« Pour Mélenchon, l'élève Marine Le Pen progresse ! | Accueil | Comment faire pour digérer ce monde ? »

09 décembre 2019

Commentaires

F68.10

@ Noblejoué
"Je ne peux pas."

Je ne vous le demandais pas. Vous m'aviez posé une question. Je vous ai répondu.

"Je pense qu'il faut lancer un appel à tous, ici... On ne sait jamais, peut-être que certains vous assisteront."

Lancer des appels à l'aide n'a jamais résolu quoi que ce soit dans mon cas. Cela n'a fait qu'empirer l'emprise médicale sur ma personne et la quantité de bullshit que je dois me coltiner... C'est pour cela que cela fait longtemps que j'ai cessé d'appeler à l'aide.
Les gens sont grands. Ils font ce qu'ils veulent. Je n'ai pas à leur dire quoi faire.

"Je pense qu'il faut résumer votre problème, écrire en gras en en appelant à tout le monde, et dire ce que vous voulez, ou du moins, appeler les gens à vous contacter par mail pour leur expliquer plus en détail votre objectif et votre plan."

Déjà fait. De très modestes résultats. Insuffisants, comme vous le voyez, car je ne suis toujours pas en lieu sûr depuis la date où Mary Preud'homme s'est lancée dans la provoc...
Quelques points positifs cependant. Le plus important en est que les documents originaux et spécifiquement le faux en écriture sont maintenant hors d'atteinte.

"Je vous présente mes excuses pour mes incapacités."

Vous n'avez pas à vous excuser: je ne vous ai rien demandé.

Noblejoué

@ F68.10
"Là, j'ai besoin d'aide logistique pour m'amener d'un point A à un point B. Du point B, je peux mettre en oeuvre mon machiavélique plan en toute sérénité."

Je ne peux pas.

Je pense qu'il faut lancer un appel à tous, ici... On ne sait jamais, peut-être que certains vous assisteront.
Je pense qu'il faut résumer votre problème, écrire en gras en en appelant à tout le monde, et dire ce que vous voulez, ou du moins, appeler les gens à vous contacter par mail pour leur expliquer plus en détail votre objectif et votre plan.

Je crois qu'aller dans d'autres blog ne serait pas de trop, pour augmenter vos chances.

Je vous présente mes excuses pour mes incapacités.

F68.10

@ Noblejoué
"Des gens du milieu médical auraient pu vous tomber dessus, et cela aurait été pire."

Je suis né dans le milieu médical. Ma famille étendue contient un certain nombre de médecins...

Les "gens du milieu médical" ont une mentalité assez problématique. Et ce n'est pas une noblette de troisième zone qui fantasme sur les uniformes qui va m'expliquer comment le concept d'autorité se déploie dans une société.

"Mais puisqu'on en est au sel de la terre, comme a cru se moquer quelqu'un parce que j'admire leur amour de la liberté et de la vérité, puisqu'on en est aux Anglo-Saxons, je pense à une chose, aux syndicats de malades, paraît-il, à vérifier. Vérifions toujours tout !"

Peine perdue. Les associations de malades sont soumises à un perpétuel chantage du monde médical: "Vous chantez les louanges de la médecine nuit et jour ou on vous démolit". Exemple: Renaloo.

https://www.whatsupdoc-lemag.fr/article/renaloo-blacklistee-du-congres-des-nephrologues

Grand classique.

https://m.youtube.com/watch?v=5IH8A86FLs0

"J'ai essayé de vous distraire pour vous encourager. Que faire d'autre ?"

La, j'ai besoin d'aide logistique pour m'amener d'un point A à un point B. Du point B, je peux mettre en oeuvre mon machiavélique plan en toute sérénité.

Noblejoué

@ F68.10
"Voilà pourquoi personne n'arrive à dénoncer de soi-même un Munchausen par procuration: la tentation de tout psychologiser plutôt que d'objectiver des faux en écriture. Parler plutôt que bosser, en somme."

En France, on aime la psychologie, ce qui est un bien... Mais on oublie la technique, ce qui est un mal.
Maigret et Columbo plus que Les Experts, en séries policières, illustrent cette façon de voir.

Autrefois, la France a été pionnière en police scientifique. Maintenant, absolument pas, il nous faut même revenir à niveau.
Et l'affaire Omar m'a tuer ! Tout le monde "croyait" en l'innocence ou la culpabilité du susdit, mais enfin, ce qui était surtout frappant était la désinvolture de l'enquête.

A mon avis le système de l'intime conviction n'incite pas à la rigueur, et se diffuse des procès criminels au reste de la société, on pense qu'untel est coupable ou innocent sans preuve.
En Angleterre, il est dit, moi qui n'ai pas une mémoire photographique ni énorme, ni rien, je crois que je m'en rappellerai toujours sauf Alzheimer "Cent lapins ne font pas un cheval, cent indices ne font pas un preuve".
Voilà ce que nous devrions imiter... Comme je regrette que le projet d'union Grande-Bretagne-France n'ait pas abouti ! Et il semble qu'on n'ait pas écrit d'uchronie là-dessus. Curieux.

Mais puisqu'on en est au sel de la terre, comme a cru se moquer quelqu'un parce que j'admire leur amour de la liberté et de la vérité, puisqu'on en est aux Anglo-Saxons, je pense à une chose, aux syndicats de malades, paraît-il, à vérifier. Vérifions toujours tout !
Qu'ils sont plus développés à l'étranger qu'en France, et notamment dans les pays où on parle la langue de Shakespeare.
Peut-être pourriez-vous y trouver des alliés ?

Pour Mary Preud'homme, il faut bien comprendre qu'elle ne doit pas se rendre compte des problèmes évoqués plus haut car peu perceptibles au public français. De plus, ses origines lui font désapprouver votre style de combat.
Enfin, les gens liés à l'ordre ont tendance à moins penser qu'il y a des failles que d'autres gens. Des gens du milieu médical auraient pu vous tomber dessus, et cela aurait été pire.

Bon, il m'est facile de la défendre, ce n'est pas moi qu'on met en cause ! Dans le cas où on me traite faussement de raciste ou qu'on m'accuse d'avoir dit des choses que je n'ai pas dites et autres joyeusetés, même si je comprends le pourquoi des dérives militantes ou des crises de paranoïa, je ne suis pas d'une indulgence débordante, je l'avoue.
Je ne suis pas quelqu'un de généreux, certes. Mais pas moralisateur. Je voudrais faire prendre conscience aux gens de ce qui les empêche d'accéder à certaines vérités, ainsi que l'expliquer aux autres, pour que chacun ait les clés de soi et se montre plus indulgent et persuasif envers les autres.

Personnellement, il y a certaines choses dont j'ai pris conscience car les gens m'ont assez bien compris pour me les présenter de manière adaptée. Comme pour le coup des lapins et des chevaux, cela m'a impressionné, les contre-exemples aussi, d'ailleurs.
Je pense qu'il faut faire pont et non obstacle, à ses connaissances et à ses idées, ne pas vouloir s'affirmer contre le contradicteur mais la vérité pour elle-même et pour l'autre.

Je ne dis pas y arriver.
Je pars si loin dans mes idées que les autres peuvent rester en rade, je ne me relis pas assez, un peu par flemme, un peu parce ce que qui est trop léché peut perdre sa flamme et son tranchant. De plus, le souci de ma dignité ainsi que la propension à rejeter le monde quand je me heurte à l'absurdité, allié à de la rancune, polluent cet idéal d'être pont plutôt qu'obstacle.
On va se consoler en se rappelant qu'il n'y a pas de diamant sans crapaud et essayer de ne rejeter ni les autres ni soi-même pour nos désastres.

J'ai essayé de vous distraire pour vous encourager. Que faire d'autre ? Applaudir, apporter des idées ou distraire me semble licite, donner de faux espoirs, Dieu ou le monde sont bons ou les gens sont fort mobilisés pour les autres et semblables assertions constamment démenties par nos yeux, pervers pour quelqu'un comme moi.
Evidemment, je comprends que les gens qui le font pensent avoir raison, et ainsi, participer à la rédemption du monde.

J'ai échoué et vais revenir à une phrase rituelle qui a ses mérites "bon courage".

Alain MEYET

Ce billet a, comme d'habitude, suscité de nombreux commentaires, certains étant réellement intéressants. Mais personne, ou presque (juste une allusion d'Yves, le 9 décembre), n'a salué l'excellence du trait d'humour dont est constitué le titre : "Le bel âge Pivot !"...

Son auteur mériterait assurément de concourir pour le Prix de l'humour politique, si ce prix pouvait cibler hors du domaine purement politique (il l'a souvent fait), et surtout s'il n'était pas (abusivement) réservé aux hommes et femmes politiques. On récompense parfois une personnalité qu'on veut honorer, bien plutôt qu'un trait d'humour admirable : en avril 2019, c'est le Premier ministre, M. Edouard Philippe, qui s'est vu décerner le grand prix, pour avoir, à un journaliste qui lui demandait s'il est vrai que tout remonte à Matignon, fait la réponse suivante :"Non, seulement les emmerdes..."

En revanche, la fois précédente, en novembre 2017, je trouve que l'une des quatre citations retenues pour honorer le président François Hollande du grand prix de l'humour politique était remarquable : "Je salue Christiane Taubira... Sa voix peut porter, même quand elle ne dit rien."

On devrait créer un "prix de l'humour citoyen", pour lequel chacun pourrait concourir. M. Bilger serait à mon sens bien placé grâce au titre de ce billet. J'ai bien apprécié aussi la phrase de Noblejoué (9 décembre) : "Il fallait bien que quelqu'un vous apostrophe !"... Pour ma part, je concourrai pour la remarque que j'avais faite en 2008, au cours d'une réunion publique, en présence de Mgr André Vingt-Trois qui venait d'être nommé cardinal : "Monseigneur Vingt-Trois, qui s'est mis sur son trente et un..."

F68.10

@ Noblejoué
"Je crois avoir expliqué pourquoi votre interlocutrice a du mal à comprendre la situation de gens combattant à votre manière. Chacun a les défauts de ses qualités ainsi que celles de son milieu."

Cela va beaucoup plus loin que ce que vous pensez. C'est ce type de pseudo-raisonnements décrivant les râleurs comme des conspirationnistes qui rend le Munchausen par procuration indétectable.

"Mais comment ça, mon petit ? Tu penses que ta moman t'en veut ? Les médecins ils sont gentils ! Il ne faut pas avoir peur de la piqûre..."

Voilà pourquoi personne n'arrive à dénoncer de soi-même un Munchausen par procuration: la tentation de tout psychologiser plutôt que d'objectiver des faux en écriture. Parler plutôt que bosser, en somme.

Et je n'en ai rien à cirer de son milieu, à Mary Preud'homme. Ce n'est en aucune manière une excuse pour refuser l'argumentation au profit de pirouettes rhétoriques.

Noblejoué

@ F68.10

Je crois avoir expliqué pourquoi votre interlocutrice a du mal à comprendre la situation de gens combattant à votre manière. Chacun a les défauts de ses qualités ainsi que celles de son milieu.

Allez, le lanceur d'alerte, on se rappelle que les héros ne sont pas toujours compris, voir Spiderman !
Ceci dit, il peut arriver que des gens renvoient l'ascenseur :

https://www.youtube.com/watch?v=yRhRZB-nqOU

Je pense que le manga dont je vous envoie un extrait pourrait vous plaire. Des orphelins vivent dans un cadre idyllique, mais...

...pourtant la jeune Emma doit partir avec les plus âgés, et promet de chercher les plus âgés avant que...

...Ce que comprend le jeune garçon à qui elle vient de l'expliquer.

Un univers pire que le nôtre ! Purgation de l'art.

https://www.youtube.com/watch?v=yRhRZB-nqOU

Un autre :

https://www.journaldujapon.com/2018/04/14/the-promised-neverland-un-classique-en-puissance/

Il est excellent en soi, et si vous ne l'avez déjà lu, il serait, plus que pour bien des gens, une purgation idéale pour vous.
Si vous l'avez déjà lu, vous comprendrez bien pourquoi... En dire plus serait gâcher le plaisir, et ça, jamais !

F68.10

@ Mary Preud'homme

Assertion 1: "Je vous envoie les soeurs Magus aux fesses !"

Assertion 2: "Alors voilà, vous débloquez de toutes parts, vous sentez poursuivi de toutes parts !"

Contradiction ?

Ou logique féminine ?

En tout cas, je ne me suis pas senti aussi bien depuis si longtemps. Pourquoi venir gâcher mon plaisir ?

Mary Preud'homme

J'ai fini par comprendre qu'il ne fallait surtout pas vous contrarier...
Big brother is watching you ! Et la conspiration est partout...

F68.10

@ Noblejoué

D'autant plus que je ne suis pas si anonyme que cela. De nombreuses personnes connaissent mon nom et mes positions. Ça fait longtemps que je tire la sonnette d'alarme...

Par exemple, quand je contacte le milieu des autistes, je demande certes à ne pas être enregistré, mais je donne mon nom et je référence ces billets pour les convaincre que nous avons des intérêts en commun.

———————

@ Mary Preud'homme

Si je sors les dossiers originaux du pays où je me trouve, c'est aussi pour que si je tombe, mes dossiers, qui sont plus importants que ma personne, ne tombent pas avec moi. Car la police a failli dans cette affaire, comme nombre d'institutions.

Mais mes dossiers sont les miens. Et police ou pas, prisonnier ou pas, c'est mon droit de les publier. D'ailleurs, je m'étais confronté jadis avec le personnel médical en leur disant que si cela n'arrêtait pas, je publierais ce qu'ils ont écrit dans les dossiers. Ils m'ont ri au nez en me disant que c'était les miens et que j'étais libre de le publier. Moult années plus tard, alors qu'ils objectivent, de mon point de vue, un syndrome de Munchausen par procuration, je n'aurais plus le droit de les publier ? Il n'y aurait pas du foutage de gue*le dans l'air ? Rira bien qui rira le dernier !

De même, je n'aurais pas le droit de "conspirer" pour faire expertiser des falsifications de documents médicaux ? On vit dans quel pays si on n'a pas le droit de chercher à prouver au-delà de tout doute déraisonnable que ces documents contiennent des falsifications ? (Le terme falsification est un peu fort, mais il est générique pour ce syndrome...)

Ce sont mes droits. Je "conspire" pour appliquer mon droit de publier et expertiser mes propres documents médicaux comme on expertiserait n'importe quel document administratif. Si personne n'a rien à se reprocher, alors tout va bien: je ne serais qu'un crétin de plus comme il y en a des tonnes sur Internet.

La police a failli. La justice a failli. La médecine a failli. Mais mes dossiers sont des données scientifiques désormais, et de la même manière que les patients sont soumis au corps médical, le corps médical est soumis à la science, la science est soumise aux données, et ces données sont soumises à mon bon vouloir.

Et si vous interferez dans l'exercice de ces droits, ce n'est pas que moi que vous attaquez. Mais la démarche scientifique elle-même, sur laquelle se fonde la médecine. Vous deviendrez alors anti-science, anti-médecine, et pro-maladies.

Comme un vulgaire antivaccionaliste.

Noblejoué

@ Mary Preud'homme
"Faites gaffe les garçons, à force de vous exciter mutuellement"

C'est vous qui vous excitez, me semble-t-il. Mais les idées de tous les garçons et les filles du blog ne seraient pas de trop pour aider les gens comme F68.10, ainsi que ceux qu'il veut protéger de manière aussi inventive que courageuse.

"Quant à la maltraitance infantile, et certains sévices en particulier, il me semble que c'est un sujet beaucoup trop grave pour être abordé ici."

Non.
Le dialogue est par définition un lieu de tous les possibles : aucun sujet n'est trop grave. Internet renforce encore cela, et ici, c'est Justice au singulier, donc aucune injustice n'est trop grave pour qu'on ne l'évoque pas.

"Ou le faisant il faut le faire à visage découvert sans peur et sans crainte de représailles inévitables."

Non.
Quand, par exemple, je dénonce les abus des écolos

https://www.courrierinternational.com/article/2007/02/22/les-tribus-victimes-de-l-ecologie

je ne donne pas mon nom. Est-ce que ce que je dis est moins fiable pour autant ?

Et notre camarade, outre parler de sa vie, a, lui aussi, donné des liens. Même dans des sites écolos, où je n'ai plus la patience d'aller, on ne m'a pas sorti votre critère de, si tu es un masque, tu peux parler de sujets frivoles, mais de rien de grave.

Alors, d'où sort votre idée qu'on doit parler sans masque ? D'un traçage de tout le monde, comme Patrice Charoulet ?

Pas exactement.

Vous êtes noble et avez des attaches dans la police... Je pourrais m'arrêter là, mais on me comprendrait de travers, si je fais long, c'est par pédagogie, et aussi, forcément, que dès qu'on n'est pas lapidaire, une idée en appelle une autre. Bref.

Donc, noblesse et police. A savoir, dans l'idéal du moins, il y a des idées chevaleresques de défendre les faibles, et aussi, l'ordre, enfin, de défendre, et en s'affichant, tout cela avec des idées de discipline.
Et dans un groupe.

Je n'ai rien contre. Mais tout le monde n'est pas dans cette même logique... Quand notre héros lutte pour sa liberté, ainsi que pour sa famille et d'autres personnes se heurtant aux mêmes ennuis, il n'est pas le défenseur institutionnel de toute la société. Et il n'a aucun appui.
Pourquoi croyez-vous qu'il vienne ici, sinon ? De même que des gens non reconnus par leurs pairs pour dire leur théories ?
Quand on n'a nul espace, on essaie de s'en trouver parmi les espaces partagés par d'autres, quand on n'a pas de soutien, on essaie d'en trouver, quand on n'est pas écouté, de parler.
Et si, outre le fait d'être un outsider, on est menacé, on porte un masque. Le masque de notre héros n'abolit pas les risques qu'il prend ailleurs, il fait qu'il ne les augmente pas.

Cela n'a pas de sens de demander à quelqu'un ne pouvant compter sur personne de s'exposer à tous.
Ce n'est pas un hoplite.

S'il peut faire connaître ce qu'il a à faire connaître en gardant son masque, je ne vois pas où est le problème.
Il peut aussi le jeter. Mais on ne jette pas les atouts n'importe quand dans une partie de cartes, non plus que dans une bataille, on ne prend pas pour rien les risques les plus inconsidérés.

Se battre pour se battre, à quoi bon ? Il faut se battre pour la victoire, ce qui implique une stratégie.

Il est normal, vu votre identité, que vous ayez du mal à le comprendre. En plus, il semble que vous vous croyez exclue comme femme.

Mais on a besoin de tous les garçons et de toutes les filles du blog. D'abord, il est juste que tout le monde s'exprime sur ce qu'il veut. Ensuite, il est possible d'apporter des idées.
Voire, il semble, l'énergie... D'accord, vous n'avez pas encouragé notre héros, mais enfin, en le faisant réagir, vous avez contribué à lui en redonner.

F68.10

@ Mary Preud'homme
"Faites gaffe les garçons, à force de vous exciter mutuellement et "tisser des nasses" bien anonymes, comme s'en était vanté il y a peu F68 sur ce même blog, afin d'attraper des chimères et autres persécuteurs imaginaires, vous allez finir par avoir les sœurs Magus aux fesses pour vous repeindre en technicolor, troulala compris ! Et cette fois pas qu'en virtuel !"

Que les soeurs Magus viennent !
Je leur réserve bien des surprises...

Mary Preud'homme

@ F68.10, Noblejoué et Lotus...

Faites gaffe les garçons, à force de vous exciter mutuellement et "tisser des nasses" bien anonymes, comme s'en était vanté il y a peu F68 sur ce même blog, afin d'attraper des chimères et autres persécuteurs imaginaires, vous allez finir par avoir les sœurs Magus aux fesses pour vous repeindre en technicolor, troulala compris ! Et cette fois pas qu'en virtuel !

F68.10

@ Noblejoué

J'ai tenté un contact avec Martin Winckler. Pas certain qu'il ne me lise ni même qu'il ne me prenne au sérieux.

J'ai lu "Les évaporés" de Thomas Reverdy. Typiquement l'écriture que j'apprécie. J'avais saisi la référence, ne vous inquiétez pas.

Lotus

@ F68.10 | 14 décembre 2019 à 23:58

Félicitations, quel superbe développement sur ce sujet complexe.

See you later.

Votre humble lecteur.

F68.10

@ Mary Preud'homme

Je suis en désaccord profond avec ce que vous avez écrit, et je vous en remercie, car cela va me permettre de développer en détail ce que je pense de tout cela d'une manière que je n'ai jamais jusqu'ici eu l'occasion de développer.

"L'une de "mes phrases" que vous n'avez pas eu le bon réflexe de citer (par respect pour nos lecteurs) et si possible dans son contexte serait donc à l'origine de vos échanges obscurs et de plus en plus sibyllins"

Je ne sais plus quelle est la formulation exacte de la phrase, mais essentiellement vous m'accusiez de prendre le parti des bourreaux plutôt que celui des victimes. Cela n'a pas seulement déclenché cette discussion. Cela m'a aussi sorti de ma contemplation hébétée de mon oreiller et de la débilité du monde dans mon statut de malade chronique pour me pousser à instrumentaliser ma haine, mon ressentiment et mon talent de coupeur de cheveux en quatre pour structurer une stratégie vicieuse d'obtention de diagnostic de victime de Munchausen par procuration, Graal de ce type de victimes.

Et je vous en remercie: je suis maintenant planqué bien loin de mon oreiller et de mon domicile, en train de dispatcher tous les documents et informations requises pour tisser ma nasse.

"où il serait question d'autisme et de syndrome (priez pour ledit saint, même par procuration ! afin qu'il vous vienne en aide)."

Le problème du lien entre l'autisme et ce syndrome est simple: les médecins ne pigent pas ce syndrome et se font des projections mentales d'images de mauvaises mères dans lesquels ils se font plaisir à inclure les mères d'autistes pour des raisons idéologiques. Résultat: 1. On brise les ovaires des mères d'autistes en détectant des faux cas de Syndrome de Munchausen par procuration, alors que 2. Les vrais cas de Syndrome de Munchausen par procuration passent à la trappe.

Conclusion: débilité plus que profonde. Mais arme idéologique pratique.

"Reconnaissez qu'à lire vos échanges obscurs et codés, il y a de quoi y perdre son latin, y compris pour de fins lettrés tels duvent ou Charoulet."

Ce syndrome est d'une complexité absolument inouïe. Cela ne ressemble à pas grand-chose d'autre. C'est une triple maltraitance. C'est effectivement au premier abord une maltraitance maternelle de type tout à fait classique. "Moman, ce n'est pas parce que tu m'as fait que tu me connais mieux que moi-même". Mais cette maltraitance classique se double d'une gravité et d'enjeux propres à la médecine, qui, bien que scientifique au niveau de la recherche, reste relativement théocratique dans la pratique. Et troisièmement, il y a une maltraitance épistémologique où l'enjeu du vrai est brutal: falsification de dossiers non détectées pendant des décennies, questions sur la vérité et le niveau de confusion des questions scientifiques mises en jeu par les actes médicaux, question de la vérité des intentions de la mère, du médecin et du patient.

Ces trauma épistémologiques obsèdent les gens qui ont eu des épreuves médicales lourdes. Et ils mettent en jeu ces questions dans une confrontation raide et butée face à une médecine encore assez théocratique. Et quand le patient accorde plus d'importance à la vérité qu'à l'investissement émotif dans le soin, il bascule dans des troubles factices ou des syndromes de Munchausen en se confrontant répétitivement au côté buté et théocratique de la médecine qu'il veut faire craquer. Ce en quoi il n'a que très peu de chances de succès, mais l'obstination en est remarquable.

De la même manière que les platistes américains sont des gens qui ont une motivation scientifique sans les compétences, les troubles factices sont des patients qui ont une motivation médicale sans les compétences. C'est d'ailleurs pour cela qu'ils ressemblent de plus en plus à des médecins plus les troubles sont manifestes.

En ce qui concerne l'aspect maternel et la psychanalyse, il y a une question en large partie de pratique médicale. Souhaite-t-on définir ce qu'est une bonne mère pour pouvoir vilipender une mauvaise mère qui bute son gosse sans le faire exprès ? Ou souhaite-t-on accepter que les mères ne sont pas parfaites, et organiser le système de soin en minimisant les dégâts ? La première question est de type psychanalytique et la seconde de type scientifique. Et c'est bien un des noeuds majeurs du débat au sujet du Munchausen par procuration. On sauve des victimes, ou on se peluche le cortex avec la psychologie du bourreau ?

En fait les deux sont difficilement intégralement dissociables, mais le cas du syndrome de Munchausen par procuration induit une transmission intergénérationnelle de la maltraitance épistémologique par le biais de la violence physique de la pratique médicale: une victime de ce syndrome aura nécessairement des obsessions médicales épistémologiques qui répondent aux mêmes obsessions qui l'ont traumatisée. La psychologie du bourreau détermine ce qu'on doit réussir à détecter comme victimes, c'est-à-dire le sujet même de ce qu'on étudie épidémiologiquement.

"Quant à moi, je sèche étant plus douée pour le défrichage musical que pour celui du style de roman de gare policier à connotations psychanalytiques que vous nous déversez à petites touches avec des manières quelque peu puériles de conspirateurs !"

Au détail près que je rejette la psychanalyse dans chaque commentaire. Et le côté conspirateur ? Non, c'est juste un sujet qui ne peut pas se comprendre en ne rentrant pas dedans.

"Quant à la maltraitance infantile, et certains sévices en particulier, il me semble que c'est un sujet beaucoup trop grave pour être abordé ici.
Ou le faisant il faut le faire à visage découvert sans peur et sans crainte de représailles inévitables."

Pour le syndrome de Munchausen par procuration, absolument pas ! Il est impossible d'en parler sans prendre de la hauteur. Si vous personnalisez quoi que ce soit, vous ne voyez pas la maltraitance épistémologique. Qui en est vraiment le moteur.

D'autant qu'en règle générale, ni l'inducteur ni la victime ne se rendent compte de quoi que ce soit... C'est le monde des bisounours où on prend soin les uns des autres !

Si je parle de cela à un membre de ma fratrie, il fera les gros yeux de débile profond alors qu'il est malade comme un chien. Si j'en parle à mon inducteur, elle pestera contre les mères indignes empoisonneuses alors qu'elle, elle passe son temps à soigner ses gosses. Quand vous avez conscience des choses, vous êtes vraiment tout seul. Tout seul à avoir raison. Maltraitance épistémologique...

C'est un monde où tout est renversé.

Inutile d'en parler autrement qu'en prenant beaucoup beaucoup beaucoup de hauteur...

Et puis dans mon cas, la maltraitance "infantile", elle a probablement été foetale et elle dure depuis près d'un demi-siècle...

Vous voyez le délire de la maltraitance médicale "infantile" ?

Qui plus est, mon inducteur, je veux la sauver envers et contre tout l'establishment médical qui me maltraite en accusant l'inducteur de tous les maux qu'il représente lui-même: le soin délirant.

Bref: tout est à l'envers. Heureusement qu'on en parle à mots couverts, sinon on n'en parlerait jamais...

Mary Preud'homme

@ F6810
@ Noblejoué

L'une de "mes phrases" que vous n'avez pas eu le bon réflexe de citer (par respect pour nos lecteurs) et si possible dans son contexte serait donc à l'origine de vos échanges obscurs et de plus en plus sibyllins, où il serait question d'autisme et de syndrome (priez pour ledit saint, même par procuration ! afin qu'il vous vienne en aide).

Reconnaissez qu'à lire vos échanges obscurs et codés, il y a de quoi y perdre son latin, y compris pour de fins lettrés tels duvent ou Charoulet.

Quant à moi, je sèche étant plus douée pour le défrichage musical que pour celui du style de roman de gare policier à connotations psychanalytiques que vous nous déversez à petites touches avec des manières quelque peu puériles de conspirateurs !

Quant à la maltraitance infantile, et certains sévices en particulier, il me semble que c'est un sujet beaucoup trop grave pour être abordé ici.
Ou le faisant il faut le faire à visage découvert sans peur et sans crainte de représailles inévitables.

Noblejoué

@ F68.10

J'ai fait une recherche Internet pour vous dont rien ne sortait et allais laisser tomber, quand j'ai trouvé une personne dont je pense que vous devriez la contacter.

http://www.martinwinckler.com/spip.php?article1050

On réussit rarement (jamais ?) tout seul. Comme dans le film que je vous envoie, il vous faut trouver quelques alliés, il me semble que le lien que je vous ai envoyé peut être une piste.
En attendant, façon de parler, elfe ou dragon, ne sombrez pas dans les marais de la mélancolie :

https://www.youtube.com/watch?v=4glagjNsjQE

Noblejoué

@ F68.10
"Ma mort ne me dérangera pas outre mesure si tant est que mon enfant puisse se prévaloir de la vérité sur ce qui est arrivé à son père. J'ai effectivement le sentiment de mettre ma vie en jeu en connaissance de cause."

Je parlais de changer d'identité !
Mais je ne savais pas que vous aviez un enfant...

https://www.lesinrocks.com/2014/11/15/livres/actualite/les-evapores-du-japon-ces-gens-disparaissent-du-jour-au-lendemain/

Cependant, je n'ai pas lu le livre auquel l’interview fait référence.
Et donc, j'ignore comment fuir...

Pardon pour la confusion à cause de mon commentaire trop elliptique, il me semble que soit je suppose que les gens savent, soit non, et que dans ce cas, sans faire un cours, j'offre souvent un buffet trop garni.
Mais après tout, on peut lire en plusieurs fois, ou ne pas lire, les grognons me font rire : ils ne sont ni des professeurs notant, ni des critiques évaluant, rien ne les oblige.

Quoi qu'il en soit, c'est intéressant, les Japonais savent, d'une façon ou d'une autre, partir. Comment ? Qu'est-ce que cela dit sur leur culture ? Comment les imiter ?
Vastes problèmes.

Pour ce qui concerne le vôtre, le fait que vous ayez un enfant change bien des choses.

Tiens, l'enfant. N'est-il pas malsain pour l'enfant qu'on menace son père ? Aussi, les associations familiales pourraient-elles faire quelque chose ?

F68.10

@ Noblejoué
"Vous aviez posté une vidéo... Les gens y intervenant peuvent-ils vous aider ? D'autres gens ?"

Sur ce sujet, très peu d'appuis. On a l'Etat, la médecine et la famille contre soi. Idéalement, j'aimerais bien faire comprendre au monde de l'autisme que nos intérêts sont communs, mais ils sont tellement obnubilés par les situations du cas Rachel qu'ils croient que Munchausen par procuration égale psychanalyse. Alors que je veux, moi, un diagnostic sur la base de données objectives comme les falsifications dans les dossiers. Donc nos intérêts sont plus communs qu'ils ne veulent le croire, mais bon, c'est raide pour eux.

J'aimerais bien avoir une conversation avec Sophie Janois par exemple, mais son silence ne signale pas un emballement...

"Ou plutôt que de subir police et médecin, pouvez-vous changer d'identité ? Ne me répondez pas si cela risque de vous compromettre. Qui dit police dit fouille de l'ordinateur et tout ça."

Au niveau ou j'en suis, je me moque intégralement de ma sécurité personnelle ou de ma santé. Le but est de libérer ma famille, de laver mon honneur et de faire avancer la science avec mes dossiers en open data...

"J'espère que vos interventions ici ne vous ont pas nui et ne vous nuiront en rien. En tout cas, merci de nous avoir éclairés."

Pas du tout. Cela fait partie de la manipulation mentale que je mets en place. Je n'ai plus de gêne à manipuler les gens et leurs esprits. On redeviendra urbain et respectueux quand le corps médical aura satisfait, de force, à mes exigences.

"Si vous continuez, vous auriez bien du mérite, peut-être pourtant vaut-il mieux préparer votre volatilisation. Il paraît qu'au Japon, beaucoup de gens disparaissent, par exemple à cause des dettes. Je ne sais pas s'ils ont une technique et s'il en existe une pour cela mais qui sait ?"

Ma mort ne me dérangera pas outre mesure si tant est que mon enfant puisse se prévaloir de la vérité sur ce qui est arrivé à son père. J'ai effectivement le sentiment de mettre ma vie en jeu en connaissance de cause.

"Au cas où, il faudrait que quelqu'un vous fasse parvenir l'information. Une idée, comme ça, je sais que les neurologues et les psys ne s'entendent pas toujours très bien, est-ce que des neurologues pourraient vous aider ? Je n'en sais rien, c'est "l'ennemi" de mon "ennemi" est mon ami, qui me revient, tout simplement."

L'ennemi de mon ennemi, c'est entre autre l'ennemi de la psychanalyse et donc ce sont les familles d'autistes. Le message semble être très partiellement passé, mais pas suffisamment pour que je puisse les féliciter à l'heure actuelle. Lundi, je tente de refaire passer le message. Je m'attends à une fin de non-recevoir. Ce n'est pas comme si j'avais encore des illusions sur le niveau de conflictualité dans le domaine de la médecine. Je pense juste qu'ils y perdraient. Et moi aussi.

Noblejoué

@ F68.10 | 14 décembre 2019 à 06:57

Je compatis.

Vous aviez posté une vidéo... Les gens y intervenant peuvent-ils vous aider ? D'autres gens ?

Ou plutôt que de subir police et médecin, pouvez-vous changer d'identité ? Ne me répondez pas si cela risque de vous compromettre. Qui dit police dit fouille de l'ordinateur et tout ça.
J'espère que vos interventions ici ne vous ont pas nui et ne vous nuiront en rien. En tout cas, merci de nous avoir éclairés.
Si vous continuez, vous auriez bien du mérite, peut-être pourtant vaut-il mieux préparer votre volatilisation. Il paraît qu'au Japon, beaucoup de gens disparaissent, par exemple à cause des dettes. Je ne sais pas s'ils ont une technique et s'il en existe une pour cela mais qui sait ?

Au cas où, il faudrait que quelqu'un vous fasse parvenir l'information. Une idée, comme ça, je sais que les neurologues et les psys ne s'entendent pas toujours très bien, est-ce que des neurologues pourraient vous aider ? Je n'en sais rien, c'est "l'ennemi" de mon "ennemi" est mon ami, qui me revient, tout simplement.

F68.10

@ Noblejoué

Bon. Ben c'est reparti. Maintenant que j'ai dénoncé, j'ai la police aux fesses. Qui me renverront vers les médecins. Qui ne regarderont pas les preuves que j'ai. Et le cirque continuera comme cela jusqu'à ce que je me fasse laver le cerveau par la psychanalyse ; c'est-à-dire jamais.

De l'impossibilité pratique de dénoncer un Munchausen par procuration dans un état de droit.

Vive la République ! Vive la France !

Wil

Moi qui n'ai quasiment aucune culture littéraire et qui suis alcoolo, on peut pas avoir bon partout, ce que je retiens de Pivot c'est Apostrophes avec Bukowski quasi ivre mort.

https://www.youtube.com/watch?v=r_FmMqMu_9k

Un truc qu'on n'a jamais revu depuis à la TV.
Je n'ai rien lu de Bukowski, j'ai su qu'il existait bien plus tard par le film Barfly avec la prestation de comédien absolument magistrale de Mickey Rourke.
Ce film reste une des plus grandes prestations d'acteur de l'histoire du cinéma.

https://www.youtube.com/watch?v=GebqCi2tNHU

F68.10

@ Noblejoué
"Les gens ne prendront certainement pas tous la peine de vous le dire, mais du moins, tous ceux qui vous lisent souhaitent de tout cœur que vous obteniez gain de cause."

Si Mary Preud'homme n'avait pas eu la phrase qu'elle a eue, je ne me serais pas replongé dans une perspective de solution. J'avais déjà acté ma défaite.

"Je vous félicite de plus de vous battre pour les autres, ce qui est généreux autant que courageux."

Il n'y a rien de généreux ou courageux la-dedans, mais c'est compliqué à expliquer.

"On dit bonne année et bonne santé aux gens, ce que je vous souhaite évidemment, mais surtout votre libération ainsi que celle d'autres personnes."

A voir. Mais merci. Mais s'il y a une personne que je souhaite libérer de ce calvaire, c'est moi, bien sûr, mais c'est aussi en large partie la personne que j'appelle mon inducteur. Ce n'est pas celle qui souffre le plus, mais c'est celle qui organise son propre malheur et qui a le plus besoin d'être libérée.

C'est le petit côté n'importe nawak de ce type de situation.

Merci pour votre commentaire. Restons-en là. J'ai aussi l'impression qu'une ou deux portes viennent de s'entrouvrir. Je croise les doigts...

Noblejoué

@ F68.10 | 13 décembre 2019 à 01:21

Les gens ne prendront certainement pas tous la peine de vous le dire, mais du moins, tous ceux qui vous lisent souhaitent de tout cœur que vous obteniez gain de cause.

Je vous félicite de plus de vous battre pour les autres, ce qui est généreux autant que courageux.
On dit bonne année et bonne santé aux gens, ce que je vous souhaite évidemment, mais surtout votre libération ainsi que celle d'autres personnes.

revnonausujai

@ HOPE
"Mais où avez-vous lu que je classe les individus ainsi ?"

Ah, vous ne savez même pas ce que vous écrivez ? Quand vous dites LES juifs, vous n'en faites pas une classe ? Haine à votre égard ?
Et en plus le syndrome de la persécution... Croyez-vous être si influent et néfaste que ça pour susciter ce sentiment ? J'ai plutôt de la commisération apitoyée et un peu de dégoût.

F68.10

@ hameau dans les nuages

Vous avez raison de laisser tomber. C'est impossible de gérer un truc comme cela sauf si on a la passion de contempler des désastres annoncés où personne, ni autorités légales ni autorités médicales, n'a le désir de se mouiller. Votre choix est le bon.

De mon côté, je ne peux pas laisser tomber, car il me semble faux de prétendre que c'est fini. Chaque fois que j'ai tracé ma route, j'ai retrouvé les médecins et la police sur mon chemin. Car mon inducteur a un statut médical suffisamment important pour avoir l'autorité de dépêcher infirmiers et police en ma direction. Dans la majorité de ces situations de troubles factices imposés à autrui, l'inducteur perd son pouvoir de contrôle médical à l'adolescence ou à l'age adulte. Dans mon cas, non...

Et puis je ne pense pas être la seule personne de mon entourage familial à vivre cela ; c'est donc difficile de passer à autre chose: je serais un peu complice si je ne dénonce pas. Non ?

Sans compter que cette situation m'a causé d'innombrables problèmes kafkaïens. La seule manière de tracer ma route maintenant, c'est de devenir punk à chien ou de basculer dans une clandestinité paranoïaque. Et avec tous les ennuis de santé que je me trimbale maintenant...

En ce moment, je suis passé au stade ultime: je fais du chantage aux autorités médicales: vous reconnaissez les "falsifications", ou je bascule tous les dossiers sur Internet, avec tous les noms. Tous. Avec un peu de chance, ils vont comprendre qu'ils ont le choix entre se taper une honte sévère ou commencer enfin à authentifier que certains documents sont "falsifiés"...

Moralité: de telles situations ne peuvent être dénoncées que par le médecin traitant un patient aux données falsifiées. Personne d'autre n'arrive à les forcer à reconnaître des faux en écritures pourtant grossiers. Et ça fait des années que j'essaie. Dans votre cas, comprenez bien que vous n'aviez aucune chance d'arriver à dénoncer: Les médecins gardent ce pouvoir de déterminer le vrai du faux pour eux, et ne sont pas prêts à le partager avec quiconque. Surtout pas les victimes. Et c'est la raison du chantage que je pratique à l'heure actuelle: il y en a du monde qui a eu le faux en écriture le plus grossier sous les yeux ! Seulement deux réponses... Une seule constructive, et je sens que la discussion va tourner très court très vite.

Seule solution: chantage. Et encore... je peine.

Robert Marchenoir

@ Mary Preud'homme | 11 décembre 2019 à 20:22

Dites plutôt que vous êtes totalement dépourvue de sens de l'humour, y compris quand il ne s'exerce pas à votre détriment.

hameau dans les nuages

@ F68.10 | 12 décembre 2019 à 21:43

Oui j'ai lu. j'en ai discuté avec mon épouse qui m'a demander de laisser tomber... Il faut dire que le drame, car il y a eu in fine un drame, s'est réalisé dans des conditions hors du commun dans ce genre de situations. La seule chose que je puisse ajouter c'est que ce drame s'est passé exactement la veille du jour où elle perdait définitivement le statut de mère biologique, et n'acceptant pas de passer le relais... Qu'elle reste avec sa conscience.
(Mon commentaire était plus long mais je l'ai réduit m'apercevant à sa relecture qu'il était encore trop précis. Je sais, cela peut vous paraître ridicule mais cela m'a valu une convocation...)

Je pense que pour vous, sans en avoir les détails et sans juger, la solution ne serait-elle pas de tracer votre route et de fermer la porte derrière vous ? la santé est aussi à ce prix.

F68.10

@ hameau dans les nuages
"Tout à fait. Bon nombre de juifs en ont assez eux-mêmes que l'on rappelle sans cesse leur judaïté d'autant plus qu'ils ont leurs propres querelles de chapelle."

Exact. Maintenant, pour ne rien vous cacher, les juifs ont tendance à me gonfler. Ce qui ne veut pas dire que ce sont les seuls à me gonfler... suivez mon regard...

"On s'en fiche, ce qui ne veut pas dire qu'il ne faille pas les défendre si c'est un prétexte à leur agression physique."

Exact. Ils font ce qu'ils veulent. Ils restent en France, partent en Israël ou en Arabie Saoudite, ce n'est pas mes oignons. Mais si ceux qui vivent en France se tapent des coups de parano parfois justifiés et veulent un escadron de CRS devant chaque école juive pour contrôler les motards cinglés équipés de kalachs, aucune objection de principe (sauf peut-être les sous, mais bon, ne soyons pas trop radins avec les juifs non plus, ce ne serait pas poli...).

Blagues pourries de mauvais goût à part, ils sont évidemment les bienvenus. Tant qu'ils ne réclament pas une théocratie... En tout cas pour moi.

"En souhaitant qu'ils nous rendent la pareille..."

Je ne m'attends jamais à ce qu'on me rende la pareille. J'aurais le sentiment d'empiéter sur la liberté d'autrui de se comporter comme un abruti. Et la liberté, c'est presque sacré pour moi.

P.-S.: je vous ai laissé un message sur le long fil de discussion que nous avons eu au sujet de mes et vos déboires. Je tenais à vous en informer. Aucune obligation de réponse ou de réaction de votre part, bien évidemment.

hameau dans les nuages

@ F68.10 | 12 décembre 2019 à 16:58

Tout à fait. Bon nombre de juifs en ont assez eux-mêmes que l'on rappelle sans cesse leur judaïté d'autant plus qu'ils ont leurs propres querelles de chapelle. On s'en fiche, ce qui ne veut pas dire qu'il ne faille pas les défendre si c'est un prétexte à leur agression physique. En souhaitant qu'ils nous rendent la pareille...

F68.10

@ HOPE
"Mais il y a cependant des personnes qui apprécient plus ou moins les juifs."

Il y a aussi des gens qui s'en tapent comme de leur première djellaba de toutes ces appartenances ethniques. Et qui aimeraient bien, qu'un jour, on arrête de toujours ramener les juifs sur le tapis.

Rien à taper de toutes ces histoires ultra-débiles.

HOPE

@ revnonausujai
"Vouloir classer - sacraliser, ou à l'inverse mépriser - un individu en raison de son appartenance ethnique fait de vous, sous un simulacre d'indignation, un disciple de Gobineau. Pas très cohérent tout ça !"

Mais où avez-vous lu que je classe les individus ainsi ? Il transpire de l'ensemble de votre commentaire, tant de... "haine" ? à mon égard si j'en juge par vos insultes (j'avoue que vous êtes doué pour les formuler. Hahaha) que je vais vous répondre ainsi que je le fais à des gens de votre espèce: PROUT !! Evidemment je ne lirai plus votre prose malodorante qui me laisse penser que peut-être vous seriez un... En fait, j'en suis sûr ! Au fait: re-PROUT !!

revnonausujai

@ HOPE
"il y a cependant des personnes qui apprécient plus ou moins les juifs. Je les traite par le mépris"

LES juifs ? vus comme un tout indissociable ? seriez-vous raciste ?
Il en est des juifs comme des Patagonais du sud ou des Papous orientaux, leurs caractéristiques morales doivent couvrir l'ensemble de la courbe de Gauss et on trouve chez eux des gens absolument remarquables comme d'autres absolument méprisables en passant par toutes les nuances intermédiaires.
Vouloir classer - sacraliser, ou à l'inverse mépriser - un individu en raison de son appartenance ethnique fait de vous, sous un simulacre d'indignation, un disciple de Gobineau. Pas très cohérent tout ça !
Vous devriez éviter les flatulences ; non seulement vous puez, mais le bilan carbone n'est pas bon et Greta va encore faire un caprice.

Mary Preud'homme

@ sylvain | 11 décembre 2019 à 14:32

C'était justement un non blanc, non raciste comme moi-même pure desouche - à ne pas confondre avec les antiracistes dont on nous gave - qui m'avait offert voici plus de 20 ans une matraque télescopique à la suite d'une agression sauvage en forêt de Meudon et m'avait dans la foulée appris à m'en servir comme arme de dissuasion susceptible de blesser en évitant les zones vitales.

Etonnant non ?

Mary Preud'homme

@ Robert Marchenoir | 11 décembre 2019 à 19:43

Vous êtes parfois très bon, voire érudit concernant certains sujets, à condition de mettre de côté vos obsessions et d'éviter de caricaturer odieusement vos contradicteurs...
Mais côté humour et blagues de comptoir, votre niveau est lamentable. Feriez donc mieux de vous abstenir, définitivement !

Robert Marchenoir

@ Mary Preud'homme | 10 décembre 2019 à 23:51
"Au risque de vous choquer M. Charoulet, j'ai en permanence un couteau à cran d'arrêt dans la boîte à gants de ma voiture, mais également une matraque télescopique, laquelle m'accompagne lors de mes footings en solitaire."

Hahaha, tout s'explique... voilà donc d'où vous viennent vos fameuses connaissances sur l'usage fessier de la matraque télescopique...

Blague à part, si le port d'une matraque télescopique, bien qu'illégal, est effectivement recommandable pour l'usage que vous décrivez, aussi bien d'un point de vue de défense que d'un point de vue juridique, celle d'un couteau est une sottise, qui ne sert, au mieux, qu'à vous rassurer.

Si vous aviez le malheur de le brandir face à un agresseur, non seulement vous ne sauriez pas vous en servir, mais si vous le faisiez, vous courriez un grand risque de tuer votre adversaire, et il y a fort à parier qu'un tribunal ne reconnaîtrait pas la légitime défense.

Je vous conseillerais plutôt la bombe lacrymogène ou le Taser de poche. Bien que leur port soit lui aussi illégal, ils constituent un meilleur compromis, aussi bien en termes d'efficacité qu'en termes de conséquences juridiques.

Enfin, cela m'étonnerait que Patrice Charoulet ait tenté d'enlever votre gamin. Je suis sûr qu'il a un alibi en béton. Il devait être en train d'apprendre La Princesse de Clèves à nos futurs invités diversitaires, à l'époque.

Mitsahne

Dire que les buralistes sont des facilitateurs de cancer et les armuriers facilitateurs de crimes relève plus du propos de comptoir que d’une évidence socio-philosophique. A ce compte-là, la Française des Jeux facilite les faillites personnelles et le confiseur propage le diabète… Je tairai, par pudeur, les Hautes Autorités qui ouvrent des salles de shoot à l’héroïne vers la gare du Nord…

A propos d’armes par destination, a-t-on pensé aux dégâts que peut faire un simple tire-bouchon en forme de T dépassant de votre poing ? Et la petite cuillère pour énucléer votre adversaire ? Quand interdira-t-on les bâtons de majorettes et les cannes des personnes âgées ?
Qui a réfléchi aux redoutables ravages que peut faire une simple agrafeuse sur un nez ? Faut-il surveiller la vente des pianos parce que la corde à piano étrangle beaucoup mieux qu’une cordelette ?

Trêve de mauvaises pensées, dans quelques jours, le solstice d’hiver amènera Noël, ses torrents de lumières, ses brouettes d’agapes et des voix fluettes qui vont souffler du ‘’divi nenfant’’ accompagnées de flûtes à bec avant que les flûtes à champagne n’incitent à des chants plus bachiques. Enfin, si la CGT le veut bien et autorise les privilégiés de la SNCF à reprendre le travail. Parce que, si on compte sur Macron et ses mignons pour faire acte d’autorité et empêcher une catastrophe commerciale en décembre, autant vouloir éradiquer la c….rie de la Terre. Il est bien capable de faire suivre le célèbre « Minuit, chrétiens » par une minute de silence.

sylvain

"....mais également une matraque télescopique..."
Rédigé par : Mary Preud'homme | 10 décembre 2019 à 23:51

Méfiez-vous chère Mary, si c’est un non blanc antiraciste qui vous agresse, il va vous accuser d’avoir voulu le pénétrer de force dans son arrière-train ; ils ont retenu la leçon du fait divers qui a fait la une des merdias gauchistes contre les flics proctologues de ce jour où je suis resté plié de rire en m’imaginant cette scène géniale dont j’enviais celui qui était du bon côté du manche.

breizmabro

@ xc 10 décembre 18:47

Drôôôôle mais je ne saurais dire si cette légende est bretonne. Pour ma part je n'ai jamais bu de chouchen (avec ou sans l'abeille) qui, si j'en crois mes ami.e.s, a surtout la qualité, non pas de faire tomber en arrière, mais de soulager les constipés qui visitent la Bretagne, ses terres lointaines et ses habitants ombrageux :D

Mais est-ce encore une légende ?

Adéo xc

hameau dans les nuages

@ Patrice Charoulet | 10 décembre 2019 à 20:32

C'est vrai quoi ! mais où va-t-on si les gens ont sur eux de quoi se défendre ? C'est un monde quand même...

https://ripostelaique.com/wp-content/uploads/2015/09/mouton-2.jpg

sylvain

"Au fait... j'en profite pour vous faire part une nouvelle fois de ma réaction: PROUT !!! Hahahaha
PS: C'est la dernière fois que je vous écris. Ça suffit maintenant. Re-PROUT !!"
Rédigé par : HOPE | 10 décembre 2019 à 21:40

Coucou mon petit HOPE chéri, j’ai recevu un message de Norbébert ne m’informant pas que vous n’avez pas écrit pour la dernière fois et que ce même Norbébert nous enverra vos PROUT par l’intermédiaire de lui-même qui par la même occasion nous écrira que vous n’écrirez plus ni ne PROUTEREZ plus.

Veuillez accepter, cher M. PROUT, en toute cordialissitude et affectionnité, tous mes prouts les plus affectueux.

Michel Deluré

@ Patrice Charoulet 10./12 10:23

Comme vous Patrice Charoulet, cela m'exaspère de voir fleurir ces anglicismes, qui plus est prononcés parfois avec ce qui se voudrait être une pointe d'accent anglais, alors qu'il est souvent possible de trouver dans notre propre langue le mot adapté et parfois aussi évocateur.
Mais il est évident qu'échapper à cette mode d'employer ces anglicismes c'est être ringard, cela vous colle une image d'individu qui n'est pas dans l'air du temps. Vous n'êtes pas « IN ».
Encore un effet de la mondialisation !

HOPE

@ Noblejoué
« Je ne crois pas que l'on puisse suspecter les commentateurs de ce site de nazisme. »

Non non. Je ne suspecte personne de nazisme. Mais il y a cependant des personnes qui apprécient plus ou moins les juifs. Je les traite par le mépris et les ignore. Ce sont des pauvres types malheureux dans leur vie. Sans intérêt aucun. À bientôt :)

Achille

@ Alain MEYET | 11 décembre 2019 à 02:17
« Et il a choisi d'assurer sa défense lui-même, comme il en a le droit. »

Il n’est effectivement pas obligatoire de faire appel à un avocat pour les petites infractions.
J’ai un collègue qui a assuré lui-même sa défense pour un litige.
Il a simplement expliqué au juge qu’il n’avait pas les moyens de se payer les services d’un avocat (ce qui est faux, il était juste un peu radin…) et que le simple bon sens devrait suffire à convaincre le tribunal.
Son arrogance n’a semble-t-il pas offusqué le juge qui a été sensible à ses arguments et lui a donné raison.
Un peu de bagout et de culot suffit souvent à régler soi-même ses problèmes sans faire appel à un juriste qui commence à vous demander quelques milliers d'euros avant même d'avoir examiné votre dossier.

Alain MEYET

Quelques mots en réaction aux messages de Patrice Charoulet (10 décembre 2019 à 20 h 32) et de Mary Preud'homme (10 décembre 2019 à 23 h 51)...

La détention d'un couteau suisse, d'un Opinel ou autres couteaux, à cran d'arrêt ou non, n'est pas nécessairement assimilée à la détention d'une arme blanche. Il y a une jurisprudence pour le moins nuancée, voire évolutive, sur la question. Il est surtout tenu compte du contexte, pour passer de l'outil quotidien à l'arme (par destination). Il est quand même un peu plus logique que ce soit un agriculteur ou un éleveur qui ait un couteau dans sa poche, plutôt qu'un visiteur du musée d'Orsay ou un amateur d'orgue de Saint-Eustache ! Mais de plus en plus souvent, il est vrai, avoir sur soi un couteau fait de vous un délinquant (quand je pense que mes grands-pères ont ainsi, sans en être conscients, frôlé la prison !...).

Cela me fait penser au film documentaire de Raymond Depardon "10e Chambre, instants d'audience", réalisé en 2004. Ce film montre plusieurs séquences tournées au sein du Palais de Justice de Paris, au tribunal correctionnel. La dernière séquence concerne un sociologue qui, je ne sais plus dans quelles circonstances, a été pris, sinon la main dans le sac, du moins l'Opinel dans la poche. Il lui est reproché d'avoir été détenteur d'une arme, lui s'en défend, soutenant qu'il s'agit simplement d'un outil. Et il a choisi d'assurer sa défense lui-même, comme il en a le droit. La magistrate le malmène, lui reprochant de citer le Code pénal (alors qu'elle l'aurait admis d'un avocat) : "Vous n'allez pas m'apprendre le Code pénal !" ; bref, elle refuse de prêter attention à ses propos (pourtant sensés et respectueux), comme elle n'en a pourtant pas le droit...

Mais comme nous sommes sur un site géré par un éminent pénaliste, et comme cette juge s'appelle Mme Michèle Bernard-Requin, et comme nous apprenons par le billet du 10 décembre ("Comment faire pour digérer ce monde ?") qu'elle est très malade, et comme je suis enclin à faire preuve d'empathie, et comme je veux bien admettre que cette magistrate devait avoir de grandes qualités, et comme finalement je suis un peu lâche et que je ne veux pas avoir d'histoires, je vais admettre qu'elle avait raison et que ce n'est pas bien grave.

Mary Preud'homme

@ Patrice Charoulet | 10 décembre 2019 à 20:32

Au risque de vous choquer M. Charoulet, j'ai en permanence un couteau à cran d'arrêt dans la boîte à gants de ma voiture, mais également une matraque télescopique, laquelle m'accompagne lors de mes footings en solitaire, suite à une agression dont je ne me suis sortie indemne (j'avais alors cinquante ans) que grâce à mes aptitudes sportives en matière de course de vitesse.

Et concernant votre bonne ville de Dieppe réputée si tranquille, j'ai le plus traumatisant et exécrable souvenir. Car c'est là en effet, sur l'une de vos plages de galets qui font si mal aux pieds, que mon fils aîné (alors âgé de trois ans) échappa de peu à une tentative d'enlèvement.

Noblejoué

@ Patrice Charoulet
"J'ai toujours été pour la fermeture des armureries et des commerces de cigarettes et de cigares.
Les buralistes sont des facilitateurs de cancers.
Les armuriers sont des facilitateurs de crimes."

J'ai toujours été pour l'ouverture de lieux permettant aux gens de se constituer un monde.
Les fumeurs sont peut-être les seuls à se partager encore le feu, dans nos rues trop souvent sans âme. Riches ou pauvres, ignorants ou instruits, beaux ou laids, ils se retrouvent dans les rues, comme des sentinelles.
Un peu de détente, un peu de rêve d'avoir de la chance par le Loto, un peu d'information par les journaux et plus de cet usage du trottoir... A vous suivre, c'est tout un monde de sociabilité qui s'effondrerait encore.

Après la chasse aux barmen, celle aux buralistes... On a toujours les mêmes arguments, mais ce qu'on voit de perte de liens entre les êtres.

"Les armuriers sont des facilitateurs de crimes."

Alors interdisons les voitures, dont les terroristes, après les voleurs, ont découvert le rôle de tanks improvisés.
Prohibons la chasse, car les armes y sont nécessaires, et il faut assécher le marché, n'est-ce pas ?
Et la cuisine, où certains couteaux, je n'entrerai pas dans les détails, sont aussi tranchants que des poignards.

Il ne s'agit jamais que de renoncer à la chasse quand l'Homme est, à la base, un prédateur, et un charognard, certes. Disons que la prédation s'exprime entre autre dans la chasse, le charognage dans le goût fermenté, notamment le fromage et le vin, gloires nationales.
A ce propos, nous avons une tradition d'épéiste, mais cela aussi doit tomber dans quelque oubliette.

Entre ceux qui ne veulent pas s'inspirer du meilleur de l'étranger, et ceux qui aspirent à diminuer les libertés du pays, notamment où il excelle, comment ne pas s'inquiéter ?

Chacun doit-il être le censeur de tous ? Bientôt, je gage qu'on rétablira l'outrage aux bonnes mœurs, à ce train-là.
Et un tribunal du goût, dit notre hôte.

Liberté, je te plumerai, liberté, je te plumerai, je t'arracherai une plume, et une plume, par la censure, liberté, je te plumerai, je t'arracherai des professions, buralistes ! Barmen...
Alouette...

https://www.youtube.com/watch?v=DJptw7P8tDU

La censure au nom de la sécurité... Hier, c'était le sexe, exemple :

https://www.youtube.com/watch?v=jIr6_aVuOKo

Et étonnement, entendu ce matin sur France Culture alors qu'ayant mal sélectionné un programme, une chanson sur l'opium dont l'interprétation ne laisse pas deviner l'origine.

https://www.youtube.com/watch?v=uI-q83duufE

Je sens qu'au nom de la lutte contre la drogue, ou pour les mœurs, ce morceau pourrait bien être exilé des antennes pour ne survivre que dans les favoris de gens comme moi.

Plus on voudra cadrer le pauvre monde, plus on condamnera les candidats à la modification de conscience à détourner des produits chimiques non prévus à cet effet, plus on les forcera à s'étrangler, s'enterrer, se noyer, en un mot frôler la mort de bien plus près.
Et c'est le point qui compte, sans qu'ils l'aient voulu... Comme le candidat au suicide risque, sans méthode et produit idoine bien davantage qu'un initié, de finir handicapé.

En France, on se moque de la liberté. Certes. Mais l'égalité ? Entre qui sait et a accès et les autres, il y a la différence entre celui qui est digne et celui qui est condamné soit à la chaîne, soit à se déchaîner, dans tous les sens du terme.

Des novices seront amenés à faire du hors piste dans la tempête pour découvrir les montagnes.

———————

@ HOPE

Je ne crois pas que l'on puisse suspecter les commentateurs de ce site de nazisme. Mais endurer ce que vous avez supporté, je ne peux que tenter de l'imaginer, et vous exprime toute ma compassion.
Comme votre pseudonyme est HOPE, je vous rappelle qu'une ville fut l'ultime espoir des Juifs.

https://www.la-croix.com/Culture/Actualite/Shanghai-refuge-des-Juifs-d-Europe-persecutes-se-rappelle-son-passe-2015-09-29-1362301

Au travers même de l'injustice actuelle de traiter tout opposant de nazi, on voit combien cette abomination reste justement honnie.

Dans une chanson*, on dit qu'on peut s'arranger avec le diable :

https://www.youtube.com/watch?v=6w5vWHqU3uM

Jamais on ne le penserait une seconde à propos de Hitler.

*Recalée comme chanson sur la liberté. Plus on est libre, plus on est responsable, je n'aime guère le "prenez mes gosses", de mémoire, donc.

HOPE

@ Giuseppe

Votre commentaire d’aujourd’hui 14h17 est absolument magnifique. Merci... beaucoup... beaucoup... (j’avais un Solex, il y a, disons... quelques années :-))

HOPE

@ sylvain
@ agecanonix
@ F68.10

Alors... je vous explique puisque vous ne semblez pas comprendre. Je vous confirme que je saute vos commentaires. Cependant, j'ai un ami (il s’appelle Norbert) qui me dit lorsque l'un d'entre vous m’écrit. Votre QI est-il suffisamment haut pour comprendre ça ?
Au fait... j'en profite pour vous faire part une nouvelle fois de ma réaction: PROUT !!! Hahahaha
PS: C'est la dernière fois que je vous écris. Ça suffit maintenant. Re-PROUT !!

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : ph[email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS