« L'évidence anglaise, l'abandon français... | Accueil | Mon Jean-Jacques Goldman »

02 décembre 2019

Commentaires

Tipaza

@ Lucile | 06 décembre 2019 à 19:48

J'ai essayé sur le blog d'être l'avocat de Zemmour, pas de ses idées.

Pour ce qui concerne les idées, je ne dirais pas que je les partage, puisqu'elles sont miennes pour l'essentiel depuis longtemps, depuis avant que je le découvre et qu'il soit médiatisé.

C'est l'homme que je voulais défendre en expliquant ses motivations, parce que je les comprends et que je constate qu'il s'agit d'une chasse à courre, la meute des bien-pensants poursuit l'homme.
Je ne reviendrai pas sur ces explications.

Je rappelle que Zemmour n'a pas de responsabilités de pouvoir, qu'il n'en a jamais eues, et qu'il ne souhaite pas en avoir.
On peut combattre l'homme qui est au pouvoir, parce qu'il exerce un pouvoir, qui toujours est contraignant quel qu'il soit, mais un intellectuel doit être combattu sur ses idées.
En fait il n'a pas droit au label d'intellectuel puisque ce label est réservé à gauche, il se définit donc comme polémiste.
Ce sont ses idées que l'on devrait combattre, au lieu de quoi, c'est sa personne qui est en cause.
Je ne compte plus le nombre de fois où ceux qui l'attaquent le traitent avec un mépris certain de juif berbère, pourquoi pas puisque c'est vrai.
Mais je rappelle que les mêmes en d'autres temps, pour défendre Cohn-Bendit, manifestaient en criant: "Nous sommes tous des juifs allemands" !

Il y a donc des bons juifs, les Allemands, auxquels on s'identifie, et des mauvais, les Berbères, qu'il est convenable de rejeter ès qualités.
Voilà une information sociologique intéressante !

Depuis Socrate, Galilée, Bruno Giordano, et tant d'autres, que je ne compare pas à Zemmour évidemment, mais dont je compare le rejet sur la simple base d'idées qui n'étaient pas conformes à la doxa ambiante, on sait qu'un penseur, qu'un intellectuel qui énonce des vérités évidentes que l'on veut cacher, est condamné.

Je pense que Zemmour ne se fait pas trop d'illusions, il sait qu'il finira par être condamné et qu'il n'aura pas droit à la mansuétude à laquelle ont eu droit de vulgaires incendiaires de policiers.

Bon, voilà, je voulais faire cette simple mise au point sur ma position.

boureau

@ Lucile 6 décembre 2019

Je n'ai la prétention de donner de leçon économique à personne.

Je rappelle simplement que ce sont les "économistes" (les fameux économistes bourrés de diplômes que le monde nous envie) sûrs de leur savoir qui, dans les années 80 ont décidé et imposé que la France devait devenir un pays "de services" et que les outils industriels devaient être laissés aux pays émergents.

Méfions-nous des économistes qui n'ont aucune expérience d'entreprise.

Dans notre groupe en ces mêmes années, en quinze ans, nous avons dû fermer huit filiales industrielles en France. Filiales qui pour survivre ont transféré leurs emplois et leurs structures au Portugal et au Maghreb.

L'effondrement de notre secteur industriel est une des causes de notre déclin national. En France 10 % du PIB, en Allemagne 24 %, en Suisse 22 %.

Rappel par ailleurs : notre déficit extérieur en 1980 (avant l'arrivée des socialistes) 21 %, en 2019 99,6 %. Eloquent non !

Sans secteur industriel revenu à un niveau moyen de l'Union européenne c.a.d. vers 18 à 20 %, nous n'avons aucune chance de redevenir un grand Etat. Nous déclinerons tout doucement. Petit à petit. Somnolents !

Ne cherchons pas des théories économiques pour nous guider : le bon sens suffit amplement. Mais on dit toujours que c'est la valeur la moins bien partagée.

"Zemmour est devenu la coqueluche de la droite" dites-vous.

Non, il comble simplement un vide immense : il n'y a plus, actuellement, de politiques (hommes ou femmes) de stature nationale à droite. Des sous-fifres oui, pléthore ! Et encore, ils sont du centre et pas de droite.

La notion de droite est quasiment perdue et déconsidérée.

Cordialement.

boureau

@ Robert Marchenoir 06 décembre 2019 18:01
"Il (Zemmour) a pris le parti pris du mensonge contre la vérité..."

Votre charge contre Zemmour est très largement excessive. Mais c'est votre nature, je n'en suis pas autrement surpris.

Je confirme le point de vue que j'ai déjà exprimé : c'est un plaisir de l'écouter discuter avec des débatteurs le plus souvent de talent. Des moments d'intelligence rare et de culture comme les médias ne nous en donnent pas souvent.

Je reconnais que, quelquefois, il lui arrive d'aller vers la tentative de tordre la vérité. Je lui pardonne car comme lui avait dit un adversaire dans un débat il y a une quinzaine d'années : "Je t'admire Zemmour, tu es seul contre tous, mais tu as des cou..".

Nous avons tellement de "ventres mous" dans notre pays que son courage, son volontarisme, sa passion font du bien.

J'ai appris de lui beaucoup de choses intéressantes depuis une quinzaine d'années que je suis son parcours, comme j'en ai appris de ses débatteurs.

Pour le reste, ni ma naïveté heureuse sur ce sujet, ni vos kilomètres d'argumentations ne changeront ni le monde, ni l'opinion de Zemmour.

Restons à notre niveau.

Cordialement.

Lucile

@ Tipaza

Juste en passant, pourquoi diable l'UE permet-elle à la Chine "d'imposer aux échanges commerciaux des règles strictes qui leur sont totalement favorables" ? L'UE est-elle à ce point en position de faiblesse ?

Et si les USA, qui à eux seuls sont moins nombreux que toute l'UE réunie, et moins riches, parviennent à prendre le dessus économiquement, et produisent des scientifiques créatifs, capables d'innover et de développer leurs inventions, et de réunir les fonds pour y parvenir, ce n'est sûrement pas en étatisant à la mode zemmourienne. Je peux me tromper, mais certains avancent que le Minitel a tué l'innovation chez nous, alors que nous avions des ingénieurs aussi inventifs que ceux de la Silicon Valley.

L'État en France, tel qu'il fonctionne actuellement, n'est pas très performant, sauf pour dépenser des sommes colossales avec des résultats décevants, cf l'Éducation nationale. Les fonctionnaires US sont aussi bornés que les nôtres, et tout aussi avides de pouvoir, mais la bureaucratie n'y est pas à la mode, du moins pas encore. Un pays peut investir dans la formation, avoir des universités du niveau du MIT, et susciter des vocations parmi les gens créatifs sans être pour autant centralisateur, colbertiste, et se moquer comme d'une guigne du niveau de vie de sa population. Un des petits génies de la Silicon Valley, je ne sais plus son nom, a consacré sa fortune à l'éradication de la malaria en Afrique. Il est en passe de réussir. Mais ça aussi, "on s'en fout", et on accuse le libéralisme de tous les maux.

Je ne m'y connais pas assez en économie pour discuter point par point l'argumentation de Zemmour, mais je ne pense pas me tromper en estimant qu'il n'a pas les solutions pour nous rendre plus performants. On s'en doutait un peu, en économie, il est assez simpliste, ça ne l'empêche d'ailleurs pas d'être intéressant comme polémiste, mais il est devenu la coqueluche de la droite. Et ça, c'est la catastrophe. Le problème est qu'il risque de faire croire aux Français que tout ce qui ne va pas chez nous est la faute des Américains et des Chinois, et que si l'État gérait de A à Z de grands projets industriels, ça irait mieux en France.

L'État a un rôle à jouer, tout le monde est d'accord là-dessus, mais il ne peut pas se soustraire à la concurrence, ni en interne ni en externe. Il ne peut pas fixer des règles et y déroger, il ne peut pas être à la fois le joueur et l'arbitre. Nous ne sommes pas et nous pouvons pas être un îlot protégé, avec nos propres règles, il nous faut l'admettre. Si Apple vend dans le monde entier, et même à des Français pointant leur doigt accusateur vers le libéralisme, c'est parce que son créateur ne s'est pas pris pour Mélenchon ou Zemmour, et ne s'est pas estimé trop supérieur malgré son génie pour adopter une démarche favorable au consommateur, c'est-à-dire "user-friendly".

Il ne s'agit pas de choisir entre la France, les USA et la Chine, ça ne veut rien dire. Pourquoi nous imaginer condamnés à nous situer à la remorque de ces Etats ? L'Europe a toutes les cartes en main pour être économiquement très concurrentielle. Mais elle n'en prend pas le chemin, elle fait ce qu'il faut pour s'enfoncer dans le marasme, et elle accuse les autres.

---------------------------------------------------

@ Robert Marchenoir

Effectivement, il y a chez nous des artisans, petits entrepreneurs, producteurs, des gens de professions libérales, qui savent bien gérer, qui sont bosseurs, créatifs et adaptables, avec le sens des réalités. Ils ne demandent qu'à ce qu'on les laisse faire leur travail. Ils réussissent d'ailleurs très bien à l'étranger comme vous le notez.

caroff

@ Elusen 18h51
"En France, il n’y a aucune langue officielle,"

Faux !!!

Article 2 de la Constitution alinéa 1:
"La langue de la République est le français."
Ajouté dans la Loi constitutionnelle n°92-554 du 25 juin 1992 dans son article 1er.

Elusen

@ DAUMONT | 06 décembre 2019 à 17:44
« Zemmour est la droite nationaliste bonapartiste »

L’extrême droite n’a jamais été nationaliste.
Les bonapartistes n’ont jamais été nationalistes.
Zemmour n’a jamais été nationaliste.
En France pour l’heure il n’y a aucune droite nationaliste.

La Nation française est une fédération de plusieurs peuples. Un peuple se caractérise par une culture et une langue commune.
En France, il n’y a aucune langue officielle, il y a quelque 143 langues et un paquet de peuples :
- Corses
- Basques
- Maoris
- Wayãpi
- Flamands
- Occitans
- Kanak
- Germanophobes
- Bretons
- Kali'na
- Futuniens
- Polynésiens
- Vikings (Normandie)
- Mahorais
- Catalans
- Antillais
- Wallisiens
- Francs
- Teko, etc.

La Constitution française reconnaît l’existence de tous ces peuples de France.
Je n’ai pas le souvenir que Zemmour, Le Pen, Morano, Wauquiez, Mister Bean, Marchenoir, Soral citoyen de la Confédération helvétique de son véritable nom : Bonnet, Exilé, boureau, Noblejoué, aient défendu la Nation française !
Ce ne sont pas des nationalistes !

Denis Monod-Broca

@ Exilé
« Sur ce modèle, un veau né dans une écurie et muni des papiers vétérinaires appropriés pourra alors selon vous prétendre concourir au Grand Prix d'Amérique... »

Quelle drôle d’image, vraiment !! Est-elle inspirée de la fameuse formule prêtée à de Gaulle, « Les Français sont des veaux » ?

Le nombre d’immigrés a connu un pic en 2015 mais il est assez stable et ne reflète en rien un afflux massif.
Certaines communautés, ou plutôt certains groupes, s’intègrent moins bien ou moins vite que d’autres, c’est vrai. Mais cela ne justifie en rien l’utilisation de phrases globalisantes telles que : « ils » sont incapables de s’intégrer, « ces gens-là » nous méprisent, « ils » veulent nous chasser de chez nous, etc., etc. Cela n’a aucun sens. Mais cela un effet : plus « ils » sont stigmatisés par des propos tels que les vôtres, plus « ils » resserrent les rangs, plus « ils » marquent leurs différences, et moins « ils » s’intègrent...

Robert Marchenoir

@ Lucile | 05 décembre 2019 à 12:14
"Le tout assorti d'incessantes mines et signaux non verbaux dignes d'un écolier rebelle en train de chahuter le prof."
"La supériorité agressive et méprisante avec laquelle il s'est permis de traiter l'économie en général et Jean-Marc Daniel en particulier au nom de son amour de la patrie, a dépassé les bornes. À mes yeux, elle avait un côté fumiste."

C'est tout à fait manifeste. Jean-Marc Daniel est professeur d'économie à l'ESCP, et polytechnicien. Éric Zemmour n'est que journaliste, et pamphlétaire. Il en faut. Je suis le dernier à avoir le culte du diplôme et du statut. Mais là, le côté sale gosse était évident.

Zemmour s'est même vanté, avec une puérilité confondante, d'avoir corrigé Daniel qui avait confondu millions et milliards ; et en effet, il s'était trompé, il l'a reconnu.

Le plus stupéfiant est l'abandon avec lequel Zemmour a donné la parole à son inconscient politique ; car, tout au long de ce débat, il a révélé sa vraie nature d'homme de gauche. Toute personne qui a deux sous de bon sens a bien compris que le principe suggéré par la gauche, c'est : "la dette, on s'en fout, c'est pas nous qui la paierons".

Jean-Luc Mélenchon avait été l'un des premiers à se déboutonner sur ce point, avec son assertion selon laquelle "la dette ce n'est rien, nous faisons tous ces sacrifices pour rien, jamais la dette ne sera payée". Zemmour fait un pas de plus en disant : c'est vos enfants qui la paieront, et j'en ai rien à battre.

Il a confirmé un autre point fondamental de l'idéologie de gauche : elle consiste à revendiquer une supériorité morale improuvable ("il faut raisonner un peu plus haut", "je me considère comme un citoyen avant d'être un consommateur" [*]), pour ensuite prétendre mépriser l'argent ("je m'en fous du porte-monnaie"), et finir par avouer qu'on ne méprise l'argent que parce qu'on le soutire à ses compatriotes par l'intermédiaire de l'État ("moi ça m'dérange pas que la génération suivante paye le fardeau de la dette").

En fait, Éric Zemmour est, à strictement parler, comme la plupart des "populistes", un national-socialiste. Cela dit sans aucune intention de lui prêter des convictions hitlériennes, antisémites, militaristes ou sanguinaires. Mais si les mots ont un sens, il est à la fois nationaliste et socialiste. Il le dit lui-même, d'ailleurs :

"On peut pas avoir l'État-providence, et ne pas avoir la préférence nationale. C'est pas possible. Et c'est ce qu'on a, en ce moment. On a les inconvénients des deux systèmes. Les inconvénients du libéralisme, et les inconvénients d'un socialisme fou."

Sur ce point, il a tout à fait raison. Le problème est qu'en réalité, il réclame un socialisme "raisonnable" à l'intérieur, assorti d'un protectionnisme économique "raisonnable" vis-à-vis de l'extérieur.

Il réclame, en fait, comme je le dis souvent, le socialisme dans un seul pays. C'est la position du Rassemblement national. C'est, certes, moins catastrophique que le socialisme internationaliste (l'immigration de masse, plus le socialisme à domicile), mais c'est tout autant une illusion que l'idéologie dominante actuellement.

Le socialisme ne marche pas, qu'il soit domestique ou international. Il ne suffit pas de mettre fin à l'immigration de masse pour "remplir le frigo après le 15 du mois", bien que ce soit évidemment nécessaire, et pas seulement pour des raisons économiques, ainsi que le souligne Zemmour, à juste titre sur ce point.

D'autant que dans la réalité, on sait ce que valent les faibles concessions que fait Zemmour au libéralisme. On commence par réclamer un socialisme "raisonnable", et puis on finit par conforter le socialisme le plus "fou", celui qu'on connaît actuellement. Celui qu'il s'emploie à défendre dès qu'on rentre dans le concret : la privatisation d'EDF, les performances comparées des chemins de fer publics et privés à travers le monde, la dette, etc.

Mais le plus grave, c'est que, quelles que soient les opinions politiques que l'on puisse avoir, Éric Zemmour s'emploie à accentuer la décadence de la France et de l'Occident en général. Que l'on soit de gauche ou de droite, libéral ou anti-libéral, l'un des biens les plus précieux de la civilisation consiste dans le respect de la vérité et l'usage de la raison. Détruisez cela, et vous avez détruit non seulement toute possibilité de "citoyenneté", mais ce qui sépare l'arriération de la civilisation.

Or, tout au long de ce débat, Zemmour s'est affiché comme un idéologue fini, tout en prétendant lutter contre une idéologie parfaitement imaginaire chez son adversaire.

Il a pris le parti du mensonge contre la vérité, de l'émotion contre la raison, de la rhétorique malhonnête contre le débat argumenté. Comme s'il n'y avait pas, déjà, trop de Français qui ne réclamaient que cela. (Ainsi, sur ce fil, boureau | 05 décembre 2019 à 19:52 et Tipaza | 06 décembre 2019 à 15:16.)

Au nom de la lutte contre "le système" et "l'idéologie dominante", tous les coups sont permis. Se "décomplexer" excuse tous les coups bas et toutes les malhonnêtetés.

Pendant ce temps, l'immense machine de désinformation et de subversion soviéto-russe verse du sel sur les plaies, et s'emploie, via mille canaux clandestins, à convaincre les peuples occidentaux que la vérité n'existe pas, que tout le monde ment de toute façon, et que donc, hein, pourquoi pas nous ?

Et son pendant occidental prend le relais. Le trumpisme produit des mensonges à jet continu, à l'instant même où il prétend dénoncer les "fake news" de l'adversaire.

C'est tellement commode, comprenez-vous. C'est tellement jouissif. Pendant des décennies, c'était la gauche qui tenait le haut du pavé moral en racontant n'importe quoi. Maintenant, nous en faisons autant, et, Dieu, que c'est bon !

A ceci près que si la droite fait comme la gauche, on va finir par se demander ce qui l'en sépare. Ce sera bien la peine d'avoir surmonté tous les risques de la "mal-pensance", pour se retrouver exactement au point de départ.

Et les ponts continueront de s'effondrer, parce que, hein, 19 tonnes ou 50 tonnes, qu'est-ce que ça peut bien faire ? Tout ça, c'est des "conventions petites-bourgeoises" (hier), ou "l'idéologie du Système" (aujourd'hui).

Je relève également votre remarque :

"Dommage aussi qu'il n'ait pas laissé son interlocuteur développer une idée intéressante, lorsque JMD a parlé d'un courant profondément libéral chez beaucoup de Français."

Et je pense que Jean-Marc Daniel a raison. Autant je me tue à répéter que la France est profondément communiste, autant je suis convaincu qu'il s'agit là d'une imprégnation extrême des esprits due à un bon siècle de propagande et de pratique, autant le versant libéral des Français est réel.

On le voit aussi bien sur le plan anecdotique (de loin en loin, des sondages fournissent des réponses étonnamment libérales par rapport aux idées convenues), sur le plan politique (comme l'a fait remarquer Daniel, les Français ont, après tout, voté pour un président qui s'affichait comme libéral face à une candidate ouvertement étatiste), sur le plan économique (il y a une véritable soif de création d'entreprise en France, et les créateurs de start-up français sont renommés dans le monde entier), sur le plan de l'histoire des idées (des intellectuels français des XVIIIe et XIXe siècles sont cités sans cesse en référence par les libéraux du monde entier), et finalement sur le plan de l'histoire et des mentalités collectives (la Révolution française a bien réuni, dans une fusion réellement mystérieuse, le libéralisme le plus pur et le totalitarisme le plus sanguinaire).
______

[*] Comme si on pouvait découper l'être humain en fines tranches, pour affirmer qu'il est soit "consommateur", soit "citoyen".

Comme si, d'ailleurs, on pouvait séparer les seuls agents économiques en "consommateurs" et "producteurs". Même un salarié est producteur de son travail. Zemmour produit des articles, des livres et des débats, et les vend sur le marché du travail et de l'édition, à des consommateurs de ces produits qui remplissent, en échange, son fameux "porte-monnaie" dont il "se fout" tellement.

De façon plus générale, la rage des anti-libéraux à prétendre mépriser la "consommation" (et, ici, les "consommateurs", c'est à dire 100 % des Français) relève du sophisme dit de l'homme de paille. Ils attribuent faussement aux libéraux, afin de les discréditer, une "idéologie" qui consisterait à considérer les hommes exclusivement comme des consommateurs.

C'est mensonger à double titre. D'abord parce que les anti-libéraux font un amalgame entre les économistes et les libéraux. Les premiers ne s'occupent que d'économie, comme leur nom l'indique. Mais les libéraux s'occupent aussi beaucoup de politique, de droit et d'organisation sociale. C'est même de cela qu'ils traitent au premier chef. Pour un libéral, l'homme est justement un citoyen avant tout, contrairement aux allégations diffamatoires de Zemmour.

Et bien entendu, ni les vrais économistes (c'est à dire les économistes libéraux), ni les libéraux en général, ne prétendent une chose aussi stupide que celle qui consisterait à affirmer que l'homme est seulement un consommateur, et que ses seules motivations dans la vie sont d'acheter des trucs.

L'homme possède une infinité de dimensions, il est mû par d'innombrables incitations, biologiques, religieuses, émotionnelles et j'en passe, qui coexistent évidemment. L'économie étudie seulement une partie de comportement humain, une partie fondamentale, puisque c'est celle qui lui permet de se nourrir, de subsister et d'accéder à la civilisation : son activité de production et de consommation.

Personne ne songerait à reprocher à un médecin de ne pas écrire des traités sur l'inflation. Mais bizarrement, on reproche aux économistes de n'être pas aussi des physiciens, des juristes ou des théologiens.

Les économistes n'ont jamais prétendu que l'homme n'est qu'un consommateur. Ils étudient l'homme dans son activité économique, et dans cette activité, en effet, l'homme est soit un consommateur, soit un producteur -- et en fait, il est, le plus souvent, les deux à la fois, ce qu'on oublie souvent.

DAUMONT

Je lis la dernière intervention de Robert Marchenoir.
Elle montre que le jeu politique actuel ne correspond plus aux réalités.

Zemmour est la droite nationaliste bonapartiste qui a des affinités certaines avec la gauche Montebourg et même Mélenchon.

Marchenoir est la droite ultralibérale qui conduit à un universalisme prétendu et en réalité à la loi du plus fort.

A terme M. Marchenoir joue la Chine, M. Zemmour la Russie et je comprends ainsi son antagonisme à Poutine.

C'est un des débats actuels.

L'autre est le débat Zemmour/Soral sur la Palestine, l'antisionisme et l'antisémitisme où Soral est avec Mélenchon contre Le Pen, Macron, Valls etc. Ce débat est interdit comme le sont Dieudonné et Soral par les tenants de l'extrême droite israélienne .
Le refus de reconnaître la Palestine comme l'assimilation de l'antisionisme à l'antisémitisme font preuve du contrôle de l'opinion et de la justice. Jusqu'à quand ?

Tipaza

@ Lucile | 05 décembre 2019 à 12:14

Houla ! Pauvre Zemmour !
On voit par là que les talons aiguilles de Lucile peuvent être des armes par destination aussi mortelles que les dagues florentines des Médicis !
Et la phrase :
"Il fait croire à ceux qui l'écoutent que l'on peut s'affranchir de toute règle économique et qu'il sait lui, comment faire..."
distille le poison des Borgia, que l'on fait boire aux indésirables.

Je vais donner mon interprétation des propos de Zemmour.
J'ai le droit, non ?

Zemmour évoque un passé qu'il embellit pour les besoins de sa cause, celle du souverainisme et de la France éternelle.

Il évoque les tentatives de grandes réalisations industrielles du temps béni de de Gaulle et Pompidou.

Cette évocation a pour but de rappeler que l'économie n'est pas un sujet autonome dans un pays ou mieux une nation, mais qu'elle est constitutive de celle-ci.

Vouloir faire de l'économie, comme on en fait actuellement, dans le cadre de la mondialisation, c'est défaire la tapisserie de la nation.

Et il rappelle que les USA en imposant et exportant leurs lois économiques ainsi que la Chine qui impose aux échanges commerciaux des règles strictes qui leur sont totalement favorables, jouent l'économie dans le combat pour la suprématie géopolitique.

Zemmour ne fait rien croire du tout, il explique qu'une nation n'est grande que si elle fait des efforts dans les domaines technologiques et industriels.

Il est dommage, mais le temps manquait, que les arguments de part et d'autre n'aient pas été développés sur ce sujet.

Zemmour a parlé du "Plan calcul" et du "Concorde", pour soutenir ses arguments colbertistes, et Jean-Marc Daniel lui a répondu doucement qu'ils avaient échoué.

Le Plan calcul a échoué parce que nous n'avions pas les managers capables de prendre les risques que l'innovation impose dans ce domaine.
Nous avions les ingénieurs et techniciens mais pas les chefs géniaux comme Steve Jobs ou Bill Gates. Et puis nos capitalistes étaient trop pressés de gagner de l'argent sur le dos de l'État.
Sur ce point J-M Daniel a raison, le colbertisme a trouvé ses limites.

Sur le Concorde, l'échec est différent.
Le coût d'exploitation était trop élevé, puisqu'est arrivée la crise pétrolière et surtout les USA, pas fair-play du tout, comme savent si bien ne pas l'être les Anglo-Saxons, ont interdit le survol du territoire américain au Concorde.
C'était signer l'acte de décès du Concorde.
Sur ce point J-M Daniel a tort.

Je vous signale qu'un accord vient enfin d'être signé entre la France et l'Allemagne pour la construction d'un avion de combat commun qui pourrait être l'avion de la future armée de l'Air de l'UE.

Déjà quelques jours à peine après cette signature, se pose la question de la transportabilité des bombes atomiques tactiques de l'OTAN par ce futur avion. Transportabilité qui dépend de l'habilitation donnée par les USA, et qu'ont évidemment les avions US.
La loyauté US s'arrête où commencent leurs intérêts commerciaux.

Ce que souhaite Zemmour, c'est un comportement aussi souverainiste de la part de la France et de l'UE.

Bon, voilà ce que j'ai retenu du débat en question.

À chacun sa vérité, mais j'ai bien envie d'être un peu anglo-saxon en disant que ma vérité est un peu plus vraie que la vôtre !
Ne vous fâchez pas je blague... quoique !

boureau

@ Achille 6 décembre 2019 11:51

Pas d'interprétation : le texte, rien que le texte !

Comme on disait autrefois à la Comédie-Française quand un acteur oubliait un vers ou un passage : "Au texte, Monsieur".

Texte de Zemmour CNews Débat avec Odon Vallet :

"Je pense que, il y a eu d'ailleurs un livre récent qui le montrait avec éclat, c'est Vatican II qui a vidé les églises, c'est l'adaptation à la modernité qui a vidé les églises. C'est comme chantait Brassens :"la messe quand c'est pas en latin ça vaut rien". Je pense, je dis ça évidemment par ironie, je pense que l'Eglise a eu grand tort de se protestantiser, maintenant, je pense que le catholicisme ne se sauvera que s'il devient, que s'il redevient une religion identitaire de l'Europe. Le catholicisme est la religion de l'Europe et dans le grand affrontement des guerres de civilisation que l'on connaît aujourd'hui et que l'on va connaître de plus en plus, le catholicisme soit deviendra, redeviendra une référence identitaire, soit mourra, et se videra et deviendra une ONG avec le Pape, comme on le voit de plus en plus."

Cordialement.

Achille

@ boureau | 06 décembre 2019 à 09:10
« Ce n'est pas exactement ce qu'il a dit.
Il était, de mémoire, question d'Europe, à ce moment de la discussion.
Et votre interprétation est pour le moins fantaisiste en liant, dans votre pensée cet "identitaire" à une notion politique. Sous-entendu d'extrême droite.
Ce n'est pas du tout ce que voulait dire Zemmour. »

Je vous invite à réécouter le passage. Il a dit clairement que la religion catholique devait être identitaire, sous-entendu tout comme la religion musulmane radicalisée est, elle aussi, identitaire.

Ensuite chacun de nous peut interpréter les propos de Zemmour à sa convenance en fonction de ses convictions et de l’attachement que l’on porte à ce polémiste.

boureau

@ Achille 05 décembre 2019 19:01
"Certes Zemmour s’est converti. On pourrait même dire qu’il s’est converti au catholicisme qu'il veut "identitaire"."

Ce n'est pas exactement ce qu'il a dit.

Il était, de mémoire, question d'Europe, à ce moment de la discussion.

Et votre interprétation est pour le moins fantaisiste en liant, dans votre pensée cet "identitaire" à une notion politique. Sous-entendu d'extrême droite.

Ce n'est pas du tout ce que voulait dire Zemmour.

Il vous a sans doute échappé qu'à partir du IXe siècle et pendant trois siècles, l'Europe, de l'Espagne à l'Oural et au Danube, s'est couverte de monastères et d'implantations de différentes communautés chrétiennes ; notamment les Cisterciens.

D'où l'expression employée par Zemmour pour montrer quelles étaient nos racines.

Ne restons pas dans la simplicité de pensée.

Cordialement.

Tomas

@ Valéry

Mépris, où ça ? Les bas instincts, nous en avons tous, et le peuple aussi. Et bourgeois est un terme pour désigner une catégorie socioprofessionnelle, un peu connoté certes, mais dont l'emploi ne me semble pas méprisant.

Au lieu ensuite de détourner le sujet sur l'"intolérance gauchiste" (qui existe et est aussi insupportable que toute intolérance aux idées d'autrui), vous devriez plutôt essayer de me convaincre des vertus de la pensée zemmourienne. Je pense personnellement qu'un bateleur provocateur qui "sort des sentiers battus de la pensée et du politiquement correct" n'apporte pas grand-chose au débat politique. Et ne peux que constater que Zemmour enquille les âneries et les approximations intellectuelles. C'est un vrai intellectuel français dans sa caricature la plus infatuée, pensant que Napoléon et Chateaubriand sont les phares intellectuels de l'humanité, absolument centré sur la France et ses problèmes et ne connaissant à peu près rien de l'étranger. Je découvre sa pensée économique, visiblement ce n'est pas mieux que sa connaissance de l'histoire des Balkans dont j'avais relevé les profondes lacunes. Il n'est pas honteux de ne rien connaître aux Balkans, dans ce cas peut-être serait-il mieux de ne pas en parler ?

Enfin, pour changer de sujet mais puisque vous l'avez écrit j'en profite: si la plupart des dealers sont "des Noirs et des Arabes" (d'après ce que j'ai vu moi-même, oui, en effet), j'attire votre attention sur le fait que ce n'est pas le cas de leurs clients. Il y a peut-être là plus matière à réflexion sur notre législation sur les stupéfiants, tellement obsolète que la police ne fait même plus semblant de la respecter, qu'à des amalgames hâtifs entre immigration et criminalité qu'aucune enquête sociologique sérieuse n'a à ma connaissance jamais établi. Les problèmes de la criminalité et de ses causes sont plus complexes et ne peuvent être ramenés à la seule dimension ethnique, même si celle-ci ne doit pas être évacuée a priori non plus de l'analyse et du traitement du phénomène, bien sûr.

boureau

@ Tipaza 05 décembre 2019 17:01
"Cette France éternelle qui ne sera jamais sienne, parce qu'au fond il n'est pas de ce monde.
Il le sait, et il en est malheureux."

Excellente analyse. La meilleure que j'ai lue sur Zemmour. Un amour immodéré de la France.

Je crois que Zemmour (tel qu'il se définit) est juif berbère et non juif algérien. Ce n'est pas la même chose.

Quelques reproches sur ce blog sur les approximations économiques de Zemmour. Peu justifiées en ce sens que Zemmour n'est pas un économiste pas plus qu'il n'est historien au sens universitaire. Il le sait et nous le savons tous.

Ce qui compte, à mon avis, c'est ce panache, cette passion, cette culture, cette indifférence aux critiques, ce sabre au clair, ses remises en cause des situations acquises, cette franchise au risque de déplaire...

Cet homme est une sorte de lanceur d'alerte, de Robin des Bois qui se bat contre les doxas. D'où l'écoute qu'il suscite au-delà de ses approximations encore une fois.

Alors au diable les détails, soyons un peu fous en l'écoutant.

Bien plus important que cela, c'est la voix d'un homme qu'il faut préserver. Voix que la doxa veut faire taire.

Cordialement.

P.-S.: Débat CNews Zemmour/Maffesoli ce soir. Pour les passionnés de sociologie politique.

Achille

@ Tipaza | 05 décembre 2019 à 17:01

Certes Zemmour s’est converti. On pourrait même dire qu’il s’est converti au catholicisme qu'il veut "identitaire". Dommage toutefois que ce soit celui du mouvement schismatique de feu monseigneur Lefebvre (Paix à son âme).

Rassurez-vous j’ai de la compassion pour Eric Zemmour. D'ailleurs j’ai toujours été un grand compassionnel, c’est dans ma nature. Je l’ai encore expliqué dernièrement à sbriglia.

J’aime écouter ce polémiste hors norme. Je ne suis d’accord sur pratiquement rien de ce qu’il dit, mais ses démonstrations péremptoires, un brin grandiloquentes, m’interpellent, car aussi surprenant que cela puisse paraître j’en tire toujours un enseignement. Allez comprendre !

F68.10

@ Giuseppe

Puisque vous avez mentionné mon pseudonyme et que vous êtes manifestement branché béton, je me permets de vous présenter une autre facette de mon enfance.

https://www.shutterstock.com/fr/video/clip-1021476310-aerial-flying-toward-katse-dam-wall-lesotho

Admirez.

Cadeau de la famille.

revnonausujai

@ Catherine JACOB

Les plongeurs, je ne sais pas ; les pilotes d'avion en vol sans visibilité, c'est bien documenté

https://www.lemonde.fr/societe/article/2008/01/10/crash-du-rafale-en-correze-le-pilote-victime-d-une-desorientation-spatiale_997634_3224.html

Les poissons ou les oiseaux sont plus forts que nous ? peut-être, peut-être pas ; vous comparez des situations différentes, ces animaux ne s'en remettent pas à des machines ou à des systèmes artificiels, dispositifs qui eux aussi ont leurs limites, quand ils se déplacent en formation et leurs activités ne les conduisent pas à opérer en dehors de leur domaine de perception sensoriel naturel.

Ma modeste observation des déplacements d'oiseaux me fait par exemple penser qu'ils ont la sage habitude de se poser par temps de nuit, à l'exception évidente des nocturnes qui d'ailleurs volent plutôt en solitaire.
Pour prendre un exemple trivial, quand une unité militaire défile en rangs serrés, les participants ne se heurtent pas, ne se font pas de croche-pieds, parce que les participants maîtrisent leurs déplacements et perçoivent clairement leur entourage. Dans une situation de combat, la même unité est confrontée à l'imprévu et au danger et malgré l’entraînement et la cohésion, la situation peut rapidement virer au chaos, voire, au pire, aux tirs fraticides. Mais personne n'a jamais dit que la guerre, c'était cool et peinard. .

Mary Preud'homme

Rédigé par : Robert | 05 décembre 2019 à 12:17

Notamment dernier paragraphe.
On ne les a pas oubliés.
Merci de faire ce rappel à la décence et au respect.

Tipaza

@ Achille | 05 décembre 2019 à 10:36
"Même Tipaza semble être d’accord avec vous, "

Tipaza est comme Alain Delon, il est d'accord avec lui-même ;-)
Et Zemmour aussi est d'accord avec lui-même, un peu trop d'ailleurs et c'est ce que je lui reproche.
Quel que soit le débat:
"Il suivait son idée. C’était une idée fixe et il était surpris de ne pas avancer." [Jacques Prévert]

Vous avez remarqué quand même qu'il a suivi "mes conseils". Il a été plus aimable hier avec Céline Pina.

Vous l'avez vous-même, sans le savoir, dédouané de son comportement obsessionnel sur l'immigration africaine et surtout algérienne.
Vous avez dit que Zemmour est juif algérien, ce qui est vrai.
Mais le corollaire c'est, et il le dit lui-même, qu'il a fait volontairement et seul, le chemin vers la culture française.

C'est un converti, et les convertis sont toujours les plus purs, les plus rigides, parce qu'ils veulent transformer un choix de l'âme, c'est-à-dire un choix passionnel, en un choix rationnel, ajoutant la raison à la foi.
Évidemment ça coince quelque part, et c'est ainsi que beaucoup de terroristes islamistes sont des convertis allant jusqu'au suicide.

Le comportement de Zemmour est une forme de suicide intellectuel, une recherche du martyr de la cause qu'il a choisie, celle de la France éternelle.
Cette France éternelle qui ne sera jamais sienne, parce qu'au fond il n'est pas de ce monde.
Il le sait, et il en est malheureux.

Alors, Tipaza vous demande de la compassion pour Zemmour ! ;-)

Exilé

@ Denis Monod-Broca
"Il n'y a pas quantitativement d'afflux migratoire, les auteurs des attentats de ces dernières années étaient français..."

C'est cela, oui...
Vous tombez dans le négationnisme en niant l'importance du flux migratoire changeant progressivement la nature de la France, en raisonnant comme ces démographes escrocs qui considèrent que ceux qui arrivent chez nous en conservant toutes leurs coutumes de A à Z sans en changer un iota y compris pour les plus contestables, sont français parce que des irresponsables, des clientélistes ou des félons leur ont donné des papiers français, en oubliant volontairement qu'il faut plusieurs siècles de travail, de souffrances, de sacrifices, de heurs et de malheurs pour faire un Français...

Sur ce modèle, un veau né dans une écurie et muni des papiers vétérinaires appropriés pourra alors selon vous prétendre concourir au Grand Prix d'Amérique...

« Regardez-les ! Ils sont là et ils sont fiers, fiers d’être français ! »

En citant M. Macron (qui dit n'importe quoi comme à son habitude), artisan de la déconstruction de la France et calomniateur de tout ce qui est véritablement français ou de ce qui a fait la grandeur de la France, vos arguments plus que fallacieux se retournent contre ce que vous prétendez démontrer.

Veuillez alors nous expliquer pourquoi ces gentils Français se drapent dans le drapeau de leur pays d'origine quand ce dernier est en lice lors d'une rencontre footballistique et profitent de l'occasion pour dégrader et casser tout ce qui est un symbole de la France quand ils ne s'en prennent pas physiquement aux Français qui n'ont que la France pour pays ?
Et encore, il ne s'agit là que de manifestations à caractère « festif »...

Comprenez tout de même qu'il est difficile dans ces conditions de ne pas se poser un minimum de questions sur ces étranges compatriotes, que nous préférerions largement regarder avec une sympathie naturelle et considérer en toute confiance comme de la famille...

Trekker

@ Robert | 05 décembre 2019 à 12:17
"…Quelles qu'en soient les causes, y compris une éventuelle erreur de pilotage, pilotes et passagers sont décédés et la recherche publique de responsabilités me semble inopportune : paix aux morts."

Totalement d’accord avec vous, élucider la ou les causes de ce drame n’a d’intérêt que pour les responsables de l’ALAT : cela évitera peut-être que semblable drame ne se reproduise.

J’ai évoqué les multiples causes possibles de ce drame, car Catherine JACOB insistait plus que lourdement sur les supposées défaillances de maintenance et des équipements des deux hélicoptères en cause.

"…le souvenir d'un très ancien accident d'avion militaire à Pau en 1971 et dont se rappellera peut-être Trekker. Une fois les honneurs rendus aux morts, seul le souvenir me semble relever du devoir des hommes et des femmes"

Je me souviens très bien de cet accident car j’étais alors affecté au 1° RCP et plus précisément à l’ex-camp d’Idron, très proche du lieu de cet accident.

J’ai su la cause exacte de ce dernier une dizaine d’années après, car un de mes amis était à l’époque officier de sécurité des vols lors des faits : dénomination qui doit certainement être autre à ce jour. Cet ami m’a même montré, « off the record », le rapport officiel de cet accident qui était classé secret-défense. Je pourrai vous en dire la cause en e-mail, j’autorise expressément notre modératrice à vous communiquer mon adresse mail, et alors vous comprendrez mon silence dans ce blog sur cette affaire.

Elusen

@ Denis Monod-Broca | 05 décembre 2019 à 13:31

C’est surtout facile de poser un jugement péremptoire, d’autant plus si l’on est partie, juge et procureur et que la charge de la preuve, du coup, on s’en balance.

Les Sophie, Exilé, boureau, Marchenoir, Preud’homme, Noblejoué, Lucile, croient, mais ne pensent pas ; la croyance permet le dogme, de refuser toute réflexion et n’être que dans la ferveur de la foi pour organiser des procès en sorcellerie.

Ils ne veulent pas que l’on mente à leur endroit, mais aiment mentir à l’endroit des autres et faire des faux et en user, avec de pseudo-statistiques, mais bizarrement ils n’ont aucune statistique sur les blancs chrétiens et la pédophilie ou les délits et crimes financiers, la fraude fiscale, la corruption, les enfants battus, les infanticides.

Ils veulent des privilèges, pas d’égalité ; c'est pour cela qu'ils sont racistes.

Giuseppe

@ Robert Marchenoir | 05 décembre 2019 à 09:02

Bob - je me permets -, même si parfois vous me hérissez le poil, il faut reconnaître le côté bouteur de votre esprit, vous êtes une machine à déblayer, mais il faut admettre que pour l'empierrement qui va suivre, le travail n'en sera que plus facile, au cordeau Bob, vous auriez fait un grand chef de chantier, à surveiller quand même dans vos emballements, mais F68 et quelque chose à côté est un aimable plaisantin de l'argumentation, il serait incapable de vous lacer les chaussures, autant il est creux, vous, vous empilez, enquillez, entassez, avec aussi parfois de le mauvaise foi, mais il faut vous lire et après sortir le concasseur et trier.

Bon, parfois j'ai la peau qui se hérisse, une obstination de tsunami pour imposer des vues plus que douteuses mais vous êtes increvable et Duchmolariflette qui nous a gouvernés dans le précédent quinquennat ne vous méritait assurément pas.

Denis Monod-Broca

@ Sophie

"Alors, vos leçons de morale à deux balles, vous pouvez repasser !"

"Avec vos airs de donneurs de leçons, vous finissez par être dans le club des racistes anti-blancs, anti-Français..."


@ Exilé

"Les clichés, ça permet de jouer sur l'émotion et de se faire passer à bon compte pour un humaniste."

Sous une forme certes polémique je n'ai fait que rappeler un comportement bien connu, la désignation comme coupable de l'étranger, du différent, de l'"autre".
Il y a eu le rital, le polak, le youpin, le bougnoule, d'autres encore. La religion, l'origine ethnique, la couleur de peau aident à le désigner, ce coupable, mais ne changent rien à l'irrationalité du comportement.

Il n'y a pas quantitativement d'afflux migratoire, les auteurs des attentats de ces dernières années étaient français, quantités d'arabes, de musulmans, de blacks sont parfaitement intégrés à la société française. Donc les accusations générales contre ceux-ci ou ceux-là sont infondées. Il reste que certains quartiers, certaines banlieues, sont des sortes de ghettos, des zones d'assignation à résidence, et donc des sources de frustration, de désespoir, de colère avec toutes leurs conséquences bien connues et dont nous sommes, collectivement, responsables.

Quand Macron à Marseille en 2017 dit "Et quand je regarde Marseille, je vois une ville française, façonnée par 2000 ans d’Histoire, d’immigration, d’Europe, du Vieux Port à Saint-Loup en passant par le Panier, je vois les Arméniens, les Comoriens, les Italiens, les Algériens, les Marocains, les Tunisiens, je vois les Maliens, les Sénégalais, les Ivoiriens. J’en vois des tas d’autres que je n’ai pas cités, mais je vois quoi ? Des Marseillais ! Je vois quoi ? Je vois des Français ! Des Français ! Regardez-les ! Ils sont là et ils sont fiers, fiers d’être français ! C’est ça, regardez-les bien, Mesdames et Messieurs du parti du Front National, c’est ça, être fier d’être français !", il a raison, il dit juste. Quand désormais il calque ses propos sur ceux du Front National, il a tort et se trahit lui-même. Pire : il trahit la vérité !

Robert

@ Catherine JACOB | 05 décembre 2019 à 09:43
@ Trekker

J'avoue ne pas comprendre cette insistance pour connaître les causes de l'accident d'hélicoptères au Mali qui a fait treize morts, dont les obsèques officielles ont récemment été célébrées dans la cour des Invalides.
Dans toute activité humaine, a fortiori dans des opérations militaires extérieures, le risque d'accident est toujours présent, sinon élevé. Pour les personnes extérieures que nous sommes, comprendre les raisons d'un accident aérien peut satisfaire l'esprit, mais en aucun cas cela ne fera revenir les victimes.
Quelles qu'en soient les causes, y compris une éventuelle erreur de pilotage, pilotes et passagers sont décédés et la recherche publique de responsabilités me semble inopportune : paix aux morts.

Les armées ont toujours connu ce type de risques qui font partie de l'exercice du métier militaire et sont assumés comme tels même si beaucoup est fait pour les éviter ou en limiter les conséquences.

Cela m'a fait remonter le souvenir d'un très ancien accident d'avion militaire à Pau en 1971 et dont se rappellera peut-être Trekker. Une fois les honneurs rendus aux morts, seul le souvenir me semble relever du devoir des hommes et des femmes :
http://www.hemaridron.com/accident-nord-2501-en-juillet-1971-a-pau.html

Lucile

@ Robert Marchenoir 05 décembre 2019 à 09:02

D'accord avec vous. J'avais envoyé un commentaire la veille vers 13 heures dans ce sens, mais j'ai éteint mon ordinateur trop vite après l'envoi, il n'a pas dû avoir le temps de passer.

J'ai été soufflée quand Zemmour a dit qu'il se fichait de faire payer les dettes de notre génération par la génération suivante. J'ai d'abord cru avoir mal entendu. Le pouvoir d'achat balayé d'un revers de main. Le plan calcul ruineux, le Minitel, tous ces ratages organisés par le gouvernement, il ne va pas les faire entrer en ligne de compte, point. Les dettes de la SNCF non plus. Le tout assorti d'incessantes mines et signaux non verbaux dignes d'un écolier rebelle en train de chahuter le prof.

Il fait croire à ceux qui l'écoutent que l'on peut s'affranchir de toute règle économique et qu'il sait lui, comment faire, le tout avec une assurance qui me laisse pantoise. En fait, il ne semble pas en mesure d'évaluer la complexité d'un monde fluctuant où il faut s'adapter en permanence à plusieurs variables, et propose d'en revenir à une économie en vase clos telle qu'elle n'existe pas. Il a un modèle, périmé, et il s'y tient, bon, ça à la rigueur. Mais la supériorité agressive et méprisante avec laquelle il s'est permis de traiter l'économie en général et Jean-Marc Daniel en particulier au nom de son amour de la patrie, a dépassé les bornes. À mes yeux, elle avait un côté fumiste. Dommage. Dommage aussi qu'il n'ait pas laissé son interlocuteur développer une idée intéressante, lorsque JMD a parlé d'un courant profondément libéral chez beaucoup de Français.

duvent

@ Robert Marchenoir | 05 décembre 2019 à 09:02
« Donc notez bien, Mesdames et Messieurs, si vous avez des enfants, des petits-enfants ou que vous êtes, vous-même, un peu au-dessous de l'âge moyen du lectorat de ce blog qui tourne autour de cent ans : Éric Zemmour se moque complètement de faire payer aux futures générations le fardeau croissant de la dette publique, qui frôle les 100 % du PIB. Il tire des chèques sur le compte de vos enfants, et il s'en vante, en plus. »

Il existe deux choses vraies, la première c'est que je ne sais pas de quel débat vous nous faites le rapport, et la deuxième c'est que je ne suis pas, par un hasard que je ne m'explique pas, centenaire...

Ceci étant posé, je suis en mesure de dire que le spumescent Z, est contrairement à ce que vous affirmez un grand homme, car nous savons tous qu'au pays des aveugles le borgne est roi !

Il faut ajouter pour être vrai que le spumescent Z, est le roi dans un pays d'aveugles, ce qui rend ses propos significatifs mais il faut ajouter ce petit détail : ce pays d'aveugles cumule les avaries, en effet, les aveugles du spumescent Z sont aussi sourds... Comme c'est dommage !!

Oui, c'est grand dommage, car comment ne pas se perdre dans des abîmes de désespoir, lorsque comme moi, on a une ouïe de squale et qu'on dispose d'une vue d'aigle ?

J'aimerais tellement goûter le plaisir, que dis-je, le bonheur de l'affidé décérébré.

Tandis que le démiurge Z, vivant dans la caverne médiatique, se gargarise du débat quotidien, effronté et audacieux, jamais lassé de lui-même, s’enivrant de son propre discours, ne pouvant plus se contenir, il présente chaque jour son visage maladif où l'ivrognerie de son ego dévorant se lit comme la vérole  !

Bonté divine ! Que les mots de ce tribun de Subure soient gravés dans le sable, de façon à ce qu'ils restent dans les mémoires le temps réservé à l’indicible !

Bon, c'est pas tout ça, je dois surveiller mes pieds et paquets !!

Exilé

@ Marc GHINSBERG
"Curieusement personne n’a argumenté pour soutenir que les propos que je rapportais ne correspondaient pas à la définition que le Petit Robert donne de xénophobie et de racisme !"

Et voilà que vous remettez cela sur le tapis.
Avez-vous une vocation manquée de kapo ?

Comment faudra-t-il faire pour vous expliquer qu'entre les définitions d'un dictionnaire et la réalité il y a une marge car tout est question d'interprétation, et à ce petit jeu il est possible de montrer que tout le monde est « raciste » ou « xénophobe » (même vous).

Sauf que dans la France actuelle, d'aucuns seront poursuivis avec hargne pour avoir énoncé ce qui il y a quelques années n'étaient que des banalités alors que d'autres, proférant des propos qui ne relèvent pas de l'interprétation mais du premier degré parfois le plus ignoble ne sont ni inquiétés ni poursuivis.

Il faudrait arrêter de se moquer du monde, ça commence à bien faire.

caroff

@ Robert Marchenoir 9h02
"Puisque tout le monde chante les louanges de la nouvelle émission d'Éric Zemmour sur CNews, je me suis forcé à regarder intégralement son débat du 3 décembre avec Jean-Marc Daniel, professeur d'économie libéral. C'est consternant. Pénible, et consternant."

J'ai regardé moi aussi et même si je ne partage pas totalement ce que vous dites sur EZ, je dois avouer que sa prestation face à Jean-Marc Daniel a été médiocre. Comme s'il avait voulu battre en une seule fois le record des poncifs pour vanter les mérites d'une économie administrée.
Mais j'ai remarqué que sur certains sujets, notamment l'économie, Zemmour n'a pas les compétences requises. Il est donc forcé de caricaturer, ce qui est censé énerver son interlocuteur et in fine faire le buzz.
Cela étant je reste attentif à ces débats qui ne peuvent être tous à la hauteur attendue...

Sur ce créneau horaire, comme la concurrence est inexistante, si l'on veut frotter ses neurones, EZ a un boulevard devant lui !

Achille

@ Robert Marchenoir | 05 décembre 2019 à 09:02

Tout est dit. Même Tipaza semble être d’accord avec vous, ce qui n’est pas rien ! :)

Catherine JACOB

@ Trekker | 04 décembre 2019 à 23:[email protected] revnonausujai
« possibilité de désorientation spatiale temporaire d’un des pilotes »

Comme dans le cas de la plongée sous-marine par ex. ?

---------------------------------------------

@ Denis Monod-Broca | 03 décembre 2019 à 20:14
« Je ne comprends pas votre phrase, « C’est très malin, sur le plan de la pensée magique qui anime quelque part un adversaire auquel le fantôme fait plus peur que la réalité du vivant. » De quel adversaire et de quel fantôme parlez-vous ? »

L’hémicycle permet à la voix de l’orateur de mieux porter vers chacun des auditeurs. L’exemple le plus parlant en est le théâtre grec. Dès lors qu’on imagine que les soldats morts sont des auditeurs qui désormais n’entendent plus, ni ne voient avec leurs yeux et leurs oreilles de chair, cela évoque quelque part ce mythe européen populaire qui participe de la thématique du revenant qu’est la « la chasse fantastique ».
Basée sur un fond mythologique commun, elle porte des noms assez divers en fait. Les chasseurs peuvent être des elfes, des fées ou, comme en l’espèce, des morts. Les spécialistes la rapprochent des cultes antiques liés aux compagnonnages guerriers indo-européens ainsi qu’aux cultes des morts ce à quoi faisait donc tout à fait penser l’organisation de la cérémonie. On rapporte qu’au Canada, les chevaux ont été remplacés par un canoë volant déjà présent dans les mythes amérindiens. Et donc cheval volant, canoë volant, tapis volant, hélico fantôme… pourquoi pas. Sur le moment j’ai eu l’image du monnayage d’or des Andécaves (actuel Anjou) qu’on appelle à l’hippophore exemple .

@ revnonausujai | 03 décembre 2019 à 08:58
« une manœuvre d'évitement automatique aurait de fortes chances d'envoyer un des appareils percuter la planète ou un troisième ailier. »

Donc les oiseaux et les poissons sont plus performants que nous, qui lorsqu’ils volent ou nagent en formation, et en ce qui concerne les petits poissons en sorte que l’ensemble forme l’ombre d’un très gros poisson, se règlent chacun sur la pointe de l’aile ou de la nageoire de leur voisin en sorte d’opérer des mouvements (voltes, etc.) d’une parfaite synchronisation. Chaque fois, ça m’émerveille. Mais comment font-ils ?

Robert Marchenoir

Puisque tout le monde chante les louanges de la nouvelle émission d'Éric Zemmour sur CNews, je me suis forcé à regarder intégralement son débat du 3 décembre avec Jean-Marc Daniel, professeur d'économie libéral. C'est consternant. Pénible, et consternant.

Zemmour s'emploie à y développer tout son catalogue : ignorance, mauvaise foi et grossièreté. Le plus choquant, peut-être, est la condescendance affichée avec laquelle il traite Jean-Marc Daniel, qui ne fait pourtant pas partie de ceux qui le traitent de "raciste" et autres qualificatifs infamants, et qui s'est montré, comme à l'accoutumée, d'une patience et d'une courtoisie parfaite envers lui. Malgré ses innombrables interruptions, ses interpellations méprisantes et ses assertions d'autant plus péremptoires qu'elles étaient infondées.

Je n'ai pas appris une chose que je ne sache déjà de la bouche d'Éric Zemmour, ni sur ses propres opinions, ni sur les faits en général. Et pourtant, j'écoute et je lis fort peu Zemmour. En revanche, j'ai appris de nouvelles choses de la bouche de Jean-Marc Daniel, que j'écoute toutes les semaines sur BFM Business.

Il y avait un savant sur le plateau, ce jour-là, c'est-à-dire quelqu'un qui en connaît plus long que la plupart de ses concitoyens sur un sujet, qui s'emploie à le faire partager, et qui cherche à atteindre la vérité à travers un débat rationnel. Ce n'était pas Éric Zemmour.

Et il y avait un militant, un sectaire, un manipulateur, un politicien à la petite semaine, un homme qui utilise les ficelles les plus malhonnêtes de la rhétorique pour masquer son ignorance et sa mauvaise foi.

Il faudrait tout citer. C'est à l'écrit que l'on s'aperçoit à quel point Zemmour est un pipoteur dès qu'il s'aventure au-delà de son terrain de compétence -- qui est beaucoup moins étendu qu'il ne le croit. La maléfique vidéo noie la pensée (ou son absence) dans l'éclat des effets de manche.

Le débat portait, bien entendu, sur le libéralisme. Daniel défend la privatisation des services publics. Zemmour défend leur maintien sous la coupe de l'État :

"Daniel nous a fait la théorie libérale classique, maintenant on va essayer de rentrer dans la réalité."

L'arrogance est tout de même à couper le souffle. Quand on commence comme ça, on a intérêt à avoir des biscuits. Voyons donc.

"Le grand historien Fernand Braudel disait toujours : le capitalisme n'a jamais respecté les règles de la concurrence, puisque le capitalisme c'est d'essayer d'empocher le maximum de rente."

Hop. Première malhonnêteté classique du débatteur socialiste : le name-dropping. Laissez tomber un "grand nom" dans la conversation, ça prouve que vous avez raison. Deuxième malhonnêteté classique : remplacer la pensée par des slogans. D'où ça sort, que le capitalisme c'est d'essayer d'empocher le maximum de rente ? On ne sait pas. Il ne se donne pas la peine d'expliquer ce qu'est la rente, selon lui. Mais ça sonne bien. C'est l'essentiel.

"Vous avez parlé de monopole naturel, on n'a pas encore de recul, sur la SNCF. Moi je pense que ça va être une catastrophe, et l'exemple que j'ai, c'est EDF."

On s'en tape, de ce que tu penses, bonhomme. Ce qui est important, ce sont les faits. Le nombre de gens qui se croient importants, et qui défilent sur les plateaux en disant moi ch'pense que, c'est hallucinant. Mais il a un exemple. Voyons voir.

"Dans un marché de monopole naturel, qu'on appelle monopole naturel, on a imposé la concurrence à un monopole public, EDF. Qu'est-ce qui s'est passé ? On nous explique, la théorie nous explique, que la concurrence, ça va faire baisser les prix. En vérité, c'est faux."

"On a obligé EDF à baisser ses prix, pour... vendre... moins cher... aux... autres... opérateurs, et donc, finalement, à l'industrie de nos pays concurrents. L'un des rares avantages comparatifs qu'on avait en France, grâce au nucléaire, c'était d'avoir une électricité pas chère. On pouvait avoir cet avantage par rapport à l'industrie allemande. La Commission européenne nous a obligé à le supprimer."

"Les prix de l'électricité, depuis, augmentent. C'est typique de l'idéologie libérale de la concurrence qui règne à la Commission, et qui, par dogmatisme, nous fait faire n'importe quoi, et nous prive des rares avantages comparatifs qu'on avait."

Qu'est-ce que c'est que ce binz ? Qu'est-ce que c'est que cette purée mentale ? Si Zemmour cherche ses mots, dans ce passage, c'est que sa pensée est complètement défaillante ; et si sa pensée est défaillante, c'est qu'il ne connaît rien à ce qu'il prétend expliquer.

Donc, que je comprenne bien : la méchante Europe a obligé EDF à baisser ses prix, par conséquent les prix ont augmenté ? Il se moque de qui, le pépère, là ?

C'est Jean-Marc Daniel qui fournit l'explication, après une longue passe d'armes sur les trains :

"C'est vrai qu'EDF, le fait de la mettre en concurrence, et de la privatiser plus ou moins, parce que c'est en partie privatisé, ça fait monter les prix."

A ces mots, Zemmour se rengorge sur sa chaise, l'air de dire : vous voyez bien, j'avais raison. Attitude profondément perverse, qu'il maintiendra tout au long du débat. Au lieu de rendre justice à son interlocuteur de son absence d'esprit partisan et de son souci de la vérité, il se sert de l'honnêteté de l'adversaire pour la retourner contre lui. Mais la différence, c'est que Daniel, lui, sait pourquoi les prix ont augmenté :

"Pourquoi ? Parce qu'il y a une partie du prix ancien qui était pris en charge par le contribuable. EDF, c'est aussi 36 milliards d'euros de dette, la SNCF, c'est 50 milliards d'euros de dette. Les chemins de fer britanniques, c'est zéro dette..."

Là, au lieu de tenir compte de ces informations que manifestement il ignore, Zemmour tire une fois de plus de sa poche cet autre truc de bateleur malhonnête : l'affirmation péremptoire qui a l'air d'en dire long, mais qui ne signifie rien :

"Les dettes, c'est le TGV, Monsieur, vous le savez très bien, pour l'essentiel."

Notez le "Monsieur", expression de mépris manifeste qu'il renouvellera à plusieurs reprises au cours du débat. Mais passons. Admettons que les dettes de la SNCF soient dues essentiellement au TGV : et alors ? elles ne sont pas remboursables ? c'est de la dette pour rire ? ce sont les ultra-libéraux de Bruxelles qui nous ont forcés à faire le TGV ? le TGV est le fruit du génie français, donc sa dette ne compte pas ? Jean-Marc Daniel recentre le débat :

"Oui, mais ça veut dire que concrètement, au lieu de faire payer l'usager, comme on fait dans les systèmes privés, à l'anglaise ou au Japon, on fait payer la génération d'après."

C'est là que Zemmour se déculotte complètement, et montre le fond de sa pensée :

"Et alors ? et alors ? ça m'dérange pas !"

Dit d'un air de défi adolescent qui laisse pantois. Donc notez bien, Mesdames et Messieurs, si vous avez des enfants, des petits-enfants ou que vous êtes, vous-même, un peu au-dessous de l'âge moyen du lectorat de ce blog qui tourne autour de cent ans : Éric Zemmour se moque complètement de faire payer aux futures générations le fardeau croissant de la dette publique, qui frôle les 100 % du PIB. Il tire des chèques sur le compte de vos enfants, et il s'en vante, en plus.

Plus tard, dans le débat, Zemmour fera à nouveau preuve de ce cynisme stupéfiant. Daniel défend la liberté de circulation des marchandises, qui fait baisser les prix pour le consommateur. Zemmour répond :

"Oui, on a pu s'acheter des chaussettes pas chères. Merci. Mais on a perdu 900 000 emplois. C'est toujours la même discussion ! Vous, vous voyez pas les emplois qu'on perd, et moi, je m'en fous du porte-monnaie ! C'est ça que vous comprenez pas. Vous voyez que le pouvoir d'achat, vous !"

Sur quoi, Daniel lui fait remarquer :

"Je ne sais pas ce qu'en pensent les téléspectateurs : le pouvoir d'achat, c'est quand même une revendication..."

Et Zemmour, royal :

"Mais y'a pas que le pouvoir d'achat dans la vie, Monsieur !"

Voilà. Zemmour a les moyens de s'acheter des chaussettes à 12 euros la paire, donc "il s'en fout, du porte-monnaie", et "il n'y a pas que le pouvoir d'achat dans la vie".

Ben, t'iras dire ça aux Gilets jaunes, guignol. Gilets jaunes dont, bien entendu, il affecte de prendre la défense. Oublié, le fameux "frigo vide à partir du 15 du mois"...

Ce sont ces gens-là qui donnent aux autres des leçons de morale et "d'intérêt général". "Il faut raisonner un peu plus haut, Monsieur !", dit Zemmour à Daniel, qui défend la concurrence au nom du prix le plus bas. "Le citoyen, il a une idée plus haute de ce qu'il est, et il pense aux intérêts de la France".

Et dans le même débat, Zemmour, qui est tellement plus vertueux et altruiste que Daniel, enquille les "moi ch'pense que", "moi je me fous du consommateur", "je me fous de payer moins cher", "moi j'm'en fous du porte-monnaie", "moi ça m'dérange pas que la génération suivante paye le fardeau de la dette".

C'est la même posture que les "anti-racistes", finalement. Ceux-ci revendiquent la supériorité morale parce qu'ils affectent "l'ouverture à l'Autre", mais ils ont les moyens de ne pas vivre avec lui.

Zemmour revendique la supériorité morale parce qu'il affecte le mépris de la "consommation". "Je suis très peu consommateur", ose-t-il dire. "Je me considère comme un citoyen avant d'être un consommateur. C'est pas la consommation qui détermine ma vie."

Mais jusqu'à nouvel ordre, il n'est pas venu tout nu sur le plateau, il achète des vêtements comme tout le monde, il a besoin de manger de temps à autre, etc. Son salaire de journaliste-vedette, les revenus de ses best-sellers doivent lui permettre de ne pas regarder de trop près le prix des chaussettes.

Tout le débat est de ce tonneau. Un dernier exemple, qui montre la parfaite mauvaise foi de l'anti-libéralisme de Zemmour. Il explique que si les trains sont en retard, c'est parce qu'on est en train de privatiser la SNCF. Daniel fait remarquer :

"On a mis en concurrence, cette année, les chemins de fer tchèques et slovaques. Je peux vous dire qu'il n'y a personne, parmi la population tchèque et slovaque, qui regrette la période où c'était nationalisé, et géré en monopole public par les communistes."

Et il cite cet autre exemple :

"Les trains sont privés au Japon, et tout le monde a pu vérifier, notamment lors de la coupe du monde de rugby, la ponctualité et l'efficacité du réseau ferroviaire japonais..."

Ce à quoi Zemmour répond, pour les Tchèques :

"Vous n'allez pas comparer les Tchèques au régime communiste. Dont la devise était : ils font semblant de nous payer, on fait semblant de travailler. Ça n'a rien à voir. C'est pas comparable."

Et pour les Japonais :

"Vous croyez vraiment que ça tient au privé, et pas au tempérament des Japonais ? Les Japonais, ils seraient en concurrence ou en monopole, les trains arriveraient à l'heure, parce que c'est les Japonais qui sont à l'heure. C'est comme ça ! C'est une peuple assez admirable pour ça."

C'est le système gauchiste du deux poids deux mesures : quand la SNCF est inefficace, c'est, en dépit de toute vraisemblance pour ce mammouth tenu par les communistes, parce qu'on commence (un tout petit peu) à la mettre en concurrence.

En revanche, quand les chemins de fer tchèques et slovaques sont efficaces, ce n'est pas du tout dû à leur privatisation. On ne peut pas comparer. C'est le fameux : "cépapareil". Les Tchèques et les Slovaques ne sont pas comme nous.

Quant aux Japonais, c'est carrément racial : ils ont un chronomètre dans le sang. Ils pourraient être dirigés par Fidel Castro, qu'ils seraient aussi prospères et ponctuels que les Suisses.

Nous, bizarrement, on doit avoir un ADN défaillant, parce que nous sommes très sensibles à la privatisation.

Ce sont les mêmes qui vous disent -- et Zemmour n'a pas honte de recycler ce clicheton socialiste éculé, que le libéralisme "n'a jamais existé", que ce n'est que "du pipeau", de la "théorie".

Mais lorsque vous leur mettez sous le nez des exemples de libéralisme qui existent bel et bien, et qui marchent, alors là, du coup, on ne peut plus comparer, ça ne compte pas et tra-la-la.

Mais il faut quand même combattre ce libéralisme qui n'a jamais existé...

Exilé

@ Claude Luçon
"Mais c'est toutefois moins dangereux que de conduire sur les routes de France ; même avec les automobiles savantes, prudentes et bavardes d'aujourd'hui !"

Et si votre voiture à pétrole vous crie soudain : « danger à gauche ! », pensez-vous qu'elle pourrait se faire poursuivre pour avoir tenu un « propos haineux » ?

Marc GHINSBERG

@ Valéry

Dans mon commentaire je n’ai à aucun moment évoqué les condamnations d’Éric Zemmour. Je me suis fondé sur son discours de la Convention des droites. Un commentateur m’a qualifié de malhonnête car j’aurais sorti les propos d’EZ de leur contexte. J’ai fourni le contexte. Curieusement personne n’a argumenté pour soutenir que les propos que je rapportais ne correspondaient pas à la définition que le Petit Robert donne de xénophobie et de racisme !

Achille

@ Michelle D-LEROY | 04 décembre 2019 à 20:10
« Personnellement je ne trouve pas tant que cela, je connais des gens de 85 ans qui sont familiarisés avec Internet et autres connexions...tout est question de volonté. »

Volonté peut-être, mais ce sont surtout des grands-parents qui ont une ribambelle de petit-enfants qui les mettent à niveau des évolutions des nouveaux outils de communication.
Je les vois bien quand ils déboulent chez nous avec tablette, console Nintendo et bien sûr déjà le smarthphone.
Il faut les voir à table affairés à pianoter sur Galaxy S11 (perso j’en suis encore au S4…). On a beau leur faire les gros yeux, ils s’en fichent vu que leurs parents font pareil. :)

Patrice Charoulet

LES TOUTOLOGUES

Les toutologues ne sont pas des gens qui parlent des toutous, mais des gens qui prétendent bien parler de tout.
Friand de débats radio ou télé, je distingue deux sortes de débats. Dans les premiers, l'animateur a réuni deux, trois, quatre, cinq « spécialistes » (de l'insécurité, du terrorisme, des Etats-Unis, de l'économie...). Dans les seconds, l'animateur a réuni des toutologues. Un seul nom suffira, mais il y en a trente, omniprésents du matin au soir : Christophe Barbier. Quel que soit le talent verbal des toutologues et leurs facultés d'adaptation, je suis obligé d'avancer que les toutologues me lassent et n'apprennent rien à personne.

J'ai parlé il y a peu de Zemmour, qui est un cas particulier. On peut l'apprécier ou non. J'ai dit mon admiration pour son punch et mes désaccords avec lui (sur Trump, Poutine, Napoléon, la famille Le Pen, les femmes...). Je n'y reviens pas. Ses talents oratoires dans les débats à deux ou à trois sont indéniables. Mais je crains fort qu'il ne faille le mettre, assez souvent, dans la catégorie des toutologues. Une preuve entre cent est fournie par l'universitaire François Delpla sur son site. Spécialiste de l'histoire contemporaine , des années 30 à 1945. Il en sait mille fois plus que Zemmour. Dans divers articles, il a montré le nombre immense d'erreurs factuelles commises par Zemmour. A mon humble avis, Delpla n'a pas tort et Zemmour s'est beaucoup trompé. Mais Zemmour, que l'on veut chasser de partout, non pour son peu de vraies connaissances historiques, mais pour ses prises de position politiques, s'exprime mille fois plus à la télé que l'excellent historien François Delpla, dont beaucoup n'ont jamais entendu parler.
Il a publié beaucoup de livres d'histoire, on peut l'entendre en cherchant sur YouTube, mais...

Valéry

@ Tomas
" Zemmour, c'est Hitler en 1921: un comique troupier qui raconte n'importe quoi en flattant les bas instincts du peuple et les craintes des vieux bourgeois."

Ne pensez-vous pas que cette musique sonne comme un disque rayé, après toutes les fois que l'on l'a entendues sans la moindre suite ? Il y a dans vos propos un certain mépris pour les gens qui seraient sensibles aux arguments de Zemmour - "les bas", "les bourgeois".

Je veux bien vous accorder la supériorité que vous revendiquez, mais à condition que vous la méritiez. C'est que voyez-vous, à chaque fois qu'on assiste à un débat télévisé, le zemmourian* est opposé à une meute enragée de gauchistes pour l’empêcher de s'exprimer de façon cohérente et construite.
Ensuite on colle au zemmourian cette étiquette de "instincts bas", "bas du front", "ignorant", "appelant à la haine" et bla bla.

Mais alors, s’ils sont si peu développés, si tributaires de leurs instincts animaux, pourquoi sur ce blog, peuplé principalement par des gens de bon sens (de droite je veux dire), ceux que vous méprisez si ouvertement, pourquoi ne brillez-vous et les vôtres par des réflexions plus pertinentes, plus objectives et convaincantes, à la place des lieux communs dont vous vous faites, les uns et les autres, de barbants échos ?

*individu ayant des doutes quant aux bienfaits d'une certaine immigration sur l'avenir de son pays.

Tomas

@ hameau dans les nuages

Pourquoi vous racontez tout le temps votre vie ? Pire encore, celle de votre belle-mère ? Celle de la mienne me suffit largement !

Encore une fois aussi: les fellaghas du FLN ne sont pas mes modèles à suivre en matière d'Etat de droit. S'ils sont sauvages, à vous croire, nous, nous sommes civilisés. Et ce sont ces règles et ces principes qui nous ont permis jusqu'ici de faire partie du haut du panier de la planète, je vous rappelle.

Sur le fond vous pinaillez. Zemmour, c'est Hitler en 1921: un comique troupier qui raconte n'importe quoi en flattant les bas instincts du peuple et les craintes des vieux bourgeois.

Facile de crier au point Godwin pour avoir l'air intelligent et achever la conversation, n'empêche qu'il a répondu ce qu'il a répondu à la question posée. Peut-être voulait-il dire autre chose que ce que j'ai cru comprendre, mais des explications s'imposent, alors, au minimum !

Trekker

@ Catherine JACOB | 04 décembre 2019 à 14:58
"…Car je ne pense pas qu’il doive être tabou de se demander comment il se fait que des pilotes chevronnés et aguerris comme on nous dit que c’était le cas du pilote du Tigre et de celui du Cougar ont bien pu se télescoper, si leurs appareils étaient correctement équipés d’instruments fonctionnels testés dans les conditions extrêmes qui sont celles que vous évoquez !!"

Certes on ne peut éliminer à ce stade un dysfonctionnement de certains équipements du Cougar ou du Tigre, même d’un seul, et un éventuel défaut de maintenance. Toutes les hypothèses sont possibles, mais avant tout il ne faut pas omettre les conditions de ce vol : tactique à très basse altitude, de nuit, groupé, à 200 - 250 km/h, les limites des JVN, possibilité de désorientation spatiale temporaire d’un des pilotes, ainsi que des rafales de thermique (ascendants, latérales ou tourbillonnants). Tous les vols de cette nature présentent une part de risque, cela quelles que soient les qualités des machines et leur maintenance.

Mais il est quand même plus que prématuré de vous focaliser sur la maintenance de ces hélicoptères, et leur sensibilité au sable. Quant à l’absence probable de systèmes anticollisions (TCAS), revnonausujai vous a déjà répondu sur ce sujet.

Quant à tirer des enseignements des deux crashs des Boeing 737 MAX, du scandale de l’IGAS, de la collision des deux navires à proximité du Cap Corse et de l’accident de la centrale nucléaire japonaise de Fukushima !… Désolé mais ceux-ci sont sans rapport avec le crash des hélicoptères dont nous discutons, alors la sagesse est d’attendre les résultats de l’analyse des boîtes noires et de l’enquête de commandement.

------------------------------------------------------

@ Lucky look | 04 décembre 2019 à 18:55
"…S'il existe une vérité en ce domaine elle ne sera jamais exprimée en vertu de l'éternel secret-défense"

Ne fantasmez pas sur le secret-défense, celui-ci n’est argué que dans deux cas :

- Quand il est en lien avec des intérêts stratégiques ou politico-financiers.

- Quand il concerne la responsabilité personnelle de ou des membres de l’équipage, logique : car cela n’apporte rien de jeter l’opprobre sur la ou les familles déjà endeuillées.

Valéry

@ Marc GHINSBERG

«En temps de crise, le sage construit des ponts, le fou construit des murs»

Il faudra peut-être alors suivre cette logique et cesser d’ériger des murs artificiels vous empêchant d’accéder au bon sens. Les deux propos sur lesquels Zemmour a été condamné décrivaient la réalité.

Le premier affirmait que "la plupart des trafiquants de drogue sont noirs et arabes". A moins que vous viviez sur Mars, je ne vois pas comment cela peut être contredit. Allez une seule journée au tribunal, faites les comptes.

Le deuxième disait que "les djihadistes sont considérés comme de bons musulmans par leur compères modérés". Sachant que tous les terroristes ayant opéré et tué sur le sol français ont été enterrés dans des carrés musulmans, où une réciprocité de pensée et de valeurs est requise, on ne peut que s'interroger sur la sincérité de ceux qui disent se détacher. Les faits contredisent les mots.

Tout cela pour dire qu'à mon sens il vaut mieux s’inquiéter de la déliquescence de la justice française, nourrie par des préjudices encrassés se vautrant dans la censure et la négation du réel. Je veux bien lutter contre le racisme, mais pas celui qui est créé de toutes pièces pour servir une idéologie qui creuse les divisions encore davantage.

Elusen

@ Sophie | 04 décembre 2019 à 13:37
▬ « j’ai une amie espagnole » « J'ai des amies Kabyles »

C’est pratique d’avoir des amies, cela permet de dire des idioties et de les mettre sur leur compte ; comme la mère Morano : « j’ai un ami arabe. j’ai une amie malienne plus noire qu’un arabe »

« j’ai un ami hamster, je sais donc de quoi je parle, j'te f'rais dire ! »

▬ « porter un voile »

Kabyles et porter un voile ; le parallèle d’une débilité ; mais quel peut bien être le rapport entre un peuple et un voile ?!

▬ « vous finissez par être dans le club des racistes anti-blancs, anti-Français »

Une couleur de peau et un statut juridique – nationalité – serait la même chose ?!
Bientôt un parallèle entre courgette et Français !

Mais quelle beauf !

boureau

@ Michel Deluré 04 décembre 2019 17:20
"Il y a là vous en conviendrez une équation dont la résolution, loin d'être évidente, supposerait bien des remises en cause..."

Effectivement vous posez le vrai problème : l'absence de solution !

Le peu de croissance que nous montrons vient de notre consommation.
Nous consommons.
Nous produisons de moins en moins.
Nous redistribuons de plus en plus.

La Chine montera inévitablement ses prix de production. Comme l'Inde et le Sud-Est asiatique.

Produisant moins de richesses, nos moyens de paiements diminuent.
Notre pouvoir d'achat va donc diminuer en absolu.

Nous "importons" davantage d'immigrés ainsi que leurs familles.
Nous "produisons" de plus en plus de retraités.
Notre Etat continue à grossir.
Nos services régaliens sont à l'os, comme on dit.

Nos besoins sociaux deviennent monstrueux.
Notre dette galope.
Notre commerce extérieur va continuer à décliner.
Nous n'avons plus de frontières.

Les Français de 2019 ne sont pas les Français de 1950/60. Nous avons travaillé, peiné, souffert. Nous nous sommes privés. Nous avons fait des sacrifices. Cet esprit est perdu.
Les politiques de 2019 ne sont pas les politiques des années 1950/60. Les nôtres étaient issus de la guerre. Ils savaient ce qu'étaient la souffrance, les privations et l'effort.

Nous allons dans le mur.
Nous privilégions l'individu à la place de l'intérêt général
C'est ce qu'explique Zemmour.
Je n'ai pas de solution.

Cordialement.

Giuseppe

@ fugace | 04 décembre 2019 à 16:25

Merci !
J'ai entassé sans grand ordre des dizaines de livres, Boris Vian c'est une certaine jeunesse, ma jeunesse aussi, une époque, comme James Dean pour le cinéma chez certains et d'autres encore.

Je me dis souvent que je vais y mettre bon ordre - ce n'est pas la Pléiade non plus -, je pensais trouver cette lettre en fin, dans "Chroniques de jazz" mais à y réfléchir... Bon, dès ce soir je m'y attelle... Euh... demain plutôt.
D'ailleurs j'aperçois souvent sur une pile le fascicule du "Nouvel A.B.C. du moteur diesel" de N.-L. Erpelding (ingénieur-motoriste) à portée de main... Mais ceci est une autre histoire.

Elle est belle la réponse de Boris Vian surtout qu'il savait son destin.

Elusen

@ caroff | 04 décembre 2019 à 10:07

L’extrême droite prônerait des écoles mixtes ?!

L’extrême droite prônerait la légalisation de l’homosexualité et non la prison, voire la condamnation à mort ?

L’extrême droite prônerait la Déclaration universelle des droits de l’homme ?

L’extrême droite ne veut pas donner plus de droit à la police qu’à la Justice ?

L’extrême droite ne veut pas empêcher que l’on juge des policiers ?

L’extrême droite ne fiche jamais personne, surtout pas sa population ?

L’extrême droite n’est pas pour la torture ?

L'extrême droite est pour la séparation de la Justice et des politiques ?

Michelle D-LEROY

@ Achille

"Les anciens sont largués".

Personnellement je ne trouve pas tant que cela, je connais des gens de 85 ans qui sont familiarisés avec Internet et autres connexions...tout est question de volonté.
Souvent maintenant faute de trouver dans le commerce local ce que nous cherchons, nous sommes obligés de passer par Amazon. Et même si c'est agaçant, il faut bien constater qu'on y trouve de tout... un peu comme à la Samaritaine autrefois, selon le slogan.

C'est dommage car le commerce local est de moins en moins florissant et des magasins installés depuis des décennies ferment, concurrencés par l'achat en ligne.

Par contre en ce qui concerne l'intelligence artificielle et autres services complètement informatisés tels de simples RDV chez les médecins, le problème majeur est avant tout la déshumanisation et la standardisation des problèmes.
Plus moyen d'avoir une question ou un problème particulier.

Et surtout le chômage que cela va entraîner.

boureau

CNews Débat Eric Zemmour / Céline Pina ce soir.

Exceptionnel niveau de discussion, de courtoisie et d'intelligence.

Précédé d'une demi-heure d'infos sériées et discutées d'une qualité supérieure.

Bref une heure de Face à l'Info qui fait honneur à l'intelligence française.

Christine Kelly, parfaite, qui rattrape au vol Céline Pina en difficulté de raisonnement.

Cordialement.

P.-S.: Céline Pina gagne à être connue : une intelligence d'une grande finesse.

Lucky look

@ Sophie | 04 décembre 2019 à 13:37

Le type auquel vous adressez la parole est un des restes de cette gauche qui se veut snob et de ce fait est complètement à côté de ses pompes dorées. Aujourd'hui ils flirtent avec le macronisme et se gargarisent d'être des membres d'assos "humanitaires". Tant qu'ils ne sont pas touchés dans leur chair ou dans leur portefeuille ils sont totalement irrécupérables.

Voilà pourquoi je suis partisan du "il faut que ça pète tout de suite et non pas dans le futur", tout d'abord parce que la France n'a plus d'avenir et qu'il serait logique que ceux qui l'on mise dans le pétrin subissent en retour la violence du monde qu'ils ont aidé à installer ici depuis des dizaines d'années.

-------------------------------------------------

@ Catherine JACOB | 04 décembre 2019 à 14:58

S'il existe une vérité en ce domaine elle ne sera jamais exprimée en vertu de l'éternel secret-défense. Nous en resterons donc avec la faute à pas de chance et la cérémonie funèbre de première classe.

Je suppose qu'une personne aussi brillante que vous n'espère rien de la macronie.

Patrice Charoulet

TROTTINETTES

A Paris, me dit-on, des gens font de la trottinette sur les trottoirs. Si j'y habitais, je n'en ferais pas.

Aujourd'hui, dans la médiathèque de Dieppe, j'ai vu, avec une certaine surprise, un enfant de huit-neuf ans entrer, puis faire cinquante mètres sur sa trottinette et aller jusqu'à l'endroit où sont offerts aux… lecteurs (?) quelques ordinateurs. Arrivé à destination, il a appris, l'air étonné, par un employé qui lui a parlé gentiment, qu'il devait laisser la trottinette à l'entrée, à côté des parapluies. Ce qu'il a fait. Puis il est revenu, dans ce sanctuaire de l'esprit, de la culture et de la civilisation, commencer un… petit jeu vidéo.

Michel Deluré

@ Sophie 04/12 09:12
@ boureau 04/12 09:50

La première parle de la France « qui ne fabrique quasiment plus » mais qui « consomme bêtement », le second, se référant à Eric Zemmour, de ces Français qui sont en fait plus consommateurs que citoyens.

Il n'est pas à ce stade inutile de rappeler que, s'agissant de l'évolution de ces deux paramètres, production et consommation, la responsabilité n'en incombe pas uniquement à ceux qui nous dirigent ou nous ont dirigés, mais que le citoyen français en porte aussi sa part et qui n'est pas négligeable.

Comment concilier en effet cette volonté d'une part de bénéficier de protections sociales élevées, génératrices inéluctablement de coûts salariaux eux-mêmes élevés, et de consommer d'autre part aux prix les plus bas possibles sur un marché ouvert, particulièrement concurrentiel ?

Il y a là vous en conviendrez une équation dont la résolution, loin d'être évidente, supposerait bien des remises en cause de la part des citoyens français et dont je parierais que nombre d'entre eux ne seraient pas prêts de les accepter.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS