——————————————-

@ Breizmabro

Je vois que vous aussi avez remarqué cette nouvelle mode de ne plus dire ma mère, mon père mais mon papa, ma maman.
Autant je trouve normal de parler de maman devant quelqu'un qui la connaît bien, autant je trouve cela un peu nunuche devant quelqu'un d'étranger à ma famille... pourtant cela est de plus en plus fréquent.

breizmabro

Déversement de haine contre Zineb El Rhazoui qui accumule les fatwas et est contrainte de vivre sous protection policière cinq ans après l’attentat de Charlie Hebdo.

QUI, entre elle ou la "Môman" voilée de Dijon, voit réellement sa vie détruite ?

"Cette femme préfère faire pleurer son enfant qu'enlever son voile, garder son voile est plus important pour elle que les larmes de son enfant ?" (Zineb El Rhazoui)

"Je pense aux orphelins des attentats de la préfecture de police de Paris dont personne ne parle, qu'on a complètement évincé du débat pour parler d'un gamin avec une histoire de voile et de victimisation" (Zineb El Rhazoui)

Aliocha

Si vous écoutiez Hubert Védrine, hameau, vous sauriez que les terroristes représentent 0,1 % des musulmans, que ce sont eux qui sont, et de très loin, les victimes les plus nombreuses du terrorisme islamiste. Il est d'accord avec Blanquer, et moi aussi, sur le sujet du voile, il n'est pas souhaitable, mais l'interdire est parfaitement contre-productif, on l'observe tous les jours.

Ayons donc un peu confiance en nos valeurs, arrêtons de généraliser et de désigner à la vindicte l'ensemble des musulmans. Agissons avec doigté et intelligence, les idiots intelligents de Védrine sont ceux qui sont trop tolérants, j'y rajoute ceux qui ne le sont pas assez, tombant dans l'excès réciproque.

Le lien est effectivement celui que donne Robert, émission du 16 octobre.

Xavier NEBOUT

@ Mary Preud'homme
"...prétexte pour m'attaquer bassement, me prêtant des intentions malveillantes et racistes à l'opposé des miennes"

Rien que ça ! Mais d'où tirez-vous cette accusation ? Il faut que vous vous libériez d'une subjectivité parvenue à un niveau dangereux.

Ceci dit avec les termes "dans un esprit de réconciliation, de paix et de fidélité aux textes de l'Ancien Testament", vous confirmez que notre pauvre Eglise catholique ne comprend plus rien au christianisme lui-même puisque si le Nouveau Testament n'abolit pas l'Ancien, le sacrifice de Jésus n'a pas de sens.

Vatican II, le concile des homos, aura été une catastrophe mortelle pour l'Eglise, et la hiérarchie catholique corrompue corps et âme qui ne démord pas de son hérésie en la vendant au diable, doit être brûlée en entier sur les bûchers de l'Inquisition, pape compris - Dieu triera les siens...

-------------------------------------------------------------------

@ Catherine JACOB

Lorsque je parle de prêtres ignorants, il ne s'agit évidemment pas de Teilhard de Chardin, mais de ceux de Vatican II qui l'ont condamné.

Il y a d'ailleurs un terme qui traîne dans le vocabulaire bénédiction à leur sujet: "curés de me*de".

Si vous êtes proche des monastères, je pense que vous êtes d'accord avec moi sur à peu près tout, quand bien même auriez-vous beaucoup de mal à l'avouer.

Bon, d'accord ! Lorsque je parle de tous les brûler, j'y vais peut-être peu fort...

hameau dans les nuages

@ Aliocha
"...les idiots utiles de la dérive islamiste contre les musulmans."

Ben voyons ! Mais oui bien sûr il faut faire comme eux le subtil distinguo:
https://fr.wikipedia.org/wiki/Massacre_d%27Oran.

Il est bien connu qu'en matière d'attentats ils ne pratiquent pas l'amalgame et ciblent leurs futures victimes: dans un cirque par exemple, où mon épouse, âgée de 8 ans à l'époque, devait aller avec ses cousines

https://p7.storage.canalblog.com/74/15/702570/112302745.pdf

Mary Preud'homme

@ Elusen 3:07

Vous êtes un fieffé menteur. Tromper c'est ce que vous faites le mieux et ça ne me gênerait pas dès lors que vos propos malveillants et faux ne risqueraient pas d'induire certains esprits en erreur et de polluer ce blog de bonne tenue.

Voici donc ce que j'avais écrit dans mon post du 17 oct 20:07 :
"La majorité des exégètes s'accordent pour situer l'écriture de la Bible (Premier testament) entre les VIIIe et IIe siècle av. J.-C.../... "Le plus ancien objet sur lequel on retrouve un texte biblique est l'amulette de Ketef Hinnom, datée vers 600 avant JC".
"Quant au Coran, le prophète Muhammad étant illettré, il a commencé à être écrit, au mieux, en l'an 656 après JC, soit 12 siècles plus tard, en pillant d'un bout à l'autre les Saintes Ecritures des Juifs et des Chrétiens..."

Conclusion : entre 600 avant JC et 656 après, il s'est bien écoulé 12 siècles. Ce que tout le monde avait compris. Simple calcul arithmétique à la portée d'un enfant de CP !
________________

@ Xavier NEBOUT 10:01

Je vous informe que la phrase que vous citez en tête de votre post et dont vous avez pris prétexte pour m'attaquer bassement, me prêtant des intentions malveillantes et racistes à l'opposé des miennes, est proclamée chaque Vendredi saint lors de la prière universelle dans toutes les églises catholiques. Et, me semble-t-il, dans un esprit de réconciliation, de paix et de fidélité aux textes de l'Ancien Testament.

breizmabro

@ Mary Preud'homme 17 octobre 2019 19:27
"...le papa ce pourrait être aussi un flacon quelconque avec un simple numéro d'ordre.."

Dans quelques années les papas (on ne dit plus les "mères", on ne dit plus les "pères") ne seront plus reconnaissables qu'en passant le code-barre de la banque du sperme devant un scanner.

En même temps comme dit l'autre, une fois le papa identifié, la demande de pension alimentaire-éducation des enfants, sera réclamée. Comme il est de droit (demandez à Elusen il a l'article du code approprié dans son ordi).

Le droit, le droit, rien que le droit qu'ils disent...

Nous allons vivre, enfin, des moments rigolos :D

Adéo Mary

——————————————-

@ Savonarole 17 octobre 2019 à 22:21

Moi aussi, 'maman' bretonne MAIS sans coiffe, je suis allée UNE fois en sortie scolaire pour accompagner (charitablement, pour un établissement public...) des élèves de CM2 pour aller constater les dégâts de l'Amoco Cadiz à Portsall.

Ça puait le pétrole cinq kilomètres avant qu'on arrive, du coup on s'est retranché dans une crêperie du coin (principe de précaution ;)), les enfants se sont empiffrés de crêpes au sucre ou au beurre selon la bonne volonté de la crêpière qui gérait la colonie, en buvant du coca qui n'était pas encore Breiz.

Je l'ai fait une fois, mais comme je n'avais aucune revendication bretonnante à soutenir, je ne l'ai jamais refait.

Antoine Marquet

@ Robert | 18 octobre 2019 à 11:29

Merci beaucoup pour cette précision.
Cordialement.

————————

@ Aliocha | 18 octobre 2019 à 10:06

Désolé mais le lien que vous proposez n'est pas du 16 novembre et de toute façon il propose un entretien avec cette lumière éclairant l'Europe : Nathalie Loiseau. Cordialement

Robert

@ Alain MEYET | 17 octobre 2019 à 23:04

Merci pour vos précisons juridiques.
Le problème qui demeure est bien que l'accompagnateur d'une sortie scolaire, dans l'exercice de sa fonction, n'est plus un "parent". Qu'est-il si ce n'est de facto un collaborateur occasionnel bénévole du service public scolaire ?
Mais le courageux Conseil d’État, depuis la consultation de monsieur Jospin ministre de l’Éducation nationale, n'a jamais osé le décider une fois pour toutes et s'est contenté de circonlocutions juridiques qui font que ce sont les enseignants qui sont chargés d'accepter ou non la présence d'accompagnatrices voilées. Avec en plus une allégation de légalité !
D'où le fait qu'on puisse accepter comme droit d'être présente une femme, non pas voilée, mais habillée de pied en cape à l'identique des Iraniennes, tenue conforme à ce qu'exigent les Ayatollahs en Iran ! C'est-à-dire l'application de la charia dans l'espace public français...

Et la Justice française en vient à accepter une plainte du CCIF dans les conditions que vous dénoncez et avec les craintes que vous formulez à juste titre : "Certes, M. Julien Odoul s'est trompé, il s'est fourvoyé. Mais va-t-on accepter pour autant de tomber dans ce piège diabolique qui nous est tendu, au seul dessein de remettre en cause notre pacte social ?".

Cependant, dans la vidéo que j'ai vue, j'observe que :
- monsieur Odoul ne s'est jamais adressé à la personne concernée, mais exclusivement à la présidente de l'assemblée générale du Conseil régional ;
- ce que vous décrivez a un nom : subversion, la même que celle utilisée par l'ultra-gauche.

Nous verrons donc si notre Justice a encore un semblant d'honneur en prenant des décisions qui oseront aller contre ce mouvement de subversion de notre République et de son Droit, en relaxant monsieur Odoul. A défaut, la "lutte inflexible" contre l'islamisme politique que monsieur Macron prétend vouloir mener ne sera que poudre aux yeux !

Robert

@ Antoine Marquet | 18 octobre 2019 à 01:20

Il faut écouter la session du 16 octobre.
Cordialement

Aliocha

Merci aux semtob et à Marc Ghinsberg de savoir être fidèles à nos valeurs, et de ne pas se laisser manipuler par ceux qui nous divisent et depuis si longtemps, à l’extérieur comme à l’intérieur, n'aboutissant qu'à la négation de ce que nous sommes.
L'interview de Védrine est celle du mercredi 16 novembre :

https://www.radioclassique.fr/radio/emissions/matinale-de-radio-classique/linvite-de-renaud-blanc/#livePlayer

Tout y est dit avec doigté et intelligence, arrêtons de nous tromper de bonne foi, et d'être les idiots utiles de la dérive islamiste contre les musulmans.

Xavier NEBOUT

@ Mary Preud'homme
"Sans oublier la négation du peuple juif (élu) auquel Dieu s'était adressé le premier"

Là, on se demande si on doit pleurer ou pleurer de rire...
Parce que c'est non seulement avec des bêtises pareilles que les gens s'étripent aujourd'hui en Palestine et par voie de conséquence au coins de nos rues, mais cela tend à justifier l'athéisme de raison d'Etat et la dégénérescence de notre civilisation qui s'ensuit, et par voie de conséquence l'islamisme.
La première mesure à prendre, c'est d'interdire la con*erie !


Exilé

« "Taqqiya, un procédé connu qui n'opère efficacement que lorsqu'il est soutenu par un deuxième procédé redoutable : al-Madhlomiyyah, la victimisation. Après chaque attentat islamiste, une affaire de voile éclate ! L'art de gagner sur tous les tableaux par l'inversion accusatoire." (Mohamed Louizi, cité par Sophie) »

Au passage, réfléchissons un peu sur ces trois événements qui ont fait la une médiatique ces dernières semaines, à savoir : « Haro sur Zemmour », « Rififi à la PP », « Voiles en folie», ne sont-ils pas, au fond, même si les Français à la mémoire de colibri ont déjà oublié les deux premiers, reliés par un même fil conducteur ?

Et si le lanceur d'alerte Eric Zemmour a fait l'objet de tant de tirs croisés, n'est-ce pas parce qu'il avait globalement raison et que ses craintes pouvaient être non seulement fondées mais encore dépassées ?

Catherine JACOB

@ Xavier NEBOUT | 17 octobre 2019 à 21:40
« Les honorables personnes que vous citez me semblent relever du régulier. Ne disais-je pas que le christianisme n'existe quasiment plus que dans les monastères ? »

Lieux de prière et aussi, de tout temps, hauts lieux de culture jusques et y compris de nos jours.
Je répondais à cette abrupte affirmation de votre part : « les fadaises insupportables de leurs prêtres ignorants voire bien pire » .
Je pensais en particulier à Pierre Teilhard de Chardin 1881-1995, prêtre jésuite et scientifique réputé, théoricien de l'évolution, à la fois un géologue, spécialiste de la Chine du Carbonifère au Pliocène et un paléontologue des vertébrés du Cénozoïque.
Cela dit, si Charlemagne n’a pas « inventé l’école », il est tout de même à l’origine d’une importante réforme :
En témoigne l’ Admonitio generalis de l’an 789, dont le chapitre 72 est consacré aux écoles :
« (…) Que les prêtres attirent vers eux non seulement les enfants de condition servile, mais aussi les fils d'hommes libres. Nous voulons que des écoles soient créées pour apprendre à lire aux enfants. Dans tous les monastères et les évêchés, enseignez les Psaumes, les notes, le chant, le comput, la grammaire, et corrigez soigneusement les livres religieux, car, souvent, alors que certains désirent bien prier Dieu, ils y arrivent mal à cause de l'imperfection et des fautes des livres. Ne permettez pas que vos élèves les détournent de leur sens, soit en les lisant, soit en les écrivant. Mais, s'il est besoin de copier les Évangiles, le psautier et le missel, que ce soient des hommes déjà mûrs qui les écrivent avec grand soin. »

L’accent est donc mis sur le respect des textes ainsi que sur la correction d’un langage permettant à la fois de comprendre et de s’exprimer et on s’y soucie des enfants de toutes conditions.
Mais comme l’a écrit Nietzche dans « La gaya scienza », ce qui conserve l’espèce (cité in extenso)
« Les esprits les plus forts et les plus méchants ont jusqu’à présent fait faire les plus grands progrès à l’humanité : ils allumèrent toujours à nouveau les passions qui s’endormaient — toute société organisée endort les passions — ils éveillèrent toujours à nouveau le sens de la comparaison, de la contradiction, le plaisir de ce qui est neuf, osé, non éprouvé, ils forcèrent l’homme à opposer des opinions aux opinions, un type idéal à un type idéal. Par les armes, par le renversement des bornes frontières, par la violation de la piété, le plus souvent : mais aussi par de nouvelles religions et de nouvelles morales ! La même « méchanceté » est dans l’âme de tous les maîtres et de tous les prédicateurs de ce qui est neuf — cette méchanceté qui jette le discrédit sur un conquérant, même lorsqu’elle s’exprime d’une façon plus subtile, et ne met pas de suite les muscles en mouvement, ce qui d’ailleurs fait diminuer le discrédit ! Ce qui est neuf, cependant, est de toute façon le mal, étant ce qui conquiert et veut renverser les vieilles bornes et les piétés anciennes ; et ce n’est que ce qui est ancien qui puisse être le bien ! Les hommes de bien de toutes les époques ont été ceux qui ont approfondi les vieilles idées pour leur faire porter des fruits, les cultivateurs de l’esprit. Mais toute terre finit par être épuisée et il faut que toujours revienne le soc de la charrue du mal. Il y a maintenant une doctrine de la morale, foncièrement erronée, doctrine surtout très fêtée en Angleterre : d’après elle les jugements « bien » et « mal » sont l’accumulation des expériences sur ce qui est « opportun » et « inopportun » ; d’après elle ce qui est appelé bien conserve l’espèce, ce qui est appelé mal est nuisible à l’espèce. Mais en réalité les mauvais instincts sont opportuns, conservateurs de l’espèce et indispensables au même titre que les bons : — si ce n’est que leur fonction est différente.»

Il a donc fallu que ces lois censées soustraire les fillettes de 6 à 13 ans à l'exploitation précoce du labeur domestique ou rétribué et les garçons de moins de 13 ans au travail à l'usine, réussissent à limiter le temps de travail mais pas complètement, comme le montre la loi du 2 novembre 1892 qui ramène la durée maximum de travail des enfants à 10 heures quotidiennes à 13 ans, à 60 heures hebdomadaires entre 16 et 18 ans », enfin lois qui stipulent une « obligation d'instruction et de scolarisation, et loi dont l'article 4 indiquait que l'instruction pouvait être donnée dans les établissements d'instruction, les écoles publiques ou libres ou dans les familles. L'école elle-même n'ayant donc jamais été ni obligatoire ni dépendante.
Ce qui explique cette caricature dans laquelle c’est par un âne qu’un prêtre fait signer une pétition contre ces lois (promulguées en 1881-1882) :

Pierre Blanchard

https://www.radioclassique.fr/radio/emissions/matinale-de-radio-classique/linvite-de-renaud-blanc/

Nathalie LOISEAU
Son explication du voile… 10’40’’
C’est quoi dans certains quartiers pour une femme, soit se faire traiter de salafiste parce que l’on a un voile, soit de prostituée parce que l’on n’en a pas.

Résumons la solution selon Mme Loiseau : puisque certains quartiers « imposent » le port du voile aux femmes, le reste du pays doit accepter les femmes voilées… Pas question de « dire le droit » dans ces quartiers qui deviennent « un Etat dans l’Etat". Elle rejoint en cela les points de vue de Messieurs Ghinsberg et Tomas.

Exilé

@ caroff
« Grâce aux impôts payés par mes parents j'ai pu aller gratuitement à "l'école de la République" mais pas plus et pas moins. »

Vous avez parfaitement compris que cette formule de « gratuité de l'école publique » relève de la fumisterie voire de l'escroquerie.
Quant aux parents qui sont obligés de fuir une « école de la République » tournant au pandémonium et de placer leurs enfants dans une école privée, ils sont obligés de payer deux fois...

Michel Deluré

@ Tomas 17/10 23:04

Je tiens à vous rassurer, aucune quelconque paranoïa chez moi, simplement le constat d'un homme sur la réalité de l'évolution de son environnement depuis des décennies.
Et là où je réside, j'ai pourtant parfaitement conscience que les problèmes rencontrés sont loin d'être à la hauteur de ceux vécus en d'autres lieux.

Quant à la dimension prise par ce fait divers, à qui en incombe la responsabilité ? A celui qui, quelle que soit son appartenance politique, a dénoncé la présence de cette femme dans une enceinte tout de même symbolique ou à celle qui, tout porte à croire de manière délibérée, a joué la provocation ?
De grâce, ne vous trompez pas de pyromane.

C'est en fermant systématiquement les yeux sur de tels actes jugés anodins que nous laissons ainsi, insidieusement, le ver s'installer dans le fruit.

Achille

@ Antoine Marquet | 18 octobre 2019 à 01:07
« Achille, il n'a pas interpellé l'accompagnatrice ! Il a demandé à la présidente du Conseil régional de faire le nécessaire pour que cette femme enlève son voile ou dans le cas contraire, quitte la salle. »

C’est la procédure habituelle dans toutes les réunions de ce genre que de s’adresser au président ou à la présidente de séance pour déposer une réclamation.
Cela ne diminue en rien la nature agressive et humiliante de l’intervention de Julien Odoul envers l’accompagnatrice. Je dirais même au contraire.

Je ne serais pas étonné que, suite à cet esclandre parfaitement regrettable car non justifié au regard de la loi sur le port du voile, nous trouvions prochainement encore plus de femmes voilées parmi les accompagnatrices scolaires et dans l’espace public, par simple réaction ou par défi.
On aurait pu s’en passer !

Elusen

@ Alpi | 17 octobre 2019 à 20:18
« Bon, franchement, on s'en cogne de ces extraits du Coran qui dit que... qui dit quoi... »

Je note que vous n’interpellez pas le loustic qui est à l’origine du propos, mais celui qui lui répond ; cela démontre votre prépondérance.

Du coup, vous n’en avez rien à faire quand cela vous donne tort ; c’est uniquement à ce moment précis que vous n’en avez cure.
C’est surprenant !

Moi, je fais plus que m’en cogner, je m’en fais même des hématomes tellement que je m’en tape.

Je démonte seulement vos mensonges, un grotesque qui prétend que cela parle de Muhammad, des Arabes et du Coran, alors que ça parle de Abram de la Torah et des Hébreux.

------------------------------------------------

@ Mary Preud'homme | 17 octobre 2019 à 20:07
« au mieux, en l'an 656 après JC, soit 12 siècles plus tard »

Muhammad selon Maxime Rodinson diplômé en langue arabe, turc, hébraïque, docteur en Histoire, directeur d'études à l'École pratique des hautes études (IVe section – Science des religions), indique une naissance et une mort sur la période 571? - 632 après JC.

Muhammad serait mort en 632 ; le Coran selon vous écrit en 656 et vous nous dites 12 siècles entre ces deux dates ; nous allons y réfléchir !

Coran , qu'est-ce que.
- Régis BLACHÈRE, professeur à l'université de Paris-I, directeur d'études à l'École pratique des hautes études.
- Claude GILLIOT, agrégé d'arabe, docteur ès lettres, professeur à l'université de Provence.

Qurʾān , qu'est-ce que.
- Helmer RINGGRENN, Emeritus Professor of Old Testament Exegesis, University of Uppsala, Sweden.
- Nicolai SINAI, Associate Professor of Islamic Studies, University of Oxford

Venant d’une traductrice de notice d’appareils électriques, à quoi pouvais-je m'attendre de mieux ?

Ni le voile, la burqa, le niqab, l’abaya, la circoncision, ne sont dans le Coran, mais dans la Torah-Bible.

Antoine Marquet

@ Robert | 16 octobre 2019 à 22:34

Le dernier lien figurant sur votre commentaire ne mène pas à écouter Védrine, mais quelqu'un (pas Védrine) qui est face à Guillaume Durand.

Lucile

@ Michelle D-LEROY | 17 octobre 2019 à 19:49

Je ne pense pas que le port du voile soit une pacotille, mais plutôt un signe, et je pense que ce signe devient un leurre quand on fonce tête baissée dans le piège qu'il nous tend.

Comment peut-on être pris au sérieux quand on se montre pointilleux et intransigeant sur l'apparence, mais quand on ne se donne pas les moyens de lutter vigoureusement contre la délinquance ? C'est le message qu'envoie le monde politique. Odoul a donné à la personne dont il a demandé l'expulsion des cordes pour se faire fouetter puisqu'apparemment elle était dans son droit et maintenant c'est elle qui porte plainte, avec de bonnes chances de l'emporter. Je ne connais pas la théorie des jeux, mais il me semble qu'en agissant en franc-tireur et de façon spectaculaire, il a galvaudé ses atouts, et qu'au bout du compte, elle y a gagné quant à elle de bons atouts contre lui, pour sa cause à elle.

La loi est sans doute ambiguë pour que, bien qu'accompagnatrice scolaire, cette personne puisse arborer un vêtement plus ou moins, et plutôt plus que moins, religieux. Mais enfin, tant que la loi sera ambiguë, il vaudra mieux s'abstenir de la revendiquer pour finalement mordre la poussière. Ces escarmouches, loin de régler quoi que ce soit, finissent par servir la cause contre laquelle on lutte et font passer les élus pour des rigolos.

Ce n'est pas le voile qui est le problème, c'est la religion qui est derrière le voile. Le vêtement est un emblème. On veut anéantir l'emblème afin d'ignorer le problème. Voilà comment je vois les choses. Je me trompe peut-être, ce qui me réjouirait parce que ça signifierait que nous sommes sur la bonne voie.

Antoine Marquet

@ Achille | 17 octobre 2019 à 07:36

Achille, il n'a pas interpellé l'accompagnatrice ! Il a demandé à la présidente du Conseil régional de faire le nécessaire pour que cette femme enlève son voile ou dans le cas contraire, quitte la salle. P. Bilger le précise dans son billet et c'est parfaitement visible sur la vidéo diffusée.

Claude Luçon

Pour Philippe : un autre billet s'il vous plaît, vite, qu'on en finisse avec ce voile et cette voilée en quête de célébrité !

Pierre Blanchard

@ Tomas | 17 octobre 2019 à 22:33A
"La lecture des commentaires et de la paranoïa qui suinte de la plupart d'entre eux, et en sachant ce qu'est vivre au milieu des gens voilés ou africains, je m'esclaffe. Où est la France éternelle combattante, sacrebleu ? Dans les voyages d'étude de Valeurs Actuelles ?"

J'adore ce genre d'intervention Tomas.

Ni NOM, ni ADRESSE exacte, vous qui ne SUINTEZ PAS, mais vous habitez où précisément, que votre propos soit confronté à une réalité de votre situation géographique et de votre vécu (ou soi-disant vécu, mais là je mets en doute ce qui ne devrait pas l'être... désolé)

Merci.

Pierre Blanchard

@ Denis Monod-Broca | 17 octobre 2019 à 17:53

« @ Pierre Blanchard
Comment empêcher, freiner, réduire... la ségrégation géographique ? Vraie grosse difficulté ! Qu'un interdit vestimentaire ne fera pas disparaître comme par miracle... »

L’ interdit vestimentaire, solution ou pas ???

De vous ou de mes réflexions, je ne sais lequel des deux à tort ou raison… mais je sais une chose, c’est que ce que je relate... c’est du VECU et ce que vous indiquez est de l’ordre de l’espérance !

Et, le « VECU » aurait bien plus tendance à se rapprocher de ce qu’indique Michel Deluré | 17 octobre 2019 à 17:10 que de l’espoir que vous nous proposez.

»@ Marc GHINSBERG 17/10 07:53
« En acceptant que des mamans voilées accompagnent des enfants lors de sorties scolaires, favorise-t-on le prosélytisme ou facilite-t-on leur insertion dans une société laïque ? »

Puisque vous optez pour la seconde hypothèse, je crains alors que l'objectif que vous escomptez ait du mal à être atteint.
Si vous fréquentez en effet certains quartiers de nombre de nos villes même moyennes, vous constaterez qu'au vu de la population qui y réside il y a souvent plus de têtes voilées pour accompagner ces sorties scolaires que de têtes non voilées.
Espérer dans ces conditions que ces sorties soient facilitatrices d'insertion relève de l'illusion. On serait même en droit de se demander si l'inverse ne serait pas plutôt susceptible de se produire, à savoir que des femmes non voilées, alors en minorité, finissent par s'intégrer au final à cette communauté musulmane !

Mais tout ceci est de l’ordre de la confrontation d’idées qu’il convient toutefois de confronter à la réalité des faits.

Monsieur le Président Macron ferait bien, de temps à autres, non de s’en rappeler, puisqu’il fuit ce problème depuis deux ans, mais de sortir de ses théories fumeuses pour indiquer ce qui devrait être le cap à suivre…

Or, en la matière, le « en même temps » commence sérieusement à faire preuve de sa totale inefficacité, même et surtout, au sein de son parti LREM qui fuit de tous côtés...

Nous avons eu un « capitaine de pédalo », avons-nous un capitaine d’opérette ?

https://www.youtube.com/watch?v=ml7L6Ag0Zw4

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS